Vous êtes sur la page 1sur 15

Chapitre 2

Matériaux du Béton Précontraint: Béton et


armatures de précontrainte

Module Béton Précontraint - 3AGC


Karim Miled, ENIT 2010-2011
Plan du chapitre

I. Béton
I.1. Résistances mécaniques
I.2. Déformations Instantanées
I.3. Déformations Différées
I.3.1. Retrait
I.3.2. Fluage
II. Armatures de précontrainte
II.1. Caractéristiques géométriques
II.2. Caractéristiques mécaniques

2
I. Béton
• Mélange en proportions convenables de:
– Ciment Portland Artificiel: CEMI 42,5 ou 42,5R ou CEMI 52,5
ou 52,5R, Ciment HRS 42,5 ou 52,5.
– Eau => Résistance en compression augmente quand (E/C)
diminue.
– Granulats (sable et gravier) => choisir un squelette granulaire
compact et des granulats de bonne qualité
– Adjuvants:
- malaxage facile et bonne ouvrabilité: plastifiants et super-
plastifiants
- temps de prise: retardateurs et accélérateurs de prise et de
durcissement.
– Ajouts: filler, fumée de silice, etc. => améliorer la compacité
de la pâte cimentaire et du squelette granulaire=> augmenter
la résistance du béton 3
I.1. Résistances mécaniques du Béton
I.1.1. Résistance à la compression
• Doit être déterminée expérimentalement sur des éprouvettes
cylindriques (16*32cm)
• Un béton est caractérisé par sa résistance caractéristique à 28
jours fc28 . D’après les règles B.P.E.L:
fc28 = Rc28 − 3,5 MPa si Rc28 < 30MPa
fc28 = Rc28 − 3 MPa si Rc28 ≥ 30MPa
Rc28: moyenne arithmétique d’au moins trois
résultats d’essais d’écrasement de cylindres
(16*32cm) à 28 jours
• Le béton précontraint doit avoir une
haute résistance, en général:
f c 28 ≥ 35 MPa en post tension
Essai de compression sur
4
cylindre 16 cm x 32 cm f c 28 ≥ 40 MPa en pré tension
Evolution de la résistance caractéristique à la compression
en fonction du temps d’un béton à base de ciment CPA et
non traité thermiquement

Selon les règles BAEL et BPEL :

Pour j < 28 jours:

et fc28 ≤ 60 MPa

Pour j ≥ 28 jours: fcj= fc28

j : âge du béton en jour

5
I.1.2. Résistance à la Traction du béton
• Déterminée expérimentalement par l’essai brésilien
(essai de fendage):
2P
ft =
πLD
P: l’effort de compression appliqué par le
vérin de la presse
D: diamètre du cylindre (16cm)
L: Hauteur du cylindre (32cm)

• A défaut de valeur expérimentale, la résistance


caractéristique à la traction à l’âge j (en jour) du béton
peut être déterminée en fonction de fcj par la formule
empirique suivante commune aux règles BAEL et BPEL:
ftj = 0.6 + 0.06fcj (MPa) pour fcj ≤ 60MPa
ftj = 2.4 + 0.03fcj (MPa) pour fcj > 60MPa 6
I.2. Déformations instantanées du béton
• Module instantané de déformation longitudinale
déterminé expérimentalement par l’essai de module:

∆σ
Ei =
∆ε
• A défaut de valeur expérimentale, le module instantané du
béton à l’âge j (en jour) peut être déterminé en fonction de fcj
par la formule empirique suivante commune aux règles BAEL
et BPEL:
3
E = 11000 f (MPa) pour f ≤ 60 MPa
ij cj cj

(30GPa ≤ Ei28 ≤ 40GPa) 7


I.3. Déformations différées du béton
I.3.1. Retrait
• C’est un raccourcissement spontané et progressif du béton en l’absence de toute
contrainte. Ce phénomène est dû principalement à l’évaporation de l’excédent
d’eau de gâchage non combinée au ciment dans la réaction d’hydratation.
• Retrait empêché => fissuration du béton
• Règles BAEL et BPEL:
ε r (t ) = r (t ) ε r r(t): loi d’évolution du retrait
=> 0 < r(t) <= 1
t B εr: déformation finale du retrait
r (t ) = ; rm = ( cm ); t en jour rm: rayon moyen de la pièce =>
t + 9 rm u εr si rm
B: aire de la section droite de la pièce
1 As u: périmètre en contact avec le milieu
ε r = k sε 0 ; k s = ; ρs =
1 + 20 ρ s B ambiant
ρs: % d’armatures adhérentes
80 As: section d’armatures adhérentes
ε 0 = (100 − ρ h )( 6 + ) 10 − 6 ρh: hygrométrie ambiante en %
10 + 3 rm εr si ρh
• A défaut de données précises, on peut supposer que:
εr= 2 10-4 en climat humide
εr= 4 10-4 en climat chaud et sec 8
εr= 5 10-4 en climat très sec ou désertique (sud tunisien)
I.3.2. Fluage du béton
• C’est un raccourcissement progressif du béton sous contrainte constante
de compression (retrait déduit). Cette déformation différée se poursuit
pendant des décennies avec une vitesse décroissante, pour aboutir à une
lente stabilisation.

A: Éprouvette
• Formulation simplifiée du BAEL et BPEL: témoin de retrait

ε v = ε i + ε fl ; ε v : déformation finale du béton


σ0 Ei (t0 )
ε fl = Φε i = Φ => E fl =
Ei (t0 ) Φ
ε fl : déformation finale du fluage; E fl : module du fluage : date de confection
des éprouvettes
σ0
ε v = (1 + Φ) ε i = (1 + Φ)
Ei (t0 )
Ei (t0 )
Ev = ; Ev : module vrai
(1 + Φ)
Φ = 2 => Ev = 37003 f c 28 (MPa)
9
II. Armatures de précontrainte
II.1. Forme et caractéristiques géométriques
• Forme: Il existe 3 formes:
1- Fils: diamètre Φ ≤ 12,2 mm (exemples: f5, f7mm).
Deux types de fils existent: des ronds lisses utilisés uniquement en post-
tension et des ronds nervurés ou crantés utilisés généralement en pré-
tension.
2- Barres: Φ ≥ 12,5 mm (exemples: Φ26, Φ32); Longueur ≤ 12m. Les
barres peuvent être lisses en partie courante et filetées à leurs
extrémités ou filetées sur toute leur longueur ou encore nervurées au
laminage. Les barres sont utilisées généralement en post-tension.
3- Torons: un ensemble de fils de même diamètre enroulés
en hélice autour d’un fil central (l’âme du toron) selon
des sens inversés d’une couche à l’autre pour éviter que
Toron T9
le toron se déroule. Ils sont utilisés en pré et post-tension.
Remarque: Les câbles sont constitués de torons parallèles. Ils sont utilisés
seulement en post-tension, enfilés dans des gaines (ex: 1 câble 12T13)
• Caractéristiques géométriques des torons
• Un toron est caractérisé par son diamètre nominal D; c’est le diamètre du cercle entourant
de l’ extérieur les fils. Il est désigné par T D (exemple: T 9.3mm).
• La section nominale d’un n toron est égale à la somme des sections des fils constitutifs:
Ap = ∑ Aip ; n : nombre de fils
i =1
• Il existe trois types de torons: n=3, 7 ou 13 fils
- Toron ou torsade à 3 fils utilisé uniquement en pré-tension (exemple: T5,2mm est formé
de 3 fils de diamètre 2,4 mm)
- Toron à 7 fils (1 seule couche de 6 fils entourant l’ âme): utilisé en pré et post tension
(exemple: T12,5mm est formé de 7 fils de diamètre 4mm).
-Toron à 13 fils (2 couche de 6 fils chacune entourant l’ âme): utilisé uniquement en post
tension
• Caractéristiques géométriques des torons couramment utilisés:
Toron (3*f2,4mm) (7*f3mm) (7*f4mm) (7*f5mm) (7*f4mm) (7*f5mm)
« standard » « standard » « standard » « super » « super »

Diamètre D (mm) 5,2 9,3 12,5 15,2 12,9 15,7


Section Ap (mm2) 13,6 51,3 93 139 100 150
Nom commercial T5 T9 T13 T15 T13S T15S
Post-tension
II.2. Caractéristiques mécaniques
II.2.1. Diagramme contraintes–déformations d’une armature de
précontrainte dans un essai de traction simple

• Ep: module d’élasticité ;


- Pour les fils et barres: Ep =200 GPa
- Pour les torons: Ep = 190 GPa
• fe : Limite conventionnelle d’élasticité correspondant à une déformation plastique
de 1 ‰
• fr : Contrainte de rupture ou Résistance à la traction correspondant à la déformation
à la rupture εr . En général, εr ≥ 35 ‰ => Grande ductilité des aciers de précontrainte
• L’acier de précontrainte ne présente pas de palier d’écoulement, la courbe contrainte-
déformation s’infléchit progressivement => comportement élasto-plastique avec
écrouissage.
Remarques:
1- En pratique, ce sont bien les forces qui intéressent directement le projeteur et le
constructeur. C’est pourquoi les valeurs spécifiées pour une armature sont non pas fr et
fe mais les forces correspondantes :
• Fr : charge rupture ( Fr = fr*Ap )
• Fe : charge à la limite conventionnelle d’élasticité ( Fe= fe*Ap ) :
2- Les valeurs garanties, notées Fprg et Fpeg en force et fprg et fpeg en contrainte, sont
définies par la double condition :
• d’un fractile d’ordre 5 % ;
• d’une borne inférieure de 98 % pour Frg et de 95 % pour Feg .
3- Il existe des classes de résistances homologuées (selon le fascicule 4, titre II du
CCTG) : Classe (MPa) 1960 1860 1770 1670 1570 1230 1030
Torons
Armatures
fils Barres

Caractéristiques des armatures utilisées en post-tension


Nature Classe ∅ A Fprg Fpeg 0,8 Fprg 0,9 Fpeg 0,6 Fprg

(MPa) (mm) (mm2 ) (kN) (kN) (kN) (kN) (kN)

T13 1 860 12,5 93 173 154 138,4 138,6 103,8


T13S 1 860 12,9 100 186 166 148,8 149,4 111,6
T15 1 770 15,2 139 246 220 196,8 198,0 147,6
T15S 1 770 15,7 150 265 236 212,0 212,4 159,0
II.2.2. Relaxation de l’acier de précontrainte
Définition: L’acier fortement tendu sous longueur constante voit sa tension décroître
progressivement. Ce phénomène différé est appelé relaxation.
• La perte relative de tension d’une armature tendue initialement à σ i et à température
constante, est fonction du temps t et de σ i :
∆σ (t )
ς=
• La relaxation dépend très sensiblement de:
σ i
- la température;
ασ
- la tension initiale; = K ' e i (K’ et α dépendent de type d’acier utilisé)
ς
En général: σ i= 0,7 fprg dans un essai de relaxation normalisé, ce qui correspond à la
tension initiale moyenne d’une armature de précontrainte.
• Evolution de la relaxation en fonction du temps:

log(ζ)= k1 +k2 log(t) pour t ≤ t∞ (k1 et k2 dépendent de type d’acier


utilisé)
Règles BPEL supposent que t∞= 500.000 heures (57 ans environ)
γ
ς = Kt
(K et γ dépendent de type d’acier utilisé)
• Pour caractériser un acier de précontrainte, on mesure la relaxation
isotherme à 20 o C ±1°C d’une éprouvette tendue initialement à 0,7 Fr après
1 000 h => La perte relative de tension observée dans ces conditions et notée
ρ 1 000 sert de base aux calculs de relaxation.

• Pour les fils et les torons, il existe deux sous-classes de relaxation définies par:
ρ 1 000 = 8 % en ce qui concerne la sous-classe Relaxation normale (RN)
ρ1 000 = 2,5 % en ce qui concerne la sous-classe Très Basse Relaxation (TBR)
⇒ Aujourd’hui, on utilise principalement les armatures TBR pour réduire
les pertes de tension par relaxation

• Formulation simplifiée des règles BPEL:

σi
ς (t ∞ ) = 6ς 1000 ( µ − µ 0 ) avec µ =
f prg
µ 0 = 0,43 pour TBR et µ 0 = 0,3 pour RN