Vous êtes sur la page 1sur 5

I - Quelles sont les étapes de l'analyse d'un texte

argumentatif ?
L’analyse du texte argumentatif doit mettre en évidence la stratégie développée par Fauteur
pour convaincre son lecteur. Il est donc nécessaire de dégager la thèse soutenue, les
arguments et les illustrations, ainsi que les liens logiques qui structurent le raisonnement.

LA RECHERCHE DE LA SITUATION D'ARGUMENTATION


La situation d’argumentation dépend du contexte dans lequel le texte est écrit. Quel est le
thème mis en jeu par le discours ? Qui en est l’émetteur ? Qui en est le récepteur ? La
réponse à ces questions peut s’appuyer sur l’interprétation du contexte (la date, l’auteur, le
titre).
"Dreyfus est innocent, je le jure. J'y engage ma vie, j’y engage mon honneur. À cette heure
solennelle, devant ce tribunal qui représente la justice humaine, devant vous, messieurs les
jurés, qui êtes l'émanation même de la France, devant le monde entier, je jure que Dreyfus
est innocent". Emile Zola, « Déclaration au jury », La Vérité en marche, 1901.
Le cadre historique est celui de l’affaire Dreyfus. L’écrivain argumente pour
convaincre le jury.

L’EXAMEN DE LA THÈSE DÉFENDUE


 On appelle thèse du texte l’opinion défendue par l’auteur. La thèse peut être explicite et
exprimée clairement, ou implicite lorsqu’elle est sous-entendue.
"Le droit d’esclavage est nul, non seulement parce qu'il est illégitime, mais parce qu'il est
absurde et ne signifie rien. Ces mots, esclavage, et droit, sont contradictoires."  Jean-Jacques
Rousseau, Le Contrat social, 1762.
L’auteur affirme explicitement son refus de l’esclavage, répétant la thèse qu’il
défend afin de mieux convaincre son lecteur.

L'ÉTUDE DE L'ORGANISATION DU DISCOURS


Le discours argumentatif s’organise autour de la thèse à défendre : il développe des argu -
ments, des preuves, qu’il illustre par des exemples destinés à éclairer et convaincre le lecteur.
Les moteurs de l'homme sont le plaisir et la douleur physique.
"Pourquoi la faim est-elle le principe le plus habituel de son activité ? C'est qu'entre tous les
besoins, ce dernier est celui qui se renouvelle le plus souvent, et qui commande le plus
impérieusement. C'est la faim et la difficulté de pourvoir à ce besoin, qui, dans les forêts,
donnent aux animaux carnassiers tant de supériorité d'esprit sur l'animal pâturant". Helvétius,
De l'Homme, 1773.

L’auteur appuie sa thèse sur un argument dont le poids est à son tour renforcé par
un exemple.

L’ANALYSE DES PROCÉDÉS RHÉTORIQUES


Le texte argumentatif développe une opinion, un point de vue. Différents procédés
rhétoriques viennent appuyer la thèse de l’auteur : appel aux sentiments, ironie, lexique
valorisant ou dévalorisant, accumulation, répétition.
 
 
II- EXERCICES D'APPLICATION: ANALYSE DE
L'ARGUMENTATION:

Exercice1: reconnaître un thème


Quel est le thème de l’extrait suivant ?
« Presse » (droit politique). On demande si la liberté de la presse est avantageuse ou préjudi -
ciable à un État. La réponse n'est pas difficile. Il est de la plus grande importance de conser-
ver cet usage dans tous les États fondés sur la liberté. 
Jaucourt, article « Presse », L'Encyclopédie, 1751-1772.

Exercice 2: Thème et thèse

1. Quel est le thème de cet extrait ?


2. Quelle est la thèse de l’auteur ?

Jamais la vie n'a semblé plus lourde à porter. Après les grandes secousses sociales, on a
souvent constaté ce dégoût de vivre, ce besoin du sommeil de la terre. C'est un vent mauvais
dont le souffle charrie la mort. L'épidémie du suicide se déclare, comme une peste venue on
ne sait d'où.
Émile Zola, Études sur la France contemporaine, 1875-1880.

Exercice 3: thèse, arguments et procédés

1. Relevez dans le texte suivant la thèse défendue.


2. Recherchez l’argument utilisé et les exemples qui viennent l’illustrer.
3. Quelle est la conclusion de l’auteur ?
4. Sur quels procédés rhétoriques l’auteur s’appuie-t-il ?

Le malheur nous est utile, sans lui les facultés aimantes de notre âme resteraient inactives : il
la rend un instrument tout harmonie, dont, au moindre souffle, il sort des murmures
inexprimables. Que celui que le chagrin mine s'enfonce dans les forêts ; qu'il erre sous leur
voûte mobile ; qu'il gravisse la colline, d'où l'on découvre, d'un côté de riches campagnes, de
l'autre le soleil levant sur des mers étincelantes, dont le vert changeant se glace de cramoisi
et de feu ; sa douleur ne tiendra point contre un tel spectacle : non qu'il oublie ceux qu'il
aima, car alors ses maux seraient préférables, mais leur souvenir se fondra avec le calme des
bois et des cieux : il gardera sa douceur et ne perdra que son amertume. Heureux ceux qui
aiment la nature : ils la trouveront, et trouveront seulement elle, au jour de l'adversité.
François-René de Chateaubriand, Essai sur les révolutions, 1797.

Exercice 4: arguments, lexique et images


Guy de Maupassant s’élève vigoureusement contre la construction de la tour Eiffel
et exprime son mécontentement dans les journaux.

1. Relevez les arguments avancés par l’auteur pour justifier son jugement.
2. Relevez les mots utilisés pour désigner la tour et classez-les en fonction de
leur champ lexical.
3. Quel est le rôle de l’image, des comparaisons et métaphores, dans ce texte
argumentatif ?
4. Sur le modèle de Maupassant et en utilisant les mêmes procédés, défendez
la thèse selon laquelle la tour Eiffel est une œuvre d’art qui fait rêver.
Depuis un mois, tous les journaux illustrés nous présentent l'image affreuse et fantastique
d'une tour de fer de trois cents mètres qui s'élèvera sur Paris comme une come unique et
gigantesque.
Ce monstre poursuit les yeux à la façon d'un cauchemar, hante l'esprit, effraie d'avance les
pauvres gens naïfs qui ont conservé le goût de l'architecture artiste, de la ligne et des pro-
portions.
Cette pointe de fonte épouvantable n'est curieuse que par sa hauteur. Les femmes colosses
ne nous suffisent plus ! Après les phénomènes de chair, voici les phénomènes de fer. Cela
n'est ni beau, ni gracieux, ni élégant, - c'est grand, voilà tout. On dirait l'entreprise diabolique
d'un chaudronnier atteint du délire des grandeurs.
Pourquoi cette tour, pourquoi cette come? Pour étonner ? Pour étonner qui ? Les imbéciles.
On a donc oublié que le mot art signifie quelque chose.
Guy de Maupassant, « La tour... Prends garde », Gil Blas, 19 octobre 1886.

QUELS SONT LES DIFFERENTS GENRES ARGUMENTATIFS ?


 L’argumentation traverse tous les genres littéraires. Le roman, le théâtre, la poésie développent souvent des situat
d’argumentation. Les écrivains utilisent cependant des genres proprement argumentatifs pot' présenter leurs idées,
défendre leurs opinions.

LE PAMPHLET
Le pamphlet est un court écrit satirique qui attaque avec force les institutions, une personne connue. La brièveté, l
l’actualité du sujet abordé caractérisent le pamphlet.
Frère Coutu, en disant ces mots, bâilla plus que jamais. Berthier répliqua par des bâillements qui ne finissaient poin
Relation de la maladie du jésuite Berthier, 1759.

Le pamphlet est l’arme favorite de Voltaire pour se moquer de ses adversaires : les jésuites, les partis
despotisme ou du fanatisme.

L'ESSAI
L’essai permet à un écrivain, mais aussi à un critique littéraire, de traiter d’un sujet, d’un auteur, avec une certaine
prétendre épuiser complètement la matière.
Rendre la vertu aimable, le vice odieux, le ridicule saillant, voilà le projet de tout honnête homme qui prend la plum
ou le ciseau. Denis Diderot, Essai sur la peinture, 1765.
L’essai permet à Diderot d’analyser les œuvres des grands peintres, mais aussi de développer ses idée
l’importance de la peinture dans la société.

LE MANIFESTE ET LA PRÉFACE
Le manifeste est un texte théorique qui expose les principes d’un nouvel engagement littéraire. La préface est un t
tête d’un livre, qui sert à le présenter au lecteur. L’écrivain profite de la préface pour défendre sa conception de la
Ces critiques sont le partage de quatre ou cinq auteurs qui n'ont jamais pu par eux-mêmes exciter la curiosité du le
Racine, Préface de Bérénice, 1600.

À travers la préface de ses pièces, Racine explique et défend son théâtre attaqué par la critique.

LE RÉQUISITOIRE ET LE PLAIDOYER
Le réquisitoire est un genre judiciaire : c’est le développement de l’accusation, qui énumère devant un tribunal les c
fautes imputés à celui qu’on accuse. Le plaidoyer est aussi un genre judiciaire : c’est le développement de la défen
personne, accusée devant un tribunal. Mais la littérature a très souvent intégré ces deux situations d’argumentation
roman, le théâtre.
Le fond de sa pensée, si j'ai bien compris, c'est que j'avais prémédité mon crime. Du moins il a essayé de le démon
il le disait lui-même : « J'en ferai la preuve, messieurs, et je la ferai doublement. »  Albert Camus, L'Étranger, 1942,
Gallimard.

Le réquisitoire du procureur conduira à la condamnation de Meursault.


 
 

II - EXERCICES D'APPLICATION: 

Exercice 1: Reconnaître un genre argumentatif


Observez ces différents extraits et leurs références.

1. À quel genre argumentatif chaque passage appartient-il ?


2. Quels indices dans chaque extrait ont guidé votre analyse ?

Je veux expliquer comment une famille, un petit groupe d'êtres, se comporte dans une société, en s'épanouissant p
naissance à dix, à vingt individus qui paraissent, au premier coup d'œil, profondément dissemblables, mais que l'an
intimement liés les uns aux autres. L'hérédité a ses lois, comme la pesanteur.
Emile Zola, La Fortune des Rougon, 1871.
Ce pauvre jeune homme a des ennemis puissants ; mais, 
même parmi ses ennemis (et combien n'en a-t-il pas !) quel est celui qui met en doute ses admirables talents
profonde ? Ce n'est pas un sujet ordinaire que vous allez juger, monsieur. Durant près de dix-huit mois nous l'avo
pieux, sage, appliqué ; mais, deux ou trois fois par an, il était saisi par des accès de mélancolie qui allaient jusqu'à
Stendhal, Le Rouge et le Noir, 1830.

Exercice 2: Caractéristiques 
Victor Hugo, en exil, écrit pour dénoncer le coup d’État de Louis Napoléon Bonaparte.

1. À quel genre argumentatif ce texte appartient-il ?


2. Retrouvez ses caractéristiques.

Si on le juge en dehors de ce qu'il appelle « ses actes nécessaires » ou « ses grands actes », c'est un personn
puéril, théâtral et vain. Les personnes invitées chez lui, l'été, à Saint-Cloud, reçoivent, en même temps que l'inv
d'apporter une toilette du matin et une toilette du soir. Il aime la gloriole, le pompon, l'aigrette, la broderie, les p
passequilles, les grands mots, les grands titres, ce qui sonne, ce qui brille, toutes les verroteries du pouvoir.
Victor Hugo, Napoléon le petit, 1853.
 
 

Exercice 3: indices du genre


Dans Les Plaideurs, un chien comparaît devant le juge Dandin.

1. De quel genre argumentatif Racine se moque-t-il ?


2. Quels indices vous ont permis de répondre ?

LÉANDRE: Mon père, il faut juger.


DANDIN: Aux galères.
LÉANDRE
Un chien. Aux galères !
DANDIN: 
Ma foi ! je n'y conçois plus rien ;
De monde, de chaos, j'ai la tête troublée. 
Eh ! concluez. l'intimé, lui présentant de petits chiais.
Venez, famille désolée ;
Venez, pauvres enfants qu'on veut rendre orphelins. Venez faire parler vos esprits enfantins.
Oui, messieurs, vous voyez ici notre misère : Nous sommes orphelins ; rendez-nous notrepère.
 Jean Racine, Les Plaideurs, 1668.

Exercice 4: un genre, le manifeste


André Breton en appelle aux forces du rêve et de l’instinct, à la puissance de l’imagination.
À quelles convictions le passage du Manifeste du surréalisme fait-il appel ?
C'est de très mauvaise foi qu'on nous contesterait le droit d'employer le mot surréalisme dans le sens très particulie
l'entendons, car il est clair qu'avant nous ce mot n'avait pas fait fortune. Je le définis donc une fois pour toutes :
surréalisme, n. m. Automatisme psychique pur par lequel on se propose d'exprimer, soit verbalement, soit par écrit
autre manière, le fonctionnement réel de la pensée. Dictée de la pensée, en l'absence de tout contrôle exercé par l
dehors de toute préoccupation esthétique ou morale.
André Brelon, Manifeste du surréalisme, 1924, Société nouvelle des Éditions Pauvert 1979.