Vous êtes sur la page 1sur 133

TRANSFERTS THERMIQUES

Dr. Yao AZOUMAH

Enseignant-Chercheur en génie énergétique,

Laboratoire Energie Solaire et Economie d’Energie (LESEE), UTER Génie Energétique et Industriel (GEI)

Institut International de l'Ingénierie de l'Eau et de l'Environnement (2IE) ; www.2ie-edu.org

Rue de la Science, 01 BP 594, Ouagadougou 01, Burkina-Faso.

yao.azoumah@2ie-edu.org
Sommaire
Préface ...................................................................................................................................7
Chapitre 1 : Introduction générale ...........................................................................................8
I- Définitions générales ................................................................................................8
1- Transfert thermique et thermodynamique ..............................................................8
2- Champ de température ..........................................................................................8
3- Gradient de température ........................................................................................8
4- Densité de flux de chaleur .....................................................................................9
5- Flux de chaleur .....................................................................................................9
II- Les différents modes de transfert de chaleur .............................................................9
III- Les lois régissant les trois modes de transfert..........................................................10
Chapitre 2 : La conduction et l’équation de diffusion thermique ...........................................11
I- La conduction.........................................................................................................11
1- Enoncé de la loi de Fourier .................................................................................11
2- Traduction mathématique de la loi de Fourier .....................................................11
3- Conductivité thermique des matériaux ................................................................12
II- L’équation de diffusion thermique ..........................................................................13
1- Etablissement de l’équation de diffusion thermique ............................................13
2- Equation de diffusion thermique en coordonnées cylindriques et sphériques .......17
3- Simplification de l’équation de diffusion de la chaleur (2.18) ..............................17
III- Résolution de l’équation de diffusion thermique .....................................................18
Chapitre 3 : La conduction unidirectionnelle en régime permanent .......................................21
I- Mur plan sans génération de chaleur .......................................................................21
1- Profil de température dans le mur plan ................................................................21
2- Notion de résistance thermique ...........................................................................22
3- Mur plan avec convection aux surfaces ...............................................................24
4- Notion de coefficient global de chaleur U ...........................................................25

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 2
5- Notion de résistance thermique de contact...........................................................26
II- Conduction radiale dans un cylindre creux .............................................................27
III- Conduction radiale dans une sphère creuse .............................................................30
IV- Conduction avec génération de chaleur ...................................................................32
1- Mur plan .............................................................................................................32
2- Cylindre plein .....................................................................................................32
V- Conduction dans une ailette rectangulaire ...............................................................33
1- Analyse de transfert de chaleur en régime permanent dans une ailette rectangulaire
34
2- L’énergie évacuée par l’ailette (qailette).................................................................38
3- Rendement et efficacité d’une ailette...................................................................39
Chapitre 4 : La conduction stationnaire en deux dimensions .................................................40
I. Equation de diffusion thermique bidirectionnelle .......................................................40
II- Résolution de l’équation de diffusion thermique (4.2).............................................41
1- Résolution numérique de l’équation différentielle (4.2) : méthode des différences
finies41
2- Résolution analytique de l’équation différentielle (4.2) : méthode de séparation de
variables et la théorie des fonctions orthogonales.........................................................46
Chapitre 5 : La conduction transitoire ...................................................................................53
I- Système avec résistance interne négligeable ...........................................................53
II- Système avec résistance interne non négligeable ....................................................56
III- Conduction transitoire dans un solide semi-infini ...................................................59
1- Cas 1 : Surface à température constante ..............................................................59
2- Cas 2 : Surface avec flux constant .......................................................................61
3- Cas 3 : Surface avec convection ..........................................................................62
Chapitre 6 : La convection ....................................................................................................63
I- Description du phénomène de la convection ...........................................................63
1- Définition ...........................................................................................................63
2- Les différents types de convection ......................................................................64
3- Les régimes d’écoulement ...................................................................................64

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 3
a- Notion de couche limite ......................................................................................65
4- Loi de Newton pour la convection.......................................................................67
Chapitre 7 : La convection forcée ou assistée ........................................................................69
I- Nombres adimensionnels pour la convection forcée................................................69
II- La convection externe.............................................................................................71
1- Détermination expérimentale d’un coefficient de transfert de chaleur : cas de
l’écoulement sur une plaque ........................................................................................71
2- Ecoulement autour d’un cylindre ........................................................................72
3- Ecoulement autour d’une sphère .........................................................................73
III- La convection dans les écoulements internes ..........................................................73
1- Ecoulement dans un tube ....................................................................................74
2- Corrélations pour les écoulements dans les tubes ................................................76
3- Cas d’un tube non circulaire : notions de rayon hydraulique et de diamètre
hydraulique .................................................................................................................77
Chapitre 8 : Convection naturelle ou libre .............................................................................78
I- Nombres adimensionnels pour la convection naturelle ou libre ...............................78
II- Corrélations pour le transfert de chaleur en convection naturelle ............................79
III- Superposition d’effets de convection libre et forcée ................................................81
Chapitre 9 : Convection avec changement de phase ..............................................................83
I- L’ébullition et la condensation................................................................................83
II- Ebullition-Régimes d’ébullition ..............................................................................83
1- Formation des bulles ...........................................................................................83
2- Les différents régimes d’ébullition ......................................................................84
III- Condensation..........................................................................................................88
1- Détermination du coefficient de coefficient par convection h pour la condensation
en film .........................................................................................................................89
Chapitre 10 : Le rayonnement thermique ..............................................................................94
I Généralités et définitions............................................................................................94
1- Définitions ..........................................................................................................94
2- Généralités- ........................................................................................................95

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 4
II Notion de corps noir et de corps gris .......................................................................96
1- Le corps noir .......................................................................................................96
Propriétés du corps noir: ..............................................................................................96
2 Le corps gris .......................................................................................................97
3 Autres définitions................................................................................................97
III Les différentes lois pour le rayonnement thermique ................................................98
1- Loi de Lambert ...................................................................................................98
2- Loi de Kirchhoff .................................................................................................99
3- Loi de Wien ........................................................................................................99
4- Loi de Planck ......................................................................................................99
5- Loi de Stefan-Boltzmann .................................................................................. 100
IV Rayonnement des corps non noirs......................................................................... 101
1- Emissivité ou Facteur d’émission: ..................................................................... 101
2 Cas des corps gris ............................................................................................. 101
V Echanges radiatifs entre corps gris et Lambertiens ................................................ 101
1- Notion de facteur de forme................................................................................ 102
2- Notion de radioité ............................................................................................. 103
3- Analogie électrique ........................................................................................... 104
Chapitre 11 : Les échangeurs de chaleur ............................................................................. 108
I- Généralités ........................................................................................................... 108
II- Les différents types d’échangeurs de chaleur ........................................................ 109
III- Convention ........................................................................................................... 110
1- Echangeur co-courant ....................................................................................... 110
2- Echangeur contre courant .................................................................................. 110
1- Coefficient global d’échange ................................................................................ 110
2- Calcul de performances d’un échangeur ............................................................... 115
1- Performances d’un échangeur co-courant .......................................................... 116
2- Performances d’un échangeur contre-courant .................................................... 120

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 5
3- Condenseur & évaporateur ................................................................................... 124
4- Méthodes de dimensionnement des échangeurs industriels ................................... 125

1- La méthode ∆TLM............................................................................................ 125


2- La méthode NUT .............................................................................................. 128
Références bibliographiques ............................................................................................... 131
Annexe 1 ............................................................................................................................ 132

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 6
Préface
L’objectif de ce cours est de donner aux étudiants, de niveau licence (de la 1ere à la 3eme
année) et master (1ere et 2eme année), les bases fondamentales du transfert de chaleur par
conduction, par convection et par rayonnement ; les appliquer à des cas concrets simples ; et
utiliser ces notions de bases pour la conception de systèmes thermiques industriels.

L'étudiant développera les habilités suivantes qui lui permettront de résoudre les problèmes
industriels reliés au transfert thermique dans le cadre de sa profession d’ingénieur :

 Trouver des solutions analytiques aux problèmes de conduction simple en régime


permanent et en régime transitoire.

 Solutionner graphiquement, analogiquement et numériquement les problèmes de


conduction complexes.

 Évaluer les coefficients de transfert thermique en convection naturelle et en convection


forcée pour les géométries et appareils courants. Faire des approximations réalistes
dans les cas de convection inusités. Résoudre des problèmes de transfert de chaleur
simultané par rayonnement et par convection.

 Connaître les mécanismes classiques de la condensation et de l'ébullition. Évaluer les


taux de transfert thermique dans des cas simples de transfert avec changement de
phase.

 Calculer les pertes thermiques, par rayonnement entre un objet et son environnement,
estimer l'intensité du transfert dû au rayonnement entre deux corps.

 Choisir et dimensionner les appareils d'échange thermique mis en œuvre dans les
procédés industriels. Faire le design complet d'échangeurs de chaleur (sans
changement de phase) et d'évaporateurs, se familiariser avec les principaux problèmes
liés au changement de phase et assimiler la technologie de design des condenseurs et
des rebouilleurs. Enfin, s’initier aux nouvelles technologies de transfert thermique.

NB : Ce document est fortement inspiré des cours du professeur B. Granjean de l’université


de Laval (Canada), du professeur Y. Jeannot de LEMTA (Nancy, France) et du professeur J.
Castaing de l’université de Pau (France) à qui des figures ont été empruntées pour illustrer
certains chapitres de ce document. Qu’ils en soient remerciés.

Ce manuscrit peut intéresser certains collègues enseignants qui pourront y puiser des éléments
pour nourrir leurs cours. Je prie tout simplement ces collègues et les étudiants de bien vouloir
me signaler toute erreur rencontrée dans ce document pour son amélioration. Tout échange
pour son enrichissement sera également très apprécié. Avec toute ma gratitude par avance.

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 7
Chapitre 1 : Introduction générale

I- Définitions générales

1- Transfert thermique et thermodynamique


Le transfert thermique est par définition l’énergie en transit due à une différence de
température. Il permet de faire une description spatio-temporelle de l’évolution des grandeurs
caractéristiques d’un système entre ses états d’équilibre initial et final. La grandeur
caractéristique particulière étant la température.

Il diffère de la thermodynamique en ce sens que cette dernière permet de prévoir la quantité


totale d’énergie qu’un système doit échanger avec l’extérieur pour passer d’un état d’équilibre
à un autre.

2- Champ de température
Un champ de température est une valeur instantanée définie en tout point de l’espace
T(x,y,z,t). C’est avant tout un scalaire.

3- Gradient de température
Un gradient de température est une variation de la température par unité de longueur le long
de la normale à une surface dite isotherme (à température constante T0, par exemple).

r r ∂T
grad(T ) = n (1.1)
∂n
r
Avec : n vecteur unitaire de la normale

∂T
dérivée de la température le long de la normale
∂n

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 8
4- Densité de flux de chaleur
La densité de flux de chaleur q′′ (W/m2) est la quantité de chaleur Q transmise par unité de
temps et par unité d’aire de la surface isotherme S.

1 dQ
q ′′ = (1.2)
S dt

5- Flux de chaleur
Le flux de chaleur q (W) est la quantité de chaleur Q transmise par unité de temps sur toute la
surface isotherme.

dQ
q = (1.3)
dt

II- Les différents modes de transfert de chaleur

La figure 1.1 montre une église (E) en feu et des individus de tout genre (sapeurs pompiers,
voisins… peu importe) sont à pied d’œuvre pour éteindre le feu en prenant l’eau d’un puits
(P).

1
E
2

Figure 1.1 : Différents modes d’extinction d’une église en feu par analogie aux modes de
transfert de chaleur (source : J. Lienhard IV & J. Lienhard V, A heat transfer textbook, 3rd
Edition)

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 9
Faisons une analogie en remplaçant l’eau par la chaleur. On distingue ainsi trois cas :

Cas 1 : le boyau d’incendie achemine l’eau du puits vers l’église indépendamment du milieu :
c’est analogue au rayonnement thermique dans un vide ou dans un milieu gazeux.

Cas 2 : l’eau est acheminée du puits vers l’église à travers « la brigade à seau » (via le
milieu). Ceci est analogue à la conduction.

Cas 3 : Un seul coureur, représentant le milieu, achemine l’eau du puits vers l’église. C’est
analogue à la convection.

En résumé, il existe trois modes de transfert de chaleur (voir figure 1.2) :

1- Le rayonnement qui s’effectue indépendamment du milieu

2- La conduction qui s’effectue par contact à travers le milieu

3- La convection qui s’effectue via un fluide (eau, air, gaz…)

Figure 1.2 : les trois différents modes de transfert de chaleur : rayonnement (radiation),
conduction et convection.

III- Les lois régissant les trois modes de transfert


Les trois modes de transfert de chaleur sont régis par trois lois de transport. Ainsi :

1- La conduction est régie par la loi de Fourier

2- La convection est régie par la loi de Newton

3- Le rayonnement est régi par la loi de Stefan-Boltzmann.

Toutes ces lois seront développées dans les chapitres suivants et une application aux
échangeurs de chaleur sera faite.

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 10
Chapitre 2 : La conduction et l’équation de diffusion thermique

I- La conduction

Dans la figure 2.1 une bougie allumée chauffe une des extrémités d’une barre métallique.
L’on voit également l’index d’un individu qui ressent de la chaleur à l’autre extrémité non
chauffée de la barre. Cette observation de la figure 2.1 révèle tout simplement qu’il y a eu une
propagation de la chaleur le long de la barre métallique, de l’extrémité chauffée vers
l’extrémité non chauffée après un temps donné. Ce phénomène est appelée conduction.

Figure 2.1 : propagation de la chaleur générée par une bougie le long d’une barre métallique.

Le phénomène de la conduction est régi par la loi de Fourier.

1- Enoncé de la loi de Fourier


Cette loi stipule que la densité de flux de chaleur ( q′′ ), résultant
de la conduction thermique, est proportionnelle au gradient de
température (T) mais lui est opposé en signe.

En d’autres termes, une différence de température engendre un


flux d’énergie dans la direction des températures décroissantes.

Joseph-Fourier (1768-1830)
2- Traduction mathématique de la loi de Fourier

a- Sous forme vectorielle

r r
q ′′ = −λ grad (T ) (2.1)

b- Sous forme algébrique

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 11
q ′′ = −λ ∇T (W/m2) (2.2)

Dans les équations (2.1) et (2.2), λ est un coefficient de proportionnalité appelé la


conductivité thermique du matériau (du milieu) (W/m/K ou W/m/°C).

3- Conductivité thermique des matériaux


La conductivité thermique λ des matériaux varient entre 10-2 et 103 (W/m/K). Elle peut varier
avec la température et avec la pression (pour les gaz, la conductivité augmente quand la
pression augmente).

En général on a :

λ gaz < λ liquide < λ solide non − conducteur < λ solide conducteur (2.3)

Tableau 2.1 : Conductivité thermique de quelques matériaux usuels

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 12
La figure 2.2 compare la conductivité thermique de différents matériaux.

Figure 2.2 : Comparaison de conductivité thermique de différents matériaux (W/m.K)

II- L’équation de diffusion thermique

Dans les problèmes de conduction, le but est de trouver le profil de température dans un
système (dès fois très complexe) pour certaines conditions frontières imposées aux surfaces
qui le délimitent. L’équation de diffusion thermique découle d’une combinaison du 1er
principe de la thermodynamique et des lois de transport de la chaleur. Elle se présente
généralement sous la forme suivante :

Bilan de chaleur = Equation différentielle sur T (température) (2.4)

1- Etablissement de l’équation de diffusion thermique


Soit à déterminer maintenant un champ de température T(x,y,z) dans un milieu isotrope,
source d’une génération de chaleur q ′′′ (W/m3). Pour ce faire, nous considérons un volume
élémentaire (volume de contrôle) ∆x∆y∆z (figure 2.3).

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 13
Figure 2.3 : Volume élémentaire ∆x∆y∆z.

Le bilan d’énergie (d’après le 1er principe) autour de ce volume de contrôle s’écrit :

Flux net de chaleur (flux entrant – flux sortant) + flux de chaleur généré = flux de
chaleur accumulé

(2.5)

Déterminons l’expression de ces différents flux de chaleur.

c- Flux net de chaleur


Pour des raisons de symétrie, le flux net est évalué sur trois faces du volume de contrôle
suivant les trois axes.

- Face 1 : Suivant l’axe (o,x)

On a :

q net _ x = ∆y ∆z q ′x′ x − ∆y ∆z q ′x′ x + ∆x (2.6)

- Face 2 : Suivant l’axe (o,y)

On a :

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 14
q net _ y = ∆x ∆z q ′y′ y − ∆x ∆z q ′y′ y + ∆y (2.7)

- Face 3 : Suivant l’axe (o,z)

On a :

q net _ z = ∆x ∆y q ′z′ z − ∆x ∆y q ′z′ z + ∆z (2.8)

Le flux net total est la somme des flux nets suivant les trois axes, soit :

q net = q net _ x + q net _ y + q net _ z (2.9)

d- Flux de chaleur généré


La chaleur totale générée ( q gen ) dans le volume de contrôle s’écrit :

q gen = ∆x ∆y ∆z q ′′′ (2.10)

e- Flux de chaleur accumulé


Le flux de chaleur accumulée ( q acc ) à l’intérieur du volume de contrôle est :

∂T
q acc = ∆x ∆y ∆z ρ C p (2.11)
∂t

La relation (2.5) permet d’écrire :

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 15
(∆y∆z q ′′x x − ∆y ∆z q ′x′ x + ∆x ) + (∆x ∆z q ′′ y y − ∆x ∆z q ′y′ y + ∆y )
∂T (2.12)
+ (∆x ∆y q ′z′ z − ∆x ∆y q ′z′ z + ∆z ) + ∆x ∆y∆z q ′′′ = ∆x ∆y ∆z ρ C p
∂t

En divisant les deux membres de l’équation (2.12) par ∆x∆y∆z, puis en faisant tendre ∆x, ∆y
et ∆z vers zéro et en remarquant que :

q ′x′ x −q ′x′ x + ∆x ∂q ′x′


Lim ∆x → 0 = − (2.13)
∆x ∂x

q ′y′ y −q ′y′ y + ∆y ∂q ′y′


Lim ∆y → 0 = − (2.14)
∆y ∂y

q ′z′ z −q ′z′ z + ∆z ∂q ′z′


Lim ∆z → 0 = − (2.15)
∆z ∂z

On obtient :

∂q ′x′ ∂q ′y′ ∂q ′z′ ∂T


− − − + q ′′′ = ρ C p (2.16)
∂x ∂y ∂z ∂t

En appliquant la loi de Fourier (milieu isotrope i.e. même conductivité thermique dans toutes
les directions), il vient :

dT dT dT
q ′x′ = −λ ; q ′y′ = −λ ; q ′z′ = −λ (2.17)
dx dy dz

On trouve finalement :

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 16
 ∂T   ∂T   ∂T 
∂ λ  ∂ λ  ∂ λ 
 ∂x  +  ∂y  +  ∂z  + q ′′′ = ρ C ∂T
p
∂x ∂y ∂z ∂t

(2.18)

L’équation (2.18) est l’équation de diffusion de la chaleur.

2- Equation de diffusion thermique en coordonnées cylindriques et sphériques

a- Coordonnées cylindriques (r, φ, z) :

 ∂T   ∂T   ∂T 
∂ λ r  ∂ λ  ∂ λ 
1  ∂r  1  ∂φ   ∂z  + q ′′′ = ρ C ∂T
+ 2 + p (2.19)
r ∂r r ∂φ ∂z ∂t

f- Coordonnées sphériques (r, φ, θ)

 ∂T   ∂T   ∂T 
∂ λ r 2  ∂ λ  ∂ λ sin θ 
1  ∂r  1  ∂φ  + 1  ∂θ 
+ 2
r 2
∂r r sin 2 θ ∂φ r 2 sin 2 θ ∂θ (2.20)
∂T
+ q ′′′ = ρ C p
∂t

3- Simplification de l’équation de diffusion de la chaleur (2.18)


Considérons les hypothèses simplificatrices suivantes :

- La conductivité thermique λ est une constante

- Il n’y a pas de génération de chaleur ( q ′′′ = 0 )

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 17
Et en posant :

λ
α= (2.21)
ρ Cp

On obtient une forme simplifiée de l’équation de diffusion de la chaleur (2.18) :

 ∂ 2 T ∂ 2 T ∂ 2 T  ∂T
α 2 + 2 + 2  = (2.22)
 ∂x ∂y ∂z  ∂t

Remarque :

α est une caractéristique importante des matériaux : il est appelé la diffusivité thermique.

III- Résolution de l’équation de diffusion thermique

Remarquons tout d’abord que l’équation (2.22) est :

- Du second ordre par rapport à x, y et z

- Et du 1er ordre par rapport à t.

La résolution d’une telle équation exige :

- Une condition sur le temps t

- Deux conditions frontières sur x

- Deux conditions frontières sur y

- Deux conditions frontières sur z

a- La condition sur le temps t est en général associée à la connaissance du système au


début du processus de transfert, c’est la condition initiale (t=0).

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 18
b- Les conditions frontières (CF) définissent les phénomènes qui s’observent sur les
surfaces délimitant le système considéré.

Plusieurs différentes situations peuvent être rencontrées sur une surface :

1- La température à la surface est connue

Tx=surface = Ts (2.23)

2- La densité de flux est connue

 ∂T 
q ′x′ = surface = −λ   = q ′0′ (2.24)
 ∂x  x = surface

- Densité de flux q ′0′ est non nulle

- Dans le cas où q ′0′ = 0 , cela veut dire que la paroi du système est isolée.

3- Sur la surface il y a échange par convection avec le milieu environnant à la


température TE (loi de refroidissement de Newton) :

 ∂T 
q ′x′ = surface = −λ   = h (Tx = surface − TE ) (2.25)
 ∂x  x = surface

Plus généralement la densité de flux arrivant par conduction de l’intérieur de l’objet repart à
l’extérieur suivant un certain mécanisme : convection, radiation (rayonnement), évaporation
ou condensation.

4- Contact parfait avec un autre système (interface solide-solide) : il y a égalité des


températures et des densités de flux.

Remarque :

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 19
Dans certains cas, on pourra utiliser comme conditions frontières (CF) une relation
caractérisant la symétrie d’un problème.

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 20
Chapitre 3 : La conduction unidirectionnelle en régime permanent

Ce chapitre est consacré à la résolution de l’équation de diffusion thermique dans certaines


conditions particulières : conduction unidirectionnelle et régime permanent.

I- Mur plan sans génération de chaleur


Nous considérons dans la figure 3.1 un volume élémentaire A dx (avec A section de ce
volume).

Les hypothèses suivantes sont faites :

1- La propagation de la chaleur est unidirectionnelle (suivant l’axe (o,x))

2- Le régime permanent est considéré

3- Il n’y a pas de génération de chaleur à l’intérieur de ce volume élémentaire

4- La conductivité thermique λ reste constante dans tout le volume élémentaire

Figure 3.1 : Volume élémentaire d’un mur plan

1- Profil de température dans le mur plan


On désire ici déterminer le profil de température à l’intérieur de ce mur plan.

Compte tenu des hypothèses faites précédemment, le bilan de flux de chaleur sur ce volume
élémentaire se présente comme suit :

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 21
Flux net de chaleur (flux entrant – flux sortant) = 0 (3.1)

On a donc :

∂ 2T
q x = A q ′x′ x − A q ′x′ x + ∆x = −λ = 0 (3.2)
∂x 2

La résolution de l’équation (3.2) donne un profil de température linéaire de la forme:

T(x) = C1 x + C2 (3.3)

Où C1 et C2 sont des constantes d’intégration. Leur détermination donne le profil précis de


température à l’intérieur du mur plan et passe par la connaissance des conditions frontières.
Ici les 2 conditions frontières (CF1 et CF2) d’après la figure 3.1 sont :

CF1 : x = 0 ; T(x = 0 ) = Ts1


 (3.4)
CF2 : x = L ; T(x = L ) = Ts 2

A l’aide de ces 2 CF, on déduit les constantes C1 et C2:

C 2 = Ts1
 (3.5)
C1 = (Ts 2 − Ts1 ) / L

On a enfin l’expression du profil de température dans le mur :

 T − Ts1 
T (x ) =  s 2  x + Ts1 (3.6)
 L 

2- Notion de résistance thermique

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 22
Le flux de chaleur qx qui passe à travers le mur est (d’après loi de Fourier et équation (3.6)) :

 ∂T  λA
q x = q ′′ A = −λ   A = (Ts1 − Ts 2 ) (3.7)
 ∂x  L

L’équation (3.7) peut être réécrite sous la forme suivante :

L
∆T = (Ts1 − Ts 2 ) = qx (3.8)
λA

Analogie électrique

En électricité on a la loi d’Ohm qui s’écrit :

∆V = (V1 − V2 ) = R I (3.9)

∆V : Différence de potentiel électrique

R : résistance électrique

I : intensité du courant

Par analogie à l’équation (3.9), on définit une résistance thermique de conduction RThcond qui
se définit comme suit :

L
∆T = (Ts1 − Ts 2 ) = q x = R Thcond q x (3.10)
λA

On en déduit que pour la conduction en régime permanent dans un mur, on a la résistance


thermique de conduction qui est :

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 23
L
R Thcond = (3.11)
λA

L
R Thcond =
λA

Figure 3.2 : analogie électrique de la résistance thermique de conduction

3- Mur plan avec convection aux surfaces


Dans le présent cas, les températures à la surface ne sont pas connues. Les conditions
frontières sont :

CF1 : q ′x′ x =0 = h 1 (T∞1 − Ts1 ) = Cte


 (3.12)
CF2 : q ′x′ x=L = h 2 (Ts 2 − T∞ 2 ) = Cte

En utilisant l’équation (3.8) on peut écrire :

1
(T∞1 − Ts1 ) = q x (3.13)
A h1

1
(Ts 2 − T∞ 2 ) = q x (3.14)
A h2

L
(Ts1 − Ts 2 ) = q x (3.15)

En sommant membre à membre les trois équations (3.13)-(3.15), on obtient :

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 24
 1 1 L 
(T∞1 − T∞ 2 ) = q x  + +  (3.16)
 A h1 A h2 A λ 

On en déduit donc la résistance thermique totale du système RTh :

1 1 L
R Th = + + (3.17)
A h1 A h2 Aλ

h 1 , T∞1

h 2 , T∞ 2

T∞1 T∞ 2

1 L 1
R Th = + +
A h1 Aλ A h2

Figure 3.3 : Analogie électrique de la résistance thermique totale du système

Remarque :

RTh est une somme des résistances thermiques de conduction et de convection. La résistance
thermique de convection s’écrit de façon générale comme suit :

1
R Thconv = (3.18)
Ah

Avec h, le coefficient de convection.

4- Notion de coefficient global de chaleur U


Par analogie à la loi de Newton (voir chapitre 6), nous pouvons écrire :

q ′x′ = U ∆T (3.19)

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 25
Et puisque :

qx 1 ∆T
q ′x′ = = = U ∆T (3.20)
A A R Th

On en déduit :

1
U = (3.21)
A R Th

U (W/K/m2) est appelé le coefficient global d’échange et s’exprime comme l’inverse du


produit de la section A et de la résistance thermique RTh du système.

5- Notion de résistance thermique de contact


Le contact entre deux surfaces solides (a et b) n’est jamais parfait, compte tenu des aspérités
présentes à la surface des matériaux. En réalité, il existe des microcouches d’air entre les
creux des surfaces en regard engendrant ainsi une résistance thermique appelée résistance de
contact. S’il y a un flux de chaleur q ′x′ qui passe d’un solide (a) vers un autre (b) alors il y
aura une différence de température entre les surfaces des deux solides (Ta-Tb) due à la
résistance de contact qui s’exprime comme suit :

(Ta − Tb )
R Contact = (3.22)
q ′x′

Remarque

Plus la résistance de contact est important, plus grande est la variation de la température.

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 26
Figure 3.4 : résistance de contact entre deux surfaces solides a et b

La résistance thermique de contact varie beaucoup selon qu’il y ait un fluide ou non à
l’interface des solides comme l’indique le tableau 2.2.

Tableau 2.2 : Résistance thermique de contact de quelques matériaux usuels

II- Conduction radiale dans un cylindre creux


On désire dans cette partie déterminer le profil de température à l’intérieur d’un cylindre
creux. Pour ce faire le volume de contrôle (V = 2π r ∆r L) de la figure 3.5 est considéré avec
les hypothèses et conditions frontières suivantes :

- Il n’y a pas de génération de chaleur à l’intérieur du système

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 27
- Le régiment permanent est considéré

- La conductivité du matériau constituant le cylindre est une constante

- La chaleur se propage uniquement suivant l’axe radial (T = T(r))

Les conditions frontières sont :

CF1 : T(r = r1 ) = Ts1


 (3.23)
CF2 : T(r = r2 ) = Ts 2

Figure 3.5 : volume de contrôle d’un cylindre creux

Le bilan de chaleur d’un tel système s’écrit comme suit :

2π r L q ′r′ r − 2π r L q ′r′ r + ∆r = 0 (3.24)

En divisant l’équation (3.23) par 2π ∆r L (attention : ne pas diviser par « r » à ce niveau), il


vient:

r q ′r′ r − r q ′r′ r + ∆r
= 0 (3.25)
∆r

De l’équation (3.25) et en faisant tendre ∆r vers zéro, on détermine le profil de température


dans le cylindre creux qui s’écrit généralement de la façon suivante :

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 28
T(r ) = C1 ln r + C 2 (3.26)

Où C1 et C2 sont des constantes d’intégration.

A l’aide des conditions frontières vues précédemment, C1 et C2 sont déterminés ainsi que le
profil exact de température :

 r 
ln 
 r2 
T(r ) = Ts 2 + (Ts1 − Ts 2 ) (3.27)
r 
ln 1 
 r2 

Le flux de chaleur à travers le cylindre est une constante et est déterminé en utilisant la loi de
Fourier. Il vient :

 dT(r )  (T − Ts 2 )
q r = 2π r L q ′r′ = (2π r L ) − λ  = 2π L λ s1 (3.28)
 dr  r 
ln 2 
 r1 

De l’expression (3.28), on déduit la résistance thermique du cylindre associée à la


conduction :

r 
ln 2 
 r1  (3.29)
R Th _ cond _ cyl =
2π L λ

- Cas avec convection sur les surfaces

Ici, on a maintenant :

CF1 : q ′r′ r = r1 = h 1 (T∞1 − Ts1 )


 (3.30)
CF2 : q ′r′ r = r 2 = h 2 (Ts 2 − T∞ 2 )

Aussi, puisque le flux q r traversant le cylindre est constant, on peut écrire les 3 équations
suivantes qui sont respectivement liés aux phénomènes de conduction à l’intérieur du cylindre
et de convection sur les surfaces 1 (interne) et 2 (externe) du cylindre :

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 29
r 
ln 2 
r
Ts1 − Ts 2 = qr  1  (3.31)
2π L λ

1
T∞1 − Ts1 = q r (3.32)
2π r1 L h 1

1
Ts 2 − T∞ 2 = q r (3.33)
2π r2 L h 2

En faisant une sommation membre à membre des 3 équations (3.31)-(3.33), on obtient :

  r2  
 ln   
  r1  1 1 
T∞1 − T∞ 2 = qr + + (3.34)
 2π L λ 2 π r1 L h 1 2π r2 L h 2 
 
 

La résistance thermique totale se déduit de l’expression (3.34) et se présente comme la somme


de la résistance thermique de conduction et de deux résistances thermiques de convection.

r 
ln  2 
R Th _ total =  r1  + 1
+
1
(3.35)
2π L λ 2π r1 L h 1 2 π r2 L h 2

III- Conduction radiale dans une sphère creuse


De manière analogue au cylindre creux, il s’agit ici de déterminer le profil de température
dans une sphère creuse. On considère ainsi un volume de contrôle (V = 4πr2∆r) avec les
hypothèses et conditions frontières suivantes :

- Il n’y a pas de génération de chaleur à l’intérieur du système ;

- Le régiment permanent est considéré ;

- La conductivité du matériau constituant le cylindre est une constante ;

- La chaleur se propage uniquement suivant l’axe radial (T = T(r)).

Les conditions frontières sont :

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 30
CF1 : T(r = r1 ) = Ts1
 (3.36)
CF2 : T(r = r2 ) = Ts 2

Le bilan de chaleur pour ce système s’écrit :

4π r 2 q ′r′ r − 4π r 2 q ′r′ r + ∆r = 0 (3.37)

En divisant l’équation (3.37) par 4π ∆r (attention : ne pas diviser par « r2 » à ce niveau), il


vient:

r 2 q ′r′ r − r 2 q ′r′ r + ∆r
= 0 (3.38)
∆r

De l’équation (3.38) et en faisant tendre ∆r vers zéro, on détermine le profil de température


dans la sphère creuse qui s’écrit généralement de la façon suivante :

1
T(r ) = C1 + C2 (3.39)
r

Où C1 et C2 sont des constantes d’intégration.

A l’aide des conditions frontières vues précédemment, C1 et C2 sont déterminés ainsi que le
profil exact de température :

1 1
 − 
r r2 
T(r ) = Ts 2 + (Ts1 − Ts 2 ) (3.40)
1 1
 − 
 r1 r2 

On déduit la résistance thermique de conduction associée à la sphère creuse :

1 1 
 − 
r r2
R Th _ cond _ sph =  1  (3.41)
4π λ

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 31
IV- Conduction avec génération de chaleur

1- Mur plan

En reprenant l’exemple de la figure 3.1 et en considérant qu’il y a une génération de chaleur


q′′′ (W/m3) à l’intérieur du mur plan, on démontre aisément que le nouveau profil de
température à l’intérieur du mur est :

q ′′′  T − Ts1 
T (x ) =

(− x 2 + L x ) s 2
L
 x + Ts1 (3.42)
 

2- Cylindre plein
On considère ici un cylindre plein (résistance électrique cylindrique de rayon r0, par exemple)
de volume de contrôle (V = 2π r ∆r L) avec les hypothèses et conditions suivantes :

- Il y a génération de chaleur q ′′′ (W/m3) à l’intérieur du cylindre plein (par effet joule) ;

- Le régiment permanent est considéré ;

- La conductivité du matériau constituant le cylindre est une constante ;

- La chaleur se propage uniquement suivant l’axe radial (T = T(r)).

Les conditions frontières sont :

dT
CF1 : par symétrie, on a : r =0 = 0 (3.43)
dr

CF2 : à la surface du cylindre il y a transfert par convection avec l’air (h étant le coefficient de
convection)

dT
−λ r = r0 = h (Tr = r 0 − T∞ ) = 0 (3.44)
dr

Le bilan de chaleur pour ce système s’écrit:

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 32
2π r L q ′r′ r − 2π r L q ′r′ r + ∆r +2π r ∆r L q ′′′ = 0 (3.45)

En divisant l’équation (3.45) par 2π ∆r L (attention : ne pas diviser par « r » à ce niveau), il


vient:

r q ′r′ r − r q ′r′ r + ∆r
+ r q ′′′ = 0 (3.46)
∆r

De l’équation (3.46) et en faisant tendre ∆r vers zéro, on détermine le profil de température


dans le cylindre plein qui s’écrit généralement de la façon suivante :

q ′′′
T(r ) = −r 2 − C1 ln r + C 2 (3.47)

Où C1 et C2 sont des constantes d’intégration.

A l’aide des conditions frontières vues précédemment, C1 et C2 sont déterminés ainsi que le
profil exact de température :

q ′′′r02   q ′′′r
2
r 
T(r ) = 1 −    + 0
+ T∞ (3.48)
4λ   r0   2h

V- Conduction dans une ailette rectangulaire

La fonction d’une ailette est d’augmenter la surface d’échange d’un objet donné, le but étant
de favoriser le transfert de chaleur.

On retrouve les ailettes dans plusieurs dispositifs utilisés quotidiennement :

- Plinthe électrique

- Radiateur automobile

- Circuit électronique…

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 33
Figure 3.6 : exemple d’ailette.

1- Analyse de transfert de chaleur en régime permanent dans une ailette rectangulaire


Considérons le volume de contrôle (V = W t ∆x) de l’ailette de la figure 3.7 d’épaisseur (t), de
longueur (L) et de largeur (W), avec les hypothèses suivantes :

a- Pas de génération de chaleur à l’intérieur de l’ailette ;

b- Le régime permanent est considéré ;

c- La conductivité du matériau constituant l’ailette est une constante ;

d- La conduction est unidirectionnelle (suivant l’axe (o,x)) ;

e- Les effets de bouts sont négligés.

Figure 3.7 : volume de contrôle pour l’ailette

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 34
Il faut noter ici que la chaleur est transmise dans l’ailette par conduction (flèche bleue sur la
figure 3.8), puis elle est évacuée vers l’extérieur par convection (flèche violette sur la figure
3.8).

Figure 3.8 : transfert de chaleur dans une ailette ; les flèches bleues pour la conduction tandis
que les flèches violettes traduisent la convection.

Le bilan de chaleur autour d’un tel système s’écrit :

W t q ′x′ x − W t q ′x′ x + ∆x − 2(w + t ) ∆x h [T(x ) − T∞ ] = 0 (3.49)

En divisant l’équation (3.49) par (W t ∆x), en faisant tendre ∆x vers zéro et en prenant en
compte la loi de Fourier, on a :

d 2 T(x ) 2(W + t )h
− [T(x ) − T∞ ] = 0 (3.50)
dx 2 λWt

Pour résoudre l’équation (3.50), nous faisons le changement de variable suivant :

θ = T(x) - T∞ (3.51)

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 35
En posant :

2(W + t )h
m2 = (3.52)
λWt

On peut réécrire l’équation (3.50) comme suit :

d 2θ
− m2θ = 0 (3.53)
dx 2

L’équation (3.53) est une équation différentielle linéaire du second ordre à coefficients
constants. Le polynôme caractéristique qui lui est associé est :

r2 – m2 = 0 (3.54)

Les racines de cette équation sont +m et –m. Par conséquent la solution de l’équation
différentielle (3.53) est :

θ = C1 e mx + C 2 e − mx (3.55)

C1 et C2 sont des constantes d’intégration obtenues en utilisant deux conditions frontières.

L’une des conditions frontières (CF1) est :

CF1 : x = 0 ; T (x=0) = Tb ; θ(0) = C1 + C2 = θb = Tb - T∞ (3.56)

Pour l’autre condition frontière (CF2) à x = L, il y a plusieurs possibilités :

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 36
1- à x = L, la température est supposée connue

CF2 : T(x=L) = TL (connue) (3.57)

2- à x = L, le flux est négligeable

dT
CF2 : x=L = 0 (3.58)
dx

3- à x = L, si l’ailette est assez longue, on a :

CF2 : T(x=L) = T∞ (3.59)

4- à x = L, il y a échange par convection

CF2 : q ′′ x = L = h (Tx = L − T∞ ) (3.60)

Si l’on considère CF1 et la condition 2 du CF2, on obtient la solution suivante :

θ b e − mL mx θ b e mL
θ = e + e − mx (3.61)
e mL + e − mL e mL + e − mL

En considérant les relations suivantes :

 e x + e −x e x − e −x
cosh( x ) = ; sinh( x ) =
 2 2 (3.62)
(cosh(x ) )' = sinh( x ) ; (sinh( x ) )
'
= cosh(x )

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 37
L’expression (3.61) devient :

cosh[m(L − x )]
θ = (3.63)
cosh (mL )

2- L’énergie évacuée par l’ailette (qailette)


L’énergie évacuée par l’ailette peut se calculer de deux manières :

a- 1ère façon :

Elle est la somme de toute la chaleur qui sort à la surface.

∫∫ h(T
S
s − T∞ ) ds = q ailette (3.64)

b- 2ème façon :

On fait un bilan macroscopique sur toute l’ailette.

 dT   dθ 
q ′x′ x =0 W t = − λ x=0  W t = −λ W t  x =0  = q ailette (3.65)
 dx   dx 

En considérant l’expression (3.63), on a :

sinh (mL)
q ailette = λ W t m θ b = λ W t m θ b tanh (mL ) (3.66)
cosh (mL )

Remarque :

Une autre condition CF2 donnera une autre valeur de la chaleur évacuée par l’ailette.

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 38
3- Rendement et efficacité d’une ailette

g- Rendement
Le rendement ( η ≤ 1 ) est le rapport de l’énergie évacuée par l’ailette par celle d’une ailette
idéale faite d’un matériau infiniment conducteur où la température serait identique partout
dans l’ailette et égale à Tb.

q ailette λ W t m θ b tanh (mL )


η = = (3.67)
h A ailette (Tb − T∞ ) h A ailette (Tb − T∞ )

h- Efficacité
L’efficacité (ε) est le rapport de l’énergie évacuée par l’ailette par l’énergie qui serait évacuée
s’il n’ y avait pas d’ailette.

q ailette λ W t m θ b tanh (mL )


η = = (3.68)
h A(Tb − T∞ ) h A(Tb − T∞ )

Ici A désigne la section occupée par l’ailette à la base de la paroi.

Remarque

L’installation d’une ailette est considérée intéressante si l’efficacité est supérieure à 2.

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 39
Chapitre 4 : La conduction stationnaire en deux dimensions

Le chapitre précédent a permis de déterminer des profils de température de plusieurs types de


solides dans lesquels la conduction a été supposée unidirectionnelle et stationnaire. Dans ce
chapitre nous allons toujours considérer le régime stationnaire mais avec des systèmes à deux
dimensions, c'est-à-dire que la propagation de la chaleur se fait suivant deux directions de
l’espace (x,y) dans ces systèmes.

I. Equation de diffusion thermique bidirectionnelle

Considérons pour établir l’équation de diffusion thermique bidirectionnelle, le volume de


contrôle (V = L ∆x ∆y) de la figure 4.1 avec les hypothèses suivantes :

- pas de génération de chaleur à l’intérieur de ce système

- le régime permanent est considéré

- la conductivité du matériau constituant le système est une constante

- la propagation de la chaleur se fait suivant deux directions de l’espace (x,y).

Figure 4.1 : Volume de contrôle pour le transfert bidirectionnel de la chaleur

Le bilan de chaleur autour de ce système s’écrit :

L ∆y q ′x′ x − L ∆y q ′x′ x + ∆x + L ∆x q ′y′ y − L ∆x q ′y′ y + ∆y = 0 (4.1)

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 40
En divisant l’équation (4.1) par (L ∆x ∆y), puis en faisant tendre (∆x, ∆y) vers zéro et en
considérant la loi de Fourier, on peut réécrire l’équation (4.1) comme suit :

∂ 2 T(x , y ) ∂ 2 T(x , y )
+ = 0 (4.2)
∂x 2 ∂y 2

Remarque :

L’équation (4.2) est une équation différentielle aux dérivées partielles. Comparée aux
équations de diffusion thermique résolues au chapitre 3, elle s’avère plus difficile à résoudre.

II- Résolution de l’équation de diffusion thermique (4.2)

- Pour certaines géométries simples et en présence de conditions frontières simples, il


sera possible de résoudre analytiquement l’équation différentielle (4.2).

- Cependant, très souvent les solutions analytiques ne sont pas envisageables car
souvent impossibles ou alors très complexes, on se penche donc pour une résolution
numérique en utilisant des méthodes numériques.

Dans ce chapitre nous verrons dans un premier temps une résolution numérique (méthode des
différences finies) de l’équation (4.2) suivie de certaines résolutions analytiques.

1- Résolution numérique de l’équation différentielle (4.2) : méthode des différences finies


NB : Ici, nous introduirons très sobrement la méthode des différences finies. L’étudiant pourra
approfondir cette méthode avec son cours de mathématiques (analyse numérique).

i- Principe de la méthode des différences finies :


Le principe de la méthode numérique des différences finies se résume en la substitution de
l’équation différentielle aux dérivées partielles (qu’on ne sait pas souvent résoudre) par un
système d’équations linéaires (que l’on pourra résoudre facilement).

j- Les étapes à suivre dans la méthode des différences finies

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 41
i- On remplace la fonction continue T(x,y) par un ensemble de points discrets
« équivalents » (ou nœuds) Tm,n ;

ii- Autour de chaque nœud, un volume de contrôle (L ∆x ∆y) peut être défini ;

iii- Plutôt que de rechercher l’expression de la température T(x,y) en tout point du


domaine, on s’intéressera à la détermination des températures en des lieux précis
du domaine ;

iv- On discrétise le domaine à l’aide d’un maillage qui définit des points particuliers : les
nœuds où l’on va chercher la température (figure 4.2).

Figure 4.2 : maillage du domaine de la fonction T(x,y). Les nœuds Tm,n sont représentés ici
par les points en verts.

k- Bilan de chaleur sur une maille autour du nœud Tm,n

Considérons le volume de contrôle autour du nœud Tm,n de la figure 4.3.

Le bilan de chaleur autour de ce volume de contrôle s’écrit :

L ∆y q ′x′ 1 − L ∆y q ′x′ 1 + L ∆x q ′y′ 1 −L ∆x q ′y′ 1 = 0 (4.3)


m− ,n m+ ,n m, n − m, n +
2 2 2 2

En divisant l’équation (4.3) par (L ∆x ∆y), on obtient :

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 42
q ′x′ 1 −q ′x′ 1 q ′y′ 1 −q ′y′ 1
m− ,n m+ ,n m, n − m, n +
2 2 2 2
+ = 0 (4.4)
∆x ∆y

Figure 4.3 : volume de contrôle autour du nœud Tm,n.

Il est question maintenant à ce stade de trouver une expression numérique pour chacun des
flux dans la direction x pour les côtés {m-1/2,n} et {m+1/2,n} et dans la direction y pour les
côtés {m,n-1/2} et {m,n+1/2}. Pour ce faire une approximation s’impose. En effet,
dT
q ′x′ = −λ (loi de Fourier), la pente dT/dx, qui en réalité est une courbe, peut être
dx
approximée par la pente d’une droite (droite en tirets, voir figure 4.4).

De façon analogue on peut faire l’approximation de la pente dT/dy.

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 43
Figure 4.4 : estimation de la pente dT/dx, la même chose est faite dans la direction y.

De ces approximations, on peut écrire les expressions numériques des différents flux comme
suit :

Tm , n − Tm − 1, n
q ′x′ 1 = −λ (4.5)
m− ,n
2
∆x

Tm + 1, n − Tm , n
q ′x′ 1 = −λ (4.6)
m+ ,n
2
∆x

Tm , n − Tm , n − 1
q ′y′ 1 = −λ (4.7)
m, n −
2
∆y

Tm , n + 1 − Tm , n
q ′y′ 1 = −λ (4.8)
m, n +
2
∆y

En choisissant ∆x = ∆y (même pas de discrétisation dans les deux directions) et en substituant


dans l’équation (4.4) les flux par leurs expressions des équations (4.5)-(4.8), on obtient
l’équation linéaire suivante:

Tm , n + 1 + Tm , n − 1 + Tm + 1, n + Tm − 1, n − 4 Tm , n = 0 (4.9)

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 44
Remarque :

On voit donc que l’utilisation des estimés des flux a permis de remplacer l’équation
différentielle (4.2) par l’équation linéaire (4.9).

Il faut noter que si le problème contient au total MxN nœuds, on peut faire le bilan et obtenir
une équation linéaire pour chaque nœud (le cas des nœuds sur les frontières du domaine se
verra au paragraphe suivant). Ainsi, on obtient un système de MxN équations linéaires à MxN
inconnues (Tm,n). La résolution du problème se ramène donc à la résolution d’un système
d’équations linéaires.

Cas des nœuds situés sur les frontières des domaines

Trois cas sur les frontières se présentent généralement :

• La température est connue ;

• La densité de flux est connue. Un cas particulier étant celui d’une face parfaitement
isolée (donc densité de flux nulle) ;

• Il y a échange par convection avec l’environnement.

Ci après les expressions des équations linéaires respectives pour trois cas de convection
souvent rencontrées : convection dans un coin intérieur, convection dans un coin extérieur et
convection sur la surface (voir figure 4.5).

h ∆x  h ∆x 
2(Tm − 1, n + Tm , n + 1 ) + Tm + 1, n + Tm , n − 1 + 2 T∞ − 2 3 + Tm , n = 0 (4.10)
λ  λ 

h ∆x  h ∆x 
Tm − 1, n + Tm , n − 1 + 2 T∞ − 21 + Tm , n = 0 (4.11)
λ  λ 

h ∆x  h ∆x 
(2 T m − 1, n + Tm , n + 1 + Tm , n − 1 ) + 2 T∞ − 2 2 + Tm , n = 0 (4.12)
λ  λ 

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 45
a- convection sur coin intérieur b- convection sur coin extérieur c- convection sur la surface

Figure 4.5 : Différents cas de convection sur un nœud aux frontières des domaines.

Une fois le système d’équations linéaires obtenu, on peut le résoudre par :

 Une méthode directe (inversion, pivot, Gauss, Gauss-Jordan) ;

 Une méthode itérative (Gauss-Seidel), plus facile à programmer.

L’étudiant devra faire recours à ses cours de Mathématiques (analyse numérique) pour
approfondir ces différentes méthodes.

Nota Bene :

La méthode des différences finies donne des résultats satisfaisants dans la mesure où le
maillage est suffisamment petit afin que les dérivées des approximations soient acceptables.
Cependant, il ne faut pas avoir un très grand nombre de nœuds car les erreurs d’arrondis dans
les calculs faussent souvent les résultats. Ainsi, lorsque la solution d’un problème est obtenue,
il est prudent de vérifier que le bilan de chaleur macroscopique sur tout le système est
respecté.

En outre, l’obtention d’une solution ne garantit pas l’exactitude des résultats. Par conséquent,
si pour des conditions frontières données, il existe une solution analytique au problème, il est
donc judicieux, pour ce cas particulier, de comparer les deux solutions.

2- Résolution analytique de l’équation différentielle (4.2) : méthode de séparation de


variables et la théorie des fonctions orthogonales

Plusieurs outils mathématiques existent pour résoudre analytiquement l’équation de la


diffusion thermique dans un système bidimensionnel. Dans l’exemple qui sera traité ici, nous

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 46
utiliserons la méthode de séparation de variables ainsi que la théorie des fonctions
orthogonales pour la détermination de constantes d’intégration.

Soit à déterminer le champ de température T(x,y) dans une poutre métallique dont trois faces
sont à une température T1 alors que la dernière est à une température T2 (voir figure 4.6).

Figure 4.6 : Poutre métallique avec les différents CF.

On définit la variable adimensionnelle suivante :

T(x , y ) − T1
θ( x , y) = (4.13)
T2 − T1

L’équation (4.2) qui est à résoudre peut être réécrite comme suit :

∂ 2 θ(x , y ) ∂ 2 θ(x , y )
+ = 0 (4.14)
∂x 2 ∂y 2

Avec les CF suivantes :

CF1 : θ(0, y) = 0
CF2 : θ( x ,0) = 0

 ; (4.15)
CF3 : θ(L, y) = 0
CF4 : θ(x , W ) = 1

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 47
L’utilisation de la méthode de séparation des variables revient à chercher des solutions du
type :

θ( x , y) = X (x )Y(y ) (4.16)

L’équation (4.16) intégrée dans l’équation (4.14) conduit à l’équation suivante :

− 1 d 2X 1 d2Y
= (4.17)
X dx 2 Y dy 2

Remarque :

Le membre de gauche de l’équation (4.17) est uniquement fonction de x tandis que celui de
droite est uniquement fonction de y.

Pour vérifier donc l’égalité de l’équation (4.17) pour tout x et y, il faut donc que chaque
membre soit égal à une constante. Pour les CF de ce problème, cette constante sera choisie
positive et appelée α2.

Il revient donc à résoudre les équations suivantes :

d2X
+ α2X = 0 (4.18)
dx 2

d2Y
2
− α2Y = 0 (4.19)
dy

Les solutions de ces deux équations sont respectivement de la forme :

X( x ) = C 1 cos(αx ) + C 2 sin (αx ) (4.20)

Y ( y ) = C 3 e − αy + C 4 e αy (4.21)

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 48
D’où, d’après (4.16), on a :

θ( x , y) = [C1 cos(αx ) + C 2 sin (αx )](C 3e − αy + C 4 e αy ) (4.22)

C1, C2, C3 et C4 sont des constantes d’intégration qui seront déterminées grâces aux 4 CF.
Ainsi, on a :

 CF1 => C1 = 0

 CF2 => C3 = - C4

 CF3=> sin(αL) = 0, soit α = nπ/L avec n = 1,2,3,….

La solution (4.22) peut alors s’écrire :

 nπ  − L y y
nπ nπ
θ( x , y) = C 2 C 4 sin  x  e + e L  (4.23)
 L  

En regroupant le produit des constantes (C2C4) sous forme de Cn et en introduisant la fonction


sinh(z) = (e-z+ez)/2, l’équation (4.23) devient :

 nπ   nπ 
θ( x , y) = C n sin  x  sinh  y (4.24)
 L   L 

Nous venons ainsi d’obtenir en réalité une infinité de solutions particulières. Comme le
problème est linéaire, la solution générale est donc une combinaison linéaire des solutions
particulières :


 nπ   nπ 
θ( x , y) = ∑C
n =1
n sin  x  sinh 
 L 
y
 L 
(4.25)

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 49
La CF4 permet la détermination des constantes Cn :


 nπ   nπ 
CF4 => θ( x , W ) = ∑C
n =1
n sin  x  sinh 
 L   L
W = 1

(4.26)

La relation (4.26) est assez complexe. L’utilisation de la théorie des fonctions orthogonales
permettra de déterminer les constantes Cn.

Bref rappel sur les fonctions orthogonales :

Un ensemble fini de fonctions g1, g2, g3, ,gn est orthogonal dans le domaine a ≤ x ≤ b
si :

∫ g (x )g (x )dx
a
m n = 0 (m ≠ n) (4.27)

Par exemple, les fonctions sin(nπx/L) sont orthogonales pour 0 ≤ x ≤ L .

Une propriété intéressante des fonctions orthogonales est que toute fonction f(x) peut
s’exprimer sous la forme d’une somme infinie de fonctions orthogonales :


f (x) = ∑A
n =1
n g n (x ) (4.28)

Les coefficients An se déterminent facilement en multipliant les deux membres de l’égalité


(4.28) par gm(x) et en intégrant entre a et b.

Il vient :

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 50
b b ∞ ∞ b b


a
f (x )g m (x )dx = ∫∑
a n =1
A n g n (x )g m (x )dx = ∑∫
n =1 a
A n g n (x )g m (x )dx = A m ∫ g 2m (x )dx
a
(4.29)

D’où :
b

∫ f (x )g (x )dx
a
m

Am = b
(4.30)
∫ g (x )dx
2
m
a

Pour notre problème, si nous prenons :

f(x) = 1 et gm(x) = sin(nπx/L) (4.31)

L’équation (4.30) devient :


L
 nπ 
∫ sin L
0
x dx
 2 1 + (− 1)
n +1
Am = L
= (4.32)
 nπ  π n

2
sin  x dx
0  L 

Ainsi la fonction f(x)=1 peut s’écrire :

n +1

2 1 + (− 1)  nπ 

n =1 π n
sin  x = 1
 L 
(4.33)

En comparant cette relation avec celle obtenue pour la CF4 (eq. (4.26)), on a

n +1

2 1 + (− 1)  nπ  ∞
 nπ   nπ 
θ( x , W ) = 1 = ∑
n =1 π n
sin  x =
 L 
∑C
n =1
n sin  x  sinh 
 L   L
W

(4.34)

En identifiant terme à terme les deux sommations de (4.34), on déduit l’expression de Cn :

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 51
n +1
2 1 + (− 1)
Cn = (4.35)
π  nπ 
n sinh  W
 L 

La solution générale à notre problème est donc :

 nπ 
n +1 sinh  y
2 ∞
1 + (− 1)  n π   L 
θ( x , y) =
π

n =1 n
sin  x
 L  sinh  nπ W 
(4.36)
 
 L 

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 52
Chapitre 5 : La conduction transitoire

Les chapitres précédents ont traité de la conduction en régime stationnaire. Dans ce chapitre,
l’aspect transitoire de la conduction est développé.

I- Système avec résistance interne négligeable


On considère le système (surface d’échange As, volume V, capacité thermique Cp et masse
volumique ρ) de la figure 5.1 pour lequel on désire étudier le transfert de chaleur vers son
milieu environnant (un fluide quelconque à la température T∞ et de coefficient de convection
h). A l’instant t<0, le système hors du fluide, est à la température Ti. Puis à t = t0, il est
instantanément plongé dans le fluide, sa température T(t) va varier à partir de cet instant.
Comment varie la température au cours du temps d’un tel système ?

Pour trouver l’évolution temporelle du profil de température dans ce système, les hypothèses
suivantes sont faites :

• La température est uniforme dans le système : cette hypothèse est a priori


contradictoire car il est nécessaire qu’il y ait un gradient thermique pour qu’il se
produise un transfert de chaleur. Cependant, elle peut être justifiée lorsqu’on considère
un système de petite dimension avec une conductivité thermique très élevée (corps
mince) : l’exemple de la trempe d’une bille métallique.

• La température ne dépend que du temps t : T(t).

Figure 5.1 : Système à t<0 (hors du fluide), t = 0 (plongé instantanément dans le fluide) et t>0
(subit une variation de sa température au contact du fluide).

Le bilan d’énergie autour de ce système s’écrit :

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 53
Flux entrant (=0) – flux sortant + flux de chaleur généré (=0) = flux de chaleur accumulé
(5.1)

Ce qui se traduit mathématiquement (d’après la loi de Newton, voir chapitre 6) par:

dT
− h A S (T − T∞ ) = ρ V C p (5.2)
dt

Pour résoudre l’équation (5.2), on fait le changement de variable suivant :

θ = T-T∞ donc, dθ/dt = dT/dt ; θi = Ti-T∞ et θ0 = T0-T∞ (5.3)

On remplace θ dans l’équation (5.3) et on fait l’intégration suivante :

θ t
dθ h AS

θi = Ti − T∞
θ
= −
ρ V Cp ∫ dt
0
(5.4)

Ce qui conduit à :

θ  h AS
Ln   = − t (5.5)
 θi  ρ V Cp

D’où on obtient le profil de température :

h AS t
t
θ T − T∞ −
ρ V Cp −
= = e = e τ (5.6)
θi Ti − T∞

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 54
Dans l’expression (5.6), τ est appelé constante de temps thermique, il est exprimé comme
suit :

ρ V Cp
τ = (5.7)
h AS

Figure 5.2 : Allure du profil de température θ(t).

Introduction des nombres adimensionnels Biot et Fourier

Ces deux nombres adimensionnels sont très importants lorsqu’on considère le régime
transitoire.

• Le nombre de Biot se défini comme le rapport de la résistance thermique interne du


système (Lc/(λAs) où Lc est la longueur caractéristique du système et λ sa conductivité
thermique) et de la résistance thermique externe du système (résistance thermique de
convection, 1/hAs, avec h le coefficient de convection). son expression est donc :

h Lc
Bi = (5.8)
λ

• Le nombre de Fourier caractérise la pénétration de la chaleur en régime variable. Il est


exprimé comme suit :

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 55
λ
ρC p α
FO = 2
t= t (5.9)
L c L2c

On peut donc exprimer le profil de température (5.6) en fonction des deux nombres
adimensionnels :

θ T − T∞
= = e −BiFO (5.10)
θi Ti − T∞

Remarque :

• La connaissance des nombres adimensionnels de Biot et de Fourier permet de


déterminer directement l’évolution temporelle de la température du système.

• Lorsque Bi ≤ 0.1 , l’hypothèse d’uniformité de la température est justifiée : c’est ce


qu’on appelle le critère d’accommodation thermique. La conduction est donc
négligeable à l’intérieur du système.

• En conséquence, en régime transitoire, il est conseillé de calculer premièrement le


nombre de Biot.

II- Système avec résistance interne non négligeable


Dans cette partie, on considère le mur plan (volume de contrôle V = A dx, longueur L,
conductivité thermique λ, masse volumique ρ et capacité thermique Cp) de la figure 5.3 dans
lequel la température T(x,t) évolue dans le temps t et suivant l’axe (O,x).

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 56
Figure 5.3 : Mur plan

On peut écrire le bilan de chaleur pour ce système de la manière suivante :

∂ 2T 1 ∂T
2
= (5.11)
∂x α ∂t

A cette équation on associe les conditions frontières et initiale suivantes :

 ∂T
CF1 : x = 0; symétrie ⇒ = 0
∂x

 ∂T
CF2 : x = L; −λ x = L = h [T (t , L ) − T∞ ]
 ∂x (5.12)
CI : T (x ,0) = Ti ∀x

La solution à ce problème va donc inclure huit paramètres :

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 57
T = T(x, t, α, λ, L, Ti, h, T∞) (5.13)

On facilite la résolution d’un tel problème en procédant à ce qu’on appelle une


« adimensionnalisation » des équations. Cela revient à considérer les variables
adimensionnelles suivantes (marqué par une étoile) :

 * T − T∞
θ = ⇒ 0 ≤ θ* ≤ 1
Ti − T∞

 * x
x = ⇒ − 1 ≤ x* ≤ 1
 L (5.14)
* αt
t = L2 = FO
 c

En remplaçant ces variables dans les équations (5.11) et (5.12), on obtient respectivement :

∂ 2 θ* ∂θ*
= (5.15)
∂x * 2 ∂FO

 ∂θ*
CF1 : * x* = 0
= 0
 ∂ x
 ∂θ*
CF 2 : − λ * x* =1
= −B i θ* (1, FO )
 ∂x (5.16)
*
(
CI : θ x ,0 = θ*i
*
) ∀x *

La résolution de ce système d’équation (5.15 et 5.16) conduit à une solution du type :

(
θ* = θ* x * , Bi , FO ) (5.17).

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 58
III- Conduction transitoire dans un solide semi-infini

1- Cas 1 : Surface à température constante


L’allure du profil de température d’un solide semi-infini à surface isotherme est représentée
dans la figure 5.4. Dans ce cas de figure on associe respectivement les équations bilan de
chaleur, CF et CI suivantes :

∂ 2 T 1 ∂T
= (5.18)
∂x 2 α ∂t

CF1 : x = 0; T = TS

CF2 : x = ∞; T = Ti (5.19)
CI : t = 0; T = T
 i

Figure 5.4 : allure de la température d’un solide à surface isotherme

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 59
Pour résoudre ce problème, on utilise la théorie de la similarité. Cela consiste à remplacer
T(x,t) par T(η) avec η = f(x,t), une fonction adéquate de (x et y).

On appelle solution de similarité une solution pour laquelle la dépendance de deux variables
(x et t) peut se réduire à celle d’une seule variable η par l’application d’une transformation de
similarité adéquate. Par exemple :

x
η= (5.20)
2 αt

En appliquant cette théorie à notre problème avec la relation de l’exemple (5.20), il vient :

∂T ∂T ∂η ∂T  1  x 1
= = −  (5.21)
∂t ∂η ∂t ∂η  4  αt t

∂T ∂T ∂η ∂T 1
= =
∂x ∂η ∂x ∂η 2 αt
∂ 2 T ∂  ∂T  ∂  ∂T  ∂η ∂ 2 T  1  (5.22)
=  =   =  
∂x 2 ∂x  ∂x  ∂η  ∂x  ∂x ∂η 2  4αt 

En intégrant les équations (5.21) et (5.22) dans (5.18), on obtient la nouvelle équation bilan
suivante :

∂ 2T ∂T
2
+ 2η = 0 (5.23)
∂η ∂η

Avec les conditions frontière et initiale suivantes :

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 60
CF : x = 0; η = 0 T = TS
(5.24)
CI : t = 0; η → ∞ T = Ti

La résolution de ce nouveau système d’équation (5.23 et 5.24) conduit à :

2
T = C1 ∫ e − η dη + C 2 (5.25)

C1 et C2 sont des constantes d’intégration obtenues à l’aide des CF et CI.

On introduit à ce stade la fonction erreur définie comme suit :

η
2 2
erf η =
π ∫
0
e − η dη (5.26)

Avec les CF et CI, on a finalement :

T (x , t ) − TS  x 
= erf   (5.27)
TI − TS  2 α t 

2- Cas 2 : Surface avec flux constant

Dans le cas où la surface est soumise à un flux constant q′0′ , la solution T(x,t) est alors :

αt
2q′0′ x2
T (x, t ) − Ti = π e − 4 αt − q′0′ x erfc x 
  (5.28)
λ λ  2 αt 
Avec erfc(…) est la fonction erreur complémentaire = 1-erf(…).

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 61
3- Cas 3 : Surface avec convection
Si la surface est soumise à une convection avec un coefficient h et une température
environnante T∞, l’expression de la température T(x,t) est :

 hx h 2αt 
T (x , t ) − Ti  x 

 λ + λ2 

 x h αt 
= erfc  − e  
erfc + 
 (5.29)
T∞ − Ti  2 αt   2 αt λ 

Remarque :

En pratique, on utilisera les solutions pour un milieu semi-infini quand le transfert de chaleur
est limité à une faible épaisseur du matériau considéré (loin de la surface … c’est l’infini).

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 62
Chapitre 6 : La convection

Les cinq premiers chapitres de ce document ont été consacrés à l’étude du phénomène de la
conduction. Ce chapitre 6 traite d’un autre mode de transfert de chaleur : la convection. Elle
est abordée ici de façon générale. Des cas spécifiques seront développés dans les chapitres qui
vont suivre.

I- Description du phénomène de la convection


La figure 6.1 montre le mouvement de l’air dans une enceinte donnée. L’on remarque une
ascendance de l’air chaud (l’air qui s’échauffe au contact du radiateur). Cet air chaud se
refroidit avec l’altitude et l’air frais (rafraichissement au contact du plafond entre autres)
redescend vers le plancher. Un tel phénomène s’appelle la convection.

Figure 6.1 : phénomène de convection illustré ici par une ascendance de l’air chaud (en rouge)
généré par le radiateur et qui se refroidit (en bleu) au contact du plafond, puis redescend.

1- Définition
La convection peut être définie comme le mode de transmission de la chaleur qui implique le
déplacement d’un fluide, liquide ou gazeux.

Elle s’opère souvent entre une paroi et un fluide (voir figure 6.2). En réalité il s’agit d’une
combinaison du phénomène de conduction avec celui du transfert de matière.

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 63
Figure 6.2 : mouvements vertical et horizontal d’un fluide au contact d’une paroi.

2- Les différents types de convection


Selon l’origine ou les causes du mouvement du fluide et la configuration des milieux autour
duquel se déroule le phénomène de convection, on peut distinguer plusieurs types de
convection :

 La convection forcée ou assistée : le mouvement du fluide est d’origine


mécanique ;

 La convection naturelle ou libre : le mouvement du fluide est d’origine thermique ;

 La convection mixte : c’est une coexistence des convections naturelle et forcée ;

 La convection externe : l’écoulement se trouve autour du milieu avec lequel le


fluide échange de la chaleur ;

 La convection interne : l’écoulement est contenu par des surfaces à travers


lesquelles l’échange se fait (tube, conduite…).

Par ailleurs Il y a également la convection avec changement de phase : évaporation,


condensation, solidification, liquéfaction…

Tous ces différents types de convection seront abordés dans les chapitres suivants.

3- Les régimes d’écoulement

Le régime d’écoulement joue un rôle très important dans le phénomène de transfert par
convection. Ceci d’autant plus que le phénomène de transfert de chaleur est généralement
couplé au phénomène de transfert de matière. Il existe principalement deux régimes : le
régime laminaire et le régime turbulent.

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 64
l- Régime laminaire

L’écoulement s’effectue par des couches pratiquement indépendantes. L’échange de chaleur


se fait par conduction dans la direction normale à l’écoulement et par convection/conduction
dans la direction parallèle à l’écoulement. La conduction étant plutôt souvent négligée.

Figure 6.3 : écoulement en laminaire

2. Régime turbulent
L’écoulement n’est pas unidirectionnel. L’échange de chaleur dans la zone turbulente se fait
par conduction et convection dans toutes les directions.

Figure 6.4 : écoulement en turbulent

a- Notion de couche limite


La couche limite est une zone d'interface entre un corps et le fluide environnant lors d'un
mouvement relatif entre les deux. On y observe les effets de la viscosité. Elle est un élément
important en mécanique des fluides, (aérodynamique, hydrodynamique), en météorologie, en
océanographie, etc.
L’existence d’une couche limite provient des effets combinés de la viscosité et de la
convection par l’´ecoulement moyen sur le transport de la quantité de mouvement.
Il existe deux sortes de couches limites :

• Couche limite hydrodynamique

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 65
Dans la couche limite hydrodynamique on observe 99% de la variation de la vitesse U entre 0
et U∞ (vitesse du fluide). En dehors de la couche limite, la vitesse est quasiment constante et
est égale à U∞.

Figure 6.5 : couche limite hydrodynamique

Du gradient de vitesse dans la couche limite il résulte des forces sur la surface comme le
montrent les expressions respectives de la contrainte à la paroi et le coefficient de friction
(trainée) :

∂U
τ s = −µ y=0 (6.1)
∂y

τs
Cf = (6.2)
U2
ρ ∞
2

• Couche limite thermique

La couche limite thermique peut être définie comme la région où la température T varie de Ts
(température de la plaque, voir figure 6.6) à 99% Ts/(T∞-Ts), avec T∞, la température du fluide.

Figure 6.6 : couche limite thermique

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 66
A la surface de la plaque, la vitesse du fluide est nulle. Le transfert de chaleur est alors
purement conductif.

4- Loi de Newton pour la convection


Cette loi stipule que la densité du flux de chaleur transférée à un fluide
au voisinage d’un objet solide, est proportionnelle à la différence des
températures de l’objet et du fluide.

Traduction mathématique de la loi de Newton

Isaac Newton En considérant une plaque à la température Tp en contact avec un fluide en


(1642-1727)
mouvement à la température Tf ; la densité de chaleur q ′′ (W/m2) est
donnée par (d’après la loi de Newton) :

q ′′ = h (Tp − Tf ) (6.3)

Où h (W/m2/K) est le coefficient de transfert par convection. Elle varie fortement suivant le
type de convection comme l’indique le tableau 6.1.

Remarque:

 La grosse difficulté liée au calcul de flux de chaleur par convection est la


détermination du coefficient de transfert par convection h. Ce coefficient s’obtient
souvent à l’aide de formules empiriques complexes (que nous verrons dans les
chapitres suivants), impliquant des nombres adimensionnels rendant ainsi difficile
souvent l’obtention de solutions analytiques.

 Le coefficient h dépend d’un nombre important de paramètres: caractéristiques du


fluide : la température, la pression, la forme de la surface d’échange….

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 67
Tableau 6.1 : Quelques valeurs du coefficient de transfert par convection suivant le type de
convection

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 68
Chapitre 7 : La convection forcée ou assistée

La convection forcée est un phénomène que nous observons autour de nous au quotidien (la
ventilation de façon générale par exemple). On parle de la convection forcée lorsque le
mouvement du fluide est d’origine mécanique, dû à l’action d’une pompe, d’un ventilateur…,
en somme un mouvement indépendant des différences de température.

I- Nombres adimensionnels pour la convection forcée


L’analyse dimensionnelle montre que le flux de chaleur dépend de trois nombres
adimensionnels :

1. Le nombre de Nusselt Nu

Il se définit comme le rapport entre le transfert thermique total et le transfert par convection
d’un solide en contact avec un fluide donné. Il est exprimé par :

hL
NU = (7.1)
λ

2. Le nombre de Reynolds Re

Il se définit comme le rapport (qualitatif) du transfert par convection et le transfert par


diffusion de la quantité de mouvement. Son expression est :

ρuL
Re = (7.2)
µ

3. Le nombre de Prandtl Pr

Il se définit comme le rapport entre la diffusivité de quantité de mouvement et la diffusivité


thermique. Il s’exprime comme suit :

Cp µ
Pr = (7.3)
λ

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 69
Les paramètres contenus dans les expressions de ces nombres peuvent être regroupés en deux
catégories :

a- Paramètres caractéristiques du fluide

• ρ: masse volumique (kg/m3)

• λ: conductivité thermique (W/m2/K)

• µ: viscosité dynamique (kg/m/s)

• Cp: capacité calorifique (J/kg/K)

• u : vitesse (m/s)

b- Paramètres caractéristiques de l’interface paroi/fluide

• h: coefficient de transfert par convection (W/m2/K)

• L: longueur caractéristique de la paroi du solide (m)

Remarque

Le nombre de Nusselt est fonction des nombres adimensionnels Reynold et Prandtl : Nu =


f(Re, Pr).

Quatre étapes sont proposées pour évaluer le flux de chaleur en convection forcée :

• Calcul des nombres adimensionnels de Re et de Pr selon le régime d’écoulement :


laminaire versus turbulent ;

• Suivant les valeurs de Re et Pr et la géométrie du solide considéré, on choisit la


corrélation adéquate ;

• Calcul de Nu par application de cette corrélation ;

• Calcul du coefficient de convection h et de celui du flux de chaleur.

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 70
II- La convection externe

1- Détermination expérimentale d’un coefficient de transfert de chaleur : cas de


l’écoulement sur une plaque
On désire mesurer le coefficient de transfert de chaleur par convection autour d’une plaque
(chauffée à l’aide d’une résistance chauffante traversée par un courant électrique, intensité I et
tension E) où circule un fluide (vitesse U∞ et à la température T∞) (voir figure 7.1).

Figure 7.1 : expérience pour la mesure du coefficient de transfert de chaleur moyen par
convection

Pour différentes valeurs de la vitesse du fluide U∞, on évalue le flux de chaleur q échangé et
on mesure la température TS à la surface de la plaque. On déduit ensuite le coefficient h sur la
plaque.

Concrètement, on fait des mesures en faisant varier les nombres adimensionnels Re et Pr, puis
on cherche une relation empirique Nu = f(Re, Pr). Pour évaluer les nombres adimensionnels Re
et Pr, on utilise en général les propriétés du fluide à la température du film :

TS + T∞
Tf = (7.4)
2

1- Ecoulement sur une plaque : solution exacte en régime laminaire


• On résout le problème de la couche limite de vitesse

• On résout ensuite celui de la couche limite thermique

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 71
Les résultats se corrèlent de la façon suivante :

 Localement au point x, on a :

Pour Pr ≥ 0.6 , il vient :

hxx
N UX = = 0,332 Re1x / 2 PrL1 / 3 (7.5)
λ

Pour la valeur moyenne entre 0 et x, on h moyen :

x 1 x

N UX =
λ

x
∫h
0
x dx  = 2 N U X

(7.6)

2- Ecoulement turbulent :

Expérimentalement, on a :

−1 / 5
Pour 5.10 5 ≤ Re ≤ 10 7 , C f , x = 0,0592(Re ) (7.7)

Avec l’analogie de Chilton-Colburn :

Cf 1/ 3 4/5
Pour 0.6 ≤ Pr ≤ 60 , Nu = Re (Pr ) ⇒ Nu x = 0,0296(Re ) (Pr )1 / 3 (7.8)
2

3- Ecoulement autour d’un cylindre


Pour ce type d’écoulement on utilise la corrélation :

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 72
m
Nu D = C(Re D ) (Pr )1 / 3 (7.9)

Les constantes C et m varient en fonction de la valeur du Re comme l’indique le tableau 7.1.

Tableau 7.1 : Valeurs des constantes C et m en fonction du ReD

ReD C m

1-40 0,75 0,4

40-1000 0,5 0,5

103-2.105 0,26 0,6

2.105-106 0,076 0,7

4- Ecoulement autour d’une sphère


Dans les conditions suivantes :

µ
3,5 ≤ Re ≤ 7,6.10 4 ; 0,71 ≤ Pr ≤ 380 et 1 ≤ ≤ 3,32 (7.10)
µS

Où µ S représente la viscosité du fluide à la température de la surface Ts de l’objet.

L’écoulement autour d’une sphère est régi par la corrélation suivante:

 µ 
[
Nu D = 2 + 0.4 (Re D )
1/ 2
+ 0.06 (Re D )
2/3
] (Pr )
0.4
  (7.11)
 µS 

III- La convection dans les écoulements internes

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 73
1- Ecoulement dans un tube

Considération hydrodynamique :

L’écoulement dans un tube est souvent divisé en deux zones. Une première zone dite région
d’entrée et une deuxième zone où le régime d’écoulement est considéré comme établi (voir
figure 7.2).

Figure 7.2 : Développement hydrodynamique de l’écoulement dans un tube de diamètre D.

La longueur XE de la région d’entrée avant l’écoulement établi est fonction du régime


d’écoulement (laminaire ou turbulent).

Ainsi, en écoulement laminaire on a :

ρνD
Re = < 2300 ⇒ X E ≅ 0.05 Re D (7.12)
µ

En écoulement turbulent,

ρνD
Re = > 4000 ⇒ X E ≅ 10D (7.13)
µ

Considération thermique :

Ici on a également les deux zones : la région d’entrée thermique suivie de la zone où
l’écoulement est établi (voir figure 7.3)

Aussi la longueur Xfd,t de la région d’entrée avant l’écoulement établi est fonction du régime
d’écoulement (laminaire ou turbulent).

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 74
En écoulement laminaire on a :

 X fd, t 
  ≅ 0.05 Re D Pr (7.14)
 D 

En écoulement turbulent,

 X fd, t 
  ≅ 10 (7.15)
 D 

Région d’entrée thermique Écoulement établi

Figure 7.3 : Développement thermique de l’écoulement dans un tube de diamètre D.

Les profils de température du mélange (bulk temperature) et de la paroi (wall temperature) du


tube varient selon que l’on impose une température constante ou un flux constant à la paroi
comme le montre la figure 7.4.

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 75
Figure 7.4 : développement thermique des écoulements dans des tubes avec un flux uniforme
et avec une température uniforme aux parois (région d’entrée thermique) (source : J.
Lienhard IV & J. Lienhard V, A heat transfer textbook, 3rd Edition)

2- Corrélations pour les écoulements dans les tubes


• Ecoulement laminaire

a- Flux uniforme imposé à la paroi

NuD = 4,36 (7.15)

b- Flux uniforme imposé à la paroi

NuD = 3,66 (7.16)

• Ecoulement turbulent

La corrélation de Dittus-Boetler donne :

hD
Nu D = = 0,023 Re 0D.8 Pr n (7.17)
λ

Où n est égal 0,3 pour le refroidissement tandis qu’il est égal à 0.4 pour le chauffage.

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 76
3- Cas d’un tube non circulaire : notions de rayon hydraulique et de diamètre
hydraulique
Pour le cas d’un tube non circulaire on évalue son rayon hydraulique RH qui est définit
comme suit :

sec tion d ' écoulement


RH = (7.18)
périmètre mouillé

Et on déduit le diamètre hydraulique DH :

DH = 4 R H (7.19)

Une fois le diamètre hydraulique déterminé, on reprend exactement les corrélations en


laminaire et turbulent du cas de tube circulaire en remplaçant le diamètre D par le diamètre
hydraulique DH.

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 77
Chapitre 8 : Convection naturelle ou libre

On parle de convection naturelle lorsque le mouvement du fluide est d’origine thermique,


mouvement créé par des différences de masses volumiques, elles-mêmes générées par des
différences de température: ce sont des forces dites de flottabilités thermiques. Pour une
température uniforme du fluide, on dit qu’il est au repos.

I- Nombres adimensionnels pour la convection naturelle ou libre


Tout comme en convection forcée, trois nombres adimensionnels sont nécessaires pour
pouvoir évaluer le flux de chaleur en convection naturelle :

1- Les nombres de Nusselt Nu et de Prandtl Pr

Tout comme dans le cas de la convection forcée les nombres adimensionnels Nu et Pr


interviennent dans les écoulements en convection naturelle. Ils sont définis comme au chapitre
précédent.

2- Le nombre de Grashof Gr

Il se définit comme le rapport des forces de gravité aux forces de viscosité agissant sur un
fluide. Son expression est :

β g ∆T ρ 2 L3
Gr = (8.1)
µ2

Avec :

ρ: masse volumique (kg/m3)

µ: viscosité dynamique (kg/m/s)

∆Τ: différence de température (K)

β (1/T): coefficient de dilatation thermique du fluide (K-1)

g: force de pesanteur (m2/s)

L: longueur caractéristique de la paroi du solide considéré (m)

Remarque

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 78
Le nombre de Nusselt est fonction ici des nombres adimensionnels Grashof et Prandtl : Nu =
f(Gr, Pr).

Tout comme en convection forcée, quatre étapes sont proposées pour évaluer le flux de
chaleur en convection naturelle :

• Calcul des nombres adimensionnels Gr et Pr selon le régime d’écoulement : laminaire


vs turbulent ;

• Suivant les valeurs de Gr et Pr et la géométrie du solide considéré, on choisit la


corrélation adéquate ;

• Calcul de Nu par application de cette corrélation ;

• Calcul du coefficient de convection h et de celui du flux de chaleur.

II- Corrélations pour le transfert de chaleur en convection naturelle

Elles sont, en général, de la forme suivante :

hL n n
Nu L = = C [Gr Pr ] = C [Ra ] (8.2)
λ

Où Ra désigne ici le nombre adimensionnel de Raleigh.

Remarque

Il faut noter que ces corrélations sont fonctions de la géométrie, du type de processus
(chauffage ou refroidissement) et de l’écoulement (laminaire ou turbulent).

Les propriétés sont évaluées à la température du film fluide :

TS + T∞
Tfilm = (8.3)
2

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 79
Tableau 8.1 : Récapitulatif des corrélations usuelles en convection naturelle

Type de géométrie/écoulement Corrélation correspondante

Plaques verticales  
2

 
 0,387 Ra 1 / 6 
Nu L = 0,825 + 8 / 27 
   0,492 
9 / 16
 
 1 +    
   Pr   

(8.4)

Plaques inclinées (angle θ) : surface froide On a la même corrélation sauf qu’ici la pesanteur g
vers le haut ou surface chaude vers le bas. devient g cosθ
2
 
 
 0,387 Ra 1/ 6 
Nu L = 0,825 + 
9 / 16 8 / 27
   0,492   
 1 +    
   Pr   

(8.5)

Plaques horizontales (mouvement interne


aux plaques)
Nu L = 0,54 Ra 1 / 4
Surface chaude en haut et celle froide en bas
(
pour 10 4 ≤ Ra ≤ 10 7 )
(8.6)

Nu L = 0,15 Ra 1 / 4
(
pour 10 7 ≤ Ra ≤ 1011 )
(8.7)

Plaques horizontales (mouvement externe


aux plaques)

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 80
Surface chaude en haut et celle froide en bas

Nu L = 0,27 Ra 1 / 4
(10 5
≤ Ra ≤ 1010 )
(8.8)

Cylindre horizontal  
2

 
(écoulement perpendiculaire à l’axe)  0,387 Ra 1/ 6 
Nu L = 0,6 + 
9 / 16 8 / 27
   0,559   
 1 +    
   Pr   
(−5
pour 10 ≤ Ra ≤ 10 12
)
(8.9)

Sphère  
2

 
 0,589 Ra 1/ 4 
Nu L = 2 + 8 / 27 
   0,469 
9 / 16
 
 1 +    
   Pr   
(
pour Pr ≥ 0,7 et Ra ≤ 1011 )
(8.10)

III- Superposition d’effets de convection libre et forcée


Soit un fluide en mouvement dans un champ de température on a :

• Convection forcée si :

Gr
<< 1 (8.11)
(Re )2
• Convection libre si :

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 81
Gr
>> 1 (8.12)
(Re )2
• Convection mixte (forcée+naturelle) si :

Gr
≈ 1 (8.13)
(Re)2

Dans le cas particulier de convexion mixte, on a :

Nu 3conv.mixte = Nu 3conv.libre + Nu 3conv.forcée (8.14)

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 82
Chapitre 9 : Convection avec changement de phase

I- L’ébullition et la condensation

L’ébullition et la condensation sont des phénomènes de convection assez particuliers car elles
impliquent un changement d’état de la matière (fluide). Le fluide qui change de phase reste à
température constante pendant le phénomène (température de saturation). L’ébullition
concerne le changement d’état liquide à l’état vapeur tandis que la condensation c’est le
passage de l’état vapeur à l’état liquide. Ces changements sont toujours accompagnés
d’échanges importants d’énergie. Par exemple, pour 1 g d’eau liquide, le changement de
phase liquide-vapeur s’accompagne d’une énergie de 2500 J environ.

II- Ebullition-Régimes d’ébullition


L’ébullition a lieu en convection naturelle ou forcée comme les exemples de la figure 9.1.

Figure 9.1 : Différents types de convection

1- Formation des bulles

L’observation du diagramme général d’équilibre liquide-vapeur (figure 9.2) montre que si le


rayon rb d’une bulle de vapeur tend vers zéro alors la pression (Prb(T) = Ps(T) -2σ/r ) qui lui
est associée tend vers l’infini et donc une bulle ne pourrait théoriquement pas prendre
naissance dans un liquide qui est un milieu continu. On suppose que les parois chauffées, sur
lesquelles se produit l’ébullition, se trouvent des discontinuités (petites cavités contenant de
l’air) qui servent de « germes » favorisant la naissance des bulles. Ces points priviligiés sont
appelés « sites » et leur nombre croît avec la différence de température entre la température de
la surface chauffée (Tp) et la température de saturation du liquide sous la pression P (Ts(P)).

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 83
Figure 9.2 : Diagramme général d’équilibre liquide-vapeur

2- Les différents régimes d’ébullition


Les variations du coefficient de transfert de chaleur h en fonction de l’écart de température
Tp - Ts(P) présentent la même allure pour un grand nombre de liquides, elles sont représentées
par le graphe de Nukiyama :

Figure 9.3 : Graphe de Nukiyama montrant les différents régimes d’ébullition

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 84
Ce graphe est subdivisé en plusieurs zones et les caractéristiques du fluide diffèrent d’une
zone à l’autre.

Zone AB

Bien que Tp > Ts(p), il n’y a pas encore naissance de bulles. L’échange paroi-liquide
s’effectue par convection naturelle et obéit à la loi de Newton. Une évaporation se produit sur
la surface plane et libre du liquide en contact avec l’air.

Zone BC

Les bulles montent en colonne à partir de points isolés de la paroi : « les sites » avec une
fréquence de l’ordre de 100 par seconde. Ensuite les bulles deviennent de plus en plus
nombreuses et isolent presque totalement la paroi par une couche de vapeur presque continue.
L’évacuation de la chaleur s’effectue principalement sous forme de chaleur latente de
vaporisation. C’est la zone d’ébullition nucléée.

La densité de flux de chaleur φ transférée dans cette zone peut être calculée par la formule de
Rosenhow qui s’écrit :

C l ∆T  φ σ 
= C  (9.1)
∆H (Prl )
s
 µ l ∆H g (ρ l − ρ v ) 

Avec

Cl : Capcité thermique du liquide

∆T : Ecart de température Tp-Ts(P)

∆H : Chaleur latente de vaporisation

Prl : Nombre de Prandtl du liquide à saturation

σ : Tension superficielle (valeur pour l’eau dans le tableau 9.1)

g : Accélération de la pesanteur

ρl : Masse volumique du liquide

ρv : Masse volumique de la vapeur

C : Constante déterminée expérimentalement (voir tableau 9.2)

s : constante ; s= 1 pour l’eau, 1,7 pour les autres liquides.

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 85
Tableau 9.1 : Valeur de la tension superficielle de l’eau :

Tableau 9.2 : Valeurs de la constante C pour diverses configurations fluide/surface chauffante

Point C

La couche de vapeur isole totalement la paroi du liquide et la chaleur ne peut plus se


transmettre que par l’intermédiaire de la vapeur de très faible conductivité thermique.
L’augmentation brutale de la résistance thermique va provoquer une brusque augmentation de
la température de la paroi chauffante jusqu’à un niveau qui va permettre d’évacuer le flux
fourni à la paroi à la fois par conduction-convection et par rayonnement. On passe ainsi
brusquement du point C au point D dont la température dépasse largement 1000°C, on a une
fusion de la paroi dans la plupart des cas, c’est pourquoi le point C est appelé point de burn-
out.

La détermination du point de burn-out est capitale dans l’étude de l’ébullition pour


d’évidentes raisons de sécurité. La corrélation la plus utilisée pour déterminer cette densité de
flux de burn-out est celle de Zuber :

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 86
1/ 4 1/ 2
π ρ v ∆H  σ g (ρ l − ρ v )   ρ 
φ bo =   1 + v  (W m )
−2
(9.2)
24  ρ 2v   ρl 

Zone CD

Zone instable.

Zone DE

C’est la zone d’ébullition pelliculaire dans laquelle le transfert de chaleur de la paroi vers le
liquide s’effectue par conduction et par rayonnement à travers la couche continue de vapeur.
Les coefficients de transfert de chaleur peuvent se calculer :

Conduction (Bromley) :
1/ 4
 λ3v ρ v σ g (ρ l − ρ v )(∆H + 0,4 C pv ∆T )
hc = 0,62   (9.3)
 d µ v ∆T 

Rayonnement :

(
σ ε Tp4 − Tsat
4
)
hr = (9.4)
TP − Tsat

Global
1/3
h 
h = hc c  + hr (9.5)
 h 

Intérêt du transfert de chaleur par ébullition

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 87
Outre dans les générateurs de vapeur d’eau largement utilisés dans les industries agro-
alimentaires et textiles, ce type de transfert est utilisé pour l’extraction de très importantes
puissances calorifiques à partir de surfaces très réduites : refroidissement de cœurs de
réacteurs nucléaires, de moteurs de fusée,…du fait des coefficients de transfert élevés obtenus
de l’ordre de 100.000 W m-2°C-1.

III- Condensation
Le phénomène de condensation se fait également en convection naturelle ou forcée. Elle se
présente sous plusieurs formes (film, goutte, condensation homogène ou en contact direct)
comme le montre la figure 9.4.

Figure 9.4 : Différents modes de condensation. a) Condensation en film ;b) Condensation sous
forme de gouttes ; c) Condensation homogène résultant d’une augmentation de pression due à
l’expansion de la vapeur ; d) Condensation par contact direct.

Les échanges de chaleur entre une vapeur se condensant sur une paroi et la paroi proprement
dite sont liés aux types de condensation qui dépendent essentiellement des interactions
liquide-paroi. Si le liquide ne mouille pas la surface, il se forme alors en certains points des
gouttelettes de liquide qui ruissellent le long de la paroi. Ce type de condensation ne peut
s’observer que si la paroi a une surface lisse et propre. Dans le cas d’une condensation en
gouttes, le liquide qui ne forme pas un film continu sur la paroi offre une résistance thermique
négligeable.

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 88
Cependant, le type de condensation que l’on rencontre généralement dans la pratique est la
condensation film : la paroi est isolée de la vapeur par un film continu de liquide qui joue le
rôle d’isolant thermique entre la paroi et la vapeur et fait chuter la valeur du coefficient de
transfert de chaleur par convection h par rapport à la condensation en gouttes.

1- Détermination du coefficient de coefficient par convection h pour la condensation en


film
Pour déterminer la valeur du coefficient h pour la condensation en film on considère le cas
d’une paroi verticale (voir figure 9.5) avec les hypothèses suivantes :

• L’écoulement du film est en régime laminaire

• La température de la paroi est constante

• Le gradient de température est constant dans le film

• Le rayon de courbure du film de condensat est considéré grand

Figure 9.5 : Fsilm de condensat sur une paroi verticale

On note Tg la température de saturation (rosée) de la vapeur et Tp (<Tg) la température


maintenue constante de la paroi verticale.

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 89
Les forces s’exerçant sur le système constitué du liquide d’épaisseur dx compris entre y et δ
(épaisseur du film) et de longueur unité suivant Oz (surface grise) sont :

• La force de pesanteur : ρl g (δ-y) dx

• La force due à la vapeur d’eau déplacée : ρv g (δ-y) dx

• La force de frottement visqueux : µl (du/dy)dx

Le bilan des forces s’écrit :

du
ρ l g (δ − y ) dx = ρ v g (δ − y ) dx + µ l dx (9.6)
dy

En considérant la condition frontière u(x=0) = 0 pour la vitesse d’écoulement du fluide et en


intégrant l’équation (9.6) entre y = 0 et y = δ, on obtient :

(ρ l − ρv ) g  1 2
u =  δ y − y  dx (9.7)
µl  2 

Le débit massique de liquide condensé à une hauteur x (par unité de longueur suivant Oz) est
donné par :

δ
 (ρ l − ρ v ) g  1 2  (ρ1 − ρ v ) g δ 3
m = ∫0 ρ µ l 

δ y −
2
y 

dy =
3µ l
(9.8)

Le flux de chaleur cédé par le condensat à la paroi sur la hauteur dx s’écrit :

 dT  Tp − T∞
φ x = −λ dx   = λ dx (9.9)
 dy  y = 0 δ

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 90
Entre les hauteurs x et x+dx, l’épaisseur du film liquide passe de δ à δ+dδ du fait de la
condensation sur la hauteur dx. La quantité de vapeur condensée entre x et x+dx s’écrit donc :

d  (ρ l − ρ v ) g δ 3  d  (ρ l − ρ v ) g δ 3  dδ (ρ l − ρ v ) g δ 2 dδ
  dx =   dx = (9.10)
dx  3 µl  dδ  3 µl  dx µl

Le flux de chaleur cédé par le condensat à la paroi doit être égal à la chaleur latente de
condensation libérée par la quantité de vapeur ci-dessus calculée soit :

(ρ l − ρ v ) g δ 2 dδ Tg − Tp
∆H = λ l dx (9.11)
µl δ

L’intégration de cette équation avec la condition limite δ = 0 en x = 0 conduit à :

 4µ l λ l x (Tg − Tp ) 
1/ 4

δ =   (9.12)
 g ∆H ρ l (ρ l − ρ v ) 

Le coefficient de transfert de chaleur local par convection (en x) vérifie :

Tg − Tp
h x dx (Tg − Tp ) = −λ l dx (9.13)
δ

D’où :

λl
hx = (9.14)
δ

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 91
En combinant les équations (9.12) et (9.14), on obtient :

1/ 4
 g ∆H ρ l (ρ l − ρ v ) λ3l 
hx =   (9.15)
 4 µ l x (Tg − Tp ) 

Le coefficient de transfert moyen s’obtient en intégrant le coefficient local sur la hauteur L de


la surface condensante :

L
1
hv =
L ∫h
0
x dx (9.16)

Ce qui conduit finalement à :

1/ 4
2 2  g ∆H ρ l2 λ3l 
hv = 
3  L µ l ∆T 
 (W m −2
°C − 1 ) (9.17)

Avec

∆H : Chaleur latente de condensation (J/kg)

∆T : Différence entre la température de rosée de la vapeur et la température de la paroi

L : Hauteur de la paroi.

Remarque

Tout ce développement n’est valable que pour Re < 2100.

Les grandeurs physiques relatives au liquide sont évaluées à la température du film définie par
la formule de Drew :

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 92
3Tp + Tv
Tf = (9.18)
4

Tube horizontal

Une valeur moyenne du coefficient de convection h pour un tube horizontal peut être calculée
par :

1/ 4
 λ3 ρ 2 g ∆H 
hh = 0,725 l 1 
 (W m −2
°C − 1 ) (9.19)
 D e µ l ∆T 

Avec la condition de validité suivante

4M
Re = < 2100 (9.20)
µ 1 π ∆T

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 93
Chapitre 10 : Le rayonnement thermique

Le troisième mode de propagation de la chaleur est le rayonnement. En effet un corps chauffé


émet de l'énergie sous forme de rayonnement électromagnétique. Ce rayonnement dit
« thermique » peut se propager dans le vide. Plus la température du corps est élevée, plus
l'agitation thermique responsable de l'émission est élevée.

I Généralités et définitions

1- Définitions
Emission et Absorption

• Tout corps porté à une certaine température convertit son énergie interne (énergie
microscopique) en rayonnement thermique : c’est l’émission.

• L’absorption est le processus inverse, c'est-à-dire le rayonnement émis est absorbé par
un autre corps.

Réflexion et Diffusion

Au lieu d'être absorbé, le rayonnement incident sur une surface peut être directement renvoyé
par la paroi.

Dans ces conditions on distingue 2 cas :

• Le renvoi obéit aux lois de l'optique géométrique (un angle d'incidence, un angle de
réflexion): c’est la réflexion.

• Le renvoi se fait dans toutes les directions (même si l'on a une seule direction
incidente): c’est la diffusion.

Transparence et Opacité

• Un milieu peut transmettre intégralement l'onde incidente, il est alors appelé milieu
transparent.

• Inversement, un corps ne transmettant aucune partie du rayonnement incident est dit


corps opaque.

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 94
2- Généralités-
Le rayonnement thermique d’un corps est émis sous forme de photons qui se déplacent de
façon aléatoire avec des fréquences et des phases aussi aléatoires. Lorsque les photons émis
arrivent sur une autre surface, ils peuvent soit être absorbés, réfléchis ou transmis. Ce
comportement des surfaces vis-à-vis des rayonnements peut être quantifié par les grandeurs
suivantes (voir figure 10.1) :

• Le facteur d’absorption α : c’est la fraction du rayonnement incident absorbé par la


surface ;

• Le facteur de réflexion ρ : c’est la fraction du rayonnement incident réfléchi par la


surface ;

• Le facteur de transmission τ : c’est la fraction du rayonnement incident transmis à


travers la surface.

Rayonnement absorbé, α

Rayonnement incident
Rayonnement transmis, τ

Rayonnement réfléchi, ρ

Figure 10.1 : Propriétés d’un rayonnement sur une surface donnée.

Le premier principe de la thermodynamique (conservation de l’énergie) amène à établir que la


somme de ces trois facteurs donne l’unité (loi de Kirchhoff):

α+ρ+τ=1 (10.1)

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 95
II Notion de corps noir et de corps gris

1- Le corps noir
Le corps noir est un objet idéal qui absorbe tous les rayonnements incidents, quels que soient
la longueur d’onde et l’angle d’incidence.

En théorie, c’est une cavité fermée isotherme.

Figure 10.2 : cavité avec un petit trou

En pratique, c’est souvent un four très bien isolé, stabilisé en température et équipé d’un trou
de visée de très petite dimension. Le corps noir constitue un étalon de rayonnement.

Propriétés du corps noir:


1- tous les corps noirs rayonnent de la même manière

2- le corps noir absorbe tous les rayonnements incidents qui arrivent sur lui, α = 1.

3- le corps noir rayonne plus que le corps non noir à la même température (« corps
gris »).

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 96
Figure 10.3 : différents sortes de corps noirs.

2 Le corps gris
A la différence du corps noir, un corps gris n'absorbe pas tout le rayonnement reçu, une partie
est réfléchie ou transmise. De même, à température égale, un corps gris n'émet pas autant
qu'un corps noir.

En équilibre thermodynamique avec son environnement, le coefficient d'émissivité est égal au


coefficient d'absorption et dépend de la température. L’émissivité est indépendante de la
longueur d’onde. Un corps naturel peut en général être assimilé à un corps gris.

3 Autres définitions

La luminance monochromatique

La luminance monochromatique LΩν(β,ϕ,ν,Τ), (W m−2 Hz−1 sr−1) d'un corps de température T


est le flux rayonné par unité de surface par ce corps à la fréquence ν dans la direction
d’ascension polaire β et d’azimut ϕ, par unité de fréquence et par unité d’angle solide. La
luminance L°Ων(ν,Τ) d’un corps noir est indépendante de la direction et elle est exprimée par
la loi de Planck.

L’éclairement monochromatique

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 97
L’éclairement monochromatique EΩν(β,ϕ,ν), ( W m−2 Hz−1 sr−1) est le flux reçu par unité de
surface à la fréquence ν , dans la direction d’angle polaire β et d’azimut ϕ , par unité de
fréquence et par unité d’angle solide. L'éclairement est égal à la luminance du rayonnement
ambiant. En particulier, si le corps est soumis au rayonnement à l'intérieur d'une cavité à
rayonnement isotrope en équilibre thermique, la luminance et l'éclairement de ce corps sont
déterminés par la loi de Planck.

L’absorptivité monochromatique

L’absorptivité monochromatique directionnelle aν(β,ϕ,ν,Τ) est la fraction de flux


d'éclairement incident de fréquence ν absorbée dans la direction (β,ϕ) par un récepteur
thermique de température T.

L’émissivité monochromatique

L’émissivité monochromatique directionnelle εν(β,ϕ,ν,Τ) est le rapport entre la luminance


monochromatique d'un radiateur de température T, à la fréquence ν, dans la direction (β,ϕ) et
celle d'un corps noir rayonnant à même température :

εν(β,ϕ,ν,Τ) = LΩν(β,ϕ,ν,Τ)/ L°Ων(ν,Τ) (10.2)

L’émittance totale

L’émittance M est la densité de flux émis dans toutes les directions à partir d’une surface
donnée. C’est une caractéristique de la surface. D’après la loi de Lambert, l’émittance totale
M est proportionnelle à la luminance totale L (luminance sommée pour toutes les directions):

M = πL (10.3)

III Les différentes lois pour le rayonnement thermique

1- Loi de Lambert
Lorsque la source qui émet est isotrope (mêmes propriétés physiques dans toutes les
directions), la luminance est indépendante de la direction.

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 98
2- Loi de Kirchhoff

La loi du rayonnement de Kirchhoff relie l’absorption et l’émission d'un


radiateur réel en équilibre thermique. Elle exprime qu'émission et
absorption sont liées (voir équation 10.1).

En considérant la loi de Kirchhoff, un bon ‘’absorbeur ‘’ est aussi un bon


émetteur. Le corps noir émet donc de façon maximale.
Gustave Kirchhoff
(1824-1887)

3- Loi de Wien
Elle indique que plus un corps est chaud, plus son pic d’émission maximum
se déplace vers les courtes longueurs d’onde (λ).

2898
λ max (µm ) = (10.4)
T(K )
Wilhelm Wien
(1864 – 1928)

4- Loi de Planck

La loi de Planck définit la distribution de luminance énergétique


monochromatique du rayonnement thermique du corps noir en fonction de
la température thermodynamique.

2 hC λ2 1
Lλ = (10.5)
λ5  hC 
Max Planck exp λ  − 1
(1858-1947)  kλT 

Avec ;

cλ = c / nλ est la vitesse du rayonnement électromagnétique dans le milieu où se propage le


rayonnement, avec :

nλ indice de réfraction du milieu pour la longueur d'onde λ

c = 299 792 458 m/s (vitesse de la lumière)

h = 6,626 17×10-34 J.s (constante de Planck)

k = 1,380 66×10-23 J/K (constante de Boltzmann)

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 99
T est la température de la surface du corps noir en kelvins

Courbes de Planck
1.00E + 04
1.00E + 03
Puissance Émise

Excitance
spectrale en
1.00E + 02
fonction de 1.00E + 01
la loi de
Planck, 1.00E + 00
tracée pour 1.00E - 01
quelques
températures
1.00E - 02
(en K). 1.00E - 03
1.00E - 04
1.00E - 05
0.1 0.5 1 2 5 8 12 100
Longueur d’onde µ m

Figure 10.4 : courbes spectrales de Planck pour les températures du soleil (5727°C) et
ambiante (25°C).

5- Loi de Stefan-Boltzmann
L’émittance totale M rayonnée par un corps noir dans toutes les longueurs d'onde et dans
toutes les directions est proportionnelle à sa surface S et à la
quatrième puissance de sa température.

M = σ S T4 (10.6)
Stefan-Boltzmann
Avec:

σ = 5,675 10-8 W.m-2.T-4, constante de Stefan-Boltzmann

S: section du corps noir, m2

T : température du corps, K

Remarque :

La loi de Stefan est une simple intégration de la loi de Planck sur l'ensemble des longueurs
d'onde.

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 100
IV Rayonnement des corps non noirs

1- Emissivité ou Facteur d’émission:


Les propriétés émissives des corps réels (émissivité) sont définies toujours par rapport à celles
du corps noir dans les mêmes conditions de température et de longueur d’onde.

Ainsi on définit l’émissivité monochromatique et l’émissivité totale d’un corps réel


respectivement par :

M λT
ε λT = (10.7)
M oλT

MT
εT = (10.8)
M oT

Remarque:

L’émissivité d’un corps noir est égale à 1.

2 Cas des corps gris


Les corps gris sont caractérisés par αλΤ = αΤ, soit ελΤ = εΤ,puisque d’après la loi de Kirchhoff
αλΤ = ελΤ.
L’émittance du corps gris à la température T est donnée par :

MΤ = εΤ MoΤ = εΤ σT4 (10.9)

V Echanges radiatifs entre corps gris et Lambertiens


Considérons une surface élémentaire dA1 de luminance L1 rayonnant sous l’angle θ1 vers une
surface élémentaire dA2 située à une Distance r et inclinée sous l’angle θ2 par rapport à la
direction du flux incident (figure 10.5).

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 101
Figure 10.5 : Deux surfaces élémentaires dA1 et dA2 en regard

La surface « 1 » voit la surface « 2 » sous un angle solide :

dΩ1 = cosθ2dA2 /r2 (10.10)

Elle rayonne un flux élémentaire vers la surface « 2 »,

d2φ12 = L1dA1cosθ1 dΩ1 = L1cosθ1cosθ2dA1dA2/r2 (10.11)

1- Notion de facteur de forme


Dans le cas de deux surfaces de grande dimension le flux total φ12 issu de A1 et arrivant sur A2
s’obtient par double intégration sur les surfaces:

cos θ1 cos θ 2 dA 1 dA 2
φ12 = ∫ ∫L
A1 A 2
1
r2
(10.12)

Pour un corps gris Lambertien (luminance L1 = M1 /π) le flux φ12 s’exprime au moyen de
facteur de forme F12 des surfaces en regard.

φ12 = M 1 A 1 F12 (10.13)

Avec :

1 cos θ1 cos θ 2 dA 1 dA 2
F12 =
A1 ∫ ∫L
A1 A 2
1
πr 2
(10.14)

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 102
Il se déduit la relation de réciprocité pour chaque couple (i, j) de surfaces noirs et isothermes
en interaction:

A i Fij = A j Fji (10.15)

Dans le cas d’une enceinte fermée, le flux φi émis par une des surfaces est totalement absorbé
(φi = Σjφij) conduisant à la relation d’additivité des facteurs de forme :

ΣjFij =1 (10.16)

Remarque:
Les termes Fii peuvent ne pas être nuls dans le cas de surfaces courbes ou concaves qui
émettent vers elles mêmes une fraction du rayonnement propre.

De façon générale, pour des surfaces isothermes, grises et Lambertiennes le flux φij peut
s’écrire sous la forme générale:

φ ij = M i A i Fji (10.17)

2- Notion de radioité
Pour établir le bilan radiatif dans une enceinte hors d’équilibre thermodynamique, on définit
souvent la radiosité Ji d’une surface grise et Lambertienne « i » comme une émittance globale
qui est la somme de l’émittance propre de la surface et l’émittance associée à la réflexion des
flux en provenance du milieu.

φ ji J j A j Fji
J i = ε i M o i + ri ∑ = ε i M o i + ri ∑ (10.18)
j Ai j Ai

Avec ri : facteur de réflexion ou réflexivité de la surface i.

Une autre expression de la radiosité Ji en considérant la relation de réciprocité et le fait que ri


= 1- εi (valable pour une surface grise et Lambertienne) donne:

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 103
J i = ε i M o i + (1 − ε i )∑ J j Fij (10.19)
j

Le flux net φi au niveau de la surface « i » s’exprime alors sous la forme:

φi   εi
Ai
= Ji − ∑J F j ij = ε i  M oi − ∑J Fj ij
 =
 1 − εi
(M oi − J i ) (10.20)
j  j 

Remarque:
A l’équilibre thermique le flux net est nul sur une surface « i ».

3- Analogie électrique

Tout comme pour les modes de transfert par conduction et convection, il existe une analogie
électrique pour les flux issus du rayonnement thermique.

Le flux net φinet perdu par une surface « i » est :

φ inet =
Aiεi
1 − εi
(
σTi4 − J i =
1 − εi
) (
σTi4 − J i ) (10.21)

Aiεi

D’où l’analogie :

Le flux net total ϕnet,i->j échangé par une surface « i » et j autres surfaces peut s’écrire:

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 104
(J − Jj)
ϕ net i → j = (J i − J j ) S i f ij =
i
(10.22)
1
S i f ij

Analogie électrique

Si deux surfaces en regard sont seules en présences, on a les égalités suivantes:

ϕ1net = ϕ1net 1 → 2 = −ϕ2 net




 σT14 − J 1 J − J2 J − σT24
ϕ1net = = 1 = 2
 1 − ε1 1 1 − ε2
 (10.23)
 ε 1S1 S1 f 12 ε 2S2
 T1 − T24
4
ϕ1net = −ϕ2 net = σ
 1 − ε1 1 1 − ε2
 + +
 ε 1S1 S1f 12 ε 2S2

D’où l’analogie :

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 105
Tableau 10.1 : Facteur de forme pour des configurations bidimensionnelles (source : J.
Lienhard IV & J. Lienhard V, A heat transfer textbook, 3rd Edition)

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 106
Tableau 10.2 : Facteur de forme pour des configurations tridimensionnelles (source : J.
Lienhard IV & J. Lienhard V, A heat transfer textbook, 3rd Edition)

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 107
Chapitre 11 : Les échangeurs de chaleur

I- Généralités
Un échangeur de chaleur permet un échange thermique entre deux fluides. Les échangeurs de
chaleur se trouvent dans une multitude d’applications industrielles et dans notre
environnement quotidien.

Figure 11.1 : Différentes sortes d’échangeurs généralement rencontrés

Le contact thermique se fait de deux manières :

a- Très souvent via des parois métalliques favorisant ainsi les échanges de chaleur :
fluides séparés (exemple de radiateur de chauffage) ;

b- Quelques fois par contact direct des deux fluides (exemple des tours de
refroidissement).

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 108
Radiateur Tour de
refroidissement

Figure 11.2 : radiateur de chauffage et tour de refroidissement

II- Les différents types d’échangeurs de chaleur


Suivant la configuration géométrique, plusieurs types d’échangeurs existent (voir figure
11.3):

Figure 11.3 : les principaux types d’échangeurs

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 109
i- Les échangeurs à tubes et calandres : ils sont de loin les plus utilisés ;

ii- Les échangeurs tubulaires coaxiaux : ils sont plus souvent utilisés dans l’industrie
frigorifiques ;

iii- Les échangeurs à courants croisés : exemple de radiateur d’automobile ;

iv- Les échangeurs à plaques : ils sont plus utilisés dans les industries agroalimentaires et
nucléaires.

III- Convention

1- Echangeur co-courant
Un échangeur est dit co-courant lorsque les deux fluides circulent dans le même sens.

2- Echangeur contre courant


Un échangeur est dit contre courant lorsque les deux fluides circulent en sens inverse.

T1e = température d’entrée du fluide 1


T2e = température d’entrée du fluide 2
T1s = température de sortie du fluide 1
T2s = température de sortie du fluide 2

Figure 11.4 : échangeurs co-courant et contre courant

1- Coefficient global d’échange


Le transfert thermique au niveau des échangeurs fait intervenir généralement :

 La conduction (au niveau des parois séparant les fluides) ;

 La convection (échange parois-fluides) ;

 Et très peu le rayonnement qui sera d’ailleurs négligé dans ce chapitre.

Pour introduire la notion de coefficient global d’échange, nous allons considérer des transferts
thermiques au travers de différents milieux constituant un échangeur de chaleur. La figure
11.5 montre une paroi plane séparant deux fluides :

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 110
• Le fluide chaud en rouge à la température Tc ;

• Le fluide froid en bleu à la température Tf.

Figure 11.5 : échange de chaleur entre un fluide chaud (en rouge) et un fluide froid (en bleu)
par le biais d’une paroi plane qui les sépare.

L’on peut observer que le fluide chaud (Tc) subit une première chute de température due à la
convection à la paroi par le biais de coefficient de convection hc. Vient ensuite une zone
inévitable d’encrassement (accumulation de particules, dépôt de tartre ou de micro organisme,
corrosion à la surface…). Aussi la température du fluide chaud diminue t-elle ensuite par
conduction (conductivité k) au niveau de la paroi d’échange d’épaisseur e et de surface
d’échange S. Au-delà et en direction du fluide froid (Tf), on observe une nouvelle zone
d’encrassement, puis un transfert convectif caractérisé par le coefficient de convection hf.

L’encrassement amène à considérer une résistance thermique supplémentaire dite


d’encrassement. Ainsi au niveau du fluide chaud on a la résistance d’encrassement rec et au
niveau du fluide froid on la résistance d’encrassement ref.

Les résistances d’encrassement varient beaucoup selon la nature des fluides comme le montre
le tableau 11.1.

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 111
Tableau 11.1 : quelques valeurs usuelles de résistance d’encrassement

En faisant les hypothèses suivantes (qui seront considérées dans tout ce qui suit) :

- La conduction est unidirectionnelle ;

- Le régime permanent est considéré ;

- La conductivité thermique k de la paroi d’échange est une constante ;

- Il n’y a pas de génération de chaleur à l’intérieur de la paroi d’échange ;

L’expression du flux échangé entre les deux fluides (figure 11.6) peut s’écrire (Cf chapitre
3) :

Tc − Tf
φ = (11.1)
1 r e r 1
+ ec + + ef +
h cS S kS S hfS

Figure 11.6 : schéma électrique du flux de chaleur échangé entre les deux fluides (2
résistances de convection, 2 résistances d’encrassement et une résistance de conduction à
travers la paroi d’échange).

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 112
Une autre expression du flux échangé entre les deux fluides peut s’écrire d’après la loi de
Newton de la façon suivante :

φ = US(Tc − Tf ) (11.2)

En considérant les deux expressions (11.1) et (11.2), on déduit que :

1 1 e 1
= + rec + + ref + (11.3)
U hc k hf

U (W/m2/K) est appelé le coefficient global d’échange.

Il est à remarquer que l’évaluation du coefficient global d’échange U est rapporté à la surface
d’échange S. Dans le cas d’une plaque plane, cette surface est la même de chaque côté de la
paroi.

Cependant dans le cas où la paroi est cylindrique, le coefficient global d’échange U doit être
rapporté à l’une des deux surfaces car les surfaces ne sont plus les mêmes de part et d’autre de
la paroi d’échange.

Exemple d’échangeur à tube coaxial (figure 11.7)

On considère donc l’échangeur à tube coaxial (figure 11.7), de longueur L, dans lequel on
suppose le fluide chaud (température Tc) circuler au centre (diamètre Dc , surface d’échange
Sc = π L Dc) et le fluide froid (température Tf) est supposé circulé dans l’espace annulaire
(diamètre Df , surface d’échange Sf = π L Df). la paroi d’échange entre les deux fluides a une
conductivité constante k.

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 113
Figure 11.7 : échangeur à tube coaxial

Le flux échangé entre les deux fluides dans ce cas s’écrit :

Tc − Tf
φ = (11.4)
1 r 1 D r 1
+ ec + ln f + ef +
h cS c Sc 2πkL Dc Sf h f Sf

Selon l’une ou l’autre surface d’échange choisie comme référence, le flux s’écrit des deux
façons suivantes :

Sc (Tc − Tf )
φ = U c S c (Tc − Tf ) = (11.5)
1 D D D 1 Df
+ rec + c ln f + ref f +
hc 2k Dc Dc h f Dc

Sf (Tc − Tf )
φ = U f S f (Tc − Tf ) = (11.6)
1 Df Df D D 1
+ rec + f ln f + ref +
h c Dc Dc 2k Dc hf

Remarque

Quels que soient Uc et Uf, on a la relation ci-après satisfaite :

U cSc = U f Sf (11.7)

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 114
Dans tous les cas le flux est indifféremment donné par :

φ = U c S c (Tc − Tf ) = U f Sf (Tc − Tf ) (11.8)

Tableau 11.2 : ordre de grandeur de coefficient d’échange global en fonction du type


d’échangeur

Type d’échangeur
U

2- Calcul de performances d’un échangeur

Pour le calcul de performances d’un échangeur les hypothèses simplificatrices suivantes sont
faites :

• Le régime permanent est considéré ;

• L’échangeur est adiabatique : pas d’échange avec le milieu extérieur ;

• Il n’y a pas de pertes de charge (pression) au cours de l’écoulement ;

• Les propriétés thermophysiques des fluides restent constantes dans les intervalles de
températures envisagées ;

• Les températures ne varient que dans la seule direction de l’écoulement (problème


monodimensionnel)

Les performances d’un échangeur ne sont pas les mêmes selon qu’il soit co-courant ou contre
courant.

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 115
1- Performances d’un échangeur co-courant
Dans la figure 11.8, on considère un élément de surface d’échange dS d’un échangeur co-
courant (les deux fluides circulent dans le même sens) pour lequel les paramètres suivants
sont supposés connus :

• Les débits des fluides chaud ( m


& c ) et froid ( m
& f);

• Les capacités thermiques des fluides chaud ( Cp c ) et froid ( Cp f ) ;

• Les températures d’entrée des fluides chaud (Tce) et froid (Tfe) ;

• Le coefficient d’échange global U.

Figure 11.8 : Evolution des températures des fluides chaud et froid (en haut) le long d’un
échangeur co-courant et surface d’échange élémentaire d’un échangeur co-courant (en bas)

Les performances de cet échangeur sont ces paramètres suivants inconnus et qui sont à
déterminer :

• les températures de sortie des fluides chaud (Tcs) et froid (Tfs) ;

• le flux de chaleur échangé φ ;

• l’éventuelle répartition des températures Tc (x) et Tf (x) le long de l’échangeur.

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 116
Compte tenu des hypothèses faites, on peut écrire pour les fluides chaud et froid
respectivement les relations suivantes:

dφ c = m
& c Cp c dTc (11.9)

dφ f = m
& f Cp f dTf (11.10)

De ce qui précède (section IV), l’on peut remarquer que les flux élémentaires dφc et dφf sont
égaux mais opposés en signe. Nous faisons ainsi la convention suivante :

dφ = dφc = - dφf >0 (11.11)

On obtient par conséquent le système d’équation suivant à résoudre :

dφ = −m& c Cp c dTc



dφ = m
& f Cp f dTf (11.12)
dφ = UdS(T − T )
 c f

Du système d’équation (11.12) on déduit les relations suivantes :

 dφ
dTc = − m & c Cp c

 (11.13)
dT = dφ
f
 m& f Cp f

 1 1   1 1 
dTc − dTf = d (Tc − Tf ) = −dφ +  = − UdS(Tc − Tf ) + 
m& c Cp c m
& f Cp f  m& c Cp c m
& f Cp f 
(11.14)

Il revient donc à résoudre l’équation suivante :

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 117
d(Tc − Tf )  1 1 
= − U + dS (11.15)
(Tc − Tf ) m& c Cp c m
& f Cp f 

En supposant que U, Cpc et Cpf restent constants le long de l’échangeur, puis en intégrant
cette équation suivant la longueur x de l’échangeur, il vient:

x
d (Tc − Tf )  T (x ) − Tf (x )   1 1 
∫ (T
x =0 c − Tf )
= ln  c
 (Tce − Tfe ) 
 = − U &
 m c Cp c
+
m
& f Cp f
S(x )

(11.16)

D’où le profil de température:

Tc (x ) − Tf (x )   1 1  
= exp − U + S(x ) (11.17)
(Tce − Tfe )  m& c Cp c m
& f Cp f  

L’expression (11.17) montre que l’écart de température entre les deux fluides est une
évolution exponentielle de la surface d’échange S(x). Notez également que quand S tend vers
∞, cet écart tend vers zéro.

Par ailleurs l’expression (11.16) est valable quelque soit la valeur de x et donc pour la valeur
particulière x = L avec Tc(L) = Tcs, Tf(L) = Tfs et S(L) = S (surface d’échange totale), on peut
écrire :

 T − Tfs   1 1 
ln  cs  = − US & + 
& f Cp f 
 (Tce − Tfe )  m c Cp c m
US
= − [(Tce − Tcs ) + (Tfe − Tfs )] (11.18)
φ
US
= [(Tcs − Tfs ) − (Tce − Tfe )]
φ

L’expression du flux total échangé entre les deux fluides en est ainsi déduite et s’écrit comme
suit :

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 118
φ = US
[(Tcs − Tfs ) − (Tce − Tfe )]
= US ⋅ ∆TLM (11.19)
 Tcs − Tfs 
ln  
 (Tce − Tfe ) 

∆TLM =
[(Tcs − Tfs ) − (Tce − Tfe )]
(11.20)
 T − Tfs 
ln  cs 
 (Tce − Tfe ) 

∆TLM est la Différence de Température Logarithmique Moyenne entre les deux fluides.

Remarque :

L’expression (11.19) du flux total échangé est relativement simple mais est malheureusement
dépendante des températures de sortie des fluides (Tcs et Tfs), qui généralement sont des
inconnues. Pour contourner ces inconnues, on est amené à considérer le système d’équations
suivant:

 [(Tcs − Tfs ) − (Tce − Tfe )]


φ = US  T − Tfs 
 ln  cs 
  (Tce − Tfe )
 (11.21)
φ = −m & c Cp c (Tcs − Tce )


& f Cp f (Tfs − Tfe )
φ = m

De ce système on obtient une nouvelle expression du flux échangé indépendamment des


températures de sortie des fluides :

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 119
(Tce − Tfe )    1 1  
φ = 1 − exp − US +  

1 1 m& c Cp c m
& f Cp f
+    
m c Cp c
& m f Cp f
& (11.22)
m
& c Cp c m& f Cp f (Tce − Tfe )    1 1  
= 1 − exp − US +   

m& c Cp c + m & f Cp f   m& c Cp c m
& f Cp f   

2- Performances d’un échangeur contre-courant


Nous allons procéder exactement de la même façon que l’échangeur co-courant pour évaluer
les performances d’un échangeur contre courant. La seule différence fondamentale ici reste le
sens de circulation des fluides. Ici les deux fluides circulent en sens inverse. L’entrée de l’un
des fluides étant à l’opposé de l’autre.

Figure 11.9 : Evolution des températures des fluides chaud et froid (en haut) le long d’un
échangeur contre courant et surface d’échange élémentaire d’un échangeur contre courant (en
bas)

En suivant les mêmes raisonnements et hypothèses qu’en co-courant, on peut écrire le


système d’équations suivant pour la détermination des performances de l’échangeur contre
courant:

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 120
dφ = −m
& c Cp c dTc

dφ = −m
& f Cp f dTf (11.23)
dφ = UdS(T − T )
 c f

De ce système et de façon analogue on obtient le profil de température suivant :

Tc (x ) − Tf (x )   1 1  
= exp − U − S(x ) (11.24)
(Tce − Tfs )   m c Cp c
& m f Cp f
&  

On déduit, de façon analogue, l’expression du flux total échangé entre les deux fluides:

φ = US
[(Tcs − Tfe ) − (Tce − Tfs )]
= US ∆TLM (11.25)
 Tcs − Tfe 
ln  
 (Tce − Tfs ) 

Avec ∆TLM la Différence de Température Logarithmique Moyenne entre les deux fluides
pour l’échangeur contre courant :

∆TLM =
[(Tcs − Tfe ) − (Tce − Tfs )]
(11.26)
 T − Tfe 
ln  cs 
 (Tce − Tfs )

Comme dans le cas du co-courant l’expression (11.25) est malheureusement fonction des
températures de sortie des deux fluides. Pour contourner ces températures, il revient à
considérer le système d’équations suivant :

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 121
 [(Tcs − Tfe ) − (Tce − Tfs )]
φ = US  T − Tfe 
 ln  cs 
  (Tce − Tfs ) 

 φ
Tcs = Tce − (11.27)
 m& c Cp c
 φ
Tfs = Tfe +
 m
& f Cp f

De ce système, on obtient l’expression du flux total échangé entre les deux fluides :

   1 1  
1 − exp − US −  

   m c Cp c
& m f Cp f
&  
φ = (Tce − Tfe ) (11.28)
1 1   1 1 
− exp − US −  

m
& c Cp c m
& f Cp f  m& c Cp c m & f Cp f 

L’échangeur contre-courant a ceci de particulier que les profils de température ne présentent


pas toujours la même allure suivant les valeurs relatives des produits m & c Cp c et m
& f Cp f ,
appelés débits de capacités thermiques notées respectivement Cc et Cf.

On obtient trois comportements différents comme le montre la figure 11.10:

Figure 11.10 : les trois différents comportements des allures des profils de température
suivant les débits de capacités thermiques

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 122
Remarque :

1- L’expression du flux de chaleur pour les 2 types d’échangeurs s’écrit de la même


manière:

φ = US ∆TLM (11.29)

2- Cependant les ∆TLM diffèrent selon le type d’échangeurs (voir (11.20) et (11.26)). On
peut, cependant écrire de façon générale, cette expression sous la forme suivante:

∆Ta − ∆Tb
∆TLM = (11.30)
∆Ta
ln
∆Tb

• Pour le co-courant :

∆Ta = Tce −T fe
 (11.31)
∆Tb = Tcs −T fs

• Pour le contre courant :

∆Ta = Tce −T fs
 (11.32)
∆Tb = Tcs −T fe

Figure 11.11 : profil de température des échangeurs co-courant (à gauche) et contre courant (à
droite)

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 123
3- A chaque fois que sera pourra être possible, on choisira un fonctionnement à contre
courant.

Ceci est illustré par l’exemple suivant :

Evaluer le ∆TLM pour les échangeurs co-courant et contre-courant dont les températures
d’entrée et sortie sont les suivantes:

Tce = 300°C, Tfe = 20°C, Tcs = 200°C, Tfs = 100°C.

a- Pour l’échangeur co-courant, on a :

∆TLM =
(300 − 20) − (200 − 100) = 174,8°C (11.33)
 (300 − 20 ) 
ln  
 (200 − 100 ) 

b- Pour l’échangeur contre courant, on a:

∆TLM =
(300 − 100) − (200 − 20) = 189,8°C (11.34)
 (300 − 100 ) 
ln  
 (200 − 20 ) 

On voit avec cet exemple que l’échangeur contre courant échange plus de chaleur que celui
co-courant.

3- Condenseur & évaporateur


Les condenseurs et les évaporateurs sont aussi des échangeurs de chaleur. Cependant ils n’ont
pas de distinction co-courant ou contre-courant, car dans les deux cas, l’un des fluides a la
même température à l’entrée comme à la sortie (voir figure 11.12).

• Pour le condenseur, Tce = Tcs = Tc, tandis que

• Pour l’évaporateur Tfs = Tfe = Tf

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 124
Figure 11.12 : Profils de température pour le condenseur (à gauche) et pour l’évaporateur (à
droite).

4- Méthodes de dimensionnement des échangeurs industriels

Il est évident que dans la réalité les échangeurs de commerce diffèrent, dans leur conception
et dans leur comportement des « cas d’écoles » abordés jusqu’ici au travers des échangeurs
co-courant et contre courant.

Il existe deux méthodes pour le dimensionnement de ces échangeurs dits « industriels »:

 La méthode ∆TLM (Différence de Température Logarithmique Moyenne)

 La méthode NUT (Nombre d’Unités de Transfert)

1- La méthode ∆TLM
On utilise ici l’expression de ∆ΤLM issue de l’étude de l’échangeur contre courant pour le
dimensionnement des échangeurs :

∆TLM =
[(Tcs − Tfe ) − (Tce − Tfs )]
(11.35)
 T − Tfe 
ln  cs 
 (Tce − Tfs )

Par conséquent, l’expression du flux échangé entre les fluides est alors corrigée par le biais
d’un facteur correctif F obtenu à partir des abaques:

φ = F US ∆TLM (11.36)

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 125
Quelques cas particuliers sont présentés dans les figures suivantes. De façon générale ce
facteur F, d’après deux grandeurs caractéristiques de l’échangeur :

m& t Cp t T − Ts
R = = e (11.37)
m
& T Cp T ts − te

ts − te
P = (11.38)
Te − t e

Où T fait référence au fluide chaud et t au fluide froid ; e et s représentent respectivement


l’entrée et la sortie de l’échangeur.

Figure 11.13 : Facteurs de correction à prendre en compte dans le cas d’une passe de calandre
– multiples de 2 passes de tubes

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 126
Figure 11.14 : Facteurs de correction à prendre en compte dans le cas de 2 passes de calandre
– multiples de 2 passes de tubes

Figure 11.15 : Facteurs de correction à prendre en compte dans le cas des courants croisés où
aucun fluide n’est mixé

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 127
Figure 11.16 : Facteurs de correction à prendre en compte dans le cas des courants croisés où
un seul fluide est mixé

2- La méthode NUT

La méthode du nombre d’unités de transfert NUT est plus structurée et repose sur les
définitions de flux thermique maximum et de l’efficacité.

a- Le flux thermique maximal transférable par un échangeur est atteint dans un échangeur
contre-courant infiniment long. Dans une telle configuration, l’un des fluides subit le
changement de température le plus élevé.

- Si on est dans le cas où Cc<Cf, cet écart de température est atteint par le fluide chaud
qui voit sa température évoluer de Tce vers Tfe. Le flux maximal transféré est donné
par :

& c Cp c (Tce − Tfe ) = C c (Tce − Tfe )


φ max = m (11.39)

- Si au contraire, on se trouve dans le cas où Cf<Cc, c’est le fluide froid qui subit le plus
grand écart de température de Tfe vers Tce conduisant à l’expression suivante du flux
maximal transféré :

& f Cp f (Tce − Tfe ) = C f (Tce − Tfe )


φ max = m (11.40)

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 128
Ainsi, de façon générique, le flux maximal s’exprime dans tous les cas par :

& min Cp min (Tce − Tfe ) = C min (Tce − Tfe )


φ max = m (11.41)

b- L’efficacité E est le rapport entre le flux transmis effectivement transféré et le flux


maximum transférable.

φ m& c Cp c (Tce − Tfe ) m& f Cp f (Tce − Tfe )


E = = = (11.42)
φ max & min Cp min (Tce − Tfe )
m & min Cp min (Tce − Tfe )
m

Selon les cas (Cc<Cf ou Cf<Cc), l’efficacité E prendra différentes formes présentées comme
suit :

Tableau 11.3 : différentes expressions de l’efficacité E selon les cas (Cc<Cf ou Cf<Cc)

Cette notion d’efficacité est particulièrement intéressante puisqu’elle permet d’accéder à la


puissance échangée en ne faisant intervenir que les températures d’entrée.

& min Cp min (Tce − Tfe ) = E C min (Tce − Tfe )


φ = Em (11.43)

c- Nombre d’unités de transfert NUT

Le Nombre d’Unités de Transferts (NUT) est le rapport entre le produit US (coefficient


d’échange global U et la surface d’échange S) et le débit de capacité thermique minimal Cmin.

US
NUT = (11.44)
C min

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 129
Ainsi l’efficacité E peut être exprimé en fonction du NUT et ceci selon le type d’échangeur
(co-courant ou contre courant).

Tableau 11.4 : Expressions de l’efficacité E en fonction du NUT suivant le type d’échangeurs

Avec, Cr = Cmin/Cmax = rapport de débits de capacités thermiques.

En annexe 1, les expressions de l’efficacité E sont données pour d’autres types d’échangeurs
ainsi que des courbes de E en fonction du NUT pour différentes valeurs de Cr.

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 130
Références bibliographiques

Fundamentals of Heat Transfer and Mass Transfer. 5 Ed. Incropera et Dewitt.- J. Wiley 2002

- Introduction to Heat Transfer. Ed. Incropera et Dewitt.- J. Wiley 1990

- Heat Transfer. J.P. Holman 7 Ed.- Mc Graw-Hill 1990

- Heat Transfer. A.F. Mills - R.D. Irwin 1990 (disquette fournie)

- Transport Phenomema. Bird, Stewart and Lighfoot Wiley 1960

- La transmission de la chaleur. A.B. De Vriendt Gaetan Morin

vol 1: La conduction Tome 1 et 2 (1990)

vol.2 Introduction au rayonnement thermique (1992)

- Heat Transfer-A Basic Approach. M.N. Ozisik Mc Graw-Hill

Sites Internet pertinents

http://www.processassociates.com/process/tools.htm

http://www.tak2000.com/data2.htm

http://www.princeton.edu/~oa/hypocold.html

http://www.tema.org

http://www.htri-net.com

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 131
Annexe 1

Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 132
Dr. Y. Azoumah, Cours sur les transferts thermiques, LESEE, UTER GEI, 2IE (2008). Page 133