Vous êtes sur la page 1sur 13

SYS860 MÉCANIQUE DES FLUIDES AVANCÉES NOTES DE COURS

X- Les Couches limites laminaires


X.1 Ecoulements externes

X.1.1 Caractéristiques

Les écoulements passant autour d’objets donnent lieu à une variété de phénomènes complexes
de la mécanique des fluides. Les caractéristiques de l’écoulement dépendent fortement de plusieurs
paramètres tel que les dimensions, l’orientation, les propriétés du fluide. Nous avons vu au chapitre
VIII que l’écoulement dépend de plusieurs paramètres adimensionnels. Les plus importants entre
eux sont le nombre de Reynolds, le nombre de Mach et pour les surfaces libres le nombre de
Froude. Le nombre de Reynolds présente le rapport des effets d’inertie à ceux visqueux. En
l’absence de la viscosité Re est infinie et en absence de tous les effets d’inertie (masse négligeable
ou υ = cte ) Re est nulle. Pour un écoulement donné, Re est compris entre ces deux limites. Dans le
cas d’un fluide passant un objet donné, la nature de l’écoulement dépend de la valeur de Re, s’il est
petit l’écoulement est dominé par les effets d’inertie s’il est élevé l’écoulement est dominé par les
effets visqueux.

Considérons l’écoulement sur une plaque comme schématisé ci-après

Re = UA / υ
Re = UA / υ Effets Visqueux = 107
Effets Visqueux
Important u<0.99U
= 0.1 Important u<0.99U
U
U
A
y
y
A x
x

Lignes de courant
Lignes de courant
légèrement déviées
fortement déviées U
U

Pour un nombre de Reynolds petit, l’effet de la viscosité est important et la présence de la


plaque affecte de beaucoup l’écoulement. Plus le nombre de Reynolds augmente plus l’effet de la
viscosité diminue (la région affectée par la viscosité rétrécie). Si le nombre de Reynolds devient
important les effets d’inertie dominent l’écoulement par contre les effets visqueux sont négligeables.
Comme la viscosité d’un fluide n’est pas nulle ( Re < ∞ ), il s’ensuit que le fluide adhère à la
plaque (la condition de non-glissement). Il existe une mince couche nommée Couche Limite ou C.L.
d’épaisseur δ en contact avec la plaque où la vitesse change de U (vitesse loin de la plaque ) à zéro
(sur la plaque). L’épaisseur de la C.L. augmente dans la direction de l’écoulement et commençant
de zéro à l’entrée de la plaque. L’écoulement peut être laminaire ou turbulent en fonction de
plusieurs paramètres.

© Azzeddine Soulaïmani 47
SYS860 MÉCANIQUE DES FLUIDES AVANCÉES NOTES DE COURS

A l’extérieur de la C.L. les lignes de courants sont parallèles entre la plaque et la présence de
la plaque n’affecte en rien cette région d’écoulement.
De ce qui vient d’être cité, nous définissons la C.L. de la façon suivante :
C’est une "région " ou couche enveloppant un corps ou les effets
visqueux sont très importants; à l’extérieure de cette couche le
fluide se comporte essentiellement comme s’il est non visqueux.
L’effet de la viscosité (qui est une conséquence du gradient de vitesse) n’est pas le même à
l’intérieur ou à l’extérieur de la C.L. Ceci va nous permettre de simplifier l’analyse des écoulements
pour lequel le nombre de Reynolds est important et résoudre les problèmes des écoulements
externes.

X.2 Couche limite laminaire sur une plaque plane

L’épaisseur des couches limites varient de beaucoup avec la forme de l’objet sur le quel elles
se forment. Dans cette partie, nous allons considérer un cas simple ; celui d’une C.L sur une plaque
plane et infiniment longue sur laquelle coule un fluide visqueux et incompressible.
Si le nombre de Reynolds est suffisamment grand, seulement une mince couche subira l’effet
de la plaque. La vitesse loin de la plaque aura la valeur u = Ui . Pour une plaque plane infiniment
longue de x = 0 a x = ∞ , il sera difficile de définir le nombre de Reynolds. Dans ce cas, on définie
le nombre de Reynolds relatif à l’abscisse x, cotée depuis le premier point de contact du fluide avec
Ux
la plaque Re x = .
ν
Qu’arrive-t-il au fluide à l’intérieur de la C.L? Le schéma suivant donne une illustration du
phénomène qui prend place.

Une fois le rectangle entré dans la C.L. il subit une distorsion à cause du gradient de vitesse. Le
côté supérieur a une plus large vitesse que celui du côté inférieur. Alors que les fluides particules ne

© Azzeddine Soulaïmani 48
SYS860 MÉCANIQUE DES FLUIDES AVANCÉES NOTES DE COURS

subissent aucun mouvement de rotation à l’extérieur de la C.L (fluide est irrotationnel à l’extérieur
de la C.L. et rotationnel à l’intérieur de la C.L.).
A une certain distance et pas loin de la plaque, la C.L. devient turbulente et les particules fluides
se distordent grandement sous l’effet du mouvement aléatoire et irrégulier que prend le fluide.

X.2.1 Epaisseur de déplacement

La présence de la C.L. fait varier la vitesse de u y =0 = 0 a u y =δ = U . En réalité, u ne vaut


pas exactement U à y = δ . Nous définissons l’épaisseur de la C.L. , δ , comme étant la valeur de y
pour laquelle u = 0.99 U . Pour satisfaire l’équation de la conservation de la masse, les lignes de
courants vont déviées loin de la plaque, afin que la pression reste approximativement constante à
l’extérieur de la C.L. de δ * (dénommée épaisseur de déplacement).
En effet, si nous choisissons le volume de contrôle illustré par la figure ci-après.

Pression U
constante y=Y
y
La ligne de courant
δ 99%
U y=H
Volume de contrôle

Force de traînée D u(y)


x

La conservation de la masse pour un écoulement établit aura pour expression :


Y H

S.C.
∫ ρU.ndA = 0 ⇔ ∫ ρu ( y)dy = ∫ ρUdy
0 0
Y Y
⇔ UH = ∫ (U + u ( y) − U )dy = UY + ∫ (u − U )dy
0 0

ou Y = H + δ *

Y
⇔ U(Y − H ) = Uδ * = ∫ (U − u )dy
0
Y →∞
⎛ u⎞
donc δ * = ∫
0
⎜1 − ⎟dy
⎝ U⎠
(X-1)

L’équation (X-1) reste vraie pour un fluide incompressible laminaire ou turbulent, ayant une
pression et/ou une température constante.
L’épaisseur de déplacement δ * est fonction de l’abscisse x et sa valeur dépend de la
distribution u(y).

© Azzeddine Soulaïmani 49
SYS860 MÉCANIQUE DES FLUIDES AVANCÉES NOTES DE COURS

X.2.2 Méthode Intégrale : solution de Von Karman d’une C.L. sur une
plaque plane

L’un des aspects importants de la théorie de la C.L. est le calcul de la traînée causée par les
forces de cisaillement.
Nous supposons que le champ de pression est partout constant. L’écoulement entrant au
volume de contrôle en c (début de la plaque) est uniforme alors que la vitesse sortant du volume de
contrôle en d varie de U (valeur nominale de la vitesse de l’écoulement loin de la plaque) à zéro au
contact avec la plaque.
Le côté inférieur du volume de contrôle est formé par la plaque. Le côté supérieur coïncide
avec la ligne de courant juste à l’extérieure de la couche limite.
Si nous choisissons un volume de contrôle comme illustré sur la figure ci-après délimité par :
Ì coté supérieur : confondu avec une ligne de courant à l’extérieur de la C.L.,
Ì coté inférieur : fluide adjacent à la plaque,
Ì coté amont : la verticale de hauteur h,
Ì coté aval : la verticale de hauteur δ( x ) .

Pression
Volume de contrôle constante
Confondu en sa partie U
supérieure avec
y Ligne de courant

U
δ( x )
h Couche limite u
x
c d
τ w (x)
L’équation de la conservation de la masse est :
δ( x )

∫ ρU.ndA = 0 ⇔ hU =
S.C.
∫ u ( y)dy
0
(X-2)

L’équation de quantité de mouvement selon l’axe des x donne :


δ ( x) h δ ( x)

∑ Fx = ∫ ρ U(U.n )dA + ∂t ∫ ρUdϑ = ∫ ρu 2 ( y)dy − ∫ ρU 2dy = ∫ ρu
2
( y )dy −ρhU 2 (X-3)
S .C . V .C . 0 0 0

© Azzeddine Soulaïmani 50
SYS860 MÉCANIQUE DES FLUIDES AVANCÉES NOTES DE COURS

Par la suite (X-3) devient :


∑ Fx
δ ( x) δ ( x) δ ( x) δ ( x) δ ( x)
= ∫ ρu ( y) dy −ρU ∫ u ( y) dy = ∫ ρu ( y) dy − ∫ ρ ⋅ U ⋅ u ( y) dy = ∫ ρ ⋅ u ( y)(u ( y) − U ) dy
2 2

0 0 0 0 0
δ ( x) δ ( x)
u( y) ⎛ u( y) ⎞
= ∫ ρ ⋅ u ( y)(u ( y) − U ) dy = U ∫ ρ⋅ − 1⎟ dy
2
⎜ (X-4)
0 0
U ⎝ U ⎠
Effectuons le changement de variable suivant : δ( x )Y = y ⇒ δ( x )dY = dy
Tout en tenant compte de :

∑F x = ∫τ i, j n j dA = − ∫ p δ x, j n j dA + ∫τ v, j n j dA = ∫τ v, j n j dA
S.C. S.C. S.C. S.C.
x
= − ∫ τ w ( x)dx (X-5)
0.

L’équation (X-4) devient alors :


x 1
u ( y) ⎛ u ( y) ⎞
La trainée D f = ∫ τ w ( x )dx = ρU 2 δ( x ) ⋅ ∫ ⎜1 − ⎟dY = ρU δ( x ) ⋅ C1
2
(X-6)
0 0
U ⎝ U ⎠
avec
1
u ( y) ⎛ u ( y) ⎞
C1 = ∫ ⎜1 − ⎟dY
0
U ⎝ U ⎠

En postulant la similitude des profils (Von Karman : gradient de pression faible ou nul ) i.e
u ( x , y)
ne dépend pas de x ( normalement u dépend de x et de y ) et en adoptant le changement de
U
u (Y)
variable suivant g(Y) = nous obtenons :
U
1
C1 = ∫ g (Y)(1 − g (Y) )dY
0

D’autre part :
dD f ∂u
= τ w ( x ) ⇔ ρU 2 C 1 δ ' ( x ) = μ (X-7)
dx ∂y y =0

∂u ∂u ∂Y 1 ∂u 1 ∂u ∂g 1 ∂g
et = ⋅ = ⋅ = ⋅ ⋅ = ⋅U⋅
∂y ∂Y ∂y δ( x ) ∂y δ( x ) ∂g ∂y δ( x ) ∂y
∂u 1 ∂g U U
ou encore = ⋅U⋅ = ⋅ g ' (Y) y =0 = .C 2
∂y y =0
δ( x ) ∂y y =0
δ( x ) δ( x )
U C1 '
(X-7) devient : ρU 2 C1δ ' ( x ) = μ ⋅ C2 ⇔ ρU δ ( x ) δ( x ) = μ
δ( x ) C2

© Azzeddine Soulaïmani 51
SYS860 MÉCANIQUE DES FLUIDES AVANCÉES NOTES DE COURS

'
⎡ δ 2 (x) ⎤ μ C2
⇔ ⎢ ⎥ = ⋅
⎣ 2 ⎦ ρ ⋅ U C1
μ C1
⇔ δ 2 (x) = 2 ⋅ ⋅x +A or
ρ ⋅ U C2
or δ( x ) x =0 = 0 ⇒ A = 0
μ C1 μ C 1 C1 2
Donc δ 2 (x) = 2 ⋅ ⋅x = 2 ⋅ 1 ⋅ x2 = 2 ⋅ ⋅x
ρ ⋅ U C2 ρ ⋅ U ⋅ x C2 Re x C 2
x C1 ν⋅x C
Et δ( x ) = ⋅ 2 = ⋅ 2 1 (X-8)
Re x C2 U C2

1 1
On déduit que l’épaisseur de la couche limite est proportionnelle à x 2 et ν 2 .

De plus :
A A 1 1
μ ⋅ U ⋅ C2 U -2 U
D f = ∫ τ w dx = ∫ x dx = 2μ ⋅ U ⋅ ⋅ 2 ⋅ C1 C 2 ⋅ A 2
0 C2 ν 0 ν
2
C1
1 U2 ⎛ ρU 2 ⎞
= ⋅ρ⋅ ⋅ A ⋅ 8 ⋅ C1C 2 = A ⋅ ⎜⎜ ⎟⎟ ⋅ C Df
Re A 2 ⎝ 2 ⎠

C1 C 2 1 1
τ w (x) = ⋅ρU 2 ⋅ = ρU 2 ⋅ C f
2 Re x 2
8 ⋅ C1 C 2 2 ⋅ C1 C 2
avec C Df = et Cf = (X-9)
Re A Re x
Si on choisit plusieurs types de profils de C.L. nous aurons différentes valeurs du terme sous
la racine. En effet le tableau suivant donne les résultats trouvés pour différents types de profils.

Profils δ Re 0x.5
C f Re 0x.5 C Df Re 0A .5
x
Solution de Blasius 5.00 0.664 1.328
Profil linéaire g(Y)=Y 3.46 0.578 1.156
Profil parabolique g(Y)=2Y-Y2 5.48 0.730 1.460
Profil cubique g(Y)=3/2Y-Y3/2 4.64 0.646 1.292
Profil sinusoïdal g(Y)=sin(πY/2) 4.79 0.655 1.310

© Azzeddine Soulaïmani 52
SYS860 MÉCANIQUE DES FLUIDES AVANCÉES NOTES DE COURS

IX.2.3 C.L. de Prandtl / Blasius


Nous l’avons déjà vue, les effets de la viscosité sont proportionnels aux gradients des vitesses.
On se propose d’étudier l’écoulement d’un fluide visqueux et incompressible passant par une plaque
plane. Les équations de quantité de mouvement pour un écoulement plan s’écrivent comme suit :
⎧ ∂u ∂u ∂u 1 ∂p 1 ⎛ ∂ 2u ∂ 2u ⎞
⎪ + u + v = − + ⎜ + ⎟
⎪ ∂t ∂x ∂y ρ ∂x Re ⎜⎝ ∂x 2 ∂y 2 ⎟⎠
⎨ (X-10)
∂v ∂
⎪ +u +v =−v ∂v 1 ∂p 1 ⎛ ∂ 2
v ∂ 2
v ⎞
+ ⎜ + ⎟
⎪ ∂t ∂x ∂y ρ ∂y Re ⎜⎝ ∂x 2 ∂y 2 ⎟⎠

L’équation de la continuité est:
∂u ∂v
+ =0 (X-11)
∂x ∂y

L’écoulement étant plan et parallèle à la plaque ceci implique que :


∂ ∂
u >> v et << (X-12)
∂x ∂y

Ce constat permet de simplifier énormément les équations (X-10 &11). En effet, en rendant
les équations adimensionnelles par le biais de :
x y u v p tu
x∗ = , y∗ = , u ∗ = , v∗ = , p∗ = et t ∗ = ∞
A δ u∞ vD p∞ A

On obtient :
u ∞ ∂u ∗ A ∂v ∗
Continuité + =0
v D ∂x ∗ δ ∂y ∗




O ( ε −1 ) O ( ε −1 )

Equation de quantité de mouvement selon x


⎛ ⎞
∂u ∗
∂u ∗
A vD ∗ ∂u p ∂p ∗ ∗
1 ∂u ⎜ 2 ∗
A ∂u
2 2 ∗ ⎟
+ u∗ ∗ + v = ∞2 ∗ + ⎜ + 2 ⎟
∂t ∗
∂x δ u∞ ∂y ∗
ρ u∞ ∂x Re
N⎜ ⎜ ∂x ∗ 2
δ
N ∂ y ∗2
⎟⎟
N N
O (1) O (1) O ( ε 2 )⎝ O (ε − 2 ) ⎠
Equation de quantité de mouvement selon y
⎛ ⎞
∂v ∗ ∂v ∗
A v ∂v ∗
A u p ∂ p ∗
1 ⎜ ∂ 2 v∗ A 2
∂ 2 ∗ ⎟
v

+ u∗ ∗ + D
v ∗ ∗ = − ∞ ∞2 + ⎜ + 2 ⎟
∂t ∂x δ u ∞ ∂y δ v D ρu ∞ ∂y ∗ N Re ⎜ ∂x ∗ 2 δ
N ∂ y ∗2



⎜ ⎟
O (1) −
O(ε )2 O ( ε 2
) ⎝ O ( ε −2
) ⎠

© Azzeddine Soulaïmani 53
SYS860 MÉCANIQUE DES FLUIDES AVANCÉES NOTES DE COURS

Ce qui permet de déduire les équations de la couche limite :


⎧ ∂u ∂v
⎪ + =0
∂x ∂y

⎪ ∂v ∂v 1 ∂p ∂ 2u
⎨ u + v = − + ν (X-13)
⎪ ∂x ∂y ρ ∂x ∂y 2
⎪ 1 ∂p
⎪ − =0
⎩ ρ ∂y
De plus à l’extérieure de la couche limite, l’écoulement n’est pas visqueux i.e
μ ≡ 0 donc τ = 0 . Dans cette région, l’équation du mouvement est donc réduite à l’équation
d’Euler :
DU
ρ = −∇p + ρg (X-14)
Dt
Dans notre cas les forces de gravitation sont négligées, ce qui réduit (X-14) à :
1 dp ∂U ∂U
− = +U (X-15)
ρ dx ∂t ∂x
L’équation (X-15) peut être utilisée pour éliminer le gradient de la pression de l’équation (X-
13).
Les conditions aux limites sont :
Ì à t = 0 : ( U, V) et (u, v) sont connus
Ì u ( y = 0) = 0
⎧ 0
Ì v ( y = 0) = ⎨ (X-16)
⎩± v w
. u ( y → ∞) = U( x , t )

Considérons maintenant l’écoulement laminaire et établi sans effet de la gravitation,


l’équation (X-13) se simplifier d’avantage et devient :
⎧ ∂u ∂u
⎪⎪ + =0
∂x ∂x
⎨ ∂u (X-17)
∂u dU ∂2u
⎪u +v =U +ν 2
⎩⎪ ∂x ∂y dx ∂y

© Azzeddine Soulaïmani 54
SYS860 MÉCANIQUE DES FLUIDES AVANCÉES NOTES DE COURS

IX.2.4 Solution Blasius pour la plaque plane


dU
Si l’épaisseur de déplacement est petite ( Re 〉〉 1 ), la vitesse U est constante et = 0 . Donc
dx
1/ 2
u ⎛ y⎞ ⎛ νx ⎞
les profils locaux des vitesses ont la même forme : = f ⎜ ⎟ . Comme δ = cst ⋅ ⎜ ⎟ (équation
U ⎝δ⎠ ⎝U⎠
(X-8)), la variable adimensionnelle appropriée devrait être :
U y
η=y ≈ (X-18)
νx δ
les lignes de courant ψ = ∫ udy doivent augmenter avec δ ou x 1 / 2 et ont la forme
x = cst
adimensionnelle suivante :
ψ = νUx ⋅ f (η )
avec f une fonction à déterminer.
∂ψ ∂ψ νU '
u=
∂y
= Uf ' (η ) et v = −
∂x
=
2x
(
ηf − f ) = (ν )1 / 2 (ηf ' − f )
U
4x
(X-19)

Nous avons (A CORRIGER)


∂f ' ∂ 2f ' ∂η 1 U η ∂η U η
Ì = f '' , = f ' '' , =− y =− et = =
∂η ∂η 2
∂x 2 2νx 3
2x ∂y 2νx y
∂u ∂u ∂η η
Ì = ⋅ = − Uf ''
∂x ∂η ∂x 2x
∂u ∂u ∂η η
Ì = ⋅ = Uf ''
∂y ∂η ∂y y
∂2u ∂ ⎛ ∂u ⎞ ∂ ⎛ '' η ⎞ ∂η ⎛ η Uf '' Uf '' η ∂y ⎞ ∂η
Ì = ⎜⎜ ⎟⎟ = ⎜⎜ Uf ⎟⎟ ⋅ = −⎜⎜ Uf ''' + − 2 ⋅ ⎟⎟
∂y 2 ∂y ⎝ ∂y ⎠ ∂η ⎝ y ⎠ ∂y ⎝ y y y ∂η ⎠ ∂y
2 2
⎛ η⎞ Uf '' η Uf '' η ⎛ η⎞
= Uf ⎜⎜ ⎟⎟ + 2 − 2 = Uf ''' ⎜⎜ ⎟⎟
'''

⎝ y⎠ y y ⎝ y⎠

L’équation (X-17) devient dans ces conditions :


η2 '' η ⎞ η ' '' η 2 ' '' η η 3 ' '' η2
Uf ''' 2
= Uf '⎛
⎜ − Uf ⎟
2x ⎠
+ ν
y
(f η − f )Uf
y
= − U f f
2x
+ ν U 2
f f − ν U 2
f f ''
y ⎝ y y

⎛ U η2 ⎞ η2 η2
= Uf ' f '' η⎜⎜ − + ν 2 ⎟⎟ − νU 2 f f '' = −νU 2 f f ''
⎝ 2x y ⎠ y y
0=

© Azzeddine Soulaïmani 55
SYS860 MÉCANIQUE DES FLUIDES AVANCÉES NOTES DE COURS

Ce qui donne :

2 f ''' + f f '' = 0
(X-20)
Les conditions de non glissement stipulant u (x ,0 ) = v(x ,0 ) = 0 et u (x , ∞ ) = U sont converties
à:
f ' (0) = f (0) = 0 et f ' (∞ ) = 1 (X-21)
L’équation (X-20) s’appelle l’équation de Blasius pour la plaque plane.

© Azzeddine Soulaïmani 56
SYS860 MÉCANIQUE DES FLUIDES AVANCÉES NOTES DE COURS

© Azzeddine Soulaïmani 57
SYS860 MÉCANIQUE DES FLUIDES AVANCÉES NOTES DE COURS

© Azzeddine Soulaïmani 58
SYS860 MÉCANIQUE DES FLUIDES AVANCÉES NOTES DE COURS

© Azzeddine Soulaïmani 59