Vous êtes sur la page 1sur 14

Un peu d'histoire :

La firme Sony® fut créée par Masuru Ibuka et Akio Morita en septembre 1945 mais le nom
SONY® n'existait pas encore.

En octobre 1945 "Tokyo Tsushin Kenkyujo"(Totsuken) ou "Tokyo Telecommunications


Research Institute" fut crée.

Entre 1946 et 1950, la firme japonaise, renommée Tokyo Tsushin Kogyo (Totsuko) le 7 mai
1946, travaille à la remise en état des télécommunications japonaises, à la conversion du
matériel militaire de communication pour une utilisation civile pour la NHK.

Parallèlement, les ingénieurs de la firme tentent de mettre au point une couverture


chauffante et mettent au point 2 magnétophones à bande, le A-type et le G-type en janvier
1950, le nom Tapecorder est déposé et en même temps, les bandes magnétiques Totsuko
sont commercialisées sous le nom de "SONI-TAPE" puis 5 ans plus tard sous le nom SONY-
tape.

Différentes bandes magnétiques Totsuko et G-type Tapecorder, février 1950.


Sony®..

H-type Tapecorder, mars 1951.

---

Entre 1952 et 1954, les droits de fabrication du transistor sont achetés par Totsuko à la
Western Electric Bell laboratory et les ingénieurs de la firme mettent au point des nouveaux
transistors au germanium et un prototype de récepteur de radio à transistors est fabriqué, le
TR52, en janvier 1955.
TR52, janvier 1955 (prototype, 100 En 1955, Sony® commercialise son premier transistor,
exemplaires). le TR55.

TR72, 1956 TR63, 1957

TR620, 1960 Micro radio 1R81, 1964

---

A partir de 1955, pour des raisons commerciales avec les pays anglo-saxons, la firme
Totsuko change de nom progressivement et devient Sony® .
Première enseigne au néon présentant la marque Sony® au Japon, inauguration le 19 décembre
1955.

Le nom Sony® est le croisement du nom latin sonus (son) et de l'expression anglaise sunny
boy qui désigne une jeune personne avec un esprit libre et novateur.

En janvier 1958, Totsuko devient définitivement Sony® Corporation.

Dans la même année, la firme développe un prototype de magnétoscope et travaille sur la


télévision et la Hi-fi.

Prototype de magnétoscope Sony® au format SV-201, magnétoscope entièrement transistorisé,


Ampex®, 1958. mars 1961.
PV-100, premier magnétoscope entièrement CV-2000, premier magnétoscope grand publique à
transistorisé "transportable", septembre 1962. bande ½ pouce, octobre 1964.

En 1959, Sony® lance sa première télévision portative entièrement à transistors, la TV8-301,


écran de 20cm.

En février 1960, c'est la création de Sony Corporation of America (SONAM), la firme était
déjà en relation commerciale avec les Américains depuis 1955.

A partir de 1960, la firme se développe au Japon en construisant un important centre de


recherche dans la banlieue de Tokyo et de nouvelles usines de fabrication.

Première télévision portative entièrement à La TV5-303, en 1960.


transistors, le TV8-301,

en 1959.
Lancement du Chromatron en 1961.

En mai 1960, Sony® lance l'opération SV17 qui aboutira à la TV5-303 dit la "Micro-tv", écran
de 12cm, en mars 1962 et à la mise au point d'un tube cathodique couleur, le Chromatron
utilisant le principe du shadow mask, c'est en 1961.

Entre 1963 et 1968, les ingénieurs tentent de mettre au point un tube cathodique couleur fiable
utilisant un nouveau procédé au niveau des canons à électrons et d'un nouveau masque.

Le 15 avril 1968, Sony® annonce la sortie d'un fameux tube cathodique, le Trinitron® qui
révolutionnera la télévision et qui est encore utilisé aujourd'hui. Le téléviseur commercialisé
au Japon avec ce nouveau tube sera le KV7010, écran de 18cm en 1968.
Prototype Sony® paru dans le hors série Le premier téléviseur à tube Trinitron®, le KV7010, en
Sciences et vie sur la télévision en 1968. 1968 (Japon).

(Archive de Jérôme Halphen).

Pour la petite histoire, c'est la CFT, filiale de Thomson®, en France, qui inventa les grandes
lignes de ce procédé en 1967 mais comme il ne parvenait pas à mettre au point un tube
cathodique couleur avec ce masque composé uniquement de fils tendus à la verticale,
abandonna ce procédé au japonais et la suite on connaît…

En 1982, Sony® lance le Watchman®, petite télévision de poche utilisant au début un tube
cathodique plat pour être remplacé par des écrans LCD couleurs. Le seul modèle vendu en
France fut de FD20F en 1984.
1er Watchman® Sony®, le FD210 en 1982 (Japon), Watchman® Sony®, le FD20F de 1984, seul modèle
en 1984 (Europe). français.

(Collection perso). (Collection perso).

---

De 1968 à 1971, Sony® travaille sur la mise au point d'un magnétoscope utilisant une
cassette.

Le principe de chargement est trouvé, ce sera le fameux "chargement U", la base de tous les
chargements des magnétoscopes modernes, toujours utilisé.

Schéma simplifié du chargement en U. Présentation d'un prototype de magnétoscope couleur


à cassette,

Le standard U-matic® est né en septembre 1971.


Lancement du premier magnétoscope grand Présentation de la première caméra couleur CCD
public utilisant un nouveau format de cassette, utilisable en vidéo avec une définition de 110 000
le Betamax® (mis au point en 1973), pixels, en 1980.

le SL6300, 16 avril 1975.

En 1979, lancement du Projet 80, qui permettra la mise au point d'un nouveau système de prise de vue
vidéo et d'un nouveau format de cassette vidéo de petite taille. Il en sortira un an plus tard, en janvier
1980, la première caméra vidéo utilisant un capteur CCD en remplacement du bon vieux tube vidicon
fragile. Les premiers essais de capteur CCD remonte à 1972 avec un capteur de 64 pixels (aujourd'hui
on est à 16 millions de pixels).

En juillet 1980, présentation du premier magnétoscope au format 8mm qui reprend


exactement la mécanique du Betamax® mais en beaucoup plus petit.

Le 8 janvier 1985, SONY lance officiellement le 8mm et le capteur CCD avec le caméscope
CCD-V8.

---

En 1977, Akio Morita lance le projet "the portable stereo project" souhaitant que ces
laboratoires inventent un lecteur de cassette audio de petite taille et de qualité Hi-fi pour
pouvoir écouter la musique pendant ces parcours de golf.

Un premier prototype sort mais un problème subsiste, c'est la taille du casque.

Début 1979, Sony® met au point le casque ultra léger (50g), le H-Hair, MDR-3.
Le 22 juin 1979, la firme présente à la presse, le Walkman®, sous la référence TPS-L, un
mois plus tard le TPS-L2 est mis en vente, ce sera un énorme succès, plus de 150 millions
d'unités ont été vendues entre 1979 et 1995 avec plus de 300 modèles différents.

Premier prototype sorti des labos H-Hair, MDR3, janvier 1979

Premier Walkman®, le TPS-L, le 22 juin 1979

---

Dans les années 70, Sony® travaille sur l'enregistrement audio et vidéo numérique.

Les laboratoires mettent au point un enregistreur digital sur bande magnétique utilisant un
système de commutations des têtes (procédé vite remplacé par un tambour de tête rotative),
c'est le X-12DTC, il utilise 56 têtes et pèse 250Kg en 1974.

En 1977, Sony® commercialise le PCM-1, convertisseur analogique /numérique audio qui


permet d'enregistrer des données audio-numériques sur une cassette vidéo Betamax®
classique par l'intermédiaire d'un magnétoscope grand public.
Le X-12DTC est le premier enregistreur Le PCM-1, commercialisé en septembre 1977.
audio PCM de Sony®

en 1974.

Juin 1978, prototype de lecteur de disque 1979, prototype de lecteur de disque audio numérique,
audio numérique longue durée, le PCM audio le DAD1X
disc.

Prototype Sony® de lecteur de CD, le Le système de CD optique proposé par Sony® et Philips®
Goronta en 1981.
en 1982.

A gauche, le prototype Sony® et à droite le prototype


Philips®.

En 1978, Sony® s'associe avec Philips® pour mettre au point un disque audio digital, le DAD.

En 1979, les premiers prototypent sortent des centres de recherches, le disque mesure
11,5cm et l'enregistrement dure 1h.

Plus tard, la taille du disque passe à 12cm pour une durée d'enregistrement de 74mn pour y
faire tenir l'enregistrement de la 9ème Symphonie de Beethoven.

En juin 1980, ce nouveau standard est proposé par Philips® et Sony® au Livre Rouge "Red
book" contenant toute les spécifications techniques pour le CD audio et pour le CD rom.

En avril 1981, Philips® et Sony®, à la convention du DAD (Disc Audio Digital), présentent à la
presse ce nouveau standard et ses caractéristiques finales (taille 12cm, échantillonnage sur
16bits et fréquence 44,1KHz) et qui se nommera Compact Disc.

Le premier prototype de lecteur CD Sony® appelé Goronta sera exposé à l'Audio Fair en
1981

Le 17 août 1982, Philips® lance le premier lecteur de CD au monde, le CD100.

Philips®, premier lecteur de CD commercialisé en 1982, le CD100 (collection perso)

Le 1er octobre 1982, Sony® lance à son tour son premier lecteur de CD, le CDP 101.
Premier lecteur de CD Sony®, le CDP 101, en 1982.

En novembre 1984, Sony® lance le premier lecteur de CD portable, le D50.

Premier lecteur de CD portable Sony®, le D50, en 1984.

Représenté ici avec son alimentation secteur.

(Collection perso).

---

En octobre 1986, Sony® lance le DAT (Digital Audio Tape) avec le DTC 1000ES, c'est une
cassette audio numérique à tête rotative, standard encore utilisé dans les studios
d'enregistrement.
En décembre 1992, la firme lance le MiniDisc MD® avec le MZ1 afin de remplacer la cassette
audio compacte de Philips® vieillissante.

En 1996, c'est le lancement la plus petite cassette audio numérique du monde de la taille
d'un timbre-poste, un petit bijou, le NT, format aujourd'hui disparu.

Premier micro lecteur enregistreur de Cassette numérique NT, 2x30mn, largeur de la bande
cassette numérique NT, 3mm.

le NT1. (Collection perso)

En 1996, lancement du nouveau format de disque vidéo numérique, le DVD.

En 2005, lancement sur le marché des premiers Walkmans® numériques MP3 mais malheureusement
avec 5 ans de retard sur Apple® avec son Ipod®.

Source : http://radio-piffret.pagesperso-orange.fr/Histoire_SONY.htm
Tout remonte à l'invention du capteur CCD en 1970.

Dans les années 1970 apparaissent les premières caméras vidéo destinées aux particuliers. Le
constructeur Sony décide en 1981 d'utiliser ses connaissances dans le domaine de la vidéo
pour fabriquer un appareil photo magnétique, le Mavica pour Magnetic Video Camera. Un
disque magnétique permet le stockage de cinquante images en couleurs d'une définition de
490 × 570 points (280 000 pixels), au format NTSC. Un lecteur approprié permet d'afficher
les photos sur un téléviseur. Pour ne pas être en reste, les autres constructeurs adoptent un
support normalisé pour le stockage magnétique de photos : la disquette deux pouces (les
ordinateurs de marque Amstrad utilisaient des disquettes trois pouces).

En 1989, Canon propose le Xapshot, destiné au grand public, qui dispose d'une définition de
786 × 300 points. Il est suivi de modèles baptisés Ion. Ces premiers modèles ne sont pas
vraiment numériques, car l'image, si elle est bien capturée par une matrice de points, est
stockée de façon analogique sur des mémoires magnétiques.

En 1991, le département Kodak Digital Science de Kodak sort un dos numérique pour un
appareil photo reflex classique, le Nikon F3. Ce produit est destiné aux professionnels,
notamment en raison de son prix prohibitif. Fujifilm et Nikon sortent un peu plus tard les
Fujix, avec des caractéristiques comparables.

En 1992, le fabricant de souris Logitech lance le Fotoman, petit appareil numérique à


connecter sur micro-ordinateur. L'appareil a une définition de 376 × 284 points, et stocke 36
photos en mémoire. C'est le premier photoscope entièrement numérique. L'année suivante,
Apple propose un appareil similaire, le Quicktake, qui prend des photos en 640 x 480 ou
320 x 240.

À partir de 1994-1996 apparaissent des appareils photo numériques tels que nous les
connaissons à l'heure actuelle, équipés d'un écran couleur LCD à l'arrière. Casio présente le
premier appareil photo numérique avec écran à cristaux liquides qui montre l'image en temps
réel et sauvegarde le cliché en mémoire le 14 novembre 1994.

En 1983 Sony a mis au point et commercialisé le premier caméscope au monde : la betamovie


au format betamax elle cessa d'être produite en 1986, ces 1er modèles de caméscope ne
faisaient qu'enregistrer, ils ne pouvaient pas lire la cassette.

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Appareil_photographique_num%C3%A9rique