Vous êtes sur la page 1sur 49

TECHNIQUES BANCAIRES

M. EL ARQUAM Brahim 2019-2020


INTRODUCTION

I- PRESENTATION DU SYTEME BANCAIRE MAROCAIN

I-1- LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT AU MAROC

I-2- CONDITIONS D’EXERCICE DES ACTIVITES BANCAIRES

PLAN II- LES ACTIVITES DE BANQUES ET LEUR CONTRÔLE

II-1 ACTIVITES DE BANQUES ET OPERATIONS CONNEXES

II-2 LE CONTRÔLE DES ACTIVITES BANCAIRES

II-3 LES DISPOSITIONS COMPTABLES ET PRUDENTIELLES

CONCLUSION
1
Le Système
Les Les Activités Les
Les Autorités
Introduction Bancaire
établissements des banques
de Contrôle
opérations Conclusion
Marocain
Bancaires bancaires

Les évolutions du système bancaire et financier marocain

La logique de la libéralisation et de la mondialisation touche aujourd’hui tous les secteurs de l’économie aussi
bien sur le plan national qu’international. Des mutations importantes ont changé le paysage économique et
politique planétaire.

A l’origine de ces bouleversements, l’éclatement politique des ex-pays de l’Est notamment l’Union Soviétique
ouvrant la voie, dans un premier temps à une hégémonie des Etats Unis sur l’échiquier international, et
aujourd’hui plus encore à la Chine.

La logique de confrontation jadis observée sur le plan politique s’est transformée en une confrontation
économique où la concurrence internationale est devenue de plus en plus vive.

On est passé alors d’une alliance entre Etats d’obédience politique et idéologique similaire à des groupements
de pays privilégiant les intérêts économiques partagés par les Nations.

2 Le système bancaire au Maroc


Les
Le Système Les Activités Les
Les Autorités
Introduction établissements
Bancaire des banques
de Contrôle
opérations Conclusion
Bancaires
Marocain bancaires

Le Maroc, adopta une nouvelle politique économique lui permettant d’intégrer le nouvel ordre mondial afin
d’asseoir sa croissance économique et sa compétitivité tout en préservant ses équilibres fondamentaux internes.

Le processus de réformes fût entamée dés 1983 avec le plan d’ajustement structurel visant une action de
libéralisation progressive en harmonie avec des impératifs d’ordre social, les nouvelles mesures se succédèrent sur
le plan de la politique budgétaire, de l’échange, de la fiscalité, des privatisations etc.

L’analyse de la tendance fait ressortir une nouvelle vision étatique consistant à mener les réformes qui créent les
ingrédients nécessaires pour un rôle de plus en plus auto- régulateur de l’économie.

Ainsi, observons-nous un désengagement progressif de l’Etat des secteurs jugés jadis prioritaires tel le logement, le
tourisme, … en ouvrant la voie au libre jeu du marché.

3 Le système bancaire au Maroc


Les
Le Système Les Activités Les
Les Autorités
Introduction établissements
Bancaire des banques
de Contrôle
opérations Conclusion
Bancaires
Marocain bancaires

Le deuxième axe majeur des réformes entreprises concerne le système financier qui s’inscrit également dans la
mouvance des politiques menées sur le plan économique.

Les aspects monétaires et financiers ont un rôle important dans le développement des économies, dans leur
stabilité macro-économique et leurs perspectives d’avenir.

Au niveau mondial, plusieurs réformes de libéralisation monétaire et financière ont été entreprises. Ces réformes
avaient pour objectif d’éliminer les barrières financière en libérant les taux d’intérêt et permettre le passage d’une
économie d’endettement à une économie de marchés financiers.

La politique quantitative a cédé la place à la politique qualitative reposant sur le libre jeu du marché et les
mécanismes de contrôle indirect. D’importantes actions ont été entreprises à cet effet : déréglementation,
désintermédiation, décloisonnement, désencadrement, libéralisation des taux d’intérêt et plus récemment la
flexibilité des changes.

4 Le système bancaire au Maroc


Les
Le Système Les Activités Les
Les Autorités
Introduction établissements
Bancaire des banques
de Contrôle
opérations Conclusion
Bancaires
Marocain bancaires

Les réformes successives du système financier et bancaire marocain sont fortement inspirées des innovations
observées au niveau international. Elles se veulent un moyen au service des réformes entreprises dans le cadre
économique, et un facilitateur de l’intégration du pays dans le nouvel ordre mondial par le biais d’une politique
fondée sur les mécanismes du marché de crédit et le contrôle indirect.

Les réformes de le loi bancaire de 1993, 2006 et 2014 ont été adoptées en tenant compte des réalités économiques
marocaines. Elles englobent la politique monétaire, la réforme des établissements de crédit et les marchés des
capitaux.

Dés lors la politique de crédit s’avère nécessaire dans la mesure où elle vise la correspondance entre la création
monétaire et le niveau de l’offre en biens et services, elle vise également l’approvisionnement de l’activité
économique en crédit. Autrement dit les autorités monétaires peuvent mener une politique soit expansive soit
restrictive, pour ce faire, elles disposent d’un ensemble de techniques de contrôle.

Dans cette perspective, nous allons dans un premier temps parler des établissements de crédit et les moyens et
techniques mis en place pour leur contrôle. En seconde partie, nous traiterons des opérations bancaires.

5 Le système bancaire au Maroc


Le Système
Les Les Activités Les
Les Autorités
Introduction établissements
Bancaire des banques opérations Conclusion
de Contrôle
Bancaires
Marocain bancaires

I- PRESENTATION ET CONDITIONS D’EXERCICE DES ETABLISSEMENTS DE CREDIT AU MAROC

I-1-PRESENTATION DES ETABLISSEMENTS DE CREDIT

La loi bancaire 103-12 du 24.12.2014, à l'instar de celle de 1993, fait une distinction entre deux familles
d'établissements de crédit : d'une part les banques et d'autre part les sociétés de financement. Article 10.

Ces deux catégories d'établissements sont différenciées par rapport aux deux critères essentiels suivants :

➢ La possibilité qui leur est conférée de recevoir ou non des dépôts à vue ou d'un terme court, n'excédant
pas deux ans ;

➢ La faculté d'effectuer librement ou de manière restrictive les différentes opérations prévues par la loi.

6 Le système bancaire au Maroc


Le Système
Les Les Activités Les
Les Autorités
Introduction établissements
Bancaire des banques opérations Conclusion
de Contrôle
Marocain
bancaires bancaires

LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT ET ORGANISMES ASSIMILES

Selon l'article 11 de la loi 103-12, sont considérés comme établissements de crédit, les personnes morales
exerçant au Maroc les activités suivantes :

▪ La réception de fonds du public

▪ Les opérations de crédit

▪ La mise à la disposition de leur clientèle de tous moyens de paiement ou leur gestion.

9 Le système bancaire au Maroc


Le Système
Les Les Activités Les
Les Autorités
Introduction établissements
Bancaire des banques opérations Conclusion
de Contrôle
bancaires
Marocain bancaires

Structure du système bancaire

Le nombre d’établissements de crédit et organismes assimilés agréés au Maroc s’établit à 83 établissements,


dont :

18 banques
34 sociétés de financement
6 banques offshore
13 associations de microcrédit
10 établissements de paiement, sociétés intermédiaires en transfert de fonds
la Caisse de Dépôt et de Gestion
la Caisse Centrale de Garantie

7 Le système bancaire au Maroc


Le Système Les Activités Les
Les Autorités
Introduction Bancaire des banques
de Contrôle
opérations
Marocain bancaires

05 Les Banques offshore


Les Autorités de Contrôle
01 04
Les banques
Participatives

02 03 Les banques Privées


Banque Al Maghrib Publiques et semi-Publiques

8 Le système bancaire au Maroc


Le Système
Les Les Activités Les
Les Autorités
Introduction établissements
Bancaire des banques opérations Conclusion
de Contrôle
Marocain
bancaires bancaires

Les établissements bancaires à caractère public ou semi-public :

Créés initialement par l'Etat pour remplir des missions spécifiques en matière de financement, ces
établissements sont énumérés comme suit :

Bank Al Amal, dont le capital est détenu à 75% par les résidents marocains à l'étranger et qui a été créée en
vue de promouvoir leurs projets d'investissement ;

Banque Centrale Populaire (B.C.P) : constituant le Crédit Populaire au Maroc «CPM» avec les Banques
Populaires Régionales, cette institution a pour objet principal de financer la P.M.E et l'artisanat ;

CDG Capital, filiale à 100% de la CDG, elle a pour objectif de dynamiser les marchés des capitaux
marocains et de contribuer au développement de l'épargne longue.

AL BARID BANK est une banque marocaine filiale du groupe Poste Maroc, la banque est opérationnelle
depuis le 8 juin 2010. Cette filiale de Poste Maroc est spécialisée dans les services financiers.

10 Le système bancaire au Maroc


Le Système
Les Les Activités Les
Les Autorités
Introduction établissements
Bancaire des banques opérations Conclusion
de Contrôle
Marocain
bancaires bancaires

Les établissements bancaires à caractère public ou semi-public :

Crédit Agricole du Maroc Initialement Caisse Nationale du Crédit Agricole (CNCA), cette banque
transformée en SA, continue de soutenir le financement de l'agriculture et ce, aussi bien au niveau des
investissements qu'en matière de campagnes agricoles ;

Crédit Immobilier et Hôtelier (CIH) : Cet établissement concourt au développement de l’immobilier et des
investissements touristiques au Maroc ;

Fonds d'Equipement Communal Ce fonds, qui a eu le statut de banque en 1996, a pour objet de financer
les travaux et les équipements des collectivités locales.

P.S : On ne peut citer ces établissements sans évoquer la Banque Nationale pour le Développement
Economique BNDE disparu du paysage bancaire et qui a joué un rôle important dans la promotion des
investissements industriels de 1959 à 2005. Celle-ci est aujourd'hui remplacée par CDG Capital.

11 Le système bancaire au Maroc


Le Système
Les Les Activités Les
Les Autorités
Introduction établissements
Bancaire des banques opérations Conclusion
de Contrôle
Marocain
bancaires bancaires

Les Banques privées :

Ces banques ont déployé d'importants efforts dans l'implantation d'agences et de succursales au Maroc et à
l'étranger ainsi que dans l’établissement de réseaux de correspondants étrangers. En outre, elles ont
pratiquement toutes une participation étrangère dans leur capital. Au nombre de 11 elles sont reprises
comme suit :
Arab Bank Maroc ;
Attijariwafa Bank ;
Banque Marocaine du Commerce Extérieur (BMCE), privatisée en 1995 ;
Banque Marocaine pour le Commerce et l'Industrie (BMCI) ;
C F G Bank ;
Citibank Maghreb (Citibank) ;
Crédit du Maroc (CDM) ;
Média Finance ;
Société Générale Marocaine de Banque (SGMB) ;
Union Marocaine de Banque (UMB) ;
Banco Sabadell

13 Le système bancaire au Maroc


Le Système
Les Les Activités Les
Les Autorités
Introduction établissements
Bancaire des banques opérations Conclusion
de Contrôle
Marocain
bancaires bancaires

Les banques offshores :

Elles sont régies par la loi n° 58-90 relative aux places financières offshore, promulguée par le dahir n° 1-91-
131 du 26 février 1992.

Leur activité est tournée essentiellement vers les non-résidents : collecte de toute forme de ressources en
monnaies étrangères convertibles, opérations de placement financier, d'arbitrage....

Mais elles peuvent, à l'instar des banques étrangères, réaliser avec des résidants toutes opérations
autorisées par l'Office des changes.

Ces banques doivent obtenir un agrément auprès de Bank Al Maghrib, régler un droit de licence et s'inscrire
au registre de commerce de leur place financière offshore. Elles sont également soumises au contrôle de
Bank Al Maghrib.

15 Le système bancaire au Maroc


Le Système
Les Les Activités Les
Les Autorités
Introduction établissements
Bancaire des banques opérations Conclusion
de Contrôle
Marocain
bancaires bancaires

Les banques offshores :

Installées toutes à Tanger, les banques offshore, sont actuellement au nombre de 6 :

Attijari International Bank (Attijari. I.B - BOS) ;


Banque Internationale de Tanger (B.I.T - BOS) ;
BMCI - Groupe BNP (BMCI - BOS) ;
Chaâbi International Bank (Chaâbi International) ;
Société Générale Tanger Offshore (SGT - OS)
Succursale Offshore de la BMCE (Suce. O.S BMCE)

Celles-ci bénéficient de régimes douanier, fiscal et de change de faveur.

16 Le système bancaire au Maroc


Le Système
Les Les Activités Les
Les Autorités
Introduction établissements
Bancaire des banques opérations Conclusion
de Contrôle
Marocain
bancaires bancaires

Les banques participatives :

Sont considérées comme banques participatives dites islamiques au sens des dispositions du titre III de la loi n°
103-12 du 24 décembre 2014, les personnes morales habilitées à exercer, à titre de profession habituelle, les
opérations commerciales, financières et d’investissements, après avis du Conseil Supérieur des Oulamas.
Les produits commercialisés par les banques participatives :

MOURABAHA – IJARA – MOUCHARAKA – MOUDARABA – SALAM – ISTISNA’A.

Liste des Banques Participatives :

Umnia Bank ‫أُمنية بنك‬


BTI Bank (Bank Al Tamwil wal Inmaa) ‫بنك التمويل واالنماء‬
Bank Al Yousr ‫بنك اليسر‬
Bank Assafa ‫بنك الصفاء‬
Al Akhdar Bank ‫البنك األخضر‬

17 Le système bancaire au Maroc


Le Système
Les Les Activités Les
Les Autorités
Introduction établissements
Bancaire des banques opérations Conclusion
de Contrôle
Marocain
bancaires bancaires

Les banques participatives :

Lancé en 2017 avec 44 agences bancaires, le réseau des banques participatives s’étend à 124 agences à fin
juin 2019. Les banques participatives disposent, à fin juin 2019, de 70.000 comptes ouverts totalisant pas moins
de 1,7 MMDH.

L’encours des financements, quant à lui, a atteint 6 MMDH. À noter que l’essentiel de ces financements est
porté par l’immobilier à hauteur de 90%, contre 10% pour l’automobile.

17 Le système bancaire au Maroc


Le Système
Les Les Activités Les
Les Autorités
Introduction établissements
Bancaire des banques opérations Conclusion
de Contrôle
Marocain
bancaires bancaires

NE PAS CONFONDRE ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET ETABLISSEMENTS DE CREDIT

La deuxième composante des établissements de crédit, outres les établissements bancaires, ce sont les
sociétés de financement que le législateur a soumis, depuis 1993, au contrôle de Bank Al Maghrib en raison,
surtout, du développement important réalisé par ces établissements, notamment dans les domaines du crédit
à la consommation et du crédit-bail.

Ces établissements de crédit ne peuvent effectuer, parmi les opérations liées à l'activité bancaire et définies
par les articles 1 et 7 de la loi «que celles précisée» dans les décisions d'agrément qui les concernent ou,
éventuellement, dans les dispositions législatives ou réglementaires qui leur sont propres».

Par dérogation, les sociétés de financement peuvent être autorisées, dans le cadre de leur agrément, à
recevoir du public des fonds d'un terme supérieur à un an (extrait de l'article 14 de la même loi).

Notons que cette clause est beaucoup plus souple que celle qui était énoncée dans la loi de 1993 laquelle
interdisait aux sociétés de financement de recueillir du public des fonds à vue ou d'un terme inférieur ou égal
à 2 ans.

18 Le système bancaire au Maroc


Le Système
Les Les Activités Les
Les Autorités
Introduction établissements
Bancaire des banques opérations Conclusion
de Contrôle
Marocain
bancaires bancaires
La loi distingue 2 catégories de sociétés de financement :

Les sociétés de financement dont les opérations sont limitées par des dispositions législatives ou
réglementaires propres. Parmi cette catégorie on peut citer : la Caisse Marocaine des Marchés qui, tout en
étant une société anonyme de droit privé, a été créée par arrêté du Directeur des Finances du 29 août 1950,
modifié par arrêté du Ministre des Finances du 12 juin 1964, en vue d'assurer le financement des entreprises
titulaires de marchés administratifs de travaux ou de fournitures.

Les sociétés de financement dont l'activité est précisée dans leur agrément.
sociétés de crédit bail mobilier et immobilier ;
sociétés de crédit à la consommation (automobiles, électroménagers) ;
sociétés d'affacturage ;
sociétés de cautionnement et de mobilisation de créances ;
sociétés de gestion des moyens de paiement ;
sociétés de crédit immobilier ;
sociétés de financement sur nantissement de marchandises ;
sociétés de cautionnement mutuel.

19 Le système bancaire au Maroc


Le Système
Les Les Activités Les
Les Autorités
Introduction établissements
Bancaire des banques opérations Conclusion
de Contrôle
Marocain
bancaires bancaires
Les différentes sociétés de financement classées par métiers:

➢ Les sociétés de crédit à la consommation


ACRED, ASSALAF CHAABI, CETELEM MAROC, CREDIT EQDOM, WAFASALAF, SALAFIN, SOFAC
CREDIT, TASLIF, FNAC, ……

➢ Les sociétés de cautionnement


Caisse Marocaine des marchés, Dar Ad Damane.

➢ Les sociétés de crédit - bail


BMCI Leasing, Chaâbi Leasing, Crédit du Maroc Leasing, Maghrebail, Maroc Leasing, Sogelease, Wafabail.

➢ Les sociétés d’affacturage


Attijari Factoring, Maroc Factoring

20 Le système bancaire au Maroc


Le Système
Les Les Activités Les
Les Autorités
Introduction établissements
Bancaire des banques opérations Conclusion
de Contrôle
Marocain
bancaires bancaires
I- PRESENTATION ET CONDITIONS D’EXERCICE DES ETABLISSEMENTS DE CREDIT AU MAROC

II- 2- CONDITIONS D’EXERCICE DES ETABLISSEMENTS DE CREDIT

Au Maroc, comme ailleurs, la nécessite d’un agrément pour exercer l’activité d’établissement de crédit est
nécessaire, c’est l’outil fondamental de la surveillance étatique des établissements de crédit ».

Un établissement de crédit, doit avant d’exercer son activité sur le territoire du royaume du Maroc, avoir été
préalablement agrée, soit en qualité de banque, soit en qualité de société de financement.

Il en va de même des changements susceptibles d’affecter les modifications ultérieures de cette structure
agrée, ils doivent être subordonnes à l’octroi d’un nouvel agrément.

En France, l’agrément est nécessaire depuis 1941, en Grande Bretagne depuis 1979.

21 Le système bancaire au Maroc


Le Système
Les Les Activités Les
Les Autorités
Introduction établissements
Bancaire des banques opérations Conclusion
de Contrôle
Marocain
bancaires bancaires
L’OBTENTION DE L’AGREMENT
L’exercice de l’activité d’établissement de crédit est soumis à l’agrément préalable du gouverneur de Bank Al
Maghrib après avis du « Comité des Etablissement de Crédit ».

La demande d’agrément est adressée à Bank Al Maghrib qui s’assure entre autres:

Que l’établissement de crédit demandeur a son siège au Maroc et qu’il est constitué sous la forme de société
anonyme à capital fixe,

Que le capital minimum fixé par Bank Al Maghrib est totalement libéré.

De l’adéquation des moyens humains, techniques et financiers à l’implantation projetée et au programme


d’activité envisagé,

De l‘expérience professionnelle et de l’honorabilité des fondateurs, des apporteurs de capitaux, des membres
des organes d’administration, de direction et de gestion et qu’ils n’ont pas fait l’objet de condamnation pénale
et qui ne sont pas frappés de déchéance commerciale,

22 Le système bancaire au Maroc


Le Système
Les Les Activités Les
Les Autorités
Introduction établissements
Bancaire des banques opérations Conclusion
de Contrôle
Marocain
bancaires bancaires
L’OBTENTION DE L’AGREMENT

Est subordonné également à l’octroi d’un nouvel agrément dans les formes et les conditions prévues à la loi
bancaire, toute opération portant sur :
• La fusion de deux ou plusieurs établissements de crédit ;
• L’absorption d’un ou plusieurs établissements de crédit par un autre établissement.
• La création de filiales ou l'ouverture de succursales ou bureaux de représentation, à l'étranger, par des
établissements de crédit ayant leur siège social au Maroc sont subordonnées à l'accord préalable du
gouverneur de BANK AL-MAGHRIB, après avis du Comité des établissements de crédit.

BANK AL-MAGHRIB contrôle la croissance de l’établissement de crédit en conditionnant la délivrance de


l’extension de l’agrément à un apport de fonds propres supplémentaires destines à courir les risques
nouveaux.

Le défaut du respect des conditions fixées par BANK AL-MAGHRIB ou le non respect des engagements
souscrit peut entrainer le retrait de l’agrément.

23 Le système bancaire au Maroc


Le Système
Les Les Activités Les
Les Autorités
Introduction établissements
Bancaire des banques opérations Conclusion
de Contrôle
Marocain
bancaires bancaires
L’OBTENTION DE L’AGREMENT
Les établissements de crédit agréés sont tenus de communiquer tous documents et informations dans les
conditions définies par Bank Al Maghrib.

La décision d’agrément ou de refus est prise dans un délai maximum de 4 mois à compter de la date de
réception de l’ensemble des documents exigés.

Bank Al Maghrib peut limiter l’agrément à l’exercice de certaines opérations seulement dans le cas où il est
établi que les moyens humains, techniques et financiers mis en œuvre sont insuffisants par rapport au
programme envisagé.

En cas de refus de l’agrément, peut-on procéder à une voie de recours contre les décisions administratives
prononcées par le gouverneur de Bank Al Maghrib ? La décision de la Bank Al Maghrib est définitive et
irrévocable.

En France, en cas de refus d’agrément, un pourvoi pour excès de pouvoir peut être diligenté devant le
conseil d’Etat contre la décision administrative émise par le CECEI.

22 Le système bancaire au Maroc


Le Système
Les Les Activités Les
Les Autorités
Introduction établissements
Bancaire des banques opérations Conclusion
de Contrôle
Marocain
bancaires bancaires
CAPITAL SOCIAL ET CAPITAUX PROPRES

L’article 29 de la loi n° 34-03 dispose que « tout établissement de crédit ayant son siège social au Maroc doit
justifier à son bilan d’un capital minimum effectivement libéré ou lorsqu’il s’agit d’un établissement public,
d’une dotation totalement versée, dont le montant doit être égal ou moins au capital minimum, tel que fixé
pour la catégorie ou la sous catégorie dont il relève ».

Les articles 1 et 2 de la circulaire du gouverneur de BANK AL-MAGHRIB n° 20/G/2006 du 30/11/2006


relative au capital minimum des établissements de crédit fixant les modalités d’application des dispositions de
l’article 30 de la loi 34-03,fixant le minimum obligatoire des fonds propres dont doivent disposer, en capital,
ou en dotation versée, les différentes catégories d’établissements de crédit.

Pour les banques le capital minimum est fixé à 200.000.000 DH, toutefois, lorsque l’établissement de crédit
agrée en qualité de banque ne recueillie pas de fonds du public, le capital minimum exigible est
100.000.000DH.

24 Le système bancaire au Maroc


Le Système
Les Les Activités Les
Les Autorités
Introduction établissements
Bancaire des banques opérations Conclusion
de Contrôle
Marocain
bancaires bancaires
REGLES D’HONORABILITE
Ces règles s’appliquent aussi bien aux principaux dirigeants, les fondateurs, les membres du conseil
d’administration, conseil de surveillance, aux personnes chargées de contrôler, d’administrer, de gérer ou de
représenter à titre quelconque un établissement de crédit. Nul ne peut, à un titre quelconque, fonder, diriger,
administrer, gérer ou liquider un établissement de crédit : Article 38 Loi 103-12.

S’il a été condamné irrévocablement pour crimes réprimés par le code pénal, pour infraction à la législation
des changes, ou en vertu de la législation relative à la lutte contre le terrorisme,

S’il a été frappé d'une déchéance commerciale en vertu de la loi 17-95 formant code de commerce et qu'il n'a
pas été réhabilité ;

S’il a fait l’objet d’une condamnation irrévocable en vertu des dispositions de la loi bancaire.

S’il a fait l'objet d'une condamnation prononcée par une juridiction étrangère et passée en force de chose
jugée pour l'un des crimes ou délits ci-dessus énumérés ;

S’il a fait l'objet d'une radiation irrévocable, pour cause disciplinaire, d'une profession réglementée.
25 Le système bancaire au Maroc
Le Système
Les Les Activités Les
Les Autorités
Introduction établissements
Bancaire des banques opérations Conclusion
de Contrôle
Marocain
bancaires bancaires
REGLES DE NON CUMUL DES FONCTIONS
Ces règles sont prévues par le législateur, soucieux d’éviter le conflit d’intérêt et les abus de la part des
dirigeants. Elle s’applique selon l’article 44 de la loi 103-12 au président directeur général, au directeur
général, aux membres du directoire ainsi que toute personne ayant reçu délégation de pouvoir de direction
du président directeur général, du conseil d’administration ou de surveillance d’un établissement de crédit.

Ces personnes ne peuvent cumuler leur fonction avec des fonctions similaires dans tout autre entreprise à
l’exception de celle qu’elle pouvait exercer au sein :

de société de financement ne recevant pas des fonds du public comme c’est le cas notamment des sociétés
de crédit bail, filiales de banque.
les sociétés d’investissements comme par exemple la société nationale d’investissement (SNI)
les sociétés de service contrôlé par l’établissement de crédit concerné et dont l’activité aurait pu être exercée
par celui-ci dans le cadre normale de la gestion, telle que les sociétés gérant le patrimoine immobilier, lié à
l’exploitation de l’établissement de crédit et les sociétés effectuant de travaux informatiques dans ceux de
l’établissement considéré

24 Le système bancaire au Maroc


Le Système
Les Les Activités Les
Les Autorités
Introduction établissements
Bancaire des banques opérations Conclusion
de Contrôle
Marocain
bancaires bancaires
QUALITE DES ACTIONNAIRES
Le gouvernement d’entreprise peut se définir comme l’ensemble des relations entre la direction, l’organe
délibérant, le conseil d’administration en général, les apporteurs de capitaux, les actionnaires le plus souvent,
et d’autres parties prenantes aux activités de l’établissement, commissaires aux comptes et auditeurs
externes.

Un bon gouvernement d’entreprise est l’une des clés de la réussite de l’établissement. Les apporteurs de
capitaux sont les personnes physiques ou morales qui détiennent une part du capital social. Ils doivent être
tenus régulièrement et suffisamment informés de l’activité, la situation financière et la gestion de
l’établissement, au moyen de rapports réguliers et circonstanciés.

En cas de refus de l’agrément, peut-on procéder à une voie de recours contre les décisions administratives
prononcées par le gouverneur de Bank Al Maghrib ? La loi bancaire n° 34-03 précise que la décision de la
Bank Al Maghrib est définitive et irrévocable.

En France, en cas de refus d’agrément, un pourvoi pour excès de pouvoir peut être diligenté devant le
conseil d’Etat contre la décision administrative émise par le CECEI.

24 Le système bancaire au Maroc


Le Système
Les Les Activités Les
Introduction établissements
Bancaire des banques opérations Conclusion
Marocain
bancaires bancaires
B- LE RETRAIT D’AGREMENT

Le retrait de l’agrément à un établissement de crédit est prononcé par le gouverneur de Bank Al-
Maghrib dans les quatre cas suivants:

▪ Soit à la demande de l’établissement de crédit lui- même. C'est-à-dire que ce dernier ne veut plus de son
agrément ou ne veut plus exercer une activité bancaire.

▪ Ensuite soit lorsque l’établissement de crédit n’a pas fait usage de son agrément dans un délai de douze
mois, à compter de la date de notification de la décision portant agrément; n’exerce plus son activité
depuis au moins six mois ou ne remplit plus les conditions au vu desquelles il a été agréé ;

▪ Le retrait d’agrément est aussi prononcer lorsque la situation de l’établissement de crédit est considérée
comme irrémédiablement compromise. C'est-à-dire lorsque ce dernier ne peut plus être redressé.

▪ Enfin, soit à titre de sanction disciplinaire. Dans ce cas, l’avis de la Commission de discipline des
établissements de crédit est requis.

24 Le système bancaire au Maroc


Le Système
Les Les Activités Les
Introduction établissements
Bancaire des banques opérations Conclusion
Marocain
bancaires bancaires
B- LE RETRAIT D’AGREMENT

Tout établissement de crédit dont l’agrément a été retiré entre en liquidation.

Dans le cas des établissements de crédit ayant leur siège à l’étranger, le retrait d’agrément
entraine la liquidation des éléments du bilan et du hors bilan des filiales et des succursales, aux
fins de préserver les intérêts de la clientèle.

La décision de liquidation peut être reportée au terme d’un délai fixé par l’administration de
tutelle. De même l’article 99 de la loi bancaire marocaine n° 34-03 rappelle que « Pendant le
délai de liquidation, l'établissement en question demeure soumis au contrôle de Bank Al-
Maghrib prévu par les dispositions des articles 53 et 55 de la présente loi et ne peut effectuer
que les opérations strictement nécessaires à sa liquidation».

24 Le système bancaire au Maroc


Le Système Le Contrôle des
Les Activités
Introduction Bancaire opérations Conclusion
des banques
Marocain bancaires

II- LES ACTIVITES DE BANQUES ET LEUR CONTRÔLE

II-1 ACTIVITES DE BANQUES ET OPERATIONS CONNEXES

II-2 LE CONTRÔLE DES ACTIVITES BANCAIRES

II-3 LES DISPOSITIONS COMPTABLES ET PRUDENTIELLES

24 Le système bancaire au Maroc


Le Système Le Contrôle des
Les Activités
Introduction Bancaire opérations Conclusion
des banques
Marocain bancaires
II- LES ACTIVITES DE BANQUES ET LEUR CONTRÔLE

II-1 ACTIVITES DE BANQUES ET OPERATIONS CONNEXES

L'article premier de la loi du 24 Décembre 2014 définit les établissements de crédit comme :

«Les personnes morales qui exercent leur activité au Maroc, quels que soient le lieu de leur siège social, la
nationalité des apporteurs de leur capital social ou de leur dotation ou celle de leurs dirigeants et qui
effectuent, à titre de profession habituelle, une ou plusieurs des activités suivantes :

▪ la réception de fonds du public précisé au niveau de l’Article 2

▪ les opérations de crédit détaillé par Article 3

▪ la mise à disposition de la clientèle de tous moyens de paiement ou leur gestion. Voir Article 6

24 Le système bancaire au Maroc


Le Système Le Contrôle des
Les Activités
Introduction Bancaire opérations Conclusion
des banques
Marocain bancaires

Deux principales remarques ressortent de cette définition :

Tout d'abord, la loi de 2014, reprenant celle de 1993 et 2006, ne lie plus les opérations de dépôts et de crédit
et leur exercice simultané pour être considéré comme un établissement de crédit.

En effet, il suffit, aujourd'hui d'effectuer, à titre habituelle, une seule des 3 activités prévues par la loi pour
avoir le statut d'établissement de crédit.

La deuxième remarque est constituée par l'introduction depuis 1993, aux cotés des notions de dépôts et de
crédit d'une nouvelle catégorie d'opérations, qui est la mise à disposition de la clientèle de tous moyens de
paiement ou leur gestion.

Cette novation, qui s'inspire de lois bancaires étrangères, prend en considération le développement important
des nouveaux moyens de paiement comme la monnaie électronique ou monétique. Elle constitue, en soi, une
modernisation du cadre juridique de l'activité bancaire.

24 Le système bancaire au Maroc


Le Système Le Contrôle des
Les Activités
Introduction Bancaire opérations Conclusion
des banques
Marocain bancaires

L'activité des établissements de crédit a connu des transformations profondes, particulièrement au cours des
dix dernières années. Plusieurs facteurs y ont contribué, nous en résumerons les principaux :

• L'influence des mutations des marchés financiers et bancaires extérieurs et les pressions en
changements et en innovations que celles-ci exercent sur les établissements de crédit ;
• Les progrès fulgurants des technologies induisant l'utilisation des nouveaux moyens informatiques et de
télécommunication en vue de rendre, plus performants, les services financiers et bancaires ;
• L'accélération des réformes dans les domaines bancaires, financiers et commerciaux à l'origine d'un
foisonnement de textes fondamentaux et réglementaires et ainsi de modifications dans les règles relatives
à l'activité des établissements de crédit ;

• La faible bancarisation de la population marocaine ;

• Les nouveaux besoins d'une clientèle mieux avisée et plus exigeante ;

• La montée des risques avec l'augmentation des créances en souffrance;

24 Le système bancaire au Maroc


Le Système
Les Activités Le Contrôle des
Introduction Bancaire Conclusion
des banques banques
Marocain

II- LES ACTIVITES DE BANQUES ET LEUR CONTRÔLE

II- 2 LE CONTRÔLE DES ACTIVITES BANCAIRES

Les structures des établissements de crédit sont organisées autour :

- A - des autorités de tutelle et de contrôle ;

- B - des organes de consultation et de représentation.

- Le contrôle des établissements de crédit est prévu par la loi 103-12 TITRE V Contrôle des établissements
de crédit.

24 Le système bancaire au Maroc


Le Système
Les Activités Le Contrôle des
Introduction Bancaire Conclusion
des banques banques
Marocain
A – LES AUTORITES DE TUTELLE ET DE CONTRÔLE

BANK AL MAGHRIB et Commissaires aux comptes


Le premier contrôle est exercé par BANK AL MAGHRIB. L’article 80 de la loi 103-12 stipule que « BANK AL
MAGHRIB est chargée de contrôler le respect par les établissements de crédit des dispositions de la
présente loi et des textes pris pour son application. »

24 Le système bancaire au Maroc


Le Système
Les Activités Le Contrôle des
Introduction Bancaire Conclusion
des banques banques
Marocain

A – LES AUTORITES DE TUTELLE ET DE CONTRÔLE

Le Contrôle de la banque centrale.

Dénommée « Banque du Maroc » jusqu’en 1987, Bank Al-Maghrib a été créée par dahir du 30 juin 1959 et,
est régie depuis le 23 novembre 2005, par le dahir n° 1-05-38 portant promulgation de la loi n° 76-03 portant
statut de Bank Al-Maghrib.

Bank Al-Maghrib est chargée de contrôler le respect, par les établissements de crédit, des dispositions de la
loi bancaire et des textes pris pour son application.

A cet égard, Bank Al-Maghrib vérifie l’adéquation de l’organisation administrative et comptable et du système
de contrôle interne de ces établissements et veille à la qualité de leur situation financière.

Dans le cadre de sa mission, Bank Al-Maghrib peut demander aux établissements de crédit de lui
communiquer tous documents et renseignements nécessaires à l’accomplissement de sa mission.

24 Le système bancaire au Maroc


Le Système
Les Activités Le Contrôle des
Introduction Bancaire Conclusion
des banques banques
Marocain

A – LES AUTORITES DE TUTELLE ET DE CONTRÔLE

Le Contrôle des commissaires aux comptes

Les établissements de crédit sont tenus, conformément aux dispositions de la loi bancaire, de désigner deux
commissaires aux comptes, après approbation de Bank Al-Maghrib.

Les commissaires aux comptes, ainsi désignés, ont principalement pour mission de contrôler les comptes et
la situation financière des établissements de crédit.

Après accomplissement de leur mission, les commissaires aux comptes établissent des rapports dans
lesquels ils rendent compte de leur mission à Bank Al-Maghrib et aux organes d’administration de
l’établissement de crédit concerné.

24 Le système bancaire au Maroc


Le Système
Les Activités Le Contrôle des
Introduction Bancaire Conclusion
des banques banques
Marocain
B – LES ORGANES DE CONSULTATION ET DE REPRESENTATION

Plusieurs organes sont prévus par la loi 103-12. Ils ont comme principales missions d’assurer
des fonctions de conseils et de propositions sur des questions se rapportant à l’activité
bancaire.
La loi 103-12 prévoit ainsi les quatre organes suivants :

Le conseil national du crédit et de l’épargne.


Ce conseil a pour mission, aux termes de l’article 27 de la loi, de débattre de toute question
intéressant le développement de l’épargne ainsi que l’évolution de l’activité des établissements
de crédit. Il formule des propositions au gouvernement dans les domaines qui entrent dans sa
compétence.

Le conseil national du crédit et de l’épargne est présidé par le Ministre chargé des finances.

24 Le système bancaire au Maroc


Le Système
Les Activités Le Contrôle des
Introduction Bancaire Conclusion
des banques banques
Marocain

B – LES ORGANES DE CONSULTATION ET DE REPRESENTATION

Le Comité des établissements de crédit.

Le comité des établissements de crédit a pour mission de donner ses avis au gouverneur de
Bank Al-Maghrib sur toute question ayant trait à l’activité des établissements de crédit.

Le comité mène également toute étude portant sur l’activité de l’établissement de crédit et
notamment sur leurs rapports avec la clientèle et sur l’information du public. Lesquelles études
peuvent donner lieu à des circulaires ou recommandations du gouverneur de Bank Al-Maghrib.

Article 25 de loi 103-12.

24 Le système bancaire au Maroc


Le Système
Les Activités Le Contrôle des
Introduction Bancaire Conclusion
des banques banques
Marocain
B – LES ORGANES DE CONSULTATION ET DE REPRESENTATION

La Commission de discipline de l’établissement de crédit

Comme son nom l’indique, cette commission est chargée d’instruire le dossier disciplinaire et de proposer, au
gouverneur de Bank Al-Maghrib, les sanctions disciplinaires à prononcer à l’encontre des établissements de
crédit, conformément aux dispositions de la loi 103-12. Article 28.

Les associations professionnelles des établissements de crédit.

La loi distingue deux catégories d’associations professionnelles : Article 32.


- Le Groupement Professionnel des Banques du Maroc (GPBM) qui regroupe l’ensemble des banques
marocaines.
- Les associations professionnelles des sociétés de financement (APSF) qui regroupent l’ensemble des
établissements de crédit agréés en tant que sociétés de financement.
Les associations professionnelles des établissements de crédit mènent plusieurs études se rapportant à leur
activité, comme elles peuvent être consultées sur des questions relevant de la profession bancaire.

24 Le système bancaire au Maroc


Le Système
Les Activités Le Contrôle des
Introduction Bancaire Conclusion
des banques banques
Marocain
II-3 LES DISPOSITIONS COMPTABLES ET PRUDENTIELLES

Par dérogation aux dispositions de la loi 9-88 relatives aux obligations comptables des commerçants, les
établissements de crédit sont astreints de tenir leur comptabilité conformément aux conditions fixées par
BANK AL MAGHRIB après avis respectivement du Comité des Etablissements de Crédit et du Conseil
National de la Comptabilité. TITRE IV Loi 103-12 Article 71.

Le contrôle bancaire est constitué d’un ensemble de règles et mécanismes visant à encadrer, maîtriser et
surveiller les activités bancaires et a pour but d’amoindrir les risques. La banque est au cœur de l’économie:
elle draine l’épargne, elle octroie des crédits, elle gère les moyens de paiement.

Les banques ont pour fonction principale de collecter l’épargne publique et accorder du crédit aux agents
économiques, et, de ce fait favoriser le développement des entreprises. Ces deux missions essentielles
expliquent les dispositifs de contrôle visant à protéger le consommateur-épargnant mais également
l’économie des crises qui ont eu lieu par le passé.

24 Le système bancaire au Maroc


Le Système
Les Activités Le Contrôle des
Introduction Bancaire Conclusion
des banques banques
Marocain
II-3 LES DISPOSITIONS COMPTABLES ET PRUDENTIELLES

Trois lois bancaires ont été élaboré en l’espace de 21 ans ce qui prouve l’inquiétude du législateur désirant
adopter les règles internationales en matière de contrôle bancaire, notamment les dispositifs Bale 1 et Bale 2.

En effet, aux termes de l’articles 76 de la loi, « afin de préserver leur liquidité et leur solvabilité ainsi que
l'équilibre de leur situation financière, les établissements de crédit sont tenus de respecter des règles
prudentielles dont le mode de calcul est celui recommandé par les résolutions de Bâle.

De même, les établissements de crédit doivent se doter d’un système de contrôle interne visant à identifier,
mesurer et surveiller l’ensemble des risques qu’ils encourent et de mettre en place des dispositifs qui leur
permettent de mesurer la rentabilité de leurs opérations comme l’exige le législateur. Article 77 et 78 de la loi.

La mise en phase du système bancaire marocain par rapport au système international est en effet importante
pour le Maroc parce que non seulement les banques marocaines opèrent sur les marchés internationaux mais
aussi ont le souci d’adopter les nouveaux instruments bancaires pour mieux protéger leurs clients déposants,
comme le virement bancaire électronique, la carte bancaire, la télé compensation, ……etc. ...

24 Le système bancaire au Maroc


Le Système
Les Activités Le Contrôle des
Introduction Bancaire Conclusion
des banques banques
Marocain
II-3 LES DISPOSITIONS COMPTABLES ET PRUDENTIELLES

➢ A - Les ratios

Dans le secteur bancaire, un ratio est le rapport entre les fonds propres de la banque et les risques pondérés
autrement dit, rapport entre les actifs de la banque et ses opérations à risques. Encore aujourd’hui il existe
plusieurs ratios dont les règles de calcul et leur disponibilité sont recommandées aux banques. Cela
permettra de mesurer leur bonne santé et leur résistance aux crises. Ces différents ratios garantissent la
solvabilité de la banque auprès de ses créanciers. Ils lui permettent aussi de pouvoir résister aux crises.

Le ratio de solvabilité qui est de l’ordre de 8%. Cela ressort du rapport entre les fonds propres de la
banque et les risques pondérés. Il est introduit dans le système bancaire international par la convention de
Bale I et les règles de calcul sont améliorées par la commission de Bâle 2.

Il est utile de rappeler ici que le ratio de solvabilité de 8% a été revu à la hausse (10,5%) par la commission
de Bale 3.

24 Le système bancaire au Maroc


Le Système
Les Activités Le Contrôle des
Introduction Bancaire Conclusion
des banques banques
Marocain
II-3 LES DISPOSITIONS COMPTABLES ET PRUDENTIELLES

➢ A - Les ratios

Le ratio de liquidité Le fonctionnement traditionnel des banques consiste à emprunter de l’argent liquide sur
le marché des capitaux à court terme, 3 mois par exemple, à un taux réduit pour financer des
investissements non liquide à long terme comme le prêt immobilier de ses clients sur 20 ans. Mais les taux
d’intérêts augmentent au fil du temps, ce qui devient rentable en fin de compte aux banques.

Cependant, la banque court le risque de ne pas pouvoir payer son prêteur ; difficulté auquel se sont
confrontées des banques en 2008 en prêtant à une maturité d’une semaine. Pour alors remédier à ce risque,
le régulateur de Bâle 3 a obligé les banques à avoir un ratio de liquidité à court terme pour amortir un défaut
de renouvellement d’emprunt sur le marché de capitaux s’il se produisait pendant une période de 30 jours
suivant l’emprunt.

Un second ratio, appelé ratio de liquidité structurel vise à assurer la disponibilité de liquidité de la banque
pour son financement pendant 12 mois.

24 Le système bancaire au Maroc


Le Système
Les Activités Le Contrôle des
Introduction Bancaire Conclusion
des banques banques
Marocain
II-3 LES DISPOSITIONS COMPTABLES ET PRUDENTIELLES

➢ B - Les Emplois Obligatoires

L’institution des emplois obligatoires sont constitués à la fois de réserves obligatoires non rémunérées et de
portefeuilles présentant un certain nombre de caractéristiques.

L’obligation de constitution des réserves obligatoires est l’expression d’une politique monétaire à deux
objectifs poursuivie par la BAM.

D’abord, elle permet de limiter les liquidités bancaires et de là la capacité des banques à transformer leur
disponibilité « les liquidités » en crédit. L’objectif poursuivi est de diminuer auprès des établissements de
crédit, malgré eux, la prise de risque.

Puis, cette politique permet d’orienter les concours bancaires au profit du Trésor et des secteurs d’activité
bien déterminé. Les emplois obligatoires sont un ensemble composé de la réserve monétaire obligatoire que
chaque établissement de crédit est tenu de constituer et bloquer dans un compte longtemps non rémunéré
auprès de l’institut d’émission c’est-à-dire la BAM.

24 Le système bancaire au Maroc


Le Système
Les Activités Le Contrôle des
Introduction Bancaire Conclusion
des banques banques
Marocain
II-3 LES DISPOSITIONS COMPTABLES ET PRUDENTIELLES

➢ B - Les Emplois Obligatoires

Le plancher d’effet public qui est le portefeuille minimum que chaque établissement de crédit devait détenir
en Bons de Trésor. Les bons de caisse font également partie des emplois obligataires, mais également les
portefeuilles des Bons de Trésor à 1 an.

La technique des emplois obligatoires permet de contrôler la liquidité des banques et de diminuer leur avoir
en caisse afin de minimiser les risques qu’elles encourent en accordant des crédits.

Cependant, les règles de trésorerie ne suffisent pas à elles seules de maitriser et de contrôler le système
bancaire marocain, le législateur a également mis en place des règles de surveillance macro-prudentielles.

L’article 108 de la loi 103-12 a institué un comité de coordination et de surveillance des risques systémiques
chargé d’assurer la surveillance macro-prudentielle du secteur financier au Maroc.

24 Le système bancaire au Maroc


Le Système
Les Activités Le Contrôle
Introduction Bancaire Conclusion
des banques des banques
Marocain
II-3 LES DISPOSITIONS COMPTABLES ET PRUDENTIELLES

Le secteur bancaire Marocain est un acteur de premier plan de la croissance économique du pays. La
banque est rarement perçue comme une entreprise comme les autres par ses clients du fait de la spécificité
de sa matière première : l’argent des déposants.

Les banques ont en effet pour mission de soutenir la croissance à court terme, avec la distribution de crédit
à la consommation, et à long terme, avec la mise en place de crédits aux particuliers et de crédits aux
entreprises.

Nous allons donc traiter dans un premier temps la Banque et les Particuliers et dans une seconde partie la
Banque et les entreprises.

24 Le système bancaire au Maroc


Merci pour votre
Attention

Vous aimerez peut-être aussi