Vous êtes sur la page 1sur 11

Chapitre I : Les turbomachines

I-1 Définition: Une turbomachine est une machine tournante qui réalise un transfert
d'énergie entre son arbre (rotor) et un fluide en mouvement. Ce transfert énergétique
peut se faire dans les deux sens:
-Du rotor au fluide (transfert d'une énergie mécanique sur l'arbre de la machine au
fluide en augmentant son énergie) c'est le cas des ventilateurs, pompes,
compresseurs..
- Du fluide vers le rotor ( par transfert de l'énergie du fluide vers le rotor) c'est le cas
des turbines.
I-2 Classification des turbomachines
La classification des turbomachines se fait selon plusieurs critères :
1-Selon la nature du fluide qui circule à l'intérieur de la machines: turbomachines à
fluides compressibles (turbines à gaz, turbines à vapeur ) et turbines à fluide
incompressible (pompes hydrauliques ou turbines hydrauliques).
2- selon le mode de fonctionnement de la machine: si la machine (rotor) transmet de
l'énergie au fluide elle est dite: machine motrice( pompes, compresseurs). si au
contraire le transfert énergétique se fait dans le sens inverse c'est-à-dire du fluide
(énergie hydraulique) au rotor de la machine (énergie mécanique) la machine est
réceptrice (cas des turbines).
3- Selon la trajectoire du fluide:
• Turbomachine radiale: le fluide traverse de façon perpendiculaire l'axe
du rotor de la machine (machines centrifuges et centripètes),
caractérisées par des débits limités et des taux de pressions importants .
• Turbomachine axiale : le fluide traverse de façon parallèle l'axe du
rotor de la machine, caractérisées par des débits importants et des taus
de pression limités.
• Turbomachine semi-axiale : le fluide traverse de façon radiale par
rapport à l'axe du rotor de la machine ( hélicoïdales).
I-3 Différents composants d'une turbomachine
Une turbomachine se compose essentiellement d'une partie fixe (stator) et d'une partie
mobile (rotor), une turbomachine peut comporter un ou plusieurs rotors, elle est dite
monocellulaire (1 rotor) ou multicellulaire (2 rotor ou plus).
Une turbine monocellulaire se compose de trois parties :
1- Le distributeur: le premier organe rencontré par le fluide, son rôle est de conduire
le fluide de la section d'entrée jusqu'à l'entrée du rotor en lui assurant un vitesse et une
direction convenable.
1- Le rotor : constitue l'élément le plus important d'une turbomachine, son rôle est
d'assurer le transfert d'énergie entre l'arbre de la machine et le fluide en mouvement
(pression, énergie cinétique,..). Les indices 1 et2 caractérisent respectivement l'entrée
et la sortie du rotor.
2- Le stator dit aussi diffuseur : son rôle est double:
1- Collecter le fluide à la sortie du rotor et l'amener à la section de sortie de la
machine à une vitesse convenable.
2- Modifier la forme d'énergie (énergie cinétique en pression ou inversement).
Les indices 2 et 3 caractérisent respectivement les sections d'entrée et de sortie du
stator.

Figure1: Principales composantes d'une turbomachine(1)

I-4 Domaines d'utilisation


Les turbomachines sont utilisées dans tous les domaines de l'industrie à savoir:
1- Dans le domaine de la production de l'énergie électrique: turbines éoliennes
pour l’énergie du vent, hydroliennes pour celle des courants marins ou de
l’écoulement des rivières, turbines Kaplan dans les usines marées, turbine
Francis et Pelton (eau issue de barrages ou de lacs d’altitude).
2- Dans le transport terrestre, on trouve les ventilateurs pour l’aération des
tunnels routiers et la climatisation des véhicules.
3- Dans l’aéronautique, les turbomachines sont présentes dans tous les systèmes de
propulsion : hélices et rotors, turbomoteurs pour les entraîner, turbosoufflantes et
turboréacteurs pour assurer la propulsion à réaction.
4- Dans l’aérospatial ce sont des turbopompes qui alimentent les moteurs
cryogéniques.
I-5 Pompes
dans les pompes, la densité du fluide est à la fois importante et constante. les
différences de pression sont généralement considérables et une construction lourde est
nécessaire. Du point de vue physique, la pompe transforme l'énergie mécanique de
son moteur d'entraînement en énergie hydraulique.
A-Classification des pompes
les pompes sont classées en deux catégories principales selon le mode de
fonctionnement:
A-1 Pompes volumétriques : Elles se caractérisent par des chambres qui se
communiquent de façon alternative à la conduite d'entrée et de sortie. Le liquide
remplit chaque chambre ou en est repousse. La partie mobile de la pompe est un
piston ou palette ou engrenage qui pousse le liquide aspiré, enfin les forces statique
agissent entre le mobile de la pompe et le liquide.
A-2 Turbo-pompes : Elles se caractérisent par un écoulement continu le long de son
trajet, la partie mobile de la pompe est une aube ou aile qui est contourné par le
liquide et les forces hydrodynamiques agissent entre l'aube et le fluide.
Une application de pompe typique est représentée schématiquement sur la figure 2. La
pompe est installée dans une canalisation pour fournir l'énergie nécessaire pour
aspirer le liquide d'un réservoir et évacuer un débit volumétrique constant à la sortie
de la canalisation. Au niveau de la pompe elle-même, le liquide entre dans la
connexion d'aspiration à la section a et quitte la connexion de refoulement à la station
b. L'équation de Bernoulli peut être écrite entre les sections a et b. Le seul frottement
est celui qui se produit dans la pompe elle-même et est pris en compte par le
rendement η.
Figure 2 : Système de pompage

B- Mise en équations
1-Débit volumique et vitesse de rotation:
𝑉
Le débit volumique est donné par la formule : 𝑄𝑣 = .
𝑡
La vitesse de rotation d'une pompe est le nombre de tours que fait une pompe par
unité de temps, donné par la formule: 𝑁 = 60𝜔/2Π, 𝜔 : est la vitesse angulaire
(rd/sec).
2- Différentes hauteurs d'une pompe
a-Hauteur manométrique: est la hauteur qui permet au fluide de surmonter les
pertes de charge, appliquée à l'entrée et la sortie de la pompe.
𝑃 𝑣2
𝐻𝑚 = 𝜌𝑔 + 𝑍 + 2𝑔

b-Hauteur d'installation:
𝐻𝑖𝑛𝑠𝑡 = 𝐻𝑚 − ℎ𝑐
2
𝑣𝑓,𝑠
avec : ℎ𝑐 = 𝐾. est les pertes de charge de la conduite, avec 𝑣𝑓,𝑠 est la vitesse du
2𝑔

fluide à la sortie de la conduite de refoulement .


c-Hauteur statique: donné par la formule:
2
𝑣𝑓,𝑠
𝐻𝑠𝑡𝑎𝑡 = 𝐻𝑖𝑛𝑠𝑡 − 2𝑔

3- Travail de la pompe
Le travail fourni par la pompe 𝑊𝑝 s'écrit:
𝑃 𝑣2
𝑊𝑝 = 𝐻𝑚 . 𝑔 = + 𝑍𝑔 +
𝜌 2

tel que : 𝐻𝑚 est la hauteur manométrique appliqué aux points a et b.


4-Puissance requise de la pompe
la puissance fournie à l'entraînement de la pompe à partir d'une source externe est
notée 𝑃𝐵 et est calculée à partir de 𝑊𝑝 :
𝑃𝐵 = 𝑄. 𝑊𝑝
Q: Débit massique.
la puissance fournie au fluide 𝑃𝑓 est :
𝑃𝑓 = 𝑄. Δ𝐻
Remarque: les équations données ci-dessus sont aussi applicables aux ventilateurs.
4-Rendement d'une pompe
Le redement totale d'une pompe est fonction des pertes de charges existantes:
a/- Perte de charge hydralulique: dues aus frottements, noté, 𝜂ℎ , donné par la
formule:
𝐻
𝜂ℎ = 𝐻𝑚𝑛
𝐻 : Hauteur théorique.
𝐻𝑚𝑛 : Hauteur manométrique de la pompe.
b/- Perte de charge volumétriques: causées par les fluites du fluide, noté, 𝜂𝑣 , donné
par la formule:
𝑄𝑣
𝜂𝑣 = 𝑄𝑣 +𝑄𝑓

Avec:
𝑄𝑣 : Débit utile de la pompe
𝑄𝑓 :Débit des fuites.
c/- Pertes mécaniques: dues aus frottemnt mécaniques engendrées par les
composants de la pompe.
𝑃𝑢 𝜌.𝑔.𝐻.𝑄𝑣
𝜂𝑚 = =
𝑃𝑎 𝑃𝑎
𝑃𝑢 : Puissance utile de la pompe.
𝑃𝑎 :Puissance de l'arbre absorbée par la pompe.
Le rendement global des pompes est donné par la formule:
𝜂𝑡 = 𝜂𝑚 . 𝜂𝑣 . 𝜂ℎ

5- Hauteur d'aspiration et problème de cavitation


Si la pression d'aspiration est légèrement supérieure à la pression de vapeur, certains
liquides peuvent se transformer en vapeur à l'intérieur de la pompe, un processus
appelé cavitation se produit , ce qui réduit considérablement la capacité de la pompe
et provoque une grave érosion.
Au contraire si la pression d'aspiration est inférieure à la pression de vapeur, il y aura
vaporisation dans la conduite d'aspiration et aucun liquide ne peut être aspiré dans la
pompe. Pour éviter la cavitation, la pression à l'entrée de la pompe doit dépasser la
pression de vapeur saturante d'une certaine valeur.
pour que la pompe fonctionne sans problème de cavitation, il faut que la hauteur
d'aspiration positive nette (NPSH) en anglais (Net Positif Section Head) donné
(calculé) soit supérieur au NPSH requis (donné par le constructeur).
On a le NPSH calculé:
𝑠𝑎𝑡
𝑁𝑃𝑆𝐻 = 𝑃𝑎𝑠𝑝 − 𝑃𝑣𝑎𝑝
𝑃𝑎𝑠𝑝 = 𝑃𝑎′ − 𝜌𝑔ℎ − ℎ𝑓𝑠
avec:
𝑃𝑎𝑠𝑝 : est la pression d'aspiration du fluide donné par:
𝑃𝑎′ :pression à la surface du réservoir
𝑠𝑎𝑡
𝑃𝑣𝑎𝑝 : pression de vapeur saturante.
ℎ𝑓𝑠 : frottement dans la conduite d'aspiration.
Remarque:
la valeur du 𝑁𝑃𝑆𝐻 est de 2 à 3 pour les petites pompes centrifuges et supérieur à 15
pour les grosses pompes. comme dans le cas de la figure 2 le 𝑁𝑃𝑆𝐻 doit être égale à
8.
D-Courbes caractéristiques:
Il existe plusieurs types de courbes caractéristiques:
1-Courbes caractéristiques H(Q): Correspond au couplage de la hauteur
manométrique Hm et le débit Q :
• Courbes caractéristiques stables: chaque valeur de H correspond une valeur de
Q.
• Courbes caractériques instables : chaque hauteur H peut avoir deux valeurs de
debit, Q1 et Q2.

2- Courbes caractéristiques P(Q): Ce sont les courbes puissances en fonction du débit


Q.
3- Courbes caractéristique η(Q): Représente le rendement de la pompe en fonction du
débit.
Figure 3 :Courbe caractéristique stable Figure 4: Courbe caractéristiques instable H(Q)
H(Q)

Figure 5: Courbe caractéristique P(Q) Figure 6: Courbe caractéristique η(Q)

1-6 ventilateurs
Les machines pour la compression et le déplacement des gaz sont convenablement
considérées du point de vue de la différence de pression produite dans l'équipement,
comme les ventilateurs et les compresseurs. Les grands ventilateurs sont
généralement centrifuges, fonctionnant selon le même principe que les pompes
centrifuges. Leurs pales de turbine peuvent être courbées vers l'avant.
ils sont montés à l'intérieur de boîtiers en tôle légère. Les clairances sont grandes et la
hauteur de refoulement basse.
L'énergie ajoutée est convertie en vitesse et presque aucune en hauteur de pression.
l'efficacité totale, où la puissance de sortie est fonction à la fois de la pression et de la
vitesse.
Comme le changement de densité dans un ventilateur est faible, les équations pour les
pompes centrifuges pour fluide incompressible sont adéquates pour les ventilateurs.
1-7-Compresseurs
Les compresseurs sont des appareils destinés à réaliser un augmentation de la pression
d'un fluide à l'état gazeux ( gaz pur, mélange gazeux, vapeur surchauffée, saturé).
L'équation fondamentale est :
𝑃. 𝑉𝑚 = 𝑅𝑇
𝑉𝑚 : est le volume molaire.
Les compresseurs sont de deux types:
A-1-Compresseurs volumétriques :procède à température constante, dons
l'élévation de pression résulte d'une compression. Les compresseurs volumétriques
sont de deux types: à piston et rotatif.
A-2-Turbo-compresseurs : l'élévation de la pression résulte d'une action sur la
vitesse du fluide (action des roues à aubes), qui transformé en énergie cinétique du
fluide à comprimer est transformé en pression. Les turbocompresseurs sont de trois
types selon l'écoulement du fluide: axiale, centrifuge, mixte.
B -Mise en équations
Le travail d'un compresseur correspond à la somme du travail d'aspiration et de
compression et de refoulement:

B-1- Cas d'une compression isotherme


𝑃. 𝑉𝑚 = 𝑅𝑇 = 𝐶𝑠𝑡𝑒.
Le travail total isothermique est:
𝑃
𝑊𝑖𝑠𝑜 = 𝑃1 𝑉1 𝑙𝑛 𝑃2 = 𝑃1 𝑉1 𝑙𝑛𝜀
1

𝑃2
𝜀 = 𝑃 : est le taux de compression .
1

B-2- Cas d'une compression adiabatique


𝑃. 𝑉 𝛾 = 𝐶𝑠𝑡𝑒.
Le travail total adiabatique est:
𝛾−1
𝛾 𝑃 ( 𝛾 )
𝑊𝑎𝑑 = [𝑃 𝑉 ( 2 − 1)]
𝛾−1 1 1 𝑃 1

B-3- Cas d'une compression polytropique


𝑃. 𝑉 𝑛 = 𝐶𝑠𝑡𝑒.
n: est l'exposant polytropique, pour l'air 1 < 𝑛 < 1.4, pour le méthane1.15 < 𝑛 < 1.2
𝑛−1
𝑛 𝑃2 ( 𝑛 )
𝑊𝑝𝑜𝑙 = [𝑃1 𝑉1 ( ) − 1]
𝑛−1 𝑃1

B-4- Rendement volumétrique d'un compresseur


En pratique, on détermine le rendement volumétrique 𝜂𝑣 à l'aide de la formule
suivante:
𝜂𝑣 = 𝜆0 . 𝜆 𝑇 . 𝜆𝑖
avec:

𝜆0 : tient compte de l'espace mort sur le volume aspiré tel que:


0𝑉
𝜀0 : volume relatif de l'espace mort : 𝜀0 = 𝑉 −𝑉
1 0

𝑃2
𝜀 = 𝑃 est le taux de compression .
1

𝜆 𝑇 : prend en compte l'augmentation de la température du gaz aspiré.


𝜆𝑖 : prend en compte les pertes du gaz, coefficients de fuite.
B-5- Puissance indiquée et puissance consommée d'un compresseur
Un diagramme PV peut être relevé sur un compresseur en marche au moyen de
l'indicateur de pression, on l'appelle alors diagramme indiqué du compresseur qui est
toujours supérieur à la puissance théorique.
𝑃𝑖𝑛𝑑 = 𝑊𝑖𝑛𝑑 𝑁 = 𝑊𝑖𝑛𝑑 . 𝑄𝑚
𝑊𝑖𝑛𝑑 :le travail indiqué en Kjoules
𝑁 : le nombre de tours par seconde.
𝑄𝑚 : débit massique.
B-6- Rendement indiqué
Le rapport des puissance indiqué et théorique est le rendement du compresseur.
Pour un compresseur à compression isotherme , le rendement est donné par:
𝑃𝑖𝑠
𝜂𝑖𝑛𝑑,𝑖𝑠𝑜 = 𝑃𝑖𝑛𝑑

où: 𝑃𝑖𝑠 : est la puissance théorique de compression isotherme.


B-7-Rendement mécanique:
La puissance indiqué ne tient pas compte des pertes mécaniques qui sont dues aux
frottements, en désignant par P la puissance réellement absorbée (consommée) par le
compresseur, on obtient l'expression du rendement mécanique par:
𝑃𝑖𝑛𝑑
𝜂𝑚𝑒𝑐 = 𝑃

𝜂𝑡𝑜𝑡,𝑖𝑠𝑜 = 𝜂𝑖𝑛𝑑,𝑖𝑠𝑜 𝜂𝑚𝑒𝑐


1-8 Turbines
Dans les turbines le fluide cède de l'énergie qui sera récupéré sur l'arbre de la turbine
sous forme d'énergie mécanique. On classe les turbines en deux catégories: les
turbines à action et turbine à réaction.
A- Turbine à action: Toute l'énergie cinétique du fluide est disponible dans un ou
plusieurs jets et le passage est tangentiel.
B- Turbine à réaction: l'énergie transmise du fluide est sous forme d'énergie
cinétique et d'énergie de pression cette dernière requiert une grande surface de contact
entre le fluide et la roue . C'est pourqui le rotor et les aubes sont noyés dans le fuide.
C- Mise en équations
C-1 Hauteur nette d'une turbine
On appelle hauteur nette d'une turbine (Hn) comme la contribution de toutes les
hauteurs existants dans une installation:
𝐻𝑛 = 𝐻𝐺 − 𝐻𝑃 − 𝐻𝑟
tel que:
𝐻𝐺 : Hauteur génératrice.
𝐻𝑃 : Hauteur de perte régulière et singulière.
𝐻𝑟 : Hauteur résiduelle à la sortie de la turbine.
C-2 Hauteur interne
On définit la hauteur interne comme l'énergie réelle transféré au rotor par:
𝐻𝑖 = 𝐻𝑛 − ∆𝐻𝑖
tel que:
∆𝐻𝑖 : Pertes de charge interne .
Fifure 7:Différents hauteurs dans le Figure 8: Différents transfert d'énergie dans
calcul d'une turbine une turbine

Vous aimerez peut-être aussi