Vous êtes sur la page 1sur 57

2

CE QUE DISENT LES PIERRES


OU

SERMONS EN PIERRES

PAR

CH SPURGEON

I LLUSTRATED W ITH N OTES PAR

TOUCHES J.L

POUR 25 ANS SECRÉTAIRE ET ASSISTANT LITTÉRAIRE À


L'ÉPURGEON TARDIF

INTRODUCTION PAR LE PASTEUR THOMAS


ÉPURGEON

INTRODUCTION
PAR

THOMAS SPURGEON.
O NE des «meilleurs cadeaux», qui doivent être
vivement convoités par tous les enseignants et
prédicateurs, c'est de pouvoir trouver
«Des livres dans les ruisseaux,
Sermons en pierres,
Et bon dans tout. "
Heureux celui dont les yeux et les oreilles peuvent percevoir la
vue et le son de la vérité divine dans des choses que d'autres
jugent communes et impures. Et heureux sont les gens qui non
seulement entendent le son joyeux de l'Évangile, mais dont les
vérités sont forcées de rentrer dans leur cœur et fixées dans
leurs mémoires par des emblèmes et des paraboles de choses
avec lesquelles ils se rencontrent chaque jour. Le pouvoir
d'utiliser ainsi les circonstances ordinaires et les choses
ordinaires était possédé à un degré remarquable par mon
défunt père bien-aimé. Il a cueilli la grande majorité de ses
illustrations sur le terrain plutôt que dans la maison chaude.Il
y a plus de boutons d'or et de marguerites dans ses sermons
que d'orchidées rares et d'exotiques de choix. Étant un maître
de la métaphore, il a recueilli de toutes les sources. Terre et
mer, art et science, paix et guerre, histoire et biographie,
étoiles et pierres, ont tous été mis en contribution; mais, en
règle générale, ses emblèmes étaient des plus simples. Les
«fenêtres» de ses discours n'étaient pas de vitraux profonds à
admirer, mais du cristal le plus clair, que les esprits obscurcis
pourraient ainsi éclairer. Les agriculteurs m'ont dit qu'ils
s'étaient souvent émerveillés de sa perspicacité dans les
affaires agricoles, et que c'était en partie le secret de son
emprise sur les paysans; et les marins ont exprimé leur
surprise que celui qui n'a jamais fait un long voyage
connaissait autant les matières nautiques et connaissait si bien
le vocabulaire quelque peu remarquable de «ceux qui
descendent à la mer en bateau». Il avait une réserve
d'informations débordante, et comme il ne savait pas
comment «sauver» telle ou telle chose pour une autre
occasion, chaque discours était lumineux avec des fleurs
fraîchement coupées et des perles de pensée nouvelles.

Il était toujours impatient, aussi, d'aider les autres dans leur


recherche de comparaisons. Il avait assez de «plumes» pour
ses propres «flèches» et pour épargner. Bien qu'il ait
constamment insisté sur le fait que les types et les emblèmes
prêts à l'emploi n'étaient pas les meilleurs, il a reconnu que
certains n'ont ni la faculté ni la possibilité de les fabriquer
dans leurs propres locaux; il a donc publié plusieurs volumes
d'illustrations, et ses «Notes de sermon» publiées sont
enrichies de types et de tropes, et égayées de «fenêtres
d'agates», d'une merveilleuse variété. Dans sa préface aux
«Illustrations et méditations», il a exprimé son intention de
produire un ensemble de livres pour aider les prédicateurs en
leur fournissant des paraboles et des comparaisons. Bien que
ce volume ne puisse pas être compté dans cette série, il ne fait
aucun doute qu'il servira la même bonne fin. Les pierres lisses
du ruisseau sont ici en bon nombre pour les Lord's Davids.
Puissent-ils être habitués à faire tomber de nombreux
Philistins géants. Une simple illustration fera parfois une
grande exécution là où un argument élaboré échoue. Voici des
pierres prêtes à être extraites pour les constructeurs; que de
nombreux murs soient renforcés et que de nombreux écarts
soient comblés par leur aide opportune et efficace.

Ce n'est pas à moi de critiquer la conférence de mon père. Je


n'ai rien trouvé à redire, et je ne dois pas louer. L'approbation
de ses propos de la part de moi ne semble guère plus
appropriée que la censure. Une introduction n'est pas non
plus vraiment nécessaire. Je me contenterai d'enregistrer le
fait, que la joie avec laquelle je l'ai entendu a livré de longues
années; il y a encore frais et parfumé. Même les opinions
dissolvantes n'étaient pas plus les bienvenues que la
conférence joyeuse et bavarde. Il nous a semblé, ses auditeurs,
qu'il y avait sur l'estrade un musicien habile, dont
l'instrument était composé de «pierres musicales», qui,
rugueuses et disgracieuses qu'elles paraissaient, émettaient en
leur frappant la plus douce mélodie. Nous étions assez désolés
à la fin du concert. Lire le discours, il faut l'admettre, ce n'est
pas l'entendre. Nous voyons maintenant à quel point la
musique dépendait du «toucher». Et oh, pour mille raisons,
qu'il aurait pu le réviser lui-même!

Hélas! que «le dernier usage auquel une pierre peut être
faite» a été illustré dans son cas. Quel pathétique là-bas., Est
maintenant dans ces remarques de clôture: - «Si quelqu'un
met une pierre tombale sur nous, moins on en dit sur nous,
mieux c'est: notre nom, notre naissance, notre mort, et un
texte divin; mais pas de flatterie complète. Il est satisfaisant
de savoir que, si ce souhait n'a pas été réalisé en stricte
conformité avec sa lettre, son esprit a certainement été
respecté.

À Norwood se trouve un sépulcre substantiel, avec des


passages et des emblèmes bibliques appropriés. Mais il n'y a
pas de flatterie complète, et, grâce à Dieu, il n'y a aucune
possibilité de tombeau, ou de « vie », ou de souvenir de lui
d'être gâché par de tels «mais biographiques» comme il l'a
mentionné à la fin de la conférence . Nous glorifions Dieu en
lui.
M. JL Keys, qui peut bien être fier d'avoir été pendant un quart
de siècle associé à CH Spurgeon dans ses travaux littéraires, et
que l'auteur a écrit avec tant d'appréciation dans plusieurs de
ses ouvrages concernant les services de son amanuensis, a
ajouté de précieux annexes à cette conférence. Si je puis dire,
il a creusé dans de nombreuses carrières et a ensuite construit
les blocs en une belle arche. N'est-il pas lui-même la clé de
voûte ?
A cette époque , le lecteur est plus que prêt à entendre « W
HAT T HE S TONS S AY . » Dieu accorde qu'ils ne crient contre
aucun de nous parce que nous cessons de bénir le nom du
Seigneur!
« Non; Je dois apporter mes louanges,
Bien qu'ils soient sans valeur et faibles;
Car devrais-je refuser de chanter,
Bien sûr, les pierres mêmes parleraient. "

CONTENU
I NTRODUCTION
S ERMONS I N S TONES
L E G REAT S TONE B OOK
S TONES I N B IBLE S TORY
S TONES I N E RANÇAIS H ISTOIRE
S TONES P RÉCIEUSES - D IAMANTS
S TEPPING -S TONES
B OUNDARY S TONES
REAKERS S TONE -B
S LINGS A ND S Lingers
F LINT A ND S TEEL
L E «D ROPPING W ELL »
UN SBESTOS
« T HE M ILESTONE A ND T HE C OACH - AF ABLE
M OSAICS
T HE W HETSTONE
T HE S COLE S TARD
S TUMBLING -B SERRURES
T HE S TONE A ND T HE C Hisel - AF ABLE
T HE D IAMOND A ND T HE R UBY - AF ABLE
T OMBSTONES A ND E PITAPHS
D ISSOLVING V IEWS

sept

ANNEXES.
L E T OMB O F R ACHEL
A ncient M ONUMENTS A ND H OLY W RIT
W ORKS O F R ÉFÉRENCE
T HE S TONES O F T HE T emple
R UDE S TONE M ONUMENTS
T HE K INGS 'S TONE
T HE R UFUS 'S TONE .
T HE C ORONATION de l'TONE A ND C CHEVEUX
L ONDRES S TONE
P ANYER A LLEY S TONE
L E D IAMOND «R ÉGENT »
L E «K OH- IN OOR »
L E «O RLOFF »
L E «G REAT S ANCY »
W ORKS O N P RECIOUS S TONES A ND R EGALIA
8

SERMONS EN PIERRES
Il y a ici beaucoup de difficulté à traiter un sujet comme celui-
ci et à transformer des pierres en «pain», pour une conférence,
à cause du grand nombre de pierres qu'il y a. Partout on
rencontre des pierres: des pierres dans les rues, qui en sont
pavées; des pierres dans les champs, qui en sont jonchées;
pierres sur le bord de la mer; pierres au fond de la terre;
partout des pierres, des pierres, des pierres.

Des sermons en pierres? Eh bien, il y a des volumes de


sermons en pierres. Personne ne sait par où commencer la
carrière; et celui qui est adroit peut produire assez de pierres
pour construire un temple aussi glorieux que celui de
Salomon, et cependant n'utiliser qu'une très petite partie du
matériel disponible.
Vous avez toute l'histoire du monde en pierres. Bien avant
qu'il y ait des yeux humains pour le lire, Dieu l'avait écrit
dans un grand livre de pierre. Même maintenant, nous
pouvons seulement, pour ainsi dire, deviner le sens, plutôt
que lire avec une certitude absolue la véritable histoire de
l'ancien monde avant qu'Adam ne tombe au Paradis.

Nous nous tournons vers le grand livre de pierre de l'histoire


du monde, et nous constatons qu'une fois cette terre a dû être
sous l'influence d'incendies puissants. Nous trouvons de la
roche entièrement dépourvue de tout signe de vie, où tout
semble avoir traversé un grand four. On retrouve ici du granit
qui devait être à l'état liquide, telle était la chaleur intense.
Certains ont supposé que le monde était autrefois
entièrement gazeux, qui s'est progressivement refroidi et s'est
condensé.

Le livre de pierre nous dit qu'au fil du temps, un grand


changement s'est produit, lorsque l'eau a dominé le feu. Puis
les grandes mers ont commencé leurs dépôts et de nouvelles
roches se sont formées. Au début, nous ne trouvons que des
traces infimes de vie; puis des traces de vie si incertaines
qu'on peut à peine distinguer l'animal du végétal. Ainsi , la
croissance a continué, jusqu'à ce que par et, par nous
rencontrons des reptiles, un état dans lequel d' énormes
sauriens pagayé ou pataugé dans les eaux limoneux et
créatures maintenant tout à fait éteintes et inconnues vécu
sur la terre. Ce monde a dû être un endroit étrange à l'époque,
et très différent de ce qu'il est maintenant; car tout était sous
les pieds; il n'y avait pas d'arbres à sa surface.
9

Vient ensuite la période des fougères et de toutes sortes de


plantes, qui a été suivie après un certain temps par la période
des quadrupèdes, où des animaux comme le mammouth et
d'autres immenses créatures vivaient sur la terre.
Le livre de pierre a conservé des traces de toutes ces choses,
et c'est un livre très merveilleux, et merveilleusement illustré
aussi; car en elle vous avez les grandes dents d'éléphants, et à
côté d'elles les plus minuscules fougères et poissons; et ce qui
est encore plus remarquable, ce sont les gouttes de pluie. été
enregistré sur ses pages. Celui qui étudie attentivement et
attentivement l'histoire de notre monde telle qu'elle est écrite
dans le livre de pierre, sera un homme plus sage et meilleur
pour ce qu'il y a lu.
Cependant, je n'ai pas l'intention de vous emmener dans: les
profondeurs de la géologie, mais de reprendre un autre livre
du même auteur que l'histoire de la pierre du monde
matériel, et de vous demander de parcourir avec moi
l'histoire biblique des pierres. .

Bien que le Livre ne nous dise pas à quel point dans l'histoire
de sa vie, Adam a senti le besoin des anges de le porter entre
leurs mains, de peur qu'il ne heurte son pied contre une
pierre; néanmoins, je n'en doute pas, la nécessité se fit bientôt
sentir.
Abel a-t-il été tué avec une pierre, f1 ou son frère l'a-t-il fait
avec un gourdin? Sans doute Caïn et Abel travaillaient tous
deux la pierre, ainsi que leur père; et «bâti des autels de
pierres»: ce sont ces autels qui ont conduit ces frères à
différer. Il est certain que les fils de Caïn sont de grands
manipulateurs de pierres depuis qu'ils «ont pris des pierres
pour le lapider» f2 dont le sang «dit mieux que celui d'Abel». f3
Les pierres sont mentionnées à propos de cette spéculation de
construction très aventureuse, la tour de Babel. f4 Les
constructeurs ont planifié leur ville et leur tour de manière à
ce qu'ils ne soient pas dispersés; mais avec quelle facilité le
Seigneur a-t-il vaincu leur projet! Leur grand bâtiment était si
simple qu'il est écrit: «Le Seigneur est descendu pour le voir.»
Il semblait emblématique de la fragilité de leur travail, qu'ils
ne construisaient pas avec des pierres; mais «ils avaient la
brique pour la pierre, et la boue pour le mortier». Ceux qui
cherchent à atteindre le ciel par leurs propres œuvres peuvent
bien construire grossièrement; car tout leur travail va
certainement chanceler jusqu'à sa chute.

Les pierres doivent: avoir été des choses très familières à


Abraham. Vous vous souvenez du récit du Seigneur qui lui
est apparu à Sichem, et qu '«il y bâtit un autel au Seigneur».
f5
Et encore, dans la plaine de Mamré il
dix

a habité, «et y a construit un autel au Seigneur». On peut assez


bien conclure que ces autels étaient de grandes pierres.
Il y avait une pierre vers laquelle, nous pouvons en être sûrs,
le patriarche se tourna avec beaucoup de regards persistants
alors qu'il laissait les reliques de sa bien-aimée Sarah dans la
grotte de Machpelah. f6 Gustave Doré 'représente Isaac et
Ismaël le pressant de quitter l'endroit où il avait enterré la
femme de sa poitrine. Ô vous qui avez su ce que c'est que
d'être conduit de la couche d'un être aimé, souvenez-vous
que ceux qui sont partis avant ne sont pas perdus: ils ne sont
logés que dans le trésor de Dieu, et vous les reverrez bientôt.
C'était une pierre mémorable que Jacob trouva la première
nuit après avoir quitté la maison de son père. f7 Jacob savait
que quelque chose de ce sentiment de désolation et de
tristesse que vous et j'ai vécu lors de la première , nous
sommes allés loin de la maison, de prendre nos places comme
domestiques ou apprentis chaque fois que notre sort était jeté.
Jacob voulait dormir, mais il n'y avait pas de couverture pour
lui; pourtant il trouva une tente, et, comme l'a dit un vieux
prédicateur, «il avait les cieux pour sa verrière, les nuages;
pour ses rideaux »(bien que je doute qu'il y ait eu des
nuages),« et une pierre pour un oreiller », pierre qu'il a
également posée pour une colonne, et a versé de l'huile
dessus, et a juré un vœu à Dieu, qui lui était apparu en ce lieu
et en avait fait Béthel, «la maison de Dieu».

Oh, jeunes hommes! le lieu de vos premières difficultés, où


les obstacles semblaient être tout autour de vous, deviendra,
si vous mettez ces difficultés entre les mains de Dieu, en
toute vérité un Béthel pour vous.
Quarles, dans ses «Divine Fancies», versifie ainsi
étrangement la merveilleuse histoire: -

11

« O N J ACOB ' S P ILLOW »


« Le lit était de la terre; l'oreiller
surélevé, des pierres, sur lesquelles le
pauvre Jacob repose sa tête, ses os;
Heav ' n était sa verrière; les ombres
de la nuit étaient ses rideaux tirés ,
pour exclure la lumière. Mauvais état
pour l' héritier d' Isaac ! Il me semble
que son bétail a trouvé un lit aussi
doux que lui:
Pourtant Dieu y est apparu, sa joie, sa couronne;
Dieu n'est pas toujours vu dans les lits de duvet:
Oh, si ce petit Dieu s'il te plait de faire mon lit,
Peu m'importe où je repose mes os, ma tête:
Avec toi, mes besoins ne peuvent jamais être
extrêmes;
Avec l'oreiller de Jacob, donne-moi le rêve de Jacob . "
Il y avait une autre pierre très précieuse pour Jacob, la pierre
qu'il a posée sur la tombe de sa bien-aimée Rachel; f8 le
premier enregistrement, si je ne me trompe pas, d'une pierre
tombale. Combien de fois ses pensées se tournaient-elles vers
cet endroit, et son cœur remonterait-il en remerciement
envers le Ciel, car il avait eu sa compagnie pendant tant
d'années.
C'était une expression mémorable que le bon vieux Jacob
utilisait lorsqu'il était mourant. En bénédiction: Joseph , il a
dit: « De là est le berger, la pierre d'Israël, » f9 comme son
regard prophétique attend avec impatience la venue du
Rédempteur.

Quand Israël a traversé la mer Rouge et que les eaux de retour


ont englouti les Égyptiens, on nous dit: «Ils ont coulé au fond
comme une pierre». Et encore: «Par la grandeur de ton bras,
ils seront immobiles comme une pierre;
jusqu'à ce que ton peuple passe, ô Seigneur, jusqu'à ce que le
peuple passe, que tu as acheté. f10 Et qu'il en soit de même
pour nous quand nous mourrons: laissez-nous
espérons que nous trouverons l'ennemi «aussi immobile
qu'une pierre», alors que nous chantons les louanges de
notre Dieu qui triomphe glorieusement.
Je dois vous montrer des pierres très remarquables f11 en
relation avec les errances des enfants d'Israël. On pense que:
ces pierres marquent l'endroit où les gens ont mangé les
cailles. f12 Il est à noter que, à mesure que la Terre Sainte est
explorée plus attentivement et son histoire étudiée, nous
continuons à déterrer les annales qui prouvent la vérité de
l'Écriture sainte f13 Un homme qui, vivant de nos jours, se
déclare infidèle, doit un fou; car comment oserait-il nier la
vérité de la Sainte Parole avec un tel témoignage devant lui?

12

De la mer Rouge et du chant triomphant de Moïse et des


enfants d'Israël, nous passons à Rephidim, où Josué combattit
avec Amalek dans la vallée, tandis que Moïse se tenait au
sommet de la colline, la verge de Dieu à la main. Nous lisons
qu '«il arriva, lorsque Moïse leva la main, qu'Israël l'emporta;
et quand il laissa tomber sa main, Amalek l'emporta. Mais les
mains de Moïse étaient lourdes, et ils prirent une pierre, la
mirent sous lui, et il s'assit dessus; et Aaron et Hur gardèrent
les mains levées, l'un d'un côté et l'autre de l'autre; et ses
mains étaient stables jusqu'au coucher du soleil. Et Josué a
déconcerté
f14 Amalek et son peuple avec le tranchant de l'épée.

Nous pouvons dire ce que nous voulons, mais il est vrai que
Dieu ne bénisse tous par un. Mais chaque homme, aussi bien
que Dieu l'ait aidé dans le passé, se lassera, à moins qu'il ne
soit soutenu par les sympathies aimantes et les prières
sincères de ceux qui l'entourent. Je remercie Dieu pour mes
Aarons et Hurs. J'ai entendu parler d'un ministre, dont
certains des membres de la congrégation se sont plaints à lui
que ses sermons de la fin n'avaient pas été aussi bons
qu'avant. «Eh bien, dit le brave homme, il n'y a que trop de
vérité dans l'accusation; mais comment il est, je ' ai perdu mon
livre de prières. »« Mais, »ont-ils dit,« nous ne savions pas que
vous utilisiez un livre pour les prières. » "Non," dit le ministre,
"mais mon livre de prières est dans vos cœurs, et j'ai perdu
vos prières." Je suis sûr que la qualité d'un sermon dépend
souvent des prières de la congrégation.
Passant au livre de Josué, ce furent des pierres mémorables
que Josué a érigées « au milieu du Jourdain, à l'endroit où se
tenaient les pieds des prêtres qui portaient l'arche de
l'alliance», jusqu'à ce que «tout le peuple soit pur. plus de." Et
encore plus remarquables étaient celles, douze autres pierres,
qui ont été prises par les douze représentants élus des tribus
du milieu du Jourdain, du même endroit où les pieds des
prêtres se tenaient fermement, et portés à l'endroit de l'autre
côté. où ils logèrent cette nuit-là. «Ces douze pierres…. Joshua
a-t-il lancé à Gilgal, f15 pour montrer
où les Israélites sont entrés dans la terre promise.
Je n'oublierai jamais les mémoriaux que j'ai érigés en passant
par la conviction de péché; et je sais que vous vous souvenez
tous des douze pierres que vous avez érigées le «jour
heureux» où vous avez trouvé le Sauveur.
Des pierres ont été utilisées pour tuer Achan le traître dans le
camp, qui a pris du butin de Jéricho, «un vêtement de bonne
qualité babylonien, deux cents sicles d'argent et un coin d'or»,
et les a cachés dans la terre, et a provoqué la colère de que le
Seigneur s’allume contre tous les enfants d’Israël. Dieu
accorde

13

afin qu'aucun de nous ne devienne Achan et «commette une


infraction dans la chose maudite». F 16
Dans le dixième chapitre de ce même livre de Josué, nous
avons le: récit de Josué et des hommes d'Israël allant au
secours des Gabaonites contre les cinq rois des Amoréens, et
comment «le Seigneur a jeté de grandes pierres du ciel sur eux
», alors qu'ils fuyaient avant Israël. Eh bien, les cinq rois ont
été «trouvés cachés dans une grotte à La Mecque». Et Josué
ordonna au peuple de «rouler de grandes pierres sur l'entrée
de la caverne, et d'y placer des hommes pour les garder»
jusqu'à son retour.
Prenons l'exemple de cela. Peut-être que votre échec est un
mauvais caractère hâtif.
Vous ne pouvez peut-être pas vous en débarrasser. Vous vous
efforcez de le surmonter, mais vous n'avez pas encore été en
mesure de «le suspendre devant le Seigneur». f17 Eh bien,
rouler
une grande pierre à l'entrée de la grotte. J'ai entendu dire que
lorsque vous êtes en colère, la meilleure chose à faire est de
«répéter au moins cent mots avant de parler». Une autre très
bonne façon est de garder l'eau chaude dans votre bouche
jusqu'à ce qu'elle devienne froide. Ce ne sont que des
manières différentes de faire rouler de grosses pierres à
l'entrée de la grotte.
Environ un an environ avant sa mort, Josué rassembla toutes
les tribus d'Israël à Sichem, et leur rappela toute la bonté du
Seigneur qu'Il avait fait passer devant eux; et il fit alliance
avec le peuple au nom du Seigneur; «Et prit une grande pierre,
et la plaça là sous un chêne, qui était près du sanctuaire du
Seigneur. Et Josué dit à tout le peuple: Voici, cette pierre nous
sera un témoin; car il a entendu toutes les paroles du Seigneur
qu'il nous a dites: ce sera donc un témoignage pour vous, de
peur que vous ne reniez votre Dieu. f18
Ainsi, même la poutre hors du bois et la pierre hors du mur
seront des témoins contre nous si nous péchons.
Je passe à remarquer comment Abimélec, le méchant fils de
Gédéon, a rencontré sa mort d'une pierre. À la mort de son
père, il persuada les hommes de Sichem de le faire roi. Il mit
aussitôt à mort tous ses soixante-dix frères «sur une pierre»,
sauf Jotham, le plus jeune, qui s'était caché. Ses sujets se
révoltèrent très vite; et dans la guerre qui a suivi, il a pris la
ville de Thebez. «Mais il y avait une tour forte à l'intérieur de
la ville, et là, tous ceux de la ville s'enfuirent, et la leur
fermèrent, et les montèrent jusqu'au sommet de la tour. Et
Abimélec vint à la tour, et combattit

14

encontre. .Et une certaine femme a jeté un morceau


de meule sur la tête d'Abimélec, et tout cela pour lui
casser le crâne. f19
Le récit inspiré continue en disant qu '«il a appelé à la hâte»
son porteur d'armes pour qu'il dégaine son épée et le tue,
qu'on ne peut pas dire qu'une femme l'a tué. Ainsi sa
méchanceté revint sur sa propre tête, et ses actes violents sur
son propre pâté. f20
Vous vous souvenez de Samuel f21 posant la pierre d'Ebenezer,
«la pierre de secours», enregistrant: la bonté de Dieu. Vous
avez peut-être entendu parler de la vieille femme qui a dit
qu'elle avait tant d'Ebenezers, qu'ils ont formé un mur des
deux côtés d'elle tout au long de son voyage à travers la vie.
Chacun de nous devrait pouvoir dire la même chose.
«Jusqu'ici, le Seigneur nous a aidés:» c'est en effet un grand
mur de mémoriaux de la bonté aimante de Dieu.
Puis il y a la pierre avec laquelle David tua Goliath . J'ai ici une
pierre lisse, juste celle qui a été envoyée à la tête du géant. Je
ne dis pas que c'est la pierre; bien que je puisse le dire avec
autant de vérité que certaines personnes emploient quand
elles parlent d'une Église possédant «une plume de l'aile de
l'ange Gabriel», ou dire qu'une telle «relique» est «une mèche
de cheveux de la Vierge Marie» ; car cette pierre dans ma
main a été prise du même ruisseau où David a pris sa pierre
célèbre.
Je vous ferais remarquer que David a utilisé une pierre lisse
. Pourquoi? Parce qu'il volerait plus loin et mieux. Nous:
devrions toujours utiliser une pierre lisse, mais en même
temps nous devons mettre notre confiance en Dieu. Quand
l'un de ses disciples a dit à Mahomet: «Je vais lâcher mon
chameau dans le désert, et j'ai confiance en Dieu que: je le
retrouverai», Mahomet répondit: «Tu devrais d'abord
attacher ton chameau, puis faire confiance en Dieu." Oui; il
en est ainsi: nous devons faire confiance à Dieu, mais nous
devons veiller à «garder notre poudre sèche».
David était un homme sage, je pense, à utiliser une fronde.
Humainement parlant, le géant l'aurait installé avant que
David ne se soit approché suffisamment pour le toucher. Il a
certainement dû être habitué à l'utilisation d'une fronde
[tenant une fronde], et ici il a montré sa sagesse en
choisissant ces armes dans l'utilisation desquelles il était
expert. En cela, prenons le modèle de David, et allons
toujours travailler dans un
de bon sens , en faisant confiance à la Providence, qui
prendra sûrement soin de ceux qui marchent droit.

15

Nous ne devons pas omettre de mentionner la scène


mémorable du mont Carmel, où «Élie prit douze pierres, selon
le nombre des tribus des fils de Jacob, et avec les pierres, il
construisit un autel au nom du Seigneur». 23 Nous ne devons
pas non plus oublier la répulsion des Moabites par les
Israélites,
quand «ils ont abattu les villes et sur tout bon terrain jeté à
chacun sa pierre et l'ont remplie; et arrêté tous les puits
d’eau. f24
Les pierres sur lesquelles le temple de Salomon a été
construit étaient d'une tout autre sorte. On les appelle de
grandes pierres », des« pierres coûteuses »et des« pierres
taillées ». f25 Ceux dont les murs étaient composés étaient de
taille énorme. Josèphe mentionne une longueur de 40
coudées, soit environ 60 pieds. Je crois que la façon dont ils
auraient pu être transportés des carrières éloignées à leur
place sur le sommet du mont Moriah pose toujours un
problème.
Cette pierre «taillée sans mains dans la montagne » f26, qui
«devint une grande montagne et remplit toute la terre», qui
troubla tant Nabuchodonosor, est une autre pierre biblique;
de même que la pierre qui avait sept yeux, f27 indiquant que
tous les yeux sont fixés sur Christ.
Puis il y a «la pierre que les bâtisseurs ont refusée », mais
qui est devenue «la pierre de tête du coin». f28
A ce propos, il y a une légende qui, en tout cas, devrait: être
vraie, qu'elle le soit ou non; car il illustre l'Écriture d'une
manière remarquable. On dit que lors de la construction du
Temple, chaque pierre était envoyée des carrières aux
constructeurs avec précision; de sorte qu'il ne restait plus qu'à
remettre chacun à sa place. Mais il y avait une pierre d'une
forme si particulière que les constructeurs ne pouvaient pas
lui trouver de place. Ils ont essayé de l'intégrer partout, mais
ont toujours échoué. Il était souvent hissé au mur et aussi
souvent abaissé; car aucune position convenable n'a pu être
trouvée pour cela. Enfin, il fut jeté parmi les déchets et devint
un synonyme parmi les constructeurs. Quand quelque chose
était inutile ou inadapté, les ouvriers avaient l'habitude de
dire que c'était «comme cette pierre parmi les détritus». Mais
il arriva, lorsque le Temple de Salomon fut achevé, et la
dernière pierre, « la pierre de tête », devait être apportée et
hissée à sa place, avec des cris de «Grâce, grâce, vers elle! car
les gratias devaient être donnés aux ouvriers, la pierre
angulaire ne pouvait être trouvée nulle part; et les ouvriers
avaient presque résolu qu'il avait été oublié et non envoyé
avec les autres.
Finalement, on a suggéré que c'était peut-être cette pierre
étrange qui ne pouvait être adaptée à aucun endroit. Ainsi la
pierre a été enlevée parmi les

16

des ordures, et, voilà! «La pierre que les constructeurs ont
refusée» et rejetée, elle est devenue «la tête du coin».
Notre Seigneur Jésus-Christ est certainement pour nous et
pour son Église « la pierre de tête du coin». «Tous saluent la
puissance du nom de Jésus!»
Certains font de notre Seigneur » une pierre d'achoppement
et un rocher de scandale: » tel « doit tomber par hasard, et à l'
automne, et être brisé. » f29 Mais malheur à l'homme
qui tombera cette pierre, car «elle le réduira en poudre»;
comme parfois un rocher tombe sur le voyageur imprudent,
l'écrasant à mort. Que l'homme qui provoque la colère du
Christ se souvienne de ces paroles: «Sur qui il tombera, il le
réduira en poudre.» f30
Fréquemment, dans les récits des évangélistes sur la vie de
notre Seigneur, et dans d'autres parties du Nouveau
Testament, nous rencontrons la mention de pierres. Le
diable a dit à notre Seigneur, dans le désert: "Ordonne que
ces pierres deviennent du pain." f31 Il y avait des pierres
dans cette partie comme des gâteaux de pain; et moi
Pensez que notre Seigneur a fait allusion à de telles pierres
lorsqu'il a dit: «Quel homme y a-t-il parmi vous, qui, si son
fils demande du pain, lui donnera-t-il une pierre? f32
Les pierres pourraient être comme du pain, mais elles ne
seraient pas bonnes pour un enfant affamé.
Vous vous souviendrez que lorsque, à une occasion, SES
disciples ont attiré Son attention sur les bâtiments du Temple,
Il leur a dit: «Il ne restera pas ici pierre sur pierre qui ne soit
jetée. f33
Cette parole de notre Seigneur, - «Dieu est capable de ces
pierres pour susciter des enfants à Abraham», f34 est une très
belle image de la puissance de Dieu, prononcée par Celui qui a
vu les cailloux dans le lit du fleuve, et immédiatement les a
transformés en illustration.
Puis il y avait; cette pierre mémorable qui pesait si
lourdement sur le cœur des femmes ce matin-là, alors qu'elles
s'approchaient du sépulcre, et se disaient entre elles: «Qui
nous roulera la pierre de la porte du sépulcre? f35 Mais quand
ils ont regardé, ils ont vu que la pierre était roulée. Donc avec
nous: nos difficultés sont grandes et insurmontables au loin,
mais elles disparaissent à mesure que nous nous en
approchons.
Le jour vient où «l'œuvre de chaque homme sera rendue
manifeste., Elle sera révélée par le feu». f36 Si c'est du bois, du
foin ou du chaume, il sera brûlé; car seuls l'or, l'argent et les
pierres précieuses résisteront à l'épreuve.

17

La Nouvelle Jérusalem a des fondations de toutes sortes de


pierres précieuses, et est toute glorieuse des richesses de Dieu
et de la splendeur de sa présence; «Et sa lumière est comme
une pierre très précieuse, même comme une pierre de jaspe,
claire comme du cristal.» f37
Une conférence pourrait être faite de pierres en rapport avec
l'histoire anglaise; mais je n'ai pas le temps de faire ça.
Les pierres nous ramènent aux temps anciens, lorsque nos
compatriotes adoraient toutes sortes d'idoles et de faux dieux.
Leurs premiers sacrifices semblent avoir été présentés sur
des autels faits de grosses pierres non taillées. Les cromlechs
f38
ou dolmens f39 que l'on peut voir dans le Devon, les
Cornouailles et d'autres régions, sont censés être de tels autels
druidiques. Nous savons que des pierres, et des séries de
pierres, ont été mises en place et. mis à part par nos ancêtres
pour ce qui était pour nos ancêtres païens un service sacré. f40
À Kingston-on-Thames, vous pouvez voir la pierre sur
laquelle sept de nos rois saxons ont été couronnés. f41
Ensuite, il y a la pierre dans la New Forest près de l'endroit
où le roi Rufus f42 a été abattu, et la pierre prise à Scone f43 en
Écosse, sur laquelle les rois ont été couronnés. Il y a des
marches de pierre dans la cathédrale de Canterbury portées
dans les creux par les genoux des pèlerins qui montent et
descendent pour pénitence. En parlant de Cantorbéry, je
pense toujours qu'ils ont dû être très durs pour les saints
lorsqu'ils ont fait un homme comme Thomas Becket.
D'innombrables reliques en pierre du monastère peuvent
être ramassées ici.
Je serais ravi de faire «des canards et des drakes» des plus
belles sculptures du plus beau monastère du monde; car je
pense que nous ne nous débarrasserons jamais des corbeaux
tant que nous n'aurons pas abattu leurs nids. C'était un jour
fier pour nous quand, partout en Angleterre, les croix ont été
abattues: ils l'ont posée à Oliver Cromwell, comme d'habitude.
Une fois, j'ai été emmené dans une église où, disait-on, Oliver
Cromwell avait renversé la tête de toutes les statues. La
meilleure façon de traiter ces choses:, quand elles sont
souillées par la superstition, est de les toucher avec le marteau
de Cromwell. Quand il a vu les douze apôtres en argent massif,
chacun a dit: «Certainement, vous respecterez ces statues:
vous ne gâcheriez pas ces belles choses! Cromwell a dit: «Oui,
je vais les faire fondre et les envoyer dans le pays en faisant
du bien.»

Les gens parlent du «bon vieux temps». Eh bien, ces «vieux


temps» ont peut-être été très bien; mais comment
aimeraient-ils revenir à ces «bons vieux temps»? Dans ce
«bon vieux temps», si les gens ne pouvaient pas payer leur
loyer, ou

18

commis une infraction insignifiante, ils ont été raccourcis


«d'un pied» ou parfois même «d'une tête plus courte». Je ne
crois pas au «bon vieux temps», car le temps n'a jamais été
aussi vieux qu'il l'est maintenant; alors réjouissons-nous du
«bon vieux temps» dans lequel nous vivons actuellement.
Quand nous en viendrons aux vues dissolvantes, je devrai
vous montrer toute une série de monuments
commémoratifs en pierre de l'histoire anglaise.

GRANDS DIAMANTS f44

Au premier rang de toutes les pierres se trouve le diamant,


une pierre extrêmement précieuse. Il n'y a que six très gros
diamants connus dans le monde: on les appelle les parangons.
J'ai ici quelques-uns des plus gros diamants - en modèle, pas
en réalité, je suis heureux de le dire; car j'ai peur que ma
maison ne soit pas très sûre si j'avais les vrais diamants dans
ce cas. Je ne peux pas vous les rendre tous visibles, mais je les
décrirai brièvement comme je le montre.
Le R egent F45 ou P ITT diamant, est considéré comme l' un des
plus beaux joyaux jamais trouvés. Il a été apporté d'Inde par
un gentilhomme anglais du nom de Pitt, et vendu par lui au
duc d'Orléans, régent de France. qui l'a placé parmi les joyaux
de la couronne de France. Il est maintenant [1870] enfoncé
dans la garde de l'épée d'État de l'empereur Napoléon.
Le K OH -IN OOR f46 n'est pas aussi grand que le Regent, mais il
est d'une forme beaucoup plus belle.
Le diamant O RLOFF f47 vient ensuite, et c'est un très beau diamant.
J'ai dit qu'il n'y avait que six parangons, six des plus beaux
diamants, et je crains que l'Église de Dieu n'ait pas beaucoup
de parangons en elle. Là: il y a beaucoup de pierres dans
l'Église, et elles sont toutes «précieuses». «Ils seront à moi, dit
le Seigneur des armées, en ce jour où je confectionnerai mes
joyaux. F48 Ce sera une grande miséricorde , si vous et je peux
être parangons dans l'Eglise. Il y avait soixante-dix disciples
élus par le Christ; douze ont été choisis sur les soixante-dix
pour le suivre; trois des douze ont été mis à part pour se voir
montrer la gloire de Dieu; mais il n'y en avait qu'un qui était
appelé «ce disciple que Jésus aimait». F49 Efforçons -nous donc
d'être d'utiles disciples du Christ, et prions pour qu'Il ait de
nombreux bijoux parangons qui brillent à jamais dans sa
couronne.

19

Ma prochaine illustration, je tire de la dureté du diamant. La


seule façon de couper un diamant est d'utiliser un diamant: la
poussière de diamant doit être utilisée si la gemme doit être
coupée. De la même manière, la meilleure façon de
comprendre l'Écriture est l'Écriture elle-même. Un des
meilleurs commentaires; dans le monde est ce qui est
«entièrement biblique». Etudiants de la Parole, je vous prie,
étudiez la Bible par la Bible; couper le diamant avec le
diamant; utilise la lumière de Dieu à la lumière de Dieu:
"Dans ta lumière nous verrons la lumière." f50
Les diamants ne sont pas tous d'une seule forme; à l'état
naturel, les cristaux sont de formes diverses, et sont encore
modifiés au cours du processus de découpe: leurs couleurs
aussi varient beaucoup. Chaque pierre a son caractère
particulier et sa valeur conséquente: certaines sont plus
précieuses, d'autres moins. Il en est de même du peuple de
Dieu: ils ne sont pas tous pareils; mais chacun a son caractère
particulier, comme les diamants ont leur couleur, leur origine
et leur valeur.
Il est communément admis qu'au Ciel, nous verrons tous, de la
même manière, parce qu'il est écrit: «Ils verront les yeux dans
les yeux». f51 mais cela ne signifie pas «tous pareils». Cela
signifie que, comme dans une grande ville fortifiée, avec tant
de gardiens de garde, qu'ils pourraient se voir, et à l'approche
d'un ennemi, sonner l'alarme tout autour; donc au Ciel nous
«verrons les yeux dans les yeux». Il n'est pas possible que nous
soyons tous pareils au Ciel; car nous ne pouvons jamais
devenir infinis, et sans cela il doit y en avoir. la diversité.
Un croyant se réjouit d'une vision de la Parole de Dieu et une
autre d'une autre. Peut-être que vous, mon cher ami, êtes un
rubis, tandis qu'un autre est une émeraude; ce chrétien est
une opale et celui-là un jaspe. Cette diversité tendra à rendre
le ciel plus glorieux et la cuirasse de notre Grand Souverain
Sacrificateur, le Seigneur Jésus-Christ, plus resplendissante.
La poussière de diamant est très précieuse: vous pourriez très
vite faire fortune si vous n'aviez droit qu'aux balayages de la
roue lapidaire dans les grands ateliers. Le K OH -IN OR , était à
l'origine beaucoup plus grand qu'il ne l'est maintenant, mais a
été réduit en coupe.
Les brisures et les fins du temps sont précieuses: les petits
espaces de temps, comme les intervalles entre le dîner et les
cours, ou lors de l'attente à la gare, sont, comme la poussière
du diamant, tous précieux. Combien de chances ont été
gaspillées de rendre un bon service pour, notre Seigneur et
Maître parce que nous n'avons pas saisi les moments qui
passent, «rassemblant les fragments, pour que rien ne soit
perdu».

20

La poussière de diamant est comme la vérité: aussi petite


soit-elle, elle vaut la peine de mourir. Tout ce qui est vrai est
essentiel. Certes, toute vérité n'est pas essentielle au salut;
mais toute vérité est essentielle à quelque chose. Balayez
donc la poussière de diamant; chérissez-le, car il est très
précieux.
Maintenant, qu'est-ce qu'un diamant? Supposons qu'il vaille
deux cent mille livres - et certains de ceux que j'ai mentionnés
valent plus que cela - mais ce n'est rien d'autre qu'un peu de
gaz solidifié. Ce diamant peut parfaitement représenter le
monde entier, avec toute sa splendeur, ses vanités, ses plaisirs
et ses gloires. Bouffée! il est parti dans les airs; la mort tourne;
tout cela au gaz. Fixez vos affections à ces choses que le temps
ne peut pas détruire, que l'éternité ne peut altérer.

Il y a une très belle histoire liée au diamant «S ANCY » ou «D E


S ANCY » f52 , qui vaut environ quatre-vingt mille livres. C'est
une pierre relativement petite; et si j'étais assez stupide
pour porter de tels ornements, je pourrais le porter au
doigt, s'il était placé dans une bague.
Cette pierre a été envoyé une fois par le baron de Sancy, à qui
il appartenait, à son roi, qui était « veulent de l' argent, et
avait proposé d' obtenir un prêt de f 40 000. Le diamant
devait être la sécurité; en fait, pour le dire clairement, il
devait «être laissé chez le prêteur sur gages».
Le baron a donné la pierre à un fidèle serviteur pour qu'il
l'apporte au roi. Le serviteur a disparu et les gens
soupçonnaient qu'il était parti avec le diamant; mais son
maître déclara qu'il connaissait trop bien son serviteur
pour croire une telle chose possible.
Au bout de quelque temps, le corps du serviteur fut retrouvé,
un peu loin de la route: il avait été assassiné et volé. Le baron
ordonna que ses vêtements fussent soigneusement recherchés
à la recherche du diamant manquant; mais ça ne pouvait pas
être. a trouvé. Il a ensuite ordonné qu'il soit coupé et le
diamant a été retrouvé dans son corps. Il avait avalé la
gemme, qu'il n'avait pu dissimuler d'aucune autre manière
aux voleurs.
Nous devons porter la vérité de Dieu en nous-mêmes, dans
nos cœurs; de sorte que si nous étions disséqués, on trouverait
la vérité de Dieu dans notre être le plus profond. Vous vous
souvenez que le psalmiste a dit: «J'ai caché ta parole dans mon
cœur, afin de ne pas pécher contre toi. f53
Comme je l'ai déjà dit, le diamant «R EGENT » était; dans la
garde de l'épée de ce gentilhomme désagréable , Napoléon Ier, je
suis sûr une plus grande bénédiction

21

que son départ de cette vie pouvait à peine être conçu. Il a


oublié de prendre son épée avec lui quand il a été vaincu à
Waterloo, et l'épée a été prise par les Prussiens, et appartient
maintenant aux Prussiens, qui sont, sans aucun doute, en ce
moment même [1870] à la recherche d'un descendant de cela.
monsieur qui l'a d'abord manipulé. Donnez-moi le trésor que
mon foeman ne pourra jamais me prendre.

La couronne de notre reine est un bel emblème de la


stabilité et de la pureté de son règne. De presque toutes les
couronnes des potentats d'Europe, des pierres ont été de
temps en temps retirées, et des contrefaçons insérées à leur
place, les pierres originales étant transformées en espèces.
Mais dans la couronne de Sa Majesté, il n'y a pas un seul faux
bijou. Il en est ainsi du roi des rois: pas un seul faux
professeur ne se trouvera parmi les élus au dernier grand
jour de compte, mais seulement ceux qui sont vraiment
précieux à ses yeux.
De tous les projets des ingénieurs modernes, le plus
merveilleux, à mon avis, est celui du tunnel à travers le cœur
du Mont Cenis. Percer un Alpage sur une distance de plus de
sept miles et demi anglais est un travail dépassant de loin les
exploits légendaires d'Hercule. Hannibal et Napoléon se sont
rendus célèbres en traversant les Alpes; mais que dire du
génie qui les a forcés à passer? Une grande réalisation a été
l'invention de la machine de perforation; car il a besoin d'être
assez puissant pour se frayer un chemin à travers des roches
plus dures que le granit: le fer et l'acier sont inefficaces dans
ce cas. Un millier d'années aurait pu être passé en vaines
tentatives pour percer et faire exploser ce rocher avec les
moyens ordinaires; mais la difficulté a été surmontée; la dent
qui peut ronger la montagne a été découverte. Pour les
machines d'alésage ordinaires, des moteurs sont utilisés dans
lesquels les dents en acier sont remplacées par des diamants.
Les diamants noirs sertis dans une bague mordent dans les
rochers et ouvrent la voie à la poudre explosive. La dureté fait
le travail. Les diamants, bien sûr, sont petits, mais ils sont
durs, et donc ils ne céderont pas; la montagne est obligée de
céder devant eux. La résolution gagne la bataille.

C'est comme un chrétien bien instruit et persévérant, qui


trouve des difficultés épaisses sur son chemin. Il a appris que,
aussi difficile que soit une chose, une résolution dure la
traversera. Il continue donc, encore et encore, jusqu'à ce qu'il
surmonte enfin la difficulté. Je crois que c'est le président des
États-Unis, lorsqu'il était à la tête de l'armée, qui, en réponse
à l'enquête, "Comment allez-vous dans la guerre?" a dit: «Eh
bien, nous continuons, nous nous éloignons.» Et donc le
chrétien devrait continuer

22

"Arrimant." Les «peggers-away» sont les hommes qui font le


travail, après tout; un peu aujourd'hui, et demain, etc. , et
ainsi de suite, et ainsi de suite; «Ne dites jamais mourir»,
mais continuez, et vous traverserez une difficulté aussi dure
que le Mont Cenis.

J'aurais dû dire, il y a deux ensembles de ces forets au


diamant au travail, un de chaque côté de la montagne,
travaillant l'un vers l'autre. Il est un peu perplexe de savoir
comment ils vont se rencontrer après tout. f57 S'ils le font, ce
sera une marque de grande compétence de la part des
ingénieurs.
C'est une grande chose quand deux chrétiens sont engagés
dans le même bon travail, l'un à une extrémité et l'autre à
l'autre; car ils se rencontreront sûrement bientôt et
célébreront leur victoire sur tous les obstacles.
Pour le chrétien sincère, rien n'est impossible, Dieu étant son
aide. Si son travail est difficile, il n'en devient que plus résolu.
Avec une ardeur devineuse et un esprit plus concentré, des
entreprises s'accomplissent qui auparavant déconcertaient
tous les efforts. Plus l' abnégation est sévère , plus notre
amour pour le Christ doit être intense; plus le cœur des
hommes est endurci, plus grand est notre zèle pour leur salut.
"Il n'y a rien de si dur", a déclaré Bernard, "mais il peut être
coupé par un plus dur." Que notre foi et notre amour soient
les diamants avec lesquels les rochers seront percés, et une
route tracée à travers les montagnes et les collines pour le
Seigneur notre Dieu.
Vous avez vu un ruisseau traversé de pierres de gué. Il y a
une pierre ici, et une autre là, et une troisième plus loin
près de l'autre côté. Si vous ne faites pas attention à la façon
dont vous passez de l'un à l'autre, il est très probable que
vous ayez les pieds mouillés et même des éclaboussures de
boue en traversant.
Il y avait une fois une rangée de tremplins dans un ruisseau, et
un jour terne de novembre l'un d'eux a été entendu
murmurer: «Nous: sommes très malheureux d'être à cet
endroit, tous dans l'eau, humides et misérables. «Ah, eh bien,
dit son voisin, il y a une consolation; nous parvenons toujours
à garder la tête hors de l'eau, et c'est bien plus que ce que
beaucoup peuvent faire par ce mauvais temps. "Mais", a
déclaré le premier orateur, "je voudrais être grand dans le
monde." «Pourquoi cela? répondit l'autre. «Pour ma part, je
suis heureux de penser que nous avons rendu beaucoup de
gens heureux quand ils ont traversé le ruisseau avec notre
aide: ils sont toujours heureux d'avoir surmonté sans se
mouiller les pieds. Ainsi, le tremplin ne se plaignit plus, et
l'eau ondulait joyeusement, envoyant pour eux un chant de
gratitude envers Dieu.

23

Les pierres, encore une fois, sont utilisées comme bornes des
pays, des villes et des paroisses. Avez-vous déjà assisté au
«dépassement des limites» et étiez-vous l'un des petits garçons
dont les services étaient sollicités à cette occasion? Si c'est le
cas, vous vous en souviendrez à ce moment présent. Il était de
coutume de cogner les petits garçons de l' école caritative
locale contre chaque borne et poteau de la paroisse. Ensuite, si
un doute ou une question devait surgir dans les
années suivantes quant aux limites de la paroisse, n'importe
lequel des batteurs bondés serait en mesure de témoigner et
de dire: «Je parle d'expérience, et je suis certain que si- et ainsi
est la frontière.
C'est une bonne vieille coutume d'enseigner le catéchisme aux
enfants: les heurter encore et encore. Peu importe que ce soit
intéressant ou non; bosse-les pour qu'ils ne l'oublient jamais.
Farmer Jones a un champ sur sa ferme qui rejoint les «vingt
acres» de Farmer Smith d'un côté. Si l'un cultive des pois de
son côté et que l'autre cultive du blé, ils connaîtront les limites
par la culture de la terre. Il me semble que les limites de la
théologie seront mieux marquées par le travail pratique que
par toute autre chose.
Briser la pierre nous fournit souvent des illustrations. Un
pasteur s'est une fois arrêté au bord de la route où un homme
cassait des pierres. «Ah, mon ami, dit le ministre, vous
accomplissez votre travail plus vite que moi avec le mien; car,
vous devez savoir, je suis dans: le même secteur d’activité que
vous. L'homme leva les yeux et dit: «Je vois ce que vous voulez
dire, monsieur. Vous essayez et essayez de briser des cœurs de
pierre, et je brise ces pierres l'une après l'autre. Je pense que
la raison pour laquelle vous ne réussissez pas est que vous ne
travaillez pas comme moi. «Comment ça va? demanda le
ministre. «Pourquoi,» dit l'homme, «vous voyez, monsieur, je
me mets à genoux pour briser ces pierres. Oui, le pauvre
briseur de pierres avait raison: la seule façon de briser les
cœurs durs est de se mettre à genoux et d'intercéder auprès de
Dieu pour eux.
Certains brise-pierres sont d'une nature très différente. Je
veux dire ces messieurs qui sortent avec un petit marteau et
un sac à la recherche de spécimens géologiques. Ils grimpent
parmi les rochers, et les ébréchent, faisant tomber de petits
morceaux ici et là, appréciant tout à fait le travail; et, en
même temps, l'homme de l'atelier est assis en train de casser
son tas de pierres, et ne pense pas du tout que ce soit une
occupation agréable. Il y a toute la différence dans le monde
entre faire ce que vous êtes obligé de faire et faire ce que
vous choisissez de faire. Certaines personnes s'engagent dans
le travail chrétien

24

parce que s'ils ne l'ont pas fait, «Mme. Grundy »parlait;


d'autres le font parce que c'est pour eux une œuvre
agréable de servir le Seigneur.
Quelles opinions différentes les gens ont sur les choses! J'ai
entendu l'histoire d'un géologue voyageant en Ecosse, à la
recherche de spécimens. C'était un passionné; et pendant qu'il
explorait et examinait les différentes strates, il frappait un
morceau ici et un morceau là, puis l'examinait et le mettait
dans son sac, en disant: «Je crois que c'est juste un spécimen
tel que décrit dans 'Lyell's Principes de géologie ».» Eh bien, il
avait rempli son sac après un long labeur agréable; et comme
il était plutôt lourd, il a demandé à un Highlander de le porter
pour lui à la gare. Sandy était paresseux et le sac était lourd;
alors il ouvrit le sac et regarda à l'intérieur. Voyant qu'il ne
s'agissait que de quelques morceaux de pierres et de
morceaux de roche, il les tira tous sur le bord de la route et
continua avec le sac vide. Il savait qu'il y avait un morceau de
route nouvellement macadamisé près de la gare, et quand il y
est arrivé, il a juste rempli le sac avec
des pierres de route. L'état d'esprit du géologue, quand il a
regardé dans le sac, "peut être mieux imaginé que décrit."

Pour en venir aux choses sérieuses: combien il est facile


pour certains d'imiter un caractère chrétien, et en effet cela
peut le paraître; mais à la fin rien ne sera caché: le masque
sera arraché.
Maintenant, je reprends la fronde et la pierre , pour une
illustration très différente. On dit que les élingues ont été
utilisées pour la première fois dans les îles Baléares. Les
petits garçons des Majorques - je suppose que c'étaient des
Minorques à l'époque - avaient l'habitude de faire monter
leurs petits déjeuners sur une poutre, et on leur avait donné
une élingue et une pierre; et s'ils ne pouvaient pas renverser
leur nourriture, ils devaient s'en passer. Inutile de vous dire
que cette pratique capitale les a vite rendus très experts dans
l'utilisation de l'élingue.
Le meilleur: la façon de rendre vos garçons des hommes
n'est pas de les câliner et de les dorloter, mais de les faire
travailler. C'est une grande vieille règle dans la Bible, - «que
si quelqu'un ne voulait pas travailler, il ne devrait pas
manger non plus. f58
J'ai ici un petit instrument que les juniors devraient
considérer avec vénération. Il s'agit d'une boîte d'amadou, un
appareil assez compliqué, utilisé par nos ancêtres pour
produire une lumière. Vous devez brûler ou brûler un
chiffon, qui est alors de l'amadou; ce doit être le nidus de
l'étincelle à développer en flamme. Maintenant, frappez l'
acier avec le silex, jusqu'à ce que vous obteniez une étincelle,
puis soufflez doucement dessus jusqu'à ce que vous obteniez
beaucoup d'étincelles. Ensuite, appliquez votre allumette de
soufre, et là vous avez votre lumière.

25

Beaucoup de jeunes ont l'air aussi terne que ce silex quand


il vient au Collège; mais en se frottant contre l'acier des
professeurs, il émet de belles étincelles. Lorsque vous
obtenez une étincelle de grâce, encouragez-la; souffler
dessus doucement, en suivant son exemple
« Qui " ll n'éteindre le lin fumant, f59
Mais portez-le à une flamme. "
Il y a quelques années, devant passer près de Knaresborough,
je suis allé voir le célèbre «Dropping Well». f60 [Ici, le
conférencier a brandi ce qui était en apparence un solide
morceau de calcaire.] Cette pierre en forme de nid d'oiseau
illustre ce qui se passe chaque jour à Knaresborough et
ailleurs. J'ai demandé aux personnes présentes de mettre un
nid d'oiseau sous l'égouttement de l'eau à l'un de ces endroits,
et le voilà transformé en pierre solide. Goutte à goutte, goutte
à goutte, goutte à goutte; l'eau du puits pétrifiant tomba dessus
et la transforma en pierre.

On m'a montré un grand nombre et une grande variété


d'articles pétrifiés. Non seulement les nids d'oiseaux, mais les
oiseaux, les chaussures, les chapeaux et même les bas ont été
transformés en pierre sous la chute continuelle de l'eau.
Pourtant, j'ai su que les hommes tombaient sous l'égouttement
du «puits qui tombe» du monde, et ils sont devenus des
personnages tout à fait changés: ils ne font aucun bien; ils sont
transformés en pierre. Le seul moyen d'empêcher l'action de
ce terrible «puits de chute» est de vivre près de Dieu et d'avoir
beaucoup de communion avec lui.

Voici un morceau d' amiante. Cette substance, comme vous le


savez, peut être mise au feu, mais ne peut jamais être
consommée. Les Romains fabriquaient des nappes de ce
minéral singulier; puis tout ce qu'ils avaient à faire, après les
avoir utilisés, c'était de les jeter au feu, et ils en sont sortis
magnifiquement blancs et propres. Ainsi, le chrétien ne sera
pas consumé, mais seulement purifié par les feux de
l'affliction.

Nous avons tous vu des jalons installés au bord de la route


dans le pays pour marquer les distances.
Il était une fois, un entraîneur qui passait très souvent un
certain cap s'est arrêté et a dit: «N'êtes-vous pas fatigué de
rester là si longtemps?» Le jalon a rétorqué: «N'êtes-vous pas
fatigué de courir autant?» "Mais", a déclaré l'entraîneur,
"vous ne voyez rien de la vie, pendant que je cours et vois
tout ce qui se passe." «Eh bien,» dit l'autre, «vous ne pouviez
pas bouger à moins d'être

26

tiré. Tous vos mouvements sont dus à une puissance plus


forte que la vôtre. D'ailleurs, j'ai entendu dire que les
entraîneurs sont parfois volés ou renversés. Je me contente
d'être une étape importante, utilement employée pour
indiquer aux voyageurs où ils se trouvent et à quelle distance
ils se trouvent de la fin de leur voyage.
Voici un morceau de mosaïque, composé de très nombreux
petits morceaux de pierres de différentes couleurs . Il
existe différentes sortes de chrétiens, et leurs dons, grâces
et sphères de service sont très variés: s'ils étaient rangés
comme il se doit, quelles mosaïques glorieuses ils feraient!
Voici une pierre à aiguiser, utilisée, comme vous le savez, pour
aiguiser les faux. Dans les temps anciens, ils présentaient une
pierre à aiguiser à un homme réputé pour un grand menteur.
"Pourquoi?" dis tu. On supposait qu'il avait tellement utilisé
ses esprits dans le dernier mensonge qu'il avait dit, qu'ils
auraient besoin d'être un peu aiguisés. Puissions-nous
toujours rester fidèles à la vérité et ne jamais vouloir de pierre
à aiguiser pour nos esprits.
Je n'ai jamais entendu qu'un seul mensonge que j'aimais.
«Maintenant, Pat,» dit un homme au caractère très douteux
à un Irlandais, «si vous pouvez me dire le plus gros
mensonge que vous ayez jamais dit de votre vie, je vous
donnerai six pence. "Monsieur," répondit Pat, "vous êtes un
gentleman et un chrétien!"
Je pense que cette pierre à aiguiser ressemble beaucoup à M.
Rogers. f61 Les faux qui entrent au Collège deviennent souvent
émoussés, car ils ont beaucoup de travail à tondre; et j'aime
entendre M. Rogers les affiner. Tink-a- tink , tink -a-tink: vous
connaissez le son de la faux contre la pierre.
Nous connaissons pour la plupart cet ami de notre jeunesse
[brandissant une ardoise scolaire ordinaire ] . Cela me
rappelle que dans mon enfance je l'ai utilisé à des fins
diverses; parfois pour s'inspirer. Hélas! les gens de cette
époque étaient très obtus; mon talent n'a pas été apprécié: il
m'a donc fallu après avoir dessiné un objet pour écrire son
nom en dessous, ainsi: «Ceci est un cheval», «Ceci est une
maison», etc. un fait non sans suggestivité.
J'ai rencontré de bonnes personnes qui, refusant de se faire
appeler baptistes, méthodistes ou épiscopaliens, se qualifient
de «chrétiens». Cela semblerait jeter une réflexion sur
d'autres dénominations auxquelles le nom « : chrétien» est
commun. De plus, cela n'inspire pas confiance à ceux qui se
coiffent eux-mêmes. Si je voyais un homme s'approcher de
moi étiqueté ostensiblement: «C'est un honnête homme», je
boutonnerais aussitôt mes poches.

27

Un homme très insensé avait à sa porte une pierre maladroite


sur laquelle les gens tombaient toujours. Alors, affligé de cela,
il a placé une lanterne sur la pierre pour attirer l'attention sur
l'obstacle. Voyez-vous un lien entre cette pierre et le
catéchisme de l'Église? Le Catéchisme nous dit que les gens
sont «nés de nouveau» lors du baptême, et bien d'autres
choses qui ne sont pas vraies; mais le clergé évangélique posa
une lanterne sur la pierre et dit: «Oui; il dit que le blanc est
noir; mais cela ne veut pas dire tout à fait cela; il y a une
construction différente à mettre sur les mots. " Voilà comment
ils parlent. Si l'homme avait utilisé un peu de bon sens,
déterré la pierre et jeté la pierre d'achoppement hors du
chemin, il aurait pu utiliser la lanterne dans un bien meilleur
but. Et donc ceux-ci, les ecclésiastiques évangéliques
pourraient mieux utiliser leur temps pour extirper la
perversité que pour s'en excuser.
Une illustration pourrait être tirée de l'utilisation du plâtre
dans tout Londres. Je suis toujours heureux de voir le stuc se
détacher; car alors cela montre qu'après tout, la maison
n'était construite qu'en brique, bien qu'elle fût une bonne
imitation de: pierre. Cet âge est un âge de stuc; partout, les
hommes essaient de faire ressembler les choses à ce qu'elles
ne sont pas.
Les pierres sont souvent une bénédiction pour la terre. J'ai
entendu dire que dans l'un de nos comtés anglais, certains
agriculteurs ont enlevé toutes les pierres de leurs terres, et ils
ont eu de pires récoltes cette année-là en conséquence.
Une toute petite pierre n'est pas une petite chose quand
elle est dans votre coffre; et ainsi un très petit mal peut
nuire à notre voyage au ciel.
Il y a des pierres sur les Alpes qui contiennent de l'or; mais:
dans des quantités si infimes qu'il ne vaudrait pas la peine de
travailler pour en tirer profit.
Vous avez peut-être entendu l'histoire du bloc de pierre qui
avait un ami appelé le ciseau. La pierre se plaignait: «Vous
m'utilisez très mal, mon ami.» "Non," dit le ciseau, "je ne fais
que ce que l'on m'offre." «Ah!» soupira la pierre, "Je souhaite
que vous me laissiez seul." Le ciseau commença, à l'aide du
marteau, à couper la pierre, qui se plaignit de nouveau.
«Pourquoi, dit le ciseau, tu ne sais pas ce que tu vas devenir?
«Je souhaite,» dit la pierre, «j'étais comme cette belle statue là-
bas dans le coin; il est magnifiquement sculpté et y repose
assez calme et paisible, alors que je suis constamment
mal utilisé. «C'est vrai», répondit le ciseau; mais vous devez
savoir qu'il est passé par le même processus que celui que
vous subissez actuellement. Vous ne pouvez pas être au repos
comme cette statue tant que vous n'êtes pas correctement
préparé; et la chose la plus gentille que je puisse faire pour
vous est d'être méchante, de couper et de sculpter

28

autant que possible. Quand le ciseau l'avait fait, le travail, et


que le bloc de pierre s'était ainsi transformé en une belle
statue, il était très reconnaissant à son ami le ciseau pour tout
ce qu'il avait fait. Je ne pense pas que cette fable ait besoin de
commentaire.
Il était une fois, côte à côte, dans la vitrine d'un bijoutier, un
diamant et un rubis. Le rubis dit au diamant: «Comme tu es
belle! Vous semblez flasher la lumière comme le soleil. " "Ah,"
dit le diamant, "mais c'est l'art qui est dépensé sur moi qui
cause toutes ces beautés." «Eh bien, dit le rubis, je ne vois
aucune beauté en moi; Je ne peux pas refléter la lumière
comme vous. "Frère," répondit le diamant, "je vous ai regardé
avec admiration et envie, et en souhaitant avoir votre belle
couleur, et en déplorant à quel point je semblais pâle à côté
de vous." Dans l'esprit du bijoutier, il y avait eu des doutes
quant à savoir s'il s'agissait de pierres précieuses; mais il n'y
avait aucun doute sur la question après avoir entendu cette
conversation.
La dernière utilisation à laquelle une pierre peut être faite est
comme pierre tombale. Si quelqu'un met une pierre tombale
sur nous, moins on en dit sur nous, mieux c'est: notre nom,
notre naissance, notre mort et un texte divin; mais pas de
flatterie complète. Certaines pierres tombales ont beaucoup
de flatteries sur eux, et plus tôt les épitaphes sont illisibles,
mieux c'est. «Où enterrent-ils toutes les mauvaises personnes,
père? demanda le garçon dans le cimetière; «Ce sont tous de
bonnes personnes ici.»
Dans le cimetière de Horsleydown, Cumberland, il y a un
monument à un homme et à sa femme, «qui est un exemple»,
dit Mme Stone, dans son «God Acre», de la mesure dans
laquelle l'irrévérence peut être portée. C'est une production
choquante, certainement; mais bien choquant! Pour la
femme d'un homme, cela pourrait être mis sur certains
d'entre nous dans l'esprit sinon dans la lettre. Je vais vous le
lire.
H ERE L IE L ES B ODIES
O F THOMAS BOND ET MARY H IS W IFE .
Elle était tempérée, chaste et charitable,
B UT
Elle était fière, maussade et passionnée.
C'était une épouse affectueuse et une mère tendre,
B UT
Son mari et son enfant qu'elle aimait
A rarement vu son visage sans un froncement de sourcils
dégoûtant,
Tout en recevant des visiteurs qu'elle méprisait avec un sourire
attachant.

29

Son comportement était discret envers les étrangers,


B UT
Imprudente dans sa famille.
À l'étranger, sa conduite était influencée par une bonne
reproduction;
B UT
À la maison par la mauvaise humeur.
Elle était une ennemie déclarée de la flatterie,
Et était rarement connu pour louer ou féliciter;
B UT
Les talents dans lesquels elle excellait principalement
Étaient des divergences d'opinion, et la découverte de
défauts et
imperfections.
C'était une admirable économiste,
Et sans prodigalité
Distribué beaucoup à chaque personne de sa famille;
B UT
Sacrifieraient leurs yeux à une bougie de cent.
Elle rendait parfois son mari heureux avec ses bonnes
qualités;
B UT
Beaucoup plus souvent misérable avec ses nombreux
échecs;
De sorte qu'en trente ans de cohabitation, il a souvent
déploré
Cela, maugre toutes ses vertus,
Dans l'ensemble, il n'avait pas bénéficié de deux ans de confort
matrimonial.
A T L ENGTH ,
Constatant qu'elle avait perdu l'affection de son mari,
Ainsi que le respect de ses voisins,
Les conflits familiaux ont été. divulgué par les
domestiques,
Elle mourut de dépit, le 26 juillet 1768,
Agé de 48 ans.
Son mari épuisé lui a survécu quatre mois et deux jours,
Et a quitté cette vie le 28 novembre 1768,
Dans la 54e année de son âge.

30

William Bond, frère du défunt, a érigé cette


pierre, en tant que moniteur hebdomadaire aux
épouses survivantes de la paroisse, afin qu'elles
puissent éviter l'infamie
D'avoir leurs souvenirs remis à la postérité
Avec un caractère patchwork .
Je pense que M. William Bond devrait avoir honte de lui-
même. En même temps, je pense que bon nombre d’entre
nous pourraient avoir des «mais» dans nos monuments
commémoratifs. Ce devrait être notre effort pour nous
débarrasser des «mais». Néanmoins, je souhaite toute la
bénédiction à «Newington Butts. "

31

VUES DE DISSOLUTION
Se référant (à la page 10) aux témoins de pierre de la vérité
des Saintes Écritures, M. Spurgeon a fait comprendre à son
auditoire qu'il ferait à nouveau référence à ces «pierres
remarquables», quand, plus tard, il a décrit les vues
dissolvantes. Le temps, cependant, a échoué et les vues ont
été rapidement projetées sur l'écran avec à peine plus que
l'annonce des noms des sujets représentés. Nous nous
sommes donc aventurés à insérer dans les annexes les
extraits illustratifs sur commande, et à indiquer les sources
d'informations facilement accessibles à l'enseignant.
1. Le cimetière de montagne de Sarbut-el-Khadem. f62
2. La pierre de Moabite f63
3. El Khasne, Petra
4. Le Rocher de Behistun f63
5. La pierre de Rosette f63
6. Stonehenge f64
7. Kit's Cotty (ou Coity) House f64
8. Camac.
9. La pierre de Londres
10. La pierre des rois f66
11. La pierre de Rufus, dans la New Forest f67
12. La pierre et la chaîne du couronnement f68
13. La pierre des martyrs, la tour des Lollards
14. The Broad Stone, East Retford
15. The Idol Rock, Brunham, Yorkshire
16. Le Pivot Rock, Brunham
17. The Mushroom Rock, Brunham
18. The Cheesewring, près de Liskeard
19. Forêt houillère
20. Récifs coralliens
21. Grotte de Fingal
22. Roches perforées
23. Pont naturel
24. Freshwater Cove
25. Table des glaciers
26. Gibraltar
27. Ruines grecques

32

ANNEXE A
LA TOMBE DE RACHEL

De l'œuvre magnifiquement illustrée de feu le Dr Samuel


Manning, intitulée «Ces champs sacrés », f69 nous prenons les
détails intéressants suivants de la tombe de Rachel: -
«Une heure et quart après avoir quitté Jérusalem, nous nous
approchons d'un bâtiment carré blanchi à la chaux surmonté
d'un dôme. Hormis sa plus grande taille, il ne diffère en rien
des tombes ordinaires des saints musulmans, si nombreuses
dans toute l'Égypte et la Syrie. Il est le lieu de naissance de
Benjamin, et le T OMB O F R ACHEL . L'édifice actuel est
moderne, mais l'identité du site est incontestable, clairement
marquée par le récit inspiré. «Et ils partirent de Béthel; et il
n'y avait qu'un petit chemin pour venir à Ephrath: et Rachel
était en travail, et elle avait un dur labeur. Et il arriva que son
âme était en partant (car elle mourut), qu'elle appela son nom
Ben-oni [c'est -à- dire, le fils de ma douleur]: mais son père
l'appela Benjamin [ c'est-à-dire le fils de ma main droite ]. Et
Rachel mourut, et fut enterrée sur le chemin d'Ephrath, qui est
Bethléem. Et Jacob érigea une colonne sur sa tombe: c'est la
colonne de la tombe de Rachel jusqu'à ce jour. f70
«À quel point cet événement, avec tous ses détails, a été
profondément et durablement marqué dans l'esprit du
patriarche endeuillé, peut être déduit du fait que sur son lit de
mort il a rappelé toutes les circonstances: 'Quant à moi, quand
je suis venu de Padan, Rachel est morte par moi au pays de
Canaan sur le chemin, quand encore
il n'y avait qu'un petit chemin pour venir à Ephrath: et je l'ai
enterrée là sur le chemin d'Ephrath. f71
«Il a été dit que les routes de l'Est ne varient jamais, mais
continuent de suivre exactement le même parcours âge
après âge. On remarquera que dans les deux récits de la
mort de Rachel, l'accent est mis sur le fait qu'elle est
décédée et a été enterrée «en chemin». Le tombeau de
Rachel se dresse toujours sur le bord de la route.

Le Dr William M. Thomson a le passage très intéressant et


suggestif suivant dans son travail plus large sur la Terre
Sainte, sous le titre -
«L E P ATRIARCHES W IVES N OT A LL B URIED A T M ACHPELAH .»

33

«Il y a quelque chose d'étrange dans cet enterrement de l'


épouse la plus aimée de Jacob au bord de la route dans une
localité aussi exposée et non protégée. Pourquoi n'a-t-il pas
fait emmener son corps à Machpelah, et placé dans le
sépulcre de son
ancêtres à Hébron, à quelques kilomètres seulement, et vers
lesquels il allait lui-même? f72
«Même peut-être tout simplement remarquable, c'est le fait
que Joseph, lorsqu'il est venu à Hébron pour enterrer son
père, n'a pas transféré les restes de sa mère au sépulcre
familial, comme il est indiqué dans le dossier. Il y a
probablement plus dans cette affaire qu'il n'y paraît en
surface. Il était alors seigneur d'Egypte, et aurait pu
facilement accomplir le déplacement. Seules trois femmes y
furent enterrées: Sarah, la première épouse légale d'Abraham;
Rebecca, la femme d'Isaac; et Leah, la première épouse de
Jacob. Abraham avait deux autres femmes, et Jacob trois, qui
étaient toutes exclues de cette sépulture patriarcale . Cela ne
pouvait guère être accidentel.
«Ne peut-on pas trouver dans ces exclusions une
protestation tacite mais impressionnante contre les
mariages polygames, même ceux qui étaient tolérés dans les
foyers des patriarches?» Tiré de La terre et du livre (Vol. II
«Palestine centrale et Phénicie», p. 27). T. Nelson et fils. 1883.
34

APPENDICE B
«MONUMENTS ANCIENS ET ÉCRIT SAINT»

LE CIMETIÈRE DE MONTAGNE DE SARBUT-EL-KHADEM


T HE compte de la découverte et l' identification du lieu ,,
appelé Kibroth-Hattaava ( c. -à- Les Graves de Lust), F73 par le
professeur EH Palmer, alors engagé dans « L'enquête du Sinaï
» est donné dans son précieux travail, « La Desert of the
Exodus », ainsi que dans« Life and Achievements of EH
Palmer »de M. Walter Besant. L'extrait suivant de l'œuvre
antérieure se trouve dans le Commentaire de Lange sur les
nombres.
«Un peu plus loin, et sur la ligne de partage des eaux de
Wadyel Hebeibeh, nous arrivâmes à quelques vestiges qui, bien
qu'ayant jusqu'alors échappé à un avis passager des
voyageurs précédents, se révélèrent parmi les plus
intéressants du pays. Le morceau de terrain surélevé qui
forme cet abri d'eau est appelé par les Arabes Erwais el Ebeirig
et est couvert de petits enclos de pierres. Ce sont évidemment
les restes d'un grand campement; mais ils diffèrent
essentiellement par leur disposition de tous les autres que j'ai.
vu au Sinaï ou ailleurs en Arabie; et au sommet d'une petite
colline à droite se trouve une érection de pierres brutes
surmontées d'un bloc blanc bien visible de forme pyramidale.
Ces vestiges s'étendent sur des kilomètres à la ronde, et, en les
examinant de plus près lors de la deuxième visite dans la
péninsule avec M. Drake, nous avons trouvé nos premières
impressions pleinement confirmées et recueilli d'abondantes
preuves qu'il s'agissait en réalité d'un camp désert. Les petites
pierres qui servaient autrefois, comme de nos jours, de foyers,
dans les lieux virils, montraient encore des signes de l'action
du feu; et en creusant sous la surface, nous avons trouvé des
morceaux de charbon de bois en grande abondance.
«Ici et il y avait des enclos plus grands marquant le
campement de quelqu'un plus important que les autres, et
juste à l'extérieur du camp se trouvaient un certain nombre
de tas de pierres qui, de par leur forme et leur position, ne
pouvaient être que des tombes. Le site est le plus pratique et
convient admirablement pour le rassemblement d'un grand
nombre de personnes. La tradition arabe déclare que ces
curieux restes sont `` les reliques d'un grand pèlerin ou
caravane du Hajj , qui, à des époques reculées, ont dressé
leurs tentes à cet endroit en chemin

35
à ' Ain Hudherah, et qui ont été perdus peu de temps après:
dans le désert du Tih [ou “désert des errants”], et dont on n'a
plus jamais entendu parler.
«Pour diverses raisons, j'ai tendance à croire que cette
légende est authentique, qu'elle se réfère aux Israélites, et
que nous avons dans les pierres éparpillées d' Erweis el
Ebeirig des traces réelles de l'Exode ..... Ces considérations ....
et ces tombes mystérieuses à l'extérieur du camp, à mon
avis, prouvent de manière concluante l'identité de l'endroit
avec la scène de la terrible plaie par laquelle le Seigneur a
puni l'avidité et le mécontentement de son peuple.
Dans «Treasury of David» de M. Spurgeon, vol. 3, dans les
«Notes explicatives» du Psaume 78: 27-31 (P. 462), il y a une
longue citation d'un écrivain qui a consacré beaucoup de
temps et de peine au sujet du Sinaï et de ses monuments
israélites, à savoir le Révélation Charles Forster, BD, auteur de
«La voix d'Israël des rochers du Sinaï», «Sinaï photographié»
et «Israël dans le désert». Dans ce dernier, il y a des gravures
de tablettes hiéroglyphiques du cimetière de montagne de
Sarbut-el-Khadem, et des «déchiffrements» de celles-ci. F74
Nous notons, en passant, que « la seule différence entre les
scripturaire et les noms arabes de la localité est, que Moïse
nommé à partir des tombes, les Arabes de la course de la peste
.... En un mot:
l'hébreu, Kibroth-Hattaavah, signifie «les tombes de la
convoitise», l'arabe Sarbut-el-Khadem signifie «le coup de
peste envoyé par le ciel des anciens».
«Si», dit M. Forster, «le cimetière de Sarbut-el-Khadem soit, ce
que toutes les preuves antécédentes se combinent pour
indiquer, le travail des Israélites (un cimetière principal de
leur campement mortel à Kibroth-Hattaavah), on peut plus
raisonnablement s'attendre à ce que ses monuments
contiennent des représentations symboliques du miracle des
`` volailles à plumes '', et de l'affreuse peste qui l'a suivi,
maintenant Niebuhr nous permet heureusement de répondre
à cette attente juste par ses copies des hiéroglyphes sur trois
de ces pierres tombales, publiées dans les 65e et 66e planches
de son premier volume, et précédées de la planche 64 par un
plan du cimetière lui-même qui a plus de valeur que toutes les
descriptions ultérieures ...
«Il a été découvert par l'auteur actuel (comme indiqué dans: sa
'Voix d'Israël',
pp. 98-100) sur la preuve de pas moins de quatre inscriptions
sinaïtiques, que les oiseaux du miracle, nommés par Moïse,
génériquement wlv , salu, et par le psalmiste, plus
généralement encore, pnk pw [ , awf caneph, ' les volailles
ailées, ou plus correctement, les volailles à longues ailes
(Psaume 78:27), n'étaient pas

36
par toutes nos versions, anciennes et modernes) «cailles»,
mais un oiseau rouge ressemblant à une grue ressemblant à
une oie, nommé en arabe nuham. La découverte .....
reçu par la suite une corroboration singulière et signalée de la
découverte ultérieure, par Dean Stanley, et auparavant par
Schubert, d'immenses troupeaux de ces mêmes nuhams sur la
scène réputée du miracle de Kibroth-Hattaavah. F75 Avec ces
antécédents en tête, le lecteur se tournera maintenant vers les
trois monuments copiés par Niebuhr dans le cimetière de
Sarbut-el- Khadem. Il verra aussitôt qu'un oiseau ressemblant
à une grue ressemblant à une oie, avec un corps élancé et de
longues pattes, est le principal symbole hiéroglyphique des
trois comprimés. Pas moins de vingt-cinq de ces oiseaux
symboliques se retrouvent dans le premier, dix dans le
deuxième et quinze dans le troisième comprimé. L'oie
apparaît parfois, mais les principaux spécimens ont l'air de
l'oie, mais la forme de la grue. En un mot, ce sont les espèces
mêmes d'oiseaux vues par Dean Stanley, à la fois à ce point du
Sinaï et à la première cataracte du Nil; et qui se produisent
constamment aussi dans les monuments égyptiens: comme si
la nourriture même de l'Egypte, après laquelle convoitaient les
Israélites, était envoyée pour être à la fois leur proie et leur
plaie.

«Le lecteur a ici devant lui le fait irréfragable que les oiseaux
mêmes qui, par toutes sortes de preuves, sont identifiés avec
les salus, ou les oiseaux à longues pattes et à longues ailes du
miracle, sont les oiseaux mêmes représentés sur les pierres
tombales de Sarbul- el-Khadem, à la fois debout, volant et
apparemment même attaché et cuit. En un mot, ils sont
représentés de manière à en faire le symbole principal de ces
pierres. Le lecteur impartial pourrait en toute sécurité être
laissé pour tirer sa propre inférence; car la conclusion
inévitable est que si l'écriture symbolique est censée
transmettre une signification quelconque, et si sa signification
peut jamais être tirée de la collation des symboles avec un
événement connu de l'histoire des Écritures dans une localité
connue, ces pierres tombales enregistrent le miracle des
«poules à plumes», et tenez-vous au-dessus des tombes des
gloutons qui les ont consommées!

Dans le «Trésor de David», la sélection des hiéroglyphes


déchiffrés provient de la 66e planche de Niebuhr. Ce qui suit
en est le «déchiffrement»: -
« Le hibou endormi, emblème de la mort, Dieu envoie la
destruction parmi eux.
« L'arc arrête les oiseaux sur l'aile rassemblés.
« Ils préparent, cuisinent la proie volante, nourris et soutenus par
elle ' pour
un mois entier » , en l' étalant.
« Arrêtez la proie, les messagers de la mort qui volent
rapidement. "
Nous joignons quelques lignes de la planche 65: -
37

« Avec la gorge malade et l'estomac chargé, plongez-vous à


genoux sur les deux
genoux, « la multitude mixte », dépravée condamnée.
« Le hibou de mauvais augure, mort subite, la moelle
corrompue par avidité
dévorer les grues.
Par les grosses grues visites avec punition Dieu, provoquant des
ulcérations
la démence.
Le sépulcre ensevelit les fugitifs. Les grues, portées par la mer,
noires et
blanc, préparez-vous pour le vol, déployant leurs ailes.
"

38

LA PIERRE DE MOABITE - LA ROCHE


DE BEHISTUN. - LA PIERRE DE
ROSETTE.
S INCE la conférence a été livré, de nombreux livres ont été
publiés - certains dans un hôtel pas cher et forme populaire -
contenant les informations les plus complètes sur la Moabite
Stone et d' autres témoins enterrés et oubliés qui sont sortis
de leurs tombes silencieuses pour attester la vérité du Saint
Écriture. Il n'est donc pas nécessaire de fournir des extraits
d'œuvres accessibles à tous. La liste suivante peut être utile à
certains de nos lecteurs: -

GRAVÉ DANS LA ROCHE; ou, l'exactitude historique de la


Bible confirmée par référence aux sculptures assyriennes
et égyptiennes au British Museum et ailleurs. Par le
Révérend Dr. S AMUEL K INNS , FRAS, etc. Avec de
nombreuses gravures. Cassell & Compagnie.
NOUVELLE LUMIÈRE SUR LA BIBLE ET LA TERRE SAINTE.
Par BTA E VETTS . Illustré. Cassell & Compagnie.
LA PIERRE DE MOABITE. Bien qu'il ne relève pas de la
catégorie «bon marché» ou «populaire», l'ouvrage auquel la
première place doit être donnée sous forme de monographie
sur ce monument remarquable est l'ouvrage du savant Dr
GINSBURG, intitulé «LA PIERRE DE MOABITE . AF ACSIMILE O F
T HE O RIGINAL I NSCRIPTION , avec une traduction en anglais, et
un historique et commentaire critique « . Longmans. 1870.
LA PIERRE DE MOABITE. La substance de deux conférences de W.
P AKENHAM W ALSH , DD, évêque d'Ossory. Illustré. Nisbet &
Co. 1883. Un shilling.
MONUMENTS ANCIENS ET ÉCRIT SAINT. Même auteur,
éditeurs et prix. Ce petit livre embrasse; détails des dalles
Rosetta et Moabite, et autres monuments tout aussi
intéressants.
ECHOES OF BIBLE HISTORY est un autre livre de Mgr
WALSH, contenant pas un peu d'informations dans ses petits
livres, avec des éléments supplémentaires. Couronne 8vo.
Trois shillings et six pence. Publié par le Church of England
Sunday School Institute.

39

PARCOURS DE LA CONNAISSANCE BIBLIQUE. Dans cette


admirable série, publiée par la Religious Tract Society, il y a
plusieurs ouvrages consacrés à l'élucidation et à la
confirmation de la Parole de Dieu à partir des anciens
monuments de pierre. Nous ne pouvons pas trop
recommander ce qui suit, entre autres: - -
F RESH L IGHT F ROM T HE A ncient M ONUMENTS ,
par le professeur Sayce, MA, et
B ABYLONIAN L IFE A ND H ISTOIRE , par EA Wallis
Budge, MA
LES TÉMOINS DES MONUMENTS ANCIENS aux Écritures de
l'Ancien Testament (Tracts d'aujourd'hui, n ° 32)., Par le
professeur SAYCE, est une merveille de condensation. Prix
Fourpence.
LES AIDES OXFORD à l'étude de la Bible, publiée par M.
Frowde, doit avoir une place dans cette liste, bien que trop
connue pour nécessiter un long préavis.

40

ANNEXE C
GRANDES PIERRES - PIERRES COÛTEUSES -
TAILLÉES
DES PIERRES

W AU SEIN les vingt dernières années , beaucoup de précieuses


connaissances a été acquis à la « ville sainte » , et son Temple
merveilleux, ou plutôt des temples de Salomon et d' Hérode,
en particulier sur les questions de localisation des carrières d'
où les « grandes pierres » ont été amenés, et la difficulté de les
transporter à leur destination. Les précieux travaux des
ingénieurs du Fonds d’exploration de la Palestine ont
beaucoup contribué à déterminer l’emplacement des
carrières; en fait, on peut affirmer avec certitude que le doute
de longue date est résolu.
Le révérend J. King, dans «Découvertes récentes sur la
colline du Temple à Jérusalem», consacre un chapitre aux «
Carrières royales » , dont nous extrayons quelques phrases,
et conseillons à nos lecteurs de se procurer le livre; il est
publié par la Religious Tract Society.
«Tout voyageur qui séjourne à Jérusalem devrait visiter les
carrières royales. Ce sont de vastes cavernes, s'étendant loin
sous Bezetha, la colline du nord sur laquelle la ville sainte est
construite; et non seulement ils jettent de la lumière sur les
pierres du Temple, mais leur immensité impressionne à la fois
l'esprit avec une idée adéquate du caractère gigantesque des
édifices sacrés qui couronnaient autrefois le sommet de
Moriah.
«Lorsqu'on se souvient que presque toute la ville d'Édimbourg
a été construite à partir de la carrière Craig Leith, et que de
nombreuses villes d'Angleterre ont été construites avec de la
pierre provenant d'une excavation creusée dans la roche ;
quand, de plus, nous réfléchissons à l'immense taille des
carrières de Jérusalem, nous sommes conduits à la conclusion
que toute la pierre de la ville sainte, y compris les temples de
Salomon, Zorobabel et Hérode, les gigantesques murs du
Haram, aussi bien comme les murs englobant le. ville, ont été
excavés d'un seul et même endroit, à savoir, des carrières
royales sous la partie nord de la ville sainte.

41

«Il y a une idée dominante que les blocs polis du Temple de


Salomon ont été envoyés par Hiram du Liban ou de Tyr, mais
une telle notion ne reçoit aucune preuve ni de Josèphe ni de la
Bible ...... Hiram a envoyé des maçons rusés et
des carrés de pierre pour aider les ouvriers rusés de Salomon
à couper, équerrer , tailler et polir les pierres de l'édifice
sacré; mais nulle part il n'est indiqué que les blocs ont été
acheminés vers Jérusalem.… En effet, le calcaire autour
Jérusalem est si abondante et si excellente en qualité, qu'il
aurait été insensé d'envoyer des pierres de loin, ainsi qu'un
immense travail d'avoir transmis des blocs, tels qu'ils
apparaissent maintenant dans le mur du Haram, de la
Phénicie à Jérusalem.

LA GRANDE PIERRE DE COIN

«La première pierre au bas de l' angle sud-est [du mur est de
la zone du Temple] est la pierre la plus intéressante au
monde, car c'est la principale pierre angulaire du mur massif
du Temple. Parmi les anciens Juifs, la première pierre
angulaire de leur grand sanctuaire de Moriah était considérée
comme l'emblème des vérités morales et spirituelles. Il avait
deux fonctions à remplir; d'abord, comme les autres pierres
de fondation, c'était un support à la maçonnerie au-dessus;
mais: il devait aussi affronter les deux sens, et était donc un
lien d'union entre deux murs. La Bible regorge d'allusions
intéressantes à cette pierre angulaire.

«Voyant, par conséquent, que la pierre angulaire est un


symbole du Christ lui-même, elle doit être considérée
comme la pierre la plus intéressante du monde entier.
Les ingénieurs, afin de vérifier les dimensions de cette
première pierre, ont travaillé autour d'elle, et rapportent
qu'elle mesure trois pieds huit pouces de haut et quatorze
pieds de long. À l'angle, il est descendu dans la roche à une
profondeur de quatorze pouces, tandis que l'extrémité nord
semble entièrement enfoncée dans la roche. Le bloc est en
outre décrit comme carré et poli, avec un visage finement
habillé. Il ne semble pas y avoir de tirant d'eau marginal au
fond, et en fait cela n'était pas nécessaire, car la partie
inférieure étant enfoncée dans la roche, serait toujours cachée
à la vue; mais l'absence du tirant d'eau inférieur indique que
le bloc a été habillé dans la carrière dans un style un peu
particulier, en vue d'être la première pierre angulaire. Le
tirant d'eau ou la marge supérieure de la pierre mesure
quatre pouces de large. Fixé dans sa position permanente il y
a trois mille ans, il est toujours sûr et inébranlable, un
emblème approprié

42

du «Rocher des Ages», qui ne peut être enlevé, mais qui demeure
pour toujours.
- Tiré de « Découvertes récentes sur la colline du Temple. "
43

ANNEXE D
MONUMENTS DE PIERRE RUDE

S lusieurs appris travaux sont apparus ces dernières années sur


le sujet de ces mystérieux monuments de pierre, les dolmens,
cromlechs ou, et les cercles de pierre, leurs âges et utilisations.
La lecture des autorités les plus récentes n'est pas un peu
décevante, comme on le verra à partir des extraits que nous
soumettons, qui sont de bons exemples des conclusions
opposées auxquelles les archéologues; est arrivé.

«Au milieu de tous les triomphes d'une recherche


archéologique bien dirigée , il reste encore un grand groupe
de monuments à nos portes, sur les utilisations ou les dates
dont les opinions sont presque aussi partagées qu'elles
l'étaient à l'époque de l'empirisme effréné du siècle dernier. Il
est vrai que les hommes de science ne prétendent pas
maintenant voir des druides sacrifier leurs victimes
saignantes sur l'autel de Stonehenge, ni pouvoir tracer les plis
du serpent divin à travers des kilomètres de pierres dressées à
Carnac ou à Avebury, mais tout ce qu'ils sont encore parvenus
à une simple incrédulité dans les erreurs populaires, et ils ne
se sont pas non plus aventurés jusqu'à présent à fournir
quelque chose de mieux pour prendre leur place. Ils appellent
toujours les cercles des temples, mais sans pouvoir suggérer à
quel dieu ils ont été dédiés, ou à quels rites ils se sont
appropriés, et, lorsqu'on leur demande l'âge auquel ils ont été
érigés, ne peuvent répondre que dans les mots du chanson,
que c'était il y a très, très longtemps.

«Il n'y a aucun passage dans aucun des auteurs classiques


qui relie les druides, directement ou indirectement, avec
des temples de pierre, ou des pierres de toute sorte.
«Aucun écrivain de tout âge ou pays n'a suggéré qu'ils étaient
préhistoriques ou même pré-romains avant l'âge de Stukeley -
disons 1700 . "
«Si, cependant, la plume a été réticente et hésitante dans son
témoignage, la bêche a été non seulement prolifique mais
distincte. Il n'est probablement pas exagéré de dire que les
trois quarts des monuments mégalithiques - - y compris les
dolmens, bien sûr - ont cédé des dépôts sépulcraux à
l'explorateur, et, y compris les tumuli, probablement
neuf dixièmes se sont avérés être des
sépultures- des endroits."

44
Les extraits ci-dessus sont tirés du travail exhaustif de James
Fergusson, Esqre., DCL, FRS, etc., intitulé «Monuments en
pierre grossière dans tous les pays: leur âge et leurs
utilisations: avec 234 illustrations». 1872.
K IT ' S C OITY H OUSE , ou Cotty House, le célèbre cromlech,
près d'Aylesford, dans le Kent, est de loin le plus grand
monument de sa catégorie dans cette partie de l'Angleterre. Il
forme une petite chambre ouverte à l'avant, et se compose de
quatre blocs, dont trois sont debout, et le quatrième posé sur
eux comme une pierre de couverture.

Parmi les deux pierres latérales, l'une mesure 7 pieds sur 7


1/2 et mesure 2 pieds d'épaisseur, le poids d'environ 8 1/2
tonnes. L'autre mesure 8 pieds sur 8 1/2 et pèse environ 8
tonnes. La pierre angulaire mesure 12 pieds sur 9 1/2 pieds
d'épaisseur et pèse environ 10 1/2 tonnes. Le grès dont ils sont
constitués appartient à la formation géologique du district.
Comme d'autres de sa catégorie, Kit's Coity House était sans
aucun doute à l'origine un monument sépulcral, bien que la
légende qui en fait la tombe du chef britannique Katigern, tué
ici dans une bataille avec les Saxons, doit probablement être
écartée . Kitt ' s Hill sur Hingstone vers le bas, Cornwall, et Kite
' s House sur Dartmoor, sont également des noms donnés aux
tombes anciennes; peut-être du ked celtique , un creux. Kit's
Coity peut donc être ked-coit - le tombeau dans le bois (Brit.),
Qui jadis s'étendait sur le flanc de la colline, et dont les
vénérables ifs sont des reliques. Il a été suggéré que la bataille
était traditionnellement fixée ici à partir d'anciens souvenirs
liés au site, dont des recherches récentes ont prouvé être celui
d'un grand cimetière britannique - le «Carnac» de Kent. - De
Murray ' s « Manuel pour les voyageurs dans le Kent. » 1892.

«S TONEHENGE est un groupe circulaire de gigantesques pierres


dressées sur la plaine de Salisbury ..… situé au milieu d'un
vaste groupe de tumulus préhistoriques
de l'âge du bronze. Le cercle de pierres, qui mesure environ
100 pieds de diamètre, occupe la partie centrale d'une zone
d'environ 360 pieds de diamètre, enfermé dans un rempart et
un fossé en terre. Voici une longue description des positions
relatives, des tailles, etc., des différentes pierres, pour
lesquelles nous n'avons pas d'espace. L'article poursuit en
énonçant «les nombreuses et diverses théories avancées quant
au but ou aux utilisations de la structure. Il a été attribué aux
Phéniciens, aux Belges, aux Druides, aux Saxons et aux
Danois. Il a été appelé un temple du soleil et du culte du
serpent, un sanctuaire de Bouddha, un planétarium, une
potence gigantesque sur laquelle les dirigeants britanniques
vaincus ont été solennellement suspendus en l'honneur de
Woden, un Gilgal

45
où l'armée nationale s'est réunie et les chefs ont été
enterrés, et un calendrier en pierre pour la mesure de
l'année solaire.
«L'opinion de Sir John Lubbock, exprimée dans son
'Prehistoric Times', est qu'il y a des raisons satisfaisantes de
l'assigner à l'âge du bronze, bien qu'apparemment tout n'ait
pas été érigé en même temps, le cercle intérieur du petit bleu
brut stone, « étant probablement plus vieux que les autres. Par
la plupart des archéologues, il semble être accepté comme un
développement exceptionnel, à partir du type ordinaire de
cercles de pierre, utilisés comme lieux de sépulture par les
gens de l'âge du bronze de la Grande-Bretagne, bien que
certains considèrent son développement exceptionnel comme
dû plutôt à une influence religieuse qu'à la simple idée de la
commémoration commune d'un simple enterrement. Mais
quel que soit son origine ou son but, il est suffisamment
intéressant en tant que monument mégalithique le plus grand
de Grande-Bretagne. - Extrait de l ' Encyclopédie de Chambers .
Nous devons laisser un écrivain plus tard (le révérend Lewis
Gidley, MA), avoir le dernier mot, car il se réfère peut-être à
M. Fergusson, entre autres, quand il dit: - «Il y a tellement de
preuves que Stonehenge est un temple druidique, qu'il
semble remarquable que les antiquaires ne soient pas
convaincus que ce fût le cas. Il est également aussi prononcé à
son avis qu'il n'a pas été «érigé pour commémorer une
bataille qui s'y est déroulée»; ce n'était pas non plus «une
sorte de cromlech supérieur ou de monument sépulcral». Le
titre de son livre est «Stonehenge vu par la lumière de
l’histoire ancienne et de l’observation moderne». 1873. 8vo.

46

ANNEXE E
LA PIERRE DES ROIS

T HE ville de Kingston, à Surrey, ou Kingston-on-Thames,


comme il est généralement nommé, est dit par les
archéologues de tirer son nom de l' anglo-saxon
cyning-paralysant, un domaine royal; mais les citadins
d'aujourd'hui trouvent une dérivation facile de «La pierre
des rois», une relique vénérable de l'heptarchie qui: se tenait
pendant des siècles dans une ancienne chapelle (située sur le
côté sud de l'église All Saints), qui, ayant tombée en
décomposition, a été démolie vers 1731. «Cette pierre, dit un
écrivain, sur laquelle les monarques se sont assis lors de la
cérémonie du couronnement, a été conservée avec une
vénération presque religieuse.

Pendant quelques années après son retrait de la chapelle en


ruine, il était situé à l'hôtel de ville, ou «a souffert de se
trouver dans la cour de la nouvelle cour jusqu'en 1850, date à
laquelle il a été déplacé à sa position actuelle bien en vue à
l'air libre au point où la rue principale s'élargit dans la place
du marché. Entourée d'une balustrade en fer convenable, la
pierre est partiellement enfoncée dans une pyramide
heptagonale, sur les faces de laquelle figurent les noms de
sept rois, couronnés dans la ville; et, grâce à la libéralité du
conservateur du British Museum, une pièce de monnaie de
chaque souverain est insérée sur la face de la pyramide au-
dessus du nom du souverain.

Le nombre de rois couronnés ici, comme enregistré par


Speed, est de neuf, dont deux sont cependant douteux, et les
noms de ceux qui ont incontestablement reçu leur
inauguration sont inscrits sur le piédestal en dessous. Elles
sont -
UN D
924. Athelstan, par l'archevêque Aldhelm.
940. Edmund, par l'archevêque Otto.
946. Edred, par l'archevêque Otto.
Les trois fils d'Edward l'Ancien.
959. Edgar.
975. Édouard le Martyr, par les archevêques Dunstan et Oswald.

47

978. Ethelred II, frère d'Edouard.


1016. Edmund II.
Les deux rois; moins certains sont: -
900. Edward the Elder, fils d'Alfred.
955. Edwy, le fils d'Edmund.
Les notes ci-dessus sont tirées du «Handbook of Kingston» de
Biden, Murray et Chapman; mais pour les recherches
antiquaires savantes, les «Collections archéologiques de
Surrey», vol. 1, pp. 27-56, doit être consulté.

48

ANNEXE F
LA PIERRE DU RUFUS

I N Malwood Walk, environ: un quart de mile de Stoney Cross,


dans la New Forest, entouré de chênes pittoresques, se dresse
la pierre de Rufus. Il marque le lieu où, au fur et à mesure de
la légende, se trouvait autrefois le chêne contre lequel jetait la
flèche qui causa la mort du roi William Rufus. La pierre a été
érigée par Lord Delaware il y a plus d'un siècle. Il était
devenu très mutilé par «le vandale et le marchand de reliques
britanniques », un M. Bourne le fit coiffer de ce que M. JR Wise,
dans son livre magnifiquement illustré, qualifie «d'un hideux
étui en fonte ». L'endroit est visité par des milliers de
personnes pendant les mois d'été.
49

ANNEXE G
LA PIERRE DE CORONATION ET LA CHAISE

« T HE pierre de couronnement écossais, le Lia Fail, ou « Stone


of Destiny », a dit par la tradition d'avoir été la pierre que
Jacob utilisé pour un oreiller, et avoir été apporté à l' Irlande
et de Tara en Écosse, où il avait un lieu de repos à Scone
jusqu'à ce qu'en 1296, Edward I le transporte à Westminster.
Il fait maintenant partie de la chaise Coronation, occupant
l'espace sous le siège. Skene, dans sa monographie, affirme
qu'elle a été extraite à l'origine des roches près de Scone. -
Chambres ' Encyclopédie s.
Ce qui suit est extrait de «The Coronation Stone», de MF
Skene [1869, 4to.], Cité ci-dessus: -
«Le récit populaire de la pierre peut être brièvement énoncé
dans les mots de Pennant: - 'Dans l'église de l'abbaye (de
Scone) a été préservée la célèbre chaise, dont le fond était la
pierre fatale, le palladium de la monarchie écossaise. ; la
pierre qui avait d'abord servi Jacob pour son oreiller fut
ensuite transportée en Espagne, où elle fut utilisée comme
siège de justice par Gethalus, contemporain de Moïse. Il a
ensuite trouvé son chemin à Dunstaffnage dans l'Argyllshire, a
continué là comme chaise de couronnement jusqu'au règne de
Kenneth II, qui, pour assurer son empire, l'a transféré à Scone.
Il y resta, et chaque monarque écossais y fut inauguré
jusqu'en 1296, lorsque Edouard II, à la mortification de la
Grande-Bretagne du Nord, le traduisit à l'abbaye de
Westminster, et avec elle, selon l'ancienne prophétie, l'empire
d'Ecosse. La dernière partie de ce récit est incontestablement
vraie.

Il est peut-être à peine nécessaire d'ajouter que le récit le


plus complet et le plus intéressant de cette pierre historique
se trouve dans les «Mémoriaux historiques de l'abbaye de
Westminster» de feu Dean Stanley. Voir cinquième édition,
1882, p. 49-56.

50

DEUX MARQUES DE LONDRES

M ORE qu'une fois dans ses brefs mais brillants et agréables


entretiens de table, nous avons entendu M. Spurgeon
évoquer deux pierres bien connues des Londoniens qui sont
«quelque chose dans la ville» et qui connaissent ses
autoroutes et ses ruelles . Si la conférence avait eu l'avantage
de sa révision, il aurait certainement construit ces deux
pierres, parmi tant d'autres, dans la structure. Nous vous
présentons nos excuses pour avoir inséré un bref compte
rendu de «T HE L ONDON S TONE » et «T HE
B OY A ND P ANYER . »

PIERRE DE LONDRES

I N Cannon Street, en face de la gare, se trouve l'église Saint-


Swithin, reconstruite par Wren et modernisée depuis. Le L
ONDON S TONE est fixé dans le mur extérieur de l'église et
protégé par une grille de fer . Selon Stowe, il se trouvait
autrefois sur le côté sud de la rue, mais étant considéré
comme un obstacle, il a été enlevé en 1798. L ONDON S TONE
était le Milliarium, ou borne centrale, de Londres romain,
d'où à partir d'un centre le des kilomètres étaient comptés
dans toute la Grande-Bretagne, alors même que le Milliarium
du Forum était le centre d'où rayonnaient toutes les voies
romaines. - De Pascoe ' s « Londres d'aujourd'hui. "
Le compte rendu de l'histoire par Noorthonck, dans son
«History of London», 1773 (4to.), Bien que presque identique à
ce qui précède, peut être intéressant. Il dit: -
«Tout près sous le mur de l'église Saint-Swithin est placée une
pierre, plus remarquable par son nom que par son;
apparence. Au temps de Stowe, cette pierre était, comme il
nous informe, fixée debout dans le sol du côté sud: de la rue,
près du chenal, et était si bien attachée avec des barres de fer
pour la protéger efficacement contre les dommages des
voitures. Cette pierre est d'une antiquité inconnue, et il est
digne d'admiration que plus de soin ait été apporté à la
conservation de la pierre elle-même que son histoire.
«Les conjectures les plus remarquables ont donné à cette
pierre une origine romaine; car comme l'antient colonie
romaine s'étendait de la rivière pas plus haut que Cheapside,
et Watling Street était la rue principale ou voie prétorienne,
on a supposé, avec une grande probabilité, que cette pierre
était le centre à partir duquel ils ont commencé à calculer
leurs distances à leurs plusieurs stations

51

dans toute l'Angleterre. Une autre supposition formulée là-


dessus est que, à partir de cette pierre, des proclamations et
des avis publics auraient pu être antientement donnés aux
citoyens; car en 1450, lorsque Jack Cade, le rebelle du Kent,
passa par Southwark jusqu'à Londres, il marcha vers cette
pierre au milieu d'une grande confluence de gens, et le Lord
Mayor parmi les autres; et frappant son épée dessus, il dit:
'Maintenant est Mortimer seigneur de cette ville.'
De la forme et de la taille d'origine de cette relique, tout
enregistrement est, bien entendu, perdu; et il n'aurait sans
doute pas été complètement disparu sans les efforts déployés
pour conserver ses «restes» par un digne citoyen, un certain
Thomas Maiden, imprimeur, de Sherbourne Lane. Il est dit
que «lorsque l'église Saint-Swithin était sur le point de subir
des réparations en 1798, M. Maiden a convaincu les agents de
la paroisse de consentir à ce que la pierre soit placée là où elle
demeure encore, après qu'elle ait été vouée à la destruction
comme une nuisance. " À cette période de son histoire, il était
décrit comme «réduit à un fragment pas beaucoup plus gros
qu'un obus de bombe»; et plus récemment, dans «Londres» de
Charles Knight, comme «pas beaucoup plus grande qu'une tête
d'homme». Les bombes et les têtes devaient alors être un peu
plus grosses qu'aujourd'hui; mais certainement le «vandale
britannique et le marchand de reliques » susmentionné faisait
tout son possible pour le réduire à néant jusqu'à ce que la
grille de fer soit interposée.

Sur le mur de pierre de l'église, au-dessus du monument, sont


gravées deux inscriptions, l'une en latin, l'autre en traduction
libre, suivies des noms du recteur et des marguilliers de
l'époque. L'inscription anglaise est comme sous -

PIERRE DE LONDRES

C OMMONLY B ELIEVED T O B E AR OMAN W ORK ,


L ONG P LACED A BOVT X XXV F EET H ENCE
T ERS T HE S OVTH W EST
A ND A FTERWARDS B VILT I NTO T HE W ALL O F T HIS C HVRCH
W AS F OU M ORE C AREFVL P ROTECTION
A ND T RANSMISSION T O F VTVRE A GES
B ETTER S ECVRED B Y T HE C HVRCH W ARDENS
I N T HE Y EAR O F O YR L ORD M DCCCLXIX .

52

"LE GARÇON ET PANYER"

F ROM un beau volume de la Camden Library Series de M.


Elliot Stock, intitulé «London Signs and Inscriptions», par
Philip Norman, FSA, nous donnons quelques détails sur
l'enseigne sculptée à partir de laquelle Panyer Alley, le
passage étroit menant de Newgate Street à «The Row» prend
son: nom. «Il représente un garçon nu posé sur une sacoche
ou un panier, et tenant ce qui, à l'époque de Strype, semblait
être une grappe de raisin entre sa main et son pied,« en signe
d'abondance peut-être », comme il le suggère. Dans une
bordure ornementale, apparemment sur un soufflet de pierre
séparé, se trouve l'inscription suivante:

« Quand vous avez cherché la


ville autour, c'est encore le
terrain le plus élevé.
27 août 1688. »

Lorsque M. Norman écrivait son livre, il a dû noter non


seulement que la pierre était «très délabrée», mais qu'elle était
«en danger de destruction», car les maisons du côté de la
ruelle où elle se trouvait étaient sur le point de être démoli.
Ceux-ci ont depuis été reconstruits, et la pierre (ou les pierres)
remplacée, ou plutôt placée à plusieurs pieds au-dessus du sol
(sur lequel elle reposait auparavant), de sorte que l'inscription
est moins en danger d'effacement que par le passé. Que cette
curiosité intéressante était «en danger», «pas tant de«
destruction »que d'être« améliorée », et très loin aussi, est
clair, s'il y a une vérité dans le paragraphe suivant qui est
apparu dans l'Écho de 21 janvier 1893: -

«Une conspiration remarquable a été détectée par les


autorités de la ville il y a quelques jours, lorsqu'une tentative
a été faite pour voler la célèbre pierre Panyer dans Panyer
Alley, Newgate Street, qui a marqué au cours des deux cents
dernières années le point culminant de la ville. de Londres. Il
semble qu'un riche américain soudoyé l' un des ouvriers,
engagés dans tirant vers le bas l'ancien entrepôt dans lequel
la pierre est fixée, lui demandant d'échanger l'ancienne
relique d'une pierre moderne, et promettant de payer f 5o
pour la tromperie. L'ouvrier en a informé les autorités de la
ville, et un garde a maintenant été placé sur la pierre
d'origine, qui est un héritage précieux de la ville.

53

La pierre, sans aucun doute, a remplacé une précédente, selon


Stowe. Les recherches diligentes de M. Norman peuvent se
résumer ainsi: - Aux XIIIe et XIVe siècles, la vente de pain
n'était pas autorisée dans les maisons des boulangers, mais
uniquement sur les marchés du roi. Il était vendu dans
des paniers à pain ou « paniers », et les espèces plus
grossières, du moins, parfois dans des caisses ou des clapiers.
Un écrivain donne son opinion que «l'enfant distribue un pain,
et qu'à une période un peu plus tardive que la date du« Liber
Albus »(1419), Panyer Alley était considérée comme une place
debout pour les boulangers. avec leurs sacoches. Une autre
idée est que la sacoche est une corbeille de fruits. Les fruits et
légumes ont sans aucun doute été débarqués de la rivière près
de Saint-Paul, et les porteurs transportant de tels produits
peuvent avoir traversé et se reposer dans ce court passage en
route vers Newgate Market, qui, à l'origine pour le maïs et la
farine, est devenu, comme beaucoup de rappelons-nous bien,
un marché de la viande, jusqu'à ce que heureusement il soit
amélioré, et le site peu recommandable s'approprie pour
agrandir le marché du livre du monde en pleine croissance .

54

ANNEXE H
LE DIAMANT «REGENT» OU «PITT»

F IRST connu sous le nom de «Pitt», puis de «Régent», ce


diamant parfait a une histoire remarquable. Ses aventures ont
commencé beaucoup sur les lignes de plusieurs autres
grandes pierres. Cupidité, meurtre, remords, sont des facteurs
dans le premier chapitre. Des troubles, politiques, sociaux et
personnels, accompagnent le joyau jusqu'à son dernier lieu de
repos. Il a été trouvé par un esclave dans les mines de Parteal,
quarante-cinq lieues au sud de Golconde, en 1701. L'histoire
raconte que, pour sécuriser son trésor, il a percé un trou dans
le mollet de sa jambe, et l'a caché, un compte dit, dans la plaie
elle-même, un autre dans les bandages. Comme la pierre
pesait 410 carats avant d'être taillée, la dernière version est
sans aucun doute la bonne. L'esclave s'est échappé à Madras,
où il a rencontré un skipper anglais, à qui il a offert de donner
le diamant en échange de sa liberté, qui devait être assurée
par le patron le transportant dans un pays libre. Un autre
compte dit que le patron a promis de lui trouver un acheteur
pour la pierre et de diviser par deux les bénéfices; où résidait
le motif de l'atroce crime d'attirer le pauvre homme à bord, de
s'assurer la possession du diamant, puis de le jeter à la mer. Le
capitaine l'a alors offert à Jamchund (ou Jamelchund), l'un des
plus éminents marchands de diamants de ces régions,
obtenant mille livres, qu'il a rapidement parcouru, puis s'est
pendu. Jamchund l'a vendu à M. Thomas Pitt, gouverneur de
Fort St. George, pour 20 400 f : c'était en 1710. Le diamant était
taillé très habilement à Londres à grand prix, et son poids
réduit à 136 f 3/4 carats . En 1717 , M. Pitt le vendit au duc
d'Orléans, régent de France, pour 135 000 f : il a depuis été
évalué à plus de trois fois cette somme. M. Pitt probablement a
inscrit f 100 000 par son entreprise. Avec cela, il restaura la
fortune de l'ancienne maison de Pitt, qui devait plus tard
donner à l'Angleterre deux de ses plus grands hommes d'État
et orateurs; car le gouverneur de Fort St. George était le grand-
père du grand comte de Chatham, père de l'illustre William
Pitt.

Pendant la Révolution française, en 1792, des voleurs entrent


dans le Garde-Meuble, ou Trésor, et emportent l'ensemble de
la Regalia française, y compris le fameux diamant «Régent».
Douze ans après l'un des voleurs,

55

lors de son procès pour un autre crime, il a informé le


tribunal que c'était lui qui avait fait connaître la cachette du
«régent» et d'autres objets de valeur sur la promesse de lui
pardonner, promesse, a-t-il ajouté, fidèlement tenue. Il a
rappelé à la cour que «ce magnifique diamant a été promis
par le Premier Consul au gouvernement néerlandais, afin de
récolter les fonds dont il avait le plus besoin après le 18
brumaire». Il a été racheté du gouvernement néerlandais, et le
premier empereur est connu pour l'avoir porté dans le
pommeau de son épée. Il a été montré à l'exposition française
de 1855.

Le lecteur a peut-être remarqué une certaine divergence


entre les deux références dans la conférence (pages 32 et 37) à
l'épée d'état de l'empereur. Nous nous efforcerons de le
rendre clair à l'aide de l' ouvrage habilement écrit de M.
Streeter , «Les grands diamants du monde», auquel nous
sommes redevables de la plupart de nos informations. «Les
comptes rendus de M. Streeter sur le« Pitt »et l '« Eugénie »ont
été révisés par Sa Majesté l'impératrice Eugénie», afin que
nous puissions accepter ses déclarations comme concluantes.
Il dit que l'histoire de l'épée mentionnée comme ayant été
trouvée dans la voiture d'État de l'empereur après la bataille
de Waterloo par les Prussiens est «hautement improbable».
Même s'il a vraiment été transporté à Berlin à cette occasion,
il a été restauré par la suite; car il était connu pour être «le
joyau le plus visible de la couronne de France aujourd'hui
désaffectée. Ce fut parmi les joyaux de la couronne lorsque, en
1881, le Parlement discuta d'un projet de loi relatif à leur
vente et résolut de conserver ceux qui avaient la plus grande
valeur historique ou intrinsèque; l'inégalable «Régents» a
donc été retenu.

56

ANNEXE I
LE «KOH-I-NOOR»

M R . S TREETER dit que c'est avant tout le «Grand Diamant de


l'Histoire et de la Romance», et il y consacre; un chapitre de
près de vingt pages, «que Sa Majesté la Reine a gracieusement
lu en manuscrit, sans demander aucune correction ou
altération dans les principales parties de l'histoire. Nous ne
pouvons donner que quelques notes de cet ouvrage et
d’autres.
«L'histoire de ce joyau a cette particularité, qu'il peut être
authentifié à chaque étape, depuis l'époque d' Ala-ad-din, qui
en 1304 en prit possession en vainquant le Rajah de Malwa.
La tradition, parmi d'autres légendes sauvages, ramène son
existence dans la mémoire de l'Inde à l'an 57 av. J.-C. "Ceci,
cependant, est certain, à savoir qu'en 1526 il était en la
possession du sultan Baber, de la dynastie moghole," qui l'a
estimé à la somme de l'entretien quotidien du monde. « Il est
resté en possession de la dynastie Mogul jusqu'à l'invasion de
l'Inde par Nadir Shah, sous le règne de Mohammed Shah en
1739.» Nadir en a obtenu la possession au moyen d'une
astuce. «Lorsqu'il s'est emparé du trésor de Delhi, il a raté
cette pierre, et pendant longtemps tous ses efforts pour
l'obtenir ont été déconcertés. Enfin une femme du harem de
Mohammed a informé Nadir que l'empereur le portait caché
dans son turban, qu'il n'a jamais laissé de côté. »… Nadir, qui
avait conclu un traité avec Mohammed, et n'avait pas
prétexte pour se quereller, réfléchi
lui du: temps honoré coutume orientale d'échanger des
turbans en signe d'amitié. Lors d'une grande cérémonie
organisée dans le but de réintégrer Mohammed sur le trône
de Delhi, Nadir lui a soudain demandé de changer de turbans
et, en adaptant l'action à la parole, avant que sa victime n'ait
le temps de réfléchir, Nadir a enlevé sa propre coiffe nationale
en peau de mouton. , scintillant de pierres précieuses
coûteuses, et l'a remplacé par le turban de l'empereur. Il a
renvoyé à la hâte le durbar, et dans sa tente a examiné le
turban, a trouvé le trésor convoité, et s'est exclamé,
"Koh-i-Noor!" signifiant en anglais «Mountain of Light».
Des descendants de Nadir, «le joyau funeste» est passé
entre plusieurs mains, toujours la cause innocente de la
tromperie et de la violence, et parfois

57

la torture, jusqu'à ce que Runjeet Singh, de Lahore, en prenne


possession en 1813. Dix ans après sa mort, la mutinerie sikh
éclate, qui aboutit à: la prise de Lahore et la confiscation des
biens de l'État à la Compagnie des Indes orientales, au nom de
qui Lord Dalhousie a présenté le «Koh - i- Noor» à la reine
Victoria. «Il est conservé au château de Windsor. Une
maquette du bijou est conservée dans la salle des bijoux de la
Tour de Londres, pour satisfaire la louable curiosité des
fidèles lièges de Sa Majesté.
Lorsque le diamant est entré en possession de notre
impératrice-reine, son poids était de 186 carats; mais à la
suite de sa recoupe par M. Coster d'Amsterdam, son poids est
maintenant de 106 1/16 carats.
58

ANNEXE J
LE «ORLOFF»

L SON diamant, qui est le principal ornement du sceptre des


tsars de Russie, se classe au premier rang des gemmes
européennes en taille; en beauté, il ne cède qu'au «Régent»,
tandis que pour l'intérêt romantique, il rivalise avec le
«Koh-i-Noor» lui - même. On dit que son vrai nom est le
«Koh-i-Tur», ou Montagne du Sinaï; son poids est de 193
carats.
De ses débuts, peu de choses fiables ont été préservées. M.
Streeter, cependant, a soigneusement rassemblé les
différents comptes, et nous donnons un aperçu de sa
version révisée.
Sur une île fortifiée de Mysore, non loin de Trichinopoly, se
trouve une magnifique pagode, ou temple hindou, avec sept
enceintes distinctes, de hautes tours et de nombreuses
habitations pour les brahmanes, le tout enfermé dans un mur
extérieur de quatre miles de circonférence. Un grenadier
français, ayant déserté le service indien, trouva un emploi
dans le voisinage du temple et apprit qu'il contenait une
célèbre idole du dieu hindou Sri-Ranga, dont les yeux étaient
formés de deux gros diamants d'une valeur inestimable. Il
décida de les saisir. En assumant le caractère d'un dévot
indigène et en affectant une grande vénération pour cette
divinité particulière, il a tellement imposé aux brahmanes
qu'ils l'ont nommé gardien de son sanctuaire. Profitant d'une
nuit orageuse, il arracha l'un des yeux de son orbite,
s'échappa à travers la tempête qui faisait rage à Trichinopoly,
et de là à Madras, où il vendit le bijou à un capitaine anglais
pour 2000 f , qui en disposa à un Juif à Londres pour 12 000 f .
Ce dernier l'a vendu à un marchand persan, Khojeh Raphael,
qui l'a apporté à Amsterdam. Là, il rencontra le prince Orloff,
qu'il persuada de l'acheter à la tsarine Catherine II, sous le
mécontentement de laquelle il était tombé. Orloff a payé le
marchand f 90 000 en espèces, en plus de lui procurer une
rente de f 4000.

59

ANNEXE K
LE «GRAND SANCY»

Un ELON à M. Streeter, «c'est le très Sphinx de diamants « ,


car son histoire « semble être enveloppé dans un nuage
dense de mystère. » Par certains auteurs, ce bijou, qui pèse
53 1/2 carats, a été confondu avec l'un des 34 carats
seulement
dans le Trésor royal prussien, connu sous le nom de «Petit
Sancy». Le nom provient du fait que la gemme a été apportée
d'Orient par Nicholas Harlai, seigneur de Sancy, vers l'an
I570. «Harlai était attaché aux tribunaux d'Henri III et d'Henri
IV, ayant été ambassadeur pour le premier en Turquie, pour
le second en Angleterre sous le règne d'Elisabeth. De l'histoire
romantique de la perte du diamant évoquée dans la
conférence, nous accompagnons la version donnée dans
«Grands Diamants»: -

«Henri IV de Navarre, désireux de renforcer son armée par


un corps de recrues suisses, aurait emprunté le diamant de
Nicolas, désormais surintendant des finances, dans l'intention
de lever des fonds pour sa sécurité. Mais le messager chargé
du. la responsabilité de transporter la gemme soit au roi de
Harlai, soit du roi aux Suisses (car l'histoire est ici quelque
peu confuse), a disparu en cours de route. Un long intervalle
s'écoula avant que l'on sache qu'il avait été chassé et
assassiné. Plein de confiance dans la loyauté et la faculté
inventive de son serviteur, Harlai se rendit dans la forêt où le
meurtre avait été commis. Après une longue recherche, le
corps a été retrouvé, exhumé et ouvert. Dans l'estomac a été
retrouvé le diamant que, soupçonné par son maître, le fidèle
valet avait avalé pour éviter qu'il ne tombe entre les mains
des voleurs.
Quelque part entre 1590 et 1600 Harlai l'a vendu à la
Couronne britannique. Ensuite, il y a de bonnes raisons de
croire que la reine douairière Henrietta Maria, en exil, a
envoyé le «Sancy», avec d'autres objets de valeur, à Somerset,
comte de Worcester, «en échange des sacrifices qu'il avait
consentis pour la cause de la maison de Stewart. » Il est passé
entre les mains de Jacques II, qui a vendu à Louis XIV pour f
25 000. Comme le «Régent», il a disparu à la française

60

Révolution. Vers 1830, il appartenait à un marchand français,


et depuis lors du prince russe Demidoff, Sir Jamsetjee
Jeejeebhoy et du maharajah de Puttiala, qui le portait dans
son turban dans un Grand Durbar lorsque le prince de Galles
visita l'Inde. M. Streeter termine l'histoire intéressante des
péripéties du «Sancy» en déclarant qu'à la suite de la mort du
Maharajah, la gemme est de nouveau en vente.
61

NOTES DE BAS DE PAGE


SERMONS EN PIERRES
ft1
Genèse 4: 8.
ft2
Jean 8:59; Jean
10:31. ft3 Hébreux
12:24.
ft4
Genèse 11: 3-5.
ft5
Genèse 12: 7; Genèse
13:18. ft6 Genèse 23: 17-20.
ft7
Genesis. 28: 10-19.

SUR L'OREILLER DE JACOBS


ft8
Gen 35: 19-20. Voir
l'annexe A. ft9 Genesis 49:24
;.
ft10
Exode 15: 5-16.
ft11
Annexe B.
ft12
Nombres 11: 4; 18-20; 31-34; Psaume
78: 26-31. ft13 Voir l' annexe B., dernière
partie.
ft14
Exode 17: 8-13.
ft15
Josué 4: 2-20.
ft16
Josué 7: 1, 21-25.
ft17
Nombres 25: 4.
ft18
Josué 24: 25-27.

62
ft19
Jude 9: 1-6; 50-54.
ft20
Psaume 7:16.
ft21
1 Samuel 7: 5-12.
ft22
1 Samuel 17: 40-50.
ft23
1 Rois 18: 31-32
ft24
2 Rois 3:25
ft25
1 Rois 5:17. Voir l' annexe C.
ft26
Daniel 2:34, 35, 45
ft27
Zacharie 3: 9.
ft28
Psaume 118: 22-23; Matthieu 21:42; Marc
12:10; Actes 4: 2 ft29 Esaïe 8: 14-15; 1 Pierre 2: 8.
ft30
Matthieu 21:44
ft31
Matthieu 4: 3
ft32
Matthieu 7: 9
ft33
Matthieu 24: 1-2
ft34
Matthieu 3-9.
ft35
Marc 16: 1-4
ft36
1 Corinthiens 3: 11-15
ft37
Révélation 21: 10-11
ft38
Crom en celtique est tordu ou courbé (et, par
conséquent, totalement inapplicable aux
monuments en question), et lech, pierre.
ft39
Dolmen, du celtique: mot daul, une table, et hommes ou
maen, une pierre. ft40 Voir l'annexe D.
ft41
Annexe E
ft42
Annexe F
ft43
Annexe G.

63

GRANDS DIAMANTS
ft44
Pour illustrer cette division de sa conférence, M. Spurgeon
a présenté un écrin en maroquin contenant des fac-similés en
verre de cristal des treize diamants historiques les plus
remarquables. Regardant ceux qui occupaient la plate-forme
inférieure, il fit une remarque facétieuse: « Vous laisser
lesvoir serait aussi difficile que de vous montrer une bassine
de soupe sans la renverser. L'affaire a été prêtée à M.
Spurgeon par son ami M. John Neal, l'orfèvre bien connu
d'Edgware Road.

ft45
Voir l' annexe H.
ft46
Annexe I
ft47
Annexe J
ft48
Malachie 3:17
ft49
Jean 21: 7-20
50
pi Psaumes 36: 9

pi51 Ésaïe 52: 8


ft52
Annexe K
ft53
Psaume 119: 11
ft54
Annexe H
ft57
La montagne a été percée de part en part le 25 décembre
1870, quelques mois après que cette conférence ait été
prononcée.
ft58
2 Thessaloniciens 3:10; 1 Thessaloniciens 4:11
59
Esaïe 42: 3; Matthieu 12:20.
ft60
Voir Frontispice
ft61
Le directeur vénéré du Pastor's College à l'époque.

VUES DE DISSOLUTION
ft62
Voir l' annexe B.

64
ft63
Voir la liste des livres à la fin de
l'annexe B. ft64 Voir l' annexe D
ft66
Voir l' annexe E.
ft67
Voir l' annexe F.
ft68
Voir l' annexe G.

ANNEXE A - TOMBEAU DE RACHEL


ft69
Publié par la Religious Tract Society.
pi70
Genèse 35: 16-20
pi71
Genèse 68: 7
ft72
Genèse 35:27.

ANNEXE B - LE CIMETIÈRE DE MONTAGNE


ft73
Nombres 11: 4, 18-20, 31-34; Psaume 78: 26-31.
ft74
Grâce à la courtoisie de MM. R. Bentley & Son, nous
sommes en mesure de donner quelques lignes d'une des
tablettes hiéroglyphiques et de longs extraits de la
description intéressante de M. Forster des «Tombes de la
luxure».
ft75
Voir «Sinai and Palestine» de Stanley, p . 81-83.

ANNEXE F - LA PIERRE DU RUFUS


ft76
«La New Forest: son histoire et ses paysages.» 1863. 4to.