Vous êtes sur la page 1sur 9

LYCEE - PREMIERE

MATHÉMATIQUES
SEQUENCE 2 – Probabilités : conditionnement

SYNTHESE
PROBABILITÉS : CONDITIONNEMENT – RAPPEL DES OBJECTIFS DE SÉQUENCE

– Revoir les notions de probabilité du programme de seconde.


– Définir différentes notions probabilistes nouvelles en première. En
particulier les probabilités conditionnelles et l'indépendance de deux
événements.
– Travailler ces notions dans des exemples variés d'application et
d'approfondissement.
– Considérer les cas de répétitions d'expériences indépendantes.
– Avoir une première approche de méthodes de Monte Carlo et de
marches aléatoires.

CNED – PREMIERE - MATHEMATIQUES – SYNTHESE SEQUENCE 2


PROBABILITÉS CONDITIONNELLES

Définition et propriétés immédiates

Définition :

Soit une probabilité sur un univers et un événement tel que . Pour tout
événement B, on appelle probabilité conditionnelle de B sachant A le réel noté défini
par:

De la définition donnée précédemment, on peut immédiatement en déduire les résultats


suivants :

Théorème :

Soient et deux événements tels que , on a :

Exemple :

On considère le tableau suivant :

Total
0,3 0,25 0,55
0,25 0,2 0,45
Total 0,55 0,45 1

On peut en déduire que et .


Donc, en appliquant la définition, on a bien

Une mise en garde

Les problèmes faisant intervenir des probabilités conditionnelles mêlant différents


événement sont très nombreux.

CNED – PREMIERE - MATHEMATIQUES – SYNTHESE SEQUENCE 2


Il faudra particulièrement veiller à bien faire la différence entre des résultats du type
et pour les calculs que vous allez effectuer.

EVÉNEMENTS INDÉPENDANTS

Définition

Définition :

Soient A et B deux événements d’un même univers. On dit que A et B sont indépendants
si :

La notion d’indépendance sert à caractériser des événements aléatoires dont les réalisations
n’ont aucun lien entre elles.

Conséquences

Théorème :

Si , et sont deux événements indépendants si et seulement si

La connaissance de la réalisation de ou pas n’affecte donc pas la réalisation de .

Remarque :

On a de même : si , et sont deux événements indépendants si et seulement si

La notion d’indépendance d’événements permet de mettre en place un certain nombre de


résultats plus théoriques.

On a en particulier la propriété suivante.

Théorème :

Deux événements et sont indépendants si et seulement si et sont indépendants.

Et son corollaire :

Théorème :

Deux événements et sont indépendants si et seulement si et sont indépendants.

CNED – PREMIERE - MATHEMATIQUES – SYNTHESE SEQUENCE 2


Ce théorème peut se lire, en langage naturel, comme le fait que si « deux événements sont
indépendants alors leurs événements contraires le sont également »

Exemples

Si on considère les événements et vérifiant : , et


alors on a bien donc et sont bien indépendants.
On pourrait vérifier facilement que et et l'égalité de ces deux
probabilités entraîne bien l'indépendance des événements et .

CNED – PREMIERE - MATHEMATIQUES – SYNTHESE SEQUENCE 2


ARBRES DE PROBABILITÉS

Il s'agit d'un outil fondamental dans de nombreux exercices de probabilités. Vous aviez déjà
au moins utilisé les arbres de dénombrement en seconde.
Ils servent à dénombrer (compter) des possibilités.

Exemple :

On jette deux fois une pièce de monnaie.

Grâce à l'arbre, on peut affirmer qu'il y a au total 4 chemins possibles dont 2 avec la même
face qui sort.

On utilise davantage, à partir de la classe de première, des arbres pondérés. Ils comportent
des valeurs sur les différentes branches qui correspondent à des probabilités d'événements.
Ces arbres permettent de modéliser (représenter) des situations probabilistes afin de
résoudre des problèmes.

il est important d'avoir bien compris les deux règles suivantes :


La somme des probabilités inscrites sur les branches issues d'un même nœud vaut 1.
La probabilité d'un chemin est égal au produit des probabilité inscrites sur les branches
formant ce chemin (principe multiplicatif).

CNED – PREMIERE - MATHEMATIQUES – SYNTHESE SEQUENCE 2


Exemple :

On a

CNED – PREMIERE - MATHEMATIQUES – SYNTHESE SEQUENCE 2


FORMULE DES PROBABILITÉS TOTALES

Notion de partition

Définition :

En probabilité, on dira que des événements , ,…., forment une partition de l’univers
si leur réunion est égale à et si ces événements sont deux à deux disjoints.

Formule des probabilités totales.

L’utilisation d’une partition peut permettre de déterminer certaines probabilités qui ne sont
pas données directement dans l’énoncé.

Théorème :

Soient ; ,…, une partition de l’univers. On a, pour tout événement B :

Cette formule s’appelle « formule des probabilités totales ».

Corollaire :

Si, de plus, pour tout entier compris entre 1 et , on a , alors on peut également
écrire :

Exemple :

Si on reprend l'arbre de la partie précédente, on peut affirmer que :

CNED – PREMIERE - MATHEMATIQUES – SYNTHESE SEQUENCE 2


MÉTHODES DE MONTE CARLO

L'utilisation de probabilités peut permettre la mise en place de méthodes pour calculer des
grandeurs intervenant dans des branches différentes des mathématiques.
Ainsi, on peut les utiliser pour déterminer une valeur approchée de ou bien pour effectuer
des calculs d'aires.
On parle alors de méthode de Monte Carlo (en référence au hasard des casinos de Monte
Carlo) pour caractériser ces utilisations probabilistes.

Exemple :

On a ci-dessous le placement aléatoire de points dont le comptage de ceux situés sous le


quart de disque permettra, via un calcul de fréquence, de déterminer une approximation de

– (Source wiki common :


https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Monte-Carlo_method_pi.svg )

MARCHES ALÉATOIRES

On peut également utiliser des notions de probabilités et, en particulier, de répétitions


d'expérience aléatoires identiques et indépendantes pour modéliser les successions de pas
aléatoires. Cette modélisation est appelée une marche aléatoire. C’est un modèle
mathématique que l’on rencontre aussi bien en mathématiques qu’en physique ou en
économie.

CNED – PREMIERE - MATHEMATIQUES – SYNTHESE SEQUENCE 2