Vous êtes sur la page 1sur 4

Problèmes OCP

N'oublions pas que La situation actuelle du marché mondial des


phosphates a rendu difficile le maintien de la part de marché du
groupe OCP.
L'émergence de nouveaux concurrents,
la conversion des principaux clients en propre producteurs,
le problème de la parité de change, augmentation des coûts,

les impacts environnementaux de nos activités (gestion des


déchets)
demande de plus en plus réduite surtout avec
le déclenchement de la crise mondiale...autant d'obstacles
auxquels se trouve confronté le GroupeOCP ;Dans ce contexte
particulier, le Groupe ne ménage aucun effort pour réussir cette
bataille et ce en adoptant une stratégie de consolidation de ses
positions traditionnelles tout en cherchant de nouveaux débouchés.
Ainsi, le principal objectif stratégique est le maintien de la part de
marché estimée durant les dernières années à 30 %, sans pour
autant hausser les prix de vente vu
la situation concurrentielle alarmante qui marque le secteur.

2le problème qui nécessite processus :


Gestion des déchets
La gestion écoresponsable des déchets est un des chantiers de développement
durable prioritaires du Groupe OCP. Pour réussir sa mise en œuvre, le Groupe
s’est engagé auprès de partenaires leaders dans ce domaine afin de récupérer,
recycler, valoriser et éliminer les déchets dans le respect de la réglementation en
vigueur et dans les conditions de sécurité les plus strictes. Ces opérations de
gestion rationnelle des déchets, initiées par OCP, ont pour élément commun
d’assurer la traçabilité du processus en entier et de faire d’OCP une entreprise
pionnière sur le plan national.

La stratégie de gestion des déchets d’OCP traite des domaines suivants :


Réduction de la production des déchets
Création des zones dédiées sans danger pour le stockage et l’élimination des
déchets industriels
Elimination des déchets à travers de solides partenariats avec des entreprises
spécialisées dans leur valorisation
Développement des méthodes innovantes de valorisation

Coûts relatifs à la gestion des déchets

Produire un déchet peut paraître une tâche facile, si ce n’est le coût que cela engendre. En effet,
abstraction faite de la réglementation, le fait de stocker un déchet peut coûter cher à
l’entreprise. Ce coût, généralement caché et non estimé, se compose des frais de
manutention (gasoil, personnel, temps), du terrain occupé par ce déchet et qui n’est pas
utilisé pour d’autres utilisations.

A ces frais, s’ajoutent les coûts environnementaux qui sont également non calculés et qui se
traduisent par des surcoûts de traitement des rejets liquides au cas où l’entreprise en
dispose (on les estime à 10-20%), et les coûts liés à la redevance de la pollution lorsqu’elle
sera effective.
Il faut également ne pas omettre les coûts liés aux risques technologiques dont les déchets
peuvent être à la source et les coûts d’élimination, lorsque les déchets sont réputés très
dangereux (PCB, dioxines, furanes, amiante). Ces coûts sont de l’ordre de 10000 à 40000
Dhs/t.

Imaginons par inadvertance, qu’un dé- chet banal (bois, carton, ferraille) soit contaminé par des
PCB (huile pyralène d’un transformateur). Le déchet, initialement banal, à probablement
une valeur ajoutée, devient dangereux, coûtant jusqu’à 35000-40000 DH/t pour son
élimination. Que faire alors ? : Bien gérer ses déchets dans le cadre d’une bonne
planification : Déchet comme un «Non Product output » De nombreux déchets sont
produits dans des conditions non optimales de conduite des procédés. Ce sont des
déchets classés comme «non produits sortants » et très souvent coûteux sur le plan
énergie, matières premières, administration, organisation, gestion commerciale, etc. Un
bon management optimisé, permettra d’éviter ce type de dérives.
Plan de gestion Les deux aspects évoqués précédemment dictent inévitablement la mise en place
d’un plan de gestion des déchets qui se résume en :

Processus de gestion des déchets :


méthodologie En parallèle à ces bonnes pratiques, il est judicieux de rendre méthodique
l’identification, l’évaluation et la gestion des déchets.

Ceci passe par la mise en place d’une démarche pragmatique (procé- dures) que le personnel et
l’encadrement adoptent et reconnaissent, voire inscrivent dans leurs objectifs.

Cette démarche qui aboutit ou s’inscrit dans le plan de gestion des déchets repose sur :  

L’établissement du bilan matière des processus de production;


  L’identification grâce à ce plan des rejets et pertes;
  L’identification des déchets;
  L’identification des zones de production des déchets (information géographique);
  L’évaluation des gisements de déchets.
La tenue d’un registre de suivi;
  L’identification des filières de valorisation et de recyclage;  
La conception d’un plan interne de gestion des déchets comprenant la collecte et le
stockage sélectif.

Vous aimerez peut-être aussi