Vous êtes sur la page 1sur 7

TRANSFORMÉ PAR L’APPEL

DE L’ESPRIT
Dans la lettre aux Romains, la Bible nous rappelle un
des fondements de la vie chrétienne : « Ne vous
conformez pas au siècle présent, mais soyez
transformés par le renouvellement de l’intelligence,
afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu,
ce qui est bon, agréable et parfait. » (Rom. 12.2)

Cette exhortation nous encourage à faire des choix


quotidiens pour tendre vers la transformation de nos
cœurs. En effet, à chaque instant de chaque jour nous
pouvons décider de nous conformer au siècle présent,
ou encore, de nous attacher à la volonté de Dieu pour
être ainsi transformés.

Le « siècle présent » nous bombarde de toutes parts.


Colère, révolte, angoisse, division, isolement et
mépris sont l’apanage des nouvelles qui circulent.
Tandis que paix, force, respect, engagement social et
accueil émanent du renouvellement de l’intelligence
ancré dans la volonté de Dieu.

Malgré leur utilité, le phénomène des réseaux sociaux


a tendance à exacerber le pire de la nature humaine.
Derrière nos écrans, naît une certaine colère ayant
besoin d’être évacuée. Cette frustration provient de
deux facteurs importants qu’on y retrouve :
l’individualisme et le mimétisme (propriété de se
conformer à l’environnement). Les gens perdent leur
identité propre pour se « fondre » dans la masse. La
pensée des autres devient leur pensée. Selon les

1
informations qu’ils privilégient, ils s’approprient
des opinions, sans vraiment s’en rendre compte.

Mais l’Esprit de Dieu nous appelle à la transformation.


Il veut nous abreuver de l’eau de la vie. (Ap. 22.16-
18) Ce verset nous parle de la fin du monde et du début
d’un nouveau monde pour ses enfants rachetés. Notre
réponse à cet appel déterminera notre transformation.
Que celui qui entend l’appel, vienne ! Dieu nous
appelle par un véritable cri du cœur ; comme un parent
appelle désespérément son enfant disparu.

UN APPEL À DEMEURER SOUS SON INSPIRATION


L’appel de l’Esprit nous apporte paix et espoir.
Interrogeons-nous : « Suis-je demeuré(e) ferme dans ma
communion avec l’Esprit pendant cette pandémie ? » «
La pandémie m’a-t-elle empêché d’obéir à la vérité ou
ai-je continué à me développer et à me fortifier par
l’Esprit ? » (Gal. 5.1, 5)

La vie chrétienne est comme une course que nous devons


achever. Le confinement social ne doit pas devenir un
confinement spirituel qui freine notre cheminement.
(Gal. 5.5-7) Les problèmes particuliers générés par la
pandémie ne doivent pas étouffer notre communion avec
Dieu. Au contraire, Dieu désire régner dans nos cœurs
plus que jamais. C’est en demeurant dans une attitude
de reconnaissance et en s’exhortant les uns les autres
que l’Esprit nous gardera sous son inspiration. (Col.
3.15-16) N’hésitons pas à lui dire : « Seigneur,
aujourd’hui j’entends et je veux boire aux sources de
ton Esprit. »

2
UN APPEL À DÉFINIR, DÉTERMINER ET DÉLIMITER NOS
INFLUENCES
Nous subissons chaque jour des influences de toutes
sortes. La Bible nous met en garde contre certaines
d’entre elles. C’est pourquoi il est nécessaire de
discerner, et surtout, de délimiter les influences qui
nous assaillent de toutes parts. Nous devons décider
sous quelles influences nous pouvons demeurer si nous
voulons vivre sous l’inspiration de l’Esprit. « Un peu
de levain fait lever toute la pâte. » (Gal. 5.7-9)

Les statistiques démontrent que la majorité des gens


passent en moyenne quatre à six heures par jour devant
un écran (réseaux sociaux, télévision, etc.) ; alors
qu’ils passent à peine une quinzaine de minutes en
communion avec Dieu. De nombreuses études démontrent
d’ailleurs que plusieurs des nouvelles inventions de
la société moderne provoquent des dépendances chez les
utilisateurs. Sans parler de l’envie et l’orgueil qui
sont omniprésents sur les médias par la poursuite du
plus grand nombre de « like » ! Il y a 2 000 ans,
l’apôtre Paul adressait déjà un avertissement
applicable à l’usage de nos réseaux sociaux
contemporains.

« Mais si vous vous mordez et vous dévorez les uns les


autres, prenez garde que vous ne soyez détruits les
uns par les autres. Ne cherchons pas une vaine gloire,
en nous provoquant les uns les autres, en nous portant
envie les uns aux autres. » (Gal. 5.15, 26)

L’APPEL DE L’ESPRIT
Assurément, devant la multitude de sollicitations
extérieures que nous expérimentons chaque jour, nous

3
devons redoubler de vigilance en répondant plutôt à
l’Esprit qui nous lance cet appel :

« Réveille-toi, toi qui dors, relève-toi d’entre les


morts, et Christ t’éclairera. Prenez donc garde de
vous conduire avec circonspection, non comme des
insensés, mais comme des sages ; rachetez le temps,
car les jours sont mauvais. » (Éph. 5.14-16)

Fuyons l’enivrement de nos passions charnelles ;


répondons à l’appel de l’Esprit afin de porter des
fruits dignes de Lui ; et vivons selon la volonté du
Seigneur. (Éph. 5.17-18) C’est ainsi que nous pourrons
expérimenter toute la joie de la transformation qu’il
produira dans nos cœurs.

Dans la situation actuelle que nous traversons, nous


faisons face à une certaine dualité dans nos pensées
et nos émotions. D’un côté, nous sommes troublés, nous
demandant pourquoi toutes ces choses arrivent. D’un
autre côté, nous sommes totalement émerveillés et
enthousiastes au regard de l’œuvre de la croix en nous,
et de la transformation possible dans nos vies lorsque
nous ne nous conformons pas à ce monde. Nous savons
que pouvons être transformés de l’esprit de ce monde
– avec son désespoir, son anxiété, ses inquiétudes, et
ses colères – à l’Esprit de Dieu qui nous remplit
d’espoir, de joie et de patience dans l’affliction,
dans l’épreuve… dans la pandémie. (Rom. 12.9-17)

UN APPEL À DEMEURER SOUS L’INSPIRATION (GALATES


5.5-7 )

Dans Galates 5, nous voyons que cela est possible


en répondant à l’appel de l’Esprit. Nous lisons dans

4
ce chapitre que l’Esprit nous libère et qu’il nous
donne espoir et foi à travers l’épreuve. Par Lui, nous
pouvons désormais agir et réagir avec un amour nouveau,
inconnu et inaccessible auparavant.
En cette fin d’année, nous devons marquer un temps
d’arrêt devant le Seigneur pour faire une
introspection et nous demander qui ou quoi nous a
empêché ou nous empêche encore d’obéir à la vérité ?
Sommes-nous demeurés fermes cette année dans notre
réponse à l’appel de l’Esprit ? Nous sommes-nous
fortifiés, développés ou dégradés dans notre réponse
à l’appel de l’Esprit ? Entendons-nous sa voix qui
nous invite à demeurer sous son inspiration ?

UN APPEL À DISCERNER NOS INFLUENCES (GALATES 5.8-


15 )

Nous devons apprendre à discerner et choisir nos


influences, afin de retrancher clairement celles qui
sont néfastes sur nos vies. Il faut déterminer ce qui
pourrait nous arrêter dans notre marche avec le
Seigneur. Nos pensées, nos familles, nos relations,
notre culture, notre environnement, nos carences, nos
échecs, nos expériences, ainsi que les médias sont
autant d’influences qui peuvent soit nous solidifier
dans notre réponse à l’appel de Dieu, ou encore, nous
souiller.
En effet, au lieu de nous rapprocher de Dieu,
certaines influences nous attaquent et sèment les
conflits et les troubles. Nous devons alors nous
questionner à savoir si ce que nous laissons nous
influencer vient nous abattre ou nous fortifier en
Dieu?

5
UN APPEL PARCE QUE NOUS VIVONS DANS UNE
DICHOTOMIE INTÉRIEURE (GALATES 5.16-17 )

Comme ce passage du livre de Galates nous le


rappelle, la chair a des désirs contraires à ceux de
l’Esprit. Nous ne pouvons pas nous dire animés de
l’Esprit de Dieu et avoir un discours, des pensées ou
des actions conformes au monde et à tout ce qui y prend
place actuellement. Vivre de nos propres forces est
impossible.
Cependant, le Seigneur Jésus-Christ nous a déjà
délivrés des œuvres du monde en prenant nos
condamnations passées, présentes et futures. Si tu ne
vis pas d’attaques intérieures, ni cette dichotomie
qui caractérise les chrétiens, c’est peut-être parce
que tu ne t’es pas encore engagé(e) entièrement envers
Lui. Nous devons prendre position, et décider
d’appartenir à Christ pour vivre selon l’Esprit. Alors
comment résister et faire reculer notre ancienne
nature pour voir notre nouvelle nature en Christ
grandir et se fortifier ? En marchant par l’Esprit
pour accomplir la volonté de Dieu.
Ceux qui marchent selon leur ancienne nature sans
Dieu s’affectionnent aux choses du siècle présent.
Mais ceux qui désirent vivre selon l’Esprit
s’affectionnent aux choses de l’Esprit. (Rom. 8.4-6)
Il s’agit de la seule façon d’activer la nature divine
en nous. Tel que Jean 16 nous le dit, nous devons
reconnaître notre besoin des consolations de l’Esprit
(v7), renouveler nos convictions (v8), chercher à être
conduit par Lui (v13), être à l’écoute de sa voix
(v14). Nous devons affectionner les choses de l’Esprit

6
en répondant à son appel qui nous offre la vie et la
paix.

UN APPEL AVEC UNE DÉMARCATION ET UN DÉSIR DE


RÉPONDRE À SON INVITATION (GALATES 5.19, 22 )

Il devrait donc y avoir une différence entre ceux


qui vivent selon la chair et ceux qui vivent selon
l’Esprit. Les œuvres de la chair, c’est la nature
humaine qui se rebelle contre Dieu. La Bible nous dit
que ceux qui manifestent les œuvres de la chair
n’hériteront pas du royaume des cieux. Ils
n’expérimenteront donc pas la transformation divine.
Ils se feront ainsi voler leur héritage, avorter leur
destinée et restreindre la vie abondante que Dieu avait
prévue pour eux.
Nous avons maintenant accès au même Esprit qui est
en Christ et Il nous invite à demeurer sous son
inspiration. Nous devons répondre à son appel et
décider de ne plus marcher selon les œuvres de la
chair, mais plutôt rechercher et manifester les fruits
de l’Esprit.