Vous êtes sur la page 1sur 14

1.

Chronogramme des activités

Le chronogramme est un des outils incontournables du montage de projet.


Il s’agit de définir sur quelles périodes vous allez réaliser les différentes étapes de votre
projet.
Nous allons définir le temps que le projet prendra, en prévoyant les durées de chaque tache au
préalable.
Pour effectuer ce chronogramme, nous avons fait recourir au diagramme de GANTT qui nous
a permis de le faire.
Ici nous allons acheter et installer les unités de production et après nous procèderons a la
vérification qui précèdera le lancement du projet.

Microsoft Project
Microsoft Project est un logiciel de la suite Microsoft Office. Il s’agit d’un logiciel de gestion
de projet et plus précisément de gestion de planning de projet. Il permet de faire le suivi
également au cours des différentes phases d’un projet.

Diagramme de Gantt (MS PROJECT 2016)


Il s’agit des prévisions purement et simplement théoriques.
Faisabilité technique du projet

La caractérisation chimique et minéralogique du minerai de Tumbwe a révélé que :

 Nous avons à faire à un minerai oxyde contenant le cuivre et le cobalt a des teneurs
permettant une exploitation métallurgique par des techniques classiques ;
 Les principales phases minéralogiques présentes dans ledit minerai sont : la malachite,
l’hétérogénéité, la ténorite, les oxydes de fer et d’aluminium, en plus de la silice
comme principal élément de la gangue.

Se faisant, le traitement métallurgique par voie humide en vue de la valorisation du cuivre et


du cobalt contenus dans le minerai cuprocobaltifère de Tumbwe comprendra les étapes
suivantes :

A. Circuit de production du cuivre


1. Adaptation granulométrique

Effectuée en amont des opérations métallurgiques proprement dits, l’adaptation


granulométrique aura pour but de réduire la granulométrie de particules minérales afin de leur
conférer une surface spécifique compatible avec la suite des opérations.

C’est ainsi que, pour des fins d’adaptation granulométrique, quelques équipements de
préparation de matières seront utilisés. Il s’agit :

 Des équipements de concassage ;


 Des équipements de broyage humide ;
 Des équipements de classement dimensionnel directe (cribles, trommels…) et
indirecte (Cyclones) ;
 Des éléments connexes tels que les pompes, bandes transporteuses, trémies
d’alimentation du concasseur et les conduites.

A ce stade du procédé, nous aurons comme consommables :

 Des corps broyants pour l’opération de broyage humide ;


 L’eau de pulpage pour la même opération.
2. Lixiviation et séparation solide – liquide

Visant à mettre en solution de manière sélective les éléments utiles contenus dans le minerai,
la lixiviation fait office de début des opérations métallurgiques dans le procédé de valorisation
par voie humide du minerai de Tumbwe. Pour des fins multiples tels que la sélectivité et le
cout, nous avons opté pour une lixiviation a l’acide sulfurique en présence du métabisulfite de
sodium comme réducteurs selon les réactions chimiques qui suivent.

Conduites dans les conditions thermodynamiques conformes au diagramme de Pourbaix M.


(1963), la lixiviation se déroule selon les réactions chimiques suivantes :

CuCO3.Cu(OH)2(s) + H2SO4(l) = CuSO4(l) + CO2((g) + H2O(l)

CuO(s) + H2SO4(l) = CuSO4(l) + H2O(l)

CuSiO3 · nH2O(s) + H2SO4(l) = CuSO4(l) + SiO2(s) + (n+1)H2O(l)

Co2O3(s) + SO2(g) + H2SO4(l) = 2CoSO4(l) + H2O(l)

A ce stade, l’opération requiert les équipements ci-après :

 Des tanks agités mécaniquement ;


 Des pompes
 Et des conduites d’acheminement des pulpes.

De ce qui précède, il y va de soi que les consommables lors de cette opération sont :

 L’acide sulfurique ;
 Et le métabisulfite de sodium ;

L’opération de décantation effectuée sur la décharge de la lixiviation, nécessitera des


équipements de séparation solide- liquide (Décanteurs, clarificateurs) et de quelques
consommables tels que le floculant, le coagulant et l’eau de lavage.

3. Extraction par solvant du cuivre

La production du cuivre de pureté aussi élevée, est fonction de certains préalables, parmi
lesquels nous pouvons citer la méthode de purification en amont de la déposition cathodique
du cuivre.

C’est ainsi que pour des impératifs d’ordre techniques, notre choix a été porte sur la
purification par extraction liquide – liquide, aussi appelée extraction par solvant. Cela est
rendu possible par la disponibilité de certains extracteurs à base de fonctions organiques
(Aldéhydes, cétones) pouvant extraire le cuivre contenu dans une solution de manière
sélective et par la suite le remettre dans une nouvelle solution aqueuse.

Dans cette section qui requiert des mélangeurs et décanteurs pour la séparation liquide –
liquide, les principales réactions chimiques attendues sont :

CuSO4(aq) + 2RH(org) = R2Cu(org) + 2H+(aq)

R2Cu(org) + 2H+(aq) = CuSO4(aq) + 2RH(org

4. Electrolyse pour cuivre

L’ultime opération en vue de la déposition du cuivre cathodique, l’électrolyse du cuivre est


thermodynamiquement et cinétiquement possible sous certaines conditions de pH (acide) et de
potentiel redox (2 Volts) conformément au diagramme de Pourbaix (1963). L’opération se
passe selon la réaction globale ci-dessous :

CuSO4(l) + H2O(l) = Cu0 + 1/2O2(g) + H2SO4(l)

La déposition électrolytique du cuivre nécessite des bacs, anodes en Pb, cathodes en acier
inoxydable, un dispositif d’alimentation du courant électrique et des pompes.

5. Circuit de production du cobalt

Pour des raisons d’ordres techniques et économiques, le circuit de purification par solvant
sera alimenté par le raffinat a faible teneur, qui est la solution aqueuse après la première
opération d’extraction du cuivre à faible teneur.

Ladite solution contient hormis le cobalt solubilisé, les impuretés tels que le fer et
l’aluminium qui devront être éliminés avant la déposition cathodique du cobalt.

Cette purification est réalisable par précipitation chimique sélective pour l’élimination du fer
et de l’aluminium à un pH voisin de 3.5 et une extraction par solvant à l’aide du CYANEX
272, un composé organique ayant un pouvoir d’extraction du cobalt élevé.

Le pouvoir extractant du CYANEX 272 vis-à-vis de l’ion Co2+ illustre sur la figure a.
100

80
% Extraction

60

40

20

0
0 1 2 3 4 5 6 7 8
pH
Ni Mn Co Zn

Ci-dessous, sont donnes les réactifs nécessaires pour la réalisation de cette opération. Il
s’agit :

 Dun agent précipitant du fer et de l’aluminium, en occurrence la chaux ;


 Du CYANEX 272 ;
 Du diluant de marque SS 210 ;
 De la soude caustique pour la saponification de l’extracteur ;
 De l’oxygène pour une éventuelle oxydation du fer et une élimination du manganèse.

Les principales réactions attendues lors de cette opération sont :

CaO(s)+ H20(l) = Ca(OH)2(s)

Ca(OH)2(s) = Ca2+ + 2OH-

Fe3+ + 3OH - = Fe(OH)3(s)

Al3+ + 3OH- = Al(OH)3(s)

2MnSO4(aq) + O2(g) + 2H2O(l) = 2MnO2(s) + 2H2SO4(aq)

CuSO4(aq) + 2RH(org) = R2Cu(org) + 2H+(aq)

R2Cu(org) + 2H+(aq) = CuSO4(aq) + 2RH(org


Les équipements à prévoir pour cette opération (purification) sont :

 Des réacteurs agités mécaniquement ;


 Des équipements de séparation solide-liquide ;
 Des soufflantes pour l’injection d’air ;
 Des mixeurs et décanteurs de séparation liquide – liquide ;
 Des pompes et des conduites.

L’ultime étape en vue de la production du cobalt de pureté élevée est l’électrolyse sur la
solution issue de l’extraction par solvant. Cette réaction électrochimique est rendue possible
en imposant au système électrochimique certaines conditions de potentiel redox (4 volts), de
pH (4-5) et de température (70 ˚C), et le processus est régi par la réaction globale ci-dessous :

CoSO4 + H2O = Co + 1/2O2 + H2SO4

Le traitement par voie humide du minerai de Tumbwe en vue de la production du cuivre et du


cobalt métalliques est repris sur les flow Sheets des figures x et y .
3. Faisabilité économique et financière

Dans cette partie, nous donnons les rubriques sur lesquelles se basera notre l’estimation de la
rentabilité de notre projet.
Ces grandes rubriques :
- Le cout d’investissement ;
- Le cout de production ;
- Et Le cout de notre expertise.
Signalons que nous faisons abstention du cout lié a l’acquisition et au permis d’exploitation
de la mine car nous considérons ici que l’entreprise possède déjà la mine et la permission de
son exploitation.
1. Le coût d’investissement

Ce cout représente la majeure partie de du montant initial que l’entreprise devra mettre en
œuvre comme investissement avant la production proprement dite.
Il regroupe les rubriques suivantes :

a. Le coût lié à l’achat des matériels


Ce cout regroupe tous les équipements que l’usine doit posséder allant de la mine jusqu’à
l’obtention de nos produits finaux à vendre (Le cuivre et le cobalt cathodiques).

1. A la mine
Pour la mine, l’entreprise doit acheter ce qui suit :

 Les explosifs pour le minage ;


 Les engins pour le déplacement du minerai vers l’usine.

2. Pour la réduction granulométrique


Pour réduire la granulométrie selon les spécifications du procédé, l’entreprise devra acheter :

 Les concasseurs ;
 Des bandes transporteuses ;
 Broyeur ;
 Des classificateurs (un cyclone et un crible vibrant) ;
 Un épaississeur.

3. A la lixiviation
La solubilisation du cuivre et du cobalt se fera dans les équipements suivant que l’entreprise
devra acheter :
 Des tanks agités mécaniquement ;
 Des décanteurs pour la séparation solide/Liquide.

4. A l’extraction par solvant (Cuivre)


A acheter :
 Des décanteurs mixeurs ;
 La première alimentation en phase organique qui fait partie du
CAPEX (ACORGA OPT 5540) ;
 Tanks pour le retraitement de la phase organique.
5. A l’électrolyse Cuivre
A acheter :
 Bacs électrolytiques ;
 Cathodes mères en acier inoxydable ;
 Un redresseur de courant électrique ;
 Des stripeurs : des petites machines qui faciliteront l’extraction des
cathodes chargées de cellules d’électrolyse ;
 La matière qui réduit les émanations gazeuses (billes en polypropylène
ou le Mersolate) ;
 Des petites grues pour le transport interne des cathodes.

6. A la précipitation du Fer- Aluminium – Manganèse (FAM dans le circuit Cobalt)


A acheter :
 Des tanks ;
 Des décanteurs ;
 Des souffleurs pour l’apport d’oxygène pour l’oxydation de la chaux ;
 Des échangeurs de chaleur.

7. A l’extraction par solvant Cobalt


A acheter :
 Des décanteurs – mixeurs ;
 La première phase organique qui fait partie du CAPEX (CYANEX) ;
 Des tanks pour l’usine de saponification de la phase organique.

8. A l’électrolyse Cobalt
A acheter :
 Les cellules électrolytiques ;
 Des cathodes mères en Nickel ;
 Un redresseur de courant électrique ;
 Des stripeurs ;
 La matière qui réduit les émanations gazeuses (billes en polypropylène
ou le Mersolate) ;
 Des petites grues pour le transport interne de la cathode.

9. A la neutralisation
A acheter :
 Tanks de neutralisations ;
 Décanteurs ;
 Construction d’un bassin de stockage des déchets ;
 Bassins de stockage d’eau.
N.B : Les pompes et les conduites sont aussi achetées dans cette rubrique car elles servent à
plusieurs endroits pour les unes et a tous les niveaux de l’entreprise pour permettre le
transport de la matière d’un endroit a un autre pour les autres.

b. Le coût lié au transport du matériel


Cette rubrique prend en compte la somme qui devra être allouée au transport des tous les
équipements payés dans la première rubrique de l’acheteur jusque sur site où l’entreprise sera
implantée. Un contrat devra être signe entre l’entreprise de transport pour nous permettre
d’être rembourse totalement lorsque les connaissent des problèmes dans le trajet de l’acheteur
jusque sur site.
c. Le coût lié à l’achat des fournitures des bureaux
Pour permettre un bon climat et optimiser la production, les travailleurs devront être mis dans
des bonnes conditions. D’où dans cette rubrique nous achèterons :
 Des tables ;
 Des chaises ;
 Des ordinateurs pour garantir un climat de recherche au sein de
l’entreprise.

d. Le coût lié à l’implantation des laboratoires


Pour surveiller les paramètres opératoires de manière régulière l’entreprise devra posséder ses
propres laboratoires.
A implanter :
 Laboratoire d’analyse chimique ;
 Laboratoire d’analyse granulo-chimique ;
 Equipements de protection individuelle au laboratoire ;
 Usine pilote de réduction granulométrique ;
 Usine pilote de la lixiviation ;
 Usine pilote d’extraction par solvant et électrolyse cuivre ;
 Usine pilote FAM ;
 Usine pilote pour l’extraction par solvant et électrolyse cobalt ;
 Usine pilote de la neutralisation.

e. Le coût lie aux travaux de génie civil


Un contrat sera signé entre l’entreprise de construction et nous pour l’implantation de
l’entreprise sur le site et cela selon les spécifications de notre procédé. Cette construction ne
devra pas excéder une année. Ce choix de l’entreprise de construction étant très important, il
sera fait par les personnes qualifiées et se basera sur la compétence.
f. Le coût lié a la mise en place d’un magasin
L’entreprise prévoit la mise en place d’un magasin pour permettre le remplacement rapide des
pièces défectueuses et assurer la continuité rapide des opérations. Ce magasin doit contenir :
 Un stock des explosifs de minage ;
 Un stock des équipements mécaniques changeables (moteurs, pneus,
etc…) ;
 Un stock des fournitures des bureaux ;
 Un stock des équipements de laboratoires.

g. Le coût lié a l’achat des différents logiciels et capteurs de contrôle des


paramètres

h. Le fond de roulement
2. Le coût de production (coût opératoire)
Ce cout est lié aux intrants de notre procédé jusqu’à a l’obtention des produits finaux. Cette
rubrique regroupe également le cout des différents réactifs. Nous avons :

a. Le coût lié à la main d’œuvre


Il s’agit des agents qui viennent apporter leur technicité, et leur savoir-faire a l’entreprise.
Cette rubrique comprend :
 Le salaire mensuel des premiers mois avant que l’entreprise ne
devienne totalement autonome ;
 Leur transport jusqu’au lieu de travail ;
 Leurs équipements de protection individuelle (EPI) ;
 Leur nourriture à la pause ;

b. Le coût lié à l’achat des consommables


Pour faire fonctionner l’usine différents réactifs seront payés et sont à comptabiliser dans le
coût opératoire car au bon fonctionnement des opérations.
A acheter :

 Des corps broyants


 De l’acide sulfurique pour la lixiviation avant implantation d’une usine
acide lorsque l’entreprise sera totalement autogène ;
 La phase organique (ACORGA OPT 5540, le CYANEX et le shelsol)
qui sera ajoutée en appoint ;
 Le métabisulfite de sodium pour la solubilisation du cobalt ;
 La chaux pour la précipitation du fer, de l’aluminium et du manganèse ;
 Les floculants ;
 L’argile activée pour réactiver l’ACORGA OPT 5540 ;
 Les matières organiques pour lisser les cathodes (Le guard) ;
 La matière qui réduit les émanations gazeuses (billes en polypropylène
ou le Mersolate) ;
 L’hydroxyde de sodium (Na OH) pour réactiver le CYANEX ;

c. Le coût lié a l’achat des réactifs du laboratoire et des usines pilotes


Le laboratoire a été équipé en matériel dans la première rubrique consacrée au cout
d’investissement, d’où dans cette rubrique nous allons l’équiper en réactifs.
Etant donné que la plupart des réactifs ont déjà été achetés, d’où ici nous ajouterons
seulement ce qui suit :
 La solution synthétique du sulfate de cuivre hydraté ;
 La solution synthétique du sulfate de cuivre hydraté.

d. Le coût supplémentaire
Ce cout renferme :
 L’achat de l’eau a la regideso ;
 L’achat de l’électricité a la SNEL.

e. Le coût lié à la mise en place d’un magasin


L’entreprise se doit d’avoir un premier stock de tout ce qu’elle possède pour assurer un
remplacement rapide ou un appoint rapide. Ce magasin doit contenir :
 Un stock des équipements de protection individuelle ;
 Un stock de tous les réactifs dans le respect des règles
environnementales.

f. Le cout de la maintenance et rénovation


g.

Vous aimerez peut-être aussi