Vous êtes sur la page 1sur 26

REFORME 

DU CADRE BUDGETAIRE E COMPTABLE 
DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SUBVENTIONNES : 
VERS UNE HARMONISATION ET UNE COHERENCE DES 
REGLES DE GESTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE

M. Aziz KHAYATI Adjoint au Directeur du Budget

03 AVRIL 2018

1
PLAN DE L’EXPOSE

1 Pourquoi une réforme du cadre budgétaire et comptable des


Etablissements Publics subventionnés?

2 En quoi consiste cette réforme?

3 Quelles sont les actions entreprises pour mettre en œuvre cette réforme?

4 Quelles sont les actions envisagées pour le futur?

2
Pourquoi une réforme du cadre budgétaire et comptable 
des Etablissements Publics subventionnés?

3
Extraits d’un article publié par Didier Migaud et Alain Lambert pères fondateurs de la 
LOLF en France , intitulé « La loi organique relative aux lois de finances (LOLF) : levier 
de la réforme de l’Etat »

« La réforme de l’État est l’un des deux objectifs les plus manifestes de la loi organique
relative aux lois de finances, avec la rénovation et le renforcement des pouvoirs du
Parlement en matière de finances publiques. »

« La réforme de l’État consiste à construire un appareil administratif qui parvient aux


objectifs qui lui sont fixés. »

« Pour parvenir aux objectifs qui leur sont fixés, les administrations publiques devront
le cas échéant se réformer, se structurer différemment, et se doter de nouveaux
outils. C’est ainsi que progressera la réforme de l’État. »

« La colonne vertébrale de la nouvelle gestion publique est l’architecture du budget de 
l’État  qui doit faire prévaloir la notion de politique publique sur celle de ministère. »

La performance d’une politique publique est l’émanation de toutes les 
administrions publiques qui la portent que ce soit un ministère, un 
Etablissement Public ou une Collectivité Territoriale.
4
Pourquoi une réforme du cadre budgétaire et comptable 
des Etablissements Publics subventionnés?

 Les Etablissements publics (notamment ceux bénéficiant majoritairement de


ressources publiques) occupent une place centrale dans la mise en œuvre des
politiques publiques.

 L’État doit définir, par l’intermédiaire des tutelles ministérielles, les orientations
stratégiques de ces établissements, et veiller à ce que leurs actions contribuent à
l’atteinte des objectifs de politiques publiques auxquelles ils participent.

Ce qui nécessite, préalablement à la mise en place des contrats Etat‐Etablissements 
publics , l’harmonisation des cadres budgétaires de l’Etat et des Etablissements 
publics

5
Pourquoi une réforme du cadre budgétaire et comptable 
des Etablissements Publics subventionnés?

Diagnostic et état des lieux
Un cadre budgétaire actuel composite caractérisé par :
 Hétérogénéité en matière de présentation budgétaire : certains Etablissements Publics
adoptent une nomenclature budgétaire (ABH, ORMVA….) d’autres adoptent une
nomenclature en se référant à la comptabilité générale (CHU, Universités, AREF….) ;
 Incohérences au niveau des règles de redéploiement des crédits : les virements de crédits
visées selon les cas par la Direction du Budget ou par le Contrôleur d’Etat compte tenu de
l’hétérogénéité des dispositions des arrêtés portant organisation financière et comptable
de chaque Etablissement Public (cas des CHU : virements de fonctionnement visés par le
contrôleur d’Etat; virements de l’investissement visés par la D.B);
 Globalisation non harmonisée pour l’ensemble des établissements publics ;
 Nomenclature ne renseignant pas sur les objectifs des politiques publiques poursuivies par les
Etablissements Publics : Absence de la nomenclature programmatique par destination et
focalisation sur les natures comptables des lignes de dépenses.

Nécessité d’harmonisation des règles de gestion budgétaire des 
Etablissements Publics subventionnés dans une pleine cohérence 
avec le budget de l’Etat. 
6
Pourquoi une réforme du cadre budgétaire et comptable 
des établissements Publics subventionnés?

EXEMPLE N°1: BUDGET D’INVESTISSEMENT
PAR. COMPTE Désignation
I MOYENS ET MAINTENANCE
MOYENS ET EQUIPEMENT
Achat de mobilier, d'équipement et de matériel de bureau :
23511 * Achat de mobilier de bureau
23521 * Achat d'équipement et de matériel de bureau
23522 Achat de matériel de reprographie et de communication
23551 Achat d'équipement informatique (matériel et logiciels)
23401 Achat de véhicules
Installation, aménagement, entretien, maintenance et réparation :
613321 * Entretien et réparation du matériel de communication
613322 * Entretien et réparation du matériel informatique
613323 * Entretien et réparation du matériel de reprographie
613331 * Entretien et réparation du matériel roulant
613351 * Entretien et réparation du matériel technique
2327 * Installation, maintenance et aménagement des locaux 
II CONTROLE DE QUALITE ET DEVELOPPEMENT
Equipement et instrumentation :
233211 * Labo Thermique, Labo Photovoltaïque, Labo AER et Labo URE
Certification et Accréditation :
613651 * Frais d'audits et d'expertise liées à la certification et à l'accréditation des laboratoires
613652 * Assistance assimilée
614161 * Frais d'abonnement aux organismes de normalisation et acquisition de normes
Développement Technologique et Etudes Générales :
61411 * Etudes générales (Institutionnelle, technique, socio‐économique, financières, marketing)
61448 * Frais de  publicité, prime et bourse de soutien et promotion de la Recherche Scientifique
2210 * Réalisation, développement et acquisition de prototypes
7
Pourquoi une réforme du cadre budgétaire et comptable 
des Etablissements Publics subventionnés?

EXEMPLE N°2: BUDGET DE FONCTIONNEMENT

61 CHARGES D'EXPLOITATION

612 ACHAT CONSOMMES DE MATIERES ET FOURNITURES
6122 Achats de matières et fournitures consommables
61222 Achats de fournitures pour matériels techniques,
scientifiques et informatiques
61223 Achat de carburant et lubrifiants
61224 Achat de produit d'entretien
61227 Achats de fournitures de bureau
6123 Achats d'emballage
6125 Achats non stockés de matières et de fournitures
61251 Achats de fournitures non stockables
612511 Eau LER
612512 Electricité CENM et LER
61252 Achats de fournitures d'entretien
61253 Achats de petit outillage et de petit équipement
6126 Achat de travaux, études et prestations de services
6128 Achat de matières et fournitures des exercices antérieurs

8
Pourquoi une réforme du cadre budgétaire et comptable 
des Etablissements Publics subventionnés?

Benchmarking International:  Cas de la France
La mise en œuvre du décret n°2012‐1246 du 7 novembre 2012 relatif à la Gestion
Budgétaire et Comptable Publique (GBCP) qui a pour objectif d’instituer pour les
organismes publiques un cadre budgétaire et comptable rénové, comparable à celui de
l’Etat :

 Ce décret a permis de transposer la directive 2011/85/UE du 8 novembre 2011,


qui tend à harmoniser les cadres budgétaires et comptables des États membres.

 Elle impose la mise en place de cadres budgétaires et comptables homogènes


couvrant les administrations publiques, permettant notamment la fourniture
régulière de données budgétaires et comptables actualisées et fiables.
Cette réforme repose sur un principe important:

Fonder le champ de la gestion budgétaire et comptable publique sur le critère 
d’appartenance aux administrations publiques des structures et d’organismes financés 
majoritairement par des fonds publics.
9
En quoi consiste cette réforme?

10
En quoi consiste la réforme?

 Circulaire du 10 juillet 2017 du Ministre de l’Economie et des Finances sur la gestion financière et
comptable des EP bénéficiant de ressources affectées ou de subventions de l’Etat.

La réforme s’articule autour de trois axes  principaux :

 1er axe : Extension de l’architecture budgétaire prévue par la LOF aux EP

subventionnés.

 2ème axe  :  Unification  et  harmonisation  des  règles  de  gestion  budgétaire  et 

comptable des EP subventionnés avec celles du Budget de l’Etat.

 3ème axe : Extension progressive du système d’information de la

programmation budgétaire pour couvrir ces établissements.

11
1er axe : Extension de l’architecture budgétaire prévue par la LOF 
aux EP subventionnés

• La LOF a orienté la gestion des finances publiques vers l'approche de performance, à


travers la détermination des objectifs stratégiques et opérationnels des politiques
publiques, adossés à des indicateurs permettent de mesurer l’atteinte de ces objectifs ;

• C’est ainsi que les départements ministériels sont tenus de rendre compte de leur gestion
budgétaire annuelle, à travers l’élaboration d’un Projet de Performance accompagnant le
projet de la Loi de Finances.

• Les Etablissements publics subventionnés ne sont pas absents des objectifs de la LOF,
puisque la nouvelle présentation du budget de l’Etat par destination, permet de retracer
clairement dans chaque projet de performance les objectifs qui leurs sont assignés ainsi
que les moyens qui leur sont transférés.

• Les Projets de Performance doivent par conséquent renseigner sur la destination des
transferts effectués au profit des établissements publics, puisqu’ils contribuent à l’atteinte
des objectifs des politiques publiques poursuivies.

Une budgétisation par destination en relation avec la politique publique 
portée par le département de tutelle à laquelle contribue l’EP, 
ou en relation avec les objectifs propres de l’EP.
12
1er axe : Extension de l’architecture budgétaire prévue par la LOF 
aux EP subventionnés
Une budgétisation par destination en relation avec la politique publique 
portée par le département de tutelle à laquelle contribue l’EP, 
ou en relation avec les objectifs propres de l’EP.

Nomenclature budgétaire par


destination programme/projet‐
action

Amélioration de la lisibilité des


budgets des EP subventionnés.

Cette nouvelle architecture du budget des EP permet à la fois de renseigner sur la 
finalité de la dépense, mais apporte également une grande lisibilité budgétaire et 
comptable.
13
2ème axe : Unification et harmonisation des règles de gestion budgétaire 
et comptable régissant les EP

La LOF a prévu trois comptabilités:

Comptabilité
Comptabilité Comptabilité d ’analyse des
budgétaire générale coûts

Suivre Connaître Mesurer


l’autorisation la situation le coût de
et l’exécution financière (ou le chaque politique
budgétaire patrimoine) publique

14
2ème axe : Unification et harmonisation des règles de gestion budgétaire 
et comptable régissant les EP

Les EP tiendront désormais, à l’instar de l’État :

 Une comptabilité générale, proche de celle des entreprises, tenue en droits constatés et 
au plus près du fait générateur (service fait), permettant de suivre l’évolution de la 
situation patrimoniale des organismes (bilan notamment) ;

 Une comptabilité budgétaire qui permet un véritable pilotage budgétaire et un meilleur


suivi de la trésorerie. Elle présente l’avantage de contrôler, en recettes, les
encaissements, et en dépenses, les engagements juridiques pris, ainsi que les paiements
qui en résultent.

 Et éventuellement une comptabilité d’analyse des coûts qui, à partir de données de 
comptabilité générale par nature combinées avec les indicateurs de résultat, quantitatifs 
et qualitatifs, permettra de rendre compte de l’efficience d’une politique donnée.

15
2ème axe : Unification et harmonisation des règles de gestion budgétaire 
et comptable régissant les EP

Pourquoi une comptabilité budgétaire pour les EP subventionnés?
 La gestion des Etablissements Publics majoritairement financés par des ressources publiques doit
être encadrée par une autorisation budgétaire limitative.

 L’introduction de la comptabilité budgétaire poursuit plusieurs objectifs:


• Garantir l’intégrité de la gestion des deniers publics;
• Harmoniser et mettre en cohérence le cadre budgétaire des EP subventionnés avec celui de l’Etat pour
faciliter le pilotage des finances publiques;
• Améliorer le pilotage budgétaire des EP et la visibilité sur leur situation financière;
• Assurer la soutenabilité budgétaire des finances publiques via la mise en cohérence de la
programmation pluriannuelle de l’Etat et des Etablissements Publics subventionnés;

« La souveraineté et la continuité de l’Etat confèrent à la question de la soutenabilité des politiques


publiques une spécificité qui autorise des « paris » et des transferts intergénérationnels auxquels les
citoyens peuvent difficilement se soustraire. La seule comptabilité générale ne suffit bien entendu
pas à éclairer le débat en la matière: personne ne s’émeut vraiment du fait que la situation nette de
la plupart des Etats développés, lorsqu’on la mesure, soit lourdement négative ! »

Extrait d’une intervention de Michel Prada président du Conseil de normalisation des comptes
publics en France, sur l’importance de la comptabilité budgétaire dans la maîtrise de la
soutenabilité budgétaire de l’Etat.

16
3ème axe : Extension progressive du système de programmation budgétaire 
au périmètre des EP subventionnés

 L’extension progressive de « e‐budget2 » aux établissements publics subventionnés permet de:

 Disposer d’un système d’information intégré pour le budget de l’Etat et les


Etablissements Publics;

 Unifier les documents et les procédures budgétaires;

 Développer les outils de reporting et d’aide à l’analyse et à la prise de décision;

 Contribuer au renforcement de la transparence budgétaire des Etablissements Publics.

17
Quelles sont les actions entreprises pour mettre en œuvre 
cette réforme?

18
Quelles sont les actions entreprises pour mettre en œuvre cette réforme?

Phase d’expérimentation en 2018

 Six établissements publics préfigurateurs :

• Centre Hospitalier Universitaire Ibn Sina ;


• Office Régional de Mise en Valeur Agricole du Gharb ;
• Académie Régionale d’Education et de Formation de Rabat Salé Kenitra ;
• Université Mohammed V – Rabat ;
• Agence Urbaine de Rabat – Salé ;
• Agence du Bassin Hydraulique du Bouregreg et de la Chaouia.

Compte tenu de la similitude des EP, l’échantillon global touché par cette expérimentation porte sur
77 établissements : 05 CHU, 09 ORMVA, 12 AREF, 12 Universités, 30 AU et 09 ABH.

19
Quelles sont les actions entreprises pour mettre en œuvre cette réforme?

RESTRUCTURATION DU BUDGET DE FONCTIONNEMENT DE L’ORMVAG 
‐PERSONNEL & MDD‐

IMPUTATIONS NOMENCLATURES DES SERVICES ET DES DEPENSES IMPUTATIONS NOMENCLATURES DES SERVICES ET DES DEPENSES


CODE PRG PRJ LING RUBRIQUES CODE PRG PRJ LING RUBRIQUES
IRRIGATION ET AMENAGEMENT DE L'ESPACE 
418
AGRICOLE IRRIGATION ET AMENAGEMENT DE L'ESPACE 
418
10 Soutien des missions AGRICOLE
6171 10 Traitements et salaires du personnel 
10  Soutien des missions
6174 20 RCAR, CMR, Pécule et Mutuelle 
30 Indémnités  6133 10  Immeubles bâtis et immeubles par destination
6171 31 Indémnités pour travaux supplémentaires 20  Entretien et réparation des moyens de service
6174 32 Indémnités familiales
6171 33 Indémnités de transport
6133 21  Véhicules de liaison et de transports 
6143 34 Indemnités de déplacement dues au personnel Matériel et mobilier de bureau, logement, atelier, laboratoire,
6133 22 
6171 35 Indémnités de caisse matériel radio communication
6171 36 Indémnités de vélomoteurs   6133 23  Entretien des espaces verts
Indémnités forfaitaires pour utilisation de véhicules 
6171 37
personnels 6126 24  Nettoyage des bâtiments
40 Primes et allocations
6174 41 Allocations et primes de naissance 6133 25  Maintenance des ordinateurs et matériel annexe
6171 42 Aide au logement
6176 43 Aide pour Aid Lekbir 30 Taxes,redevances et assurances 
6171 44 Frais de transport et de déménagement 6167 31  Taxe de formation professionnelle 
6171 45 Primes de rendement, de campagne et de fin d'année Assurances des bâtiments, matériels, véhicules, fonds, matériels 
6171 46 Prime spéciale (mécanographique et informatique) 6134 32 
Assurance ATRC du personnel et assurance maladies 
des stations de pompage et engins
6174 50
professionnelles 6145 33  Redevance de télécommunication et frais de poste 

20
Quelles sont les actions entreprises pour mettre en œuvre cette réforme?

RESTRUCTURATION DU BUDGET D’INVESTISSEMENT DE L’ORMVAG 

Imputations  NOMENCLATURES DES SERVICES ET DES DEPENSES 

CODE ART PAR LING RUBRIQUES

418 IRRIGATION ET AMENAGEMENT DE L'ESPACE AGRICOLE
10 Extension des aménagements
10 Etudes, assistance et contrôle des aménagements

2361 11 Etude de faisabilité au niveau des zones de Zrar et Beht extension

2361 12 Etude de faisabilité au niveau des zones de Zirara et Zrar extension

2361 13 Etude d'exécution (Lot 1 : adduction Oued Ouergha‐traversée Oued Sebou)

2361 14 Etude de la déviation du canal S1 du Beht pour le contournement du centre de Dar Bel Amri

236 15 Prestations topographiques pour l'opération de bornage 

236 16 Expertise et contrôle des études et des ouvrages

20 Réhabilitation
20 Travaux 
2363 21 Travaux pour stations de pompage 
2364 22 Travaux des réseaux d'irrigation 

21
Quelles sont les actions entreprises pour mettre en œuvre cette réforme?

Unification et harmonisation des règles de gestion

Préparation d’un projet d’arrêté type portant organisation financière et


comptable des Etablissements Publics bénéficiant de ressources affectées ou de
subventions de l’Etat:
 Transposition de l’esprit de la LOF aux EP subventionnés en matière de gestion
budgétaire axée sur les résultats ;
 Harmonisation des règles de gestion budgétaire, financière et comptable;
 Introduction des principes de la programmation budgétaire triennale;
 Introduction de la nomenclature budgétaire par destination;
 Harmonisation des règles de fongibilité de crédits.

22
Quelles sont les actions envisagées pour le futur? 

23
Quelles sont les actions envisagées pour le futur?

1. Signature et diffusion de l’arrêté

2. Développement du SI

3. Généralisation de la réforme

4. Accompagnement des EP

24
Quelles sont les actions envisagées pour le futur?

La réussite de cette réforme est tributaire de:
 L’adhésion des différents partenaires : Ministères et Etablissements Publics;

 L’adaptation de l’organisation, des processus internes et des systèmes d’information;

 Le renforcement du dialogue de gestion entre ministères de tutelle et EP;

 La mise en œuvre des mécanismes de contractualisation.

Le Ministère de l’Economie et des Finances prendra toutes les dispositions  pour 
assurer l’accompagnement nécessaire à la réussite de cette réforme.

25
MERCI DE VOTRE 
ATTENTION

26