Vous êtes sur la page 1sur 97

N° d’ordre : 06/ RC /TCO Année universitaire : 2006-2007

UNIVERSITÉ D’ANTANANARIVO
---------------------------
ÉCOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE
---------------------------
DÉPARTEMENT TELECOMMUNICATION

MÉMOIRE DE FIN D’ETUDES


en vue de l’obtention
du DIPLÔME d’INGÉNIEUR

Spécialité : Télécommunications

Option : Radiocommunication

par : RAZAFINIARIVO Naritahiana Emilio

ETUDE D’EXPLOITATION EN RECEPTION DE LA


TELEVISION PAR SATELLITE

Soutenu le mardi 05 février 2008 devant la commission d’Examen composée de :

Président :
M. ANDRIAMIASY Zidora
Examinateurs :
M. BOTO ANDRIANANDRASANA Jean Espérant
M. RADONAMANDIMBY Edmond
M. RANDRIANTSIRESY Ernest
Directeur de mémoire :
M. RAMORASATA Joseph Raphaël
REMERCIEMENT
Avant tout, je glorifie l’éternel Dieu tout puissant de m’avoir soutenu durant la réalisation de
cet ouvrage comme il me l’a promis au Psaume 32 :8 : « Je t’instruirai et te montrerai la voie que
tu dois suivre ; Je te conseillerai, j’aurai le regard sur toi » car je ne manquais vraiment de rien
grâce à lui.
Ensuite, je tiens aussi à remercier les personnes suivantes sans qui je n’aurai accompli l’étude
que j’ai suivie à l’E. S. P. A., parmi lesquelles :
- Monsieur RAMANANTSIZEHENA Pascal, Directeur de l’Ecole Supérieure Polytechnique
d’Antananarivo ;
- Monsieur ANDRIAMIASY Zidora, pour l’honneur qu’il nous a fait en acceptant de
présider le jury de ce mémoire.
- Monsieur RAMORASATA Joseph Raphaël, enseignant du département
Télécommunications, Directeur de ce mémoire, qui n’a cessé de me prodiguer de multiples
suggestions et de précieux conseils tout au long de mes travaux de mémoire malgré ses
occupations.
- Monsieur RANDRIAMITANTSOA Paul Auguste, Chef de département
Télécommunications, qui malgré ses lourdes responsabilités, n’a ménagé ni temps ni efforts
pour nous avoir guidé et soutenu tout au long de notre travail.
- Messieurs :
• BOTO ANDRIANANDRASANA Jean Espérant, Assistant d’Enseignement et de
Recherche au sein du département Télécommunications à l’E. S. P. A., Membre de Jury ;
• RADONAMANDIMBY Edmond, Assistant d’Enseignement et de Recherche au
sein du département Télécommunications à l’E. S. P. A., Membre de Jury ;
• RANDRIANTSIRESY Ernest, Assistant d’Enseignement et de Recherche au sein
du département Télécommunications à l’E. S. P. A., Membre de Jury ;
qui ont accepté de sacrifier leur temps pour assister à la présentation de ce mémoire ;
J’exprime toute ma gratitude à tous les enseignants et tout le personnel de l’Ecole Supérieure
Polytechnique d’Antananarivo, en particulier ceux du département Télécommunications ;
A mes parents, mes frère et sœur ainsi que ma grande famille, je ne pourrais vous remercier
assez pour le soutient dont vous m’avez fait preuve durant mes longues années d’études;
A tous ceux qui, de près ou de loin, ont contribué à l’élaboration du présent mémoire ;
Grand merci à vous et que le ciel vous comble de joie.
TABLE DES MATIERES

TABLE DES MATIERES ..................................................................................................................... i

ABREVIATION ................................................................................................................................... iv

INTRODUCTION ................................................................................................................................. 1

Chapitre 1 : GENERALITES ........................................................................................................ 2

1.1 L’orbite géostationnaire ............................................................................................................................ 2


1.1.1 Orbite géosynchrone............................................................................................................................ 2
1.1.2 Orbite géostationnaire képlérienne .................................................................................................... 2
1.1.3 Orbite géostationnaire réelle .............................................................................................................. 3
1.1.4 Intérêt de l'orbite géostationnaire réelle ............................................................................................ 3
1.2 La télévision numérique............................................................................................................................ 3
1.2.1 Principe de base ................................................................................................................................... 3
1.2.2 Codage d’une image fixe ..................................................................................................................... 3
1.2.3 Codage d’une image de télévision ...................................................................................................... 6
1.3 Zone de couverture.................................................................................................................................... 7
1.4 Typologie des satellites .............................................................................................................................. 7
1.4.1 Les satellites de télécommunication de faible puissance (de 10 à 20 W Intelsat par exemple) ..... 8
1.4.2 Les satellites de télécommunication de puissance moyenne (45 à 50 W, Astra-Télécom2-Eutelsat2)
............................................................................................................................................................... 8
1.4.3 Les satellites de diffusion directe de forte puissance (plus de 130 W, TDF1-2, Télé X, TV Sat) .. 8
1.5 Les facteurs intervenant dans les liaisons montantes et descendantes ................................................... 9
1.5.1 Puissance isotrope rayonnée équivalente (PIRE).............................................................................. 9
1.5.2 Affaiblissement pendant le trajet ......................................................................................................10
1.5.3 Gain à l’entrée du récepteur ..............................................................................................................10
1.5.4 Rapport C/N (Carrier/Noise ou porteuse/bruit) ..............................................................................11
1.5.5 Facteur de qualité G/T de la station ..................................................................................................11
1.5.6 Liaison montante ................................................................................................................................13
1.6 Position orbitale des satellites ..................................................................................................................14
1.7 Le site de l’installation .............................................................................................................................15
1.7.1 Longitude et latitude ..........................................................................................................................15
1.7.2 Nord magnétique et Nord géographique ..........................................................................................15
1.7.3 Angle d’élévation ................................................................................................................................16
1.7.4 Angle d’azimut ....................................................................................................................................17
1.7.5 Angle de déclinaison ...........................................................................................................................18
1.7.6 Seconde méthode de calcul de l’angle d’élévation ...........................................................................19
1.7.7 Choix du diamètre des antennes ........................................................................................................20
Chapitre 2 : LE SYSTEME DE TELEVISION PAR SATELLITE ........................................ 21

2.1 Type de télévision existant .......................................................................................................................21


2.1.1 Télévision par réseau hertzien ...........................................................................................................21
2.1.2 Télévision par câble ............................................................................................................................21
2.1.3 Télévision par satellite ........................................................................................................................21
2.2 Présentation du système de télévision par satellite ..................................................................................21
2.2.1 Historique ............................................................................................................................................21
2.2.2 Union internationale des télécommunications (U.I.T) .....................................................................22
2.2.3 Digital Video Broadcasting (DVB) ....................................................................................................23
2.2.4 Bande de fréquence allouée ...............................................................................................................24
2.2.5 Polarisation du signal émis par le satellite........................................................................................24
2.2.6 Améliorations liées au numérique .....................................................................................................25
2.3 Présentation du système de réception ......................................................................................................26
2.3.1 La source .............................................................................................................................................26

i
2.3.1.1 Le cornet ..................................................................................................................................................... 26
2.3.1.2 La sonde de sélection de polarisation ........................................................................................................ 29
2.3.2 La tête SHF ou LNB ...........................................................................................................................29
2.3.2.1 Caractéristiques des têtes SHF................................................................................................................... 31
2.3.2.2 Le convertisseur LNB universel ................................................................................................................. 32
2.3.3 Les antennes paraboliques .................................................................................................................33
2.3.3.1 Les caractéristiques des antennes paraboliques ........................................................................................ 33
2.3.3.2 Les différentes types d’antennes ................................................................................................................ 38
2.3.3.3 Fabrication des antennes paraboliques ..................................................................................................... 42
2.3.3.4 Les supports des antennes .......................................................................................................................... 42
2.3.3.5 Le choix des diamètres des antennes ......................................................................................................... 44
2.3.4 Le récepteur numérique ou décodeur ...............................................................................................45
2.3.5 La carte d’abonné ...............................................................................................................................47
2.3.6 Liaison PC – décodeur .......................................................................................................................48
Chapitre 3 : L’INSTALLATION A LA RECEPTION ............................................................. 49

3.1 La liaison tête SHF-récepteur : les câbles...............................................................................................49


3.2 Les caractéristiques de l’installation de réception ..................................................................................49
3.2.1 L’installation en réception privée......................................................................................................49
3.2.2 L’installation communautaire ...........................................................................................................50
3.2.3 Examen de l’emplacement de l’installation ......................................................................................50
3.3 Le positionneur ........................................................................................................................................50
3.3.1 Utilisation et caractéristique ..............................................................................................................50
3.3.2 Principe de fonctionnement ...............................................................................................................51
3.4 Le montage des antennes paraboliques ...................................................................................................52
3.4.1 Fixation du tube support d’antenne ..................................................................................................52
3.4.2 Caractéristique et emplacement du support ....................................................................................53
3.4.3 Fixation et réglage de l’antenne sur une monture Az-El .................................................................54
3.4.4 Fixation et réglage de l’antenne sur une monture équatoriale .......................................................55
3.5 La mise en route de l’installation ............................................................................................................57
3.5.1 Mise en route d’une installation à antenne équatoriale ..................................................................57
3.5.2 Mise en route d’une installation à antenne à monture Az-El .........................................................57
3.5.2.1 Pour la réception d’un seul satellite .......................................................................................................... 57
3.5.2.2 Pour la réception de plusieurs satellites..................................................................................................... 58
3.6 Antennes collectives et réception satellite ...............................................................................................58
3.6.1 La réception terrestre collective ........................................................................................................58
3.6.2 L’installation collective satellite ........................................................................................................58
3.6.2.1 La distribution MA ou MABLR ................................................................................................................. 58
3.6.2.2 La distribution ULB ................................................................................................................................... 59
3.7 Les techniques d’antennes collectives .....................................................................................................60
3.7.1 Les techniques recommandées...........................................................................................................60
3.7.1.1 La solution BIS commutée cascadable ...................................................................................................... 60
3.7.1.2 La solution BIS commutée étoilée ............................................................................................................. 61
3.7.2 Les techniques à éviter .......................................................................................................................62
3.8 Les recommandations voulues pour l’installation de l’antenne collective ............................................63
3.8.1 Les différents cas d’installation .........................................................................................................63
3.8.1.1 Les immeubles collectifs neuf .................................................................................................................... 63
3.8.1.2 La rénovation de l’antenne collective terrestre.......................................................................................... 63
3.8.1.3 L’adjonction de la réception satellite à une installation existante ............................................................ 64
3.8.1.4 Les zones pavillonnaires............................................................................................................................. 64
3.8.2 Cahier des charges pour une antenne satellite collective ................................................................64
Chapitre 4 : SIMULATION DES PARAMETRES TELESATELLITE SOUS MATLAB ... 65

4.1 A propos de Matlab ..................................................................................................................................65


4.2 Les étapes de la simulation ......................................................................................................................65
4.2.1 Lancement de la simulation ...............................................................................................................65
4.2.2 Présentation de l’interface graphique ...............................................................................................65
4.2.3 Les facteurs de liaison ........................................................................................................................67

ii
4.2.4 LNB-commutateur..............................................................................................................................71
4.2.5 Configuration parabole ......................................................................................................................72
CONCLUSION .................................................................................................................................... 74

ANNEXES 1 ......................................................................................................................................... 75

ANNEXES 2 ......................................................................................................................................... 77

ANNEXES 3 ......................................................................................................................................... 79

ANNEXES 4 ......................................................................................................................................... 81

ANNEXES 5 ......................................................................................................................................... 83

BIBLIOGRAPHIE .............................................................................................................................. 85

FICHE DE RENSEIGNEMENTS ..................................................................................................... 87

RESUME .............................................................................................................................................. 88

iii
ABREVIATION

Az-El : Azimuth-Elevation

BIS : Bande Intermédiaire Satellite

CCIR : Comité Consultatif International de Télécommunication

DCT : Discret Cosine Transform (Transformée Cosinus Discrète)

DVB : Digital Video Broadcasting

F.I : Fréquence Intermédiaire

FM : Frequency Modulation

JPEG : Joint Picture Expert Group

LNB : Low Noise Block converter

MABLR : Modulation d’Amplitude à Bande Latérale Résiduelle

MPEG : Movie Picture Expert Group

NICAM : Near Instantaneous Compression of the Audio Modulation

NTSC : National Television Standards Commitee

OL : Oscillateur Local

PAL : Phase Alternance Line

PC : Personnal Computer

PIRE : Puissance Isotrope Rayonnée Equivalente

QAM : Quadrature Amplitude Modulation

QPSK : Quadrature Phase Shift Keying

ROS : Rapport d’Onde Stationnaire

SECAM : Séquence de Couleur avec Mémoire

SHF : Super HyperFréquence (Supra High Frequency)

iv
UHF : Ultra Haute Fréquence (Ultra High Frequency)

UIT : Union Internationale des Télécommunication

ULB : Ultra Large Bande

VHF : Very High Frequency

v
INTRODUCTION
C’est en 1962 que pour la première fois au monde, des images de télévision franchirent en
direct l’Atlantique grâce au satellite Telstar 1. Depuis lors, le développement considérable des
techniques spatiales nous offre le monde sur nos écrans et poursuit sa progression spectaculaire
vers le futur.
Les données et les explications qui suivent ont pour but de situer dans leur contexte mondial
les projets d’exploitation en réception de la télévision par satellite.
Un satellite de télévision placé sur une orbite géostationnaire située à 36 000 km de la terre,
au dessus de l’équateur, joue le rôle d’un ré-émetteur de télévision, permettant d’établir les
liaisons entre stations terrestres.
L’utilisateur qui désire recevoir des programmes mondiaux devra tout simplement installer
une antenne parabolique munie d’une tête SHF (Supra Haute Fréquence), suivi d’un démodulateur
ou d’un décodeur, pour rendre compatibles les signaux émis par les divers satellites. Cette
parabole captera ainsi dans les meilleures conditions en assurant une excellente réception les
émissions venues des différentes régions du globe. C’est ainsi que nous établissons le plan d’étude
suivant.
En premier lieu, on parlera les généralités des positionnements des satellites. En deuxième
chapitre, on explique le mode de fonctionnement du système de TV par satellite. Puis viendra en
troisième chapitre, le mode d’installation à la réception. Enfin, pour illustrer une vue pratique de
cette étude, on passera au dernier chapitre, un essai de simulation des paramètres telesatellite sous
MATLAB.

1
CHAPITRE 1 : GENERALITES
1.1 L’orbite géostationnaire [1] [3]
Les télécommunications ont envahi notre monde moderne, et la nécessité de disposer de
satellites fixes par rapport à la Terre s'est rapidement imposée. En effet, un tel satellite joue le rôle
de relais de transmission ou d'un œil pour la surveillance globale de la Terre. Nous allons vérifier
que ce type d'application est possible.
1.1.1 Orbite géosynchrone
On appelle ainsi une orbite de période identique à celle de la Terre, soit T=23 h 56 mn 4.1 s =
86164.1 s. En hypothèse képlérienne, le demi-grand axe est donné par :
1
T2 4π 2  µT 2  3
= ⇒ a g 
=  = 42164,16 km (1.01)
a3 µ  4π 2 

avec
Une telle orbite possède la propriété de survoler un même lieu géographique, à chaque période,
puisque la Terre et le satellite auront tous les deux effectué un tour complet et retrouvé la même
position par rapport aux étoiles, mais avec l'inconvénient de ne pas rester à la verticale d'aucun
point de la Terre.
1.1.2 Orbite géostationnaire képlérienne
Si on impose en plus à ce satellite de rester fixe par rapport à un point de la Terre, alors :
- Ce point ne peut être que sur l'équateur, sinon le satellite serait à la fois au nord et au sud
de l'équateur.
- L'orbite est nécessairement équatoriale.
- L'orbite est obligatoirement circulaire pour éviter une oscillation Est-Ouest.
Il n'existe donc qu'une seule orbite satisfaisant à ces critères :
Orbite circulaire équatoriale de rayon Rg = 42164.16 km en képlérien.
REMARQUE : Classiquement, on rencontrera dans la littérature, qu'un tel satellite gravite à 36000
km du sol. C'est en réalité la valeur arrondie correspond à une altitude réelle képlérienne de
35786.16 km.

2
1.1.3 Orbite géostationnaire réelle
Nous savons que la Terre est en première approximation assimilable à un ellipsoïde. Le
renflement équatorial terrestre crée donc un supplément d'attraction qui accélère la vitesse. Pour
que le satellite retrouve la bonne vitesse angulaire ou linéaire, donnant la période sidérale, il faut
le placer un peu plus haut. Le calcul nous donne une ALTITUDE GEOSTATIONNAIRE VRAIE
DE 42164.68 Km, en ne prenant pas en compte les autres perturbations.
1.1.4 Intérêt de l'orbite géostationnaire réelle
On comprend aisément que trois satellites disposés à 120° sur l'orbite géostationnaire,
permettent "de voir" quasiment toute la Terre, à part une petite zone polaire située aux extrêmes.
En utilisant deux satellites on peut communiquer d'un point quelconque de la Terre à un autre
sans problème.
Seules les latitudes au-dessus de 81° environ ne sont pas accessibles.

1.2 La télévision numérique [6] [14] [2]


1.2.1 Principe de base
Le signal de base reste toujours les 625 lignes, 50 trames entrelacées avec ses signaux de
synchronisation. Ainsi, en sortie, le programme est livré, soit en Secam/Pal, soit en Y/C, soit en
RVB à relier à la prise péritel du téléviseur classique.
La composante son, en mono, stéréo, ou Dolby S est dirigée vers la chaîne à haute fidélité. A
l’origine, il faut citer la norme 601 qui a imposé le fameux 4-2-2, c'est-à-dire que le canal de
luminance (4) est le double de chacun des canaux de chrominance (2-2). Une ligne contient 720
pixels de luminance et 360 pixels pour chacun des chrominances (pixel = point-image). Puis la
norme JPEG (Joint Picture Expert Group) a défini la numérisation d’image fixe.
1.2.2 Codage d’une image fixe
Diverses transformations mathématiques permettent de coder des images ; l’une des plus
simples est la transformation de Hadamard. La plus répandue toutefois est la transformée en
cosinus discrète ou DCT (Discrete Cosine Transform).
 Transformée Cosinus Discrète (DCT) :
Sous le terme DCT se cache une procédure mathématique visant à simplifier et accélérer le
processus d’identification et de suppression des données redondantes dans une même image.
Chaque image est découpée en 6 480 blocs composés chacun de 64 points (8 * 8 pixels). Il y a
donc une matrice pour la composante luminance Y et deux pour les composantes de chrominance

3
CR, CB. La DCT conduit à une représentation de l’image dans le domaine des fréquences, sous
une forme qui n’a plus rien à voir avec une suite de pixels.
Soit f(x) un signal analogique converti en N échantillon séparés par ∆x.

La DCT d’une fonction f(x) est définie par :

(1.02)

Tel que :

à 2 dimensions, on a :

(1.03)

Avec :

Et la matrice Cosinus Discrète est définie par :

Avec :

(1.04)

4
Donc pour , on a :
(1.05)

Avec f : image originale

C’est la formule de transformation.

Il est donc à noter que la DCT permet ainsi de regrouper dans une zone restreinte toutes les
valeurs significatives et représentatives de l’image, les restes étant affectés par des valeurs nulles.
D’où l’utilisation de la DCT pour la compression d’image (Algorithme JPEG).
 Balayage en Zig-Zag de la matrice
La matrice obtenue après quantification est balayée en zig-zag de façon que ses coefficients
soient réarrangés sous la forme d’un vecteur, plus commode à transporter. Cette sérialisation des
64 éléments de la matrice est effective en commençant par les composantes à basse fréquence et
en finissant par celles à hautes fréquences.

Figure 1.01 : Balayage en zig-zag d'une matrice pour obtenir un vecteur linéaire
 Codage à longueur variable
Pour la plupart des images, ce vecteur contient plusieurs valeurs identiques consécutives et se
termine par un grand nombre de zéros successifs.

5
Le codage à longueur variable permet de coder le vecteur sous forme de paires de données :
longueur du saut par-dessus les zéros et valeur suivante non nulle.
 Codage entropique
Le principe du codage entropique consiste à attribuer les codes les plus courts aux coefficients
statistiquement les plus fréquents et les codes les plus longs aux coefficients les moins fréquents.
Associé au traitement VLC, le codage entropique engendre un facteur de compression entre 2 et 3
pour une image fixe.

1.2.3 Codage d’une image de télévision


 Compensation de mouvement
Deux images successives permettent de deviner, par simple extrapolation linéaire, la position
d’un bloc donné dans l’image suivante. Toutefois, cette prédiction est approximative, et il se peut
qu’elle se révèle inexacte si le mouvement réel n’est pas linéaire. Il suffit, dans ce cas, de
transmettre la valeur de l’erreur de prédiction (c'est-à-dire l’écart du mouvement réel par rapport à
la loi linéaire) pour décrire le mouvement exact tout en réalisant une bonne économie de moyens.
D’où la figure qui suit :

Figure 1.02 : Prédiction et compensation de mouvement

 Séquence d’images MPEG-2


Une séquence est constituée de trois types d’images :
- Les images I (intra) sont codées intégralement comme une image fixe, sans référence à
d’autres images. Elles contiennent les points d’accès où commence le décodage.

6
- Les images P (prédictives) sont codées en tenant compte de l’image I ou P précédente, à
l’aide de vecteur d’estimation de mouvement issu de l’analyse du déplacement entre
blocs successifs. Le taux de compression des images P est supérieur à celui des images
I.
- Les images B (bidirectionnelles) sont obtenues par prédiction bidirectionnelle, ou par
interpolation linéaire à partir des images P ou I voisines. Elles ont le taux de
compression le plus élevé et ne sont jamais utilisées en référence.
Au moment de l’émission, pour faire varier la qualité de l’image finale, donc le débit numérique,
le compresseur peut jouer sur la quantification des blocs, ou sur le nombre d’image intra.

Figure 1.03 : Séquence d'images MPEG-2

1.3 Zone de couverture [2] [1]


La zone de couverture en réception est l’ensemble des points de la surface terrestre en
direction desquels l’antenne de réception assure un gain compatible avec la mission de

télécommunications : .

La zone de couverture à l’émission est l’ensemble des points de la surface d’iso grain
particulière de cette antenne avec la surface terrestre, on peut rayonner une puissance compatible
avec la mission de télécommunication : PIREmin.
Les zones de couverture réalisées par les antennes correspondent plus ou moins exactement à
la zone géographique imposée par la mission.
On distingue deux types de couverture, la couverture globale « global beem » et la couverture
partielle ou à pinceau fin « spot beem ».
1.4 Typologie des satellites [4]
La diffusion de télévision a longtemps fait appel à trois types de satellites, qui permettaient
trois niveaux de services :

7
1.4.1 Les satellites de télécommunication de faible puissance (de 10 à 20 W Intelsat par
exemple)
Dotés d’un grand nombre de canaux (répéteurs, 16 en moyenne) et qui ne peuvent que
difficilement être reçus par des particuliers. Ce sont des satellites dits « de contribution » qui
assurent des liaisons de point à point, sur de larges zones ou entre deux continents. Ils reçoivent
des programmes provenant d’une station émettrice et les renvoient vers une ou plusieurs stations
réceptrices fixes, reliées à des réseaux terrestres (hertzien, câble). Dans la mesure où ces satellites
ne sont pas très puissants, les stations de réceptions qu’ils nécessitent doivent être très
performantes. Leur position sur l’orbite géostationnaire découle du principe « premier arrivé
premier servi ».
1.4.2 Les satellites de télécommunication de puissance moyenne (45 à 50 W, Astra-Télécom2-
Eutelsat2)
Ce sont des satellites comportant de 10 à 16 canaux (ou répéteurs) et sont, de fait, des
satellites de télécommunication de seconde génération. Ils peuvent être reçus avec des antennes de
60 à 120 cm de diamètre, selon les satellites. Il s’agit des satellites de distribution semi-directe qui
concentrent leurs faisceaux vers des zones de dimension moyenne (un ou plusieurs pays) et
peuvent atteindre un grand nombre de stations réceptrices. La puissance de leur signal leur permet
de toucher, outre les usagers collectifs des immeubles le marché de la réception individuelle. Eux
aussi profitent, pour le choix de leur position orbitale, du principe « premier arrivé premier
servi ».
1.4.3 Les satellites de diffusion directe de forte puissance (plus de 130 W, TDF1-2, Télé X, TV
Sat)
Ils disposent de peu de canaux (4 à 6 répéteurs) et visent le marché de la réception
individuelle avec une antenne de faible diamètre (moins de 50 cm de diamètre). Au lieu d’assurer
des transmissions entre des stations terriennes relativement chères et complexes, ils desservent
directement des récepteurs individuels ou les usagers collectifs d’un immeuble d’habitation. Ils
sont régis par les accords de la Conférence Administrative de l’UIT, et pour ce qui concerne leur
position orbitale et leur bande de fréquences. Ils ont tous été conçus au début des années 80 pour
créer un marché de diffusion directe de télévision par delà le développement des réseaux câblés.

8
1.5 Les facteurs intervenant dans les liaisons montantes et descendantes [3] [16] [15]
Il s’agit de définir les facteurs intervenant dans la liaison entre le sol et le satellite (montante)
et celle entre le satellite et l’utilisateur au sol (descendante).
1.5.1 Puissance isotrope rayonnée équivalente (PIRE)
Une antenne isotrope émet dans toutes les directions de la sphère, comme une lampe pendue à

un fil. La densité de la puissance à la surface interne de la sphère est : Watts par

mètre carré .

Une antenne placée au foyer d’une parabole émet un fin pinceau qui contient toute la
puissance de l’émetteur, au rendement près. On ne conçoit que la puissance en watts par mètre

carré est beaucoup plus importante, c’est le gain de l’antenne G :

(1.06)

Plus l’antenne est grande plus le faisceau est étroit.


La dimension de l’antenne au sol n’est pas limitée, tandis que celle du satellite doit tenir dans la
coiffe de lanceur.
Une parabole de 2.80 m de diamètre correspond à un faisceau de 0.6° d’ouverture et définit la
plus petite zone terrestre couverte pour la plage de 12 GHz. L’ouverture en radians du faisceau
d’une antenne parabolique circulaire est donnée par le quotient de la longueur d’onde (2.5 cm à 12
GHz) par le diamètre de l’antenne.
Ainsi, la densité de puissance, à la distance D est :

(1.07)

La puissance isotrope rayonnée équivalente (PIRE) est calculée en connaissant la puissance


de l’émetteur et le gain de l’antenne. Elle s’exprime en décibels watts.

(1.08)

9
Les pertes dans le câblage sont de l’ordre de 1 dB. Pour les satellites actuels dont la puissance
est de l’ordre de 50 W par canal, on obtient une PIRE de 52 dBW. C’est la valeur qui est inscrite
sur la première courbe de niveau dans l’axe de l’antenne, au centre de la zone couverte. Plus on
s’éloigne de ce centre, plus les niveaux PIRE diminuent et plus les récepteurs nécessitent des
antennes paraboliques de diamètre plus important.

1.5.2 Affaiblissement pendant le trajet


Il comprend :
 L’affaiblissement en espace libre (Low Noise Free) est fonction de la
fréquence et de la distance.
C’est l’affaiblissement que subirait le signal si la transmission s’effectuait dans le vide parfait:

(1.09)

Soit en décibel (dB) :


(1.10)

D : distance parcourue
λ : longueur d’onde de la fréquence d’émission
 L’affaiblissement dû à l’absorption atmosphérique varie entre 1.5 dB pour
99 % du mois le plus défavorable et 4.5 dB pendant 0.1% du mois le plus défavorable.
- L’affaiblissement total est compris entre 207.5 dB et 210.5 dB.
- Le niveau isotrope au sol est de : + 52 – 207 = - 155.5 dBW.

1.5.3 Gain à l’entrée du récepteur


Si on adapte une antenne parabolique de 60 cm de diamètre, avec un rendement de 70% à 12
GHz, on obtient un gain de 36 dB (cf. tableau).
Perte de couplage entre l’antenne et la tête SHF : 0.5 dB

Perte due à un pointage imprécis de l’antenne : 1 dB

Gain net : 36 – 0.5 – 1 =34.5 dB

10
Niveau du signal à l’entrée du récepteur : - 155.5 + 34.5 = - 121 dBW

1.5.4 Rapport C/N (Carrier/Noise ou porteuse/bruit)


C’est le rapport de la puissance du signal reçu (C) dans la bande de fréquence B du récepteur,

sur la puissance N du bruit qui est donnée par :


(1.11)

Avec : E = PIRE (dBW)

G : gain (dB)

A : atténuation globale (dB)

T : température du bruit de l’antenne et de la tête SHF (K)

B : largeur de bande F.I du récepteur (MHz), avec 10 log k = + 226.6 dB (constante


de Boltzmann).

Le rapport C/N donne la qualité de l’image sur l’écran du récepteur :

 C/N =6 : très bruyant, mauvaise qualité d’image, pas de couleur.


 C/N =8 : seuil limite, quelques traces de bruit.
 C/N =10 : bonne réception, bonnes couleurs.
 C/N =12 : excellente réception, qualité TV par câble.
 Et au-delà.

Le bruit se traduit sur l’image par des points blancs ou sombres. Il est intéressant de connaître
ces valeurs que l’on retrouve sur les catalogues et de savoir comment elles sont calculées.

1.5.5 Facteur de qualité G/T de la station


Cette valeur permet de choisir l’antenne qui convient en fonction de C/N. On a :

(1.11)

Ce sont les mêmes paramètres que ceux de la formule précédente.

11
En fonction de la PIRE du satellite, on se fixe la qualité d’image C/N. Puis, on choisit une
valeur du facteur de bruit de la tête SHF E. on ajoute l’atténuation globale A ; la largeur de bande
F.I (B) et 10 log k = +226.6 dB ; ce qui donne une valeur du gain d’antenne en dB.
Le tableau ci-après donne le diamètre de l’antenne en fonction du gain en dB et de son
efficacité (à 12 GHz).

Efficacité

(%)

50 55 60 65 70 75 80

Ф Antenne

(cm)

30 28.5 28.9 29.3 29.7 30.0 30.3 30.6

Gain en décibel (dB)


60 34.5 35.0 35.3 35.7 36.0 36.3 36.6

70 35.9 36.3 36.7 37.0 37.4 37.7 37.9

80 37.0 37.4 37.8 38.2 38.5 38.8 39.1

90 38.1 38.5 38.9 39.2 39.5 39.8 40.1

100 39.0 39.4 39.8 40.1 40.4 40.7 41.0

110 39.8 40.2 40.6 40.9 41.3 41.6 41.9

120 40.6 41.0 41.3 41.7 42.0 42.3 42.6

130 41.3 41.7 42.0 42.4 42.7 43.0 43.3

140 41.9 42.3 42.7 43.0 43.4 43.7 44.0

150 42.5 42.9 43.3 43.6 44.0 44.3 44.6

Tableau 1.01: diamètre de l’antenne en fonction du gain et de l’efficacité

12
1.5.6 Liaison montante
Les mêmes paramètres sont applicables à la liaison montante comme à la liaison
descendante : puissance isotrope rayonnée équivalente (PIRE), affaiblissement en espace libre,
affaiblissement dû à l’absorption atmosphérique, gain en entrée du récepteur, rapport C/N.
Cependant le problème à résoudre est bien différent. La station au sol n’est pas limitée, ni par
la puissance de l’émetteur, ni par la dimension de l’antenne.
Le faisceau doit être le plus fin possible, il ne s’agit plus de couvrir la surface d’un pays,
mais de viser l’antenne de satellite de 2 à 3 m de diamètre, avec une certaine marge de sécurité.
Pour obtenir un tel faisceau, il faut une antenne qui peut atteindre 10 à 40 m de diamètre.
Pour une liaison montante prise en exemple, on obtient les valeurs suivantes :

 Station terrienne :
- Puissance d’émission : 29.5 dBW
- Pertes (feeders, etc.) : 5 dB
- Gain de l’antenne : 64.8 dB
- Perte due à l’erreur de poursuite : 0.5 dB
- PIRE : 88.8 dBW
 Trajet :
- Affaiblissement en espace libre : 207.2 dB
- Affaiblissement dû à l’atmosphère : 0.5 dB
 Satellite :
- Gain de l’antenne : 26.5 dB
- Perte dans la direction de la station : 2.6 dB
- Niveau à l’entrée du récepteur : - 95 dB

On remarque les différences suivantes avec la liaison descendantes :

PIRE : 88.8 dBW contre 52 dBW

Niveau à l’entrée du récepteur : - 95 dBW contre – 121 dBW

A noter qu’on peut ainsi avoir un excellent rapport C/N dans le récepteur du satellite et la
liaison montante ne diminue pas la qualité du signal.

13
1.6 Position orbitale des satellites [4] [16]
L’orbite géostationnaire sur laquelle se trouvent les satellites de radiodiffusion leur permet de
faire le tour de la terre en 23h 56 min 4s. Ainsi, ces satellites, appelés géosynchrones, donnent
l’impression d’être immobiles pour un observateur terrien. La figure ci-dessous montre que
l’orbite utilisée, est de forme circulaire. Elle est située sur le plan équatorial à une altitude de
35 800 km. Ceci explique que les antennes satellites, doivent être pointées en une direction de
l’équateur. Ensuite, elles seront orientées à l’Ouest ou à l’Est par rapport à la référence choisie : le
méridien de Greenwich (longitude 0°).
L’examen des positions relatives du satellite géostationnaires, de la Terre et du Soleil montre
qu’aux périodes d’équinoxe, le satellite passe dans le plan de l’écliptique à minuit, heure locale du
méridien, à la verticale duquel il se trouve. La figure 1.04 donne la durée de l’éclipse pendant les
périodes d’équinoxe de printemps et d’automne. Cette durée atteint 70 minutes pendant dix jours,
des 15 à 25 mars et Septembre.

Figure 1.04: Durée de l'éclipse du soleil sur le satellite pendant les équinoxes de printemps et
d'automne
L’énergie électrique nécessaire au fonctionnement du satellite est fournie par des cellules
solaires. Lorsqu’il passe dans l’ombre, il n’est plus alimenté. C’est pourquoi les satellites
disposent d’une batterie d’accumulateurs Ni-Cd ou Ni-H pour assurer leur mission en
permanence, même pendant les éclipses des équinoxes.

14
1.7 Le site de l’installation [5] [8] [1] [19]
Voici quelque définition de base et méthodes de calcul concernant les coordonnées du site de
l’installation :
1.7.1 Longitude et latitude
De façon à définir la position d’un point sur la terre, elle est parcourue par des lignes fictives
perpendiculaires entre elles. Le méridien de Greenwich, un observatoire de la banlieue de
Londres, définit l’origine de la longitude. Les méridiens découpent la terre en lignes passant par
les deux pôles de 180° à l’ouest du méridien de Greenwich et de 180° à l’est, formant les 360° de
la circonférence de la terre.
La latitude 0°est située à l’équateur, la latitude decercle
90°arctique
N est au pôle nord et la latitude 90°S au
N

pôle Sud.
1.7.2 Nord magnétique et Nord géographique

Pour calculer avec précision l’angle d’azimut Pentre le nord géographique et la position du
compas magnétique
satellite à recevoir sur l’orbite géostationnaire, il y a lieu de définir sa direction.
boussole
180°
172°
Une boussole donne la direction du nord magnétique. Pour obtenirméridien
le nordréel géographique, une
par rapport à P
correction angulaire est à introduire ; elle est variable selon la longitude, la latitude du lieu et au fil
Equateur
des années
Une autre méthode utilise la position du Soleil. On repère dans le calendrier l’heure du lever

du Soleil Hl et celle de son coucher Hc à la date donnée. La valeur moyenne

donne alors midi au Soleil, c'est-à-dire l’heure à laquelle le Soleil est exactement au Sud et le plus
haut sur l’horizon. A cette heure exacte, on repère l’ombre portée d’un piquet bien vertical qui
indique le Sud. L’angle que fait cette ombre avec l’indication de l’aiguille de la boussole donne
l’angle de correction désiré. Cette méthode est précise.

15
Figure 1.05: Correction entre le nord magnétique et le nord géographique
On remarque que les fractions des degrés d’angle sont données soit en minutes, soit sous la
forme décimale qui simplifie les calculs. Voici, représenté par le tableau ci-dessous, la conversion
des minutes en fraction décimale du degré.

minutes 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50 55 60

Fraction 0.0 0.1 0.2 0.3 0.42 0.5 0.5 0.6 0.7 0.8 0.9 1

décimal 8 7 5 3 0 8 7 5 3 2

Tableau 1.02: Conversion des minutes en fraction décimale du degré


Une carte géographique permet de définir les coordonnées du lieu d’installation de la station.
1.7.3 Angle d’élévation
L’angle d’élévation est de 90° à l’équateur et les antennes pointent vers le Zénith. A mesure
que l’on monte en latitude, l’angle d’élévation diminue de valeur pour recevoir les satellites sur
l’orbite géostationnaire, située au niveau de l’équateur.
A la latitude 80° se situe la limite de la réception des émissions des satellites, car l’angle
devient si petit que l’antenne capte trop de bruits parasites situés au niveau du sol.
La détermination de l’angle d’élévation peut être comparée à l’angle que fait un télescope
pour regarder une étoile, avec le sol. L’inclinomètre employé est basé sur le même principe.

16
téléscope
"regardant" le satellite

angle d'élévation
horizontal

Satellite

latitude 90°

latitude 0°
angle d'élévation

Figure 1.06 : Angle d'élévation


1.7.4 Angle d’azimut
C’est l’angle compris entre la droite nord-sud du lieu de la station et celle pointant vers le
satellite à recevoir. Cet angle est compté dans le sens des aiguilles d’une montre.
Exemple : soit à recevoir le satellite 1 situé à 30° Est du méridien de la station P, son angle
d’azimut est de 150°. Le satellite 2 est à 45° Ouest, son angle d’azimut est de :

Le calcul des angles d’élévation et d’azimut est assez complexe, c’est pourquoi il a été jugé
préférable de donner la valeur de ces angles, en fonction de la latitude et de la différence de
longitude, entre le satellite et la station de réception par des tables qui fournissent ces valeurs
pratiquement pour chaque pays.

17
Pôle N
terre
azimut du satellite 1
150° réel
Nord de P
azimut du satellite 2 azimut du satellite 1
45° Ouest, sa position 30° Est, sa position

Sud de P 30°
45°

Figure 1.07 : Angle d'azimut


1.7.5 Angle de déclinaison
Il n’est pas aisé de régler l’angle d’élévation d’une antenne parabolique, car il faut partir
d’une droite horizontale fictive au centre de l’antenne. Il est plus facile de partir de la surface
horizontale du sol et de mesurer l’angle de déclinaison, avec un inclinomètre.

Figure 1.08 : Angle d'élévation et de déclinaison


Ainsi, en plaçant une règle sur le plan de la parabole (ligne trait interrompu de la figure), on
mesure avec un inclinomètre l’angle de déclinaison par rapport au plan du sol et on procède au
réglage de la monture pour obtenir l’angle d’élévation calculé.

18
1.7.6 Seconde méthode de calcul de l’angle d’élévation
Elle est souvent adoptée pour le réglage d’un support équatorial (voir figure).

Soit e : l’angle d’élévation que fait l’axe de la parabole avec le sol

I = angle d’inclinaison égal à la latitude de la station,

d = off-set de déclinaison

Figure 1.09 : Seconde méthode de calcul de l'angle d'élévation


On a toujours I+d+e=90°
L’off-set de déclinaison d est égal à 0 à l’équateur et à 10 au pôle nord. Le tableau ci-après donne
d en fonction de la latitude.

latitude 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48

Angle off- 6.0 6.1 6.2 6.3 6.5 6.6 6.7 6.8 6.9 7.0 7.1 7.2
set de
déclinaison

latitude 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60

Angle off- 7.3 7.4 7.5 7.6 7.7 7.8 7.8 7.9 8.0 8.0 8.1 8.2
set de
déclinaison

Tableau 1.03 : Angle de déclinaison en fonction de la latitude


Comparaison des deux méthodes de calcul :
Soit une station à 51°N, l’élévation d’après table est de 31.6° pour le méridien de Greenwich.
Par conséquent la déclinaison est : 90°-31.6°=58.4°.

19
Pour la seconde méthode, on obtient :
Latitude 57° + off-set 7.5°= 58.5° de déclinaison. Elévation : 90° - 58.5° = 31.5°. On voit que les
résultats sont comparables.

1.7.7 Choix du diamètre des antennes


Les dimensions des antennes, d’une réception par satellite, sont fonction de :
 Du satellite de la plus faible puissance à recevoir.
 Du facteur de bruit de la tête SHF.
 Du type d’installation.
 D’un rapport C/N le plus élevé possible.
 D’un facteur de qualité G/T qui détermine le gain de l’antenne.

20
CHAPITRE 2 : LE SYSTEME DE TELEVISION PAR SATELLITE
2.1 Type de télévision existant [7] [11]
Il s’agit d’étudier un système de télévision par satellite. Les paragraphes suivants font un tour
d’horizon des différents systèmes de télévision.
2.1.1 Télévision par réseau hertzien
La télévision est présente dans tous les foyers grâce au réseau hertzien. Dans ce cas, la gestion
du système d’émission se réalise à partir d’un relais situés sur les points hauts d’une ville, et
l’information est diffusée à l’ensemble des habitations. Il y a donc nécessité d’un grand nombre de
relais hertziens pour que chaque foyer ait accès au signal émis. Dans certaines parties isolées, les
habitants ne reçoivent pas toutes les chaînes.
De plus, le système ne permet pas d’augmenter facilement le nombre de chaînes diffusées
simultanément. Il est donc à réserver pour des chaînes généralistes. Devant ces problèmes
techniques, deux autres systèmes de diffusion ont vu le jour : la télévision par câble et la télévision
par satellite.
2.1.2 Télévision par câble
La télévision par câble impose que le foyer soit relié au réseau des fournisseurs. Le câblage
des villes s’est ainsi fait rapidement et les foyers concernés disposent de plusieurs chaînes dont
des chaînes spécialisées.
L’avantage principal de ce type de diffusion est la facilité de connexion. L’inconvénient
principal est le quasi impossibilité de desservir tous les foyers, notamment en milieu rural.

2.1.3 Télévision par satellite


La télévision par satellite impose l’utilisation d’une antenne spéciale (souvent une parabole)
permettant de capter les informations provenant d’un satellite.
Le satellite renvoie sur une grande surface de la terre, le signal qui lui est envoyé d’une
station émettrice. Ainsi, si le signal est codé de façon analogique ou numérique, il sera renvoyé
respectivement de façon analogique ou numérique. Par contre, la fréquence du signal de montée
est différente de celle du signal de descente.

2.2 Présentation du système de télévision par satellite [15] [11] [9] [17]
2.2.1 Historique
Voici un tableau résumant l’historique d’un système de télévision par satellite.

21
Date Nom Réalisation

1958 Project score Premier message vocal retransmis depuis l’espace

1962 Telstar 1 1er satellite de relais des programmes de télévision entre les USA et l’Europe

1963 Syncom 2 1er satellite géosynchrone.

1965 Early Bird 1er satellite de communication commercial.

1967 Intelsat 2B 1er d’une série de satellites utilisés pour la télévision, le téléphone et les
données.

1984 Telecom 1A 1er satellite français de télécommunications.

1988 Astra 1B Son émis en FM et souvent en stéréo.

1991 Telecom 2A 2ème génération de satellites français de télécommunications.

1992 Telecom 2B Emission des 5 chaînes généralistes (TF1, F2, …)

1996 Astra C….G Satellites Co-positionnés à 19.2 EST- télévision numérique : choix de

1997 plusieurs Programmes.

Tableau 2.01: Historique d’un système de télévision


2.2.2 Union internationale des télécommunications (U.I.T)
Union internationale des télécommunications (UIT), agence spécialisée des Nations unies,
fondée à Paris en 1865, sous la dénomination d'Union télégraphique internationale.
En 1934, l'UIT est créée pour succéder à toutes les agences précédentes ayant existé dans le
domaine des télécommunications et en 1947 l'UIT devint l'unique agence spécialisée des Nations
unies ayant compétence en la matière
La télévision par satellite est organisée au niveau mondial par l’U.I.T qui définit notamment :
 La position orbitale des satellites
 Les fréquences utilisées
Les objectifs de l'UIT sont les suivants :

22
 maintenir et étendre la coopération internationale dans le but d'améliorer et
d'utiliser rationnellement tout type de télécommunication.
 promouvoir le développement et la capacité d'exploitation des moyens techniques
afin d'optimiser les services de télécommunication.
 accroître leur utilité et les rendre, en général, accessibles au public et harmoniser les
efforts des nations afin qu'elles puissent atteindre ces objectifs.
Actuellement, Les questions à l'étude concernent plus particulièrement les problèmes et les
perspectives des télécommunications spatiales ainsi que l'expansion des télécommunications dans
les pays membres en voie de développement.

2.2.3 Digital Video Broadcasting (DVB)


Le projet DVB est un groupe d’experts provenant de 200 sociétés internationales. C’est ce
groupe qui a définit la norme MPEG pour la télévision numérique : 720 points * 576 lignes. En
comparaison, le standard Pal ou Secam utilise : 500 points * 576 lignes.
A l’origine, l’objectif fixé au projet était de parvenir, en Europe, à un accord s’agissant des
systèmes TV numériques des prochaines années. Au fil des ans, la DVB a dépassé sa vocation
purement européenne pour devenir une alternative des systèmes NTSC, PAL, SECAM, et MAC.
Voici les avantages de la norme DVB :
La distribution de la TV et des services télévisés futurs passera par les satellites, les réseaux
terrestres et de télécommunications. La DVB se veut d’abord économique :
 Coté matériel, la DVB s’est fixé pour but de développer, pour l’ensemble des
moyens de transmissions une famille de systèmes appliquant autant que faire se peut des techniques
communes, ainsi même dans des contextes entièrement différents, ce qui ne peut que conduire à une
réduction des coûts tant pour les fabricants que pour les consommateurs.
 Coté fréquentiel, économie aussi du point de vue de l’encombrement fréquentiel, la
réduction numérique du débit de l’information (MPEG : Motion Picture Expert Group, procédé à
différentes degrés de qualité d’image et donc de réduction du débit) permet de loger plus
d’émissions dans une même bande de fréquences.

23
2.2.4 Bande de fréquence allouée
La conférence Administrative de l’UIT (Union Internationale de Télécommunication) 1992 a
défini ou confirmé la plage de fréquences réservées aux satellites de télévision et de
télécommunication, utilisant l’orbite géostationnaire.
Les bandes de fréquences allouées sont les suivantes :
 Bande C ou 6/4 GHz, utilisées notamment par les satellites américains et
soviétiques, avec une largeur de bande de 500 MHz.
- 5.925 - 6.425 GHz pour une liaison montante Terre-Satellite.
- 3.700 - 4.200 GHz pour une liaison descendante Satellite-Terre.
 Bande 8/7 GHz
- 7.900 - 8.395 GHz liaison montante.
- 7.250 - 7.745 GHz liaison descendante.
 Bande Ku 14/12 GHz, ces fréquences sont notamment employées par les chaînes
européennes et la plus utilisée en télévision.
- 14.000 -14.800 GHz liaison montante
- Pour la liaison descendante, elle est subdivisée en sous-bandes :
- bande Ku 1 ou bande FSS (Fixed Satellite Service, créé aux Etats-
Unis) : 10.950 – 11.700 GHz
- bande Ku 3 ou bande DBS : 11.700 – 12.500 GHz.
- bande Ku 5 ou bande Télécom : 12.500 – 12.750 GHz.
 En étude : une bande pour TVHD (bande large)
- 21.4 – 22 GHz, théoriquement disponible le 01/04/2007 et la liaison de
connexion TVHD est : 24.25 – 25.25 GHz.
A noter que celles utilisées par les satellites sont différentes et plus puissantes que celles
employées par les réseaux hertziens.
La croissance du trafic impose d’autres bandes de fréquences, à savoir la bande 30/20 GHz,
avec une largeur de bande de 3 500 MHz. Il faut préciser que la dénomination des bandes n’est
pas le même partout.
2.2.5 Polarisation du signal émis par le satellite
• Polarisation côté signal
Pour améliorer la transmission des ondes provenant du satellite, le signal émis est :
 Polarisé linéairement en horizontal ou en vertical.

24
 Pour la polarisation verticale, les vibrations sont parallèles à une direction
donnée dans un plan perpendiculaire au sol.
 Pour la polarisation horizontale, les vibrations sont parallèles à une direction
donnée dans un plan parallèle au sol.
 Soumis à une polarisation circulaire droite ou gauche.
 Pour la polarisation circulaire droite, les vibrations tournent de la gauche
vers la droite.
 Pour la polarisation circulaire gauche, les vibrations tournent de la droite
vers la gauche.
A noter que les polarisations les plus utilisées sont la polarisation verticale et horizontale.

• Polarisation côté antenne


Pour définir la polarisation d’une antenne, on se base sur la direction de la composante
électrique du champ électromagnétique. Si l’antenne est positionnée verticalement sa polarisation
est verticale, si l’antenne est horizontale, il en est de même pour sa polarisation, et si l’antenne est
oblique, la polarisation est oblique.
A noter que ces positions sont prises par rapport au sol. Cependant certaines antennes
permettent de faire varier la direction des champs et c’est le cas des antennes à polarisation
circulaire souvent utilisées en UHF sur les satellites.
Il faut simplement retenir que l’antenne d’émission et l’antenne de réception, dans la mesure
du possible, doivent présenter la même polarisation. Le courant induit dans l’antenne de réception
est plus important si les différents champs l’atteignent sous un angle conforme à sa polarisation.
Cette règle de réciprocité n’est valable en propagation ionosphérique dans la mesure où les divers
rebonds de l’onde peuvent modifier sa polarisation.
Par contre en onde de sol, en VHF, UHF et SHF, la réciprocité est très importante. En règle
générale, il faut également retenir qu’une antenne à polarisation horizontale est moins sensible aux
parasites que son homologue à polarisation verticale.

2.2.6 Améliorations liées au numérique


Voici quelques spécificités de l’amélioration liée au numérique :
 Qualité de l’image et du son
 Programmation décalée dans le temps (20h00 ; 20h30 ; 21h00…)
 Choix entre plusieurs programmes (par exemple) sur une même chaîne

25
 Multi-transmission : plusieurs angles de vues
 Choix entre plusieurs films dans une bibliothèque (film émis toutes les 24 h)
 Interactivité : heure de début, durée, paiement à la carte…

2.3 Présentation du système de réception [1] [3] [15] [10] [7] [8]
La capture du signal SHF
Le signal SHF en provenance du satellite est focalisé au foyer de l’antenne parabolique. C’est
à cet endroit qu’il doit être capturé et traité par le convertisseur SHF, ou LNB en anglais, ou
encore par la « Out door unit » qui montre bien que ce convertisseur se trouve à l’extérieur.

2.3.1 La source
La source comprend : le cornet, le guide d’onde, la sonde, la transition, les polariseurs ou
dépolariseurs, les transducteurs selon, la ou les émissions à recevoir.
2.3.1.1 Le cornet
Un cornet doit :
- collecter les ondes focalisées au foyer du réflecteur,
- détecter le moins possible de bruit et de signaux parasites,
- ne pas ajouter de bruit propre et détecter la polarisation linéaire ou circulaire
du signal à recevoir et éliminer les autres.
 Diagramme de rayonnement
Un cornet bien adapté doit collecter les ondes issues du réflecteur et rejeter les autres. Le
cornet doit éclairer uniquement la surface du réflecteur. S’il n’en éclaire qu’une partie, le gain de
l’antenne est réduit et elle capte moins de bruit : les lobes parasites sont plus faibles.
Dans le cas d’un éclairement correct, le gain de l’antenne est maximal et les lobes parasites
sont réduits.
S’il éclaire une surface plus grande que celle du réflecteur, le bruit augmente, les lobes
parasites sont importants. Les cornets doivent être adaptés au rapport F/D du réflecteur. On a vu
que ce rapport est compris entre 0.25 et 0.60.
 Types de cornets
Le cornet est constitué par une ouverture de forme adaptée au réflecteur et au guide d’onde
qui transmet l’énergie SHF au convertisseur (voir figure 2) grâce à une sonde.
Les dimensions du cornet sont inversement proportionnelles à la fréquence à recevoir.
La sonde doit être bien adaptée au guide d’onde, de façon que toute l’énergie venant du
réflecteur soit captée par la sonde. Une fraction minimale doit être réfléchie.

26
Le rapport d’ondes stationnaires (ROS) S est de :

(2.01)

Avec : R : le coefficient de réflexion, c’est-à-dire le rapport de l’énergie réfléchie sur l’onde


incidente.
 Si R = 0 : toute l’énergie est transmise
 Si S = 1 : c’est le cas idéale

Dans la pratique, S = 1.2 pour un très bon cornet.

Figure 2.01: Principe du cornet

Figure 2.02: Cornet scalaire avec ses anneaux concentriques d’adaptation

Le cornet scalaire (Figure 2.02) est de plus en plus utilisé. Il est constitué par un tube guide
d’onde dont l’ouverture est surmontée d’un système d’anneaux concentriques qui adaptent le
cornet au réflecteur. Certains types d’anneaux peuvent coulisser sur le tube, de façon à ajuster
avec précision le cornet au réflecteur de rapport F/D donné.

 Positionnement du cornet :

27
Il est important que le cornet soit exactement positionné au foyer du réflecteur
parabolique. Le foyer doit être situé à l’entrée du cornet qui doit coïncider avec celui du réflecteur.
Un positionnement défectueux du cornet entraine une perte de gain importante.

 Supports de cornet
Il existe deux types principaux de supports de cornet :
- Le support axial en forme de col de cygne ou de crochet (figure 4) : Le
support type col de cygne est formé d’un tube qui est fixé au centre du réflecteur et dont la partie
supérieure est décalée de l’axe. Elle revient à nouveau vers l’axe pour supporter la source. Ce
support permet de bien positionner le cornet au foyer. Cependant, il est peu rigide sous l’action du
vent.
- Le support tripode (figure 2.04) : il est plus employé, et est constitué par
trois tiges faisant entre elles un angle de 120° reliant le cornet au bord du réflecteur. Il est plus
rigide que le support col de cygne, cependant il est plus difficile de positionner le cornet avec
précision au foyer. Souvent l’antenne et son support sont livrés pré-positionnés.

Figure 2.03 : Support axial en col de cygne

Figure 2.04 : Support tripode

28
2.3.1.2 La sonde de sélection de polarisation
Le cornet suivi de son guide d’onde aboutit à la sonde de polarisation. La figure ci-dessous
donne le principe de cette sonde : en (a) pour la polarisation verticale, en (b) pour la polarisation
horizontale, en (c) pour la détection de la polarisation circulaire droite, grâce à l’adjonction d’une
lame diélectrique en téflon, en (d) pour la polarisation circulaire gauche.

Figure 2.06 : Vue des différentes sondes au fond d’un cornet scalaire

- (a) polarisation verticale


- (b) polarisation horizontale
- (c) polarisation circulaire droite
- (d) polarisation circulaire gauche

La situation est simple pour la réception d’un seul satellite, elle se complique pour la
réception de plusieurs satellites dont les ondes sont polarisées différemment.

2.3.2 La tête SHF ou LNB


Dans la littérature anglo-saxonne ce dispositif est appelé Low Noise Blockconverter (LNB) ou
bloc convertisseur à faible bruit. Il est placé immédiatement après les appareils décrits sur le
tableau précédent, au foyer de l’antenne, dans un cylindre, ou dans un moulage plastique
hermétique.

29
En mélangeant l’onde SHF reçue dans les gammes 11/12 GHz, avec un oscillateur local
fonctionnant ici, au-dessous de ces fréquences, on obtient un battement égal à cette différence ;
c’est la fréquence intermédiaire (F.I) appelée : BIS pour le signal satellite.

Figure 2.07 : Bloc schéma théorique d'une tête SHF


Il serait, en effet difficile de transporter un signal de 11/12 GHz entre l’antenne et le récepteur
qui peut être à 20 m et même à 30 m de là, sans pertes énormes et pour un prix de guide d’onde
prohibitif.
Le guide d’onde de la source est fixé sur la fenêtre d’entrée de la tête SHF. Le filtre passe-
bande d’entrée est constitué par un guide d’onde à plusieurs cavités pour éliminer les fréquences
indésirables et éviter le rayonnement de l’oscillateur local dans l’antenne.
L’amplificateur produit un gain de 40 à 60 dB. Il est très important que son facteur de bruit
soit le plus faible possible, entre 0.8 et 1.5 dB. Il est complété par un filtre éliminant les
fréquences indésirables et celles en polarisation inverse de celle voulue.
L’oscillateur est réglé sur une fréquence fixe, inférieure à celles reçues. Le mélangeur est suivi
par un amplificateur à fréquence intermédiaire. Le gain de conversion total est de l’ordre de 50
dB.
La sortie et la liaison avec le récepteur est assurée sous 75 Ω, par un câble coaxial classique de
descente d’antenne de bonne qualité.
L’alimentation est superposée au signal dans le câble coaxial, entre l’âme centrale et la tresse
métallique. Elle est fournie par le récepteur. Un circuit sépare l’alimentation du signal à l’entrée
du convertisseur qui est, ainsi, protégé.

30
2.3.2.1 Caractéristiques des têtes SHF
Il existe sur les catalogues des têtes monobandes, des têtes bi-bandes, et des têtes universelles.
Les têtes monobandes sont au nombre de trois :
- Ku 1 : 10.95 à 11.70 GHz
- Ku 2 : 11.70 à 12.50 GHz
- Ku 5 : 12.5 à 12.75 GHz
La bande de fréquence intermédiaire satellite (BIS) s’étend de 950 à 1750 ou 2050 MHz.
Soit une fréquence de l’oscillateur local de :

- Ku 1 : 10 GHz BIS : 950 à 1750 MHz


- Ku 2 : 10.75 GHz BIS : 950 à 1750 MHz
- Ku 5 : 11.475 GHz BIS : 1025 à 1275 MHz
 Facteur de bruit :
- Le facteur de bruit d’une tête SHF est très important. Plus il est bas, plus le
diamètre de la parabole peut être diminué pour recevoir correctement une émission donnée.

Il s’exprime généralement en décibels : il est parfois donné sous forme de température de bruit en
kelvins (K). La relation suivante permet de passer de l’un à l’autre :

(2.02)

Avec : N = facteur de bruit (dB)

T = température en bruit (K)

Voici un tableau donnant la correspondance entre N et T pour quelques valeurs.

N (dB) 0.82 0.94 1.06 1.18 1.30 1.51 1.71 1.91 2.09 2.28 2.45

T (K) 60 70 80 90 100 120 140 160 180 200 220

Tableau 2.02: correspondance entre N et T

31
- Le facteur de bruit doit être le plus régulier possible sur toute la gamme de
fréquences couvertes par la tête SHF. La valeur du facteur de bruit est généralement donnée pour
290° K ou 23 °C ; elle augmente avec la température. Les têtes SHF commercialisées ont un
facteur de bruit compris entre 0.8 et 1.5 dB.
 Gain de la tête SHF : le gain de la tête SHF doit être régulier sur toute la plage
couverte. Il diminue légèrement lorsque la température augmente. Le gain de conversion est
compris entre 45 et 55 dB.
 Le rapport d’ondes stationnaires ROS du guide d’onde d’entrée de la tête SHF doit
être inférieur à 1.3.

2.3.2.2 Le convertisseur LNB universel


Il permet également de traiter les signaux numériques. Son facteur de bruit est très faible (vers
0.8 dB) et sa tenue en phase est bien maîtrisée.

 Les signaux à recevoir


Etant donné que les fréquences d’émission des satellites à recevoir couvrent l’ensemble des
bandes Ku 1, Ku 3 et Ku 5, il a fallu revoir les caractéristiques des LNB. On divise la plage en
deux :
- La bande basse (low band) de 10.70 GHz à 11.70 GHz.
- La bande haute (high band) de 11.70 GHz à 12.75 GHz.
Pour recevoir les deux bandes avec le même LNB, il suffit de modifier la valeur de la
fréquence de l’oscillateur local et de définir une bande BIS convenable.
• Bande basse : on a
- Oscillateur local (O.L) = 9.75 GHz
- BIS 1 = 10.70 – 9.75 = 950 MHz
Et BIS 2 = 11.70 – 9.75 = 1950 MHz
• Bande haute :
- Oscillateur local (O.L) = 10.60 GHz
- BIS 1 = 11.70 – 10.60 = 1100 MHz
Et BIS 2 = 12.75– 10.60 = 2150 MHz
Ainsi, le récepteur doit couvrir la bande BIS = 950 à 2150 MHz. La commutation des deux
bandes s’effectue grâce à un signal ultrasonore de 22 KHz - 0.6 V.

32
Pour la bande basse, le signal n’est pas appliqué, tandis que, pour la bande haute, il est véhiculé
entre le récepteur et le LNB par le coaxial.
• Les deux polarités du signal :
Les canaux sont alternativement polarisés en horizontal, puis en vertical, il faut donc pouvoir
inverser cette polarité dans la tête SHF. Cette inversion est obtenue en modifiant la tension
d’alimentation LNB, 13 V pour la polarisation verticale et 18 V pour la polarisation horizontale.

En définitive, on obtient le schéma du LNB universel sur la figure suivante :

Figure 2.08 : Bloc schéma du LNB universel (Astra)

2.3.3 Les antennes paraboliques


2.3.3.1 Les caractéristiques des antennes paraboliques
 Principe de l’antenne parabolique
Un réflecteur parabolique est obtenu en faisant tourner une parabole autour de son axe OZ (cf.
figure) qui est l’axe de symétrie sur lequel se trouve le foyer F. La distance focale est f = OF. Les
coordonnées X et Z de tous les points de la parabole (M) satisfont à la relation :

(2.03)

33
Figure 2.09 : Principe de l'antenne parabolique
Selon le diamètre de la parabole D, le foyer F peut se trouver à l’intérieur ou à l’extérieur du
paraboloïde (Z=Z1). Le rapport f/D est une caractéristique importante. Lorsque Z1 = f on a,
d’après la formule (1), un diamètre D tel que :

(2.04)

Soit : et

Donc :

Pour cela, on ne réalise pas des antennes telles que leur profondeur soit supérieure à leur

distance focale ; en pratique se situe entre 0.25 et 0.6.

Un faisceau de rayons parallèles à l’axe OZ de la parabole se focalise au foyer F ; c’est le cas


de la réception.
Toute source placée en f rayonne un faisceau parallèle ; c’est le cas de la l’émission.
Par contre, un faisceau de rayons faisant un angle avec l’axe OZ ne focalise pas au foyer et est
éliminé.

34
 Gain de l’antenne parabolique

L’énergie du faisceau concentrée au foyer dépend de :

• La surface de l’ouverture du réflecteur


• La longueur d’onde du rayonnement
• L’efficacité E du réflecteur qui dépend de sa qualité

Le tableau ci-dessous montre le gain des antennes en fonction de leur diamètre, de leur efficacité,
pour la fréquence 12.1 GHz en décibels.

Ces chiffres de gain en décibels sont valables pour toute la plage Ku de 11.7 à 12.75 GHz.

Diamètre (m) Efficacité

55 % 60% 65 % 70 % 75 %

0.4 31.4 31.8 32.2 32.5 32.8

0.5 33.4 33.8 34.1 34.4 34.7

0.6 35.0 35.3 35.7 36.0 36.3

0.7 36.3 36.7 37.0 37.4 37.7

0.8 37.5 37.8 38.2 38.5 38.8

0.9 38.5 38.9 39.2 39.5 39.8

1.0 39.4 39.8 40.1 40.5 40.8

1.1 40.2 40.6 41.0 41.3 41.6

1.2 41.0 41.4 41.7 42.0 42.3

1.3 41.7 42.1 42.4 42.7 43.0

1.4 42.3 42.7 43.1 43.4 43.7

1.5 42.9 43.3 43.7 44.0 44.3

Tableau 2.03: Gain des antennes en fonction de leur diamètre


Le gain G dans la direction de l’axe de la parabole est :

35
Et en décibels

(2.05)

En doublant le diamètre de la parabole, on quadruple le gain qui augmente avec le carré de la


fréquence.
L’efficacité d’une antenne parabolique dépend :
• De la précision de la courbe de la surface du réflecteur.
• Du coefficient de réflection de cette surface.
• Des réflections et absorptions parasites dues au cornet et à la monture située dans
l’ouverture de la parabole.
• Du débordement dû à une illumination incorrecte du réflecteur par la source.

Notons que d’après la formule de gain, on voit que les irrégularités de surface de la parabole
deviennent de plus en plus importantes lorsque la fréquence augmente.

Ces irrégularités peuvent provenir d’une déformation, ou d’un voilage du réflecteur lors de
son transport, ou au cours de son montage. Elles sont aussi dues à la présence de rivets, boulons,
vis de fixation qui altèrent la surface de la parabole.
Il faut se souvenir qu’ :

- une irrégularité de 0.1 mm entraîne une perte de gain de 3% à 12 GHz.


- et une irrégularité de 1 mm, une perte de gain de 20 %.

En général, on obtient une efficacité comprise entre 65 et 70 %.


 Largeur du faisceau et directivité
La largeur du faisceau d’une antenne parabolique dépend du diamètre de la parabole et de la
fréquence ; la largeur du faisceau principal (B) est donnée à – 3 dB (cf. figure).
Le lobe principal de l’antenne correspond à la puissance maximale du signal reçu. Les lobes
parasites traduisent le phénomène de diffraction par les bords de la parabole. Des signaux
parasites peuvent être ainsi détectés.

36
Plus le diamètre de la parabole est grand, pour une fréquence donnée, plus le gain est élevé et
plus le lobe principal est étroit. Le signal seul est reçu diminuant le bruit. Mais, par contre, plus le
pointage de l’antenne sur la position orbitale du satellite ne doit être précis.
Les lobes parasites sont fonction des imperfections de surface de la parabole et de son
montage.

Figure 2.10 : Directivité d'une antenne parabolique


Ces différents paramètres montrent l’importance du choix des antennes en fonction de leur
qualité et soin porté à leur montage.
Le tableau ci-dessous donne la largeur du lobe principal à - 3 dB en fonction du diamètre de la
parabole pour la bande Ku à 12 GHz.

Diamètre de l’antenne (m) Largeur de bande à -3 dB (°)

0.5 3.43

1 1.72

1.2 1.46

1.5 1.14

1.8 0.97

2 0.96

2.5 0.69

3 0.57

Tableau 2.04: Largeur du lobe principal

37
 Température de bruit d’une antenne
L’antenne capte et transmet au récepteur le bruit thermique rayonné par la surface du sol. Ce
bruit est dû à l’agitation des molécules ; c’est le mouvement Brownien. Il est nul à 0°K (-273° C)
et augmente avec la température. La puissance de bruit générée ou reçue est donnée par la
relation :

(2.06)

Où : k est la constante de Boltzmann (1.38 * 10-23 W/Hz/K)

T est la température absolue en Kelvins.

est la bande passante en hertz.

Le bruit est proportionnel à la température et à la largeur de bande de l’antenne, pour une


fréquence donnée.
On utilise souvent la température équivalente de bruit (T) pour caractériser le bruit des
antennes :

(2.07)

Une bonne antenne doit avoir une température de bruit faible, c'est-à-dire capter le moins de
bruit thermique par ses lobes parasites. Sa température de bruit diminue si l’angle d’élévation est
important, elle est minimale lorsque l’antenne pointe vers le zénith.
A ce bruit externe s’ajoute le bruit thermique interne introduit par le récepteur, principalement
par le premier étage de la tête SHF placée au foyer de la parabole. Il faut obtenir le rapport
signal/bruit le plus important possible.

2.3.3.2 Les différents types d’antennes


 L’antenne classique à foyer primaire ou centré
Cette antenne, qui vient d’être décrite, est très répandue, cependant elle présente certains
inconvénients.

38
Le cornet et l’amplificateur convertisseur placés au foyer occupent une certaine surface qui
intercepte une partie des ondes venant du satellite, diminuant le gain de l’antenne.

Les ondes diffractées par le bord du réflecteur, par les lobes parasites augmentent le bruit
thermique.
La neige et la poussière restent dans la parabole un certain temps augmentant ainsi les
irrégularités de surface (voir figure).

angle d'inclinaison par rapport


au faisceau de réception

90°
plan du bord
de la parabole

angle d'élevation par


rapport à l'horizontale

39
tête de réception

Parabole

Figure 2.11 : Antenne à foyer centré ou Prime focus

 L’antenne à foyer déporté (off-set)


Cette antenne est intéressante et se développe rapidement, bien que plus chère. Le réflecteur
est constitué par une partie de la parabole de telle manière que le cornet placé au foyer paraît
décalé. Cette disposition élimine l’effet de masque ou d’ombre portée par le cornet et son support
sur les ondes incidentes venant du satellite, d’où une meilleure efficacité de l’antenne (voir
figure).

Ce cornet est plus orienté vers le ciel et capte moins de bruit. Une telle antenne pointée vers le
satellite paraît presque verticale ; ainsi la neige, la pluie, les poussières ne peuvent s’y fixer. Les
irrégularités de surface ne sont pas augmentées.

40
angle d'inclinaison par rapport
au faisceau de réception
60° environ

plan du bord
de la parabole

Parabole

tête de réception

Figure 2.12 : Antenne à foyer déporté ou off-set

41
 L’antenne bifocale
Cette antenne est intéressante pour capter deux satellites voisins ; par exemple Astra et
Eutelsat dont les positions orbitales sont séparées de 6 ° avec deux têtes de réception (LNB) dont
les axes présentent le même angle.
Cette antenne est ovale, plus large que haute, sa forme de pressage est particulièrement
étudiée pour lui permettre d’être parfaitement adaptée à la réception des deux satellites avec un
rendement voisin de 75 % et un gain de l’ordre de 37 dB pour une antenne de 58 cm de hauteur et
68 cm de largeur, pris en exemple. Elle est comparable à une parabole de 50 cm de diamètre pour
chacun des deux satellites.

2.3.3.3 Fabrication des antennes paraboliques


Les antennes paraboliques sont fabriquées :
• Soit à partir d’une feuille d’acier galvanisé de 1 mm avec finition en peinture
polyester cuite au four.
• Soit à partir d’une feuille d’aluminium pressée dans un moule. Les antennes de
grandes dimensions peuvent être obtenues à partir de six « pétales » reliés ensemble. L’aluminium
est laqué de façon à être protégé de l’oxydation, les « pétales » peuvent être en aluminium grillage
et étiré. Des membrures de maintien permettent d’obtenir une courbe parabolique précise. La
surface des perforations atteint 38 %.
• Soit par moulage de polyester renforcé par de la fibre de verre. Après mise en
forme, une mince couche de métal est déposée à l’intérieur d la parabole. Puis, elle est protégée
par un vernis. Ces antennes présentent une bonne qualité de surface, elles sont légères et
résistantes.
2.3.3.4 Les supports des antennes
Pour permettre un pointage précis des antennes en direction du satellite et le conserver dans le
temps, les montures doivent présenter les qualités suivantes :

• Stabilité dans le temps


• Précision de pointage
• Souplesse de réglage
• Facilité de montage

42
Il existe deux types principaux de supports :
 Support azimut- élévation (Az-El)
Avec le support (Az-El), deux mouvements sont possibles :
- Un mouvement de rotation dans un plan parallèle à la surface de la Terre :
azimut.
- Un mouvement d’élévation.

La rotation est obtenue par un collier réglable autour de l’axe (azimut). L’élévation est réglée
par une vis entre la parabole et le support. Ce type de support peut être motorisé grâce à un moteur
horizon-horizon.

Figure 2.13 : Support azimut-élévation (Az -El)


 Support équatorial
Le support équatorial, ou monture équatoriale est le plus utilisé. L’axe polaire de l’antenne est
parallèle à l’axe géographique sud-nord de la Terre. L’angle polaire, ou angle d’inclinaison est
égale à la latitude du lieu, où se trouve la station.
Une fois ces réglages réalisés, l’antenne en tournant autour de l’axe polaire va balayer l’orbite
géostationnaire de l’Est à l’Ouest permettant la réception de tous les satellites donnant un niveau
de PIRE suffisant.

43
Si l’on veut bénéficier de cet avantage de la monture équatoriale, il est indispensable de la
motoriser à un vérin à déplacement linéaire
Ce moteur est télécommandé par un appareil placé près du téléviseur. Un circuit permet de
mettre en mémoire la position des différents satellites reçus.

2.3.3.5 Le choix des diamètres des antennes


Le diamètre de l’antenne parabolique à prendre en compte pour l’équipement de la station est
fonction :
• Du satellite de la plus faible puissance à recevoir.
• Du facteur de bruit de la tête SHF.
• D’une installation privée ou communautaire.
Le tableau ci-après donne le diamètre des antennes à adopter en fonction : de la puissance du
satellite au niveau du sol (PIRE) en décibels-watts, du facteur de bruit maximal de la tête SHF,
pour une installation privée et pour une installation communautaire.

Niveau PIRE (dbW) 64 60 56 52 50 46 44 42

Installation privée :

N = 3 dB Ø antenne (cm) 30 45 60 80 120 130 160 200

N = 3 dB Ø antenne (cm) 30 30 45 60 85 100 120 160

Installation communautaire :

N = 2 dB Ø antenne (cm) 60 85 100 130 180 200 300 450

Tableau 2.05: Diamètre des antennes


Avec ces dimensions d’antennes et ces facteurs de bruit, on obtient en réception individuelle
un rapport C/N de 13 dB, avec une atténuation pour la pluie de 1.5 dB et une très qualité d’image.
En réception communautaire on obtient un rapport C/N de 15 dB, pour une qualité d’image
supérieure.
Ces dimensions d’antennes sont optimales lorsqu’on se trouve au centre de la zone de
réception du satellite. Elles sont minimales aux limites de la zone pour la PIRE indiquée. Il faut
également tenir compte des conditions locales de réception.

44
2.3.4 Le récepteur numérique ou décodeur

Notons que, la parabole de l’installation analogique reste valable pour capter le signal
numérique, le LNB universel à faible et à bonne stabilité de phase est à préférer. Le signal BIS
entre 950 et 2150 MHz est dirigée vers le récepteur numérique, appelée aussi : décodeur, terminal.
Voici donc le schéma de principe de cet appareil :

Figure 2.14 : Schéma de principe d'un récepteur DVB


On constate que le signal BIS est démodulé par déplacement de phase QPSK. Le débit de
la démodulation est variable de 2 à 50 Mbit/s environ, ce qui est très large.
Ensuite, le correcteur d’erreur Reed-Solomon/Viterbi assure le contrôle du signal. Le bit stream
des données est démultiplexé de façon à pouvoir choisir le programme désiré, parmi ceux émis sur
le même répéteur du satellite. Puis, il est décodé selon la norme MPEG-2 en composantes audio et
vidéo. Le processeur vidéo, associé au processeur graphique permet d’obtenir des images aux
formats 4/3 ou 16/9, ainsi que l’affichage des données.
Pour le décodeur audio, il délivre un signal, mono, stéréo ou multilangues de qualité CD.
Le récepteur est crypté, un accès à carte abonné et un accès à carte bancaire sont prévus pour
valider le décryptage et permettre le paiement à la séance, par exemple.

45
Exemple de présentation de récepteur

Figure 2.15 : Face avant, face arrière du terminal numérique Canal+ Canalsatellite
La figure ci-dessus montre la face avant et la face arrière du terminal numérique Canal+
Canalsatellite avec sa télécommande.
Sur la face avant, on distingue :
- La fente pour la carte d’abonné
- La fente pour la carte bancaire de paiement
- Les voyants pour le menu personnel, la validation d’une étape
- Les touches multifonctions pour la sélection des menus
- L’affichage du numéro du programme réçu
- L’interrupteur secteur
Sur la face arrière sont disposées toutes les sorties :
- La prise secteur

46
- La prise téléphonique, pour l’intéractivité, via le modem
- Les raccordements à un ordinateur, liaison série ou parallèle
- Les sorties audio, stéréo pour la chaîne à haute fidélité
- Les deux prises péritel, liaisons vers le téléviseur et vers le magnétoscope
- L’entrée antenne satellite (BIS)
- La sortie antenne pour alimenter un récepteur satellite analogique(BIS)

Figure 2.16 : Télécommande du terminal numérique


2.3.5 La carte d’abonné
La carte d’abonné contient en mémoire tous les secrets pour le désembrouillage du signal.
Elles possèdent 15 zones pouvant être activées par 15 opérateurs différents.
Chaque zone contient :
- Les secrets de l’opérateur considéré pour le désembrouillage
- La description du bouquet de programmes pour lequel le consommateur
s’est abonné.

47
- Une bourse contenant des jetons qui ont été achetés, afin de pouvoir
regarder un programme sur le monde impulsif.
- La description des programmes qui ont été achetés à l’avance.
L’abonné peut communiquer avec le serveur télématique de prise de commande au moyen du
téléphone, du minitel, ou directement par le guide des programmes, plus un modem relié au
téléphone.
Les droits sont adressés via le satellite, ils créditent la carte d’abonné, par le débit de la carte
bancaire, ou par prélèvement automatique.
2.3.6 Liaison PC – décodeur
Le terminal numérique peut être relié à un compatible PC 386 au moins, soit à l’aide d’un
câble série, soit à l’aide d’un câble parallèle.
Des câbles « conformes C » de 3 à 5 mètres de longueur sont proposés à l’abonné, dans le cas où
le PC est proche du terminal :
- Le câble série muni des prises RS 232 admet des débits autorisés jusqu’à
100 Kbit/s.
- Le câble parallèle équipé de prises DB 25 mâle/mâle admet des débits
jusqu’à 700 Kbit/s.
A condition que la configuration du PC soit optimale, pour télécharger un jeu, ou un autre produit,
on doit :
- Payer la dépense
- Allumer le téléviseur sur la chaîne C
- Connecter le PC au terminal numérique
- Lancer le logiciel de téléchargement
- Cliquer sur le produit sélectionné, en haut et à droite de l’écran du PC.

48
CHAPITRE 3 : L’INSTALLATION DE RECEPTION
3.1 La liaison tête SHF-récepteur : les câbles [16]
Un câble coaxial de bonne qualité, impédance 75 Ω, assure la liaison entre la tête SHF et le
récepteur. Il transporte un signal compris entre 950 MHz et 2 150 MHz, selon la fréquence
satellite reçu. L’antenne est placée dans un endroit dégagé en direction du ou des satellites. En
ville, il s’agit généralement du toit de l’immeuble, le câble peut avoir une longueur d’au moins 20
m et les pertes doivent être minimales. Il est à noter que les pertes aux 100 m de câble à 1 000
MHz sont comprises entre 20 et 30 dB, selon son diamètre et sa qualité. A 2 150 MHz, les pertes
aux 100 m de câble sont comprises entre 30 et 40 dB.
Un câble spécial pour antenne motorisée comprend :

 Un câble coaxial 75 Ω classique


 Un câble 2 * 1.5 mm2 souple pour le moteur de l’antenne
 Un câble 3 * 0.63 mm2 souple pour le polariseur
 Un câble 3 * 0.22 mm2 souple pour le senseur
Pour la réception des deux polarités des signaux d’un seul satellite, un câble souple 2 * 0.40 mm2
repéré suffit pour le polariseur, si le LNB ne comporte pas de polariseur intégré.

3.2 Les caractéristiques de l’installation de réception [13] [12] [10] [18]


L’installation en réception d’une émission par satellite se divise en différent caractéristiques :
3.2.1 L’installation en réception privée
Le principe est d’alimenter un seul téléviseur, celui du propriétaire de l’immeuble, ou du
locataire d’un appartement. Il peut recevoir des émissions de :
• Un seul satellite : à ce moment l’antenne est fixe et elle est munie d’une seule tête SHF de
polarisation correcte, réglable sur la gamme de fréquence du satellite.
• De plusieurs satellites : pour cela, l’antenne off-set ou à monture équatoriale, est
télécommandée depuis le récepteur par un vérin, ou par un moteur horizon-horizon, de façon à
pouvoir parcourir une fraction, ou la totalité de l’orbite géostationnaire visible au lieu de
réception. Là, les satellites peuvent se trouver dans une ou plusieurs bandes de fréquences et les
polarités peuvent être de la même polarité ou de polarités différentes.

49
A noter que c’est à partir de la PIRE du ou des satellites à recevoir que va permettre de
déterminer le diamètre de l’antenne parabolique à adopter et la façon de la monter.
3.2.2 L’installation communautaire

Il s’agit d’une station destinée aux locataires d’un immeuble, ou d’une tête de réseau câblée.
Pour cela, il faut permettre à chaque abonné de recevoir, à tout moment, l’ensemble des stations
au programme. Il exige alors des conditions fondamentales pour la réalisation : il faut

• Autant d’antennes fixes qu’il y a de positions orbitales occupées par les satellites à
recevoir.
• Autant de têtes SHF qu’il y a d’antennes, de bandes et de polarisations différentes des
satellites à recevoir.

3.2.3 Examen de l’emplacement de l’installation


Pour une réception par satellite, il faut avoir une vue dégagée de l’orbite équatoriale
correspondant aux stations à recevoir. Pour cela, il faut déterminer le Sud géographique, grâce à
une boussole et à l’angle de correction entre le Nord magnétique et le Nord géographique. On
obtient l’axe Nord-Sud puis on calcule ensuite les angles d’azimut et de site des satellites à
recevoir. Ensuite, on effectue la visée optique de l’angle de site (élévation) et on voit si des
obstacles empêchent la réception de tel ou tel satellite. Si des obstacles sont ainsi révélés, il faut
examiner si on peut les éviter en déplaçant, ou en surélevant l’antenne.

3.3 Le positionneur [2] [8]


3.3.1 Utilisation et caractéristique
Le positionneur d’antenne est utilisé pour la réception de plusieurs satellites et qui peut être
comprise dans le récepteur, ou faire l’objet d’un boitier séparé. Il est positionné de façon à orienter
l’antenne avec précision sur la position orbitale des satellites pouvant être reçus. Il dispose en
mémoire, en liaison avec le récepteur, jusqu'à 99 programmes. Un positionneur peut être
commandé manuellement ou par télécommande.

50
3.3.2 Principe de fonctionnement

Soit le schéma synoptique suivant :

Parabole

fin de course

information capteur
de sélection de position
de canal depuis
le récepteur
amplificateur
microcontrôleur M
de puissance

mémoire
de "position"
POSITIONNEUR

Figure 3.01 : Synoptique d'un positionneur et de sa parabole

Comme le montre notre synoptique, il est donc composé d’un étage de puissance chargé de fournir
l’énergie au moteur ; étage de puissance piloté par un microcontrôleur. Celui-ci reçoit trois types
d’informations différentes :
- Une information provenant du récepteur satellite proprement dit qui lui indique, en
fonction de la chaîne choisie, dans quelle direction pointer la parabole.
- Une information provenant de la parabole elle-même qui lui indique sa position courante.
- Et enfin, des informations de sécurité ou fin de course du système de positionnement de la
parabole afin que le moteur ne puisse la détériorer en tentant de la faire aller trop loin.
Et les informations de position en provenance de la parabole, peuvent être de deux types:
• Analogique : grâce à un potentiomètre se déplaçant en même temps que la parabole.
• Numérique : grâce à un ILS actionné par un aimant. Ici, chaque tour du moteur, par
exemple, génère une impulsion de 0 à 12 V que le microcontrôleur compte pour savoir où en est
la parabole.
A noter que la mémoire de position de chaque satellite n’est donc pas une mémoire indiquant
des coordonnées réelles, mais simplement l’indication de la tension que doit délivrer le

51
potentiomètre de position ou le nombre d’impulsions à compter ou décompter à partir d’une
position de référence. En principe, le positionneur est combiné avec le récepteur prévu pour la
réception de plusieurs satellites.
3.4 Le montage des antennes paraboliques [9] [1] [16]
Une antenne parabolique comprend : le support, la monture, la parabole, la tête SHF,
éventuellement sa motorisation.
3.4.1 Fixation du tube support d’antenne
Le diamètre de ce tube est fonction du diamètre de la parabole ; il doit être fixé en position
verticale et il est impératif qu’il soit très stable. Les tubes sont généralement en acier galvanisé à
chaud ; leur diamètre est compris entre 50 mm, pour les antennes inférieures ou égales à 85/90 cm
de diamètre et jusqu’à 140 mm pour les antennes inférieures ou égales à 300 cm de diamètre. Leur
longueur est comprise entre 60 cm et 120 cm.
Dans ce cas, les tubes sont soudés sur une embase percée de 4 à 8 trous. Le trou central sert
à l’écoulement de l’eau. Dans le tableau ci-après, à titre d’exemple, on donne le diamètre du tube,
sa hauteur, la dimension de l’embase, en fonction du diamètre maximal de l’antenne qui peut être
montée.

Diamètre du Hauteur du tube Embase (mm) Nombre de trous Diamètre max.


tube (mm) (mm) antenne (m)

48.3 500 100*100 4 1.0

48.3 800 150*150 4 1.0

60.3 900 150*150 8 1.3

60.3 1 200 150*150 8 1.2

76.1 1 000 200*200 8 1.5

88.9 1 000 250*250 8 2.3

101.6 1 200 300*300 8 2.5

Tableau 3.01: Caractéristique du tube support d’antenne


A noter que la longueur du tube est plus importante, en fonction des obstacles à surmonter. Les
embases sont fixées sur un massif de béton suffisamment important et reliées à une prises de terre.

52
3.4.2 Caractéristique et emplacement du support
Le massif de béton doit être armé, les ancrages des embases doivent être scellés. A titre
d’exemple, le tableau ci-après donne les dimensions des socles de béton, en fonction du diamètre
de l’antenne.

Diamètre d’antenne 0.85 m 1m 1.20 m 1.54 m 1.80 m

Socle épaisseur 10 cm 15 cm 15 cm 20 cm 20 cm

Côté 1.1 m 1.1 m 1.3 m 1.4 m 1.6 m

Volume 120 l 180 l 250 l 400 l 500 l

Masse béton 290 kg 430 kg 600 kg 960 kg 1 200 kg

Tableau 2.02: Dimension des emplacements du support


Les tubes et leurs embases peuvent être fixés sur une terrasse. Les chevilles sont du type à
expansion dans le ciment de la terrasse. L’embase est reliée à la prise de terre.
Les antennes sont souvent montées contre un mur, ou contre une cheminée sur un toit. La
figure ci-contre donne trois exemple de support muraux, ils sont formés soit un tube coudé et de
son embase, soit d’un tube soudé à une pièce de fixation perpendiculaire.

Déport du mur : 450 m Pour antennes 1.2 m et 1.8 m

Longueur : 0.6 m Déport du mur : 400 mm

53
Pour antenne motorisée 1.8 m grand dégagement vertical pour l’emplacement du moteur à vérin.

Figure 3.02 : Supports muraux pour antennes paraboliques


Les tubes possèdent les mêmes dimensions que celles du tableau ci-avant, avec les mêmes
embases. La fixation perpendiculaire est rivée sur le mur. Des fixations murales munies d’étriers
peuvent recevoir des tubes et les maintenir fermement.
Le déport de mur de 40 à 45 cm permet de monter des antennes jusqu’à 180 cm de diamètre,
munies d’un moteur à grand débattement, pour les montures équatoriales.
Les supports muraux doivent également être réunis à la prise de terre. Ne jamais monter une
antenne trop importante sur un support sous-dimensionné.
A noter qu’au moment du montage de ces supports, il faut vérifier qu’ils sont parfaitement
verticaux. Et le tube plastique doit avoir un diamètre suffisant pour contenir : le câble coaxial,
éventuellement les fils d’alimentation du vérin, du polariseur magnétique et de l’asservissement
du moteur.

3.4.3 Fixation et réglage de l’antenne sur une monture Az-El


Antenne fixe :
Pour une antenne, le raidisseur, ou monture, est fixé sur le réflecteur, ou antenne parabolique
normale, ou off-set, par le fabricant, afin d’éviter toute déformation, car un moindre défaut de
surface et de forme crée la diminution du gain. Ainsi, la fixation prévue pour ce type d’antenne est
vissée sur le raidisseur et serrée contre le tube par trois étriers.

54
Pour calculer l’azimut et l’élevation à donner à l’antenne, on devrait savoir les coordonnées
du lieu de réception et celles du satellite à récevoir. On dirige l’antenne en direction du sud
géographique, puis on le fait tourner, selon l’angle d’azimut calculé, grâce aux étriers serrés contre
le tube. On utilise donc un rapporteur gradué en degrés.
Ensuite, on incline l’antenne de l’angle d’élévation calculé. Il existe une monture graduée qui
se fixe sur le tube, elle permet d’incliner l’antenne de l’angle voulu, figuré par la figure ci-
dessous. Il existe aussi une autre méthode assez simple qui consiste à placer une règle sur la
parabole et à mesurer avec un inclinomètre, l’angle de déclinaison (90°-El).
Cet angle est réglé et fixé par les deux tiges filetées placées entre l’antenne et la monture.

Antenne motorisée horizon-horizon :


Ce type d’antenne est la même antenne auquel il a été ajouté un moteur horizon-horizon.
Ce moteur est monté entre le tube (partie fixe) et la fixation de l’antenne (partie mobile). Une tige
filetée permet el réglage de l’élévation, elle est placée entre le support et le moteur. Une seconde
tige filetée assure le réglage de la déclinaison, elle agit entre la fixation et l’antenne.
Le moteur horizon-horizon permet une couverture maximale de l’orbite géostationnaire, jusqu’à
±70° Est-Ouest. Il est alimenté sous 33 Vcc ± 9 V sous 3 A à pleine charge (45 mkg). Le senseur à
ILS est commandé depuis le récepteur qui lui fournit les impulsions de réglage.

3.4.4 Fixation et réglage de l’antenne sur une monture équatoriale


Antenne fixe :
Le principe de montage de la monture équatoriale est plus complexe que la monture Az-El, elle se
fixe sur le tube support ; la monture est positionnée dans l’axe nord-sud géographique, grâce à une
boussole corrigée. La déclinaison, puis l'inclinaison sont ajustés en fonction de la latitude du lieu.
On obtient, ainsi, l’élévation pour le lieu de réception. La parabole de l’antenne peut alors être fixé
sur la monture, en prenant soin de la déformer.
Dans le cas d’une antenne off-set, la monture équatoriale est différente mais son réglage est
identique.

55
Figure 3.03 : Fixation de la monture équatoriale
Antenne motorisée à vérin :
Pour l’antenne motorisée à vérin, le moteur entraîne la vis sans fin qui coulisse dans le tube
par un jeu d’engrenages dans le boîtier. Sur ce tube, un collier se visse sur la partie fixe de la
monture. Et la rotule est réunie à la partie mobile de l’antenne.
Le moteur est télécommandé depuis le récepteur, avec mise en mémoire du réglage pour la
réception des divers satellites.
Voici les caractéristiques du modèle pris en exemple :

- Débattement : 300 mm ; alimentation :36 Vcc , 2 à 4 A


- Protection de surcharge par disjoncteur thermique
- Senseur de mouvement à ILS : 1 impulsion/mm
- Poussée dynamique maximale :2 000 N (204kgf)
- Vitesse : 2.6 à 8 mm/s, en fonction de la charge.

Par suite, le moteur et sa vis doivent être montés de façon que dans la position rétractée le
couple soit maximal, c'est-à-dire que l’angle entre la vis et la partie mobile de l’antenne soit
voisin de 90°. Et une fois les réglages de déclinaison et d’inclinaison effectués, l’antenne en
tournant autour de l’axe polaire, entraînée par le vérin, va balayer l’orbite géostationnaire.

56
3.5 La mise en route de l’installation [1] [9] [5]
3.5.1 Mise en route d’une installation à antenne équatoriale
Pour une antenne située sur une terrasse, il est préférable de placer le récepteur prés de
l’antenne, les réglages s’en trouveront plus aisés et plus rapidement effectués. Les opérations de
réglage définitif sont effectuées dans l’ordre suivant :
- Aligner l’antenne sur l’axe nord-sud avec le plus de précision possible
- Régler l’angle correspondant à la latitude du lieu, c’est l’angle d’inclinaison
- Régler l’off-set de déclinaison en fonction de la latitude de la station
- Vérifier le positionnement du cornet de la tête SHF et son alignement avec l’axe de
la parabole pour un signal maximal
- Vérifier le fonctionnement du vérin
- Recherchez l’émission d’un satellite le plus au sud, régler la vidéo et la polarisation
pour obtenir un signal maximal. Pour avoir une meilleure image, on doit retoucher l’angle
d’inclinaison et l’off-set de déclinaison.
- Recherchez un satellite le plus à l’est, et régler la polarité et la vidéo
- On balaye l’orbite géostationnaire et on vérifie la bonne réception de tous les
satellites de l’Est à l’Ouest. Si certains sont mal reçus, ou pas du tout, il s’agit d’un problème
d’alignement qui n’est pas parfait.

3.5.2 Mise en route d’une installation à antenne à monture Az-El


3.5.2.1 Pour la réception d’un seul satellite
Connaissant les coordonnées du lieu de réception et celles du satellite à recevoir, on calcule
l’élévation et l’azimut à donner à l’antenne.
On dirige l’antenne en direction du sud, puis on le fait tourner, selon l’angle d’azimut, grâce à
la bride de fixation sur le tube support, on utilise donc un rapporteur gradué en dégrés. Ensuite, on
incline l’antenne de l’angle d’élévation calculé, pour plus de facilité, on place une règle sur la
parabole et on mesure, avec un inclinomètre, l’angle de déclinaison (90°-El)
On met le récepteur en route en position balayage ou scan sur la bande de fréquence du
satellite. Si on ne le reçoit pas, on modifie légèrement les angles d’azimut et d’élévation jusqu’à
obtenir une image.
On retouche éventuellement la tête SHF et le polariseur magnétique si l’installation en
comporte un. Et lorsque l’émission est reçue d’une façon satisfaisante, on verrouille les réglages.

57
3.5.2.2 Pour la réception de plusieurs satellites
L’installation comporte en supplément un moteur horizon-horizon, ainsi que les polariseurs
sélectionnés en fonction des caractéristiques des différents satellites à recevoir.
Le diamètre de l’antenne doit être déterminé en fonction de la PIRE la plus faible du satellite
le moins puissant. On a remarqué au paravant que pour une antenne de 1.80 m, la précision de
réglage doit être supérieure à 0.5° car la largeur de bande du faisceau d’une antenne parabolique
diminue lorsque son diamètre augmente.
Les opérations de réglage se déroulent dans le même principe que celles prévues pour une
antenne à monture équatoriale, avec les réglages de l’élévation et de la déclinaison. Elles sont plus
délicates à effectuer car pour ces installations, il est souvent nécessaire d’avoir à utiliser des
antennes paraboliques de 1.20 m et de 1.80 m.

3.6 Antennes collectives et réception satellite [10] [8] [12] [18]


3.6.1 La réception terrestre collective
Comme le montre le schéma de principe présenté par la figure ci-dessous, une ou plusieurs
antennes conventionnelles reçoivent les chaînes terrestres. Ces antennes sont couplées de façon à
fournir tous les signaux sur un seul et même câble, couplage qui peut même inclure la bande FM
pour peu que l’antenne correspondante soit prévue.
On dispose alors d’un seul et unique câble véhiculant toutes les émissions reçues dans une
bande de fréquences comprises entre 40 et 860 MHz. Ce signal est amplifié avant d’être distribué
sur les diverses prises installées dans les appartements après passage par des répartiteurs, en
nombre variable selon la taille de l’immeuble concerné.
Ainsi, le choix de l’émission à recevoir se fait au niveau du récepteur TV de façon tout à fait
classique puisque celui-ci « voit », en fait, une antenne normale comme en réception individuelle.
3.6.2 L’installation collective satellite
3.6.2.1 La distribution MA ou MABLR
Ce mode de distribution est encore celui que l’on rencontre le plus souvent. Ce mode de
distribution n’est pas le plus performant mais peut être mis en place rapidement au sein d’une
installation collective terrestre existante, sous réserve qu’elle soit de bonne qualité.

Son synoptique est présenté par la figure ci-dessous, la parabole est suivie d’une interface d’entrée
satellite qui n’est autre qu’un « gros » récepteur satellite professionnel capable de recevoir tous les
canaux du satellite concerné(ou les seuls canaux choisis par les copropriétaires).

58
Les sorties de ce récepteur sont reliées à autant de modulateurs UHF qu’il y a de canaux à
recevoir, modulateurs qui sont accordés dans la bande « terrestre » classique de 40 à 860 MHz à
des emplacements, où n’existe aucune autre émission à l’endroit où se trouve implanté
l’immeuble.
Ainsi, le signal résultant est alors mélangé à celui de la réception terrestre et emprunte le
même chemin que cette dernière pour gagner les prises installés dans les appartements.
Au niveau de l’utilisateur final, le choix de la chaîne à recevoir se fait toujours avec le seul
récepteur TV grâce à une « table de conversion » fournie par l’installateur. Cette table indique que
la chaîne à recevoir se trouve à un tel numéro de canal.
Et après avoir correctement programmé le récepteur TV, on a donc accès immédiatement, par
simple action sur son sélecteur de chaîne, au programme désiré.
Le premier inconvénient de ce système est qu’il est relativement vite limité en nombre de
chaînes car, on ne peut placer dans la bande 40 à 860 MHz un nombre trop important de sorties de
modulateurs afin d’éviter les interférences avec la réception terrestre. Le deuxième inconvénient
est que le son haute fidélité et stéréophonique, transmis sur la majorité des canaux satellites, est
perdu puisque l’on passe par un intermédiaire qui est une émission TV classique AM.

3.6.2.2 La distribution ULB


Ce système est celui qui se rapproche le plus d’une installation de réception satellite
individuelle, comme le montre le synoptique suivant.
Ici, la tête de réception satellite située au foyer de la parabole, est simplement suivie d’un
amplificateur de distribution. Le signal qui en sort se trouve donc dans la BIS ou Bande
Intermédiaire Satellite de fréquence comprises entre 950 et 2050 MHz. Il est mélangé au signal
terrestre dans un coupleur approprié et l’ensemble peut ensuite être distribué par le réseau de câble
et de prises existant, sous réserve bien sûr, que l’installation soit de très bonne qualité et que le
câble soit un modèle à faible perte, adapté aux fréquences à véhiculer. En effet, alors qu’en
réception terrestre et satellite de type MA, on ne dépassait pas les 860 MHz, il faut ici monter
jusqu’à 2050 MHz.
Au niveau de l’utilisateur final, le choix de programme se fait ici avec un récepteur satellite
puisque l’on s’est en fait contenté d’allonger le câble entre la parabole et le récepteur final.
Chaque occupant d’un appartement doit donc s’équiper de son propre récepteur s’il veut
bénéficier de la réception satellite. Et la réception terrestre, quant à elle, continue comme au
paravant avec le récepteur TV. En fait, on dispose donc d’une souplesse d’utilisation, et surtout,

59
que l’on bénéficie de la qualité maximum du son transmis (haute fidelité, stéréo,…), en plus toutes
les chaînes transmises par le satellite vers lequel pointée la parabole peuvent être reçues sans
restriction liée à une quelconque saturation des fréquences « terrestres » disponibles.
3.7 Les techniques d’antennes collectives [13] [12] [18]
3.7.1 Les techniques recommandées
3.7.1.1 La solution BIS commutée cascadable
C’est la solution idéale, un immeuble ainsi équipé permet le raccordement de tous les
résidants sans exception. Le raccordement de tous n’est pas pour autant obligatoire, même si
l’infrastructure le permet. Par exemple, si un résidant emménage, il pourra se raccorder à l’antenne
collective. Et si tous les résidants désirent se raccorder, ils le pourront également.
Dans la colonne montante, 4 câbles véhiculent la totalité des signaux. Des boîtiers
dérivateurs/commutateurs sont installés tout au long de ces 4 câbles, permettant ainsi de raccorder
les résidants qui le souhaitent.

Figure 3.04 : BIS commutée cascadable

60
3.7.1.2 La solution BIS commutée étoilée
Cette solution s’avère intéressante dans :
- Les immeubles jusqu’à une vingtaine de logements.
- Les immeubles avec plusieurs colonnes desservant chacune un petit nombre
d’appartements.
- Le cas où quelques résidants seulement sont intéressés par la réception satellite.
Un boîtier « répartiteur/commutateur » est alimenté par les 4 câbles transportant l’ensemble des
signaux provenant du système de satellite, et les résidants intéressés peuvent se raccorder à ce
boîtier.
Le nombre de connexions disponibles sur un boîtier varie entre 4 et 20. L’installation reste
cependant évolutive car si un boîtier 4 sorties a été installé à l’origine, il sera toujours possible de
le remplacer par un boîtier 8 sorties, si un 5ème résidant souhaite profiter de la réception satellite un
peu plus tard.

Figure 3.05 : BIS commutée étoilée

61
3.7.2 Les techniques à éviter
Ce sont les techniques qui ne garantissent pas une équivalence totale aux antennes individuelles.
Elles obligent à faire des choix au risque de ne pas satisfaire la demande de tous les résidants.
- La technique MA ou MABLR : bien adaptée à la distribution gratuite des chaînes
généralistes d’origine hertzienne lorsque la réception directe avec une antenne « râteau » pose
problème, cette technique n’est absolument pas adaptée à la distribution des chaînes numériques.
Elle peut être utilisée pour distribuer un petit nombre de chaînes d’origine satellite, par exemple,
dans les collectivités (hôtels, hôpitaux, cliniques, etc.)
- La transmodulation QPSK/QAM : c’est une technique équivalente à la technique
MA/MABLR mais adaptée aux signaux d’origine numérique. Elle permet dans certains cas
d’utiliser le câblage déjà existant pour la TV Hertzienne sans modification majeure. Mais
contrairement à la technique précedente, les téléspectateurs devront s’équiper d’un terminal
spécifique à ce type d’installation car les signaux numériques ne sont pas directement compatibles
avec les téléviseurs et les magnétoscopes standards.
Cette technique souffre d’autres incovénients :
• Le coût élevé des équipements « transmodulateurs », directement proportionnel au
nombre de canaux à traiter, est souvent dissuasif pour l’installation dans les immeubles de petite et
moyenne taille.
• Le terminal, spécifique à ce type d’installation, ne peut pas être utilisé dans une
résidence à la campagne ou en vacances. Il faut l’infrastructure complète, contrairement aux
techniques BIS commutée ou ULB.
• Le nombre de canaux pouvant être distribués est, et sera toujours, très inférieur au
nombre de canaux que l’on trouve sur les satellites.
- La technique de transposition ULB (ou transposition FI/FI ou BIS/BIS) :

Comme on l’avait défini ci-dessous, ULB signifie Ultra Large Bande, cette technique consiste à
transporter sur un câble unique l’ensemble des chaînes terrestres (bandes VHF/UHF entre 47 et
862 MHz) et jusqu’à 30 canaux satellites (bande intermédiaire satellite BIS entre 950 et 2 150
MHz) , ce qui est très insuffisant par rapport à l’offre actuel. Dans la plupart des cas, l’antenne
collective existante devra être rénovée complètement pour pouvoir transporter les canaux
satellites.
Les principaux incovénients de cette technique sont les suivantes :

62
• La limite des 30 canaux satellites oblige à faire des choix et à obtenir un consensus
entre les résidants, ce qui s’avère rarement possible.
• Le coût des équipements permettant d’ordonner les différents choisis (transposeurs
FI/FI ou BIS/BIS) est assez élevé dans le cas des petites installations.
• Pour être disponibles, les nouveaux canaux, programmes et services requièrent
l’adjonction de nouveaux transposeurs.
• Si la décision collective n’est pas favorable à l’adjonction des nouveaux
programmes, ou plus simplement si certaines chaînes sont exclues de la distribution du fait de la
limite à 30 canaux, les téléspectateurs insatisfaits seront en droit d’installer leur propre antenne
individuelle.

3.8 Les recommandations voulues pour l’installation de l’antenne collective [10] [20]
3.8.1 Les différents cas d’installation
3.8.1.1 Les immeubles collectifs neuf
Les immeubles en construction ou à construire constituent la meilleure opportunité pour
l’installation des systèmes de distribution en bande BIS commutée. Prévus dès le départ, les
travaux d’installation sont facilités et le coût s’en trouve réduit.
Le surcoût par rapport à la seule distribution des chaînes terrestres est modique tandis que le
bien immobilier se trouve fortement valorisé par une infrastructure de haute technologie
permettant l’accès au Système de satellite voulu.
L’ensemble des programmes généralistes continuera d’être reçu par une antenne « râteau » ou
via satellite si la réception hertzienne ne permet pas une distribution de qualité. Pour permettre
l’exploitation de toutes les fonctions interactives, il est préférable de prévoir une prise
téléphonique à proximité des prises murales destinées à la réception satellite.

3.8.1.2 La rénovation de l’antenne collective terrestre


Le vieillissement des composants utilisés dans les antennes collectives entraîne une
dégradation de la qualité TV au cours du temps. C’est pourquoi la rénovation s’impose parfois
avec obligation de conformité à la norme NFC 90-125.

63
C’est une excellente opportunité pour prévoir la distribution du système de satellites selon le
principe de distribution commutée. Le surcoût est par ailleurs minime par rapport à la seule
rénovation de l’antenne collective terrestre.

3.8.1.3 L’adjonction de la réception satellite à une installation existante


Lorsque l’antenne collective, pour recevoir les chaînes terrestres, est déjà conforme à la
norme, il est alors possible d’envisager facilement l’ajout des chaînes satellites selon la solution
BIS commutée, en cascade ou en étoile.

3.8.1.4 Les zones pavillonnaires


La solution de l’antenne individuelle est généralement la meilleure et une clause de règlement
de copropriété ou de lotissement ne peut en aucun cas interdire la pose d’antennes individuelles.
Une telle clause n’a aucune valeur au regard du droit de l’antenne.
La recommandation exigée pour les zones pavillonnaires consiste à intégrer dans le règlement du
lotissement des prescriptions pour la pose d’antennes individuelles. Ces prescriptions peuvent
porter sur la couleur, le diamètre maximum, ou encore l’endroit où l’antenne devra être installée
par exemple au sol dans le jardin.
Ce genre de disposition assure le respect de l’environnement. Cette solution ne coûte rien à la
collectivité car l’installation et l’acquisition d’antenne sont à la charge des seuls résidants
intéressés.
3.8.2 Cahier des charges pour une antenne satellite collective
Le cahier des charges doit être précis afin d’obtenir des devis répondant parfaitement aux
demandes et laissant le moins de place possible aux dérives.
Le dévis doit au moins préciser tous les points suivants :
• Le nombre d’appartements pouvant être desservis.
• Le nombre maximum d’appartements pouvant être raccordés à l’antenne collective.
• La liste des chaînes accessibles en fonction du type d’installation réalisée.
• Une indication claire et précise de la technique utilisée.
• La capacité restant disponible.
• Un engagement quant à la pérénité.
• Un engagement sur le respect des normes en vigueur

Par suite, l’installateur pourra en particulier établir une liste de références d’installations déjà
réalisées.

64
CHAPITRE 4 : SIMULATION DES PARAMETRES TELESATELLITE SOUS MATLAB
4.1 A propos de Matlab
Matlab dont le nom provient de MATrix LABoratory est un langage de calcul scientifique
basé sur le type de variable matricielle. Outre ses grandes capacités de calcul numérique appliqué
à différents domaines scientifiques tels le traitement de signal, l’automatique, et d’application,
MATLAB intègre des fonctionnalités graphiques de grande qualité en 2D ou 3D.
Elle est accessible en tapant la commande help pour avoir le menu général ou en tapant help
nom_de_la_fonction lorsqu'on connaît déjà le nom de la fonction. On écrit les commandes dans un
fichier du type « nom_du_fichier.m » et dans Matlab on tape juste nom_du_fichier, ce qui exécute
toutes les commandes du fichier en question.
L’élaboration d’interface utilisateur ou Graphic User Interface en anglais, est également
assistée sous MATLAB 7. L’espace de travail est d’ailleurs plus convivial et s’avère être plus
facile à manipuler que celui de la version précédente.

4.2 Les étapes de la simulation


La simulation traitera en premier lieu les étapes de calcul des facteurs intervenant dans les
liaisons montantes et descendantes mentionnées dans le paragraphe 1.6. Ce calcul opère la
caractéristique principale de la PIRE (Puissance Isotrope Rayonnée Equivalente), du rapport
porteuse/bruit (C/N), et le facteur de qualité G/T de la station. Le paramétrage d’un LNB-
Commutateur nous semble intéressant d’où la seconde étape de la simulation. La dernière partie
montre la valeur de l’élévation et de l’azimuth à une telle position de la parabole.

4.2.1 Lancement de la simulation


Pour commencer la simulation, il faut :
- Lancer le logiciel MATLAB
- Vérifier que tous les fichiers utiles sont présents dans le répertoire de travail
actuel.
- Taper accueil dans la fenêtre d’invite de commande et valider, la fenêtre
d’accueil de la figure 4.01 s’ouvre.

4.2.2 Présentation de l’interface graphique


La fenêtre principale pour la simulation sous Matlab se présente comme suit :

65
Figure 4.01 : Fenêtre principale de la simulation
Où l’on dispose de deux boutons actifs :

- avec lequel on peut poursuivre la simulation et nous permet


d’accèder au menu principal figuré par la figure 4.02.

- , ce bouton permet à l’utilisateur de quitter complètement le


programme.

Si l’utilisateur choisi de continuer le programme, on obtient la fenêtre du menu principal suivante :

66
Figure 4.02 : Fenêtre du menu principal

4.2.3 Les facteurs de liaison


A l’issue du paragraphe précédent, nous obtenons trois boutons aveclesquels nous voudrons
travailler. En appuyant sur le bouton les facteurs intervenant dans les liaisons montantes et
descendantes, et on a l’interface de la figure 4.03:

Cette interface permet de calculer prémièrement la PIRE, c'est-à-dire la sensibilité de


l’antenne par rapport à la puissance des ondes reçues. L’utilisateur peut donc entrer la valeur des
paramètres correspondant à chaque case en commençant par la puissance de l’émetteur, puis en
passant par le gain de l’antenne. Pour obtenir la valeur de la PIRE , taper sur le bouton
et le résultat s’affiche.
En Appuyant sur le bouton , les valeurs dans les cases sont réinitialiser à zéro
et l’utilisateur peut à nouveau faire un autre calcul.
L’appui sur le bouton affiche sur la liste située en bas , l’aide et les informations
concernant la PIRE, qui est illustrée sur la figure 4.04.

67
Figure 4.03 : Calcul des diverses paramètres montantes et descendantes

Figure 4.04 : Fenêtre d'affichage de la PIRE

68
L’autre côté de l’interface de la figure 4.03 permet de calculer le deuxième paramètre des
facteurs montantes et descendantes, c’est le rapport porteuse/bruit. C’est à partir de ce paramètre
que l’on peut interprèter la qualité de l’image sur l’écran du récepteur. Le bruit se réalise sur
l’image par des points blancs ou sombres.
A noter que le résultat obtenu sur ce rapport dépend de la valeur de la PIRE calculée
précédemment. On obtient ainsi :

Figure 4-05 : Fenêtre rapport porteuse/bruit

Le bouton permet de revenir à la fenêtre menu principal, tandis que


est l’accès vers une autre fenêtre affichant les autres paramètres. Avec le bouton
« Quitter » , il y a confirmation avant de quitter vraiment le programme :

69
Figure 4.06 : Fenêtre de confirmation
L’appui sur « Suivant » nous permet d’obtenir l’affichage d’un autre paramètre.

Figure 4.07 : Fenêtre d'affichage du facteur G/T


La figure nous permet de choisir l’antenne qui convient en fonction de C/N , ceux sont les
mêmes paramètres que ceux de la formule précédente.
On procède à ces 3 paramètres, car en basant de la PIRE du satellite, on se fixe sur la qualité
d’image C/N puis on peut choisir la valeur du facteur de bruit de la tête SHF à installer.

70
4.2.4 LNB-commutateur

En cliquant sur de la figure 4-02 de la fenêtre menu principal et puis en


validant via , on a accès à la configuration LNB-commutateur illustré par la figure
suivante :

Figure 4.08 : Fenêtre LNB-commutateur


On est sur le cas de 2 sources de signal ou LNB, pour pouvoir les séparer, on utilise la notation
suivante : LNB A et LNB B. A chaque configuration, on suit les étapes qui suivent :
- Type de LNB : il y a deux types de LNB à choisir
• Normal (Fréq. LNB.1= 5150 MHz, Fréq. LNB.2 = 5750 MHZ)
• Universel (Fréq. LNB.1 = 10 600 MHz , Fréq. LNB.2 = 9750 MHz)
- Circuit LNB : veuillez sélectionner « ON » ou « OFF ». lorsque le OFF est sélectionné,
le tuner n’alimentera pas le LNB.
- Type de commutateur : lorque le champ est désactivé, le commutateur DiSeqC n’est
donc pas activé, un seul LNB fonctionne.

71
- Signal 22 KHz : c’est un signal utilisé pour sélectionner « Activer/Desactiver » du
commutateur.
- DiSeqC : utiliser pour sélectionner « Activer/Desactiver » DiSeqC. Lorsqu’on utilise
un commutateur DiSeqC, on peut choisir le passage correcte vers le LNB correcte
(LNB A ou LNB B) selon le commutateur.

Le bouton permet de revenir à la fenêtre du menu principal.

4.2.5 Configuration parabole


Dans cette partie, on procède plutôt à la visualisation de la parabole suivant les paramètres
données à la parabole. L’appui sur le bouton suivi de la validation sur
nous donne la fenêtre suivante :

Figure 4.09 : Fenêtre de la configuration de la parabole


Cette interface nous permet de visualiser l’orientation et la position de l’antenne lorsqu’il est
une fois monté. En cliquant sur manuel, les champs valeur latitude-longitude est prêt à recevoir

72
des valeurs pour la configuration de l’antenne. L’utilisateur insère donc des valeurs aux champs
correspondants et la valeur de l’azimuth et élévation sont apparues aussi.

Le bouton permet la réinitialisation de toutes les valeurs dans chaque champs.


L’ajout d’une seule valeur de l’un des champs de l’élévation ou de l’azimuth, permet d’obtenir
automatiquement la valeur de l’autre.

73
CONCLUSION
Pour conclure, la télévision par satellite offre de nombreux avantages par rapport à une
antenne hertzienne. Prémièrement, elle capte beaucoup plus de programmes destinés à toute la
famille. Deuxièmement, le son et l’image sont de bien meilleure qualité.
Afin de permettre aux usagers de capter le maximum de chaines de télévision pour leur plus
grand bien, on a montré que l’utilisation des satellites est le moyen le plus accessible et
actuellement le plus fiable.
A part l’utilisation des émetteurs classiques terrestres à propagation par UHF ou VHF, on a
bien expliqué les avantages plus larges en terme d’exploitation tant technique que du point de vue
des programmes. L’installation des accessoires à la réception ne pose plus de problèmes tant
financières que techniques car l’utilisation des antennes paraboliques ou off-set devient de plus en
plus commodes à installer.
La télévision par satellite, au vue de ce qu’on a exposé, est un outil d’exploitation tendant vers
l’évolution numérisée, donc plus précise, plus fiable des transferts des données audiovisuelles,
multimédiatiques entre les différentes stations terrestres de TV.
Ainsi, a-t-on pu soutenir le fait que la télévision par satellite constitue le terme des
communications modernes en matière d’images et de son ?

74
ANNEXES 1
Au cours de ce mémoire, il a été employé des termes issus de techniques ayant trait à
l’électronique et à la télévision qui peuvent ne pas être parfaitement connus par les lecteurs. Pour
cela, il est nécessaire de donner quelques précisions sur des points importants à titre de
compléments à ce mémoire.
Ondes électromagnétiques
Un rayonnement électromagnétique est un mouvement oscillatoire caractérisé par sa fréquence, ou
par sa longueur d’onde.

Longueur d’onde : ou

λ : longueur d’onde en mètre

c : vitesse de propagation du rayonnement, égale à celle de la lumière :


300 000 000 m/s

T : durée d’une période=1/f

f : fréquence de rayonnement en Hertz (Hz)

Une onde électromagnétique pendulaire, d’amplitude constante, enregistrée à vitesse constante est
une sinusoïde. Elle est caractérisée :

 Par sa période ,

 Par son amplitude A , valeurs maximales : Imax et Umax

 La pulsation est l’angle décrit par le vecteur trigonométrique α après un temps t

en seconde : .

En un point x de l’espace, à l’instant t, la vibration électrique de l’onde peut s’écrire :

75
Le terme est appelé : phase instantanée de l’onde, différence entre la phase

temporelle et la phase spatiale .

Polarisation de l’onde électromagnétique


Une onde est déterminée par sa fréquence, son amplitude et par sa polarisation ; c'est-à-dire
que la vibration électrique est parallèle à une direction fixe donnée.

Une polarisation « verticale » est celle dont les vibrations sont parallèles à une direction donnée
dans un plan perpendiculaire au sol. La polarisation est « horizontale »lorsque les vibrations sont
dans un plan parallèle au sol. Si la vibration tourne dans un sens de la gauche vers la droite, on dit
que la polarisation est « circulaire droite». Par contre, si la vibration tourne dans un plan de la
droite vers la gauche, la polarisation est « circulaire gauche ».

Différents types de polarisation d'une onde

76
ANNEXES 2

Modulation et démodulation en télévision numérique


Il semble nécessaire de donner quelques précisions sur les systèmes employés en télévision
numérique.
QPSK (Quadrature Phase Shift Keying)

Voici le diagramme de Fresnel pour les circuits de base à 4 et 8 états.

Modulation et démodulation en QPSK ou PSK précédé du nombre d'états, ici 4 ou 8

La porteuse est modulée en phase (vecteur sur la figure) et en amplitude. Le vecteur se déplace par
sauts de phase/amplitude ; ici 4 et 8 sauts. Ce procédé a été cité en modulation-démodulation de la
liaison émetteur-récepteur de télévision numérique avec 64 niveaux.
QUAM (Quadrature Amplitude Modulation)
Son diagramme de Fresnel se présente comme suit :

Modulation et démodulation en QUAM ou QAM

77
Dans ce circuit deux porteuses sont en quadrature. Elles sont modulées par des niveaux discrets,
puis ajoutées. Le nombre de niveaux (ici 16 et 64) détermine la largeur de spectre et la portée de
l’émission.

Il faut veiller tout particulièrement à la linéarité de phase et d’amplitude. Le vecteur, sur la figure,
donne la phase et l’amplitude pour chacun des niveaux. Ce procédé a été décrit pour la
remodulation du signal destiné au câble.

78
ANNEXES 3

Le décibel
Dans tout ouvrage électronique, il est souvent fait appel au décibel pour exprimer des gains,
des atténuations, ou des niveaux par rapport à une référence.
Le décibel ne mesure pas des grandeurs, mais des rapports entre des grandeurs de même
nature qu’elles soient électriques ou acoustiques.
Pour les comparaisons de puissance, on a pour mesurer le rapport entre les deux puissances P1
et P2 :

Ce peut être un gain si P1 est plus grand que P2, ou une atténuation dans le cas inverse.

Par extension on mesure les rapports de tension et d’intensité dans des circuits de même
impédance

En effet :

Le tableau ci-après permet de déterminer le rapport de puissance en fonction du nombre de


décibels, en l’absence de table de logarithme. En décomposant le chiffre des décibels, ce tableau
peut servir pour n’importe quelle valeur.

dB Rapport de puissance P1/P2 dB Rapport de puissance P1/P2

-10 0.1 5 3.16

79
-5 0.32 6 3.98

-3 0.5 7 5.01

0 1.0 8 6.31

0.2 1.05 9 7.94

0.5 1.12 10 10

1.0 1.26 20 100

2 1.58 30 1 000

3 2.0 40 10 000

4 2.51

Par exemple, pour 17 dB, on dispose sur le tableau des valeurs pour 10 dB et pour 7 dB. En
rapport de puissance on obtient : 10 dB = 10 et 7 dB = 5.01 soit 10 * 5.01 = 50.1.

Pour – 59 dB, on a : - 60 + 1 dB = en rapport de puissance c'est-à-dire en atténuation :

10-6 * 1.259 = 1.259 * 10-6.

On voit que pour les multiples de 10 dB, le nombre de zéros du rapport de puissance est le
même que celui de la dizaine comme 40 dB = 104, -200 dB = 10-20.

80
ANNEXES 4

Prise péritélevision ou SCART

Cette prise, normalisée par le syndicat professionnel SCART ent 1980, s’est imposée pratiquement
dans le monde entier.

Elle est largement employée sur les divers appareils c’est pourquoi il a semblé indispensable de la
décrire.

Cette prise fournit vers l’extérieur les signaux vidéo et son du téléviseur. De plus, elle reçoit de
l’extérieur des signaux vidéo et son qui sont traités par le téléviseur, pour apparaître sur l’écran et
en audio dans le haut-parleur.

Prise péritélévision, fiche vue côté câblage


Voici donc les signaux :

 Fournis par le téléviseur


- Voie son : niveau 110 mVeff, voie gauche broche 3, voie droite broche1,
masse broche 4 ; en monophonie les deux broches délivrent le même signal.
- Voie vidéo : niveau 1 Vcc, broche 19, masse broche 17, blindage de la prise
broche 21.
- Signaux de télécommande : broche 12 et broche 10, masse broche 14.

81
 Délivrés au téléviseur
- Voie son : niveau 100 mVeff, voie gauche broche 6, voie droite broche 2,
masse broche 4 ; en monophonie entrées broche 6.
- Voie vidéo : niveau 1 Veffcc, entrée vidéo composite ou synchronisation
broche 20, masse broche 17, entrées composantes : rouge broche5, masse broche 13, verte broche
11, masse broche 9, bleu broche 7 avec masse broche 5.
 de télécommande
- Commutation lente : niveaux 0-1V inactive ; réception télévision 10 à 12 V
active, position magnétoscope ; borne broche 8 avec masse broche 18.
- Commutation rapide : niveaux 0-0.4 V inactive, réception télévision 10 à
12 V active ; incrustation dans l’image ; borne 16, masse18.

82
ANNEXES 5
Le son NICAM
Définition
La désignation NICAM, qui signifie simplement compression quasi instantanée de la
modulation son (Near Instantaneous Compression of the Audio Modulation), est un procédé de
transmission numérique du son stéréophonique destiné à être inclus dans les systèmes de
télévision terrestre.
Ses Caractéristiques
Ses caractéristiques sont les suivantes :

 Il y a une robustesse similaire au son analogique. En particulier, lorsque le signal à


l’antenne faiblit, le son NICAM ne disparaît qu’après la disparition de l’image.
 Il est compatible avec le parc existant dont il ne perturbe pas la réception.
 Le codage du signal est identique pour tous les standards de télévision : B, G, H, I et
L.
 Les différences dans les paramètres de modulation entre les différents standards ont
été minimisées autant que possible.

Le principe de codage
Le signal audio de base est un signal analogique stéréophonique. Une préaccentuation lui est
appliqué, puis il est échantillonné à 32 KHz et converti linéairement en signal numérique sur 14
bits. Ainsi la succession des opérations est la suivante :

 Le signal est découpé temporellement en « blocs » correspondant à 1 milliseconde de


programme.
 La compression quasi instantanée permet de transformer les mots de 14 bits en mots
de 10 bits et des bits de « facteur d’échelle » valable pour l’ensemble du bloc.
 L’ensemble est entrelacé pour former un bloc de 64 * 11 = 704 bits.
 On ajoute l’indispensable en-tête comprenant : un mot de synchronisation, des bits de
contrôle, des bits de données additionnelles.
 Enfin, les bits sont « brassés » afin de répartir l’énergie d’une manière uniforme dans
la bande allouée.

83
L’ensemble obtenu comporte 728 bits transmis toutes les millisecondes, d’où le débit résultant de
728 Kbits/s, normalisée par le CCIR, et l’appellation complète de NICAM 728 donnée à ce
procédé.
Les avantages de la télévision numérique
La technologie numérique appliquée à la télévision par satellite permet de diffuser dans un
même canal 6 à 10 fois plus de chaînes qu’auparavant, avec une amélioration réelle de la qualité
de l’image et du son.

84
BIBLIOGRAPHIE

[1] P. Richard, Guide de la TV par satellite, Vie quotidienne n°1543.Septembre 1996.

[2] A. Joly, La télévision par satellite, Le Haut-parleur n° 1840, 15 Septembre 1995.

[3] A. Joly, Le magazine des techniques de l’Electronique, Le Haut-parleur n°1816, 15 Septembre


1993.

[4] V. Le Vavasseur, Satellite TV, Les programmes jour par jour de la télévision par satellite n°63,
Janvier 1993.

[5] V. Le Vavasseur, Satellite TV, Les programmes jour par jour de la télévision par satellite n°70,
Août 1993.

[6] M.A. Rakotomalala, Traitement Numérique des Images, Cours 4ème Année, Dép. Tél. – ESPA.,
A.U. : 2005-2006.

[7] A. Guyot, Récepteur Satellite, TeleSatellite n°23, Octobre 1991.

[8] L.N.D. Bel Air, Système de réception multi-satellite, STI 2000-2001.

[9] R. Allemand, L.Feldman, T. P. Jouandet et G. Marquet, Le guide de l’Audiovisuel, Editions


DIXIT.

[10] V. Le Vavasseur, L’installation satellite collective, Le magazine des professionnels du câble


et du satellite n° 8, mars 1993.

[11] A. Duchâtel, S. Gallico, et I. Lafargue, Composants pour la télévision numérique : télévision


par câble et par satellite, 1996.

[12] http://www.ses-astra.com/fr/0_Guide_Pratique_Collectif.pdf.

[13] http://www.ses-astra.com/fr/Brochure_Collective_2004.pdf.

[14] B. Razafindradina, Télévision Numérique, Cours 5ème Année, Dép. Tél. – ESPA., A.U. :
2006-2007.

[15] http://www.tele-satellite.com/

[16] R. Besson, La réception de Télévision par Satellite, Edition RADIO, Paris 1990.

[17] http://www2.ac-lyon.fr/enseigne/electronique/theme2001/dostech.pdf

85
[18] http://www.eutelsat.com/news/compress/fr/2007/pdf/CP3907BIS.pdf

[19] http://www.leguide.com/reception_satellite.htm

[20] http://www.ulb.ac.be/inforsciences/files/GeoTVsatellite.pdf

86
FICHE DE RENSEIGNEMENTS

Nom :
RAZAFINIARIVO
Prénoms :
Naritahiana Emilio
Titre du mémoire :
« ETUDE D’EXPLOITATION EN RECEPTION DE LA TELEVISION PAR SATELLITE »
Nombres de pages : 86
Nombres de tableaux : 10
Nombres de figures : 38
Mots clés :
Antenne parabolique
Offset
Récepteur satellite
LNB (Low Noise Block Converter)
Télévision par Satellite
Installation communautaire
Telesatellite
Terminal numérique ou décodeur
BIS (Bande Intermédiaire Satellite)
Directeur de mémoire :
RAMORASATA Joseph Raphaël
Adresse de l’auteur :
Lot 161 A Antanandrano Ambohitrarahaba, Antananarivo Avaradrano.
Contact:
Tel: 032 44 197 90
E-mail: razfem@yahoo.fr

87
RESUME
L’obtention des données audiovisuelles multi médiatiques en télévision par satellite est une
évolution incontournable de la télécommunication pour satisfaire les usagers. Ce mémoire a pour
but d’aider ceux qui désirent approfondir le principe d’exploitation de la télévision par satellite.
Nous avons ainsi pu déterminer le positionnement du satellite en longitude et en latitude. Pour
cela, pour capter puis traiter les signaux Supra Hautes Fréquences venant des différents satellites,
une antenne parabolique se compose d’éléments de haute technologie dont les caractéristiques et
performances doivent être adaptées aux ondes reçues. De plus, la BIS (Bande Intermédiaire
Satellite) commuté nous a bien montré son avantage dans les installations communautaires. Cela
nous a entraîné à effectuer une simulation pour calculer les paramètres nécessaires, entre autre le
PIRE (Puissance Isotrope Rayonnée Equivalente), le rapport P/B (Porteuse/Bruit) et le facteur de
qualité G/T d’une station.

ABSTRACT
Obtaining the audio-visual data multi media in satellite television is an evolution impossible
to circumvent of telecommunication to satisfy the users. The purpose of this memory is to help
those which wish to look further into the principle of exploitation of the satellite television. We
thus could determine the positioning of the satellite in longitude and latitude. For that, to collect
then to treat the signals Supra High frequencies coming from the various satellites, a parabolic
aerial is composed of elements of high technology whose characteristics and performances must
be adapted to the received waves. Moreover, the SIB (Satellite Intermediate Band) commutated
indeed showed us his advantage in the Community installations. That involved us to carry out a
simulation to calculate the parameters necessary, amongst other things the WORST (Equivalent
Radiated Isotropic Power), the ratio P/B (Carrying/Noise) and the factor of quality G/T of a
station.

88
89