Vous êtes sur la page 1sur 12

II.

B LE CHOIX DES APPAREILS DE PROTECTION

La consignation des
ouvrages et équipements
Isolation (ou sectionnement), commutations, vérifications, tests
et maintenance au sens le plus large sont autant d'opérations
qui doivent se faire, et se prévoir avec le souci majeur de
préserver la sécurité des personnes et des biens. Pour les
effectuer, un certain nombre d'actions dûment identifiées
et ordonnées est nécessaire. Elles constituent la consignation

1 ➜ LA CONSIGNATION
Coupure pleinement apparente / Coupure visible

La “consignation” ou “mise en sécu-


rité” est une opération précise et bien
définie ayant toujours pour but de
mettre et surtout de maintenir une
situation en sécurité.
Celle-ci va permettre d'intervenir sur
tout ou partie d'une installation (ou
d'un équipement) sans que la remise
en fonctionnement (déconsignation)
ne soit possible sans l'action volon-
taire et concertée de toutes les
personnes responsables. La coupure pleinement apparente Le vistop assure le sectionnement
Plusieurs phases incontournables sont garantit la liaison mécanique à coupure visible des contacts.
permanente des contacts et La poignée de manœuvre intègre
discernées dans la consignation. de la poignée de manœuvre. la possibilité de disposer jusqu' à
La position de celle-ci traduit 3 cadenas de consignation
celle des contacts. Elle ne peut,
par exemple, être mise sur OFF
si les contacts sont soudés

La coupure pleinement apparente


Elle peut être assurée par un sectionneur ou un inter-sectionneur à contacts visibles (Vistop)
ou par un appareil ayant à la fois des distances d'isolement suffisantes et un asservissement
fiable entre la position des contacts et celle de l'organe de manœuvre (DPX).
A noter que dans les conditions de livraison du “tarif vert EDF” et en cas de comptage BT (trans-
formateur unique et de puissance ≤ 1 250 kVA) l'appareil de tête doit être à coupure
visible. Cette condition peut être assurée alors par un appareil de type DPX débrochable
ou par l'association d'un inter-sectionneur Vistop et d'un disjoncteur DPX.

210
4 / LA CONSIGNATION DES OUVRAGES ET ÉQUIPEMENTS

1 La séparation 4 La vérification
Elle consiste en la mise “hors tension” Elle doit être effectuée au plus près du lieu de l'intervention, avec un
de tous les circuits de puissance, de appareil normalisé de “mesure d'absence de tension” (selon NF C 18-
contrôle-commande et de secours 310/311) entre tous les conducteurs y compris le neutre et entre
par une coupure dite “pleinement ceux-ci et la terre. Les contrôleurs type multimètre ou testeur sont
apparente”. formellement prohibés.
Ces quatre phases de principe doivent être accompagnées des
2 La condamnation moyens nécessaires à l'information des personnes non intervenants
Elle est réalisée par un dispositif méca- et intervenants.
nique assuré par cadenas ou serrure.
Elle empêche toute manœuvre, inten-
5 La signalisation
tionnelle ou non, de l'appareil Elle consiste en une information claire, précise et permanente de
condamné. l'état de consignation de l'installation. Le balisage de la zone peut
A noter que les clés à profil (triangle, être nécessaire.
carré…) ne sont pas admises pour
cette fonction.
A noter que dans le domaine BTA (≤ 500 V), l'appo-
sition d'une pancarte interdisant la manœuvre du dispo-
sitif de séparation est exceptionnellement possible si
ce dernier ne comporte pas de condamnation. Cette pra-
tique ne doit pas être admise si le dispositif n'est pas
visible depuis le lieu d'intervention.

Cadenas de consignation
réf. 227 99
6 L'identification
Elle doit permettre une intervention ciblée, sans ambiguïté sur
l'appareil ou la partie d'installation concernée. A cet effet, schémas
3 La dissipation électriques, plans de situation géographique, repérages… devront
(ou mise au niveau être disponibles et à jour.
d'énergie le plus bas)
Elle consiste en la décharge des
condensateurs. Pour une sécurité maxi-
male, elle comprend la mise à la terre
et en court-circuit des conducteurs. Elle
est obligatoire au-dessus de 500 V.
Elle ne l'est pas en dessous (domaine
BTA) sauf s'il y a risque de tensions
induites, d'effets capacitifs (condensa-
teurs ou grandes longueurs) ou risque
de réalimentation.

211
II.B LE CHOIX DES APPAREILS DE PROTECTION

2 ➜ LES OUVRAGES

Si les principes généraux restent les


mêmes en matière de consignation,
2 Les installations NF C 13-100, NF C 13-200,
NF C 14-100, NF C 15-100…
les mesures à prendre pourront différer électriques
selon les périmètres concernés : Elles comprennent l'ensemble des 3 Les appareils
réseau, installations, appareils et matériels qui participent à la trans- et équipements
équipements. formation, à la distribution et au Ils sont constitués par les canalisa-
transport de l'énergie jusqu'aux tions et l'appareillage. Les tableaux
1 Les réseaux de distribution différents équipements utilisateurs. divisionnaires et terminaux qui
Ils concernent la partie des ouvrages Le tableau principal (TGBT) fait regroupent les commandes et pro-
relevant du distributeur d'énergie. partie de l'installation. tections font partie des appareils et
Des règles (spécifications EDF par Parmi les textes réglementaires équipements.
exemple), objet de décrets spéci- applicables, on peut citer : le déc- Les normes applicables sont ici très
fiques leur sont applicables. ret du 14 novembre 1988 relatif à nombreuses et propres à chaque
la protection des travailleurs dans équipement ou famille d'appareils :
les établissements mettant en série des normes EN 60439,
œuvre des courants électriques, EN 60204, EN 60947…
les normes dites d'installations

3 ➜ LES MANŒUVRES

En plus de la consignation les particulièrement à utiliser des dispo- occurrence de contact avec le poten-
manœuvres peuvent être d'exploita- sitifs de protection individuelle (gants tiel de la terre
tion ou d'urgence. Il importe de bien isolants), appareils de mesure et fiches- - les exigences propres au travail sous
les discerner. de tests adaptées, pinces isolées… tension que l'on sépare en travail au
Les manœuvres d'exploitation sont Le risque de court-circuit doit absolu- contact, à distance ou au potentiel.
destinées à des opérations courantes : ment être minimisé compte-tenu de ses Il fait dans tous les cas l'objet d'une
mise en marche, arrêt, connexions conséquences. habilitation particulière délivrée par
prévues à cet effet, mesures, réarme- Par principe, les mesures prises doi- le chef d'établissement. La conduite
ment qui s'effectuent sans risque vent l'être après une analyse préa- des travaux sous tension relève de
particulier dans un cadre de fonc- lable intégrant à la fois : procédures propres et requiert des
tionnement normal. Les manœuvres - la nature des travaux (mesures, essais, matériels de protection et outillages
d'urgence relèvent pour leur part de connexion, nettoyage…) spécifiques.
la nécessité de protéger au mieux - les conditions d'environnement au
personnes et biens dans le cadre de sens large, notamment conditions
circonstances dangereuses. atmosphériques (précipitations ou
Les manœuvres d'exploitation néces- risque d'orage) mais également condi-
sitent de prendre des précautions fon- tions réelles d'inaccessibilité de per-
damentales de sécurité en veillant tout sonnes non qualifiées ou encore

212
4 / LA CONSIGNATION DES OUVRAGES ET ÉQUIPEMENTS

4 ➜ LES INTERVENANTS

Le personnel chargé des manœuvres


de consignation et d'exploitation doit Définition et qualification des intervenants
être qualifié et habilité selon la com-
plexité et les risques propres à La publication UTE C 18-510, qui fait référence, donne les
l'opération concernée. définitions précises et les qualificatifs de chacune des
Hormis celles sur les réseaux de personnes concernées. En voici les éléments résumés.
distribution réser vées à des • Employeur :
personnes qualifiées et habilitées, personne qui assure directement ou indirectement la respon-
les manœuvres d'urgence nécessi- sabilité légale dans le cadre du Code du Travail. Pour
tent uniquement information ou éviter les confusions entre l'entreprise donneuse d'ordre et
l'entreprise intervenante, on pourra utiliser chef d'établis-
consignes.
sement ou exploitant pour la première et chef d'entreprise
pour la seconde.
• Chargé d'exploitation :
personne désignée et déléguée par l'employeur pour
assurer l'exploitation d'un ouvrage électrique, y compris
l'exécution des travaux et interventions.
• Chargé de consignation électrique :
personne désigné par l'employeur ou le chargé d'exploi-
tation pour effectuer tout ou partie de la consignation et
faire prendre les mesures de sécurité adaptées.
• Chargé de réquisition :
personne désignée par le chef d'exploitation chargée de
mettre en réquisition tout ou partie d'ouvrages, principa-
lement de réseaux ou d'installations étendues. Pour la
partie réquisitionnée, il peut alors avoir le rôle de chargé
de consignation.
• Chargé de travaux :
personne qui assure la direction effective des travaux. Char-
gée de prendre, de faire prendre les mesures de sécurité et
de veiller à leur application. En outre cette personne peut
travailler seule ou participer aux travaux qu'elle dirige.
• Chargé d'essais :
personne qui assure la direction effective des essais. Elle est
chargée de prendre les mesures nécessaires et de veiller à
leur application.
• Exécutant :
personne désignée par son employeur pour effectuer des
travaux en exécution d'un ordre verbal ou écrit. Il doit
posséder la qualification correspondant au travail à effectuer.
• Surveillant de sécurité électrique :
personne spécialisée dans la sécurité et chargée par son
employeur de veiller à la sécurité des personnes opérant
sur les ouvrages électriques ou à leur proximité.
• Personne qualifiée :
personne possédant les connaissances pour l'exécution
des tâches qui lui sont confiées.

213
II.B LE CHOIX DES APPAREILS DE PROTECTION

5 ➜ LES HABILITATIONS

L'habilitation consiste en la recon-


naissance par l'employeur de l'apti- Une habilitation est bien évidemment nécessaire pour
tude d'une personne à effectuer en exécuter des travaux électriques, mais aussi pour diriger
toute sécurité les taches qui lui sont ces travaux, pour surveiller, pour consigner une installa-
confiées. tion, pour effectuer des tests et mesures, et ne l'oublions
Un titre d'habilitation écrit, compor- pas, pour simplement accéder sans surveillance à un local
réservé aux électriciens. Par exemple, la personne qui
tant l'identification et l'approbation
effectue le ménage sur une plate-forme d'essai doit être
des parties et la codification du niveau
habilitée en conséquence.
d'habilitation devra être remis à
l'employé. Ce titre ne dégage pas
pour autant l'employeur de ses respon-
sabilités.
Le niveau d'habilitation devra donc
être adapté aux travaux à effectuer :
différent par exemple entre le peintre
qui travaillera dans un local transfor-
mateur et l'électricien intervenant sur
le transformateur lui-même. Mais,
condition sine qua non, tous deux
devront avoir reçu une formation adap-
tée aux risques encourus pour eux-
mêmes et pour les autres.

Signification du code d'habilitation


• Première lettre :
B pour le domaine BT et TBT
H pour le domaine HT
• Seconde lettre (optionnelle) :
R pour les travaux de dépannage, de raccordement, de test, de mesures (uniquement en BT)
C pour pouvoir effectuer des consignations
T pour travailler sous tension
N pour effectuer des travaux de nettoyage sous tension
V pour travailler au voisinage de parties sous tension
• Chiffre :
0 pour le personnel ne réalisant pas des travaux électriques
1 pour les exécutants des travaux électriques
2 pour les chargés de travaux électriques pouvant diriger plusieurs personnes
• Quelques exemples non limitatifs d'habilitations courantes dans le domaine BT :
B0 : Non-électricien pouvant accéder à des locaux réservés
B1 : Electricien exécutant sur instruction
BR : Chargé d'intervention assurant la direction des travaux qu'il effectue et leur sécurité
BC : Personne responsable de la consignation.

214
4 / LA CONSIGNATION DES OUVRAGES ET ÉQUIPEMENTS

6 ➜ LES AUTORISATIONS

Quels que soient les travaux entrepris, On utilisera à cette fin l'attestation de
l'opération de consignation propre- consignation, destinée au chargé de
ment dite doit faire l'objet de docu- travaux ou d'intervention ; elle com-
ments écrits et surtout de l'assurance portera la date et l'heure et un volet
que ces documents aient bien été reçus d'avis de fin de travaux.
par leur destinataire. D'autres documents dont la liste n'est
Les messages télétransmis (fax, mails) pas ici exhaustive seront utilisés : auto-
doivent faire l'objet de précautions risation de travail, fiche de manœu-
adaptées sur la garantie de la vre, instruction, avis de réquisition,
réception et de la compréhension. attestation de séparation du réseau
Un message en retour avec numéro de distribution public, etc.
d'identification du message aller est On se reportera aux textes régle-
obligatoire. L'accusé de réception n'est mentaires en vigueur pour plus de
pas suffisant. précisions.

7 ➜ LA CONDAMNATION

La condamnation a pour but d'inter-


dire la manœuvre de l'organe de
séparation.
Elle doit comprendre l'immobilisation
mécanique de l'appareil et la neu-
tralisation de toutes les commandes,
qu'elles soient électriques, électro-
niques, radio, etc.
D'autre part une indication (affichage,
voyant…) doit signaler clairement
l'état de condamnation.

Opération de
condamnation
d’un DPX 250
débrochable
par cadenas

215
II.B LE CHOIX DES APPAREILS DE PROTECTION

8 ➜ LE VERROUILLAGE

Seule la réalisation du verrouillage


permet de garantir l'état de condam-
nation. Le principe de base du verrouillage repose sur l'unicité
de la clé.
Très souvent, plusieurs verrouillages
Celle-ci peut commander une ou plusieurs serrures mais
sont utilisés conjointement :
jamais une serrure ne doit pouvoir être commandée par
- pour ordonner la séquence des deux clés identiques.
manœuvres (ordre des commandes)
- pour rendre les manœuvres interdé-
pendantes et alternatives (inversion
de sources par exemple)
- pour nécessiter l'action simultanée
de plusieurs personnes (sécurité
accrue).
Les verrouillages sont réalisés en
prenant en compte la sécurité des
personnes et des biens, par exemple:
interdire l'accès à des cellules HT avant
leur mise hors tension, interdire
l'ouver ture ou la fermeture d'un
sectionneur en charge…
Lorsque la clé se trouve libérée par la
première serrure et permet alors de
commander une seconde serrure, on
parle d'interverrouillage à transfert
de clé.
La séquence de verrouillage peut aussi Bloc serrure
nécessiter la libération de plusieurs adaptable
clés : dans ce cas un dispositif à ser- sur DPX 630
débrochable
rures multiples permet à la première
clé (dite "clé-mère") qui va rester pri-
sonnière de libérer plusieurs clés (dites
clés-filles).

216
4 / LA CONSIGNATION DES OUVRAGES ET ÉQUIPEMENTS

9 ➜ SYMBOLES PRATIQUES

Dans tous les cas le choix des serru- Symboles de principe


Symboles fonctionnels
res et des positions de sécurité néces- (source APAVE)
site une étude préalable de la
Ensemble Verrouillage
séquence de verrouillage à appliquer mécanisme serrure mécanique
pour bien définir le besoin et parfai-
tement identifier les risques afférents. Serrure avec clé Ensemble
toujours libre mécanisme serrure
Les verrouillages “électriques” ne sont
jamais considérés comme suffisants. Serrure avec clé
toujours prisonnière
Par principe, seuls les verrouillages Clé prisonnière

“mécaniques” sont aptes à assurer Serrure


avec clé prisonnière
la sécurité (sous réserve qu'ils soient appareil fermé
Clé absente

eux-mêmes fiabilisés).
Serrure
Différentes représentations graphiques avec clé prisonnière
Clé libre

sont faites des mécanismes de ver- appareil ouvert


rouillage ; certaines représentations Manœuvre de la clé introduction
- introduction
reprennent l'état de la serrure (pêne
rentré ou sorti) et de la clé (libre ou - extraction extraction

prisonnière). Des schémas symboliques


de principe sont également utilisés
Serrure sur porte
mais, par principe, les séquences
complexes doivent être explicitées
Clés tête-bêche
par le texte.
Clé absente / pêne rentré
manœuvre libre

Clé absente / pêne sorti


manœuvre bloquée

Clé libre / pêne rentré


manœuvre libre

Clé libre / pêne sorti


manœuvre bloquée

Clé prisonnière / pêne rentré


manœuvre libre

Clé prisonnière / pêne sorti


manœuvre bloquée

217
II.B LE CHOIX DES APPAREILS DE PROTECTION

10 ➜ EXEMPLES DE SCHÉMAS-TYPES AVEC PROCÉDURES DE VERROUILLAGE

Exemple 1 : verrouillage entre sectionneur de mise à la terre,


interrupteur HT et porte de cellule (symboles de principe)

Séquence de verrouillage :
• Ouverture de l’interrupteur I
I
• La clé est libérée
S
• Transfert de la clé A sur le sectionneur S
• Fermeture du sectionneur S
• La clé B est libérée Porte
cellule

• Ouverture de la porte de la cellule avec la clé B Clé A

• La clé B reste prisonnière. Clé B

Exemple 2 : verrouillage de cellules sur réseau HT en boucle

Poste 1 Poste 2

L’objet de cette procédure est l’interdiction de


Cellule n° 2 Cellule n° 1
la manœuvre de fermeture des sectionneurs de terre lorsque
A B
la cellule est alimentée en amont ou en aval (retour de I1 I2

boucle).
Installation en service :
T1 T2
NB : interrupteurs I et sectionneurs T sont asservis mécani-
quement par construction. B A
Séquence de condamnation :
• Ouverture de l’interrupteur I1 Vers poste n° 2 Vers poste n° 1

• Condamnation de l’interrupteur I1 et libération de la clé A


• Ouverture de l’interrupteur I2 Poste 1 Poste 2

• Condamnation de l’interrupteur I2 et libération de la clé B Cellule n° 2 Cellule n° 1

• Déverrouillage du sectionneur de terre T2 avec la clé A


I1 I2
A B
• Fermeture du sectionneur de terre T2
• La clé A est prisonnière
• Déverrouillage du sectionneur de terre T1 avec la clé B T1 T2

• Fermeture du sectionneur de terre T1


B A
• La clé B est prisonnière.
Vers poste n° 2 Vers poste n° 1

218
4 / LA CONSIGNATION DES OUVRAGES ET ÉQUIPEMENTS

Exemple 3 : verrouillage HT/TR/BT (symboles fonctionnels)

Utilisée dans les postes de livraison à comptage BT, cette séquence, parmi HT TR BT
O
les plus courantes, permet d’accéder aux bornes du transformateur après :
• Ouverture et verrouillage du disjoncteur BT
• Ouverture et verrouillage de la cellule HT O
S

• Mise à la terre de l’alimentation HT séparée


T
Etat en service : S

• Le disjoncteur BT est fermé


• La clé O est prisonnière HT TR BT
• La cellule HT est fermée O

• La clé S est prisonnière


• Les bornes du transformateur sont inaccessibles O S

Séquence de verrouillage :
• Ouverture et débrochage du disjoncteur BT
S
• La clé O est libérée
• Transfert de la clé O sur la serrure de verrouillage de la cellule HT
• Ouverture de l’interrupteur HT et fermeture du sectionneur de terre par HT TR BT

asservissement mécanique. L’opération est possible par transfert de clé, O

comme dans l’exemple 1


• La clé O devient prisonnière O S

• Le panneau de cellule peut être ouvert


• La clé S peut être prise T S
• Déverrouillage du volet de condamnation des bornes embrochables
• La clé S devient prisonnière.

Exemple 5 : verrouillage
Exemple 4 : verrouillage
sur inversion de source
sur inversion de source BT et sur poste HT

Le disjoncteur débrochable est alors


équipé de deux serrures.
Le couplage d’une alimentation
En fonctionnement normal, le dis-
de remplacement sur une installation ne doit pou- G
joncteur I est fermé, les clés A et B
voir être réalisé qu’avec la certitude que l’alimen- 3
sont prisonnières.
tation principale est déconnectée.
L’ouverture du disjoncteur libère les
Et réciproquement. Lorsque les appareils ne peuvent A clés A et B. La clé A est transférée
T G
être implantés côte à côte (platine inverseur de sour- sur la cellule HT amont (voir exem-
ce avec mécanisme d’inter verrouillage intégré) ou ple 2).
qu’ils sont de type différent (puissance secourue La clé B est transférée sur la source
plus faible par exemple), il faut alors prévoir un inter de remplacement (voir exemple 4).
verrouillage par clé. Un verrouillage entre la source
En service normal : alimentation par transformateur. de remplacement (disjoncteur G)
Le disjoncteur I est fermé. La clé A est prisonnière.
G
3
peut aussi être prescrit avec la
cellule HT (deuxième serrure).
En service de secours : le disjoncteur I est ouvert.
La serrure associée est déverrouillée et la clé A est A
I G
libérée.
La clé A est transférée sur la serrure du disjoncteur
G, qui est fermé. La clé A est prisonnière.
I
A B

219
II.B LE CHOIX DES APPAREILS DE PROTECTION

11 ➜ LES DISJONCTEURS DE PUISSANCE EXTRACTIBLES ET DÉBROCHABLES DPX

Riches de leurs versions extractibles • Les appareils extractibles (ou décon- • Les appareils débrochables qui outre
et débrochables, les DPX 250, DPX nectables) qui peuvent être insérés ou les avantages des appareils extracti-
630 et DPX 1600 permettent, outre retirés sans mise hors tension du cir- bles (interchangeabilité et sectionne-
la réponse aux exigences de “mise cuit considéré. Les manœuvres de ment à coupure visible) permettent par
en sécurité” des ouvrages et des équi- connexion/déconnexion ne peuvent un mécanisme associé d'asservir les
pements, d'apporter une évolution se faire que lorsque l'appareil est manœuvres de connexion/décon-
significative dans les fonctionnalités ouvert ; en cas contraire, la décon- nexion, de rendre possibles les tests
mêmes de ce type d'appareils. nexion entraîne mécaniquement la et mesures en conservant la continuité
coupure de l'appareil. des circuits auxiliaires tout en coupant
Les appareils extractibles peuvent, les circuits principaux, de visualiser
! La désignation des appareils dans des cas simples, assurer le sec- l'état de ces circuits, et enfin de per-
Les disjoncteurs de puissance (appa- tionnement et la mise en sécurité, mais mettre par différents systèmes (cade-
reils destinés à la coupure et la pro- ils sont surtout utilisés pour leur inter- nas, serrures…) le verrouillage de
tection) sont généralement désignés changeabilité qui facilite grandement l'appareil pour les opérations de consi-
selon trois vocables : fixes, extracti- la maintenance. gnation.
bles et débrochables. Ils sont parfois désignés par la lettre Les appareils débrochables peuvent
• Les appareils fixes dont les D comme “Disconnectable parts”. être désignés par la lettre W comme
connexions ne peuvent être établies “Withdrawable parts”.
ou coupées que lorsque leur alimen-
tation est hors tension (raccordements
par exemple sur bornes ou par cos- Etat des circuits pour les différentes positions
ses). En général, leur montage et leur des appareils débrochables DPX
démontage nécessitent un certain
temps et un outillage minimal.
Ces appareils sont parfois désignés Circuits Position Position Position de Position
raccordée de test sectionnement retiré
par la lettre F comme “Fixed parts”.
Principaux

Auxiliaires

Raccordée : Ouvert : Sectionné :

DPX 1600
débrochable

DPX 250
version extractible,
monté sur sa base
prise arrière

220
4 / LA CONSIGNATION DES OUVRAGES ET ÉQUIPEMENTS

La mise en œuvre des versions extrac- serrures de sécurité Ø 22 (type Pro-


tibles et débrochables est décrite au falux ou Ronis avec clé type SI à
chapitre III.C.2. créneaux) permet de déplacer un
Les mêmes fonctionnalités, avec des obturateur devant l'accès de la mani-
bases d'appareils spécifiques, sont velle de manœuvre et de libérer une
possibles en montage sur châssis chape pouvant recevoir des cadenas.
XL Part (voir chapitre III.D.1). A ce moment, la clé jusque-là prison-
Les DPX extractibles ou débrochables nière est également libérée.
répondent totalement à la notion L'appareil est alors totalement
d'indice de service en permettant des verrouillé : les manœuvres de ferme-
interventions sécurisées (IP 2x) et ture et de réembrochage sont rendues
indépendantes par circuit. impossibles.
Des bases prééquipées peuvent rece- A noter également que le mécanisme
voir ultérieurement des appareils dans “débro-lift” peut être immobilisé par
le cadre d'une extension programmée. des cadenas (jusqu'à 3) lorsque le
L'association du mécanisme "débro- plastronnage est retiré. Cette sécurité
lift" et de la fenêtre de façade permet supplémentaire peut être utile en
le débrochage de l'appareil sans maintenance par exemple.
déplastronner.
Toutes les fonctions de verrouillage
sont dès lors directement accessibles
en face avant sans démontage. L'indice de service “I.S.”
La coupure du disjoncteur doit être Un concept de classification des ensembles de distribution
préalablement effectuée même si, par a récemment été proposé pour clarifier les différents codes
la sécurité intégrée au mécanisme, la existants (code MPC de la norme NF C 61-412) et
manœuvre de débrochage entraîne qualifier le niveau de service offert par un tableau de
automatiquement son ouverture. distribution BT pour les trois phases d'exploitation, de
Tant que l'appareil n'est pas ouvert, maintenance et d'évolution. Le taux de réponse est donné
une sécurité empêche le démontage pour chacune d'elles par un chiffre de 1 à 3 selon que
éventuel du plastron. l'opération nécessite :
• Chiffre 1, l'arrêt complet du tableau
Indépendamment de la manœuvre de
• Chiffre 2, l'opération ou l'arrêt du seul départ (unité
débrochage, la manette du disjonc-
fonctionnelle) concerné avec intervention éventuelle sur
teur peut être immobilisée en position ses raccordements
0 par un cadenas. • Chiffre 3, le test hors charge, le changement ou l'ajout
En position débrochée, plusieurs pos- d'appareil sans intervention sur les raccordements.
sibilités de verrouillage sont offertes
selon les cas.
Lorsque l'appareil est en position
débrochée (voyant vert), correspon-
dant au sectionnement de tous les
circuits, et uniquement dans cette Les DPX en version extractible ou débrochable peuvent
position de sécurité, une serrure à clé être équipés de commandes rotatives ou de commandes
(sur bloc adaptable à une (DPX 250, motorisées.
630, 1 600) ou deux (DPX 1 600). Dans ce cas, la fenêtre de façade n'est pas montée et le
verrouillage peut être fait par la serrure adaptable de la
commande ou par un bloc à serrure Ø 22 agissant direc-
tement sur le mécanisme “débro-lift”.
Des versions inverseurs de source manuels ou automatiques
(avec moteur) sont également disponibles sur demande
avec des appareils en exécution débrochable.

221