Vous êtes sur la page 1sur 6

De nos jours, l’informatique est devenue indispensable.

Il s’est implanté au cœur de nos


entreprises, nos hôpitaux, nos ministères, nos foyers etc… Nous vivons actuellement une
transformation numérique, où elle consiste à appliquer la technologique numérique pour créer les
bases de l'innovation dans les entreprises et le secteur de l'industrie. Cette innovation numérique
s'applique désormais à tous les aspects de la société. Cette forte utilisation de l’informatique à
engendrer de grands volumes de données qui ne sont pas gérable par les logiciels et matériels
classique, c’est là qu’intervient les expressions « Big data » et « Objet connecté ».

Objet connecté
Un objet connecté est un objet physique électronique capable de communiquer avec un
ordinateur, un smartphone ou une tablette via un réseau sans fil qui le relie à Internet ou à un
réseau local, équipé de capteurs ou d’une puce qui lui permettent de proposer de nouveaux
services. C’est un type d’objet dont la vocation première n’est pas d’être un périphérique
informatique comme pour une imprimante, mais un plutôt un objet apportant des valeurs
supplémentaires en terme de fonctionnalité, d’information, d’usage du quotidien ou d’interaction
avec l’environnement.

Les informations que l’appareil peut envoyer sont par exemple la température ambiante de votre
maison, des images de votre intérieur, votre rythme cardiaque, etc. Tout cela dépend de l’objet,
de si c’est une caméra, une montre ou autre.

Ces appareils peuvent aussi recevoir des informations, pour par exemple vous donner la
possibilité d’allumer votre four cinq minutes avant votre rentrée du travail, de lancer votre
machine à café à distance, d’allumer votre aspirateur robot, etc.

La plupart des objets connectés ont besoin d’information pour être utile. Une information, c’est
tout ce qui entoure, que ce soit l’humidité dans l’air, le battement de votre cœur, le mouvement
exercé sur eux, la température ou un signal électrique transmis depuis votre téléphone en
appuyant sur un bouton.

Exemples d’objets connectés


Les montres connectées ou smartwatches. À chaque fois que vous allez faire votre footing, les
données de votre course sont transférées à un serveur, vous permettant de visualiser votre
parcours ou mesurer votre progression dans votre montre.

Le réfrigérateur connecté, ce type d’appareil détecte les produits manquants et passe la


commande pour vous pour effectuer le réapprovisionnement
Les Google Glass ou lunettes Google qui permettent à leur porteur d’obtenir des informations
supplémentaires sur leur environnement. On peut connaître le menu d’un restaurant seulement en
le regardant de loin.
Les vêtements connectés, utilisés surtout dans le domaine de sport, par exemple des t-shirts
connectés produisant un électrocardiogramme (c’est le tracé papier de l'activité électrique dans le
cœur) permettant de surveiller l’activité cardiaque.
La balance connectée, une nouvelle génération de balance qui indique plus que notre poids,
c’est-à-dire qu’elle analyse notre masse corporelle, notre pourcentage de masse grasse, masse
musculaire, masse osseuse etc…
La caméra connectée qui est capable de distinguer les personnes, les voitures et les animaux.

Les objets connectés donnent de nombreux avantages comme

Faciliter la vie quotidienne


La taille réduite de l’équipement nécessitant moins de composants
Coût réduit à la production de l’équipement
La sécurisation et le contrôle des habitats
Faire des économies
L’automatisation des tâches manuelles répétitives

Ils présentent aussi de nombreux risques. Parmi ces risques, il y a

Le danger environnemental car chaque appareil doit être alimenté en électricité et


construit des métaux de plus en plus rares.
Il y aussi le risque élevé de piratage et
L’atteinte à la vie privée des propriétaires des objets.
Big Data
La définition du Big data peut-être parfois difficile à formuler. La traduction littérale du mot est :
mégadonnées. Pour une définition simple, le Big data est un ensemble de données informatiques
collectées à très grande échelle et aussi l’analyse particulière de ces données. Pour faire face à la
grande quantité de données numériques actuellement en circulation, il est devenu nécessaire de
développer de nouvelles méthodes pour les gérer et les analyser. Donc le Big data lui porte sur
la recherche, le stockage, la capture, le partage et la présentation de ces données. Ce sont des
informations provenant de partout : messages que nous nous envoyons, vidéos que nous
publions, donnés climatiques, signaux GPS, enregistrements transactionnels d’achats en ligne et
bien d’autres encore. Ces données sont baptisées Big Data ou volumes massifs de données. Les
acteurs majeurs du web, comme Facebook, Yahoo ou Google, sont les premiers à mettre en place
cette nouvelle technologie de traitement.

La règle des 3V constitue un élément essentiel du Big Data :

 Le Volume concerne l’importance considérable des données à traiter


 La Variété porte sur les différentes sources de ces informations
 La Vélocité a trait à la vitesse de collecte, de création et de partage de ces données.

Aux 3 V initiaux, sont parfois ajoutés d'autres V comme: Véracité, Valeur et Visualisation

L’avantage et inconvénients du Big data

Le Big data permet aux entreprises de prendre des décisions plus efficaces et plus intelligentes.
En plus, le Big data permet :

la réduction des coûts des produits en vente,


la création de nouveaux produits et services
une meilleure connaissance du marché.
La prédiction des conflits mondiaux
Aider à la recherche contre le cancer
Permet de gérer les catastrophes naturelles

Mais le Big data présente des inconvénients surtout en ce qui a rapport avec la vie privée.
Il y a aussi le risque d’espionnage numérique.
Les dérives éthiquement insoutenables, Notamment depuis les révélations du lanceur
d'alerte américain Edward Snowden, certains s’inquiètent de voir outre une surveillance
de plus en plus invasive de nos activités par les fournisseurs d’accès à Internet, puis
fleurir des législations facilitant (sous prétexte de facilités économiques et/ou de sécurité
nationale) l’usage d’outils de traçage. Certaines de ces législations facilitent ou légitiment
explicitement les écoutes électroniques (écoute et analyse de conversations
téléphoniques ; interception et analyse d’emails et de réseaux) et le suivi général des
activités sur le Net.
Les renseignements peuvent servir aux fraudeurs en permettant d’identifier les
personnes les plus vulnérables.
Problème d’exactitude des informations.
L’appropriation monopolistique de certains jeux de mégadonnées collectées par
quelques grandes entreprises (Google, Facebook) ou par les outils publics ou secrets de
grands États et leurs services de surveillance et collecte de données mondialisés comme
la NSA des États-Unis (National Security Agency); une énorme quantité de données est
discrètement collectée par des entreprises spécialisées ou des agences d’état ou de
renseignement. Ces données sont stockées, et parfois piratées. Ces données sont ensuite
éventuellement louées ou vendues pour le marketing et la publicité ciblée, des études
scientifiques des organismes de sondage ou des partis politiques. Les personnes dont les
données circulent ainsi n’en sont généralement pas informées, n’ont pas donné de
consentement éclairé et peuvent difficilement vérifier ces données ou surtout les retirer
des bases de données qui les conservent pour une durée potentiellement illimitée.