Vous êtes sur la page 1sur 13

C7

Connaissance et Maîtrise des Phénomènes Physiques et Chimiques

MATÉRIAUX MÉTALLIQUES - CORROSION INDUSTRIELLE -1/C


CONTRÔLES NON DESTRUCTIFS
Ingénieurs en
Sécurité Industrielle

I - LE RESSUAGE ......................................................................................................................... 1

1 - Principe de base .............................................................................................................................1


2 - Matériel utilisé .................................................................................................................................2

II - LA MAGNÉTOSCOPIE ............................................................................................................. 3

1 - Principe ...........................................................................................................................................3
2 - Matériel utilisé .................................................................................................................................4

III - LA RADIOGRAPHIE INDUSTRIELLE ....................................................................................... 6


1 - Principe de la radiographie industrielle...........................................................................................6
2 - Appareillage et matériel utilisés ...................................................................................................... 7

IV - LES ULTRA-SONS .................................................................................................................... 8

1 - Principe du contrôle par ultra-sons .................................................................................................8


2 - Les ondes ultra-sonores .................................................................................................................9
3 - Le matériel utilisé.......................................................................................................................... 10

V - AVANTAGES ET INCONVÉNIENTS DES DIFFÉRENTES MÉTHODES ............................... 12

Ce document comporte 13 pages


MX EIR - 00526_B_F - Rév. 2 08/08/2005

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


1
C 7 -1/C

I - LE RESSUAGE

1- PRINCIPE DE BASE
Le ressuage permet d'étendre le champ d'application de l'examen visuel à la détection des défauts très
fins débouchants en surface.

Le principe de cette méthode repose sur le phénomène de capillarité. La capillarité est la propriété
qu'ont certains liquides d'être attirés par des cavités de faibles dimensions.

D MAC 1354 A
Le niveau de l'eau est le même dans la cuve et dans le tube 1. Par contre, il est plus élevé dans le
tube 2 de faible diamètre intérieur (la dénivellation est de l'ordre de 15 cm pour un rayon interne de
1/10e mm).

Le ressuage est une double application de ce phénomène.

a - Dans un premier temps la pièce est recouverte d'un liquide à haut pouvoir capillaire : le pénétrant.
Son rôle est de remplir par capillarité les fines cavités débouchant en surface.
D MAC 1355 A

b - On procède alors au nettoyage de la surface (à l'eau ou à l'aide d'un solvant) ; seul le pénétrant
contenu dans les défauts subsiste.
D MAC 1356 A

00526_B_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


2
C 7 -1/C

c - On recouvre la pièce d'une poudre blanche très fine : le révélateur. Par capillarité, le pénétrant
contenu dans les défauts est attiré dans les micro-cavités formées par la poudre (phénomène du
buvard). L'image du défaut apparaît alors (par exemple en rouge) sur le fond blanc.

D MAC 1355 B
2- MATÉRIEL UTILISÉ

a - Produits pénétrants

Il existe deux types de pénétrants :

– Les pénétrants colorés

Un pigment coloré (par exemple, le rouge organol) est contenu dans un liquide (pétrole).

L'image des défauts obtenue avec ce produit s'observe à la lumière blanche (conditions
identiques à celles d'un examen visuel).

– Les pénétrants fluorescents

Le pigment coloré émet une lumière visible (jaune verte, orangée ... quand il subit une
irradiation aux rayons ultra-violets (aussi appelés "lumière noire" parce que invisible à l'œil).

Cette deuxième méthode possède une meilleure sensibilité de détection (cas de défauts
très fins) mais nécessite l'utilisation d'une lampe à U.V. et d'une pièce obscure.

Certains produits sont mixtes et peuvent donc être employés à la fois pour un ressuage
coloré et un ressuage fluorescent.

b - Révélateurs

Ils sont de plusieurs sortes :

– Révélateur sec : poudre blanche très fine (talc, craie, ...)

– Révélateur humide : la poudre est en suspension dans un liquide volatil (alcool) qui
une fois évaporé laisse une couche très fine et uniforme

– Révélateur pelable : la poudre est dispersée dans une résine en solution dans un
liquide organique volatil. Après séchage, il est possible de détacher l'image du défaut
emprisonnée dans le film de vernis

00526_B_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


3
C 7 -1/C

II - LA MAGNÉTOSCOPIE

1- PRINCIPE
Le contrôle par magnétoscopie permet de visualiser, à l'aide d'un champ magnétique, les défauts
débouchant en surface ou situés immédiatement sous la surface à examiner.

Le principe de cette méthode consiste à soumettre un matériau ferro-magnétique à un champ


magnétique d'intensité notable : méthode dite du flux magnétique.

D MAC 1357 A
a - Pièce saine b - Champ faible c - Champ correct

• Cas d'une pièce saine

Les lignes du champ magnétique se répartissent régulièrement dans le métal.

• Cas d'une pièce défectueuse contrôlée avec un champ magnétique faible

La présence du défaut modifie légèrement les lignes du champ magnétique mais n'apporte aucune
perturbation en surface.

• Cas d'un champ magnétique élevé

Au droit du défaut on note la présence "d'un champ de fuite" capable d'attirer de la poudre
magnétique. Le contrôle est donc possible dans ces conditions.

Un champ magnétique élevé ne peut s'obtenir que sur les matériaux ferro-magnétiques : fonte,
acier moulé, acier forgé, fer pur, acier au silicium, nickel et cobalt (tous les matériaux sensibles à
l'action d'un aimant).

Les métaux non contrôlables en magnétoscopie sont : aluminium, magnésium, laiton, cuivre,
bronze, plomb, titane, aciers inoxydables austénitiques.

00526_B_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


4
C 7 -1/C

2- MATÉRIEL UTILISÉ
a - Magnétoscope articule portatif

Il produit à l'aide d'un solénoïde un champ magnétique H qui se ferme par la culasse articulée et la
pièce à contrôler.

∞ 50 Hz
Bouton poussoir de mise 220 V
sous tension de la bobine 110 V
48 V
Potentiomètre de réglage 24 V
de champ redressé

Commutateur :
champ alternatif (AC)
/ champ redressé(DC)

Solénoïde

D MAC 1358 A

Seuls les défauts orientés perpendiculairement à la direction du champ magnétique (± 30°) sont
détectables.

00526_B_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


5
C 7 -1/C

Exemples d'utilisation

D MAC 1359 A

00526_B_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


6
C 7 -1/C

III - LA RADIOGRAPHIE INDUSTRIELLE

1- PRINCIPE DE LA RADIOGRAPHIE INDUSTRIELLE


La radiographie met en œuvre des sources émettrices de rayonnements ionisants. Ces rayonnements
ont une énergie très grande (25 keV à 25 MeV) qui leur permet de traverser la matière.

Lors de la traversée de la matière, les éventuels défauts contenus dans celle-ci constituent des
obstacles qui absorbent plus ou moins les rayonnements. Les différences d'absorption peuvent être,
soit visualisées sur un écran fluorescent (par exemple : radioscopie utilisée dans le domaine médical),
soit enregistrées sur un film spécial (cas de la radiographie industrielle).

Source de
Tube à rayons X
rayons γ ou X

Faisceau Faisceau
X γ ou X

Surépaisseur cavité
Pièce à contrôler

Écran fluorescent Récepteur Film radiographique

Examen visuel Après développement


D MAC 1360 A

RADIOSCOPIE RADIOGRAPHIE

00526_B_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


7
C 7 -1/C

2- APPAREILLAGE ET MATÉRIEL UTILISÉS


a - Les sources de rayonnement

• Les tubes à rayons X

HT
Refroidissement

i Électrons Protection

D MAC 1361 A
Filament Foyer Anticathode
Faisceau
utile

Le filament, chauffé par le passage du courant i, émet des électrons e– .

La haute tension HT accélère ces électrons qui viennent percuter la cible à grande vitesse donc avec
une forte énergie.

À la suite du choc, cette énergie est transformée :

– en chaleur : environ à 98 %
– en rayons X

Une protection en plomb ne laisse passer qu'un faisceau appelé faisceau utile.

Un système de refroidissement par circulation d'air ou d'huile est nécessaire pour refroidir
l'anticathode.

Les tubes à rayons X portatifs émettent un rayonnement d'énergie maximale 300 kV.

• Les sources émettrices de rayons γ

Porte-source
Câble de
Bloc de télécommande
protection Source
D MAC 1362 A

Source stockée dans Source éjectée


son conteneur de transport pour la radiographie

00526_B_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


8
C 7 -1/C

IV - LES ULTRA-SONS

1- PRINCIPE DU CONTRÔLE PAR ULTRA-SONS


Les ultra-sons se propagent dans la matière et se réfléchissent sur les discontinuités.

Temps t t'
t

2e' = V x t'
2e = V x t

e'

D MAC 2166 A
e V e

1. Pièce saine 2. Pièce avec défaut

1. Pièce saine : les ultra-sons émis par le palpeur pénètre dans la paroi et se propage jusqu'à la face
opposée. L'écho de retour (écho de fond) revient au palpeur lorsque le temps t s'est écoulé.

t = distance parcourue (2e) X vitesse des U.S.

La connaissance de la vitesse permet alors de réaliser des mesures d'épaisseur.

2. Pièce avec défaut : une partie du faisceau U.S. se réfléchit sur la surface du défaut et donne lieu
à un écho discontinuité, l'autre partie se réfléchit sur le fond de la pièce écho de fond. Il est
alors possible de détecter la présence du défaut, d'évaluer sa position et son étendue. L'amplitude
de l'écho reçue dépend de l'étendue et de l'orientation de la surface réfléchissante.

Les fréquences utilisées sont de l'ordre de 1 à 10 MHz pour le contrôle des métaux.

00526_B_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


9
C 7 -1/C

2- LES ONDES ULTRA-SONORES


Les U.S. sont des vibrations mécaniques (de très faible amplitude) des atomes constituant la matière.
Un support matériel est nécessaire à leur propagation (gaz, solide, liquide).

La vitesse de propagation dépend du milieu et du mode de propagation. Elle est indépendante de la


fréquence.
GAZ : quelques centaines de m/s (330 m/s dans l'air sec sous 1 atm)
LIQUIDE : de l'ordre du km/s (1500 m/s dans l'eau)
SOLIDE : quelques km/s (5800 m/s dans l'acier)
(6400 m/s dans l'aluminium)
(4600 m/s dans le cuivre

Modes de propagation

• Ondes longitudinales

Les ondes ultra-sonores font entrer en vibration les atomes. La vibration se transmet d'un atome au
suivant par l'intermédiaire des forces de liaisons interatomatiques (module élastique).

Lorsque la direction de vibration est parallèle à la direction de propagation, l'onde est longitudinale (ou
de compression).

Vibration Propagation de l'onde

D MAC 2167 A
La vitesse de propagation dépend du module d'Young.

• Ondes transversales

Lorsque la direction de vibration est perpendiculaire à la direction de propagation, l'onde est


transversale (ou de cisaillement).

Propagation de l'onde
D MAC 2167 B

Vibration

Les ondes transversales ne se propagent que dans les solides.

Leur vitesse est voisine de la moitié de la vitesse de l'onde longitudinale.

VL VT

Acier 5800 3250


Aluminium 6400 3080
Cuivre 4600 2260

00526_B_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


10
C 7 -1/C

3- LE MATÉRIEL UTILISÉ
a - Mesureurs d'épaisseurs

Ce sont des appareils spécialement adaptés à la mesure des épaisseurs de parois.

Pastilles
E R
Semelle
e

SEUIL

E R
a e e a Temps
Semelle Semelle
15.7 Affichage (en mm)
E R > seuil

Cale étalon (5 mm) Décalage du 0 Temps


de 2 a

F = 30 MHz
Horloge à quartz : comptage des impulsions
VL = 6000 m/s

D MAC 2168 A
1 impulsion = 0,1 mm épaisseur

Précautions à prendre :

– s'étalonner précisément : sur un matériau de vitesse et d'épaisseur identique ou


encadrant les valeurs recherchées
– travailler avec un bon couplage
– travailler avec des parois parallèles
– se méfier des surfaces courbes (R < 50 mm) et des faibles épaisseurs (e < 2 mm).
Utiliser des palpeurs adaptés

Caractéristiques des appareils

– dimensions et poids réduits


– fonctionnement sur piles ou accus rechargeables
– précision affichée = 0,1 mm en règle générale
– gamme d'épaisseur : 1 à 2 mm jusqu'à 100 à 200 mm
– gamme des vitesses : 1000 à 9000 m/s

00526_B_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


11
C 7 -1/C

b - Appareils à oscilloscope et palpeurs

Amplification
à la dB Échelle de
réception profondeur
dB mm

1
Puissance 2 Réglage du zéro
à l'émission 3 mm
4

Prise pour coaxial


Bloc amortisseur

Pastille Piézo électrique L


Semelle de protection
L Zone β
pertubée

L Zone de
divergence

D MAC 2169 A

Caractéristiques :

Palpeurs droits ondes L F = 1 à 10 MHz


Ø 10 à 25 mm

Palpeurs d'angle ondes T F = 1 à 10 MHz


= 8x8 à 20x20 mm
angle β = 45 – 60 – 70° pour l'acier

00526_B_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


12
C 7 -1/C

V- AVANTAGES ET INCONVÉNIENTS DES DIFFÉRENTES MÉTHODES


Le tableau ci-dessous reprend les avantages mais aussi les limites des cinq méthodes les plus couramment
utilisées en contrôle non destructif.

Méthodes Avantages Inconvénients

- Défauts internes sur grande profondeur : 10 – Prix revient élevé (films)


cm en X et 20 cm en γ courants - Accès sur 2 faces
- Large gamme de matériaux - Défauts linéaires non visibles si ⊥ au
- Film : preuve faisceau (laminages)
Radiologie
- Scopie : automatisation - Microfissures non vues
- Tous défauts (porosités, fissures, …) - Protection due aux dangers des
- Contrôle reproductible rayonnements ionisants
- Méthode film assez lente

- Méthode bon marché - Uniquement sur défauts débouchant en


- Facile d’emploi surface
- Assez rapide - État de surface et propreté de celle-ci sont
- Sensible (fines criques) importants
- Toutes les matières sont justiciables de cet - Impossible à haute et surtout basse
Ressuage température
examen sauf si la surface est absorbante
- Systèmes portables - Manipulations multiples
- Nettoyage et éventuellement application
produit anticorrosif
- Produits toxiques

- Méthode sensible pour défauts de surface - Exclusivement sur métaux ferroma-


ou sous-jacents (épaisseur examinée gnétiques
< 1 cm) - Pas d’information en profondeur
- Bon marché - Propreté échantillon avant et après examen
Magnétoscopie - Facile d’emploi - Démagnétiser les pièces
- Pas de calibration nécessaire - Possibilité de “brûler” les contacts sur la
- Insensible aux faibles épaisseurs de pièce
protection - Nécessité de définir mode de magnétisation
- Systèmes portables en fonction des défauts recherchés

- Pas de contact nécessaire - Exclusivement sur métaux


- Contrôle ‘in line” à haute vitesse (10 m/s - Pénétration < 6 mm
parfois) - Haute sensibilité, donc “rejets abusifs”
Courants de - Grande sensibilité (petits défauts) possibles
Foucault - Ferreux et non ferreux - Méthode par comparaison
- Donne informations sur la dimension des - Sensible aux parasites et à la température
défauts

- Profondeur d’examen importante - Personnel très entraîné


- Haute sensibilité aux défauts à différentes - Défauts en surface difficiles à voir
profondeurs - Pas d’enregistrement (trace)
- Résultats instantanés - Utilisation d’un couplant
Ultrasons
- Automatisable - Orientation des défauts a un rôle important
- Échantillon accessible sur une face sur leur détectabilité
- Utilisable sur chantier
- Donne taille et localisation défaut

00526_B_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training