Vous êtes sur la page 1sur 50

Bases de Communications Analogiques I

République du Cameroun Republic of Cameroon


**** ****
Paix – Travail – Patrie Peace – Work – Fatherland
**** ****
Ministère de l’Enseignement Ministry of Higher Education
Supérieur ****
**** B.P./P.O. Box : 46 Maroua The University of Maroua
Université de Maroua Tel : (+237) 22 62 03 76/ (+237) 22 62 ****
**** 08 90 The Higher Institute of the
Institut Supérieur du Sahel Fax : (+237) 22 29 31 12 / (+237) 22 29 Sahel
**** 15 41 ****
Département Site web : http:// www.uni- Department of Computer
d’Informatique et des maroua.citi.cm Science and
Télécommunications Email :institutsupsahel.uma@gmail.com Telecommunications

UE :
BASES DE COMMUNICATIONS
ANALOGIQUES I

CODE : ITEL 235

FILIERE : INFOTEL

Licence 2

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 1


Bases de Communications Analogiques I

Sommaire
CHAPITRE I : CHAINE DE TRANSMISSION .................................................................................5
Introduction ....................................................................................................................................5
I. Structure générale d’une chaîne de transmission ...........................................................................5
I.1.1. Information analogique ......................................................................................................5
I.1.2 Source .................................................................................................................................5
I.1.3 Le transducteur coté émetteur ..............................................................................................5
I.1.4 Emetteur .............................................................................................................................6
I.1.5 Canal ..................................................................................................................................6
I.1.6 Récepteur ............................................................................................................................6
I.1.7 Transducteur coté récepteur .................................................................................................6
I.2. Transmission en bande de base..................................................................................................6
I.2.1 Définition............................................................................................................................6
I.2.2 Avantages de transmission en bande de base .......................................................................6
I.2.3 Inconvénients de la transition en bande de base ...................................................................6
I.2.4 Transmission en bande transposée .......................................................................................7
I.2.5 Avantages de la transmission en bande transposée ...............................................................7
I.2.6 Inconvénients de la modulation ...........................................................................................7
II. La Modulation d'Amplitude (AM) ..................................................................................................7
II.1 But d’une modulation ...............................................................................................................8
II.2 La modulation AM Double Bande Sans Porteuse ......................................................................9
II.2.1 Principe .............................................................................................................................9
II.2.2 Cas d’un signal modulant sinusoïdal ................................................................................ 10
II.2.3 Cas d’un signal modulant quelconque .............................................................................. 10
II.3 Génération du signal AM DBSP ............................................................................................. 11
II.4. Problème de la démodulation du signal AM DBSP ................................................................ 11
II.5 La modulation AM Double Bande Avec Porteuse ................................................................... 12
II.5.1 Principe ........................................................................................................................... 12
II.5.2 Représentation temporelle du signal AM DBAP ............................................................... 12
II.5.3 Représentation spectrale du signal AM DBAP.................................................................. 13
II.5.4 Puissance d’un signal AM DBAP ..................................................................................... 13
II.6 Génération du signal AM DBAP ............................................................................................. 14
II.6.1 Méthode directe ............................................................................................................... 14
II.6.2 Utilisation d’une non linéarité .......................................................................................... 14

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 2


Bases de Communications Analogiques I

II.7. Démodulation des signaux AM DBAP ................................................................................... 14


II.7.1 Démodulation cohérente .................................................................................................. 14
II.7.2 Démodulation AM par détection d’enveloppe .................................................................. 15
II.8 La modulation AM à Bande Latérale Unique ...................................................................... 16
II.8.1 Principe ........................................................................................................................... 16
II.8.2 Caractéristiques du signal BLU ........................................................................................ 17
II.8.3 Génération du signal BLU par filtrage passe-bande .......................................................... 17
II.8.4 Génération du signal BLU par la méthode du déphasage .................................................. 18
II.8.5 Démodulation du signal BLU ........................................................................................... 19
III. La modulation de fréquence ........................................................................................................ 19
III.1 Définitions ............................................................................................................................ 19
III.2 Analyse spectrale du signal FM ............................................................................................. 20
III.2.1 Développement en série de Fourier d’un signal FM ......................................................... 20
III.2.2 Les fonctions de Bessel de première espèce .................................................................... 21
III.3. Analyse spectrale du signal FM ............................................................................................ 21
III.3.1 Représentation spectrale du signal FM ............................................................................ 23
III.3.2 Occupation spectrale utile du signal FM.......................................................................... 23
III.3.3 Généralisation................................................................................................................. 25
III.4 Génération du signal FM ....................................................................................................... 25
III.4.1 Principe .......................................................................................................................... 25
III.4.2 Méthode par variation de paramètres............................................................................... 26
III.5 Démodulation des signaux FM .............................................................................................. 28
CHAPITRE II: SUPPORTS DE TRANSMISSION ....................................................................... 29
I. Les supports les plus courants .................................................................................................... 29
I.1 Le câble coaxial ................................................................................................................... 29
I.2. La paire torsadée ..................................................................................................................... 30
I.2.1. La paire torsadée non blindée----------------------------------------------------------------------- 30
I.2.2. La paire torsadée blindée .................................................................................................. 31
I.3. Faisceau Hertzien (F.H.) ......................................................................................................... 31
I.3.1. La propagation des ondes électromagnétiques ................................................................... 32
I.3.2 Caractéristiques d’une onde électromagnétique................................................................. 33
I.3.3 La propagation dans l’environnement terrestre................................................................... 33
I.3.4. Les systèmes utilisant les liaisons hertziennes ................................................................... 34
I.4 La fibre optique ....................................................................................................................... 34

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 3


Bases de Communications Analogiques I

I.4.2. Propagation dans la fibre optique ...................................................................................... 35


I.4.2.1 Les fibres multi modes ou MMF (Multi Mode Fiber) ...................................................... 36
I.4.3. Les fibres monomodes ...................................................................................................... 37
I-5-Applications ........................................................................................................................ 38
CHAPITRE III : MULTIPLEXAGE ET BILAN DE LIAISON......................................................... 41
Introduction ................................................................................................................................ 41
I. Définition .................................................................................................................................. 41
I.1 Multiplexage par répartition en fréquence (FDM) ................................................................. 41
I.2.2 Multiplexage par répartition de temps (TDM).................................................................... 42
Exemple ................................................................................................................................... 44
I.2.3 Multiplexage en longueur d’onde : Fibre optique ............................................................... 44
II. Bilan de liaison .................................................................................................................... 45
Quelques conversions ............................................................................................................... 45
II .1. Bilan de liaison Hertzienne ................................................................................................... 46
II.1.1. Schéma de principe d’une liaison hertzienne ................................................................... 46
II.1.2. Expression de la puissance reçue ..................................................................................... 47
II.1.4 Gain d’une antenne .......................................................................................................... 47
II.1.5. Sources de pertes ............................................................................................................ 47
II.1.6 Modèles de prédiction ......................................................................................................... 48

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 4


Bases de Communications Analogiques I

CHAPITRE I : CHAINE DE TRANSMISSION

Introduction
L’information issue d’une source est transmise via un EMETTEUR dans un
CANAL de transmission (atmosphère, ligne électrique, fibre optique…).
Un autre utilisateur va récupérer sur le CANAL, grâce à un RECEPTEUR, le signal
transmis auquel se seront superposés des parasites : BRUIT ou perturbations.

I. Structure générale d’une chaîne de transmission


On peut distinguer deux types d’information, conduisant à deux structures générales de
systèmes de transmission
• information analogique ;
• information numérique.
Nous allons plus nous intéressé à l’information analogique (signal analogique).

I.1.1. Information analogique


Une information analogique est un signal de temps continu qui conserve un message clé à transmettre
via une chaine de communication. La chaîne est un ensemble des éléments qui jouent les différents
rôles pour la bonne de transfert du message.

Figure 1: Chaine de transmission

I.1.2 Source
C’est la propriété du champ électromagnétique de se propager sous forme
d’ondes qui est utilisée pour réaliser des transmissions entre émetteurs et récepteurs.
La source peut être : Son, Lumière, Température, Vitesse, Accélération, Déplacement,
Force...

I.1.3 Le transducteur coté émetteur


C’est un appareil ou capteur permettant de détecter la nature du signal: Microphone,
Photodiode, Capteur CCD, Thermocouple, Capteur piézo, Potentiomètre, Jauge

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 5


Bases de Communications Analogiques I

I.1.4 Emetteur
Il s’agit d’un Pré-amplification, (Conversion. Analogique.-Numérique.), (codage),
(modulation), (filtrage), Amplification, (de puissance) pour une information provenant d’une
source ou d’un transducteur.

I.1.5 Canal
Le canal de transmission possède plusieurs variétés :
Câble coaxial, fibre optique, guide d’ondes, espace libre, et canal sous-marin etc….

I.1.6 Récepteur
Le récepteur est un ensemble d’éléments permettant de faire une amplification, une
réception filtrage, (démodulation, décodage), (Conversion. Numérique.-Analogique) ou une
amplification de puissance.

I.1.7 Transducteur coté récepteur


Le transducteur peut jouer ici le rôle d’un haut-parleur, une source de visualisation,
d’asservissement, de commande de procédé ou de calcul...

I.2. Transmission en bande de base


I.2.1 Définition
On appelle transmission en bande de base une transmission sans modification
préalable du spectre du signal au niveau de l’émetteur.
Exemple : Signal analogique sinusoïdal
Un signal sinusoïdal est un signal périodique très important.
C’est un signal de la forme : ( ) = ( )

Figure 2 : Signal analogique sinusoïdal

I.2.2 Avantages de transmission en bande de base


 Emetteur et récepteur simples
 Possibilité de multiplexage temporel

I.2.3 Inconvénients de la transition en bande de base


• Sensibilité aux parasites

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 6


Bases de Communications Analogiques I

• Transmission par câble ou fibre optique --> coût élevé

• Impossibilité de partage direct d’un même canal par plusieurs sources

• Impossibilité de transmission à l’air libre pour signaux BF.

I.2.4 Transmission en bande transposée


On appelle transmission en bande transposée ou modulation une transmission avec
modification préalable du spectre du signal à transmettre.
La modulation utilise généralement deux signaux :
• Le message analogique ou numérique, appelé signal modulant ou message (BF)

• un signal de porteuse ou d’échantillonnage (HF)

La modulation peut être :


• Soit une transposition plus ou moins directe du spectre du message vers les HF
(modulation d’amplitude, de fréquence)
• Soit une modification radicale du signal lui-même et utilisant des moyens numériques,
notamment l’échantillonnage (modulation par impulsions),
• Soit une combinaison des deux techniques précédentes.

I.2.5 Avantages de la transmission en bande transposée


• Adaptation du signal modulé aux caractéristiques fréquentielles du canal de
transmission
• Rayonnement possible dans une antenne
• Transmission possible à longue distance (ex: satellites)
• Moindre sensibilité au bruit et parasites externes
• Transmissions simultanées : possibilité de multiplexage fréquentiel
• Homogénéité des équipements (antennes)
f = 495 MHz et f = 505MHz
λ = 495 MHz et λ = 505MHz

I.2.6 Inconvénients de la modulation


 Systèmes plus complexes : risque d’augmentation de la dégradation du signal due aux
équipements ;
 Bande de fréquences à l’émission plus importante que celle du message.

II. La Modulation d'Amplitude (AM)


La modulation permet de transmettre des informations à longue distance grâce à la
transposition du spectre du signal dans une bande de fréquence adaptée au canal de

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 7


Bases de Communications Analogiques I

transmission choisi. Un signal modulé en amplitude varie au rythme du signal modulant


(message).

II.1 But d’une modulation


Soit le montage suivant :

En faisant varier la longueur l de la tige métallique, on constate que pour une longueur l0, le
courant débité par le générateur devient très supérieur au courant consommé par le primaire
du transformateur à vide : tout se passe comme si le secondaire du transformateur était
connecté à une charge.

Il y a donc un échange d’énergie entre le générateur et le milieu ambiant. Cet échange se fait
sous forme de rayonnement électromagnétique. La tige métallique joue le rôle d’une antenne
émettrice. On constate également que la longueur l0 pour laquelle le rayonnement est maximal
est liée à la fréquence f du générateur par la relation :

=
2

Avec : = ∶ longueur d’onde du signal produit par le générateur, C étant la vitesse de la


lumière.
Exemple de calcul : Si on veut transmettre un signal audio dont le spectre se situe autour de
10 kHz, la longueur de l’antenne doit être :

3. 10
= = = 15000
2 2 × 10. 10

L’antenne doit avoir une longueur très grande : difficile en pratique. Pour diminuer la longueur de
l’antenne, on doit augmenter la fréquence du signal à transmettre : on effectue

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 8


Bases de Communications Analogiques I

Un décalage spectral vers les hautes fréquences du signal : c’est la modulation.


Exemple : Si l’émission se fait à la fréquence f = 10 MHz, la longueur de l’antenne devient :
3. 10
= = = 15
2 2 × 10. 10
C’est une antenne réalisable pratiquement.
A la réception, le signal HF doit être ramené vers les basses fréquences : décalage spectral vers les
basses fréquences du signal : c’est la démodulation.
Ainsi, les signaux basse fréquence (signaux audio) ne peuvent pas être directement transmis en bande
de base car ils nécessitent de trop grandes antennes. Le but d’une modulation est donc de décaler le
signal à émettre vers les hautes fréquences afin d’avoir des antennes émettrices de dimensions
raisonnables.
La fréquence à laquelle se fait l’émission en HF est appelée fréquence porteuse car elle transporte
l’information BF. Le signal transmis en HF est appelé signal modulé. On en déduit le schéma
synoptique d’une chaîne de transmission :

La méthode la plus simple de transposition spectrale est la modulation d’amplitude (ou modulation
linéaire), notée AM (Amplitude Modulation). C’est la méthode utilisée pour les premières
transmissions radio, dans les années 1920. Il y a quatre types de modulations d’amplitude :
–AM Double Bande Sans Porteuse(DBSP) : utilisée pour le multiplexage fréquentiel et le cryptage
analogique ;
–AM Double Bande Avec Porteuse(DBAP) : utilisée en radiodiffusion ;
–AM Bande Latérale Unique(BLU) : utilisée pour le multiplexage fréquentiel, la téléphonie, les
radiocommunications militaires et marines ;
–AM Bande Latérale Résiduelle(BLR) : utilisée pour l’émission des signaux de télévision.

II.2 La modulation AM Double Bande Sans Porteuse

II.2.1 Principe
Soit un signal sinusoïdal haute fréquence p(t) = cos2πf0t, appelé porteuse. Le message m(t) à
transmettre est appelé signal modulant.
Le signal AM modulé en amplitude Double Bande Sans Porteuse (DBSP) s’écrit :
( ) = ( ). ( )

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 9


Bases de Communications Analogiques I

II.2.2 Cas d’un signal modulant sinusoïdal


On considère un signal modulant sinusoïdal ( )= . (2 ) avec ≪ .Le signal AM
s’écrit alors : s(t) = cos2πf t · Acos 2πfmt

Représentation temporelle :

Représentation spectrale : pour déterminer le spectre de s(t), il faut décomposer s(t) en une somme de
signaux sinusoïdaux. On a :

( )= 2 2 = cos 2 ( + ) + cos 2 ( − )
2 2
Le spectre d’amplitude du signal modulé s(t) est donc constitué de deux raies symétriques situées aux
fréquences f0−fm et f0+fm. De plus, il n’ya pas de composante spectrale à la fréquence f0 de la porteuse.
L’allure du spectre d’amplitude du signal modulé justifie l’appellation Double Bande Sans Porteuse.

Le signal modulé est un signal à bande étroite, centré autour de la fréquence f0 de la porteuse. Le but
de la modulation est atteint : le signal BF est transformé en un signal HF.

II.2.3 Cas d’un signal modulant quelconque


La représentation d’un signal peut se subdiviser en deux représentations :

Représentation temporelle :

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 10


Bases de Communications Analogiques I

Représentation spectrale :

Le spectre d’amplitude du signal AM DBSP avec un signal modulant quelconque est constitué de deux
bandes symétriques, centrées autour de f0: la bande latérale inférieure (BLI) et la bande latérale
supérieure (BLS).
L’occupation spectrale du signal AM DBSP est :
=2×
La transmission d’un signal en modulation AM DBSP nécessite donc une largeur de bande
double de celle du signal modulant.

II.3 Génération du signal AM DBSP


Pour produire un signal AM DBSP, il faut effectuer le produit du signal modulant par la porteuse. Le
système qui effectue cette opération est appelé multiplieur analogique ou modulateur ou encore
mélangeur.

Il existe différentes réalisations possibles du modulateur.

II.4. Problème de la démodulation du signal AM DBSP


Si la porteuse locale est affectée d’un déphasage ϕ, on a:
( ) = ( )(cos 2 + )= ( ) cos 2 . (cos 2 + )

1 1
= ( ) cos + ( ) cos(cos 4 + )
2 2
Après filtrage passe bas :

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 11


Bases de Communications Analogiques I

1
( ) = ( ) cos
2
On constate qu’il y a atténuation du signal démodulé, d’où la nécessité que la porteuse locale soit en
phase avec la porteuse reçue : démodulation cohérente ou synchrone. Solution: transmission séparée
d’une porteuse de référence appelée fréquence pilote.
La modulation AM DBSP n’est pas utilisée pour la radiodiffusion mais pour des techniques de
multiplexage fréquentiel : transmission de plusieurs signaux sur un même support, chaque signal étant
transmis sur une porteuse différente.

II.5 La modulation AM Double Bande Avec Porteuse


II.5.1 Principe
Soit p(t)=A.cos 2πf0t la porteuse et m(t) le message à transmettre. Le signal AM DBAP s’écrit :
( )=( + ( )) cos 2
Dans le cas d’un signal modulant sinusoïdal ( ) = 2 , le signal AM DBAP devient
( )=( + cos 2 ) cos 2

( )= 1+ cos 2 cos 2

( ) = (1 + cos 2 ) cos 2

Avec = : indice de modulation (ou taux de modulation) = rapport entre l’amplitude du signal

modulant et celle de la porteuse.


Pour un signal modulant quelconque, l’indice de modulation est défini par :
| ( )|
=

II.5.2 Représentation temporelle du signal AM DBAP

Si k≤1, l’enveloppe du signal modulé s(t) possède exactement la forme du signal modulant. Si k>1,
l’enveloppe du signal modulé ne correspond plus au signal modulant : l’enveloppe du signal AM est
surmodulé. En pratique, on doit toujours avoir k ≤ 1.

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 12


Bases de Communications Analogiques I

Détermination de l’indice de modulation k à partir de la représentation temporelle du signal AM


DBAP :
= (1 + ) −
⇒ =
= (1 − ) +

II.5.3 Représentation spectrale du signal AM DBAP


( ) = (1 + cos 2 ) cos 2
= cos 2 + cos 2 cos 2

= cos 2 + cos 2 ( − ) + cos 2 ( + )


2 2
Le spectre du signal AM DBAP possède donc une raie d’amplitude A à la fréquence f0 de la

porteuse et deux raies latérales d’amplitude aux fréquences − +

II.5.4 Puissance d’un signal AM DBAP


On a les relations suivantes :
= + +
=
D’où = +2×
Dans le cas d’un signal modulant sinusoïdal :

= +2× 2 = + = 1+
2 2 2 4 2 2

Ainsi : = 1+

En général, le signal AM transmis ne doit aps être surmodulé : ≤ 1 =1

(valeur maximale), on donc : = ⇒ =

Donc seul un tiers (au maximum) de la puissance du signal AM contient l’information utile.
C’est un inconvénient de la modulation AM DBAP : gaspillage de puissance.

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 13


Bases de Communications Analogiques I

II.6 Génération du signal AM DBAP

II.6.1 Méthode directe

Cette méthode est très peu utilisée.

II.6.2 Utilisation d’une non linéarité

Exemple : on considère la non linéarité définie par :


= ( )= + +
Le signal y(t) s’écrit :
( ) = ( ( ) + ( ))
= + [ ( ) + ( )] + [ ( ) + ( ) 2 ( ) ( )]
= + ( )+ ( )+ ( )+ ( )+2 ( ) ( )

Après filtrage passe bande du signal y(t) autour de la fréquence f0,on obtient:
s(t) = a p(t) + 2a m(t)p(t)
= [a + 2a m(t)]p(t)
C’est bien un signal AM DBAP:

II.7. Démodulation des signaux AM DBAP

II.7.1 Démodulation cohérente

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 14


Bases de Communications Analogiques I

Pour un signal m(t) tel que |m(t)|max=1, on a :


( ) = ( ) cos 2
= (1 + . ( )) cos 2

= (1 + . ( ))(1 + cos 4 )
2

. .
= + ( )+ cos 4 + cos 4
2 2 2 2

Après filtrage passe-bas et suppression de la composante continue :

.
( )= ( )
2

La démodulation cohérente présente le problème de la synchronisation de la porteuse locale


avec la porteuse à l’émission. Une méthode de démodulation plus efficace est la détection
d’enveloppe.

II.7.2 Démodulation AM par détection d’enveloppe


Principe : Mesure de l’enveloppe du signal pour récupérer le signal modulant m(t):

Détecteur développe :

Fonctionnement : le signal AM est redressé par la diode afin de garder seulement l’alternance
positive. Le signal AM ne doit pas être sur modulé pour que l’enveloppe du signal redressé
soit proportionnelle au signal modulant :

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 15


Bases de Communications Analogiques I

Pendant l’alternance positive du signal AM où la diode conduit, le condensateur C se charge.


Lorsque la diode se bloque pendant l’alternance négative, le condensateur se décharge à
travers la résistance R avec une constante de temps τ =RC. Si cette constante de temps est
suffisamment grande, la tension aux bornes du condensateur reproduit approximativement la
forme de l’enveloppe du signal AM.

Après élimination de la composante continue, on obtient le signal démodulé:

II.8 La modulation AM à Bande Latérale Unique

II.8.1 Principe
En modulation AM double bande, avec ou sans porteuse, le spectre du signal modulé présente
deux bandes latérales symétriques autour de la fréquence de la porteuse. Ces deux bandes
latérales se déduisent l’une de l’autre, donc elles contiennent chacune la même information.
Leur occupation spectrale vaut le double de celle du signal en bande de base. Il y a donc un
gaspillage de la puissance de l’émetteur et de la bande passante du canal de transmission.
Principe de la modulation AM à bande latérale unique (BLU) : supprimer l’une des deux
bandes latérales du signal transmis pour une meilleure exploitation de la puissance et de la
bande passante.
La modulation BLU est principalement utilisée en radiotéléphonie militaire et marine.

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 16


Bases de Communications Analogiques I

II.8.2 Caractéristiques du signal BLU

Occupation spectrale du signal BLU :


=

II.8.3 Génération du signal BLU par filtrage passe-bande

Problème posé par cette méthode : réalisation d’un filtre passe-bande avec une coupure nette
en f0 (pente infinie) →le spectre du signal modulant ne doit pas contenir de fréquences très
basses pour pouvoir utiliser un filtre passe-bande réalisable.
En pratique, on supprime les fréquences du signal modulant comprises dans un intervalle
[0 ∆f] à l’aide d’un filtre passe bande avant d’effectuer la modulation (∆f = 300 Hz pour la
téléphonie) :

Pour augmenter encore ∆f afin de pouvoir utiliser un filtre passe-bande avec une faible pente,
on peut réaliser une double modulation BLU :

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 17


Bases de Communications Analogiques I

II.8.4 Génération du signal BLU par la méthode du déphasage

Le filtre déphaseur (ou filtre de Hilbert) présente un gain égal à 1 et introduit un déphasage
dans la bande de fréquences [0 Bm] (Bm: occupation spectrale du signal modulant) :

Pour un signal modulant m(t)=Am.cos 2πfmt, on a:


( )= ( ) cos 2 ± 1( ) sin 2
= cos 2 cos 2 ± sin 2 sin 2

= cos 2 ( + ) + cos 2 ( − ) ± [cos 2 ( + ) − cos 2 ( − ) ]


2 2 2
cos 2π(f + f )t (+: BLS)
=
cos 2π(f − f )t (−: BLI)
La réalisation pratique du filtre déphaseur reste cependant délicate.

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 18


Bases de Communications Analogiques I

II.8.5 Démodulation du signal BLU


La démodulation d’un signal BLU se fait par démodulation cohérente :

Pour un signal BLU


( )= cos 2 ( + ) , on a:
( )= ( ) cos 2
= cos 2 ( + ) cos 2

= cos 2 + cos 2 ( + )
2 2
Après filtrage passe-bas, on obtient le signal démodulé :
1
( )= cos 2 = ( )
2 2
III. La modulation de fréquence
III.1 Définitions
Soit un signal ( ) = . (2 + ( )). On définit :
-La phase instantanée:
Θ (t) = 2πf t + ( )
-La fréquence instantanée:
1 Θ ( t) 1 ( )
( )= = +
2 2
La modulation de fréquence est la transformation du message m(t) à transmettre en variations
de la fréquence instantanée du signal s(t)qui est transmis sur le canal de transmission. La
transformation est linéaire :
( )= + ( )
On en déduit l’expression du signal modulé en fréquence :

Θ (t) = 2π ( ) du = 2πf t + 2π ( )

D’où

( )= . (2πf t + 2π ( ) )

Représentation temporelle :

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 19


Bases de Communications Analogiques I

III.2 Analyse spectrale du signal FM


III.2.1 Développement en série de Fourier d’un signal FM
Soit un signal FM :

( )= cos 2 +2 ( )

On ne sait pas calculer le spectre de s(t) pour un signal modulant m(t) quelconque. On
effectue le calcul dans le cas d’un signal modulant sinusoïdal:
( )= cos 2
Dans ce cas, la fréquence instantanée du signal FM est :
( )= + ( )= + cos 2
Fi(t) varie de manière sinusoïdale dans un intervalle [f0−∆f, f0+∆f] avec:
Δ =
∆f est appelé excursion maximale en fréquence. C’est une grandeur proportionnelle à
l’amplitude du signal modulant. On en déduit la phase instantanée du signal FM :

Θ (t) = 2π ( ) du = 2πf t + sin 2


f
On définit l’indice de modulation du signal FM :

= =

Le signal FM s’écrit donc :


( )= cos(2 + sin 2 )
C’est un signal périodique. On montre que son développement en série de Fourier s’écrit :
Où Jn(β) est la fonction de Bessel de première espèce d’ordre n.

( )= ( ) cos2π( + )

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 20


Bases de Communications Analogiques I

III.2.2 Les fonctions de Bessel de première espèce


La fonction de Bessel de première espèce d’ordre n est définie par :
1
( )= ( − )
2
Elle peut être développée en série par :

(−1)
( )= 2
!( + )!

Elle possède les propriétés suivantes :

( ) = (−1) ( )

( ) = (−1) (− )

2
( ) + ( )= ( )

Pour ≪ 1, ( ) ≈ !

Pour ≫ 1, ( ) ≈ cos − −

( )= ( ) ( )=1

Représentation graphique :

III.3. Analyse spectrale du signal FM


Table des fonctions ( ) pour différentes valeurs de l’indice β:

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 21


Bases de Communications Analogiques I

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 22


Bases de Communications Analogiques I

III.3.1 Représentation spectrale du signal FM


D’après les propriétés des fonctions de Bessel :
- le spectre du signal FM modulé par un signal sinusoïdal de fréquence fm est constitué d’une
infinité de raies distantes de fm, situées aux fréquences f0 ± n fm, d’amplitude · ( );
-les raies symétriques aux fréquences + − ont même amplitude mais sont en
opposition de phase pour n impair car ( ) = (−1) (− );
- le nombre de raies est infini, mais Jn(β)→0 quand n→∞ donc le signal FM peut être
considéré comme un signal à largeur de bande limitée ;
- lorsque l’indice de modulation est faible, c’est-à-dire ≪ 1, on a :

( ) ≈ 1, ( )≈ ( ) ≈ 0 >1
2
donc le spectre est constitué d’une raie à la fréquence f0 de la porteuse et de deux raies
latérales aux fréquences f0−fm et f0+fm: il ressemble à un signal AM double bande avec
porteuse sauf que les raies latérales sont en opposition de phase car ( ) = − ( ). Un tel
signal est appelé signal FM à bande étroite (NBFM : Narrow Band FM).

III.3.2 Occupation spectrale utile du signal FM


Le signal FM possède théoriquement une occupation spectrale infinie (nombre de raies infini),
il nécessite donc un canal de transmission possédant une bande passante infinie : irréalisable
en pratique.

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 23


Bases de Communications Analogiques I

La transmission du signal FM se fait donc en remarquant que, pour une valeur donnée de
l’indice de modulation β, l’amplitude des raies spectrales devient de plus en plus faible
lorsqu’on s’éloigne de la fréquence de la porteuse. On peut donc négliger les raies dont le
rang est supérieur à une certaine valeur qui reste à déterminer en fonction de β.
Soit N(β) le nombre de raies significatives de part et d’autre de la porteuse. L’occupation
spectrale utile du signal FM est donc :
=2 ( )
Il existe différents critères de détermination de N(β), par exemple la règle de Carson : pour
mesurer N(β), on ne garde que les raies dont la somme des puissances constitue au moins 98
% de la puissance totale du signal FM.
En utilisant le développement en série de Fourier du signal FM, la puissance de celui-ci s’écrit
:

[ . ( )]
= = ( )= ( ( ) = 1 )
2 2 2

Le nombre N(β) de raies significatives selon la règle de Carson est donc défini l’inégalité :
( )
A A
J (β) ≥ 0,98.
2 2
( )
%

C’est-à-dire :
( )

( ) ≥ 0,98
( )

Ou encore :
( )

+ 2 ( ) ≥ 0,98

car, pour n>1, on a ( ) = (−1) ( ) ( ) = ( ) .


En utilisant la table des fonctions de Bessel, on trouve que :
( )= +1
D’où
= 2( + 1)

Puissance = , on a également


=2 +1 = 2(∆ + )=2 +

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 24


Bases de Communications Analogiques I

L’occupation spectrale du signal FM dépend donc de deux grandeurs :


- l’excursion en fréquence ∆f, proportionnelle à l’amplitude du signal modulant ;
-la fréquence fm du signal modulant.
Dans le cas d’un signal FM à faible indice ( ≪ 1), = 2( + 1) ≈2 : on
retrouve l’occupation spectrale d’un signal AM.
Dans le cas d’un signal FM`a grand indice ( ≫ 1), = 2( + 1) ≈2 =
2 , donc l’occupation spectrale d’un signal FM à grand indice de modulation (appelé
signal WBFM : Wide Band FM) est proportionnelle à l’amplitude du signal modulant. Ce
dernier résultat est connu sous le nom de théorème de Woodward.

III.3.3 Généralisation
Dans le cas d’un signal modulant m(t) quelconque, on peut utiliser pour déterminer
l’occupation spectrale utile du signal FM, le résultat trouvé dans le cas d’un signal modulant
sinusoïdal en définissant l’indice de modulation généralisé:
∆ | ( )|
= =

-∆f=kf|m(t)|max: excursion maximale de la fréquence instantanée ;


- Bm: occupation spectrale du signal modulant.
La règle de Carson donne :
Exemple de calcul : en radiodiffusion FM dans la bande 88 – 108 MHz, on a ∆f=75kHz et
Bm= 15 kHz (norme HI-FI : haute fidélité). Dans ce cas, on a :

= = = 5 = 2(∆ + ) = 2 × (75 + 15) = 180

La valeur ainsi déterminée constitue une estimation de Bs. Il reste nécessaire d’effectuer des
mesures pour chaque cas particulier.

III.4 Génération du signal FM


III.4.1 Principe
Générer un signal FM consiste à transformer des variations de tension en variations de
fréquence. La transformation tension u→fréquence f doit être linéaire :
( )= + ·
Pour u = 0, f = f0 : Le modulateur FM délivre la porteuse non modulée, kf est appelé
sensibilité du modulateur (en Hz/V) et mesure la variation de fréquence ∆f produite par une
variation de tension ∆u.

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 25


Bases de Communications Analogiques I

III.4.2 Méthode par variation de paramètres


Le signal FM est obtenu en faisant varier la fréquence d’un oscillateur LC en agissant sur la
valeur de la capacité qui détermine la fréquence d’oscillation. L’élément à capacité variable
utilisé est une diode Varicap placée en parallèle avec la capacité du circuit LC:

La diode Varicap se comporte comme une capacité dont la valeur dépend de la tension inverse
Vp appliquée entre ses bornes. La capacité d’une diode Varicap est :
1
=
1+

Où C0, V0 et n sont des constantes. Par exemple, pour la diode BB909A :C0 =30 pF,
V0= 700 mV et n=0,7.

Le condensateur de liaison Cl, d’impédance négligeable en haute fréquence, permet d’éviter


que l’inductance L ne court-circuite le signal modulant m(t). L’inductance d’arrêt LA (self de
choc), d’impédance négligeable en basse fréquence, présente une impédance élevée en haute
fréquence afin de ne pas court-circuiter le signal de l’oscillateur par la source du signal
modulant.
La fréquence de l’oscillateur est égale à la fréquence de résonance du circuit LC donc :
1
= = ( )
2 +

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 26


Bases de Communications Analogiques I

En utilisant l’approximation (1 + ) ≈ 1 + ≪ 1, avec un signal modulant de


faible amplitude ≪ , ona:

= = 1+ ≈ 1−
1+

Donc :
1 1
≈ =

2 + 1− 2 + +

1 1
= = 1−
2 ( + ) ( + )
2 ( + ) 1−
( + )

1 1
≈ 1+ =
2 ( + ) 2( + )
2 + +

≈ + = + ( )

Avec : = = ( )
( )

Ainsi :
La fréquence de l’oscillateur est une fonction linéaire du signal modulant m(t). L’oscillateur
délivre donc bien un signal FM. Un tel oscillateur est appelé oscillateur commandé en tension
ou VCO (Voltage Controlled Oscillator).
Application : on veut transmettre un signal d’amplitude Am= 10 mV sur une porteuse de
fréquence f0= 98 MHz avec une excursion en fréquence ∆f= 75 kHz. Déterminer les valeurs
de L et C dans le cas où une diode Varicap BB109A est utilisée. On a :
∆ 75
∆ = , ù = = = 7,5 /
10
Des expressions def0 et kf trouvées précédemment, on déduit :

= 1− ≈ 74,4 = ≈ 5,42

Avantage de cette méthode : elle permet d’obtenir des excursions en fréquence importantes.
Inconvénient : les caractéristiques de l’oscillateur varient avec le temps à cause du
vieillissement des composants, des variations de température . . . d’où une dérive de la
fréquence de la porteuse.

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 27


Bases de Communications Analogiques I

III.5 Démodulation des signaux FM


Soit le signal FM :
( )= cos 2 + ( )

Avec : ( ) = 2 ∫ ( )

Si on dérive le signal s(t), on obtient : =− 2 + sin 2 + ( )

=2 ( )

Donc : = −2 + ( ) sin 2 + ( )

Le signal est un signal FM dont l’enveloppe est une fonction linéaire du signal modulant

m(t). Une détection d’enveloppe permet de récupérer m(t). On en déduit le schéma de


principe d’un discriminateur:

Réalisation pratique du filtre dérivateur : l’opération de dérivation correspond à une


multiplication par j2πf dans le domaine fréquentiel. La fonction de transfert d’un filtre
dérivateur est donc : H(f) = j2πf
En pratique, on réalise une approximation linéaire autour de la fréquence f0 en utilisant un
circuit résonnant.

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 28


Bases de Communications Analogiques I

CHAPITRE II: SUPPORTS DE TRANSMISSION


Nous entendons par "Supports de transmission" tous les moyens par lesquels on peut
conduire un signal de son lieu de production à sa destination avec le moins possible de
déperditions, dispersions ou distorsions.
Les supports de transmission sont classés en fonction de la gamme de fréquences qu’ils sont
capables de tenir.

I. Les supports les plus courants


On distingue plusieurs câbles utilisés en réseaux informatiques. Ces câbles permettent
de relier et de transporter les signaux entre les ordinateurs. Les différents types de câbles ont
des caractéristiques et sont classés selon leurs capacités à transmettre des données à diverses
vitesses et avec des taux d’erreurs. On peut citer les câbles à paires torsadées, les câbles
coaxiaux, les fibres optiques.

I.1 Le câble coaxial


C'est le type de câble le moins cher. Il est constitué d'un fil de cuivre rigide au cœur
d'un tuyau de plastique épais lui-même recouvert d'une feuille de métal la protégeant des
perturbations électriques externe. Cela reste tout de même insuffisant si le câble est trop
proche d'un appareil électrique.
On distingue plusieurs câbles utilisés en réseaux informatiques. Ces câbles permettent de
relier et de transporter les signaux entre les ordinateurs. Les différents types de câbles ont des
caractéristiques et sont classés selon leurs capacités à transmettre des données à diverses
vitesses et avec des taux d’erreurs.

Figure 23 : Câble coaxial

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 29


Bases de Communications Analogiques I

I.2. La paire torsadée


Il existe deux types de câbles à paires torsadées :
 Le câble à paire torsadée non blindée (UTP pour unshielded twisted-pair)
 Le câble à paire torsadée blindée (STP pour shielded twisted-pair)

I.2.1. La paire torsadée non blindée


Il est composé de 2, 4, 6 ou 8 fils torsadés (UTP Unshielded Twisted Pair) deux par deux. Ces
fils ne sont protégés que par une gaine plastique isolante. C'est le support le plus courant dans
les réseaux informatiques, avec des connecteurs RJ 45.
Les composants d’un câble à paire torsadée non blindée :
Les caractéristiques du câble à paire torsadée non blindée (UTP) :
 Utilisé à l’origine pour les lignes téléphoniques
 Répond aux spécifications de la norme « 10 base T » des réseaux ETHERNET
 Très utilisé pour les réseaux locaux
 Une longueur maximale de 100 mètres

Les qualités de la paire torsadée sont les suivantes :


 Très utilisé pour les réseaux locaux
 Une longueur maximale de 100 mètres
 Un débit de 10 à100 Mb/s
 Un câblage peu coûteux, c’est le moins cher
 Une installation et des connexions simples
 La plus grande flexibilité du câble
 La plus grande vulnérabilité aux interférences
 Un choix fiable mais qui ne garanti pas l’intégrité des données transmises sur de longues
distances et à des débits élevés…

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 30


Bases de Communications Analogiques I

Figure 24 : Paire torsadée


I.2.2. La paire torsadée blindée
Le câble STP (Shielded Twisted Pair) utilise une gaine de cuivre de meilleure qualité et plus
protectrice que la gaine utilisée par le câble UTP. Il contient une enveloppe de protection
entre les paires et autour des paires. Dans le câble STP, les fils de cuivre d'une paire sont eux-
mêmes torsadés, ce qui fournit au câble STP un excellent blindage, c'est-à-dire une meilleure
protection contre les interférences). D'autre part il permet une transmission plus rapide et sur
une plus longue distance. Le blindage permet de réduire les interférences (mélanges des
signaux électriques de plusieurs lignes,…). Le blindage (STP) permet des transferts de
données à des débits plus importants et sur des distances plus grandes que l’UTP.

Figure 25 : Paire torsadé blindée

I.3. Faisceau Hertzien (F.H.)

Un FH est une liaison radio spécialisée, composée de 2 antennes émettrices-réceptrices ultra


directionnelles pointées exactement l’une vers l’autre, sans obstacle intercalé. Lorsqu’une
antenne est très éloignée de l’autre, il peut arriver que la liaison soit assurée par plusieurs couples de

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 31


Bases de Communications Analogiques I

faisceau hertzien. Un FH a souvent un débit de 2 Mbit/s, il est donc nécessaire sur certains sites
à capacité importante d’en utiliser plusieurs.

L’antenne émettrice envoie de l’énergie dans l’espace; on dit que cette antenne
rayonne. Le transport de l’information par l’onde électromagnétique se fait sans transport de
matière, mais avec transfert d’énergie.
L’onde électromagnétique émise par une antenne émettrice a la même fréquence que celle du
signal électrique qui lui est transmis.
L’onde électromagnétique reçue par une antenne réceptrice engendre un signal électrique de
même fréquence.

I.3.1. La propagation des ondes électromagnétiques


Dans une liaison hertzienne, c’est une onde électromagnétique qui « porte » l’information à
transmettre. Une onde électromagnétique est constituée d’un champ électrique E et d’un champ
magnétique H, couplés entre eux : les deux champs sont perpendiculaires l’un à l’autre, leurs
amplitudes sont en rapport constant et leurs variations sont en phase.

E ⃗: champ électrique ; H ⃗: champ magnétie ; C ∶ célérité ( m⁄s)

λ ∶ longueur d′onde

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 32


Bases de Communications Analogiques I

I.3.2 Caractéristiques d’une onde électromagnétique

Les caractéristiques principales d’une onde électromagnétique sont : La polarisation :


C’est l’orientation du champ électrique par rapport à l’horizontale. Si le champ ⃗ est

parallèle à l’horizontale, on dit que l’onde a une polarisation horizontale. Si le champ ⃗ est
perpendiculaire à l’horizontale, on dit que l’onde a une polarisation verticale.
Dans le cas général (angle quelconque du champ ⃗ ), on a alors une composante horizontale
et une composante verticale.
Remarque :
Certaines antennes génèrent des ondes qui ont une polarisation circulaire ou elliptique :
la polarisation varie au cours de la propagation.
Dans le vide, une onde électromagnétique se propage à la vitesse de la lumière c = 3.108 m/s.
La fréquence en un point donné est le nombre de maxima de champ par seconde. Elle est
égale à la fréquence du générateur qui a donné naissance à l’onde. L'unité est l’Hertz. On la
note f.
La longueur d’onde : c'est la distance entre deux maximums consécutifs ou bien c'est
la distance parcourue par l'onde pendant la durée d'une période. On la note λ.

I.3.3 La propagation dans l’environnement terrestre

Lorsqu’on effectue sur la terre une transmission entre un émetteur et un récepteur, le


récepteur reçoit une onde directe émise par l’émetteur mais aussi une onde réfléchie.

La réflexion peut se faire sur la terre, sur la mer, mais parfois aussi sur les hautes couches de
l’atmosphère (ionosphère).
L’onde directe est celle qui parcourt le chemin le plus court (la ligne droite). L’onde
réfléchie parcourt toujours une distance plus importante que l’onde directe. Les deux ondes

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 33


Bases de Communications Analogiques I

arrivent donc déphasées au récepteur. Si le déphasage et de 180° et les amplitudes égales, les
deux ondes se soustraient et la puissance reçue est nulle.
Dans le cas d’une réflexion sur le sol ou sur la mer, le niveau du signal reçu sera plus ou
moins important en fonction de la fréquence d’émission et de la nature du sol car le sol ou la
mer sont plus ou moins conducteurs selon la fréquence du signal.

I.3.4. Les systèmes utilisant les liaisons hertziennes


Quelques exemples de systèmes utilisant les liaisons hertziennes, la liste qui suit n’est, bien sûr,
pas exhaustive.
- Radiodiffusion (en modulation d’amplitude ou de fréquence)
- Télédiffusion (analogique ou numérique, terrestre ou par satellite)

I.4 La fibre optique


La fibre optique est un fil de verre transparent très fin. Elle a un débit d'informations
nettement supérieur à celui des câbles coaxiaux et supporte un réseau « large bande » par
lequel peuvent transiter aussi bien la télévision, le téléphone, la visioconférence ou les
données informatiques. Elle comprend ainsi deux parties : le cœur, dans lequel l'énergie
lumineuse se trouve confinée, grâce à un second milieu, la gaine, dont l'indice de réfraction
est plus faible.

Figure 26 : Fibre optique

I.4.1. Indice de réfraction d'un milieu diélectrique transparent :

- loi de Descartes : La réfraction et réflexion de la lumière à l'interface entre deux milieux.

= , avec : c = 3.108 m/s, célérité de la lumière dans le vide ; v célérité de la lumière dans
le milieu ( n toujours > 1).

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 34


Bases de Communications Analogiques I

Figure 27 : Propagation d’un milieu à un autre

I.4.2. Propagation dans la fibre optique


Une fibre optique est un guide d’onde diélectrique circulaire formé d’un cœur entouré d’une gaine de
guidage. Si le cœur a un indice de réfraction n2 supérieur à celui de la gaine n1, un rayon optique peut
alors se propager dans la fibre, celui-ci subissant des réflexions totales à chaque interface.
Pour le verre, n2 est de l'ordre de 1,5. Tous les rayons lumineux pénétrant dans une fibre ne sont pas
guidés. En effet la réflexion totale n'a lieu que pour les rayons peu inclinés par rapport à l'axe de la
fibre c’est à dire ceux entrant dans le cône d'acceptante de demi-angle au sommet θi max
. Le sinus de cet angle θi max définit l'ouverture numérique ON.
L’angle d’incidence maximal à l’entrée de la fibre, soit l’ouverture du cône d’acceptante,
appelée ouverture numérique ON :

= sin = sin – = −
2

Il existe principalement 2 types de fibres :


• Les fibres multi modes à saut d’indice ou à gradient d’indice. Elles ont un diamètre de
cœur d grand devant la longueur d’onde λ (de 50µm à 200 µm)
Plusieurs trajectoires ou plusieurs modes sont autorisés pour se propager dans la fibre.
• Dans les fibres où le diamètre de cœur d est beaucoup plus petit, les trajets sont pratiquement
rectilignes : ces fibres sont dites monomode.

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 35


Bases de Communications Analogiques I

I.4.2.1 Les fibres multi modes ou MMF (Multi Mode Fiber)


Ce les premières apparu sur le marché. Elles peuvent transporter plusieurs modes
(trajets lumineux) simultanément. Du fait de la dispersion des trajets, on constate un étalement
temporel du signal. C’est pourquoi elles sont surtout utilisées dans les réseaux locaux
(quelques centaines de mètres). Son diamètre est relativement important (50 à 85 microns).
La fibre multi mode a été la première utilisée. Appelée multi mode parce que la fibre
supporte plusieurs fréquences de lumière. Elle est facile à utiliser (gros cœur ~ tolérances
élevées) mais a une limitation intrinsèque de bande passante.
⇒ Réservée aux courtes distances : réseaux informatiques.
L’Indice de réfraction dans le cœur n1 est constant.

I.4.2.2 Fibre à saut d’indice (SI)


Le cœur a un indice de réfraction constant. La différence d’indice entre le cœur et la gaine est
faible, en effet le cœur est légèrement dopé afin que n2 >n1
Selon l’angle d’incidence θi, la lumière se répartit sur un certain nombre de trajectoires en
zig-zag autorisées appelées modes. Appliquons une brève impulsion de lumière à l'entrée de
la fibre. La figure ci-dessus montre les différents trajets correspondant aux différents modes
de la fibre. Leur trajectoire est différente même ils ont la même vitesse de phase (n2 constant).
Leur temps de propagation sera alors différent. Le mode fondamental (trajet le plus direct)
arrivera en premier tandis que le mode extrême arrivera en dernier. Du fait de la dispersion
des temps de propagation, une impulsion lumineuse injectée à l’entrée de la fibre va arriver
sous forme d’un grand nombre d’impulsions décalées. Il en résulte en sortie un étalement de
l'impulsion : c'est la dispersion modale. Une forte ouverture numérique (θi max élevé) permet
de coupler une grande quantité de lumière mais induit une forte dispersion modale. A cette
dispersion modale s'ajoute la dispersion chromatique due à la variation de n2 avec λ lorsque
la source n'est pas monochromatique. Elle est négligeable devant la dispersion modale.

a) Fibre à saut d’indice multi mode


ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 36
Bases de Communications Analogiques I

I.4.2.3 Fibres à gradient d'indice (GI)


Elles ont été spécialement conçues pour les télécommunications afin de minimiser l'effet
de la dispersion modale, sans trop réduire l’ouverture numérique et donc la puissance
optique couplée. Dans ces fibres, l’indice de cœur diminue depuis l’axe jusqu'à l’interface
cœur-gaine suivant une loi parabolique. Les rayons suivent alors des trajectoires quasi-
sinusoïdales avec des temps de parcours sensiblement égaux. En effet aux trajets les plus
longs (éloignés de l’axe) correspondent des indices de réfraction plus faibles, soit des
vitesses v = C/n2 plus élevées compensant ainsi l’augmentation de la longueur du trajet.
La dispersion modale est considérablement réduite comme on le voit ci-dessus.

b) Fibre à gradient d’indice multi mode

Figure 28 : Fibre multi mode

I.4.3. Les fibres monomodes


Elles sont utilisées pour les réseaux de plus longues distances grâce à leur qualité de
transmission. Le cœur d’une fibre optique monomode est extrêmement fin (quelques
microns). La transmission des données y est assurée par des lasers.
La fibre monomode a une bande passante pratiquement infinie (en théorie) mais requiert des
composants chers et des tolérances faibles.
⇒ Elle est devenue la solution universelle des systèmes de télécommunications.
Elles sont du type à saut d’indice. Lorsque le diamètre de cœur d est inférieur à 10 µm et la
différence d’indice inférieure à 0,5 %, il est possible de n’avoir qu’un seul mode qui se
propage au voisinage de l’axe pour une certaine plage de longueur d’onde. Pour la fibre
monomode, on l’utilise à λ=1.3 µm et à λ=1.55 µm. L’avantage principal de ce type de fibre
est sa très grande bande passante due à l’absence de dispersion modale. Seule subsiste une
dispersion chromatique. En effet, l’indice n2 variant avec la longueur d’onde, il y a une
variation du temps de propagation avec celle-ci. On réduit cet effet par l’emploi de diodes

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 37


Bases de Communications Analogiques I

laser qui ont une bande spectrale beaucoup plus étroite qu’une diode électroluminescente (B
> 10 GHz. km).

Figure 29 : Fibre monomode

I-5-Applications
o Transmissions numériques à haut débit : données informatiques, téléphonie, télécopie,
télévision, etc.…
o Réseaux nationaux et internationaux de télécommunications ;
o Réseaux locaux en environnement bruité ;
o Applications vidéo
Avantage :

o Transmission large bande, et débits binaires élevés ;


o Affaiblissement minimisé : nombre de répéteurs très réduits et fortement espacés (60
km) ;
o Immunité électromagnétique ;
o Faible sensibilité aux facteurs extérieurs (température, humidité…) ;
o Faible encombrement et faible poids.

I.5.1 Pertes extrinsèques


Il s’agit des fuites de lumière hors du guide provoquées par des discontinuités ou des
déformations. Il est parfois nécessaire de raccorder deux fibres soit par des épissures
(raccordements définitifs) ou par des connecteurs (raccordements démontables). Dans ces cas,
les causes de pertes sont les réflexions de Fresnel à la traversée des 2 interfaces verre/air et
air/verre. On l'évite en réalisant soit des épissures mécaniques avec l'emploi d'un gel d'indice
adéquat, soit des épissures par fusion. Les défauts de positionnement relatif des 2 fibres
(écartement, désalignement, excentrement transversal des 2 cœurs par défaut de concentricité
cœur/gaine) peuvent aussi induire des pertes. Enfin, si l’on courbe trop la fibre, on modifie les
conditions de réflexions totales à l’interface cœur/gaine. Le rayon peut alors être réfracté dans
la gaine. On distingue les pertes par courbures (rayon de courbure < à quelques cm) et celles
par micro-courbures (suites à des contraintes mécaniques dues au sertissage d'un manchon de
connecteur).

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 38


Bases de Communications Analogiques I

I.6 Composants et interfaces optoélectroniques


I.6.1. Interfaces optiques d'émission (interfaces électro-optiques)
Les diodes émettrices utilisées sont de 2 types : les diodes électroluminescentes et les diodes
laser. Ces diodes, polarisées en direct, émettent un rayonnement dans le visible et le proche
infrarouge.

I .6.2 Diodes électroluminescentes


Une diode électroluminescente est une jonction polarisée en direct. Dans les semi-
conducteurs, dits directs, la recombinaison d’une paire électron-trou est radiative c’est à dire
qu’un électron de conduction retombant dans la zone de valence émet un rayonnement de
fréquence ν telle que hν = Eg où h est la constante de Planck et Eg est la différence entre les
deux niveaux d’énergie. A la fréquence ν correspond une longueur d’onde émise λ= c/ν= hc/
Eg. La longueur d’onde d’émission dépend de la nature du semi-conducteur utilisé.

I.6.1.2 Diodes lasers


Ce sont des oscillateurs optiques où interviennent une fonction d'amplification de lumière et
une structure optique résonnante jouant le rôle de la contre-réaction. La première nécessite un
matériau spécifique transférant par exemple une énergie électrique extérieure en une énergie
lumineuse. La seconde est simplement une cavité (par exemple deux miroirs face à face)
permettant à la lumière de faire de nombreux aller-retour. Elles émettent un faisceau lumineux
plus puissant et plus chromatique qu’une diode électroluminescente. La fréquence de
modulation peut alors atteindre plusieurs dizaines de GHz.

I.6.3 Détecteur optique


Leur rôle est de convertir le signal optique en signal électrique en apportant le minimum de
bruit. Elles comprennent la photo détection (photodiode PIN) suivi d'un préamplificateur. On
a vu le principe de la photo détection : conversion d'un photon en une paire électron-trou
.Pour obtenir un bon rendement on utilise une diode PIN polarisée en inverse. En l'absence
d'éclairement, on a le courant inverse de saturation IS appelé courant d'obscurité. En présence
d'éclairement, ce courant inverse augmente avec la quantité de photons reçus. Outre le courant
d'obscurité, les caractéristiques essentielles sont :
• La sensibilité (rapport entre le courant de la diode et la puissance optique reçue :
photodiodes Si => 0.3 µA/µW)
• La réponse spectrale
• La vitesse de réponse (temps de montée tr et de descente tf de l'ordre de la ns)

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 39


Bases de Communications Analogiques I

• Le courant d’obscurité (Courant diode en l'absence de lumière. Il est de l'ordre de quelques


dizaines de µA à 25°C et dépend fortement de la température, 100 fois plus à 90°C).

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 40


Bases de Communications Analogiques I

CHAPITRE III : MULTIPLEXAGE ET BILAN DE LIAISON

Introduction

La bande passante d'un canal de communication typique (paire torsadée, câble coaxial,
fibre optique, etc.) est souvent beaucoup plus large que la bande passante nécessaire au signal.
Pour utiliser plus efficacement la bande passante du canal choisi et donc en réduire le coût, il
est intéressant de pouvoir transmettre en même temps plusieurs signaux (multiplexage par
répartition en fréquence) ou de grouper les voies de transmission lentes pour les transmettre
successivement sur le même canal en grande vitesse (multiplexage par répartition de temps.

I. Définition
Le multiplexage est une technique qui consiste à faire passer plusieurs informations à
travers un seul support de transmission. Elle permet de partager une même ressource entre
plusieurs utilisateurs. Il existe deux techniques principales de multiplexage :
Multiplexage fréquentielle et multiplexage temporelle

I.1 Multiplexage par répartition en fréquence (FDM)


Cette technique rend possible la transmission, en même temps, sur un canal unique, de
plusieurs signaux analogiques. C'est la plus ancienne des techniques de multiplexage. Toute
personne possédant un appareil de radio ou de télévision est familière avec ce type de
multiplexage puisque l'antenne reçoit en même temps plusieurs signaux, chacun modulé avec
une porteuse unique. Il s'agit alors de sélectionner le canal désiré en ajustant le récepteur à la
porteuse du canal choisi. Le principe général du FDM est illustré à la figure 30.
Plusieurs signaux analogiques peuvent être multiplexés ensemble en modulant chaque
signal avec une porteuse différente des autres et en occupant une portion bien définie de la
bande passante du canal de communication. En téléphonie, chaque signal occupe une bande
de fréquence de 4kHz. Les supports de transmission employés pour acheminer ces signaux
(fils, câbles, radio, satellites, etc.) possèdent des bandes passantes beaucoup plus larges.

Figure 30: Principe de multiplexage en fréquence.

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 41


Bases de Communications Analogiques I

Le système téléphonique utilise le principe du multiplexage en fréquence pour


transmettre simultanément plusieurs signaux. Une hiérarchie FDM a été définie dans laquelle
la technique de modulation utilisée est la BLU (Bande Latérale Unique) pour transmettre
jusqu'à 600 voies téléphoniques multiplexées sur les supports comme des fils torsadés ou des
câbles coaxiaux, et jusqu'à 1800 canaux sur un lien micro-onde (figure 31).

Figure 31: Hiérarchie FDM

Le premier niveau de multiplexage regroupe 12 canaux en utilisant 12 porteuses


différentes afin de générer 12 signaux BLU qui seront regroupés (multiplexés) pour former le
groupe primaire (figure 32). Il faut noter que la différence entre deux porteuses adjacentes est
de 4 kHz.

Figure 32: Formation du groupe primaire

Le groupe secondaire (super group) est constitué de 5 groupes primaires et peut donc
véhiculer 60 voies téléphoniques. Le groupe tertiaire (Master group) est composé de 10
groupes secondaires et véhicule 600 voies téléphoniques.

I.2.2 Multiplexage par répartition de temps (TDM)

Plus moderne et mieux adaptée à la transmission numérique, cette technique permet de


transmettre à grande vitesse plusieurs signaux numériques en série sur un seul canal de
transmission. La figure 33 illustre le principe général du TDM où chaque canal occupe une
portion de temps d'une trame formée par tous les canaux multiplexés.

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 42


Bases de Communications Analogiques I

Figure 33: Principe du TDM.

Une trame peut être formée en regroupant les bits individuels venant de chaque canal (figure
34 a), ou les caractères individuels (figure 34 b), si la portion de temps allouée à chaque canal
est suffisamment large.

Figure 34 : Formation d'une trame: a) par bits, b) par caractères

Revenons à la figure 34 et supposons que l'on forme une trame par bits. On voit facilement
que, séquentiellement, il faut débloquer chacune des portes ET (AND) pour transmettre
séquentiellement les bits à la sortie. Un oscillateur à quartz et un circuit de chronométrage

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 43


Bases de Communications Analogiques I

sont nécessaires pour fournir ces signaux de chronométrage S1 à Sn. Cette séquence sert aussi
à établir la synchronisation entre le multiplexeur et le Démultiplexeur pour pouvoir
reconnaître la position de chaque bit dans la trame. Il est clair que la vitesse de transmission
du signal multiplexé doit être au moins n fois la vitesse de transmission de chacun des canaux.
Exemple
Tel que montré par la figure 35, un système TDM est utilisé pour multiplexer quatre (4)
signaux numériques.

Figure 35 : Exemple de TDM de 4 signaux numériques.

Si chacun des canaux transmet à 1200 bps à la sortie du multiplexeur, la vitesse minimale de
transmission doit être égale à 4800 bps.

I.2.3 Multiplexage en longueur d’onde : Fibre optique


Le principe est d’acheminer plusieurs longueurs d’ondes sur une même fibre optique, chaque longueur
correspond à un canal de transmission.

Chaque laser est modulé par un canal comprenant un signal à émettre, chaque laser émet une
longueur d’onde différente. Le multiplexeur se charge d’injecter les différentes longueurs
d’ondes dans la fibre et le d’démultiplexeur fait l’opération inverse.
Comme élément de multiplexage et démultiplexage on utilise souvent les réseaux de
diffraction.

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 44


Bases de Communications Analogiques I

II. Bilan de liaison

Le bilan de liaison est un calcul par étapes permettant de déterminer la qualité d’une
liaison. Les détails varient selon la nature du média, hertzien, ligne, fibre optique, et le type de
signaux et de modulation, mais le principe est le même. C'est le calcul global qui relie tous les
domaines : radioélectricité, traitement du signal, protocoles, etc.
Lorsqu’on cherche par exemple effectuer une transmission sans fils, on pourra évaluer
la puissance captée par un récepteur en fonction de la puissance envoyée par un émetteur à
une distance donnée.
C’est le but de l’équation du bilan de liaison. Ce bilan tient compte de la puissance fournie, du
gain des antennes, de la distance et des pertes.

Quelques conversions

0 =1

0 =1

= 10 log
1 30 =1
= 10 log
1
Démonstration :

30 = 10 log ⟹ = log ⟹ 3 = ⟹ 3 log 10 = log

3 log 10 = log ( ) − log(1 ) ⟹ 3 log 10 = log ( ) − log 10

3 log 10 − 3 log 10 = log ( ) ⟹ 0 log 10 = log ⟹ log 10 = log

=1

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 45


Bases de Communications Analogiques I

II .1. Bilan de liaison Hertzienne


Avant d’installer un système de radiocommunication ou une liaison hertzienne, il est
nécessaire d’effectuer le calcul du bilan de liaison. En effet, ce calcul permet de déterminer si
le niveau de puissance reçue par le récepteur sera suffisant pour que la liaison fonctionne
correctement.

II.1.1. Schéma de principe d’une liaison hertzienne


Le schéma de principe d’une liaison hertzienne est dans le cas général le suivant :

Emetteur : Il est caractérisé par sa puissance émise PE. Ici PE sera exprimée en dBm ou dBW.
Ordre de grandeur : de quelques mW (0dBm) à plusieurs kW (> 30dBW).
Liaison émetteur- antenne émission : elle est généralement réalisée en câble coaxial.
A plus haute fréquence (> quelques GHz), elle peut être réalisé en guide d’onde (voir cours
de physique). Elle est caractérisée par son atténuation LE, exprimée en dB.
Dans les petits systèmes, où tout est intégré (WiFi, téléphone mobile, etc..) cette liaison
n’existe pas (LE = 0dB)
Antenne émission : Elle est caractérisée par son Gain d’antenne GE, exprimé en dBi.
Distance d : c’est la distance entre l’émetteur et le récepteur. On peut montrer (à partir du
calcul de la sphère de l’antenne isotrope et de la définition du gain d’antenne), que la distance
entre l’émetteur et le récepteur, introduit une atténuation AEL (pour atténuation en espace
libre) égale à :
4. .
= 20. log

Cette grandeur est exprimée en dB. Liaison antenne réception- récepteur : comme la liaison
émetteur-antenne émission, la liaison antenne réception-récepteur est caractérisée par
l’atténuation LR, exprimée en dB.
Antenne réception : Elle est caractérisée par son gain d’antenne GR, exprimé en dBi.
Récepteur : Le paramètre qui nous intéresse ici est PR, puissance reçue par le récepteur.
Elle est généralement exprimée en dBm.

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 46


Bases de Communications Analogiques I

II.1.2. Expression de la puissance reçue


Pour déterminer PR, la puissance reçue par le récepteur, il suffit en partant de PE de retrancher
toutes les sources d’atténuation du signal et d’ajouter les gains d’antenne.
On obtient ainsi : = − + − + −
Remarques :
- le terme PE– LE+ GE correspond à la PIRE, au niveau de l’antenne d’émission.
- LE et LR sont nuls si l’émetteur et le récepteur sont reliés directement à leurs antennes.
II.1.3. Sensibilité d’un récepteur
Nous nous contenterons ici d’en donner une définition et une signification pratique.
Définition : La sensibilité d'un récepteur est l'amplitude du signal qu'il faut appliquer à son
entrée pour obtenir à la sortie du démodulateur un rapport signal/bruit déterminé
(transmission analogique) ou un taux d’erreur donné en transmission numérique (10-3 ou 10-6).
Signification : C’est la puissance minimale en dessous de laquelle la qualité de la liaison est
dégradée : craquements importants (« friture ») pour une liaison audio, image dégradée en
transmission vidéo (« neige »), taux d’erreur important en transmission numérique («
pixellisation » ou « figeage » de l’image en TV vidéo numérique).

II.1.4 Gain d’une antenne


Une antenne est un dispositif permettant de transformé une énergie guidée en une onde
EM rayonnée en espace libre.
Suivant sa forme et son mode de fonctionnement, l’énergie est rayonnée dans certaines
directions privilégiées de l’espace. La représentation de ces directions dans tout l’espace est
appelée diagramme de rayonnement.
Le gain d’une antenne est défini comme le rapport entre l’intensité du champ rayonnée
dans une direction donnée et l’intensité rayonnée par une antenne isotrope recevant la même
puissance.

II.1.5. Sources de pertes


Les pertes dans une telle liaison peuvent être dues :

 A l’affaiblissement en espace libre;


 A des désadaptations ;
 Au bruit;
 Aux réflexions multiples;
 A la diffraction;
 Au climat (pluie, brouillard…) ;
 A de la végétation…

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 47


Bases de Communications Analogiques I

II.1.6 Modèles de prédiction


Quand un opérateur télécom veut effectuer un déploiement, il utilise des outils de
planification donnant une prédiction de la couverture des zones à desservir suivant le
placement des stations de base.
Pour faire cette prédiction, des modèles de propagation doivent être utilisés pour tenir compte
au mieux de la réalité du terrain.

II.2. Bilan de liaison optique


Un système de transmissions optiques comprend des émetteurs, des récepteurs et un réseau de
connexions.
• Les émetteurs sont caractérisés par une puissance optique de sortie exprimée en dBm. Elle
correspond à la valeur crête du signal optique aussi bien en transmission numérique qu’en
transmission analogique (modulation d’amplitude). Elle dépend du diamètre de cœur de la
fibre : on parle de puissance couplée à l'entrée de la fibre.
• Les récepteurs sont caractérisés par une sensibilité également exprimée en dBm. Elle
correspond à un rapport signal/bruit de 54 dB en vidéo et 40 à 50 dB en audio.
• Le bilan de liaison correspond au maximum de pertes permises entre l’émetteur et le
récepteur.
Il est égal à la différence en dB entre la puissance émise et la sensibilité du récepteur. Dans le
calcul de ce bilan de liaison on doit prévoir une marge de sécurité somme d’une marge de
fonctionnement et d’une marge de maintenance. La marge de sécurité tient compte de la
variation des caractéristiques des composants avec la température et le vieillissement. La
marge de maintenance correspond, elle, aux incidents que peut subir le câble optique
(sectionnement accidentel par une pelle mécanique e.g. réparé avec une épissure qui entraîne
des pertes supplémentaires). La marge de sécurité recommandée est de 3dB.
Les pertes totales en ligne (fibre + connexions) doivent être inférieures à ce bilan de liaison
(compte tenu de la marge de sécurité)

II.2.1 Evaluation des pertes


Rappelons les ordres de grandeur de l’atténuation qui dépend de la longueur d’onde de travail,
du diamètre du cœur et du nombre de modes :

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 48


Bases de Communications Analogiques I

Les connexions comprennent les connecteurs (débrochables) et les épissures (connexions


définitives).Les pertes typiques des connecteurs sont:

II.2.2 Pertes dues aux raccordements (jonctions, épissures)


Il est indispensable de raccorder de nombreuses fibres pour les transmissions à grande
distance. Il est nécessaire aussi de couper les fibres à la longueur appropriée à chaque répéteur
et de les connecter à d’autres composants.
La figure montre les déplacements qui peuvent survenir lors d’une connexion bout à bout :
Un exemple concret de mesure de pertes dues à des décalages est présenté sur la figure 1.23.

Connecteurs ST Connecteurs SC Connecteurs FC Connecteurs LC

II.2.3 Equation bilan des pertes


Le bilan de pertes dans un système de transmission à fibre optique, demande le calcul des
pertes dans les composantes du système afin d’avoir la réception de la puissance au niveau de
la sensibilité de photodiode.
L’équation optique est définie par :
10. log = + + . + +

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 49


Bases de Communications Analogiques I

P : la puissance optique disponible à la sortie de l′émetteur


P : la puissance optique disponible à l′entrée du recepteur
α ∶ les pertes à la connexion émetteur − ibre
α : les pertes liées à la connexion ibre & récepteur
α : les pertes liées à la connexion ibre & ibre
α : les pertes intrinseques liées à la ibre
N: est le nombre de raccords ibre & ibre
M: La marge desirée

ISS/INFOTEL LICENCE 2 Page 50

Vous aimerez peut-être aussi