Vous êtes sur la page 1sur 7

SERRE-MOI FORT

Marc Darmon

ERES | « La revue lacanienne »

2010/1 n° 6 | pages 11 à 16
ISSN 1967-2055
ISBN 9782749212098
Article disponible en ligne à l'adresse :
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
https://www.cairn.info/revue-la-revue-lacanienne-2010-1-page-11.htm
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
© ERES | Téléchargé le 08/09/2020 sur www.cairn.info par Leonardo Fernandes (IP: 189.122.244.220)

© ERES | Téléchargé le 08/09/2020 sur www.cairn.info par Leonardo Fernandes (IP: 189.122.244.220)
Distribution électronique Cairn.info pour ERES.
© ERES. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les
limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la
licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie,
sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de
l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage
dans une base de données est également interdit.

Powered by TCPDF (www.tcpdf.org)


Lacanienne 6/200 p/XP7 :Mise en page 1 9/04/10 16:59 Page 11

Serre-moi fort

Marc Darmon
Psychiatre, psychanalyste

« En pratique, à quoi ça sert ? », demande- sur la clinique des traits foudroyants et gé-
t-on souvent et fort naturellement en par- niaux, laissant toujours espérer une révé-
lant des nœuds. La réponse de Lacan est lation à venir, un savoir encore plus vrai,
connue : « Ça sert à rien. Mais ça serre : s-e- entretenant ainsi le transfert.
deux r-e. Enfin ça peut serrer, sinon ser- La rupture opérée par les nœuds dans
vir 1. » L’équivoque retourne à celui qui l’enseignement de Lacan visait les psycha-
questionne sur l’utilité instrumentale des nalystes, leur pratique, et même au-delà,
nœuds dans la cure psychanalytique, le fait essayons de préciser en quoi. Il est certes
© ERES | Téléchargé le 08/09/2020 sur www.cairn.info par Leonardo Fernandes (IP: 189.122.244.220)

© ERES | Téléchargé le 08/09/2020 sur www.cairn.info par Leonardo Fernandes (IP: 189.122.244.220)
que si la structure est nodale, alors il est toujours possible d’exercer la psychanalyse
avant tout ficelé lui-même et bien serré. sans considérer la structure nodale, ou en

La rupture et lʼenjeu
y faisant de temps à autre allusion pour
souligner sa fidélité à l’enseignement du
maître. Il est vrai que jusqu’à présent
Reprenons néanmoins cette question, en « l’application » directe des nœuds à la cli-
nous demandant ce que Lacan pouvait nique s’est montrée décevante, voire for-
bien attendre de cette topologie des cée, et le recours aux solides concepts
nœuds dans les dernières années de son lacaniens plus efficace ou plus éclairant.
Séminaire, durant lesquelles son discours Mais si l’on prend l’avancée de Lacan au
devenait de plus en plus silencieux, les ré- sérieux, quel en est donc l’enjeu ?
férences à la clinique et aux concepts de la L’enjeu ne concerne pas seulement l’ana-
théorie psychanalytique, de plus en plus lyse comme pratique proprement dite mais
rares. Et il ne s’agissait plus seulement aussi la psychanalyse comme discours,
pour lui de reprendre de manière critique, l’une et l’autre étant bien entendu étroite-
à la lumière du nœud borroméen, les ment liées. Il s’agit de répondre à la fois à
concepts freudiens tels que celui de « réa- l’échec ordinaire des cures et à notre insa-
lité psychique », mais les termes mêmes de tisfaction par rapport au discours psycha-
sa propre théorie, y compris les mathèmes, nalytique, dans le sens où celui-ci, au
disparaissaient derrière les dessins des mieux, ne fait qu’alimenter la ronde des
nœuds effectués avec peine devant son au- discours. Ainsi, comment guérir l’hystérie
ditoire de plus en plus frustré. Ce public si celle-ci est entretenue par notre culture?
était, il est vrai, habitué jusqu’alors à un
discours flamboyant jouant sur tous les re- 1. Jacques Lacan, Le sinthome, leçon du 10 février
gistres de la parole, jetant chemin faisant 1976.

La Revue Lacanienne

11
Lacanienne 6/200 p/XP7 :Mise en page 1 9/04/10 16:59 Page 12

Le dossier – Les implications cliniques du nœud borroméen

Culture qui a depuis longtemps intégré les cret d’une filiation, un traumatisme sexuel
notions psychanalytiques ou du moins ses ou une faute cachée chez ses ascendants.
poncifs. Mais le plus souvent, ce n’est pas le fait lui-
Quel est donc l’enjeu du nœud ? même qui est essentiel, ni la mémoire per-
En deux mots, il s’agit de trancher entre si- due et retrouvée, mais le déplacement du
gnifiant et topologie. Expliquons-nous. sujet par rapport à ce savoir, le fait qu’il ne

Mémoire et nom secret


se rappelait pas de ce qu’il savait.
Quand elle ne prend pas l’allure d’une re-
cherche d’éléments effectifs de réalité, par
Lorsque l’analyse s’engage, lorsque le exemple en interrogeant les proches, ce
transfert s’installe, le plus souvent l’analy- qu’une certaine conception de l’analyse
sant, même s’il n’y est pas encouragé par justifie – songeons à l’insistance de Freud
l’analyste, entreprend une tâche de re- pour établir la réalité de la scène primitive
constitution historique : il s’agit au fil des de l’Homme aux loups –, il s’agit de re-
associations de combler les lacunes de sa trouver les signifiants tombés dans l’in-
propre histoire, retrouver la mémoire per- conscient, ou encore les lettres ou le
due parce que refoulée et donc toujours chiffre inconscient à décrypter. Ce proces-
agissante au travers des symptômes et de sus est induit par la structure même du si-
© ERES | Téléchargé le 08/09/2020 sur www.cairn.info par Leonardo Fernandes (IP: 189.122.244.220)

© ERES | Téléchargé le 08/09/2020 sur www.cairn.info par Leonardo Fernandes (IP: 189.122.244.220)
la répétition. Mais il apparaît que malgré gnifiant en tant que celui-ci représente le
l’effet, dans un premier temps, souvent sujet pour un autre signifiant qui fait sens :
« thérapeutique » de cette activité de mé- il y a une place Autre qui recèle un savoir
morisation et de réflexion, l’efficacité dans qui se confond avec la vérité. C’est le dis-
la cure repose en fait sur la matérialité si- positif même du transfert, parce que ce sa-
gnifiante, ce que manifeste l’équivoque de voir suppose lui-même un sujet, propre à
l’interprétation, le signifiant, donnant l’oc- prendre corps. Ainsi, cette conception
casion d’une interprétation, étant ainsi dé- d’un inconscient constitué matériellement
taché du discours effectif pour être de signifiants ou de lettres que l’interpré-
rapporté à une autre chaîne signifiante. Par tation découvre a partie liée au transfert.
exemple, un jeune homme me raconte le L’exemple souvent donné chez les élèves
rêve suivant : c’est une cérémonie de ma- de Lacan d’un tel savoir mis à la place de la
riage, il s’agit de son mariage avec sa vérité, c’est la fameuse formule Pordjeli
propre tante. Bien sûr, cette tante ne que Serge Leclaire met au jour chez son
manque pas d’évoquer métonymiquement analysant Philippe 2. L’intérêt d’une telle
la mère et le désir incestueux infantile formule, c’est son caractère purement lit-
d’une union en bon Œdipe avec elle. Ce téral et son non-sens. Il ne s’agit plus d’un
n’est pas faux, et dans ce cas encore moins signifiant susceptible de renvoyer toujours
que dans un autre. Mais l’interprétation à un autre signifiant qui en détiendrait le
détachant le signifiant « tante » pointe plus sens. Mais cette idée d’une formule litté-
justement le désir homosexuel à demi
avoué. Certes, il ne faut pas nier l’impor-
2. Serge Leclaire, Psychanalyser, Paris, Le Seuil, 1968.
tance des découvertes historiques parfois Voir la discussion de ce point par Contardo Calliga-
effectuées à l’occasion d’une analyse: le se- ris, Hypothèse sur le fantasme, Paris, Le Seuil, 1983.

La Revue Lacanienne – n° 6

12
Lacanienne 6/200 p/XP7 :Mise en page 1 9/04/10 16:59 Page 13

Serre-moi fort

rale inconsciente déjà là fait de l’incons- Pour s’en convaincre, considérons la nul-
cient un savoir quasi objectif que l’analyste lité de l’effet d’une interprétation à contre-
n’a pour seule tâche que de faire découvrir temps, comme de la communication à un
à l’analysant : il suffirait d’y mettre le sujet d’un savoir supposé inconscient ;
temps, un temps quantifiable, et la respon- Considérons l’impossibilité de retrouver
sabilité de l’analyste serait limitée. Certes, après coup le tranchant d’une véritable in-
l’idée freudienne d’un ombilic, d’un re- terprétation et la fadeur du rappel d’un si-
foulé originel, Urverdrängt, impossible à gnifiant déjà usé, qui a été pourtant
reconnaître, Unerkannt, s’oppose à un pro- l’occasion d’une transformation radicale.
jet d’exhaustivité. Elle n’empêche pas de Il manque en effet la dimension du Réel,
supposer que cet Urverdrängt est constitué manifeste dans le retour matériel d’un si-
matériellement d’éléments littéraux bien gnifiant sur lui-même dans la double
définis. Simplement ils ne cessent pas de boucle.
ne pas s’écrire. Avec le nœud, c’est encore plus évident.

Transformation
Ainsi, dans le rond du Symbolique noué aux
deux autres, aucun signifiant n’est a priori
privilégié. L’Urverdrängt correspond ici au
Avec la topologie, Lacan transforme et ren- trou lui-même, il n’est pas substantifié.
© ERES | Téléchargé le 08/09/2020 sur www.cairn.info par Leonardo Fernandes (IP: 189.122.244.220)

© ERES | Téléchargé le 08/09/2020 sur www.cairn.info par Leonardo Fernandes (IP: 189.122.244.220)
Mise à plat et coincement
verse ce dispositif. Il est vrai que lorsqu’un
signifiant est saisi par l’interprétation (qui
peut être une simple ponctuation), il s’im-
pose comme nécessaire et déjà là, avant, Seule la mise à plat, ou le coincement vont
dans l’inconscient juste au moment où il en particulariser certains signifiants.
est effacé. Mais, topologiquement, ce signi- Dans la mise à plat, opération de projec-
fiant n’a été que l’occasion d’une coupure. tion imaginaire, des points de croisement
Coupure sur une bande de Möbius, si l’on vont apparaître. Dans le nœud borroméen
s’en tient à la topologie des surfaces, le fait mis à plat, il y a au minimum quatre points
essentiel est que cette coupure a pour effet de croisement du rond du Symbolique
de transformer la topologie de la surface avec les deux autres ronds, celui du Réel et
elle-même : la bande de Möbius devient une celui de l’Imaginaire. Ce nombre de quatre
bande biface, révèle un envers, l’incons- croisements du Symbolique, donc de
cient, le temps de la coupure. Mais cette quatre signifiants au moins, tient au réel
coupure n’est pas quelconque, elle peut être du nœud, c’est un invariant : dans le nœud
à double tour, ou à un seul tour, mais doit borroméen mis à plat sous forme réduite
se refermer, le signifiant revenant en boucle chacun des ronds supporte quatre croise-
sur lui-même du fait de l’interprétation. ments. Mais ces croisements peuvent glis-
Ainsi, le signifiant qui fait coupure dans le ser, un signifiant peut être remplacé par un
transfert et dans le temps de l’interprétation signifiant voisin. Par exemple, considérons
n’était pas « déjà là », disposé comme un sa- le croisement entre S et I, celui du sens, le
voir dans l’inconscient, attendant celui qui sens est produit dans l’Imaginaire par le
devait l’y trouver. Ce qui était déjà là, c’était passage d’un signifiant à un autre. Mais
la surface topologique ou le nœud. cette fuite du sens a priori indéfinie dans

La Revue Lacanienne

13
Lacanienne 6/200 p/XP7 :Mise en page 1 9/04/10 16:59 Page 14

Le dossier – Les implications cliniques du nœud borroméen

ce glissement, rencontre pourtant dans le considéré. Le plus souvent, cette réduction


nœud un point d’arrêt. ne peut se faire pas à pas, et il faut compli-
C’est le point de coincement introduit par quer le nœud pour le réduire ensuite.
le Réel. Il faut trois consistances disposées Peut-être faut-il considérer ces trois mou-
en triskèle pour produire un point d’arrêt vements de base de Reidemaster comme la
ou de coincement. La distinction opérée grammaire élémentaire du nœud, ses
grâce au nœud entre glissement infini du règles d’écriture ? Ils doivent aussi bien
sens et coincement avec point d’arrêt, sur rendre compte des lois du signifiant : Ent-
un effet du sens réel, correspond à la dif- stellung, Verdichtung, Verschiebung, transpo-
férence entre une activité herméneutique, sition, glissement du signifié sous le
où le renvoi d’un signifiant à un autre ali- signifiant, condensation, déplacement, que
mente indéfiniment la quête d’une signi- des règles de l’interprétation, qui sont
fication, et l’interprétation psychanalytique d’ailleurs les mêmes, à ceci près que le
qui, jouant sur l’équivoque et la lettre, pro- nœud tient compte à chaque mouvement
duit cet effet de sens réel qui va dans le de la dimension du Réel.
sens du non-sens. Une conséquence importante de la topolo-
Dans le nœud borroméen, il y a quatre gie du nœud tient au fait qu’avant la réduc-
points de coincement, quatre points d’ar- tion des croisements, aucun croisement
© ERES | Téléchargé le 08/09/2020 sur www.cairn.info par Leonardo Fernandes (IP: 189.122.244.220)

© ERES | Téléchargé le 08/09/2020 sur www.cairn.info par Leonardo Fernandes (IP: 189.122.244.220)
rêt que Lacan a dénommés : jouissance n’est privilégié par rapport à un autre, si
phallique, jouissance de l’Autre, sens et, au bien que celui qui s’imposera à la fin
centre, l’objet a. Ces points d’arrêt sont comme essentiel à la structure du nœud dé-
produits par le coincement des trois pendra du déroulement de l’opération et
consistances, ce sont des croisements en n’est pas « déjà là » dans le nœud em-
triskèle irréductibles du nœud borroméen. brouillé. Ce que le nœud impose, c’est la

Nœud embrouillé
nécessité d’un certain nombre de croise-
ments à certaines places qui ne se détermi-
nent que les uns par rapport aux autres.
En effet, le nœud borroméen est générale- La responsabilité de l’analyste est entière, il
ment représenté mis à plat sous sa forme ne s’agit pas d’attendre que le sac se vide ou
réduite à un nombre minimal de croise- de faire indéfiniment le relevé des lettres
ments. Mais nous pouvons faire l’hypo- tombées de l’inconscient, mais de se saisir
thèse que ce nœud est en général très de ce qui s’offre dans le transfert à l’instant
embrouillé et que l’analyse va réduire peu pour tenter une opération topologique.

Nouvelle économie
à peu les croisements supplémentaires
pour buter sur les croisements irréduc-
tibles de structure. Il y a en topologie trois
Il n’est pas étonnant que les nœuds sem-
mouvements de base, ce sont les opéra-
blent pouvoir nous aider à relever le défi
tions de Reidemaster 3 qui réduisent le
nombre de croisements d’un nœud ou
3. Marc Darmon, « Le nœud borroméen entre dyna-
d’une chaîne jusqu’à le présenter sous une
mique et structure » (www.freud-lacan.com) ; « Un
forme réduite à un nombre minimal de nœud à l’endroit, un nœud à l’envers » (www.drame-
croisements, invariant propre au nœud subjectif-de-cantor.net).

La Revue Lacanienne – n° 6

14
Lacanienne 6/200 p/XP7 :Mise en page 1 9/04/10 16:59 Page 15

Serre-moi fort

de ce que Charles Melman appelle « la Je ne saurais dire quel rôle a joué dans ce
nouvelle économie psychique ». Issus de virage une interprétation portant sur le si-
l’invention continue de Lacan, ils répon- gnifiant « jaculatoire », mais la mise en jeu
dent à son diagnostic initial du déclin du des trois jouissances phalliques, de l’Autre
Nom-du-Père. Ainsi, le nœud pourrait et du sens est frappante dans ce passage à
nous aider à saisir la clinique de la jouis- l’écriture, que le terme de sublimation pa-
sance et celle des addictions 4. raît insuffisant à qualifier.
C’est le cas d’un homme assujetti à une ad- Dans un rêve, il explique à quelqu’un que
diction sexuelle qui le conduisait à fré- l’alliance de trois banques désignées par
quenter les prostituées parfois plusieurs fois leurs initiales – CDN, CIC, et CCF –, pour le
par jour tout en ayant une vie conjugale et retrait de liquide au moyen des distribu-
professionnelle conventionnelle. Ce qu’il teurs, est bloquée par les grosses banques
recherchait dans le commerce des prosti- pour des questions de concurrence et de
tuées, c’était la reproduction moins de l’or- perte de recettes.
gasme que de la vision de son éjaculation Dans les associations le nombre trois
par masturbation, et la recherche de la – trois banques, trois initiales –, est relevé,
jouissance de la prostituée qu’il parvenait ce qui renvoie à une histoire que le père
souvent à obtenir ; le moindre intervalle racontait sur les trois cochonnets, son goût
© ERES | Téléchargé le 08/09/2020 sur www.cairn.info par Leonardo Fernandes (IP: 189.122.244.220)

© ERES | Téléchargé le 08/09/2020 sur www.cairn.info par Leonardo Fernandes (IP: 189.122.244.220)
entre ses rendez-vous professionnels étant pour les jeux de mots et sur le terme de
l’occasion d’une escapade sexuelle qu’il vi- « taulier » que sa mère lui conseilla d’ins-
vait comme une contrainte incoercible. crire lorsqu’on lui avait demandé à l’école
Une scène de son enfance où, impubère, il la profession du père. Si le père était le
fut initié à la masturbation et au spectacle « taulier », qui donc la mère était-elle ? La
de l’éjaculation par des garçons plus âgés a maman se cache derrière la putain. Au-
probablement contribué à fixer ce qu’il delà de la problématique œdipienne sup-
faut bien appeler une perversion, si ce posée : le trois, la rivalité, les grosses
terme ne désigne ici que l’accentuation banques qui bloquent les petites, si ce rêve
de la prééminence de l’objet a dans le reproduit la structure du nœud borroméen
désir, ce qui fait du mâle selon Lacan le – l’alliance de trois autour de l’objet : le
sexe faible au regard de cette perversion. « retrait » de « liquide » –, ce n’est peut-être
Enfin, notons que les dépenses consé- pas seulement dans une adresse transfé-
quentes occasionnées par cette activité rentielle qui existe bien entendu et que
clandestine constituaient un élément es- l’on peut retrouver dans les lettres…C D…
sentiel du scénario chez ce banquier très N, mais aussi pour des raisons topo-
raffiné et poète. logiques : les trois consistances nouées, les
Après une première phase de son analyse, trois points de coincement des jouissances,
peu à peu les visites sexuelles se bornèrent la nécessité de combler le manque de
au temps succédant chaque séance.
Et un jour, cela cessa brutalement ; après
chaque séance, il se mit à écrire d’une
4. Charles Melman, L’homme sans gravité. Jouir à tout
façon tout aussi impérieuse des poèmes prix, Paris, Denoël, 2002 ; Roland Chemama, La
sur le thème exclusif de la mer. jouissance, enjeux et paradoxes, Toulouse, érès, 2007.

La Revue Lacanienne

15
Lacanienne 6/200 p/XP7 :Mise en page 1 9/04/10 16:59 Page 16

Le dossier – Les implications cliniques du nœud borroméen

l’Autre par l’objet a en se faisant l’instru- Lorsque le rond supplémentaire du sin-


ment de sa jouissance. thome vient réparer le nœud au niveau
L’écriture jaculatoire du poème produit, d’un autre point de croisement que celui
par le jeu des métaphores autour de la mer, où il y a l’erreur, les deux éléments peuvent
le serrage au niveau du point du sens et li- échanger leurs places en adoptant la même
bère les autres points. configuration : il y a équivalence, donc il

Non-rapport sexuel
n’y a pas de rapport, puisque le rapport né-
cessite la non-équivalence des deux élé-
ments du couple.
Le nœud donne l’occasion à Lacan de re- Dans ce premier cas, le nœud est en fait
prendre la question du non-rapport celui du fantasme 5 entre le sujet et l’objet,
sexuel. entre la double boucle et le rond, et ces
Le nœud borroméen lui-même présentifie deux éléments sont échangeables exacte-
le non-rapport puisque dans ce nœud ou ment. Cela rend bien compte du non-
plutôt dans cette chaîne aucun élément ne rapport puisque ce que le sujet enserre,
fait couple avec aucun autre, le nœud bor- étreint, ce n’est pas l’Autre du couple, c’est
roméen se noue à trois. l’objet a, ce que la situation que nous ve-
Dans Le sinthome, Lacan reprend la ques- nons d’évoquer illustre bien.
© ERES | Téléchargé le 08/09/2020 sur www.cairn.info par Leonardo Fernandes (IP: 189.122.244.220)

© ERES | Téléchargé le 08/09/2020 sur www.cairn.info par Leonardo Fernandes (IP: 189.122.244.220)
tion du rapport sexuel à partir du lapsus Dans le cas où la réparation a lieu à l’en-
du nœud et de sa réparation. Le lapsus du droit même de l’erreur, les deux éléments
nœud est en quelque sorte un lapsus ca- n’occupent pas la même place lorsqu’on
lami, il s’agit d’une erreur de passage des- échange l’un et l’autre : il y a non-équiva-
sus-dessous dans l’écriture du nœud. lence, il y a donc rapport. Lacan est ainsi
Ainsi, dans le nœud dit « de Lacan », une conduit à dire qu’en cas de sinthome, il y a
erreur au niveau de certains croisements a rapport sexuel, d’ailleurs qu’est-ce que la
pour effet de défaire le nœud, et au niveau femme pour l’homme sinon son sin-
d’autres croisements, un certain nœud se thome ? Quant à l’homme pour une
maintient malgré le lapsus. Pourtant les femme, ce n’est pas son symptôme, ni son
croisements peuvent glisser, comme nous sinthome puisqu’il n’y a pas équivalence,
l’avons vu, et rien ne distingue un croise- c’est pire qu’un sinthome, ça peut être
ment d’un autre sinon justement sa place « une affliction », ça peut être « un ravage ».
par rapport aux autres. Ainsi Lacan, fidèle au nœud, explore les
Sur le nœud de trèfle, une erreur de des- conséquences que cette nouvelle écriture
sus-dessous défait le nœud. Lacan évoque lui dicte, jusqu’à remettre en question le
alors la possibilité d’une réparation qui non-rapport sexuel. Le suivre dans cette
consiste en un rond disposé de telle sorte voie ne peut se borner à le répéter mais né-
que la forme du nœud de trèfle soit pré- cessite de l’invention.
servée malgré le lapsus.
Or, Lacan constate une différence selon
que la réparation se situe à l’endroit
5. Jacques Lacan, Le Séminaire, Livre XX, Encore,
même de l’erreur ou à un autre point de 1975, Paris, Le Seuil, p. 123 ; Le sinthome, 17 février
croisement. 1976.

La Revue Lacanienne – n° 6

16