Vous êtes sur la page 1sur 15

BETON ARME - BAEL

S E C T IO N S D E P OU T RE S
S O L L IC I TE E S E N F L E X IO N SIM PL E

A.- Etat Limite Ultime de Résistance (ELU-R)

1. DEFORMATIONS LIMITES - REGLE DES 3 PIVOTS :


Les déformations relatives limites à prendre en compte selon la nature de la sollicitation agissante conduisent à distinguer trois domaines, dont
les frontières sont obtenues par des positions particulières des droites matérialisant les diagrammes de déformation.

Le diagramme de la section déformée se trouve obligatoirement dans une des 3 régions suivantes:
Région 1: pivot A l'allongement de l'acier est maximum s=10‰, cette région correspond à de la traction simple, de la flexion simple ou
de la flexion composée.
Région 2: pivot B le raccourcissement du béton sur la fibre extrême est maximum bc= 3,5‰, cette région correspond à de la flexion
simple ou de la flexion composée.
Région 3: pivot C le raccourcissement du béton au point C est bc=2‰, cette région correspond à de la flexion composée ou de la
compression simple.

Etude des cas limites:



La limite entre la région 1 et la région 2 est telle que bc = 3,5.10 s = 10.10
-3 -3

𝑦𝑢 𝑑 − 𝑦𝑢
⟹ = ⟹ 𝑦𝑢 = 0,259. 𝑑
3,5. 10−3 10. 10−3
donc si 𝑦𝑢 < 0,259. 𝑑 le diagramme passe par le pivot A
𝑦𝑢 > 0,259. 𝑑 le diagramme passe par le pivot B

 Pivot A : ELU atteint par écoulement plastique des aciers

yu = u.d

bc  3,5.10-3
s = 10.10-3
u 0,259

 Pivot B : ELU atteint par écrasement du béton

yu = u.d

bc = 3,5.10-3
s  10.10-3
u 0,259

ESPRIT_GC (A.M) Béton Armé_BAEL Page 1


Cas particulier
𝜀𝑠 = 𝜀𝑠𝑒
𝜀𝑏𝑐 𝜀𝑠𝑒 𝜀𝑏𝑐
𝜀𝑏𝑐 = 3,5. 10−3 ⟹ 𝛼 = 𝛼𝑙𝑖𝑚 𝑡𝑒𝑙𝑞𝑢𝑒 = ⟹ 𝛼 = 𝛼𝑙𝑖𝑚 =
𝛼 1−𝛼 𝜀𝑏𝑐 + 𝜀𝑠𝑒

s Acier naturel
fe/s FeE215 (RL)
FeE235 (RL)

s FeE400 (HA)
𝑓𝑒 FeE500 (HA)
𝜀𝑠𝑒 = 10.10 -3
𝛾𝑠 𝐸𝑠

2.- E TUDE D ’ UNE SECTION RECTANGULAIRE

Le moment appliqué au centre de gravité de la section de béton, calculé aux ELU, est noté M u .

2.1 Sollicitations internes

cas du pivot B

bc=3,5‰ fbu
Nb2
yu
Nb1

 
h d G

As
Ns=As.s
s

Déformations-contraintes

2 4 5 4
𝑁𝑏1 = . . 𝑦𝑢 . 𝑏. 𝑓𝑏𝑢 = 0,381. 𝑏. 𝑦𝑢 . 𝑓𝑏𝑢 𝑧𝑏1 = . . 𝑦𝑢 𝑀𝑏1 = 0,136. 𝑏. 𝑦𝑢 2 . 𝑓𝑏𝑢
3 7 8 7

3 3
𝑁𝑏2 = . 𝑦𝑢 . 𝑏. 𝑓𝑏𝑢 = 0,429. 𝑏. 𝑦𝑢 . 𝑓𝑏𝑢 𝑧𝑏2 = 1 − .𝑦 𝑀𝑏2 = 0,337. 𝑏. 𝑦𝑢 2 . 𝑓𝑏𝑢
7 14 𝑢

𝑁𝑏 = 0,81. 𝑏. 𝑦𝑢 . 𝑓𝑏𝑢 𝑀𝑏 = 0,473. 𝑏. 𝑦𝑢 2 . 𝑓𝑏𝑢

0,473. 𝑏. 𝑦𝑢 2 . 𝑓𝑏𝑢
𝑧/𝐴𝑁 = = 0,584. 𝑦𝑢
0,81. 𝑏. 𝑦𝑢 . 𝑓𝑏𝑢

=> la position de la résultante Nb par rapport à la fibre supérieure de la section

𝑧/𝑓𝑖𝑏 𝑠𝑢𝑝 = 𝑦𝑢 − 0,584. 𝑦𝑢 = 0,416. 𝑦𝑢

Les équations d’équilibres s’écrivent :


Σ𝐹 = 0 ⟹ 𝑁𝑏 − 𝑁𝑠 = 0 ⟹ 0,81. 𝑏. 𝑦𝑢 . 𝑓𝑏𝑢 − 𝐴𝑠 . 𝜎𝑠 = 0

ΣM = 0 ⟹ 𝑀𝑢 = 𝑁𝑏 . 𝑧 ⟹ 𝑀𝑢 = 0,81. 𝑏. 𝑦𝑢 . 𝑓𝑏𝑢 . 𝑑 − 0,416. 𝑦𝑢

& 𝑀𝑢 = 𝑁𝑠 . 𝑧 ⟹ 𝑀𝑢 = 𝐴𝑠 . 𝜎𝑠 . 𝑑 − 0,416. 𝑦𝑢

ESPRIT_GC (A.M) Béton Armé_BAEL Page 2


 On note 𝜇𝑢 le moment réduit avec:
𝑀𝑢
𝜇𝑢 =
𝑏. 𝑑2 . 𝑓𝑏𝑢

 On exprime𝜇𝑢 à partir de l'équation des moments, sachant que 𝑦𝑢 = 𝛼𝑢 . 𝑑

𝑀𝑢
𝜇𝑢 = = 0,81. 𝛼𝑢 . 1 − 0,416. 𝛼𝑢
𝑏. 𝑑2 . 𝑓𝑏𝑢

 Cette équation du second degré en 𝛼𝑢 a une seule solution physiquement acceptable :

𝛼𝑢 = 1,202 1 − 1 − 2,055𝜇𝑢

cas du pivot A

bc fbu
yu
Nb

h d G  

As
Ns=As.s
s=10‰

Déformations-contraintes

Les équations d’équilibres s’écrivent :


𝛴𝐹 = 0 ⟹ 𝑁𝑏 − 𝑁𝑠 = 0 ⟹ 𝜓1 . 𝑏. 𝑦𝑢 . 𝑓𝑏𝑢 − 𝐴𝑠 . 𝜎𝑠 = 0

𝛴𝑀 = 0 ⟹ 𝑀𝑢 = 𝑁𝑏 . 𝑧 ⟹ 𝑀𝑢 = 𝜓1 . 𝑏. 𝑦𝑢 . 𝑓𝑏𝑢 . 𝑑 − 𝛿1 . 𝑦𝑢

& 𝑀𝑢 = 𝑁𝑠 . 𝑧 ⟹ 𝑀𝑢 = 𝐴𝑠 . 𝜎𝑠 . 𝑑 − 𝛿1 . 𝑦𝑢

 On note 𝜇𝑢 le moment réduit avec:


𝑀𝑢
𝜇𝑢 =
𝑏. 𝑑2 . 𝑓𝑏𝑢

 On exprime𝜇𝑢 à partir de l'équation des moments, sachant que 𝑦𝑢 = 𝛼𝑢 . 𝑑

𝑀𝑢
𝜇𝑢 = = 𝜓1 . 𝛼𝑢 . 1 − 𝛿1 . 𝛼𝑢
𝑏. 𝑑2 . 𝑓𝑏𝑢

ESPRIT_GC (A.M) Béton Armé_BAEL Page 3


2.2 Utilisation du diagramme simplifié:

Sollicitations internes
Le BAEL autorise, pour le calcul des sollicitations internes, l’utilisation du « diagramme rectangle simplifié »

bc fbu

yu 08.yu
Nb

 
h d G

As Ns=As.s
s

b
Déformations-contraintes

La position du centre de gravité des aciers tendus « d » est estimée à 0,9 h.


On aura à vérifier cette hypothèse après avoir décidé des armatures à mettre en place.

L'inventaire des efforts fait apparaître:

• l'effort de compression du béton: 𝑁𝑏𝑐 = 0,8. 𝑏. 𝑦𝑢 . 𝑓𝑏𝑢 = 0,8. 𝑏. 𝛼𝑢 . 𝑑. 𝑓𝑏𝑢


• l'effort de traction dans les aciers : 𝑁𝑠 = 𝐴𝑠 . 𝜎𝑠

L'équilibre des moments par rapport au centre de gravité des aciers se traduit par la relation:

𝑀𝑢 − 0,8. 𝑏. 𝑦𝑢 . 𝑓𝑏𝑢 . 𝑑 − 0,4. 𝑦𝑢


𝑦𝑢
Le changement de variable 𝛼𝑢 = conduit à écrire: 𝑀𝑢 = 0,8. 𝑏. 𝑑2 . 𝑓𝑏𝑢 . 𝛼𝑢 𝑑 − 0,4. 𝛼𝑢 (1)
𝑑

 On note 𝜇𝑢 le moment réduit avec:


𝑀𝑢
𝜇𝑢 =
𝑏. 𝑑2 . 𝑓𝑏𝑢

 On exprime𝜇𝑢 à partir de l'équation des moments, sachant que 𝑦𝑢 = 𝛼𝑢 . 𝑑


𝑀𝑢
𝜇𝑢 = = 0,8. 𝛼𝑢 . 1 − 0,4. 𝛼𝑢
𝑏. 𝑑2 . 𝑓𝑏𝑢

 Cette équation du second degré en 𝛼𝑢 a une seule solution physiquement acceptable :


𝛼𝑢 = 1,25 1 − 1 − 2. 𝜇𝑢

Déformation limite passant par les pivots A et B :


𝑦𝑢
En posant 𝛼𝑢 = on peut écrire là relation:
𝑑
𝜀𝑏𝑐 𝜀𝑠 𝜀𝑏𝑐
= ⟹ 𝛼𝑢 =
𝑦𝑢 𝑑 − 𝑦𝑢 𝜀𝑏𝑐 + 𝜀𝑠

3,5
𝛼𝐴𝐵 = = 0,259
3,5 + 10

D'où, en remplaçant dans l'équation (1),


𝑀𝐴𝐵 = 0,186. 𝑏. 𝑑2 . 𝑓𝑏𝑢 = 𝜇𝐴𝐵 . 𝑏. 𝑑2 . 𝑓𝑏𝑢

𝜇𝐴𝐵 = 0,186 représente le moment réduit relatif au cas limite AB.

ESPRIT_GC (A.M) Béton Armé_BAEL Page 4


2.3 Détermination des armatures longitudinales

On note 𝜇𝑢 le moment réduit avec:


𝑀𝑢
𝜇𝑢 =
𝑏. 𝑑2 . 𝑓𝑏𝑢
On exprime 𝜇𝑢 à partir de l'équation des moments, sachant que 𝑦𝑢 = 𝛼𝑢 . 𝑑
𝑀𝑢
𝜇𝑢 = = 0,8. 𝛼𝑢 . 1 − 0,4. 𝛼𝑢 = 0,8. 𝛼𝑢 − 0,32. 𝛼𝑢2
𝑏. 𝑑2 . 𝑓𝑏𝑢

Cette équation du second degré en 𝛼𝑢 a une seule solution physiquement acceptable :


𝛼𝑢 = 1,25 1 − 1 − 2. 𝜇𝑢
On distingue alors plusieurs cas :

a- Cas du pivot A : 𝜇𝑢 ≤ 𝜇𝐴𝐵 = 0,186


𝑓𝑒
La déformation des aciers est limitée à 𝜀𝑠 = 10. 10−3 , donc la contrainte vaut: 𝑓𝑒𝑑 =
𝛾𝑠
-3
Le béton n'atteint pas sa limite de déformation en compression (3,5.10 ).

bc B(3,5.10-3)
fbu
yu 08.yu
Nb

 
h d G

As fed
s
A(10.10-3)

b
cas du pivot A
À l'équilibre, 𝑀𝑢 = 𝐴𝑠 . 𝑓𝑒𝑑 . 𝑑 − 0,4. 𝑦𝑢
d'où
𝑀𝑢 𝑀𝑢
𝐴𝑠 = =
𝑓𝑒𝑑 𝑑 − 0,4. 𝑦𝑢 𝑓𝑒𝑑 . 𝑑. 1 − 0,4. 𝛼𝑢
En posant
𝑧𝑢 = 𝑑 − 0,4. 𝑦𝑢 = 𝑑. 1 − 0,4. 𝛼𝑢
on a:
𝑀𝑢
𝐴𝑠 =
𝑓𝑒𝑑 . 𝑧𝑢
ou encore, à l'équilibre des efforts,
𝑁𝑠 = 𝑁𝑏 ⟹ 𝐴𝑠 . 𝜎𝑠 = 0,8. 𝑏. 𝛼𝑢 . 𝑑. 𝑓𝑏𝑢

0,8. 𝛼𝑢 . 𝑏. 𝑑. 𝑓𝑏𝑢 0,8. 𝛼𝑢 . 𝑏. 𝑑. 𝑓𝑏𝑢


⟹ 𝐴𝑠 = =
𝜎𝑠 𝑓𝑒𝑑
Comparaison entre la méthode parabole-rectangle et la méthode rectangle-simplifié
𝜓1 . 𝛼𝑢 . 𝑏. 𝑑. 𝑓𝑏𝑢 − 𝐴𝑠 . 𝜎𝑠 = 0 0,8. 𝛼𝑢 . 𝑏. 𝑑. 𝑓𝑏𝑢 − 𝐴𝑠 . 𝜎𝑠 = 0
𝜓1 . 𝛼𝑢 . 𝑏. 𝑑. 𝑓𝑏𝑢 0, 8. 𝛼𝑢 . 𝑏. 𝑑. 𝑓𝑏𝑢
⟹ 𝐴𝑠 = ⟹ 𝐴𝑠 =
𝜎𝑠 𝜎𝑠

On remarque qu’on peut utiliser la méthode du rectangle simplifié car l’erreur sur la quantité d’acier déterminée est très faible (0,5 à 1,5%).
ESPRIT_GC (A.M) Béton Armé_BAEL Page 5
b- Cas du pivot B (fig 12):

b.1- cas 𝜇𝐴𝐵 < 𝜇𝑢


Dans ce cas, la déformation en compression du béton est limitée à 𝜀𝑏𝑐 = 3,5. 10−3 et la déformation des aciers est telle que 𝜀𝑠 ≤ 10. 10−3 .

bc B(3,5.10-3)
fbu
yu 08.yu
Nb

 
h d G

As fed
s
A(10.10-3)

cas du pivot B
𝜀𝑠𝑒 représente la déformation correspondant à la limite élastique.

La même procédure qu'en pivot A donne:


𝑀𝑢
𝜇𝑢 = 𝑒𝑡 𝛼𝑢 = 1,25 1 − 1 − 2. 𝜇𝑢
𝑏. 𝑑2 . 𝑓𝑏𝑢
On déduit du diagramme de déformation
1 − 𝛼𝑢
𝜀𝑠 = 3,5. 10−3 .
𝛼𝑢
𝑓𝑒
Si 𝜀𝑠 ≥ 𝜀𝑠𝑒 alors 𝜎𝑠 = 𝑓𝑒𝑑 =
𝛾𝑠
Si 𝜀𝑠 < 𝜀𝑠𝑒 alors 𝜎𝑠 = 𝐸𝑠 . 𝜀𝑠
d’où
𝑀𝑢 𝑀𝑢
𝐴𝑠 = =
𝜎𝑠 . 𝑑 − 0,4. 𝑦𝑢 𝜎𝑠 . 𝑑. 1 − 0,4. 𝛼𝑢

En posant
𝑧𝑢 = 𝑑 − 0,4. 𝑦𝑢 = 𝑑. 1 − 0,4. 𝛼𝑢
on a:
𝑀𝑢
𝐴𝑠 =
𝜎𝑠 . 𝑧𝑢
ou encore, à l'équilibre des efforts,
𝑁𝑠 = 𝑁𝑏 ⟹ 𝐴𝑠 . 𝜎𝑠 = 0,8. 𝑏. 𝛼𝑢 . 𝑑. 𝑓𝑏𝑢

0,8. 𝛼𝑢 . 𝑏. 𝑑. 𝑓𝑏𝑢
⟹ 𝐴𝑠 =
𝜎𝑠
b.2- Cas du pivot B avec aciers comprimés

Les ELU ne prennent en compte que les déformations limites. Or, la contrainte de compression du béton est limitée aux ELS.

Aux ELU, en pivot B, une part importante de la section peut être comprimée; ce qui correspond à une forte inclinaison du diagramme des déformations.

On montre que, pour des pentes du diagramme des déformations aux ELU, supérieures à une valeur limite 𝛼𝑢 , il peut y avoir dépassement de la contrainte
limite du béton aux ELS.

Dans ce cas, il faut reprendre une part de cette compression en plaçant des armatures dans la zone comprimée.

𝑓
Afin que l’acier soit efficace et économique il vaut mieux que sa déformation dépasse 𝜀𝑠𝑒 c'est-à-dire 𝜀𝑠 ≥ 𝜀𝑠𝑒 et par conséquent 𝜎𝑠 = 𝑓𝑒𝑑 = 𝑒
𝛾𝑠
−3
𝜀𝑏𝑐 𝜀𝑠𝑒 𝜀𝑏𝑐
𝜀𝑠 = 𝜀𝑠𝑒 𝜀𝑏𝑐 = 3,5. 10 ⟹ 𝛼𝑢 = 𝛼𝑢𝑙 𝑡𝑒𝑙𝑞𝑢𝑒 = ⟹ 𝛼𝑢 = 𝛼𝑢𝑙 = ⟹ 𝜇𝑢𝑙 = 0,8. 𝛼𝑢𝑙 . 1 − 0,4. 𝛼𝑢𝑙
𝛼𝑢 1 − 𝛼𝑢 𝜀𝑏𝑐 + 𝜀𝑠𝑒

Le BAEL propose encore l’utilisation du moment réduit critique 𝜇𝑐 tq :


𝛾 − 1 𝑓𝑐𝑗 𝑀𝑢
𝛼𝑐 ≃ + ⟹ 𝜇𝑐 = 0,8. 𝛼𝑐 . 1 − 0,4. 𝛼𝑐 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝛾 =
2 100 𝑀𝑠𝑒𝑟

ESPRIT_GC (A.M) Béton Armé_BAEL Page 6


Deux cas sont alors possibles:
•𝜇𝑢 ≤ 𝜇𝑢𝑙 : A's = 0. Le calcul de AS sera analogue à celui effectué plus haut en pivot A ou B.
•𝜇𝑢 > 𝜇𝑢𝑙 : A's  0.

Connaissant 𝜇𝑢𝑙 , on peut en déduire le moment limite correspondant: 𝑀𝑙 = 𝜇𝑢𝑙 . 𝑏. 𝑑2 . 𝑓𝑏𝑢

Le dimensionnement s'effectue en appliquant le principe de superposition illustré par la fig ci-dessous, à condition que :
𝑴𝒖 −𝑴𝒍 ≤ 𝟎, 𝟒 𝑴𝒖 Si non, on devra redimensionner la section du béton.

As’ As’

Mu Ml (Mu-Ml)

As’ 0

La section d'aciers comprimés As' est calculée à partir de la section S3, en écrivant l'équilibre des moments par rapport au centre de gravité de A2:
𝑀𝑢 −𝑀𝑙
𝐴′𝑠 = ′
𝜎𝑠 . 𝑑 − 𝑑′
𝜎𝑠′ est calculée en fonction de la déformation 𝜀𝑠′ :
𝑑′
𝛼𝑢𝑙 −

𝜀𝑠 = 3,5. 10 . −3 𝑑
𝛼𝑢𝑙
d' est estimé à 𝑑′ ≈ 0,1. 𝑕 et 𝛼𝑢𝑙 = 1,25 1 − 1 − 2. 𝜇𝑢𝑙

𝑓𝑒
Si 𝜀′𝑠 ≥ 𝜀′𝑠𝑒 alors 𝜎′𝑠 = 𝑓𝑒𝑑 =
𝛾𝑠
Si 𝜀′𝑠 < 𝜀′𝑠𝑒 alors 𝜎′𝑠 = 𝐸𝑠 . 𝜀′𝑠

La section d'armatures tendues est calculée en étudiant les équilibres des sections S2 et S3 .
1−𝛼 𝑢𝑙 𝑓
𝜀𝑠 = 3,5. 10−3 . = 𝜀𝑠𝑒 (évident) et 𝜎𝑠 = 𝑓𝑒𝑑 = 𝑒
𝛼 𝑢𝑙 𝛾𝑠
d’où
𝑀𝑙 𝑀𝑢 −𝑀𝑙
𝐴1 = 𝑒𝑡 𝐴2 =
𝜎𝑠 . 𝑑. 1 − 0,4. 𝛼𝑢𝑙 𝜎𝑠 . 𝑑 − 𝑑′
et
𝑀𝑙 𝑀𝑢 −𝑀𝑙
𝐴𝑠 = 𝐴1 + 𝐴2 = +
𝜎𝑠 . 𝑑. 1 − 0,4. 𝛼𝑢𝑙 𝜎𝑠 . 𝑑 − 𝑑′

c) Sections minimale d'armatures, Condition de non-fragilité : CNF


La sollicitation provoquant la fissuration du béton doit être telle que la contrainte dans l'acier soit inférieure à la limite élastique fe. Cette
condition sera prépondérante pour des sollicitations faibles et permettra de déterminer le pourcentage d'aciers minimum.

Cas des sections rectangulaires

La contrainte de traction du béton dans la section supposée non armée :


𝑀𝑓 . 𝑣 6. 𝑀𝑓 1
𝑓𝑡𝑗 = = ⟹ 𝑀𝑓 = . 𝑓𝑡𝑗 . 𝑏0 . 𝑕2
𝐼 𝑏0 . 𝑕2 6

L’armature équilibrant ce moment sous une contrainte égale à fe :


𝑀𝑓
𝐴= 1 𝑓 . 𝑏 . 𝑕2 1 𝑓𝑡𝑗 . 𝑏0 . 𝑑
𝑧𝑏 . 𝑓𝑒 ⟹ 𝐴 = . 𝑡𝑗 0 ⟹𝐴= . 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑑 = 0,9. 𝑕
6 0,9. 𝑑. 𝑓𝑒 6. 0,9 3 𝑓𝑒
𝑧𝑏 = 0,9. 𝑑

Le pourcentage minimal d’armatures :


𝐴𝑠,𝑚𝑖𝑛 𝑓𝑡𝑗 .
= 0,23.
𝑏0 . 𝑑 𝑓𝑒

Remarque: cette condition peut être remplacée par (Art.B.6.4.) : As,mini > 0,001.B

ESPRIT_GC (A.M) Béton Armé_BAEL Page 7


3.- Etude d’une section en forme de Té
3.1 Largeur de la table de compression
La largeur efficace des tables de compression est illustrée figure ci dessous.

La largeur de hourdis à prendre en compte de chaque côté d'une nervure à


partir de son parement est définie forfaitairement.

On prendra la plus faible des valeurs suivantes:


 la moitié de la distance entre les faces voisines de 2 nervures
 le dixième de la portée de la travée
 les 2/3 de la distance de la section considérée à l'axe de l'appui extrême
le plus rapproché.

3.2 Détermination des armatures.


On détermine dans un premier temps le moment ultime repris par la
section dans le cas où, seule, toute la table est comprimée, c'est -à-dire
pour 0,8 y u = h0.

On écrit l'équilibre des moments par rapport au centre de gravité des


aciers tendus, en supposant que d=0,9h.
𝑕0
𝑀𝑢𝑇 = 𝑏. 𝑕0 . 𝑓𝑏𝑢 . 𝑑 −
2

Deux cas sont possibles :

a) Cas 1 : 𝑀𝑢 ≤ 𝑀𝑢𝑇
L'axe neutre étant dans la table de compression, la poutre en T se
comporte comme une poutre rectangulaire de section b x h.

b) Cas 2 : : 𝑀𝑢 > 𝑀𝑢𝑇


On utilise le Principe de Superposition, en décomposant la section en T, en 2 sections fictives rectangulaires:

Etude de la section 1:
Cette section est sollicitée par Mu ,
1
Mu étant le moment équilibré par la section de béton (b-b ).h et estimé à:
1 0 0
𝑕0
𝑀𝑢1 = 𝑀𝑢,𝑎𝑡 = 𝑏 − 𝑏0 . 𝑕0 . 𝑓𝑏𝑢 . 𝑑 −
2
On détermine les aciers tendus As :
1
𝑏 − 𝑏0 . 𝑕0 . 𝑓𝑏𝑢
𝛴𝐹 = 0 ⟹ 𝐴𝑠1 . 𝜎𝑠 − 𝑏 − 𝑏0 . 𝑕0 . 𝑓𝑏𝑢 = 0 ⟹ 𝐴𝑠1 =
𝜎𝑠
𝑕0 𝑀𝑢1
𝛴𝑀 = 0 ⟹ 𝑀𝑢1 = 𝐴𝑠1 𝜎𝑠 𝑑 − ⟹ 𝐴𝑠1 =
2 𝑕
𝑑 − 0 𝜎𝑠
2
𝜎𝑠 est pour l'instant inconnue.

ESPRIT_GC (A.M) Béton Armé_BAEL Page 8


Etude de la section 2:
Cette section est sollicitée par Mu = Mu-Mu .
2 1
On est dans le cas d'une section rectangulaire de largeur b et de hauteur h soumise à Mu :
0 2
On calcule
𝑀𝑢2
𝜇2 =
𝑏0 . 𝑑2 . 𝑓𝑏𝑢
Si 𝝁𝟐 ≤ 𝟎, 𝟏𝟖𝟔 => PIVOT A
D'après le diagramme des déformations on a:
𝑓𝑒
𝜀𝑠2 = 10. 10−3 𝜎𝑠2 = 𝑓𝑒𝑑 = 𝛼2 = 1,25 1 − 1 − 2. 𝜇2
𝛾𝑠
La section As est donc:
2
0,8. 𝑏0 . 𝛼2 . 𝑑. 𝑓𝑏𝑢 𝑀𝑢2
𝐴𝑠2 = =
𝜎𝑠2 𝜎𝑠2 . 𝑑. 1 − 0,4. 𝛼2
D'après le diagramme des déformations on a:
𝑓𝑒
𝜀𝑠1 = 𝜀𝑠2 = 10. 10−3 𝜎𝑠1 = 𝜎𝑠2 = 𝑓𝑒𝑑 =
𝛾𝑠
=> La section d'aciers tendus totale As :

𝑏 − 𝑏0 . 𝑕0 . 𝑓𝑏𝑢 + 0,8. 𝑏0 . 𝛼2 . 𝑑. 𝑓𝑏𝑢 1 𝑀𝑢1 𝑀𝑢2


𝐴𝑠 = 𝐴𝑠1 + 𝐴𝑠2 = = +
𝑓𝑒𝑑 𝑓𝑒𝑑 𝑕0 𝑑. 1 − 0,4. 𝛼2
𝑑−
2

Si 𝟎, 𝟏𝟖𝟔 ≤ 𝝁𝟐 ≤ 𝝁𝑳 => PIVOT B


1 − 𝛼2
𝜀𝑏𝑐 = 3,5. 10−3 ; 𝜀𝑠2 = 3,5. 10−3 . ; 𝜎𝑠2 = 𝜎𝑠 𝜀𝑠2 ; 𝛼2 = 1,25 1 − 1 − 2. 𝜇2
𝛼2
La compatibilité des déformations permet d'écrire:
1 − 𝛼2
𝜀𝑠2 = 𝜀𝑠1 = 3,5. 10−3 . ; 𝜎𝑠2 = 𝜎𝑠 𝜀𝑠2 ; 𝛼2 = 1,25 1 − 1 − 2. 𝜇2
𝛼2
𝜀𝑠1 = 𝜀𝑠2 𝑑𝑜𝑛𝑐 𝜎𝑠1 = 𝜎𝑠2 = 𝜎𝑠

𝑓𝑒
Acier naturel : 𝜇2 ≤ 𝜇𝐿 𝜀𝑠1 = 𝜀𝑠2 ≥ 𝜀𝑠𝑒 𝑑𝑜𝑛𝑐 𝜎𝑠1 = 𝜎𝑠2 = 𝜎𝑠 = 𝑓𝑒𝑑 =
𝛾𝑠

La section d''aciers tendus totale As :

𝑏 − 𝑏0 . 𝑕0 . 𝑓𝑏𝑢 + 0,8. 𝑏0 . 𝛼2 . 𝑑. 𝑓𝑏𝑢 1 𝑀𝑢1 𝑀𝑢2


𝐴𝑠 = 𝐴𝑠1 + 𝐴𝑠2 = = +
𝜎𝑠 𝜎𝑠 𝑕0 𝑑. 1 − 0,4. 𝛼2
𝑑−
2
Si  L   2 => Nécessité de A's
Les équations d’équilibres

Les équations d’équilibre :


𝐴𝑠 . 𝜎𝑠 = 𝑏 − 𝑏0 . 𝑕0 . 𝑓𝑏𝑢 + 0,8. 𝛼. 𝑏0 . 𝑑. 𝑓𝑏𝑢 + 𝐴′𝑠 . 𝜎𝑠′
𝑕0
𝑀𝑢 = 𝑏 − 𝑏0 . 𝑕0 . 𝑓𝑏𝑢 . 𝑑 − + 0,8. 𝛼. 𝑏0 . 𝑑2 . 𝑓𝑏𝑢 1 − 0,4. 𝛼 + 𝐴′𝑠 . 𝜎𝑠′ . 𝑑 − 𝑑′
2

En choisissant une valeur du coefficient , l’équation d’équilibre des moments


𝑕
𝑀𝑢 − 𝑏 − 𝑏0 . 𝑕0 . 𝑓𝑏𝑢 . 𝑑 − 0 − 0,8. 𝛼. 𝑏0 . 𝑑2 . 𝑓𝑏𝑢 1 − 0,4. 𝛼
2
𝐴′𝑠 =
𝜎𝑠′ . 𝑑 − 𝑑′
𝛼 − 𝛿′ 𝑑′
𝜎𝑠′ 𝑑é𝑝𝑒𝑛𝑑 𝑑𝑒 𝜀′𝑠 = 3,5. 10−3 . 𝑒𝑡 𝛿′ =
𝛼 𝑑
La section des armatures tendues
𝑏 − 𝑏0 . 𝑕0 . 𝑓𝑏𝑢 + 0,8. 𝛼. 𝑏0 . 𝑑. 𝑓𝑏𝑢 + 𝐴′𝑠 . 𝜎𝑠′
𝐴𝑠 =
𝜎𝑠
1−𝛼
𝜎𝑠 𝑑é𝑝𝑒𝑛𝑑 𝑑𝑒 𝜀𝑠 = 3,5. 10−3 .
𝛼

Rm : le choix de  est le même que pour une section rectangulaire

ESPRIT_GC (A.M) Béton Armé_BAEL Page 9


c) Sections minimale d'armatures, Condition de non-fragilité : CNF - Cas des sections en Té
La sollicitation provoquant la fissuration du béton doit être telle
que la contrainte dans l'acier soit inférieure à la limite élastique
fe.
Cette condition sera prépondérante pour des sollicitations
faibles et permettra de déterminer le pourcentage d'aciers
minimum.Que ces sections aient été assimilées ou non à des
sections rectangulaires pour le calcul des armatures.

caractéristiques géométriques de la section

𝑏0 . 𝑕2 + 𝑏 − 𝑏0 . 𝑕02 𝑏0 . 𝑕3 𝑕03
𝑣= ; 𝑣′ = 𝑕 − 𝑣 𝐼= + 𝑏 − 𝑏0 . − 𝑏0 . 𝑕 + 𝑏 − 𝑏0 . 𝑕0 . 𝑣 2
2. 𝑏0 . 𝑕 + 𝑏 − 𝑏0 . 𝑕0 3 3

Sollicitation de fissuration
𝑀𝑓 ′ 𝐼
𝜎𝑡 = . 𝑣 = 𝑓𝑡𝑗 ⟹ 𝑀𝑓 = 𝑓𝑡𝑗 .
𝐼 𝑣′
 Section minimale d’armatures
En prenant zb=0,9.d & d=0,9.h
On a
𝑀𝑓 𝐼 𝑓𝑡𝑗
𝐴𝑠,𝑚𝑖𝑛 = ⟹ 𝐴𝑠,𝑚𝑖𝑛 =
𝑧𝑏 . 𝑓𝑒 0,81. 𝑕. 𝑣′ 𝑓𝑒
 Remarque :
Dans le cas où M<0 la formule devient :
𝐼 𝑓𝑡𝑗
𝐴𝑠,𝑚𝑖𝑛 =
0,81. 𝑕. 𝑣 𝑓𝑒

B – Etat Limite de Service (ELS)

1.- Etude d’une section rectangulaire.

1.1- Calcul des contraintes dans les matériaux


Les diagrammes des déformations et contraintes sont représentés.

À partir du diagramme des contraintes dans le béton et des équations de


compatibilité, on établit que:
𝜎𝑠′ 𝜎𝑏𝑐 𝜎𝑏𝑐
= ⟹ 𝜎𝑠′ = 𝑛. 𝑦 − 𝑑′
𝑛. 𝑦 1 − 𝑑 ′ 𝑦 1 𝑦1 1
1
𝜎𝑠 𝜎𝑏𝑐 𝜎𝑏𝑐
= ⟹ 𝜎𝑠 = 𝑛. 𝑑 − 𝑦1
𝑛. 𝑑 − 𝑦1 𝑦1 𝑦1

En écrivant l'équilibre des efforts appliqués à la section, on obtient l'équation


suivante:
1
. 𝑏. 𝑦1 . 𝜎𝑏𝑐 + 𝐴′𝑠 . 𝜎𝑠′ − 𝐴𝑠 . 𝜎𝑠 = 0
2
qui devient avec (1) :
1 𝜎𝑏𝑐 𝜎𝑏𝑐
. 𝑏. 𝑦1 . 𝜎𝑏𝑐 + 𝐴′𝑠 . 𝑛. 𝑦 − 𝑑′ − 𝐴𝑠 . 𝑛. 𝑑 − 𝑦1 = 0
2 𝑦1 1 𝑦1
𝑏. 𝑦1 2
⟹ + 𝑛. 𝑦1 − 𝑑′ . 𝐴′𝑠 − 𝑛. 𝑑 − 𝑦1 . 𝐴𝑠 = 0 (2)
2

L'équilibre des moments par rapport au point de contrainte nulle s'écrit:


1 2
. 𝑏. 𝑦1 . 𝜎𝑏𝑐 . . 𝑦1 + 𝐴′𝑠 . 𝜎𝑠′ . 𝑦1 − 𝑑′ + 𝐴𝑠 . 𝜎𝑠 . 𝑑 − 𝑦1 = 𝑀𝑠𝑒𝑟
2 3

et, en utilisant les équations de compatibilité, l'équation devient:


𝑏. 𝑦1 3 𝜎𝑏𝑐
. +𝑛. 𝐴′𝑠 . 𝑦1 − 𝑑′ 2
+ 𝑛. 𝐴𝑠 . 𝑑 − 𝑦1 2
. = 𝑀𝑠𝑒𝑟
3 𝑦1
𝑀𝑠𝑒𝑟
⟹ 𝜎𝑏𝑐 = . 𝑦1
𝐼1

ESPRIT_GC (A.M) Béton Armé_BAEL Page 10


avec
𝑏. 𝑦1 3
𝐼1 = . +𝑛. 𝐴′𝑠 . 𝑦1 − 𝑑′ 2 + 𝑛. 𝐴𝑠 . 𝑑 − 𝑦1 2
3
I1 est appelé moment quadratique de la section homogénéisée.

Avec les équations de compatibilité, les contraintes s'écrivent:


𝑀𝑠𝑒𝑟
𝜎𝑏𝑐 = . 𝑦1
𝐼1
𝑀𝑠𝑒𝑟
3 𝜎 ′ 𝑠 = 𝑛.. 𝑦1 − 𝑑′
𝐼1
𝑀𝑠𝑒𝑟
𝜎𝑠 = 𝑛. . 𝑑 − 𝑦1
𝐼1
Connaissant Mser, les aciers As et As’ mis en place (par un dimensionnement ELU) ainsi que leurs positions respectives, la résolution de l'équation du second
degré (2) nous permet de déterminer la position y1 de la fibre neutre:

2
Δ = 𝑛2 . 𝐴′𝑠 + 𝐴𝑠 + 2. 𝑏. 𝑛. 𝐴′𝑠 . 𝑑′ + 𝐴𝑠 . 𝑑

−𝑛. 𝐴′𝑠 + 𝐴𝑠 + Δ
y1 =
𝑏

On vérifie que la solution obtenue pour y1 est physiquement possible dans le cas de la flexion simple (la position de la fibre neutre doit être à l'intérieur de
la section).

Connaissant y1, on peut alors calculer les différentes contraintes par le système (3).

1.2 Calcul des sections d'armatures (ELS)

Il est alors possible de calculer le moment que peut reprendre la section de béton sans aciers comprimés:

Moment résistant du béton


1 𝛼
𝑀𝑅𝐵 = . 𝜎 . 𝛼. 1 − . 𝑏. 𝑑2
2 𝑏𝑐 3

𝑦1 𝑛. 𝜎𝑏𝑐
𝑎𝑣𝑒𝑐 𝛼= = 𝑒𝑡 𝜎𝑏𝑐 = 0,6. 𝑓𝑐28
𝑑 𝑛. 𝜎𝑏𝑐 + 𝜎𝑠

a) Cas 1: 𝑀𝑅𝐵 ≥ 𝑀𝑠𝑒𝑟

La contrainte maximale de compression 𝜎𝑏𝑐 du béton est inférieure ou égale à 𝜎𝑏𝑐 donc A s '= 0.

Les équations d’équilibres :


1
. 𝑏. 𝑦1 . 𝜎𝑏𝑐 = 𝐴𝑠 . 𝜎𝑠
2
1 𝑦1
𝑀𝑠𝑒𝑟 = . 𝑏. 𝑦1 . 𝜎𝑏𝑐 . 𝑑 −
2 3
Il y a 3 inconnues : y1, bc et As
Le diagramme des contraintes donne en outre :
𝛼 𝜎𝑠
𝜎𝑏𝑐 = .
1−𝛼 𝑛

degré en 
ème
=> en combinant ces 3 équations, on obtient une équation du 3

1 𝑦1 𝜎𝑠 𝑦1
𝑀𝑠𝑒𝑟 = . . . 𝑏. 𝑦1 . 𝑑 −
2 𝑑 − 𝑦1 𝑛 3

1 3𝑑 − 𝑦1
𝑀𝑠𝑒𝑟 = . 𝜎 . 𝑏. 𝑦1 2 .
90 𝑠 𝑑 − 𝑦1

1 3𝑑 − 𝛼. 𝑑
𝑦1 = 𝛼. 𝑑 ⟹ 𝑀𝑠𝑒𝑟 = . 𝜎 . 𝑏. 𝛼 2 . 𝑑2 .
90 𝑠 𝑑 − 𝛼. 𝑑

6. 𝑛. 𝑀𝑠𝑒𝑟 6. 𝑛. 𝑀𝑠𝑒𝑟
⟹ 𝜎𝑠 . 𝛼 3 − 3. 𝜎𝑠 . 𝛼 2 − .𝛼 +
𝑏. 𝑑2 𝑏. 𝑑2

ESPRIT_GC (A.M) Béton Armé_BAEL Page 11


Pour la résolution, on pose :

30. 𝑀𝑠𝑒𝑟 3 1
𝑢= ; 𝜆=1+𝑢 𝑝𝑢𝑖𝑠 𝑐𝑜𝑠 𝜑 = 𝜆−2 = 𝑑′ 𝑜ù 𝜑
𝑏. 𝑑2 . 𝜎𝑠 𝜆. 𝜆

On obtient
𝛼 = 1 + 2 𝜆. 𝑐𝑜𝑠 240° + 𝜑/3 ; 𝜑 𝑒𝑛 𝑑𝑒𝑔𝑟é𝑠
Ou
𝜋
𝛼 = 1 + 2 𝜆. 𝑐𝑜𝑠 4. + 𝜑/3 ; 𝜑 𝑒𝑛 𝑟𝑎𝑑𝑖𝑎𝑛𝑠
3

Ayant obtenu , on calcule


𝛼 𝜎𝑠
𝜎𝑏𝑐 = .
1−𝛼 𝑛

On vérifie que 𝜎𝑏𝑐 ≤ 𝜎𝑏𝑐 = 0,6. 𝑓𝑐28 si ce n’est pas le cas, il faut soit introduire des armatures comprimées soit redimensionner la section du béton.
Puis on obtient
𝛼. 𝑏. 𝑑. 𝜎𝑏𝑐 𝛼2 𝑀𝑠𝑒𝑟
𝐴𝑠 = = . 𝑏. 𝑑 𝑜𝑢 𝑏𝑖𝑒𝑛 𝐴𝑠 = 𝛼
2. 𝜎𝑠 30. 1 − 𝛼 𝜎𝑠 . 𝑑. 1 −
3

Détermination des aciers : calcul approché


𝑦1 𝑛. 𝜎𝑏𝑐
𝑎𝑣𝑒𝑐 𝛼= = 𝑒𝑡 𝜎𝑏𝑐 = 0,6. 𝑓𝑐28
𝑑 𝑛. 𝜎𝑏𝑐 + 𝜎𝑠

𝑀𝑠𝑒𝑟
𝐴𝑠 =
𝛼
𝜎𝑠 . 𝑑. 1 −
3
b) Cas 2 : : 𝑀𝑅𝐵 < 𝑀𝑠𝑒𝑟

Il faut alors mettre en place des armatures comprimées As', qui devront reprendre l'excédent : 𝑀𝑠𝑒𝑟 − 𝑀𝑅𝐵
𝑑′
𝑀𝑠𝑒𝑟 − 𝑀𝑅𝐵 𝑛. 𝜎𝑏𝑐 . 𝛼 −
′ ′ 𝑑
𝐴𝑠 = ′ 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝜎𝑠 =
𝜎𝑠 . 𝑑 − 𝑑′ 𝛼

Connaissant la section d'armatures comprimées, il est possible de calculer la section d'armatures tendues, en écrivant l'équilibre de la section :
1
. 𝑏. 𝑦1 . 𝜎𝑏𝑐 + 𝐴′𝑠 . 𝜎𝑠′ − 𝐴𝑠 . 𝜎𝑠 = 0
2
soit, avec les équations de compatibilité:
1 1
𝐴𝑠 = . . 𝑏. 𝛼. 𝑑. 𝜎𝑏𝑐 + 𝐴′𝑠 . 𝜎𝑠′
𝜎𝑠 2
1.3- Dimensionnement de la section du béton

Pour aboutir à la section de béton optimale, on fait travailler les 2 matériaux à leurs limites 𝜎𝑏𝑐 = 0,6. 𝑓𝑐28 𝑒𝑡 𝜎𝑠

La position de l’axe neutre est donnée par :


𝑦1 𝑛. 𝜎𝑏𝑐
𝑎𝑣𝑒𝑐 𝛼= =
𝑑 𝑛. 𝜎𝑏𝑐 + 𝜎𝑠
L’équilibre de la section s’écrit :
1
. 𝑏. 𝛼. 𝑑. 𝜎𝑏𝑐 = 𝐴𝑠 . 𝜎𝑠
2
1 𝛼
𝑀𝑠𝑒𝑟 = . 𝑏. 𝛼. 𝑑. 𝜎𝑏𝑐 . 𝑑. 1 − ⟹ 𝑀𝑠𝑒𝑟 = 0,1. 𝛼. 3 − 𝛼 𝑏. 𝑑2 . 𝑓𝑐𝑗
2 3
on obtient une équation pour déterminer les deux dimensions b et d de la section, ce qui laisse une liberté de choix.
10. 𝑀𝑠𝑒𝑟
𝑏. 𝑑2 =
𝛼. 3 − 𝛼 . 𝑓𝑐𝑗
Et la section d’armatures tendues vaut :
0,3. 𝛼. 𝑏. 𝑑. 𝑓𝑐𝑗
𝐴𝑠 =
𝜎𝑠

ESPRIT_GC (A.M) Béton Armé_BAEL Page 12


2.- Etude d’une section en forme de Té.

2.1 Calcul des contraintes dans les matériaux

Recherche de la position de la fibre neutre :


On calcule
𝑏. 𝑕02
𝑓 𝑕0 = + 𝑛. 𝐴𝑠 + 𝐴′𝑠 . 𝑕0 − 𝑛. 𝐴𝑠 . 𝑑 + 𝐴′𝑠 . 𝑑′
2

Si f(h 0) ≥ 0 l’axe neutre se trouve dans la table de compression => calcul en section rectangulaire b x h
Si f(h 0) < 0 l’axe neutre se trouve dans la nervure => calcul en section en forme de T

a) Cas 1: 𝑦1 ≤ 𝑕0
La fibre neutre se situe dans la table de compression. La section en T se comporte donc comme une section rectangulaire b xh.

b) Cas 2 : 𝑦1 > 𝑕0
La section se comporte réellement en T.

La position de la fibre neutre y 1, est obtenue en résolvant l'équation du second degré du moment statique par rapport à l’axe neutre:

𝑏. 𝑦12 𝑏 − 𝑏0 . 𝑦1 − 𝑕0 2
− + 𝑛. 𝐴′𝑠 . 𝑦1 − 𝑑′ − 𝑛. 𝐴𝑠 . 𝑑 − 𝑦1 = 0
2 2
ou
𝑏0 . 𝑦12 𝑕0
+ 𝑏 − 𝑏0 . 𝑕0 . 𝑦1 − + 𝑛. 𝐴′𝑠 . 𝑦1 − 𝑑′ − 𝑛. 𝐴𝑠 . 𝑑 − 𝑦1 = 0
2 2

On calcule le moment quadratique de la section homogénéisée I 1:

𝑏. 𝑦13 𝑦1 − 𝑕0 3
𝐼1 = − 𝑏 − 𝑏0 . + 𝑛. 𝐴′𝑠 . 𝑦1 − 𝑑′ 2
+ 𝑛. 𝐴𝑠 . 𝑑 − 𝑦1 2
3 3
ou
𝑏0 . 𝑦13 𝑏 − 𝑏0 . 𝑕0 3 𝑕0 2
𝐼1 = + + 𝑏 − 𝑏0 . 𝑕0 . 𝑦1 − + 𝑛. 𝐴′𝑠 . 𝑦1 − 𝑑′ 2
+ 𝑛. 𝐴𝑠 . 𝑑 − 𝑦1 2
3 12 2

𝑏0 . 𝑦13 𝑕02
⟹ 𝐼1 = + 𝑏 − 𝑏0 . 𝑕0 . 𝑦12 − 𝑦1 . 𝑕0 + + 𝑛. 𝐴′𝑠 . 𝑦1 − 𝑑′ 2
+ 𝑛. 𝐴𝑠 . 𝑑 − 𝑦1 2
3 3

On obtient les différentes contraintes par les expressions:


𝑀𝑠𝑒𝑟
𝜎𝑏𝑐 = . 𝑦1
𝐼1
𝑀𝑠𝑒𝑟
3 𝜎 ′ 𝑠 = 𝑛. . 𝑦1 − 𝑑′
𝐼1
𝑀𝑠𝑒𝑟
𝜎𝑠 = 𝑛. . 𝑑 − 𝑦1
𝐼1

ESPRIT_GC (A.M) Béton Armé_BAEL Page 13


2.2 Calcul des sections d'armatures (ELS)
Le fonctionnement des sections en T fait que le dimensionnement des armatures aux ELS, du fait du dépassement de la contrain te limite
en compression du béton, est rare.

Le moment équilibré par la table seule est:


1 𝑕0
𝑀𝑇𝑠𝑒𝑟 = . 𝜎𝑏𝑐 . 𝑏. 𝑕0 . 𝑑 −
2 3
Or
𝑕0
𝜎𝑏𝑐 = 𝜎𝑠 .
𝑛. 𝑑 − 𝑕0
Donc
𝑕
1 𝑑− 0
3
𝑀𝑇𝑠𝑒𝑟 = . 𝜎𝑠 . . 𝑏. 𝑕0 2 .
2 𝑛. 𝑑 − 𝑕0
er
a) 1 cas: 𝑴𝒔𝒆𝒓 ≤ 𝑴𝑻𝒔𝒆𝒓
le calcul est le même que pour une section rectangulaire de largeur b.
ème
b) 2 cas: 𝑴𝒔𝒆𝒓 > 𝑴𝑻𝒔𝒆𝒓
L'axe neutre est dans la table, le calcul exact du bras de levier est fastidieux,
On écrit que le moment statique du béton comprimé est égal au moment statique de l’acier tendu :

𝑏. 𝑦12 𝑦1 − 𝑕0 2
𝑚𝑠𝑡 𝑏é𝑡𝑜𝑛 = − 𝑏 − 𝑏0 .
2 2

𝑚𝑠𝑡 𝑎𝑐𝑖𝑒𝑟 = 𝑛. 𝐴𝑠 . 𝑑 − 𝑦1

𝑏. 𝑦13 𝑦1 − 𝑕0 3
2
𝐼1 = − 𝑏 − 𝑏0 . + 𝑛. 𝐴𝑠 . 𝑑 − 𝑦1
3 3

𝑏. 𝑦13 𝑦1 − 𝑕0 3
𝐼1 = − 𝑏 − 𝑏0 . + 𝑚𝑠𝑡 𝑎𝑐𝑖𝑒𝑟 . 𝑑 − 𝑦1 (1)
3 3

Avec d’autre part :


𝑀𝑠𝑒𝑟 𝑛. 𝑀𝑠𝑒𝑟 . 𝑑 − 𝑦1
𝜎𝑠 = 𝑛. . 𝑑 − 𝑦1 ⟹ 𝐼1 = (2)
𝐼1 𝜎𝑠

(1)=(2) =>
𝑏. 𝑦13 𝑦1 − 𝑕0 3
𝑏. 𝑦12 𝑦1 − 𝑕0 2
𝑛. 𝑀𝑠𝑒𝑟 . 𝑑 − 𝑦1
− 𝑏 − 𝑏0 . + − 𝑏 − 𝑏0 . . 𝑑 − 𝑦1 − =0
3 3 2 2 𝜎𝑠
ème
Résolution d’une équation de 3 degré en y1

𝜎𝑠 𝑦1
𝜎𝑏𝑐 = .
𝑛 𝑑 − 𝑦1
𝑏. 𝑦12 𝑦1 − 𝑕0 2
𝑚𝑠𝑡 𝑎𝑐𝑖𝑒𝑟 = 𝑚𝑠𝑡 𝑏é𝑡𝑜𝑛 ⟹ 𝑛. 𝐴𝑠 . 𝑑 − 𝑦1 = − 𝑏 − 𝑏0 .
2 2

𝑏. 𝑦12 𝑦 − 𝑕0 2
− 𝑏 − 𝑏0 . 1
⟹ 𝐴𝑠 = 2 2
𝑛. 𝑑 − 𝑦1
Pour un calcul approché, prendre:
𝑕0 𝑀𝑠𝑒𝑟 𝑀𝑠𝑒𝑟
𝑧𝑏 = 𝑑 − 𝐴𝑠 = ⟹ 𝐴𝑠 =
2 𝜎𝑠 . 𝑧𝑏 𝑕0
𝜎𝑠 . 𝑑 −
2
Il faudra vérifier que σbc ≤ σbc (cas le plus courant)

ESPRIT_GC (A.M) Béton Armé_BAEL Page 14


c) Introduction d’armatures comprimées

Si 𝜎𝑏𝑐 ≤ 𝜎𝑏𝑐 n'était satisfaite, il faut placer des aciers comprimés A’s en prenant :

𝜎𝑏𝑐 = 𝜎𝑏𝑐 et 𝜎𝑠 = 𝜎𝑠 => y1= ?

𝑕0 𝜎𝑏𝑐 − 𝜎1 𝑕0
𝑀𝑏1 (𝑎𝑖𝑙𝑒𝑠 𝑡𝑎𝑏𝑙𝑒 ) = 𝑏 − 𝑏0 . 𝑕0 . 𝜎1 . 𝑑 − + 𝑏 − 𝑏0 . 𝑕0 . . 𝑑−
2 2 3

1 𝑦1
𝑀𝑏2 (â𝑚𝑒 ) = . 𝜎𝑏𝑐 . 𝑏0 . 𝑦1 . 𝑑 −
2 3

soit
𝑀1 = 𝑀𝑠𝑒𝑟 − 𝑀𝑏1 (𝑎𝑖𝑙𝑒𝑠 𝑡𝑎𝑏𝑙𝑒 ) 𝑒𝑡 𝑀𝑠′ = 𝑀1 − 𝑀𝑏2 (â𝑚𝑒 )

𝑀𝑠′
⟹ 𝐴′𝑠 =
𝜎𝑠′ . 𝑑 − 𝑑′
Pour l’acier tendu :

𝛴𝐹 = 0 ⟹ 𝑁𝑏1 + 𝑁𝑏2 + 𝑁𝑠′ = 𝐴𝑠 . 𝜎𝑠 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑁𝑠′ = 𝐴′𝑠 . 𝜎′𝑠

𝜎𝑏𝑐 − 𝜎1
𝑁𝑏1 (𝑎𝑖𝑙𝑒𝑠 𝑡𝑎𝑏𝑙𝑒 ) = 𝑏 − 𝑏0 . 𝑕0 . 𝜎1 + 𝑏 − 𝑏0 . 𝑕0 .
2

1
𝑀𝑏2 (â𝑚𝑒 ) = . 𝜎𝑏𝑐 . 𝑏0 . 𝑦1
2
𝑁𝑏1 + 𝑁𝑏2 + 𝑁𝑠′
⟹ 𝐴𝑠 =
𝜎𝑠′
Le calcul est "mécaniquement possible" mais si ce cas se présente il est conseillé de redimensionner la poutre qui a une section trop faible.

2.3 Dimensionnement de la section du béton.


Pour aboutir à la section de béton optimale, on fait travailler les 2 matériaux à leurs limites 𝜎𝑏𝑐 = 0,6. 𝑓𝑐28 et 𝜎𝑠

La position de l’axe neutre est donnée par : avec


𝑦1 𝑛. 𝜎𝑏𝑐
𝛼= =
𝑑 𝑛. 𝜎𝑏𝑐 + 𝜎𝑠

𝛴𝐹 = 0 ⟹ 𝑁𝑏1 + 𝑁𝑏2 = 𝑁𝑠

𝑀𝑠𝑒𝑟 = 𝑀𝑏1 + 𝑀𝑏2

𝑕0
𝑀𝑏1 (𝑎𝑖𝑙𝑒𝑠 𝑡𝑎𝑏𝑙𝑒 ) = 𝑏 − 𝑏0 . 𝑕0 . 𝜎1 . 𝑑 −
2
𝜎𝑏𝑐 − 𝜎1 𝑕0
+ 𝑏 − 𝑏0 . 𝑕0 . . 𝑑−
2 3

1 𝑦1
𝑀𝑏2 (â𝑚𝑒 ) = . 𝜎𝑏𝑐 . 𝑏0 . 𝑦1 . 𝑑 −
2 3

𝑕0 𝜎𝑏𝑐 − 𝜎1 𝑕0 1 𝑦1
𝑀𝑠𝑒𝑟 = 𝑏 − 𝑏0 . 𝑕0 . 𝜎1 . 𝑑 − + 𝑏 − 𝑏0 . 𝑕0 . . 𝑑− + . 𝜎𝑏𝑐 . 𝑏0 . 𝑦1 . 𝑑 −
2 2 3 2 3
Equation à résoudre en d= ?
ESPRIT_GC (A.M) Béton Armé_BAEL Page 15

Vous aimerez peut-être aussi