Vous êtes sur la page 1sur 121

Table des matières

RESUME DE COURS .............................................................................................................. 3


CHIMIE ................................................................................................................................. 3
Chapitre 1 : La matière ...................................................................................................... 3
Chapitre 2: L’atome........................................................................................................... 3
Chapitre 3: L’atome........................................................................................................... 7
Chapitre 4: Cinétique Chimique...................................................................................... 10
Chapitre 5: Equilibre Chimique ..................................................................................... 16
Chapitre 6: Les Réactions Acido-basiques ..................................................................... 18
Chapitre 7: Oxydoréduction basiques ............................................................................. 23
RAPPEL BIOLOGIE .......................................................................................................... 27
SCHEMAS DESCRIPTIF ET ETUDE DE QUELQUES ORGANES .............................. 27
Le diabète ........................................................................................................................ 37
Classification ................................................................................................................... 37
Complications du diabète ................................................................................................ 38
Prévalence ....................................................................................................................... 38
Incidence.......................................................................................................................... 39
Prévention et traitement .................................................................................................. 39
EPREUVES BIOLOGIE ENS YAOUNDÉ ........................................................................... 39
Ens Biologie 2008 ............................................................................................................... 39
Ens Biologie 2009 ............................................................................................................... 42
Ens biologie 2010 ................................................................................................................ 44
Ens Biologie 2011 ............................................................................................................... 46
Ens Biologie 2012 ............................................................................................................... 48
Ens biologie 2013 ................................................................................................................ 52
Ens Biologie 2014 ............................................................................................................... 54
EPREUVES BIOLOGIE ENS MAROUA ............................................................................. 57
Ens Maroua 2009................................................................................................................. 57
ENS Maroua 2010 ............................................................................................................... 61
Ens Maroua 2011................................................................................................................. 62
2

CORRIGÉ ENS YAOUNDÉ .................................................................................................. 66


Corrigé Ens 2008 ................................................................................................................. 66
Corrigé Ens Biologie 2009 .................................................................................................. 68
Corrigé Ens Biologie 2010 .................................................................................................. 70
Corrigé Biologie 2011 ......................................................................................................... 71
Corrigé ENS Biologie 2013 ................................................................................................ 73
CORRIGÉ ENS MAROUA .................................................................................................... 76
Corrigé Ens 2009............................................................................................................... 76
Corrigé Ens 2010 ................................................................................................................. 79
Corrigé Ens 2011............................................................................................................... 81
PREUVES CHIMIE YAOUNDE ........................................................................................... 82
Epreuve 2004 ................................................................................................................... 82
Epreuve 2006 ....................................................................................................................... 90
Epreuve 2007 ....................................................................................................................... 93
Epreuve 2008 ................................................................................................................... 95
Epreuve 2010 ....................................................................................................................... 97
Epreuve chimie 2012 ........................................................................................................... 99
Epreuve 2013 ........................................................................................................................ 101
Epreuve 2014 ........................................................................................................................ 102
CORRIGE CHIMIE YAOUNDE ......................................................................................... 105
Corrigé chimie 2006 ......................................................................................................... 105
Corrigé chimie 2007 .......................................................................................................... 110
Corrigé chimie 2008 .......................................................................................................... 111
Corrigé chimie 2010 .......................................................................................................... 115
Corrigé chimie 2012 .......................................................................................................... 119
3

RESUME DE COURS
CHIMIE
Chapitre 1 : La matière

1. Mélanges homogènes et hétérogènes


La matière se présente le plus souvent sous forme d’un mélange dans un des trois états
physiques : Solides liquides ou gazeux, ou éventuellement une combinaison de ces états.
Elle peut constituer un système hétérogène ou homogène. Un mélange de gaz est un
système homogène et une pierre est un système hétérogène. Un mélange homogène est un
mélange dans lequel toutes les particules ont les mêmes propriétés. Un mélange hétérogène
est un mélange de plusieurs phases homogènes.

2. Définitions des termes


 Corps pur : c’est un corps composés d’une même espèce de matière. Il existe 2 types
de corps purs : les corps purs simples et les corps purs composés
 Corps simple : c’est un corps qui ne peut pas être obtenu à partir d’un autre corps et qui
ne peut pas être transformé en un autre corps .Exemple : H2,O2,Cl2
 Corps composé : c’est un corps qui peut s’obtenir à partir de corps simple et qui se
transformer en d’autres corps simples. Exemple : NH3, H2O, CH4
 Mélange : c’est un corps composé de plusieurs corps purs.
 Molécule : c’est la plus petite particule d’un corps pur que l’on puisse concevoir sans
détruire ce corps pur. L’atome : c’est la plus petite particule d’un corps simple que l’on
puisse concevoir sans le corps simple
 Une mole : est le nombre d’atome présent dans 12g de Carbone 12. Ce nombre est
appelé Nombre d’Avogadro N = 6,023 × 1023.
 La Masse molaire : est la masse d’une mole de molécule constituant un corps pur.
 La mole est l’une des 7 unités de base du système international. Les entités constituantes
d’une mole doivent être toujours définies, elles peuvent être des électrons, des ions, des
atomes, des molécules.
Chapitre 2: L’atome

1. Les constituants de l’atome


L’atome est constitué d’un noyau autour duquel gravitent des électrons, on parle de cortège
électronique
1.1 Le noyau
4

Le noyau d’un atome est constitué de particules appelés Nucléons : il s’agit des protons et des
neutrons.

1.1.1 Le proton

Le proton porte une charge élémentaire positive e. Chaque noyau possède Z protons le noyau
a donc une charge positive + Ze

1.1.2 Le neutron

Un neutron a une masse sensiblement égale à celle du proton et est électriquement neutre.
Pour un élément donné, le nombre de proton est fixé mais le nombre de neutrons peut varier.
Il est donné par N = A – Z
1.2 Les électrons
. L’atome est électriquement neutre la charge électrique d’un électron est −e. Il y’a donc Z
électrons dans l’atome d’un élément donné. .
protons Neutrons Electrons
Masses
kg
Charge 0
C

Ions : c’est un atome ou un gaz ou un groupe d’atome ayant perdu (cation) ou gagné (anion)
un ou plusieurs électrons.
Isotones : ce sont des nucléides dont les nombres de neutrons sont identiques.
Isobares : ce sont des nucléides de numéro atomiques différents mais dont les nombres de
masses sont identiques.
Isotopes : Ce sont des atomes caractérisés par le même numéro atomique Z et des nombre de
nucléons A différents. Ils diffèrent aussi par le nombre de leurs neutrons.

2. Structure électronique des atomes


2.1 Principes fondamentaux
2.1. 1Principes de stabilité

Les électrons se placent le plus près possible du noyau l’atome est alors dans son état
fondamental, sa stabilité maximale ce qui correspond à l’énergie la plus basse possible.

2.1. 2Principes d’exclusion de pauli

Dans un atome, deux électrons ne peuvent avoir leurs 4 nombres quantiques identiques
5

2.2 Nombres quantiques


2.2.1 Nombre quantique principal : n

Le nombre quantique n est un entier naturel non nul; il définit la couche


électronique. a. à n = 1 correspond à la couche K
b. à n = 2 correspond à la couche L
c. à n = 3 correspond à la couche M
d. à n = 4 correspond à la couche N

2.2.2 Quantique azimutal : l

Parmi les états définis par n, on distingue les états définis par l.

l prend les valeurs comprises entre 0 et n − 1 et définit la sous couche électronique.


a. l = 0 sous couche s 2e−
b. l = 1 sous couche p 6e−
c. l = 2 sous couche d 10e−
d. l = 3 sous couche f 14e−
e. l = 4 sous couche g 18e−.

2.2. 3 Nombre quantique magnétique

m prend toutes les valeurs comprises entre −l et +l −l ≤ m ≤ l.

2.2. 4 Nombre quantique de spin


Pour faire respecter le principe d’exclusion de Pauli, il faut introduire le nombre quantique
de spin. Il ne peut prendre que les valeurs −1/2 et +1/2.

Les 4 nombres quantiques définissent complètement un électron.

2.2. 5 Représentation de la structure électronique d’un atome.

L’ordre de remplissage des orbitaux est donnée par le tableau de Klechkowski


6

Example
phosphore : (Z=15) :1s22s22p63s23p2
2.3 Structure électronique des ions
Pour les cations la règle est que ce sont en général les électrons de la dernière couche qui
disparaissent
T2+i (Z=22) 1s22s22p63s23p63d2
T4+i 1s22s22p63s23p6

Pour les anions, il suffit d’ajouter les électrons correspondant au nombre de charges
élémentaires négative

l’ion F−(Z=9)1s22s22p6
3 - La classification périodique des éléments
3.1 Principe de la classification actuelle
La présentation actuelle de la classification périodique dérive de celle de Mendeleiv Les
éléments sont classés par ordre croissant du numéro atomique Z.

3.2 Description de la classification périodique des éléments


Nous distinguons essentiellement : des lignes horizontales appelées période dans lesquelles
les éléments sont classés de gauche droite selon l’ordre croissant du numéro atomique Z.
Des colonnes verticales qui correspondent à des groupes chimiques. Les éléments définis
par une même colonne ont les configurations électroniques de leurs couches externes
identiques.

3.2. 1 Description succincte des périodes


La première période correspondant au remplissage de la couche K(n = 1) 1s2 (2 éléments)
La 2ème période couche L(n = 2) 2s22p6(8 éléments)
La 3ème période couche M(n = 3) 3s23p6(8 éléments)
La 4ème période elle correspond au remplissage des sous couches 4s23d104p6 (18 éléments).

3.2. 2Description succincte des colonnes


1ère colonne famille des alcalins la couche externe est représentée par la sous couche s a un
électron
a. 2ème colonne ns2 famille des alcalino-terreux
7

b. 16ème colonne ns2np4 famille des calogènes


c. 17ème colonne ns2np5 famille des halogènes
d. 18ème colonne ns2np6 famille des gaz nobles.

Chapitre 3: L’atome

1 - Etats de la matière

La très grande majorité des corps pures peut se trouver dans les trois états physiques : gazeux,
liquide, solide.
Les passages d’un état à un autre sont définis de la façon suivante :

2 - Etat Gazeux

L’état gazeux est l’état le plus simple de la matière

2.1 Principales lois physiques du gaz parfait


 Loi de Boyle-Mariotte A température constante, le volume d’un gaz est inversement
proportionnel à sa pression V∞1/P à T constant.
 Loi de Gay Lussac A pression constante, le volume occupé par un gaz est proportionnel
à la température absolue (degré Kelvin) V∞T à P constant
 Hypothèse d’Avogadro-Ampêre
Dans les mêmes conditions de température et de pression, le volume V d’une mole d’un
gaz est le même quel que soit la nature du gaz. V∞n
L’équation des gaz parfaits permet de regrouper toutes les variables d’états du gaz : pression
(p) volume (V) nombre de mole (n) et température ( T )

On a V∞1/P;V∞T; V∞n. ces trois relations conduisent à l’équation d’état des gaz parfait
PV=nRT.
8

L’utilisation de cette équation dans la pratique nécessite beaucoup de rigueur.

 Si P est en Pa, V en m3, T en kelvin R = 8,314j.mol−1K−1


 Si P est en Atm, V en L, T en kelvin R = 0,082Atm.L.mol−1K−1, 1Atm = 1,013x105Pa
2.1. 1Notion de pression partielle
La pression partielle d’un gaz est la pression qu’aurait ce gaz s’il occupait seul le volume
considéré.
La pression totale d’un mélange gazeux est égale à la somme des pressions partielles P i de
tous les constituants gazeux de ce mélange. P = XPi

Les lois sur les gaz parfaits sont applicables aux pressions
partielles des gaz. PiVi = niRT

Pour les mélanges de gaz, on utilise également les expressions quantitatives suivantes :
 Fraction molaire
C’est le rapport du nombre de moles d’un gaz au nombre total de moles de gaz : Xi =
ni/nT On n’admet que la somme des fractions molaires est égale à l’unité XXi
 Composition centésimale en volume ou pourcentage en volume du gaz considéré
Soit V le volume total du mélange gazeux et Vi le volume du gaz i on a V = PVi
Le pourcentage en volume de chaque gaz est %V = V i/V x100 Comme l’équation des
gaz parfaits est appliquée à chaque gaz, on a :
 Masse volumique ρ
C’est le rapport de la masse au volume de gaz ρ = m/V Densité
 Elle est donnée par la relation :
2.2 L’état liquide et les solutions
L’état liquide est un état condensé de la matière. Les molécules qui le constitue sont dans un
état désordonné en mouvement tout en étant en contact cette cohésion étant assurée par des
forces intermoléculaires.
Une solution est un corps dissout dans un liquide.
Le liquide qui dissout s’appelle solvant; la substance dissoute s’appelle soluté. Si le solvant
est l’eau, c’est une solution aqueuse. Quantitativement, une solution es généralement défini
par sa concentration qui peut s’exprimer de diverses manières.

 concentration en mole rapportée par un volume


a. Molarité ou concentration molaire (mol : L−1 ou M)
9

C = nombre de mole de soluté/nombre de litre de solution. C = n/V


b. Normalité N = nombre de mole de l’espèce régissante/nombre de litre de solution
(molde.../L) N = x.C
Ou x représente le nombre de charges échangés au cours de la réaction
 Concentrations en mole rapportée à une masse
a. Moralité (mol/Kg)
Cm= nombre de mole de soluté/nombre de kg de solvant.
 Concentrations en masse rapportée à un volume

Concentration pondérale (g/l)


P = masse de soluté/nombre de litre de solution P = m/V ou P
= C × M. C : Concentration molaire et M : masse molaire la
dilution est égale à l’inverse de la concentration
 Unités biologiques
a..L’équivalent-gramme

b. Le titre pondéral
P=E×N

E : équivalent-gramme = M du composé/nombre de charge échangées


N : normalité
c. Pourcentage massique
%m
Exercice d’application
Soit le dosage redox d’une solution de permanganate (V=13,4mL) par une solution d’oxalate.
(15mL C=0,53g/L) Calcul de :
 Concentration équivalente de la solution d’oxalate N1 = C1/E1 = 5,76Eq − g/L
 Concentration équivalente de la solution de permanganate N1V1 = N2V2N2 = 0,0064Eq − g/L
 Concentration pondérale de la solution de permanganate C2 = E2N2 = 0,18g/L
 Concentration molaire de la solution d’oxalate M1 = N1/x = 0,00035mol/L
 Concentration molaire de la solution de permanganate M2 = N2/x = 0,012mol/L

P : titre pondéral
10

Pour un dosage d’oxydoréduction, un étudiant met une solution de KMnO4 (0,03% de masse)
dans la burette et 20mL d’une solution acidifiée de sel de mohr dans l’erlenmeyer Calculer la
normalité de KMnO4.
 L’équivalent-gramme est :
La quantité d’une substance qui fait échanger une mole de proton dans les réactions acido-
basique La quantité d’une substance qui fait échanger une mole d’électron dans les réactions
redox.
 L’état solide
C’est un état ne sera pas étudié dans le cadre de notre préparation.

Chapitre 4: Cinétique Chimique

1 - Vitesse de réaction

1.1 Définition de la vitesse d’une réaction


La vitesse volumique V d’une réaction chimique ou simplement vitesse de réaction est
définie a partir de l’avancement x de la réaction et du volume V du système chimique au sein
duquel se déroule la réaction. Elle est donnée par la relation :

L’expression dx/dt représente la dérivée par rapport au temps de la fonction avancement


Géométriquement, sa valeur en un point donné est la pente de la tangente de la courbe en ce
point.
1.2 Détermination graphique d’une vitesse de réaction
Pour déterminer la valeur d’une vitesse de réaction, il faut savoir comment vari l’avancement
en fonction du temps, soit sous forme d’un tableau descriptif, soit sous forme d’une fonction
x(t).
1.3 Détermination de la vitesse de la réaction á partir d’une concentration
1.3. 1Utilisation de l’avancement

x = nA = V.[A] La vitesse de la réaction s’écrit :


11

Ce calcul est valable si le volume du système chimique reste constant.

1.3. 2 Relation entre v et la variation de la concentration d’un


Soit l’équation : αA + βB −→ µC + δD on a :

Avec :
va la vitesse de disparition de l’espèce A vb la vitesse de disparition de l’espèce B vc la vitesse
de formation de l’espèce C vd la vitesse de formation de l’espèce D
1.4 Temps de demi−réaction.
Le temps de demi-réaction notée τ1/2 est la durée nécessaire pour que l’avancement soit
parvenu â la moitié de sa valeur finale.

On obtient τ1/2 = 100s


2 - facteurs cinétiques
Un facteur cinétique permet de modifier la vitesse d’une transformation chimique.
2.1 La température
12

En général, plus la température augmente plus la vitesse de la réaction augmente


l’avancement final est alors rapidement atteint.
2.2 Concentration des réactifs
Généralement, plus la concentration des réactifs sont élevée, plus la vitesse de la réaction n’est
grande.
2.3 La catalyse
On appelle catalyseur toute substance capable d’augmenter la vitesse d’une réaction chimique
sans apparaitre dans les équations bilan
Il existe trois types de catalyses :

 on dit que la catalyse est hétérogène si le catalyseur est dans une phase différente de
celle des réactifs.
 On dit que la catalyse est homogène si le catalyseur est dans la même phase que les
réactifs.
 On dit que la catalyse est enzymatique si elle fait intervenir une enzyme ( protéine ).

3- Influence des concentrations sur la vitesse : ordre d’une réaction

Considérons la réaction générale suivante : αA + βB −→ µC + δD


Pour cette réaction, l’expérience montre que l’on peut en général, mettre la vitesse de la
réaction sous la forme V = K[A]p[B]q
K est une constante appelée constante de vitesse et ne dépend que de la température. p est
l’ordre partiel de la réaction par rapport à A et q est l’ordre partiel de la réaction par rapport à
B.
(P + q) est l’ordre total de la réaction.

 Si p = 1, on dit que la réaction est d’ordre 1 par rapport au réactif A


 Si p = 2 la réaction est d’ordre 2 par rapport à A
 Si P = 0 la réaction est d’ordre 0 par rapport à A
3.1 Réaction d’ordre 1 par rapport a un réactif.
3.1. 1Expression de la vitesse

D’après la définition de l’ordre 1 on peut écrire V = K[A]1en admettant que les autres réactifs
n’interviennent pas dans la cinétique du réactif.
13

3.1. 2 Relation c = f(t)


49
3. INFLUENCE DES CONCENTRATIONS SUR LA VITESSE : ORDRE D’UNE
RÉACTION
3. Influence des concentrations sur la vitesse : ordre d’une réaction
V = K[A] Or Posons [A] = C

⇒ lnC = −Kt + cte à t=0 , C = C0, cte=lnC0

3.1. 3 Détermination de la constante de vitesse


La relation C = C0e−Kt peut s’écrire encore
Si nous représentons en fonction de t, nous obtenons une droite dont la pente est K
Réciproque : si on obtient une droite en représentant , alors la réaction est d’ordre
1.
3.1. 4 Temps de demi-réaction

On appelle temps de demi-réaction le temps ou bout duquel la concentration du réactif atteint


la moitié de sa valeur initiale. D’après cette définition, t = T1/2 pour

3.1. 5 Expression de réaction d’ordre 1

 Réaction entre les ions péroxo disulfate et les ions iodures

Ce réactif est d’ordre 1 par rapport aux ions péroxo disulfate, donc :

 L’hydrolyse du saccharose
C12H22O11 + H2O −→ C6H12O − 6 + C6H12O6
 La décomposition catalytique de l’eau oxygénée.
14

3.2 Réaction d’ordre 2 par rapport à un réactif


3.2. 1Expression de la vitesse

3. Influence des concentrations sur la vitesse : ordre d’une réaction


3.2. 2 Relation c = f(t)

3.2. 3 Détermintion de K
Si on trace la courbe donnant en fonction du temps. On obtient une droite de pente K.
Réciproquement Si on obtient une droite en représentant la fonction . Alors la
réaction est d’ordre 2 par rapport au réactif considéré.
3.2. 4 temps de démi-réaction

t = T1/2 pour

3.2. 5 Exemple de réaction d’ordre 2

 La décomposition de l’éthanal en phase gazeuse â chaud


CH3¯CHO −→ CH4 + CO
 La décomposition de l’oxyde d’azote.
2N2O −→ 2N2 + O2

3.3 les réactions d’ordre 0


15

Ces réactions sont très rares

V = K[A]0 avec [A]0 = 1

 Détermination de K
Si on représente la fonction C = C0Kt on obtient une droite de pente négative −K.
 Temps de demi−réaction

Exemple
La décomposition catalytique de l’ammonium en présence du tungstène 2NH3 −→ N2 + 3H2
Ou l’oxydation du dioxyde de souffre sur la mousse de platine 2SO4 + O2 −→ 2SO3
4- Influence de la température sur la vitesse d’une réaction : loi d’Arrhenius

Nous avons montré plus haut que la constante de vitesse dépendait quelque soit l’ordre de la
température. Arrhenius á l’issue de très nombreuses études expérimentales a établit entre K
et la température du milieu réactionnel.

: C’est la loi d’Arrhenius

Par intégration, on a :

à t=0, on a K = K0

K : constante de vitesse
T : température absolue (K)
R : constate des gaz parfaits
E : énergie d’activation
K0 = A = constante d’intégration
16

Ainsi on peut écrire K = Ae−E/RT

Chapitre 5: Equilibre Chimique

1 Introduction

Certaines réactions chimiques peuvent être considérées comme totales par exemple la
réaction en solution aqueuse :
(H+,Cl−) + (Na+,OH−) −→ Na+ + Cl− + H2O
Dans ce cas, l’avancement final est égal á l’avancement maximal. Xf = Xmax Cependant de très
nombreuses réactions chimiques ne sont pas totales donc leur avancement final Xf est différent
de l’avancement maximal Xmax. De telles réactions peuvent se dérouler dans les deux sens.
Leur sens dépend des conditions initiales imposées aux systèmes chimiques.
Ainsi, si l’équation associée est aA + bB cC + dD
On définit le quotient de réaction par la relation suivante :

Où [A], [B], [C], [D] sont les valeurs des concentrations exprimées en mol : L−1 ; Qr est
sans unité.

2 - Lois qualitatives concernant un équilibre chimique


2.1 Facteurs définissant un équilibre chimique
Les facteurs qui ont une influence qualitative sur un système en équilibre chimique sont : La
température, la pression, concentration molaire et la pression partielle.
2.2 Loi générale
Toute modification d’un facteur d’un équilibre chimique réversible provoque si elle se produit
seule un déplacement de l’équilibre dans un sens qui tend à s’opposer à la variation du facteur
considéré.

2. 2. 1 Loi de Vant’Hoff : Influence de la température


 Une élévation de la température provoque le déplacement de l’équilibre dans le sens de
la réaction endothermique.
 Un abaissement de la température provoque le déplacement de l’équilibre dans un sens
de la réaction exothermique.
17

2.2.2 loi de Le Chatelier : influence de la pression


 Une augmentation de la pression provoque le déplacement de l’équilibre dans le sens
qui diminue le nombre total de molécule gazeuse.
 Une diminution de pression provoque le déplacement de l’équilibre dans le sens qui
augmente le nombre total de molécule gazeuse.
Exemple :
Quel est l’effet de la variation de la pression sur la réaction de synthèse de
l’ammoniac. N2(g)+3H2(g) 2NH3( g )
−→ si P augmente R : sens 1
−→ si P diminue R : sens 2
quel est le sens de variation de la pression sur la réaction H2(g)+I2(g) 2IH( g )
R : aucun effet

2.2. 3 influences de la concentration ou de la pression partielle.


Une augmentation de la pression partielle ou de la concentration d’un constituant provoque
le déplacement de l’équilibre dans le sens d’une disparition accrue de la substance
ajoutée.
Une diminution de la concentration ou de la pression partielle d’un des constituants
provoque le déplacement de l’équilibre dans le sens d’une apparition accrue de la
substance retirée.

3- Lois quantitatives concernant les équilibres chimiques : loi d’action de masse


3.1 Loi d’action de masse relative aux équilibres homogènes
3.1. 1 Enoncé relatif aux concentrations molaires.

Soit la réaction : A l’équilibre on a :


Kc est appelé constante d’équilibre de la réaction, Kc dépend de la température et est
indépendante de tout autre facteur.

3.1. 2 Enoncé relatif aux pressions partielles.


Est la constante d’équilibre pour des constituants gazeux,

Kc = Kp(RT)−∆n Avec ∆n = (α + β) − (µ + δ) la variation du nombre de mole de gaz et R =


0.082atm.L.K−1
Exemple :
Exprime Ke et Kn pour la réaction
N2(g)+3H2(g) 2NH3( g )
18

pN2 × p2H2

 Le degré d’avancement ou coefficient de dissociation


En fait, le nombre de mole des corps en présence n’est pas souvent précisé il est donc
plus commode de travailler avec le degré d’avancement.
où l’avancement X représente le nombre de mole dissociées et n0 le nombre de moles
initial.
 Expression de kp en fonction de α
Considérons la réaction précédente : H2(g)+I2(g) 2IH( g )

Or

Pour deux réactions réversibles l’une de l’autre, on admet que K.K0 = 1


 Prévision quantitative du sens spontané d’évolution d’une réaction
Pour une réaction chimique spontanée, c’est-à-dire pouvant se dérouler sans apport
d’énergie du milieu extérieur, il est possible de prévoir le sens d’évolution par
comparaison du quotient de réaction á l’état initial avec la constante d’équilibre :

 Si Qri < K l’évolution a lieu dans le sens direct (de la gauche vers la droite)
 Si Qri > K l’évolution a lieu dans le sens inverse

Chapitre 6: Les Réactions Acido-basiques

1 - Le pH

1.1 La concentration en ions H3O+


19

[H3O+] : Concentration en
ions H3O+ n : quantité de
matière d’ion H3O+ V :
volume de la solution
1.2 De [H3O+] au pH
pH = −log[H3O+]

1.3 Du pH à [H3O+]
[H3O+] = 10−pH

2 - Calcul du pH d’une solution acide ou basique


2.1 Cas d’une solution de base forte ou d’acide fort
2.1. 1 Acide fort.

Considérons une solution aqueuse d’un acide fort noté AH et de concentration molaire C0 ,
la réaction entre AH et H2O s’écrit : AH+H2O A− + H3O+.
Elle est totale.
Les espèces présentes dans la solution sont A−,H2O,H3O+ et OH− L’électro neutralité s’écrit :
[A−]+[OH−]=[H3O+]

 La réaction étant totale on a [A−]=C0. De plus, en milieu acide on peut négliger [OH−];
ainsi [A−]=[H3O+]=C0 et donc pH= −log[H3O+] = −logC0

Conclusion : Le pH d’un acide fort de concentration C ≤ 10−6 mol/L est donné par la relation
pH = −logC Cas où C < 10−6mol/L
On revient á l’électro neutralité car [OH−] n’est plus négligeable. Ainsi :

2.1. 2 Cas d’une base forte

Le pH d’une base forte de concentration molaire C ≥ 10−6 mol/L est donné par la relation pH
= 14 + logC
Cas où C < 10−6 mol/L
On résous l’équation de l’électro-neutralité sans négliger OH−
20

2.2 Cas d’une solution d’acide ou de base faible


2.2. 1 Cas d’un acide faible

L’acide AH réagit très partiellement dans l’eau suivant l’équation : AH+H2O A−


+ H3O+

 Espèces chimiques en présence : AH,H2O,A−,H3O et OH−


 Electro neutralité : [A−] + [OH−] = [H3O+]
 Conservation de la matière : C = [A−] + [ AH ] Produit ionique de l’eau : Ke=[H3O+] ×
[HO−] Constante d’équilibre :

Conclusion : pour une solution d’acide faible telle que pKa + logC ≥ 2 le pH est donné par la
formule :
avec pH ≤ 6,5
2.2. 2 Cas d’une base faible

Soit B une base et C sa concentration molaire, l’action de B sur l’eau n’est pas totale; la
réaction s’écrit :
B + H2O BH++OH−
espèces chimiques en présence : B,BH+,OH− et H3O+ électro neutralité : [H3O+] +
[BH+] = [OH−] conservation de la matière : C=[B] [+BH+] produit ionique de l’eau :
Ke = [H3O+] × [OH−]
constante d’équilibre :

⇒ [OH−] négligeable devant C

Conclusion : pour une solution de base faible telle que 14 − pKa + logC ≥ 2; le pH est donné
par la formule pH = 7 + 1pKa + 1 logC
Cas où
On résaud l’équation
R : pH=11,3
3 - Les mélanges acide-base conjugués
21

3.1 Concentration molaires de l’acide et de la base conjuguée


Considérons un mélange de CH3COOH et CH3COO−+Na+ ; si les concentrations Ca et Cb
sont voisines, tout se passe comme si l’acide éthanoïque et les ions éthanoates ne subissent
l’action de l’eau.
On calcul donc les concentrations molaires de la manière suivante.
C V CbVb

3.2 Calcul du pH du mélange

4 - Les solutions tampons

Les solutions tampons Une solution tampon est une solution dont le pH est très peu sensible
à une addition molaire d’acide ou de base et a la dilution.

4.1 Préparation d’une solution tampon


On prépare une solution tampon en choisissant un couple dont le pKa est voisin du pH du
tampon désiré et en réalisant un mélange dont la composition est voisine de celle de la
solution à la demi-équivalence.

4.2 Le pouvoir tampon


L’efficacité d’une solution est mesurée par son pouvoir tampon; il est définit par la relation
Le pouvoir tampon est maximum pour pH = pKa.
Propriété : Le pouvoir tampon d’une solution est d’autant plus élevé qu’une forte variation
de concentration ou de la base ajoutée entraine une faible variation du pH de cette solution.

5 - Les ampholytes
Un ampholyte est une espèce chimique susceptible soit de libérer un ou plusieurs protons, soit
de capter un ou plusieurs protons, il se comporte donc soit comme un acide soit comme une
base suivant le milieu où il se trouve.
5.1 Cas des acides aminés
Exemple
22

Un acide aminé
Un acide aminé est un composé dont la molécule comporte une fonction amine carboxylique
COOH. NH2 et une fonction acide

Les plus courants sont les a-aminés de formule générale :

5. 1. 1 L’acide aminé en solution aqueuse

Dans l’eau, on assiste au transfert d’un proton de la fonction acide vers la fonction amine;
avec formation a 100 %
Dosage acido-basique
D’un ion appelé Amphion ou Zwiterrion de formule :

R1

C
+H3N COO−
R2
En milieu acide il capte un proton

R1 R1

C C

+
H3N COO +H ↔ H3N+ +
COOH
R2 R2

le couple correspondant est :

En milieu basique il cède un proton

R1 R1

C C

+
H3N COO ↔ H2N COO− +H+
23

R2 R2
le couple correspondant est :

avec pK2 > pK1

5.2 pH d’une solution ampholyte


Le pH d’une solution d’ampholyte est donné par la relation ); il ne dépend
pas de la concentration de la solution.
Remarque
On appelle point isoélectrique d’une solution d’ampholyte, le point pour lequel

6 - dosage acido-basique

6.1 Les indicateurs colorés


Un indicateur coloré est un acide faible ou une base faible dont les deux formes acide ou base
conjuguées ont deux couleurs différentes. L’indicateur coloré a un pKa noté pKi pour pH <
pH1 la teinte acide se manifeste
 pour pH > pH1 la teinte basique se manifeste
 pour pH = pH1 la teinte change, on dit qu’il y a virage.
 Les valeurs du pH comprises entre pKi+1 et pKi−1 délimitent la zone de virage de
l’indicateur.

Exemple
l’hélianthine passe du rouge au jaune dans la zone (2,8; 4 , 5)
Le bleu de bromothymol passe du jaune au bleu dans la zone (6; 7 , 6)
La phénolphtaléine passe de l’incolore au rose vif dans la zone (8,1; 9,8).

On utilise un indicateur coloré pour mettre en évidence l’équivalence acido-basique. Pour


chaque dosage on choisit l’indicateur dont le pKa(pKi) est le plus proche de la valeur du pH á
l’équivalence.

Chapitre 7: Oxydoréduction basiques


24

1 - Définition des termes

Une oxydation est une perte d’électrons, Une réduction est un gain d’électrons, Un oxydant
est une substance capable de gagner des électrons, Réducteur Un réducteur est une substance
capable de céder des électrons. Une oxydoréduction est une réaction au cours de laquelle il se
produit simultanément une oxydation et une réduction.

2 - Nombre d’oxydation

L’oxydation d’une espèce est couplée à la réduction d’une autre. Il s’agit d’un transfert
d’électrons. Il est donc utile de connaître pour une espèce chimique le nombre d’électrons
qu’elle peut donner ou recevoir. Ceci nous amène â introduire la notion de nombre
d’oxydation; Le nombre d’oxydation est une charge arbitraire. Elle consiste â attribuer à
l’élément le plus électronégatif les électrons de la liaison ou de les partager si les atomes sont
identiques. L’élément le plus électronégatif se verra donc attribuer une charge négative. Les
règles et conventions que l’on utilise sont les suivantes :
 Le n.o. d’un élément â l’état de corps simple est nul quel que soit le nombre d’atomes
qui constituent une molécule élémentaire;
 La somme algébrique des n.o. dans une molécule est nulle;
 Le n.o. d’un élément â l’état d’ion simple est égal â la valeur algébrique de la charge de
cet ion;
 La somme algébrique des n.o. des éléments présents dans un ion polyatomique ou
complexe est égal à la valeur algébrique de cet ion;
 L’oxygène est en général le plus électronégatif (sauf par rapport au Fluor) il se voit donc
attribuer le nombre d’oxydation -II (sauf dans les peroxydes où il vaut -I )
 L’hydrogène a généralement le nombre d’oxydation +I (sauf dans les hydrures
métalliques NaH,KH... où il vaut - I;

Exemple :
Quels sont les nombres d’oxydation pour les éléments présents dans les espèces suivantes?
Cl2O O :-II; Cl :+ I
H2SO4 O :-II; H :+I S :+ VI
KMnO4 O :-II; K :+I Mn :+ VII
H2O2 O :-II; H :+ I
NaH H :-I Na :+ I
25

3- Réaction d’oxydoréduction et titrage

L’introduction de la notion de nombre d’oxydation permet de redéfinir oxydation et


réduction; L’oxydation est donc une augmentation du nombre d’oxydation et la réduction une
diminution du nombre d’oxydation. Une réaction d’oxydoréduction est une réaction chimique
impliquant un transfert d’électrons entre un oxydant et un réducteur de couples différents.
 Pour ajuster la stœchiométrie d’une équation d’oxydoréduction, il faut identifier les
deux couples ox/réd mis en jeu; puis, écrire les demi-équations relatives à ces deux
couples. Les électrons figurent toujours dans le même membre que la forme oxydée
du couple
 Titrer une entité chimique en solution c’est déterminer sa quantité de matière ou sa
concentration au moyen d’une réaction chimique. On appelle équivalence du titrage
l’état du système pour lequel les réactifs ont été introduits dans des proportions
stœchiométriques. Notion Experimentale de Potentiel Redox

3.1 Potentiel standard : Définition


Le potentiel standard normal ou celui d’électrode est celui que l’on mesure dans les conditions
suivantes :

 Concentrations des espèces chimiques = 1 mol/L


 Pression de 1 atm = 105Pa
 Température de 298K

3.2 Calcul du potentiel redox : Relation de Nernst


Outre la concentration des espèces chimiques en solution, le potentiel d’électrode dépend de
:
 La nature du couple
 La pression des gaz intervenant dans la réaction redox
 La température

Notons aox + ne− −→ bred La réaction qui se produit à une électrode, le potentiel E de
l’électrode vérifie la
RT a

relation de Nernst suivante :


E0 : potentiel standard du couple en volt
26

R :constante des gaz parfaits (8,314)


T : température absolue en K(T = t + 273)F : la charge d’une mole appelée constante de
Faraday (1F = 6,02x1023 × 1,6x10−19 ≈ 96500C :
n nombre d’électron ln : logarithme népérien

En remplaçant R, F et T par leurs valeurs et en passant au logarithme décimal (ln = 2,3log)


on obtient

Si la concentration des espèces en solution est 1mol/L, le potentiel est égal au potentiel
standard
4 - La pile

4.1 Interprétation Macroscopique du fonctionnement d’une pile

Le pont salin est une solution ionique de chlorure de potassium

4.2 Interprétation microscopique du fonctionnement d’une pile


L’équation redox s’écrit : Zn(S)+Cu2+aq −→ Zn2+aq
+ Cu(S) tends vers K

 Si on note Q la quantité maximale d’électricité que peut débiter une pile, son
expression est la suivante :
Q = ZxxmaxxF
Z : nombre d’électrons échangés xmax : avancement maximal(mol/L)
27

F :Faraday = 96500 C
Durée se fonctionnement d’une pile :
Par définition l’intensité I du courant continu est :

RAPPEL BIOLOGIE

SCHEMAS DESCRIPTIF ET ETUDE DE QUELQUES


ORGANES
28
29
Spermatogénèse Ovogénèse
30
31

Situation dans de la puberté à la mort de Elle se fait par étapes discontinues :


la vie de l’individu → étape fœtale : multiplication des
l’individu ovogonies et croissance des
ovocytes I; blocage de la méiose en
Prophase I;
→ puberté : levée du blocage à chaque
cycle et ponte d’un ovocyte II;
nouveau blocage en métaphase II;
→ fécondation : levée du second
blocage.
Durée L’évolution d’une L’âge de la femme au moment de la
spermatogonie en ponte
spermatozoïde se fait en « ovulaire » détermine l’âge de l’ovocyte
74 jours de manière II émis et donc la durée de l’ovogenèse.
continue.
Importance des Phase de croissance Phase de croissance très importante qui
différentes peu importante; correspond à l’accumulation des réserves
phases Phase de cytoplasmiques.
ifférenciation longue et Phase de différenciation inexistante chez
importante : on obtient les Mammifères car c’est l’ovocyte II qui
des cellules très est fécondé
différentes des
spermatides
32

Méiose Méiose continue I Méiose discontinue


Divisions Divisions cytoplasmiques
cytoplasmiques égales. inégales. On obtient une grosse
cellule : l’ovocyte II et une petite
cellule : le premier globule polaire.
Ceci permet de préserver les
réserves dans le gamète.
Nombre de Une spermatogonie Une ovogonie entrant en phase de
ga- entrant en phase de croissance engendre théoriquement
mètes obtenus croissance engendre 4 un ovocyte
spermatozoïdes. II
De nombreux Des dégénérescences massives
spermatozoïdes sont mal diminuent le stock d’ovocytes I dès
formés la fin de la phase de multiplication
(6 millions d’ovogonies dans les
ovaires du fœtus; seuls 500
ovocytes I arrivent à maturité à la
naissance!)
33
34

Organe sécréteur Suc digestif et pH Enzyme Rôle de l’enzyme


Bouche Salive (7 = neutre) Amylase Transforme l’amidon
cuit en maltose.
Glandes de la Suc gastrique(1= Protéase (pep- Transforme les
paroi de l’estomac acide) sine) protéines en
polypeptides.
Pancréas Suc pancréatique (8 Amylase Transforme l’amidon
= Protéase cuit en maltose.
basique) (trypsine) Transforme les
Lipase protéines et les
polypeptides en
polypeptides de taille
plus ou moins petite.
Transforme les lipides
émulsionnés par la bile
en acides gras et
glycérol.
Cellules de la Suc intestinal (8) Protéase Peptidase Transforme les
paroi de l’intestin Maltase protéines et les
grêle Saccharase polypeptides en
Lactase lipase polypeptides de taille
plus ou moins petite.
Transforme les
polypeptides en acides
aminés.
Simplifie le maltose
en glucose.
Simplifie le
saccharose en glucose.
Simplifie le lactose
en galactose et en
glucose.
Simplifie les lipides
en acides gras et
glycérol.
35
36
37

Le diabète
Le diabète diabète est un dysfonctionnement du système de régulation de la glycémie, qu i p
eut avoir des causes diverses (sécrétion d’insuline, réponse à l’insuline...). L’anomalie
principale en cause dans le diabète sucré est une pathologie de la sécrétion de l’insuline, qui
reconnaît de multiples causes.
Classification
Le diabète de type 1 ?
Un diabète de type sucré, dont la forme la plus fréquente est la conséquence d’une maladie
auto-immune, c’est-àdire la destruction des cellules? β des îlots de Langerhans du pancréas
(qui synthétisent l’insuline) par le système immunitaire, ce dont témoigne la présence
d’anticorps dans le sang. Le diabète de type 1 est le p lus souvent un diabète insulino
dépendant. C’est la cause la plus fréquente de diabète chez l’enfant, mais il p eut survenir à
tous les âges.

le diabète de type 2 ?
38

Le diabète de la maturité, observé le plus souvent chez des individus en sur poids ou obèses,
qui ont des antécédents familiaux de diabète de type 2. Chez la femme, cela a parfois été
précédé de diabète gestationnel ( diabète transitoire pendant les grossesse s), ou plus souvent
de gros bébés. Le diabète de type 2 est le plus souvent non-insulino dépendant, mais de
l’insuline peut être nécessaire pour le contrôle des glycémies. Le diabète de type 2 s’associe
souvent à d’autres facteurs de risque cardiovasculaire, comme l’hypertension artérielle, la
répartition androïde des graisses, l’hypertriglycéridémie et la baisse du taux du cholestérol-
HDL, le syndrome métabolique

aussi appelé syndrome dysmétabolique. Cette forme de diabète représente près de 80%? des
cas de diabète. Son incidence augmente, en conséquence des modifications du mode de vie
(sédentarité, alimentation hypercalorique, hyperlipidique).

Le diabète gestationnel?
Diabète qui apparaît pour la première fois chez certaines femmes au cours de la grossesse . Il
est caractérisé par une intolérance au glucose due à la production d’hormones placentaires,
provo quant une insulinorésistance qui entraîne une hyperglycémie. Le diabète gestationnel
peut être isolé (il ne survient que pendant le s grossesses)?; plus fréquemment, il annonce la
possibilité d’un diabète de type 2 ou p eut être la première manifestation d’un diabète de type
1 ?.

Complications du diabète
Les conséquences du diabète peuvent être lourdes pour la santé. L e diabète est un facteur de
risque important de maladies cardiovasculaires, infarctus, insuffisance cardiaque, artérite,
accident vasculaire cérébral, de neuropathie, ou encore de troubles micro-angiopathiques
pouvant conduire à la cécité (rétinopathie), à une insuffisance rénale chronique
(néphropathie). Le diabète est une maladie aggravant l’invalidité, provo quant la diminution
de l’espérance de vie, et engendrant de forts coûts médicaux.

Prévalence
Le diabète, sans être véritable ment classé dans les maladies émergentes, est une maladie non
contagieuse qui se développe de manière épidémique depuis quelques décennies, et dont la
prévalence augmente fortement et rapidement dans tous les pays, laissant supposer qu’outre
une composante génétique, cette maladie ait un ou plusieurs facteurs environnementaux.
L’organisation mondiale de la santé évoque une véritable épidémie. L’OMS s’attend à un
nombre de diab étiques d’environ 300 millions d’ici à 2025.
39

Incidence
Le diabète est devenu la quatrième ou cinquième cause de mortalité dans la plupart des pays
développés. Il a d’abord touché essentiellement des pays riches ou développés, mais s’étend
maintenant dans les pays pauvres ou nouvelle ment industrialisés. Les complications oculaires
et cardiovasculaires de cette maladie qui surviennent souvent chez des gens jeunes ou encore
en activité poussent les services de santé et organismes de sécurité sociale à dépenser de plus
en plus pour lutter contre le diabète dont les causes restent incomprises. Le nombre de cas
continue néanmoins d’augmenter.

Prévention et traitement
Outre un dépistage permettant un traitement plus précoce, un régime alimentaire adapté, une
augmentation de l’activité physique (baisse de poids), avec une sensibilisation et un
programme d’éducation continu peuvent fortement diminuer la prévalence du diabète. Chez
les patients ayant déjà développé un diabète, divers moyens existent d’en diminuer les
impacts? :
Le traitement précoce de l’hypertension artérielle et de l’hyperlipémie, le contrôle de la
glycémie (antidiabétiques oraux pour le diabète de type? Il et insuline pour le diabète de
type?I) réduisent les complications et freinent l’évolution vers les formes graves de diabète.
La détection et le traitement précoces de la protéinurie limitent ou freinent l’évolution vers
l’insuffisance rénale.
 La prévention de l’ulcération des pieds par une éducation et des soins appropriés divise
par deux l’incidence des amputations.
 Le dépistage et le traitement précoces des rétinopathies évitent nombre de cécité et
diminuent les coûts globaux (dont indirects et immatériels) du diabète.
 Une lutte plus efficace contre le tabagisme et l’alcoolisme, facteurs d’aggravation du
diabète (hypertension et cardiopathie) est également recommandée par l’OMS.

EPREUVES BIOLOGIE ENS YAOUNDÉ

Ens Biologie 2008


Exercice 01

1 Le placenta est une glande endocrine qui sécrète


a. De la prolactine
40

b. l’hormone chorionique gonadotrope


c. des gonadostimulines
d. l’hormone de croissance
2 Le réflexe myotatique désigne :
a. Un réflexe conditionné
b. Un réflexe au touché
c. La contraction d’un muscle en réponse à son propre étirement
d. Un mouvement volontaire.
3 l’hypothalamus sécrète :
a. Des gonodotrophines
b. Des neurohormones
c. La folliculostimuline
d. Des hormones hypophysiotropes 4 la séquence de nucléotides :
a. Est une succession des bases azotés au sein d’une molécule d’ADN
b. Est une portion d’ADN codant pour l’initiation de l’ARNm
c. N’a aucune signification biologique
d. Est une succession de nucléotides au sein d’une molécule d’ADN
5 qu’est-ce que : la gonadostimuline; la capacitation; le neurone; la méiose.

Exercice 02

1 L’analyse d’une molécule d’ADN montre que l’un des ses brins contient sept (07) bases
azotés.
a. Quel est le nombre de bases azotés de l’autre brin?
b. Quel est le nombre de bases de nucléotides qui comporte cet ADN?
c. Cite deux organites cellulaires comportant l’ADN.
2 Le spermatozoïde contient 3,5pg d’ADN, tandis qu’à l’ovulation , le gamète femelle chez
l’homme en contient 07 pg. Expliquer pourquoi.
41

Exercice 03
Définir les termes suivants : fossiles; subsidence; métamorphisme; sédiment
Exercice 04

Après avoir définir la notion de stratigraphie, énoncer deux principes utilisés dans ce domaine
de la géologie.

Exercice 05
un animal consomme des aliments contenant de l’amidon marqué au 14C.
1 Faire le schéma annoté de la coupe longitudinale d’une dent.
2 Donner les transformations subies par l’amidon dans le tube digestif et les responsables
de cette transformation.
3 Sous quelle forme et par quel mécanisme s’effectue l’absorption des produits
responsables de cette transformation?
4 On constate que le 14C se trouve dans le dioxyde de carbone rejeté par la respiration .que
peut-on en conclure
5 Dans quelle mesure la présence du CO2 dans l’atmosphère peut être dangereux pour les
êtres vivants?que faut-il faire pour y remédier?
42

Ens Biologie 2009


Exercice 01
Parmi les propositions suivantes relever uniquement le(s) numéro(s) de celles qui sont justes.
1 La mitose désigne :
a. Une division directe de la cellule aboutissant à 2 cellules filles.
b. Une division cellulaire comportant 4 phases et aboutissant à 2 cellules filles
identiques entre elles et la cellule mère.
c. Une division cellulaire qu’on observe que chez les individus encore en croissance 2
A propos des jumeaux :
a. Les faux jumeaux sont toujours de sexes différents.
b. Les enfants de mêmes sexes nés d’une même grossesse sont toujours de vrais
jumeaux.
c. Les faux jumeaux peuvent être de même sexe.
4 Un nucléotides est constitué :
a. D’un pentose, d’ARN et d’un ADN.
b. D ’un acide phosphorique, d’un pentose et d’une base organique.
c. D ’un phosphate, d’un ose et d’une base azotée.
5 A propos des lymphocytes :
a. Les lymphocytes B possèdent chacun des récepteurs aux déterminants antigéniques
très variés.
b. Les lymphocytes T proviennent des cellules souches de thymus.
c. Chaque clone de lymphocyte B et T est spécifique d’un déterminant antigénique
donné.
6 Un sujet à épuisement à une régénération d’ATP :
a. Par voie aérobie.
b. Par voie des ADP avec formation d’AMPc.
c. Par voie anaérobie lactique.

Exercice 02
43

1 Quel est le but de la géologie.


2 En 1910, Alfred Wegener a émis l’hypothèse de la dérive des continents, énoncer cette
hypothèse.
3 Relever deux arguments permettant de soutenir cette hypothèse.
4 En fonction de leurs origines, citer les différents types de roches sédimentaires avec un
exemple pour chaque type.

Exercice 03
Chez les mammifères la neurohypophyse sécrète deux hormones polypeptidiques : la
vasopressine (VP) et l’ocytocine (OT). On donne la séquence de base des portions d’ADN
codant pour la VP et pour l’OT. Des deux brins de cette portion, seul le brin codant est
représenté : VP : TGA TAC TTC CAG AAC TGC CCA AGA GGA OP : TGC TAC ATC
CAG AAC TGC CCC CTG GGC.
1 Trouver la séquence des acides aminés de chacune des deux hormones On donne :

UGC = cystéine UUC = phénylalanine AAC=


UAC = Tyrosine CAG = glutamine Asparagine
AUC = isoleucine CCA = proline CCC = proline
AGA = Arginine CUG = leucine GGA = glycine
GGC = glycine
2 Quels sont les différences observées au niveau du brin transcrit de chaque fragment
d’ADN? Ces différences se traduisent elles ou non dans les structures des deux
polypeptides formés? Pourquoi?
3 Établir l’importance du rôle des mutations dans la réalisation de la diversité du génome.

Exercice 05
Un normalien possède trois gènes de forme AaBbCc.
1 Donner les formules générales de détermination du nombre de gamètes.
2 Préciser le nombre et citer les gamètes dans le cas d’indépendance de caractères et de
linkage.
44

Ens biologie 2010


Exercice 01
Le document ci-contre représente la section d’un terrain. Des évènements géologiques se sont
succédé dans ce terrain au cours des temps :

1 citez les évènements géologiques dont il est question.


2 donnez l’âge du pluton par rapport à la couche D. justifiez votre réponse.
3 classez les évènements par ordre chronologique croissant.
4 a quelles ères s’est formé ce terrain? pourquoi?

Exercice 02
Parmi les propositions suivantes relever uniquement le(s) numéro(s) de celles qui sont justes
1 Chez l’homme, la fécondation :
a. Produit une cellule œuf, ou zygote polyploïde.
b. Correspond à une rencontre de deux gamètes diploïdes.
c. Est immédiatement suivie d’une méiose transformant le zygote en cellule haploïde
d. Permet une reproduction universelle.
2 La morphine agit sur certains neurones :
a. En empêchant la libération de neurotransmetteurs.
b. En stimulant la libération de neurotransmetteurs.
c. En substituant un médiateur naturel sur son récepteur
45

d. En détruisant un neurotransmetteur.
3 Le virus de la grippe A (H1N1) est :
a. parfaitement identique au virus de la grippe humaine.
b. Parfaitement identique au virus de la grippe aviaire.
c. Probablement d’origine porcine
d. Sexuellement transmissible

Exercice 03
Le tableau suivant donne quelques renseignements sur les volumes et la composition de l’urine
émise par deux diabétiques A et B.

quantité de substance Sujet A Sujet B


excrété
Glucose 3g/jour 0 g/jour
Protéines 0g/jour 0 g/jour
volume d’urine émise L5 L5 à 20L
L/jour jour

1 D’après le tableau, dégager les signes biologiques qui caractérisent ces deux types de
diabète.
2 Sachant que le sujet A a une glycémie d’environ 1,5 mg/dL, interpréter ces signes
biologiques.
3 Quel nom précis donner à ces deux types de diabètes?
46

4 On fait ingérer à un individu normal et au sujet A une quantité déterminée de sirop. On


dose le glucose urinaire toutes les heures. Les résultats sont consignés sur les graphiques
: Figure

a. Analyser ces deux graphiques


b. Quelles précisions apporter sur le comportement des reins par rapport au glucose?
c. Quelle peut être une des origines possibles du diabète présenté par le sujet A?
d. Sachant que le sujet B, traité par des extraits post-hypophysaires, voit son débit
urinaire diminuer considérablement, quelle peut être alors la cause possible de son
diabète?

Ens Biologie 2011


Exercice 01
QUESTION A CHOIX MULTIPLES ( QCM )
Pour chaque question, répondre après le numéro correspondant,

par 1 si les deux propositions sont vraies et ont une relation de


cause à effet; par 2. si elles sont vraies sans relation de cause à
effet; par 3. si l’une des deux seulement est vraie; et par 4. si les
deux sont fausses.
1 le génotype conduit toujours au même phénotype car la mise en place du phénotype
dépend exclusivement du génotype.
2 les mutations affectant les cellules somatiques d’un individu sont transmises à sa
descendance car les mutations modifient l’ADN.
3 l’information génétique d’un individu est unique car aucun membre de la population de
la même espèce ne possède la même combinaison d’allèles.
47

4 la double-fécondation est l’apanage des angiospermes et elle aboutit à la formation de


zygotes, l’un triploïde et l’autre diploïde.

Exercice 02
Le document ci-contre représente la section d’un terrain. Des évènements géologiques se sont
succédé dans ce terrain au cours des temps :

1 citez les évènements géologiques dont il est question.


2 donnez l’âge du pluton par rapport à la couche D. justifiez votre réponse.
3 classez les évènements par ordre chronologique croissant.
4 a quelles ères s’est formé ce terrain? pourquoi?

Exercice 03

1 le croisement d’une souris de race pure WISTAR albinos à moustaches raides avec une
souris de race pure à pelage brun et moustaches frisées donne des hybrides de première
génération, les F1, de phénotype sauvage, c’est-à-dire à poils bruns et à moustaches
raides

a. identifiez les phénotypes issus de la mutation.


b. relevez les informations que nous rapportent les résultats expérimentaux.
2 A l’issue du croisement d’hybrides de première génération entre eux, on a obtenu la
génération F2 composée de
• 56 souris de phénotype sauvage.
• 6 souris albinos à moustaches frisées;
48

• 18 souris albinos à moustaches raides;


• 20 souris brunes à moustaches frisées.

a. analysez les résultats de la F2.
b. Écrivez le génotype des parents de race pure et celui des individus de la F1, en écrit
conventionnel.
3 Le croisement d’une souris de F1 avec une souris albinos à moustaches frisées donne :
• 20 souris de phénotype sauvage;
• 16 souris albinos à moustaches frisées;
• 18 souris à moustaches raides;
• 19 souris brunes à moustaches frisées

a. interprétez ce résultat.
b. proposez une localisation chromosomique des allèles chez un individu de F1 dont
les chromosomes sont observés en métaphase

Ens Biologie 2012


Exercice 01
Le document ci-contre représente la section d’un terrain. Des évènements géologiques se sont
succédé dans ce terrain au cours des temps
1 citez les évènements géologiques dont il est question.
2 Donnez l’âge du pluton par rapport à la couche D. justifiez votre réponse.
3 Classez les évènements par ordre chronologique croissant.
4 A quelles ères s’est formé ce terrain? pourquoi?
49

Exercice 02
Dans la but d’étudier les facteurs d’influence des enzymes, on réalise de expériences dont l’un
des résultats est traduit graphiquement dans le document ci-contre.
1 Donnez un titre à ce graphique.
2 Quel est le facteur qui traduit ce résultat?
3 Dans quelles organes et dans quels sucs digestifs trouve-t-on a, b et c?
4 Tout en précisant les valeurs extrêmes de l’échelle de pH, donnez la valeur de pH qui
correspond à l’activité la plus importante de chacune des enzymes indiquées.
5 Donnez deux autres paramètres qui influencent l’activité d’une enzyme.
6 Donnez deux différences entre une enzyme et un catalyseur.

7 " Les enzymes respiratoires achèvent le travail commencé par les enzymes digestives."
Expliquez cette affirmation.

Exercice 03
50

Questions à chois multiples ( QCM )


Identifier les réponses justes parmi ces affirmations et notez uniquement le numéro suivi des
lettres des bonnes réponses.
1 La germination de grain de pollen se traduit par l’émission d’un tube pollinique dans
lequel s’engage :
a. Successivement le noyau végétatif et le noyau reproducteur;
b. Simultanément les noyaux végétatifs et reproducteurs;
c. Successivement le noyau reproducteur et le noyau végétatif
2 Chez les Angiospermes, la double fécondation est un phénomène caractéristique au
cours duquel :
a. Un spermatozoïde s’unit à l’oosphère pour donner l’œuf albumen diploïdes;
b. Un anthérozoïde fusionne avec les noyaux secondaires pour donner l’œuf albumen
triploïde;
c. Un anthropoïde fusionne avec l’oosphère et les noyaux secondaires pour donner
respectivement l’embryon et l’albumen.
3 Une personne contacte le SIDA lors d’une transfusion sanguine :
a. Le temps de contamination correspond au temps de séropositivité;
b. Le temps de contamination succède au temps de séropositivité;
c. Le temps de contamination précède d’environ 3 mois le temps de séropositivité.
4 L’antéhypophyse produit la FSH et la LH :
a. En réponse aux sécrétions pulsatiles hypothalamiques;
b. A taux variable au cours du cycle menstruel;
c. A taux constant au cours du cycle menstruel; 5 L’écoulement menstruel :
a. Émane de la desquamation du mésoderme;
b. Traduit le degré de saleté d’une fille;
c. Est conséquente à la suite du taux sanguin des œstrogènes et de la progestérone.
7 Le mariage entre cousins et cousines
a. Diminue le risque d’avoir un bébé qui souffre d’une tare génétique;
51

b. Augmente le risque d’avoir un bébé qui présente d’au moins une anomalie
génétique;
c. N’est pas accepté dans notre société et n’a aucun intérêt génétique.
8 Un homme qui souffre du syndrome de Klinefelter possède la formule génétique :(N.B
: A=autosomes)
a. 45A + Y O ;
b. 44A + XXY ;
c. 46A + XX
9 La vaccinothérapie est un mode de traitement par le vaccin et qui :
a. Permet d’apporter les anticorps à l’organisme;
b. Permet l’installation de la mémoire unitaire;
c. Installe de temps en temps la mémoire unitaire.
Ens biologie 2013
Exercice 01

1 Définir les termes et expressions suivants :


lignée humaine , homéostasie , hormone, séropositivité
2 Questions a choix multiples
Des quatre affirmations a, b, c , d , une seule est juste. Relever pour chaque série
l’affirmation exacte en faisant suivre le numéro de la question de la lettre correspondant
a l’affirmation exacte.
a. Une greffe réalisée entre une sœur et son frère est une :
i. Auto greffe
ii. Isogreffe
iii. . Allo greffe
iv. Hétérogreff

b. Les gonadostimulines sont :


i. Des hormones gonadique ii. Des hormones
hypothalamiques iii. Des hormones steroides de manière
pulsatile par l’antehypophyse
iv. Des glycoproteines secretees de manière pulsatile par l’antehypophyse
c. La correction de l’hyperglycemie fait intervenir :
i. Les cellules a des ilots de Langerhans et système
orthosympathique ii. Les cellules a des ilots de Langerhans
et système parasympathique iii. Les cellules P des ilots de
Langerhans et système orthosympathique
iv. Les cellules P des ilots de Langerhans et système parasympathique
d. La lésion de l’aire pré-motrice d’un hémisphère cérébral entraine :
i. Une paralysie totale ii. Une hémiplégie iii. Des apraxies
iv. Des agnosies
3 Expérience 1 :
On détruit spécifiquement les cellules interstitielles . On constate que la spermatogénèse
est très perturbée. Expérience 2 :
On extrait du testicule une substance : la testostérone . On a réussi a faire la synthèse de
cette substance a partir de cholestérol marque par un élément radioactif . On injecte alors,
a des faibles doses , la molécule de synthèse marquée au rat A.
On constate :
Une restauration de la spermatogenese;
La présence de la radioactivité dans le cytoplasme des cellules de Sertoli;
Une augmentation de la quantité d’ADN messager dans ces mêmes cellules.
a. Déterminer l’objectif de l’expérience
b. Formuler une hypothèse quant au rôle des cellules interstitielles.

c. Montrer a l’aide de l’expérience 2 que la testostérone est une hormone . Préciser pour
cela son mode d’action et sa cellule cible.
d. Les résultats de l’expérience 2 confirment-ils l’hypothèse formulée en 3.2? Justifier

Exercice 02
On étudie la transmission de trois caractères chez la souris : couleur du pelage, la forme des
oreilles et le type de poils.
1e Croisement :
Une femelle hybride double hétérozygote pour la couleur de la peau et du type de poils est
croise avec un mâle bi-récessif a pelage blanc et raide . La descendance produite se compose
de :
38.5% de souris au pelage gris et souple 38.5% de souris au pelage blanc et raide 11.5% de
souris au pelage blanc et souple 11.5% au pelage gris et raide 2e Croisement :

Une autre femelle hybride double hétérozygote pour la forme des oreilles et le type de poils
est croise avec un mâle bi-récessif a oreilles courtes et poils raides . Les résultats sont les
suivants :
25% de souris aux oreilles longues et pelage souple 25% de souris aux oreilles courtes et
pelage raide 25% de souris aux oreilles courtes et au pelage souple
1 Analyser et discuter chacune des hypothèses suivantes :
a. Les caractères couleur du pelage et le type de poils sont lies;
b. Les caractères type de poils et forme des oreilles sont lies;
c. Les caractères couleur du pelage et forme des oreilles sont lies;
d. Les trois caractères sont liés.
2 Schématiser les chromosomes impliques dans la transmission de ces caractères , puis
situer sur ceux-ci les trois gènes responsables des trois caractères étudiés
3 Écrire les génotypes des parents et des descendants intervenant dans le premier
croisement et établir la carte factorielle des trois gènes.

Exercice 03
Certains poisons se fixent spécifiquement a des protéines trans-membranaires. L’ouabaïne se
fixe aux pompes Na+/K+ bloquant leur fonctionnement; La tetrodoxine se fixe aux protéines
canaux Na+ voltage dépendantes empêchant leur ouverture; La toxine botulique se fixe aux
protéines Ca2+ empêchant leur ouverture.
1 Définir les protéines voltage dépendantes
2 Prévoir les conséquences respectives de l’administration des poisons évoques ci-dessus
sur le fonctionnement des neurones.
Ens Biologie 2014
Exercice 01
Le document ci-contre représente la section d’un terrain. Des évènements géologiques se sont
succédé dans ce terrain au cours des temps
1 citez les évènements géologiques dont il est question.
2 donnez l’âge du pluton par rapport à la couche D. justifiez votre réponse. classez les
évènements par ordre chronologique croissant.
3 a quelles ères s’est formé ce terrain? pourquoi?

Exercice 02
Dans la but de d’étudier les facteurs d’influence des enzymes, on réalise de expériences dont
l’un des résultats est traduit graphiquement dans le document ci-contre 1 Donnez un titre à
ce graphique.
2 Quel est le facteur qui traduit ce résultat?
3 Dans quelles organes et dans quels sucs digestifs trouve-t-on a, b et c?
4 Tout en précisant les valeurs extrêmes de l’échelle de pH, donnez la valeur de pH qui
correspond à l’activité la plus importante de chacune des enzymes indiquées.
5 Donnez deux autres paramètres qui influencent l’activité d’une enzyme.
6 Donnez deux différences entre une enzyme et un catalyseur.

7 "Les enzymes respiratoires achèvent le travail commencé par les enzymes digestives."
Expliquez cette affirmation.

Exercice 03
Questions à choix multiples (QCM)
Identifier les réponses justes parmi ces affirmations et notez uniquement le numéro suivi des
lettres des bonnes réponses.
1 La germination de grain de pollen se traduit par l’émission d’un tube pollinique dans
lequel s’engage :
a. Successivement le noyau végétatif et le noyau reproducteur;
b. Simultanément les noyaux végétatifs et reproducteurs;
c. Successivement le noyau reproducteur et le noyau végétatif
2 Chez les Angiospermes, la double fécondation est un phénomène caractéristique au
cours duquel :
a. Un spermatozoïde s’unit à l’oosphère pour donner l’œuf albumen diploïdes;
b. Un anthérozoïde fusionne avec les noyaux secondaires pour donner l’œuf albumen
triploïde;
c. Un anthropoïde fusionne avec l’oosphère et les noyaux secondaires pour donner
respectivement l’embryon et l’albumen.
3 Une personne contacte le SIDA lors d’une transfusion sanguine :
a. Le temps de contamination correspond au temps de séropositivité;
b. Le temps de contamination succède au temps de séropositivité;
c. Le temps de contamination précède d’environ 3 mois le temps de séropositivité.
4 L’antéhypophyse produit la FSH et la LH :
a. En réponse aux sécrétions pulsatiles hypothalamiques;
b. A taux variable au cours du cycle menstruel;
c. A taux constant au cours du cycle menstruel;
5 L’écoulement menstruel :
a. Émane de la desquamation du mésoderme;
b. Traduit le degré de saleté d’une fille;
c. Est conséquente à la suite du taux sanguin des œstrogènes et de la progestérone.
6 Le mariage entre cousins et cousines
a. Diminue le risque d’avoir un bébé qui souffre d’une tare génétique;
b. Augmente le risque d’avoir un bébé qui présente d’au moins une anomalie génétique;
c. N’est pas accepté dans notre société et n’a aucun intérêt génétique.
7 Un homme qui souffre du syndrome de Klinefelter possède la formule génétique :(N.B :
A=autosomes)
a. 45A + Y O ;
b. 44A + XXY ;
c. 46A + XX
8 La vaccinothérapie est un mode de traitement par le vaccin et qui :
a. Permet d’apporter les anticorps à l’organisme;
b. Permet l’installation de la mémoire unitaire;
c. Installe de temps en temps la mémoire unitaire.

EPREUVES BIOLOGIE ENS MAROUA


Ens Maroua 2009
Exercice 01
QUETIONS A CHOIX MULTIPLES ( QCM )
Parmi les propositions suivantes, choisir la(les) réponse(s) juste(s) et reporter uniquement
le(les) lettre(s) correspondant(s) sur votre copie.
5 Contrairement à une hormone, un neurotransmetteur :
a. Transite par voie sanguine
b. N’est jamais élaboré par un neurone;
c. Est une substance organique.
d. Aucune de ces propositions n’est exacte.
6 Les ovules chez la femme se forment :
a. Dans la zone corticale de l’ovaire;
b. Dans la cavité abdominale de la femme;
c. Dans la zone médullaire de l’ovule;
d. A l’apex de l’ovaire.
7 L’ablation totale du pancréas produit :
a. Des troubles digestifs graves;
b. La glycosurie.
c. L’augmentation pondérale
d. La baisse de la glycémie et la diérèse.
8 Le Crossing over :
a. Est la conséquence de la formation des chiasmas;
b. N’intéresse que deux chromatides sur les quatre de la tétrade;
c. Met en jeu un échange entre 2 chromatides sœurs;
d. Intéresse les quatre chromatides de la tétrade.
9 Un écosystème est composé de :
a. D ’un écotope;
b. D ’un écotone;
c. D ’un écotype;
d. Des cénoses.
10 L’hématose est :
a. La fixation de l’oxygène par le sang;
b. La fixation de l’hémoglobine par le sang;
c. La fixation du CO2 par le sang
d. Aucune des propositions n’est correcte.
11 L’une des propriétés mécanique du muscle est :

a. L’élasticité;
b. La conductibilité;
c. L’excitabilité;
d. Aucune des réponses n’est correcte
8 La relation inter spécifique dans laquelle une espèce tire son profit sans nuire à
une autre est : a. Un parasitisme;
b. Un amensalisme;
c. Un commensalisme;
d. Une symbiose.
9 Les taux de récombinaison des gènes :
a. Dépendent de la nature des gènes étudiés;
b. Dépendent du nombre de gènes mis en jeu;
c. Dépendent uniquement de la position qu’occupent les gènes sur les chromosomes;
d. Varient de 0 à 30 %.
10 L’accomplissement d’un réflexe requière :
a. Un récepteur;
b. Un centre nerveux;
c. Un effecteur;
d. Un conducteur;
e. Aucune proposition n’est correcte

Exercice 02
Répondre par vrai ou faux aux propositions suivantes :
Porter par vrai ou faux devant les numéros de chaque proposition
1 Chez les vertébrés, le spermatozoïde possède les trois mêmes parties (tête, pièce
intermédiaire et flagelle), mais leur taille et forme sont extrêmement variables.
2 La spécificité d’un anticorps est la capacité de celui-ci à reconnaître un antigène.
3 Les hématies proviennent de la moelle épinière.
4 L’épistasie est la mutation d’un gène qui masque l’expression d’un autre.
5 Les procaryotes sont des organismes unicellulaires pourvus de noyaux à tous les stades
de leur cycle de développement.
6 Le trypanosome peut vivre chez des mammifères tels les antilopes et les porcs sans les
inquiéter.
7 Un couple dont l’homme est du groupe sanguin AB peut avoir un enfant du groupe O
8 Les virus sont des cellules a nuclées
9 9 Chez les mammifères, les hématies sont des cellules eucaryotes.
10 La membrane plasmique assure la respiration chez les bactéries

Exercice 03
Répondre aux questions et instructions suivantes :
1 L’étude d’une roche plutonique révèle qu’elle est constituée principalement de quartz,
feldspath et biotite.
a. Quelle peut-être la texture de cette roche?

b. Quel nom peut-on donner à cette roche?


c. Donner l’équivalent exclusif de cette roche.
2 Après avoir défini la graine albuminée, donner le processus de sa formation.
3 Décrire la microsporogenèse
4 Définir : mascrospore, sporophyte, pistil, entomophilie
5 Donner l’énoncé de la loi d’osmose
6 D ’où provient l’énergie interne du globe terrestre
7 Comment appelle-t-on les mouvements qui permettent l’évacuation de cette énergie vers
la surface du globe.
ENS Maroua 2010
Exercice 01
Répondre par vrai ou faux aux affirmations suivantes (chaque série d’affirmations peut
comporter une ou plusieurs réponses exactes;)
1 Les acides aminés sont :
a. Des macromolécules azotées;
b. Des nutriments;
c. Des constituants de l’ADN
2 la libération de l’acétylcholine dans la fente synaptique d’une synapse chimique est due
à l’action : a. Des ions Na+
b. Des ions K+
c. De la pompe Na+/K+
d. Des ions ca2+
3 une maladie autosomale dominante :
a. Ne s’exprime que chez les sujets portants l’allèle responsable à l’état homozygote.
b. Se manifeste chez la mère ou le père d’un sujet atteint;
c. Affecte l’enfant d’un parent malade marié à une personne saine avec une probabilité
de 0 ,75; d. N’est jamais liée au sexe.
4 les cellules de la corona radiata ont le même nombre de chromosomes que : a.
L’ovogonie;
b. Le premier globule polaire;
c. Le deuxième globule polaire;
d. L’ovocyte II.
5 lors d’une émotion violente, l’individu présente les modifications physiologique
suivantes : a. Salivation abondante;
b. Mydriase;
c. Sécheresse de la peau et des muqueuses;
d. Tachypnée.
6 les hormones hyperglycémiantes sont :
a. La noradrénaline;
b. L’adrénaline;
c. L’ACTH;
d. Le cortisol.
7 Le test Feulgen permet de détecter :
a. L’ARN;
b. La protéine
c. Les lipides;
d. L’ADN
8 une protéine est une chaine de nucléotides liés entre eux par des liaisons peptidiques
9 tous les codons d’un ARNm ne sont pas traduits en acides aminés; les champignons
sont des végétaux autotrophes;
10 le méthane n’est pas un gaz à effet de serre;
11 L’apoptose est un mécanisme d’autodestruction cellulaire programmé génétiquement.

Exercice 02
Répondre aux questions et instructions suivantes :
8 Il existe une interdépendance alimentaire entre les êtres vivants dans un écosystème
dulçaquicole. Ceux-ci sont organisés en réseaux trophiques.
a. Qu’est ce qu’un niveau trophique
b. Identifier les différents niveaux trophiques présents dans un tel écosystème.
c. Identifier les facteurs responsables de la répartition horizontale des êtres vivants
végétaux dans un tel écosystème
9 Après avoir défini une source thermale, citer deux régions du Cameroun où on en
rencontre. a. Définir :
microspore, gamétophyte, carpelle, périanthe, androcée, anémophilie.

Ens Maroua 2011


Exercice 01
Repérer les affirmations correctes et noter, uniquement, les lettres correspondantes sur votre
copie
1 Ces êtres vivants sont hétérotrophes :
a. Champignons;
b. Mousse;
2 Au niveau d’une cellule musculaire, la fermentation lactique entraîne :
a. Une baisse du glycogène musculaire;
b. Une élévation du PH;
c. Une baisse du taux d’oxygène;
d. Une augmentation du taux d’hydrogène.
10 La drépanocytose est :
a. Une maladie héréditaire de l’hémoglobine;
b. Une maladie transmissible par le sang;
c. Causée par la substitution d’un nucléotide sur le brin d’ADN transcrit du gène de la
S-globine;
d. Due à la synthèse d’une enzyme anormale.
11 Une enzyme est spécifique car :
a. Elle n’existe que dans une espèce animale ou végétale spécifique
b. Elle ne catalyse qu’un seul type de réactions chimique;
c. Sa vitesse de catalyse est toujours la même;
d. Elle n’agit que sur un substrat très précis.
5 La cellule eucaryote :
a. Comprend un protoplasme formé du noyau et du cytoplasme;
b. Renferme des petites molécules d’ADN circulaires appelées plasmides;
c. Est entourée par une paroi rigide de 10 nm d’épaisseur;
d. Se multiplie par bipartition.
6 Le globe oculaire renferme trois milieux transparents qui sont :
a. La cornée, l’humeur aqueuse et la rétine;
b. L’humeur aqueuse, l’iris et le corps vitré;
c. L’humeur aqueuse, le cristallin et le corps vitré;
d. La cornée, le cristallin et la rétine.
7 Les organes reproducteurs femelles des spermaphytes sont :
a. Le noyau végétatif;
b. L’anthère;
c. Le pistil;
d. Le gynécée;
e. Le style;
f. Le carpelle.
8 Une plante sempervirente est une plante :
a. Simple;
b. Toujours verte;
c. Qui perd complètement ses feuilles;
d. Qui vit en milieu sec.
9 Une fleur apétale est fleur :
a. Qui a des pétales et des sépales;
b. Qui a des pétales mais sans sépales;
c. Qui n’a pas de pétales;
d. Qui est stérile.
10 Les techniques de défense d’une proie dans un écosystème forestier comprennent :
a. Le camouflage;
b. L’attaque;
c. La fuite;
d. Le mimétisme;
e. Toutes ces propositions sont exactes;
f. Aucune des ces propositions n’est exacte.

Exercice 02
1 Dans un écosystème en équilibre dynamique, la productivité augmente,
progressivement, des producteurs primaires aux consommateurs.
2 Toutes les cellules d’une plante verte réalisent la photosynthèse.
3 Lors d’un exercice physique prolongé, la fatigue provient de la grande production
d’acide lactique.
4 La glycolyse est un ensemble de réactions qui ne se produisent que lors des
fermentations.
5 La respiration et la fermentation sont deux processus de libération d’énergie qui ont le
même rendement énergétique. [B Les antibiotiques, efficaces sur les bactéries sont
inactifs sur les virus.
6 Les rétrovirus sont des virus à ARM possédant une enzyme capable d’effectuer la
transcription de l’ARL génomique viral.
7 Le neurone est l’unité fondamentale du système nerveux.
8 Le sang est un tissu conjonctif à substance intercellulaire liquide.
9 La bile, sécrétée par le foie et emmagasinée dans la vésicule biliaire, est un suc digestif.
Les virus sont des cellules anucléées.
10 Chez les mammifères, les hématies sont des cellules euryotes.
11 La thymidine tritiée signale la synthèse de l’ADN et des histones.
12 Le corps de Nissl dans le cytoplasme d’un neurone correspond à un amas de
dictyosomes.

Exercice 03
Répondre aux questions suivantes
1 Définir zone de subduction
2 Indiquer un exemple actuel d’une zone de subduction en cours de fonctionnement, ainsi
que les plaques lithosphériques en présence.
3 Citer deux risques naturels liés au fonctionnement d’une zone de subduction
4 Qu’appelle-t-on : ADN-polymérase, complément, locus et synapse
5 Citer les trois lois de l’hérédité définies par Mendel
6 Quel rôle joue le placenta, pendant la grossesse.
CORRIGÉ ENS YAOUNDÉ
Corrigé Ens 2008
Exercice 01
1 -b
2 -C
3 -b,d
4 -d
5 Définitions
Gonadostimuline : hormone secrété par l’hypophyse antérieure qui agit sur les gonades
(ovaire, testicules)
Capacitation : processus d’acquisition du pouvoir fécondant par les spermatozoïdes
Neurone : Unité de structure et de fonctionnement du système nerveux.
Méiose : ensemble de deux divisions successives dont l’une réductionnelle et l’autre
équationnelle, qui à partir d’une cellule diploïde, donne quatre cellules haploïdes.

Exercice 02

1 ANALYSE MOLÉCULAIRE DE L’ADN


a. Sept(07) bases azotées.
b. Quatorze (14) nucléotides (une base correspond a un nucléotide dont 07 bases
=14 nucléotides ) c. Mitochondrie et chloroplaste
2 le spermatozoïde a 3,5 pg, car sa méiose est terminée ( il possède donc des chromosomes
monochromatidien). Pourtant, le gamète femelle (ovocyte II) est bloqué en métaphase II
avec n chromosomes fissurés. On peut par conséquent écrire : 3,5pg × 2 = 7pg

Exercice 03
Définition
• Fossile : reste, empreinte ou trace d’activité d’un être vivant conserver depuis très
longtemps dans les roches sédimentaires
• Subsidence : enfoncement progressif régulier ou saccadé sur une période longue, du font
d’un bassin sédimentaire sous le poids des sédiments.
• Métamorphisme : transformation d’une roche a l’état solide sous l’influence de la
température et/ou de la pression différente de celles qui existaient lors de la formation
de la roche préexistante.
• Sédiment : particules de taille variable issu de l’altération d’une roche.

Exercice 04
stratigraphie : étude de la disposition des couches de terrains afin d’établir la chronologie
(datation) relative de ces dernières dans le temps.
Les principes :(2 de ces 3 réponses auraient été suffisantes )
1 Principe de superposition : une couche sédimentaire est d’autant plus récente que celle
qu’elle recouvre dans la région non affecté par les contraintes tectoniques.
2 Principe de continuité : une couche sédimentaire est du même âge en tout ses points.

3 Principe d’identité paléontologique : les couches sédimentaires qui renferment les mêmes
fossiles stratigraphiques ont le même âge.

Exercice 05

1 Coupe longitudinale d’une dent 2 Digestion de l’amidon :

Lieux Enzymes Actions effectuée


Bouche Amylase Salivaire Amidon +eau → dextrine + ( maltose/-
glucose )
Duodénum Amylase Amidon/dextrine → eau Maltose + (
pancréatique dextrine/glucose )
Jéjunum Maltase intestinale Maltose + eau → glucose
3 Le produit final de la digestion de l’amidon est le glucose .cette molécule absorbée par la
muqueuse intestinale. Cette absorption est un transfert actif avec dépense d’énergie par
les cellules qui assurent le transfert
4 Équation générale de la respiration :
5 Nutriments + dioxygène → gaz carbonique + eau + énergie. Dans le cas du glucose
comme nutriment, on aura : C3H − 12O6 + 6O2 → 6CO2 + 6H2O IL en ressort que le
carbone radioactif, ne peut provenir que des molécules organiques oxydées. L’amidon
hydrolyser au cour de la digestion donne le glucose ( marqué au carbone 14) qui est à son
tour oxydé par les cellules pour fournir l’énergie.
Corrigé Ens Biologie 2009
2 la géologie a pour but : l’étude de la terre et les phénomènes associés.
Exercice 01
1 -b
2 -C
3 -C
4 -b
5 -a

Exercice 02

3 la théorie de la dérive des continents et des arguments en faveurs. Les différentes


observations ont révélés que les continents étaient autrefois soudés en un seul bloc : la
Pangée qui était un super continent. L’Amérique du Sud, l’Afrique, la péninsule
Arabique, l’Antarctique, l’Inde et l’Australie formaient au début du Jurassique la partie
Sud de la Pangée appelée le Gondwana; l’Amérique du Nord, l’Europe et l’Asie
formaient à la même époque la partie nord appelée la Laurasie. Les forces tectoniques
diverses ont cassé cette Pangée et les différents blocs résultant se sont éloignés les uns
des autres au cours des temps géologiques : on parle de dérive des continents.
4 Le géophysicien Alfred WEGENER (1912) avance plusieurs arguments pour justifier sa
théorie :
Argument morphologique et géographique : complémentarité des contours côtiers de
l’Afrique et de l’Amérique du Sud, ou de l’Afrique et de l’Arabie
Argument paléontologique : continuité de la flore et de la faune fossile de part et d’autre des
limites continentales africaines et américaine. Exemple : on retrouve au Brésil et en Afrique
du Sud ( et uniquement dans ces zones) des fossiles de Mesosaurus qui est un petit reptile
d’âge fin paléozoïque (primaire); les Foraminifères de la plaine de Mbô au Cameroun et au
Brésil; certains fossiles du Bassin sédimentaire du Tchad, du Niger et du Brésil
Argument pétrographique ou géologique : continuité parfaite des ensembles géologiques
d’Amérique du Sud et d’Afrique de l’ouest.

5 En fonction de l’origine des sédiments constitutifs, on distingue trois grands groupes de


roches sédimentaires :
a. Les roches sédimentaires d’origine détritique. Elles proviennent de l’altération et de
l’érosion des roches préexistantes. Ce sont les sables, les argiles, les grès,... On les
rencontre dans les estuaires et les embouchures des fleuves. ( exemple : le sable)
b. Les roches sédimentaires d’origine chimique. Les sédiments à leur origine
proviennent de la précipitation des ions dissous dans l’eau.
Exemples :

Les sables oolithiques (dépôts carbonatées) qui sont le résultat d’une précipitation
de carbonate de calcium
Les évaporites qui résultent d’une sédimentation physico-chimique; ce sont des
associations de chlorures, sulfates et carbonates (sel gemme, potasse gypse).

c. Les roches sédimentaires d’origine biologique. Les sédiments à leur origine sont
issus de l’accumulation des formations squelettiques d’êtres vivants. Exemples :

Les récifs coralliens, produits de l’activité des coraux


Les boues à foraminifères ou les boues contenant les débris d’algues ( coccolithes )
Les boues siliceuses, provenant de l’accumulation des tests siliceux d’organismes
planctoniques. NB : toutes les roches sédimentaires se caractérisent par : - Leur
origine externe, - Leur disposition en strates, - La présence fréquente des fossiles.

Exercice 03

1 Séquence d’acide aminés de la vasopressine et de l’ocytocine.


ADH : Tyrosine-phénylamine-glutamine-asparagine-cystéine- proline-arginine-glycine.
Ocytocine : cystéine-tyrosine-isoleucine-glutamine-asparagine- cystéine-proline-
leucine-glycine.
2 les deux brins transcrits n’ont pas tous la même séquence nucléotidique. Ceci se traduit
par une différence de la structure de la séquence d’acides aminés qui constitue chaque
hormone. Cela est dû au fait que des codons différents codes généralement pour des acides
aminés différents. Bien que la séquence deux brin transcrit de ces deux hormones ne
diffèrent que par quelques codons, la structure de la protéine est totalement différente.
3 Les mutations ont ceci de bénéfique qu’elles sont à l’origine de caractères nouveaux, qui
peuvent être avantageux s’ils sont adaptatifs, car, permettant à la descendance de mieux
conquérir le milieu.

Exercice 04
le génotype du normalien est : AaBbCc
1 la formule générale permettant de calculer le nombre de gamète est : Nombre de gamète
= 2n (n= nombre de locus hétérozygotes). qu’importe le cas d’indépendance de
caractères ou le cas de linkage, le nombre maximal de gamètes produits est de 23=8,
c’est la fréquence qui change.
• elle est de pour chaque gamète, dans le cas d’une ségrégation indépendante des
couples d’allèles.
• elle dépend de la distance qui sépare les gènes entre eux et de la possibilité d’un
crossing over ou non . (cas de linkage partiel).
2 Dans tout les cas la composition gamétique générale est : ABC; ABc; AbC; Abc; aBC;
aBc; abC; abc.
Corrigé Ens Biologie 2010
Exercice 01

3 Sédimentation, plutonisme, métamorphisme, érosion, volcanisme.


4 La couche D est plus récente que le pluton. Car la couche D recouvre et coupe le pluton.
5 (du plus ancien au plus récent) : sédimentation (A,B,C)-plutonisme- métamorphisme-
érosion-sédimentation (D,E)- volcanisme.
6 Ce terrain s’est formé s’est formé durant le primaire et le secondaire. Car on remarque
la présence de fossile stratigraphique comme : les trilobites qui caractérisent l’ère
primaire et les ammonites qui caractérisent le secondaire.
Exercice 02
1 -d
2 -a,c
3 -c

Exercice 03

1 sujet A : glucosurie, sujet B : polyurie.


2 La glycémie étant supérieure à la normale, le rein filtre le glucose pour maintenir
l’équilibre homéostasique. 3 sujet A : diabète sucré; sujet B : diabète insipide

4 a. Après ingestion de sirop par un sujet normal, la glycémie s’élève et revient à sa valeur
normale au bout de 04 heures. La glucosurie est nulle. Chez un diabétique, la
glycémie anormalement élevée, ne retrouve sa valeur initiale que 8 heures après
ingestion de sirop. Et de plus on retrouve du sucre dans l’urine.
b. Les reins, chez un sujet normal, ne filtrent pas le glucose.
c. Insuffisance de synthèse d’insuline, insuffisance des récepteurs
membranaires d’insuline ... d. Défaut de sécrétion d’ADH.

Corrigé Biologie 2011


Exercice
01 a -3 b -
3 c -1 d -2

Exercice 02

1 sédimentation, plutonisme, métamorphisme, érosion, volcanisme.


2 La couche D est plus récente que le pluton. Car la couche D recouvre et coupe le pluton.
3 (du plus ancien au plus récent) : sédimentation (A,B,C)-plutonisme- métamorphisme-
érosion-sédimentation (D,E)- volcanisme.
4 Ce terrain s’est formé durant la période allant du primaire au secondaire. Car on
remarque la présence de fossile stratigraphique comme : les trilobites qui caractérisent
l’ère primaire et les ammonites qui caractérisent le secondaire.

Exercice 03

1 a. Les phénotypes issus de la mutation sont tout phénotype autre que la phénotype
sauvage ( phénotype le plus répandu) : dans le cas présent, les phénotypes mutants sont
: albinos et moustaches frisées.
b. F1 homogène (brun et moustaches raides), nous permet de conclure que : l’allèle
responsable de l’apparition du caractère brun domine sur l’allèle albinos. L’allèle
responsable de la raideur des moustaches domine sur l’allèle de la frise.
2 a. Distribution de type 9-3-3-1. d’allèles.
b. Génotypes des parents et des individus de la F1. Caractères étudiés : couleur du
pelage et forme des moustaches. Identification des gènes :
Gène 1 : gène responsable de la couleur du pelage.
Gène 2 : gène responsable de la forme des moustaches Nomenclature des allèles F1
100% bruns moustaches raides, entraine :
( allèle brun dominant, noté :a +
Gène 1 :2 allèles
Allèle albinos récessif, noté : a
( allèle raides dominant, noté :f +
Gène 1 :2 allèles
Allèle frisées récessif, noté : f

Génotypes des parents de race pure :

a//af+//f+ a+//a+f//f
Gametes a/f+/ a+/f
Génotypes a+//af+//f[++]
F1

3 a. Le croisement est un test cross, l’individu albinos frisées ne produisant qu’un seul
type de gamète. ( a/ f/). La souris F1 produit par conséquent quatre types de gamètes
dans les mêmes proportions (1 /4, 1/4, 1/4, 1/4).
Génotypes a+//a f+//f X a//a f//f
:
Gamètes : a+/f/;a+/f+/;a/f;a/f+/ a/f/
Échiquier de Croisement

a+/f/ a+/f+/ a/f/ a/f+


a/f/ a+//a f//f a+//a f+//f a//a f//f a// a f+//f
1/4 1/4 1/4 1/4
b. Genotype F1 : a+//a f+//f
73

Corrigé ENS Biologie 2013


Exercice 01

1 Définition des mots et expressions lignée humaine : c’est l’ensemble des


fossiles conduisant de l’ancêtre commun aux chimpanzés et à l’homme
moderne (Homo sapiens).
Homéostasie : c’est la constance du milieu intérieur.
Hormone : c’est une molécule informationnelle déversée dans le milieu
intérieur circulant pour agir sur des cibles éloignées du lieu de sécrétion.
Séropositivité : c’est la présence dans le plasma d’un individu d’anticorps
dirigés contre un antigène ayant stimulé leur production.
2 Questions à choix multiples

1 2 3 4
c d d c
3 a. L’objectif de cette expérience est de mettre en évidence le rôle des cellules
interstitielles
b. les cellules interstitielles sécréteraient la testostérone
c. l’administration a faible dose de la testostérone de synthèse au rat A
provoque des modifications ( effets biologiques) sur ses cibles. Ainsi on
peut admettre que la testostérone est une hormone. Elle agit par le biais
des récepteurs intracellulaires d ou la présence de radioactivité dans le
cytoplasme des cellules de sertoli. Sa cellule cible est la cellule de sertoli.
d. oui ces résultats confirment l’hypothèse formulée en 3.2 . En effet la
destruction des cellules interstitielles entraine des troubles de la
spermatogénèse. Par contre léadministration de testostérone restaure la
spermatogenèse preuve que les cellules interstitielles influencent
indirectement la spermatogenèse grâce à la testostérone qu’elles sécrètent.

Exercice 02

1 analyse et discussion des hypothèses suivantes Les croisements 1 et 2 sont des


back cross. Les parents birécessifs vont produire chacun 1 seul type de gamète.
Les caractères liés sont des caractères dont les gènes sont portés par le même
chromosome.
74

a. Première hypothèse : les caractères couleur du pelage et type de poils sont


liés Deux cas possibles
- soit il n y a pas recombinaison : dans ce cas l’hybride va produire 2
types de gamètes lors de la gamétogenèse. On obtiendra ainsi une
descendance présentant 2 phénotypes dans les proportions 50%- 50%.
Ce qui n’est le cas d’aucun des 2 croisements
- soit il y a récombinaison : dans ce cas l’hybride va produire 4 types
de gamètes dans des proportions différentes. On obtiendra ainsi une
descendance présentant 4 phénotypes dans les proportions inégales
comme c’est le cas dans la descendance du Ier croisement. Donc ces
2 gènes sont liés.
b. Deuxième hypothèse : les caractères type de poils et forme des oreilles
sont liés
- soit il n y a pas recombinaison : dans ce cas l’hybride va produire 2
types de gamètes lors de la gamétogenèse. On obtiendra ainsi une
descendance présentant 2 phénotypes dans les proportions 50%- 50%.
Ce qui n’est le cas d’aucun des 2 croisements

- Soit il y a recombinaison : dans ce cas l’hybride va produire 4 types de


gamètes dans des proportions différentes. On obtiendra ainsi une
descendance présentant 4 phénotypes dans les proportions inégales.
Hors dans le 2eme croisement on a 4 phénotypes de proportions
identiques. Ces 2 caractères ne sont donc pas liés mais indépendants.
c. troisième hypothèse : les caractères couleur du pelage et forme des oreilles
sont liés Si le caractère forme des oreilles est lié au caractère couleur du
pelage alors le caractère forme des oreilles devrait aussi être lié au
caractère type de poils. Ce qui n’est pas le cas donc les caractères couleur
du pelage et forme des oreilles ne sont pas liés mais indépendants.
d. quatrième hypothèse : les trois caractères sont liés Dans ce cas le caractère
forme des oreilles serait lié aux 2 autres caractères. Hors le caractère forme
des oreilles est indépendant des deux autres caractères donc les trois
caractères ne sont pas liés.
2 Schémas des chromosomes impliqués dans la transmission de ces caractères
Nomenclature : soit « C » le gène du caractère couleur du pelage, « T » le gène
du caractère type de poils et « F » le gène du caractère forme des oreilles
75

3 - Pour écrire leur génotype, je dois tout d’abord nommer les allèles
(Soit "G" pour pelage gris Caractère couleur du pelage :Soit "b" pour pelage blanc
(Soit "S" pour poils souples Caractère type de poils : Soit "r" pour poils raides
- Génotypes des parents du premier croisement

Légende :
1=dédoublement de chromosomes homologues en phase S de l’interphase
2=appariement des chromosomes homologues en prophase I. dans ce cas
il y a eu échange de fragment de chromatide entre 2 chromosomes
homologues
3=séparation des chromosomes homologues au niveau des chiasmas en
anaphase I
4=séparation des chromatides slJurs ou chromosomes?ls en anaphase II ce
qui permet d’obtenir 4 types de gamètes

Exercice 03
76

1 Une protéine voltage dépendante est une protéine dont le fonctionnement


(changement de conformation) dépend de la différence de potentielle
transmembranaire.
2 - Le blocage de la pompe Na+/K+ pourrait entrainer une hyperpolarisation de
la membrane et donc rendre le neurone moins excitable car la pompe Na+/K+
équilibre les sorties de K+ (plus importante que celle de Na+) et les entrées
de Na+ par leur canaux de fuite respectif.
- Le blocage des canaux Na+ voltage dépendants entrainera une diminution
de la vitesse de dépolarisation et une diminution de la vitesse de
propagation du potentiel d’action par le neurone.
- Le blocage des protéines Ca2+ peut empêcher la libération du
neurotransmetteur dans la fente synaptique et donc empêcher la
transmission synaptique.
CORRIGÉ ENS MAROUA
Corrigé Ens 2009
Exercice 01

1 2 3 4 5
d a a a,d c
Exercice 02

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
d a a a, c a a c c a,b,
d c
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
fau fau fau fau fau vra vr fa fa fa
x x x x x i ai u u u
x x x
Exercice 03

1 a. Texture grenue
b. Granite
c. L’équivalent volcanique du granite est le Gabbro
2 une graine albuminée désigne une graine qui possède des réserves nutritives,
nécessaire pour le développement de l’embryon. Après germination du tube
77

pollinique qui s’allonge considérablement et se fraie un passage au travers


du style, il atteint l’ovule et déverse sont contenu dans l’une des synergides
et les deux gamètes mâles interviennent l’un et l’autre dans la fécondation
du même sac embryonnaire, L’un d’entre eux féconde l’oosphère, l’autre
s’unit aux deux noyaux « polaires » de la cellule centrale du sac
embryonnaire, noyaux qui auparavant s’étaient accolés, puis avaient
fusionnés. la deuxième donne un zygote triploïde qui évoluera en albumen.
Chez certaines graines, Le noyau triploïde central résultant de la fusion triple
se divise activement; les noyaux produits restent tout d’abord libres dans un
symplaste. La cellularisation débute ensuite par la périphérie de ce qui fut le
sac embryonnaire et progresse vers le centre. Les cellules se chargent de
réserves formant un tissu nourricier, l’albumen, autour de l’embryon issu du
zygote principal. L’albumen peut persister comme tel et servir de réserve
alimentaire pour le développement futur de l’embryon au cours de la
germination (graines albuminées ex. : céréales).
3 la microsprorogénèse désigne le processus qui aboutit à la formation des
microspore. Pendant la différenciation de l’étamine, les sacs polliniques
s’individualisent. Ils renferment un massif central d’archéspores
complètement entouré d’une assise nourricière, le tapis, qui se désintégrera
au cours de la maturation du pollen. Vers l’extérieur de l’anthère, le tapis est
renforcé par plusieurs assises cellulaires dites assises intermédiaires et d’un
épiderme. Les archéspores évoluent en sporocytes ou cellules-mères de
microspores qui subissent la méiose. Dans la plupart des cas, le
cloisonnement des cellules se réalise après les deux divisions méiotiques et
conduit à la formation d’une tétrade de cellules haploïdes. Celles-ci finissent
par s’individualiser en microspores isolées dont la paroi externe (l’exine)
s’imprègne de sporopollénine.

4 Macrospore : chez les végétaux, c’est la cellule mère, à l’origine des cellules
du sac embryonnaire.
Sporophyte : Organe qui une fois développé se transforme en sporange.
Pistil : organe femelle des plantes à fleurs.
Entomophilie : pollinisation par les animaux ( insectes )
78

5 La loi d’osmose : lorsque deux liquide de concentration différentes sont


séparé d’une membrane perméable, il se crée un courant de diffusion, tel que,
l’eau se déplace toujours du milieu le moins concentré (en soluté) vers le milieu
le plus concentré (en soluté).
6 a. La chaleur interne du globe a deux origines :
• La chaleur initiale stockée lors de la formation de la terre;
• La chaleur libérée par la désintégration des isotopes radioactifs
b. Les mouvements de convection et de conduction sont les deux
phénomènes qui favorise la dissipation de l’énergie interne du globe
terrestre.
79

Corrigé Ens 2010


Exercice 01

1 a. Vrai b. Vrai c. Faux


2 a. faux
b. faux c. faux d. vrai
3 a. faux
b. vrai c. vraid. vrai
4 a. Vrai
5 a. faux b. faux c. faux d. faux

6 a. Vrai b. Vrai c. Faux d. vrai


7 a. faux
b. Vrai c. vraid. vrai
8 faux
9 vrai b. faux c. Faux d. Vrai
10 vrai
11 vrai
12 faux
13 vrai

Exercice 02
1

a. Niveau trophique : le niveau trophique est le rang qu’occupe un être vivant


dans un réseau trophique. Il se mesure en quelque sorte par la distance qui
sépare cet être du niveau basique qui est celui de la production primaire
autotrophe.
b. Différents niveau trophique présents en milieu dulçaquicole :
phytoplancton - herbivores planctoniques - crustacés - petits poissons -
gros poissons. (les décomposeurs se trouvant à tout les niveaux).
c. La température, la teneur en CO2, la vitesse du courant d’eau, la lumière,
la taille...
2 Microspore : spore mâle chez certains végétaux cryptogammes.
Gamétophyte : génération du cycle de vie qui produit les gamètes de la plante.
En d’autres termes, c’est l’individu issu d’une méiospore et produisant des
80

gamètes. Le gamétophyte n’est pas toujours haploïde ( par exemple chez le


Fucus, ou encore par homologie chez l’Homme).
Carpelle : enveloppe protectrice supplémentaire du pistil, d’origine foliacée,
définissant notamment l’ovaire chez les spermaphytes. C’est une
caractéristique fondamentale des Angiospermes dans la mesure où les ovules y
sont hermétiquement enfermés.
Périanthe : ensemble des pièces stériles d’une fleur (pétales et sépales).
Androcée : ensemble formé par les étamines d’une fleur.
Anémophilie : pollinisation par le vent.

23. Météorite : corps solide (rocheux ou ferreux) du milieu interplanétaire qui atteint
la surface de la Terre ou d’un autre astre (planète, exoplanète, satellite naturel,
astéroïde).
Tsunami : raz de marrée plus ou moins important, provenant d’ébranlements
tectoniques au fond des océans.
Volcan : Relief terrestre, sous-marin ou extra-terrestre formé par l’empilement
de roches éruptives issues de la montée d’un magma puis de sa libération sous
forme d’émissions de lave ou de projections.
Faille : cassure d’une couche de terrain ou d’une stratification, suivie d’une
dislocation et d’un déplacement des compartiments concernés.
Thermoclastie : processus de désagrégation mécanique des roches sous l’effet
des variations de température. Il est lié à l’amplitude de ces variations, mais
aussi à leur vitesse.
4 l’Afrique et l’Amérique du sud, autrefois soudées en un seul bloc, se sont
séparées, transportant ces fossiles reptiles.
5 La respiration, l’industrie automobile, la frigorification au CFC...
81

Corrigé Ens 2011


Exercice 01

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
c,d a,d a,c b,d a c d b c a,cd
Exercice 02

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14
faux faux faux faux faux vrai vrai vrai vrai faux faux faux faux vra
Exercice 03

1 la zone de subduction désigne une zone du globe terrestre où une plaque plus
dense, s’enfonce sous une autre plaque moins dense. 2
3 la collision, la disparition des océans, les tremblements de terres, les
volcanismes, anomalies thermiques et magnétique, anomalies
gravimétriques...
4 ADN polymérase : enzyme qui lors de la réplication de l’ADN, positionne les
nucléotides entre eux et les lient.
Complément : ensemble de protéines sériques activées après leurs liaisons au
complexes antigène-anticorps.
Il provoque la lyse du microorganisme et accentue la réponse immunitaire.
Locus : emplacement physique précis et invariable sur un chromosome, et par
extension la carte factorielle le représentant. Un locus peut être un endroit du
chromosome où se situe un gène mais pas nécessairement. Synapse : désigne
une zone de contact fonctionnelle qui s’établit entre deux neurones, ou entre
un neurone et une autre cellule (cellules musculaires, récepteurs sensoriels...)
5 Les lois de l’hérédité définit par Mendel.
Première loi : Loi d’uniformité des hybrides de première génération : aucune
forme intermédiaire n’apparaît en F1 quand les parents sont de souches pures.
Le concept de l’hérédité par mélange est réfuté.
Deuxième loi : Loi de pureté des gamètes : Les facteurs héréditaires se
séparent dans les gamètes. Un gamète ne contient qu’un facteur de chaque
caractère.
Troisième loi : Ségrégation indépendante des caractères héréditaires. Le cas
pour les homozygotes.
82

6 rôle du placenta pendant la grossesse.


Le placenta remplit les fonctions de nutrition, de respiration, d’excrétion et
plus encore joue un rôle d’organes endocrinien.
PREUVES CHIMIE YAOUNDE
Epreuve 2004
EXERCICE 1
Quelle phrase décrit mieux comment un pont salin maintien la neutralité électrique
dans les demi piles d’une pile électrochimique?
1 Il empêche la migration des électrons
2 Il permet la migration des ions
3 Il permet au deux solutions de se mélanger complètement
4 Il empêche la réaction de se produire spontanément

Exercice 02
Etant donné l’équation équilibrée :
Al(s) + 6H+(aq) −→ Al3 + 3H2 Quel est le nombre totale de mole d’électrons
transférés à partir d0Al(s) à H+(aq) quand 2 moles d’Al(s) réagissent complètement
1 5
2 6
3 3
4 4

Exercice 03
Etant donné la réaction 2Li(s) + Cl2 −→ 2LiCl2(g) lorsque la réaction a lieu, le Cl2
1 Gagne les Electrons
2 Perd des électrons
3 Gagne des protons
4 Perd des protons

Exercice 04
Quelles grandeurs sont conservées dans les réactions d’oxydoréduction?
83

1 la charge seulement
2 la masse seulement
3 charge et masse 4 ni l’un ni l’autre

Exercice 05

1 La demi-réaction d’oxydation et la demi-réaction de réduction se produisent


simultanément
2 La demi-réaction d’oxydation se produit avant la demiréaction de réduction
3 La demi-réaction d’oxydation se produit après la demiréaction de réduction
4 La demi-réaction d’oxydation se produit spontanément alors que la demi-
réaction de réduction n’est pas spontanée.

Exercice 06
Quel est le nombre d’oxydation du carbone dans NaHCO3 ?
1 +6
2 +2
3 −4
4 +4

Exercice 07
Quelle demi-réaction représente correctement la réduction du chrome?
1 Cr3+ + 3e− −→ Cr(s)
2 Cr3+ −→ Cr(s) + 3e−
3 Cr(s) −→ Cr3+ + 3e− 4 Cr(s) + 3e− −→ Cr3+

Exercice 08
Etant donné la réaction redox : 2I(aq)+Br2(I) −→ 2Br2−(aq)+I2(s) Que se produit-il
pendant cette réaction?
1 L’ion I− est oxydé, avec une augmentation de son nombre d’oxydation
2 L’ion I− est oxydé, avec une diminution de son nombre d’oxydation
3 L’ion I− est réduit avec une augmentation de son nombre d’oxydation
84

4 L’ion I− est réduit, avec une diminution de son nombre d’oxydation


Exercice 09
Etant donné la réaction qui a lieu lors du fonctionnement d’une batterie cadmium-
Nikel : 2NiOH+Cd+2H2O − → 2Ni(OH)2 + Cd(OH)2 Quelle espèce est oxydée
pendant la décharge de la batterie
1 Ni3+
2 Ni2+
3 Cd
4 Cd22+

Exercice 10
Quelle substance fonctionne comme électrolyte dans une batterie d’automobile?
1 PbO2
2 PbSO2
3 H2SO4
4 H2O

Exercice 11
Quel type de réaction se produit quand un métal subit une corrosion?
1 oxydoréduction
2 neutralisation
3 polymérisation
4 saponification

Exercice 12
Le quel des composés suivant est un composé binaire?
1 Sulfure d’hydrogène
2 Sulfate d’hydrogène
3 Sulfure d’ammonium
4 Sulfate d’ammonium
85

Exercice 13
Quelle est la formule pour l’oxalate de sodium?
1 NaClO
2 Na2ClO
3 Na2C2O4

4 NaC2H3O2

Exercice 14
Quelle équation est un exemple de transmutation artificielle?
1 92U238 −→2 He4 + Th234
2 13A27 +2 He4 −→15 P30 + on1
3 6C14 99K7 N14 +−1 e0
4 88Ra226 99K2 He4 +86 Ra222

Exercice 15
Dans la réaction 4Be9 + X −→6 C12 +0 n1 ; X représente
une particule alpha
2 une particule beta
3 un électron
4 un proton

Exercice 16
Quelle réaction illustre la fusion
1 1H2 +1 H2 −→2 He4
2 01n +13 Al27 −→13 Al27 +2 He4
3 13Al27 +2 He4 −→15 Po30 +0 n1
4 7N14 +2 He4 −→1 H2 +8 O17

Exercice 17
Quel élément est présent dans tous les composés organiques
86

1 carbone
2 azote
3 l’oxygène
4 phosphoreux

Exercice 18
Quelle propriété est également caractéristique d’un composé organique
1 bas point de fusion
2 point de fusion élevé
3 soluble dans les solvants polaires
4 insoluble dans les solvants polaires

Exercice 19
Comparée à la vitesse de réaction inorganique, la vitesse de réaction organique est
généralement
1 Plus lente parce que les composés organiques sont des ions
2 Plus lente parce que les composés organiques contiennent des liaisons
covalentes
3 Plus rapide parce que les composés organiques sont des ions
4 Plus rapide parce que les composés organiques contiennent des liaisons
covalentes

Exercice 20
Quels composés sont des isomères?
1 1 − propanol et 2 − propanol
2 Acide méthanique et acide éthanoïque
3 Méthanol et méthanal 4 Ethane et éthanol.

Exercice 21
Quelle phrase explique pourquoi l’élément carbone forme tant de composés avec
d’autres atomes.
87

Les atomes de carbone combinent aisément avec l’oxygène


2 Les atomes de carbones ont l’électronégativité très haute
3 Le carbone forme aisément des liaisons ioniques avec d’autres atomes de
carbone
4 Le carbone forme aisément des liaisons covalentes avec d’autres atomes de
carbone

Exercice 22
Quels polymères se produisent naturellement
1 amidon et nylon
2 amidon et cellulose
3 protéine et nylon
4 protéine et plastique
2- amidon et cellulose
Exercice 23
Quel est le nom du composé qui a la formule moléculaire C6H6 ?
1 butane
2 butène
3 benzène
4 butyne

Exercice 24
Dans une molécule de CH4 les atomes d’hydrogènes sont dans l’espace orientés vers
le centre
1 d’une pyramide régulière
2 d’un tétraèdre régulier
3 d’un carré 4 d’un rectangle

Exercice25
La réaction CH2CH2 + H2 −→ CH3CH3 est un exemple de
1 substitution
88

2 addition
3 estérification 4 fermentation

Exercice 26
Quel type de réaction est CH3CH3 + Cl2 −→ CH3CH2Cl + HCl
1 une réaction d’addition
2 une réaction de substitution
3 une réaction de saponification
4 une réaction d’estérification

Exercice 27
Quand HCl(aq) est exactement neutralise par NaOH(aq), la concentration d’ion
hydronium dans le mélange est :
1 toujours inférieure à la concentration des ions hydroxyde
2 toujours supérieur à la concentration des ions hydroxydes
3 toujours égale à la concentration des ions hydroxydes
4 parfois supérieure et inférieure à la concentration des ions hydroxydes

Exercice 28
Un étudiant souhaite préparer approximativement 100 ml d’une solution de HCl 6
M en utilisant une solution de HCl 12M. Quel procédé est correct?
1 ajouter 50 ml de HCl 12M à 50 ml d’eau tout en agitant le mélange
2 ajouter 50 ml de HCl 12M à 50 ml d’eau et puis agiter le mélange
3 ajouter 50 ml d’eau à 50 ml de HCl 12 M tout en agitant le mélange
4 ajouter 50 ml d’eau à 50 ml de HCl 12 M et puis agiter le mélange Exercice
Exercice 29
Le rayon ionique de quel élément est-il plus petit que son rayon ionique?
1 néon
2 azote
3 sodium
89

4 soufre

Exercice 30
Quel atome contient exactement 15 protons?
1 P − 32
2 S − 32
3 O − 15

4 4 N − 15

Exercice 31
Un ion avec 5 protons, 6 neutrons et une charge de 3+ a un numéro d’atomique de :
1 5
2 6
3 8
4 11
Exercice 32

Quel est le nombre de masse d’un atome qui contient 28 protons,


1 28 28 électrons et 34 neutrons?
2 56
3 62
4 90
Exercice 33

1 Ca
2 CO Quelle formule représente une substance moléculaire?
3 Li2O
4 Al2O3

Exercice 06

1 Ecrire l’équation de neutralisation d’une solution d’acide sulfurique par une


solution d’hydroxyde de sodium.
90

2 Détermine le nombre de mole d’acide sulfurique neutralisé par 12 cm3 d’une


solution d’hydroxyde de sodium de concentration 0,05 mol.L−1.
3 Quelle donnée marque-t-elle pour en déduire la concentration de la solution
d’acide?

Exercice 07
On dispose de trois flacons de produits chimiques sans étiquettes au laboratoire et
des réactifs suivants : 2,4D.N.P.H. , réactif de Schiff, réactif de Tollens et de liqueur
de Fehling.
1 A l’aide de deux réactifs uniquement, comment peuton étiqueter les flacons
sachant qu’ils contiennent le butane − 1 − ol, le butanal et la butanone.
2 comment peut-on transformer le butan-1-ol en butanal?

Exercice 08
Dans 100 cm3 d’une solution d’acide chloridrique de pH=1 on introduit de la limaille
de fer. Il se dégage du dihydrogène. Après disparition du fer, le pH de la solution
est 2.
Quelle masse de limaille de fer a-t-on versé dans la solution acide? MFe =
56,8g.mol−1
Exercice 09
La formule d’un composé peut s’écrire CxHyOzN. l’analyse élementaire quantitative
montre que ce corps contient en masse 40% de carbone, 8,4% d’hydrogène et 27,1%
d’oxygène.
1 Déterminer les valeurs de x, y et z
2 En déduire la formule moléculaire de se composé
3 Proposer une formule développée pour ce composé.
Epreuve 2006

Exercice 01

1 L’analine et la valine sont deux acide-aminés dont les formules respectives sont
: CH3−CH−(NH2)−COOH
CH3 − CH(CH3) − CH − (NH2) − COOH
a. Donner le nom de ces deux acides dans la nomenclature systématique
91

b. En prenant pour exemple l’alamine


i. Ecrire la formule de l’ion dipolaire présent dans une solution aqueuse de
cet acide ii. Ecrire les deux couples acide/base correspondant à cet ion iii.
Les pKa de ces deux couples sont égaux respectivement à 2,3 et 9,9;
attribuer le pKa correspondant à chaque couple et établir le domaine de
prédominance de chaque espèce
c. i. Ecrire l’équation bilant des réactions de condensation entre une molécule
d’alamine et une molécule de valine. ii. Comment appelle-t-on la liaison
créée? iii. Comment appelle-t-on le type de molécule obtenue
2 a. Quels sont les produits dont la préparation est envisageable par hydratation
dans des conditions convenables, du but-1-ène?
b. La molécule de l’un de ces produits, est chirale, identifier A et représenter
les deux énantiomères de la molécule.
c. La réaction donne également en quantité faible un produit A’; ce produit
traité par une solution acidifiée de dichromate de potassium, conduit à la
formation des produits B’ et C’. Donner le noms de B’ et C’, et leurs
formules semi-développées.

Exercice 02
Les niveaux d’énergie possible de l’atome d’hydrogène sont donnés par la relation
: En = E0/n2 avec E0 = −13,6Ev et n le nombre de niveau d’énergie.
1 A quoi correspond l’état fondamental d’un atome d’hydrogène? Préciser la
valeur de n lorsque l’atome d’hydrogène est à son état fondamental.
2 Qu’appelle-t-on énergie d’ionisation? Calcule l’énergie d’ionisation (en eV) de
cet atome
3 A quoi correspondent les différentes rais de l’atome d’hydrogène?
4 Pris dans son état fondamental, l’atome d’hydrogène est excité et son électron
passe du niveau 1 au niveau 4.

a. Quelle est en eV, la valeur de l’énergie reçu?


b. Quelle est la fréquence émise lors de son retour à son état fondamental?

5 On envoi sur les atomes d’hydrogène une radiation de fréquence 2 : 1015Hz.


Cette radiation sera-t-elle absorbée? Justifier la réponse.
92

On donne : 1eV = 1,66.10−19J;h = 6,63.10−34j.s

Exercice 02

1 On dispose d’un litre d’une solution aqueuse contenant de l’ammoniac et du


chlorure d’ammonium. Cette solution à un pH=9,5 à 25 oC et sa concentration
molaire total est de 0,5mol.l−1. Le pKa du couple NH4+/NH3 est 9 , 3.
a. Quelle sont les espèces chimiques présentes dans la solution?

b. Calcule les concentrations de H3O+ et OH−


c. A partir de la constance d’acidité Ka, déduire le rapport
d. Déterminer les concentrations [NH4+] et [NH3]

2 On ajoute 0,02 mole d’acide chlorhydrique à la solution précédant(sans variation


de volume).

a. Quelle réaction se produit après l’addition de l’acide? Écrire son équation


bilan.
− Déduire les concentrations [NH4+] et [NH3]
− Déterminer les concentrations de [H3O+] à partir du Ka
b. En déduire le pH de la solution obtenue. Comment appelle-t-on cette
solution?

Exercice 03

2 Donner les formules développées des molécules suivantes :


i acide2amino − 4 −
mthylpentanoique ii N
− thyl,N −
mthylbutanamide

a. Laquelle des deux molécules est chirale? pourquoi?


b. Représenter ces énantiomères

3 Deux alcools isomère A et B comporte chacun quatre atomes de carbone. On


se propose de les identifier en les soumettant une réaction d’oxydation ménagée
par la permanganate de potassium en milieu acide. Dans ces conditions, l’alcool
93

A conduit un mélange de deux dérivés C et D, tandis que l’alcool B conduit au


produit unique E.

a. C réagit avec la liqueur de Fehling à chaud pour donner un précipité rouge


brique.
− Donner la formule semi développée de C sachant que sa chaine carbonée
est ramifiée. Préciser son nom.
− En déduire la formule semi développée de A, ainsi que celle de D .
− donner le nom de ces composés.
b. E réagit avec le 2,4-dinitrophenylhydrazine pour donner un précipité jaune,
Mais ne réagit pas avec la liqueur de Fehling.
− Détermine la formule semi développée de E et de B, ainsi que leurs noms.
c. A partir des semis équations redox, déduire l’équation bilan de la réaction
d’oxydation de B par l’ion permanganate en milieu acide.
Epreuve 2007
Exercice 01

1 indications suivantes H2SO4. 98%; d = 1,83; M = 98,07mol : l−1. Quelle est la


concentration pondérale, P(g/l), de cet acide.
2 Le composé C6H5−COO−CH2−C6H5 est un antispasmodique utilisé dans le
traitement de la coqueluche et de l’asthme. Proposer une suite de réaction
permettant la synthèse de ce médicament (avec un bon rendement) à partir du
phénylméthanol, C6H5 − CH2OH ? Comme seul composé organique de départ.
Vous disposez de tous les autres réactifs.
3 L’action de chlorure de butanoyle sur une amine primaire à chaine carbonée
non ramifiée donne un composé A de masse molaire M = 43g : mol−1 et du
chlorure d’hydrogène.

a. Calculer la masse molaire M0 de l’amine


b. Sachant qu’on a utilisé 21,3g de butanoyle et obtenue 20,0g du composé
A, en déduire le rendement de la réaction.
c. Expliquer pourquoi, bien que la réaction soit totale le rendement n’est pas
voisin de 100%. On donne C = 12;O = 16;Cl = 35,5;N = 14.
94

4 L’acide chlorhydrique réagit sur le zinc en donnant H2 et une solution aqueuse


de ZnCl2. A l’instant t = 0, on introduit une masse m = 1,0g de zinc en poudre
dans un ballon contenant Va = 40ml d’une solution d’acide chlorhydrique de
concentration Ca = 0,50mol : l−1. On recueille H2 formé au cours du temps et
on mesure Vm

a. Ecrire l’équation de la réaction qui a lieu.


b. Déterminer dans la solution lorsque VH2 = 0,113L.
c. Déterminer en fin de réaction et calculer la masse mx du zinc restant.
On donne V m =
24L.mol−1;Zn = 65
d. On mélange 50mL d’acide benzoïque C6H5COO− à 2.10−3M avec 12mL de
soude 5.10−2M, le pH de la solution est alors 4,38. Quelle sont les
concentrations des ions Na+ et C6H5COO− dans la solution.

5 Un jeune bachelier (bac scientifique) recruté dans une industrie


pharmaceutique pour un stage de vacance, est affecté dans le service de
contrôle de qualité. Cette industrie produit, en plus des autres médicaments la
vitamine C de son vrai nom acide ascorbique (vendue en pharmacie sous forme
de comprimés). Il reçoit un échantillon d’une série sur laquelle il est porté
l’inscription 500mg, ce qui signifie qu’un comprimé contient 50mg d’acide
ascorbique pur. La vitamine C est acide faible de formule brut C6H8O6H, si l’on
veut l’écrire sous la forme AH.

a. Quelle est la formule de la base conjuguée?


b. Ecrire l’équation bilan de sa réaction sur l’eau.
c. Le jeune bachelier dissout un comprimé dans 200cm3 d’eau distillée pour
obtenir une solution S1. Il prélève 10mL de s1 qu’il dose avec une solution
S2 de soude 1,5.10−2M en présence d’un indicateur coloré. Le virage de
l’indicateur est obtenu quand le volume de soude versé est de 9,5cm3.
Sachant que le domaine de l’indicateur [7,2 − 8,8], quel peut être la valeur
du PH?
d. Quelle est la quantité de soude utilisée pour atteindre l’équivalence? En
déduire la quantité d’acide ascorbique contenu dans un comprimé et la
masse correspondante. L’inscription portée sur l’emballage est-elle
justifiée?
95

6 Un comprimé d’aspirine effervescent est mis dans un verre d’eau. Entre


l’aspirine (principale actif du médicament) et l’ion hydrogénocarbonate ,
se produit une réaction totale dont l’équation bilan est :
.
On se propose de reproduire (1) au laboratoire en
mettant en contact un comprimé aspirine 500 qui contient en principe 500mg
de principe actif et une solution d’hydrogénocarbonate de sodium.

a. La solution d’hydrogénocarbonate introduite dans le ballon a un volume


V1 = 10mL et une concentration C1 = 0,5M. Vérifier que la solution permet
la consommation totale de l’aspirine dans un comprimé.
b. Définir la vitesse volumique instantanée de formation de CO2.
c. Calculer la masse d’aspirine contenu dans le comprimé sachant que la
quantité de CO2 formée est nCO2 = 2,5.10−3mol. Comparer à la valeur
indiquée. On donne masse molaire de l’aspirine M = 180g/mol.

Epreuve 2008
Exercice 01

1 Sur l’emballage d’un engrais on lit : « ENGRAIS GERANIUM 17-18-20 :


17% d’azote, 18% d’acide phosphorique, 20% de potassium »

a. Corriger cette étiquette.


b. L’agronome conseille de dissoudre cet engrais dans l’eau, dans les
proportions de 1g par litre, puis d’arroser les plantes avec une solution
tous les jours. Un volume de 1l de solution étant nécessaire pour une
jardinière de trois plants de géranium, quelle masse des trois éléments
fertilisants chaque plant de géranium peut utiliser par mois?

2 Lorsque la nitroglycérine C3H5(NO3)3 explose, aucun produit solide n’est


produit suivant l’équation :
C3H5(NO3)3(I) −→ CO2(g) + 6N2(g) + 6N2(g) + O2(g) + H2O(g)

a. Equilibrer cette équation.


b. Quel est le volume total des gaz produits dans les CNTP lorsqu’un
récipient contenant 454g de nitroglycérine explose?
96

3 Une solution S0 d’acide méthanoïque HCOOH de concentration Ca = 0,1mol


: l−1, a un pH= 2,4.

a. Calculer les concentrations des espèces chimiques, présentes dans la


solution.
b. L’acide méthanoïque est-il un acide fort ou faible? Pourquoi? écrire
l’équation de la réaction avec l’eau.
c. Déterminer le pKa du couple acide méthanoïque/ion méthanoate.

4 L’hydratation dans les conditions convenables d’un alcène A1 non cyclique


comportant 6 atomes de carbones conduit à deux composées B1 et B2 dans les
proportions comparables alors que, cellede A2 est un isomère de A1, conduit
B1 et à un autre composée B3 nettement prépondérant. Contrairement à B3, B1
et B2 décolorent une solution acidifiée de permanganate de potassium et
conduisent à deux composés C1 et C2 qui sont précipité jaune. Donner les
formules semi-développées et les noms de A1, A2, B1, B2, B3, C1 et C2.
5 On mélange 1Oml de butan-1-ol avec 20ml d’une solution de dichromate de
potassium de concentration 0,1mol/l et quelque gouttes d’acide sulfurique. On
dose l’excès de dichromate de potassium par une solution de fer(II) de
concentration 0,6mol/L. A l’équivalence le volume de la solution de sulfate de
fer versé est de 9,5ml.

a. Pourquoi acidifie-t-on le milieu lors de la première expérience?


b. Quelle est la verrerie utilisée pour réaliser l’expérience?
c. Ecrire les demi-équations et l’équation bilan des deux réactions
d’oxydoréduction. d. Calculer :
i. Le nombre de moles d’ion dichromate
dosés par le fer(II). ii. La masse d’alcool
6 utilisée et sa concentration molaire.

L’énergie en électron volts de l’atome d’hydrogène lorsque l’électron se trouve sur


un niveau (n) est donnée par la relation En = −13,6/n2.

a. Quelle est l’énergie correspondant au niveau fondamental de l’atome


d’hydrogène?
b. Une transition du niveau 2 au niveau 4 peut-elle se faire par absorption ou
par émission d’un photon?
97

c. Lorsque l’atome est dans son état fondamental, quelle est la plus grande
longueur d’onde des radiations qu’il peut absorber? à quel domaine
spectral appartient cette longueur d’onde?
d. Quelle est l’énergie d’ionisation de l’atome d’hydrogène?
e. On envoie sur l’atome d’hydrogène sans son état fondamental différents
photons d’énergie respectives :
8,2eV ;10,2eV ;13,6eV et14,6eV.X
i. Quels sont les photons qui peuvent être absorbés?
ii. Quel est dans chaque cas l’état final du système?

6 On verse sur un clou en fer de masse 1,2g, 25cm3 d’une solution molaire d’acide
chlorhydrique.

a. Ecrire l’équation bilan de la réaction et mettre en évidence les deux corps


oxydant réducteur mis en jeu.
b. Calculer la masse de fer ayant disparu.
c. Calculer le volume de dihydrogène dégagé dans les conditions où le
volume est VM = 24L/mol. Données : Volume molaire dans les CNTP=
22,4L/mol; C=12,0; H=1,0; N=14; O=16; K=39; P=31; Fe= 55,8; h =
6,62.10−34J : s; c = 3.108m/s; 1eV = 1,6 : 10−19J.

Epreuve 2010
Exercice 01

1. Calculer le volume d’une solution techique à 37% d = 1.19 qu’il faut prélever
pour préparer par dilution 250ml de solution 0,5M.
Quel volume de cette solution faut-il diluer dans une fiole de 100ml pour
préparer une solution de 0,1 .
Quelle est la verrerie nécessaire? On prélève 50ml d’une solution aqueuse de
CH3COOH de concentration inconnue.
On y ajoute 10ml d’une solution aqueuse de NaOH. L’excès de NaOH est titré
par le 9ml d’une solution aqueuse de HCl 0,1M. Quelle est la concentration de
la solution de CH3COOH ?
98

2. On se propose de vérifier par dosage l’étiquetage d’étiquetage d’un flacon


contenant une solution S0 d’acide méthanoïque (HCOOH). L’étiquette porte les
indications suivantes : acide formique 50% en masse, masse volumique de la
solution 1180kg/m3, M = 46,0g/mol (masse moléculaire).
On dilue 200 fois un échantillon du contenu du flacon. On obtient une solution
S. On prélève dans une bécher 10,3cm3 de solution S puis on ajoute quelques
gouttes de phénophtaléine. On dose alors ce prélèvement au moyen d’une
solution d’hydroxyde de sodium (soude) de concentration 0,100mol/L−1. Le
virage de l’indicateur coloré est obtenu pour un volume de soude versé égal à
10,3cm3.

a. Ecrire l’équation de la réaction chimique qui se produit lors du dosage.


b. En déduire la concentration molaire de la solution S.
c. Quelle est la concentration molaire de la solution S0.
d. Le pourcentage annoncé sur l’étiquette vous parait-il correcte? Justifier.

3. Dans 10ml d’une solution décimolaire d’acide chlorhydrique on ajoute x


gouttes d’eau pure. Chaque goutte a un volume de 0,5cm3. Quel est le nombre
de gouttes nécessaires pour avoir une variation de pH de la solution primitive
de l’unité pH.
4. On dissout un échantillon de 3,552g d’un minerais de fer dans du H2SO4 et tous
les ions fer (III) qui seraient présents sont réduits en Fe2+ par addition de poudre
de Zinc à la solution. On titre la solution filtrée de Fe2+ par une solution de
KMnO 0,1108M. Le dosage relève qu’il en faut 34,5ml. Quel est le pourcentage
massique de fer dans le minerai analysé? Fe = 56g.mol−1.
5. On suit par pH mètre le dosage d’une solution d’acide éthanoïque (Ka =
1,6.10−4) de volume Va et concentration ça par une solution de soude de
concentration C. soit Vb le volume de base nécessaire pour atteindre le point
équivalent et soit à un instant xml, le volume de soude ajouté.
a. Ecrire la relation donnant Vb
b. Calculer le pH pour x = 0
c. Etablir la relation donnant la valeur pH avant le point équivalent.
d. Calculer la valeur pH à la demi-équivalence
e. Calculer la valeur de pH au point équivalent
99

f. Etablit la relation donnant la valeur pH après le point équivalent

Epreuve chimie 2012


Exercice 01

6. Donner les formules semi-développées des composés dont les noms suivent

a. Acide 2,3−diméthylbutanoide;
b. 2,4,4−triméthylhexan−3 − ol;
c. 3,6,6−triméthylheptan−2−one;
d. 3−méthylpentanal;
e. 4−éthyl,3−méthylhept−2−ène.

7. On a relevé en nm les quatre longueurs d’onde les plus élevées des séries de
Balmer pour l’hydrogène (1H) et son isotope naturel le deutérium D(2H).

a. Rappeler la formule de Balmer généralisée.


b. On rappelle que la série de Balmer correspond à la désexcitation de
l’atome vers le niveau d’énergie de l’atome vers le niveau d’énergie E2.
Déterminer avec cinq chiffres significatifs, la constante de Rydberg Rd
pour le deutérium. On précisera obligatoirement la méthode de calcul
employée. On donne : C = 3 × 108ms−1,h = 6,02 × 10−34Js,1eV = 1,6 ×
10−19J.

8. L’acide acétylsalicylique ou aspirine est synthétisé à partir de l’atome de


l’acide salicylique et de l’anhydride éthanoïque. En effet, l’acide salicylique
(1), comme l’acide acétylsalicylique (2) sont des antipyrétiques efficaces
(contre la fièvre), mais le deuxième est moins agressif pour l’organisme que le
premier.

COOH COOH
OHOCOCH3

a. Expliquer simplement pourquoi les deux corps peuvent présenter des


activités pharmacologiques comparables.
100

b. Nommer les différentes fonctions chimiques de ces deux composés. Pour


répondre aux questions 3 et 4, l’acide acétylsalicyque, pourra être écrit
sous la forme AH.
c. On étudie l’acide acetylsalicyque qui est un acide faible de pKa=3,48.
i. Ecrire l’équation bilan de la réaction de l’acido-basique de l’aspirine
avec l’eau. Donner le nom de sa base conjuguée.
ii. Le pH est voisin de 1 dans l’estomac, et 8 dans l’intestin. Sous quelle
forme prédominante se trouve l’aspirine dans ces organes? Justifier
votre réponse.
d. On prépare une solution S de volume 150ml, en dissolvant un comprimé
d’aspirine dans de l’eau distillée. On procède au dosage de la quantité
d’acide acétylsalicylique contenu dans S par une solution de soude.

i. Le dosage est effectué à froid : expliquer pourquoi. Ecrire l’équation


bilan de la réaction de dosage.
ii. La solution de soude utilisée a une concentration Cb = 0,15mol.L−1. Le
volume versé l’équivalence dans S est Vb = 15,06mL. En déduire la
masse d’aspirine contenue dans le comprimé.

9. On dispose de deux sacs contenant respectivement 10kgs de KNO, et 20kgs de


Ca(H2PO4)2.
a. Déterminer la formule commerciale de chacun de ces engrais.

b. On mélange intimement les contenus des deux sacs. Déterminer la formule


commerciale de l’engrais résultant. On donne : H = 1, O = 16; K = 39,1; P
= 31; Ca = 40.
5 Une solution S0 d’acide méthanoïque HCOOH de concentration C0 =
0,1mol.L−1, a un pH = 2,4.

a. Calculer les concentrations des espèces chimiques présentes dans la


solution.
b. L’acide méthanoïque est-il un acide fort ou faible? Pourquoi? Ecrire
l’équation de sa réaction avec l’eau.
c. Déterminer le pKa du couple acide méthanoïque/ion métanoate.

6 On verse Sur un clou en fer de masse 1,2g,25cm3 d’une solution molaire


d’acide chloridrique.
101

a. Ecrire l’équation bilan de la réaction de la réaction et mettre en évidence


les deux couples oxydant réducteurs mis en jeu.
b. Calculer la masse de fer ayant disparu ( Fe=55, 8)
Calculer le volume de dihydrogène dégagé dans les conditions ou le volume molaire
est Vm = 24l.mol−1.
Epreuve 2013
Exercice 1 :
L’acide contenu dans le vinaigre du commerce est de l’acide acétique. On désire déterminer au
cours d’une séance de travaux pratiques, la concentration en acide acétique C de ce vinaigre.
1. On prépare une Solution S1 de volume V1 = 100mol/L et de concentration en acide
éthanoïque C1 = C/100mol/L.
1.1. Quel volume V de ce vinaigre doit-on prélever pour préparer S1 ?
1.2. Décrire le mode opératoire en quelques lignes.
2. On prélève un volume V2 = 10mL de la solution S1 que l’on dose avec une solution de NaOH
(0,01M) en présence d’un indicateur coloré convenable. L’équivalence acido-basique est
observée après avoir versé Vb = 10,8mL de la solution NaOH.
2.1. Ecrire l’équation de la réaction qui se produit au cours du dosage.
2.2. Faire un schéma annoté du dispositif et justifier le choix de l’indicateur.
2.3. Calculer la concentration C1 de S1 et en déduire C.
2.4. Calculer le degré d’acidité du vinaigre.
φ = 1,020 kg. L−1

Exercice 2 :
L’urée CO (NH2)2, le nitrate d’ammonium NH4NO4 et la guanidine NHC (NH2)2 sont trois
composés utilisés comme engrais pour apporter aux végétaux, l’azote dont ils ont besoin. Quel
engrais contient-il le plus d’azote ?
102

Exercice 3 :

Un comprimé effervescent contient 330 mg de paracétamol (C8H9O2N). Combien de


molécules cela représente-il par cm³ d’un corps humain? On admet en première approximation
un volume de 70L pour le corps humain et que le médicament se répartit uniformément, ce qui n’est
évidemment pas le cas dans la réalité.
Exercice 4 :
1. Ecrire la formule semi-développé de chacune des molécules suivantes : 3,6-dichloro 3-
méthylheptan-4-one ; N,N-diethyl 2,2-diméthylbuthanamide.
2. Donner le nom de chacun des composés organiques de formule :

c) Quest ce qu’un zwitterion ? En donner un exemple


- A partir de cet exemple, montrer qu’un zwitterion est aussi un ampholyte.
3. On considère la leucenie (Leu), acide α −aminé de formule

3.1. Donner le nom de ce composé en nomenclature systématique.


3.2. Cette molécule est-elle chirale ? justifier la réponse.

Donner la représentation de Fischer de la leucine ; en précisant les configurations L etD


3.3. On prépare du dipeptide dans lequel une liaison s’établit entre le groupe carboxylique de la
leucine et la groupe aminé de la glycine (Gly) acide α- aminé de la formule
3.4. Donner la formule semi-développée et le nom de ce peptide.
3.5. Indiquer par un encadrement en pointillé, la liaison peptidique dans cette molécule.
Exercice 5 :

On fait réagir 4,25g de zinc avec 150mL d’une solution aqueuse d’acide chlorhydrique de
concentration 0,5mol.L-1. Les potentiels standards d’oxydoréduction sont :

E0 (Zn2+/Zn) = 60,76 V ; E0 (H3O+/H2) = 0 V

a) Ecrire les demi-équations relatives aux deux couples mis en jeu. Déduire l’équation – bilan
de la réaction.
b) Déterminer la masse de zinc en excès.
c) A la fin de la réaction, la solution est filtrée puis recristalliser. Quel est le rôle de filtration ?
Déterminer la masse de produit anhydre de chlorure de zinc ainsirécupéré.
Epreuve 2014
Exercice 1 :
103

On peut attribuer aux niveaux d’énergie de l’atome d’hydrogène les valeurs :


2,18.10−18 J, n est un entier positif ; En est mesuré en joule.
En = − 2
n

1. Calculer les valeurs numériques E1,E2,E3 en joule, des trois niveaux correspondant à n
= 1,2 et 3.
2. Calculer les fréquences γ3−1 et γ2−1 des radiations émises lors des transitions
électroniques du niveau E3 au niveau E1 et du niveau E2 au niveau E1. En déduire les
longueurs d’ondes, dans le vide λ3−1 et λ2−1 correspondantes. Dans quel domaine
spectral (ultraviolet, visible, infrarouge) sont-elles situées ?
3. Calculer la fréquence V3−2 de la radiation émise lors de la transition du niveau E3 au
niveau E2.
4. Quelle est la longueur d’onde la plus courte que l’on peut trouver dans le spectre de l’atome
d’hydrogène ? que représente l’énergie correspondante ?
A
5. Lorsqu’on exprime les énergies en électronvolt, on a encore En = − n2. Calculer
numériquement A.

Exercice 2 :
On dispose d’une solution aqueuse d’ammoniac S1 de concentration
−1
C1 = 0,10mol. l ; la mesure du PH donne 11,1.
1. Montrer que l’ammoniac est une base faible. Ecrire l’équation de sa réaction avec
l’eau
2. On prépare une solution S2 d’ammoniac de concentration C2 = 2,5.10−2mol.l−1. La
mesure de son PH donne 10,8. Déterminer pour chaque solution S1 et S2 , le
pourcentage de molécules d’ammoniac
104

ayant réagit avec l’eau. En déduire l’influence de la dilution sur la force d’une base faible.
3. A l’aide d’une burette graduée, on ajoute à un volume Vbde S2 une solution Sa d’acide
sulfurique de concentration 2,5 mol. l−1. Pour un volume Va ajouté on obtient une
solution tampon.
3.1. Qu’appelle t-on : solution tampon ; diacide fort
3.2. Quels volumes Va et Vb des solutions faut-il mélanger pour obtenir
150 ml d’une solution tampon de PH = 9,2 sachant que
PK a (NH +4⁄NH3 ) = 9,2
Exercice 3 :
1. Un sac d’engrais de 75kg porte trois nombres 12 − 12− 25. Calculer la masse de chacun
des éléments fertilisants contenus dans ce sac d’engrais.
2. Un sac d’engrais comporte un mélange de 50kg de (NH4)2SO4 ; 25kg de
NH4NO3 et25kg de K2SO4. Déterminer laformule decetengrais ?
Exercice 4 :
1. Le formiate (ou méthanoate) d’éthyle est un ester à odeur de rhum, très soluble dans l’eau. On
veut le préparer par action de l’acide A sur un alcool
B. Masses volumique de A: 1,2 g⁄mL ; de B ∶ 0,79 g⁄mL
1.1. Ecrire l’équation-bilan de la synthèse de cet ester. Donner les noms de A et B.
1.2. Préciser les caractéristiques de cette réaction
2. Dans un ballon on mélange 20ml de A et un volume VB de B.
2.1. Déterminer VB pour que le mélange soit équimolaire
2.2. On ajoute à ce mélange, environ 1mL d’acide sulfurique concentrée et
quelques grains de pierre ponce puis on réalise un chauffage reflux
Quel est le rôle de l’acide sulfurique, du chauffage ?
2.3. On obtient 25,4g d’ester. Quel est le rendement de la réaction ?

Exercice 5 :
On traite à l’ébullition 1,45g d’un aldéhyde de formule brute CnH2nO par excès de liqueur de
Fehling. On obtient un précipité rouge brique qui, après lavage et séchage pèse 3,575g.
1. Quelle est la masse molaire de cet aldéhyde ? quelle est sa formule développée et
son nom ?
2. Déterminer la masse d’alcool que l’on doit oxyder pour préparer 1kg de cet aldéhyde en
admettant que le rendement de la réaction est 70%.
3. Ecrire les équations bilan des réactions chimiques traduisant les propriétés réductrices des
aldéhydes sur les oxydants doux.

Données: Masses molaires (en g/mol); H =1;C =12;N = 14;O= 16;P= 31; K = 39; S = 32;
Cu = 64; h = 6,63. 10−34J. s; C = 3.108m. s−1; 1eV =
1,6. 10−19 J;

CORRIGE CHIMIE YAOUNDE


Corrigé chimie 2006
Exercice 01

1 a. Nom systématique :
i. Alanie : acide-2-amino
propanoïque ii. Valine :
acide- 2- amino-3-
méthylbutanoïque
b. i. Formule de l’ion dipolaire
CH
CH3 COO−
NH+3
ii. Couples acide/base correspondant à cet ion

CH COOH/CH3 CH COO
+
NH3 NH2

iii. attribuonslespKaaux couplespKa CH COOH/CH3 CH COO =2,3
CH CH
CH3 COOH/CH3 COO− et CH3
NH+3 NH+3

NH+3NH+3
CH
pKaCH COOH/CH3 COO− =9 , 9
NH+3 NH2
− Domaines de prédominance de chaque espèce.

c. i. Equation bilant des réactions de condensation


CH CH CH
CH3 COOH+H2N COOH −→ CH3
CH CH C N CH
COOH

CH
CH

CH C N CH
NH2 O H CH
CH3 NH2 CH3 CH3 NH2 O CH3
H
Val-Ala
CH
CH3 COOH+H2NCOOH −→ CH3COOH
NH2
H3C CH3 H3C CH3
Ala-Val
ii. La liaiso créée est la liaison peptidique
iii. Le type de molécule formée est un
dipeptide.
2 a. L’hybridation du but-1-ène conduit aux produits suivants :

O4 CH2 CH2
CH0 C3CH2OH CH2 CH
butan-1-ol H2S
CH3 CH2 CH CH2+H2O
CH3CH2 butan-2-ol 300

OH
b. La molécule chirale est celle du butan-2-ol. Ses énantiomères sont :
CH2CH3 CH2CH3

H OH OH H

CH3 CH3
(D) (L)
c. Nom et formules semi-développées de A’
O
CH2 CH2 C
B est un aldéhyde : butanal :
H
CH3 CH

C est un acide carboxylique : acide butanoïque


CH3 2 CH2 COOH

Exercice 02

1 Etat fondamental correspond à l’énergie la plus faible de l’atome H. A l’état


fondamental, n = 1
2 L’énergie d’ionisation c’est la plus petite quantité d’énergie qu’il faut
fournir à un atome isolé pour lui enlever un électron pris dans son état
fondamental.
Calculons l’énergie d’ionisation :
Pour perdre un électron, l’atome passe du niveau 1 à 1 d’où on a :
3 Ces rais correpsondent au spectre d’émission
4 a. Valeur de l’électron reçu :
On sait que : d’où : Er = E4 − E1 = 12,75eV

b. Calcul de la fréquence émise :


On a : AN : λ = 0,975nm

5 Calculons l’énergie apportée :


E = hcλ AN E = 9,948.10−41j et on a : E0 = 2,17.1016j
Non il ne sera pas abordé car E < E0

Exercice 03

1 a. Espèces chimiques présentes dans la solution : ions :

molécules : NH3;H2O
b. Calcul des concentrations de H3O+ et OH−

c. Déduction du rapport [

d. Détermination de [NH4+] et [NH3]


D’après les questions précédentes, (1) et d’après la
conservation de la matière
(2). (1) dans (2) d’où

2 a. Réaction après ajout de l’acide NH3+H3O+ NH O


il s’agit de la réaction entre les ions H3O+ provenant de l’acide et
l’ammoniac NH3
− Déduction des nouvelles concentrations [NH4+] et [NH3]

NH3+H3O+ NH+4 + H2O


à t=0
NH3 + H2O

à t=0 0,31 0,02 0,19 − à tf 0,31-0,02 0 0,1I+0,02 −


De ce tableau, nous déduisons que [NH3] = 0,29M et [NH4+] = 0,21M
− Déterminons [ H3O +]
D’après l’expression de Ka, on a
b. Déduction du pH da la solution
pH = −log[H3O+] = 9,4
La solution obtenue est une solution tampon car pH ≈ pKa

Exercice 04

1 Formule semi-développée i
acide2amino-4-
méthylpentanoique
CH3 CH(CH3) CH2 CH2(NH2)
COOH ii N-éthyl, N-méthylbutanamide

CH3 − CH2 − CH2 − CO − N(CH3) − C2H5

a. Le premier est chiral car son C2 à 4 voisins différents


COOH COOH

b. C C
H
NH2 H NH2
R R
2 a. C = CH3 − CH(CH3) − COH 2- methylpropanal
A = CH3 − CH(CH3) − CH2OH 2- methylpropan-1-ol
D = CH3 − CH(CH3) − COOH acide-2-methylpropanoique
b. E = CH3 − CO − CH2 − CH3 butan-2-one
B = CH3 − CH(OH) − CH2 − CH3 butan-2-ol
c. Equation de la réaction d’oxydation
CH3 − CHOH − CH2 − CH3 + 2H2O ↔ CH3 − CO − CH2 − CH3 + 2H3O+
+ 2e MnO4− + 8H3O+ ↔ Mn2+ + 12H2O
bilan

Corrigé chimie 2007


Exercice 01

1 calcul la concentration pondérale


On a P = MC on a d = ρs/ρe ⇒ ρs = dρe
MS =masse de la solution; ρe = densité de l’eau; ms = masse du soluté;
w=cage massique
Ms/v = dρe ms = vdρe (1)
On a aussi w = ms × 100/MS ms = MS × 100/w (2)
On sait que C = n/V = ms/MV = wdρe/MV 100
× C = wdρe/M100 P = wdρe = 100 A.N : P =
0,98 × 1,83 × 1000/100P = 17,934g/L
2 Synthèse de C6H5 COO CH2 C6H5

a. Synthèse de l’acide BenzoïqueCu(∆)


C6H5 − COOH + 1/2O2 C6H5COH + H2O
C6H5COH + 1/2O2C6H5COOH
b. Synthèse du chlorure de Benzoyle
C6H5COOH + SOCl2C6H5COCl + SO2 + HCl
c. Estérification
C6H5COCl + C6H5 − CH2OH H2O + C6H5COO − CH − 2 −
C6H5
On utilise un chlorure d’acyle parce que lors de l’estérification on a une
réaction rapide et totale d’où le bon rendement. 3

4 a. Equation de la réaction qui a lieu.


+ 2e 2H+ − H2
2+
Zn
+ Zn Zn+ 2e−
2H+Zn2+ + H2
b. Déterminer [ ] Déterminons la concentration de Zn2+

[Zn2+] = n(Zn2+)/V T or
n(Zn2+) = nH2 n(Zn2+)
= VH2/V0[Zn2+] =
VH2/V0V T
AN : [Zn2+] = 0,103/24 × 40.10−3
[Zn2+] = 0,107M
c. Déterminons [Zn2+] en fin de réaction
La réaction finit lorsque tout le HCl est consommé et transformé en Zn2+
D’après l’équation on a

A.N : [Zn2+] = 0,5/2[Zn2+] = 0,25M Calcul


de la masse n(Zn2+)r = n(Zn2+)i − n(Zn2+)f
n(Zn2+)r = 1/65 − 0,25 × 40.10−3 n(Zn2+)r
= 5,38.10−3 m(Zn2+)r = nZn × M
A.N : m(Zn2+)r = 5,38.10−3 × 65 m
(Zn2+)r = 0,349g

Corrigé chimie 2008


Exercice 01

1 a. correction de l’étiquette.

17% d’azote 18% d’oxyde de phosphore 20% d’oxyde de


potassium.

b. Calcul de la masse d’élément utilisé par chaque plan par mois.


Par mois, chaque plant utilise un volume de (1/3 × 30) = 10l de solution
c’est à dire 10g d’engrais.
mN = (17/100) × 10 = 1,7g mP =
(62/142) × (18 = 100) × 10 =
0,78g car mP = (2MP /MP2O3) ×
mP2O3ormP2O3 = 18/100m.
mK = (78,2/94,2) × (20/100) × 10 = 1,66g
Donc : en un mois chaque plante a utilisé 1,7g d’azote, 0,78g de
phosphore, 1,66g de potassium.
2 a. Equilibre de l’équation.
4C3H5(NO3)3(l) 12CO2(g) + 6N2(g) + O2(g) + 10H2O(g)
b. Calcul du volume total de gaz libéré : D’après l’équation bilan on a :

3 a. L’acide méthanoïque est-il un acide fort ou faible? Pourquoi? écrire


l’équation de la réaction avec

Conservation de la matière :
[HCOOH]init = [HCOOH]cons + [HCOOH]
Ca = [HCOO−] + [HCOOH]
[HCOOH] = Ca − [HCOO−] ⇒ [HCOOH] = 0,1 − 3,98.10−3] =
9,6.10−2mol
b. l’acide méthanoïque est un acide faible car [HCOO−] 6= Ca Équation
d’ionisation :
HCOOH + H2OHCOO− + H3O+
c. Calcul du pKa du couple HCOOH/HCOO−

5 a. On acidifie la 1ère réaction pour la rendre plus rapide (l’acide


chlorhydrique joue un rôle catalyseur). b. Verrerie utilisée :
Erlenmeyer; bécher; burette graduée; pipette.
c. Demi-équation et équation redox mis en jeu :
C3H7 − CH2OH + 5H2OC3H7 − COOH + 4H3O+ + 4e− (1)
Cr2O72+ + 14H3O+ + 6e−2Cr3+ + 21H2O (2)
Fe2+ Fe3+ + e−
Équation (Alcool + dichromate)
3 × (1) + 2 × (2) =
2+ + 3+
3C3H7CH2OH + 2Cr2O7 + 16H3O 3C3H7 − COOH + 4Cr +
212H2O (3) deuxième équation (dichromate + sulfate de fer). (2)+6(3)=
2+ + 2+ 3+ 3+
Cr2O7 + 1 H3O + 6Fe Cr + 2 H2O + 6Fe
d. Calcule :
i. Du nombre de mol de dichromate de potassium dosé par la solution le
fer II. D’après l’équation ( II ) on a
n1 = nr/6 nr = 6n0 n0 = (CrV r)/6
A.N : n0 = 9,5 × 10−4mol
Donc on a dosé 9,5 × 10−4mol de dichromate de potassium par la solution
de sulfate de fer II.
ii. De la concentration molaire e l’alcool et de sa masse. D’après
l’équation (1) on a :
nr/2 = n0/2 ⇒ nr = 3/2n00
CrV r = 3/2 × n00
avec
A.N : Cr = 0,15mol/L
Donc : la concentration initiale d’alcool est 0,15mol/L.
nr = mr/Mr ⇒ mr = CrV r × MrMr = 74g
A.N : mr = 0,111g Donc la masse d’alcool est 0,111g.
6 En = −13,6/n2

a. Calcul de l’énergie a l’état fondamental. Etat fondamental : n = 1


D’où : E = −13,6eV
b. Puisque la transition se fait d’une couche d’énergie plus petite vers une
couche d’énergie plus grande, il y a absorption de photon.
c. Calcul de la longueur d’onde maximale :
λmax ⇒ énergie maximale or l’énergie est minimale pour une transition
d’une couche p vers une couche p + 1 (étant le plus petit possible) ici on
prendra p = 1 d’où
.
A.N : λmax = 1,21 × 10−7m
d. Calcul de l’énergie d’ionisation.
L’atome est ionisé s’il est renvoyer à l’infinie. Donc :
E = E∞ − E1
E = 0 − E1
E = 13,6eV

e. i. Détermination des photons qui peuvent être absorbés détermination de


l’état final.

AN : p = 1,58 pour E = 8,2eV


ii. P n’est pas un entier, donc le photon ne sera pas absorbé et l’atome
reste à l’état fondamental.
Pour E = 10,2eV p = 2 ce qui est un entier naturel donc le photon sera
absorbé et se retrouvera à l’état n = 2.
Pour E = 13,6eV p = 1 le photon sera absorbé et l’atome sera ionisé.
Pour E = 14,6eV E > Ei le photon sera absorbé et l’atome sera ionisé.

7 a. Equation bilan de la réaction :


Fe + 2H3P+ Fe2+ + H2 + 2H2O
Les couples rédox mis en jeu sont les suivant :
Fe2+/Fe et H3O+/H2
b. Calcul de la masse du fer disparu :

A.N : mPe = 0,697g


c. Calcul de la masse du fer disparu :
V

A.N VH2 = 0,3l


Données : Volume molaire dans les CNTP= 22,4L/mol; C=12,0; H=1,0;
N=14; O=16; K=39; P=31; Fe= 55,8; h = 6,62.10−34J : s; c = 3.108m/s;
1eV = 1,6 : 10−19J.
35. chimie 2010

Corrigé chimie 2010


Exercice 01
t = 37% d = 1,19 V2 = 0,25L C2 = 0,5M
1 a. Calcul du volume V1 à prelever :
La relation caractéristique de la dilution est : C1V1 = C2V2

Il faut d’abord trouver C1.


; avec ρ = dρe

Donc C1 = dρeM
A.N : :

Calcul du volume

b. Calcul du volume de cette solution qu’il


faut diluer

c. Verrerie nécessaire Fiole jauge 100mL et


250mL Pipette 5mL et 20mL :

d. CH 3COOH Ca ?
Va = 0, 0 L
Vb = 1 ml
NaOH =
Cb = ?
0
Ca = 0, 1−
HCl = a0 3
V = 9× 1 L
Les équations des réactions qui se produisent
sont
1− CH3 − COOH + OH− −→ CH3COO− + H2O
EI CaVa CbVb 0
EF 0 CbVb −
CaVa
2− H3O+ + OH− −→ CH3OO− + 2H2O
EI CbVb −
CaVa
EF 0 0
⇒ n0a = nbexcs = Ca0 Va0 = 0,1 × 9.1O−4mol.
De plus,

2 a. Equation chimique de la réaction


HCOOH + OH− −→ HCOO− + H20
b. Concentration molaire de S.
A.N :

c. Concentration de S0 :
Le facteur de dilution est β = 200 :
⇒ C0 = 200C1 ⇒ C0 = 200 × 1,03 × 10−1 = 20,6mol/L
d. Vérifions le pourcentage

AN. 8 = 80 %
Le titre n’est donc pas justifié, donc l’indication n’est pas correcte.
3 Calcul du nombre de goutte d’eau
HCl : V1 = 0,01L; C1 = 0,1mol/L, pH1 HCl0 : V2 =?; C2+? pH2 = pH1
+ 1 pH1 = −logC1 ⇒ pH1 = 1 et pH2 = 2 pH2 = −logC2 ⇒ C2 = 10−pH2
= 10−2mol/L :
Le procédé chimique ici est la dilution
AN
Or V2 = x + V1 donc x = V2 − V1 = 90cm3
1 goutte →
0,05cm3 x
gouttes →
90cm3 On a
donc :

Il faut 1800 gouttes d’eau.

m0 = 3,552g

4 Calcul du pourcentage massique du fer. Il s’agit de déterminer la masse du


fer. Les équations électroniques
sont:
2+ 3+
5 Fe Fe + e)
− + +
MnO4 + 8H3O + 5e Mn2 + 1 H2O
− + 2+ 3+ 2+
⇒ MnO4 + 8H3O + 5Fe 5Fe + Mn + 1 H2O
C 2 V2 −3 −2
C1V1 = 5 ⇒ C2V2 = 5C1V1 ⇒ nFe 3+ = 5× 0, 110 × 3 , 5× 1 = 1, 9.1 mol.
Aussi:

D’où, on obtient : A.N : 100 = 30 %

5 CH3COOH xa = 1,6.10−4Ca; V aNaOH : V b

a. Relation donnant Vb
A l’équivalence, on a : CaVa = CbVb ⇒ Vb = CCb aVa
b. Calcul du pH pour x = 0 x = 0 ⇒ Il n’y a pas de base dans le milieu. Le
pH est celui de l’acide thanoque :

=?
c. Relation donnant le pH avant l’équivalence
CH3 − COOH + OH− ⇒ CH3COO− + H2O
EI CaVa CbVb 0
à t < ted CaVa − 0 CbVb
CbVb


d. Valeur du pH à la demi-équivalence
e. Calcul du pH au point équivalent

A.N := ?
f. Relation donnant le pH après le point équivalent

Où :
Corrigé chimie 2012
Exercice 01

1 Donner les formules semi-développées des composés dont les noms suivent
( évident )

a. Acide 2 ,3-diméthylbutanoide;
b. 2 ,4,4-triméthylhexan-3-ol;
c. 3 ,6,6-triméthylheptan-2-one;
d. 3- méthylpentanal;
e. 4- éthyl,3-méthylhept-2-ène.

2 a. Formule de Balmer généralisée.


dans le cadre de l’atome d’hydrogène, RH est celle de Rydberg et
λ la longueur blonde
L’élément hydrogène comprend trois isotopes cotés respectivement
1H;2H;3H : La relation :
est indépendante de l’isotope d’hydrogène considéré, car les niveaux
énergétiques d’un
atome dépendent des électrons et de son noyau.
De la même façon, la formule généralisée de Balmer peut s’étendre.
b. Calcul de la constante de Rydberg RD Pour le deutérium

Pr n = 3 et λ = 655,93mm RD1 =
10976781,06m−1
Pr n = 4 et λ = 485,88mm RD2 =
−1
10976647,18m
Pr n = 5 et λ = 433,82mm RD3 =
−1
10976683,33m
Pr
COOH

OH

(1) Acide solycique


COOH

OCOCH3
Acideacéthylisalicyque
(2)
3 a. Les deux corps peuvent présenter des activités pharmacologiques
comparable parce qu’ils possèdent tous la fonction acide carboxylique et un
noyau benzénique. b.
c. Possède les fonctions acide (-cooH) et alcool (- oH ).
d. Possède les fonctions acide (-cooH) et enter (-cooR) posons (2) = AH
e. AH PKa = 3 , 48
f. équation acido-basique de l’aspirine avec l’eau :
AH + H2O A + H3O+
Sa base conjuguée porte le nom de l’ion acéthtsalicylique
g. Dans l’estomac, l’aspirine se trouve beaucoup plus sous la formule
basique et elle est sous la formule acide dans l’intestin car seule la base
réagit avec un acide et réciproquement, vu que le pH est acide dans
l’estomac et basique dans l’intestin.

Vous aimerez peut-être aussi