Vous êtes sur la page 1sur 33

Dispensé par

YAO KOUMA
Directeur de BABO INVESTMENT
Ex-Chef du service de la Négociation du marché BRVM
Tel: 07 87 00 76
Email: babojayson@gmail.com
Ch1: négociation des valeurs mobilières
S’INTERESSER A LA COTE ET SUIVRE L’EVOLUTION DU MARCHE
LES DROITS DES ACTIONNAIRES ET L’INFORMATION BOURSIERE
LES OPERATIONS CAPITALISTIQUES
LES INTRODUCTIONS EN BOURSE
LES OPERATIONS EXCEPTIONNELLES
SYSTEMES DE COTATION & NEGOCIATION DES ACTIONS
S’INTERESSER A LA COTE ET SUIVRE L’EVOLUTION DU MARCHE
LES INDICES BOURSIERS
Un outil statistique de mesure de l’évolution des cours d’un panier de titres par rapport à une
valeur de référence (ou base).
 Il permet de saisir la performance du marché.
 Il joue le rôle de baromètre de l’économie.
Exemple
Indice des prix à la consommation : 110 (base = 100)
Les prix ont augmenté en moyenne de 10%.
Caractéristiques de l’indice
• Composition
 Titres sélectionnés par un comité d’experts
 Un bon indicateur des tendances du marché
 Mise à jour périodique pour tenir compte de l’évolution des paramètres de sélection
des valeurs
• Mode de calcul
 Moyenne arithmétique
 Moyenne géométrique
S’INTERESSER A LA COTE ET SUIVRE L’EVOLUTION DU MARCHE
Méthode de calcul du BRVM Composite
It = ( Ct/Bt) * 100

y
Ct = S Pit * Nit
i=1

Bt = Bt-1 (Ct’ / Ct)

It : Indice au temps t
Ct : Capitalisation des composantes au temps t
Ct’ : capitalisation ajustée (pour tenir compte des augmentations ou réductions de capital et des
modifications aux composantes).
Bt : Base de l’indice au temps t.
Pit : Cours de la valeur i au temps t ;
Nit : Nombre d’actions de la valeur i en circulation au temps t.

Exemples d’indices:
CAC 40 en France, Dow Jones Industrial Average (DJIA) aux Etats Unis, NIKKEI 225 au
Japon, FOOTSIE 100 en Grande Bretagne, BRVM10 de l’UEMOA, BVMT en Tunisie,
MADEX au Maroc
S’INTERESSER A LA COTE ET SUIVRE L’EVOLUTION DU MARCHE
LA CAPITALISATION BOURSIERE

• Donnée financière indiquant la valeur de marché d’une entreprise à un instant donné


(valorisation d'une société à partir de son cours boursier).
• Valeur boursière des capitaux propres d’une entreprise.

Mode de calcul
Capitalisation boursière = Nombre d'actions x Cours de l'action
Rôle
 Dans l’analyse financière
Montant nécessaire pour acquérir 100% des actions d’une société cotée
Utilisée pour caractériser la « magnitude » financière de l'entreprise
 Dans l’analyse économique
Indicateur d’évaluation de la taille d'une entreprise comme le chiffre d'affaire, l'effectif ou
la part de marché.
DROITS DES ACTIONNAIRES & INFORMATION BOURSIERE
Droits des actionnaires
Droit de contrôle sur la gestion
Le pouvoir dans l’entreprise appartient aux actionnaires qui exercent ce pouvoir dans les
assemblées générales ordinaires et extraordinaires par le vote. (le pouvoir de décision
appartient au directeur général, choisi par les membres du conseil d’administration, qui sont
eux-me élus par l’assemblée générale)
Droit sur les bénéfices
L’actionnaire, sur proposition du conseil d’administration et adopté en AG, a droit au
dividende qui représente la part des bénéfices distribués.
Droit sur les actifs en cas de liquidation
En cas de liquidation ou de dissolution, tout l’actif de la société est réalisé et distribué aux
actionnaires après règlement du passif. Ce qui confère à l’actionnaire un droit prioritaire ou
préférentiel pour souscrire aux nouvelles actions en cas d’augmentation de capital afin de
maintenir s’il le désire sa part dans le capital.
Droit à l’information abondante et précise périodique et permanente
 Informations obligatoires ou périodique
Les sociétés sont tenues de faire un certain nombre de publications dans la presse écrites et
au Bulletin Officiel de la Cote (BOC) de la BRVM:
dans les quarante cinq (45) jours suivant l’approbation des états financiers par l’Assemblée
Générale Ordinaire annuelle des actionnaires les documents suivants :
 les états financiers de synthèse approuvés, revêtus de l’attestation des commissaires
aux comptes ;
 la décision d’affectation du résultat ;
 les états financiers de synthèse consolidés revêtus de l’attestation des commissaires aux
comptes.
DROITS DES ACTIONNAIRES & INFORMATION BOURSIERE
dans les quatre (4) mois qui suivent la fin du premier semestre, un tableau d’activités et
de résultat ainsi qu’un rapport d’activité semestriel accompagné d’une attestation du
commissaire aux comptes sur la sincérité des informations données ;
un mois après la fin de chaque trimestre un commentaire de la direction de la société sur
l’évolution de l’activité ainsi que les incidences probables sur les résultats ;
de publier sans délai, toute modification des droits attachés aux différentes catégories
d’actions.
Information supplémentaire ou permanente
L’information permanente est celle qui est susceptible d’influer le cours de bourse d’une
société cotée. Elle doit être mise à la disposition de l’actionnaire.
LES OPERATIONS CAPITALISTIQUES
Augmentation de capital
Du point de vu financier, elle est une vente d'actions dont le produit sert à financer l’activité
de l'entreprise, et qui va entraîner un partage des différents privilèges de l'entreprise : droit
au dividende, au bénéfice, au boni de liquidation, aux capitaux propres, aux droits de vote
entre les différents apporteurs de capitaux.
Elle peut suivre différentes modalités : être en numéraire ou par apport d'actifs, consécutive à
l'exercice de bons ou à la conversion de dette, être réservée ou non, avec ou sans droit
préférentiel de souscription.

Logiques économiques
•Accroissement des fonds propres: acquisition d’immobilisations nouvelles, des besoins
accrus en fonds de roulement, prise de participations dans d’autres sociétés, correction des
déséquilibres du bilan
•Amélioration de la capacité d’endettement: la capacité d’emprunt d’une société dépend
dans une certaine mesure d’un ratio « Fonds propres / Capitaux empruntés ». Tout
accroissement des fonds propres améliore corrélativement le ratio et accroit donc la capacité
d’endettement
•Financement à coût réduit: l’augmentation de capital a un coût relativement restreint pour
l’entreprise qui aura seulement un dividende supplémentaire à verser. Ce faible coût peut
encore être réduit par la stipulation d’une prime d’émission conséquente: le taux de
rémunération du capital devient alors réduit.
LES OPERATIONS CAPITALISTIQUES
•Amélioration de la liquidité de marché: par l’accroissement du nombre de titres
en circulation
• Instrument de lutte anti-OPA: l’augmentation est une arme anti-OPA par
l’augmentation du capital flottant et rend plus couteuse l’acquisition.
Inconvénients
Ces avantages doivent être mis en balance avec des inconvénients bien connus:
« l’effet de dilution » de l’augmentation; les actionnaires seront plus nombreux
à se partager le bénéfice. On peut luter contre cette dilution par le moyen du
droit préférentiel de souscription reconnu aux actionnaires anciens
l’incertitude quant à la nécessité de l’opération; pour une société non cotée
notamment, le risque est grand de voir les actionnaires bouder l’augmentation.

Augmentation de capital en numéraire

Prix et prime d’émission


C’est le prix payé à la société émettrice pour une action. Il peut être égal à la
valeur nominale du titre, à sa valeur réelle ou à un prix compris entre les deux
valeurs. Il est:
-Au minimum égal à la valeur nominale, car une émission au-dessous du pair est
interdite;
-Au maximum égal à la valeur réelle de l’action ancienne entendue comme la
valeur mathématique (ou comptable de l’action)
LES OPERATIONS CAPITALISTIQUES

La prime d’émission est égale à la différence entre le prix d’émission et la valeur


nominale
P = S + P’
P: prix d’émission
S: valeur nominale
P’: prime d’émission
Exemple: P’ = 180-100 = 80 F
LES OPERATIONS CAPITALISTIQUES
 Droit préférentiel de souscription
Chaque actionnaire bénéficie , lors de l’émission d’actions nouvelles, d’un droit
préférentiel de souscription à ces nouvelles actions.
La valeur théorique du droit est fixée comme étant la différence entre la valeur
réelle ou mathématique d’une action avant l’augmentation de capital et la valeur
de cette action après l’augmentation: ds = VM0 – VM1
dS: droit de souscription
VM0: valeur mathématique de l’action avant augmentation
VM1: valeur mathématique de l’action après augmentation
La valeur du droit de souscription est égale à la perte de la valeur que subit
chaque action ancienne par suite de l’émission d’actions nouvelles. Cette perte de
valeur est compensée par le droit préférentiel de souscription dont bénéficie
chaque actionnaire ancien
N’ (C – P –d)
Ds = ------------------
N + N’
Ds : Valeur théorique du droit de souscription
N : Nombre d’actions anciennes
N’ : Nombre d’actions nouvelles
C : Cours des actions anciennes droits attachés
P : Prix d’émission des actions nouvelles
d : Dividende dont les actions anciennes sont seules attributaires à cause du
décalage de jouissance
LES OPERATIONS CAPITALISTIQUES

la quotité
Le porteur du titre participe à la souscription des nouvelles actions émises en
fonction de la quotité ou parité définie par les conditions de l’accroissement du
capital. La quotité (Q) est alors égale à :
N’
Q = -------------
N
Pour souscrire des actions nouvelles N’, il faut être détenteur des actions
anciennes N. Mais, il arrive quelquefois que l’actionnaire ne dispose pas de la
quantité d’actions lui donnant un nombre exact d’actions nouvelles à souscrire.
Le surplus d’actions anciennes (droits) qui ne correspond pas à une nouvelle
action entière est dénommé « rompus ». Ceux-ci sont négociés dans un
compartiment spécial du marché boursier appelé le marché des droits durant
toute la période de souscription (environ 30 jours). L’actionnaire peut alors, soit
vendre sur ce marché tous ses droits, soit acheter d’autres droits de sorte que
l’ensemble lui permette de bénéficier de la souscription d’actions nouvelles
complémentaires conformément à la quotité.
LES OPERATIONS CAPITALISTIQUES
Augmentation de capital par apport en nature
Ce sont souvent le cas des opérations de restructuration d’entreprise telles les
fusions les apports partiels d’actifs; aucun droit n’est reconnu aux actionnaires
anciens. Elle permet d’acquérir de nouveaux moyens de production. Seulement
deux types de difficultés s’observent:
l’évaluation de l’apport effectué
L’évaluation de l’action remise en échange.
Les apports sont évalués par des commissaires aux apports dont l’approbation
revient à l’AG
Augmentation de capital par incorporation de réserve
Au cours de cette opération, les actionnaires bénéficient pour chaque action
détenue d’un droit d’attribution. Celui-ci revêt les mêmes formes que le droit de
souscription. A l’issue de l’attribution gratuite d’actions nouvelles, l’actionnaire qui
dispose des droits non utilisés, peut les céder en bourse sur le marché des actions
ou les compléter par l’achat de rompus ; en le faisant, il se donne l’occasion de
bénéficier de l’attribution des actions nouvelles.
Le processus de détermination de la valeur théorique du droit d’attribution (Da)
obéit à la même logique que celui du droit de souscription :
N’(C-d)
Da = ------------
N +N’
LES OPERATIONS CAPITALISTIQUES
Réduction de capital

La réduction de capital consiste à réduire, directement ou indirectement, le


montant des capitaux propres au-delà de la distribution normale de dividendes.
Concrètement, elle peut s'effectuer par réduction du nominal de toutes les actions
ou par offre de rachat d'une certaine quantité d'actions. Les titres acquis sont
alors annulés et le prix de rachat est soustrait des capitaux propres.

Origines:
La réduction du capital social peut avoir deux origines:
Soit la société a fait des pertes, au quel cas elle doit réduire son capital afin de ne
pas abuser des tiers
Soit la société constate qu’elle a un capital beaucoup trop élevé , compte tenu de
son activité
La réduction du capital social est affectée d’une connotation négative, en tout état
de cause attachée à l’idée de restriction de l’activité. En fait l’opération peut
prendre place bien souvent dans des montages d’accroissement des fonds
propres. C’est le fameux coup d’accordéon. (la société qui a connu des difficultés
décide dans un premier temps de réduire le capital par imputation d’une partie ou
de la totalité des pertes accumulées; dans un second temps, elle augmente le
capital par apport en numéraire ou bien souvent par incorporation de créances).
LES OPERATIONS CAPITALISTIQUES
Conditions
Elle ne doit pas porter atteinte à l’égalité entre actionnaire;
Elle ne pourra être décidée que sous la condition suspensive d’augmentation de
capital destinée à amener celui-ci au moins au niveau de ce minimum, à moins que
la société ne prenne autre forme;
Le projet de réduction doit être communiqué aux commissaires aux comptes 45
jours au moins avant l’AGE;
L’AGE statuera à la majorité des 2/3 des voix dont disposent les actionnaires
présents ou représentés.
Modalités
 Abaissement du nominal de chaque action
(lorsqu’elle n’est pas motivée par des pertes, la réduction de capital est
généralement opérée par une réduction de la valeur de l’action, la différence entre
l’ancienne et la nouvelle valeur étant remboursée à l’actionnaire, soit en titre de
portefeuille,, soit en espèces)
 Diminution du nombre d’actions
(lorsqu’elle est non motivée par des pertes, le rachat d’un certain nombre d’actions
pour les annuler qui consiste à une offre collective aux actionnaires avec priorité
accordée aux actions à dividendes prioritaires).
LES OPERATIONS CAPITALISTIQUES
Les splits
La division ou split est l’opération par laquelle le nombre d’actions d’une société
est augmenté dans la même proportion que le nominal est divisé. Cette
opération suppose, pour le financier un calcul d’opportunité.

Opportunités
 Élargissement de l’actionnariat (nouveaux titres accessibles à un large public)
 Aide substantielle apportée aux actionnaires minoritaires encombrés par le
volume financier du titre
 Resserrement des liens avec l’actionnariat individuel;
 Meilleure acceptation du titre sur les places financières internationales (les
titres dont la valeur est importante s’éloignent souvent des normes des grandes
places financières internationales)
 Dynamisme accru du marché grâce à l’allègement de la valeur des titres qui
contribue à leur liquidité
 Bonne opération de communication avec l’actionnariat de la société
NB: tous ces arguments se rattachent à l’idée d’amélioration de la liquidité.
=> L’accroissement du nombre de titres oblige à verser davantage de dividendes
pour la société émettrice.
LES OPERATIONS CAPITALISTIQUES

Regroupements d’actions

Le regroupement d’actions est l’opération inverse de celle de la division


Opération qui consiste à fusionner plusieurs actions en une seule, afin de
diminuer le nombre d'actions en circulation. L'actionnaire qui détenait cinq
actions à 10 euros en possèdera une à 50 euros.
LES INTRODUCTIONS EN BOURSE
Procédures d’introduction en bourse
L’introduction en bourse est l’opération consistant à faire déterminer pour la
première par confrontation de l’offre et de la demande du prix des titres sur une
place boursière. Les procédures sont:
L’offre à prix minimal (OPM)
(un prix d’offre minimal est proposé pour le titre. Ce prix est déterminé par un
comité chargé de l’introduction après classement des ordres d’achat par ordres
décroissant, présentés avec des limites et élimination des ordres aux cours les plus
élevés; considérés comme au mieux déguisés)
L’offre à prix ferme (OPF)
(le prix de cession est fixé d’avance donc ferme et définitif et l’équilibre est obtenu
uniquement par réduction des demandes) Anciennement appelée Offre Publique
de Vente, l'Offre à Prix Ferme se distingue des autres modes d'introductions par
l'importance donnée au prix. Le prix est fixé à l'avance, et la répartition des titres
s'effectue sur la quantité. Si le taux d'allocation est inférieur à 0,8%, l'introduction
est reportée avec un prix plus élevé. Avec ce mode d'introductions, les futurs
actionnaires ont tendance à accroître sensiblement leur demande de titres.
La cotation directe
Anciennement dénommée Procédure Ordinaire, la procédure de cotation directe
est peu utilisée. On peut notamment citer parmi les dernières opérations, la
cotation de Proximania sur le Marché Libre. Ce type d'opérations est le plus
souvent utilisé lors du transfert de titres d'un marché à un autre. La société
introduit les titres à un cours connu à l'avance par les souscripteurs. cotation
directe doit respecter un certain nombre de règles (Cours, ordres , délais, taux de
service)
LES INTRODUCTIONS EN BOURSE
Le placement préalable
La procédure de placement est utilisée lors d'une introduction pour permettre à
l'entreprise de disposer d'un actionnariat stable d'investisseurs institutionnels.
Cette offre est souvent couplée à une Offre à Prix Ouvert pour permettre une
meilleure liquidité du titre, et par la même une meilleure valorisation.
L’offre à prix ouvert
L'Offre à Prix Ouvert, inaugurée en 1998 par France Telecom, est la procédure
d'introduction la plus utilisée à ce jour. Souvent couplée à un Placement Garanti,
l'Offre à Prix Ouvert ou OPO se rapproche de l'Offre à Prix Ferme par de nombreux
points, mais s'en distingue aussi par de nombreux autres.
L'avantage principal de l'O.P.O. réside dans le moment où le prix définitif sera fixé.
Le prix est fixé à la dernière minute et donc correspond parfaitement à la demande
réelle du marché à l'instant t.
Elle permet d’avoir accès au marché des capitaux et d’extérioriser la valeur de
l’entreprise
La radiation de la cote
C’est l’opération qui met fin à l’existence boursière d’un titre. Elle est le plus
souvent le corollaire du rachat de l’entreprise ou de la liquidation d’une société à la
suite d’une faillite ou d’une absorption. Elle peut aussi sanctionner l’insuffisance
des transactions. Dans ce cas, elle est en général consécutive à une offre publique
d’achat et se réalise le plus souvent par une offre de retrait suivie d’un retrait
obligatoire.
LES OPERATIONS EXCEPTIONNELLES
Offre Publique d’Achat (OPA)
(permet la prise de contrôle d’une société cotée en offrant aux actionnaires de
racheter leurs actions à un prix plus élevé que celui du marché)
Offre Publique d’Echange (OPE)
(permet la prise de contrôle d’une société cotée en proposant aux actionnaires
de nouveaux titres)
Offre Publique de Retrait (OPR)
(permet à un actionnaire détenant 95% du capital de la société concernée de
demander le retrait de la cote)
Les franchissements de seuils
(la loi financière fait obligation à tout actionnaire de déclarer d’éventuels
franchissements de seuils dans le capital d’une société cotée, à la hausse
comme à la baisse: sur la place de l’UEMOA, les seuils indiqués sont:10%, 20%,
33,33%, 50% et 66,66% (article 164 du règlement général du CREPMF)
SYSTÈMES DE COTATION & NÉGOCIATION DES ACTIONS
Le traitement des ordres de bourse
Définition d’un ordre de bourse
C’est une instruction donnée à son intermédiaire financier qui, en fonction des
informations reçues, procède à sa présentation pour exécution sur le marché
boursier. Il existe deux types: l’ordre d’achat et l’ordre de vente.

Caractéristiques d’un ordre de bourse


Un ordre de bourse doit comporter un certain nombre d’informations nécessaires
et obligatoires à sa bonne exécution:
-Identité de la valeur
-le code ISIN de la valeur,
-le sens de l’opération (achat ou vente)
- la quantité de titres,
-Le numéro de compte titre (DC/BR)
-Le numéro d’ordre de bourse
-Le délai d’exécution (ordre jour ou à date)
-Le compte espèce à créditer ou à débiter
SYSTÈMES DE COTATION & NÉGOCIATION DES ACTIONS
Enregistrement des ordres
L’enregistrement consiste à dresser une liste des ordres reçus par ordre chronologique
suivant l’ordre d’arrivée des clients par le récepteur des ordres de la SGI. Les ordres sont
ainsi horodatés et numérotés à chaque réception.

Saisie des ordres


Par ordre de réception, le trader saisie les intentions reçues des clients dans le système de
négociation pendant la période de saisie des ordres de bourse .
A la fermeture du marché, un Avis d’opéré est ramené au donneur d’ordre pour l’informer
de l’exécution de ses ordres de bourse.

Types d’ordre
Ordre à cours limité: Ordre avec un prix d'achat plafond ou un prix de vente plancher
Ordre "au prix du marché" ou "au mieux« : Ordre sur la base de la meilleur demande au
moment où il parvient au marché
Ordre "à tout prix« : Ordre demandant la transaction à n'importe quel cours
Ordre "tout ou rien« : Ordre à cours limité sans possibilité de fractionnement
Ordre "à seuil de déclenchement" : Ordre avec un prix fixé en dessus duquel l'achat ne
peut se faire ou de vente en dessous duquel la vente ne peut se faire
Ordre "à plage de déclenchement" : Ordre avec une fourchette de cours pour le
déclenchement
SYSTÈMES DE COTATION & NÉGOCIATION DES ACTIONS
Exécution de l’ordre de bourse: la transaction boursière
L’exécution de l’ordre consiste à trouver une contrepartie en vue de l’échange d’une
certaine quantité à un même prix. Lorsque cet échange a lieu, on parle de
transaction.
Une transaction est un accord conclu entre deux personnes (acheteur & vendeur)
pour s’échanger contre paiement d’une même quantité de valeur mobilière au
même cours, à la date de l’opération.

 Caractéristiques d’une transaction boursière:


-Identité de l’acheteur Une transaction d’initié consiste en l’achat ou la
-Identité du vendeur vente d’actions d’une société par une personne
-Dénomination de la valeur traitée ayant accès à des renseignements confidentiels sur
-Quantité de titres échangée la société qui peuvent influer sensiblement sur la
-Cours d’échange ou de marché valeur de ses actions et que ne connaissent pas les
-Numéro de transaction autres actionnaires ou le grand public
-Date de la transaction
Achat

Illustration A B
Vente
SYSTÈME DE COTATION & NEGOCIATION DES VALEURS MOBILIERES
SYSTEME DE COTATION
Cotation à la criée
La cotation à la criée se fait dans une salle qui accueille les agents ou courtiers des
différentes sociétés de bourse accréditées. Les ordres de bourse sont exprimés par voie
orale et sont centralisés au niveau du coteur qui tien la corbeille. Ce dernier, à l’ouverture
de la séance, appelle une valeur ainsi que son dernier cours de référence.
Les agents de change, réunis autour de celui-ci crient « je prends » lorsqu’ils ont des ordres
d’achat au mieux ou à des limites supérieures ou égales à ce cours. Ceux qui ont des cours
de vente au mieux ou à des limites de cours inférieures ou égales au cours annoncé par le
coteur disent « j’ai ». En fonction de l’insistance des acheteurs ou des vendeurs et de
l’importance des quantités à négocier à l’achat ou à la vente, le coteur fait varier le cours
soit à la hausse, soit à la baisse. L’amplitude de variation des cours varie d’une bourse à une
autre.
Le cours d’équilibre ou le cours auquel se nouent les accords est celui qui permet le
maximum d’échange possible. Ce cours est dit cours coté.

Cotation assistée par ordinateur


La cotation assistée par ordinateur est la cotation électronique. Dans ce système, qui est
utilisé par la plupart des bourses dans le monde, les intentions d’ordres des investisseurs
sont directement saisies par les intermédiaires boursiers à partir du clavier de leurs
ordinateurs respectifs déjà connectés au système de cotation. Sur la place boursière de
l’UMOA, une fois saisis, ces ordres de bourse sont centralisés au siège qui contrôle la
totalité de la cotation. A la différence de la cotation à la criée, les intentions d’ordre des
clients sont données par écrits. Le téléphone est aussi utilisé, mais la confirmation par fax
est incontournable pour matérialiser l’ordre donné.
SYSTÈMES DE COTATION & NÉGOCIATION DES ACTIONS
FORMATION DES COURS BOURSIERS
MECANISME DE COTATION
Il existe deux types de mécanisme de formation des cours de bourse : la cotation au fixing et
la cotation en continue. Alors que dans le 1er cas la formation des cours se réalise à une date
unique donnée et fixée, dans le deuxième, les cours successifs sont déterminés sur une
valeur donnée jusqu’à la fermeture du marché. Dans ce système, il y a un cours d’ouverture
et un cours de fermeture et des quantités échangées à chaque niveau de cours obtenu
pendant toute la durée de la cotation en continue.

FIXING
Principe
Le mécanisme de formation des cours de bourse, quelque soit le système de cotation au
fixing, obéit à cinq principes fondamentaux :
tous les ordres (d’achat ou de vente) au mieux sont exécutés en priorité.
Le cours d’équilibre est celui auquel il y a échange d’un maximum de titres.
Tous les ordres d’achat ayant une limite de prix supérieure au cours d’équilibre sont
exécutés de même que les ordres de vente ayant une limite de prix inférieure au cours
d’équilibre.
Tous les ordres d’achat ayant une limite de prix inférieure au cours d’équilibre ainsi que les
ordres de vente ayant une limite de cours supérieure au cours d’équilibre ne sont pas
exécuté.
Les ordres d’achat ou de vente dont la limite de prix est précisément égale au cours coté
sont dits à « cours touché ».
SYSTÈMES DE COTATION & NÉGOCIATION DES ACTIONS
 critères de détermination du cours par fixing
Le cours fixing est celui qui autorise le plus grand nombre de transactions en terme de
volume échangé en obéissant simultanément les critères suivants :
1. Prix qui maximise les volumes échangés
2. Prix qui minimise le nombre de titres restant
3. Prix qui se rapproche du dernier cours (pour éviter les grandes fluctuations)
4. Le prix le plus élevé

 Processus
Dans la pratique, on procède de la façon suivante :
1)on classe les ordres d’achat par ordre décroissant (+grand au + petit)
2)on classe les ordres de vente par ordre croissant (+petit au +grand)
3)on procède au cumul des volumes par ordre décroissant (achat) et par ordre croissant
(vente)
4)on fait la différence entre cumul vente et cumul achat pour trouver le volume échangé
5)on trouve le volume restant après échange (cours qui minimise le nombre de titres
restant)
6)on rapproche le cours obtenu du dernier cours

 Allocation des titres


On s’intéresse aux donneurs d’ordres à qui on attribuera les titres:
o tous les acheteurs qui ont proposé un prix supérieur au cours fixing, sont servis en priorité
o tous les vendeurs qui ont proposé un prix inférieur au cours fixing, sont servis en priorité
o tous les vendeurs et acheteurs qui ont proposé un prix égal au cours fixing, sont servis au
prorata.
SYSTÈMES DE COTATION & NÉGOCIATION DES ACTIONS
 Exemple de formation des cours de bourse
Cours précédent SONATEL: 86 500

ORDRE ORDRES D’ACHAT COURS ORDRE ORDRES DE VENTE COURS

A 685 87 000 C 15 86 000

B 50 85 000 D 5 88 100

Classement des ordres par limite de cours


ACHATS COURS VENTES VOLUME VOLUME
ECHANGE RESIDUEL

0 0 88 100 5 D 15+5=20 0 20
685 A 685 87 000 0 15+0=15 15 685-15= 670

685+0=685 0 86 000 15 C 15 15 685-15= 670

685+50=735 B 50 85 000 0 0 0 735

1- Maximum d'échanges: On a deux cours 87 000 FCFA et 86 000 FCFA avec 15 actions échangées.
2- Minimum de quantités résiduelles: On a encore les deux cours : 87 000 FCFA et 86 000 FCFA avec 670
actions non échangées.
3- Variation minimum par rapport au cours précédent: On a encore les deux cours 87 000 FCFA et 86
000 FCFA avec variation minimum de 500 FCFA.
4- Cours le plus élevé: Le cours le plus élevé des deux est 87 000 FCFA.
87 000 FCFA est le cours d’équilibre résultant du fixing.
Systèmes de cotation & négociation des actions
Allocation des titres
A 87 000 F CFA, 15 actions sont échangées
L’ordre de vente C de 15 titres à 86 000 F CFA est entièrement exécuté
L’ordre d’achat A de 685 titres à 87 000 F CFA est partiellement exécuté avec 15
titres; le volume résiduel est donc : 685-15 = 670
NB : l’ordre d’achat A est un ordre à cours touché.

 Transactions non admises


Les valeurs dont les transactions portent sur une quantité inférieure ou égale à
sept (7) titres ne seront cotées que si le cours théorique d’ouverture est identique
au cours de référence, dans le cas contraire, elles seront déclarées « non cotées
=NC».
La variation du cours d’un titre par rapport à son cours de référence sera
autorisée lorsque le volume total transigé à l’issue de la séance de bourse est
strictement supérieur à 7 titres. Les valeurs dont les transactions portent sur une
quantité supérieure ou égale à huit (8) titres sont autorisées à coter.
Les valeurs dont l’équilibre de cours s’établi à l’extérieur de l’écart maximal de
cours tout en admettant un volume à l’échange supérieur ou égal à 8 titres ne
sont pas admises à coter à la séance du jour. La cotation desdites valeurs est
réservée pour la séance suivante; elles sont déclarées «Différées = DIF » Un écart
Systèmes de cotation & négociation des actions
de cours est alors calculé sur la base de la borne franchie de l’écart de cours de la séance
précédente. La cotation sur une valeur peut être différée 2 fois de suite; à la 3è séance, la
cotation doit obligatoirement s’effectuer. Sinon, le titre est suspendu.

NB: Le pas de cotation désigne l’intervalle minimal entre deux niveaux de prix. Sur le marché
des actions, le pas de cotation est de 5 F CFA pour les valeurs dont le cours est supérieur ou
égal à 100 F CFA et de 1 F CFA pour celles dont le cours strictement inférieur à 100 F CFA. Sur
le marché obligataire, le pas de cotation est de 0,10%.

 REGLEMENT DES TRANSACTIONS


Les opérations boursières régionales sont au comptant à J+3 (DCBR)
Les transactions se dénouent par le règlement financier et le règlement physique
Le règlement financier se fait par virement bancaire à J+3.
Le règlement physique se fait par inscription en compte des titres à J+3.

COTATION EN CONTINU
La cotation en continu est la réalisation instantanée de transactions, après le fixing
d’ouverture, chaque fois qu’il y a entente (ou équilibre) sur le cours d’une valeur où la
cotation en continu est autorisée.

Exemple:
Le cours d’ouverture est établi à 9 000 F CFA pour le titre FILTISAC. Admettons qu’il y ait
un ordre de vente 25 actions exprimés à 10 150 F CFA dans le carnet.
Systèmes de cotation & négociation des actions
Dans la phase du continu,
L’arrivée immédiate d’un ordre d’achat de 15 actions exprimées à 10 200 F CFA
entrainera une transaction d’un volume de 15 actions à 10 200 F CFA.

 Par contre, l’arrivée d’un ordre d’achat de 25 actions à 9 000 F CFA ne


provoquera aucune transaction entre acheteur et vendeur.

L’arrivée d’un ordre de vente de 10 actions exprimées à 9 500 F CFA va changer


le cours des offreurs à 9 500F CFA pour une quantité cumulée ou offre globale de
10 actions qui attendrons d’éventuels acheteurs.
Organisation d’une séance de cotation
BENIN
SGI BURKINA
FASO
dans les
ANB 1 Saisie des
ordres par
3 Impression des
rapports de
les SGI transactions

COTE D’IVOIRE
Transmission du BOC et des
5 résultats du DC/BR

GUINEE-
BISSAU
BRVM 2 Cotation et
négociation
SIEGE
4 Préparation du BOC et des
rapports du DC/BR
BRVM SIEGE ABIDJAN

SGI dans MALI


les ANB
TOGO SENEGAL NIGER
Lecture Extrait du Bulletin Officiel de la Cote (BOC)
Séance du 17 janvier 2011
MARCHÉ DES ACTIONS

Dernier dividende Cours extrèmes


Cours Cours Cours Ecarts maximaux
Cours Payé de l'année
Symbole Titre Qté Qté Volume Valeur
du jour
Referenc Montant Plus Plus
Ach. / Vend. Précéd. Séance prochaine Date
e net Bas Haut
SICABLE 18-mai-
CABC / 23000 48 23 000 2 46 000 23 000 23 000 21 275 24 725 2 340 23 000 23 000
CI 10
12-juil-
SIVC SIVOA CI 32 8700 / 9000 79 8 700 30 261 000 8 600 8 700 8 050 9 350 900 8 105 8 700
10
SOLIBRA 199 20-mai- 199
SLBC / 184815 13 NC 199 800 184 815 214 785 12 060 199 800
CI 800 10 800
24-juil-
SMBC SMB CI / 17950 153 17 950 47 843 650 18 000 17 950 16 605 19 295 1 087 17 950 18 000
09
30-juin-
SDCC SODE CI 159 12200 / 13990 200 NC 12 000 12 000 11 100 12 900 1 350 11 500 12 000
10
SONATEL 177 19 668 179 29-avr- 186
SNTS 113 177195 / 179000 237 111 177 195 163 910 190 480 12 150 154 000
SN 195 645 995 10 055

BOAC BOA CI 18 27000 / 27000 18 DIF 29 900 27 660 25 590 29 730 1 800 2-juin-10 29 900 30 000

5 289 26-juil-
SOGC SOGB CI 2 31300 / 31500 13 31 300 169 30 500 31 300 28 955 33 645 2 502 28 000 31 300
700 10
14 909
SPHC SAPH CI 20 30150 / 31995 264 31 995 466 30 205 31 995 29 600 34 390 1 800 7-juin-10 27 000 31 995
670
18-juin-
TTLC TOTAL CI 3 85000 / 85000 1 NC 90 000 90 000 83 250 96 750 9 722 90 000 90 000
10
Légende:
Mentions : NC: Non Coté Ex: Ex-coupon ou Ex-droit SP: Suspendu DIF: Différé