Vous êtes sur la page 1sur 576

DICTIONNAIRE

MYTHO -HERMÉTIQUE

1 BI
BE
+ LIX +
OT
H
COPU
+ LLE +B
LU G
GD
UN
as

1
DICTIONNAIRE

342962
MYTHO -HERMÉTIQUE ,
1
DANS LEQUEL ON TROUVE

LES ALLÉGORIES FABULEUSES DES

POETES LES MÉTAPHORES ,


LES
ÉNIGMES ET LES TERMES BARBARES

DES PHILOSOPHES HERMÉTIQUES

EXPLIQUÉS.

Par Dom ANTOIN E -JOSEPH PERNETY , Religieux


Bénédiftin de la Congrégation de Saint- Maur.

Sapiens animadvertet parabolam o interpretationem , verba Sapientum ,


O enigmata eorum . Prov. I. v. 6.

BIB
LIO
TH
DE LA C+OP U
LLB +
11711

LUG EG
DUN
UE
THEC

A PARIS , Quai des Auguſtins.


Chez BAUCHE , Libraire , à Sainte Genevieve & a
S. Jean dans le Déſert.

M. DCC. LVIII.
AVEC APPROBATION ET PRIVILEGE DU ROI.
"

0
PR É FACE .

Amais Science n'eut plus beſoin de Dictionnaire


J que la Philoſophie Hermétique. Ceux dans les
mains de qui tombent les Livres faits ſur cette ma
tiere , ne ſçauroient en foutenir la lecture unedemi
heure ſeulement; les noms barbares qu'on y trou
ve , ſemblent vuides de fens , & les termes équivo
ques qui font placés à deſſein prefque dans toutes
les phraſes , ne préſentent aucun ſens déterminé.
Les Auteurs avertiſſent eux-mêmes qu'on ne doit
pas les entendre à la lettre ; qu'ils ont donné mille
noms à une même choſe ; que leurs Ouvrages ne
ſont qu'un tiſſu d'énigmes, de métaphores, d'allé
gories , préſentées même ſous le voile de termes
ainbigus, & qu'il faut ſe défier des endroits qui pa
roiſſent faciles à entendre à la premiere lecture ( i ):

( 1 ) Nolite in lectione | myſticis nominibus, & ar


meorum fcriptorum inhæ- canis operationibus ; in obf
rere fyllabis , fed legendo curis enim veritas deliteſcit,
utique conſiderate naturam , nec unquam dolofius quam
& ejuſdem poſſibilitatem . quûm apertè , nec veriùs
Cofm . Præf. in Ænigma. quam cum obſcurè fcribunt
Veritatis amator paucos Philaſophi, Arcan . Hermet .
autores , fed optimæ notæ | Philof. opus, can . 9.
& exploratæ fidei manibus A multiplici verborum fic
terat ; facilia intellectu fuf- gnificatione ftudioſus lector
pecta habeat , maximè in caveat, doloſis enim anfraes
T
WO

a iij

LYON
ij P FÁCE.

Ils font myſtere de tout , & ſemblent n'avoir écrit


que pour n'être pas entendus. Ils proteftent cepen
dant qu'ils n'écrivent que pour inſtruire , & pour
inftruire d'une Science qu'ils appellent la clef de
toutes les autres. L'amour de Dieu , du prochain
de la vérité leur met la plume à la main : la recon
noiſſance d'une faveur fì fignalée que celle d'avoir
reçu du Créateur l'intelligence d'un myſtere fi re
levé , ne leur permet pas de ſe taire. Mais ils l'ont
reçue , ajoutent-ils , dans l'ombre du myſtere ; ce
feroit même uo crime digne d'anathême que de
lever le voile qui le cacha aux yeux du vulgaire.
Pouvoient - ils ſe diſpenſer d'écrire 'myſtérieuſe
ment ? Si l'on expoſoit au grand jour cette Science
dans ſa fimplicité , les femmes , les enfans même
voudroient en faire l'épreuve : le Payfan le plus
ſtupide quitteroit ſa charrue pour labourer le champ
de Mars comme Jaſon : il cultiveroit la terre phi
loſophique , dont le travail ne feroit pour lui qu'un
amuſement, & dont les moiſſons abondantes lui
procureroient d'immenſes richeſſes, avec une vie
Erès- longue , & une fanté inaltérable pour en jouir,
Il falloit donc tenir cette Science dans l'obſcu
rité, n'en parler que par hiéroglyphes , par fictions,
à l'imitation des anciens Prêtres de l'Egypte , des
Brachmanes des Indes ,des premiers Philoſophes de
la Grece & de tous les pays, dès qu'on fentoit la
néceſſité de ne pas bouleverſer tout l'ordre & l'har

tibus , & ancipiti oratione , adulterandæ veritatis ftudio ;


imò plerumque contrariâ , ideo ipforum fcripta voci
ut videtur Philofophimyfte- bus ambiguis & homony
ria fua explicant , implican- | mis abundang. Ibid. Çar .
dæ & occultandæ , non l 15 .
PR É F Å c E. li]
monie établis dans la ſociété civile. Ils ſuivoient
en cela le conſeil du Sage (1 ).
Mal à propos traite -t-on de fous les Philoſophes
Hermétiques: n'eſt- ce pas ſe donner un vrai ridicule
que de décider hardiment que l'objet de leur Science
eſt une chymere, parce qu'on ne peut pas le péné
trer , ou qu'on l'ignore abſolument? C'est en juger
comme un aveugle des couleurs. Quel cas les gens
ſenſés doivent-ils donc faire des jugemens critiques
de quelques Cenſeurs ſur cette matiere , puiſque tout
lemérite de ces jugemens conſiſte dans le froid aſſai
ſonnement de quelques bons mots à l'ombre deſ
quels ils cachent leur ignorance , & qu'ils ſement
faute de bon grain , pour faire illuſion à des Lecteurs
imbéciles , toujours diſpoſés à leur applaudir .Mé
ritent- ils qu'on faſſe les frais d'une réponſe ? Non :
on peut le contenter de les envoyer à l'école du
Sage ( 2). Moins dédaigneux & moins mépriſant
que ces Cenſeurs bouffis d'orgueil & d'ignorance ,
& aveuglés par le préjugé, Salomon regardoit les
hiéroglyphes , les proverbes , les énigmes & les
paraboles des Philofophes comme un objet qui
méritoir toute l'attention & toute l'étude d'un
homme fage & prudent ( 3 ).
Je voudrois qu'avant que d'étaler leur mépris

( 1) Sapientes abſcondunt Sapientiam omnium anti


ſcientiam . Prov . c. 10. v. 14. quorum exquiret fapiens, &
( 2) Homo verſutus celat in Prophetis vocabit .... in
ſcientiam . Ibid. c. 12. v. 23. verfutias parabolarum fimul
( 3 ) Sapiens animadvertet | introibit ; occulta proverbio
parabolam & interpretatio- rum exquiret, & in abſcon
nem , verba fapientum & ditis parabolarum converſa
ænigmata eorum . Ibid. c, I. bitur. Ecclefiaftici , cap. 39
@iv
fy PRE A À CE.
pour la Philoſophie Hermétique , ils priſfent la
peine de s'en inſtruire. Sans cette précaution ils
s'attireront à bón droit le reproche, que les inſenſés
mépriſent la ſcience & la fagele, & qu'ils ne ſe re
paiſſent que d'ignorance ; & je leur dirai avec Ho ,
race : Odi prophanum vulgus , & arceo. C'eſt en
effet au ſujet de ces mêmes myſteres que les an
ciens Prêtres diſoient : Procul o procul eſte pro
phani,
Mon Traité des Fables Egyptiennes & Grecques
développe une partie de cesmyſteres. De l'obliga
tion dans laquelle j'étois de parler le langage des
Philoſophes , il en eſt réſulté une obſcurité qu'on
ne peut diſſiper que par une explication particu .
liere des termes qu'ils employent, & des méta
phores qui leur font fi familieres. La forme de Dic
tionnaire in'a paru la meilleure, avec d'autant plus
de raiſon qu'il y peut ſervir de Table raiſonnée ,
par les renvois que j'ai eu ſoin d'inſérer , quand il
à été queſtion d'éclaircir des fables déja expli
quées.
Beaucoup de gens regardent la Médecine Para
celfique comme une branche de la Science Hermé
tique ; & Paracelſe ſon auteur ayant , comme les
Diſciples d'Hermès , fait uſage de termes barbares ,
ou pris des autres langues , j'ai cru rendre ſervice
au Public d'en donner l'explication ſuivant le ſens
dans lequel ils ont été entendus par Martin Rule
land , Johnſon , Planifcampi., Becker , Blanchard
& pluſieurs autres. Si je n'ai pas toujours cité ces
Auteurs , non plus que les Philoſophes Herméti
ques , je les ai rappellés aſſez ſouvent pour con
vaincre lę Lecteur que je ne parle ordinairement
PR É FACE.
que d'après eux. Ceux qui les ont lus avec atten
tion , les y reconnoîtront aiſément.
Afin que le Lecteur puiſſe juger que mes expli
1
cations des termes & des métaphores des Philofo
phes , ne ſont pasarbitraires & demon invention ,
je rapporterai ici quelques - uns de leurs textes
avec leſquels il pourra les comparer. Il y verra
d'ailleurs qu'ils font tous d'accord entr'eux , quoi
qu'ils s'expriment différemment.
Les Sages , dit Iſaac Hollandois , ont donné beau
coup de noms différens à la pierre . Après qu'ils ont
eu ouvert & fpiritualiſé la matiere , ils l'ont ap
pellée une Choſe vile. Quand ils l'ont eu ſublimée ,
ils lui ont donné les noms de Serpent & des Bétes
venimeuſes. L'ayant calcinée , ils l'ont nommée
Sel ou quelqu'autre choſe ſemblable. A - t- elle été
diſſoute , elle a prit le nom d'Eau , & ils ont dit
qu'elle ſe trouvoit par-tout. Lorſqu'elle a été ré
duite en huile , ils l'ont appellée une Choſe viſ
queuſe , & qui fe vend par-tout. Après l'avoir con
gélée , ils l'ont nommée Terre , & ont aſſuré qu'elle
étoit commune aux pauvres & aux riches. Quand
elle a eu acquis une couleur blanche , ils lui ont
donné le nom de Lait virginal , & ceux de toute
autre choſe blanche que ce puiſſe être. Lorſque de
la couleur blanche elle a paſſé à la rouge , ils l'ont
nommée Feu & de tous les noms des choſes rou

ges . Ainſi dans les dénominations qu'ils ont don


nées à la pierre, ils ont eu égard aux différens états
où elle ſe trouve juſqu'à la perfection. Liv , 1. ch ,
126. de fes (@uvres ſur les Minéraux ,
Ce mélange de trois choſes s'appelle Pierre be
nite , minerale , animale , végétale , parce qu'elle
vi P R K F A C Bb
n'a point de nom propre . Minérale , parce qu'elle
eſt compoſée de choſes minérales ; végétale , parce
qu'elle vit , & végéte ; animale , parce qu'ellea un
corps , une ame & un eſprit , comme les animaux,
Defon ventre noir on l'appelle Noir fétide. On la
nomme encore dans cet état , Chaos , Origine du
monde , Maffe confuſe , pour moi je l'appelle Terre.
Notre eau prend les noms des feuilles de tous les
arbres , des arbres-mêmes , & de tout ce qui pré
ſente une couleur verte , afin de tromper les in
ſenſés. On l'appelle auſſi Eau bénite , la tempé
rance des Sages , Vinaigre très-aigre , Corps diſo
luble , Gomme des Philoſophes , Choſe vile , chere ,
précieuſe, Corps dur & opaque ,mol & tranſparent ,
Exaltation de l'eau , Angle de l'auyre. Obſervez
qu'on appelle le Soleil & la Lune le pere & la
mere de la pierre dans la compoſition de l'élixir ,
ce que dans l'opération de la même pierre , on ap
pelle Terre ou Nourrice. Arnaud de Villeneuve ,
Comment. ſur Hortulain , pag . 25. & 35 .
La pierre des Philoſophes eft une , mais on lui
donne une infinité de noms , parce qu'elle eſt
aqueuſe , aerienne, terreſtre , ignée , phlegmati
que , colérique ; elle eſt ſoufre & argent-vif; fes
ſuperfluités ſe changent en une véritable eſſence ,
avec l'aide de notre feu : & qui veut en ôter quel
que choſe , ne parviendra jamais à la perfection de
l'euvre. Les Philofophes n'ont jamais dévoilé ce
ſecret. Pontanus , Epître.
Notre pierre ſe nomme d'une infinité de ma
nieres , car elle prend les noms de toutes les choſes
noires. Lorſqu'elle quitte la noirceur , les noms
qu'on lui donne rappellent les choſes dont la vûe
PRÉE À CE. vij
égaie & faitplaiſir , comme les blanches & les
rouges. Ce n'eſt cependantqu'une ſeule choſe. Ria
plée , ch .3. du Supplément. Si vous l'appellez eau ,
vous dites vrai ; fi vous dites qu'elle n'eſt pas eau ,
vous ne le niez pas à tort. Ibid. pag. 139:
· Lorſqu'on cuit ces principes avec prudence &
fageſſe , on en fait une choſe qui prend beaucoup
de noms. Lorſqu'elle eſt rouge , on l'appelle Fleur
d'or, Ferment de l'or , Calle d'or, Soufre rouge ,
Orpiment. Quand elle eſt encore crue , on la nomme
Plomb d'airain , Verge & Lame de métal. Les Phi
loſophes appellent l'airain Monnoye , Ecu ; & la
noirceur Plomb. Ibid . pag. 142.

Notre eau s'appelle Eau de vie , Eau nette , Eail


permanente & perpétuelle , & d'une infinité d'au
tres noms. On la nomme Eau de vie , parce qu'elle
donne la vie aux corps morts, & qu'elle purifie &
illumine ce qui eſt corrompu & fouillé. Arnaud de
Villeneuve , Miroir d'Alchymie, pag. 11. & 27.
L'argent-vif eſt. appellé le Pere dans la généra
tion des métaux, la Véritable vigne , Plomb, Phé
nix , Pelican , Tantale , Dédale , Serpent , Fon
taine , Puits , Ponte , Argent-vif des Philoſophes,
Préfure , Lait , Ferment , Serf fugitif & de beau
coup d'autres noms. Deſiderabile, pag. 71.
: Pendant que l'oeuvre eſt encore crud , notre
argent-vif s'appelle Eau permanente , Plomb, Cra .
chat de la Lune , Etain . Lorſqu'il eſt cuit il ſe
nomme Argent , Magnéſie , Soufre blanc. Quand
il a pris la couleur rouge, on lui donne les noms
d'Orpiment , de Corail , d'Or , de Ferment , de
Pierre , d'Eau lucide. Ibid . pag . 22 .
Notre eau prend quatre couleurs principales; la
viij PRÉF À CES
noire comme du charbon , la blanche comme la
fleur de lys , la jaune ſemblable à la couleur des:
pieds del'émerillon , & la rouge pareille à la cou
leur du rubis. On appelle la noire Air , la blanche
Terre , la jaune Eau , & la rouge Feu . Ibid. p. 100.
Le ſuc de lunaire, l'eau de vie , la quinteſſence ,
le vin ardent , le mercure végétable ne font qu'une
même choſe. Le ſuc de lunaire ſe fait de notre vin ,
connu de peu de perſonnes ; c'eſt avec lui que nous
faiſons notre diſſolution & notre or potable; fans
lui nous ne pouvons rien faire. Roſarium .
Notre pierre eſt comme les animaux , compoſée
d'un corps ,
corps, d'une ame & d'un eſprit. Le corps ims
parfait s'appelle Corps , le ferment Ame , & l'eau
Eſprit. Le corps imparfait eſt peſant , infirme &
mort; l'eau le
purge & le purifie en le fubtilifant
& en le blanchiſſant ; le ferment donne la vie au
corps , & lui donne une meilleure forme. Le corps
eft Vénus, ou la femelle ; l'eſprit eſt Mercure , ou
le mâle , & l'ame eſt compoſée du Soleil & de la
Lune. Ibid .

L'eau des Philoſophes s'appelle le Vaſe d'Her


mès ; c'eſt d'elle qu'ils ont dit toutes les opéra
tions ſe font dans notre eau ; fçavoir , la ſublima
tion , la diſtillation , la calcination , la ſolution &
la fixation . Elles ſe fond dans cette eau comme dans
un vaſe artificiel : ce qui eſt un grand fecret. Ibid ,
pag. 193
Cambar , Ethelia , Orpiment , Zendrio , Ebfe
mech , Magnéſie , Chuhui font des poms de notre
argent-vif ſublimé du Cambar. Lorſqu'il eſt par,
venu au blanc , on l'appelle Plomb d'Eburich , Ma
gnéſie , Airain blanc. Sentent . 54
P R Á A Ć E. is

Les Philoſophes ont donné beaucoup de noms


différens à cette pierre , afin d'obſcurcir la ſcience ;
car lorſqu'elle a été miſe dans le vaſe phyſique , elle
prend différens noms ſuivant les diverſes couleurs
qui lui ſurviennent: pendant la putrefaction elle ſe
nomme Saturne , & après Magnéſie. Miroir d'Ar
naud de Villeneuve .
Terre feuillée , Soufre blanc , Fumée blanche ,
Orpiment, Magnéſie & Ethel ſignifient la même
choſe. La Tourbe.
On appelle le corps Fer , Mars , Carmot , Al
magra , Vitriol, Sang , Huile rouge , Urine rouge ,
Jeuneſſe, Midi, Eté , Mále , & de pluſieurs autres
nomsqu'on lui a donnéreſpectivement à la couleur
& à ſes propriétés. Ibid .

DES OPÉRATION S.

Notre magiſtere ſe fait d'une ſeule choſe ,par une


ſeule
voyę, & par une même opération. Lilium .
Vous n'avez beſoin que d'une choſe , ſçavoir no
tre eau ; & d'une ſeule décoction , qui eft de cuire :
il n'y a qu'un ſeul vaſe pour le blanc& pour le
rouge. Alphidius.
Quoique les Sages parlent de beaucoup de choſes
& de divers noms, ils n'ont cependant entendu
parler que d'une ſeule chote , d'une feule difpofi
tion , & d'une ſeule voye . Morien.
Lé blanc & le rouge ſortent d'une même racine,
fans mélange de choſes d'une autre pature. Nous
n'y ajoutons rien d'étranger, & nous n'en ôtons
rien , finon les ſuperfluités pendant la préparation ,
Ibid .
PR É F A c E.
Rhafis après avoir dit la même choſe , ajoute !
Cette matiere ſe diſſout elle-même, ſe marie , fe
blanchit , ſe rougit , devient noire , ſafranée , &
fe travaille elle - même juſqu'à la perfection de
l'euvre.
Sçachez que fi vous prenez autre choſe que notre
airain , & que vous le travailliez avec autre choſe
qu'avec notre eau , vous ne réuſſirez pas . La Tourbe .

Du nombre des Matieres qui compoſent


le Magiſtere .

Notre pierre doit ſe faire du Soleil & de la Lune :


de ces deux l'un doit être un mâle rouge , & une
femelle blanche. Ifaac Hollandois , liv . I. ch.61.
La conjonction du Soleil & de la Lune fait notre
pierre ; le Soleil tire la fubſtance de la Lune , & lui
donne la propre co
couleur & ſa nature. Ce qui ſe fait
par le feu de la pierre. Raymond Lulle , Codicille.
Notre pierre ne ſe fait pas d'une choſe indivi .
duelle , mais de deux choſes , qui étant de même
nature n'en font qu'une ſeule. Le même.
Le Soleil eſt ſon pere , & la Lune la merc. Le
Vent l'a porté dans ſon ventre. Hermės.
Il n'entre dans notre magiſtere que le frere & la
fæur , c'eſt -à -dire , l'agent & le patient , le ſoufre &
le mercure. Ægidius de Vadis.
Notre argent- vif eſtune eau claire , notre arſenic
eſt un argent pur , & notre ſoufre un or très-pur.
Toute la perfection du magiſtere confifte dans ces
trois choſes.
11 n'y a qu'une pierre ; cette choſe unique n'eſt
pas une en nombre , mais en genre ; comme le
P = k + 1 c R. xj
mâle & la femelle font ſeuls ſuffiſans pour engen
drer , de même la pierre des Philoſophes ſe fait de
deux choſes, de l'eſprit & de l'ame , qui font le
Soleil & la Lune; on y ajoute un troifiéme, le corps
métallique , ſans que ce nombre de deux en ſoit
augmenté , parce que ce corps métallique eſt com
poſé des deux autres. Scala Philoſophorum .
Dans notre compoſé ſe trouvent le Soleil & la
Lure en vertu & en puiſſance , & le mercure en
Dature . Ludus puerorum , pag. 137
Joignez votre fils très-cher à ſa four blanche par
d'a
parties égales , & donnez leur un breuvage
mour, dont ils boiront juſqu'à s'enivrer , & juſqu'à
ce qu'ils ſeront réduits en poudre très-ſubtile. Sou
venez-vous cependant queles choſes pures & nettes
ne s'uniſſent qu'à celles quile font :ſans cette atten
tion , ils engendreroient des enfans différens d'eux
mêmes, & impurs . Ariſtote le Chymiſte.
Le Dragon ne meurt que mêlé avec ſon frere &
fa fæur. Roſarium .
Trois choſes ſuffiſent pour tout le magiftere ,
( çavoir la fumée blanche , l'eau céleſte , & le Lion
vert, c'eſt- à -dire , l'airain d'Hermès , & l'eau fétide
qui eſt la mere des métaux , avec laquelle on fait
l élixir depuis le commencement juſqu'à la fin .
Ibid .
La matiere des Philoſophes eft eau , mais une
eau compoſée de trois choſes: le Soleil eft le mâle,
la Lune eſt la femelle , & le Mercure eſt le ſperme.
Car pour engendrer ,outre le mâle & la femelle , il
faut une ſemence. Ibid .
Il n'entre qu'un ſeul corps immonde dans notre
magiſtere , les Philoſophes l'appellent communés
xij PRÉXe ti
ment Lion vert. C'eſt le milieu ou moyen pour
joindre les teintures entre le Soleil & la Lune Ces
deux principes matériels & formels doivent être
diſſous. Riplée.
Rien n'eft engendré que par ſon eſpece, & les
fruits ne produiſent quedes fruits ſemblables, L'eau
des Philoſophes est le ferment des corps,& les corps
font leur terre , même après qu'ils font devenus
poirs par la préparation du feu . Les Philoſophes
leur donnent alors le nom de Feu noir ; & dans
la ſeconde opération , ceux de Charbon de la mon
tagne , Poix , Antimoine , Alkali , Sel alchali ;
Marcafite , Magnéſie , Argent-vif extrait de Cam
bar , leur Chaux , Verre & Eau mon difiée. Rofinus
à la fin du premier livre à Euthicie.
Joignez un mâle vivant avec une femelle. vi.
vante , afin qu'ils forment un ſperme , & qu'ils en
gendrent un fruit de leur eſpece. Coſmopolite.
) Notre eau eſt une eau céleſtes qui ne mouille
pas les mains ; ce n'eſt pas l'eau vulgaire , mais elle
ſemble preſque l'eau de pluye.Le corps eſt l'or qui
donne la femence. La Lune ( qui n'eſt pas l'argent
vulgaire ) reçoit la femence de l'or, Le même,

Des. Opérationso

Les nomsde décoction , commixtion ,melange,


ſublimation , contrition , deſſéchement, ignition ,
déalbation , rubification , & de quelqu'autre pom
qu'on puiſſe' appeller l'opération , ce n'eft qu'un
ſeul régime qu'on nommg/ ſimplement décoction
& contrition . Alanus .

Sgachez que toutes les opérations appellées par


tréfaction ,
PRÉF À CE . xiij
téfaction , folution ,coagulation , ablution & fixa
tion , confiftent dans la ſeule ſublimation , qui ſe
fait dans un ſeul vaſe , & non dans pluſieurs, dans
un ſeul four. Arnaud de Villeneuve.
Réſoudre , calciner , diffoudre , ſublimer , tein
dre , laver , cuire , rafraîchir , arrofer , extraire , coa
guler , humecter , imbiber , fixer , broyer , réduire
en poudre , diſtiller , deſſécher , font une même
choſe. Le même.
Gardez -vous bien de penſer que lorſque nous
parlons de ſublimation , ou que nous ſublimons en
effet , nous entendions parler de ſéparation de la
matiere qui eſt au fond du vafe d’avec celle qui eſt
au -deſſus. Dans notre fublimation les parties fixes
ne s'élevent pas , mais ſeulement les volatiles.
Alanus.
L'ingreſſion , la ſubmerſion , la conjonction , la
complexion , la compofition & le mêlange ne ſont,
dans notre Art , qu'une même choſe. Avicenne.

Du Feu .

Souvenez - vous de donner toujours un feu très


doux ; l'ouvrage pourra en êcre plus long. Ifaac Hola
landois , liv. I. ch.9 .
Toutes les fois que la pierre changera de couleur,
vous augmenterez le feu peu à peu , juſqu'à ce que
tout demeure fixe dans le fond. Le méme.
Notre feu eſt minéral & égal ; il eſt continuel; il
ne s'éleve point en vapeurs à moins qu'on ne l'ex
cite trop ; il participe du foufre; il ſe prend d'aile
leurs que de la matiere ; il diſſout tout, détruit ,
congele , calciae ; & ce feu , avec un feu doux,
xiv PRÉFACE .
acheve l'oeuvre. Pontanus. Le Treviſan dit la même
choſe en mêmes termes .
Le feu du premier degré eft ſemblable à celui de
la poule qui couve ſes oeufs pour faire éclorre des
pouſſins , ou comme la chaleur naturelle qui digere
la nourriture pour la tourner en ſubſtance des corps,
ou comme celle du fumier , ou enfin comme celle
du Soleil dans Aries. C'eſt pourquoi quelques Phi
lofophes ont dit qu'il falloit commencer l'æuvre le
Soleil étant dans ce figne , & la Lune dans celui du
Taureau. Ce degré de feu doit durer juſqu'à la blan
cheur; lorſqu'elle paroît, on augınente le feu peu
à peu juſqu'à la parfaite deſfication de la pierre :
cette chaleur eſt ſemblable à celle du Soleil lorf ,
qu'ilpaſſe du ſigne du Taureau à celui des Gemeaux,
La pierre étant deſſéchée & réduite en cendres , on
fortific le feu juſqu'à ce qu'elle devienne parfaite
ment rouge , & qu'elle prenne le manteau royal .
Cette chaleur ſe compare , & & eſt
eſt la même que celle
la même
du Soleil dans le ſigne du Lion. Scala Philofo
phorum , pag. 107 .
Le mercure eſt un feu ; ce qui a fait dire au Phi
lofophe : Scachez que le mercure eſt un feu , qui
brûle les corps beaucoup mieux que le feu com
mun. Roſarium.
La chaleur de votre feu doit être celle de la cha
leur du Soleil au mois de Juillet ; afin que par une
douce & longue cuiſſon , votre eau s'épaiſlife, &
fe change en terre noire. Le même.
Notre argent-vif eſt un feu qui brûle tout corps
avec plus d'action que le feu commun ; il les mor
cifie en même tems ; il réduit en poudre , & tue
tout ce qu'on mêle avec lui, La Tourbe,
PRÉFACE. XV

Du Vafe.

Le vaſe des Philoſophes eſt leur eau . Hermès ,


Ludus puerorum .
Nous n'avons befoin que d'un vaſe , d'un four
neau , & d'une ſeule opération ou régime ; ce qui
doit s'entendre après la premiere préparation de la
picrre. Flamel. L'Auteur du Roſaire s'exprime ab
Colument dans les mêmes termes.
Les vaſes requis pour l'oeuvre s'appellent Alu
del, Crible , Tamis M , ortier , parce que la matiere
s'y broye , s'y purifie & s'y perfectionne. Calid.
Le vaſe doit être rond , ayec un cou long , un
orifice étroit , fait de verre , ou d'une terre de même
nature , & qui en ait la compacité ; l'ouverture ſera
ſcellée. Bachon.

Du Tems.

Il nous faut un an pour parvenir au but de nos


eſpérances. Nous ne ſçaurions en moins de tems
former notre chaux. Riplée.
Le tems requis pour la perfection de l'élixir eft
au moins d'un an . Roſaire.
Les Philofophes ont déterminé pluſieurs durées
de tems pour la cuiſſon de notre Art. Quelques -uns
l'ont fixée à un an , d'autres à un mois , d'autres à
1 trois jours , d'autres enfin à un ſeul. Mais de même
que nous appellons un jour la durée du tems que
le ſoleil metà parcourir le ciel depuis l'orient juf
qu'à l'occident, les Sages ont nommé un jour l'in
tervalle qui s'écoule depuis le commencement de
la cuiſſon juſqu'à la fin . Ceux qui parlent d'un
хүј PR É FACE.
mois, ont égard au cours du Soleil dans un figne
du Zodiaque. Ceux qui font'ièncion de trois jours,
confiderent le commencement , le milieu & la fin
de l'oeuvre : & ceux enfin qui fixent ce tems à un
an , le diſent eu égard aux quatre couleurs qui for
ment leurs quatre faiſons. Anonymus.

Des Couleurs.

Quand vous verrez la noirceur, ſoyez aſſuré que


la véritable conjonction eſt faite. Avant que la vé
ritable couleur blanche ſe manifeſte , la matiere
prendra toutes les plus belles couleurs du monde
en même tems. Vous verrez ſur les bords de la
matiere de la pierre , comme des pierres précieuſes
orientales , & coinne des yeux de poiſſons. Alors
ſoyez aſſuré que la véritable blancheur ne tardera
pas à paroître . Ifaac Hollandois.
Le fecret de notre véritable diffolution eſt la
noirceur de charbon faite du Soleil & de la Lune :
cette noirceur indique une conjonction & une
union fi intime de ces deux , qu'ils ſeront à lave
nir inſéparables : ils ſe changeront en une poudre
très- blanche. Raymond Lulle.
Au bout de quarante jours que la matiere aura
été miſe à une chaleur lente & médiocre , elle de
viendra noire comme de la poix , ce que les Phi
lofophes appellent Tête de corbeau , & le Mercure
des Sages. Alanus.
La chaleur agiſſant ſur l'humidité produit pre
mierement la noirceur , puis la blancheur, de cette
blancheur la couleur citrine, & de celle- ci la rouge .
Arnaud de Villeneuve,
P R É F A C I. xvij
Quelques -ups ont dit qu'on voyoit pendant le
cours de l'auvre toutes les couleurs qu'on peutima
giner; mais c'eſt un ſophiſme des Philoſophes , car
les quatre principales ſeulement ſe manifeſtent. Ils
ne l'ont dit que parce que ces quatre font la ſource
de toutes les autres. La couleur rouge fignifie le
ſang & le feu ; la citrine la bile & l'air; la blanche
le phlegme & l'eau ; la noire la mélancholie & la
terre. Ces quatre couleurs font les quatre élé
mens. Roſaire.

Du ſtyle énigmatique.

Ce ſeroit une folie de nourrir un âne avec des


laitues ou d'autres herbes rares , diſent pluſieurs
Philoſophes , puiſque les chardons lui fuffiſent. Le
fecret de la pierre eſt affez précieux pour en faire un
myſtere. Tout ce qui peut devenir nuiſible à la So
ciété,quoiqu'excellentpar lui-même, ne doit point
être divulgué, & l'onn'en doit parler que dans des
termes myſtérieux. Harmonie Chymique.
Notre Science eſt comme une partie de la Ca
bale , elle ne doit s'enſeigner clairement que de
bouche à bouche. Auſſi les Philoſophes n'en ont- ils
traité que par énigmes , par métaphores , par alle
gories , & par des termes équivoques : on en devi
neroit autant dans le filence de Pythagore , que
dans leurs écrits. Ægidius de Vadis ,cap. 1o . Les
fecrets prophétiques , naturels, ſpagyriques & poë
tiques ſont pour la plupart cachés ſous le même
voile. Ibid .
La plupart des Traités compoſés ſurcette Science
( Hermétique ) font fi-obſcurs & fi énigmatiques
xviij PRÉ F A C É.
qu'ils ſont inintelligibles à tout autre qu'à leurs
Auteurs. Margarita Novella .
Celui qui ſe dégoûtera aiſément de la lecture des
livres des Philoſophes ,n'eſt pas fait pour la Science
& n'y parviendra pas.Un livre en éclaircit un autre ;
l'un dit ce que l'autre a omis. Mais il ne faut pas
s'imaginer qu'une lecture d'un même livre ſuffire
pour en avoir l'intelligence , deux , trois & même
dix fois répétée elle n'eſt pas capable de mettre au
de ce qu'on deſire apprendre. Bacafer in T'urba.
fait
Cette Science est un don de Dieu , & un myſtere
caché dans les livres des Philoſophes , fous le voile
obfcur des énigmes , des métaphores , des paraboles
& des diſcours enveloppés , afin qu'elle ne vienne
pas à la connoiſſance des infenfés qui en abuſe
roient , & des iguorans qui ne fe donnent pas la
peine d'étudier la Nature. Ceux qui defirent y par
venir doivent s'appliquer à éclaircir leurs eſprits
en lifant avec attention , & en méditant les textes
& les ſentences des Philoſophes , ſans s'amuſer à la
lettre , mais au ſens qu'elle renferme. Aurora Cona
furgens.
Recourez à Dieu , mon fils, tournez votre coeur
& votre eſprit vers lui , plutôt que vers l'Art; car
cette Science eſt un des plus grands dans de Dieu ,
qui en favoriſe qui il lui plait. Aimez donc Dieu
de tout votre cæur & de toute votre ame , & votre
1 prochain comme vous - même ; demandez cette
Science à Dieu , avec inſtance & perſévérance , & il
yous l'accord era . Alanus.
Toute ſageſſe vient deDieu , & a été avec lui
de toute éternité. Celui donc qui deſire la ſageſſe
P doit la chercher dans Dieu , & la lui demander;
PÅ FAC E. xix
parce qu'il la diſtribue abondamment, ſans repro
che. Il est le principe & la fin , la hauteur & la pro
fondeur de toute ſcience , & le tréſor de toute fa
geffe ; car de lui, dans lui & par lui font toutes
choſes , & ſans lui on ne peut réuſſir à rien de bien .
A lui donc ſoit honneur & gloire dans tous les fié
cles des fiécles. Albert le Grand dans la Préface
de fon Traité d'Alchymie .
J'aurois pu multiplier le nombre de ces textes
des Philofophes : on en trouveroit plus qu'il n'en
faut pour former un gros volume ; mais ceux-là
ſuffiront pour mettre le Lecteur au fait de la ina
niere de s'expliquer de ceux qui ont écrit ſur la ma
tierc & les procédés de la Science Hermétique. Ce
nuage épais qu'on trouve répandu dans tous leurs
ouvrages, cette obſcurité affectée, ce myſtere que
fi peu de gens peuvent pénétrer, font ſans contredit
la véritable raiſon qui a fait & fait encore regarder
la Pierre Philofophale comme une chymere , mal,
gré le témoignage de tant d’Auteurs , & les faits
comme certains qui dépoſent en faveur de ſa réalité,
Les Sçavans, dit-on , la traitent d'extravagance &
de folie. Que conclure de-là : Ne feroit-ce pas une
preuve , que ceux qu'on appelle Sçavans, font bien
éloignés de tout fçavoir ? & qu'ils pourroient dire
d'eux à plus juſte titre ce qu'un ancien Sage de la
Grece difoit de lui-même: I'ignore tant de chofes ,
que je puis dire , je ( çais ſeulement que je ne ſçai
rien . Ignore-t-on d'ailleurs que les découvertes ex
traordinaires , telles , par exemple , que celle de la
poudre & de ſes effets, n'ont d'abord trouvé dans
les Sçavans -mêmes que des railleurs & des incré
dules ? Ce qu'on nomme la ſcience a ſouvent les
XX PRÉ FA C E.

préjugés infiniment plus difficiles à vaincre que


l'ignorance -même. Il me ſemble que plus un
homme a d'étendue de génie & de connoiſſances
moins il doit nier , & plus il doitvoir de poſſibilité
dans la Nature. A être crédule il y a plus à gagner
qu'à perdre. La crédulité engage un hommed'ef
prit dans des recherches qui le déſabufent, s'il étoit
dans l'erreur, & qui toujours l'inſtruiſent de ce
qu'il ignoroit.

20
11
16

DICTIONNAIRE
DICTIONNAIRE

HERMETIQUE
MYTHO -

A B A M eft Amethée & Nonius ; d'aua


le même que tres , avec Claudien ( lib. Ia
plomb . de raptu Proſerpine ) , en
AABARTA- admettent quatre , Aethon ,
MEN . Voyez Orphné , Ny &té & Abaſtor.
SATURNE . Ruland . Leurs noms ſeuls déclarent
ABADIR. Pierre que ce qu'on entendoit par ces
Rhée ſubſtitua à Jupiter chevaux , c'eſt-à -dire ,la pu
qu'elle venoit de mettre au tréfaction & la volatiliſation
monde , & qu'elle préſenta de la matiere des Philofo
à Saturne qui devoit le dé- phes dans le vaſe , pendant
vorer. Priſcien. que cette matiere eft au noir,
Dans le ſyſtême des Phi- ou qu'elle a atteint la couleur
loſophes Hermétiques , c'eſt noire , ſigne de la véritable
la fixation de la matiere , qui diſſolution.L'un de cesnoms
commence au regne de Ju- fignifie noir , l'autre obſcur,
piter , après la couleur noire, le troiſiémenuit, &c. Voyez
Voyez JUPITER , SATUR- les Fables' Egyptiennes &
NE, RHÉE , REGNE , & le Grecques dévoilées , liv. 3 .
livre 3. des Fables Egyp- chap. 6 ..
tiennes & Grecques devoi ABESAMEN eſt la boue
lées , chap . 3. &fuiy. ou le cambouis qui s'atta
ABASTER , ABAS- BAS. che aux eſſieux des roues .
TOR. Nom d'un des che- Johnſon .
vaux qui tiroit le char de ABLUTION en termes
Pluton. Les uns n'en ont de Philofophie Spagyrique,
compté que trois , Abafter, ne fignifie pas l'action de la
IOT

A
DE ,
L
BIB

L
VIL

LYON
2 A B A B
ver quelque choſe avec de tion ſur Abramane & Zo
l'eau ou autreliqueur ; mais roaſtre. Elle a pour titre :
purifier la matiere qui eſten Eloge du Poëme lyrique de
putréfaction, au moyen d'un Opera de Zoroaftre. A Pa
feu continué ſans interrup- ris , chez d'Houry fils , 1750.
tion , juſqu'à ce que la ma- Voyez AMELITE.
tiere de noire devienne blan ABREUVER , c'eſt di
che . Voici les termes de l'un gérer , cuire la matiere du
d'entr'eux. Ablution eſt une grand æuvre . On dit abreu
abíterſion ou lavement de la ver , parce que cette matiere
noirceur , tache , ſouillure , en fe volatiliſant , monte en
puanteur , & c . de lamatiere , eſpece de vapeurs , qui re
par la continuation du fe- tombent ſur la terre demeu
cond degré du feu d'Egypte. rée au fond du vaſe. Voyez
Anonymus Epiſt. ad Nort- LAVER , LAVEMENS.
man . filium dile &tum . ABRIC , c'eſt le foufre
Le même dit ailleurs que des Philoſophes ,non le fou
les Philoſophes entendent fre du vulgaire, ou toutautre
auffi par les eaux ,les rayons foufre minéral ou métallique
& la lueur de leur feu . naturel. Voyez SOUFRE.
Les Anciens ont caché ABSEMIR ,un des noms
cette ablution fous l'énigme que les Philofophes ont don
de la Salamandre , qu'ils di- né à la matierede l'Art.
fent ſe nourrir dans le feu ; & ABSYRTHE , frere de
du lin incombuſtible , quis'y Médée , qu'elle coupa en
purifie, & s'y blanchit, ſans morceaux , & dont elle dif
s'y conſumer. perfa les membres ſur le
ABNELEITEM , c'eft chemin qu'elle prit, en s'en
Palun . fuyant avec Jalon. Cette fa
ABOIT ou ABIT , c'eſt ble ne ſignifie autre choſe
difiolution de la ma
la céruſe . que la
ABRAMANE eſt un tiere dans la ſeconde opéra
nom ſuppoſé pour former la tion de l'ouvre. Voyez les
fi &tion de Zoroaſtre ſur la Fables dévoilées , liv . 2.c. 1 .
création du monde , & la ABYLA , montagne d'A.
manifeſtation de la lumiere.frique auprès du détroit de
des con
Un Auteur anonyme , qui Gibraltar.C'eſt une
s'arroge le nom de Philoſo- lomnes d'Hercule . On la
phe Hermétique ſans l'être nomme aujourd'hui Almi
en effet, a fait une differta- na. Voyez les Fables Egyr
Á C АС
tiennes & Grecques dévoi- de ce que ,par ſa vertu acti
lées , liv. 5. ve , il purifie leur leton , &
ACAID. C'eſt un des le fait paſſer de la couleur
noms barbares que les Chy- noire à la blanche , qu'ils ap
miſtes ont donné aụ vinai- pellent lumiere.
gre . ACHAMECH . Quel
ACALACH , ou le Sel , ques Chymiſtes ont donné
ſuivant la façon de s'expri- ce nom aux ſcories de l'ar
mer des Sectateurs dela Phi- gent. Johnſon.
loſophie Spagyrique. Pla ACHELOYS Fleuve
niſcampi. de la Grece, que les Poëtes
ACALAI , c'eſt le Sel . ont feint être fils du Soleil &
ACANOR , pot de terre de la Terre , ravageoit tou
percé de pluſieurs trous dans tes les terres qu'il arroſoit ;
ſon fond & dans ſes côtés. Hercules le lia.
Johnſon , & Paracelfe. Cet Acheloys, ſelon les
ACARTUM , eſt un des Philoſophes Spagyriques
noms du minium. D'autres eſt le Mercure philofophi
le nomment Azimar. que dont les eſprits conſu
ACATO , ou la Suye. ment & diſſolvent tout ce
ACAZDIR ou ALCA- qu'on y met. Le Philoſophe,
NI , ou ALOMBA . C'eſt comme un autre Hercule, le
la même choſe que le Jupiter lie ,c'eſt-à- dire, fixe & coa
des Chymiſtes , ou l'étain . gule ces eſprits ſelon l'Art;
Johnſon . par ce moyen lui arrache
ACCATUM , ſignifie le une corne , quidevient corne
clinquant , l'oripeau . d'abondance , c'eſt - à - dire ,
ACEDIA , ou ACADIA en fait la pierre philofophale,
fuivant Planiſcampi. Four- qui , par ſa multiplication &
neau en uſage dans la Spa- ſa projection , enrichit & pro
gyrique, ainſi nommé de ce duit l'abondance de toutes
qu'il ne demande que très- ſortes de biens. Voyez les
peu de ſoins pour y entrete- Fables Egypt. & Grecques
nir le feu . dévoilées , liv . s .
ACETUM ACERRI ACHERON , Fleuve de
MUM , Eau mercurielle des l'Enfer , le premier qui ſe
Sages . préſentoit aux ombres qui
ACHACHI, ou Eau de deſcendoient dans l'Empire
lumiere: c'eft le Mercure des de Pluton . C'eſt la premiere
Philofophes ; ainfi nommé putrefaction de la matiere
A ij
AC AC
avant l'entiere diſſolution . qui a donné occaſionà plus
Les Poëtes ont feint en con- d'un Chymiſte de chercher
ſéquence que les eaux de la pierre philoſophale dans
ce fleuve prétendu étoient l'acier, métal que l'on em ,
puantes , ameres & de très- ploye à faire des outils ; mais
mauvais goût. Ce qui a fait en vain travaillent - ils ſur
dire aux Philoſophes Her- ce métal comme ſur les au
métiques , que leur eau mer- tres. L'acier des Sages eſt la
curielle dans cet état , eft mine de leur or philoſophi
amere , fentant l'odeur des que , un eſprit pur par-deſſus
cadavres, & très-venimeuſe. tout , un feu infernal & ſe
Voyez les Fables Egypt. & cret , très- volatil dans ſon
Grecq. dévoilées , l. 3.c . 6. genre, & receptacle des ver
ACHERUSE,marais tus ſupérieures & inférieu
ou lac de la Teſprotie , par res , le miracle du monde,
lequel paſſe le fleuve Ache- que Dieu a ſcellé de ſon
ron , qui de-là va ſe précipi- ſceau , enfin la clef de tout
ter dans les Enfers. C'eſt par- l'oeuvre philoſophique . C'eſt
là que Plutonſe fauva quand la partie la plus pure & vo
il enleva Proſerpine. Voyez latile de la matiere , dontles
l'explication de cette fable Sages font le grand cuvre .
dans le livre 4º des Fables Il n'a point d'autres noms
Egypt. & Grecq.dévoilées, dans aucune langue, qui ne
chap. de Cerès. ſignifie la quinteſſence des
ACHILLE , fils de Pélée chojes de l'Univers.LesPhi
& de Thétis , Héros fans lofophes lui ont donné le
lequel les Grecs n'auroient nom d'acier, parce qu'il a
pû s'emparer de la ville de une telle ſympathie avec la
Troie . Voyez cette fable & terre d'où on l'extrait, qu'il
ſon explication dans tout le y eſt ſans ceſſe rappellé ,
cours du livre 6e des Fables comme à ſon Aiman.
Egypt. & Grecq.dévoilées. ACORDINA , c'eſt la
ACIDE , Or philoſophi- Tuthie .
que , ſouphre des Sages, ou ACRISE , pere de Da
le magiftere parvenu à la naémerede Perſée , quicou
couleur rouge . pa la tête de Méduſe, dont
ACIER. Les Philofophes le ſeul aſpect transformoit
ont beaucoup parlé de leur tous les êtres vivans en ro
acier, entr'autres le Coſmo- chers. Voyez cette fable &
polite & le Philalethe. Ce ſon explication chymique
A D A D
dans le 3e livre des Fables ADARNECH , ou
Egypt . & Grecq. dévoilées, ADARNETH, ou AZAR .
chap 14:S. 3 . NET . C'eſt l'orpiment, en
ACSUO. Terme de la termes de Chymie.
Philoſophie Spagyrique ADARRIS . La fleur ou
qu'on emploie pour ſignifier l'écume ſalée de l'eau de la
le coral rouge. mer.
ACUREĎ , veut dire du ADDITION . Voyez
Verre. Planiſcampi. AJOUTER.
ACUSTO , ſignifie le ADEBESSI. C'eft la tor
Nitre . tue des Philoſophes, c'eſt- à
ADABISI OU ADE- dire l'écorce qui renferme la
BEZI. Tortue des Philofo- vraie matiere du mercure
phes Spagyriques. des Sages. Un Auteur inter
ADAM eſt un nom que rogé qu'elle étoit la matiere
les Philoſophes ont donné à crue de l'Art , répondit: c'eſt
leur magiftere lorſqu'il eſt la tortue avec la graiſſe de la
parfait au rouge , parce que vigne ; & un emblême phi
leur matiere étant la quin- loſophique repréſente Baſile
tefſence de l'Univers & la Valentin apprêtant une tor
premiere matierede tous les tue avec du vin.
individus de la Nature , elle ADEG . Lait aigri. Johnſ.
a un parfait rapport avec ADECH . Les Philofo
Adam , dans lequel Dieu ra- phes Hermétiques donnent
maſſa la plus pure ſubſtance ce nom à la partie de l'hom
de tous les êtres, & que d'ail- me que nousnommonscom
leurs Adam,qui ſignifie rou- munément l'aîne ; quelque
ge , exprime la couleur & les fois ils entendent aufli l'ef
qualités du magiftere. prit, qui ſe forme des idées
ADAMITÉ. Efpece de communes des choſes pour
tartre blanc , on terre feuil- les imiter dans les ouvrages
lée,que les Philoſophes Her- de ſes mains.
métiques ont nommé Terre ADEHEM ou ALHO .
Adamique , Tartre , Terre HONEC . Lame de fer , de
vierge , Adamita , & c. cuivre ou d'autres matieres.
ADAPTATION . Voyez Johnſon .
CONVENANCE. ADER , ou ADO , ou
ADARIGE. Nom que ADHO. Lait frais & nou
quelques Chymiſtes ont veau duquel on a enlevé la
donné au ſel armoniac. On crême. Johnſon .
dit auffi Adirige, Аüі
6 A D AD
ADES . Voyez PLUTON. ADMETE , Roi de Thet
ADHÆC. Elpritqui en- ſalie , dont Apollon , après
tretient la vie & le mouve- avoir été chaſſé du Ciel , gar
ment dans le corps des ani- da les troupeaux. Apollon
maux . Les Philoſophes Her- en ayant été bien traité, ob
métiques diſtinguent dans tint des Parques qu'il ne
l'homme trois parties qui mourroit pas , s'il trouvoit
conſtituent ſon humanité ; quelqu'un qui voulůt bien
fçavoir , l'ame, l'eſprit & le s'offrir à la mort pour lui.
corps. L'ame immortelle & Alceſte ſon époule & ſon
fpirituelle qui ſe nourrit & amante ſe préſenta , & fut
s'entretient de Dieu même , ſacrifiée. Hercules defcendit
comme en étant une eſpece dans le ténébreux ſéjour de
d'extenſion, ſuivant ce qu'en Pluton , & en ayant délivré
dit Hermès dans ſon Aſcle- Alceſte , il la rendit à Ad
pius ; l'eſprit qui tient com- mete ſon ami. Voyez Al
me le milieu entre l'ame & CESTE .
le corps pour les unir en ADMINISTRER. Don
ſemble, & qui ſe nourrit de ner , fournir , procurer.
ce qu'il y a de plus ſubtile ADMISÚŘAB . C'eſt la
dans la nature , & de la quin- terre philoſophique.
teſſence des élémens au ADO . Voyez ADER .
moyen de la reſpiration ; & ADONÍADES ou
enfin le corps craſſe & ter- ADONIENNES . Fêtes en
reſtre, qui ſe nourrit de terre l'honneur d'Adonis. Voyez
& d'eau , comme en ayant ſon article .
été compoſé. Voyez le Írai ADONIS . La Fable nous
té de Phyſique dans le pre- rapporte qu'Adonis fut aimé
mier volume des Fables de Vénus ; qu'il fat tué à la
Egyptiennes, & Grecques chaſſe par un fanglier fu
dévoilées & réduites aụ mê- rieux , & que Vénus en étant
me principe , dont ce Dic- informée, accourutà lui pour
tionnaire n'eſt qu'une eſpece le fecourir ; elle rencontra
de Table raiſonnée. dans ſon chemin un roſier à
ADHEBE , même choſe fleurs blanches , aux épines
qu'Adec. duquel s'étant piquée le pied,
ADHO . Voyee Ader. il en ſortit du ſang qui chan
ADIBAT. Mercure des gea en rouge la couleur blan
Philoſophes Hermétiques. che des fleurs. Les Syriens
ADIRLAPIS . C'est le adoroient particulierement
Sel armoniac .
AD A D
Adonis, comme les Egyp- cuiſſon des Philoſophes n’elt
tiens Apis ; l'un & l'autre fi- qu'une pure digeſtion conti
gnifioient la mátiere Philo- nuée au même degré du feu
Tophique, qui aimée de Vé- des Sages.
nus , c'eſt - à - dire de la Lune ADRAM , ou Sel gem
Philoſophique, ſe réuniſſent me .
enſemble & ſe prêtent un ADRARAGI . L'un des
fecours mutuel. Ilis & Ofiris noms que les anciens Chy
étoient le mari & la femme, miſtes ont donné au ſatran
le frere & la fæur , le fils & commun , & que les Chy
la mere ; & les deux hiſtoi- miſtes Hermétiques donnent
res ſont tout- à - fait ſembla- à la matiere de leur Art ,
hles . Un ſanglier tue Ado- quand elle eſt parvenue par
. nis, Vénus y court; Typhon la cuiſſon à la couleur fa
tue Ofiris , Ilis y accourt : frannée.
celle-ci ramaſſe les membres ADRASTÉ . Nymphe
diſperſés d'Ofiris ,Vénus ca- aux ſoins de laquelle Rhée
che Adonis bleſſé ſous une confia-l’éducation de ſon fils.
laitue. Tout cela repréſente Jupiter , après l'avoir fauvé
allégoriquement ce qui ſe de la voracité de Saturne .
paſſe dans le vaſe Philofo- Voyez les Fables Egypt, &
phique, comme le ſçavent Grecques , liv. 3. chap. 4 .
les Adeptes. Voyez l’expli ADROP. Nom que les
cation de cette fêtion dans Philoſophes Hermétiques
les Fables Egyptiennes & ont donné à la matiere qu'ils
Grecques dévoilées , T. 2. employent dans le grand
ADORAT. Terine bar- cuvre. Guy du Mont Gui
bare de Chymie , qui figni- do de Monte) a fait un Traité
fie le poidsde quatre livres. qui a pour titre de Philofo
ADOS ou ADOT. Eau phico A drop", inſéré dans le
ferrée. Elle ſe fait en faiſant Vie tome du Théatre Chy
rougir au feu un morceau de mique.
fer pluſieurs fois , & qu'on ADSAMAR . On trou
éteint autant de fois dans de vè ce termerdans quelques
l'eau pure . Alchyiniftes , pour fignifier
ADOUCIR , c'eſt le urine.
même que cuire. C'eſt dans ADULPHUR . Condre, :
ce ſens que Raymond Lulle ou ſable .
dit , que leur feu adoucit les ADUMA . La pierre
chofes aigres & ameres . La des Philofophes parvenue
A iv
A E AE
au rouge , avant qu'elle ſoit Fables Egypt. & Grecques
élixir. dévoilées.
ÆAQUE . V. EAQUE . ÆTHNA . Montagne de
ÆEA . Ife où Circé fai- la Sicile , qui vomit toujours
ſoit ſon ſéjour. Voyez le li- des flammes ou de la fumée .
vre 2. chap , 1. des Fables Les Poëtes ont feint que Ju- ,
Egyptiennes & Grecques piter renferma deſſousun des
dévoilées. Géans qui vouloient chaſſer
ÆLLO. L'une des Har- les Dieux du ciel ; que les
pies. Voyez les Fab. Egypt. tremblemens de terre , que
& Grecq. dévoilées , liv . 2. l'on reſſent dans les envi
chap . I. rons , ſont occaſionnés par
ÆSON , pere de Jaſon les mouvemens que ſe don
ſelon la Fable , fut rajeuni ne ce Géant, pourchoiſir
par Médée , après qu'elle une ſituation moins gênante ,
l'eut fait couper en petits & que les flammes & la fu
morceaux , & fait cuire dans mée qui ſortent par le ſomn
une chaudiere. Cette fable , met de cette montagne ,ſont
ſelon les Chymiſtes, ſignifie celles de la forge de Vul
que la matiere du grand @ u- cain , que ce Dieu , forge
vre ſemble mourir dans le ron des foudres de Jupiter
vaſe par la putréfaction , & & des armes des Héros, a
puis revit, & pour ainſi dire, établie deſſous. Quelques
rajeunit en devenant poudre Chymiſtes donnent à leur
au blanc & puis au rouge. feu le nom d'Æthna ,parca
C'eſtce qu'on peut voir dans que c'eſt un feu concentré
tous les livres des vrais Phi- & naturel qui agit perpétuel
lofophes. Voyez les Fables lement , & n'eſt pas toujours
citées dans l'art. précédent. manifefte .
ÆSPHARA. Incinéra ÆTHON . L'un des che
tion de la chair ou de la ſubſ- vaux qui traînoient le char .
tance du corps des animaux, de Pluton. V. ABASTER .
Planifcampi. ÆTHRA ou ETHRE.
ÆTĖS , Roi de Colchos, Fille de Pithée , femme d'E
peré de Médée , poſſeſſeur gée , & mere de Théſée .
de la toiſon d'or, queles Ar- Voyez les Fables Egypt. &
gonautes lui enleverent. Il Grecq .dévoilées , 1. 6.c. 3 .
étoit fils du Soleil . Voyez AFFAX & AFFARIS
ce que ſignifie cette fiction, Toutes ſortes d'attramiens.
dans le liy. 2 , chap . 1. des AFFENIQUE ou AF
AF AG
FENICUM. Johnſon dit & ce qu'elles ſignifient chy
que les Chymiſtes donnent miquement, dans tout le li
ce nom à l'ame des choſes. vre 6. des Fables Egypt. &
AFFEOS ou AFFROS . Grecques dévoilées.
Mot corrompu du mot grec AGAR. Nom donné à la
aphros, écume. Les Chy- chaux des Philofophes par
miſtes le prennent dans le les Alchymiſtes , & à la
même ſens. chaux commune par quel
AFFERMER. Aſſurer , ques anciens fectateurs de la
donner pour certain . Chymie vulgaire. Ils l'ont
AFFİDRA . C'eſt la cé- auſſi appellée Algie , & Al
ruſe . gerit .
AFFLAMBER. Voyez AGAZOPH . Voyez PE
ENFLAMBER . RIMINEL.
AFFORMAS. Ancien AGE D'OR ou SIECLE
terme chymique , qui veut D'OR . Tems du regne de
dire du verre . Saturne. Voyez ce qu'on
AFFRAGAR . C'eſt le doit entendre par l'âge d'or,
minium ſelon Rullandus , & dans le liv. 2. chap . 6. des
le vert -de-gris ſuivant Pla- Fables Egypt. & Grecques
niſcampi. dévoilées .
AFÉRENGI. C'eſt en AGE ſignifie auſſi regne ,
core le minium . chez les Philoſophes. Voyez
AFFRODINE . Nom REGNE .
que les Chymiſtes ont cor AGENOR , Pere de Cad
rompu du grec Aphrodite , mus & d'Europe. Voyez
& par lequel ils entendent l'explication des fables in
Vénus , & le cuivre. ventées ſous leurs noms
AFFROTON. Ecu- liv. 3. ch. 14. S. 5. des Fab .
meux . Voyez AFFEOS . Egypt. & Grecq .dévoilées .
AFFÅ OP. Nom que AGENT. L'Alchymie
les Philoſophes Spagyriques reconnoît pluſieurs agents
donnent à la matiere du dans l'opération de l'oeuvre,
grand auvre. deux en puiſſance , & deux
AGALLA. Sel préparé , actuels, qui mettent en ac
ſuivant Planiſcampi. tion ceux qui n'étoient d'a
AGAMEMNON. Chef bord agents qu'en puiſſance.
de l'armée des Grecsqui fi Les deux agents actuels
rent le ſiége de Troie.Voyez ſont le feu céleſte & le feu
fa généalogie & ſon hiſtoire, central, qui préparent la ma
10 AG AG
tiere à l'Artiſte. Après la pré- tinuel, qu'il ne produit point
paration de la pierre faite par de vapeurs , s'il n'eſt excité
l'Artiſte, ces deux agents ſe avec trop de violence ; qu'il
réduiſent en un ſeul, qui eſt participe du ſoufre, qu'il n'eſt
le feu philoſophique . point pris ou tiré de la ma
Les deux agents en puif- tiere , qu'il diſſout & ramaſ
ſance font le ſoufre & le feu fe , qu'il calcine , congele &
inné de la matiere , qui pour coagule tout ;qu'il s'acquiert
devenir agents actuels n'ont par induſtrie & par l'art, &
befoin que d'être excités par qu'il coûte peu de frais , s'il
le feu philoſophique. Il y a en coûte quelques -uns.
encore un autre agent ſur AGNEAU eſt auſſi un
lequel les Philoſophes ont des noms de la matiere que
preſque tous gardé le filen- les vrais Chymiſtes em
ce , & le rejettent même en ployent pour faire la pierre
apparence ; c'eſt le feu élé- Philofophale. Quand cette
mentaire qu'ils ne nomment matiere a paſſé par les diffé-'
jamais, & dont ils ne par- réntes préparations requiſes
lent que par énigmes, pour pour la purifier de ſes parties
tromper & donner la tor- hétérogênes , on lui donne
ture à ceux qui veulent en- quelquefois le nom d'agneau
treprendre le grand quvre. ſans tache , agnus immacul
Après la connoiſſance de la latus , comme on peut le
matiere , tout le ſecret gît voir dans le livre qui a pour
dans l'adminiſtration & le titre : Enarratio methodica
régime de ce feu . trium Gebri verborum ,com
AGENT. L'agent interne poſé par Philalethe.
des Alchymiftes eſt le feu AHOT . Nom donné au
inné de la matiere , qui étant lait des Philofophes , qu'ils
excité par l'externe , digere , appellent lait de la Vierge ,
putréfie , & cuit cette ina- & que les Chymiftes vul
tiere beaucoup mieux que le gaires donnentau lait com
feu élémentaire ne ſçauroit mun .
faire . Cet agent eſt le plus AHUSAL . C'eſt le ſou
grand ſecret del'Art; & pour fre Philoſophique , & non
Pobtenir, il faut ſe comporter le ſoufre vulgaire , comme
comme Thetis avec Achille. l'ont mal interprété la plû
Un des Ecrivains modernés part des Chymiftes; qui l'ont
fire cet Art ( Pontanus ) dit, auffi nommé Akibot ,
qu'il eft minéral, égal , con- chimit.
AI AT
AIAR , ou Pierre Bori-
matiere en le réincrudant.
que . Chaque fublimation , ſui
AIARAZATH . Voyez vant Philalethe , eſt une ai
ALAHABAR . gle ; & quoique ſept fuffi
AJAX . Héros Grec quifent, on peut les pouſſer juf
ſe ſignala au ſiége de Troie ,
qu'à dix. Ainſi quand ils di
& qui ayant violé Caffan-
fent qu'il faut mettre ſept ai
dre dans le temple de Mi-
gles pour combattre le lion ,
nous n'entendons pas , dit le
nerve, fut foudroyé par cette
Déeſſe en punition de ſon
même Auteur , qu'il faille
crime. Voyez fon hiſtoire ,
mettre ſept parties de mer
liv. 6. des Fables Egyptien-
cure ou de volatil contre le
nes & Grecques dévoilées,
lion ou une partie du fixe,
Il y avoit au même liége
mais notremercure fublimé
un autre Héros du même & exalté lept fois. Plus il y
nom , fils. de Telamon & aura d'aigles contre le lion ,
d'Hefione ; il diſputa avec
dic Bafile Valentin , moins
Ulyſſe pour avoir les armes
le combat ſera long. Tour
d'Achille. Voyez le livre ci-
mentez le lion , ajoûte le
té ci- devant. même Auteur , juſqu'à ce
AIBACHEST ou Al- que l'ennui le prenne & qu'il
BATHEST.Nom que quel delire la mort. Faites- en
ques Chymiſtes ont donnéà
autant de l'aigle juſqu'à ce
qu'elle pleure ;recueillez fes
la matiere de la pierre puri-
larmes & le ſang du lion , &
fiée de fes parties hétérogê-
nes ; & parvenu au blanc
mêlez-les enſemble dans le
après la putrefaction. vaſe philoſophique. Tout ce
AIDONÉE. Voyez Plu. la ne fignifie que la diffolu
TON . tion de la matiere , & fa vo
AIGLE. Nom que les latiſation.
Philofophes Hermétiques L'AIGLE étoit un oiſeau
ont donné à leur mercure conſacré à Jupiter , par la
après fa ſublimation. Ils raiſon que le Mercure des
l'ont ainſi appellé , premie- Sages ſe volatiliſe , & em
rement à cauſe de la volati- porte le fixe avec lui, dans
lité ; ſecondement, parce que le tems que le Jupiter des
comme l’aigle dévore les au- Philoſophes , ou la couleur
tres oiſeaux, le mercure des griſe , ſuccede à Saturne, ou
Sages détruit , dévore, & ré- à la couleur noire. L'aigle
duit l'or même à ſa premiere que Jupiter enyoya pour dé
12 AI A 1
vorer le foye de Promethée, mie vulgaire , & volatiliſa :
ne ſignifie auſſi que l'action tion de la matiere dans le
du volatil ſur le fixe ou pierre ſens Hermétique.
ignée , qu'ils ont appellé mi AIGLE volante. Mercure
niere de feu céleſte. C'eſt des Philofophes.
pourquoi on a feintque Pro AIGU . C'eſt le magiſtere
methée avoit volé le feu du au rouge.
ciel ; & que pour le punir , AIMAN.Les Sages n'ont
Jupiter le fit attacher à un pas fait moins d'éloges de
rocher , qui déſigne la pierre leur aiman que de leur acier.
fixe des Sages , & que fon Mais il ne faut pas s'imagi
foye, la partie la plus chaude ner que cet aiman ſoit l'ai
de l'homme , y étoit conti- man vulgaire . Ils ne lui ont
nuellement dévoré par un donné ce nom qu'à cauſe de
aigle , quelques - uns ont dit fa fympathie naturelle avec
un vautour 7 ce qui revient ce qu'ils appellent leur acier.
au même . Cette aigle étoit Celui -ci eſt la mine de leur
dite, pour cette raiſon , fille or , & l'aiman eſt la mine de
de Typhon & d’Echidna , leur acier. Le centre de cet
c'eſt - à - dire de la putréfac- aiman renferme un fel ca
tion de la matiere. Voyez ché , un menſtrue propre à
les Fables Egypt . & Grecq. calciner l'or philoſophique.
dévoilées , liv. 5. ch. 17 . Ce fel préparé forme leur
Les Spagyriques appel- mercure , avec lequel ils font
lent Aigle le ſel armoniac , le magiftere des Sages aut
& le mercure ſublimé , à blanc & au rouge . Il devient
caufe de la facilité avec la- une mine de feu céleſte , qui
quelle ils ſe ſubliment. Mais ſert de ferment à leur pierre,
ce n'eſt ni du mercure vul- pour la multiplier , en faire
gaire ; ni du ſelarmoniac des l’élixir,la poudre de projec
Droguiſtes qu'on doit l'en- tion , & lamédecine univer
tendre , c'eſt de ceux des ſelle. Et tout cela ſe fait par
Philofophes. une opération ſimple , ſans
Aigle dévorant le lion. beaucoup de frais,mais dans
Expreſſion Hermétique, qui un temsun peu long. Les
exprime la volatiliſation du Sages donnent auſſi le nom
fixe parle volatil ,ou du ſou- d'aiman à leur mercure déja
fre par le mercure des Sages. fait, & à la partie fixée de
AIGLE étendue. Sel ar- la matiere qui fixe la vola
moniac ſublimé dans la Chy- tile,
AI ' AI 13
AJOUTER . On ne doit duquel, en continuant l'opé
2 pas , par ce terme , penſer ration , on fait la terre , & de
que les Philoſophes préten- cette terre le feu . Et ainſi
dent qu'il faille ajouter une nous convertiſſons les élé
matiere nouvelle à celle qui mens l'un en l'autre ; car en
eſt déja dans le vaſe , mais convertiſſant les élémens on
ſeulement qu'il faut conti- trouve ce qu'on cherche.
nuer à cuire. Et quand ils di- L'air des Philofophes n'eſt
ſent nous n'êtons rien , ni donc qu'une eau coagulée
nous n'ajoutons rien à la par le feu, & réduite en pou
pierre , il fautles entendre à dre ou fleurs blanches trèse
la lettre ; mais quands ils di- ſubtiles.
ſent enſuite , nous en ôtons AIRAIN D'HERMÈS.
ſeulement le fuperflus , & Terme de Chymie , dont ſe
nous lui ajoutons ce qui lui ſervent les Philoſophes Her
manque , c'eſt - à - dire que métiques , pour ſignifier le
nous lui donnons la perfec- corps imparfait dont ils doi
tion qu'elle n'avoit pas , au vent ſe ſervir pour l'ouvre
moyen des opérations du de la pierre. Ils lui donnent
magiftere. également ce nom , avant
XIR , eſt auſſi un nom qu'il ſoit purifié de ſes hété
que les Chymiſtes Hermé- rogénéités , commependant
tiques donnent à leur mer- la putrefaction & la décoc
cure ſubtiliſé , & ſublimé en tion continuée qu'il lui faut
fleurs blanches, ou terre très- pour le rendre ſoufre incom
tenue , qu'ils appellent aufli buſtible. Ils le nommentauſſi
POiſeau d'Hermès, l'Aigle, Laiton ,Orpiment, Lion vert,
&c . Alexandre dit dans la Arſenic, & de divers autres
Tourbe , ou Code de vérité, noms qu'on peut voir au ter
quand vous aurez tiré l'eau me Matiere, & dans les ara
de l'air , l'air du feu , & le ticles qui les concernent.
feu de la terre , vous aurez AIRAIN NOIR . Matiere
fait tout l'auvre . Ariſtote le des Philoſophes pendant la
Chymiſte dit auffi : il faut putréfaction , ou leur laiton
changer l'air en eau , con- qu'il faut blanchir.
vertir cette eau en feu , de AIRAIN BLANC . C'eſt le
ce feu extraire l'air ; car c'eſt laiton blanchi , ou la pierre
du feu chymique fixé, & de au blanc.
notre eau que l'on fait l'air , AIRAIN INCOMBUSTI
qu'il faut convertir en feu , BLE , Magiftere au rouge
14 • AI AL
parfait, parce qu'alors il ne ALCEANI. Terme de
craint plus les atteintes du fcience Hermétique. C'eſt le
feu . changement de la forme ſu
AIRAZAT . Quelques perficielle des métaux , com
Chymiſtes ont donné ce me la déalbation de Vénus ,
nom au Saturne ; mais il faut qui eſt une fauſſe teinture de
l'entendre de celui des Phi- Lune ou argent , ' & c. Pla
lofophes. niſcampi.
AITMAD. C'eſt l'anti ALAFAR . C'eſt le vaſe
moine vulgaire ſuivant les Philoſophique , & non le
Chymiſtes, l'antimoine Sa- vaſe de verre qui renferine
turnial , ou Philoſophique , la matiere de l'æuvre.
quand on le prend Hermé ALAFARANGI. Action
tiquement. Voyez le livre de laver & d'épurerle plomb ,
d'Artephius à ce ſujet. brûlé. Planiſcampi.
AIZOI. Johnſon donne ALAFOR , ou le Sel al
ce nom à la joubarbe , dans kali .
fon traité de Lue Hungarica , ALAHABAR ou A
pag . 1oo . LOOC . Même choſe qu'A
AKEM . Paracelſe a em- labari .
ployé ce terme pour ſigni ALARTAR. C'eſt l'æsa
fier dubeurre cuit. Johnſon. uſtum , ou cuivre brûlé.
AKIBRIT . Voyez Al ALASALET. Quelques
KIBRIC . Chymiſtes ont donné ce
AKILIBAT ou ALO- nom au ſel armoniac.
TIN . C'eſt la térebenthine , ALASTROB . Voyee
fuivant Planiſcampi. ALABARI .
ALABARI ou AIRA ALATANS. Nom que
ZAT. Plomb des Philofo- quelques- uns ont donné à la
phes, qu'ils ont auſſi appellé litharge. Johnſon.
Coeur de Saturne. C'eſt pro ALAURAT. C'eſt le
prement la matiere de l'Art, nitre des Philoſophes , &
qui ſe tire de la race de Sa- non le ſalpêtre vulgaire , ſur
turne . lequel tant de Chymiftes fe
ALACAB . Sel armoniac ſont exercés à pure perte .
Philoſophique, que les Chy. ALAZER , Soufre vif,
miftes vulgaires interprêtent ou Ambrofien . Il eſt rou
du fel armoniac commun , geâtre , tranſparent, & ref
ALACAP. Voy. AIGLE ſemble beaucoup à l'orpi
des Philofophes. ment fixé. Quelques Chy ,
AL A L 15
miftes peu verſés dans le vé- font incombuſtibles. Les an
Terme de ritable ſens des Auteurs Her ciens ſe ſervoient de la fcif
:: C'eſtle
métiques , particulierement file , qui reſſemble à l'alun
orme lu
de Geber , ont pris ce ſoufre de plume , pour faire une
IX, com
pour celui des Philoſophes, toile dans laquelle ils brû
Vénus ,
qui n'eſt autre que leurma loient les corps des morts ,
piure de
tiere parvenne à la couleur pour en conſerver les cen
c. Plan de ce ſoufre Ambrofien , au dres. On trouve ces deux
moyen de la cuiſſon Philo- ſortes d'amianthes ſur les
le vale
ſophique. montagnes des Pyrenées. Il
non le ALBAIT ou ALFURA. у croit ausſi une plante , fi
iferie Un des noms de la cérufe. nous en croyons Poinet, qui
ALBANUM . Sel d'urine . miſe dans l'eau pour y être
Action ALBARAS. Arſenic . roüie comme le chanvre , &
lomb, ALBAR ÆRIS. Terre enſuite travaillée de même ,
feuillée des Philoſophes , ou produit une toile incombuf
leur laiton blanchi, leur Lu - tible.
ne , leur Diane nue ; enfin ALBETUD . Les Chy
A leur matiere parvenue au miſtes ont quelquefois don
d'A . blanc. né ce nomau galbanum .
ALBERICK . Cuivre déc. ALBIFICATION .
PS
cappé & blanchi par quel. Voyez BLANCHIR .
ques opérations chymiques, ALBIMEC . C'eſt l'orpi
Ees On y réuflit avec l'arſenic , ment.
ce mais, le cuivre reſte caſſant , ALBOR . Urine.
& comme régulifié. ALKORACH . Matiere
ALBESTOS. Matiere des Philoſophes parvenue à
onctueuſe , & bitumineuſe , la blancheur.
e combuſtible , & de couleur ALBORCA . V. MER
a de fer. On la trouve dans CURE PHILOSOPHIQUE .
l'Arcadie , & Johnſon dit ALBOS. Creufet .
qu'on ne peut l'éteindre ALBOTAR . Céruſe .
quand elle eſt allumée. Je ALBOTIM , ALBO
1 croirois que cet Auteur ſe TAI , ALBOTRA. Même
trompe , & qu'il a pris le ſens choſe que Albotar , ou cé
contraire , de celui qu'il fal- ruſe.
loit parce que la pierre ALBUSAO . C'eſt le
amianthe , qui eſt de deux ſoufre des Sages ; quelques
eſpeces, ſe nomme Albeſtes Chymiſtes ont donné ce
& Albeſton ,L'une & l'autre nom au ſoufre commun .
16 AL AL
ALCABRICK. V. Al- dire qu'en termes de Phile
KIBRICK . ſophie Hermétique , lait ai
ALCADY . Vitriolou at gri & mercure des Sages ne
trament blanc , ou ſel blanc ſont qu'une même choſe.
des Sages. ALCEBRIS VIF.C'eft ,
ALCAFIEL. Antimoine en Chymie , le ſoufre vif
Philoſophique ou matiere ou naturel ; mais dans l'art
Saturnienne propre à l'ou- Hermétique , c'est la pierre
vre des Sages. ignée , la matiere parvenue
ALCALHAL. Vinaigre au rouge dans la premiere
en termes de Chymie vul- opération desPhiloſophes.
gaire ; mais ce vinaigre n'eſt ALCÉE . V. HERCULE .
pas celui des Philofophes, ALCESTE , fille de Pe
qui n'eſt autre choſe que leur lias & femme d'Admete
eau pontique , ou leur mer- offrit ſa vie pour ſauver celle
cure diffolvant. de ſon mari. Hercules def
A LCALIGATAM . cendit aux Enfers ; après y
Compoſition chymique fai- avoir lié le Cerbere , il ra
te avec de la mumie & de mena Alceſte dans le ſéjour
l'eſprit alkali ; ſi l'on y ajouté des vivans , & la rendit à ſon
du mercure doux , c'eſt , dit époux . Voyez le liv. 5. ch.
Planiſcampi , un admirable 21. des Fables Egypt. &
remede pour la goutte , & Grecques dévoilées .
ſur- tout ſi elle procéde d'un ALCHABRIC . Voyez
refte de maladie vénérienne. ALKIBRIC .
ALCAMOR . V. ALA ALCHAEST . Voyez
HABAR . ALKAEST .
ALCANI. V.AGAZDIR . ALCHARIT ou ZAI
ALCANNA OU ALCO. BACH . C'eſt le mercure
NA. Eſpece de canne ou mais celui des Philoſophes.
arbriffeau creux & noueux , ALCHAZANON . Boue
dont les Arabes fe fervoient qui tombe des meules à ai
autrefois pour faire des pi- guiſer. On en fait un maſtic
ques . On l'employe aujour- excellent. Johnſon.
d'hui dans la médecine au ALCHIERAM. Nom
lieu de gayac . Johnſon. que quelques Chymiſtes ont
ALCAOL ſignifie quel- donné à la tête morte qui
quefois du lait aigri, & d'au- reſte au fond de la cucurbite
tres fois du mercure. John après la diſtillation. Rullan
fon . Cet Auteur auroit dû dus.
ALCHI
A L A L 17
ALCHITRAM , le me La fauſſe Alchymie ne
me qu'Alchieram . On trou- peut mieux ſe définir , que
ve ce nom dans quelques l'art de ſe rendre miſérable
Chymiſtes , pour ſignifier tant du côté de la fortune
l'huile de genievre, la poix que de la ſanté.
liquide, & Rullandus le don La vraie conſiſte à per
ne à l'arſenic préparé. fectionner les métaux , & à
ALCHITURA . C'eſt la entretenir la ſanté . La fauſſe
poix liquide. à détruire l'un & l'autre .
ALCHONOR . V. ALA La premiere emploie les
HABAR . agens de la Nature , & imite
ALCHYMIE . Preſque les opérations. La feconde
tous les Auteurs varient ſur travaille ſur des principes
la définition de cette ſcience , erronnés , & emploie pour
parce qu'il y en a de deux agent le tyran & le deſtruc 3
fortes, l'une vraie & l'autre teur de la Nature.
fauſſe. La premiere ſe défi La premiere , d'une ma
nit , ſelon Denis Zachaire , tiere vile & en petite quan
une partie de la Philoſophie tité , fait une choſe très-pré
-1 naturelle, qui apprend à faire cieufe . La ſeconde , d'une
n. les métaux ſur la terre , en matiere très - précieuſe , de
& imitant les opérations de la l'or même, fait une matiere
: Nature ſous terre d'auſſi très - vile , de la fumée & de
47 près qu'il eſt poſſible. Para- la cendre.
celle dit quel'Alchymie eft Le réſultat de la vraie eſt
vez une ſcience qui montre à la guériſon prompte de tou
tranſmuer les genres des mé- tes les maladies qui affligent
11 faux l'un en l'autre . l'humanité. Le réſultat de la
e, Mais la vraie définition fauſſe ſont ces mêmes maux ,
.es. qu'on peut tirer de tout ce qui ſurviennent communés
Due que les bons Auteurs diſent ment aux ſouffleurs.
ai de la vraie Alchymie , eſt L'Alchymie eſt tombée
itic telle : l'Alchymie, eſt une dans le mépris , depuis que
ſcience, & l'art de faire une le grand nombredemauvais
om poudre fermentative , qui Artiſtes en ont impoſé aux
ont tranſmue les métaux impar- gens trop crédules & igno.
qui faits en or , & qui ſert de re- rans, par leurs ſupercheries.
bite mede univerſel à tous les L'oreſt l'objet de l'ambition
lan maux naturels des hommes , des hommes ; les dangers
des animaux & des plantes, auxquels l'on eſt obligé de
HI B
'18 AL AL
s'expoſer fur mer & ſurterre, couvertes utiles à la fociété .
pour ſe procurer ce précieux Les vrais Alchymiſtes ne
métal , ne rebutentque peu font point trophée de leur
de gens. Un homme ſe pré- ſcience ; ils ne cherchentpas
ſente ; il ſçait , dit - il , le à excroquer l'argent d'au
moyen de faire croître dans trui,parce que , comme di
votre propre maiſon la mi- ſoit Morien au Roi Calid ,
niere de tous les tréſors , ſans celui qui poſede tout , n'a
d'autres riſques que celui beſoin de rien. Ils font part
d'une partie de ceux que de leurs biens à ceux qui en
vous poſſédés. Sur ſon ver- manquent. Ils ne vendent
biage, dont on ne connoît point leur ſecret ; s'ils en
pas le faux , parce qu'on communiquent la connoif
ignore le procédé de la Na- fance à quelques amis , ce
ture, on ſe laiſſe gagner , on n'eſt encore qu'à ceux qu'ils
ſeme ſon or , & l'on ne re- croient dignes de le poſſéder
cueille que dela fumée ; on & d'en faire uſage ſelon le
ſe ruine , on finit enfin par bon plaiſirde Dieu. Ils con
déteſter l'impoſteur, & dou- noiſfent la Nature & ſes opéd
ter de la vérité de l'exiſtence rations ,& ſe ſervent de ces
de l’Alchymie , parce qu'on connoiſſances , pour parve
n'eſt pas parvenu au but nir , comme dit S. Paul , à
qu'elle ſe propoſe en pre- celle du Créateur. Qu'on liſe
nant un chemin oppoſé à ce- les ouvrages d'Hermès Trif
lui qui y conduit. mégiſte leur chef, ceux de
Il eſt peu d'Artiſtes vrais Geber, de Morien , de Saint
Alchymiſtes ; il en eſt beau- Raymond Lulle , du Coſmo
coup quitravaillent ſelon les polite, de d'Eſpagnet, & de
principes de la Chymie vul- tant d'autresPhilofophes Al
gaire . Ces derniers puiſent chymiſtes. Il n'en eit pas
dans leur art des ſophiſtica- ſeul qui ne prêche fans ceſſe
tions ſans nombre c; 'eſt lui l'amour de Dieu & du pro
qui fournit tous ces impof- chain , qui ne déclamecona
teurs , qui après s'être rui- tre les faux Alchymiſtes, &
nés , cherchent à ruiner les qui ne publie hautement que
autres. C'eſt lui que l'on de- les procédés de la vraie Chy
yroit mépriſer par ces rai- mie ou Alchymie font les
fons , fi l'on n'en avoit de mêmes que ceux que la Na
plus fortes de l'eſtimer , par ture emploie , quoiqu'abbré
le grand nombre de les dé- gés par le ſecours de l'Art
A L A L Ig
la ſociété,
mais abſolument différens les opérations alchymiques,
ymiſtes ne
Ee de leur de ceux qui ſont en uſage n'eſt pas le feu vulgaire de
dans la Chymie vulgaire. nos cuiſines, connu ſous le
erchent pas
Qu'on ne ſe flatte donc pas nom de feu élémentaire .
gent d'au d'y parvenirpar ſon moyen ; C'eſt un feu céleſte répandu
Comme dia
& qu'elle ſerve de pierre de par- tout , qui eſt la princi
Roi Calid,
touche à ceux qui ſeroient pale cauſe de la pierre , tant
tout , n'a
expoſés à être trompés par vantée des Philoſophes, dont
font part des charlatans & des impof- ils diſent qu'il eſt le pere. Et :
eux qui en teurs . ce feu n'agiroit cependant
e vendent
Le type ou modéle de pas , s'iln'étoit excitépar un
; s'ils en
connoil Part Alchymique ou Hermé- feu céleſte volatil, qui ſe tire.
tique , n'eſt autre que la Na- par la diſtillation philoſophie
amis ,CE
ture elle-même. L'Art plus que d'une terre connue des
ceux qu'ils Philoſophes, qu'ils appellent
epolléder puiſſant que la Nature , par
les mêmes voyes qu'elle lui la mere de leur pierre. Be
e ſelon le
marque , dégage, en certains cher a pris la défenſe & dé
2. Ils cona cas , plus parfaitement les montré l'exiſtence de l'Al
& fes ope vertus naturelles des corps chymie, dans ſon Supplé
nt de ces
des priſons où elles étoient ment de fa Phyſique,
r parve renfermées; il amplifie leur · ALCIMAD . Voyez Al
Paul, a
(phere d'activité , & raffem- TIMAD.
Qu'on line ALCIMEDE , femme
ble les principes qui les vivi
mès Trife fient. d'Eſon & mere de Jafon .
ceux de
Les opérations de la Na- Voyez les Fables Egypt. &
de Saint
ture ne différent qu'en ter-, Grecques dévoilées , liv . 2.
Coſmo mes ſeulement des opéra- chap. 1.
et , & de tions de l'Alchymie,qui ſont ALCMENE , femme
phes Al au nombre de ſept ; ſçavoir , d'Amphytrion , fut trompée
-It pas calcination, putrefaction ,fo par Jupiter,ſousla forme de
ans celle lution , diſtillation , ſublima- ſon époux, & avec lefecours
du pro tion , conjonction , coagula- de Mercure ſous la figure de
me cona tion ou fixation .Mais ces ter.. Sofie ; il en nâquit Hercu
iftes , & mes doivent s'entendre phi- le. Les Alchymiſtes diſent
nent que lofophiquement, c'eſt-à-dire qu'Alcmene repréſente l'eau
nie Chy conformément au procédé métallique , qui eſt mariée
ſont les de la Nature, qu'il faut bien avec l'or des Philoſophes ,
e la Na connoître avant de vouloir ſous le nom d'Amphytrion ;
'abbré l'imiter, : Jupiter qui eſt le ſymbole du
e l'Asti Le feu qui ſert le plus dans ſoufre , fe joint à cette eau .
B ij
A L AL
par l'adreſſe du Chymiſte , tiles , telles que la fleur de
ou Sofie , & de cette union farine, quand elles ſont fans
naît Hercule , ou le mercure mélange. Mais ce terme ne
Philoſaphique. Voyez les s'applique gueres aujour
Fables Egypt. & Grecques d’hui par les Chymiſtes qu'à
dévoilées , liv . 5. ch . 1. & l'eſprit de vin re&tifié.
ſuivans. ALCOOL Minéral. Subf
ALCOB . C'eſt l'as- tance très-pénétrante , & la
uſtum. Quelques - uns l'in- plus ſubtile partie des élém
terprêtent du ſel armoniac ; mens , très- fixe , & extrê
mais il doit s'entendre du mement digérée par un feu
mercure des Philoſophes. aſtral & inviſible . Cette
ALCOFOL. Voy. Ati- fubſtance ſe trouve dans tous
MAD. On dit auſſi Alcofol. les mixtes ; mais l'art l'extrait
ALCOHOL. C'eſt l'an- d'un ſeul pour la faire entrer
timoine . dans la compoſition de la
ALCOL . Quelques Chy. pierre philofophale , & de
miſtes ont donné ce nom an l'élixir univerſel, qui ſert de
médecine à toutes les malam,
ALCOLISME. Action A dies des trois regnes.
de triturer , broyer , corro- ' ALCOOLISATION
der , réduire en poudre. Réduction d'un corps en ſes
ALCONE . Oripeau , plus petites parties ; c'eſt la
laiton , en fait de Chymie ; même choſe , ſelon les Phi..
mais en termes Herméti- loſophes Spagyriques , que
ques, c'eſt le laiton des Phi- calcination philoſophique ;
loſophes , qu'il faut blanchir . car ils ſe ſervent indifférem
ALCOOL Glaceati Cor. ment de l'un & de l'autre de
neoli. Poudre de criſtal, très =" ces termes pour exprimer la
ſubtile & impalpable. même choſe. Il ne faut ce
Alcool eſt le nom que pendant pas confondre l'ala
les Chymiſtes donnent à cooliſation avec la calcina
toutes les ſubſtances pures , tion des Chymiſtes vulgai
extraites par diſtillations , ou res ; car dans la ſcience Her
autrement , des corps des métique , on ne ſe ſert de ce
animaux, végétaux ou miné- dernier terme que par ſimi
raux . C'eſt ce que d'autres litude .
appellent Eſprits. ALCOPHIL NOIR , AL.
Paracelfe donne auffi cecophil nigra. C'eſt un des
som aux poudres très-lub , - noms que les Alchymiſtes
AL A 'L
Ont donnéà Pantimoine .On Alektorius. Eſpece de pierre
la fleur de dit auſſi Alcophit. brillante & preſque tranſpa
es font fans ALCORE . C'eſt le tale. rente comme du criſtal , de
ce terme ne ALCUBRIT ou ALCU- la groſſeur d'une féve. On
es aujour BRITH . V. ALKIBRIC . la trouve dans le ventricule
mittes qua ALCUR . Soufre. des vieux chapons & des
Etifié. ALEBION , frere de Li- vieux coqs , si l'on en doit
néral. Suble bys, tué par Hercule . Voyez croire Albert. Les anciens
cante , & la les Fables Egypt. & Grecq. difoient que l'ale & orie ren
ie des élém doit l'homme qui la portoit
dévoilées , liv . 5. chap . 12.
, & extrêm ALEC . C'eſt le ſel. courageux , très- fort ; & lui
u
par un fe ALECH . Même chofe procuroit beaucoup de ti
ole. Cette que vitriol. chefſes. C'eſt pour cela , di
ve dans tous ALECHARIT. Mercure foient - ils , que Milon Cro
Cart l'extrait commun & non vulgaire , toniate fortoit toujours vic
faire entrer mais celui des Philoſophes. torieux du combat. Ils la re
tion de la ALECHIL . Nom que gardoient auſſi comine un
zle, & de quelques Chymiſtes ont philtre , & lui donnoient la
gui fer de donné au trépied ſur lequel propriété de modérer la ſoif.
les mala on poſe quelque vale , pen- Johnſon .
Tes . dant les opérations chymi ALEFANTES. C'eſt le
ATION ques. Flos folis.
rps en les ALECTO . L'une des Fu ALEMBACE: Plomb
5 ; c'eft la ries, quiavec ſes deux ſeurs brûlé ou calciné.
en les Phie Tyfiphone & Mégere, filles ALEMBIC. Les Philofo
ques , que de l'Acheron & de la Nuit , phes Hermétiques donnert
ophique; ſelon quelques-uns , filles de quelquefois ce nom à leur
différen Jupiter , ſelon d'autres ,-fu- mercure, parceque c'eſt par
l'autre de rent conſtituées pour tour- fon moyen qu'ils font leurs
primer la menter les ombres dans le prétendues diſtillations , ſu
e faut ce Toyaume de Pluton . Elles blimations , & c.
ndre l'ab repréſentent l'action de l'eau . ALEMBROTH . Nom
calcina mercurielle appellée Dra- que les Philoſophes Spagy
s vulgai gon , ſur la partie fixe de la riques ont donné quelque
nce Her matiere , pendant la putré- fois au ſèl de leur mercure ,
ert de ce faction & la volatilifation. qu'ils appellent auſſi le ſel
Par fimi Voyez le livre 3. des Fables des Philoſophes , & la clef
Egypt. & Grecq. dévoilées, de l’Art.
DIR ,A chap. 6. ALEMBROTH eſt encore
un des ALECTORIE , Lapis le nom que quelques Chy .
es
z miſt
y B iij
22 A L Α Ε
miſtes ont donné au fel de en fait de Chymie vulgaires
tartre , qu'ils ont auſſi ap- & l'aigle des Philofophes ,
pellé le. Magiſtere des Ma- quand il s'agit de ſcience
gifteres. Johnſon. Rull. Hermétique.
ALEMZADAR . Sel ALFUR . Safran come
armoniac. mun pour les Chymiſtes, &
ALERNET . Orpiment. ſafran des Sages , ou la ma
ALES. Tout ſel compoſé tiere des Philoſophes parve
du mélange de pluſieurs au- nue , par la digeſtion , à la
tres ſels. couleur de ſafran .
ALETH . Jupiter des ALFURA OU ALBAIT .
Philoſophes , & l'étain des La céruſe ; ou la matiere de
Chymiſtes. l'oeuvre parvenue au blanc .
ALEUSANTI. Voyez ALFUSA . C'eſt la tu
ALOSANTI . thie .
ALEXANTHI. Fleurs ALGALI. Nitre . En ter.
d'airain . mes de fcience Hermétique ,
ALEXIR. Toute méde- c'eſt la premiere matiere de
cine chymique. l'euvre .
ALEZARAM. Lavure de ALGAMET . Charbon ,
plomb , ou Saturne des Phi ALGATIA . Civette .
lofophes nettoyé & blanchi. ALGEROTH. Poudre
ALFACIO.V . ATIMAD . du mercure de vie .
ALFACTA ou ALFA ALGIBICH. Voyez ALT
.TA. C'eſt le mêmeque dif KIBRICK .
tillation . ALHENOT.. V. ALA
· ALFADIDAM . Scories, HABAR .
écume de fer , non celles . ALHOFOL. Antimoine.
qui reſtentdans la fournaiſe , ALHOHONEC . Voyez)
mais celles qu'on appelle ADEHEM .
auſſi pailles defer, qui tom ALHOHONOC. Voyed
bent auprès de l'enclume , ALAHABAR .
-quand on y bat le fer an ALIAS.Même choſe que
marteau . Vale.
ALFATID A. Cuivre . ALIBA . Une des colon
brûlé. Il ſignifie aufli limailienes qu'Hercule planta aux
de cuivre. confins de la Mauritanie .
ALFIDUS. Le même que Voyez les Fables Egypt. &
Céruſe. Grecques dévoilées , liv. so
ALFOL. Sel armoniac , chap. 124
3 A L AL
nie vulgaire; ALIGULE . Toute con- livre 2. de Nat. rerum .
Philoſophes, Fection chymique. Martin Rullandus dit que
de ſcience ALIMÉNT de la Pierre. l'Alkaeft eſt un mercure pré
C'eſt le feu , paré , non du tartre , com ,
jafran como ALINZADIR & ALIN . me quelques-uns l'ont cru,
hymiſtes, & ZIADIR . C'eſt le ſel armo- trompés par un endroit de
s , ou la ma miac. Van -Helmont, où il dit en
phes parve ALIOCAB . Sel armo- parlant de l’Alkaeft: Sivous
eſtion , à la niac. ne pouvez parvenir à décou
n. ALISTITES. Sel armo- vrir ce ſecret du feu , appre
1 ALBAIT. niac. -nez au moins à rendre lefel
I matiere de ALIX . Sel commun pré- de tartre volatil , pour fai
le au blanc. paré. re vos diffolutions par fon
C'eſt la tu ALKAEST. Liqueur moyen . Van - Helmont , de
qui , ſelon Paracelſe & Van- Febribus.
tre. En ter Helmont , diſſout tous les Michel Toxite dit auffi
ſermétique, corps viſibles , & les réduit que l’Alkaeft eſt un mercure
matiere de à leur premiere matiere. Il préparé pour lesmaladies du
differe de ce que les vrais foye.
Charbons Chymiſtes appellent leur Pluſieurs Chymiſtes ont
Livette . Mercure. Cette diſſolution prétendu que l'Alkaeſt ne
· Poudre eſt naturelle , douce , fans différoit point du grand & du
2. corroſion ; elle conſerve la petit circulé de Paracelſe ,
femence des corps , la dif- fait avec l'eſprit de fel com
oyez AL; mun ; d'autres ont crúľavoir
poſe à la génération ; au lieu
V. ALA que les diffolutions des Chy. trouvé dans l'étimologie du
miſtes ordinaires fe font par nom même Alkalieſt com
etimoine . des eaux fortes, qui partici- me ſi l'on diſoit c'eſt du ſet
pent, dans leurs effets , du alkali ; mais comme les fels
. Voyez
feu élémentaire qui détruit alkalis des cendres', de la
& tue , au lieu de vivifier. foude , du tartre ' , &c. ne
C. Voyer
C'eſt pourquoi les Philofo- produiſoient pas l'effet de
phes Hermétiques diſent : l'alkaeft , on imagina d'alka
role que
Les Chymiſtes détruiſent, liſer le nitre en le fixant.
nous édifions ; ils brûlent Glauber en fit fon ſel , au
s colon
nta aux par le feu , nous par l'eau ; quel ildonna le nom de fel
ils tuent , nous reſſuſcitons. admirable. Mais ni les uns ni
ritanie .
Ils lavent par l'eau , nouspar les autres n'ont réuſſi. Un
ypt. & le feu , &c. Paracelſe en dé- Auteur, dont je ne me rap
liv.si crit la préparation dans ton pelle pas le nom , dit que
Biv :
AL AL
c'eſt une liqueur très - com- tiere philoſophique parve
mune chez les Arabes. Para- nue à la couleur de pourpre
celfe ni Van -Helmont n'ont dans la premiere prépara
pas expliqué affez claire- tion . Alors c'eſt leur foufre
ment ce qu'ils entendoient vif , leur or ; leur Apollon ,
par cette liqueur diffolvante , leur miniere de feu céleſte ,
pour qu'on puiſſe la deviner leur Promethée , leur Ofis
par la lecturede leurs ouvra- ris , & c.
ges Il differe du diffolyant ALKIN. Cendres gra
des Philoſophes , en ce que vellées, ou cendres des Phi
celui - ci s'unit inſéparable- lofophes , qu'il ne faut pas
ment à ce qu'il diffout, & mépriſer, dit Morien ,parce
l'autre s'en ſépare ſans dimi- qu'elles contiennent le dia
nuțion . đême de leur Roi , leur Bac
ALKAL. Cendres gra- chus, leur Eſculape , & c.
vellées ou clavellées. ALKIR . C'eſt la fumée
ALKALAC . Sel fixe. & les charbons.
ALKALAP . Etain , Ju ALKOEL. Johnſon dit
piter. que c'eſt une eſpece de
ALKALAT. Fleur de plomb très -fin , tiré des mi
fel, ou fèl fublimé. nes où l'on trouve le lapis
ALKALID. V. ALLOR. lazuli ; quelques-unsont apo
ALKALIE . Vale des pelle ce plomb Antimoine.
Philoſophes. ALKOOLISER . Voyez
ALKANT. Mercure des ALCOOLISATION .
Sages. ALKOSOR. Camphre..
ALKARA . Cucurbite . ALKY- PLOMB. Voyed
ALKASOR . Pierre au ALTEY - PLOMB.
touge , qu le foufre. ALLABOR ALCA
ALKAUT. Mercure , ou MOR , ALCHONOR
+
argent vif. ALLARINOCH , ALRA
ALKAUTUM . Nom CAS. Tous ces nomsfigni
que quelques Chymiſtes ont fient la même choſe qu'A
donné à l'arſenic ; d'autres au lahabar.
cuivre brûlé ou æs- uftum . ALLOR . Æs- uſtum en
Johnfun . grenailles.
ALKIBERT. Voyez AL ALLUTEL . V. ALU- ,
KIBRIC . DEL .
ALKIBIC , ALKIBRIC . ALMACAUDA . Li;
Soufre des Sages , ou la ma charge.
AL IV
que parve ALMAGRA . Les Chy ALME OU ALMA. Eau
- de pourpre miftes ordinaires donnent ce philoſophique.
re prepara som au bol, au cuivre , au ALMECHAFIDE. Cui
leur foufre laiton ;mais les Philoſophesyre , airain .
ar Apollon, Chymiſtes ne l'entendent ALMENE . Sel gemme:
feu céleſte, que de la matiere de leur ALMETAL. Scories de
, leur ON pierre. O ! bon Roi , vous fer.
devez ſçavoir parfaitement ALMIBA . Etain , Jupi
endres gra avant toutes choles, que la ter.
ces des Phi fumée rouge , & la fumée ALMISA. C'eft le muſc ,
ne faut pas blanche, & le lion vert , & fi nous en croyons Planif
rien , parce almagra, & l'immondice de campi.
nent le dia la mort, & le limpide, & le ALMISADIR ou AL
, leur Bac fang, & l'eudica , & la terre MIZADIR . Vert -de- gris ,
Pe , & c. fætide, font des choſes dans rouille de cuivre . Paracelfe
la fumée leſquelles conſiſte tout le femble l'entendre dans ce
magiftere. Morien . Alma- fens - là , quand il s'écrit par
gra eftle laiton que j'ai nom un Z. au lieu d'un S. Mais
hnſon dit
mé ci -deſſus laterre rouge. les Philofophes appellent
eſpece de
é des mi Idem . C'eſt- à - dire le ſoufre leur ſel armoniac Almiform
Philoſophique . dir , Almiſadit, & quelque
le lapis
ALÑAKIST .Litharge. fois Almiſadu .
sont ap. ALMARAGO . Corail.
imoine. ALMISARUB. Terre
ALMARCAT. Lithar- philoſophique , qu'il faut
2. Voyez
ge , ou ſcories de l'or. cultiver , pour y ſemer le
ALMARGAZ . Plomb grain d'or quidoit produire
Camphre.
B. Voyer réduit en litharge dans la au centuple, & davantage.
coupelle . Voyez TERRE FEUILLÉE .
ALMARGEN & AL ALNEC ou ALLENEC
ALCA Etain , Jupiter .
MARGOL . Corail.
VOR , ALMARKASITE. ALO. Sel commun pour
ALRA
Voyez MERCURE. la Chymie, & feldesmétaux
us figni ALMARTACK , Lithar. dans le ſens Hermétique.
qu'A . ALOCAF. Sel armo
ge calcinée .
ALMARZIDA . Lithar- niac. #
um ea ALOFIL . Bande de lin
ge d'argent.
ALM AT. Céruſe , ou ge , qu'on employe pour
ALU rouille de plomb. Iceller les vaſes. Johnſon.
ALMATKASITE . Ar ALOMBA . V. ALAHA
7. Li gent yif. BAR , ACAZDIR .
26 AL A L
ALOMBARI . Plomb - ALTIMION . Scories de
brûlé . Planifcampi. plomb.
ALOOC . Voyez ALA ALTINGAT . Vert -des
HABAR . gris,rouillede cuivre.
ALOS. Sel en général. ALTINURAUM . Vis
ALOSANTHI. Fleurs triol, attrament.
de fel. ALTIT . Ara fætida .
ALOSET. Mercure des ALTOFET . Anti
Philoſophes. moine .
ALOTIN. Voyez AKI ALUACH ou ALU .
LIBAT. HEC . Jupiter , étain .
ALOUS . Fils du Soleil ALUDEL ou ALU
& d'Antiope. Voyez les Fa- TEL. Vafe requis pour le
bles Egypt. & Grecques , grand cuvre. Geber le dé
liv. 3. chap . 14. 5.6 . crit ainſi dans la 4e partie
ALRACHAS . Voyez du liv. 1. de fa Somme de
'ALAHABAR . la perfeétion. L'Aludel doit
ALSECH . Alun . être fait d'un verre épais éga
ALSELAT . Cuivre brû . lement par-tout ; toute autre
lé , es-uftum . matiere nevaut rien pour cet
ALSUFIR . Couleur rou- effet, à moins qu'elle ne ſoit
ge qui ſurvient au magiftere d'une fubftance qui ait beau
des Sages à la fin des opé- coup d'affinité avec le verre ,
sations. Calid , chap. 1. des telle que celle des cailloux .
Secrets de l'Alchymic. Car le verre ſeul eft propre
ALTAFOR . Camphre. par la confiftance & fa fubfs
ALTAMBUS. Pierre tance inaltérable à retenir les
rouge , ou pierre du fang- eſprits ténus & ſubtils des
humain ; c'eſt l'élixir Philo- mixtes , qui s'évaporeroient
fophique. par les pores des autres ma
ALTARA . Cucurbite. tieres. Les métaux même ne
ALTEY - PLOMP. Sel valent rien pour cela ; parce
de Saturne , ou matiere dou-
que l'affinité qu'ils ont avec
les eſprits minéraux & mé
ce , extraite du plomb au
moyen du vinaigre. John-
talliques , en feroient une
fon . Voyez AME DE SA- réunion, au lieu de les laiſſer
TURNE. ſublimer.
ALTHANACA . Orpi Mais Geber comme les
ment. autres Philoſophes n'enten
ALTIMAR . Æs-uftum , dent pas toujours le vaſe de
cuivre calciné ,
A L A L
verre , par le terme Aludel ; pas l'alun vulgaire , mais un
ſouvent , & le plus commu- ſel principe de l’alun , des
némnent, ils délignent ſous ce autres fels , des minéraux &
nom le vaſe philoſophique, des métaux.
qu'il ne faut pas confondre ALUN ALAFURI . Sel
avec le vaſe dans lequel on alkali.
renferme la matiere. C'eſt ALUN DE ALAP . Sel de
tis pourquoi quand ils diſent de Grece . Planiſcampi.
Iceller hermétiquement l'A ALUN ALKALI. C'eſt le
ludel, cela veut dire , qu'il nitre fixé.
faut fixer le mercure des Sa. ALUN ALKORI. Nitre
U ges. Voyez VASE. fimple .
cle Les Chymiſtes vulgaires ÂLUN MARIN . Eſprit
dés ont interprêté Aludel par humide de l'air , qui vivifie
artie fourneau , cucurbite ; lorſ- tous les êtres fublunaires ,
? de que les Adeptes en parlent par la chaleur qui l'accom
doit en ſemblant indiquer un pagne.
éga fourneau , il faut l'entendre ALUN SYRACH , ALUN
jutre de leur fourneau fecret , qui. ALKOKAR , ALUN ALFU
r cet quelquefois ſe prend pour la rin. Alun calciné.
-foi matiere de laquelle ils ex- - ALUNIBUR. Argent ,
eaux trayent leur mercure ; d'au- Lune des Philofophes , leur
erre , tres fois, de leur ſoufre ani- pierre au blanc parfait.
loux. mé , vif , ou pierre ignée ; ALUNSEL. Quelques
opre qui entretient & conſerve le Chymiſtes appellent ainſi
ſubſ feu interne & agiſſant de les goutes qui combent du
nir les l'oeuvre. Aludel ſe prend en chapiteau de l'alembic dans
s des core pour le mercure même le récipient. Rullandus.
animé. TOALUSAR . Manne .
coient
SALUDIT. Mercure des ALUSEN . Toute mam
Sma
Sages. tiere ſoufrée. did some
me ne
ÅLUECH . Jupiter , ALUSIR. Nom que
parce
avec étain purifié. quelques Adeptes ont don
ALUMBOTI . Plomb né à la pierre fixée au rouge
mée
calciné. de couleur de pourpre.
une
ALUMONNOD ODIG . Sel - ALZA FÅR . Cuivre
Jaifler
armoniac . brûlé.
ALUN.Nom que les Phi ALZEGI. Attrament.
ne les ALZEMAFOR , Cinna .
Joſophes ont donné quela
enten
quefois à leur fel , qui n'eſt bre .
ale de
8 ALAM А м
ALZERNAD . Magifte- prit le nom de corne d'abor ?
re au rouge . dance. Voyez- en l'explica
ALZIL AT. Poids de tion chymique , liv. 3. ch .4o
trois grains. Johnſon. & ailleurs, des Fables Egype
AMALGAMÉR . Faire tiennes & Grecq .dévoilées
la réunion du mercure phi AMAZONNES . Les
loſophique avec le foufre ou hiſtoires anciennes ſont plei
l'or des Sages ; non pas à nes des actionsde ces fem .
la maniere des Chymiſtes mes guerrieres ainſi nom
vulgaires , en broyant dans mées. On compte au nom
un mortier ou autrement bre: des travaux d'Hercule
une matiere ſolide avec un la victoire qu'il fut obligé de
corps liquide ; mais en con- remporter ſur elles , pour
duifaet le feu des Philofor pouvoir enlever à Hyppo
phes,ſuivant le régime pref lite leur Reine, un baudrier
crit ; c'eſt-à -dire , en perfec- orné de diamans & de rubis
tionnant l'œuvre par la cuil- qu'Euriſthée avoit demandé
fon ou digeftioncontinuée , à Hercule.Après que celui
au feu égal, fulfureux , en- ci eut pris cette Reine , il la.
vironné & qui ne brûlepas. donna à Théſée qui l'avoit
Voyez Artephius , furle ré- accompagné , & porta le
gime du Feu . baudrier à Euriſthée .
AMALGRA ou AL Les Philoſophes Hermés
MAGRA . Soufre des Phi- tiques expliquent ce travail
lofophes,ou pierreaurouge d'Hercule dans le même ſens
AMAR. Vinaigre des que fes autres travaux . Ceſt
Sages , & leur diffolvant. une allégorie , diſent-ils, de
Les Chymiſtes vulgaires ont la perfe & ion du grand cel
quelquefois donné ce nom vre de la pierre , & de la .
an vinaigre commun . médecine parfaite au blanc
AMALTHÉE . Chévre & au rouge, répréſentée par
qui fournit le lait dont les ce baudrier , orné de rubis &
Nimphes nourrirent Jupitera de diamans; parce qu'il n'y
Ce Dieu la tranſporta, au à rien au monde de fi pré
ciel , & fit préſent à ſes nour , cieux que cette médecine
rices d'une des carnes de univerſelle. Voyez les. Fa
cette chévre , à laquelle il bles Egypt. & Grecq. dén
donna la propriété de pro- voilées , liv.3 .
curer à ces Nimphes tout ce AMBROSI ESIE.E . Nour
qu'elles deſireroient ; elle en fiture des Dieux ; c'eſt le
AM AM
One
mercure des Philofophes pellicule de couleur d'arc
Hermétiques , principe de en -ciel , que vous enleverez
•4 tous les métaux . adroitement avec une cuil
ces, AME . Magiſtere parfait ler de verre ou d'ivoire , &
Les au rouge ; parce qu'alors il la mettrez dans un vafe ou
Lei eft proprement le ferment creuſet , qui puiſſe réfilter
m . qui animela pierre pour en au feu. Après avoir enlevé
m faire l'élixir. čette premiere , vous agite
Les' Chymiſtes donnent rez l'eau, & quand elle fera
auffi ce nom
ule au foufre repoſée , il fe formera une
de moyen , parce que de même ſeconde pellicule , que vous
ur que lame conſerve le corps enleverez comme la pre
par une chaleur & un hu- miere. Vous continuerez
Ger mide radical qui empêchent l'opération juſqu'à ce qu'il
is la diſſolution des parties, de ne s'en formera plus. Cette
même le foufre moyen Ame de vitriol miſe à un feu

ni comme un baume, aglutine violent, devient rouge com
la les parties , en conſerve l'u- me du ſang , & ne s'y con
nion & la cohéſion . fume pas. Lorſque les vaſes
ooit RN E
-A ME DE SA TU . font à l'air , il faut les garan
le
Anima Saturni , ou Althea tir de la pluie & de la pouf
plumbi. Terme de Chy- fiere. Cette poudre rouge
mie. Douceur très- ſuave du mêlée en petite quantité
plomb, extraite avec le vi- avec du cuivre décapé & li
ft naigre , puis précipité avec quefié , y fait un effet ſur
l'eau commune. Planiſc. prenant, de même qu'avec
le
A ME DU VITRIOL. les autres métaux .Minfych .
Soufre vitriolique que l'on AME SENSIBLE. C'eſt le
extrait de la façon ſuivante. fel armoniac , ſuivant Man
Ayez des terrines verniſſées, get.
tenant environ quatre pin AMELITE. Les Egyp
tes chacune , mettez - y trois tiens donnoient ce nomàla
bonnes pintes d'eau de pluie femme imaginaire de Zo
filtrée , & trois poignées de roaſtre , & n'entendoient
vitriol commun en poudre ; par- là que l'humidité de l'air
remuez bien le tout, & laiſ- ſubtile , extrêmement raré
ſez diſſoudre le vitriol, après fié , fervant de véhicule au
avoir mis les vaſes à l'air ou feu céleſte ſignifié pár Zo
au ſoleil ; il ſe formera ſur roaſte , qui faute de cet air
la ſuperficie de l'eau une pur & délié , ne pourroit
30 AM А м
ſe manifeſter ſenſiblement. autre . Ainſi un métal n'eſt
Leur union indiviſible , qui pas propre à perfectionner
fait la vie de tous les êtres un végétal, & un végétal le
de la Nature , a été de tous feroit encore moins à l'égard
les tems le digne objet de du minéral. Mais comme la
l'attention & du culte des nature tend toujours à la pera
anciens Philoſophes Natu- fection des êtres , & qu'elle
raliſtes , ainſi que l'Hiſtoire employe les voyes les plus
nous l'apprend en traitant ſimples & par degrés ; le
des religions les plus accré- regne minéral ayant été en
ditées. L'on feint qu'Abra- quelque façon créé le pre
mane ou Denis , Prince des mier , a pû ſervir de baſe au
ténébres, eſt oppoſé à Zo- regne végétal ; & le regne
roaſtre , auquel ce premier animal, comme le plus par
déclare une guerre ambi- fait , ayant été formédes
tieuſe , dont l'événement ne deux autres , nourrit &
peut être qu'à la gloire de s'entretient d'eux ; fans cea
Zoroaſtre, c'eſt-à -dire à celle pendant qu'ils puiſſentſe fer
de la lumiere , puiſque les vir mutuellement de femen
ténébres ne ſont qu'une pri- ce ; parce que chaque regne
vation de lumiere , & qu'une a la ſienne fpécifiée & dé
privation n'a point d'exif- terminée. Il faut donc pren
tence . dre celle du minéral pour
AMENDER . On trou- faire l'æuvre des Philoſo
ve ce terme dans preſque phes, & non celles des deux
tous les Auteurs Chymi- autres regnes.
ques, pour ſignifier perfec AMENE. Sel marin ou
tionner. La nature s'amende commun.
en nature ; nature amende AMENTUM. Alun .
nature :ils entendent par ces AMETHÉE. Nom d'un
termes , que la nature ſe ſert des chevaux qui tiroient le
toujours dans ſes opérations char de Pluton. V. ABAS
de choſes homogênes pour TER .
perfectionner ſes ouvrages , AMIANTHE . Pierre
& que les parties de matiere incombuſtible. Voyez Al
qui compoſent les individus Bestos . Les Philofophes
d'un regne, ſont plus propres ont donné le nom d'An
à perfectionner les individus mianthe à leur pierre , parce
de ce mêmeregne ,que cel- qu'elle réſiſte aux atteintes
les qui ſeroient priles d'un du feu le plus violent .
A M AM
AMISADIR . Voyez Al- les-mêmes auſorde fa lyre ;
er MISADIR . Mercure avoit été fon mai
le AMISADER & AMI- tre de muſique. Voyez les
id SADIR. Sel armoniac phi- Fables Egypt. & Grecques
la lofophique. dévoilées, liv. 3. chap . 14.
AMITHAON . Fils de S. 6 .
Créthée & oncle de Jaſon . AMPHYTRION. Epoux
e
IS Voyez les Fables Egypt. & d'Alcmene , ſelon la Fable .
e Grecq. liv . 2.chap. I. Voyez ce qu'il ſignifie ſelon
n AMMON . Le même l'explication des Alchymif
que Jupiter, Dieu des Egyp- tes dans l'art. ALCMENE.
0 tiens. Voyez le livre 1.des AMYCUS , Roi de Be
Fables Egypt. & Grecques hrycie , fils de Neptune &
dévoilées , fect. 3. chap. 8. de la Nymphe Melie , dé
Ammon fut adoré en Li- fioit lesétrangers aux pa
[ bye ſous la figure d'un be- lets ; Pollux , un des Argo
lier , ſoit parce que Jupiter nautes , accepta le défi, & '
en ſe ſauvant avec les au- tua Amycus. Fables Egypt.
tres Dieux en Egypte , pour & Grecq. dévoilées , liv. 1.
ſe ſouſtraire à la pourſuite chap . 1.
des Géants , prit la forme AN . Soufre des Philoſo
de cet animal; ſoit , comme phes , ainſi nommé, parce
le diſent d'autres, que Jupi- qu'étant en même tems leur
ter ſous la figure d'un belier, Apollon , leur Soleil , il di
ait fait foudre une fontaine, rige enſuite les opérations
pour deſaltérer l'armée de de la pierre pendant le cours
Bacchus. des quatre ſaiſons de l'année
AMNIS ALKALISA- philoſophique, requiſes pour
TUS . Quelques Chymiſtes la perfection de l'œuvre.
Spagyriques ont ainſi nom- C'eſtpourquoi ils l'ont auſſi
mé les ſources d'eau , qui en appellé le Pere de la pierre.
ANACAB . Sel armo .
paſſant & fe filtrant à travers
les terres calcaires , fefont niac des Sages .
imprégnées de ſels alkalis . ANACHRON . Voyez
AMOGABRIEL . Cin- ANATHRON .
nabre. ANATHRON . Eſpece
AMPHION. Fils de Ju- de ſel qui croît ſur les pier
piter & d'Antiope. Il bâtit res ; & qui différe du ſalpê
la ville de Thebes , & les tre. Quand on le fait cuire ,
pierres s'arrangeoient d'el, il devient une eſpece d’alun
A M AM
acide. Si l'on pouſſe le feu , ANCHRE. C'eſt la
il prend la forme & la tranſ- chaux, ainſi nommée, à cau
parence du verre , & laiſſe fe de ſa propriété qu'elle a de
une écume , que lesAnciens fixerles choſes volatiles.
regardoient fauſſement com ANCINAR. Borax.
meun fiel de verre . Ils l'ap ANCOSA. Lacque .
pelloient Fax vitri. Planif ANDENA , Chalybs
campi. Orientalis > eſt un acier
Rulland le nomme Sagi- qu'on nous apporte de l'O
men vitri Baurac . rient. Il ſe liquéfie au feu
ANATON , ſignifie comme les autres métaux
quelquefois l'écume ou fel & peut être jetté en moules.
de verre ; mais ordinaire- Rulland.
ment on le prend pour le ſel ANDROGINE ou
nitre . HERMAPHRODITE .
ANATOSIER . Sel ar- Nom que les Chymiſtes
moniac . Hermétiques ont donné à
ANATRIS . Mercure. la matiere purifiée de leur
ANATRUM . Verre co-pierre , après la conjonction .
loré de différentes couleurs.
C'eſt proprement leur mer
On l'appelle plus commu-
cure , qu'ils appellent mâle
nément Terre Sarrafine ou
& femelle , Rebis , & de
Smaltum . tant d'autres noms , qu'on
ANATUM . Coque peut voir dans l'article MA
d'æuf. TIERE .
ANCÉE , fils de Nep Ils l'ont nommé ainſi, para
tune & d'Aftípalée , fut un ce qu'ils diſentque leur ma
des Argonautes ; il ſuccéda tiere ſe ſuffit à elle-même
à Typhis dans la conduite pour engendrer, & mettre
du navire Argo.Fabl. Egyp: au monde l'enfant royal ,
tiennes & Grecques dévoi- plus parfait que les parens.
lées, liv. 2. chap. I. Que leur matiere eſt une ;
ANCHISE , pere d'E. c'eſt ſeur azoth , duquel ils
née, quile ſauva ſur ſes épau- répétent ſouvent quel'azoth
les de l'embraſement de la & le feu ſuffiſent à l'Artiſte ;
ville de Troye , après que que néanmoins elle conçoit,
les Grecs s'en furent rendu elle engendre , elle nourrit ,
les maîtres. Fables Egypt. elle manifeſte enfin ce Phé
& Grecq. dévoilées , Der nix tant déſiré, fans addition
Gente d'Enée aux Enfers, d'autre matiere étrangere .
II
AN AN 33
Il faut cependantſçavoir que Hermétique , c'eſt le ſoufre
leur matiere eſt compoſé de fixe & incombuſtible des
deux & même de trois, fel , Philoſophes , qui fixe lemer
ſoufre &mercure ; mais que cure , & en fait l'élixir pro
tout n'eſt autre que le fixe pre à fixer en or les métaux
& le volatil , qui étant joints imparfaits.
& réunis dans les opéra ANGES . Les Philoſo
tions , ne font plus qu'une phes Chymiques donnent
matiere qu'ils appellent alors quelquefois ce nom'à la ma
Androgine , Rebis , & c. tiere volatile de leur pierre .
ANDRÓMEDE , fille Ils diſent alors que leur corps
de Cephée & de Caſſiopée, eſt ſpiritualiſé ; & qu'on ne
fut expoſée à un monſtre ma- réuſſira jamais dans le grand
rin , & délivrée par Perſée cuyre , ſi on ne corporifie
qui l'épouſa. La Fable feint les eſprits , & ne fpiritualiſe
5 que tout cela ſe paſſa en les corps. Cette opération
Ethiopie , parce que les Phi- eſt la fublimation philofo
lofophes employent l'allé- phique ; & l'on doit ſçavoir
gorie des dragons qui com- que le fixe ne fe fublime
battent entr'eux , ou qui ſont jamais , s'il n'eſt aidé du
vaincus par des Héros, pour volatil.
. exprimer le combat du fixe ANGLE. La choſe à trois
1 & du volatil dans le tems angles. Terme de ſcience
. que la diſſolution de la ma- Hermétique. Les Philoſo
tiere la rend noire comme phes diſent que leur ma
1 de la poix fondue. Voyez tiere , ou le mercure philo
! les Fables Egypt. & Grecq . fophal, eſt une choſe qui a
liv . 3. chap . 14. &. 3: trois angles en fa fubftanice ,
1 ANDURAC . Orpiment quatre en la vertu , deux en
rouge. la matiere , & une en la raia
ANERIC . Soufre. cine. Ces trois angles ſont
ANERIT. Soufre vif. le ſel , ſoufre & mercure ;
ANFAKA . Preſure , ma- les quatre ſont les élémens ;
tiere fixe des Sages. les deux , le fixe & le vola
ANFICARTO - ES- til ; & une , c'eſt la matiere
PRIT. Eſprit de fel. éloignée , ou le chaos d'où
ANFIR -FILS. Mercure tout a été fait.
philoſophique. ANIADA . Terme de
ANFUKA . Matiere coa. Philofophie Spagyrique , qui
gulée. En termes de ſcience veut dire les forces & les

|
34 AN AN
vertus des aſtres, dont, di- tion ; & qu'elle a une ame
ſent- ils , nous recevons les de couleur ſanguine , à ſça
influences céleſtes par l'ima- voir l'eſprit inviſible de vi
gination & la fantaiſie. Dans triol . Joan. de Rupe Sciſa .
le ſens moral , ce ſont les ANIMATION , en
graces que nous recevons termes de ſcience Herméti
par les Sacremens.Rulland. tique. Donner au mercure
ANIADIN ſignifie lon- un eſprit métallique, qui le
gue vie , ſelon les Philofo- vivifie , pour ainſi dire, &
phes Chymiques. Planif- le rend propre à produire
сатрі. le ſoufre philofophique. Le
ÁNIADUM , ſelon le Philalethe & Bernard Tré
ſens moral des Philoſophes viſan ont beaucoup parlé de
Hermétiques , veut dire les cette animation . Le Trévi .
graces que le Saint - Eſprit fan l'appelle alors, Mercure
infuſe en nous . Ou , ſelon double. Quelques Chymiſ
Ruland , c'eſt l'homme nê- tes ont entendu les paroles
me ſpirituel , régéneré en du Philalethe , comme s'il
nous , après qu'on a dé- parloit du mercure vulgaire,
pouillé l'homme terreſtre ou mêlé avec l'or auſſi vulgai
le vieil Adam. re ; mais il faut l'expliquer
ANIMAL . Les Philofo- du mercure & de l'or vif des
phes Herinétiques ont don- Philoſophes.
né ce nom à leur matiere , ANİMER . Donner au
après qu'elle a paſſé par la mercure philoſophique une
putréfaction . Son nom na ame métallique. Voyez ANI
turel eſt Animal ; & quand MATION .
elle a ce nom , elle ſent bon , ANNEAU du Souverain
& il ne demeure ni obſcu- Lien. Termes de Philoſo
rité , ni mauvaiſe odeur en phie Chymique , qui figni
elle. Morien . fient les différentes liaiſons
ANIMAL eſt auſſi un des des quatre élémens qui ſem
noms que les Phi'oſophes blent faire une chaîne dont
Hermétiques ont donné à la le mercure philofophal eft
matiere préparée de la pier- le produit , & comme l'an
re. Prenez, avec la bené neau qui les unit.
diction de Jeſus- Chriſt, l'a ANNEAU d'Or couvert
nimal avec tout fon ſang. d'argent . C'eſt la pierre au
On l'appelle Animal, parce blanc, qui dans ſon extérieur
qu'elle croît dans la ſublima- eft blanche , & cache l'or ,
Α Ν Α Ν 35
am la rougeur dans ſon inté- ordre , & même de l'année
ieur. Quelques - uns l'ont philoſophique. C'eſt dans le
V! dit du nitre. même ſens qu'il faut expli
ANNÉ E. Les Philo- quer Pline , lorſqu'il dit , que
lla
fophes ont un calcul diffé- l'année philoſophique eſt le
beti rent du calendrier vulgaire, mois commun, il falloit ajou
quand il s'agit de com ter ter philoſophique. D'autres
aik leurs années, leurs mois, diſent que l'année philoſo
,& leurs ſemaines & leurs jours. phique eſt de ſept ans & 2
WIR lis comparentle tems qu'il neufmois. Au bout des trois
LA faut pour parfaire l'oeuvre , premieres années le mercure
TE à l'année commune, parce ou vinaigre philoſophique
éd qu'ils partagent leurs opéra- devient médecine ; après
Tenz tions en quatre tems , com cinq ans , le mercure ne l'eſt
me l'année commune en plus, c'eſt la terre feuillée ;
mit quatre faiſons. Ils ont adop- & ſept ans expirés parfont
ole té les mêmes dénomina- le magiftere & la médecine
tions , & on les trouvera univerſelle , auquel tems il
expliquées dans leurs arti- faut encore ajouter neufmois
cles. pour l'élexir 'ou poudre de
Philalethe dit que les Sa- projecti
que
ges réduiſent les années en On peut dire en général,
mois, les mois en ſemaines , que l'année des Philoſophes
& les ſemaines en jours ; n'eſt pas déterminée par le
mais cette réduction n'eſt nombre des jours . Si l'agent
pas encore une régle géné- ou le feu philoſophique eft
N
rale , ſuivant laquelle on bien adminiſtré ſuivant les
doit s'imaginer que les Phi- régles de l'art, l'ouvre ſera
loſophes travaillent ; puiſ- plutôt finie. Mais quelque
que l’Adepte ,qui fit la pro- nombre de jours que l'on
jection devant Helvetius le employe , l'année Hermé
pere , lui dit que l'æuvre tique fera toujours complet
CE pouvoit ſe faire en quatre te ; parce qu'elle aura eu ſes
jours. On peut conſulter là- quatre ſaiſons. L'hiver qui
deſlus le Vitulus Aureus du eſt le commencement de
même Helvetius. l'euvre , dure juſqu'après
Philalethe fait même re- la putréfaction : le printems
CIN
marquer qu'il faut entendre commence lorſque la ma
cette réduction de l'année , tiere ſortant de la purréfac
de la médecine du troiſiéme tion fe volatiliſe , & paſſe de
1
Cij
36 AN Α Ν
la couleur noire à la blan ANODÉ. Urine.
che ; l'été dure depuis que la ANONTAGE. Pierre
couleur blanche le change philofophale .
en couleur orangée juſqu'au ANOXADIC. Sel ar
rouge de rubis. Alors c'eſt moniac.
l'automne , tems où l'Artiſte AN -PERE , ou PERE
recueille les fruits de fes tra- DE L'ANNÉE . C'eſt le
vaux . foufre des Philoſophes , ou
Ainſi quand les Philofo- leur Soleil, ainſi nommé de
phes diſent qu'il faut trois ce qu'il dirige le cours de
ans pour parfaire l'ouvre , l'année Hermétique dans la
ils ont raiſon dans leur ſens; ſeconde opération & les ſui
mais il ne faut pas l'entendre vantes .
de trois années vulgaires : ANTARIC ANTA
c'eſt des trois opérations re- RIS , ANTARIT , ſonttrois
quiſes : la premiere , pour termes qui ne ſignifient que
faire leur ſoufre ou miniere la même choſe c; 'eſt à - dire
du feu ; la ſeconde, pour la le mercure des Sages.
pierre ou l'élixir ; la troiſié ANTHOS. Fleur de
me , pour la multiplication : Romarin. Roſmarinus. Pa
& comme on peut répéter racelfe a tran {porté cette fi
la multiplication juſqu'à ſept gnification aux métaux , &
fois , quelques-uns ont dit s'eſt ſervi de ce terme pour
qu'il falloit neufans , d'au- fignifier leur quinteſſence
tres douze. Ce qui ne doit ou l'élixir aurifique . Voyez
s'entendre que de la réité- fes Archidoxes , & ſon traité
ration de chaque opération ; de Natura rerum .
puiſque Morien nous aſſure ANTHÉE , fils de Nep
que la ſeconde eſt une ré- tune & de la Terre , géant
pétition de la premiere. Phi- d'une prodigieuſe grandeur.
lalethe a nommé les trois Il faiſoit ſon ſéjour dans les
premieres opérations , les deſerts de la Lybie , où il
médecines du premier, du obligeoit les paſſans de lut
ſecond & du troiſiéme ordre ter contre lui, & les étouf
de Géber. Voyez TEMS. foit. Hercule le combattit,
ANNORA. Terme de & vint à bout de l'étouffer
Chymie , qui ſignifie en gé- entre ſes bras , après l'avoir
néral de la chaux vive ; mais ſouleyé & lui avoir faitper
plus particulierement de la dre terre . Voyez ce que l'on
chaux de coquilles d'oufs. doit entendre Hermétique
7 AN AN 37
ment , liv . 5. chap.. 15.des tes les propriérésde la pierre
Fables Egypt. & Grecques Philofophale , tant pour la
dévoilées. guériſon des maladies du
ANTICAR. Borax. corps humain , que pour
ANTIMOINE . Nom la tranſmutation métallique.
que les Philoſophesontdon- Voyez ſon Triomphe de
né à la matiere ſulfureuſe l'Antimoine.
mercurielle qui fait partie du ANTIMUM. Miel du
compoſé philoſophique. printems.
Tout le ſecret donc de ce ANTIOPE. Fille de
vinaigre antimonial , con- Nyctée , & femme de Ly
ſiſte en ce que par ſon moyen cus , qui'la répudia. & la
nous ſçachions tirer du corps challa pour épouſer Dircé,
de la magnéſie l'argent vif parce qu'il apprit que Jupi
qui ne brûle point. C'eſt-là ter , métamorphoſé en San
l'antimoine & le ſublimé tyre , avoit jour d'Antiope.
mercuriel. Artephius. Amphion & Lithus nâqui
Les Chymiſtes ſe trom- rent de ce commerce . Lorf
pent quand ils prennent l'an- qu'ils furent devenus grands,
iimoine vulgaire pour la ma- ils vengerent leur mere en
tiere des Sages. La choſe à faiſant périr Lycus & Dirce.
laquelle les Philoſophes don. Voyez les Fables Egypt. &
nent le nom d'antimoine eſt Grecques , liv , 3. chap . 14 .
leur eau permanente , leyr § . 6 ..
eau céleſte , en un mot , leur ANTIQPE , que quelques
mercure ; parce que celui-ci uns nomment Hippolite
nétoye, purifie & lave l'or une des Amazonnes que
.philoſophique, comme l'an- combattit Théſée . Voyez
timoine commun purifie l'or les Fables Egypt . & Grecq.
vulgaire. dévoilées , liv. s . ch . 13. &
Bafile Valentin dit, que 226. & liv . 6.ch. 3.
l'antimoine préparé ſpagy ANUBIS , Dieu ,des
riquement , eſt un antidote Egyptiens, étoit le ſymbole
contre tous les venins. Il de Mercure. On l'adoroit
l'appelle le grand Arcane , ſous la figure d'un homme
la Pierre de teu ; & avance ayant une tête de chien , &
qu'il a tant de vertus qu'au- un caducée à la main droite.
cun homme n'eſt capable de Voyez ce qu'on entendoit
les découvrir toutes : & que par Anubis , Fables Egypt.
peu s'en faut qu'il n'ait tou- & Grecq. dév. liv. 1. ch . 8 .
ciij
38 AN AP AP
ANUCAR . Borax. chant, que les Prêtres nours
APHEBRIOCK . Soufre riſſoient dans le temple de
philoſophique. Vulcain , auquel ils le ſacri
APHIDEGI . Céruſe . fioient au bout de quelques
APHRODISIE. Les années , en le noyant, & lui
Adeptes donnent quelque- donnoient enſuite le nom de
fois ce nom à leur matiere , Serapis. Ils faiſoient après
au tems où la pierre eſt par- un grand deuil de la mort
venue à être ce qu'ils appel- juſqu'à ce qu'ils en avoient
lent Vénus ; & diſent qu'elle trouvé un ſemblablepour lui
a pour lors atteint l'âge de être ſubſtitué. Ce boeuf, fe
Vénus, c'eſt- à-dire , la cou- lon l'explication des Philo
leur orangée. ſophes Spagyriques, porte
APHRODITE. Voyez par ſa couleur noire & blan
Vénus . che , le vrai caractere de la
APHRONITUM . Ecu- matiere de leur ceuvre , & le
me de nitre. Il y a beaucoup fymbole d'Ofiris & d'Iſis.
de relation & de rapport en- Ce queles Grecs ont enſuite
tre l'écume du nitre & le ni- imité par la fable du Mino
tre même , comme le ſel avec taure , lesboufs de Geryon ,
fon écume . L'écume du nitre les bæufs de Jaſon & les au
eſt la même choſe que la tres. Voyez les Fab . Egypt.
fleur des pierres & des mu- & Grecq. devoilées , liv. I.
railles ; c'eft une matiere lé- fection 3. chap. 1 .
gere , friable , âcre . Il faut APOLLON , fils de Ju
choiſir celle qui tire ſur la piter & deLatone ; ſelon
couleur de pourpre. L'écu- Hérodote , fils de Dionyſius
me du nitre varie ſelon les & d'Iſis. Mais il importe
matieres & les lieux où elle peu de qui Apollon ſoit né ,
croît. L'aphronitum differe s'il faut rapporter cette fa
de la fleur des pierres d'Aſie ble comme une allégorie du
en ce qu'il n'eft point brûlé ; grand cuvre , ſuivant le ſen
s'il étoit réſout au feu , il au- timent des Philoſophes Her
roit les mêmes propriétés & métiques. Car , ſelon eux ,
les mêmes vertus. Rul. il faut entendre la même
APIS , chez les anciens choſe par Oſiris & par Ju
Egyptiens , étoit un bæuf piter , par Latone , lis & Ju
‘noir par-tout le corps , ex- non. Cependant il ſemble
cepté une tache blanche en qu'il convient mieux de dire
forme de croiſſant ou appro. que Latone fut la nourrice
AP AO 39
& ſa mere en même- tems. par l'appoſition du mercure
On prend communément citrin pour paſſer de la cou
Apollon pour le foleil qui leur blanche à la rouge , cette
nous éclaire, & les Chymif. façon de parler ne doit pas
tes pour leur ſoleil ou partie s'entendre d'une addition de
agente de leur æuvre , com- mercure à la matiere qui eſt
me ils prennent leur lune dans le vaſe , puiſqu'ils ont
pour la femelle ou la partie foin d'avertir qu'elle a en
patiente. C'eſt pourquoi ils elle tout ce qui lui eſt né
expliquent & appliquent aux ceſſaire pour fa perfection .
opérations de leur Art toutes ces termes fignifient ſeule
les choſes que la Fable nous ment qu'il faut continuer la
a appris d'Apollon , & de ſes cuiffon, pour que la couleur
fils Orphée , Hymenée & citrine fuccéde à la blanche ,
Jaleme qu'il eutde Calliope, puis l'orangée , & enfin la
Delphus qu'il eut d'Acachal rouge , au moyen de la di
lide, Coronus de Chriforte , geſtion du mercure des Phi
Linus de Terpſichore , Ef- lofophes. Voyez AJOUTER.
culape de Coronis. Voyez AQUALA. Arlenic phi
les Fables Egypt. & Grecq. loſophique.
dévoilées, liv . 3. chap . 12 . AQUAOLVES. Vinai
Apollon eft regardé com- gre diſtillé. Les Chymiftes
me le maître des Muſes, l'in- employent quelquefois ce
venteur de la Médecine , terme pour ſignifier l'eau
comme Devin , Oracle & forte . Johnſon.
Poëte , & commeGuerrier AQUASTRE. Nom que
armé d'arc & de fléches , Paracelſe a donné à ce que
puiſque c'eſt lui qui tua le nous appellons eſprit , tant
ſerpent Typhon , dit Python celui que nous entendon's
par anagramme . par ame , que l'eſprit pure
APOS PERMÁTIS- ment animal. It l'appelle
MUM DRACONIS . Mera ainſi, parce qu'il eſt dit dans
cure de Saturne. l'Ecriture , que l'eſprit de
APPAREILLER . Apc Dieu étoit porté ſur les
prêter, diſpoſer , mettre une eaux .
choſe avec une autre. Voyez AQUILENA. C'eſt un
l'article ſuivant. nom que Paracelſe adonné
APPOSITION . Lorſque à la plante connue ſous ce
les Chymiſtes Hermétiques lui de conſoude -royale , ou
diſent qu'il faut commencer 'pied - d’alouette.
Civ
40 - AR AR
ARACA B. Aigle des l'autre lunaire , c'eſt-à-dire ,
Philoſophes. dont l'un produiſoit de l'or ,
ARÁCEUM . Lut pour & l'autre de l'argent.
ſceller les vaſes. Planis C. ARBRE D'ARGENT. Ma
ARANÇON . Laton , ou giſtere au blanc , ou la ma
matiere de l'æuvre en pu- riere après la putréfaction.
tréfaction . ARBRE D'OR OU SOLAI
ARAXOS. Suie. RE. C'eſt la pierre au rouge .
ARBRES. Arbores. Pa ARBRE DE MER. C'eſt
racelfe a donné ce nom aux le corail, & les madrepores.
tumeurs & aux marques qui ARBRE DE VIE . Nom
terniſſent & défigurent la que les Philoſophes Hermé
couleur vive & naturelle de tiques ont donné quelque
la peau ; & il ne les appelle quefois à leur mercure ; mais
ainſi que dans leur commen- plus communément à leur
cement , & avant qu'elles élixir , parce qu'il eſt alors
ſoient tournées en ulceres. la médecine des trois regnes ,
ARBRE eſt auſſi le nom ou leur panacée univerſel
que les Philofophes ont don - le ; qu'il reſſuſcite les morts ,
né à la matiere de la pierre c'eſt -à - dire les métaux im
philofophale , parce qu'elle parfaits , qu'il éleve à la per
eſt végétative. Le grand ar- fection de l'argent , s'il eſt
bre des Philofophes , c'eſt au blanc , & à celle de l'or ,
Jeur mercure , leur teinture, s'il eſt au rouge. Ils l'ont
leur principe , & leur raci- auſſi appellé Bois de vie.
ne ; quelquefois c'eſt l'ou ARCALTES . Paracelſe
yrage de la pierre. Un Au- nomme ainſi le fondement
teur anonyme a fait à ce de la terre , ou la colomne
ſujet un traité intitulé : de par laquelle il fuppoſe allé
l'Arbre ſolaire , de Arbore goriquement qu'elle eſt ſou ,
folari. On le trouve dans le tenue. Il la nomme auſſi Ara
69 tome du Théatre: Chy , chaltes , & Rulandus Ar
mique. Le Coſmopolite , chates.
dans ſon Enigme adreſſée ARCANE . ( Médecine .)
aux Enfans de la vérité , fup . Paracelſe dit qu'on entend
poſe quilfut tranſportédans par ce terme uneſubſtance
une Inle ornée detout ce que incorporelle , immortelle
la nature peut produire de fort au -deſſus des connoif
plus précieux, entr'autresde fances des hommes , & de
deux arbres , l'un ſolaire & leur intelligence. Mais il
AR AR
n'entend cette incorporéité nouvelle , en conſumant tou
que relativement , & pár tes leurs impuretés , en y in
.comparaiſon avec nos corps; troduiſant de nouvelles for
& il ajoute que les arcanes ces , & un baume plein de
ſont d'une excellence fort vigueur, qui fortifie la nature
au - deſſus de la matiere dont humaine.
nos corps ſont compoſés ; Le mercure de vie fait à
qu'ils différent comme le peu près le même effet, en
blanc du noir ; & que la pro- renouvellant la nature il fait
priété eſſentielle de ces ar- tomber les cheveux , les on
canes eſt de changer , alté- gles, la peau , & en fait ré
rer , reſtaurer & conſerver venir d'autres à la place.
nos corps. L'arcane eſt pro La teinture montre ſes ef
prement la ſubſtance qui fets à la maniere de Rebis ,
renferme toute la vertu des qui tranſmue l'argent & leś
corps , dont elle eſt tirée . Le autres métaux en or. Elle
même Paracelfe diſtingue agit de même ſur le corps
deux ſortes d'arcanes , l'un humain ; elle le teint , le
qu'il appelle perpétuel , le purge de tout ce qui peut le
ſecond pour la perpétuité. Il corrompre, & lui donne une
ſubdiviſe enſuite ces deux pureté & une excellence au
en quatre , qui ſont, la pre- deſſus de tout ce qu'on peut
miere matiere , le mercure imaginer. Elle fortifie les cr
de vie , la pierre des Philo- ganes , & augmente telle
ſophes , & la teinture. ment le principe de vie ,
Les propriétés du pre- qu'elle en prolonge la durée
mier arcane ou de la pre- fort au -delà des bornes or
miere matiere , font de ra- dinaires. Idem . .
jeunir l'homme qui en fait ARCANE ſe prend auſſi
uſage , & de lui donner une pour toutes ſortes de tein
nouvelle vie , comme celle tures tant métalliques , que
quiarrive aux végétaux, qui végétales ou animales . Pa
le dépouillent de leurs feuil- racelſe l'a employé pluſieurs
les tous les ans ,& ſe renou. fois dans ce ſens- là.
vellent l'année d'après. ARCANE , en termes de
La pierre des Philoſophes ſcience Hermétique , doit
agit ſur nos corps comme le s'entendre de l'eau mercu
feu ſur la peau de la ſala- rielle épaiſſie , ou mercure
mandre ; elle en nétoye les animé par la réunion du fou
taches , les purifie & les re- fre philoſophique.
42 AR AR
ARCHÉE DE LA ARÈS , en termes de
NATURE. Les Phyſiciens fcience Hermétique , ſignifie
& particulierement les Phi- le difpenfateur de la Nature,
loſophes Spagyriques appel- caché dans les trois princi
lent ainſi l'agent univerſel, pes , foufre , ſel & mercure ,
& particulier à chaque in- dont ils diſent que tout eſt
dividu ; ce qui met toute la compoſé dans le monde. Ils
Nature en mouvement , diſ- ajoutent que ce diſpenſateur
poſe les germes & les ſe- donne la forme aux indivi
mences de tous les êtres dus , & en diverſifie les ef
ſublunaires à produire & à peces , de maniere que l'un
multiplier leurs eſpeces. ne prenne point la matiere
AŘCHEMORE , fils de ſpécifique de l'autre . Arès
Lycurgue , fut nourri par n'eſt point cependant l'Ar
Hypſiphile , & mourut tout chée de la Nature ou lliafter ,
jeune de la morſure d'un fer- dont voyez l'article ; mais
pent. On inſtitua en ſon après que celui-ci a tout dif
honneur les jeux Néméens . poſé pour les genres , Arès
Voyez les Fables Egypt. & fuccéde & arrange les for
Grecques dévoilées , liv. 4. mes & les eſpeces des in
chap. 8. dividus .
ARCHILAT . ' C'eſt la ARÉTON . Laiton des
peſanteur ou le poids de Philofophes.
trois grains. ARETHUSE , fille de
ARCOS. Æs -uſtum , Nérée & de Doris , com
cuivre brûlé. pagne de Diane , fut chan
ARÉCIE . INe où aboró gée en une fontaine du mê
derent les Argonautes dans me nom . Voyez les Fables
leur voyage de la Colchide , Egypt. & Grecq. dévoilées ,
pour la conquête de la toi- liv . 4. chap. 3 .
ſon d'or. Voyez les Fables ARFARD , Arenic phi
Egypt. & Grecq. dévoilées, loſophique.
liv . 2. chap . I. ARFIORA , Cérufe . En
AREMAROS. o's. Cin- termes de fcience Herméti
nabre. que , c'eſt le Saturne des Sa
ARENA . Matiere de la ges, ou la matiere parvenue
pierre diſfoute & en putrés au blanc après avoir paſſé
faction . par la putréfaction. C'eſt ce
ARENAMEN , ARE que les Adeptes appellent
NARMEI . Bol Armene ou auſſi leur Diane nue , leur
d'Armenie , Lune , &c.
AR AR 43
ARGENT. Lorſque les mence des métaux , au lieu
Philoſophes diſent , notre que le vulgaire eſt un mé
Argent ou notre Lune , ce tal déja fait. Ils lui ont donné
n'eſt pas de l'argent vulgai- le nom d'argent-vif , parce
re , dont on fait les uſtenfi- qu'il eſt volatil , blanc ,clair,
les , les meubles & la mon- froid , humide , coulant , &
noye , qu'ils parlent, c'eſt de fuſceptible de coagulation
leur matiere quand elle eſt comme le vulgaire, dont il
parvenue au blanc parfait eſt la ſemence. Voyez MER
par le moyen de la cuiſſon. CURE PHILOSOPHIQUE.
Ce terme s'entend auſſi de ARGENT-VIF . Ce terme
leur eau mercurielle , qu'ils ſignifie quelquefois non le
appellent auſſi Femelle , Be- mercure des Sages , mais
ja , Sperme, & c . Quelques- leur magiſtere au blanc , qui
uns le nomment Or blanc, en eſt compoſé. Les Philo- .
Or crud. ſophes lui ont donné ce nom
ARGENT COMMUNI- par équivoque, pour le dif
CANT . Les Philoſophes ont tinguer de l'argent commun
donné ce nom au fel qui & vulgaire , qu'ils appellent
entre dans la compoſition Argent-mort.
de la pierre philofophale. ARGENT - VIF EXALTÉ.
Jean de Roquetaillade. Lune des Philoſophes , ainti
ARGENT DE MERCURE . nommée de ce que ce mer
Elixir au blanc, ainſi nommé cure eſt purifié & pouſſéà
de ce qu'il eſt compoſé du un degré de perfection qu'il
mercure philoſophique. n'avoit pas avant d'être par
ARGENT DU PEUPLE. venu au blanc .
Quelques Chymiſtes ont ARGENT - VIF ANIMÉ.
donné ce nom au ſel. Johns. Mercure des Sages après ſon
ARGENT-Vif des Phi- union avec la pierre ignée ,
loſophes. Il faut faire atten- le ſoufre philoſophique.
tion qu'argent - vif & vif ARGENT -VIF COAGU
argene n'eſt pas la même LÉ OU PURIFIÉ . C'eſt le
choſe. Le vif - argent eſt le magiſtere au blanc .
mercure vulgaire , & l'ar ÅRGO . Nom que la
gent-vif eſt celui des Phi- Fable a donné à la navire .
loſophes Hermétiques. Ils que montoit Jafon, quand
s'expriment ainſi pour mar- il futà la conquête de la toi
quer l'action & la vie de fon d'or avec Hercule , Hy
leur mercure , qui eſt la ſe- las , Orphée , Etalide , Am
44 AR AR
phion, Augias ,Calars , Caf- vellus ou Toiſon d'or, pour
tor, Pollux , Céphée , Iphi-, expliquer chymiquement
cle, Elon , Lyncée ,Mopſe , cette expédition. Il eſt peu
Méléagre, Pélée, Télamon , d'Auteurs Alchymiques qui
Zetis & pluſieurs autres . n'en ayent parlé. Et à direla
Les Alchymiſtes expli- vérité, l'étimologie du nom
quent cette expédition com- de Jaſon , qui veut dire art
me une allégorie de la pierre de guérir, ſuffiroit ſeule pour
Philofophale , & particulie- rendre vraiſemblable l'expli
rement parce que la navire cation des Philoſophes Her
étoit fabriquée des chênes métiques . Voyez les Fables
parlans de Dodone . V. JA- Egyptiennes & Grecques ,
son , ARGONAUTES , & le liv . 2, chap. 1 .
traité des Fables Egypt. & ARGUS (Yeux d '). Les
Grecques dévoilées , liv. 2. Chymiſtes Hermétiques ont
chap . I. dit que les yeux d' Argus fu
ARGONAUTES. Hé- rent tranſportés ſur lesplu
ros qui, ſelon la Fable , ac- mes , de la queue du Pan ,
compagnerent Jaſon pour pour ſignifier les différentes
faire la conquête de la toi- couleurs qui ſurviennent à
ſon d'or. Quelqu'explication la matiere de la pierre,pen
morale ou phyſique qu'on dant la coction.
ait voulu donner à cette Fa ARIADNE , fille de Mi
ble , on n'a pû réuſſir à en nos & de Paſiphaé , favoriſa
faire d'application plus jufte Théſée dans ſon entrepriſe
qu'én la regardant ,avec les contre le Minotaure , & lui
Alchymiſtes , comme une donna un peloton de fil ,au
allégorie du grand ceuvre de moyen duquel il fortit du
la médecine univerſelle , ou labyrinthe après qu'il eut
pierre philofophale. Tous les vaincu ce monſtre . Théſée
Chefs de cette expédition l'enleva & l'épouſa. Arrivés
ont vécu , ſelon la Fable , dans l'iſle de Naxo , Théſée
dans des tems ſi éloignés les y laiſſa Ariadne , que Bac
ansdes autres , qu'iln'eft pas chus épouſa dans la fuite.
poſſible de donner la moin- Voyez les Fables Egypt. &
dre vraiſemblance à leur réu- Grecques dévoilées , liv . 3 .
nion . Aloyfius. ch. I. & liv.. ch. 14.8 1.
Martianus , outre pluſieurs ARIES ou BELIER .
autres, a fait un volume en- Ces termes ſont myſtérieux
tier ſous le titre de Aureum dans les écrits des Philofo
AR AR 45
phes Chymiques ; ils diſent ſublimé. On dit auſſi Arca
que leur matiere ſe'tire du nec , & Artanech. Johnſon .
ventre d'Aries. Quelques- . ARSENIC , en termes
uns , prenant ces termes à la de Chymie Hermétique, ſe
lettre,ont cru que cette ma- prend tantôt pour le mer
tiere étoit de la fiente de cure des Sages , tantôtpour
Belier ;mais les Philoſophes la matiere dont il ſe tire , &
parlent du Belier ſigne du tantôt pour la matiere en pu
Zodiaque , & non du Belier tréfaction . Quelques - uns
animal. ayant trouvé dans les vers
ARIDURA ou SECHE- d'une des Sybilles , que le
RESSE , eſt un des noms nom de la matiere d'où ſe
que Paracelſe a donné à la tire le mercure philofophal,
maladie que nous appellons , étoit compoſé de neuf leta
Phryſie , & les Anglois Con- tres , dont quatreſont voyel
ſomption. les , les autres conſonnes 2
ARLES CRUDUM . Pe. qu'une des fillabes eft com
tites goutes d'eau qui tom- poſée de trois lettres , les
bent au mois de Juin , en autres de deux ont cru
forme de roſée , ſemblable avoir trouvé cette matiere
à celle du mois de Mai, Rul. dans Arjenicum d'autant
D'autres, ſelon le même Au. plus que les Philofophes di
teur , les appellent Hydatis, ſent que leur matiere eſt un
Stalagnei ,Stagen , Straax . poiſon des plus dangereux ;
AROP. V. ADROP . mais la matiere de la pierre
AROPH . Mandragore, eſt celle- là même dont l'ar.
Paracelſe dit que l'aroph ſenic & les autres mixtes ont
guérit la pierre des reins & été formés , & le mercure
la gravelle. des Sages ne ſe tire pas de
ARROSER . Cuire , di- l'arſenic ; puiſque l'arſenic
gérer la matiere philofophi- ſe vend chez lesApoticaires
que. Ce terme ne doit s'ap- & les Droguiſtes , & la mi
pliquer qu'au tems où la ma- niere du mercure ſe trouve
tiere fe fublime en vapeurs par -tout, dans les bois , fuc
& retombe ſur la matiere en les montagnes , ſur les yal
forme de goutes de pluie & lées, ſur l'eau , ſur terre , &
de roſée , c'eſt -à - dire , après par - tout pays.
la putrefaction. Philalethe & pluſieurs au
ARSAG . Arſenic . tres Philoſophes ont auſli
ARSANECK . Arſenic donné le nom d'arſenic à .
46 AR ARAS
leur matiere en putréfac- Pythagore conſentità ſouf
tion , parce qu'alors elle eſt frir la circonciſion pour y
un poiſon très- ſubtil & très- être initié. S. Clement Alex .
violent. Quelquefois ils en- l. 1. Strom .
tendent par arſenic leur prin ARUERIS . Dieu d’E
cipe volatil , qui fait l'office gypte . Sa mere vint au mon
de femelle. C'eſt leur Mer- de enceinte de lui. Voyez
cure , leur Lune , leur Vé- les Fables Egypt. & Grecq .
nus , leur Saturnie végétale , dévoilées, liv. i.
leur Lion vert , &c . Če nom ARUNCULA GRAN
d'arſenic lui vient de ce qu'il DE . C'eſt la matiere de la
blanchit leuror, comme l'ar- pierre des Sages.
ſenic vulgaire blanchit le ASABON . Savon . En
cuivre . fait de ſcience Hermétique ,
ART SACERDOTAL c'eſt l'azoth des Philoſophes
étoit , chez les Egyptiens, avec lequel ils blanchiſſent
celui que nous appellons leur laiton .
actuellement la Philoſophie ASABUM . Etain , Ju
Hermétique. Voyez l'Intro. piter des Sages.
duction du liv. 1. des Hiéro ASAGEN . Sang de
glyphes Egyptiens. Alkan- dragon.
di cité parKirker. ASAGI. Vitriol, ou at
Cet art conſiſtoit dans la trament rouge .
connoiſſance parfaite des ASAMAŘ . Vert-de-gris,
procédés de la Nature dans ASMON. Sel armoniac.
la production des mixtes , & Voyez ALMISADIR.
ne s'enſeignoit que par des ASCALAPHE , fils du
hiéroglyphes & des termes fleuve Acheron & d’Orphné
myſtérieux, dont on ne don- Nymphe des Enfers , fut
noit la véritable explication changé en hibou , pouravoir
qu'à ceux qu'une épreuve accuſé Proſerpine d'avoir
très-longue faiſoit juger di- mangé trois grains de gre
gnes d'être initiés dans un fi nade. Homere dit Afcala
grand myftere. Les Prêtres phe fils de Mars & d'Aſtio
étoient obligés de garder le ché . Voyez l'explication de
ſecret ſous peine de mort à cette fiction dans le liv. 4.
ceux qui le violeroient. Il ne chap. 3. des Fables Egypt.
fe communiquoit que dans & Grecques dévoilées.
le Sanctuaire . Saint Juftin , ASCLEPIOS . V. Es
quæft. ad Ortod , CULAPE .
AS AS 47
ASDENEGI. Pierre qu'il en a l'odeur , lorſqu'il
Ematite . eſt nouvellement extrait de
ASEB ou ASEP. Alun. ſa miniere . Cette odeur , dic
ASED. Lion des Philo- Raymond Lulle , eſt des plus
Sophes. fortes ; mais par la circula
ASENEC . Soleil ou or tion elle ſe change en une
des Sages. quinteſſence d'une odeur la
ASFOR . Alun. plus ſuave , & devient une
ASINAT. Nom Arabe médecine contre la lépre &
donné à l'antimoine. Bafile ; les autres maladies.
Valentin , dans ſon Char ASSAGEAI . Sang de
Eriomphal de ce minéral. dragon. Planifcampi.
ASINGAR . Vert-de-gris . ASSATION. Action de
ASMAGA. Alliage des digérer, cuire , ſublimer ,vo
métaux , latiliſer , fixer la matiere de
ASMARCECH . Li- l'auvre .
tharge. ASTIOCHÉ . Mere
ASMUM . Poids pour pe- d'Alçalaphe & d'Ialmenus,
fer ; tels font, la livre , l'on- qu'elle mit au monde dans
ce , le gros , & c. la maiſon d'Actor . Voyez
ASOPE , fils de l'Océan les Fables Egypt. & Grecq.
& de Thetis, fut pere d'E- liv.4. chap. 3. Aftioché fut
gine , enlevée par Jupiter auſſi mere de Tlepoleme ,
transformé en feu. Alope qu'elle avoit eu d'Hercule.
pourſuivant Jupiter , fut mé ASTRE , en termes de
tamorphoſé en fleuve par . Chymie , eſt la ſubſtance
ce Dieu . Voyez les Fables ignée , fixe , principe de la
Egypt. & Grecq. dévoilées, multiplication, extenſion &
liv . 3. ch. 14. §. 6 . génération de tout. Cette
ASO PEŘ. Quelques ſubſtance tend toujours d'el
Chymiſtes ont ainſi appellé le -même à la génération ;
la luye. mais elle n'agit qu'autant
ASRO B. Matiere des qu'elle eſt excitée par la cha
Philoſophes en putréfaction , leur céleſte , qui ſe trouve
leur Tête de Corbeau , leur par -tout.
Saturne. ASTRUM. Terme dont
ASSA -FETIDA. Les les Philoſophes chymiques
Philoſophes Hermétiques ſe ſervent pour ſignifier une
ont donné ce nom à leur plus grande vertu , puiſſan
mercure , dit Riplée , parce ce , propriété, acquiſe par la
48 AS AT AT
préparation qu'on a donné à muſoit à les ramaſſer l'une
une choſe . Comme aftrum après l'autre , Hyppomenes
du foufre, ou aftrum ſulphu- avançoit toujours chemin ,
ris, ſignifie le ſoufre réduit & trouva par ce moyen ce
en huile ,dontles vertus ſur- lui de l'atteindre. Etant un
paſſent de beaucoup celles jour laſſe de la chaſſe , elle
du ſoufre en nature. Aſtrum donna un coup de poin
falis ou du ſel , c'eſt le ſel con dans un rocher , placé
réduit en eau ou en huile .. auprès d'un temple d'Eſcu
Aſtrum mercurii ou du mer, lape , & en fit ſortir une fon
cure , c'eſt du miercure ſu- taine , de l'eau de laquelle
blimé . On donne ce nom elle ſe délaltera .
aux alcools , aux quinteſſen Atalante , diſent les Phi
ces des choſes. loſophes Spagyriques, n'eſt
A SU B. Terme Arabe autre que la matiere volatile
que les Latins expriment par du grand cuvre qui ne peut
Alumen , & les François par être arrêtée que par la ma
Alun. tiere fixe fignifiée par les
ASUBEDEGI. Johnſon pommes d'or , puiſqu'il n'y
explique ce terme de Para- a rien de plus fixe que la ma
celle par Caillou taillé pour tiere radicale de l'or. Quand
couper les autres pierres , on dit qu'elle fit ſortir une
comme le diamant pour cou- fontaine du rocher , c'eſt que
per le verre . la pierre philofophale donne
ASUGAR . Vert-de-gris. de l'eau , dont on fait de la
ATAC . Nitre , ou fal- terre , puis encore de l'eau ,
pêtre philoſophique. & c . On ajoute qu' Atalante
ATALANTE , fille de coucha dans le temple de fa
Schænée , avoit une agilité mere avec Hyppomenes ;
fi grande à la courſe qu'on c'eſt qu'on met dans le vaſe
ne pouvoit l'égaler ; ce qui philofophique le fixe & le
engagea fon pere à ne vou- volatil, dont on fait comme
loir la donner en mariage le mariage, dont il eſt tant
qu'à celui qui l'atteindroit. parlé dans les livres des Phi
Après que pluſieurs l'eurent loſophes. Voyez les Fables
tenté inutilement, Hyppo- Egypt. & Grecq. dévoilées,
menes, par le conſeil de Vé- liv . 2. ch. 3 .
nus , prit trois pommes d'or Il y a une autre Atalante ,
qu'il jettoit après elle en la fille de Jafius,qui ſe trouva
ſuivant; pendant qu'elle s'a- à la chaſſe de Calydon ; elle
fut
A T AT 49
fut changée en lionne. L'une par un feu philoſophique
& l'autre ne font chymique. inné dans cette matiere, mais
ment que la même perfon- qui y eſt engourdi, & ne
ne , & par conſéquent la peut ſe développer que par
même choſe. l'art. Voyez FOURNEAU ,
ATEBRAS . Vaiſſeau FEU.
ſublimatoire des Chymiſtes. ATIMAD ou ALCO
Johnſon . PHIL . Antimoine. On dit
ATHAMAS , fils d'Eole , auſſi Alcimad , Alfacio .
épouſa Néphelé, de laquelle ATLAS , fils de Jupiter
il eut Phrixus & Hellen ,qui & de Clymene , ou de la
donnerent occafion à l'ex- NympheAfie ,fut averti par
pédition des Argonautes . , l'Oracle de ſe donner de
Voyez liv. 4. chap. 9. des garde d'un des fils de Jupi
Fables Egypt . & Grecques ter. Perſée en ayant été mal
dévoilées. accueilli , luipréſenta la tête
ATHANOR . En termes de Méduſe , qui le métamor.
de Chymie vulgaire , eſt un phoſa en la montagne qui
fourneau ayant la forme portele nom d'Atlas . Voyez
d'un quarré , ou d'un quarré- les Fables Egypt. & Grecq .
long , auprès duquel eſt une dévoilées, liv . 3. c.14. 9. 3 .
tour , qui communique à un ATTRAMENT. Vi.
des côtés par un tuyau . On triol .
remplit de charbons cette ATTRAMENT FUSIBLE.
tour , on l'allume , & la cha- Alcali.
leur fe communique au four ATRÉE , fils de Pelops &
neau par le tuyau. Je ne d’Hyppodamie , pere d'A
m'arrêterai pas à en faire une gamemnon & de Menelas ,
deſcription plus détaillée , fut ennemi juré de Thyeſte
parce que chaque Chymiſte fon frere, & faiſantſemblant
le fait faire à la guiſe.On lui de ſe réconcilier avec lui, il
a donné le nom d'Athanor l’invita à un repas , où illui
par fimilitude au fourneau préſenta en mêts deux de ſes
Tecret des Philoſophes , qui enfans , dont le Soleil eut
conſerve ſon feu continuel- tant d'horreur qu'il retourna
lement & au même degré. en arriere. Cette fable ne
Mais ce dernier n'eſt pas un fignifie ' autre choſe chymi
fourneau de l'eſpecede celui quement , que la réincruda
des Chymiſtes. Leur Atha- tion de l'or des Philoſophes,
nor eſt leur matiere animée qui par la diſſolution re
D
50 ' T
A
A T A V A V "A Y
tourne à ſa premiere matie- Grecques dévoilées , liv. 5.
re . Voyez le reſte de cette chap . 8 .
fable expliquée dans le li AVORA . Chaux d'œufs .
vre 3. ch . 14. § . 4. des Fa AURANCUM & AU
bles Egyptiennes & Grec- RANEUM . Paracelſe &
ques dévoilées. pluſieurs autres ont ainſi ap
ATROP . V. ADROP. pellé les coques d’æufs.
ATTINGAT ou ATIN. AURARIC . Mercure
GAR. Vert- de - gris. des Philoſophes.
ATTINGIR , Cucurbite AUTE L. Quelques
de terre . Johnſon. Adeptes ont donné ce nom
ATTREMPENCE à leur mercure , & à leurma
D'ALPHIDIUS. Terme tiere dans le vaſe pendant
de Philoſophie chymique . les opérations. Voyez-en un
C'eſt le mercure philofo- exemple, Fables Égypt. &
phal , dans lequel on diſpoſe Grecques dévoilées, liv . 3 .
par la cuiſſon l'équilibre des chap . 14. § . 3 .
quatre élémens , de maniere AUTOMNE. Tems où
qu'ils ne puiſſent plus fe fur- l'Artiſte recueille les fruits
monter , & faſſent par leur de ſes travaux. Il eſt d'une
union un mixte incorrup- complexion froide & ſéche.
tible . Souvenez - vous donc bien
ATUREB . Verre. qu'il faut diſſoudre en hiver ,
AVERICH . Soufre.. cuire au printems , coaguler
AUGIAS , fils du Soleil en été , & cueillir les fruits
& de Naupidame. Euryſtée en automne , c'eſt - à - dire ,
ordonna à Hercule de né- donner la teinture .
toyer l'étable où Augias te AUVER. Eau douce.
noit ſes bæufs , qui étoient Paracelfe, dans fun traité de
en grand nombre. Augias la Nature des choſes.
promit pour récompenſe à AYBORZAT. Galba
Hercule , de lui donner la num .
dixiéme partie de ſes bef AYCAFORT . Voyez
tiaux. Hercule accepta l'of- ALARTAR.
fre, & nétoya l’étable en y AYCOPHES & AY
faiſant paſſer le fleuve Al- CUPHER. Cuivre brûlé.
phée. Augias refuſa de tenir AYMAN ou AIMAN.
ſa promelle , & Hercule le Matiere au moyen de la
tua pour s'en venger. Voyez quelle les Philoſophes ſça
les Fables Egyptiennes & vent extraire leur eau mers
A Z A Z ST
curielle , qui ne mouille pas c'eſt le minium des Philo
les mains , des rayons du ſophes, ou la pierre parve
foleil & de la luñe . Sçachez nue au rouge.
que l'arbre ſolaire tire fon AZET . Voyez Azoth .
origine de cette eau , dit le AZIMAR , ſelon Rus
Coſmopolite , qu'elle ſeule land , veut dire du vert-de
eſt capable de le diſſou- gris ou fleur-d'airain , ou
dre , & qu'elle s'extrait des même de l'æs-uſtum ; & ſe 1
rayons du ſoleil & de la lon Planiſcampi , il ſignifie
lune par la force de notre du miniuin .
aiman , que j'ai ci - devant AZINABAN . Terme
nommé acier.Philalethe s'en dont les Philofophęs Spagy
1 eſt ſervi dans le mêine ſens. riques ont uſé pour ſignifier
Voyez Aiman . les féces , ou l'impur qu'ils
AŻAA . Matiere de la ſéparent de la matiere pure
pierre des Sages. des Sages.
AZAMO. Chaleur In AZO C. Mercure des
dienne . Termes dont fe font Philofophes. Ce n'eſt pas le
ſervis quelques Alchymiſtes mercure vulgaire crud , tiré
pour déterminer un degré du fimplement de fa mine ; mais
feu propre à l'æuvre philo- un mercure extrait des corps
ſophique. Voyez FEU DES diſſous par l'argent -vif. Ce ,
PHILOSOPHES .
qui fait un mercure bienplus
AZAPHORA . Cuivre mûr. Bern . Tréviſan , Epit.
brûlé , ou æs-uſtum . à Thomas de Boulogné.
AZARNET . V. ADAR C'eſt avec ce mercure que
NECH . les Philoſophes lavert leur
AZEC . Attrament , vi- laiton ; c'eſt luiqui purifie le
triol . corps impur avec l'aide du
AZECI. Vitriol philofo- feu ; & par le moyen de cet
phique. azoc on parfait la médecine
A ZEDEGIM . Pierre propre à guérir toutes les
Ematite . maladies des trois régnes de
AZEG. Vitriol.' la Nature . Cet azoc doit ſe
AZEGI. Attrament yi- faire de l'élixir. Ibid .
triolique. AZOCH. V. AZOTH.
AZEL. Alun. AZOG . V. AZÓTH .
AZEMASOR. Cinna AZOGEN. Sang de dra
bre , quelquefois le minium ; gon. C'eſt la pierre au rou
mais dans ce dernier cas , ge , parce qu'elle eſt formée
Dij
A Z AZ
du mercuredes Philoſophes, rée , & bien purifiée , ou le
qu'ils appellent Dragon . mercure philoſophal fuffi
AZOMAR & AZI- fent à l'Artiſte pour le com
MAR. Cinnabre , ſuivant mencement & la perfection
quelques Chymiſtes; & le de tout l'oeuvre ; mais le mer
minium. , ſelon . d'autres. cure doit être tiré de ſa mi
Johnſon . niere par un artifice ingé
AZOMSES. Mercure nieux. Bernard Tréviſan dit ,
des Philoſophes. ( la parole délaiſſée ) que
AZON. Mercure des Sa- tout le monde voit cette mi
ges purifié & travaillé. niere altérée & changée en
AZONEC . Sel armo- une matiere blanche & ſé
niac , ou l'Aigle philoſophi- che , en maniere de pierre ,
que . Voyez MERCURE. de laquelle l'argent-vif & le
AZOTĚ . Nom que les ſoufre philoſophiques font
Philoſophes Hermétiques extraits par une forte igni
ont donné plus communé- tion. Les Philoſophes ont
ment à leur mercure. Ces donné beaucoup de noins à
choſes ſont en la miſéricorde cet Azoth ; Quinteſſence
de Dieu , & nous avons ſeu- aſtrale , Serf-fugitif, Eſprit
lement beſoin dans notre animé , Ethelia , Auraric
ouvre de l'azoth & du feu. & c. Voyez MERCURE &
Bafile Valeniin . Le feu & MATIERE .
l'azoth lavent & nétoyent le Azoth , ſelon Planiſcampi,
laiton , c'eſt - à-dire la terre ſigniħe moyen d'union , de
noire , & lui ôtent ſon obf- confervation , ou médecine
curité. Clang. Bucc. Le feu univerſelle. Il fait auſſi re
& l'eau , qui eſt l'azoth , la- marquer que le termeApoth
vent le laiton & le nétoyent doit être regardé comme le
de fa noirceur. Arn . de Vill. principe & la fin de tout
Il faut faire deux parts du corps,& qu'il renferme tou
corps coagulé , dont l'une tes les propriétés cabaliſti
ſervira d'azoth pour laver & ques , comme il contient la
mondifier l'autre, qui s'ap- premiere & la derniere let
pelle laiton , qu'il faut blan- tre des trois langues matri
chir. Nic. Flam . ces, l'Aleph & le Thau des
Quand les Philoſophes di- Hébreux , l'Alpha & l'O.
ſent quel'azoth & le feu fuf- mega des Grecs , l’A & le Z
fiſent pour l'ouvre, c'eſt-à- des Latins.
dire que la matiere prépas Azoth eſt auſſi le nom que
Ά Ζ' BA B X
quelques Chymiſtes vulgai- Bacche. Voyez les Fables
res ont donné à un précipité Egypt. & Grecq. dévoilées,
de mercure commun ou liv. 3 . ch. 14. 8. 2. & liv. 4.
vulgaire , fait ( commeils le ch . í.
diſent ) per fe. On en trouve BACCHUS. Fils de Jue.
la maniere dansla Chymie piter & de Sémelé, fille de
Médecinale de M. Malouirt , Cadmus. La Fable dit qu'il
T. II. pag. 196. On a auffi nâquit des cendres de fa
nommé ce précipité de mer- mere, comme Eſculape. El
cure , Azois de Heflingius , le nous le repréſente ailé ,
& Or horizontal , parce que ayant des cornes, une tête
ſa couleur eſt d'un rouge de taureau ,mâle & femelle ,
jaunâtre approchant de la jeune & vieil, barbu ,
couleur aurore . fans barbe. C'eſt le même
AZUB . Alun. que les Egyptiens nom
AZUBO . Vaſe Hermé- moient Divnyfius. Toutes
tique. les hiſtoires que l'on fait de
AZUC . Corail rouge. lui , ne font , au ſentiment
AZUMEN, Terme des Philoſophes Spagyri
arabe employé par quel- ques , qu’une allégorie des
ques Chymiſtes pour ligni- opérations de leur Art,qu'ils
fier poids. appellent par excellence le
grand @uvre. Bacchus eft le
B même, ſelon eux , qu'Ado
nis, Apollon ,le Soleil , Ofi

poids , fuivant Rulland . le témoigne Orphée dans


BACCHANALES. Fê- fon Hymne à Adonis , où il
tes inſtituées en l'honneur dit que tous ces noms diffé
de Bacchus. V , ORGIES , rens n'indiquent que la mê
DYONISIEŅNES . me perſonne. On le feint
BACCHANTES. Prêc quelquefois ailé pour déſi
treſles de Bacchus, qui cou- gner le moment de ſa volati
roient de nuit vêtues de liſation ; ayant une tête de
peaux de pantheres, de ti- taureau ou de bouc , parce
gres, les cheveux épars , des que ces animaux lui étoient
torches & des flambeaux al conſacrés comme à Ofitis ;
lumés à la main . Elles dan- mâle & femelle ,à cauſe que
ſoient au ſon des tambours , la matiere des Philoſophes ,.
en criant ſouvent, : Euhoe ou leur Rebis, eft androgine;
Düj
54 в А B A
jeune & vieil , parce que faire circuler dans l'æuf..
cette matiere ſemble rajeu BAIGNE R. Remarquez
nir dans les opérations , que calciner , teindre, laver ,
comme on peut le voir dans blanchir, baignet , & c. font
l'article Vieillard. Voyez les une même choſe , & que
Fables Egypt. & Grecques tous ces mots veulent dire
dévoilées , liv . 3. c . 14. 9. 2. feulement cuire la matiere ,
BAGÉDIA . Poids de jusqu'à ce qu'elle ſoit par
douze, onces , ou d'une le faite. Syneſius.
yre , ſelon l'uſage de la Mé BAIN . Vinaigre des Sa
decine . ges , avec lequel ils lavent
BAIAC ou BEIAC . Cé- leur laiton ; c'eſt leur diſſol
ruſe. vant , qu'ils appellent leur
BAIGNER. Les Philo Mercure .
ſophes Cliymiques diſent BAIN DE DIANE . Voyez
qu'ils préparentun bain pour MERCURE Philosophi
le Soleil & la Lune , pour le QUE .
Roi & la Reine , & c. Dans Bain du Roi . Eau per
les figures d'Abraham Jaif; manente , ou mercure des
rapportées par Flamel , eft Sages , à laquelle ils ont don
un Roi, dit celui- ci , ayant né le nom de Bain du Roi ,
un grand coutelas , qui fait parce que leur or. eſt lavé &
tuer en la préſence par des baigné par cette eau qui s'en
Soldats , quantité de petits diſtille & s'y recohobe fans
enfans , les meres defquels ceſſe , juſqu'à ce que la fu
plouroient aux pieds des im blimation lait deſſéchée.
pitoyables Gendarmes , & BAIN DU SOLEIL . C'eſt
ce fangiétoit puis après mis la même choſe que bain du
dans un grand vaiſſeau ; Roi , parce que l'or eſt le
dans lequel le Soleil & la Roi des métaux , & que ce
Lune sdu Ciel ſe venoient bain ou mereure des Sages
baignezu Gette fontaine eft mondifie l'or philofophique.
feulement pour le Roi du - BAIN -MARIE en ter
pays, quelle connaît bien , mes de Science Herméti
& lui elle ; & eſt dedans que , eſt le fourneau des Sam
icelle fontaine à fe baigner ges , le fourneau ſecret, &
deux cens quatre vingt-deux non celuides Chymiſtes vul
jours. Trevifan. Ils enten- gaires. On donne quelque
denr quelquefois par bain fois ce nom au mercure phis
gner , cuire la matiere ; la lofophal. Ce qu'ils appellent
B A BA
Bain s'entend auffi d'une même la poudre de projec
matiere réduite en forme de tion faite de la pierre au
liqueur , comme quand on blanc , ou au rouge, & pro
1
veut faire la projection ſur jettée ſur le mercure ou les
un inétal, ils diſent qu'il doit autres métaux , les tue, pour
être au bain , c'eſt- à -dire en ainſi dire , en les fixant , &
fuſion . les change en argent ou
BALITISTERE . Terre en or.
rouge , ou matiere de l'æu BASSAD . Corail.
vre parvenue à la couleur BASURA. Semence.
rouge par la digeſtion du feu BATITURA -RAMI.
philofophique . Ecailles ou fcories de cuivre.
BALZIAM. Féves. Batitura de l'airain ſe prend
BARACH du Pain . C'eſt auſſi pour les ſcories de quel
le nitre tiré du fel. Johnſon . que métal que ce ſoit. Johnf.
BARCATA . Ouvertu BATTRE , en termes de
re , crevaſſe par où la cha- ſcience Hermétique. Agiter
leur d'un fourneau peut s'é- trop fort la matiere , donner
chapper. un feu trop violent. Quand
BARDADIA . Le poids les eſprits ſont trop battus ,
d'une livre. diſent les Philoſophes , ils
BARNA . Vale de verre foutiennent impatiemment
BARNAAS , BARNA- le choc , ils s'élevent & caf
BAS , BARNABUS . Sal- fent le vaiſſeau , ou ſe brû
pêtre des Philofophes , ou lent.
leur vinaigretrès-aigre. BATTUS ou BATTE .
BARURAC . Verre. Berger changé en pierre de
BASED ou BESED . touche par Mercure , pour
Corail . avoir violé la promeſle qu'il
BASILIC. Les Philoſo- lui avoit faite de ne pas dé
phes Chymiſtes ont donné couvrir le vol des bouts
quelquefois ce nom à leur d'Admete , de la garde deſ
mércure , parce qu'il diffout quels Apollon s'étoit char
tout. Quelques-uns l'enten- gé. Voyez les Fables Egypt.
dent de la pierre au blanc , & Grecq. dévoilées , liv . 3.
& d'autres de la pierre au ch . 14. § . I.
rouge ; parce que commeles BAUDRIER.On compte
Anciens diſoient que le Ba- parmi lestravaux d'Hercule
Lilic tuoit par la ſeule vûe la victoire qu'il remporta ſur
ceux ſur qui il la fixoit , de les Amazonnes, à la Reine
Div
56 BA BA
deſquelles il enleva le bau- & une terre vierge, adami
drier garni de diamans & que , vitriolique , feuillée
de rubis . Les Alchymiſtes qui ſe tire du centre de la
diſent que par ce baudrier, terre , & qui néanmoins ſe
il faur entendre la pierre phi- trouve par toute la terre
lofophale & la médecine au habitée. Voyez Raymond
blanc & au rouge , ſignifiée Lulle & les autres Philoſo
par la blancheur des dia- phes , dans la Bibliotheque
mans & la couleur rouge curieuſe Chymique de Man
des rubis. get. C'eſt la pierre au blanc.
BAUL . Urine. BAURAC ſe prend aufli
BAUME UNIVERSEL pour toute eſpece de choſe
DE LA NATURE . C'eft , falée.
felon les Philoſophes Spa- BAYDA. Cucurbite.
gyriques, leur élixir au blanc BDELLERUM . Sangſue.
ou au rouge , qui guérit tou BDOLA , Soufre.
tes les infirmités des trois BELIER . Soufre des Phi
régnes de la Nature , & per- lofophes parfait au rouge. Il
fe &tionne tous ſes individus. a pris cenom de la qualité
BAUME EXTERNE DES chaude & ſéche , comme
ELÉMENS. Quinteſſence de celle du bélier. Les Adeptes
mercure. diſent qu'ils tirent leur acier
BAURAC. Les Chy- du ventre du bélier , & ils
miſtes vulgaires ont inter- appellent auſſi cet acier leur
prêté ce terme , l'écume du aiman . Voyez ARIES. Mais
verre. Mais les Philofophes quand le Coſmopolite &
Hermétiques l'entendent de Philalethe s'expriment ainſi,
la matiere de la pierre phi- ils entendent parler de lama
loſophale qui ne fe tirepas tiere même de l'auvre , de
des féces du verre ni de ſon laquelle ils font leur ſoufre.
écume , mais d'une matiere BELISIS. Corail des Phi.
qui renferme les quatre élé- loſophes.
mens fous deux chofes viſie BELLEROPHON , fils
bles , l'eau & la terre ; non de Glauque , après divers
l'eau de pluye , de fontaine, exploits , combateit la Chi
de mer ou aucune eau ſem- mere , & s'en défit au moyen
blable ; ni une terre telle que des ſecours que les Dieux lui
celle ſur laquelle nous mar- donnerent. Voyezles Fables
chons ; mais une eau céleſte, Egypt. & Grecq .dévoilées ,
vive , permanente & féche, liv . 3. chap . 14. §. 3.
BE BE BI 57
BELLONE. Déeſſe de de ſon eau , comme le beurre
la guerre , confondue fou- du petit lait.
vent avec Minerve & Pal BHACTA . Terre rouge .
las , dont voyez les articles. BIARCHETU NSIM .
BEMBEL ou BENIBEL . Céruſe.
Terme de ſcience Herméti BICHE. Les Poëtes ont
que. Mercure philoſophal, feint qu'Hercule avoit pris à
ou l'ouvrage de la pierre des la courſe & tué une Biche ,
Sages . Dict. Herm . dont les pieds étoient d'airain
BERINBRUCH. Pierre & les cornes d'or. C'eſt une
qu'on trouve aux environs fable bien viſible , puiſqu'on
de Spire , dont les effets ſur- ne vit jamais un tel ani
prenans ſont rapportés dans mal, & les Philofophes Spa
les ouvrages de Duchêne , gyriques prétendent qu'elle
de la Violette , dit Querce- renferme les opérations du
tan , dans ceux d'Anſelme grand ceuvre ; que ſous le
de Boot , & de Crollius. nom de cette Biche , il faut
BESEC. Mercure des entendre le fuc métallique,
Sages . ou la partie volatile du mer
BESED. Corail. cure , que la partie plus ful
BÊTE VENIMEUSE fureufe arrête & précipite
DES SAGES . Les Philo dans le fond du vafe , & la
ſophes Hermétiques pren- coagule avec lui , d'où lui
nent ces termes tantôt pour naiſſent des cornes d'or ';
le mercure & tantôt pour la c'eſt- à - dire , la pierre philo
pierre parfaite. Dans le pre- fophale. Voyez les Fables
mier ſens, c'eſt parce que Egypt. & Grecques dévoi
le mercure eſt un diſſolvant lées , liv . 2. ch. 4.
univerſel ; & dansle ſecond , BIEN DES BIENS. Piera
parce que la pierre parfaite re philofophale , dont l'ac
au blanc ou au rouge change quiſition emporte avec elle
la nature des métaux, les dé- tous les biens de ce monde,
truit, pour ainſi dire , pour les richeſſes & la ſanté.
leur donner une nouvelle BIEN A PLUSIEURS
forme intrinſéque , en les Noms. Mercure animé.
tranſmuant en or ou argent. BILADEN, Acier.
BEURRE . Matiere des BIMATER. V. BAC
Sages , qu'ils ont nommée CHUS .
beurre, parce qu'elle eſt vif BITRINATI. Tout vafé
queuſe ,& qu'elle ſe ſépare de verre .
58 BL BL . во
BLACINAL. Pluſieurs LAIRE . Elle précéde la par
métaux fondus enſemble. faite blancheur dans l'æuvre
BLANC-ESPRIT . Mer de la pierre philoſophale. Ce
cure des Sages . ſont des eſpeces de petits fi
BLANC DU Noir . Ma- lamens blancs qui paroiſſent
giſtere, au blanc parfait , qui à meſure que lanoirceur ou
n'a pû parvenirà la blan- le régne de Saturne paſſe ,
cheur qu'en paſſant par la & que le régne de Jupiter
couleur noire ,vrai indice de lui ſuccéde.
la parfaite putrefaction. Le BLANCHIR des
BLANCHEUR. Les Philoſophes. C'eſt cuire la
Philoſophes diſent que lorſ- matiere juſqu'au blanc par
que la blancheur ſurvient à fait. Blanchiſſez le laiton &
la matiere du grand @uvre , déchirez vos livres , crainte
la vie a vaincu la mort , que que vos cours ne ſoient dé
leur Roi eſt reſſuſcité, que chirés par l'inquiétude. Code
la terre & l'eau font de- de Vérité.
venues air , que c'eſt le ré BODID , @uf des Phi
gime de la Lune , que leur loſophes.
enfant eſt né , & que le Ciel B @ UF. Animal adoré
& la Terre font mariés ; par- en Egypte. Voyez Apis ,
ce que la blancheur indique SERAPIs . La Fable feint
le mariage ou l'union du fixe qu'Hercule enleva les boeufs
& du volatil, du mâle & de de Geryon , Mercure ceux
la femelle , &c. qu'Apollon gardoit pour Ad
La blancheur après la pu-' mete. Voyez l'explication
tréfaction eſt un ſigne que de ces fi&tions dans les Fa
l'Artiſte a bien opéré. La bles Egypt. & Grecques dé
matiere a pour lors acquis voilées, liv . 1. chap. 1. &
un degré de fixité que le feu fuiv. liv. 2. chap. 14. S. 1 ,
ne ſçauroit détruire ; c'eſt & liv. 5. ch. 12 .
pourquoi il ne faut que con BOF. Chaux vive.
tinuer le feu pour perfection . BOIS. Voyez ARBRE.
ner le magiſtere au rouge ; Bois D'OR. Arbre fo
& lorſque l'Artifte voit la laire des Philoſophes.
parfaite blancheur , les Phi BOIS DE PERROQUET.
loſophes. diſent qu'il faut dé- . C'eſt l’aloës.
chirer les livres , parce qu'ils BoIS DE PARADIS :
deviennent.inutiles. Aloës.
BLANCHEUR CAPIL BOIS DE VIE . C'eſt la
во BO BR 39
pierre parfaite , qui devenue mis & inſéré dans le col d'une
médecine univerſelle , gué- autre .
rit toutes les infirmités du BOUC. Animal adoré
corps humain , & conſerve chez les Egyptiens . Ces peu
l'homme en ſanté juſqu'au ples l'avoient conſacré à Ofi
terme preſcrit par la Sageſſe ris , & les Grecs à Bacchus ,
divine . comme étant le ſymbole du
- BOITEUX ( le ). C'eſt, principe fécondant de lana
en termes de Chymie Her- ture , ce feu inné qui vivi
métique , Vulcain ou le feu , fie tout. Voyez les Fables
que la Fable nous repréſente Egypt. & Grecq. dévoilées,
fous la forme d'un homme liv . 1. fect. 3. chap.5 .
boiteux. Baſile Valentin l'a Le Bouc fervoit aux Egyp
repréſenté ainſi dans la plan- tiens dans leurs figures hié
che qui eſt à la tête de la pre- roglyfiques pour ſignifier la
miere de ſes douze Clefs. partie de la matiere de la
BOL JUDAIQUE . pierre philofophale , que les
Guimauve. Alchymiſtes nomment leur
BOLESIS. Le même foufre ; c'eſt pourquoi les
que Belifs. Egyptiens avoient conſacré
U BOLESON . Baume. cet animal à Bacchus , qui
BORADES. Limaille n'étoit autre chez eux qu'O
des métaux. firis , à qui ils avoient auſſi
BORAX. Pierre des Phi• donné les noms d'Apollon ,
loſophes au blanc. Adonis , & c .
BORÉE, fils d’Aftrée , · BOUE. Les Philofophes
enleva Orithie , dont il eut ont quelquefois donné ce
Calais & Zethe. Voyez les nom à leur matiere , ce qui
Fables Egypt. & Grecques a -induit en erreur pluſieurs
dévoilées, liv . 2. ch. 1 . Chymiſtes , qui ont travaillé
BORIN . Vinaigre téré- ſurla boue & le limon . Mais
benthiné , ou alcaliſé. Philalethe nous apprend
BORITIS. C'eſt la ma- qu'on ne doit appliquer ce
tiere des Sages en putréfac- nom de boue que lorſque la
tion , ou au noir . matiere eſt en putréfaction.
BOTRACHIUM . Ache BRACIUM . Cuivre
de Sardaigné , appellée par Vénus.
Jes Botaniſtes Apium riſus. BRARICIA. Verre.
BOTUM BARBA BRASE . Charbons.
TUM . Col d'une cucurbite BRETAN . Bois de Breſil,
60 BR BR
BRIARÉE , fils du Ciel un brouillard, qui s'éleve de
& de la Terre, le plus ter- la matiere , & ſe condenſe
rible & le plus redoutable dans l'air des Philofophes ,
de tous les Géans. Tous les d’où elle retombe pour ar
noms des Géans fignifient roſer leur terre , la purifier
quelque choſe qui tend à la & la féconder.
deſtruction, comme la tem BROYER, en termes de
pête , la fureur, le tonnerre , Chymie , c'eſt cuire la ma
les vents impétueux , & c. tiere , & non la piler dans un
On peut voir là -deſſusl’Hiſ mortier , ou autrement .
toire du Ciel de M. Peluche, BRÚLER , Afare , en
qui en donne les étimolo- termes de Philoſophie chy.
gies fort au long. Voyez ce mique , ne doit pas ſe pren
qu'ils ſignifient chymique- dre pour calciner ou mettre
ment dansles Fables Egypt. au feu ; mais cuire ſimple
& Grecq . dévoilées , liv . 3. ment la matiere dans ſon
ch . 2. 3. & 4 . vaſe , & à feux doux.
BRISÉIS , fille de Brisés , BRUMAZAR . Nom que
ſe nommoit d'abord Hippo- quelques Philoſophes Chy
damie . Lorſque les Grecs miques ont donné à leur
s'emparerentde la ville de mercure . C'eſt une vapeur
Lyrneſſe , Briſéis captive graſſe , onctueuſe ,dont l'Au
échut par le fort à Achille. teur de Clangor Buccinés
Agamemnon la lui ayant parle en ces termes: Le pain
enlevée de force, Achille en fermenté & cuit eſt dans ſon
couçut un tel dépit qu'il cher- degré de perfection : de mê.
cha tous les moyens de s'en me l'or quand il eſt purifié
venger , & ne voulut pren- par le fe: , eſt un corps fixe ,
dre les armes contre les & n'eſt plus fuſceptible de
Troyens , que pour venger fermentation , s'il n'eſt mêlé
la mort de ſon amiPatrocle. avec Brumazar , c'eſt-à-dire
Voyez les Fables Egypt. & la premiere matiere des méd
Grecques dévoilées , liv, 6. taux , dans lequel il ſe réſout
C'eſt par la colere d'Achille en cette premiere matierea
qu'Homere cominence ſon Prenons donc cette premiere
Iliade . de laquelle l'orest compoſé ,
BROMIUS. Surnom de & au moyen de l'art nous
Bacchus. Voyez Bacchus . en ferons le ferment philo
BROUILLARD . Va- fophique. Beeher.
peur épaiſſe , reſſemblant à BUBASTE, V , DIAŅE."
BU "С А CA 61
BURAC . Toute eſpece CABEL. Excrément hu
de fel. main.
BURINA. Poix. CABET. Ecailles du fer.
BUSIRIS , Roi d'Egyp CABIRIA . Surnom de
te , tuoit & maſſacroit les Cérès. Voyez CERÈS.
hôtes. Hercule le vainquit CACHYMIA. Ecume
& le tua. Ce Buſiris, ſelon ou ſcorie d'argent.
les Alchymiſtes, eſt le ſou CACUS , fils de Vulcain
fre incombuſtible & les im- felon la Fable , eft , ſuivant
puretés qui enveloppent la l'explication des Alchymiſ
vraie matiere de la pierre , tes, le feu commun. Cacus
& la tiennent comme dans repréſenté comme un monſ
un état de mort. L'Artiſte tre terrible , demi-homme ,
détruit par le feu ces impu- & vomiſſant toujours du feu ,
retés , & en délivre par ce ce ſont les fourneaux des
moyen l'Egypte , qui re- Chymiſtes ordinaires & des
préſente la terre philoſo- Fondeurs, qui vomiſſent ſans
phique . ceſſe un feu contre nature ,
D'autres expliquent cette qui ravage tout ce qu'on lui
fable différemment. Buſi- préſente , qui le détruit, &
ris , ſelon eux , eft pris pour en change toute la nature.
le mercure philoſophique , Ce Cacus eſt vaincu parHer
dont l'activité deseſprits dif- cule ,le ſymbole du mercure
ſout , putréfie , & donne, des Philoſophes ,qui dans la
pour ainſi dire , la mort à tranſmutation corrige ce que
tous les métaux avec leſ- Cacus avoit gâté , en enle
quels on le mêle. L'Artiſte vantles troupeaux d'Hercu
dans les opérations de la le , c'eſt-à -dire en rendantles
pierre philoſophale , fixe & métaux ordinaires ſans vie
coagule ces eſprits mercu- & en leur ôtant cette qualité
riels . générative que l'on trouve
C. dans la matiere métallique
qui ſert de baſe à toutes les
A B. Or philoſophi- opérations du grand auvre .
Cq ue
que .. Quelques Alchymiſtes don
CABALATAR & CA- nent à leur ſoufre le nom de
BALATUR . Sel nitre des Cacus , & celui d'Hercule à
Sages. leur ſel. Voyez les Fables
. Egypt. & Grecq. dévoilées,
CABEH. } S liv. 5. chap. 20 .
62 СА СА
CADEGI. Voyez Ma- loir couper les jambes & les
LABATHRON. ailes à Mercure . Voyez ſon
CADIMA AURI. Lie origine , ſes propriétés & ſon
tharge d'or. uſage dans les Fables Egypt.
CADMIE eſt un des & Grecques dévoilées , ar
noms que les Philoſophes ticle de Mercure, liv. 3 . ch .
Hermétiques ont donné à la 14. 9. 1. On a auſſi donné
matiere de leur pierre. Quel- le caducée à Bacchus.
ques -uns ont auſſi nommé Le caducée étoit compoſé
Cadmie les parties hétéro- de trois parties , de la tige
gênes de cette matiere , qu'il d'or ſurmontée d'une pom
ne faut point faire entrer dans me de fer, & de deux ſer
l'auvre. C'eſt proprement pens , qui ſemblent vouloir
la pierre au rouge. ſe dévorer. L'un de ces ſer
CADMUS , fils d'Age- pens repréſente la partie vo
nor Roi de Phénicie , fut en- ſatile de la matiere philofo
voyé par ſon pere à la pour- phique , l'autre fignifie la
ſuite d'Europe fa fæur, en- partie fixe qui ſe combattent
levée par Jupiter métamor. dans le vaſe ; l'or philofo
phoſé en taureau blanc. Il phique dont la tige eſt le
bâtit la ville de Thebes , ſymbole , les met d'accord
épouſa Hermione ou Har , en les fixant l'un & l'autre ,
monie , fille de Mars , & fu- & en les réuniſſant en un ſeul
rent l'un & l'autre changés corps inféparablement.
en ſerpens. Voyez les Fa CAFFA . Camphre.
bles Egypt. & Grecques dé CAGASTRUM . Terme
voilées , liv . 1. ſect. 4 . que Paracelſe a inventé pour
CADUCÉE . Les Philo- fignifier l'image de quelque
ſophes chymiques ont don- choſe de réel , ou une choſe
né à leur diffolvant le nom de qui n'eſt telle qu'en appa
Caducée de Mercure , parce rence. C'eſt le contraire d'y
qu'ils prétendent que les in- liaſtrum . Ildit que cagaftrum
venteurs de la Fable avoient eſt ce que le ſel nitre eſt à la
intention d'indiquer ce dif- premiere matiere de tout ,
ſolvant par le Caducée. C'eſt ou comme la chair de l'hom
pourquoi Abraham Juifmet •me à ſa premiere matiere . La
dans la premiere figure hié- chair d'Adam , après le pé
roglyfique un Mercure te- ché , devint cagaſtrique. Il y
nant ſon caducée , & Saturne a de même deux fortes de
avec la faux qui ſemble vou- vie , l'une eſt yliaſtrique ou

l
СА CA 63
celle de l'eſprit , & l'autre la matiere , & ſes effets par
cagaſtrique ou celle de la la putréfaction.
partie animale. Paracelſe , CAL , Arſenic philoſo
de Azoth . phique , ou la matiere des
CÀGASTRIQUE. Ce Chymiſtes Hermétiques ,
qui n'eſt pas néceſſaire dans tant pendant ſa diſſolution ,
le corps de l'homme , & ce parce qu'alors elle eſt un
qui n'y eſt quaſi mis par la grand poiſon, que lorſqu'elle
Nature que comme un or- eft parvenue au blanc. Voyez
nement ; tels ſont les che- ARSENIC .
veux , la barbe , le poil , les CALAIS , fils de Borée ,
mammelles , & c . au con- & l'un des plus célebres Ara
traire de ce qui y eft yliaftri- gonautes , pourſuivit , avec
que , comme le cæur , les fon frere Zethès, lesHarpies
parties nobles , & c. qui déſoloient le bon honime
CAHOS & Tombeau Phinée. On les repréſentoit
d'où doit ſortir l'Eſprit. Les avec des ailes & des che
Phyſiciens Chymiſtes en- veux azurés. Hercule les fit
tendent par ces termes la périr. Voyez les Fab. Egypt.
matiere de la pierre pendant & Grecq. dévoilées , liv. 2 .
le tems de la putréfaction , chap . 1 .
lorſqu'elle eſt noire , & que CALAMBAC . Aloës.
les élémens ſemblent alors CALCADIN. Colcotar ,
confondus enſemble. ou matiere des Philoſophes
CAILLÉ. Matiere des parvenue au rouge.
Sages coagulée . CALCADIŠ . Vitriol .
CAIN . Nom que les Phi- Quelques Chymiſtes ont
loſophes ont donné à leur donnéce nom au ſel alkali.
matiere en putréfaction & CALCATON . Trochiſ
parvenue au noir ,peut- être que d'arſenic. Johnſon.
à cauſe de la malédiction CALCHAS. Devin fa
que Dieu prononça contre meux de l'armée des Grecs ,
lui au ſujet du meurtre qu'il qui , aidés de ſes conſeils >
avoit commis envers ſon fre- firent de grands exploits con .
re Abel, ou parce que les tre les Troyens. Il indiqua
déſordres de les deſcendans aux premiers le moyen d'ap
furent la cauſe du déluge , paiſer le couroux de Dia •
qui fit périr preſque tout le ne, & prédit que la ville de
genre humain. Ce déluge eſt Troye ne pourroit être priſe
figuré par la diſſolution de qu'après la neuviéme année
64 CA CA
du fiége, fur ce qu'un dra- phique ſe fait avec le feu huo
gon avoit dévoré en leur mide , du eau pontique des
préſence neuf petits moi- Sages , qui réduit les corps
neaux & leur mere. Cal- à leurs premiers principes ,
chas mourut de chagrin pour ſans détruire leurs vertus ſé.
avoir trouvé un certain Mop- minales & germinatives; au
ſe plus habile que lui dans lieu que la calcination faite
l'art de deviner. Voyez les par le feu vulgaire , détruit
Fables Egypt. & Grecques , les ſemences des corps, ce
liv. 6. qui lui a fait donner le nom
CALCINATION.Puri- de Tyran de la Nature .
fication & pulvériſation des Il y a deux ſortes de cala
corps par le moyen du feu cinations vulgaires ; l'une
extérieur qui en déſunit les qui ſe fait à feu ouvert, telle
parties en ſéparant ou éva- que celle de la cendre ; &
porant l'humide qui les lioit, celle qui ſe fait dans des va
& en faiſoit un corps ſolide. ſes fermés. Dans la premiere
Les Philoſophes Spagyri- les parties ſulfureuſes vola
ques ſe fervent quelquefois tiles s'envolent en partie , &
indifféremment des termes privent par -là les ſels d'une
de calcination , corruption , force & d'une vertu ,qu'ils
& putréfaction , pour figni- conſervent dans la ſeconde
fier la même choſe . Ils en eſpece de calcination. Tous
tendent cependant plus ſou- les fels tirés des cendres de
vent par le terme de calci- celles-ci ſe criſtalliſent , &
nation , l'opération qui fuit il n'en eſt pas de mêmedes
celle de la rubification de la autres , qu'on ne peut avoir
pierre. Il y a encore une au- que par l'évaporation de
tre calcination proprement l'humidité pouffée au ſec .
dite , & telle qu'on l'entend Il y a diverſes ſortes de
communément , qui eſt re- calcinations. Les unesqu'on
quiſe dans la préparation de appelle ſeches , les autres hu
la matiere. C'eſt une purifi- mides , les unes corroſives ,
cation ou mondification de les autres qui ne le fontpoint.
cette même matiere , que Les calcinations humides
quelques-uns appellent recti. font vaporeuſes ou immer
fication , d'autres ablution , fives.
d'autres ſéparation , dont Les vaporeuſes ſe font en
voyez les articles. expoſant des corps métalli
La calcination philofo- ques ou autres , à la fumée
ou
C A CA 6$ .
ou à l'exhalaiſon de quelque CALCINATUM MA :
S
matière. Les immerſives ſe JUS. Tout ce qui eſt adouci
5
font en mettant le corps par l'Art chymique , & qui
. qu'on veut calciner dans des n'a pas cette douceur de la
. liqueurs corroſives , comme nature , comme le mercure
eaux fortes ou eſprits ar- doux , l'ame du plomb , le
dens , de maniere qu'elles y ' ſel & autres ſemblables prés
ſoient ſubmergées, parations. Planifcampi.
Les calcinations féches CALCINATUM MINUS ,
font proprement ce qu'on Tout ce qui eſt doux natu
appelle Cementations, dont rellement.
Voyez l'article. CALCITARI.C'eſt l'al.
On appelle auſſi calcina- kali en général.
țion ſéche , celle qui ſe fait CALCITE A. Ţraga
par le feu , telle que celle de canthe ,
la chaux à bâtir , de la ſou CALCITHEOS . Lie
de , des fels qu'on blanchit tharge , ou laiton blanchi
dans des creulers , des cen- des Philofophes..
dres qui viennent du bois CALCITIS . V , CAL
brûlé ou d'autres matieres, CADIN .
Dans ces calcinations fe CALCOCOS Cos .. Cuivre
ches , on diſtingue encore brûlé ou
, as-uſtum .
çelles qui ſe font à feu ou CALCOKÉUMENOS,
pert , à feu clos , & à feu de Æs-uſtum ,
reverbere . Voyez Fev , RE CALCOTĄ . Colçotar
VERBERE , philoſophique.
Quelquefois calciner la CALCUTIUM, Cuivre
matiere , c'eſt la blanchir & brûlé,
la purger de la noirceur par CALDAR. Etain , qu
l'art , le feu philoſophique , Jupiter.
& l'azoth . Le ſigne de la CALGFUR. Terme
parfaite çaļcinațion eſt la arabe , dont quelques Chy
blancheur. miſtes ſe ſont ſervis pour
CALCINER , en termes dire du gerofle.
de Philoſophie chymique. CALIDE. Trochiſque
Voyez CALCINATION . d'arſenic.
CALCINATOIRE. Le CALIDITÉ . Qualité de
vaiſſeau calcinatoire des Phi- la matierę fixe des Philofos
lofophes Hermétiques n'eſt phes . Ils ont donné ce nom
autre que l'auf dęs Sages , de calidite à leur mâle , ou
E
66 CA CA
fixe. Le premier eſt appellé Sages parvenue à la blan
calidité & ficcité ,ou ſoufre; cheur.
le dernier , argent-vif, ou CAMBIC - SUC . C'eſt
frigidité & humidité. Flam- la gomme Gutta-gamba.
'mel. CAMBILL . Terre rouge
CALIETTE . Champi- des Philoſophes .
gnon du genevrier. CAMBYSE , Roi de
CALIX CHYMICUS . Perſe , s'étant emparé de l'E
Verre d'antimoine . gypte , tua le beuf Apis , ſe
CALLE CAMENON . mocqua des Dieux de l'E
Cuivre brûlé. gypte comme fabuleux , &
CALLENA . Salpêtre. envoya ſon armée pour dé
CALLIRHOÉ . Fille de truire le temple de Jupiter
l'Océan , & femme de Chry- Ammon. Il retourna dans
{aor. Voyez l'article de ce fon pays avec des richeſſes
dernier. immenſes. Voyez les Fables
CALMET. Antimoine Egypt. & Grecques dévoi
des Philofophes . lées , liv . 1. fe & . 2 .
CALPE . Montagne éle CAMERETH . Mercure
vée ſur les confins de l'Ef- des Philoſophes fixé au rou
pagne du côté de l'Afrique , ge , ou le foufre des Sages .
vers le détroit de Gibraltar. CAMES & CAMET.
Les Poëtes ont feint qu'Her- Argent , ou matiere philo
cule la fépara d'une autre ſophique pouſſée au blanc .
qui eſt'vis - à -vis en Afrique , CANCIN PERICON.
& nomméę Abyla. Ces Fumier ou ventre de cheval ,
deux avant cette ſéparation échauffé.
n'en faiſoient qu'une. Ce CANCRE ou CAN
ſont ce qu'ils ont auſſi ap- CER. La pierre des Philo
pellé les Colonnes d'Her- fophes fixée au rouge , ainſi
cule. Voyez les Fab . Egypt. nommée à cauſe de la com
& Grecq. dévoilées , liv . s . plexion chaude & ſéche , &
chap . I2 . de ſa vertu ignée , qui l'a fait
CALTICIS. V. Çal- nommer Pierre de feu , Mi
CADIN . niere de feu céleſte.
CALUFAL . C'eſt l'huile CANICULE ( Feu de ).
des Indes . Quelques Philoſophes Her
CALUSA - CYPTAS . · mériques ont ainſi appellé
Criſtal. leur troiſiéme feu , ou degré
CAMBAR , Matiere des de feu , par comparaiſon à
СА CA 67
la chaleur de la Canicule , afin de les en ſéparer , & de
qui eſt la plus forte de toute les avoir purs. On tire les
l'année. Ce n'eſt pas qu'il métaux de leurs capes ay
faille augmenter le feu ex- moyen du repaſſement.
térieur au troifiéme degré , CAPRICOŘNE. Man
puiſqu'ils diſent qu'il doit ger dit que quelques Chy
être égal & continu pen- miſtes ont donné ce nom au
dant tout le cours de l'au- plomb. Il auroit dit vrai s'il
vre: cette augmentation doit l'avoit expliqué du plombou
s'entendre du feu intérieur. Saturne des Philoſophes ;&
Cette équivoque a induit ils l'ont ainſi appellé , parce
beaucoup de gens en erreur. que le Capricorne déſigne le
CANOPE . L'un des ſolſtice d'hiver , comme la
Dieux adorés en Egypte. Il matiere de l'oeuvre parve
étoit repréſenté ſous la figure nue au noir, ou Saturne des
10: d'un vaſe ovale pofé furune Philoſophes , indique leur
de les pointes ; l'autre oppo- hiver.
fée portoit une tête d'hom CARAB. Gouſſe des léa
CUT me ; & ſur le vaſe étoient gumes .
50% figurés pluſieurs hiérogly CARAHA . Nom que les
TES
phes . Voyez ce qu'on doit Alchymiſtes ont donné à un
LET
entendre par Canope , dans de leurs vaiſſeaux philoſo
le livre 1. ch . 9. des Fables phiques ; c'eſt le premier: le
INC
Egypt. & Grecq. dévoilées . ſecond ſe nomme Aludel ,
ON CANTACON . Safran dont voyez l'article .
des Philoſophes . Quelques CARDEL . Moutarde.
Chymiſtes l'ont interprêté CARDIR . Jupiter , ou
du ſafran commun . l'étain .
CANZE E , CANNA , CARDIS . Mars, ou le fer.
as CARNIT . Vaſe chymique. CARENA . La vingt
OR Johnſon . quatrième partie d'une gout
CAPE . Terre minérale te . Johnſon.
qui fait corps& compoſe les CARMITI. La peſanteur
MA pierres métalliques avec le d'une obole ou d'une maille .
métal , & qui n'eſt pointmé. Johnſon .
del tal elle -même. C'eſt cette CARUMFEL. Gerofle .
Her matiere pierreuſe qui occa CARSUFLÉ . V. Cor
pelle fionne les opérations qu'il suflé.
legro faut néceſſairement faire CASIBO. Cyprès.
ON pour tirer l'aloi des métaux; CASMET . Antimoine.
E ij
68 СА CA
CASPA . La matiere phi CATHOCHITES.
loſophique au blanc. Subſtance gommeuſe & glu
CASSIBOR & CAS- tineuſe , qui ſe trouve dans
SIDBOTT. Coriandre. l'ifle de Corſe, felon Soli
CASSIOPÉE , femme de nus & Pline. Johnſon dit
Céphée Roi d'Ethiopie, s'é- qu'elle a la propriété d'attirer
tant vantée d'être plus belle la chair & les mains , aux
que les Néréïdes , en fut pu- quelles elle s'attache forte
nie par l'obligation où elle ment , comme l'aiman attire
ſe trouva d'expoſer ſa fille le fer , l'ambre les pailles ,
Andromede pourêtre dévo. & c.
rée par un Monſtre marin . CATILLIA ou CAR
Perſée tua ce Monſtre , & la TILIA . Poids de neuf on
délivra. Voyez les Fables ces.
Egypt. & Grecques dévoi CATMA. Nom que
lées , liv . 3. ch . 14. 9. 3 . quelques Chymiſtes ontdon
CASTOR & POLLUX. né à l'or en limaille. Johnſon .
Freres jumeaux , fils de Ju CATROBIL. Terre
piter & de Léda , femme de commune chez les Chymiſ
Tyndare. Jupiter changéen tes vulgaires , & terre des
cigne,ayant eu commerce Philoſophes chez les Adep
avec Léda , elle accoucha de tes.
deux æufs, chacun deſquels CAUCASE . Montagne
renfermoit deux jumeaux ; d'Aſie , ſur laquelle la Fable
de l’un fortirent Pollux & dit que Jupiter fit attacher
Hélene , de l'autre Caſtor & Prométhée , & lui faiſoit dé
Clytemneſtre. vorer le foye par une aigle ,
Caftor & Pollux accom en punition de ce qu'il avoit
pagnerent Jaſon dans ſon ex- dérobé le feu du Ciel. Sui
pédition de Colchos pour la vant le ſens des Chymiſtes
conquête de la toiſon d'or, Hermétiques, le mont Cau .
où Pollux tua Amycus. Cal- cafe n'eſt autre que le mont
tor ayant été tué par Lyn- Philoſophique , ou le vaſe de
cée , Pollux obtint de Jupi- l’Art & de la Nature , parce
ter de pouvoir communiquer qu'à ce dernier eſt attaché &
ſon immortalité à Caſtor , & lié le feu des Philoſophes ,
ils en jouilloient alternati- que d'Eſpagnet & pluſieurs
vement . Voyez les Fables autres appellent Miniere de
Egypt. & Grecques, liv . 2. feu céleſte. Voyez les Fables
ch. 1. liv. 3. ch. 14. 9. 4. & Egypt. & Grecq. dévoilées,
liv, 6. ch. 3 . liv . 5. ch. 17.
CA CE . CE 69
CÁUDA VULPIS RU- admet deux , l'une fille d'At
S.
BICURDI. Miniuin du las , laquelle eut commerce
le plomb. avec Jupiter ; l'autre étoit
US
CECROPS , Fondateur une desHarpies , fille de Ju
‫ܐ‬-i du Royaume d'Athènes , piter & de la Terre . Les
di étoit originaire d’Egypte , Poëtes , & ceux qui ont dit
d'où il porta le culte des après eux que les ſept filles
X Dieux dans la Grece . La Fa. d'Atlas ont formé les ſept
ble dit qu'il étoit moitié Pleyades , & que chacune
whomme & moitié ſerpent. d'elles a un rapport avec une
5, Voyez les Fables Egypt. & des planétes , donnent Ce
Grécques, liv. 1. ſect. 4 . leno à Saturne. On diroit
Ro CEDUE. L'air. qu'ils ont conſulté les Adep
CEINTURE DE VÉ- tes pour donner cette expli
NUS , appellée 'CESTE. cation ; elle ne pouvoit en
Elle avoit , ſelon la Fable , effet y mieux convenir, puiſ
la propriété non -ſeulement que Celeno vient d'un mot
de rendre aimable celle qui grec qui ſignifie obſcurité,
la portoit, inais encore de noirceur, & le Saturne des
rallumer les feux d'une paf- Philoſophes n'eſt autre que
fion éteinte ; c'eſt pourquoi la matiere de l'oeuvre parve
Junon , brouillée avec Jupi- nue au noir pendant qu'elle
ter, emprunta de Vénus cet- eſt en putréfaction. On peut
te ceinture , pourcaptiver la voir dans l'article. Harpie
bienveillance de ce Dieu. ce qu'elle ſignifie de plus.
Mercure étant encore en- Voyez auſfi les Fabl. Egypt.
fant, joignit à ſes autres fri- & Grecq. dévoilées , liv . 2.'
ponneries le vol de cette chap . I.
myſtérieuſe ceinture . Voyez CELOPA OU CHELO
les Fables Egypt. & Grecq. PA . Jalap .
dévoilées, liv. 3. chap. 14. CENDRE . Les Secta
§ . 1 . & liv. 6. teurs de la ſcience Hermé.
Les Philofophes Hermé- tique appellent ſouvent cen
tiques expliquent cette cein- dre la matiere de la pierre
ture du petit cercle de cou- putréfiée dans l'aludel, par
leurs différentes qui ſe forme ce que la chaleur extérieure
5, autour de la matiere à cha- agiſſant ſur le mixte du vaiſ
que fois qu'elle commence ſeau en ſépare l'humide qui
à changer de couleur. en lioit les parties, & après
CELENO . La Fable en l'avoir deſſéché , laiſſe le
E iij
76 CE СЕ
mixte comme une poudre , cule vint après , & acheva
ou cendre , & la matiere de les détruire.
dans cet état eſt en putré Le mariage de Pyrithous
faction ou corruption ; car avec Déidamie eſt celuides
l'un & l'autre terme le pren- Philoſophes, qui ſe fait dans
nentindifféremment pourfi- le vaſe avec le fixe igné &
gnifier la même choſe. le volatil mercuriel. Avant
Les Philoſophes Hermé la parfaite réunion des deux ,
tiques diſent qu'il ne faut pas il ſe fait un combat de l'un
mépriſer la cendre , & Mo- & de l'autre , qui produit la
rien dit qu'elle eſt le dia- diſſolution & la volatiliſa
dême du Roi. Il faut enten- tion indiquées par les Lapi
dre ces termes de la matiere thes dont le nom figni
après qu'elle a été en putré- fie s'élever avec arrogan
faction; parce qu'alors elle ce. Voyez l'explication plus
ſemble de la cendre , & que étendue dans le liv. 5. ch. 6.
de cette cendre doitſortir le des Fables Egyptiennes &
ſoufre philoſophique, qui eſt Grecques dévoilées.
le diadême du Roi. CENTRE DU MON
CENDRE DE TARTRE . DE. C'eſt la matiere de la
Soufre des Philoſophes par- pierre des Philoſophes , & la
fait au rouge . pierre même quand elle eſt
CENIOTEMIUM . dans ſa perfection . Les Phi
Mercure préparé pour la vé- lofophes l'ont ainfi nommée,
role. parce qu'ils diſent que toutes
CENTAURES ( Les ) les propriétés de l'Univers y
étoient fils d'Ixion & d'une font comme réunies.
nuée , excepté leCentaure CENTRE DE L'EUF.
Chiron , qui fut fils de Sa- C'eſt le jaune.
turne & Phillyre. Ils avoient CEPINI. C'eſt le vi
la partie ſupérieure du corps naigre .
de forme humaine , & de ČERATION. Tems ou
puis la ceinture juſqu'au bas la matiere paſſe de la cou
de la forme d'un cheval. leur noire à la griſe & puis
Ayant été invités aux nôces à la blanche ; ce qui ſe fait
de Pyrithous, ils y cherche- par la ſeule digeſtion &
rent querelle aux Lapithes , cuiſſon continuées ſans ad
& il y eut un ſanglant com- dition de quoique ceſoit .
bat entr'eux, où les derniers CERAUNO -CRYSON .
reſterent vainqueurs. Her- Or fulminant.
! CE CE 71
CERBERE. Dans le chymiſtes vomiſſent du feu ,
ſens des Chymiſtes vulgai- comme ceux des Chymiſ
res , c'eſt le nitre ; mais les tes ordinaires ; car le feu de
Philoſophes entendent bien la Philoſophie Spargyrique
16
autre choſe par le Cerbere de n'eſt pas le feu vulgaire ,
la Fable . Les Poëtes Philo- mais le feu de la nature , un
ſophes ont imaginé qu'un feu qui échauffe fans brúler,
-9 chien à trois têtes, la gueule Et qui connoîtra ce feu, &
béante , gardoit la porte des la maniere de le graduer, eft
2 Enfers, & qu'il y étoit en- bien avancé dans la ſcience
chaîné par une chaîne triple. Herınétique. Que celui qui
Les Alchymiſtes prétendent veut étudier cette ſcience ait
que toutes les fables des an- donc Hercule , & fcache le
ciens Poëtes ne ſont que des marier à propos avec Théſée
énigmes , dont ils ſe ſont ſer- fon compagnon inſéparable,
vis pour cacher les opéra- il aura bientôt le ſectet des
- tions de la pierre philoſo- trois régnes,
phale. Ils diſent en conſé CERCLE , en termes de
quence qu'il faut entendre ſcience Hermétique, ſigni
par Cerbere ce chien à trois fie circulation de la matiere
têtes , ou la matiere de la dans l'auf des Philoſophes.
pierre philofophale compo- C'eſt dans ce ſens qu'ils
ſée de fel, de ſoufre & de appellent leur opération le
mercure , renfermée dans le mouvement des cieux , les
triple vaſe des Philoſophes, révolutions circulaires des
qui ſont les trois chaînes qui élémens , & qu'ils nomment
lient Cerbere ; ou que la ma- auſſi le grand cuvre la Qua.
tiere eft elle-même le palais drature du cercle Phyſique.
de Pluton Dieu des Enfers, Michel Majer a fait un petit
& que le triple vaiſſeau eſt traité ſur ce ſujet ,qui a pour
le chien à trois têtes qui gar- titre :: De Circulo quadrato
de la porte du palais & en Phyfico , ſive de Auro.
empêche l'entrée. Cette der Ils diviſent auſſi la prati
niere explication me paroît que de la pierre philofophale
plus vraiſemblable ; car il eſt en ſept cercles ou opérations;
dit que ce Cerbere vomiſſoit & tout conſiſte cependant à
du feu ; ce qui eſt le propre diffoudre & à coaguler . Le
des fourneaux. On ne doit premier cercle eft la réduc
pas cependant entendre par- tion de la matiere en eau. Le
là que les fourneaux des Al. ſecond eſt deE coaguler cetre
ivi
32 СЕ CË CH
eau en terre fixé. Le troi- convertie en air, on l'appelle
Sieme eſt la digeſtion de la Cerveau ; lorſqu'elle eſt de
imatiere , qui ſe fait très-len- venue feu , on lui donne le
tement ; c'eſt pourquoi les nom de Cæur de cerf . Quel
Philoſophes diſent que les ques Alchymiſtes diſent
révolutions de ce cercle ſe qu'alors le cerf eſt livré aux
fontdans le fourneau ſecret. Chiens , pour être dévoré.
Elle cuit la nourriture de C'eſt-à-dire qu'on l'expoſe à
l'enfant des Sages , & la con- l'action du feu pour y être
vertit en parties homogênes, digérée & fixée .
comme l'eſtomac prépare les CERVELLE DE
alimens pour les tourner en B@UF. C'eſt , en termes
la ſubſtance du corps. D'Ef- de Chymie , du tartre brûlé .
pagnet n'admet que trois cer- Johnfon.
cles , par la répétition def CÉRUSE . ( Sc. Herm . )
quels on pärvient , dit - il, à Quelques Chymiſtes ſe ſont
réduire l'eau en terre , & à imaginé que la céruje étoit
concilier les ennemis ; c'eſt- la matiere des Philoſophes ,
à -dire, le volatil avec le fixe, parce qu'elle eſt faite du
l'humide avec le ſec, le froid plomb , & que les Adeptes
avec le chaud , l'eau avec le diſent que leur Mercure eft
feu . fils de Saturne ; mais , fi l'on
CERDAC . Mercure. s'en rapporte à Philalethe ,
CÉRÉS . Fille de Saturne ils entendent par cérufe le
& d'Ops , & four de Jupi- magiſtere au blanc ; comme
ter & de Neptune, de Pluton on peut le voir dans ſon trai
& de Junon. Cérès fut re- té qui a pour titre: Enarra
gardée comme mere de Plu- tio methodica trium medici
tus & de Proſerpine ; Pluton narum Gebri.
enleva celle - ci & la conſti CESTE DE VÉNUS.
tua Reinedes Enfers. Voyez Voyez CEINTURE.
cette fable & ſon explica CEXIM . Vinagre.
tion chymique dans les Fa CHAIA. Matiere des
bles Egyptiennes & Greco Philofophes parvenue à la
ques dévoilées, liv. 4. ch. 2. couleur blanche .
& z. CHACEF. Vaſe de terre .
CERVEAU ou CEUR Johnſon .
ZERVEAU
DE CERF.Terme de Chy CHALEUR. Action du
1
mie. C'eſt la matiere des feu, qui produit ſur les corps
Philoſophes ; quand elle eft un effet plus ou moins vif,
CH CH
A
felon que les parties ignées leur naturelle ſurmontée ,
font en plusgrande ou moin- abandonne la circonférence
dre quantité , & plus ou & ſe retire au centre ; alors
moins agitées. Lorſque cette les parties éloignées privées
action du feu eſt modérée , du lien qui les uniſſoit , ſe
1 elle eſt proprement dite cha . ſéparent de proche en pro
leur; lorſqu'elle eſt violente che , changent de confor
juſqu'à cauſer la ſéparation mation organique ; & cette
des parties des corps ſur leſ chaleur ne trouvant plus la
quels elle agit , on doit l'ap- même matiere difpoſée com
E peller aduſtion , ignition . me elle doit l'être pour être
23 Nous ne jugeons des de- animée , agit ſur elle diffé
grés de chaleur que par les femment. Elle fait comme
lens, & pár fes effets. On un effort dans le centre ; les
diſtingue pluſieurs ſortes de parties voiſines trop violem
chaleurs, la naturelle & l'ar. mens agitées , communi- '
tificielle , l'interne & l'ex- quent leur mouvement im
terne . modéré à celles qui les tous
La 'naturelle eſt l'effet du chent , celles- ci aux autres ,
feu inné dans tous les Etres , d'où naît la fermentation , à
qui fut implanté & commu- celle - ci ſuccéde la corrup
21 niqué à la matiere dès la tion ,enfin une nouvelle gé
création , lorſque l'eſprit de nération.
Dieu étoit porté ſur les eaux. Le froid n'eſt pas toujours
Cette chaleur donne la vie à néceſſaire pour cauſer la dife
tout , parce qu'elle eſt une ſolution des parties des mix
émanation du principe de la tes : la chaleur innée auga
vie par eſſence. Dès que cet. mentée au- delà du degré ré
te portiuncule de vie aban- quis pour l'entretien de la vie
donne un ſujet, la diffolu- du corps qu'elle vivifie, en
tion des parties ſuccéde à cet cauſe auſſi la deſtruction.
abandon , parce qu'elle en Les parties fatiguées par
étoit le lien. trop de mouvement , ſe de
2 Deux cauſes contraires tachent , ſe dérangent , &
1 produiſent cet effet ; le froid ouvrent un paffage libreà ce
Ton ennemi lorſqu'il domi- feu , qui s'évanouit pourainſi
ne , & l'action même de ce dire , & laiſſe après lui des
feu pouſſée à un degré trop marques funeſtes de ſon ac
violent. tion & de fo :) abſence. Cette
Par le premier , cette cha , chaleur naturelle eſt propre .
74 CH Сн
ment celle que nous appel CHANGER L.ES NA
lons interne. TURES. Voyez NATURE.
Il y a une autre chaleur CHANQUE. Nitre des
naturelle , celle du ſoleil. Philoſophes.
L'interne , dont nous ve CHAOS veut dire con
nons de parler, ſemble n'ê- fufion & mélange. C'étoit ,
tre qu'une chaleur en puiſ- ſelon lesAnciens, la matiere
fance, qui n'agiroit point , fi de l'Univers avant qu'elle
elle n'étoit excitée par la eût reçu une forme déter
chaleur naturelle externe , minée . Les Philoſophes ont
ou par la chaleur artificielle. donné par ſimilitude le nom
1 On l'appelle artificielle , de Chaos à la matiere de
parce que l'art la manifeſte, l'ouvre en putréfaction , par
l'augmente ou la diminue , ce qu'alors les élémens ou
& la dirige à ſon gré. Les principes de la pierre y ſont
Artiſtes lui donnentpluſieurs tellement en confuſion , que
noms pris des matieres qu'ils l'on ne ſçauroit les diſtin
employent , ou des opéra- guer. Ce chaos ſe dévelop
tions qu'ils font par ſon pe par la volatiliſation , cet
moyen. On trouvera tous abyſme d’eau laiſſe voir peu
ces noms expliqués dans à peu-la terre à meſure que
l'article Feu . l'humidité fe ſublime au haut
CHALCOS . Cuivre. du vaſe. C'eſt pourquoi les
CHALCUTE . Æs- Chymiſtes Hermétiques ont
uftum , ou cuivre brûlé. crû pouvoir comparer leur
CHAMBAR . Magnéle cuvre, ou ce qui s'y paſſe
philoſophique . pendant les opérations, au
CHAMBELECH . Elixir. développement de l'Univers
CHAMPS ÉLISÉES, lors de la création.
Lieu de repos , où les Poëtes CHAPITEAU. Quel
ont feint que Mercure con ques Chymiſtes ont ainſi ар »,
duiſoit les ames des Héros pellé la leſſive , & l'eau de
& des Juſtes après leur mort. ſavon . Johnſon .
Voyez ce qu'on doit enten CHAPITEAU D'ALEM
dre par les Champs Eliſées , BIC . Les Philoſophes ont
dans l'explication de la Def donné ce nom à la matiere
cente d'Énée aux Enfers , à de l'ouvre parvenueau noir,
la fin des Fables Egyptien CHARBON. Preſque
nes & Grecques dévoilées. tous les Philoſophes diſent
CHANDÈL . Coloquinte, que leur feu p'eſt point un
CH CH 75
feu de charbon ; & ils diſent l'æuvre. Il faut du charbon ,
yrai , parce qu'ils ne regar- mais dans un tems ſeule
i dent pas le feu de nos cui- ment , qui eſt celui de l’é
fines > ou des laboratoires preuve.
chymiques, comme leur feu . CHARBONS DU CIEL .
Quand ils'agit du régime du Ce ſont les étoiles.
feu , il faut l'entendre du ré CHARBONS HUMAINS .
gime du feu philoſophique, Excrémens des hommes.
& non du feu de charbon . CHARIOT DE PHAE.
Philalethe & pluſieurs au- TON. eſt un des noms
. tres , comme Denis Zachai- que les Philoſophes Chymi
! re , parlent du feu de char- ques ont donné au grand
1 bon comme d'un feu nécef- oeuvre. Phaëton eſt le ſym
faire à l'æuvre . Ce dernier bole des mauvais Artiſtes ,
dit entr’autres , que ſes pa- qui ayant tout ce qu'il faut
rens voyant la quantité de pour faire la pierre , igno
menus charbons dontilavoit rent le feu philoſophique ,
fait proviſion , lui diſoient ou ne fçavent pas le con
qu'il ſeroit accuſé de faire la duire , & brûlent la matiere ,
fauſſe monnoye. Philalethe reprefentée par la Terre á
dit que celui qui entreprend laquelle ce fils du Soleil mit
l'æuvre ne doit pas être du le feu pour n'avoir pas ſçu
nombre des pauvres , à cauſe conduire le chariot de fon
des dépenſes de vafes & de pere .
charbons dont il faut faire CHARON , fils de l'E
uſage. Il réduit même la rebe & de la Nuit , ſelon
quantité qu'il en faut pour Héliode , étoit le Nauton .
tout l'ouvre , à cent meſures _nier des Enfers; il paſfoit les
pour les trois ans entiers . ames féparées des corps par
Voyez ſur cela ſonouvrage les trois fleuves , l'Acheron ,
qui a pour titre : Enarratio le Styx & le Cocyte. Les
methodica trium medicina- Chymiſtes Hermétiques re
rum Gebri. On ne doit ce gardent Charon comme le
pendant pas prendre toutes lymbole de la couleur grife
les paroles à la lettre , car qui n'eſt qu'un paffage de la
d'Eſpagnet que Philalethe a noire à la blanche ; & les
ſuivi pas à pas, dit qu'il reſte trois fleuves font les putré
très-peu de dépenſes à faire factions qui arrivent dans les
à celui qui a les matieres trois opérations de l'auvre ,
préparées & convenables à que Géber a nommé laMé
76 CH Сн
decine du premier , du ſe- que en effet des viciſſitudes
cond & du troiſién: e ordre. de grandeur dans la prunelle
Dans chacune la matiere des yeux de cet animal. Elle
doit ſe diſſoudre & fe putré- ſe conforme aux change
fier , & parvenir à la couleur mens des phaſes de la Lune.
noire, à laquelle fuccéde la Elle augmente lorſque cette
griſe, qui eſt Charon ; c'eſt planette eſt dans ſon croiſ
pourquoi on le dit fils de ſant; elle diminue lorſque la
l'Erebe & de la Nuit. Pen- Lune eſt dans ſon déclin.
dant cette couleur griſe la CHAUX , en termes de
matiere fe volatilile , l'eſprit Chymie , ſe dit de toutes ſor
fe ſépare du corps, & le lai- tes de corps réduits en pou.
ton philoſophique ſe blan- dres impalpables , ſoit par
chit : voilà le paſſage des l'action du feu , ſoit par les
ames par les , trois fleuves eaux fortes. Quelques - uns
our parvenir aux champs prétendent qu'on ne doit
Eliſées , repréſentés par la donner le nom de chaux
blancheur.Voyez les Fables qu'aux poudres des corps
Egypt . & Grecq. dévoilées, métalliques ou des miné
liv . 3. ch. 6 . raux ; & que celles des au
CHARTRE DES PH [ - tres doivent ſe nommer'cen
LOSOPHES. C'eſt la Ta- dres. On dit chaux de Lune
ble d'Emeraude d'Hermès , ou d'argent , chaux de Sa
ainfi nommée , parce que turne ou de plomb , &c.
c'eſt le premier écrit connu CHAUX DES PELERINS .
fur la Pierre philofophale. C'eſt le tartre.
Quelques- uns ont pris ces CHAUX - VIVE eſt auſſi
termes dans le ſens de pri- un terme de Science Her
fon , & ont entendu le four- métique, que les Sages ont
neau & l'auf des Philofo- employé pour ſignifier la
phes. matiere au blanc.
CHAT. Cet animal étoit CHEF-i)'EUVRE DE
un fymbole hiéroglyphique L'ART. C'eſt la pierre des
chez les Egyptiens, qui l'a- Philoſophes, l'élixir parfait
doroient ſous le nom d'Æ- au rouge. Quelques Chy
lurus. Il repréſentoit la Lune miſtes lui ont donné ce nom
ou Mercure philofophique, avec raiſon , puiſque c'eſt la
parce que le Chat ſemble plus excellente choſe que
reſſentir les effets des in- l'homme ait pû imaginer
Auences lunaires. On remar . pour ſon bien être.
CH CH 77
$
e CHEIZI ou CHEIRI. Pa- pour cela qu'ils ont imaginé
racelſe le prend pour le mer- anciennement des chevaux
e
cure quand il parle desminé- pour traîner le char du So
raux ,& pourdes fleurs lorſ- leil & des Dieux.Laomedon
e qu'il eſt queſtion des végé- refuſa à Hercule les chevaux
taux. Ainſi lorſqu'il dit , de la qu'il lui avoit promis pour
3 fleur cheizi ou cheiri tiréede récompenſe dece qu'il avoit
l'argent , il faut entendre l'é- délivré Héſionne. ' Hercule
lixir philoſophique au blanc. fit manger Diomede à ſes
Quelques autres le prennent propres chevaux. Voyez les
pour l'antimoine , d'autres Fables Egypt, & Grecques
pour l'or potable . Johnſon. dévoilées , 1. 5.6 , 11. & 14 .
CHELOPA . Jalap . CHEVEUX . C'eſt le
3 CHÊNE CREUX. Rebis philofophique,
Fourneau des Sages. La Fa CHÉ VRE AMAL
ble parle d'un chêne creux THÉE . V. AMALTHÉE .
*
contre lequel Cadmus perça La Chévre étoit adorée en
5
le dragon qui avoit dévoré Egypte comme le Bouc ,
ſes compagnons. La lance dont voyez l'article .
qu'employa Cadmus eft le CHIBUR ou CHIBUT .
feu , ferpent fignifie le Soufre des Sages quand il eſt
mercure . Le chêne creux parvenu à la couleur rouge,
étant le fourneau ſecret des CHIEN. Cet animal étoit
Sages , on voit pourquoi les en grande vénération chez
Anciens l'avoient conſacréà les Egyptiens ſous le nom
Rhéa femme de Saturnę . d'Anubis. Il étoit chez eux
CHESEP . L'air que nous le ſymbole du Mercure des
reſpirons ; c'eſt auſſicelui des Sages ; auſſi les Anciens l'a
Philoſophes. Si vous ne ti- voient- ils conſacré à ce Dieu
rez l'eau de l'air , la terre de aílé. Pluſieurs ont donné le
l'eau , & le feu de la terre , nom de Chien à la matiere
vous ne réuſſirez point dans du grand @uvre. L'un l'ap
l'auvre , diſent Avicenne & pelle Chien d'Arménie , l'au
Ariſtote. tre dit que le Loup & le
CHEVAL . Les Chy- Chien ſe trouvent dans cette
miſtes Hermétiques ont fou- matiere ; qu'ils ont une mê
vent pris cet'animal pour le me origine , & néanmoins
fymbole des parties volatiles que le Loup vient d'Orient
de leur matiere , à cauſe de & le Chien d'Occident. Ra
fa légereté à la courſe. C'eſt fis. L'un repréſente le fixe
78 CH CH
& l'autre le volatil de la ma- lées , dans les articles des
tiere . Dieux & des Héros fuſnom
CHIEN D'ARMÉNIE eſt més .
un des noms queles Philoſo CHISIR MINÉRALE.
phes Hermétiques ontdonné Soufre principe des métaux.
à leur ſoufre , ou au ſperme CHISTI PABULUM .
mâle de leur pierre. Urine d'un enfant.
CHIENNE DE CO CHOP - CHINA. C'eſt
RASCENE eſt un des noms le Kina.
que les Philoſophes chymi CHOSE VILE. Lorſque
ques ont donné à leur mer- les Philoſophes ont dit que
cure , ou ſperme féminin de leur matiere eft vile , mépri
leur pierre . ſée , jettée dans les rues &
CHIMERE ( la ) , fille ſur les fumiers , ils ont parlé
de Typhon & d’Echidna , ſincérement , parabolique
étoit un monſtre ayant la ment , & allégoriquement.
tête & la poitrine du lion , On la jette réellement, par
le ventre & le train de der- ce qu'on en ignore le prix ;
riere d'une chévre , & une mais quand ils l'appellent
queue de dragon. Bellero- . une choſe vile , c'eſt qu'on
phon fut envoyé pour com- ne jette communément que
battre la Chimere , & de- les choſes viles & mépriſa
meura vainqueur avec le ſe- bles , & que leur matiere en
cours du cheval Pégaſe, & putréfaction reſſemble à tout
les armes dont les Dieux lui ce qui eſt putréfié, que l'on
avoient fait préſent. Voyez jette ſur le fumier à cauſe de
les Fables Egypt. & Grecq. ſa puanteur, & qu’on regar
dévoilées , liv .3. C. 14. 8 : 3. de non - ſeulement comme
CHIRON le Centaure , inutile , mais comme dom
fils de Saturne & de Phil- mageable. Il ne faut donc
lyre. Chiron devint le maître pas s'imaginer que la ma
d'Eſculape , de Jafon ,d'A- tiere des Sages , quoique fi
chille , &c . S'étant bleſſé par commune dans ſon principe
mégarde avec une des flé- que tout le monde peut l'a
ches d'Hercule ſon diſciple , voir , ſe trouve toute prépa
la playe s’envenima au point rée en mercure . On donne
qu'il en mourut , après avoir à la vérité ce ſoin à la Natu
obtenu cette grace de Jupi- re , mais il faut l'aider , en lui
ter. Voyez les Fables Epyp- fourniſſant ce qui eſt requis ,
tiennes & Grecques dévoi- & de la maniere requiſe.
CH CH 79
BS Ceux qui prennent le mer-elle eſt feu , elle eſt air, & ne
1. cure vulgaire pour cette cho-
reſſemble à aucun de ces élé
ſe vile , fe trompent donc mens . Comme elle renferme
bien lourdement. Paracelſe les propriétés & les vertus
dit au ſujet de cette matiere ,
des choſes ſupérieures & in
le que la pierre qu'une femme férieures de l'Univers , on
jette à ſa vache , vaut ſou-
lui donne à juſte titre les
1 vent mieux que la vache noms de tous les individus ,
même. ſans qu'elle ſoit nullement
Chose ( la ) qui a les ſpécifiée à aucuns d'eux en
pieds noirs, le corps blanc particulier. Cette diverſité
& la tête rouge. C'eſt , en de noms a trompé, & induit
termes de Science Hermé tous les jours en erreur un
tique , l'ouvrage de la pierre ; grand nombre de gens qui
! parce que la matiere devient cherchent la pierre ; mais
d'abord noire dans la putré, elle n'a proprement qu'un
faction , puis blanche dans nom connu de tout le mon
la régénération , enfin rouge de , des hommes comme des
dans la fixation . Les Philo- femmes, des vieux comme
fophes ne parlent gueres que des enfans, des ſçavans com
de ces trois couleurs , parce me des ignorans ; parce que,
qu'elles ſont les principales , comme dit Morien , elle eſt
& que les autres durent fort pour le riche comme pour le
peu . pauvre , pour l'avare com
CHOSE UNIQUE . Ma- me pour le prodigue , pour
tiere des Philoſophes après les vieux & les jeunes , pour
la conjonction de l'eſprit & ceux qui ſont debout comme
du corps , ou mercureanimé pour ceux qui ſontaſſis ; &
des Sages. Cette matiere eft comme dit Baſile Valentin ,
véritablement unique dans qu'elle renferme toutes cho
ſon eſpece , quoique fort fés , parce qu'elle eſt toutes
cominune , & que perſonne choſes.
ne puiſſe s'en paſſer ; mais Il faut bien diſtinguer la
elle acquiert encore mieux matiere des Sages avant la
cette qualité d'unique apres putréfaction & après la pu
ſa putrefaction . Elle contient tréfaction. Dans le premier
tout, quoiqu'elle ne reſſem- cas , elle eſt telle que je l'ai
ble proprement à rien de ce décrite lorſque j'ai dit qu'elle
qui exiſte dans le monde . étoit pour tout le monde ;
Elle eſt eau , elle eſt terre , dans le ſecond , elle eſt pro
Сн CH CI
prement la matiere des Sa- ſignifie cette fiction dans le
ges ; elle eſt leur mercure , livre 6 , des Fables Egypt.
& la miniere de leurs mé- & Grecques dévoilées.
taux ; & c'eſt d'elle qu'ils di CHRYSÈS . Voyez l'ar
ſent, que leur mercure ren- ticle précédent.
ferme tout ce que cherchent CHRYSOCALCOS ,
les Philoſophes. C'eſt leur Oripeau ,
azoth qui fuffit avec le feu . CHRYSOR. Vulcain
CHRONOS. Voyez SA- des Phéniciens. Voyez VUL
TURNE . CAIN.
CHRYSAOR . Fils de CHYBUR. Soufre . Pas
Neptune & de Méduſe , ſe- racelſe dit ( Lib. de Nat.
lon quelques-uns ; & ſelon rerum ) qu'il n'y a point de
d'autres, né du ſeul ſang qui meilleur remede que le Chy
coula de la bleſſure faite à bur , pour les maladies du
Méduſe par Perſée. Chry- 'poulmon , quand il eſt pré
ſaor fut pere de Geryon. paré & ſublimé trois fois
Voyez cette fiction expli- avec des chaux minérales.
quée dans les Fables Egypt. CHYLE. Matiere des
& Grecq. dévoilées , liv. 3. Philoſophes en putrefaction ,
ch . 14. & . 3 CIBATION. Nutrition
CHRYSÉIS , fille de de la matiere ſéche des Phi
Chrysès Prêtre d'Apollon , lofophes avec ſon proprę
échut par le fort à Agamem- lait , donné modérément,
non , Chef de l'armée des Riplée. Si l'on donne ce lait
Grecs qui alloient faire le en trop grande abondance ,
fiége de la ville de Troye. l'enfant deviendra hydropi,
Chrysès la demanda à Aga- que , & la terre ſera ſubmer:
memnon , qui la lụi refuſa . gée par le déluge . Il faut
Ce pere déſolé s'adreſſa à donc l'adminiſtrer peu à peu
Apollon ; & ce Dieu , pour & avec proportion .
venger ſon Prêtre , ſuſcita CIBUR & CHIBUT ,
une peſte effroyable dans le Voyez CHYBUR .
camp des Grecs. Calchas CICEBRUM . C'eſt l'eau
confulté , répondit qu'il fal- dęs Philoſophes,
loit rendre Chryſeis à ſon CIDMIA . Litharge .
pere , & que la peſte ceſſe CIEL . Ce terme a diffé ,
roit. Agamemnon s'y déter- rens ſens chez les Philo
mina quoique malgré lui, & fophes Hermétiques. Il ſe
la peſte ceſſa. Voyez ce que prend en général pour le
vafe
C1 CI 81
vaſe des Sages dans lequel l'Epoux & l'Epouſe qui s'em
font leur ſéjour Saturne ; bråſſent très – étroitement ;
Jupiter & tous les autres parce que l'eſprit volatil ne
Dieux. ſert de rien s'il n'eſt rendu
CIEL VÉGÉTABLE . C'eſt fixe en la nature duquel il
leur eau mercurielle , leur doit pafler.
quinteſſence céleſte tirée du CIMMÉRIENNES .
vin philoſophique. Chriſto- ( Ombres). Ce ſont les brouil
phePariſien . lards qui s'élevent dans le
CIEL DES PHILOSO- vaſe philoſophique pendant
PHES ſe prend auſſi pour la la putrefa &tion .
quinteſſence ou matiere plus CINNABRE. Matiere
épurée des élémens. Telle métallique , de laquelle on
eſt la pierre philolophale & tire le mercure vulgaire.
l'élixir parfait au rouge. Pa Les Anciens donnent auſſi
racelle a fait un ouvrage ce nom au ſang de dragon.
qui porte pour titie: Cælum Pline, liv. 33. c. 2. de ſon
Philoſophorum . Il y traite Hiſtoire Naturelle , l'appelle
de tous les métaux Tous les Cinnabre des Indes, pour le
noms des planettes, & il y diſtinguer du métallique; &
1 dit dans l'article de Saturne : ajoute qu'il ſe forme du ſang
que ſi les Alchymiſtes ſça- des dragons qui ſe battent
voient ce qu'il contient , ils contre les éléphans , dont
ne travailleroient que ſur cet- l'énorme poids les accable ,
te matiere . quand l'éléphant tombe ſur
CIEL. Les Philoſophes eux en mourant.
Hermétiques ont auffi don On trouve aufli le nom
né ce nom au feu céleſte qui de Cinnabre dans pluſieurs
anime les corps élémentés. Auteurs, pour dire Minium.
Les corps ſont plus forts ou Pluſieurs Chymiſtes ont
plus foibles , ſelon qu'ils con- mal-à-propros pris le cinna
tiennent plus ou moins de bre vulgaire & naturel pour
ce feu ; & leur longue durée la matiere de l'auvre des
dépend de la forte union de Philofophes; on ne ſçauroit
l'eſprit céleſte avec l'humide en tirer que du mercure com
radical. Cette union eſt ce mun , ou argent-vifvalgaire.
que les Philoſophes appel- Le cinnabre des Sages eſt
lent le Ciel & la Terre réu- leur mercure ſublimé, puri
nis & conjoints , le Frere & fié, fixé au rouge , qu'ils ap
la Sæus , Gabritius & Beja , pellent foufre . C'eſt alors ce
F
82 C ] CL
ſerviteur rouge dont parle CLARETE . Blanc
Tréviſan. d'æuf.
CINYRAS eft accuſé CLARTÉ , en termesde
par les Poëtes d'avoir com- Science Hermétique , figni
mis un incefte ayec fa pro fie la blancheur qui ſuccéde
pre fille Myrrha , & de cet à la noirceur de la matiere
inceſte , diſent - ils , nâquit en putréfaction.
Adonis. Voyez ce que figni CLEF. Terme de Sciene
fie cette fiction dans les Fa- ce Hermétique , qui ſignifie
bles Egypt. & Grecques dé- tant la connoiſſance de la
voilées, liv. 4. ch . 4. matiere propre à l'ouvre ,
CIRCÉ l'Enchantereſſe , que la maniere de la travail
fille du Soleil & de la Nym- ler. Il ſe prend auſſi pour les
phe Perfeïs ; elle étoit fæur marques de l'ouvrage bien
d'Atès Roi de Colchos. Ja- ou ' mal conduit. Dans ce
fon & Medée ſe retirerent dernier ſens, la premiere clef
chez elle , après qu'il ſe fut eſt la noirceur qui doit
emparé de la toiſon d'or. roître au plus tard après le
Voyez les Fables Egypt. & quarantiéme ou quarante
Grecques dévoilées , liv. 2. deuxiéme jour , faute de la
chap. I. quelle couleur l'Artiſte doit
CIRE . Matiere des Sages croire qu'il n'a pas bien opé
pouflée au blanc. ré , & il faut alors recom
CIRCULATION eſt un mencer. Bafile Valentin >
terme de Science Herméti- Religieux Bénédictin , a fait
que , qui outre le ſens chy- un ouvrage ſur la pierre phi
mique, ſignifie encore la réi- loſophale , intitulé les Douze
tération des opérations du Clefs. Georges Riplée, An
grand ceuvre pour la multi- glois, en afait un ſur le même
plication de la quantité & Tujet qui a pour titre , les
des qualités de la pierre. Douzë Portes.
CISEAUX . C'est le feu CLIBANIQUEMENT ,
des Philoſophes , de mệme ſuivantlaproportion du four
. que la lance , l'épée , &c. neau.Flamel dit d'après Ca
CIST ou KIST .Meſure lid , ſi ton feu n'eſt meſuré
des liquides , contenant deux clibaniquement; c'est- à -dire ,
pintes ou quatre livres. John- avec poids & meſure des ma
fon . tieres , quine ſont que le ſou
CLANCHEDEST . fre & le mercure des Philo
Acier . ſophes.
CL CO CO
CLOUER. Fixer la ma- parable du fixe & du volatil
tiere volatile , par la digef- en une maſſe fi fixe qu'elle
tion que l'on en fait quand ne craint point les atteintes
elle eſt mêlée avec la fixe. du feu le plus violent , &
CLYTEMNESTRE , communique fa fixité aux
fille de Jupiter & de Léda , métaux qu'elle tranſmue .
& femme d’Agamemnon , COAGULE . Preſure.
qu'elle fit mourir après ſon COAGULER , en ter
retour dela guerre de Troye, mes de Chymie Herméti
pour jouir plusà ſon aiſe de que, ſignifie donner une con
ſon amant Egyſthe. Oreſte , liſtence aux choſes liquides ,
fils d'Agamemnon , vengea non en en faiſant un corps
3
la mort de fon pere , & fit compacte , ou dont les par
périr fa mere avec Egyſtheties ſeroient liées comme
dans le temple d'Apollon. celles du lait devenu fro
Voyez les Fables Egypt. & mage , mais en lesdeſſéchant
Grecques dévoilées , liv. 3. de leur humidité ſuperflue ,
chap . 14. S. 4 . en
COAGULATION .. poudre , & puis en pierre.
.
Terme de Phyſique & de Les Philoſophes chymi
eine Chymie . C'eſt le lien de la ques appellent auſſi coagu
compoſition des mixtes , qui ler, cuire la matiere juſqu'à
fait le mutuel attouchement la perfection du blanc ou du
des parties. La coagulation rouge.
n'eſt que le rudimeut de la COBALES. Voyez SA
fixation . Il y a deux ſortes de TYRES.
Menu coagulations , comme deux COBASTOLI . Cendre .
'fortes de ſolutions. L'une ſe COCILIO . Poids de ,
fait par le froid , l'autre par onze onces . Johnſon.
le chaud , & chacune fe ſub COCYTE . L'un des
diviſe encore en deux , l'une fleuves ou marais de l'Enfer.
eft permanente , l'autre ne Voyez PLUTON , ENFER.
i l'eſt pas. La premiere s'ap C LUS. Voyez Ciel.
a pelle fixation ,& l'autre ſim CEUR . Quelques Chya
plement coagulation. Les miſtes ont donné ce nom au
lit métaux ſont un exemple de feu , d'autres à l'or quand ils
celle -là , les fels le font de ont parlé des métaux. Johny.
celle-ci. COHOB . Sable .
La Coagulation philoſo COHOBATION . Di
phique eſt la réunion inſé- geſtion & circulation de la
F ij
84 CO CO :
inatiere dans le vaſe , pen- preſſé, il briferoit les portes
dant leſquelles ia partie vo de la priſon , & s'enfuiroit
latile monte au haut du vaſe , ſans efpérance de le rattrap
& en retombant elle ſe mê- per ; c'eſt -à -dire qu'il ne faut
le , pénétre , & ſe cohobe pas trop pouſſer le feu , afin
d'elle -même avec la partie que le mercure , ou eſprits
fixe qui ſe trouve au fond. volatils de la matiere , ne
Telle eſt la cohobation phi- caſſe pas le vaſe ; ce qui ar
loſophique ; terme employé riveroit infailliblement ſans
ſeulement par ſimilitude , & cette attention : ou file vaſe
par comparaiſon avec la co étoit aſſez fort pourréfifter ,
hobation priſe dans le ſens le mercure ſe brûleroit & de
des Chymiſtes vulgaires. viendroit inutile.
COHOBER eſt auſſi un Quelques Adeptes ont
terme de Science Herméti- donné le nom de colere à la
que , qui ſe ditdans le même maticre parvenue à la cou
ſens des Chymiſtes , mais leur orangée.
cependant fans addition de COLLE . On trouve ce
nouvelle matiere , & ſans le terme dans quelques Chy
ſecours de l'Artiſte . miſtes, pour fignifier le fiel
COHOPH . Paracelſe ſe de taureau. Johnſon .
ſert ſouvent de ce terme au COLLE D'OR . Borax
lieu de cohober , cohobation . ou chryſocolle des Anciens.
COHOS. Toutes les par- Colle d'or, dans le ſens Here
ties du corps renfermées ſous métique , veut dire la ma
la peau. Quelques Chymif- tiere des Philoſophes en pu
tes l'ont employé par allu- tréfaction après le mélange
ſion au terme de cahos , & du mercure & de l'or des
pour faire voir le contraſte de Sages. Cette réunion a pris
l'ordre & de l'arrangement chez eux le nom de Ma
des parties du corpshumain , riage.
avec la confuſion du cahos . "COLOMBE. D’Eſpa
COLERE . Les Philo- gner & Philalethe ont em
ſophes Hermétiques diſent ployé l'allégorie de la Co
qu'il faut bien prendre garde lombe pour déſigner la par
de ne pas trop pouſſerVul- tie volatile de la matiere de
cain , de peur d'irriter Mer- l'æuvre des Sages. Le pre
cure , dont la colerę eſt fort mier a emprunté de Virgile
à craindre pour l'Artiſte , ( Eneid. liv. 6. ) ce qu'il dit
parce que ſe trouvant trop de celle de Vénus ,pour le
CO CO
orite tems de la génération du fils COMIDI & COMISDÍ.
du Soleil ou régne de Vénus Gomme arabique.
philoſophique. Le ſecond a COMMIXTION . Quel
dit que les colombes de Dia- ques Philoſophes ont ſubfti
à
ne ſont les ſeules qui ſoient tué ce terme ceux de CON
ME capables d'adoucir la féro- jonction , mariage , union.
cité du dragon ; c'eſt pour le La commixtion le fait pen
tems de la volatiliſation ,où dant la putrefa &tion , parce
les parties de la matiere ſont que le fixe & le volatil ſe
dans un grand mouvement, mêlent alors pour ne plus ſe
quiceſſe à meſure que la cou- féparer.
leur blanche , ou la Diane COMPAGNON . Mer
Hermétique ſe perfectionne. cure philoſophique animé
Les Souffeurs doivent bien de ſon ſoufre , & pouſſé au
faire attention à cela , s'ils blanc.
W ne veulent pas perdre leur COMPAR . Les Adeptes
argent à faire des mélanges entendent par ce terme le
fous d'argent vulgaire avec fixe & ale volatil,mercure &
F d'autres matieres pour par- l'or des Sages , qui agiſſent
venir au magiſtere des Phi- ſucceſſivement dans l'au
lofophes. vre ; le mercure ou la fe
COLONNES D'HER- melle prend d'abord la do
CULE. Ce ſont deux mon-mination , jufqu'à la fin de
la putréfaction ; lorſque la
tagnes ſituées au détroit de
matiere commence à ſe def
Gibraltar; l'une eft appellée
ſécher & à blanchir , l'or
Calpé , du côté de l'Eſpagne;
prend le deſſus. Ils travail
celle qui eſt à l'oppoſite en
lent enſuite de concert à la
Afrique, ſe nommoit Abyla.
perfection de l'oeuvre .
Voyez ces deux articles.
COMBUSTION . Vieux COMPLEXION . Tems
où la matiere eſt dans une
mot que l'on trouve dans les
parfaite diſſolution , ce qui
ouvrages de quelques Chy-
eſt indiqué par une couleur
miſtes, pour ſignifier l'action
très-noire. Le terme decomma
trop violente du feu ſur la
matiere . plexion ſignifie lemême que
COMERISSON eſt un putréfaction , fubmerfion s
des noms de la pierre des
mixtion.
Sages parvenue à la blan COMPOSÉ. Le compoft
cheur. des Philoſophes eſt ce qu'ils
COMETZ . Une demi-. appellent auſſi leur compôr,
goute , F iij
86 CO CO
leur confe&tion. Donc cette la naiſſance de l'homme &
noirceur de couleur enſei- des animaux.
gne qu'en ce commence CONCIERGE DU PA
ment la matiere ou le com- LAIS . ( Sc. Herm . ) Plu
pofé commence à ſe pourrit , fieurs Chymiſtes ont inter
& ſe diſſoudre en poudre prêté ce terme de l'Artiſte ;
plus menue que les atomès mais Bernard , Comte de la
du ſoleil , leſquels le chan- Marche Tréviſanne, connu
gent enſuite en eau perma- ſous le nom du bon Trévi
nente. Flamel. ſan , l'entendoit du mercure
COMPOSITION. Mê- ou eau philoſophique , qui
lange des principes matériels adminiſtre au fourneau fe
de l'auvre. Ce terme veut cret la chaleur requiſe , parce
dire la même choſe que mix . que ce fourneau ſecret & le
tion , aſſemblage de pluſieurs vaſe philoſophique ne ſont
choſes, mais demême na autre que cette eau , comme
ture ; c'eſt- à- dire l’union du on peut le voir dans les ar
mercure & du ſoufre des ticles Vafe F , ourneau ſecret.
Philoſophes , qui , quoique CONDER . Encens ma
deux choſes différentes, for- le , Oliban .
tent néanmoins de la même CONFECTION. Mê
racine , comme les feuilles & lange de pluſieurs choſes ,
les fleurs d'une plante. c'elt- à -dire du mercure & du
COMPOST , en termes ſoufre philoſophiques. L'oeuf
de Philoſophie chymique , des Philoſophes, dit Flamel,
ſignifie la matiere de la pierre eſt un matras de verre , que
au noir ; parce qu'alors les tu vois peint en forme d'é
quatreélémens ſont comme critoire , & quieſt plein de
unis . confection de l'Art , c'eſt- à
CONCEPTION. Ma- dire , de l'écume de la mer
riage , union qui ſe fait du rouge , & du fouffle dy vent
volatil & du fixe de la ma- mercuriel..
tiere des Philoſophes pen CONFITURE. Elixir
dant qu'elle eſten putréfac- des Philoſophes. Qu'il fuit
tion. Les Chymiſtes Her- fait confiture compoſée d'ef
métiques diſent que la con- pece de pierre , & qu'il en
ception du fils du Soleil & ſoit fait une médecine pour
de leur jeune Roiſe fait dans guérir , purger & tranſmuer
ce tems- là. Ce terme a été tous corps en vraie Lune.
employé par comparaiſon à Flamela
CO CO 87
CONGÉLATION , en tion des principes. Riplée.
termes de Science Hermé- : Il y a trois eſpeces de con.
PA tique , ſignifie lamême choſe jonctions. La premiere eſt
P. que coagulation . C'eſt pro- appellée double. Elle ſe fait
prement un endurciſſement entre l'agent & le patient,
ife d'une choſe molle, par le le mâle & la femelle , la for,
des deſſéchement de l'humidité me & la matiere , le mercure
& la fixation du volatil. C'eſt & le ſoufre , le ſubtil & l'é
er dans ce ſens qu'Hermès a pais.
dit , que la force de la ma La ſeconde s'appelle tri
tiere ſera parfaite, fi l’eau eſt ple ,parce qu'elle réunit trois
réduite en terre ; parce que choles, le corps, l'ame &
tout le magiſtere conliſte à l'eſprit. Faites donc en forte
réduirela matiere en eau par de réduirela trinité à l'unité.
la ſolution , & à la faire re La troiſiéme eft dite qua .
tourner en terre par la coa- druple , parce qu'elle réunit
2 gulation . Congéler, teindre les quatre élémens en un
& fixer ne ſont que la même ſeul viſible , mais qui ren
opération continuée dans le ferme les trois autres. Sou
même vaiſſeau . venez -vous , dit Riplée , que
CONGÉLER ſignifie le mâle a cinq vaiſſeaux re
faire le mariage , réunir le quis pour la fécondité , &
volatil au fixe , joindre les la femelle quinze. Scachez
natures , faire la paix entre donc que notre Soleil doit
les ennemis ; ce qui ſe fait avoir trois parties de ſon
d'abord par la ſolution , & eau , & notre Lune neuf.
puis par la coagulation . CONJONCTION ſignifie
CONJONCTION. Réu- auſſi l'union du fixe & du
nion des natures répugnan- volatil , du frere & de la
tes & contraires en unité fæur , du Soleil & de la Lu
parfaite . Cette conjonction ne . Elle ſe fait pendant la
les convertit tellement l'une noirceur qui ſurvient à la
en l'autre , qu'elle en fait un matiere pendant la putréface
mariage indiſſoluble même tion . Les Philofophes l'ap
à la plus grande violence pellent auſſi Conception
du feu. Les Philofophes dé- Union des élémens , Com
finiſſent encore cette con- mixtion.
jonētion , un aſſemblage & CONJONCTION DE
une réunion des qualités ſé- L'AME AVEC LE CORPS.
parées , ou une adéqua « Expreſſion Hermétique , qui
F iv
88 CO CO
ſignifiele moment où la ma CONVERSION DES
tiere parvient au blanc. A ÉLÉMENS. ( Sc. Herm . )
l'heure de la blancheur , ou Ceux qui prennent à la leta
de la conjonction de l'ame tre les termes des Philofo
avec le corps ( dit Philale- phes Hermétiques fe font
the) on verra de grandsmi- imaginés que leurs élémens
racles ; c'eſt- à -dire , toutes étoient en effet quatre cho
les couleurs imaginables . fes diſtinctes & ſéparées
CONJONCTION Té- qu'il falloit extraire d'une
TRAPTIVE . Mêlange in- matiere , & qu'il falloit en
time des principes du com- fuite convertir l'une en l'au
poſé des Sages. trę ; c'eſt - à - dire , faire par
CONNEXION. Voyez exemple de l'huile de l'eau ,
COMPOSITION Mix- & de la terre du feu , ou du
TION . feu faire de l'air , & de l'air
CONTRITION , en faire de l'eau , & de l'eau
termes de Philoſophie chy- faire de la terre.Par les opé
mique , fignifie réduire en rations de la Chymie vul
poudre , mais ſeulement en gaire on extrait de chaque
deſſéchant l'humidité de la mixte quatre choſes, un ef
matiere par le régime du prit, une cau flegmatique ,
feu , & non pas qu'il faille une huile , & une terre ap
la broyer dans un mortier pellée caput mortuum ou tête
ou autrement. morte. D'autres ont nommé
CONVENANCE ou ces quatre choſes'un ſel, un
ADAPTATION , eft lorſ- foufre , un mercure , & une
que la projection ſe fait ſur terre damnée , ou inutile .
un métal en fuſion , ou ré- Ceux qui ſe font imaginés
duit en forme coulante ou parvenir au magiftere des
mercurielle ; alors on dit que Philoſophes par ces opéra
ce métal a de la convenance , tions de la Chymie vulgaire ,
ou fimilitude de nature avec ont donné le nom d'air å
l'élixir fait du mercure des l'huile , que d'autres ont ap
Sages . Les Philoſophes re- pellée foufre, celui de feu à
commandent auſſi de choiſir l'eſprit , celui d'eau à l'eau
pour faire l'oeuvre une ma- flegmatique , & enfin celui
țiere qui ait de la convenance de terre les uns au fel , les
avec le métal ; parce que autres à la terre damnée .
d'un arbre on ne fait pas un Mais les élémens des Phi
beuf, ni d'un boeufun métal, lofophes ſonttout- à - fait dit
со CO 89
férens; leurs opérations ſont lange du fixe & du volatil,
celles de la Nature & non que les Adeptes appellent
et de la Chymie vulgaire ; leur mâle & femelle.
feu eſt renfermé dans leur COQ. Animal que les
terre & ne s'en ſépare point, Anciens avoient conſacré à
ens & leur air eſt contenu dans Minerve & à Mercure . Les
10 leur eau . Ils n'ont donc que Chymiſtes Hermétiques ont
deux élémens viſibles , dont comparé leur feu au coq , à
une il faut faire la converſion ; cauſe de la vigueur , de ſon
en c'eſt- à - dire que leur eau activité & de ſon ardeur, &
all: change leur terre en fa na ont donné en conſéquence
1 ture liquided'eau , & qu'en- le nom de Coq à leur ſoufre
20, fuite tout le compoſe qui parfait au rouge .
d étoit devenu eau , doit de CORAIL ROUGE eſt
venir terre ; en devenant eau un des noms que les Phi
222 tout devient volatil , & étant lofophes ont donné à leur
réduit en terre tout devient pierre quand elle eſt fixée
fixe. Ainſi quand ils parlent au rouge , qui eſt le degré
du froid & de l'humide , il de fa perfection. C'eſt ſans
faut entendre leur eau , & le doute pour cetteraiſon que
chaud & le fec ſont leur les Anciens ont feint que le
terre . corail s'étoit formé comme
CONVERTIR LES Chryſaor , du fang répandu
ÉLÉMENS . Terme de de la bleſſure que Perſée fit
Chymie Hermétique. Dif- à Méduſe ; puiſque les Phi
UN ſoudre & coaguler ; faire le lofophes Hermétiques ont
corps eſprit, & l'eſprit corps, pris également Chryſaor &
US le volatil fixe, & le fixe vo- le corail pour fymbole de
des latil: tout cela ne ſignifie que leur ſoufre parfait.
era. la même choſe. La Nature CORBATUM . Cuivre .
ire, aidée de l'Art , le fait dans CORBEAU , en termes
le même vaſe des Philoſo- de Science Hermétique, fi
phes par la même opération gnifie la matiere au noir
2118 continuée. Lorſque la ma- dans le tems de la putré
'eau tiere eſt bien purifiée & ſcel. faction . Alors ils l'appellent
celu lée dans l'auf, il s'agit feu auſſi la Tête du corbeau ,qui
les lement de conduire le feu . eſt lépreuſe , qu'il faut blan
née. COPHER. Bitume ou chir , en la lavant ſept fois
Phi Aſphalte . dans les eaux du Jourdain ,
COPULATION. Mé- comme Nahaman . Ce ſont
go CO Со
les imbibitions , fublima- de corps parfaits & de corps
tions , cohobations, & c. de imparfaits. On ne réuſſira ja
la matiere , qui ſe font d'el- mais à faire une bonne mul
les-mêmes dans le vaſe par tiplication , ſi l'on ne réduit
le ſeul régime du feu . les corps parfaits en leur pre
CORBINS. Ouvrage de miere matiere , c'eſt -à - dire
la pierre des Philoſophes. en mercure. Parce que dès
Dist. Herm . qu'ils ſont parfaits , on ne
CORDUMENI. Carda- peut rien en faire de plus
mome. tant qu'ils reſteront dans cet
CORNE D’AMAL- état de perfe &tion .
THÉ E. Les Philoſophes CORPs ſe prend auſſi par
Hermétiques diſent que cet- les Chymiſtes pour le ſel
te fable doit s'expliquer de philoſophique, ou leur terre
la pierre philofophale , parce feuillée , qui s'impreigne du
qu’outre les biens de la for- ſoufre & du mercure com
tune , elle donne tous les me d'une ame & d'un eſprit.
biens capables de ſatisfaire Vous ne réuſſirez jamais ,
les deſirs de l'homme dans diſent- ils , ſi vous ne fpiri
ce monde. Voyez les Fables tualiſez le corps, & ne cor
Egypt. & Grecques dévoi, porifiez l'eſprit ; c'eſt-à-dire ,
lées , liv. 3 . ch. 4. ſi vous ne rendez le fixe vo
CORNE DE CERF . Bec latil, & le volatil fixe . Ils ap
du chapiteau des alembics , pellent auſſi corps leur ma
ſelon quelques Chymiſtes. gnéſie , leur ferment , leur
COROCRUM. Fer- teinture ; & ils diſent en con
ment de la pierre. ſéquence ,, que le corps ne
CORONIS . La Fable en pénétre point les corps ſans
nomme deux , l'une comp- le ſecours de ſon eſprit.
tée parmi les Hyades , l'au CORPS IMPARFAIT .
tre mere d'Eſculape; celle- C'eſt l'arſenic des Philoſo
ci périt de la main d'Apol- phes , leur Lune , leur fe
lon, & fut changée en cor- melle. Dès le commence
neille. Voyez les Fables ment de l'ouvre, il faut cal
Egypt. & Grecques dévoi- ciner le corps parfait en le
lées, liv. 3. ch. 12. q. 2. mariant avec le corps impar
CORPS . Les Philoſo- fait. Phil. On doit auſſi pu
phes appellent corps ce qu'ils rifier ce corps en lui ôtant
nomment auſſi métaux. C'eſt tout ſon ſoufre ſuperflu , brû
pourquoi ils parlent ſouvent lant & combuftible , & ma .
CO CO 91
nifeſter ce qu'il a dans ſon monte au ciel ,pour y être
intérieur. Le ſigne de la par- glorifié. Pour le dire ſans
mul faite fublimation ou dépura- énigme, c'eſt le ſoufre par
tion , eſt une couleur blan- fait au rouge , qui doit être
TC che, céleſte ,éclatante com- diſſout par le mercure ,dont
10 me celle de l'argent le plus il a été formé; & lui- même
16 fin bien bruni , & dans ſes forme l'Androgine ou Rebis
caſſures l'éclat du marbre ou des Philoſophes après ſon
los de l'acier le plus poli. Alors union avec le mercure.
cette femme proſtituée eſt CORPS BLANC . Terre
rétablie dans ſon état de vir- feuillée des Philoſophes, ou
ginité intacte , & peut être magiſtere au blanc.
fel donnée en mariage au Soleil CORPS IMPROPRE
terreſtre , quoiqu'elle ſoit ſa MENT DIT. Magiftere ou
mere , & ſa fæur. Philal. mercure des Sages , lorſqu'il
u CORPS DISSOLUBLE . n'eſt pas encore entierement
OIK C'eſt la miniere même du fixé.
EIS mercure diffolvant des Sa CORPS LE PLUS VOI
ges . C'eſt le corps terreſtre sin . Les Philoſophes ont
01 que ce mercure doit laver & ainſi appellé leur inagiſtere
Je, purifier. Ce qui a engagé les au blanc , parce qu'il eſt dans
TO. Philoſophes à dire , que le un état qui approche le plus
2 mercure engroſſe fa propre de la fixité parfaite , qui eſt
mere , qu'il la fait mourir , leur magiftere au rouge.
ler qu'il la purifie, la reſſuſcité CORPS IMMONDE . C'eſt
Cof enfin avec lui-même, parce le mercure avant la prépa
qu'il s'y unit fi intimement ration; quelquefois dans le
labi qu'il ne s'en ſépare jamais. tems de la putrefaction dans
Ce corps eſt fixe, & le mer- l'oeuf philoſophal , & alors
IT: cure eft volatil. Il doit ſubiron l'appelle auſſi Corps mort .
/0 la torture du feu & de l'eau , CORPS CONFUS. Voyez
feo mourir & renaître par l'eau CORPS IMMONDE.
& l'eſprit, pour parvenir en. CORPS MIXTE , Matiere
Oce
cale fin à un repos éternel. Phi- au noir.
lalethe dit que la couleur de CORPS NET ET PUR.
m le
ce corps eſt brune , un peu Matiere au blanc.
rougeâtre & ſanséclat ; qu'il CORPS PROPRE DE
pilo
tant doit être difTout & exalté ; L'Art . C'eſt la pierre au
orú il faut enſuite qu'il ſubiſſe la rouge , ou l'or des Phila
mort , qu'il reſſuſcite , & qu'il ſophes.
ma
92 CO CO
CORPS ROUGE . Voyez cipitation ſe fait par la fixa
CORPS PROPRE . tion de ce ſoufre volatil
CORPS MORT. La ma cette fixation par la conden
tiere au noir pendant la pu- fation , cette condenſation
tréfaction , appellée auffi par la réfrigération intrinſe
Mort, Nuit, Ténébres, Sé- que , & cette réfrigération
pulchre , Tombeau , & c. par l'addition des fels lixi
CORRECTUM. Vinai- vieux.
gre diſtillé. On doit conclure de là
CORROSIF. Les Philo- que plus on raréfie un eſprit
ſophes rejettent de l'oeuvre ardent , tel, par exemple ,
toute eau forte ,ou autredif- que celui du vin , plus on a
folvant corroſif. Ceux -là ſe un corroſif violent ; ou un
trompent donc bien fort , foufre ou un fel mercurielde
quitourmententles métaux , plus en plus corroſif, ſelon
l'or , l'argent, le mercure , qu'il eſt plus rectifié par les
par les eaux fortes pour en diſtillations réitérées.
faire le diſſolvant philoſophi CORSUFLÉ ou CAR
que , ou pour en tirer le fou- SUFLÉ. Soufre des Philo .
fre & la teinture aurifique. ſophes fixé au rouge.
Le mercure des Sages doit CORTEX MARIS.
diſſoudre l'or ( des Philofo- Mercure desSages.
phes ) ſans corroſion, com CORUSCUS. La pilo
me l'eau chaude diffout la ſelle.
glace. CORYBANTES. Pre
CORROSION. Aftion tres de Cybele , mere des
du fel & du ſoufre mercu- Dieux. Ils folemnifoient les
riels , volatils & très - raréfiés fêtes de cette Déeſſe au fon
de certains corps , qui par du tambour, & danſoient au
leur pénétration & fulfuréité ſon des flûtes , des trompet
brûlent & déſuniſſent les par- tes , en faiſant un grand bruit
ties des corps avec leſquels avec leurs armes . C'eſt par
ils ſont mêlés. On remarque ce moyen qu'ils empêche
cette action dans l'eau -forte, rent Saturne d'entendre les
qui prouve cette définition cris du petit Jupiter , que
quand on altére ſon activité Rhée avoit confié à leurs
par la précipitation de ce ſoins. Voyez ce qu'on doit
foufre mercuriel. Elle perd entendre par les Corybantes,
alors toute fon ignéité & fa Fables Egypt. & Grecques
vertu corroſive. Cette pré - dévoilées , liv . 3. chap . 4 .
CO CO 23
COS. INe qu'Hercule rau que l'on donne en général
vagea , ſelon la Fable ; parce à tous les remedes faits pour
qu'Eurypile , Roi de l'Ille , corriger les défauts de la
ne l'avoit pas bien reçu. Les peau , & entretenir la beau
Philoſophes Spagyriques re- té ,ou la procurer. Ce terme
gardent l'Iſle deCos com a été fait de Cofmet , Anti
me le ſymbole de leur ma- moine , parce que les An
tiere mile dans le vaſe pour ciens employoient beau
y être digérée. Si l'on y met conp ce minéral à l'uſage
t trop de mercure , qui n'eſt dont nous venons de parler.
1 autre choſe qu'Hercule, le L'Ecriture ſainte en parle en
2 vaſe ſe briſera , toute la ma- plus d'un endroit.
1 tiere ſe répandra ou ſe dir COSU MET. Voyez
e fipera ; & c'eſt le ravage Cosmec.
qu'Hercule fit dans l'ifle de COTONQRIUM . Li
Cos. Il faut donc avoir grand queur.
ſoin de ne pas verſer trop COULEUR . Les cou .
abondamment le mercure leurs des choſes , & parti
ſur la matiere contenue dans culierement des fleurs, ont
le vaſe , elle en ſeroit inon- leur principe dans le ſoufre
5. dée. Si l'onen met trop peu, & le ſel mercuriels des corps
le feu y prendra , le vaſe ſe colorés. Une preuve bien
briſera , & tout ſera perdu . convaincante , c'eſt qu'àme
Il faut arroſer ſouvent & peu ſure que ces parties volatiles
à peu . C'eſt cette précaution s'évaporent, la couleur s'é
manquée , qui fait que beau- vanouit , du moins fon éclat
23 coup d’Alchymiſtes ne réuſ- & fa vivacité , & fait place
fiſſent pas , quoiqu'ils tra- à une autre couleur moins
vaillent d'ailleurs ſur la vraie vive , compoſée d'un foufre
matiere , & qu'ils ſe ſervent plus terreſtre & moins ſubtil.
i des fourneaux & du feu phi- Il eſt d'ailleurs certain qu'on
loſophique requis dans les ne trouve point de couleurs
opérations du grand cuvre. dont le ſujet ne ſoit gras ,
COSMAI. Teinture ou oléagineux- & très - combur
cap de ſafran . tible .
COSMEC & COS COULEUR: Les Philoſo
$
it MET. Antimoine des Phi- phes Hermétiques regardent
loſophes , & des Chymiſtes les couleurs qui furviennent
, yulgaires. à la matiere pendant l'opé
COSMÉTIQUE . Nom ration du grand cuvre ,
94 CO CO
comme les clefs de cet Art, ſolution de la matiere . Elle
& les indices certains de la doit toujours précéder la
vérité & bonté de la matie- blanche & la rouge .
re , & du bon régime du feu . La blanche marque la
Ils en comptent trois princi- fixation bien avancée de la
pales qui ſe ſuccédent, mais matiere ; & la rouge ſa fixa
dont la ſucceſſion eſt inter- tion parfaite.
rompue par quelques autres Toutes ces couleurs doi
couleurs paſſageres & de vent reparoître dans l'opé
peu de durée. La premiere ration de la multiplication ;
principale eſt la couleur noi- mais elles ſont d'une durée
re , qui doit ſe faire voir au d'autant plus courte , qu'on
quarante - deuxiéme jour au réitére plus ſouvent les opé
plus tard. Elle diſparoît peu rations pour perfectionner
à peu , & fait place à la blan- & multiplier la quantité &
che . A celle - ci ſuccéde la les qualités de la pierre.
citrine , qu'ils appellent leur Lorſque la matiere eft
Or. Enfin , la couleur rouge comme de la poix noire fon
ſe montre , & c'eſt la Fleur due , ils l'appellent le Noir
de leur or , leur Couronne plus noir que le noir -même,
royale , & c. Les couleurs leur Plomb , leur Saturne ,'
paſ ageres font la verte , qui leur Corbeau , &c . Et ils di
marque l'animation & la vé . ſent qu'il faut alors couper
gération de la matiere ; la la tête du Corbeau avec le
griſe , ou le régne de Jupi- glaive ou l'épée , c'eſt- à -dire
ter , qui ſuit immédiatement avec le feu , en le continuant
la noire , ou le régne de Sa- juſqu'à ce quele Corbeau ſe
turne ; les couleurs de la blanchit.
queue du paon . La couleur Ces différentes couleurs,
Tyrienne, ou couleur de que la matiere prend en fe
pourpre , indique la perfec- cuifant, ont donné lieu aux
tion de la pierre. Philofophes d'appeller cette
Si la couleur rouge paroît matiere de preſque tous les
avant la noire , c'eſt un ſigne noms des individus de la Na
qu’on a trop pouſſé le feu , ture . Son odeur & fes pro
& que l'ouvrage ne réuſſira priétés lui en ont fait don
pas. Il faut alors recommen- ner quelques autres ; & ils
cer. avouent dans leurs Ouvra
La noire eſt un indice de ges , qu'ils n'ont jamais nom
putréfaction & d'entiere dil mé cette matiere par ſon
со Со 95
e nom propre vulgaire , au LESTE , Corona Cælica ,
moins lorſqu'ils en ont parlé en termes d’Alchymie , ti
pour la déſigner. On peut gnifie Eſprit de vin. Mais
2 voir une partie de ces noms quand Raymond Lulle &
dans l'article Matiere des les autres Philoſophes par
Philoſophes. lent de l'eſprit de vin , du
COULEUVRE. Serpent vin blanc , du vin rouge , il
ou reptile honoré par les ne faut pas les prendre à la
Payens comme repréſentant lettre ; ils entendent par ces
Eſculape. Voyez ESCULA- termes le mercure rouge &
PE . Les Poëtes ont feint que le mercure blanc qu'ils em
les Gorgones & les Furies ployent dans le grand @u
avoient des couleuyres en- yre.
1 trelaflées dans leurs che COURONNE ROYALE .
veux. Voyez Méduse . On C'eſt la pierre parfaite au
repréſentoitSaturne ayant à rouge , & propre à faire la
1 la main une couleuvre qui pierre de projection .
dévore ſa queue. Voyez SA COURONNE VICTO
TURNE . RIEUSE . C'eſt la même
Les Philoſophes Hermé- choſe que Couronne royale.
tiques ont donné le nom de Quelques Philofophes ont
. Serpent & de Couleuvre à la cependant donné ce nom à
T matiere de leur Art. Voyez la matiere lorſqu'elle com
les Figures d'Abraham Juif , mence à ſortir de la putré
dans Flamel. faction , ou de la couleur
COUPER avec des ci- noire ; parce qu'ils diſent
feaux ou tout autre inſtru- qu'alors la mort eft vaincue ,
ment , ſignifie cuire , digérer & que leur Roi triomphe
la matiere fans ouvrir ni re- des horreurs du tombeau ,
muer le vafe. Ainſi couper & de l'empiredes ténébres.
la tête du corbeau, veut dire 2 COUVERCLE DU
continuer la cuiſſon & la di- VASE . C'eſt le noir plus
$ geſtion de la matiere de l'au- noir que le noir-même, ou
vre parvenue à la couleur la matiere parfaitement dif
noire , pour la faire paffer à foute , & dans une entiere
la grife, & de-là à la blan: putrefaction.
che. Les ciſeaux , l'épée , la CRACHAT DE LA
lance , ſont le feu philoſo- LUNE. C'eſt la matiere de
phique . pierre philofophale ayant fa
COURONNE CÉ- préparation , Les Sages don
69 CR CR
nent auſſi ce nom à leurmer- diſſolution , l'eau dans la
cure préparé . quelle ſe réſout cette matie
Pluſieurs Chymiſtes ont re , paroît de couleur bleu
donné le nom de Crachat de céleſte , puis violette , enſuite
la Lune , ou Sputum Lune , rouge , pourprée, & s'éclair
au flos cæli, & ont travaillé siffant après cela , elle de
avec lui, comme ſur la vé- vient couleur d'aurore , &
ritable matiere du grand u- enfin ambrée couleur d'or.
vre ; & il eſt vrai que ce flos La pellicule furnage très
cæli eſt bien capable d'in- long-tems dans cette eau ;&
duire en erreur. Il eſt aſſez il ſe précipite au fond du ma
difficile de décider de ſa na tras dès le commencement
ture. C'eſt une eſpece d'eau de la diſſolution , une eſpece
congélée , fans odeur & fans de poudre blanche comme
ſaveur , reſſemblant à une de l'amidon. Mais pour cela
fraile de veau verte , qui ſort il faut avoir cueilli le flos
de terre pendant la nuit, ou cæli avant le lever du ſoleil ,
d'abord après la ceſſation & l'avoir nétoyé exacte
d'un grand orage. Dans les ment, morceau à morceau
plus grandes chaleurs , cette de toute la terre & au res ma .
matiere conſerve uñe froi- tieres étrangeres qui pour
deur très- grande quand on roient s'y être attachées. Plu
la tient à l'ombre. Sa matiere fieurs perſonnes m'ont aſſuré
aqueuſe eſt très-volatile , & qu'on faiſoit avec le fios cæli
s'évapore à la moindre cha- un excellent remede pour
leur à travers une peau ex- guérir un nombre de mala
trêmement mince quila con- dies. Il faut avoir foin de ne
tient. Elle ne ſe diſfout, ni point toucher ni cueillir le
dans le vinaigre , ni dans flos cæli avec aucun métal ,
l'eau , ni dans l'eſprit de vin ; mais ſeulement avec du bois
mais ſi on renferme le flos ou du verre.
cæli tout nouveau dans un CRAYE BLANCHE .
vafe bien ſcellé & luté, il s'y Matiere de l'Art parvenue
diſſout de lui-même en une au blanc .
eau extrêmement puante , CRAYE NOIRE . Matiere
fentant comme les excré pendant la putréfaction.
mens humains très- corrom CRETE ( Ife de dans
pus , ce qui manifefte une laquelle fut élevé Jupiter.
abondance de ſoufre volatil. Voyez les Fables Egypt. &
Au commencement de la Grecq. dévoilées, liv . 3. c.4 .
CRETHÉE ,
CR CR 97
CRETHÉE , fils d'Eole , me, qui étant devenu éper
pere d'Eſon & d'Amythaon . dûment amoureux de la
Voģez le liv. 2. ch. 1. des Nymphe Smilax , fut chan
Fables Egypt. & Grecques gé en une plante que nous
dévoilées. nommons Safran. Les Chy
CRIBLE. Les Philofo- miſtes Hermétiques ont que
phes ont donné ce nom à quefois appellé Crocus, ou
leur aiman ou corps impar- ſafran , leur matiere fixée au
fait, qu'ils ont aufli appellé rouge -orangé.
Argent- vif d'Occident, & CROIX . Les croix , en
aflez ſouvent Mercure des Chymie vulgaire , font des
Philoſophes coagulé & non caracteres qui indiquent le
fixe ; c'eſt la même matiere creuſet , le vinaigre , & le
qu'ils ont nommée Dragon vinaigre diſtillé. Mais en fait
Babylonien, Lion vert,Vi- de Science Hermétique , la
3 naigre très-aigre , Eau de la croix eft , comme chez les
1 mer, Feu ſecret, Saturnie Egyptiens , le ſymbole des
végétable , Herbe triom- quatre élémens . Et comme
phante quicroît ſur les mon- la pierre philofophale eſt,
tagnes ; mais proprement diſent-ils , compoſée de la
leur Lune , Sæur & femme plus pure ſubſtance des élé
du Soleil , fon Ombre, Eve , mens groſſiers , c'eſt-à -dire ,
Beya , Fille de Saturne , & de la Tabſtance même des
Vénus , enfin leur Femelle . élémens principes , ils ont
111 CRIBLER. C'eſt cuire la dit: in cruce ſalus, le ſalut
matiere , & la purifier par la eſt dans la croix ; par ſimili
ſublimation philoſophique. tude du ſalut de nos ames
CROCODILE. Les rachetées par le fang de Je
Chymiſtes Hermétiques , à fus- Chriſt attaché ſur l'arbre
hy
l'imitation des Egyptiens , de la croix . Quelques - uns
ont mis le crocodile dans d'entr'eux ont même pouſſé
E leurs hiéroglyphes , pour la hardieſſe plus loin , &
ſymbole de la matiere de leur n'ont pas craint d’employer
@uvre ; parce qu'il vit ſur les termes du nouveau Tel
terre & dans l'eau , & que tament pour former leurs al
leur matiere eft auffi eau & légories & leurs énigmes.
terre alternativement. Jean de Roquetaillade , con
DS
CROCOMMA, Marc nu ſous le nom de Jean de
de l'huile. Rupe Sciſa , & Arnaud de
&
CROCUS. Jeune hom- Villeneuve diſent dans leurs
G
98 CR CR
ouvrages ſur la compoſition" fait ſur la maniere de procé
de la pierre des Philoſophes : der dans les opérations du
il fautque le Fils de l'Homme grand cuvre . Ce ſont eux qui
ſoit élevé ſur la croix avant ont inventé les caracteres qui
que d'être glorifié ; pour dé- font en uſage encore aujour
ligner la volatiliſation de la d'hui dans les livres de Chya.
partie fixe & ignée de la ma- mie , pour ſignifier tant les
tiere . Jean de Dée , Anglois, drogues que les opérations
a fait dans ſon traité de l' @ u- requiſes pour leurs prépara
vre des Sages , une compa- tions. On trouve ces caracte
raiſon très - étendue de la res chymiques, avec leur ex
pierre philofophale , avec le plication , dans preſque tous
myftere de notre Rédemp- les ouvrages modernes qui
tion . Son traité a pour titre : traitent de la Chymie vulgai
Monas Hieroglyphica. re ; je crois qu'il eft inutile de
CRYBTIT . Soufre. les rapporterici,d'autantplus
Voyez KYBRIC . qu'on les trouve rarement
CRYPTOGRAPHIE . dans les traités Hermétiques
Art d’écrire en caracteres qui nous reſtent. Mais com
non apparens ,ou inconnus , me on y voit quelquefois
ou défigurés , qu'on appelle d'autres caracteres , & des
communément écriture en manieres d'écrire & de s'ex
chiffres. Cette maniere d'é- primer qui ne ſont pas ordi
crire eſt en uſage particulie- naires , j'en inſérerai quel
rement parmi les Ambaſſa- ques exemples dans cet ar
deurs des Princes , afin que ticle.
ſi leurs lettres étoient inter Premier exemple.
ceptées, on ne pût pas dé- r Antimoine.
chiffrer ce qu'elles contien- 8 Aſphalte ou bitume.
nent . Chacun peut ſe former Orpiment.
une cryptographie à ſa guiſe. Sel armoniac .
Cardan , Tritheme , Schot, 8 Or .
Kircher , Porta & pluſieurs mj Orpiment rouge.
autres ont fait des traités ſur Vitriol Romain .
cet Art. m Soufre .
Les Philofophes Hermé- + Alurr.
tiques toujours attentifs à ca- % Alun de plume.
1 cher le ſecret de leur Art, ont Sel nitre .
quelquefois uſé de ce moyen )( Mercure.
dans les ouvrages qu'ils ontMercure .
CR . CR
och 99
Second exemple. métiques ils ont fait uſage
des planettes & des ſignes.
Les opérations de l'oeu
ET vre exprimées par les douze ( OP H *.
Out 1. 2. 3. 4. 5 . 6.
fignesi 7. 8 .
Chr
r La calciriatiori. ou
that
8 La congélation, r8 % # 82 mp 2 m
ar? Ħ La fixation . 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8.
o La diſſolution .
)( o t .
re 82. La digeſtion . 9. 10. 11. 12.
000 my La diſtillation .
— La ſublimation . ou
m La ſéparation . ✓ 8 % . Ħ 2 m
++ L'incération . 1 . 2. 3. 4. 5. 6 .
7.
% La fermentation . i w )( 5 + .
w La multiplication . 8. 9. 10. 100. 200 .
26. La projection. Quelques - uns ont em
ployé les caracteres chymi
pher D'autres ayan égard au
t ques au lieu des lettres de
influences des ſignes & des l'alphabet , de la maniere
planettes ſurles membres & qu'on le trouve expliqué
parties du corps humain , dans le Bouquet Chymique
ont fubftitué lesnoms de ces de Planiſcampi.
membres aux noms des fi On у trouve auſſi des
TARQUE

‫ܶܠܐ܂‬
gnes par leſquels ils figni- chiffres au lieu de lettres ,
foient les opérations , ou les ainſi : LYO.1
choſes dontnous venons de 1. 2. 3. 4. 5i 6. 7. 8 . 9.
parler . Ils en ont même for. a. c. ii 0. ú. l. m. no r.
& mé divers alphabets tels que
les ſuivans. ou
9. 8. 7. 6 . 5. 4. 3. 2. I.
DC E A % + * m a. e. i. 0. u. la m. n . 1.
b c d e f òh
Ou avec tout l'alphabet
h ) m 2 O mêlé avec des chiffres, de la
ii inn о р ч r maniere ſuivante :
Noto$ . l. b. c. d . 2. f.g. h. 3. k. 6.4
* * {• a.b. c. d . e. f.g. h. i. k. l. me
Quand il s'eſt agit d'ex- 8. 4. p.4 . 9. fo.t. s. x..y.t .
primer des nombres arith- Thi e. p. q . 1. f. t. 4. * . y
IOO CR CR
Autrement en changeant Quelqu es- uns ont écrit à
les lettres , & les ſubſtituant rebours à la maniere des Hé.
les unes aux autres ;prenant , breux , ainſi :
par exemple , l'n pour l'a , Prenez la matiere que vous
ainſi :
ſcavez; faites-en le mercure
a . b. c. d . e. f. g . h. i. l. m. ſelon l'art, & de ce mercure
1. O. p . qotis. t. U. X. y. 7. vous ferez l'æuvre.
On prend dans l'exemple Zenerp al ereitam cuq ſuou
précédent l'a pour l'n , le b zevacs ; ſetiaf-ne el erucrem
pour l'o , & ainſi de ſuite. Et noles tra'l, ie ed ec erucrem
par converſion l'n pour l'a , ſuou zeref eryuæ'l.
l'o pour le b , &c.
On en voit qui ont pris les Ceux qui ont voulumieux
cacher la choſe , ont ajouté
caracteres des planettes pour
indiquer les ſept jours de la une lettre inutile au com
ſemaine , par les noms qui mencement, au milieu , & à
leur conviennent ; & les ont la fin de chaque mot. Exem
auſſi appliqués aux ſept opé- ple :
rations de l'art Hermétique , L'azoth des Philoſophes eft
ſçavoir , à la diſſolution , pu leur mercure.
tréfaction , calcination , diſ MPabzothi adoesp uphia
tillation , coagulation , fubli- logfophefa leſati pleruri
mation , & fixation. Ils ont imeracurct.
donné auſſi les douze con
ſonnes b , c , d , f , g , l , m , Ces exemples doivent fuf
n , P 9 1,5, 1 , aux douze fire pour montrer les diver
mois de l'année , aux douze ſes façons d'écrire en ma
ſignes, & aux douze régimes niere cachée ; mais ils ont
de l'Art. Et 9,2,1, k , aux employé auſſi des figures
quatre élémens, aux quatre fymboliques & des hiéro
ſaiſons, aux quatre vents car- glyphes ſur leſquels on ne
dinaux , aux quatre humeurs peut donner aucune régle
du corps humain ; ils ont ré- certaine, parce que chaque
ſervé l'h pour exprimer l'ef- Philoſophe les a imaginés à
prit univerſel du monde, ſa fantaiſie, comme on peut
parce que c'eſt une lettre af- le voir dans les Figures de
pirée , & que cet eſprit du Senior , d'Abraham Juif, de
monde ſe trouve dans l'air Flamel, de Majer , de Baſile
plus particulierement. Valentin , & de tant d'autres,
CU CY IOI
CUBIT. Terre ou ſoufre parce qu'elle avoit mis quel
rouge des Sages . ques obſtacles à l'enleve
CUCURBITE. Four- ment de Proferpine. Voyez
neau ſecret des Philofophes ; les Fables Egypt . & Grecq.
quelquefois le vaſe qui con- dévoilées , liv . 4. ch . 3 .
tient la matiere du fourneau CYANÉES . Deux Iles
016
ſecret, dans lequel ſe cuit & autrement appellées Sym
ſe digére la matiere de l'art plegades , qui ſe trouvent à
Hermétique. l'entrée du Pont-Euxin . Les
CUIRE. C'eſt laiſſer agir Argonautes paſſerent entre
INI ces deux écueils , qui ſe heur
la matiere unique dans ſon
unique vaſe , par le feu phi- toient l'un contre l'autre , à ,
loſophique , fans jamais y ce que dit la Fable . Voyez
toucher , juſqu'au point con- les Fables Egypt. & Grecq .
nu des Sages; c'eſt - à - dire dévoilées , liv . 2. ch . 1 .
juſqu'à la perfection de cha CYBELE. Mere des
que opération , ou difpofi- Dieux & des Hommes . Hé
tion , pour s'expliquer com- fiode la fait fille du Ciel &
me Morien . de la Terre , & femme de
CUIVRE & LAITON , Saturne. Cette Déeſſe avoit
ou LETON. Matiere au pluſieurs noms; on l'appel
noir , qu'il faut blanchir . loit Ops , Proferpine, Cérés,
CURCUM . Curcuma . Ifis, Rhée. On la repréſen
CURETES . Peuples de toit ayant une couronne ſur
l'Ille de Candie , qu'on nom- la tête formée de pluſieurs
moit autrefois l'Ine de Crete.tours , & une clef à la main ,
ជំង On a ſouvent confondu les aſſiſe dans un char traîné par
Curetes avec les Coryban- quatre lions. Voyez lfis
tes & les Dactyles; on les a Cérès , Rhée , dans les Fables
auſſi appellés Idéens, à cauſeEgypt. & Grecques dévoi
du fameux mont Ida qui ſe lées , liv. I. C. 4. liv. 4. C. 2.
trouve dans cette Ine . Com- & 3. liv. 3. c . 4.
me les Anciens entendoient CYCIMA . Litharge.
par les Curetes la même CYCLOPES . Géans nés
choſe que par les Coryban- du Ciel & de la Terre, ſe
tes , voyez l'article de ces lon Héfiode; de Neptune &
770 derniers. d'Amphitrite , ſuivant Euri
CYANE , Nymphe de Si- pide. Les Poëtes nous les
Da cile , fut changée en la fon- ont repréſentés comme mi
WAN taine de ce nom par Pluton , niſtres de Vulcain pour le
Giri
102 CY CY
ſervice de la forge. Ils n'a- gnes , parce que tantdans la
voient qu'un vil rond au premiereopération que dans
milieu du front. la ſeconde, la matière doit
Apollon pour fe venger paſſer du noir à la couleur
de ce qu'ils avoient forgé les blanche. Dans la premiere
foudres dont Jupiter frappa opération ſe fait la métamor:
Eſculape , les tua à coups de phoſe du fils de Neptune , &
fléches, ce qui fut cauſe que dans laſeconde celle du frere
Jupiter le bannit du Ciel. de Phaëton .
Voyez les Fables Egypt. & Il y a encore un troiſiéme
Grecques dans les chapitres Cygnus, fils de Mars. Her
de Vulcain & d'Apollon . cule tua celui-ci ,& emmena
CYDAR . Etain , ou Ju- fon fils Hylas dans le tems
piter. de l'expédition pour la con
CYGNE. Oiſeau dont le quête de la toiſon d'or. Tuer
plumage eſt d'une blancheur ou fixer le volatil font une
éblouiſſante. Il étoit conſa- même choſe dans le ſens des
cré àVénus & à Apollon . Philoſophes. Ainſi changer
Les Philofophes Herméti- le fils de Neptune en cygne ,
ques l'ont très ſouvent pris ou tuer Cygnus , ne font
pour le ſymbole de leur ma. qu'une & même choſe >
tiere parvenue au blanc. ce que la couleur blanche ne
CYGNUS. La Fable fait fe manifeſte que lorſque la
mention de pluſieurs perfon- matiere ſe fixe dans la pre
nages de ce nom , l'un frere miere opération. Dans la ſe
ou proche parent de Phaë- conde , le fixe qui avoit été
ton , l'autre fils de Neptune, volatiliſé par la diffolution &
tous deux changés en cy- la putréfaction , ſe fixe une
gnes. Ce qui ſignifie la même ſeconde fois en parvenant au
choſe quant au ſens hermé- blanc. Hercule emmene avec
tique ; puiſque , comme fils lui Hylas dans la conquête
de Neptune , il eſt ſorti de de la toiſon d'or; cet Hylas
l'eau mercurielle , ou mer eſt l'enfant philoſophique ,
philoſophique, qui étantle dont Herculeprend loin juf
principe de l'Apollondes Sa- qu'à la perfection de l'au.
ges, pere de Phaëton , le frere vre , qui eſt proprement la
de celui-ci ne ſçauroit man- conquête de la toiſon d'or.
quer d'être auſſi très- proche CYLLENE . Montagne
parent du premier. On les d’Arcadie ſur laquelle Maia
dit tous deux changés en cy. mit Mercure au monde, d'où
CY D A D A 103
is il fut nommé Cyllenien, On dit qu'ils montrerent les
lar Voyez les Fables Egypt. & premiers à mettre le feu en
do dévoilées, liv , 3. c. 14. Ş. 1. plage pour les beſoins & les
CYNN ABAR . Čin- commodités de la vie , &
nabre . que c'eſt à eux à qui l'édu
DO CYNOCEPHALE . Ef cation de Jupiter fut confiée.
pece de ſinge ayant la tête On les appelloit auffi Cure
de chien. Les Egyptiens ré- les , & Corybantes. Voyez
véroient beaucoup cemonſ- le chapitre de Jupiter dans
tre , parce que les Prêtres les Fables Egyptiennes &
leur faiſoient entendre que Grecques dévoilées.
c'étoit Oſiris ; pendant que DÅENECK . Voyez
ces mêmes Prêtres ne re- : DUENEZ .
: gardoient Ofiris que comme DAIB . Or philoſophi
B le ſymbole de la partie de que,
la matiere du grand cuvre DAIMORGON. La plû
qu'ils appelloient leMâle, le part des Anciens donnoient
Soufre , le Soleil, & c .Mais ce nom à ce qu'ils appel
1. ils n'en agiſſoient ainſi que loient le Génie de la Terre ,
pour cacher au vulgaire les ce que ce même nom ſigni
myfteres de ce prétendu Ofi. fie ; mais les Philoſophes
ris , qui leur étoient confiés Hermétiques l'entendoient
ſous peine de la vie . C'eſt ce du feu qui anime la Nature ,
qui engagea Démocrite Ab- & dans le particulier cet ef
déritain de ſe faire recevoir prit inne & vivifiant de la
au nombre de ces Prêtres, terre des Sages, qui agit dans
pour apprendre les ſecrets tout le cours des opérations
de la vraie Chymie , cachés du grand euvre . Quelques
ſous les figures hiéroglyphi- uns l'ontnommé Demorgon .
ques des Egyptiens. Voyez Raymond Lulle a fait un
les Fables Egypt. & Grecq, traité des opérations de la
dévoilées,liv. 1, ſect. 3.c.7. pierre , qu'il a intitulé : Der
morgon . Ce traité eſt en for
TH
D me de dialogue , & Demar
gon eſt un des interlocu
ABAT . C'eſt le gui teurs.
de chêne. DAMATAU. Gomme
DABESTIS . Tortue. des Philofophes .

aia DACTYLES . Peuples DANAÉ . La Fable ditque


OV qui habitoient le Mont Ida. Jupiter voulant jouir de Day
Giv
104 D A D A
naë renfermée dans une tour, de tout cela dans les Fables
s'y introduiſit ſous la forme Egypt. & Grecq. dévoilées.
d'une pluie d'or. Selon les DANATI. Poids de fix
Philoſophes Spagyriques, il grains.
faut expliquer cette fable des DANAUS . Voyez DA
opérations de la pierre Phi- NAIDES .
lofophale. La tour où Da DANIC ou DANICH.
naë étoit renfermée , eft l'a- Terme arabe que quelques
thanor ou four philofophi- Médecins & quelques Chy
que fait en forme de tour , miſtes ont employé pour
dans lequel on met l'oeuf, & ſignifier une demi dragme ;
dans cet æuf le mercure , re- Fernel pour fix grains leule
préſenté par Danaë , avec ment, Agricola & d'autres
lequel on fait la jonction , pour huit.
ou, comme ils diſent, le ma DANSIR. Sable .
riage du ſoufre repréſenté DAPHNÆUS. Surnom
par Jupiter . Voyez les Fa- d'Apollon . V. APOLLON .
bles Egypt, & Grecques , DAPHNÉ , fille du fleu
liv . 3. ch . 14. S. 3 . ve Pénée , en fuyant pour ſe
DANAIDES , filles de ſouſtraire aux pourſuites d'A
Danais , au nombre de cin- pollon , eut recours à ſon pe
quante , mariées aux cin- re , qui la changea en laurier.
quante fils d'Egypte . Da- Voyez les Fables Egypt. &
naüs ayant appris de l'Ora- Grecques dévoilées , liv . 3 .
cle qu'un de ſes gendres le chap. 12.
feroit périr , il engagea ſes DARAU . Gomme des
filles à tuer chacune fon Philoſophes.
mari la premiere nuit de DARDANIE . Premier
leurs noces. Hypermneſtre nom de la ville de Troye ,
fut la ſeule qui épargna le qui lui fut donné de ſon fon
ſien nommé Lyncée , quien dateur.
effet tua dans la ſuite Da DARDANUS , fils de
naüs , & s'empara de fes Jupiter & d'Electre , ayant
Etats. La Fable dit que pour mis à mort ſon frere Jaſius,
punition de leurs maricides, s'enfuit en Samothrace , &
les Danaïdes furent con- de-là en Phrygie, où il båtit
damnées par' les Dieux à la ville de Dardanie. Voyez
verſer de l'eau dans un vaſe les Fables Egypt. & Grecq.
percé , juſqu'à ce qu'il fût dévoilées , liv. 6. chap. 1. &
plein, Voyez l'explication ſuivant.
D A DE DE 105
le DATEL OU TATEL . cembre E , ce terme ſignifie
PA Stramonium , ou Morelle fu- le magiftere au blanc , parce
line rieuſe . quela neige tombe au mois
DAVERIDON . Huile de Décembre , & que la ma
DA d'afpic. tiere au blanc eft comme de
DAVITI . Poids de fix la neige ; les Adeptes l'ont
CH grains d'orge. même quelquefoisappellée
fue DAURĀ . Quelques-uns de ce nom .
ont employé ce terme ara DÉCEPTE , DÉCEP
be pour ſignifier l'ellebore , TION. Vieux mots que l'on
d'autres l'or en feuilles. Rul. trouve aſſez ſouvent dans
land & Planiſcampi. Bernard Treviſan & dans
DÉAB. Or vulgaire chez Flamel ,pour fignifier trom
les Chymiſtes , & or philo- perie des Souffleurs , des
fophique quand il s'agit de Charlatans.
101 ſcience Hermétique. DÉCEVEURS. Trom
DÉALBATION. Tere peurs, affronteurs. Ceterme
mede ſcience Hermétique, eſt gaulois, & ſe trouve ſou
uk Cuire la matiere juſqu'à ce vent dans les Auteurs que
JA qu'elle ait perdu ſa noirceur j'ai cités dans l'article précé
OP
OP che"comme la neige.On . DÉCOCTION ,en ter
ta l'appelle autrement lotion mes de Chymie Herméti
ou lavement ; & c'eſt dans que , ſignifie l'action de di
ce ſens que les Philoſophes gérer , circuler la matiere
diſent: lavez le laiton juſqu'à dans le vaſe , ſans addition
ce que vous lui ayez ôté d'aucune choſe étrangere.
miet toute ſon obſcurité. Voyez CUIRE .
DÉBESSIS . Tortue . DECUIRE , ſignifie faire
V2
101 DÉCEMBRE.Magiſtere retrograder une choſe cuite
aunoir, ou tems de la putré- du degré de cuiſſon qu'on
faction de la matiere , ainfi lui avoitdonné; mais en ter
Van nommé de ce que les Phi- mes de Chymie Herméti
Lius, loſophes donnent le nom que , quelques Philoſophes
d'Hiver à cette opération , l'ont employé pour fignifier
,&
atzt & que le mois de Décembre la digeſtion , la cuiſſon de la
yer eſt le commencement de la matiere des Sages. Voyez
204 faifon où la Nature paroît CUIRE .
oiſive, engourdie& endor DECOMPOSITION .
mie, Quand ils diſent Dé- Séparation des parties d'un
106 D E DE
mixte pour en découvrir les crate. Ce corps s'y réſout en
principes ; c'eſt proprement liqueur , & tombe dans le
l'analyſe. Mais en fait de récipient mis au - deſſous.
Philoſophie Hermétique , il La ſeconde eft la défail
ne ſignifie autre choſe que lance vaporeuſe ; elle ſe fait
la réduction du corps de l'or à l'air ouvert, qu'on appelle
des Sages à la premiere ma- ſub dio .
tiere , ce qui ſe fait par la dif La troiſiéme eſt celle que
folution au moyen du mer- Rulland appelle Deliquium
cure des Philofophes. embapticum , défaillance par
DEDALE , le plus fca- immerſion. Elle ſe fait de
vant Artiſte de la Grece , ha- deux manieres: la premiere ,
bile Architecte , ingénieux en mettant le corps qu'on
Sculpteur , étoit fils d'Hyme. veut faire réſoudre en eau ,
tion , petit - fils d’Eupoleme. dans un vaſe à travers les
Dédale fitle célébre laby- pores duquel l'eau dans la
rinthe de Créte , dans lequel quelle il eſt plongé ne puiſſe
il fut renfermé avec ſon fils paſſer, ou dans une veſſie ,
Icare , & duquel ils ſe fau- ou dans un vafe de cire , afin
verent au moyen des ailes que l'eau du bain puiſſe pé.
qu'ils ſe fabriquerent.Voyez nétrer & ſuinter.
les Fables Egypt & Grecq. Si la liqueur dans laquelle
dévoilées , liv . 3. c. 14. 9. 5. on plonge ces fortes de va
DEEB . Pierre au rouge . ſes eft chaude , c'eſt ce qu'on
DEFAILLANCE , De- appelle défaillance au bain,
liquium , en termes de Chy- marie. Lorſque la défaillance
mie, eſt une réſolution en ſe fait dans l'eau froide, elle
liqueurs d'un corps fec & retient le nom de deliquium ,
coagulé. Les corps qui par- ou défaillance.
ticipent du fel font les feuls La ſeconde maniere ſe fait
qui tombent en défaillance. auſſi par immerſion , mais le
Il y a trois fortes de défail- corps mis ſeulement dans un
lances. L'une appellée def- ſachet de toile , ou plongé à
cenfion froide , qui ſe fait en nud dans quelque liqueur
expoſant dans une cave , ou pour l'y laiſſer réſoudre ;
autre lieu humide & frais , comme l'on fait aux gom ,
un corps coagulé ou calci- mes , aux ſucs coagulés, au
né , ſur un marbre , une table ſucre , &c. Dans ce dernier
de pierre ou de verre, ou cas particulierement, il faut
dans une chauffe d'Hippo- choilir pour ſon opération
DE DE 107
des liqueurs par le moyen fuivie en mariage par le
;‫ܐ‬ deſquelles on fait la défail- fleuve Acheloüs : Hercule
lance, qui puiſſent être aiſé- en étant auſſi devenu amou
ment ſéparées du corps dif- reux , combattit pour l'avoir
ſout , en cas qu'on veuille contre Acheloüs, & l'ayant
l'avoir tel; parce que la li- vaincu , il s'empara de Dé
queur diſſolvante & le corps janire. Dans le tems qu'il
diſfout ont quelquefois des l'emmenoit , il trouva ſur ſon
INS qualités contraires. chemin un fleuve large &
po DEGEGI. Poule , ou profond qu'il lui falloit tra
chaleur de la poule qui cou- verſer : ne pouvant le faire,
ve , c'eſt- à - dire , la chaleur il confia Déjanire au Cen
naturelle à la choſe. Ainſi taure Neſſus pour la paſſer à
20. quand les Philoſophes re- l'autre bord. Neſſus le fit, &
le commandent de donner au l'ayant tranſportée de l'au
régime du feu de l'ouvre le tre côté , il voulut lui faire
degré de la chaleur d'une violence. Hercule s'en étant
poule qui couve ; cen'eſt pas apperçu , décocha une fléche
a de faire un feu artificiel au à Neſſus , qui en mourut.
degré de cette chaleur d'une Pour ſe venger d'Hercule ,le
poule ,mais de laiſſer agir la Centaure dévêtit ſa robe
ek nature avec le feu inné & toute enſanglantée , la donna
12 implanté dans la matiere , à Déjanire, en la priant de
feu naturel pour le minéral, la remettre à Hercule , & de
comme celui de la poule l'eſt l'engager à lavêtir. Hercule,
T: pour l'animal. pour complaire à Déjanire ,
DEGRÉS DE FEU . la reçut , s'en yêtit , fut ſur
V. INSPISSATION . pris d'une fureur qui tenoit
DEHAB , DEHEB & de la rage , conſtruiſit un bu
fa DEHEHEB . Or des Philo- cher & s'y brûla , d'où il fut
ſophes. tranſporté au Ciel , & mis au
int DEHENE . Sang. rang des Dieux . Cette fable
DEHENES . Attrament. expliquée par les Alchymif
DEHENEZ . Vitriol Ro- tes, eſt le ſymbole de la der.
21 main . On l'a auſſi appellé niere opération du grand oeu
mi Decenec. vre , c'eſt-à - dire , de la per
au DEHIM , DEHIN , & fe &tion de la pierre.Dejanire
Fer DEM . Sang humain . fignifie la nature métalli
Jut DEJANIRE , fille d'é- que , le Centaure la matiere
0 née Roi d'Etolie , fut pour- purifiée devenue terre feuil
108 DE D E
lée, ou au blanc , & Hercule DELEGI - AZFUR. Mi
le mercure philofophique. rabolans.
Lorſque la matiere eft par DELIER LE CORPS ,
venue au blanc , & qu'elle a en termes de ſcience Her
paſſé par toutes les couleurs , métique , c'eſt tirer Je mer
elle n'a plus que le rouge , cure de la miniere , où il eſt
ou la couleur de ſang à pren- retenu comme par des liens
dre , qui eſt celle de la per- formés par les parties hété
fe & tion. Lorſqu'elle eſt dans rogênes avec leſquelles il eſt
ſon état de blancheur , ſi on mělé . Il ſe dit auſſi de la pu
l'enivre de l'eau mercurielle , tréfaction de la matiere après
& que l'on augmente le de- ſa diſſolution . V. OUVRIR .
gré du feu , comme celui de DELUGE. Les Philoſo
la canicule , Hercule alors', phes entendent par ce terme
ou le mercure , prend le vê- la diſtillation de leur matie
tement du Centaure teint de re , qui après être montée
ſang , c'eſt -à-dire la couleur en forme de vapeurs au haut
rouge , qui eſt celle d'un du vaſe , retombe ſur la terre
homme en fureur , & ſe vi- comme une pluie qui l'inon
trifie , qui eſt le dernier de- de toute entiere.
gré de perfection . DEM . Sang humain .
DEID AMIE , fille DEMORĞORGON.
de Lycomede chez lequel Voyez DAIMORGON .
Achille ſe cacha déguiſé en DENEQUAT. Borax.
femme, pour ne pas aller au DENOQUOR . Borax ,
fiége de Troye. Achille de DENSIR . Sable .
vint amoureux de Déïdamie, DENTS DU SER
obtint ſes bonnes graces , & PENT. La Fable dit
en eut Pyrrhus. Voyez ce que Cadmus ſema dans le
que ſignifie cette fiction dans champ de Mars les dents
les Fables Egypt. & Grecq. du Dragon qui avoit dévoré
dévoilées , liv . 6 . fes compagnons . Philalethe
DEIPHOBÉ , fille de recommande à l'Artiſte de
Glauque , autrement nom- s’inſtruire de ce que c'eſt que
mée Sibylle de Cumes. Ce ces dents & les compagnons
fut elle que la Fable ſuppoſe de Cadmus . Quelques - uns
avoir conduit Enée dans ſa expliquent cette ačtion de
deſcente aux Enfers. Voyez Cadmus de la premiere pré
à la fin du 6e liv. des Fables paration de la matiere des
Egypt. & Grecq . dévoilées. Sages , & Flamel en fait
.DE DE . 109
. l'application à la ſeconde , parties hétérogênes, qui s'en
c'eſt- à -dire à ce qui ſe paſſe ſéparent & fe précipitent au
S, dans le vafe après la putré- fond du vaſe dans lequel eſt
faction. Celui qui lave , ou renfermée la liqueur. On dit
er plutôt ces lavemens , qu'il cette liqueur dépoſe , pour
faut continuer avec l'autre dire que ce qu'on y avoit
moitié , ce ſont, dit Flamel , mélangé le précipite en for
é les dents de ce Serpent que me de ſédiment. Les eaux
le ſage Opérateur fémera minérales dépoſent ; les fi
- dans la même terre , d'où rops mal cuits dépoſent le
naîtront des Soldats qui s'en- ſucre , & c.
tretueront eux - mêmes. Ce DEPOUILLER . Purifier
ſont donc les imbibitions du la matiere , féparer le pur
mercure. d'avec l'impur . Il faut faire
DENUDATION. Pu- boire à outrance le vieux
tréfaction de la matiere , & Dragon par le nombre ma
ſa diſſolution. De- là , dit Fla- gique de trois fois ſept. Il dé
mel , ſont ſorties tant d'allé- pouillera pour lors ſes vieil
* gories ſur les morts , les fé- les écailles qui le couvrent
pulchres , les tombes . Les & il quittera cette lépre qui
autres l'ont nommée calci- l'infecte , comme Naaman ſe
3. nation , dénudation , Sépara- lava ſept fois dans les eaux
tion , trituration , aſation. du Jourdain. D'Eſpagnet.
DENUDATION PHILO DERAUT . Urine.
SOPHIQUE . Les Chymiſtes DER QUET. Voyez
Hermétiques ont employé VERNIS .
1 ce terme , pour dire la puri DERSES. Les Alchy
fication de leur matiere ; c'eſt miſtes entendent par ce ter
dans ce ſens qu'ils ont dit : me les vapeurs terreſtres qui
S O qu'heureux eſt celui qui a forme la ſéve, d'où naiſſent
2 pů voir la Diane toute nue ; tous les végétaux. Rulland.
c'eſt à -dire , leur matiere pu DESCENSION . Diftil
e
e rifiée de toutes hétérogénéi- ler par deſcenſion, c'eſt proa
e tés : ou leur matiere dans le prement la filtration des lie
$ régne de la Lune', c'eſt-à- queurs ; mais en termes de
S dire ,au parfait blanc. Flam . ſcience Hermétique , c'eſt la
DENYS. V. BACCHUS . circulation de la matiere .
2 DEPOSER , en termes DESENI . Mirabolans .
de Chymie , ſignifie une li DESSECHER . Cuire la
1 queur empreinte de quelques matiere , la fixer par la cir
110 . DE DE DI
culation , juſqu'à la perfec- ce de bruit ou de fifflement
tion du ſoufre ou de la pierre . qui ſe fait quand les parties
DESSICATION . Coa- volatiles de quelques mê
gulation & fixation de l'hu- langes ſortent avec impétuo
midité mercurielle. fité , ou ſont fixéespar l'aide
DESSOUS. Mettre def- d'un feu vif. Ce lifflement
fous ce qui eſt deſſus , & arrive , ſuivant les Philofo
deſſus ce qui eſt deſous, c'eſt phes, dans le moment de la
ſpiritualiſer les corps & cor- projeétion ſur le mercure.
porifier les eſprits; c'eſt-à DEUE. Matiere dûee , re
dire, en termes de Chymie quiſe & véritable . Tréviſan
Hermétique, fixer le volatil, dit qu'il travailla quarante
& volatiliſer lefixe. Ce qu’on ans ſur diverſes matieres ,
appelle auſſi la Converſion qu'il nomme,& qu'il ne put
des élémens. V. CONVER- réuſſir, parce qu'il n'opéroit
TIR . pas ſur la matiere dủe .
Les Philofophes diſent auffi DEVERIDEN . Huile de
que ce qui eſt deſſous eſt fem- nard ou delavande.
blable à ce qui eſt deſſus , DIACELTATESSON .
pour fignifier que la partie Spécifique pour les fiévres,
volatile de la matiere eſt de inventé parParacelſe.
même nature que la fixe , DIADÊME. Couleur
qu'au commencement tout rouge qui ſurvient à la ma
eſt venu d'une ſeule & uni- tiere de la pierre , à la fin de
que matiere , & que tout , chaque diſpoſition ou opé
c'eſt- à - dire le volatil & le ration. Ne mépriſez pas la
fixe , retourneront à un , & cendre , car le diadême de
ne feront plus qu'un corps. notre Roi y eſt caché. Mo
DESTRUCTION en rien .
termes de ſcience Herméti DIAMANT. Pierre par :.
que , ſignifie la diſſolution venue au blanc .
radicale des corps dans le DIAMASCIEN . Fleurs
mercure philoſophal ; ou la de cuivre.
réduction des métaux à leur DIAMETRE SPAGY :
premiere matiere , qui eſt le RIQUE . Equilibre ou tem
mercure des Sages. pérament des élémens dans
DESTRUCTION ſignifie la pierre .
auffi la noirceur , la putré DIANE , fille de Jupiter
faction de la matiere. & de Latone , & fæur d’A
DETONATION . Efpe: pollon , nâquit dans l'ille de
DI DI 111
Délos , & quoique ſoeur ju- donnent le nom de Lune , ils
melle d'Apollon , elle ſervit ' entendent leur eau mercu
de Sage - femme à Latone rielle . D'Eſpagner dit que
20 pour qu'elle mit fon frere au l'enſeigne de Diane eft la
. monde . Elle ſe plaiſoit beau- ſeule capable d'adoucir l'a
ent coup à la chaſſe , où elle ſe férocité du Dragon philoſo
fo. faiſoit accompagner parplu- phique. Philalethe appelle
pla fieurs Nymphes. Un jour cette enſeigne de Diane , ou
qu'elle ſe baignoit avec el- la couleur blanche , les Co
TCH les, A céon l'ayant vûe nue lombes de Diane. Voyez une
dans le bain , cette Déeſſe plus ample explication dans
pour le punir de la témérité les Fables Egypt. & Grecq.
es, avec laquelle il s'en étoit ap- dévoilées, liv .3. ch . 13 .
proché, le changea en cerf. DIAPENSIA . Plante
Pure
Alors ſes chiens quile mé connue ſous les noms de
connurent , ſe jeiterent ſur Pied-de.lion & Alkinoilla .
de lui & le dévorerent. Diane DIATESSADELTON.
devint enfin amoureuſe du Précipité du mercure.
V Berger Endymion , & alloit DICALEGI. Etain , ou
ſouvent lui rendre viſite , Jupiter des Philoſophes.
es , DICTÉ . Antre où nâquit
malgré le projet qu'elle avoit
formé de conſerver toujours Jupiter. C'eſt le vaſe philo
fa virginité. On la repréſen- fophique.
toit avec un arc & un car DIEUX . Nombre d'Au
quois plein de fléches ; quel- teurs ont fuppoſé que les
ba quefois avec une torche al- Dieux du Paganiſme avoient
ce lumée , montée ſur un char été des hommes que leurs
tiré par des biches , ou par belles actions , & les ſervices
un cerf & un taureau. qu'ils avoient rendus à l'hu
ar Les Anciens lui donnoient manité , avoient fait déïfier ;
particulierement trois noms; mais quand on remonte à
115 au ciel ils l'appelloient Lu- l'origine des premiers Dieux
cine , en terre Diane,& Pro . connus du Paganiſme, on
ſerpine aux enfers. voit clairement, quand on
7
Diane eſt proprement la n'eſt pas aveuglé par le pré
15 matiere au blanc , couleut ,
jugé qu'ils prirent naiſſance .
qui paroît dans l'auvre avant chez les Egyptiens. Héro
la rouge appellée Apollon. dote nous l'aſſure en plus
21
Alors c'eſt Diane toute nue . d'un endroit de ſon Hiſtoire.
Quand les Philoſophes lui Philon de Biblos ,traducteur
112 DI DI
de Sanchoniaton , ſemble l'une à l'autre ,n'eſt inventée
donner à entendre que ces que pour cacher au vulgaire
Dieux , pour la plûpart , les myfteres de la vraie Chy
avoient été des hommes tels mie ,de même que les tra
qu'Oſiris , Iſis , Horus ; mais vaux d'Hercule , la conquête
quand on l'examine de près , de la Toiſon d'or , le jardin
on voit bientôt qu'il penſoit des Heſpérides , le ſiége de
comme Hermès dans ſon Troye , les voyages d'Ofi
Aſclepius, c'eſt -à-dire, que ris , de Dionyſius ou Bac
ces Dieux n'avoient pas été chus , l'hiſtoire de Cadmus ,
hommes,mais fabriqués par celle de Théfée , d'Amphy
des hommes . L'idolâtrie a trïon , en un mot , tout ce
fait naître tous ſes Dieux du qu'Orphée , Homere , Hé
mariage prétendu de la Ter- fiode , Hérodote , Virgile &
re & du Ciel , & puis de les autres nous ont laiſſé ſur
Vulcain & Mercure , ce qui les Dieux , les Demi-Dieux
a fait dire aux Alchymiſtes & les Héros ; les Métamor
que toute la Fable n'eſt qu'u- phoſes d'Ovide même bien
ne allégorie des opérations entendues , conduifent au
de la pierre philofophale , même but. On peut en ju
parce que Mercure & le Feu ger par les écrits des Philo
repréſenté par Vulcain , font tophes Spagyriques , qui ont
les principes de tout , l'un employé très - ſouvent ces
actif & l'autre paffif. Les fables pour rendre obſcurs
Egyptiens n'entendoient au- leurs écrits , comme avoient
tre choſe par lfis & Ofiris, fait les Anciens. Voyez mon
comme on peut le voir dans Traité des Fables Egypt. &
leurs lieux, & c'eſt des Egyp- Grecques dévoilées.
tiens que les autres Nations DIGESTION. Action
ont tiré leur culte ; il n'y a par laquelle on met un corps
eu que les noms de changés. liquide avec un fluide pour
Les principaux , au nombre en faire le mélange en tout
de douze , étoient fix Dieux ou en parties , pour en ex
& fix Déeſſes; ſçavoir , Ju- traire la teinture , pour les
piter , Neptune , Mars, Mer- diſpoſer à la diſſolution , à la
cure, Vulcain & Apollon , putréfaction , pour les faire
Junon , Vefta , Cérés , Vé- circuler , & par ce moyen
nus , Diane & Minerve, volatiliſer le fixe , & fixer le
L'hiſtoire de chacun priſe à volatil, au moyen d'une cha
part, & relativement même leur convenable. Prefque
toutes
DI DI 113
toutes les opérations du par les chevaux , diſſolvent
30 grand cuyre le réduiſent à & mettent , pour ainſi dire ,
la digeſtion , que les Philo- à mort les métaux avec leſ
ſophes ont appellée de di- quels on amalgame ce mer
10
UW vers noms , ſuivant ce qu'ils cure; & qu'Hercule , qui eſt
12 ont remarqué qui ſe paſſoit le ſymbole du ſoufre fixant
dans le vaſe pendant tout & coagulant, donne le mere
le cours de l'auvre. Ainſi cure philoſophique à dévorer
quand ils uſent des termes à ſes eſprits dans l'oeuf phi
de diſtillation , ſublimation , lofophique. Fabri. Mais il
imbibitions , cération , in- me ſemble qu'Hercule feroit
20 piſſation , defcenfion , cuif- plutôt le ſymbole de l'Ar
fon , ſolution , coagulation , tiſte qui travaille ſur ce mer
& c. ils n'entendent autre curephiloſophique. Selon ce
choſe qu'une & même opé- dernier ſens, on peut expli
ration , ou la digeſtion répé- quer les hôtes & les étran
tée dans les médecines du gers qui vont voir Diomede ,
premier , du ſecond & du par cette troupe de mauvais
troiſiéme ordre. Alchymiſtes qui travaillent
DIKALEGI . Etain phi- ſur le mercure , repréſenté
loſophique. par Diomede, & qu'il fait dé
DIN ENSION . Les vorer parſes chevaux , c'eſt
Adeptes diſent que leur à -dire , par ſes eſprits volatils
.
pierre a les trois dimenſions qu'ils cherchent à fixer , &
1280 des autres corps , ſçavoir la qui ſe ruinent dans la pour
hauteur, la largeur& la pro- ſuite de ce deſſein , & fe trou
ܳ‫ܐܳܪܚ‬ fondeur. Voyez-en l'expli- vent comme dévorés. Il n'en
cation dans leurs articles. eſt pas de même d'un vrai
DIOMEDE , Roi de Philoſophe repréſenté par
Thrace , ſelon la Fable , étoit Hercule; il dompte le mer
fi cruel qu'il faiſoit dévorer cure & le donne à dévorer
por
par les chevaux les étrangers à ſespropres chevaux , & en
qui venoient chez lui. Her- fait ſortir un nouveau Roi ,
cule y fut, s'en ſaiſit, & le fit ou la pierre de projection ,
manger lui – même par ſes qui eſt le vrai or , & qui au
ANT propres chevaux . Les Philo- lieu de tyranniſer ſes hôtes ,
ſophes Hermétiques diſent les reçoit ſi bien qu'il en fait
quę Diomede repréſente le des Rois ſemblables à lui .
ierde
cha mercure philoſophique, dont Il y avoit un autre Dio
les eſprits corrolifs , fignifiés mede', fils de Tydée & de
H
114 DI DI
Déiphile , qui fut un des plus deux ou trois parties de l'ar
célébres des Héros qui ſe fenic , qui fait l'office de la
trouverent dans l'armée des femelle ; & quatre parties ou
Grecs au prétendu fiége de plus , juſqu'à douze , de l'eau
Troye. Voyez les Fables de mer des Sages. Que le
Egypt. & Grecq. dévoilées, tout étant bien mêlé , on le
liv . 5. ch . 11. & livre 6. mettra dans le vaſe , lequel
DIONYSIAQUES. Fê. ayant été bien ſcellé , on le
tes célébrées en l'honneur de mettra dans l'athanor , & on
Bacchus. Voyez le 4° livre lui donnera le régime re
des Fables dévoilées. quis.
DIONYSIUS ou DIO DISQUE DU SOLEIL .
NYSUS. V. BACCHUS . Les Chymiſtes Hermétiques
DIRCÉ , femme de Ly- ont quelquefois donné ce
cus, exerça degrandes cruau. nom à leur mercure mêlé
tés envers Antiope, premiere , avec l'or philofophique .
femme de ce Lycus, qui la DISSOLVÁNT. Les
répudia & la chaſſa pour Dir- Philoſophes Hermétiques
cé. Les enfans d’Antiope , donnent à leur mercure le
Zethès & Amphion , venge- nom dediſſolvant univerſel,
rent les inſultes faites à leur que Van- Helmont & Para
mere en attachant Dircé à celle ont donné à leur al
la queue d'un taureau in- kaeft. L'Anonyme , connu
dompté , qui la mit en pie- ſous le nom de Pantaleon,
ces. Les Dieux par commi- dit que l'alkaeſt peut ſe tirer,
ſération , la changerent en & ſe tire de lamêmeminiere
fontaine. Voyez les Fables que le mercure des Sages ,
dévoilées ,liv. 3.c. 14. 9.6. mais par des manipulations
DISPOSITION , Com- différentes , & qu'ils diffé
poſé philoſophique , appellé rent en ce que l'alkaeſt ne
par Morien diſpoſition , par ſe mêle jamais avec les corps
Tréviſan poids ou propor- qu'il diſſout , au lieu que le
tion , & par d'autres compo mercure s'y mêle ſi intime
fition. C'eſt le mêlange des ment qu'il ne peut plus en
trois principes combines phi- être ſéparé par aucun arti
loſophiquement. Philalethe fice. Ce dernier Auteur eſt
dans ſon Vade mecum , dit fingulierement eſtimé par les
qu'il faut prendre une partie Alchymiſtes ; les ouvrages
du corps rouge ou blanc, au nombre de quatre ſe trou
qui font la fonction de inâle ; vent dans le ſecond volume
DI DI 115
de la Bibliothéque de Chymie duction des corps en leur
de curieuſe de Manget . premiere matiere ; c'eft - à
BSO DISSOLUTION . dire , l'or & l'argent des Phi
Les Philoſophes chymiques lofophes en leur mercure ,
n'entendent pas par ce ter- duquel ils avoient été for
me la réduction ſimple d'un més . Diffoudre & coaguler
corps dur en liquide ; mais deux ou trois fois font toutes
la réduction d'un corps en les opérations de l'art des
ſa premiere matiere ; c'eſt- Sages , ou Prêtres de l'E
1 à -dire , en les principes élé- gypte .
mentés , & non pas élémen DISTILLATION ( la )
1 taires ; car ils n'ont jamais eſt le cinquiéme degré pour
prétendu réduire l'or , par parvenir à la tranſmutation
exemple , en- air , eau , terre des choſes naturelles . Plu
& teu mais en mercure , fieurs Chymiſtes compren
compoſé de ces quatre élé- nent ſous le terme de diſtil
mens ; quoiqu'il" participe 'ldtion , l'aſcenſion , la coho
plus de l'eau & de la terre bation , l'ablution , la fixa
2 que des deux autres , com- tion & l'imbibition. Cette
me toutle régne minéral. opération fubtilife toutes les
Ils diſtinguent pluſieurs eaux & les huiles. On tire
diſſolutions dans l'opération par ſon moyen l'eau des li
de la pierre philofophale ; queurs & l'huile des corps
l'une imparfaite , & l'autre gras.
parfaite : la premiere eſt celle La diſtillation fixe beau
qui précéde la putrefaction ; coup de choſes quand elle
parce que la diſſolution pro- eft réitérée après la cohoba
prement dite , ne ſe fait que tion des liqueurs ſur les féces.
dans le tems que la matiere Tous les minéraux aqueux
eſt au parfait noir. Tout leur ſe fixent par ce moyen. Elle
oeuvre , diſent-ils , conſiſte change la nature & les pro
OWEN dans la diſſolution & la coa- priétés des choſes, d'ameres
gulation réitérées plus d'une elle les rend douces , & de
us fois . douces ameres; cela n'arrive
16 DISSOUDRE . Réduire cependant pas toujours.
un corps folide en matiere DistilLATION , en ter
pai liquide. On appelle auſſi mes de Philoſophie chymi
FITA cette opération , décompofi- que , ne ſe dit que par fimi
e the tion ; & en termes propres litude avec la diſtillation des
de ſcience Hermétique , ré. Chymiſtes vulgaires. Le vo
Hij
316 DI DI DO
latilde leur matiere emporte gure d'un alembic pour dif
& fait monter avec lui le tiller en deſcendant ; mais
fixe , ce dernier à ſon tour quand il s'agit de ſcience
fait deſcendre le volatil ; & Hermétique , les termes de
cette circulation , qui ſe fait Diſtiller en montant ou en
dans le vaſe ſcellé herméti- deſcendant ne doivent s'en
quement , eſt proprement la tendre que de la circulation
diſtillation philofophique, à des matieres dans le vaſe
laquelle ils donnent aufli les ſcellé.
noms de converſion des élé DITALEM . Jupiter des
mens , circulation , cohoba- Philoſophes .
tion , afcenfion , defcenfion , DIVISER. V. CUIRE
fublimation, &c. qui ne ſont LA MÁTIERE .
qu'une & même opération DIVISION . Lorſque les
dans le même vaiſſeau , ſans Philoſophes diſent diviſer ,
qu'on le remue aucunement, partager en deux ou.• plu
depuis que la jonction & le fieurs parties ,il ne faut pas
mêlange de l'or a été fait les entendre d'une diviſion
avec le mercure préparé. ou ſéparation faite avec la
DISTILLATION DES SA- main , mais de celle qui ſe
GES . Ce n'eſt autre choſe fait dans le vafe , par l'aide
que la circulation de la ma- du feu. C'eſt la putréfaction ,
tiere appellée Rebis. DOAL. Or hermétique.
DISTILLER EN MON . DOLET. Vitriol rouge ,
TANT. C'eſt faire monter ou colcotar. Rulland. Du
les vapeurs des matieres -au plutôt la pierre au rouge ,
chapiteau qui couvre la cu- qui eſt le colcotar des Phi
curbite , au moyen du feu lofophes.
adminiſtré deſſous l'alembic. DON CÉLESTE .
Diſtiller en deſcendant , c'eſt Terme de ſcience Herméti
mettre le feu au-deſſus de la que. C'eſt la matiere du ma
matiere ; il l'échauffe , raré- giftere , que Morien appelle
fie les vapeurs , qui trouvant le don de Dieu , leſecret des
moins de réſiſtance dans le ſecrets du Tout - puiſſant ,
bas , s'y portent & tombent qu'il a révélé à ſes ſaints Pro
dans les vaſes placés deſ- phêtes ,dontil a mis les ames
ſous. On appelle cette opé- dans ſon Paradis. Entret.
; ration Diſtillation contrena- du RoiCalid.
ture. Géber dans ſon Traité DONNER un feu doux ;
des Fourneaux , donne la fi , c'est - à - dire , adminiſtrer
DO DR DR 117
ord faire un feu doux & lent. tout venin , & guérit toutes
Donner à boire eſt la même morſures de bêtes venimeu
choſe que digérer , faire cir- ſes. Quelques - uns préten
culer la matiere dans le vaſe, dent qu'on trouve de cesfor..
0!! de maniere qu'après s'être tes de pierresdans la tête des
Este élevée en vapeurs, elle re- ſerpens , des viperes & au
tombe ſur la terre qui eſt au tres reptiles, & qu'elles ont
fond du vaiſſeau , pour l'ab- la même vertu que les Dra .
breuver. V. INSPIRER . conites.
cert DORIPE . Nymphe qui DRAGON . Les Philo
eut commerce avec Anyé, fophes chymiques indiquent
fils de Staphyle. Trois en aſſez communément les ma
OLE
fans en vinrent, Eno, Sper- tieres du grand cuvre par
mo & Elaïs . Voyez les Fa- deux dragons qui ſe combat
bles Egypt.& Grecques dé- tent , ou par des ſerpens ,
voilées, liv. 3. ch . 14. S. 2 . l'un ailé , l'autre ſans ailes ,
DOUBLE ( Mercure ). pour ſignifier la fixité de l’u
C'eſt le Rebis , ou le mercure ne , & la volatilité de l'autre.
des Sages animé par l'or des Les Egyptiens peignoient
Philoſophes. ces ferpens tournés en cer
DOUCEUR DE SA- cle , ſe mordant la queue
TURNE . C'eſt la céruſe , pour ſignifier , dit Flamel ,
ſelon quelques - uns ; & le qu'ils ſont ſortis d'une même
0% fel de Saturne, ſuivant d'au- choſe, qu'elle ſe fuffit à elle
tres . 4
El même , & qu'elle ſe parfait
100 DOVERTALLUM , ou par la circulation , indiquée
5 DIVERTALIUM ou , DI- par le cercle. Ce ſont ces
VERTALLUM . Généra- dragons que les Poëtes ont
SI tions des mixtes par la com- feint être les gardiens du jar
binaiſon des parties des élé- din des Heſpérides & de la
mens . Toiſon d'or; Jaſon , ſelon la
dus
ppi DRACONITES. Pierre Fable , répandit ſur ces dra
que les Anciens diſoient être gons le jus préparé par Mé
iat formée dans la tête des dra- dée . Ce ſont ces ſerpens en
gons , d'où on ne pouvoit voyés par Junon au berceau
P'avoir qu'en leur coupant la d'Hercule , que ce Héros.,
mer tête pendant qu'on les ſur .. encore enfant, déchira. Ce
prenoit endormis . Elle eſt , berceau fignifie le berceau
dow ſelon Rulland & Albert, de de l'æuvre ou fon commen
ili couleur blanche, elle chaſſe cement. Ce ſont ces deux
Hiij
118 DR DR
ſerpens du caducée de Mer- frere & ſa four , c'eſt- à- dire ;
cure , avec lequel il faiſoit s'il n'eſt mêlé dans le vafé
des choſes fi ſurprenantes, philoſophique avec le ſoufre
& au moyen duquel il chan- fon frere , & l'humeur radi
geoit de figure quand il vou cale innée , ou eau mercu
Toit. Flamel dit avoir été dé- rielle , qui eſt ſa ſoeur , qui
terminé à peindre les deux par ſa volatilité le rend vo
matieres de l'œuvre ſous la fatil, le ſublime , lui fait chan
figure de deux dragons, par ger de nature ,le putréfie , &
la grande puanteur qu'elles ne fait plus enſuite qu'un
exhalent , & parce qu'elles corps avec lui. Quand il
font un très- violent poiſon ; n'exiſte plus ſous la forme
mais il ajoute que l'Artiſte de terre ou dragon , alors la
ne ſent point cette puanteur , porte du jardindes Hefpé
parce qu'elle eſt renfermée rides eſt ouverte , & l'on
dans le vaſe . peut y cueillir fans crainte
DRAGON A TROIS les pommes d'or , de la fa
GUEULES . C'eſt le même çon que l'expliquent les li
mercure lorſqu'il eſt animé, vres des vrais Philoſophes
parce qu'il contient alors les Spagyriques.
trois principes chymiques , DRAGON AILé. C'eft
ſel , ſoufre & mercure . leur mercure , ouſperme fé
LE DRAGON ÉST MORT. minin ; le volatil de leur ma
Expreſſions qui ſignifient la tiere , qui combat contre le
putréfaction de la matiere , fixe , & quidoit enfin deve
lorſqu'elle eſt parvenue au nir fixe comme lui.
noir très-noir. DRAGON SANS AILES.
Le DRAGON gardien du C'eſt le ſperme maſculin , le
jardin des Heſpérides , re- foufre , ou le fixe.
préſente la terre, cette maſſe . DRAGON DÉVORANT
informe & indigeftequi ca SA QUEUE . C'eſt la matiere
che dans ſon ſein la femence de la pierre lorſqu'elle cir
de l'or , qui doit fructifier par cule dans le vaiſſeau philo
les opérations de l'Alchymie fophique. Les Sages em
repréſentée par le jardin des ployent ce terme dans beau
Heſpérides. C'eſt ce dragon coup de circonſtances diffé
repréſenté ſi ſouvent dans' rentes des opérations du ma
les figures fymboliquesde la giſtere. Lorſqu'il eſt préparé
Philoſophie Spagyrique, qui avant la jonction avec le fixe ,
ne peut mourir qu'avec ſon ils l'appellent Dragon vo
DR DU DU . EA 119
lant, Dragon igné, dont il DUAMIR. Rullanduş dit
R2 faut incorporer le ſang avec que c'eſt une eſpèce de ſer
le ſuc de la Saturnie végéta- pent qui entre dans la con
ble. Dragon qui veille-lans fection de la thériaque.
erc ceſſe à la garde de la toiſon DUDAIM . Mandragore.
d'or , ou de la porte du jar-
jar DUELECH . Eſpece de
din des Heſpérides ; parce tartre qui ſe forme dans le
que le mercure philofophal corps humain , & s'y pétrifie
étant très- volatil , eſt très- dans quelques uns en pierre
difficile à endormir , c'eſt-à- ſpongieuſe, particulierement
dire à fixer ; & l'on ne peut dans les reins & dans la vef
le faire qu'avec le ſecours du fie , & chez d'autres dans la
ſuc des herbes que Médée poitrine ; c'eſt pourquoi on
indiqua à Jaſon . en a vû qui crachoient des
DRAGON DÉVORANT , pierres.
lorſqu'après avoir éte mêlé DUENECH . Nom que
avec l'or , il le diſſout, & le quelques Chymiſtes Herné.
réduit en la premiere ma- tiques ont donné à leur ma
tiere. tiere au noir , qu'ils appellent
DRAGON ADOUCI . encore le Laiton qu'il faut
Mercure doux. Rulland. blanchir. Onlc nomme auſſi
Les deux Dragons de Fla- Duenech vert ou Antimoine.
mel , ſont le fixe & le vo DUENEGE . C'eſt le
latil . vitriol.
re
ETF Le DRAGON IGNÉ dont DUENEZ ou DAE.
le ſang s'incorpore avec la NECK . Limaille de fer.
Saturnie végétale , c'eſt le DUNEQUER . Borax.
IB
ſoufre des Philoſophes qui DUZAMA . Ouvrage de
1, la pierre .
s'unit avec le mercure.
DRAGON VOLANT. DYAMASSIEN au
Voyez DRAGON AÎLÉ . DIAMAS CIEN . Fleur
uti
Le Sang du DRAGON. d'airain .
0
C'eſt , chez les Chymiſtes E
or vulgaires, la teinture d'an
timoine. EAQUE:
DRAGON dit fimplement
Moincon . Eịn Un des Juges des en En
C'eſt le mercure . fers , fils de Jupiter & d'E
DRIFF . Van -Helmont a gine , fille du fleuve Alope,
donné ce nom-là au ſable obtint de ſon pere le repeu.
iat & à la terre vierge . plement de ſon pays dénué
Hiv
120 EA E A
de ſujets, qui étoient morts EAU FÉTIDE . Aqua Fa
de la peſte , en changeant rida. C'eſt le mercure phi
des fourmis en hommes. loſophique .
Voyez l'explication de cette EAV CORRODENT E.
fi &tion dansles Fables Egyp. C'eſt le vinaigre & toute li
ciennes & Grecques dévoi queur corroſive.
lées , liv. 3. ch . 14. 8. 5 . Eau HOLSOBON. C'eſt
EAU. Les Philoſophes l'eau du ſel extrait du pain . -
chymiques ſe fervent ſou EAU DE Lis . Aqua Lilii.
yent de ce terme , non pas C'eſt l'eau d'orpiment.
pour ſignifier l'eau commu EAU DE MERCURE.
ne , mais leur mercure . Ils y C'eſt le mercure même des
Joignent ordinairement quel. Philofophes.
ques adjectifs , comode Eau PHILOSOPHIQUE.
EAU CÉLESTE . Aqua Ceſt ,ſelon quelques-uns, le
Cæleſtis. C'eſt l'eau -de- vie vinaigre ſublimé; ſelon d'au
rectifiée , non l'eau -de- vie tres , l'eſprit de vin circulé ,
ordinaire , mais leur quin- enfin leur eau permanente &
teſſence mercurielle . mercurielle , qui ne mouille
EAU DU CIEL. Aqua point les mains.
Cæleſtina. C'eſt leur mer EAU PALESTINE. C'eſt
cure même. Quelquefois ils la fleur d'airain , ou le vert
entendent parce mot l'efprit de - gris.
de vin bien rectifié , parce EAU DE PLUYE. Aqua
qu'il eſt d'une nature fi lé Pluvialis. C'eſt l'eau douce
gere & ſi facile à fe fubli commune.
mer , qu'il ſemble participer EAU ROUGE . C'eſt l'eau
de celle du Ciel. Rulland. de vitriol ou de leur ſoufre ;
EAU D'ALREGI. C'eſt qu'ils appellent auſſi Aqua
l'eau de chaux. megi, Aqua fegi.
EAU DU CERVEAU . EAU DES PHILOSOPHES .
Aqua Cerebri. En termes de Voyez MERCURE DES PHI.
Chymie , c'eſt de l'huile de LOSOPHES. QuelquesChy
tartre par défaillance. miſtes ont cru mal-à -propos
Eau D'ELSABON. C'eſt que c'étoit du vinaigre diſ
le ſel commun séduit en eau tillé , d'autres l'eau-de-vie
parl'humidité de l'air. du vin , ou l'eſprit de vin
EAU DES FÉCES DU reet fié ,ſur ce que Raymond
Vin. C'eſt l'huile de tartre Lulle dit que leur quinteſ
par défaillance. ſence est tirée du vin , &
E A E A 121
10
qu'il l'appelle quelquefois Chymiſtes entendent par ces
phy Vin ; mais ils auroient vû termes , tantôt l'eſprit de nia
leur erreur ,s'ils avoient fait tre , tantôt le ſel alkali , &
NTI attention que Raymond Lul- tantôt l'eau - forte.
le lui-même, dit qu'il ne faut EAU PERMANENTE .
pas l'entendre à la lettre , & Nom que les Philoſophes
Ca que quand il dit que les Phi- Hermétiques ont donné à
loſophes tirent leur mercure leur mercure .
Lili du vin , il ne parle que par EAU VENIMEUSE . Lune
fimilitude ; & que ce mer- des Sages.
7R! cure , ou eau philoſophique, EAU ARSENICALE. Lion
e s'extrait de la mer rouge des vert des Philoſophes. Voyez
Philofophes. Voyez le Tef- ARSENIC .
tament de Raymond Lulle , Eau ROUGE , EAU SA
& ſon traité de la Quintef- FRANNÉE , EAU MORTE .
da fence. Eau du ſoufre des Philofo
ACT EAU Purifiée . Ma- phes.
ci giſtere au blanc. EAU DES DEUX FRERES
EAU - FORTE . Aqua for- EXTRAITE DE LA S @ur.
- tis. LesPhiloſophesHermé. C'eſt le fel armoniac phi
CA tiques n'entendent pas par loſophique.
ces termes l'eau - forte com EAU - FORTE OU DE SÉ
mune , ni l'eau -régale des PARATION. Lorſque les
Chymiſtes ordinaires, mais Chymiſtes Hermétiques di
leur mercure > qui diſſout ſent dans leurs écrits , qu'il
tous les corps d'une diſſolu- faut diſſoudre tel ou tel corps
tion naturelle , ſans corro dans l'eau -forte , ils enten
fion , & fans détruire la ſe- dent leur vinaigre très-aigre,
How mence germinative des mé- leur eau pontique , leur mer
taux & des autres corps cure , & non les eaux -fortes
fublunaires; parce qu'ils pré- compoſées par la Chymie
tendent que ce mercure eft ordinaire ; parce que les Sa
le principe de ces mêmes . ges demandent une diffolu-.
corps. tion radicale des corps , &
EAU MARINE , en ter non une diſſolution impar
mes deſcience Hermétique, faite , telle que celle des
fignifie leur mercure ; parce eaux - fortes ou eaux-régales
ond qu'il eſt extrait de ce qu'ils dont on ſe ſert communé-.
appellent leur Mer rouge. ment.
EAU DE NITRE. Les EAU - DE - VIE. C'eſt le
122 EA EA
mercure même des Philofo . eaux -fortes ; telles ſont les
phes, leur quinteſſence , & eaux ou eſprits de miel , de
non l'eau diſtillée du vin . la corne de cerf , des ani
Quelquefois ils donnent ce maux , des plantes mêmes ,
nom å des eaux compoſées comme le vinaigre diſtillé ,
d'eſpritde vin & de pluſieurs l'eſprit de vin rectifié. Les
drogues propres à guérir di- eaux - fortes font ordinaire
verſes maladies. ment compoſées de miné
EAU SALMATINE. C'eft raux corroſifs, & nefontjam
l'eau de mer . mais une diffolution radi
EAU SATURNIENNE . cale. Ceſont des efpeces de
Aqua Saturnia. C'eſt celle
limes qui réduiſent les corps
qui contient la nature des
en poudre, mais non en leur
trois premiers principes, telle
premiere matiere.
EAU SÉ CHE , qui ne
que celle des bains chauds ,
mouille point les mains. A
les eaux minérales , qui font
cet égard il faut faire atten
naturellement médicinales.
Quelques- uns entendent par
tion que ceux d'entre les Sa
Eau Saturnienne, celle qui
ges qui donnent ce nom à
fe filtre par les pores de la
leur mercure , ſuiventla voie
terre , & dontſe font les pier-
féche dans l'opération du
res précieuſes tranſparentes.
magiftere ; parce que ceux
Rulland. qui ſuivent la voie humide ,
EAU DE MEGI . Voyez comme Paracelſe, Bafile Vas
EAU ROUGE . lentin , &c. appellent leur
EAU DE SEGi . Voyez mercure Lait de vierge , à
EAU ROUGE . caufe qu'il eft en liqueur
EAU DISTILLÉE . Les Phi- blanchâtre , & qui mouille
lofophes Hermétiques en- les mains , au lieu que l'au
tendent ſouvent par ces ter- tre eſt un mercure coulant,
mes, tantôt de l'eau fimple de la nature du mercure vul.
diftillée de quelque matiere gaire.
que ce puiſſe être ,tantôt des • EAU VENIMEUSE , parce
eaux -fortes & de diſſolution. qu'il ſemble tuer les métaux
Sous les eaux ſimples diſtil- par ſon venin , en détruiſant
lées , ils comprennent cer leur configuration extérieure
tains ſecrets ſpécifiques pour & en les réduiſant à leur pre
diſſoudre les corps ſans cor- miere matiere ; ce qu'ils ont
rofion ; elles ont plus de feu dit par fimilitude avec les
& moins d'âcrimonie que les venins qui tuent le corps hu ,
E A E A 123
le
main , après la mort duquel qu'elle a en effet une odeur
die ils le réduiſent à ſes premiers de pourriture comme l'afan
21 principes , qui eſt la cendre. fætida.
es, EAU DE MER ou EAU EAU MINÉRALE ; parce
SALÉE DES SAGES . Voyez qu'elle eſt tirée du régne mi
La MERCURE CHYMIQUE . néral , & qu'elle eſt métal
Quelques Chymiſtes pre- lique.
ine nant ces termes à la lettre , EAU DE CÉLESTE GRA.
ont cru que la matiere d'où CE ; parce que la ſcience qui
20 les Sagestirentleur mercure apprend à extraire ce mer
sde étoit l'eau de la mer propre- cure de fa miniere , eft un
DIS ment dite ; mais ils doivent don de Dieu & une faveur
avoir appris que les Philo- céleſte.
ſophes ne s'expriment dans EAU DES EAUX ; parce
je leurs Livres que par ſimili- qu'elle eft en effet uneeau
tude , & par énigmes. principe qui contient la fubf
EAU DE Nubes. Voyez tance des quatre élémens.
sta MERCURE . EAU MONDIFIÉE DE LA
EAU- DE-VIE DES PHI- TERRE ; parce que le mer
TOP LOSOPHES . Quelques- uns cure en eſt la plus pure par
trompés par les expreſſions tie. Mais ce nom lui eftpar
‫ج‬ de Jean de Rupe Sciſa, & ticulierement donné lorſque
ider de Raymond Lulle , qui par- la matiere eſt parfaite au
lent de leur mercure comme blanc.
ler s'il étoit extrait du vin , ont EAU DE VIE DES SACES
eri cru mal-à-propos que le mer- ſe dit auffi de leur élixir par
ver cure philoſophique en étoit , fait, & dans l'état qu'il doit
une quinteſſence , ou un fel être pour ſervir de méde
de tartre ; mais ils auroient cine ſoit au corps humain ,
Lant, dû faire attention que les An- foit aux métaux imparfaits.
yule ciens ne connoiſſoient peut EAU PONTIQUE eſt en
être pas l'eſprit de vin ,qui ſe core un des noms du mer
Arce fait par des diſtillations qui cure des Sages , qu'ils ont
Taur leur étoient inconnues , & appellé ainſi à cauſe de fa
ilant qui n'ont été cependant in- ponticité , qui l'a encore fait
eure ventées depuis , que fur les nommer Vinaigre très aigre
réceptes mal- entendues & EAU CÉLESTE & ELEM
pre
ont répandues çà & là dans leurs MENTAIRE ; parce que le
écrits . mercure eſt , ſelon les Phi*
les
huo EAU PUANTE ; parce loſophes, le fils du Soleil &
124 E A EA
de la Lune , & la quinteſ- qu'il lui donna. Enchyridiost
fence coagulée des élémens. Phyſica .
EAU DE FEU ou IGNÉE ; EAU Dorée , lorſque le
parce que ce mercure con mercure eſt parfait au rouge .
tient le feu de la Nature , lorf EAU RADICALE DES
qu'il eſt animé , & qu'il a MétaUX ; parce qu'elle en
alors tout ce qui eſt néceſ- eſt la racine & le principe .
ſaire pour être cuit, digéré , EAU VEGETABLE ; c'eſt
& pour communiquer en- l'eau - de - vie , ou eſprit de
ſuite l'or une vertu multi- vin rectifié.
plicative que ce métal n'au EAU DE LA MER SALÉE.
roit pas par lui-même. Voyez URINE .
: Eau Douce , à cauſe de EAU DES MICROCOS
la propriété pour diſſoudre Mes . C'eſt l'eſprit de nitre .
l'or & l'argent ſans corro Di&t. Herm .
faon . EAU DES EQUINOXES.
EAU SECONDE ; parce C’eſt proprement la roſée
què le mercure eſt une ef- du printems & celle de l'au
pece d'eau-forte , mais dou- tomne , dont les propriétés
ce , & qui diſſout les métaux font admirables pour la gué
fans corroſion . riſon de beaucoup de mala
EAU ANTIMONIALE- dies , lorſqu'elles ſont tra
SATURNIALE MERCU- vaillées par une main ha
RIELLE ; parce que l'anti- bile dans la Spagyrique. Les
moine participe beaucoup Philoſophes ont donné ce
du plomb , appellé Saturne nom à leur mercure pour
parles Chymiſtes, & qu'ils tromper les ignorans ; quel
diſent queleur Mercure eſt ques - uns d'entr'eux ayant
petit- fils de Saturne. pris ces expreſſions à la let
EAU DE BLANCHISSE- ire , ont cru que c'étoit la
MENT ; parce que c'eſt leur matiere d'où ilfalloit extraire
szoth, avec lequel ils diſent le mercure des Sages , & ont
qu'il faut blanchir le laiton , perdu leurs peines & leur
& lui ôter ſon obſcurité . argent.
EAU BENITE ; parce EAU EPAISSIE. Mercure
qu'ils diſent que le ſecret des Philoſophes , dans ſon
pour faire ce mercure eſt un état de conjonction de l'ef
don du Ciel ,, & que c'eſt prit avec le corps , ou tel
celle que Jacob ſouhaitoit à qu'il eſt lorſque les Sages di
Joſeph dans la bénédiction fent que le mercure renferme
E A EA
125
tout ce que cherchent les Phi EAU ÉTOILÉE .
loſophes. Quand l'eſprit & EAU FEUILLÉE .
el le corps ſontréunis , & qu'ils EAU AZOTHIQUE.
BE compoſent ce mercure , on EAU DE VIE METAL
DB ne les diſtingue plus par des LIQUE.
el noms différens , & l'on ne EAU PONDEREUSE .
leur donne plus qu'un & ſeul EAU DU STYx .
nom de Mercure , parce qu'il Dans les opérations de la
eft alors proprement le mer médecine du troiſiéme ora
cure animé, ou mercure des dre , ils l'ont nommé
Sages. EAU SULFUREUSE .
EAU QUI BLANCHIT LA Eau Divine.
COG PIERRE INDIENNE. Ma EAU DES NUÉES.
TANTO giſtere au blanc. EAU VENENEUSE .
EAU DU MONDE . C'eſt Eau D'OR.
XE le mercure dans l'opération EAU DU PHLEGETON.
oker de la médecine du premier Préparation alchymique du
l'a ordre , ou la premiere pré- tartre. Pl. Campi.
niets paration pour le magiftere , EAU DE CHASTETÉ. Eau
got de même que les eaux ſui- compoſée dont ſe ſervent
vantes. ceux qui veulent garder la
EAU ÉLEVÉE. continence avec plus de fa
a base EAU EXALTÉE . , cilité. On en trouve la ré.
.Le EAU DE L'ART. cepte dans le livre d'Adrien
EAU ARDENTE. Mynficht , pag. 286.
EAU DE FONTAINE. EAU DES DAMES OU DE
por EAU MONDIFIANTE. FARD , eſtune eau qui adou
quel EAU PREMIERE .
ayan cit la peau , la blanchit , &
Eau SIMPLE . donne un teint frais. Voyez
oit la EAU DE SANG. Mynſicht , pag. 189.
traie Lorſque les Philoſophes EAU D'AMOUR. Nom
Box ont donné le nom d'Eau à que Beguin , dans ſa .Chya
E leur ce mercure dans le tems de mie , a donné à une ea ex
la ſeconde préparation ou la traite du ſang humain , au
ercure médecine du ſecond ordre , moyen de laquelle il pré
s for ils l'ont appellé : tendoit compoſer un philtre
EAU PESANTE. propre à concilier & confer
e l'ele
u tel EAU DE Talc. ver l'amour entre les époux.
EAU DE VIE . EAU DE SANTÉ , eſt une
es die
EAU D'URINE . eau diſtillée du ſang hua
126 E B E C EC
- main , des fleurs de cheli- ou Enigme du Coſmopolite .
doine , du miel vierge , & ECHEL. Matiere de l'au.
de pluſieurs aromates. Pa yre au noir très- noir , ou en
racelſe appelle cette eau , putrefaction parfaite .
Baume ſur tout autre ball ECHIDNA. Femme de
me ; & le recommande beau- Typhon , & mere du dragon
coup dans la Médecine. Python , qui n'eſt autre que
EBDANIC . Le Mars , l'anagramme de Typhon ;
ou le ter. elle engendra auſſi le dragon
EBEL. Semence de la qui gardoit le jardin des Hef
fauge , ſuivantquelques-uns; pérides, celui qui défendoit
& les bayes de genievre , l'entrée de la forêt de Mars
ſi nous en croyons Rullan- où étoit ſuſpendue la toiſon
dus. d'or. Typhon & Echidna
EBISEMET. Randeric. n'ont engendré que des dra
EBISEMETH . Matiere gons ou des ferpens; ce qui
des Chymiſtes Hermétiques a fait croire auxPhiloſophes
dans le tems de fa putré- Hermétiques que toutes les
faction . fables que l'on rapporte ſur
ECHENEIS. Petit poiſ- le compte des uns & des au
ſon de la forme d'une grande tres , ne ſont que des allégo
limace , lequel , ſi nous en ries des opérations de la
croyons Pline le Naturaliſte , pierre philofophale. Echid
a la vertů d'arrêter ſubite na ſelon eux , dénote la
ment les plus gros vaiſſeaux fubſtance froide & humide ,
qui voguent à pleines voiles, qu'ils employent , & qu'ils
dès qu'il s'y attache: Cet Au- nomment la Lune ,la Sæur,
teur dit que Marc - Antoine à la Femme la Femelle
la bataille d'Actium , & Ca- Beïa , & c . & Typhon eft
ligula en éprouverent mal- l'autre partie de leur matiere
heureuſement les effets. Liv. qu'ils appellent leur Soleil ,
ch . 25. & liv .32. ch ... le Mâle , le Feu , Gabri
Quelques Philofophes Her- tius , Kibrik , & c . mais dans
métiques ont donné le nom le tems de la putréfaction
d'Echeneis à leur matiere des ingrédiens ou principes
fixe, parce qu'elle fixe celle philoſophiques de l'ouvre .
qui eſt volatile , en ſe réu- Voyez les Fables Egypt. &
niſſant avec elle , pour ne Grecques dévoilées.
faire plus qu'un corps inſé ECHIDNA eſt auſſi un
parable. Voyez la Parabole nom de la vipere femeile.
Е с ED ED EG 127
ECHIS. C'eſt la vipere EDETZ. Or vulgaire
102 mâle. préparé hermétiquement.
ECLIPSE DU SOLEIL EDIC & EDICH . Le
ET DE LA LUNE. Les Mars , ou le fer.
ze de Philoſophes Chymiſtes di EDIR . L'acier philoſo
ago ſent que le Soleil & la Lune phique , & l'acier fin .
ſont éclipſes , lorſque leur EDULCORER . Laver
294
hon; matiere eſt dans une entiere une matiere ſalée , juſqu'à
ago diſſolution , & qu'elle ref- en ôter tout le fel. Ce terme
Het ſemble à de la poix fondue ; vulgairement pris , fignifie
ndor parce qu'ils appeltent leur -aufli adoucir l'âcreté & la
matiere Soleil & Lune, & propriété corroſive des ſels ,
que dans l'état de putrefac- eſprits ou autres matieres.
Fida tion , qui eſt un état de téné- Raymond Lulle a employé
dra bres, leur matiere a perdu plus d'une fois ce termepour
ſon éclat. ſignifier la cuiſſon ou digef
e ti
ECORCE DE LA MER. tion du mercure des Philo
phti
C'eſt le vinaigre antimonial- fophes juſqu'à la fixation .
faturnien d'Artephius , le vi EFFERVESCENCE.
sal naigre très- aigre des Philo- Terme de Phyſique, qui fi
ſophes, ou leur mercure. gnifie l'action de deux mix
Jego ECORCE NOIRE . C'eſt tes , qui , en ſe pénétrant ,
- l'écorce de mer en putré- produiſent de la chaleur
faction . comme il arrive dans pref
bte la
ECUME DE LA MER que tous les mêlanges des
ride, ROUGE , Matiere des Phi- acides & des alkalis , & la
qui loſophes préparée pour l'æu- plûpart des diſſolutions mi
MU,
vre, ou miniere de leur mer- nérales . Homberg.
elle cure . Flamel eſt le premier EFFUSION , Premiere
qui ait donné ce nom à cette purification de la pierre des
stiert miniere. Sages , ou la médecine du
leil
ECUME DES DEUX premier ordre.
abri DRAGONS . C'eſt la matiete EFFYDES ou EFFI
dans
au noir. Quelqu es Chymif - DES. Céruſe.
Chion tes ont donné ce nom au EGÉE. Fils de Pandion ,
ipes beurre d'antimoine. Roid'Athènes, pere de Thé
CUTE.
EÇUME DE- VERRE. Sel fée qu'il eut d'Ethra. Pour
i.& de foude, ou ſelqui furnage remplir les conditions d'un
le verre pendant ſa fuſion . traité que les Athéniens
i un EDES. Or des Sages. avoient fait ayes Minos ,
Ile.
128 E G E G E L
Roi de Candie , Egéc y en- ils avoient conſpiré. Ho
voyoit tous les ans ſept jeu- mere , Iliade, liv. 1 .
nes gens qui y devoient com Les Dieux lui donnoient le
battre le Minotaure renfermé nom de Briarée , & les hom
dans le labyrinthe ; le ſort mes celui d'Egeon. Voyez
échur ſur Théſée à la qua- BRIARÉE , GEANTS .
triéme année . Il partit avec EGIALÉ E. Frere de
des voiles noires , ſuivant Médée , autrement nommé
l'uſage ; & en cas qu'il revînt Abſyrthe, dont voyez l'ar
victorieux , Théſée devoit ticle.
fubftituer des voiles blan EGILOPS . Fétu.
ches aux noires lorſque ſon EGINE . Fille d'Aſope &
vaiſſeau ſeroit parvenu à la mere d'Eaque . V. EAQUE .
hauteur de l'Attique. Thé EGISTHE , fils de
ſée oublia de faire ce chan- Thyeſte & de Polopeie ſa
gement de voiles , dont il fille , tua ſon oncle Atrée ,
étoit convenu avec ſon pe- devint amoureux de Cly
te ; celui-ci ayant apperçu temneſtre, & fit mourir Aga
deloin les voiles noires du memnon ſon époux. Oreſte ,
vaiſſeau de Théfée, crutqu'il fils de ce dernier v
, engea la
avoit péri comme les autres mort par celle d'Egiſthe &
dans le combat du Minotau- de Clytemneſtre. Voyez ce
re ; le déſeſpoir le prit, & il que ſignifient ces crimespré
ſe précipita du haut du ro- tendus, dansles Fab. Egypt.
cher où ilétoit, dans la mer. & Grecq. dévoilées, liv . 33
Voyez l'explication de cette chap . 14 : 5. 4 .
fiction dans les Fables Egyp ÉGLE . L'une des Hefpé
tiennes & Grecques dévoi- rides, filles d'Heſper.Voyez
lées , liv . 5. ch . 22. & liv . 6. les Fables Egypt. & Grecq .
ch . 3 : dévoilées, liv . 2. ch. 2 .
EGEON ou BRIARÉE .. ELAIS . Voyez DoriPE .
Géant d'une grandeur énor ELANULĂ . “ Alun des
me , fils du Ciel & de la Philoſophes .
Terre. Les Poëtes ont feint ELAQUIR.Couperoſe ,
qu'il avoit cent bras & cine ou vitriol vert.
quante ventres ; qu'il com ELEAGNON. Arbriſe
battit contre les Dieux , & ſeau appellé Agnus Caftus,
les mit en déroute ; ce qui ELECTRE . Les' Philos'
les obligea de faire la paix ſophes,ont ainfi appellé une
avec Jupiter contre lequel de leurs matieres; Paracelſe
la
EL EL 129
Ja nomme Elettre immeur. ELECTRE. Mêlange des
C'eſt la même qu'Artephius fept métaux fondus enſem
nomme moyenne ſubſtance ble pour n'en faire qu'un
01 entre la mine & le métala même compoſe. Théophr.
Elle eſt une choſe ni tout-à- C'eſt d'une femblable com
fait parfaite , ni tout - à - fait poſition qu'étoit faite la clo
imparfaite. Elle étoit en voie checte deVirgile du tems du
TG de perfection ;mais la Nature Roi Artus , par le fon de
11 ayant trouvé des obſtacles laquelle l'histoire 'rapporte
dans les opérations , l'a laiſ- qu'il précipitoit du haut d'un
ſée imparfaite ; c'eſt pour- pont dans la riviere , tous
el quoi les Philoſophes diſent ceux qui paſſoient ſur ce
qui qu'il faut cominencer où la pont, coupables d'adulteres,
Nature á fini. Cet Electre hommes ou femmes . Rull.
eſt de race de Saturne , c'eft Paracelſe rapporte qu'il a vů
pourquoi quelques-uns l'ont un Eſpagnol ayant une clo
Or appellé Vénus qui a été fur- chette femblable ſur la
AP priſe par Vulcain en adul- quelle il y avoit divers ca.
2012
tere avec Mars. D'autres facteres gravés, &iqu'au fon
l'ont nommé Diane , parce de cette clochette l'Eſpagnol
De qu'il a un bois qui lui eſt con- faiſoit paroître & diſparoitre
224 facré. C'eſt dans cette forêt des ſpectres, & d'autres pro
ipfis qu'étoit ſuſpendue la toiſon diges, à ſa volonté.
d'or. Il eſt nommé Elettre , ELECTRE. Fille d'Atlas ,
parce qu'il eſt compoſé de l'une des Pleyades. Voyez
deux ſubſtances ; & Electre ATLAS .
immeur , parce qu'il doit ve Il y eut une Nymphe de
052 nir à ſa maturité par les opé. ce nom , fille de l'Océan &
re rations de l'Artiſte. Cet Elec- de Thétis ; celle qui fut fille
1 tre eſt proprement la Lune d'Atlas devint mere de Dara
UIPE des Philoſophes , qu'ils ap- danus , par le commerce
pellent quelquefois Eau , qu'elle eut avec Jupiter.
quelquefois Terre , Plante , Voyez le liv. 6. des Fables
roles Arbre , Dragon , Lion vert, Egypt. & Grecq .dévoilées.
Ombre du Soleil , & c . ELECTRUM SUCCI
bria ELECTRE eſt auſli un des NUM . C'eſt , ſuivant Pla
noms que les Philoſophes niſcampi, une eſpece d'am
Hermétiques ont donné à bre artificiel, ou matiere mé
leur magiftere parvenu à la tallique compoſée de quatre
colle couleur blanche. parties d'or le plus fin , &
EL EL
d'une cinquiéme d'argent le phyſique, ou mathématique:
mieux coupellé. Les vaſes Phyſiquement,en tant qu'ils
qu'on en forme,dit le même produiſent les corps , les
Auteur, manifeſtent lé ve- nourriſſent, les conſervent,
nin ou poiſon qu'on y auroit ou les détruiſent. Ils les con
verſé , mêlé avec quelque li- ſidérent mathématiquement,
queur que ce ſoit : cette ma en tant qu'ils ſervent aux uſa
tiere fait alors un bruit com- ges méchaniques, comme à
me ſi le vaſe craquoit & brûler le bois , aux impul
éclatoit , & forme une ef- fions , à la navigation , au
pece d'arc très- viſible. mouvement , 4° . Ils le pren
ELEI ou ELEIXIR .Mé- nent ſouvent pour l'eſſence
decine Hermétique , ou or & la ſubſtance même des
potable. individus , & pour leur for
ELEISIR . Elixir philofo- me ; comme l'élement de
phiqueparvenu au blanc. Vénus eſt la ſubſtance du
ELEMENT. On a dif- cuivre , c'eſt- à - dire , les prin
puté long-tems ſur le nom- cipes ; de même que l'on dit
bre & les qualités des éle- les Elemens d'une Science ,
mens . Les Péripathéticiens pour dire les Principes de
en admettoient quatre , le cette Science.
feu , l'air , la terre & l'eau , Il n'y a point d'élement
IN
auxquels ils attribuoient des ſimple ; la terre, par exem
qualités ſéches ou humides . ple , eſt un compoſé de ter
C'étoient , ſelon eux , des re , d'eau , d'air & de feu. Il
corps ſimples, & néanmoins en eſt de même des autres
principes de tous les êtres trois ; & on donne à chacun
compoſés , ſelon la diverſité le nom de celui qui y do
de leur mêlange. mine . L'excès y cauſe de
Les Chymiltes prennent l'altération , & la proportion
ce terme en quatreſens dif- dûe du mêlange y occaſion
férens. 1 ° . Dans le ſens d’A- ne du repos. Ils agiſſent tous
riſtote , pour un corps ſim- les uns ſur les autres ; & fi
ple , principe conſtituant c'eſt directement , ils s'alte
avec le ciel toute la maſſe rent. I.e feu agit ſur l'eau par
du monde . 2° . Pour le prin « le moyen de l'air , ſur la terre
11
cipe des mixtes , exiftant en au moyen de l'eau ; s'il y agit
puiſſance ou en acte dans immédiatement, il la brûle .
tous les corps ſublunaires. L'air eſt la nourriture du feu ,
3º . Suivant ſon exiſtence l'eau fert d'aliment à la terre ,
E L E L 131
& tous agiſſent de concert ELIDRION . C'eſt le
pour la formation & la com- mercure.
poſition des mixtes. Voyez ELIDRIUM . Maſtic.
le Traité de Phyſique géné ELIOS ou LE SOLEIL .
rale,dans la première partie Un des huit grands Dieux
des Fables Egypt : & Grecq. de l’Egypte , Tuivant Héro
dévoilées. dote . Voyez APOLLON.
ELEMPTIS . Or ou So ELIXIR . ( Sc. Herm . )
leil des Sages. L'élixir n'eſt autre choſe , ſe .
ELEPHAS SPAGYRI- lon le bon Tréviſan , que la
QUE . Eau - forte. réduction du corps en eau
ELERNA. Mine de mercurielle , & de cette eau
plomb. on extrait l'élixir , c'eſt- à
ELESMATIS. Plomb dire un eſprit animé. Le ter
brûlé. me Elixir vient étimologi
ELEUSIS , Roi d'une quement de E & lixis, c'eſt
Ville de même nom dans à - dire ; de l'eau ; parce que
l'Attique, accueillit très-gra- dans l'auyte tout le fait avec
cieuſement Cérés dans le cette eau.
tems qu'elle cherchoit ſa fille L'Elixir eſt la ſeconde
Proferpine que Pluton lui partie , ou la feconde opéra
avoit ravie .Cérés par recon- tion de l'oeuvre des Sages ,
noiſſance , facilita les cou comme le Rebis eſt la pre
ches d'Ione , époufe d'Eleu- miere , & la Teinture la troi
fis, & ſe chargea de nourrir fiéme. D'où l'on doit con
Triptoleme qu’lone mit au clure que l'azoc n'eſt point
monde. Pendant le jour elle requis pour l'élixir , puiſqu'il
lui donnoit de l'ambrofie , & fe tire de l'élixir même. Il
pendant la nuit elle le ca- y a trois fortesd'élixirs dans
choit ſous le feu allumé. le magiftere. Le premier eſt
Ayant été découverteCé- , celui que les Anciens ont ap
rès ſe retira , & apprit à Trip- pellé Elixir des corps. C'eſt
toleme l'agriculture, qu'elle celui qui ſe fait par la pre
lui ordonna d'enſeigner aux miere rotation , qui eft pouf
hommes. C'eſt dans cette fée jufqu'au noir. Le ſecond
Ville que furent inſtituées les ſe fait par ſept imbibitions
fêtes célébres de Cérès , ap- juſqu'au blanc & au rouge.
pellées Myſteres Eleuſiens. Le troiſiéme, appellé Elixir
Voyez les Fables Egypt. & des esprits, ſe fait par la fer
Grecq. dévoilées , 1.4. Ci2. mentation. Ce dernier ſe
I ij
E L E L
nomme auffi Elixirdu feu. mentation cauſée par la pour .
C'eſt avec lui que ſe fait la dre de projection , qui y ſert
multiplication. comme de levain à la pâte ,
ELIXIR PARFAIT AU & y occaſionne ce change LE
BLANC . Termes dont les ment ſubit qui du plomb ,
Chymiſtes Hermétiques ſe mercure , cuivre , & c. fait
ſervent pour exprimer l'état un or vrai , & même plus
de leur matiere cuite , digé- parfait que l'or des mines.
rée & calcinée à blancheur. Cet Elixir eſt auſſi mém
Lorſqu'elle eſt jointe à fon decine pour le corps hu
ferment & qu'elle a atteint main ; Raymond Lulle s’é
ce degré de perfection , elle tend fort au long fur les pro 10
convertit en argent tous les priétés de cette panacée ,&
métaux imparfaits ſur lel- dit avoir été tiré des portes de
quels elle eſt projettée. Elle la mort par ſon ſecours. Her
eſt alors également méde- mès l'appelle la Force de tou
cine pour les végétaux & les te force , & les Alchymiſtes OF
minéraux; elle eſt propre à Or potable, dont voyez l'ar,
faire les pierres précieuſes , ticle.
les perles. C'eſt la vraie huile ELIXIR COMPLET.
de Talc tant vantée des An- Teinture corporelle extraite 10
ciens. Quelques Philoſophes des corps parfaits métalli 10
ont prétendu qu'elle étoit ques , au moyen d'une vraie C
auíſi médecine pour le corps diſſolution , & d'une natu
humain , mais particuliere- relle & parfaite congélation.
ment pour les femmes ; par- D'autres le définiffent un
ce qu'étant moins ignée que compoſé des eſpeces lim
lorſqu'elle eſt parfaite au rou- pides & les plus pures des
ge , elle eſt plus tempérée , choſes, d'où il en réſulte un
& plus propre aux maladies antidote ou médecine , qui
du ſexe féminin . purge & guérit les animaux
ELIXIR PARFAIT AU de toutes leurs maladies.
ROUGE. Ouvrage de la Cet Elixir eſt compoſé
pierre pouſſée à la perfec- de trois choſes , ſçavoir de la
tion . Les Philoſophes lui ont pierre lunaire , de la folaire
donné le nom d'Elixir , ter- & de la mercurielle . Dans la
me arabe qui ſignifie fer- lunaire eſt le ſoufre blanc ,
ment, parce que dans la dans la ſolaire le ſoufre rou .
granſmutation des métaux ge , & la mercurielle cons
imparfaits il ſe fait une ferą tient l'un & l'autre.
EL EL EM 133
ELKALEI . Marais ; métiques. Virgile entr'autres
étang , merdesSages. en a fait un détail très-cir
ELMANTES. Vers de conſtancié dans ſon récit de
terre . la defcente d'Enée aux En
ELOANX . Orpiment. fers. On peut voir l'explica
fers.
ELOME . Orpiment. tion que j'en ai donnée à la
ELOPITINUM . Vitriol. fin du 6€ livre des Fables
ELOS - MARIS. Plomb Egypt. & Grecq.dévoilées.
brûlé . ELZARON . C'eſt le fel
ELPIS . Scorie d'argent. des Sages , qu'ils appellent
ELPOSILINGI . Ecume leur corps, leurgomme. Pre
ou écaille de fer. nez le corps clair , pris ſur les
ELQUALITER. Vitriol petites montagnes, quine ſe
vert. fait point par la putréfaction ,
ELTZ. Fleurs d'airain. mais par le ſeulmouvement.
ELURUS ou le Dieu Broyez ce corps avec la
Chat. Dieu des Egyptiens. gomme Elzaron & les deux
Voyez CHAT. fumées. Car la gomme Elça
ÉLYSÉES ( les Champs ) . ron eſt le corps qui ſaiſit l'ef
Lieu de retraite & de délices prit. Marie , Epit. à Aros .
que les ames des juſtes al ELZIMAR . Fleurs d'ai
loient habiter après la mort , rain .
pendant que celles des mé. EMA . Sang.
chans alloient ſubir dans le EMBLEGI. Mirabolans.
Tartare les tourmens & les EMBLEME. Les Philo
fupplices auxquels Minos , fophes Hermétiques ſe ſont
Eaque & Rhadamante 'les expliqués plus ſouvent par
condamnoient. Les Poëtes emblêmes & par énigmes
Grecs & Latins ont tâché de que dans des diſcours ſuivis
nous donner des Champs & à la portée de tout le
Elyfées l'idée la plus flatteu- monde. D'Efpagnet prétend
ſe , la plus attrayante , & la même qu'il eſt plus aiſé de
plus aimable. La deſcription pénétrer leurs penſées & de
qu'ils, en font eſt à peu près dévoiler leurs ſentimensdans
la même que celle de l'iſle leurs emblêmes que dans
de Niſa , où ils diſent que leurs écrits. Michel Majer a
Bacchus fut nourri, & celle- fait un traité entier d'Emblê
ci eſt très -conforme à la def. mes Hermétiques, quia pour
cription que les Philoſophes titre : Athalantafugiens. Ce
font de l'iſle des.Sages Her- même ouvrage eft connu
134 E M EM 1
ſous le titre: Secretiſſimorum par allégories. C'eſt lui que
Nature ſecretorum ſcruti- la Fable nous repréſente ſous
nium. D’Espagnet dit qu'on le voile de la naiſſance de
y voit les ſecrets des Adep- Bacchus , d'Eſculape , d'A
tes preſqu'auſſi clairement chille ; & la maniere de le 1
repréſentés que dans un mi- faire , parle récit de l'éduca C
roir. C'eſt aux amateurs de tion que Chiron le Centaure
cette Science à décider ſi ce leur a donné . Apollon &
témoignage eſt mérité. Diane freres jumeaux , en:
EMBRYON . Les.Philo- fans de Jupiter & de Latone,
Tophes chymiques donnent ſont cet embryon devenu en
auſſi ce nom à leur mercure fant, puis en âge d'homme ;
avant qu'il ſoit extrait de fa & lorſque la Fable ajoute
miniere , & à leur ſoufre lorſ- que Diane ſervit de ſage *
qu'il n'eſtpas encore mani- femme pour mettre au jour 1
fefté. Michel Majer dans ſes Apollon , c'eſt que le ſoufre Hali
Emblêmes chymiques les re- rouge ne doit jamais paroi
préſente ſous la forme d'un tre avant le blanc: ce der a
enfant placé au nombril d'un nier s'appelle le régne de la
homme qui a les bras éten- Lune , & l'autre celui du So; li
dus , & dont les doigts & les leil. Ainſi la Fable s'expli
cheveux brûlent & exhalent que fort aiſément ſuivant les
une épaiſſe fumée , avec ces interprétations des Philoſo
termes au - deſſous : Le vent phes chymiques , comme on
l'a porté dans ſon ventre. peut le voir dans les articles
Dans un autre emblême, Jupiter , Eſculape , Apol
une femme ayant unglobe lon, & c.
au lieu de poitrine , ſur le EMERAUDE DES
quel s'élevent deux mam- PHILOSOPHES. Nom
melles , alaite un enfant , qu'ils ontdonné au flos coeli,
qu'elle ſoutient de la main & quelques - uns à la roſée
droite, avec ces paroles : La des mois de Mai & de Sepe
Terre eſt fa nourrice , le so- tembre. Ils regardent cette
leil eſt fon pere , & la Lune derniere comme le mâle
ſa mere. parce qu'elle eſt plus cuite &
Toutes ces expreffions doi- digérée par les chaleurs de
vent être priſes à la lettre , & l'été ; & l'autre ils l'appellent
ne ſont point énigmatiques. femelle, parce qu'elle eſt plus
Mais lorſqu'ils parlent de froide , plus crue , & qu'elle
leur ſoufre, ils ne le font que participe plus de l'hiver,
Е м EN EN
Quelques Chymiſtes pre- trême qui lui ſurvient dans
nant ces paroles à la lettre , cet état de putréfaction.
ont crû que la roſée étoit la ENDÉIDE ou EN
matiere dont les Philoſophes DÉIS. Mere de Pelée ,
Hermétiques tirent leur mer- pere d'Achille. V. PELÉE .
cure , parce qu'ils diſent fou ENÉE , fils de Vénus &
vent dansleurs livres que le d'Anchyſe , fut un des prin
mercure eſt mâle & femelle ; cipaux Héros qui défendi
& fe font imaginés en con rent la Ville de Troye con-.
ſéquence que l'union de la tre les Grecs , qui ne s'en
roſée de Mai avec celle de rendirent maîtresqu'au bout
Septembre formoit le ma- de dix ans de fiége. Enée ſe
riage fi recommandé par les réfugia en Italie , & pendant
vrais Chymiſtes. Mais ils au- ſon voyage il fit ſa deſcente
roient du faire attention que aux Enfers, accompagné de
la matiere de leur mercure la Sibylle , qui lui fervit de
doit être minérale , parce guide . Voyez à la fin du 6 °
que d'un bouf il ne naît livre des Fables Egypt. &
qu'un bouf, d'un homme un Grecques dévoilées .
homme , & que l'on ſe trom ENESTRUM . C'eſt , dit
peroit lourdement ſi d'un ar. Planiſcampi , le firmament
bre ou d'une plante on vou- perpétuel aux élémens qua
doit faire un métal . druples , ou eſprit prophéti
EMPATER . Congéler , que , qui par des ſignes pré
fixer la matiere volatile de cédens, préſage allurément
l'oeuvre des Sages . le futur.
ENCARIT . Chaux vive ; ENFANT. Les Chy
mais c'eſt celle des Philofo- miſtes Hermétiques donnent
phes , & non la chaux avec aſſez ſouvent ce nom à leur
laquelle on bâtit, ſoufre , & quelquefois à leur
ENCÉLADE. Géant mercure. Les quatre enfans.
que l'on a ſouvent confondu de la Nature ſont les quatre
avec Typhon . Il fut fou- élémens, deſquelselle le ſert
droyé par Jupiter dans le pour former tous les êtres
combat des Géants contre lublunaires. Les Alchymiſ
les Dieux. V. GEANTS . tes diſent que deux de ces
ENCRE. Matiere de élémens font mâles & deux
l'æuvre dans le tems de fa femelles , deux peſans &
parfaite diſſolution ainfi deux légers. Les Philoſophes .
nommée de la noirceur ex- chymiſtes trouvent cet ens
I iv
136 EN EN
fánt formé par la Nature, & ter le degré outre meſure .
tout leur fecret conſiſte à le On y voit auſſi le termeAf
tirer de fa matrice ou mi- flamber d , ans le même ſens.
niere ; ils le nourriſſent en ENGENDREMENT
ſuite d'un lait qui lui eſt pro- ET NOCES . C'eſt le tems
pre , le même que Thétis où le volatil & le fixe de la
donnoit à Achille , & ils en matiere de l'auvre ſe diſſol
forment leur ſoufre. Cet en- vent enſemble , & ſe réuniſ
fant eſt, ſelon eux , plus no- ſent pour n'être plus ſéparés.
ble & plus parfait que les De ces deux il s'en forme
pere & mere ,quoiqu'il ſoit par conſéquent un troiſiéme ,
fils du Soleil & de la Lune , qu’on dit engendré, parce que
& que la Terre ait été fa pre- les Philoſophes donnent le
miere nourrice . nom de mâle au fixe, & ce
ENFER. Les Philoſophes lui de femelle au volatil.
Hermétiques appellent de ce ENGENDRER , Voyez
nom le travail inutile , & l'article précédent.
pour ainſi dire éternel, des ÉNIGME . Diſcours allé .
faux Alchymiſtes, qui ſont gorique, qui ſous une enve
continuellement au milieu loppe de mots ambigus &
des fourneaux allumés , & équivoques , renferme un
qui ne voyent jamais Dieu , ſens vrai. Les anciens Phi
quoiqu'ils le deſirent ſans loſophes ont enſeigné leur
ceſſe ; c'eſt- à- dire , qui ne Philoſophie naturelle & chy
parviennent point à la per- mique ſous des emblêmes ,
fection du grand cuvre , qui des figures hiéroglyphiques
leur donneroit tout ce qui & des énigmes , afin que le
peut ſatisfaire le cour hu- vulgaire & même les fça
main dans cette vie . Quel- vans, quine ſeroient pas ini
quefois ils appellent du nom tiés dans leurs myfteres, n'y
d'Enfer leur matiere en pu- compriſſent rien. Les Al
tréfaction , parce que le noir chymiftes modernes ſuivent
eſt l'image des ténébres , & en cela les anciens.
que l'Enfer eſt un lieu de té ENNA . Prairies où Pro
nébres & d'horreur. ſerpine cueilloit des narciſſes
ENFLAMBER, Vieux dans le tems que Pluton l'en
mot que l'on trouve dans les leva. V , PROSERPINE.
ouvrages de Flamel & du ENNEMI. L'un des noms
Trévilan, pour ſignifier don- que les Philofophes ont don
aer trop de fęu , en augmen, né à leur mațiere au blanc,
EN EN 137
nais en général ils ont ap- ſcience Hermétique. C'eſt
pellé Ennemis le fixe & le un reproche que les Philo
volatil , parce qu'ils ſem- ſophes ſe font les uns aux
blent le combattre perpé- autres ſur le ſtyle énigma
tuellement, au moins juſqu'à tique, les ſophiſtications &
ce que l'un des deux ait ab- les allégories qu'ils ont ré
ſolument vaincu l'autre , & pandues dans leurs livres
l'ait rendu de ſa propre na- pour tromper les ignorans.
ture. Quand le fixe a fixé le Ce terme doit s'entendre
volatil après avoir été lui- dans le ſens que l'on dit , un
même volatiliſé ,les Adep- homme eſt jaloux de ſon ſe
tes diſent qu'ils ont fait la cret , il le tient caché. Il eſt
paix entre les ennemis, parce à remarquer que ceux qui
qu'alors ils deviennent telle- font de telsreproches aux
ment unis qu'ils ſont inſépa- autres Philoſophes méritent
rables . très - ſouvent ce nom à plus
ENTALI. Alun de plu- juſte titre , & dans les en
me. droits mêmes où ils paroiſ
ENTRANT. Qui péné- ſent parler avec la plus gran
tre , qui a de l'ingrès. Les de ingénuité , c'eſt alors qu'il
Philoſophes diſent que leur faut le défier leplus de leurs
poudre de projection eſt par. diſcours. Car toutes leurs ré
faite, lorſque par la cuiſſon cettes ſont communément
elle eſt devenue entrante , ce qu'on appelle de la graine
fondante & tingente ; parce pour les lots; c'eſt dans les
qu'alors elle a toutes les pro- endroits les plus obſcurs &
priétés requiſes pour la tranſ- énigmatiques que la vérité
mutation . eft cachée. Il faut d'ailleurs
ENVIE. En fait de ſcien- ſçavoir qu'ils n'ont preſque
ce Hermétique, ce termene jamais tout dit de ſuite , &
ſignifie pas jalouſie du bien que le plus grand nombre
1 d'autrui , & deſir de le lui n'a parlé que de la ſeconde
enlever , mais une diſcrétion opération .
pouſſée à outrance à l'égard ENUR. Vapeur de la
du ſecret de la pierre , c'eſt- terre qui ſert de femence &
à -dire, de fa matiere & des de nourriture aux pierres.
procédés qu'il faut tenir pour EOUS. Un des chevaux.
la faire. du Soleil .
ENVIEUX. Terme fort EPAPHUS , fils deju
uſité dans les ouvrages de piter & d'lo , eut diſpute

!
138 E P EP
avec Phaëton ſur la vérité EPHIALTE & OTUS .
de fa race ; celui-ci piqué, Deux freres Géants , fils de
voulut lui prouver qu'il étoit Neptune ; ils firent la guerre
véritablement fils du Soleil , aux Dieux. V. GEANTS.
& pour cet effet demanda · EPHODEBUTS . Quel.
avec beaucoup d'inſtances à ques Chymiſtes ont donné
fon pere de lui laiſſer con ce nom à leur pierre parfaite
duire ſon char un jour ſeule- au rouge , à cauſe de la cou
ment. Il l'obtint ; mais mal- leur depourpre du vêtement
heureuſement pour lui , il le qui portoit autrefois ce nom ,
mena ſi mal qu'il auroit in- La Fable dit qu'Apollon en
cendié toute la terre , ſi Ju- prit un femblable , quand il
piter ne l'avoit précipité dans chanta ſur ſa lyre la victoire
le fleuve Erydan . Voyez ce que Jupiter remporta ſur les
que ſignifie cette fiétion dans Géants.
les Fables Egypt. & Grecq. EPIPOLAPSIS . Subli .
dévoilées, liv . 3. chap. 12. mation philoſophique.
& fuivans. EPOSILINGI. Mache
EPAR. Pluſieurs Chy- fer.
miſtes ont donné ce nom à EPOSILINGUA .. Ecu .
Vair. Johnſon . me de fer.
EPÉE . C'eſt le feu des EPOUSE . Mercure ou
Philoſophes , de même que eau mercurielle & volatile
Ja lance , le cimeterre , la des Philoſophes , qu'ils ont
hache , &c. auſſi appellée Sæur , Fein
EPERVIER. Oiſeau de me , Beja , &c ,
proye carnacier & d'une na EPOUSE ENRICHIE DES
ture chaude & ignée . Les VERTUS DE SON EPOUX.
Egyptiens l'avoient en con- ( Sc. Herm . ) Expreſſions
féquence conſacré à Oſiris, dont Solomon's'eft fervi dans
& les Philofophes Hermé- le Code de Vérité, pour figni
tiques l'ont employé dans fier la pierre au blanc, So
leurs hiéroglyphes pour fi- lomon ajoute , que la puiſ
gnifier leur matiere fixe fo . fance, l'honneur, la gloire
Jaire , qu'ils ont auſſi appel- la force & la royauté lui ont
lée Miniere de feu céleſte. été données ; que la tête
EPHESE ou BAIN . Se- eft ornée d'une couronne
conde opération de la pierre, rayonnante de ſept étoiles,
dans laquelle le feu humide & qu'il eſt écrit ſur ſes ha
diffout le feu fec . bits : Je ſuis la fille unique
EP ER ER 139
des Sages , entierement in- rieux , qu'il porta tout vivant
connue aux fols. à Euryſthée. Voyez l'expli
EPOUSER. Action par cation de cette fable dans
laquelle le fixe & le volatil l'article EURYSTHÉE .
de la matiere des Philoſo , ERYPILE , l'un des Hé
phes ſe réuniſſent inſépara- ros Grecs qui firent le ſiége
blement. Ces noces ſe font de Troye , eut pour ſa part
dès le tems de la diffolution , des dépouilles de cette Ville
& l’union s'acheve dans le un coffre dans lequel étoit
tems de la fixation . une ſtatue de Bacchus de la
EPOUX . C'eſt l'or phi- main de Vulcain , que Jupi
loſophique. ter avoit donnée à Darda
EQUIVOQUE . Les nus. Erypile ayant ouvert
Chymiſtes Hermétiques ſe ce coffre & jetté les yeux
font appliqués à embrouiller ſur cette ſtatue , devint fu
le ſens deleurs paroles , en rieux. Dans un de ces mo
choiſiſſant les termes qui mens d'intervalle que la fu
ſont ſuſceptibles de divers reur lui laiſſoit , ilalla con
ſens, non pas pour tromper ſulter l’Oracle de Delphes ,
& induire en erreur , puiſ- qui lui répondit qu'il devoit
qu'ils en avertiſſent le Lec- s'arrêter dans un lieu où il
teur , mais pour rendre leurs trouveroit des gens prêts à
penſées plus difficiles à pé- offrir un ſacrifice barbare, y
nétrer. dépoſer le coffre , & y éta
EREBE , Dieu né du Ca. blir fon domicile. Erypile
hos & des Ténébres, épouſa ſe rembarqua , ſe laiſſa aller
la Nuit , & en eut divers en- au gré des vents , & aborda
fans . Voyez ENFER. à la côte de Patras , où étant
ERICHŤONIUS. Fils deſcendu dans le tems qu'on
de Dardanus, Roi de Troye. alloit immoler un jeunegar
Voyez le livre 6. des Fables çon & une jeune fille à Dia
Egypt.& Grecq. dévoilées, ne Triclaria, il ſe préſenta
EŘIDAN . Fleuve d'Ita- avec ſon coffre ; on inter
lie dans lequel Phaëton fut rompit le facrifice , & on ou
précipité , pour avoir mal vrit le coffre , perſuadé qu'il
conduit le chariot du Soleil y avoit dedans quelque Di
fon pere . V. PHAETON . vinité . Ils reconnurent Bac
ERYMANTHE. Mon. chus , & inſtituerent une fête
tagne d'Arcadie fur laquelle annuelle en ſon honneur ,
Hercule prit un fanglier fu- & le nommerent Bacchus
140 ER ES ES
Efymnete. Erypile guérit de toute ſon hiſtoire fabuleuſe
fa fureur , & fixa fademeure n'eſt qu'une allégorie des
dans ce pays-là. Voyez les opérations & de la matiere
Fables Egypt. & Grecques, de la Médecine univerſelle . d
liv.3. ch . 14,S. 2. & liv.6. Sa naiſſance ſeule ſuffiroit
ÉRYX " fut vaincu par pour le prouver; car il eſt
Hercule. Voyez le livre s . dit qu'il fut tiré des cendres t
des Fables Egypt. & Grecq. de fa mere par Mercure , &
dévoilées. que le pere de Coronis s’ap t
ES ou ÆS , ou AIRAIN . pelloit Phlegye , du grec
Voyez CORPs ou TERRE Phlegein , en françois Brú
DES PHILOSOPHES . Lai- ler.
ton. D'ailleurs la Fable dit que
ESCULAPE , fils d'A- Jupiter eut affaire avec Lato
pollon & de la Nymphe ne, d'où nâquirent Diane &
Coronis , fille du Roi Phle- Apollon, & d'Apollon Eſcu
gyas , fut tiré par Mercure lape ;parce que la blancheur
du ventre de få mere après précéde toujours le rouge.
qu'elle eut été tuée par Dia- après lequel vient Coronis
ne, & confumée ſur le bû- ou le noir , d'où ſort enſuite
cher où elle avoit été miſe. Eſculape ou cette médecine
Il fut nourri par Trigone, & dorée & univerſelle dontles
élevé par le Centaure Chi- effets ſont fi ſurprenans tant
ron , qui lui apprit la Méde. ſur les corps humains que
cine dans une perfection fi ſur les métaux. Voyez une
grande , que par ſon moyen explication plus étendue de
la Fable dit qu'ilreſſuſcita cette fi&tion dans le 3°livre ,
Hyppolite dévoré par ſes chap. 12. §. 2. des Fables
propres chevaux. Eſculape, Egypt. & Grecques dévoi
felon quelques-uns, eut pour lées.
femme Epione , & pour en ESEBON ou ALSA
fans Machaon & Podalire , BON . Sel commun .
Jaſo & Hygiée. On le re ESON , fils de Crethée ,
préſentoit un bâton à la & frere de Pelias qui le dé
main , avec des ſerpens qui trôna. Elon étant devenu
l'environnoient, & il fut tou- vieil & caduque , fut rajeuni
jours honoré par les Payens par Médée que Jaſon avoit
comme le Dieu de la Méde- amenée avec lui à ſon re
cine. C'eſt pourquoi les Al- tour dela conquête de la toi
chymiſtes prétendent que ſon d'or. Voyez les Fables
ES ES 141
Egygt. & Grecq. dévoilées , cure , quoiqu'il ſoit un corps
liv . 2. ch. 1 . métallique ; mais ils appel
ESPRIT. Les Philofo- lent eſprit tout ce qui n'eſt
phes Hermétiques n'enten- pas dur , compacte , ſolide ;
dent pas par ces termes une & corps tout ce qui forme
ſubſtance immatérielle, mais une maſſe coagulée & fixée ,
une ſubſtance extrêmement dont les parties ſont difficiles
tenue , fubtile , pénétrante , à ſéparer. Tout ce qui eſt li
répandue dans tous les mix- quide & volatil eſt eſprit ,
tes , & fpécifiée dans chacun quand il participe du mer
d'eux ſuivant ſa nature , ſes cure commun. Tout ce qui
qualités , & le régne de la eſt compacte & fixe eft
Nature auquel il appartient. corps. Tels ſont les métaux
Ils reconnoiſſent auſſi un parfaits , & le fixe des im
eſprit univerſel phyſique , parfaits , les ſels fixes des
igné, répandu dans tout l'U- trois régnes. L'ame eſt le mi
nivers , qu'il vivifie par ſon lieu ou le lien qui lie le fixe
action continuée ſans inter- avec le volatil .
ruption : ils lui donnent le Les Chymiſtes ont auſſi
nom d'Archée de la Nature , appellé leur mercure :
& le regardent comme le ESPRIT DE MERCURE .
principe indéterminé de tous ESPRIT CRUD , ESPRIT
les individus. Voyez les DU CORPS CUIT, ſignifient
Principes généraux de Phy- la même choſe que Mercure
fique dans les FablesEgypt. diſſolvant des Philoſophes.
& Grecques dévoilées. ESPRIT DE VIE , parce
Quelquefois les Chymiſ- qu'il vivifie les métaux qui
tes Hermétiques appellent ſont comme morts dès qu'ils
auſſi Eſprit leur mercure , à ont perdu , en ſortant de la
cauſe de la volatilité . Ils don- mine, cet eſprit qui les y vi
nent encore ce nom à leur vifioit , & leur donnoit une
matiere parvenue au blanc. vertu multiplicative.
Mais communément ils joi ESPRIT DES PHILOSO
gnent une épithete à ce ter- PHES , parce que les Sages
me Eſprit , commeon peut ſeuls ont le ſecret de le ren
le voir dans les articles ſui- dre eſprit en le délivrant de
yans . la priſon ou corps dans le
ESPRIT FUGITIF . Nom quel la Nature l'avoit ren
que les Philoſophes Hermé- fermé.
tiques ont donné à leur mer, ESPRIT UNIVERSEL,
142 ES É S ET
C'eft proprement le nitré ré- ticuliers de chaque régne de
pandu dans l'air , inpregné la Nature.
de la vertu des aftres, & qui ESSATUM VINUM . Ef:
animé par le feu de la Na- prit de vin rectifié, au moyen
ture , fait ſentir ſon action duquel on extrait les teintu
dans tous les êtres ſublu- res , les odeurs & les eſſen ,
naires. Il eſt leur aliment , il ees des corps.
leur donne la vie , & les en ESSENCE. Matiere des 1
tretient dans cet état autant Philoſophes parvenue à la 1
72
de tems que ſon action n'eft couleur blanche . Les Adepå
point empêchée par le dé- tes lui ont auſſi donné le nom
faut des organes , ou par la d’Eſſence blanche. Voyez
déſunion des parties qui les QUINTESSENCE .
compoſent. ESSENSIFIER . Cuire , P
ESPRIT VEGETABLE , eti digérer la matiere de l'ou
P
termes de Chymie , ſignifie vre pour en faire l'eſſence
foufre . des Chymiſtes Hermétiques. C
ESPRIT PUANT. Terme ESTIBIUM . Antimoine. d
de fcience Hermétique, qui ESTOMAG D'AU: fc
fa
fignifie la même choſe que TRUCHE . Les Philofo
ſoufre philofophique. C'eſt phes Chymiques donnent ce
auſſi lamatiere au noir & le nom à leur diſſolvant , ou 0
mercure en putréfaction . mercure philoſophique ; &
ESPRIT SUBLIMÉ . Mer- les Chymiſtes ordinaires l’in e
cure des Sages extrait de la terprêtent de l'eau - forte
miniere & purifié. commune.
ESPRIT DE L'OR , ou ETAIN. Métal blanc ,
OR EN ESPRIT. Mercure auquel les Chymiſtes ont
des Philoſophes Herméti- donné le nom de Jupiter ,
ques. fils de Saturne. En termes
ESPRIT DE MIEL . de Philoſophie Hermétique ,
Glazer dit qu'il réduit tous c'eſt la couleur griſe , qui
les métaux en vitriol , c'eſt- dans les opérations de l'æu
à-dire , en mercure ; mais la vre , ſuccéde immédiatement
chofe eft fauſſe . à la couleur noire appellée
ESSATTA. Art de tirer Saturne , ou Laiton qu'il faut
les eſſences des mixtes. blanchir , Plomb livide , &c.
ESSATUM ESSEN ETAIN CALCINÉ . C'eſt
TIEL. Vertus , propriétés la pierre parvenue au blanc ,
eſſentielles aux mixtes par que les Philoſophes appel
ET E T 143
lent aufli Chaux d'étain , Ciel ſur un char de feu; car
Lune dans ſon plein , Diane alors paroîtra la rougeur, qui
nue , &c. L'étain vulgaire a ſera permanente dans toutes
une propriété qu'on ne re- les révolutions faites par cing
marque pas dans les autres cuiſſons après la vraie blan
métaux , c'eſt d'augmenter cheur .
de poids quand on le calci ETHEB . Terme de
ne , au lieu que les autres Science Hermétique , qui &
métaux diminuent. On di- gnifie parfait ; ainſi lorſque
roit qu'il abſorbe les parties les Philoſophes diſent que
ignées des charbons , ou que leur poudre convertit tant
fa chaux eſt un aiman de ou tant de parties de plomb ,
l'eſprit univerſel qui ſe cor- étain , & c. en étheb , il faut
porifie avec lui . entendre en or ou en argent ,
ETAIN DES PHILOSO- qu'ils regardent comme des
PHES , ou leur Plomb blanc. métaux parfaits.
C'eſt leur mercure dépouillé ETHEL eſt un des noms
de fa noirceur , avant qu'il que les Philoſophes ont don
ſoit parvenu au blanc par né à leur vaſe ou duf des
fait. Şages . Lorſque le corps ſera
ÉTÉ. Matiere au blanc réduit en poudre impalpa
ou régime du feu du troi- ble , il faut le ſublimer dans
ſiéme degré.Sa complexion l'éthel , avant de le mêler
eſt ignée. Ce troiſiéme de- avec notre airain ; & ce qui
gré fixe le mercure , & la empêcheroit la teinture &
chaleur eſt ſemblable à celle l'ingrès , demeurera au fond
du ſoleil dans le ſigne du de l'éthel. Auriga Chemicus.
Lion. Il faut le continuer ETHELIA eſt ,ſelon les
juſqu'au rouge. Lorſque ce Philoſophes Spagyriques ,
rouge abſolument digé- cette ame cachée & métal ,
ré , ileſt ſi fixe qu'ilne craint lique , ou ce ſoufre de nature
plus lefeu. Notre Dragon , concentré dans les métaux
dit Philalethe , eſt alors dé- imparfaits , que leur eau mer
1 coré de toutes les vertus cé- curielle extrait & ſépare des
leſtes & terreſtres. Souve- impuretés terreſtres qui l'en
nez-vous auſſi que chacune veloppent, & qui la tiennent
de ces chaleurs doit être le comme en priſon .
double de l'autre. C'eſt dans ETHELIA est auſſi un
ce régime que les fruits ap des noms qu'ils ont donné à
paroiſſent, & qu'il monte au leur matiere en putréfaction
144 ET E V EV
qui forme ce qu'ils appellent grand cuvre des Philofoa
leur Saturne , leurs métaux phes Chymiques. O bon
imparfaits , leur corps im- Roi , dit Morien , vous devez
monde, leur laiton qu'il faut ſçavoir parfaitement avant
blanchir. toutes choſes, que la fumée
ETOILES DES PHI- rouge , & la fumée blanche ,
LOSOPHES. Ils donnent & la fumée orangée , & le
communément ce nom aux Lion vert, & Almagra , &
couleurs qui ſurviennent l'immondice du mort , &
dans le vaſe pendant les le limpide ., & le ſang , &
opérations du grand cuvre . l’Eudica , & la terre fétide ,
Mais ils prennent ordinaire- font des choſes dans leſquel
ment les termes de Planettes les conſiſte tout le magiſte
& d’Etoiles pour ſignifier re. Morien explique dans la
leurs métaux ; ou les planet- ſuite ce que c'eſt qu'Eudica.
tes terreſtres , c'eſt -à - dire les Eudica , dit-il , eit la choſe
métaux vulgaires. la plus ſecrete de toutes cel
ETOILE A V Cou- les que je viens de nom
CHANT . Sel armoniac. mer. On l'appelle autrement
ETOILE DE LA TERRE. Mofzhacumia , ce qui ſigni
Talc. fie féces ou immondices du
EVAN. Surnom de Baca verre . Il ne faut cependant
chus . pas s'imaginer que Morien
EVAPORATION . Sé- entende par ces termes , les
paration des eſprits ou ma excrémens ou fuperfluités
tiere ſpiritueuſe des corps , hétérogênes qui ſe trouvent
par l'action de l'air ou du dans les creufets des Verre
feu. Le mercure des Sages ries : c'eſt la baſe de tous les
a deux taches originelles,dit êtres , & par conſéquent du
d'Eſpagnet ; la premiere eft verre. C'eſt la pierre au
une terre impure , fulfureuſe blanc.
que l'on en ſépare par le bain EUDICA . ( Sc. Herm . )
humide ; la ſeconde eſt une Eau mercurielle des Philo
humidité ſuperflue qui s'eſt ſophes , faite pour défendre
nichée entre cuir & chair, & le corps de la terre de com
qui le rend hydropique ; il buſtion ,cequi lui a fait don
faut la faire évaporer par le ner par Morien le nom de
bain fec du feu doux & be- fiel ou féces de verre , parce
nin de la Nature . que les féces de verre mê
EUDICA. Matiere du lées avec les métaux en fu
lion ,
EU EU 145
fion , empêchent qu'ils ne mites Hermétiquesà la ma
ſoient brûlés. C'eſt cet Eu- tiere du grand autre parve
dica qui accoutume la ma nue à la couleur blanche.
tiere aux atteintes du feu. EUROPE , ſąur de Cada
C'eſt ce ſerviteur rouge qu'il mus & fille d'Agenor , fuc
faut marier avec ſa mere odo enlevée par Jupiter change
řante ; ce Pyrrhus, fils d’A- en Taureau blanc. Il en eut
chille , aux cheveux rouges , Minos & Rhadamanthe.
aux yeux noirs , & aux pieds Voyez l'explication de cette
blancs. Ce Chevalier armé fiction , liv. 3. ch . 14. S. 5 .
pour combattre le Dragon , EURYÚICE . Voyez
& lui arracher la vierge in- l'article d'Orphée.
tacte Beja , ou blanche ; Per EURYSTHÉE , Roi de
ſée qui en préſentant la tête Mycenes , ayant obtenu lg
de Médure , défend Andro- pouvoir de commander à
mede, fille de Caſſiope & Hercule , il l'obligea d'allec
de Céphée Roi d'Ethiopie , tuer un Sanglier turieux qui
contre le Monſtre marin , la ravageoit toute la montagne
délie des chaines qui la re- d'Erymanthe ; Hercule y
tenoient , & la prend pour fut, s'en faifit & le porta tout
épouſe. vivant à Euryſthée . Cette
EUDIĆA . Quelques - uns fable, ſelon l'explication des
croyent qu'il faut entendre Alchymiſtes ou Philoſophes
ce terme de la matiere au Spagyriques, eſt le ſymbole
blanc; d'autres , avec le Phi- du grand ceuvre. Le mont
lalethe , l'expliquent de la Erymanthe ſignifie le vaiſ
matiere en putrefaction. ſeau philolophique , qu'ils
EVE. Magiſtere des Sa- appellent aſſez communé
ges , lorſqu'il eſt parvenu à ment Montagne. Le Sanglier
la blancheur. eſt le mercure philoſophie
EUPHEMUS . L'un des que , dont les eſprits corro
1 Argonautes, & leur Pilote. ſifs détruiſent tout ce qu'on
C'eſt à lui que Triton donnà leur donne à diſfoudre . Her
une motte de terre , dont la cuile eſt l'Artiſte qui travaille
fignification eſt expliquée ce mercure , le lie en le
dans le liv. 2. chap . 1. des fixánt; & après l'avoir ani
Fables Egypt. & Grecques mé de ſon ſoufre , en fait la
dévoilées. pierre philofophale , & la
EUPHRATE eſt un des médecine univerſelle représ
doms donnés par les Chy- fentée par Euryſthée ,
K
2
E U EU - EX
Fabri dit que cette fable vaux d'Hercule expliqués
dévoile ce que les Philoſo- dans le se livre des Fables
phes ſe ſont toujours efforcés Egypt. & Grecq.dévoilées.
de cacher , c'eſt -à-dire la ma EURYTHUS , Roi
tiere de leur pierre , & l'en- d ' @ chalie , avoit une fille
droit où l'on doit chercher vierge qu'ilrefuſa de donner
cette matiere. Voici com- en mariage à Hercule. Celui
ment il s'explique dans ſon ci ravagea toute l' @ chalie , ld
livre intitulé : Hercules Pio- tua Eurythus , & fe maria d
chymicus. Sous cette fable , avec Iole ſa fille. Eurythus,
dit-il, eft caché le plus ex- ſelon les Alchymiſtes , figni 02
cellent & le plus admirable fie l'eſprit minéral & les pare be
ſecret de la Chymie ; carties hétérogênes qui noirciſ
elle nous découvre ce que ſent & corrompent la ma
les Philoſophes ont enve- tiere chymique qui renferme
loppé du ténébreux voile de cette terre vierge dont lole
l'énigme. Elle nous montre eſt le ſymbole. Hercule ou di
queleſt, & en quel lieu l'on le mercure philoſophique le
trouve ce Sanglier d'Ery “ cherche à s'unir avec cette ide
manthe , quieſt le vrai mera terre vierge , mais Eurythus bl
cure des Philoſophes ; car de s'y oppoſe par ſes parties hé
la fleur de Vénus & du mer- térogênes. Le mercure phi
cure vulgaire, préparés com- loſophique putrefie Eury
me il faut, l'on tire cette va- thus, le tue , pourainſi dire ,
peur onctueuſe dont les Phi- & par ce moyen obtient Iole
loſophes font tant de cas. On par force , s'unit avec elle , &
le voit par le terme d'Ery- en la ſublimant, l'éleve au
manthæus , qui ne ſignifie haut du vaſe , que les Alchy le
autre choſe que fleur de Vé- miſtes nomment le Ciel, &
nus ; car Erycine étoit un en fait une terre feuillée , d'où
ſurnom de Vénus , & Anu doit naître ce fils admirable
S
thos en grec , ſignifie Fleut qui faitla joie de l'Univers ,
B
en françois. Je laiſſe au Lec- & fa félicité.
teur ſçavant dans la Philo EXALTATION . Voyez
ſophie Spagyrique à juger fi' SUBLIMATION.
Fabri étoitPhiloſophe , ou EXALTATION D'EAU .
s'il en donne à garder, com- C'eſt la fixation du mercure
me ces Meſſieurs ont cou- des Sages en pierre ; parce
tume de faire. On trouve qu'alors l'eau mercurielle eſt
cette fable & les autres tram exaltée en perfection , como 7
0
EX EX 147
me dit Hermès dans la Table feu philoſophique, au moyen
d'Emeraude. duquel une couleur ſuccéde
EXALTATION. Les Phia à une autre . C'eſt dans ce
loſophes Hermétiques com- ſens qu'ils diſent, qu'il faut
ptent l'exaltation entre les'extraire la rougeur de la
fept opérations du grand cu- blancheur, parce que la blan
vre; c'eſt la fublimation phi-
theur doit toujours précéder
tofophique priſe dans le ſensla rougeur de la matiere :
de ſublimation ouperfection. c'eſt pourquoi la Fable dit
EXALTER , en termes que Diane , ſoeur d'Apolo
de Science Hermétique. Su- lon; ſervit de ſage-femme à
blimer , perfectionner. Lorf- fa mere ; pour lui aider à
que les Philoſophes diſent mettre au monde Phæbus ,
que leur matiere eft exaltée ,qui eſt le même qu'Apolion
il faut entendre , ou qu'elleou le Soleil ; & que les Phi
eſt ſubtiliſée par la ſublima-foſophes Chymiques appel
tion , ou qu'elle a déja acquislent Diane nue , Lune , Or
le degré de perfection qu'elleblanc , leur mațiere au blanc
doit avoir pour être élixir auparfait; & qu'ils nomment
blanc ou au rouge : Soleil , Apollon ou leur Or ,
EXALTER . Perfectionner la matiere parfaite au rouge .
te qui ſe fait non par les opéQuand on dit qu'il faut com .
rations de la Chymie vul- mencer l'ouvre par l'extrace
gaire , mais par la fimple di-tion du mercure , on doit tene
geſtion à l'aide du feu phi• tendre ce terme dans ſa ſignie
loſophique. Lorſque l'æuvre fication vulgaire.
eſt parfaite , ils donnent à EXTRAIRE LE SUČ
leur poudre le nom de Pierre DE LA SATURNIE VÉ
exaltée . GÉTABLE. C'eſt tirer le
EXCRÉMENT DU mercure de la miniere.
SUC DU PLAN DE EXTRAIRE LES ÉLES
BACCHUS. C'eſt le tartre . MENS . Continuer le régime
EXTRACTION , en du feu pour les opérations.
termes de Chymie Hermé- Si vous ne ſçavez pas ex
tique, ne lignifie pas, commetraire l'eau de l'air , la terre
dans la Chymie ordinaire , de l'eau , & le feu de la terre ;
une expreſſion du ſuc de vous ne réuſſirez pas dans
quelque plante , ou de quel- l'ouvre ,dit Ariſtore le Chy
que animal , &c. mais une miſte. C'eſt-à-dire , qu'il faut
continuation du régime du continuer les opérations du
Kij
148 E Z. FA
magiſtere de maniere que & fa parfaite fixation ; c'efice
vous réuſſiſſiez à voir le ré- à-dire , le mercure crud &
gime des couleurs dans leur la poudre de projection .
ordre; d'abord le noir , qui EYEB . Or.
eſt une preuve de la diſlo EZEPH . Soleil des Phi
lution de la matiere en eau ; loſophes.
enſuite le blanc , qui eſt la EZIMAR , Fleurs d'ai .
terre feuillée des Philofo- rain .
phes ; enfin la couleur rou F
ge , qui eſt le feu des Sages
ou la miniere de leur feu , ABA . Le tiers d'un ſcrue
c'eſt- à - dire , leur ſoufre vif pule.
& animé. FABA AGRESTIS
EXTRÊMES. Lesextrê- Lupins.
mes de l'ouvre ſont les élé FABIOLA. Fleurs de
mens principes de tout , & féves.
l'or perfection de l'æuvre. FABLES. On s'eſt beau
Il ne faut point prendre les coup tourmenté l'eſprit pour
élémens ni l'or pour la ma- trouver des fyftêmes au
tiere de l'ouvre , mais une moyen deſquels on pût ex
matiere qui participe des pliquer les Fables anciennes
élémens principes, ou ma- qu'Homere, Héliode & plu
tiere feconde des mixtes mé- ſieurs autres nous ont tranſ
talliques. De même que pour miſes. Les Mythologues les
'faire du pain , on ne prend ni ont regardées comme des
du pain cuit , ni l'eau & la leçons de morale , d'autres 1
terre qui ſont les principes comme des explications de
du froment ; mais la farine phyſique , quelques -uns n'y
inême du froment. voyent que des traits de la
EXTRÊMITÉS DE LA politique la plus rafinée
PIERRE . Philalethe les ap- quelques autres penſent y
pelle dimenſions , & dit que trouver l'hiſtoire entiere des
le mercure en eſt une & l'é- tems qu'ils appellent néan
Tixir complet l'autre . Les mi- moins fabuleux ; & malgré
lieux ſont les corps ou mé- toute la torture que tous ces
taux philoſophiques impar- Sçavans ont donné à leurs
faits. Les deux extrémités eſprits , ils n'ont pû réuſſir à
dans l'ouvre ſont la trop les expliquer de maniere à
grande crudité de la matiere ſatisfaire les gens ſenſés &
avant qu'elle ſoit préparée, les moins difficiles. Il ne fal, 1
FA F A 148
loit pour y réuffir, que res tres fous peine de la vie à
monter juſqu'à la ſource des celui qui le révéleroit. On
Fables , ſuivre leur naiſſance fçait d'ailleurs qu'ils ſe le
& leurs progrès ; on auroit tranſmettoient ſous le voile
vû que les Fables Grecques des fables & des hiéroglys
n'étoient qu'une imitation de phes . En falloit-il davantage
celles des Egyptiens. Les pour fixer les idéesſur l'ob
plus anciens Auteurs ont eu jet des fables? Je crois avoir,
même ſoin de nous avertir prouvé , je dirois même de
que Muſée , Orphée , & c . montré que les fables n'en
les avoient puiſées en Égyp- avoient point d'autre , dans
te , & les avoient tranfpor mon traité des Fables Egyp
tées dans la Grece. tiennes & Grecques dévoi
Le lieu de leur naiſſance lées & réduites, au même
une fois trouvé , il ne s'agif- principe. C'eſt donc dans la
ſoit plus que de découvrir le matiere & les procédés de
pere de tant d'enfans ; on au cer art Sacerdotal ou Hera
roit vû que ce fut Hermès métique qu'il falloit chercher
Triſmegitte, ce grand hom- & puiſerles explications de
me, cet homme célébre dont ces fables , & non dans l'hif
la mémoire ſera éternelle- toire, la morale ou la poli
ment en vénération. Exami tique. Je l'ai fait dans le Traité
nant enſuite quel but il pou que je viens de citer , & dans
voit fe propoſer en les in- les différens articles de My
ventant , on auroit trouvé thologie inſérés dans ce Dică
qu'il avoit raſſemblé un cer tionnaire , où ,pour abréger,
tain nombre d'hommes choi je me contente le plus fou
fis de la main comme capa vent de renvoyer au Traité
bles d'être inſtruits des ſcien- ci -deſſus.
ees qu'il vouloit leur appren FACCA DE MALA
dre , & de garder le ſecret QUA . Anacardes.
ſur cet art Sacerdotal , qu'il ſe FACINUM . Airain.
propoſoit en conféquencede FACTION. Action de
leur enſeigner par des énig- faire , maniere de procéder à
mes, desparaboles, des al une choſe . Faction de notre
légories & des fables qu'il divin cuvre. Zachaire.
inventa pour cet effet. Preſ FADA . Matiere de l'ou
que tous les Auteurs anciens vre parvenue à la blancheur ,
ont parlé de ce fecret qui FAIM DES PHILOSO
étoit recommandé aux Prê PHES . Defir ardent d'ap ;
Küj
FA F A FE
prendre tout ce qui regarde au blanc ,qui indique le prind
l'art Hermétique , & les con. tems philoſophique ; parce 1
1
noiſſances que l'on peut ac- que la couleur noire qui la
querir par fonmoyen. précéde , apņonce lamort
FAISAN D'HERMES. du ſujet , & le froid de la ma .
Nom que quelques Philofo tiere qui ſemble alors dans
phes Chymiques ontdonné l'inaction , comme la Nature
au mercure des Sages , tant paroit y être pendant l'hi
à cauſe de la volatilité , qu'à ver.
cauſe des différentes couleurs FAUX DE SATURNE
qu'il prend dans le cours des qui coupe les ailes & lesjam. 3
opérations du grand oeuvre. bés à Mercure. Expreſſions
FALCANOS. Arſenic, desPhilolophes, par leſquel.
FALEX . Fer. les ils entendent la partie fixe CI
FASDIR ou SASDIR . de la matiere de l'ouvre qui I
Etain , Jupiter.
FAUFEL. Areca & Caz des Sages. Nicolas Flamel k
tęchu. nous a conſervé une figure
FAULEX. Acier. ſymbolique d'Abraham Juif, tc
FAUNES, qu'on appelle où Saturne est repréſenté DI
auſſi Sa'yres , Sylvains. Ils ſous la figure d'un vieillard
habitoient les bois & les fo caduque l , a bouche béante 0
rêts. Voyez ce qu'ils figni- & une faux à la main , pour P
fient dans l'article de BAC. fuivant Mercure.
CHUS. FEBLECH. Fer qu acies
FAVONIUS. Vent qui dęs Philoſophes,
fouffle de l'endroit du ciel où FEBUS. Enfant vierge,
le ſoleil ſe couche au tems, FECES. Terme de ſciene
des équinoxes. Les Anciens ce Spagyrique , pris du latin
l'appelloient le Vent.de gé- faces. Il fignifie craffe , lies
nération & de production , impuretés , limon , ardure
le Zephir ou Porte de vie , excrément, & les parties les
parce qu'il fouffle, plus com- plus groſſieres , impures &
munément au printems, lorf. ( trangeres qui ſe précipitent
que la Nature ſemble ferea au fond des vaſes, & que
nouveller & prendre une l'on appelle autrement réfan
nouvelle vie. Les Philoſoa dence , particulierementlorſ ,
phes Hermétiques ont don qu'il s'agit des liqueurs quand
mé le nom de Favonins a la ellęs fe purifient d'elles-mês
magierede l'oeuvreparvenue mes, comme le vin ,
FE FE
FECES DU NITRE , melle, ou androgine ; máis
Salpêtre. lorſqu'ils parlenten particu
FECLA. Lie de vin . lier de femelle, ils entendent
FEDEUM ou FEDUM. leur mercure , & par mâle le
Safran . ſoufre.
FELDA. Argent, Lune FEMELLE BLANCHE.
des Philoſophes . C'eſt le mercure au blanc.
FEL VITRI. Ecume de FER DES PHILOSOS
verre . PHES . Magiftere parvenu
FEL DRACONIS, au rouge couleur de rouille
Mercure de l'étain , de fer ,parce qu'alors fa cou.
FEMME. Les Chymiſ- leur approche de celle dų.
tes Hermétiques ont donné Crocus Martis. On appelle
communément le nom de cette circonſtance de leu
Femme ou de Femelle à leur vre le Regne de Mars. Voyez
Lune , ou mercure des Phi- REGNE.
loſophes ; quelquefois aufli FERMENT , en termes
à leur matiere volatile dans d'Alchymie , eſt une matiere
tous les états où elle ſe trouve fixe , qui, mêlée, avec lemere
pendant le cours des opéra- cure , le fait fermenter- &
tions du magiftere. C'eſt ce lui donne ſa propre nature ,
qui la leur a fait perſonnifier comme le levain fait à la
pour en compoſer les an- pâte.
ciennes fables tantGrecques FERMENT. Sc. Herm .
qu’Egyptiennes , dans lef- il y a pluſieurs ſortes de fer
quelles on lui a donné les mens ; les uns ſont ſimples ,
noms de Cybele , Cérès , les autres compoſés. Lesfim
Ilis , Latone , Coronis , Eu- ples ſont ceux qui ſont homo
rope , Léda , &c. Quand ils gêpes & fans mêlanges , tels
Pont appellée Femme blan- que les élémens & les ames.
che , ils avoient en yûe la cir- extraites de leurs corps.. Les
conſtance où cette matiere compoſés ſont ceux qui ont
eſt parvenue au blanc. été mêlés avec d'autres , tels
FEMME DES PHILOSO. ' que les corps réduits en na
Pres . C'eſt le mercure ; & ture de ſoufre , & joints avec
l'homme , ou le mâle , et le leur huile . Il y a auſſi des
foufre. fermens fulfureux des corps
FEMELLE . Les Philofo- imparfaits ; on les appelle fere
phes Chymiques diſent que mens moyens. Mais ſi l'on
leur mercureeſt mâle &fe- ignore la façon de réduire les
Kiv
métaux parfaits en leur pre- martifier & à endurcir ; car
miere måtiere; c'eſt- à- dire, ſans cela on ne pourroit la
en leur mercure , on tentera fixer. La cendre d'argent
envain de parvenir à la fin eſt terment dans l'oeuvre au
de l'oeuvre , parce qu'on ne blanc , & la cendre d'or dans
pourra faire ni ferment ſim- l'auvre au rouge , l'or &
ple , ni fermentcompoſé , en l'argent des Philoſophes eſt
quoi conſifte le ſecret de l'é- leur eau , & cette eau eſt le
lixir. ferment du corps ; ces corps
Il faut- obſerver de plus ſont leur terre ; le ferment
qu'il y a deux fortes de ma de cette eau divine eſt une
tiere premiere : l'une eft pro cendre , parce qu'elle eſt fer
chaine , l'autre éloignée. La ment du ferment.
prochaine eſt l'argent -vif, Il faut donc joindre l'ar
l'éloignée eſt l'eau ; car l'ar- gent avec l'argent, & l'or
gent vif a été premierement avec l'or ; c'eſt-à-dire , l'eaụ
eau , puis terra, enſuite eau , avec la cendre ', ou le fera
& enfin eau féche. La ré ment avec le ferment. Tout
duction des corps parfaits en cela s'entend de la médecine
mercure , ou en leur premiere du ſecond ordre , qui conſiſte
1
matiere , n'eſt qu'une réſolu- à joindre l'humide avec le
tion d'une matiere parfaite , fec, d'abord après leur pré
fixe , blanche , rouge & con- paration . L'humide eft l'ef
gélée. prit liquide purgé de toute
Les fermens doivent être impureté , & le fec eſt le
très- hien préparés avant de corps pur & calciné.
les employer pour la fer Lorſque le magiftere eſt
mentation. Cette prépara- parvenu à un certain degré
tion conſiſte à les faire paffer de perfection , il faut y ajou
par tons les principaux ré- ter un ferment, qui eſt l'or ,
gimes du magiftere ; c'eſt -à- afin qu'il change toute la
dire , qu'ils doivent premie- matiere en fa propre nature ,
remeni réfſembler à de la & détermine le magiſtere à
poudre calcinée au moyen la nature métallique , qui
de la liquéfaction , enfuite ayant ce mêlange étoit in ,
devenir une poudre diffoute, déterminé. Après que ce mê.
puis une poudre congélée , lange a fermenté , toute la
& enfin une poudre ſubti- pierre eſt tellement fixe
mée & exaltée. qu'elle devient ferment , &
Tout le ſecret confifte à principe de fixité pour tous
FE
Des métaux fur leſquels elle ces métaux , & confondu
ſera projettée. Quand on avec des parties hétérogê
veut s'en tenir au blanc , il nes & terreſtres diverſement
faut prendre la Lune pour combinées entr'elles , dema.
ferment , & bien prendre niere que la différence des
garde à ne pas s'y tromper. combinaiſons faiſoit la di
Quelques-uns donnentle verſité des métaux , dont le
nom de fermentau mercure , principe eſt le même , mais
quand on en fait les imbibi- la cuiſſon & la digeſtion dif
tions pour la multiplication férentes, Ce ferment ne fait
de la pierre. La pierre phi- qu'achever & perfectionner
ļofophale parfaite n'eſt pro- en peu de tems cet cuiſſon,
prement qu'un ferment qui que la Nature n'auroit pû
ſe mêle & s'inſinue dans tou- faire que dans la durée de
tes les parties des métaux pluſieurs ſiécles ; & qu'elle
imparfaits ſur leſquels on la n'auroit même jamais fait
projette en très-petite quan- dans les métaux imparfaits
tité, à proportion du degré faute d'un agent aſſez actif
de perfection qu'on lui a pour en ſéparer l'impur qui
donné par les opérations réi. sy mêle ſans ceſſe par le déa
térées ſur la même mațiere. faut de la matiere où ils font
Elle en ſépare tout l'impur renfermés.
FERMENTATION ,en
& l'hétérogêne , & s'appro
priant tout ce qui eſt de la terme de Phyſique, eſt une
nature , en fait de l'or ſi le ſéparation naturelle de la
ferment eſt or , de l'argent fi matiere ſulfureuſe d'avec la
le ferment eſt argent. C'eſt ſaline dans un corps, ou lorſ.
doncmal-à-propos qu’on dit que par la jonction de ces
que les Alchymiſtes cher- deux matieres,il ſe compoſe
chent à faire de l'or ; la pre- naturellement un mixte .
miere intention des vrais Phi FERMENTATION . Action
loſophes eſt de trouver un de l'air ſur les mixtes , qui en
remede contre les maux qui s'y raréfiant , en altére la
affligént la nature humaine; forme , en déſunit les parties
la ſeconde eſt de trouverun fans y produire une diffolu
ferment, qui , mêlé avec les tion entiere comme la pu-,
métaux imparfaits , puiſfe tréfaction . La fermentation
manifeſter ce qu'ils contien- tient le milieu entre la liqué
rent d'or , qui avant la pro- faction & la putréfaction ,
jection étoit renfermé dans Toutes trois ſont des effets

1
FE FE
de la raréfaction; mais la pu- fure que l'air , qui y eſt rena
tréfaction introduit des par- fermé, s'y raréfie. On voie
ties aqueuſes dans les pores auſſi cette ébullition ou gon
des mixtes , la fermenta • flement dans les mélanges
tion des parties aëriennes , des matieres minérales. Lorf
& la liquéfaction des parties que, par exemple , on verſe
ignées. Il y a trois eſpeces de l'huile de tartre fur de
de fermentations; celle quiſe l'alun. La même choſe ar
fait par enflure , gonflement , rive , fi après avoir fait ſécher
uméfaction , ébullition , & la chaux des métaux faite à
inflammation ou échauffe- r'eau -forte , on jette un peu
ment ingerne du mixte ; la de cette chaux dans de l'huile
ſeconde eſt proprement la de tartre. Glauber.
fermentation ; & la troiſiéme Les gens qui ferment le
eft l'acétification ou aigreur foin avant qu'il ſoit bien ſec
furvenante au mixte . La pre- ont , malheureuſement pour
miere fe voit dans toutes les eux , une funeſte preuve de
enflures qui ſurviennent aux cette ébullition ou échauffe .
parties molles des animaux , ' ment ; le fumier de cheval
quand ils ont pris du venin , s'échauffe auſſi par lui -mêm
ou qu'ils ont reçu quelque me. Cette ébullition qu'on
coup un peu violent , ou appelle auſſi efferveſcence
qu'elle eſt occafionnée & eſt comme une préparation
cauſée par quelque maladie ; à la fermentation & à la pus
tels font les boutons ayant tréfaction .
qu'ils ſoient purulens , les La fermentation propre
bubons , les puftules de la ment dite , eſt la raréfaction
petite vérole , des maux vé- d'un corps denſe, par l'in
périens , &c. On dit alors terpofition de l'air dans les
que le fang fermente , & it pores . Le trop grand froid ,
faudroit plutôt dire qu'il y a la trop grande chaleur , &
ébullition dans le ſang. Bez l'empêchement de l'accès li
cher. Cette ébullition ou gon- bre de l'air ou de fon action ,
flement fe fait auſſi remar- font des obſtacles à la fer
quer dans les viandes qu'on mentation. Elle doit donc le
appelle venteufes , ou fila faire dans un vaſe ouvert ,
tueuſes , telles que les pois ou dans lequel il y ait aſſez
& autres légumes fembla- de vuide pour que l'air puiſſe
bles; lorſqu'on les fait cuire , s'y raréfier. Au commence
on les voit ſe gonfler à me- ment de la fermentation de
FE 158
mouvement du vaiſſeau yeft l'odeur, & le ſupplément des
contraire ; ſur la fin il y aide, êtres. Ettout cela ne ſignifie
pourvû qu'il ne ſoit pas trop que la réduction de puillance
violent. Lorſque la fermen : en acte du corps qui donne
tation ſe fait dans un vafe le teinture & de celui qui la
ouvert , le corps fermente a reçoit,
beaucoup moins de force Si vous ne ſçavez donner
que lorſqu'elle eſt faite dans le feu au feu , le mercure au
un vaſe fermé ou bouché , ce mercure , vous ne réuſſirez
que l'on remarque dans les jamais ; c'eſt en quoi conſiſte
yins qu'on appelle foux. Le toute la perfection du ma.
levain fait fermenter la pâte . giſtere & la médecine du ſez
L'acétification ou aigreur cond ordre. Il faut auſſi ſça
eſt le commencement de la voir que tous les termes ci
fermentation , comme elle en après ſe rapportent à cette
eſt une eſpece quand elle eſt médecine ; inſpirer, vivifier,
complette ; & cette aigreur femer, mettre , mệler , joine
a la rarétation pour cauſe, dre , infufer , incorporer, ma
L'élevation & évaporation rier , donner , éppuſer , fer
des parties ſubtiles & ſulfu , menter, tuer, mortifier, con
reuſes des liqueurs eft la cay , géler, fixer & teindre .
fe de l'aigreur; & fi la fer La fermentation eſt une
mentation ſefait dans un vafe des opérations que les Phi .
clos, elle ſera beaucoup plus lofophęs ont tenu des plus
longue ; par cette raiſon l'ai- fecrettes , & n'en ont parlé
greur enſera plus forte , & que par énigmes & parabo
ne ſuccédera à la fermenta- les fort obſcures , afin de ne
tion que lorſque les parties point en découvrir le fecret,
groſſieres auront enveloppé lequel ſi l'on ignore , on tra .
& condenſé les parties ſub- vaille envain . Hermès dans
țiles. Les vins les plus vio , le 7 livre de ſes Traités, en
Jens ſont les meilleurs pour parle plus clairement qu'aux
faire le vinaigre . cun autre Philoſophe, lorf
FERMENTATION . ( Sc. qu'il dit que les fermens ſont
Herm . ) Philalethe définit la compoſés de leur propre pâ .
fermentation Hermétique , te ; il ajoute enfuite que les
dans la médecine du ſecond fermens blanchiſſent le com
ordre, l'incorporation de ce poſé, l'empêchent d'être brû
lui qui anime , la reſtauration lé, retardent le flux de la tein
de la faveur, l'inſpiration de ture , conſolident les corps
156 FE FE
& en augmentent l'union . La fermentation ſe fait ainſi ,
Ceux qui cherchent le fer- fuivant Philalethe : Prenez
ment dans les minéraux font une partie de ce foufre igné
dans l'erreur. & trois parties d'or très- pur,
Ce que les Philoſophes faites fondre le ſoleil dans un
appellent proprement fer- creuſet neuf , & quand il ſera
mentation eſt l'opération de liquéfié , jettez-y votre fou
l'élixir. Il ne ſuffit pas pour fre, prenant bien garde qu'il
parfaire le grand ceuvre , de n'y tombe aucun charbon .
pouſſer le magiſtere au rou- Quand ils ſeront fondus en
ge. La pratique de la pierre , ſemble , jettez le tout dans
dit d'Eſpagnet , s'acheve par un vale de terre ,ou dans un
deux opérations; l'une con autre creuſet, & vous aurez
Gfte à créer le ſoufre ou ma une maſſe très-rouge & fria
giſtere , l'autre à faire l'élixir, ble . Prenez une partie de
& ce dernier fe fait par la fer- cette maffe en poudre fine ,
mentation. Envain tenteroit- que vous mêlerez avec deux
on la projection , fi la pierre parties de mercure philoſo
n'eft fermentée . Le magif phique. Mêlez bien le tout ,
tere au rouge eſt un ſoufre & l'ayant mis dans l'æuf,
ou une terre très-ſubtile, ex- récominencez la premiere
trêmement chaude & ſèche ; opération , avec le mêmeré
elle cache dans ſon intérieur gime ; vous pourrez réitérer
un feu de nature très-abon- cette fermentation , îi vous
dant, qui a la vertu d'ouvrir le voulez.
& de pénétrer les corps des FERMENTER . Les
métaux , & de les rendre Philofophes recommandent
ſemblable à elle ; ce qui lui très - ſouvent de fermenter la
a fait donner le nom de pere matiere ; mais ils n'enten
& de femence mafculine. dent pas toujours la même
Mais de ce foufre il faut en chofe. Quelquefois ils par
créer un fecond, qui pourra tent de la fermentation pour
enſuite être multiplié à l'in- la confection de l'élixir , &
fini. Ce ſoufre ſe multiplie quelquefois de la continua
de la même matiere dont il tion du régime pour paffer
a été fait , en y ajoutant une d'une couleur à une autre ;
petite partie du premier, & c'eſt dans ce dernier fens
fermentant le tout avec le qu'il faut les entendre , lorf
ferment rouge ou blanc , fe- qu'ils diſent qu'il faut épaiſ
lon l'intention de l'Artiſte. fir , teindre & fermenter la
F E FE 157
premiere compoſition. C'eſt de quantité contre quelque
la même choſe que femer corps que ce ſoit , le péné
l'or dans la terre blanche tre , le traverſe, & en déſu
feuillée. Philalethe l'expli- nit les parties à peu près de
que ainſi dans ſon traité la même maniere que nous
De vera Confectione Lapidis voyons agir le feu ordinaire.
Philofophici. Semez votre Ces deux feux n'agiſſent pas
or , dit- il d'après Hermès par le même moyen. Le feu
dansuneterre blanche feuil- du ſoleil agit par lui-même,
lée. Semez , c'eſt-à-dire , joi- il eſt pouſſé par cet aſtre ſeul,
gnez , fermentez ; votre or , il agit également dansle vui
c'eſt-à -dire , l'ame & la vertu de comme dans l'air libre .
tingente ; dans une terre feuil- Notre feu ordinaire n'agit
lée , c'eſt - à -dire , dans votre que ſelon les loix de l'équili
matiere dépouillée de toutes bre des liqueurs. L'air plus
ſes fuperfluités. peſant que la flamme , la
FÉRMER. Coaguler , pouſſe felon ces loix , ſans
remettre en corps , fixer une quoi elle ſeroit ſans mouve
matiere liquide ou volatile . ment , & peut-être fans ac
FERU . Jupiter , ou étain. tion ; car elle neſçauroit ſub
FEU , en termes de Phy- fifter ni agir dans un lieu
fique ,matiere de la lumiere . vuide d'air. Les effets de ces
C'eſt le Feu proprement dit. deux feux ſont en conſé
Le feu ordinaire tel que ce- quence un peu différens. Un
lui de nos fourneaux & de métal fondu avec un verre
nos cheminées, eſt un liquide ardent , & coagulé après, a
compoſé de lamatiere de la les pores & les interſtices
lumiere & del'huile du bois , plusſerrés que le même mé
du charbon , ou des autres tal qui auroit été mis en fu
matieres combuſtibles & in- fion par notre feu ordinaire ,
flammables. parce que les parties de ce
Le feu du ſoleil n'eſt que lui-ci qui ſe ſont engagées &
la ſimple matiere de la lu- qui ont pénétré dans les in
miere répandue dans l'air , terſtices de ce métal , font
ſans le mélange d'aucune plus groſſieres & ont laiſſé
matiere huileuſe du bois, ou des paſſages plus ouverts.
ſemblable , pouſſée par le De-là vient aufli que les dif
foleil. Cette matiere étant ſolvans ordinaires des mé.
réunie par un verre ardent, taux agiſſent moins ſur ces
pouſſée en aſſez gran , métaux mis en fuſion par le
158 F EI
Feu du ſoleil , que ſur ceux contient la mati ere ſur laa
qui l'ont été par le feu come quelleon opére ; tel eſt lefed
mun. de fufion , qui eſt de deux
FEU , en termes de Chy. fortes:
mie , ſe ditégalement de tout Le feu de charbons & ce
ce qui fait l'office du feu élé- lui de flammes. L'un & l'au
mentaire. Ils le réduiſent ce tre ſervent aux fuſions , céa
pendant à pluſieurs fortes ; mentations, épreuves , cala
qui font : cinations , reverberes. Celui
Le feu natürel inné dans de flammes ſe homme feu
la matiere , dont chaque in- vif ; il ſert particulierement
dividu a uneportion , qui agit pour le reverbere.
plus ou moins, ſelon qu'il eſt Quelques-uns employent
excité par le feu ſolaire , ou auſſi des mottes de Tan .
le feu de cendres , qui con neurs pour avoir un feu doux
fifte à mettre des cendres & égal. 4
dans un vaſe , où l'on met le Les Philofophes Hermés
d
vaiſſeau qui contient les ma- tiques ont auſſi leur feu , au
3
tieres fur leſquelles on fait quel ils donnent des proprié. 1
des opérations , & l'on en tés tout - à - fait oppoſées au
tretient le feu vulgaire deſ feu élémentaire dont nous ve .
fous , qui échauffe les cen nons de parler.
dres , & les cendres le vaiſ Riplée diſtingue quatre
feau avec la matiere conte- fortes de feux : le naturel ,
nue. Le feu de cendres a une l'innaturel, le feu contre na
chaleur moyenne entre le ture , & le feu élémentaire ,
feu de ſable & le bain -marie . Raymond Lulle ne le diviſe !
Le feu de fable n'eſt autre qu'en trois : le feu naturel ,
que le fable ſubſtitué à la le non naturel , & le feu con
cendre. Sa chaleur tient le tre nature ; mais tous diſent
milieu entre le feu de fable & que le feu qu'ils appellent
le ſuivant. philofophique n'eſt pas le feu
Le feu de limailles, que vulgaire ;& quetout le fe
l'on met au lieu de fable , cret de l'Art conſiſte dans la
quand on veut avoir une cha. connoiſſance de la matiere
leur plus vive . Ce feu appro . de l'ouvre & dans le régime
che beaucoup de celui qu'on du feu.
appelle feu ouvert ou feu li Pontanus dit qu'il ne ſe tire
bre , c'eſt-à -dire , qui agit im- point de la matiere de la pier
médiatement ſur le yale qui re ; qu'il eſt ingénieux , &
FE FE 159
qu'il a travaillé trois ans ſur qu'il eſt excité par l'exté
la vraie matiere , ſans pou rieur .
voit réuſſir , parce qu'il igno “ Ce feti eſt celui qu'ils ont
roit le feu philoſophique , appellé naturel, parce qu'il
dont il a été inftruit par la est dans la matiere ; & conire
ledure du livre d’Artephius, nature, parce que c'eſt une
( Clavis major ). Chriſtophe eau qui fait de l'or un eſprit,
Pariſien , dans ſon traité de ce que le feu vulgaire ne ſçau
Arbore Solari, fait un paral- roit faire. Les Philofophes
lele dufeu vulgaire & du feu nomment auſſi feux contre
philofophique, où il en mar nature toutes les eaux - fortes
que toutes les différences. vulgaires, par oppoſition à
Bernard Comte de la Mar- leur eau qui vivifie tout , au
che Tréviſanne , connu ſous lieu que les eaux- fortes dém
le nom du Bon Tréviſan , dit truiſent la nature .
dans ſon traité de la Parole Le feu des Sages ſe gradue
délaiſſée : Faites un feu non comme celui des Chymiſtes
de charbons, ni de fient ,mais vulgaires , mais d'une maa
vaporani , digérant , conti- niere bien différente. Le pre
nuel, non violent , ſubtil, en mier degré eſt celui du ſom
vironné , environnant, aë- leil en hiver , c'eſt pourquoi
reux , clos , incomburant,al- ils diſent qu'il faut commen
rérant. cer l'æuvre ſur la fin de l'hi
Pontanus dit quece même ver ; le ſecond eſt celui d'A
feu eſt métallique & qu'il ries ou du printems; le troi
participe du ſoufre . ſiéme eſt celui du mois de
Il faut diſtinguer chez les Juin ; & le quatriéme celui
Sages deux ſortes de feu , le du mois d'Août. Ils ont don
feu inné de la matiere, & le né divers noms à ces degrés
feu externe & excitant. Ils de feu : Feu de Perſe , Feu
donnent aufli le nom de feu d'Egypte, Feu des Indes, & c .
à leur mercure ou eau cé- Ils ſemblent même ſe con .
lefte ; & quand ils parlent de tredire ouvertement entre
ce dernier , ils diſent comme eux. Lorſque l'un dit, il faut
Van -Helmont: les Chymiſtes ' augmenter le feu à chaque
vulgaires brûlent & calcinent mutation de couleurs ( Árn.
avec le feu,& nous avec l'eau. de Villeneufve); l'autre dit ,
C'eſt ce feu en puiſſance qui il faut toujours un feu du
ne brûle pasles mains, & qui même degré. Mais on doit
manifeſte ſon pouvoir lorſ- ſçavoir que l'un parle du feu
160 FE FE
extérieur , & l'autre du feu lent les Philoſophes poué
interne. s'accommoder à la maniere
Chaque régne de la Na- de penſer & d'agir des Chy:
sure a fon feu analogue, dont miſtes vulgaires, il eſt bon
il faut faire uſage dans les d'avertir qu'il ne faut pas ſe
opérations philoſophiques. laiſſer tromper par leur in
Lorſqu'ils ſe fervent du ter- génuité apparente ſur cet ar
me Popanfis, ils entendent ticle, & quoique Bafile Va
la coction qui meurit la ina lentin nous dife que le feu
tiere par la chaleur naturelle; des Philoſophes eſt le feu
Epfelis ou Elixation , c'eſt vulgaire, on ne doit cepen
parleur mercure & leur cha- dant l'entendre que du feu
leur humide ; Optefis'ou Af- commun à tout le monde
ſation , c'eſt la coction qui c'eſt- à -dire , du feu de la Na
le fait par la chaleur ſéche. ture qui eſt répandu dans tous
Geſton le Doux . les individus , & qui leur 1
FEU DE SUPPRESSION · donne la vie. Il eſt aiſé de
ou AZOTIQUE . C'eſt celui s'en convaincre quand on fuit
qui environne tout le vaiſ- les Philoſophes pas à pas, &
ſean . qu'on les lit avec attention ;
FEU MATÉRIEL . C'eſt deux exemples ſuffiront pour
celui de cendres. cela . D'Efpagnet dit , en par
Feu VÉGÉTAL. C'eſt le lant de l'extraction du mere
tartre . cure des Sages : Pluſieurs ont
FEU INFERNAL . C'eſt un cherché notre mercure dans
lieu médiocrement chaud. le vitriol & le fel, quelquesa,
Fev AZOTIQUE. Voyez uns dans la matiere du verre,,
FEU DE SUPPRESSION. parce qu'elle a une humeur
Feu SECRET . C'eſt ceradicale fi opiniâtrement at
lui du mercure des Sages.
tachée & adhérente aux cena
FEU HUMIDE . C'eſt dres, qu'elle ne céde qu'à la
l'azot. plus grande violence du feu ;
FEU DIT SIMPLEMENT. mais notre mercure ſe mani
C'eſt le foufre. fefte par le doux feu de la
FEU ET EAU . C'eſt le ſou- Nature, qui à la vérité agit
fre & le mercure . beaucoup plus lentement. Il
Feu CENTRAL . C'eſt le ajoute même: Fuyez le fra
foufre de la matiere . tricide , fuyez le tyran du
Après avoir rapporté quel monde , de qui il y a tout à
ques - uns des feux dont par. craindre dans tout le cours
dc 1
FE FE 161
de Pauvre. Philalethe s'ex- propre à mêler les matieres
plique ainſi , dans ſon ou & à exclure le froid .
vrage qui a pour titre : Enar FEU ARTIFICIEL, C'eſt
ratione methodica trium Ge- le mercure diſſolvant des Phi
bri medicinarum , ſeu de vera loſophes.
Lapidis philofophici confec FEU CORRODANT . Mer
tione. Après avoir parlé des cure diſſolvant des Sages.
différensrégimes qu'on doit FEU CONTRE NATURE .
obſerver pendant les quatre C'eſt le même que Feu cora
ſaiſons philoſophiques , on rodant.
voit clairement par ce que FEU HUMIDE . Voyez
nous venons de dire , que FEU ARTIFICIEL .
quoiqu'il n'y ait qu'une ſeule FE v . Très - ſouvent les
opération pour la confection Chymiſtes donnent ce nom
de notre pierre , ſçavoir une aux huiles , & aux liqueurs
ſeule décoction avec le feu nao fortes , ardentes & brûlantes.
turel , l'état de la chaleur va Le Feu de Vénus eft l'huile
rie cependant de trois ma extraité du ſoufre du cuivre.
nieres, On l'appelle auſſi Etre ou
Il eſt bon de remarquer Eſſence de Vénus.
qu'il y a un feu extérieurex FEU . ( Sc. Herm . ) Mer
citant , c'eſt- à - dire ,, que la
cure des Sages. Il faut l’en
matiere doit être conſervée tendre auſſi de la matiere au
dans un degré de chaleur noir. Feu étranger , Feu de
continuelle ;mais que ce feu charbons, Feu de fumier, Feu
ne doit être , comme le dit le innaturel , Feu de putrefac
Tréviſan , qu’un garde froi- tion. Toutes ces expreſſions
dure & l'Auteur du Grand font allégoriques, & Phila
Rofaire recommande un feu lethe dit qu'elles ne fignifient
extérieur d'une chaleur fi autre choſe que la matiere
tempérée , qu'elle ne doit des Philoſophes pouſſée au
point excéder la chaleur in- noir.
térieure de la matiere . FEU SAINT - ANTOINE.
Que l'on faſſe donc un feu Quelques Chymiftes ſe ſont
adminiſtré proportionnelle encore ſervi de ces termes
ment à celui de la Nature , pour exprimer la chaleur na
un feu ſubtil, aërien, clos, en. turelle. Johnſon.
vironné , perſévérant , conſ Feu ÉTRANGER. Mera
1
tant , évaporant , digérant , cure des Sagesaprès la réu
humide , pénétrant, altérant, nion du corps & de l'eſprit,
162 FE
FEU Inné . Voyez Feu lorſqu'on enſevelit le vaſe.
ÉTRANGER . dans du charbon , de ma
FEU HUMIDE , s'entend niere qu'il en ſoit environné
auſli de la chaleur du fumier deſſus, deſſous & par les cô
& du bain de vapeur. Il ſe tés . On l'allume peu à peu
prend quelquefois pour le deffous , & on l'entretient
Bain-marie. lorſque les charbons ſont
FEU DE PUTRÉFAĊ- tous enflammés , en y ajoû
TION . V. Feu HUMIDE . tant de nouveaux à meſure
FEU FIENT OU DI que les autres ſe conſument,
FUMIER . C'eſt lorſqu'on li l'opération le demande .
enterre le vaſe où eſt la ma FEU LIBRE eſt celui
tiere dans du fumier chaud dont la chaleur frappe im
de cheval . Cette chaleur eſt médiatement la matiere ou
d'un grand uſage pour la di- le vaiſſeau qui contientcette
geſtion des matieres , & leur matiere. C'eſt en quoi il dif
putréfaction. fere des bains.
FEU DIGÉRANT . Cha FEU EMPÊCHÉ OU DE
leur douce, ſoit ſéche , ſoit MILIEU , eſt celui qui ne ſe
humide , à laquelle on expoſe fait ſentir à la matiere , ou au
la matiere qu'on veut faire vaſe qui la renferme , qu'au
digérer, renfermée dans un moyen d'un autre vaſe dans
vaiſſeau clos ou non . lequel celui-ci eſt contenu.
FEU DE CHARBONS . Les bains de ſables , de cen 4
C'eſt lorſqu'on met la ma dres , & c . ſont des Feux de
tiere ſeule , ou dans un vaſe , milieu , ou empêchés.
ſur des charbons allumés. FFU DE NATURE . Ra
FEU DE FLAMMES . Cha- cine ou principal ingrédient
leur la plus violente de tou du compoſé philoſophique.
tes , particulierement fi on Riplée l'appelle Peredu troi
l'excite avec des foufflets. fiéme menſtrue. C'eſt propre
C'eſt lorſqu'on expoſe la ma- ment le ſoufre mûr & digéré
tiere nue , ou dans un vaſe, de l'or des Sages.
à l'ardeur de la flamme. Elle FEU DE LA TERRE . C'eſt
eſt d'uſage pour les calcina- le ſoufre ou phlogiſtique.
tions , fufions des matieres FEU CONTRE NATURE.
dures & compactes. Elle eſt C'eſt un des principes maté
la plus uſitée pour le rever riels du compoſé des Philo
bere. ſophes. C'eſt par la réunion
FEU DE ROUE. C'eſt de ce feu avec celui de nas
FE FE 763
ture qu'il en réſulte un troi- eſt le feu de lampe, qui eſt
fiéme appellé Feu innaturel. un feu continnel, humide ,
Feu INNATUREL . Ré- vaporeux , aërien , & il y a
ſultat de la réunion du feu de l'artifice à le trouver. Il
de nature & du feu contre s'explique peu aprèsen ces
nature des Philoſophes. Ce termes : Le ſecond eſt le feu
feu innaturel eſt la cauſe de de cendres ..... ou , pour
la putréfaction , de la mort mieux dire , ce feu eſt cette
du compoſé , & de la vraie chaleur fort douce , qui vient
& parfaite ſolution philoſo- de la vapeur tempérée de la
phique. Ces feux ne ſont lampe . Philalethe le dit en
donc point , comme les Phi core plus clairement , dans
loſophes l'aſſurent avec rai- ſon traité qui a pour titre :
fon , un feu de charbons , de Manuductio ad rubinum Cao
cendres, de ſable ou de lam- leſtem . Notre eau , dir- il, n'eſt
pe , & ce ſont proprement pas le mercure vulgaire, c'eſt
ce feu de nature , & c.qu'ils une eau vive , claire , bril
appellent leur Feu ſecret , lante , blanche commela nei
leur Feu philofophique.C'eft ge , chaude , humide, aërien
de ces feux qu'il faut enten ne , vaporeuſe & digérante.
dre tout ce qu'en ont dit Ar- C'eſt cette chaleur de la
téphius , Pontanus , Riplée lampe qui étant adminiſtrée
& tous les autres Philofo avec douceur , & étant tem
phes ; & lorſque Pontanus pérée , entourera la matiere
dit qu'il ſe tire d'ailleurs que & la cuira , juſqu'à ce que
de la matiere , il faut l'enten- par la calcination , elle pro
dre du feu de nature miné- duiſe le feu de cendres . C'eſt
ral & ſulfureux qui ſe trouve dans ces feux que le vaſe eſt
dans le principe effentiel , ſcellé hermétiquement. Cet
dont le poids de la matiere te eau eſt notre vaſe , & dans
n'eſt pas augmenté. elle ſe trouve notre fourneau
FEU DE LAmpe . Eau ou fecret , la chaleurduqueldoit
mercure des Philofophes, & être modérée & adminiſtrée
non le feu d'une lampe or en proportion géométrique
dinaire , comme quelques- pour que l'oeuvre réuſſiſſe.
uns l'ont conclu des paroles FEU DE CENDRES . Sea
d'Artéphius , lorſqu'il dit : cond feu requis , ſelon Ar
Nous avons proprement trois téphius , pour la perfection
feux , ſans leſquels l'art ne du magiftere. Mais on ne
peut être parfait. Le premier doit pas l'entendre du feu de
L ij
164 F E F E
cendres de bois ou autre ma- juſqu'à ce que la matiere ne
tiere , tel qu'eſt le feu de cen- diſtille plus rien .
dres des Chymiſtes. Les Phi. FEU DE REVERBERE .
loſophes Hermétiques l'en- Voyez REVERBERE.
tendent de la vapeur douce , FEU DE GÉNÉRATION .
tempérée du Feu de lampe , C'eſt le feu philoſophique.
dont voyez l'article. FEU CÉLESTE. C'eſt le
FEU EXTERNE . Le feu mercure des Philoſophes ,
des Philoſophes qu'ils appel- quand il s'agit de Science
lent externe, ne s'entend pas Hermétique. En Phyſique ,
du feu extérieur , mais du feu c'eſt le feu ſolaire.
étranger à celui de la matiere FEU CÉLESTE ENCLOS
du magiſtere. C'eſt de ce feu. DANS UNE Eau . C'eſt le
externe qu'ils parlent , lorſ mercure philofophique .
qu'ils diſent qu'il faut donner FEU DRAGON. Voyez
le feu au feu , & le mercure Feu CélESTE. On l'ap
au mercure . Ce que Majer pelle Dragon , parce qu'il
a repréſenté dans ſes Emblê. dévore tout ce qui eſt cor
mes , par un homme tenant rompu .
un flambeau allumé qu'il ap FEU DE LA MATIERE
proche d'un feu allumé dans eſt ce qu'ils ont appellé leur
une forge, & par un Dieu Or vif , leur Feu ſecret ,leur
Mercure qui va joindre un Agent, &c.
autre Mercure . Ce feu eft FEU DE Lion . C'eſt
appellé par quelques – uns l'élément du Feu , appellé
Feu occaſionné , Ignis occa- Æther.
fionatus. Ce feu ſert auſſi de On diſtingue ordinaire
nourriture à l'Enfant philo ment dans le feu quatre de
fophique. grés de chaleur. Le premier
FEU ALGIR , en termes eſt celui du bain , du fumier ,
d'Alchymie , et le feu le ou de digeſtion. C'eſt le plus
plus vif qu'on puſſe avoir. doux , & ce que nous appela
FEU ÉLEMENTAIRE eſt lons tiéde. Ilſe connoît par
quelquefois pris par les Chy- le tact, & par ſes effets. Il
miſtes pour le foufre. Rull. faut pour le tact , que la main
FEU sans LUMIERE . puiſſe ſoutenir l'effet du feu
C'eſt le ſoufre des Philoſo Tans une ſenſation vive ; elle
phes . ne doit faire qu'une douce
FEU DE CHASSE . C'eft , & légere impreſſion. Le feu
en Chymie, un feu continue vaporeux des Philoſophes eſt
FE . F E 165
! de ce genre ; ils le compa taux . Lorſqu'on dit auſſi que
rent à la chaleur qu'éprou- le premier degré eſtcelui du
vent les aufs lorſque la poule bain d'eau , il faut encore
les couve , ou à celle que faire attention que l'eau s'é
+ l'on ſent lorſqu'on applique chauffe par différens degrés ;
la main ſur la peau d'un le premier eſt lorſqu'elle
homme ſain . commence à tiédir , le fe
Le ſecond degré eſt celui cond quand elle fume & ſe
du bain de cendres ; il eſt fait notablement ſentir , le
plus vif que celui du bain troiſiéme lorſqu'elle altére
d'eau tiéde , ou du bain va- les organes , & le quatrié
poreux ; mais il doit être me lorſqu'elle commence à
néanmoins fi modéré , qu'en bouillir , qui eft fon plus
ſe faiſant ſentir plus vive- grand degré de chaleur , qui ,
ment, les organes n'en ſoient lelon les obſervations, n'aug
point altérés. mente plus pendant l'ébul
Le troiſième eſt une cha lition . Ces degrés ſont en
leur qu'on ne doit pas pou core plus aiſés à obſerver
voir ſupporter fans fe brûler , dans l'huile que dans l'eau .
telle que celle du bain de fa FEU PHILOSOPHIQUE .
ble , ou de limaille de fer . Les propriétés de ce feu ſont
Le quatriéme eſt une cha- telles : c'eſt avec lui que les
leur auffi violente qu'on Sages lavent leur matiere ,
puiſſe la donner , c'eſt celle ce qu'ils ne diſent que par
des charbons ardens & de la fimilitude , parce que ce feu
flamme, qui fépare , déſunit purifie leur mercure.
les parties des mixtes , & les Il fait tout & détruit tout .
réduits en cendres ou en fu- Il congéle le mélange de la
fion. Tel eſt le feu de ré- pierre. Il corrige le froid de
verbere . la terre & de l'eau , & leur
Tous ces degrés ont ce donne une meilleure com
pendant encore chacun leurs plexion . Il lave les impuretés
degrés d'intenſités ,& lorf de l'eau , & ôte l'humidité
qu'on les compare entr'eux fuperflue de la matiere. Lui
rélativement aux corps ſur ſeul change la nature & la
leſquels la chaleur agit , ce couleur de l'eau & de la ter
qu'on regarderoit comme le re . Il vivifie & illumine le
quatriéme degré parrapport corps, lorſqu'il ſe mêle avec
à une plante ,ne ſeroit que le lui. Ce feu putréfie , & fait
premier eu égard aux mé- enſuite germer de nouvelles
L iij
166 F E FE FI
& différentes choſes. Il fer- ſoleil , dont la chaleur vivi
me les pores du mercure ,lui fiante animoit toute la Na
donne du poids, & le fixe. ture . Les noms les plus con
Sa vertu aigue & pénétrante nus ſous leſquels TeFeuétoit
eſt fi active , que rien ne l'é- adoré, font Vulcain & Veſta .
gale quand il s'agit de puri- On peut voir ce qu'on en
fier les corps. Il conduit à tendoit chez les Egyptiens
maturité tout le compôt , il & les Grecs par ce Dieu &
le ſubtiliſe & le rubefie . Il cette Déeſſe, dans les Fables
ôte tout le venin & la mau- Egypt. & Grecq. dévoilées.
vaiſe odeur de la matiere. Il FEVE eſt le nom que quel
change la qualité de la pierre ques Chymiſtes ont donné
& en augmente la quantité. à la troiſiéme partie du poids
Il eſt enfin comme un juge d'unſcrupule.
qui diſcerne & ſépare le bon FIDA . Or des Philofo
du mauvais . Il faut remar- phes.
Philalethe , que
quer,ſuivant FIDDA . Argent des
tout ce que nous venons de Chymiſtes Hermétiques.
dire du feu , regarde la mé FIDER . Cérufe .
decine du premier ordre . FIDEUM . Safran .
FEU SACRÉ . Les Chal FIDEX. Cérufe.
déens adoroient le Feu , & FIDHÉ. Lune des Phi
la ville d'Ur prit ſon nom de lofophes.
là : ils у entretenoient per FIDO. Argent- vif des
pétuellement un feu . Les Sages.
Perſes étoient encore plus fu FIEL DU DRAGON.
perſtitieux ſur ce ſujet que les Mercure de l'étain .
Chaldéens ; ils avoient des FIEL DE VERRE . Ecume
temples qu'ils nommoient de verre , ou ſel qui fe ſépare
Pyrées, deſtinés uniquement & furnage le verre pendant
à conſerver le Feu ſacré. Les qu'il eſt en fuſion .
Grecs , les Romains , les FIENT ou FIENT DE
Gaulois avoient auſſi une CHEVAL. Matiere de
grande vénération pour le l'oeuvre au noir , ou en pu
Feu. Son culte fubfiſte mêm tréfaction .
me encore aujourd'hui dans FILLE DE PLATON.
les Indes & en pluſieurs Nom que quelques Philofo
pays de l'Amérique. Quel- phes chymiques ont donné
ques Auteurs ont prétendu au mercure des Sages.
que ce n'étoit qu'à cauſe du FILLE D'HIPPOCRATE .
FI FI 167
C'eſt la pierre au blanc par FILS DE SATURN E.
fait. Dift. Herm . Mercure des Philoſophes.
FILLE DU GRAND SE FILS D'UN JOUR.
CRET. C'eſt la pierre philo- C'eſt la poudre de projec
fophale que tant de monde tion. Quelques- uns ont don
cherchent, & que ſi peu trou- né ce même nom à l'oeuf des
vent , à cauſe du grand fe- oiſeaux , quand il eſt frais.
cret que les Philoſophes chy FILTRE DES PHILO
miques ont gardé ſur les dif- SOPHES. C'eſt leur mer
férentes opérations néceſſai- cure.
res pour y parvenir. FILTRE DELA NATURE .
FILLETIN . Ce font des C'eſt l'air.
lames de fer. Rulland. FILUM ARSENICALE .
FILS DU SOLEIL. ET Arſenic ſublimé.
DE LA LUNE. C'eſt le FIREX. Huile en gé.
mercure des Sages. Son pere néral.
eſt le Soleil , & ſa mere eft FIRMAMENT . Quel
la Lune. Hermès. ques Chymiſtes ont donné
Fils DE LA VIERGE. ce nom à la pierre appellée
C'eſt le même mercure , ap- Lapis lazuli , à cauſe de la
pellé ainfi, parce qu'ils'ex- couleur bleue , parſemée de
trait d'une terre sierge , vi-petits brillans qui y forment
triolique & adamique, quin'a comme des étoiles.
encore rien produit. Quand FIRMAMENT , en termes
les Philoſophes Hermétiques de ſcience Hermétique , c'eſt
parlent de terre , il ne faut le haut du vafe .
pas s'imaginer qu'ils enten FIRSIR ou FIRSIT.
dent la terre ſur laquellenous Chaleur ou feu chymique.
marchons , quoiqu'ils difent FIXATION . Action ou
qu'on la foule ſouvent aux opération par laquelle on
pieds. rend fixe une chofe volatile
FILS DES PHILOSO de ſa nature . Le principe de
ÞHES . Ce font les enfans la fixation eſt le ſel fixe , &
de la Science , ceux qui y la digeftion à un feu conve
font parvenus par la le &ture nable. Les Chymiſtes Her
des livres ou par les inſtruc- métiques diſent que la per
tions verbales des Adep- fection de la fixation'ne peut
tes . s'obtenir que par les opéra
Fils de Vénus . C'eſt tions & les procédés de la
l'oripeau , ou le laiton , pierre des Philoſophes , que
L iv.
168 FI FL FL
leur matiere feule en eft fuf- de réſiſtance , & lui donne
ceptible , & qu'elle a atteint ordinairement une directiost
ce degré lorſque par la cuiſ- quil'éloigne de la terre. Les
ſon elle eſt pouſſée juſqu'à la petites parties de la flamme
couleur rouge derubis . Cette ſont ſi menues , qu'elles ſont
opération le fait par un feu capables de paſſer à travers
philoſophique du troiſiéme les corps les plus ſolides en
degré. s'inſinuant dans leurs interſ
FIXER , en termes de tices , lorſqu'elle eſt pouſſée
ſcience Hermétique , c'eſt violemment contre cescorps
cuire la matiere après qu'elle par l'air , dont le preſſement
eſt devenue noire par la pu- eſt plus ou moins violent ,
tréfaction , juſqu'à parfaite ſelon que cet air eſt plus ou
blancheur , & enfin juſqu'à moins condenſé par le froid ,
la rougeur de rubis . Elle eſt par le vent , ou par un ſouffle
alors tellement fixe , qu'elle artificiel, tel que celui des
réſiſte à l'action du feu le ſoufflets , des chalumeaux ,
plus violent. Fixer eft pro-, & c . Le paſſage violent de
prementchanger un ſel vo la flamme au travers des
latil en ſel fixe , & de ma corps qui en ſont pénétrés ,
niere qu'il ne s'évapore , ni dérange & déſunit les par
ne ſe fublime plus. Le volatil ties de ces corps. Cette déſu
ne ſe fixe jamais par lui- nion prétait dans les uns une
même, comme le fixe ne ſe décompoſition preſqu'entie
volatiliſe pointfeul; mais ce re de leurs parties , comme
lui qui domnine ſur l'autre , il arrive à tous les corps qui
change le plus foible en fa ſe réduiſent en cendres ; dans
proprenature. les autres , elle ne produit
FIXION fignifię même qu'une ſimple fuſion, com
choſe que fixation. mę dans les métaux & dans
FLAMME. Liquide com- les corps qui ſe vitrifient ,
poſé de la matiere de la lu- dont les petites parties ſe réu
miere & de l'huile des ma- niſſent & redeviennent un
tieres combuſtibles. Elle eſt corps ſolide dès que la vio
beaucoup plus légere que lence de la flamme com
l'air qui nous environne. Čet mence à ceſſer.
air qui la preſſe inégalement, FLAMME eſt auſſi un tera
la fait vaciller dans la direc- me de ſcience Hermétique
tion qu'il lui donne, la pouſſe qui doit s'entendre d'une hu
du côté où il trouve moins midité déçuite par la cha
FL F L 169
leur , faite onctueuſe & aë- PHILOSOPHES . C'eſt la per
rienne par la continuation du fection de la pierre.
feu . Elle paroît comme une FLEUR DE L'OR. C'eſt
lumiere , tantôt plus claire , tantôt le mercure des Phi
tantôt plus colorée ou plus lofophes , & tantôt la cou
obſcure , ſelon le plus ou le leur citrine.
moins de pur ou d'impur FLEUR DE LA SAGESSE.
dont elle eſt compoſée. Elle C'eſt leur élixir parfait au
eſt la ſource des couleurs blanc , ou au rouge.
tant vantées par les Philo FLEUR DE PÊCHER.
fophes chymiques. Diétion . C'eſt le mercure philoſo
Hermétiques. phique.
FLÉCHES ( les d'Apol FLEUR SATURNIENNE .
lon & celles d'Hercule ne V. FLEUR DE PÊCHER .
ſont autre choſe que le feu FLEUR DE L'AIR . En
des Philoſophes, ſuivant Fla termes de Chymie , c'eſt la
mel dans les explications de roſée .
ſes Figures hiéroglyphiques. FLEUR DE L'EAU . C'eſt
FLEURS. Les Philofo- la fleur du fel.
phes Hermétiques donnent FLEUR DE LA TERRE .
ce nom aux eſprits enclos C'eſt la roſée & la fleur du
dans la matiere . Ils recom ſel.
mandent très - expreſſément FLEUR DU CIEL , Flos
de donner toujours un feu Cæli. C'eſt une eſpece de
doux , parce que ces eſprits, manne, que l'on trouve ra
ſont tellement vifs qu'ils caſ- maſſée ſur l'herbe au mois de,
ſeroient le vaſe , quelque fort Mai particulierement ; elle
qu'il fût , ou ſe brûleroient. differe de la manne , en ce
Ils expriment auſſi par ce que celle-ci eſt douce , & ſe
nom de Fleurs, les différen- recueille ſur les feuilles des
tes couleurs qui ſurviennent arbres en forme de grains;
à la matiere pendant les opé- le flos cæli au contraire ſe
rations de l'æuvre. Ainſi la trouve ſur l'herbe & n'a preſo
Fleur du ſoleil, c'eſt la cou que point de ſaveur. On tire
leur citrine -rougeâtre , qui par l'art chymique une li
précéde la rougeur de rubis. queur du flos cæli, dont les
Le lys c'eft la couleur blan- propriétés ſont admirables.
che , qui paroît avant la ci- Quelques Chymiſtes ſe ſont
trine. imaginés que c'étoit la ma
FLEUR DU SEL DES tiere dont le ſervent les Phi
170 FL FL FO
loſophes Hermétiques pour ont inventé les Fables , ont
le grand æuvre , mais mal- pris très - fouvent les fleuves
à - propos. & les rivieres pour ſigne al
FLEUR DES MURAIL- légorique de leur mercure
LES . Salpêtre. ou eau mercurielle ; & en
FLEUR ſimplement dit , perſonifiant ces fleuves , ils
ou FLEUR D'AIRain . C'eſt les ont fait peres de pluſieurs
la matiere de l'ouvre ſur la Nymphes , dont ils ont auſſi
fin de la putrefaction , dans employé les nomsſuivant ce
le tems qu'elle commence à qu'ils vouloient déſigner de
blanchir . volatil dans la matiere du
FLEUR DE CHEIRI . grand @uvre. Tels ſont le
Ellence de l'or. fleuve Achéloüs , le fleuve
FLEUR DU SOLEIL. Afope , le Scamandre , le
Blancheur étincelante & Xarthe , &c. On peut voir
plus brillante que celle de l'explication Hermétique de
la neigemême lorſque le ſo ces fictions , dans les Fables
leil darde ſes rayons deſſus: Egyptiennes & Grecques
c'eſt celle de la matiere de dévoilées.
læuvre Hermétique parve FLOS ROSINÆ ME.
nue au blanc. TALLICÆ. Fleur de fou
FLEUR DE SAPIENCE . fre.
Elixir parfait au rouge . Flos SALIS ou FLOS
FLEUR DE L'OR. Corps Maris . Blanc ou ſperme
fixe du magiftere ; ce qu'il de baleine.
ne faut pas entendre d'au FLOS SECTÆ CROA
cunes fleurs ou teintures ex ou CROCE Æ . Quelques
traites de l'or commun , mais Chymiſtes ont ainſi appellé
de l'or philofophique , c'eſt- la fleur de ſafran , l'extrait
à dire , dela partie fixe du da la fleur de chelidoine.
compoſé du magiſtere , au D'autres ont donné ce nom
moyen de laquelle on fixe à la fleur de muſcade.
l'autre partie volatile , par la FLOX. C'eſt la flamme.
feule cuiſſon gouvèrnée avec FEDUL A. Toute ef
prudence & le régime re- pece de mouſſe.
quis. On appelle auſſi Fleur FENIX. V. PHENIX .
d'or la couleur citrine qui FOLIER . Cuire , digérer
fuit la blanche . la matiere du grand cuvre
FLEUVE. Les anciens pour parvenir à en faire la
Philoſophes Hermétiques qui terre feuillée des Philofo ,
FO FO 171
phes , dans laquelle il faut vent la voye humide pour
ſemer le grain de l'or. l'ouvrage dumagiftere ,com
FONDANT, qui aide à me ont fait Paracelſe , Ba
la fuſion des choſes avec lef- file Valentin , Ægidius de
quelles il eſt mêlé. En ter- Vadis & quelques autres.
mes de ſcience Hermétique, Quelquefois ils donnent auſii
fondant veut dire qui eſt le nom de Fontaine à leur
d'une très-facile fuſion. Un mercure , comme font ceux
des ſignes de la perfection qui ſuivent la voye ſéche ,
de l'élixir philofophique & tels que Géber , Bernard
de la poudre de projection , Treviſan , d'Eſpagnet , le
eſt qu'ils ſoient fondanscom- Coſmopolite, le Philalethe ,
me de la cire quand on la & c.
préſente au feu ; & qu'ils ſe FONTAINE DU TOR
fondent & ſe liquéfient dans RENT. C'eſt la même choſe .
toutes ſortes de liqueurs . FONTAINE DE JOU
FONDEMENT DE VENCE . Les Alchymiſtes
L'ART . Les uns donnent prétendent que quand les
ce nom au mercure préparé Anciens parlent de cette fa
des Philoſophes ,d'autres à la meuſe fontaine & de celle
matiere parvenue au blanc. d'Hyppocrêne, on doit l’en
FONDRE , en termes de tendre de l'élixir parfait du
ſcience Hermétique , c'eſt magiftere des Philoſophes
purifier & cuire la matiere Hermétiques , parce qu'ils
juſqu'à ce qu'elle fe réduiſe diſent que cet élixir eſt un
en eau épaiffe , & noire com- baume vital, & un remede
me de la poix. Quelquefois univerſel qui conſerve en ſan
les Philoſophes ſe ſervent de té , & fait même, pour ainſi
ce terme au lieu de faire dif- dire, rajeunir ceux qui en font
foudre, réduire en eau , füb- uſage , en renouvellant leurs
tiliſer, volatiliſer. forces & en les conſervant
FONTAINE , en termes fort au - delà des bornes com
de Philoſophie chymique, munes de la vie humaine. Ar
fignifie communément la tephius , qui paffe parmi les
matiere d'où l'on extrait le Alchymiſtes pour un Adep
mercure ſous la forme d'une te , dit d'un grand fang froid
eau laiteuſe & pondereuſe , au commencement de ſon
que les Alchymiſtes appel- livre qui a pour titre Clavis
lent Lait virginal. Cemer- major, qu'il l'a compoſé à
cure eſt pour ceux qui fui- l'âge de mille ans , & que ſe
172 FO FO
voyant près de la fin , il a Force . Ils entendent par
bien voulu laiſſer ce gage de cette expreſſion , l'élixir par
ſon amour aux enfans de la fait au rouge , ou leur poudre
Sageſſe. de projection , qui vient à
FONTAINE DE FLAMEL , bout de ſurinonter toutes les
C'eſt le vaſe qui renfermie la maladies des trois régnes ,
matière de l'ouvre. C'eſt quelques opiniâtres qu'elles
auſli le mercure . puiffent être.
FONTAINE DES MÉ FORÊT . Lorſque les Phi
TAUX . Argent- vif des Sa- loſophes Hermétiques diſent
ges , que leur matiere ſe trouve
FONTAINE DU TREVI- dans les forêts , il ne faut pas
SAN. Mercure des Philofo- prendre les chofes à la lettre ,
phes. & aller chercher cette ma
FONTAINE DES PHILO- tiere dans les bois ; elle y eſt
SOPHES. Quelquefois ils en à la vérité , mais comme elle
tendent par ces termes la eſt par-tout , & non pas plu
matiere de laquelle ils tirent tôt dans les bois qu'ailleurs.
leur mercure ;mais plus or Ils entendent par le terme
dinairement le mercure lui- de forêt, la matiere terreſtre
même.
dans laquelle leur vraie ma ..
FORCE eſt auſſi un ter- tiere prochaine eſt comme
mede fcience Hermétique , confondue, & d'où il fautla
qui doit s'entendre tant de la tirer comme d'un cahos &
propriété agiſſante du mer d'une confuſion , où elle eft
cure des Philoſophes , que fi bien cachée aux yeuxdu
des eſprits qu'il renferme. vulgaire , que les ſeuls Phia
Quand ils diſent donc que loſophes l'y apperçoivent ,
touteſa force eſt convertie en quoiqu'un nombre infini de
terre,c'eſt-à-dire qu'il eſtréel- perfonnes s'en ſervent aſſez
lement devenu terre blanche communément , qu'elle ſe
fixe à toute épreuve. Pren- vende publiquement & à un
dre la force des choſes ſupé- prix très-modique, & même
rieures & inférieures , c'eſt qu'elle ne coûte rien , ſe trou
faire l'extraction du mercure , vant par - tout. C'eſt cette
& le mettre enſuite , bien pu- matiere terreſtre & ſuperflue
rifié , en digeſtion pour le dont il faut la dégager, que
faire circuler , & enfin le fixer tous les Philoſophes , tant an
en terre au fond du vaſe. ciens que modernes , enten
FORCE DE TOUTE dentpar leurs forêts,leslieux
FO FO 173
fombres , ombrageux , obf- eſt appellée Microcoſme,de
curs , leurs cavernes , &c. même que l'homme.
C'eſt auſſi ſur ce principe FORME DE LA FEMME .
qu'ils diſent: Fac manifeſtum Pierre au blanc. Quelque
quod eſt occultum . Mettez à fois on entend par ce terme
découvert ce qui eſt caché. l'eau ſéche ou mercurielle ,
FORÊT NÉMÉENNE . Les la Lune des Philoſophes.
Poëtes ont feint qu'Hercule FOUDRE ( la ) DE JU
y tua un Lion d'une gran- PITER , forgée par les Cy
deur énorme , qui y rava- clopes ſous la direction de
geoit tout. Les Philoſophes Vulcain , eſt le feu des Phi
Spagyriques prétendentque loſophes , qui , par ſa pro
cetteforêt eſt le ſymbole de priété réſolutive , diffoutd'a
la matiere de la pierre phi- bord les corps imparfaits
loſophale , & que le Lion qui dans l'æuvre ; & par la vertu
y fut tué par Hercule , eſt le fixative, les réduit enſuite en
Tel fixe que cette matiere poudre ou cendre qui ſe fixe
contient. Ce fel métallique de maniere à ne plus crain
qu'ils appellent auſſi Lion dre les atteintes du feu le
vert , a tant de force qu'il plus violent.
convertit tout dans la pro FOURMIS RON
pře nature , & dévore tous GEANTES. C'eſt une
les métaux. Hercule , qui eft maladie appellée auſſi For
le mercure , le coagule , & mica repens; elle eſt connue
par- là ſemble le tuer; il en plus particulierement fous le
prend même la peau , c'eſt nom de Herpes .
à -dire, il en prend la forme FOURNAISE . ( Science
qu'il ne quitte plus. Herm .) Fourneau philoſo
FORŇE DE L'HOM- phique, ou fourneau ſecret ,
ME . Soufre des Philoſophes qu'ils ont appellé Vaiſſeau
parfait au rouge. On lui a , thanor, Crible, Fu
triple A
donné. ce nom , parce que mier, Bain -marie, Sépulcre,
l'homme, en qualité de mâle, Urinal , Lion -vert, Priſon ;
donne la forme humaine à & Flamel, la Maiſon & l'Ha
la ſemence qui produit l'en- bitacle du poulet. Il faut bien
fant dans le ventre de la remarquer que le fourneau
mere , comme le ſoufre phi- ſecret des Philoſophes , n'eſt
loſophique à l'égard de la fe- pas le fourneau extérieur
melle ou mercure des Sages, que Tréviſan appelleGarde
& que la pierre philofophale froidure , mais la matiere qui
174 FO FO
conſerve le feu des Philo . » pieds ou environ ; l'on
ſophes. » adaptera au milieu une
FOURNEAU . Les Phi » plaque de fer ou de cui
loſophes chymiques ont auſſi » yre , percée de quantité de
leur fourneau , dont ils font » trous , ſoutenue de quatre
un grand ſecret. D’Eſpagnet » ou cinq broches de fer, en
qu :palle entr'eux pour véri » chaſſée dans les parois du
dique , le décrit ainti. » Ceux » fourneau . Le diametre de
» qui font expérimentés dans » cette plaque aura près d'un
» les opérations du magifte- » pouce de moins que le dia
v re , ont appellé Fourneau » metre intérieur du fours
» ou Four le troiſiéme vaſe u neau , afin que la chaleur
qui renferme les autres & » puiſſe ſe communiquer plus
» conſerve tout l'ouvre , & » aiſément, tant par les trous
» ils ont affecté de le cacher » que par l'eſpace qui reſte
» fort ſecrettement. Ils l'ont » vuide entre la plaque & les
» nommé Athanor , parce » parois. Au - deſſous de la
» qu'il entretient comme un » plaque ſera pratiquée une
» feu immortel & inextin » petite porte pour adminif
» guible ; car il adminiſtre rer le feu , & au -deſſus
» dans les opérations un feu » une autre pour examiner
» continuel , quoiqu'inégal » les degrés du feu avec la
quelquefois, ſelon la quan- » main. Vis -à- vis de cette
» tité de la matiere & la gran- » derniere on pratiquera une
» deur du fourneau . » petite fenêtre cloſe avec
» On doit le faire de bri du verre , afin de pouvoir
» ques cuites , ou de terre » par-là voir les couleurs qui
glaiſe , ou d'argille bien » ſurviennent à la matiere
» broyée & tamitee, mêlée pendant les opérations. Le
» avec du fient de cheval & » haut du fourneau doit être
» du poil , afin que la force de » fait en dôme , & la calotte
» la chaleur nele faſſe point » doit être amovible , pour
» crevaſſer : les parois au » pouvoir mettre les vaſes
» ront trois ou quatre doigts » contenant la matiere ſur le
» d'épaiſſeur , pour pouvoir » trépied des arcanes , qui
» mieux conſerver la cha » ſera poſé préciſément au
leur , & réſiſter à la vio » milieu de la plaque . Lorf
» lence , » qu'on a poſé ainſiles vaſes ,
» Sa forme ſera ronde , fa » on met la calotte ſur le
» hauteur intérieure de deux » fourneau , . & on en lute
FO FO 175
» les jointures de maniere tre pour les calcinations , un
» que tout ne faſſe plus qu'un troiſiéme pour la fuſion , un
» corps. Il faut auſſi avoir quatriéme pour le reverbere,
» ſoin de bien clorre les pe- un autre pour les digeſtions,
» tites fenêtres , pour empêu pluſieurs enfin pour les di
» cher que la chaleur ne s'ex- verſes diſtillations. Tous les
» hale . » Philoſophes chymiques s'ac
Philalethe en donne une cordent tous à dire qu'il n'en
deſcription à peu près ſem- faut qu'un ſeulqui fert à tou
blable. tes ces différentes opérations
Quoique les Philoſophes qui ſe fonttoutes dans le mê
chymiques n'ayent pas com me vaſe fans le changer de
munément divulgué la conſ- place. Ce qui a fait dire au
truction du fourneau dont Coſmopolite , connu ſous le
nous venons de parler , ce nom de Sendivogius: SiHer
n'eſt cependant pas celui mès , le pere des Philoſophes,
qu'ils appellent leur Four- reſſuſcitoit aujourd'hui, avec
neau ſecret ; ils entendent le ſubtil Géber , le profond
ſouvent par -là le feu de la Raymond Lulle , ils ne ſe
Nature , quiagit dans les mi- roient pas regardés comme
nes pour la compoſition des des Philofophes par nos Chi
métaux ; & plus fouvent leur miſtes vulgaires, qui ne dai
eau céleſte ou leur mercu- gneroient preſque pas les
re ; c'eſt pourquoi Philalethe mettre au nombre de leurs
( Fons Chemica Philofophi- Diſciples, parce qu'ils igno
cz ) dir : Nous n'avons donc reroient la maniere de s'y
qu'un vaſe, qu'un fourneau , prendre pour procéder à tous
qu'un feu , & tout cela n'eſt tes ces diſtillations , ces cir
qu'une choſe , ſçavoir notre culations , ces calcinations &
eau . toutes ces opérations innom
Si la Chymie Hermétique brables que nos Chymiſtes
eſt vraie , ceux quicherchent vulgaires ont inventées pour
la pierre philoſophale par les avoir mal entendus les écrits
vales de la Chyinie vulgaire , allégoriques de ces Philoſo
ont donc grand tort de faire phes.
conſtruire tant de différens ' FOURNEAU DE PARESSE
fourneaux , fuivant les opé- ſe dit, en termes de Chy
rations différentes duxquel- mie , d'un fourneau fait de
les ils veulent procéder. L'un telle façon , qu'avec peu de
pour les ſublimations, un au- feu & peu de travail, il s'és
196 FR FR
chauffe & communique fa l'argent, Vénus & Mars , Ju .
chaleur à pluſieurs autres. piter & Saturne , & Mercure
On l'appelle auſſi Henri le en eſt dit le pere. Voyez
Pareſſeux. Manget. Rulland.
FRAPPER , en termes de FRER E. Magiſtere au
Chymie Hermétique , figni- rouge. Ariſtée , dansle Code
fie conduire le régime du de Vérité, dit au Roi : Don
feu. Frapper trop les eſprits, nez -nous le frere & la four ,
c'eſt donner un trop grand ouGabricius& Beïa; pource
feu. qu'il ne ſe peut faire de gé
FRAPPER DU GLAIVE. nération véritable ſans eux ,
Cuire la matiere . On dit dans ni ne ſe peut aucun arbre
le même ſens, frapper avec multiplier.... le frere mene
l'épée , le fabre , le marteau . ſa four , 'non pas le mari ſa
FRERES. Les Philofo- femme ; & quand ils ſeront
phes chymiques donnent ce devenus un , ils engendreront R
nom aux métaux , & appel- un fils plus parfait qu'eux
lent les Freres eſtropiés tous mêmes . С
les métaux imparfaits , dont FRIDANUS . Mercure
P
les impuretés contractées diffolvant des Sages.
dans la mine , qui leur ſert FROMENT eſt un nom f
de matrice , doivent être pu- que les Philoſophes Hermé
rifiées par l'élixir parfait au tiques donnent par allégorie
blanc > fi la tranſmutation à leur mercure , parce que 1
doit ſe faire en argent ; ou de même que , ſelon la pa
par l'élixir au rouge, fi l'on role de J. C. , le grain de
veut leur donner la perfec- froment ne produit rien , s'il
tion de l'or . Voyez l’Azoth ne pourrit en terre , le mer
de Baſile Valentin . cure des Sages ne donnera
FRERES ( les deux) . Quel- jamais le ſoufre aurifique ,
ques Chymiſtes ont donné s'il n'eſt putréfé dans le vaſé
ce nom aux planettes qui & parvenu au noir très - noir ,
font également éloignées du vrai ſigne de putréfaction &
Soleil ; ainſi Saturne & la diſſolution entiere.
Lune ont été appellés les FRUIT . Magiftere au
deux freres ,Jupiter & Mer- rouge , ainſi nommé de ce
cure , Mars & Vénus . D'au- qu'il eſt proprement le fruit
tres leur ont donné ce nom des travaux de l'Artiſte.
à cauſe de l'affinité qu'ils ont FRUIT A DOUBLES
enſemble , comme l'or & MAMMELLES . C'eſt la
pierre
FR FR 175
pierre au blanc & au rouge
germer & fructifier dans la
parfaite , qui l'une & l'autre
Nature. Ils entendent ce
Tortent d'une même racine,
pendant plus ſpécialement la
c'eſt - à-dire , le mercure des
vapeur qui s'éleve de la ma
Philoſophes. tiere renfermée dans le vaſe
Fruit SOLAIRE ET LƯ-philofophique , & retombe
NAIRE . Même choſe que ſur la matiere , parce qu'elle
fruit à doubles mammelles ;
ne trouve point d'iſſue .C'eſt
ou le ſoufre blanc & le fou "
celle dont Hermès a voulu
fre rouge produits par les ar-
parler dans la Table d'Emes
bres ſolaire & lunaire , dont
raude, lorſqu'il dit : Le vent ,
parle Coſmopolite dans fon
c'eſt- à - dire l'air , l'a porté
Enigme aux Enfans de la dansſon ventre. Ce qui s'ex®
Science . plique auſſi du mercure des
FULIGO METALLO- Sages.
RUM . Arſenic . FUMÉÉ ou FUMÉE
FULMEN HOC LO- IGNÉE. Matiere en putré
CO . Fleurs de l'argent cou- faction. On le dit auſſi da
pellé . Planiſcampi . diſſolvant des Philofophes.
FULMINATION , en FUMÉE TRÈS - FORTE .
termes de l'art métallique , C'eſt le foufre .
signifie dépuration graduée FUMÉE AQUEUSE ou
des métaux. On a donné ce ſimplement Fumée. Ma
nom , parce que les métaux tiere des Sagesaprès la réu!
deviennent brillans & jet- nion de l'eſprit & du corps.
tent de tems en tems des efe FUMÉE ARABIQUE.
peces de clartés comme des Lieu médiocrement chaud.
éclairs , pendant qu'on les Dict. Hermétique.In
purifie ; & qu'il ſe forme par: FUMÉE BLANCHE: ( Sca
deſſus une pellicule rougeâ- Herm . ) C'eſt avec raiſon ,
tre , qui , quand elle dilpa dit Riplée , queles Philofo
roît , laiſſe voir par interval- phes ont donné ce nom à
lesdes petites lueurs éblouiſ- leur mercute ; car en le difon
ſantes. Rulland. tilant il paroît d'abord com
FUMÉE DES PHILO- me une fumée blanche, qui
SOPHES. Nom que quel. monte avant la teinture rous
ques Chymiſtes Herméti- ge. Adrop. Phil.
ques ont donné aux vapeurs FUMÉE ROUGE . Nom
qui s'élevent de la terre, & que les Philoſophes Hermé.
y retombent, pour faire tout tiques ont donné à leur maa
M
178 FU
tiere quand elle eft purifiée FURIES. Déeſſes infera
& a pris la couleur rouge. nales , filles de l'Acheron &
Morien dit que la fumée roue de la Nuit. On les nommoit
ge eſt l'orpimentrouge ; mais auſſi Erynnes, Euménides ,
cela doit s'entendre de l'ori & Dires. Elles étoient trois ,
piment des Philoſophes , Megere, Tifiphone & Alec
comme lorſqu'il ajoute que to. Voyez les Fables Egypt
la fumée blancheelt l'argent & Grecq. dévoilées, liv . 3 .
vif, & la fumée orangéc , le chap . 6 .
ſoufre orange . FUSIBILITÉ. Qualité
Pour dire la vérité , la fir- qu'ont certains corps de fe
mée rouge eſt l'or ou la pierre fondre à la chaleur. Ce ter
au rouge , la fumée blanche me ne fe ditgueres que des
eſt la pierre au blanc , ou la métaux . Cette qualité leur
Lune , ou le mercure philos vierit du mercute ; car ceux
fophique qui abondent plus en mer
Un Auteur dit quefuméé cure , ont plus de fulibilité ;
rougefignifie la même choſe ceux qui en ont le moins,
que fang du Lion vert . ont plus de dureté & réſifs
FUMER LA TERRE. tent davantage à l'action du
C'eſt cuire le compôt, pour feu . Bien des Chymiſtes
me fervir des termes de Fla- trompés par une expérience
mel, jufqu'à ce que la' ma commune , ont attribué-certe
siere foit en putréfaction fuſibilité au ſoufre , ſur ce
FUMIER DE CHE, que le ſoufre ajouté au fer
VAL. Maciere, au noir ! Fougele met en fuſion ;mais
FUMIGATION. Opés ils auroientdû faire attention
ration chymique , par lae que le charbon ou le foutre
quelle on rend les métaux qu'on ajoute ,n'accélerentla
friables , en les expoſant à la fuſion que parce qu'ils ab
vapeur du plomb. fondu , ou forbent leseſprits & fels aci
du mercure . des . Becher.
- FUMIGER . Expofer un FUSIBLE. Qui eft fuf
eorps à la fumée d'un autre , ceptible de fufion . Plus les
pour lui en faire éprouver les métauxabondent en mer
impreffions. cure , plus ils ſont fafibles.
FURFIR : Couleur rouge Dans quelques-uns, tels que
qui furvient à la matiere de le fer & le cuivre , ce mer
Bæuvre par la continuation cure:eft fi embarraffe de par
feule dela cuiſſon . ties terreftretagides & hem
FU FY Ġ A 179
terogênes , qu'ils ſont très FYADA. Fumée blan
difficiles àmettre en fuſion , che des Philoſophes.
fans addition de quelques
fondans, tels que l'antimoi G
ne , le borax ou d'autres fels.
Le verre'eft auffi fuſible,les Gde la matiere
ſels , les cailloux & toutes de du grand
les matieres vitrifiables. On Quvre ; la volatile ſe nomme
rend le fel de tartre fuſible & Beja.
pénétrant, en le mélant bien GABRICIUS. Soufre
avec de l'eſprit de vin en des Philoſophes.
quantité à peu près égale. GABRIUS. Même choſe
On y met enſuite le feu . que Gabertin .
Après que l'eſprit de vin eft GALA . Lait.
conſumé, on réitére l'opé- " GAMATHÉI. Pierres
ration juſqu'à trois ou quatre fur leſquelles on a gravé des
fois , & alors ce fel devient figures pouren faire des Ta
fi pénétrant que mis ſur une lilinans.
plaque de fer rougic au feu , GANNANA - PERIDE .
il ſe fondi commede la cire , C'eſt le Kina - kina.
& la perce enlaiſſant après GANYMEDE , fils de
lui une trace blanche , qui Tros Roi de Troye, fut en
approche beaucoup de la levé au ciel par Jupiter, qui
couleur de l'argent. Les avoit pris pour cela la figure
Chymiſtes Hermétiques di- d'un aigle. Les Philoſophes
fent que leur élixir doit être Hermétiques expliquent cet
fuſible comme de la cire , & te fable comme une allégorie
pénétrant juſqu'aux intimes de leur grand euvre. Gan
parties des métaux impar- nymede eſt la partie fixe de
faits ſur leſquels on en fait leur matiere, miſe dans l'oeuf
la projection. philoſophique avec la partie
FUSION . Liquéfaction volatile , appellée Aigle, qui
des corps ſolides par l'action enlevé au ciel , c'eſt-à -dire
du feu . Plus les métaux abon- au haut du vaſe , la partie
dent en humidité onctueuſe , fixe,& retombent enfin tou .
plus la fuſion en eſt facile. tes deux au fond, pour s'y
Le fer n'eſt ſuſceptible de fixer en matiere ſolide , qu'ils
fuſion qu'à un très-grand feu, appellent Pierre philoſopha
ou mêlé avec l'antimoine. le. Quand on dit que Gany
Voyez FUSIBLE . mede, après avoir été enleve
Mij
180 GA GA
au ciel , devint l'Eclianfon aux pommes qui cuiſent au
de Jupiter ; c'eſt pour expri- feu.... C'eſt lui quirend les
mer cette pluie formée par vins violens quand il eſt re
la matiere volatiliſée, qui en tenu par force dans des ton-,
tombant , abreuve la matiere neaux . C'eſt lui qui donne la
griſe appellée Jupiter , qui ſe force à la poudre à canon .
trouve au fond du vafa. Ce gas ſe manifeſte dans
2
GAS. Terme dont s'eſt l'huile chaude où l'on jette
fervi Van Helmont pour ex- du vin ou de l'eau en petite
primer la ſubſtance fpiri- quantité , ou ſur du plomb
tueuſe & volatile qui s'éva- fondu., Van-Helmont pré
pore des corps. Son Tra- tend par- là , que ce gas dif
ducteur l'appelle un eſprit fere de l'air. Voyez les Prin
Jauvage. cipes de Phyſique , I. part.
Pour mieux faire conce- chap . xv.
voir ce qu'il entend , voici GATRINUM . Cendres
l'exemple qu'il apporte de ce clavellées.
gas. Que l'on brûle ſoixante GAZAR . Galbanum .
deux livres de charbon , il ne GAZARD , Laurier.
reſtera gueres plus d'une li Ġ É A NS. Enfans du
vre de cendres. Donc , dit- Ciel & de la Terre. Ils firent,
il , le ſurplus ne ſera qu'ef- la guerre aux Dieux & vou
prit. Cet eſprit ou gas ne lurent détrôner Jupiter , qui
peut pas être détenu dans les foudroya tous. J'ai expli- ,
des vaiſſeaux , ni être réduit qué ce qu'on doit entendre ,
en corpsviſible , que la vertu par ces Géans dans les Fan
féminale ne ſoit préalable-, bles Egyptiennes & Grec
ment éteinte . Les corps le ques dévoilées, liv. 3. ch . 3 .
contiennent , & ſouvent s'en & 4. Les Philoſophes n'ont
vont tout en cet eſprit... en effet ey d'autre intention
C'eſt un eſprit coagulé cor en inventant la fable des
porelleinent, qui eſt excité Géans , que d'exprimer la
par une acquiſition de fer- diſſolution de la matiere du ,
ment , comme on voit au grand ouvre , & le combat,
pain , vin , hydromel , & c. qui ſe fait alors entre la par ,
ou par quelque addition , tie volatile qui diſfout, & la
étrangere , comme parle ſel fixe qui eſt diſſoute en eau ,.
armoniac avec l'eau -forte ; mais qui remporte enfin la
ou par quelque diſpoſition victoire en fixant ſon enne-,
altérative , comme on voit mie , qui étoit une eau mera
GE GE 181
curielle. L'étimologie ſeule GEMMA TARTAREA .
des ' noms donnés aux plus Pierres qui s'engendrent dans
fameux de ces Géans , ſuffit le corps des hommes .
pour confirmer dans cette GÉNÉRATION eft
idée. Briareus dérive de Be- 'aufſi un terme du grand Art.
ri , ſubverfa ; Othus de Onit- Les Philoſophes Herméti
toth , tempeftatum vices ; ques le comparent à la géné
Ephialtes de Evi ou Ephi, ration de l'homme. La pre
nubes, & de Althah , caligo, miere partie de cet Art , c'eſt
ou nubes caliginis ; ou nubes l'accouplement , la feconde
horrida ; Encelade de Ence- la conception ou génération ,
·led , fons temporaneus , tor- " la troiſiéme la groſſeſſe , la
rens , le ravage des eaux ; quatriénię l'enfantement , la
Porphyrion de Phuur, fran- cinquiéme la nourriture . S'il
gere , fruftulatim difringere; n'y a donc point d'accouple
Mimas de Maim , grandes ment, il n'y aura pas de gé
pluyes ; Rhæcus de Rouach , " nération , d'autant que l'or
le vent. M. Peluche en me dre des opérations du ma
fourniſſant ces étymologies • giſtere reſſemble à la pro
dans ſon Hiſtoire du Ciel , duction de l'homme . Mor.
tom. I. pag. 107. & 108. ne La génération ,dans le grand
s'imaginoit certainement pas ceuvre, ſe fait lorſque la ma
approcher fı près du but ſans tiere eſt dans une entiere diſ
le ſçavoir; car la diſſolution folution , qu'ils appellent pu
de la matiere , fa volatiliſa- tréfaction , ou le noir très- .
tion & ſa chûte en pluye y noir.
font manifeſtement décla GENRE COMMUN:
rées. C'eſt , en Chymie , le fel
GELAPO . Jalap: marin ; quelques - uns don
- - GELÉE DU LOUP . nent ce nom au nitre , d'au
Nom que quelques Chy- tres au vitriol ; mais on doit
miſtes ont donné à la tein- l'entendre du fel 'univerſel
ture congelée de l'antimoi- répandu dans tous les indi
ne parce qu'ils appellent vidus ſublunaires, parce qu'il
Loup ce minéral . eſt la baſe de tous les corps,
GELSEMIN . Jaſmin . & comme leur premier prin.
GELUTA , GELUTE , cipe. :)!
font des noms que Paracelſe GENTARUM , Süçčin ,
a donné à une plante con ou ambre .
nue ſous celui de Carline. GEPSIN . Plâtre.
міїj
782 GE GI GL GO
GERME. Mercure des GIT. Chaux ' yive.
Philoſophes, principe & fe GITENON . Colle de
mence de tous les métaux, farine .
ſans être métal lui - même GLACE DE MARIE ,
actuellement , mais ſeule- Glacies Maria . Talc &
ment en puiſſance. pierre arabique.
GERSA. C'eſt la céruſe. GLACIES DURA .
GERYON , fils de Chry- Criſtal.
ſaor , étoit un géant à trois GLAIVE. Les Philoſo
têtes ou trois corps. Il avoit phes ont donné ce nom à
en fa poſſeſſion les plus leur feu , comme celui de
beaux boufs du monde;Eu- fabre , épée , cimeterre , ha
syſthée ordonnaà Hercule che ,lance , marteau , &c.
de les enlever à Geryon , & GLAIVE NU RESPLEN
de les lui amener ; Hercule DISSANT. C'eſt la matiere
obéit , tua Geryon & em- parvenue à la blancheur.
mena ſes bæufs. Voyez l'ex GLESSUM . Ambre ,
„plication de cettefiction dans ſuccin .
les Fables Egypt. & Grecq . GLISOMARGO . Terre
dévoilées , liv..5 . ch . 12. de Crete .
GESOR . Galbanum . GLUTEN . C'eſt le fiel
GI. Terre. de taureau. Il s'entend aufli
GIALAPPA . Jalap. de la finavie de Paracelſe ,
GIBAR . Toute méde- qui eſt ſemblable au blanc
cine métallique. d'auf. Planifcampi.
GIBUM . Fromage. GLUTINIS TENACI
GICH . Plâtre. TAS. Réſine minérale .
GILLA VERGRIL GOBEIRA. Pouſſiere .
LUS . Sel de vitriol , ou GOMME DU SOLEIL .
calcantum . Matiere de l'æuvre parvem
GIR . Chaux vive. nue au blanc.
GIRGIE S. Cailloux , GOMME DE L’OR. C'eſt
blancs. le ſoufre qui fait partie de
GIRMER . Tartre . la matiere du grand æuvre .
GISENTERE. Nom GOMMÉ DES SAGES .
que quelques Chymiſtes ont Termé de Science Hermé
donné aux vers de terre , rique. C'eſt le mercure' en
comme fi l'on diſoit inteſtins putréfaction. Quelquefois ils
de la terre . l'entendent comme Mor
GISISSIM , Gomme, rien , du foufre parfait au
GO GR . 283
blanc, qu'ils appellent Gom- entendent par goufre la ma
me blanche ; du
& ſoufre par- tiere au noir très-noir.
fait au rouge , qu'ils nom GRAISSE . Matiere des
ment Gomme rouge. Philofophes au noir , ainſi
GOMME BLANCHE. Ma- nommée parce qu'elle reſ
tiere de la pierre , lorſque ſemble à de l'huile noire.
le magiftere eſt parfait au GRANDE- MERE. Sur
blanc. nom donné à Cybele, ou la
GOMME ROUGE. Ma- Terre , parce qu'on la regar
giſtere au rouge , ou le fou- doit comme la mere & le
fre des Philoſophes. principe de toutce qui exifte.
GOMME DU PEROU , GRAND CUVRE eft
GOMME DE GAMANDRA, un des noms que les Philo
GOMME DE JENU . Gomme fophes chymiques ont donné
gutte . à leur Art, à cauſe de la diffi
GOPHRITH . Magiſtere culté de l'apprendre , d'y
au rouge . ,
GORGONES , filles objets qu'ils ſe propoſent,
de Phorcis , nommées Eu- l'un de faire un remede uni
ryale , Sthenyon & Mé verſel pour les maladies des
duſe. Elles avoient la pro- trois régnes de la Nature; &
priété de pétrifier tous ceux l'autre , plus particulier, de
Iur qui elles jettoient lavûe. tranſmuer les métaux im
Voyez ce qu'elles ſignifient parfaits en or , plus pur mê.
dans les Fables Egypt. & me que celui des mines.
Grecques dévoilées, liv . 3 . GRANULER. Réduire
ch. 14. 5.3 . unmécal fondu en grenailles.
GOTNÉ. Coton . GRANUS. Pierre de
GOTNE MSEGIAR . porphyre pour broyer les in
Coton . grédiens des compoſés chy
GOUFRE , en termes de miques.
Science Hermétique , figni GRASSA . Borax .
fie tantôt le mercure parfait GRASSALE . Terrine ou
des Sages, parce qu'il eſt un écuelle de terre . Di&t. Herm .
diſſolvant univerſel, dansle- GRÉES. Nom des Gor
quel les métaux particulie- gones. Voyez GORGONES.
rement ſemblent s'englou GRENADE . Pierre au
tir , pour ne plus reparoître rouge .
ce qu'ils étoient auparavant, GRIFFON . Les Phi
Quelquefois les Philoſophes lolophes Hermétiques ont
Miy
184 CRGU HA
donné ce nom à leur ma- DRA , GUTTA GAM.
tiere , parce que les Anciens BA , GUTTA GAUMA ,
ont feint que le Griffon étoit GUTTA GENU. Gomme
un animal qui avoit la têté gutte .
& la poitrine d’un Aigle , & H
le reſte du corps comme un
Lion. C'eſt pourquoi ils di- I
ſent BREUX . Couleur
ble le Lion & l'Aigle , & les noire qui ſurvient à la ma
faire combattre juſqu'à ce tiere de l'ouyre pendant
qu'ils ne fallent qu'un , c'est- putréfaction.
à -dire , qu'il faut mêler le HABITACLE DU
volatil avec le fixe , & les POULET . Vafe Hermé
faire circuler enſemble juf- tique. V. FOURNAISE. 2
qu'à ce que tout demeure en HABRAS. Plante .cons
un corps fixe. Voilà l'ani- nue ſous le nom de Staphi
mal fabuleux de Plinę & des Sagria ou Herbe aux poux.
autres Naturaliſtes , qui en HACHE. Feu des Phi
ont pris l'idée des Chyiniftes lofopbes. Frapper avec la
Hermétiques , qui diſoient hache , c'eſt cuire la ma
qu'il veilloit à la garde des tiere.
tréſors, & qu'il étoit conſae ; HACUMIA. Même
cré au Soleil . - chofe qu'Eudica , ſuivant
L'Auteur du Dictionnaire Morien .
Hermétique dit mal-à-pro HADID, Fer , acier des
pos que le Griffon des Phi- Philoſophes.
loſophes eft l'antimoine. HÆ . Pierre au blanc.
GRILLER , Cuire . ) HAGAR. Pierre Armé.
GUININA . Magiſtere nienne .
au blanc. HAGER . Pierre d'Ar
GUMA. Mercure des ménie,
Philoſophes , qu leur Lune. HAGER ALIENDI,
GUMA DE PARADIS . Pierre Judaïque.
Orpiment. HAGER ARCHTA
GUMA GUMI . Ferment MACH. Pierre d'Aigle .
des Şages. HAGER ALZARNAD .
GUMICULA. Valériane. Mercurę dęs Şages digéré
GUMMI. Gomine des & cuit au rouge de pavot.
Philoſophes. HAL. Termę emprunté
: GUTTĄ GAMAN , de l'arabes dont pluſieurs
H A H A 185
Chymiftes ſe font ſervi pour plication de la fiction dont
fignifier le fel. il fut le ſujet, dans les Fa
HALCAL . Vinaigre . bles Egyptiennes & Greco
HALCYONIUM . Ecu- ques dévoilées, liv. I.
me de la mer. HANDAL & HAN
HALEINE. Ce mot fi- DEL . Coloquinte.
gnifie quelquefois de la fu HARA . Genievre.
mée. Johnſon. Et quelque HARMALA . Rue fau
fois le fumier de cheval , que vage.
les Chymniſtes appellent ven HARMAT. Bayes de
tre de cheval. Mais en termes genievre.
de Science Hermétique , il HARMEL. Semence de
veut dire la matiere de l'au- la rue ſauvage .
vre en putréfaction . HARMONIAC ( Sel ) .
HALEREON. Aigle des ( Sc. Herm .) Quelques Phi
Philoſophes. loſophes ont donné le nom
HALIACMON. Fleuve de Sel harmoniac à leur ma
de la Macédoine , qui a la tiere , non que le ſel qui porte
propriété de faire devenir communément ce nom, ſoit
blanches les brebis qui ne le naturel ou artificiel , doive
font pas , quand elles boi- être regardécomme la ma
vent de ſon eau . Pline , liv. tiere des Philoſophes ; mais
31. ch . 2. On dit en conſé- parce que cette matiere eſt
quence en maniere de parler une eſpece de fel compoſé
dans l'art Hermétique , qu'il par combinaiſons harmoni
faut faire boire le Dragon & ques , comme diſent Ray
le Corbeau philofophiques mond Lulle & Riplée. Voy .
dans le fleuve Haliacmon , ARMONIAC .
pour dire qu'il faut blanchir HARMONIE ou HER.
le laiton , ou faire paſſer du MIONE , fille de Mars &
noir au blanc la matiere de de Vénus , épouſa Cadmus
l'oeuvre.On écrit auffi Aliac- fils d'Agenor, Cadmus eut
mon . d'elle entr'autres enfans, Se
HALIMAR . Cuivre. imelé , mere de Bacchus.
: HALLE. De la glu. Voyez l'explication de cette
HAMMON . Un des fable dans les Fables Egypt.
plus grands Dieux de l'E- & Grecq. dévoilées. Voyez
gypte, aufli nommé Jupiter. auſſi l'article de Cadmus.
On le repréſentoit avec une HARPOCRATE. · Fi
fête de bélier. Voyez l'ex- gure ou ſtatue d'un homme
186 HA H A HE
tenant deux doigts ſur la Phinée , & infe toient ceux
bouche fermée , & cachant qu'elles y laiſſoient. Zethes
de l'autre main ce que la & Calais , fils de Borée , l'en
pudeur ne permet pas de délivrerent, & les chafferent
montrer. Cette ſtatue ſe trou- juſqu'aux ifles Plotes. Voyez
voit dans tous les temples les Fables Egypt. & Grecq .
Egyptiens , qui l'appelloient dévoilées , liv . 2. ch. 1 .
le Dieu du Silence. On le HASACIUM . Sel armor
mettoit ainſi dans tous les niac.
temples pour faire ſouvenir HAUTEUR . ( Science
les Prêtres qu'ils devoient Herm . ) Dimenſion allégo
garder le lilence ſur les ſe- rique & myſtérieuſe de la
crets cachés ſous leurs fi- pierre des Sages. Si nous en
gures hiéroglyphiques. Ces devons croire Philalethe , la
Lecrets, ſelon que la très hauteur n'eſt autre choſe que
bien expliqué Michel Majer ce que la matiere des Phi
dans fon Arcana Arcaniſi- loſophes préſente à nos yeux
ma , n'étoient autre que ce dans le tems de la prépara
lui de la vraie Chymie, que tion. Par exemple ,le corps
l'on yante tant ſous le nom ou la matiere de notre Art ,
du Grand'oeuvre , ou de la dit- il dans ſon traité De vera
Pierre philoſophale.On peut confe&tione Lapidis Philofo
voir les applications heureu- phici , eft noir dans la pre
fes des fables Egyptiennes miere diſpoſition , qui le fait
aux opérations de cet Art , par la putréfaction ; cette
dans le liyre des Fables noirceur quifrappe nos yeux
Egypt. & Grecques dévoi- & que nous appellons froide
lées , liv . 1. chap. 7 . & humide , eſt ce qui ſe mas
HARPYES. Monſtres en- nifefte à notre vûe ; & cette
fans de Neptune & de la diſpoſition eſt ce que nous
Terre. Elles avoient la tête appellons hauteur de notre
d'unefemme,avec un viſage corps.
pâle & blême, le corps d'un HÉBÉ , Déeſſe de la jeu .
vautour , des ailes de fer , neſſe , fille de Jupiter & de
des griffes aux pieds & aux Junon , ſuivant Homere; ou
mains, & un ventre énorme de Junon ſeule , ſans avoir
par la grandeur. On les nom- connu d'homme, mais pour
moit Ocypeté, Aello , Ce- avoir mangé beaucoup de
Læno. Elles enlevoient les laitue dans un feſtin où Apol.
mêts de deflus la table de lon l'avoit invitéc . Hébé fute
HE H E 187
conſtituée Echanſonne de & Achille lui ôta la vie.
Jupiter , & donnée enſuite Hector étoit le ſymbole de
en mariage à Hercule après la partie fixe de l'oeuvre Here
fon apothéoſe. métique, & Achille celui de
Hébé ſignifie proprement l'eauignée mercurielle. C'eſt
la médecine Hermétique , pourquoi on a feint qu'A
donnée en mariage à Herr pollon , Diane , Vénus &
cule , c'eſt -à- dire miſe entre Mars avoient pris le parti
les mains de l'Artiſte après d'Hector ; & Junon , Thetis ,
fa perfection , afin qu'il en le fleuve Scamandre , Mer
faſſe uſage pour la ſanté du cure & Minerve celui d'A
corps humain , la guériſon chille. Il n'étoit pas pofſible
des maux qui l'affligent, & de réuſſir à s'emparer de la
ſon rajeuniflement pour le- ville de Troye, c'eſt -à-dire
quel on invoquoit Hébé. à parfaire l'oeuvre, ſi l'on ne
HEBRIT . Soufre rouge diffolvoit, & lil'on ne faiſoit
des Philoſophes. tomber en putrefaction la
HÉCATE , Déeſſe des partie fixe par l'eau mercu
Enfers , fille de Jupiter & de rielle , ce qui étoit faire mou
Cérès, ſelon Orphée ; de Ju . FirHector. Voyez l’explica
piter & d'Aftérie ,ſelon d'au- ţion plusdéveloppéedecette
tres. Hécate préſidoit aux ac • fiction , dans le 6e livre des
couchemens & aux fonges. Fables Egypt. & Grecques
Elle eſtla même queDiane , dévoilées.
quifenommoit la Lune dans HÉCUBE , fille de Dy
le Ciel , Diane ſurla Terre, mas , & femme de Priam
& Hécate dans les Enfers. Roi de Troye, ayant vû im
Voyez DIANE. moler ſa fille Polixene ſur le
HECTOR , fils de Priam , tombeau d'Achille , & ſon
fut un desplus grands Héros filsPolydore mafſacré parla
entre ceux qui défendirent trahiſon de Polymeſtor, elle
la ville de Troye contre les en conçut un tel dépit qu'elle
Grecs. La definée de cette creva -les yeux à Polymer
ville étoit attachée à la vie tor ; & dans le tems qu'elle
d'Hector. Jupiter le prit ſous fe fauvoit pour ſe ſouſtraire
fa protection , & le ſoutint aux pourſuites des Grecs qui
long -tems contre les pour- s'étoient emparés de la ville
fuites de Junon qui vouloit de Troye , elle fut changée
le faire périr ; mais enfin il en chienne. Voyez le 6° livre
· l'abandonna à fa deftinée , des Fables Egypt.& Grecqe
188 HE HE
HEDELTA BATENI. mari Tlepolèmé tué au fiége
Térebenthine . Planifcampi. de Troye, envoya dans le
HEL. Vinaigre. Johnſon bain où étoit Helene, deux
& Planifcampi. femmes de chambre qui la
HELČALIBAT. Térer pendirent à un arbre . Voyez
bentnine . les Fables Egypt. & Grec
HELE ou HELLE. ques dévoilées , liv. 6 .
Gui de chêne , HELIADES , filles du
HELEBRIA , Ellebore Soleil & de Clymene , &
blanc à fleurs rouges . i ſeurs de Phaëton . Voyez
.
ter & de Leda , four de HELICON.
Caſtor , de Pollux & de de la Gréce , ſituée près de
Clytemneſtre , fut la plus celle du Parnaſſe , l'une &
belle femme du monde . Mé- l'autre conſacrées à Apollon
nelas l'épouſa ; & Pâris , fils & aux Muſes. Voyez Mu
de Priam , ayant adjugé la ses.
pomme d'or à Vénus com On voyoit autrefois dans
me à la plus belle des Déel- la Macedoine 'un fleuve qui
fes , Vénus lui mit Helene portoit le nom d'Helicona
entre les mains pour récom- La Fable dit que les femmes
penſe de ce qu'il avoit porté de la Thrace mirent en pies
ſon jugement en la faveur. ces Orphée ſur fon rivage ,
Pâris enleva Helene , & & furent toutes noyées dans
l'emmena à la cour de Priam. les eaux de ce fleuve. Voyez
Ménelas pour s'en venger ORPHÉE .
mit dans ſes intérêts tous les HELICONIADES . Sur
Princes de la Gréce , & con nom des Muſes.
duiſit contre Priam une ar , HELIOTROPIUM Um ..
mée formidable qui fit le fié- Méliſſe de Théophraſte. Pa
ge de Troye. Au bout de racelſe.
dix ans les Grecs s'empare HELLÉ , fille d'Athamas
rent de cette ville, & Mé- & de Néphele , s'enfuit en
nelas remena Helene avec Phrygie avec ſon frere Phri
lui. Après la mort de Méa xus, pour ſe ſouſtraire aux
nelas les Lacédémoniens la mauvais traitemens de ſa
chaſſerent de leur ville : elle belle -mere. Ils, inonterent
ſe retira à Rhodes chez Po- l'un & l'autre ſur un mouton
lixo , qui pour venger , dit à toiſon d'or , & voulurent
Hérodote , la mort de ſon ainſa traverſer la mer ; mais
HE HE 189
Hellé effrayée par les flots; & douce au toucher.
tomba dans l'eau & s'y On trouve de l'Hematite
noya. Voyez les Fables noire en Egypte , en Perſe ,
Egypt. & Grecques dévoi en Allemagne. Quand elle
lées , liv. 2. ch . 1 . ?? eft infuſée , elle teint l'eau
HELMINTHICA. Tout en couleur de ſafran . Rul
médicament vermifuge . 3 land dit qu'on entrouve auſſi
de verte.
HELNESED. Corail.
HELSATON . Sel dé- Sérapion , Pline , Diof
crépité. 1 coride , parlent beaucoup de
;, HELSEBON & HEL- l'Hematite , & en font un
SOBON. Sel commun pré- , grand éloge : 12
paré. HEMIOBOLON... La
HELUNHAI . L'anneau douziéme partie d'une drag
dit de Salomon. me.
HEMATITES (Pierre) HEMIOLIUM . Les uns
ou Pierre fanguine , ou Fe- employent ce mot pour ſi
ret d'Eſpagne , eſt une pierre gnifier une demie once ; les
peſante, participant du fer , autres, avec Blancart, pour
des mines duquel elle ſe le poids de douze gros, ou
tire. Il y en a de pluſieurs : une once & demie .
eſpeces. Celle qu'on appelle - HEMIPAGIA. Migrai
Feret eft dure , de couleur, nes
brune -rougeâtre , mais de 2 HENRI'ROUGĖ. Colco-"
venant rouge, comme du tar .
fang à meſure qu'on la met: HENRI LE. PARESSEUX .
en poudre. Elle eſt diſpoſée Athanor.
en aiguilles pointues . La HERBE BLANCHE qui
plus eſtimée eſt,nerte , pe- croît furles petites monta
ſante , dure , avec des lignes gnes ;.ces: expreffions en
noirâtres par dehors , & termes du grand art ne fi
comme du cinabre en dert gnifient autre choſe que la
dans . La ſanguine nous vient matiere cuite & parfaite au
communément d'Angleter-, blanc: On ne trouve ces ter
re , elle n'eſt point en aim, mes que dans le: Dialogue
guilles ;on la taille au couteau de Marie & d'Aros , où
pour en faire des crayons , Mariela nomme Herbeblana
appellés crayons rouges. On che, claire & honorée. Quel.
doit la choiſir rouge -brune, ques-uns: l'ont expliqué du
peſante , compacte , unie mercure des Sages , d'autres
190 HE НЕ
de la miniere d'où on l'exa tiere aux travaux d'Hercule ,
trait ; mais la circonſtance à cauſe de la difficulté que
où Marie l'employe défigne l'on trouve à y réuſſir.
la matiere au blanc , parce HERCULE est auſſi le
que les Philoſophes donnent nom que les Alchymiſtesi
quelquefois le nom de pe donnent à leurs eſprits mé
tites montagnes à leur four- talliques, diffolvans , digé
neau & à leur vaſe . rans, ſublimans, putréfians
HERBE PHILOSOPHALE . & coagulans . Ils regardent
Herbe ſaturnienne & Hera les travaux d'Hercule com
be médicinale . Termes du me le ſymbole du grand
grand art , qui fignifient la cuvre , ou des opérations
même choſe, c'eſt-à- dire , de la pierre philoſophale.
le mercure des Sages; quel- On peut voir à ce ſujet le
quefois la miniere d'où le Traité de Pierre -Jean Fabre
tire ce mercure . Les Chy- Médecin de Montpellier ,
miſtes lui donnent ce nom qui a pour titre : Hercules
générique d'herbe , à caufe Piochymicus , imprimé à
de la qualité végétative. " , Toulouſe en 1634. Il y ex
HERBE TRIOMPHANTE plique lestravaux d'Hercule ,
( Sc. Herm . ). Matiere mi par le rapport qu'ils ontavec
nérale faiſant partie du com- lesopérationsde l'Alchymie ,
poſé des Philofophes. C'eft avec tant de vraiſemblance
celle qu'ils appellent leur qu'on peut aſſurer avec lui ,
Femelle , leur Crible , dont que prefque toute la Fable
voyez l'article. nieſt qu'un tilu de fymboles
HERBE POTAGERES énigmatiques du grand cu
Pierre au blanc. vre ; ceux qui font au fait
HERBE SATURNIENNE , en feront aiſément l'appli
ou Saturnie vegetable . Ma cation. Anthée, par exem
tiere de laquelle les Philo- ple , ce Géant fi redoutable ,
ſophes Hermétiques fçavent fils de la Terre , qu'Hercule
extraire leur mercure. ne put vaincre tant qu'il tou
HERCULE fe prendi cha la Terre fa mere ; mais.
le plus ſouvent pour l'artiſte qui futſuffoquédès qu'il fut
laborieux , & fçavant dans élevé en l'air , repréſente la
l'artchýmique ; ce quia en- terre métallique groffiere
gagé la plupart des Auteurs & qui ne peut devenir pro
qui en ont traité , à compx pre à la teinture des métaux ,
rer la préparation de lama qu'après avoir été feblimée
HE HE 191
par le mercure ou les eſprits poſé às'y baigner auſfi. Elle
métalliques ſublimans repré- le ſollicita avec beaucoup
ſentés par Hercule. Cette d'inſtances , & ne pouvant
terre après avoir été fubli- l'engager à ſeconder ſes de
mée doit mourir ou être firs amoureux , elle courut à
étouffée dans les airs, c'eſt- lui pour l'embraſſer, & pria
à - dire , doit changer de fin en même tems les Dieux de
gure , de forme & de na . lui accorder que de leurs
ture , doit être changée en deux corps il ne s'en fie
vapeur aqueuſe , & puis re- qu'un ; ce qui luifut accordé.
tomber pour être putréfiée, Hermaphrodite obtint alors
& enſuite refluſciter de les que tous ceux qui ſe baigne
cendres comme le phenix. roient dans cette fontaine ,
Tous les livres des Philofo- foit homme ou femme, para
phes le diſent , entr’autres ticiperoient à l'un & à l'au
Clangor Buccina , p . 482. tre ſexe . La matiere de l'art
Celui qui fçaura convertir Hermétique tient deMercu
notre terre ereau , cette eau re & de Vénus , & porte
en air , cet air en feu , ce feu elle -même le nom de Mera
en terre, poffedera le ma cure des Philoſophes : plus
giftere d'Hermès , qui n'eſt d’un Adepte lui ont donné le
autre que lapierre Philoſow nom de Vénus , & c'eſt en
phale. Mais le plus commu- effet de l'un & de l'autre
nément Hercule eſt le fym- qu'elle eſt compoſée. Il eſt
bole de l'artiſte qui em à remarquer que ce fils de
ploye le merdure philofo- Mercure & de Vénusne de
phique pour faire tout..ce vint Hermaphrodite qu'a
qu'on lui attribue.Voyez les près fon union avec laNym
Fables Egypt. & Grecques phe Salmatis , & la matiere
dévoilées , liv . 5% où l'on ne prend auſſi le nom de
explique tous les travaux Rebis & d'Hermaphrodite
d'Hercule. qu'après la jonction du fou
HERMAPHRODITE fre & du mercare des Sages
fils de Mercure & de Vé dans leur fontaine , qui eſt ,
aus , ſe promenoit dans un dit Tréviſan , la fontaine ou
lieu ſolitaire, où il y avoit le Roi & la Reine fe bai .
une fontaine. La Nymphe gnent , comme le firent Sal
Salmacis .qui sły baignoit , macis & Hermaphrodite. La
fut épriſe de la beauté du propriété qu'acquit alors cet
jeune hommequis'étoit dál te fontaine de rendre parti
192 HE НЕ
cipans des deux ſexes tous & particulierement celui de
)
ceux qui s'y baigneroient , tous les individus du regne
eſt préciſément la propriété minéral. '.
de l'eau -mercurielle des Phi HERMÉTIQUE . Ter
loſophes, qui eft priſe pour me de Chymie . La ſcience
la femelle , & qui ne fait Hermétique reconnoît Hera
plus qu'un corps des corps més pour ſon propagateur ,
qu'on y baigne, parce qu'ils dent
& quelques-
commeleuns le regar
premier qui
& s'y fixent enſuite de ma y ait excellé ; ce qui lui a
niere à ne jamais pouvoir fait donner ſon nom . Le
être ſéparés. C'eſt pour cette grand art , la Philoſophie
raiſon que quelques Philo- Hermétique, le grand cu
ſophes ont donné le nom vre , l'ouvrage de la pierre
d'Hermaphrodite à leur ma- philofophale , le magiftere
tiere fixée au blanc.. des Sages , ſont toutes ex
- HERMÈS ſurnommé preſſions ſynonymes de la
Triſmégiſte , ou trois
trois. toisfcience Hermétique. La Phy
fois
grand , eſt regardé comme fique Hermétique dépend de
le pere de l'Alchymie , qui cette ſcience , qui fait con
de lui a prit le nom d'Art fiſter toue les êtres ſublunai
Hermétique. Il étoit Egyp« res dans trois principes , le
tien , & le plus ſçavant hom- fel, le ſoufre & le mercure ,
me connu juſqu'à préſent. & rapporte toutes les malas
Voyez ſon hiſtoire & les dies au défaut d'équilibre
fables qu'on a inventées à dans l'action de ces trois prin
fon ſujet dans le premier li- cipes ; c'eſt pourquoi elle ſe
vre dés FablesEgyptiennes propoſe pour objet la rem
& Grecques dévoilées... cherche d'an.remede , qui
HERMÈS eſt auſli le nom entretienne, cet équilibre
que quelques Chymiſtes ont dans les corps , ou qui y re
donné au nitre. Blancant. ' in mette ces trois principes
HERMÈS ODORANTE . lorſque l'un d'eux vient à
C'eſt le Kermès , fuivant dominer avec trop de vio
Raymond Lulle. :)
:) )
lence ſur les autres. Le le
HERMÈS eſt encore un cond objet de cet art, eft
des noms,
& le nom pro- de compofer ce qu'ils ap
pre du mercure des Philo pellent élixir au blanc ou
Tophes , parce qu'il eſt en au rouge , qu'ils nomment
effet le mercure des corps , auſſi poudre de projection ,
OU.
HE HE 193
ou pierre philofophale : ils ou autres ; ce qui ſe fait en
prétendent avec cet élixir les bouchant de maniere
changer les métaux impar- qu'ils ne laiſſent échapper
faits en argent avec l'élixir aucune des parties volatiles
au blanc , ou en or avec des corps qu'ils renferment.
l'élixir au rouge. On a re- Pour y parvenir,on fait rou
gardé dans tous les tems gir le haut du col du vaiſ
comme des foux ceux qui leau, & on en rapproche les
ſe ſont adonnés à ces re bords juſqu'à ce qu'ils ſoient
cherches , quoiqu'ils ſe nom- collés enſemble . Quelque
ment les vrais Sages & les . fois on y met un bouchon
vrais Philoſophes ,à qui ſeuls de verre, lorſque le vaſe eſt
la Nature eſt connue . Ils de cette matiere , & ayant
prétendent que les Philofo- mis du verre pilé ſur les
phes de l'Antiquité , Démo joints, on le fond à la lampe
crite, Platon , Socrate , Py- d'émailleurs. On dit auſſi
thagore , & c. étoient tous ſceller du ſceau des Philo
initiés dans les ſecrets de ſophes , des Sages ; mais
cette ſcience, que les hié- quand on le dit des opéra
roglyphes des Egyptiens & tions du grand cuvre, on
toutes les fables qui compo- ne doit pas l'entendre da
ſent la Mythologie , r'ont vaſe qui contient la matiere ;
été inventés que pour enſei- mais du ſceau ſecrét avec
gner cette ſcience. Voyez lequel ils ſcellent la matiere
Lur cela les Fables Egypt. même ; c'eſt la fixation du
& Grecques dévoilées. volatil.
HERMÉTIQUE (Sceau ). HERMIONE ou HAR
Voyez SCEAU. MONIE , fille de Mars &
HERMÉTIQUE ( Mé- de Vénus , & femme de
decine ) . Elle réduit toutes Cadmus. Ces deux derniers
les cauſes des maladies au furent changés en ferpens
fel , au ſoufre & au mercu- ou dragons . Voyez CAD
te ; & les guerit par des re MUS .
medes travaillés hermétique HERMIONE , fille de
ment , & extraits des trois Ménélas & d'Helene , fut
tegnes. Blančart. d'abord fiancée à Oreſte ,
HERMÉTIQUE- fils d'Agamennon ; Pyrrhus
MENT. Ce terme ne ſe l'épouta à ſon retour de
dit que de la maniere de Troye. Mais Oreſte farts
ſceller les vaſes chymiques doute conſentement
N
194 HE HE
d'Hermione fit maſſacrer dans les matieres terreſtres.
Pyrrhus dans le Temple Apollon & Neptune en de
d'Apollon. V. ORESTE . firent ardemment le ſacrifi
HERMOGÊNE. Nom ce , c'eſt - à -dire , que l'hu
que Baſile Valentin a donné mide & le chaud'inné de
au mercure des Philoſophes, chaque choſe , déſirent leur
comme principe , & pere réunion avec cette terre vier
de la pierre des Sages. Ce ge , pour produire quelque
fçavant homme a compoſé choſe de pur, & donner la
le ſymbole de fa dixieme liberté à cette matiere ignée
Clef de l'æuvre Herméti- & cet humide radical , qui
que , d'un triangle qui ren ſe trouvent empriſonnés dans
ferme deux cercles concen les matieres groffieres de la
triques , à l'angle droit eſt la terre. Fabri. Le monſtre ma.
figure chymique du Soleil , rin eſt une humidité fuper
à l'angle gauche celle de la fiue , qui ſemble noyer, &
Lune, à l'angle du bas celle comme vouloir dévorer Hér
de Mercure. Sur chaque fi- fionne. Voyez les Fables
gure & au milieu du cercle dévoilées , liv . 5 ch . 14 .
font des mots hébreux que HESNIC . Le poids d'un
je n'entends pas. Au- deſſus quarteron , ou la quatrieme
du côté qui forme le haut partie d'une livre .
du triangle eſt écrit : Je ſuis HESPERIDES , filles fa
né d'Hermogêne; le long du buleuſes , que les Poëtes ont
côté gauche: Hyperion m'a feint avoir un jardin , dans
chçiſi, & le long du côté lequel croiſſoient des pom
droit : Sans Jamſuph je ſuis mes d'or. Ce jardin , ſelon
contraint de périr. l'explication des Philoſophes
HERNEC. Orpiment Spargyriques, eſt le ſym
des Philoſophes, bole de l'Alchymie , par les
HÉSIONNE , fille de opérations de laquelle on
Laomédon Roi de Troye , fait germer., croître, fleurir
ſelon la Fable , fur expoſée & fructifier cet arbre ſolai
pour être dévorée par un re , dont le fruit ſurpaſſe l'or
monſtre marin , qu'Hercule commun en beauté & bon
tua. Les Philofophes ou té , puiſqu'il convertit les au
Adeptes diſent qu'Héſionne tresmétaux en ſa propre na
eft cette terre vierge qui fure ; ce que ne peut faire
renferıne leur eau mercu l'or vulgaire. Le Dragon qui
rielle , & qui eft cachée gardoit le jardin des Heſpé
HE Í HI 195
rides , eſt le ſymbole des HIEROGLYPHES .
difficultés qu'il faut ſurmon- Caracteres myſtérieux in
ter pour parvenir à la per- ventés par Hermès Triſme
fection de la pierre philoſo- gifte, & employés par les
phale , & en même tems Egyptiens particulierement
celui de la putréfaction du pour enſeigner l'art facerdo
mercure. tal . Voyez cet article . Dans
Les Heſpérides étoient les quatre fortes d'hiéroglya
trois fæurs, filles d'Heſpé- phes en uſage chez les Egyp
rus, frere d'Atlas . Elles ſe tiens , la ſeconde étoit la
nommoient Eglé , Aréthuſe ſeule uſitée quand il s'agir
& Heſpéréthule. Ceux qui ſoit de parler des myfteres
ſeront curieux d'en voir une de la Nature , & de ceux de
application plus détaillée , l'art Sacerdotal ou Hermé
peuvent conſulter mon traité tique . Abénéphi. Preſque
des Fables Egypt. & Grec- tous les Alchymiſtes ont
ques dévoilées , liv. 2 ch. 2. imité les Egyptiens. Ils ne
HESPERIS , eſpece de ſe ſont expliqués que par
giroflier ou violier , ainſi ſymboles, allégories ,'mé
nommé, de ce que ſes fleurs taphores, fables & énigmes.
ont beaucoup plus d'odeur HIÉROPHANTES.
le ſoir que pendant le reſte Prêtres célébres à Athènes ,
de lajournée. Blancard. chargés d'enſeigner les cho
HÉTÉROGÊNE . Qui ſes facrées, & les myſteres
n'eſt pas de même nature. à ceux qui vouloient être
La matière des Philoſophes initiés. Ils avoient foin des
eft mclée de beaucoup de Temples. Voyez les Fables
parties hétérogèries qu'il faut Egypt. & Grecques dévoi
en ſéparer pour avoir le mer- lées ,liv. 4.
cure des Philoſophes pur & HILLÄ. Boyau jejun
fans tâches, non .
HEXAGIUM . Poids de HILLUS ou HILUS, fils
quatre ſcrupules , ſuivant d'Hercule & de Déjanire ,
quelques - uns , & d'une épouſa Jolé , & tua dans la
dragme & demie , ſuivant ſuite Euryſthée , pour ven
d'autres. Blancard. ger fon pere des maux que
HIDROS. Sueur. lui avoit ſuſcité ce Roi.
HIDROTIQUES ( Mé. Voyez HERCULE .
dicamens ) ou ſudorifiques. HIMEN on HYMEN .
HIDUS, Vert-de -gris. Nom que Raymond Lulle a
Nij
196 HI HI
donné à l'unique vaſe que les maus à la courſe du char .
Philoſophes employent pour C'étoit la condition que ce
faire le magiftere des Sages . Roi d'Elide impoſoit à ceux
HIN . Afla fætida. qui demandoient ſa fille en
HIPPOCENTAURES. mariage. V. ONOMAUS.
Monſtres demi hommes & HIPPODAMIE ou
demi chevaux , que les Poë DÉIDAMIE , fille du Roi
tes ont feint avoir habité au- d'Argos , prit pour mari Pi
trefois près du mont Pélion . rithous. Celui- ci invita les
Ces monſtres ſont de la na- Centaures à ſes nôces ; ils y
ture des autres de la Fable , exciterent du trouble ; Her
c'eſt-à - dire , imaginés pour cule & Théſée, amis de Pi
ſymbole de la diffolution de rithous , prirent ſon patri ,
la matiere de l'auvre Here attaquerent les Centaures ,
mérique . Ce qui eſt aſſez en tuerent un grand nom
clairement déclaré par la fi- bre, & mirent les autresen
gnification étymologique du fuite. Voyez les Fables dé
lieu de leur habitation pré- voilées, liv. 5 . ch . 22.
tendue ; car Pelos veut dire Les noces de l'ouvre ſe
noir, d'où on a fait Pélior. font pendant la putréfaction
On ſçait que la couleur noire de la matiere fignifiée par
eſt la marque & le ſigne de les Centaures . Hercule ou
la putréfaction & de la dif- l'Artiſte de concert avec
ſolution parfaite de la ma- Théſée , ou le mercure des
tiere . Voyez CENTAURES . Philofophes achevent la dif
HIPPOCRÊNE. Fon- ſolution , déſignée par la
taine ſituée près du mont mort des Centaures, & pro
Hélicon en Béotie , & con cure la volatiliſation indi
facrée aux Muſes. Les Poë- quée par ceux qui prennent
tes ont feint que le cheval la fuite. Pirithous eſt la ma
Pégaſe la fit lourdre en frap -
tiere fixe , Hippodamie eſt
pant la terre avec le pied. la volatile.
Voyez l'explication de cette HIPPOLITE , fils de
fable dans les Fables Egypt, Théſée & d'Hippolite , Rei
& Grecques dévoilées , liv. ne des Amazonnes , eut une
3.ch . 14. 3
HIPPODAMIE , fille .chafle , qu'il en étoit unique.
d'Onomaus , épouſa Pélops, ment occupé. Phédre fa bel
après que celui - ci eût par le - mere devint amoureuſe
ſtratagéine vaincu no- de lui , & ne pouvant le faire
HI HI 197
conſentir à ſes déſirs , elle Sages, & y meu rt , c'eſt - à
meurt
s'en vengea en l'accufant au- dire qu'il s'y fixe ; car mou
près de Théſéę d'avoir voulu rir & fe fixer ſont deux ter
attenterà ſon honneur . Thé mes ſynonimes en fait de
ſée trop crédule chaſſa Hip- ſcience Hermétique , comme
polite ſon fils de la préſence. volatiliſer ſignifie donner la
Celui -ci en fuyant la colere vie. Voyez dans le liv. 3 .
de ſon pere étoit monté ſur ch . 12. § . 2. des Fables dé
un cher pour s'éloigner de voilées , ce qu'il faut enten
lui ; comme il paſſoit ſur le dre par la réſurrection d’Hip
rivage de la mer, Neptune polite , faite par l'art d’El
fuſcita un monſtre marin ,qui culape.
s'étant préſenté aux chevaux HIPPOLITE ou ΑΝΤΙΟ
d'Hippolite , les effraya ,leur PE , Reine des Amazonnes ,
fit prendre le mords aux épouſa Théſée après ſa dé
dents , & les obligea de traî- faite . Voyez le liv . 5. c. 13 .
ner le char à travers les ro- des Fables Egypt , & Grecq,
chers , où ilſe fracaffa ; Hip dévoilées.
polite culbuta , & y périt, HIPPOMENE , fils de
Eſculape le reſſuſcita . La Macarée , ſe mit ſur les rangs
paſſion d'Hippolite pour la pour épouſer Atảlante . Il la
chaſſe , eſt la diſpoſition de vainquit à la courſe par le
la matiere à être volatiliſée ; moyen de trois pommes d'or
cette volatiliſation marque qu'il jetta ſucceſſivement
une eſpece d'éloignement & derriere lui , & qu'Atalante
d'averſion pour l'union avec s'amufa à ramaſſer. Voyez
la terre qui reſte au fond du les Fables dévoilées , liv . 2.$
vaſe , indiquée par Phédre chap .
mariée avec le mercure re HIPPURIS. URIS . C'eſt la
préſenté par Théſée. Com: prêle , la queue du cheval ,
me c'eſt le mercure lui-même en latin Equiſetum .
qui eſt cauſe de la volatiliſa HIRUNDINARIA .
tion , on a feint que Théfée Dompie venin , Aſclepias .
avoit chaſſé ſon fils de ſa pré HISMAT. Scories d'ara
fence. Il eſt en effet ſon fils , gent.
puiſqu'il eſt fait du mercure HISPANACH . Epinars.
même. Après ſa volatiliſa HIVER . Les Sages ont
tion , il retombe dans la mer donné quelquefois ce nom à
des Philoſophes , où ſe forme leur mercure ; mais ils s'en
le rocher ou la pierre des fervent communément dans
Nüj
198 HI но
un ſens allégorique, pour fi cure ſe mortifie , que la terre
gnifier le commencement de conçoit & qu'elle change de
l'auvre , ou le tems qui pré- nature .
céde la putrefaction. C'eſt HOLCE. Dragme ,
pourquoi ils diſent commu HOLSEBON , Sel coms
nément, qu'il faut commen mun décrépité. 1
cer par l'hiver , & le finir par HOMEŘE, Poëte Gręc ,
l'automne ; parce que de peut- être le plus ancien , a
même que la nature ſemble compoſé divers ouvrages ; il
morte en hiver & ne pro- nous reſte entr'autres ſon
duit encore rien , de même lliade , ſon Odyſſée & quel
le mercure des Sages diſpoſe ques Hymnes . On l'appelle
ſeulement à la génération , le Prince des Poëtes, tant à
qui ne peut ſe faire ſans cor cauſe du ſublime de ſa Poë
ruption , & la corruption ne fie, que parce qu'il ſemble
ſurvient que par la putré- être la ſource dans laquelle
faction. Le régime du feu les autres ont puiſé ; c'eſt
eſt alors du premier degré. pourquoi Pline l'appelloit la
Le mercure diſſout ſon corps. Fontaine des beaux eſprits,
Et les Philoſophes diſent que Homere avoit voyagé en
ce degré du feu doit être Egypte , & y avoit appris
ſemblable à la chaleur d'une les myſteres de l'Art Sacer,
poule qui conve ; d'autres à dotal. Il imagina la fiction
Ja chaleur de l'eſtomac, à la de la guerre & du ſiége de
chaleur du fumier ; d'autres Troye pour traiter cet Art
enfin à une chaleur ſembla : allégoriquement; ce qu'il a
ble à celle du ſoleil au mois fait dans ſon Iliade. Il fit auſſi
de Mars , ou dans le ſigne ſon Odyſſée ,ou les Erreurs
d'Aries. C'eſt pour cela d'Ulyle , pour repréſen
qu'ils ont dit qu'il falloit ter les erreurs où tombent
commencer l'oeuvre au ſigne les Philoſophes Hermétiques
du Bélier , pendant que la avant de parvenir à lacon ,
Lune eſt dans celui du Tau- roiſſance du véritable ſecret
reau , Et tout cela ne ſignifie de cet Art. On y voit clai
autre choſe que la chaleur rement les procédés faux &
modérée philoſophiquement erraneux ( pour me fervir des
au commencement de l'ous termes-mêmes des Philoſo
vre . phes ) de ceux qui n'étant
C'eſt dans ce tems d'hiver pas encore initiés dans ces
philoſophique que le mer. myſteres , font des chûtes
но НО. 199
preſqu'à chaque pas qu'ils torture ſans réuſſir à expli
font. Ulyſſe eſt le véritable quer Homere d'une maniere
portrait de ces Chymiſtes fatisfaiſante , s'ils fuppoſent
qui ayant une fois adopté un à ce Poëte d'autres idées que
ſyftême & une recette , la celles- là .
travaillent conformément à HOMME . La plâpart
leurs préjugés , malgré que des Philoſophes ont com
la Nature s'offre à eux com- paré la confection du ma
me Calypſo , & ils l'aban- giſtere à la génération de
donnent enſuite de la ma l'homme , & ont en conſé
niere que fit Ulyſſe. Ils s'inf- quence perſonnifié les deux
truiſent comme Ulyſſe le fut parties ou ingrédiens de l'au
par Tyreſias ;mais toujours , vre , le fixe & le volatil . Ils
indécis , ils font mille opéra- ont appellé le fixe mále , & lui
tions ſur des recettes diffé , ont donné des noms d'hom
rentes , comme Ulyſſe abor- mes ; & le volatil femelle ,&
da en différens pays ſans ſe l'ont indiqué par des noms
fixer à aucun. de femmés. C'eſt de cette
Riplée , Tréviſan , Za- maniere que les Egygtiens
chaire ont imité Homere ; ils & les Grecs anciens , initiés
ont fait le détail des erreurs dans les myſteres de l'Art
où ils ſont tombés avant de Sacerdotal ou Hermétique ,
réuſſir , & ont donné enſuite ont inventé les fables,
métaphoriquement & allé HOMME dit ſimplement ,
goriquement la véritable ma- ſignifie le fixe..
niere de procéder aux opé HOMME ÉLEVÉ s'entend
rations du grand @uvre. Il de la matiere des Philoſo
ne faudroit que donner une phes digerée , diſſoute & en
édition commentée d'Ho- putréfaction,
mere faite par un Philoſophe HOMMÉ ARMÉ DE CAS
Hermétique, pour prouver Que ſigniñe le mercure di
au Public la vérité de ce que géré & parvenu à la couleur
j'avancé. Le peu d'explica- noire. C'eſt une dénomina
tions que j'ai données de tion tirée par comparaiſon
P'Iliade dans le 6e livre des de la figure du Dieu Mer
Fables Egyptiennes & Grec. cure , repréſenté avec un caf
ques dévoilées, ſuffiſent pour que en tête , tenant fon ca
donner une idée claire du : ducée , autour duquel deux
reſte. Les Mythologués fe ferpens entortillés ſemblent
donneront éternelleinent la fe combattre.
Niy
200 но HU
HOMME ROUGE. C'eſt qu'il eſt le principe & la bafe
le ſoufre des Philoſophes , de l'or philoſophique.
ou le magiſtere au rouge. HORIZONTIS. Or po
HOMOGÊNE. Qui eft tạble .
de même nature , qui eſt HORUS ou ORUS , fils
compoſé de parties abſolu- d'Oſiris & d'Iſis,fit la guerre
ment fimilaires entr'elles , & à Typhon , & le fit périr avec
qui peuvent , étant rappro- l'aide d'Isis. Horus mourut
chées , s'unir intimement. cependant , mais ſa mere le
Telles ſont les parties de reſſuſcita , & le rendit im
l'eau , qui mêlées avec de mortel. Horus ſuccéda à ſą
l'eau , ne peuvent plus en mere , qui avoit elle même
être diſtinguées. Tel eſt l'or fuccédé à Oſiris ſon époux ,
pur mêlé avec d'autre or pur. mais Horus fut le dernier
Un métal ne peut ſe mêler, des Dieux qui régnerent en
comme on dit , per minima Egypte. Voyez ce que ſigni
ou intimement avec un vé- fient ces fictions , dans les
gétal; mais ſeulement avec Fables Egypt. & Grecques
quelques parties de ce végé. dévoilées , liv . 1. ch . 5 .
tal quand elles ſont métalli. HUCCI ou HUNC.
ques de leur nature . On en C'eſt l'ệtain , ou Jupiter,
trouve dans pluſieurs plan HUILE , quoique ſimple
tes , & dans différens arbres ment dit, n'eſt pas une ma
lorſqu'ils croiſſent ſur des tiere dont on doive fe fervir
mines. On prétend même pour la confection de l'au
que les Chinois ſçavent ex vre ; ils ont donné cę nom à
traire du mercure vulgaire la matiere même lorſqu'elle
coulant du pourpier fauvage, a pris une couleur & uneviſ
L'expérience a prouvé qu'on coſité huileuſe , pendant la
trouve dans le chêne des par- putréfaction dans l'æụf phi
ties ferrugineuſes. La cendre loſophique. Fabula Scientiæ
de payôt cornu ſe mêle avec majoris. Par l'huile les Phi
les métaux en fuſion . lofophes délignent ſouvent
HOREUM. Miel tiré de le feu fecret des Sages.
la ruche pendant l'été. Huile BÉNITE . Huile
HORIZON . Nom que incombuſtible. C'eſt leur
quelques Chymiſtes ont don- ſoufre. Ils donnent quelque
né au mercure de l'or ; & les fois ce nom à leur pierre
Philoſophes Hermétiques au parfaite au blanc ou au rou
mercure des Sages , parce ge , parce qu'elle coule & ſe
HU H U 201
fond au feu comme le beurre miſtes ont mis en Quvre tout
ou l'huile figée. leur ſçavoir pour la compo
HUILE DE LA NATURE , ſer; ils ont calciné, purifié ,
C'eſt le premier ſel qui ſert ſublimé, & c. cette matiere
de baſe à tous les autres . On & n'en ont jamais pû ex
l'appelle Huile, parce qu'il traire cette huile ſi précieuſe.
eft onctueux , fondant& pé- C'eſt que les Anciens n'en
nétrant ; Huile de la Nature, ont parlé que par allégorie,
parce qu'il eſt la baſe de tous & que fous ce nomils ont
les individusdestrois régnes, entendu l'huile des Philoſo
& qu'il en eſt auſſi le conſer- phes Hermétiques , autre
vateur matériel & le reſtau- ment leur élixir au blancpara
. rateur. C'eſt le meilleur , le fait ,au lieu que les Chy
plus noble , le plus fixe , & miftes modernes ont pris les
en même-tems le plus vo- termes des Anciens à la let,
latil avant la préparation. tre , & ont perdu leurs peia
Lorſque l'Art veut l'em- nes , parce que le talc n'eſt
ployer, il doit de fixe le renc pas la matiere d'où cette
dre volatil,& puis de volatil huile doit s'extraire.
fixe ; le réſoudre & le coa HUILE DE MARS. ( Sca
guler, c'eſt tout l'opyrę. Herm . ) Soufre des Philofo .
HÚILE ESSENTIELLE . phes parfait au rouge .
C'eſt le ſoufre volatil des HUILE INCOMBUSTI
métaux philofophiques; c'eft- BLE, ( Sc. Herm .) Magiſtere
à- dire, leur ame, ou le mâ- au rouge ; on l'appelle in
le , le ſoleil, l'or des Sages. combuſtible , à cauſe de la
: ' HUILE DE SATURNE, fixité .
( Sc. Herm. ) Matiere des Huile Rouge . Voyez
Philofophes au noir , ainſi HUILE DE MARS .
nommée , parce qu'ils ap HUILE Vivě . Magiſtere
pellent Plomb leur matiere au blanc.
en putrefaction. HUILE VÉGÉTALE . Huile
HUILE DE SOUFRE. du tartre des Philoſophes ,
( Sc. Herm . ) Matiere au & non du tartre vulgaire.
noir. HUILE HÉRACLIENNE .
HUILE DE Talc . Les Huile extraite du bois de
Anciens ont beaucoup parlé gayac , ou du bouis. Il eſt
de cette huile , à laquelle ils bon contre l'épilepſie & les
attribuoient tant de vertus maux de dents.
que preſque tous les Chy HUMATION . Aetion
202 HU HU
par laquelle l'on met dans le ce que la fixation du volatil
vafe la matiere de la pierre eſt une eſpece de mort , &
des Sages ,pour l'y faire pu- que ce qui étoiteau pendant
tréfier. Quelques Chymiſtes la diſſolution, devient terre
ont comparé cette action à en ſe fixant.
la ſépulture de Jeſus-Chriſt , HUMECTATION . ( Sc.
parce qu'on ſcelle le vale Herm .) Donner à la pierre
après y avoir mis lamatiere, ſon humidité , lorſqu'elle eſt
comme on ſcella le tombeau parfaite , & qu'on veut la
de notre Sauveur ; & que la multiplier. V. IMBIBITION ,
matiere ne s'y diffout , ou MULTIPLICATION .
putréfie, que pour reſſuſciter, HUMECTER. Cuire
Pluſieurs d'entre les Philofo- digérer. V. IMBIBITION .
phes Chymiques ont trouvé HUMEURS . Paracelſe
tant de reſſemblance dans la ne vouloit pas qu'on dit d'un
vie ,la paſſion , &c. de Jeſus- homme, qu'il eſt ſanguin ,
Chrift , avec les opérations, ou mélancolique , ou pituie
du grand @uvre des Sages, teux ; parce que touthomme
qu'ils n'ont point fait diffi- eſt ſanguin , mélancolique &
culté de ſe ſervir des termes , flegmatique tout enſemble ;
mêmes de l'évangile pour ex- mais il vouloit qu'on appel
primer allégoriquement tout lật la bile ſoufre rouge , le
leur procédé ; parce que , phlegme ſoufre blanc im
diſent-ils, Dieu a inſtitué le pregné de ſels, & la mélans
grand æuvre pour le falut colie mercure.
de nos corps , comme il a HUMIDE IGNÉ. Mer
envoyé ſon Fils pour le falut cure des Sages animé de fon
de nos ames. Ils ajoutent , foufre. Quelquefois les Phim
que la ſcience Hermétique loſophes entendent parce
jette fyr "les myfteres de la terme la matiere de l'auyre
religion Chrétienne, un jour au noir.
fi grand , qu'il n'eſt pas pof HUMIDE RADICAL DE
fible d'être Philoſophe Her-, LA NATURE, ou l'humidité
métique , ſans être bon Chré- viſqueuſe. C'eſt le mercure
tien . des Philofophes , qui eſt la
HUMATION, en ter- baſe de tous lesindividus des
mes de ſcience Hermétique trois regnes de la Nature i .
ſignifie proprement la pu- mais qui eſt plus particulie
tréfaction de la matiere ; & rement la ſemence & la baſe
quelquefois ſa fixation , par- des métaux , quand il eſt
HU HU HY 203
préparé philoſophiquement font d'elles-mêmes , lorſque
pour faire l'auvre Hermé- cette même humidité retom .
tique. be ſur la terre qui eſt demeu
HUMIDITÉ dit ſimple . rée au bas.
ment , ſignifie le mercure, HUMIDITÉ VISQUEUSE.
diſſolvant univerſel des Phi- Voyez HUMIDITÈ DE LA
loſophes. PIERRE .
HUMIDITÉ DE LA PIER HUMIDITÉ AQUEUSE .
RE. C'eſt auſſi le mercure Mercure après la putrefaca
qui eſt une eau féche , qui tion de la matiere.
ne mouille point les mains, HUMIDITÉ BRULANTÈ .
& qui ne s'attache qu'à ce Mercure des Sages , ainſi
qui eſt de ſa nature. Ceux nommé de ce qu'il a plus
qui prétendent qu'il y a deux d'action & de force ſur l'or
voyes, la ſéche & l'humide même que le feu élémen
pour faire le magiſtere , ap- taire. C'eſt pourquoi les Phir
pellent humidité de la pierre loſophes diſent, nous brú
l'eau permanente des Sages lons avec l'eau , & les Chy
ſous forme d'eau laiteule , miſtes avec le feu .
nommée lait de vierge , hu. HUMIDITÉ PERMANEN
midité viſqueuſe . Ceux qui TE . V.EAU PERMANENTE.
n'admettent que la voye ſé HUNC ou HUNT 0ų
che , l'appellent eau feche HUCCI . Etain , Jupiter .
ſimplement. Mais c'eſt un HUSACE. Sel armo .
leure que ces deux voyes ; niac .
les uns & les autres ſuivent HUVO . 2 Jupiter des
la même ſous deux noms HUUT. Š Chymiſtes.
différens ; ils n'ont égard HYACINTHE , fils d'A.
dans ces dénominations micle , fut tué par Apollon ,
qu'aux différentes formes qui l'aimoit beaucoup . Ce
fous leſquelles ſe montre leur Dieu en jouant au palet le
mercure dans le cours des fit comber par mégarde ſur
opérations. la tête d'Hyacinthe , qui pé
Rendre à la pierreſon hu- țit du coup. Les Poëtes ont
midité , c'eſt faire les imbi- feint qu'Apollon le changea
bitions , c'eſt - à -dire , conti en la fleur d'Hyacinthe, &
nuer le régime du feu philoe que l'on voit encore ſur cette
ſophique , qui fait ſublimer fleur ces deux lettres A , I ,
cette humidité au haut du qui compoſent l'exclamation
vale, d'où les imbibitions ſe lamentable que fit cę Dieu
204 H Y H Y
après cet accident. Voyez ſubit une eſpece de mort
ce que ſignifie cette fable & ſemble acquérir à chaque
dans l'article d’Apollon. inſtant un nouveau genrede
HYADES , filles d’Atlas vie par les différens dégrés
& d'Ethra , furent , ſelon de perfection qu'elle prend ,
quelques - uns , les nourrices de même que l'hydre pre
de Bacchus. On en nomme noit dix : nouvelles têtes
fix , Eudore , Ambrofie , quand Hercule lui en cou
Prodice , Coronis , Phileto poit une ; ce qui eſt- très
& Poliſo : d'autres y ajou- clairement le ſymbole de la
tent Thionne . Ces préten- multiplication de la pierre .
dues filles d'Atlas ne font Car autant de fois que l'on
autres que les vapeurs mer- recuit & que l'on diſout la
curielles qui montent au haut pierre avec du nouveaumer
du vafe , & retombent en cure , elle acquiert le décu
pluye ſur la matiere fixe fi- ple de vertu , & a dix fois
gnifiée par Bacchus . Le rom autant de force tranſmuta
leul d'Hyades, qui veut dire toire qu'elle en avoit avant
pluvieux , exprime fuffiſam- cette nouvelle décoction .
ment la chofe. Voyez les Fables Egypt.
HYARIT . Argent, Lune & Grecq. dévoilées , liv . 5 .
des Philoſophes . 1 chap 4
HYDATIS , V. ARLES HYDRE. Les Sages ont
CRUDUM . comparé leur élixir à l'hy
HYDATODES VI• dre, parce que la pierre fe ·
NUM . Vin trempé d'eau . renouvelle & augmente en
HYDEROS . 'Hydropi- quantité & en qualité à cha
fie. que fois qu'on répéte l'opé
HYDRARGIROSIS . ration fur le même élixir
Onction mercurielle . & que dans chaque opéra
HYDRE . Serpent à plu- tion la putrefaction ſurvient;
fieurs têtes qu'Hercule tua ce qui eſt une eſpece de
dans le marais de Lerna. mort, ils diſent qu'alors l'ar
Les Philoſophes Spargyri- tiſte coupe la tête à l'Hydre ,
ques diſent que l'hydre re- & qu'il en renaît dix à la
préſente la ſemence métal- place; parce qu'à chaque
lique , laquelle ſi l'on digére, féitération de l'ouvre ſur la
& ſi l'on cuit dans le vaſe même pierre , ſa vertu aug
philoſophique, s'altére & fe mente de dix dégrés par pro
change de maniere qu'elle greffion , c'eſt-à-dire , que
нү HY 205
fi après la premiere opéra- méd'Hercule , qui tua Théo
tion l'élixir étoit aſſez par- damas pour enlever le fils.
fait pour qu'une de ſes par- Hercule en allant à la con
ties en pût tranſmuer en or -quête de la Toiſon d'or ,
dix d'un métal imparfait aborda avec les autres Ar
après la ſeconde opération , gonautes en une terre où
& une partie en tranſmuera Hylas diſparu ayant été cher
cent , &c. ché de l'eau . On feignit que
HYDRE. Matiere du ma les Nymphes l'avoient en
giſtere avant la déalbation . levé . Hercule courut les bois
» Notre Lion , dit Philale- en cherchant & appellant
» the , étant mis dans notre ſon cher Hylas ; mais inu
» mer devient notre Hydre: tilement. Voy .l'explication
» elle mange fes têtes & fa de cette fable dans le liv. 5 .
» queue . Et fa tête & fach . 14. des Fables Egypt.
” queue font fon eſprit & & Grecq . dévoilées .
50 Con ame. Cette ame & cet HYLÉ . Terme pris du
eſprit ſont ſortis de la boue, grec iañ , & qui ſignifie fo
» dans laquelle font deux rêt, cahos , confuſion . C'eſt
» choles contraires , l'eau & auſſi le nom que la plûpart
» le feu. L'un vivifie l'autre, des Alchymiſtes donnent à
» & celui- ci tue celui-là. 11 la matiere de la pierre phi
» faut les plonger dans notre lofophale.
» Hydre , & puis ſept fois Hylé. ( Science Herm . )
» dans notre mer , juſqu'à Quelques -uns diſent qu'il
» ce que tout ſoit abſolu- faut entendre par ce terme
» ment ſec , c'eſt - à - dire , la matiere d'où les Philofo
» juſqu'au blanc ,« phes tirent leur mercure ;
HYDRELEUM . Mix- d'autres , qu'il ſignifie la mê
tion d'eau & d'huile. me matiere au noir , & Phi
HYDRIA . Dieu de l'Eau laléthe dit qu'on donne le
chez les Egyptiens. Voyez nom de Hylé à la matiere
CANOPE . parvenue au blanc. Voyez
HYDROPEGE. Eau de fon Traité De vera confeca
fontaine. tione lapidis Phici, ou Ēnar
HYGIEIA , fille d'Eſcu- ratio methodica trium medi
lape , Déeſſe de la Santé. cinarum Gebri, pag. 38.
Voyez ESCULAPE . HYLÊ . Matiere premiere,
HYLAS , fils de Théo- fubftance radicale , humide
damas , fut extrêmement ai“ radical, dernier aliment, les
206 H Y HY
mence prolifique, ſont des les des eaux ou eſprits avec
expreſſions preſque ſynony- leſquels ces huiles paſſent
mes d'une même choſe dans dans le récipient pendant la
chaque regne. Le Breton . diſtillation .
HYLEC . Voyez Hylé. HYPOGLOSSIS ou
HYLLUS, fils d'Hercule . BATRACHION . Rainet ,
Voyez HILLUS . tumeur de grenouille , & le
HYMEN. Voy . Himen. remede qui guerit cette ma
HYPECOON . Cumin ladie , de même que l'af
ſauvage : d'autres préten- prété du larynx,
dent que ce terme doit s'en HYPOGLOTTIDES .
tendre d'une eſpece de pa- ( Pilules) Ce ſont des con
vot cornu . Blancard. ferves,des pilules qu'on laille
HYPÉRION , pere du fondre fur la langue pour
Soleil , ſelon la Fable , fi- adoucir la toux .
gnifie le Mercure philoſo HYPOPHÉON . Voyez
phique , pere de l'or ; car HYPECOON.
rien n'eſt plus ſubtil que le HYPOPHORES. Ulces
mercure. Et Théja regardée res fiftuleux.
comme la mere du Soleil , HYPOPYON. Oil pus
doit s'entendre du foufre. rulent.
Olaus Borrichius. HYPOSPHAGMA . @il
HYPERMNESTRE. . meurtri.
L'une des filles de Danaüs HYPOSTASE. Matiere
fut la ſeule des cinquante qui de l'ouvre au blanc.
ne ſuivit pas les ordres de ſon HYPSIPHILE , fille de
pere , qui conliſtoientà tuer Thoas Roi de Lemnos, ſau
chacune ſon mari la pre- va la vie à ſon pere , contre
miere nuit de leurs noces. la réſolution que les femmes
Hypermneftre épargna le de cette ifle avoient priſe de
fien nomméLincée, quidans tuer tous les hommes qui y
la ſuite fit mourir Danaüs. habitoient. Elle fe fauva de
Voyez DANAUS. l'ifle après que Jaſon l'ent
HYPNOTICA . Médi- connue , & laiſſée enceinte.
camens ſoporifiques. Elle eut de lui deux enfans ,
HYPOCHERIS . Lai- Thoas & Euneus. Licurgue
tron épineux . Roi de Thrace , reçut Hyp
HYPOCLAPTIQUE. fiphile chez lui, & la fitnour
( Vafe ) Efpece d'entonnoir rice de fon fils Archemore .
à ſéparer les huiles eſſentiel. Etant un jour dans un bois
JA JA 207
avec ſon nourriffon , des des Fables Egyptiennes &
Grecs extrêmement preffé Grecques dévoilées.
de la ſoir , la prierent de leur JANUS à deux viſages
5 donner quelques ſecours : fignifie, ſelon les Alchymiſ
elle le fit , & les conduifit à tes , la matiere de la pierre
une fontaine qui n'étoit pas philoſophale , qu'ils nom
loin de là. Son zéle , fut ſi ment Rebis, comme faite &
grand , que pour aller plus compoſée de deux choſes. 11
vite , elle laiſſa le petit Ar- font regner ce Janus avec
chemore ſeul ſur l'herbe. Saturne , parce que cette
Elle s'amuſa à raconter en matiere miſe dans le vafe
peu de mots ſon hiſtoire aux prend d'abord la couleur
Grecs, & retourna où elle noire attribuée à Saturne.
avoit laiſſé le jeune Prince . Voyez une explication plus
Pendant ce tems-là un fer- étendue de Janus & de les
pent lui avoit ôté la vie , & attributs dans le liv. 3 . ch . 3 .
il venoit d'expirer.Les Grecs & ſuiv. des Fables Egypr.
affligés de cette funefte aven- & Grecques dévoilées .
ture tuerent le ſerpent, firent JAPET , fils du Ciel &
à cet enfant de ſuperbes fu- de la Terre , eut de la Nym
nerailles , & inftituerent des phe Alie Heſper', Atlas ,
Jeux en ſon honneur , qui Epiméthée & Prométhée.
devoient ſe célébrer dans la Voyez Atlas.
ſuite tous les trois ou tous JARDIN. Le Jardin des
les cinq ans . Ce font ceux Philofophes eſt le vafe qui
que l'on appella Jeux Né- contient la matiere du grand
méens. Voyez les Fables æuvre. Les couleurs ſont les
Egypt. & Grecques dévoi- fleurs de ce Jardin ,que le
feu de la Nature , aidé du
lées , liv. 4. ch. 8. & liv. 2.
ch . 1 . feu artificiel, fait naître &
J. éclore. Le Dragon des Hef
pérides veille àla porte du
A , fille d'Atlas & four Jardin des Sages , dont il
de Maïa , mere de Mer- garde l'entrée. D'Efpagnet
cure. Voyez Maïa . donne ainſi la deſcription de
JABORÀ. Mandragore. ce Jardin.
IACCHOS . L'un des Lorſqu'on a trouvé le
noms de Bacchus. Voyez ce moyen d'ouvrir la porte du
qu'il ſignifie dans le liv . 3. Jardin des Philofophes , on
ch . 14.S. 2. & liv . 4. ch . 2, trouve dès l'entrée une fon
208 JA ' IA
taine d'eau très-lympide qui d'autres , dorées comme la
ſort de ſept ſources., & qui premiere. Vous trouverez
l'arroſe tout entier. Il faut y enſuite de beaux lys , d'un
faire boire le Dragon par le blanc éclatant, & enfin l'im
nombre magique de trois mortelle amaranthe d'une
belle couleur de pourpre. 1
fois ſept, juſqu'à ce qu'il en
ſoit tellement enyvré , qu'il Tout ce que nous venons de
dépouille ſes vêtemens . Mais rapporter d'après d'Espa
on n'en viendra jamais à gnet , doit s'entendre de la
bout fi Vénus porte - lu- feconde opération , que pref
miere , & Diane cornue ne que tous les Philofophes ap
nous font propices & favo- pellent la premiere , parce
rables. On doit chercher qu'ils ſuppoſent qu'on a le
dans ce Jardin trois fortes mercure tout préparé. Cette
de fleurs , qu'il faut nécef- préparation eſt cependant ce
ſairement y trouver pour qu'il y a de plus difficile
réuſſir. Tout auprès du ſeuil puiſqu'ils l'ont appellée les
de la porte le voyent des travaux d'Hercule. Mais
violettes printemnieres, qui peu d'entr'eux en ont parlé ,
arroſées par des petits ruil-. parce que tout leur ſecret gît
ſeaux , formés par des fai- preſque dans cette opéra
gnées faites au fleuve doré , tion ; la ſeconde, qui eſt la
font prendre à ces violettes formation du ſoufre lunifi
une couleur brillante d'un que & folifique , eſt appela
ſaphir foncé. Le ſoleil vous lée un ouvrage de femmes
ſervira de guide. Vous ne & un jeu d'enfans.
ſéparerez point ces fleurs de La fontaineque l'on trou .
leurs racines juſqu'à ce que ve à l'entrée du Jardin , eft
vous en compoſiez votre le mercure des Sages, qui
pierre , parce qu'elles don- fort des ſept ſources, parce
nent plus de ſuc & de tein- qu'il eſt le principe des ſept
ture , lorfqu'elles ſont fraî- métaux , & qu'il eſt formé
chement cueillies : alors vous par les ſept planettes , quoi
les cueillerez d'une main ſub- que le Soleil ſeul ſoit ap
tile & ingénieuſe : ce que pellé fon pere , & la Lune
vous ferez tres -aiſément , ſi ſeule fa mere . Le Dragon
votre mauvais deſtin ne s'y qu'on y fait boire , eſt la pu
oppoſe : lorſque vous en au tréfaction qui ſurvient à la
rez cueilli une , la racine matiere , qu'ils ont appellé
vous en produira bientôt Dragon , à cauſe de ſa cou
ТА ТА 209
leur noire & de fa puan- Voyez les Fables Egypt. &
teur. Ce Dragon quitte les Grecques dévoilées , liv . 4 .
vêtemens , lorſque la cour ch . 2. & 3 .
leur griſe ſuccéde à la noire. JASO ', fille d'Eſculape
Vous ne réuſſirez point fi & d'Epione , que quelques
Vénus & Diane ne vous uns nomment Limpotie , eut
font favorables , c'eſt-à -dire, pour freres Machaon & Po
fi , par le régime du feu , dalire , & pour fæurs Hye
vous ne parvenez à blanchir giea , Eglé & Panacéa . Jalo
la matiere qu'il appelle dans fut regardée comme Déeſſe
cet état de blancheur , le de la Médecine , auſſi fon
regne de la Lune , auquel nom veut -il dire guériſon
ſuccéde celui de Vénus, puis comme celui de Panacea fi
celui de Mars , enfin celui du gnifie Médecine univerſelle.
Soleil. Vous ne féparerez Voyez les Fables Egypt . &
point ces fleurs de leurs ra- Grecques dévoilées, liv . 3 .
cines , &c. c'eſt -à - dire , qu'il chap . 12. § . 2 .
ne faut rien ôter du vafe , JASON , ſelon la Fable ,
alors vous les cueillerez d'u- étoit fils d'Eſon & de Poly
ne main ſubtile & ingénieu- mede fille d'Autolicus . Il eut
fe; non pas qu'il faille alors Créthée pour ayeul , Eole
@ter quoique ce ſoit de pour biſayeul, qui étoit fils
l'æuf , ni même l'ouvrir ; de Jupiter. Eſon avoit pour
mais faire fuccéder les cou frere un nommé Pélias,ſous
leurs les unes aux autres , au la tutelle duquel il mit Je
moyen du régime du feu .' fon ;mais la mere de celui-ci
Par ce moyen on aura d'a- le mit entre les mains de Chi
bord les violettesde couleur ron pour y apprendre la Mé
de ſaphir foncé , enſuite le decine. Étant devenu grand
lys, & enfin l'amaranthe , & bien inftruit, il redeman
ou la couleur de pourpre , da à Pélias le Royaume que
qui eſt l'indice de la perfec- fon pere Efon lui avoit laiffé
tion du ſoufre aurifique. en mourant. Pélias ne vou
JASION , fils de Jupiter lut confentir à cette reftitu
& d'Ele&re , fille d'Atlas , tion , qu'à condition que Ja
épouſa Cybele , dont il eut ſon iroit préalablement faire
un fils nommé Corybas. Cé- la conquête de la Toiſon
rès , dontil fut très- aimé , lui d'or. Ce que Jafon exécuta ,
donna Plutus : & Jaſion fut après s'être aſſocié cinquante
enfin mis au rang des Dieux, braves compagnons preſque
210 ТА JA
tous deſcendus des Dieux Jaſon ne fut jamais Médecint
comme lui. Ayant donc pré- ou Chirurgien , puiſqu'il n'a ·
paré tout ce qu'il crut - ne- jamais exifté en réalité , mais
ceſſaire pour cette expédi- la Fable dit qu'il fut inſtruit
tion, Pallas lui conſeilla la par Chiron , le même qui
conſtruction & la forme de inſtruiſit auſſi Hercule &
la navire , dont le mât fut Achille . Chiron lui apprit
fait d'un chêne pris dans la donc l'expérience manuelle,
forêt de Dodone . Il aborda Médée la théorie néceſſaire
d'abord à Lemnos pour ſe pour la perfection de l'oeu
rendre Vulcain propice, puis vre . Jupiter un de ſesancê,
à Marſias , à Cius ,en Iberie , tres ; & Médée , femme de
à Bébrycie & vers lesSyrtes Jaſon , étoit petite - fille du
de Lybie , où ne pouvant Soleil & de l'Océan , & fille
paſſer , ſes compagnons & déte , dont les ſoeurs
lui porterent la navire Argo étoient Circé l'Enchanteref
ſur leurs épaules pendant le , & Paſiphaé qui.engen
douze jours , & la remirent dra le Minotaure. La mere
en mer ; & après avoir vain ; de Médée fut ldie , aufli En
cutous les obſtacles quis'op- chantereſſe, par où l'on peut
poſoient à leur deſſein , ils juger que cette parenté ne
arriverent enfin à Colchos , pouvoit pas mieux convenir
où par l'art de Médée , ils qu'à Jaſon , qui devoit être
vinrent à bout d'enlever la un grand Médecin , & un
Toiſon d'or. grand Scrutateur des cho
Si peu que l'on veuille les naturelles. Il ſe choiſit
faire d'attention à cette hiſ cinquante compagnons de
toire fabuleuſe , & que l'on voyage, tous iſſus des Dieux.
foit inſtruit desmyſteres de On en peut voir les noms
l'art Chymique ,fipeu même dans l'hiſtoire de la Fable.
que l'on ait ſû les livres des La navire Argo futconſtruite
Auteurs quien traitent, l'on des chênes de Dodone , qui
reconnoîtra aiſément que donnoient des oracles . Cette
cette prétendue hiſtoire n'eſt groffe & grande maſſe fut
qu'une allégorie du grand portée par cinquante home
æuvre , comme on va le voir mes dans les déſerts de la
par l'explication ſuivante. Lybie pendant douze jours ;
Jafon tire ſon étimologie Orphée fon Pilote ne la gou
du grec , & ne veut dire autre vernoit que par fa muſique
shole que l'Art de guérir. & ſon chant ; enfiri cette nas
JA JA 211
vire périt de vieilleſſe , en- perfection , & n'a preſque
ſevelit Jaſon ſous ſes débris , plus d'écueils à craindre .
& fut miſe au rang des aſtres. Ceux qui deſirent une ex
Que veulent dire tous ces plication chymique plus dé
lieux où aborda la navire ? taillée , trouveront de quoi
Pourquoi d'abord à Lemnos ' fe fatisfaire amplement dans
1
pour ſe rendre Vulcain fa- le chapitre 1. du livre 2. des
vorable ? Pourquoi Euripyle Fables Egypt. & Grecques
donna-t-il de la terre en pré- dévoilées.
fent à Jaſon ? C'eſt qu'Euri JASSA . Herbe de la Tri
pyle étoit fils de Neptune , nité .
que de l'eau on fait de la JAUNE D'EUF . ( Sc.
terre , & que de cette terre Herm .) Beaucoup de Chy
il faut faire de l'eau ; c'eſt miſtes ont travaillé ſur les
auſſi de cette terre que Mé- jaunes d'oeufs comme ſur la
dée augura bien de l'expédi- matiere des Sages , quoique
rion . Ce n'eſt pas auſſi fans preſque tous diſent ouverte
raiſon que Phinée fut délivré ment que ce n'eſt point cela .
des Harpies par Calais & Leur jaune d'auf eſt leur
Zetés , tous deux fils d'Eole ; magiftere au rouge.
puiſque Baſile Valentin dit IBERIS. Eſpece de creſ
dans la fixiéme Clef , que ſon , ou de cardamine , ou
deux vents doivent fouffler, lepidium , appellé fiſymbrium
l'un le vent d'orient , qu'il par Dioſcoride.
appelle Vulturnus, & l'autre IBIGA. Chamæpytis.
- le vent du midi , ou Notus, IBIS. Oiſeau aquatique
Après que ces deux .vents qu'on ne trouve que dans
auront ceſſé, les Harpyes ſee l’Egypte . Il reſſemble à la
ront miſes en fuite , c'eſt - à- cigogne, & il y en a de deux
dire les parties volatiles de- eſpeces , l'une noire & l'au
viendront fixes. tre blanche . Ils ſe nourriſſent
Ils trouverent auſſi ſur leur de ſerpens , de chenilles , de
route les deux rochers Cya- fauterelles. Les Egyptiens
nées , dont il faut éviter l'é- employerent la figure de cet
cueil au moyen d'une co- oiſeau dans leurs hiérogly
lombe ; cette colombe que phes , pour ſignifier en pre
fignifie-t-elle autre choſe que mier lieu une partie de la
la matiere parfaite au blanc? matiere du grand cuvre ;
Ce qui marque infaillible- parce que l'Ibis érant un
ment que l'oeuvre tend à la grand deſtructeur de fera
O ij
212 IC ID
pens , il devenoit le ſymbole Son poil eſt dur comme ce
de cette partie volatile qui lui du loup , blanchâtre ou
diſſout & volatiliſe la fixe , jaunâtre ; fon muſeau eſt
aſſez ſouvent déſignée par noir & reſſemble à celui du
des ferpens. Quelquefois cochon ; ſes oreilles ſont pe
l'Ibis blanc indiquoit la ma- tites , rondes ; ſes dents & fa
tiere au blanc, & l'Ibis noir langue approchent de celles
la matiere en putréfaction. du chat; ſes jambes ſont noi
ICARE , fils de Dédale , res ſ
; a queue eft longue &
voulut ſe ſauver de l'iſie de groſſe par le bout d'en haut.
Créte , où Minos le tenoit On trouve cet animal au
renfermé avec Dédale ſon bord du Nil en Egypte ; il
pere. Celui - ci fabriqua des eſt amphibie , & connu ſous
ailes pour lui & pourion fils. les noins de Rat d'Egypte
Ils prirent leur vol ; mais ou de Rat d Inde. Il ſe nour
Icare n'ayant pas ſuivi les fa- rit de petits rats ,de ſerpens,
ges conſeils de ſon pere , qui de lezards , de limaçons, de
lui avoit recommandé de vo- grenouilles ; il ronge le ven
ler toujours bas, s'éleva trop tre des crocodiles pendant
haut ; l'ardeur du ſoleil fon- qu'ils dorment, pour enman
dit la cire dont ces ailes ger le foye & les inteſtins ,
étoient formées , & Icare & caſſe auſſi leurs @ufs.
tomba dans la mer ,où il ſe Cet animal étoit autrefois
noya . Dédale & Icare font en grande vénération chez
le ſymbole de la partie fixe les "Egyptiens , qui l'em
du magiſtere , qui ſe volati- ployoient dans leurs hiéro
liſe. Dédale repréſente le glyphes dans le même ſens
premier ſoufre, d'où naît le que l'Ibis.
ſecond , qui après s'être fu IDA. Deux montagnes
blimé au haut du vafe , re ont porté ce nom , l'une en
tombe dans la mer des Phi- Phrygie , l'autre dans l'iſle
loſophes. Le labyrinthe où de Créte. C'eſt ſur le mont
ils étoient renfermés eſt le Ida que Jupiter ſe repoſoit
ſymbole de la matiere en pendant que les Dieux com
putréfaction, comme on peut battoient entr'eux , les uns
le voir expliqué dans l'article pour les Grecs contre les
Minotaure. Troyens, les autres pour les
ICHNEUMON. Animal Troyens contre les Grecs.
à quatre pieds , grand com- Voyez le liv. 3. ch. 4. & le
me un chat; mais plus long. - liv . 6.des Fables dévoilées.
I D JE JE 213
IDA étoit auſſi une des Eole , en l'honneur de Mem
Nymphes qui nourrirent Ju- licerte. D'autres diſent que
piter. C'eſt de là qu'il por ce fur Théſée , & non Sily
toit le nom d'Idæus. Voyez phe , qui les inſtitua .Le len-
JUPITER . timent le plus commun par
IDÆA . Victorialis , ou mi les Mythologues, eſt que
Allium Alpinum . Théſée ne fit que les renou
IDYIA ; fille de l'Océan véller. Voyez le liv. 4. ch.9.
& femme d'Æetès , fut mere des Fables Egypt. & Grecq.
d'Abſyrthe & de Médée . dévoilées .
Voyez MÉDÉE . Jeux NÉMÉENS , infti
JESSEMIN . Jaſmin pe- tués , ſelon les uns , par Hera
tit arbriſſeau . cule , après qu'il eut délivré
JET D'ÉTOILES la forêt de Némée de ce Lion
Voyez Nostoch . fi célébre dans la Fable ; fe-.
JEU D'ENFANS. Les lon d'autres , par Adraſte &
Philoſophes ont donné ce ceux qui l'accompagnoient
nom à l'ouvrage de la pierre , dans l'expédition de Thebes.
après la préparation du mer- . Ils furent inftitués en l'hon
cure , parce que la Nature , neur d'Archeniore , fils de
fait preſque tout , & qu'il ne Lycurgue. Voyez le ch . 8 .
faut qu'avoir foin d'entrete- du liv. 4.des Fables Egypt.
nir le feu , néanmoins ſelon & Grecques dévoilées.
certaines régles . Voyer @u-" JEUX OLYMPIQUES , les
VRE . plus célébres & peut-être les
JEUX . Sortes de ſpecta- plus anciens de la Grece , fu
cles que la Religion avoit rent inſtitués par Hercule .
conſacrés , & qu'on donnoit Pauſanias dit que quelques
dans la Grece dans les tems uns en attribuoient l'inſtitu
les plus reculés, & qui pri- tion à Jupiter même, après.
rent naiſſance dans les tems qu'il eut remporté la victoire
fabuleux. Auffi les ſuppoſea ſur les Titans ; qu'Apollon y
t -on pour la plûpart inſtitués diſputa & remporta le prix
par des Dieux ou des Héros de la courſe ſur Mercure, &
de ce tems- là , deſcendus des celui du pugilat fur Mars.
Dieux du Paganiſme. Les . Voyez le liv. 4. ch. 6. des
principaux étoient les ſui- Fables Egypt. & Grecques.
vans : dévoilées .
JEUX. ISTHMIQUES inſti JEUX PYTHIQUES OL
tués par Siſyphe, fils du Dieu. PYTHIENS , inſtitués en
üj
214: JE IG I'L 1 M
l'honneur d'Apollon , on ne ILIASTRE . Cahos , ou
ſçait pas trop par qui, mais les trois principes , ſoufre ,
cependant en mémoire de fel & mercure des Philofoa
la défaite du ſerpentPython phęs chymiques, réunis dans
parce Dieu. Voyez le ch.7 . la miniere de laquelle ils les +
du liv. 4. des Fables dév. extrayent. Ils ont auſli donné
Il y avoit une infinité d'au ce nom à leur matiere en pu
tres Jeux , mais ceux dont je tréfaction , parce que ces
viens de parler ſont connus trois principes y paroiſſent
de la plus baute antiquité . alor's confondus.
Les Philoſophes Herméti ILLECH ou ILECH,
quesprétendentque ces Jeux V. Canos , HyLÉ .
& bien d'autres dont nous ILLECH CRUD . Mixte
ne faiſons pas mention , fu- compoſé des trois principes ,
rent inſtitués en vûe du grand ſoufre , ſel & mercure , dont
peuvre , & de ce qui ſe paſſe tout être ſublunaire & ma
dans les opérations de cet tériel a été fait.
Art. Voyez les Fables dé ILLEIAS . Premiere ma .
voilées citées ci-devant. tiere de tout .
JEUNESSE . Magiſtere ILLEIDOS. Air élé
des Philoſophes partait au mentaire quientretient la vie
rouge . de tout. On dit auſſi Illeidus.
IFFIDES. Céruſe . ILLIASTER , ILLIAS
IGNÉ. Qui eſt du feu , TES , ILLIADÚM . Voyez
qui participe du feu. Baſile ILIASTRE , ILUINCTUS ou
Valentin appelle pierre ignée ECLEGMA. Look .
ou de feu , la pierre qui ré ILUS , fils de Tros Roi
ſulte des opérations qu'il rap- des Troyens , & pere de
porte dans ſon Char Triom- Laomedon , donna le nom
phal de l'Antimoine. Les d'Ilion à la ville de Troye,
Pbiloſophes Hermétiques Voyez les Fables Egypt. &
donnent ſouvent cette épi- Grecques dévoilées l, iv . 6.
thete à leur matiere fixe , IMBIBER. Cuire , dige
leur foufre . rer la matiere de l'euvre
IGNIS LEONIS. Feu Hermétique , la faire fubli,
du foufre des Sages. mer en vapeurs de maniere
IGNIS PRUINUS qu'elle retombe en eſpece
ADEPTUS. Quinteſſence de pluie qui abreuve & im
du vitriol rectifiée avec le þibe la terre philoſophique
tastrę. Planifcamphe reſtée au fond du raſe,
' IM I M 215
IMBIBITION , en ter- le met dans un creuſet fur
mes de Philofophie Hermés un feu très - doux , & on l'im
tique, eſt la mêmechoſe que bibe goutte àgoutteavec fon
diſtillation , & ſouvent auſli huile rouge juſqu'à ce que
la même que ſublimation & tout fonde & coule ſans fu
cohobation. Elle fe fait lorſ- mée . D'Efpagnet dit qu'il ne
1
que la "matiere enfermée faut point craindre que le
dans l'oeut ſe fublime & mercure s'évapore , parce
monte en forme de vapeurs que la terre ,qui eſt très fixe ,
au haut du vafe , où ne trou- le boit avec avidité . C'eſt
vant point d'iſſue', elle eſt alors que l'élixir a toute la
obligée de retomber ſur elle- perfe&tion dont il eſt ſuſcep
même, juſqu'à ce que fixée , tible.
elle ne circule plus . Les Philoſophes nomment
1. IMBIBITIONS PHILOSOC auffi Imbibition les vapeurs
PHIQUES . On a donné ce qui montent au haut du vaſe
inom à la maniere d'humeeter pendant que la matiere cir
la matiere des Philoſophes , cule , parce que ces vapeurs
après qu'elle eſt devenue retombent gouttes à gouttes
ſoufre blanc ou ſoufre rouge, ſur la terre qui refte au fond
pour la multiplier en quan- ' du vaiſſeau ou ceuf philofo
tité & en qualités . Ces im- phique. Il faut bien prendre
bibitions ſe font goutte à garde de ne pas ſe mépren
goutte juſqu'à ce que la ma dre dans les imbibitions, &
tiere n'ait plus ſoif. Quand ne pas les faire avec le blanc
on veut multiplier le foufre pour le rouge , ou avec le
blanc , on fait le même com rouge pourle blanc.
me au rouge . IMBLEGI. Mirabolansa
Il y a encore une autre IMMERSION . ' Action
imbibition pour la perfection par laquelle on met un mé
de l'élixir. Après avoir fait tal dans un diſſolvant , pour
un ainalgameavec trois par. qu'il s'y réduiſe en chaux.
ties de terre rouge ou fer On le dit auſſi de tout corps
ment rouge pour la pierre mis dansun liquide , ou mêlé
folifique , le double d'eau & avec quelque poudre féche ,
d'air pris enſemble , & que ſoit pour ôter à ce corps une
cette matiere , au moyen de acrimonie nuiſible ; ſoit pour
la digeſtion , eſt parvenue au ramollir fon écorce trop du
rouge parfait & diaphane , re , ſoit enfin pour en corro
on en prend à volonté , on der le ſuperfla . Blancarda
Oiv
216 IM IN
IMMONDICE DU leurs -ſemences avec impém
MORT. ( Sc. Herm .) Ma- tuoſité ; elles s'embarraſſent
tiere des Philofophęs au dans les doigts , & les faliſ ,
noir. ſent. C'eſt de là qu'on lui a
IMPARTIBLE. Les donné les noms d'Herbe im
1
Chymiftes appellent leur patiente , & de Noli me tant
mercure le ſeul impartible gère. M. Tournefort l'a ap
connu des Sages. Diction. pellée Balfaminea lptea .
Herm . IMPREGNATION , II
IMPASTATION. Lorf- n'y aura point d'impregnar
que la matiere- tombe en pu- tion , s'il n'y a point de con,
tréfaction dans l'æuf , & jonction , dit Morien , c'efts
qu'elle eſt devenue noire, à -dire, que ſi l'on ne fait
elle s'eſt épaiſſie en çonfif- pas le mariage du mâle &
tence de poix noire coulan . la femelle , ou ce qui eſt la
te ; alors elle eſt comme de même choſe, du fixe & dy
la pâte , ou comme de la volatil, ils ne pourront agir
boue : ce qui a fait nommer l'un ſur l'autre , & produirę
cette opération Impaſtation. un troiſémę corps qui par,
IMPATIENTĘ (Herbe). ticipera des deux. Cette im
Eſpece de balſamine qui pregnation ſe fait dans le
pouſſe une tige à la hauteur tems que le volatil & le fixe
d'un pied & demi, tendre , font dans une diflolution en
liſfe , luiſantę , verte, vuide, tiere , parce qa'alors ils fe
fameuſe. Ses feuilles ſont pénétrent per minima, & fe
rangées alternativement , confondent, pour ainſi dire ,
ſemblables à celles de la l’un dans l'autre , de maniere
mercuriale , mais un peu plus qu'après avoir circulé , ils de
grandes,dentelées ;les fleurs viennent inſéparables.
ſont jaunes , marquées de On dit auſſi impregnation
points rouges, comme cel- en Chymie , pour ſignifier la
les de la balſaminę : elles communication des proprié
ſont attachées à des pédi- tés d'un mixte faite à un aur
çules qui ſortent des aiſſelles tre dequelque maniere qu'on
des feuilles. Il leur ſuccéde la faſe. Par exemple , quand
des fruits longs , menus , on donne au tartrę la verty
noueux , d'un blanc verdậ- émétique de l'antimoine, ce
1
trę , rayé de lignes vertes. qui le fait appeller Tartre
Quand ils ſont mûrs , & dibié ,
qu'on les touche , ils jestent INCENDIE . Les Phile ,
IN IN 217
fophes Hermétiques appel- le même mercure , dont on
lent Incendie lę dégré du feu s'eſt ſervi dans la compoſia
trop vif & trop violent don- tion de la pierre. Avec le
né à la matiere, Alors elle mercure rouge ſi la pierre a
ſe brûle , & ne peut plus ſer- été pouſſée au rouge , &
vir dę pien. Fuis le tyran du avec le mercure blanc ſi on
monde, le fratricide qui cauſe ne l'a cuite qu'au blanc .
des incendies. D'Eſpagnet. Les Philoſophes ontdonné
C'eſt -à -dire, qu'il faut con- le nom d'Incération à plug
duire le feu extérieur avec leurs opérations; mais l'in
beaucoup de prudence , il cération proprementdite eft,
l'appeļle Fratricide , parce ſelon Philalethe, celle quiſe
qu'il éteint le feu intérieur de fait dans la multiplication en
Ja matiere ; & Tyrandu mon- quantité , lorſque l'on mêle
de , parce qu'il détruit tout de l'or avec l'élixir pour le
dans la Nature. L'impatience rendre fondant comme da
fait que bien des Artiſtes ne cire , & le déterminer plus
réuſſiſſent pas ; lavertu con- particulierement au métalli,
traire eſt néceſfaire au Phi- que. Ce mélange eſt preſ.
loſqphę. Tous la recomman- qu’abſolument néceffaire
dent, & diſent quela préci- Car Riplée aſſure que ſans lui
pitation vient dudiable. bien des Artiſtes ont perdy,
INCÉRATION. Action leur poudre de projection
par laquelle on met peu à parce qu'ils la projettoient
peu du mercure ſur la ma- d'abord ſur des métaux im
tiere devenue foufre , ſoit parfaits.
pour la multiplier, foit pour INCESTE. (Sc. Herm .)
rendre l'elixir parfait. Voyez Les Philoſophes diſent que
IMBIBITION ,
le grand cuvre ſe fait par,
L'Incération rend la pierre l'inceſte du frere & de la
philofophale fuſible , fon- faure Les diſciples de Pys
dante comme cire, aigue , thagore diſent (Epître d' A ,
pénétrantę. Elle ſe fait par riſée, à la fin de la Tourbe
imhibition des choſes humi- des Philofophes) au Roi des
des ſur la matiere pulvériſée; çôtes de la mer : Vos ſujets
en réitérant pluſieurs fois n'engendrent point , parce
cette imbibition qui ſe fait que vous conjoignez les mag
goutes à goutęs , & qu'il faut les avec lesmâles; &le Roi
deſſécher autantde fois. Cete dit : Quelle choſe eſt cons
te humidité n'eſt autre que venable à conjoindre ? Arif,
218 Í N IN
lée répondit : Amenez -moi me du Roi. La cendre des
Gabertin votre fils & ſa four Philofophes eſt leur terre
Beya ; elle eft de matiere feuillée , dans laquelle ils
fubſtantielle de Gabertin ; & jettent la ſemence aurifique ,
par leur mariage, nous ſerons qui doit produire au centu
hors de triſtelle, & non au- ple , un fruit plus beau &
trement. Et incontinent que plus parfait que n'étoit celui
Beya eut accompagné lon qui a fourni la femence .
mari & frere Gabertin , & INCOMBUSTIBLE
qu'il fut couché avec elle , il ( Soufre ) : Les Chymiftes
mourut , & perdit ſa vive Hermétiques donnént le
couleur. D'Elpagnet en par- nom d'Incombuſtible à leurs
lant de ce qui précéde cette foufres , parce qu'ils font fi
opération , dit que Beya a fixes que le feu ne peut plus
pû fans crime, & ſans donc leur faire ſentir ſes atteintes
ne atteinte à la virginité , tyranniques & deſtructives.
tontracter un amour fpiri INCORPORER . Voyez
tuel avant de donner la foi INSPIRER .
i Gabritius, qui eſt le même INCUBE. Quelques Phi.
que Gabertin , afin d'être loſophes ont donné ce nom
plus blanche , plus alerte , à leur Line , qu'ils ont aufli
& plus propre aux actes dú appellée femme du Soleil.
mariage qu'elle doit contrac- Rullandus. Les Anciens ont
ter avec lui. auſſi donné le nom d'Iriću
Les Adeptes diſent auſſi bes aux Faunes & aux Sa +
que dans cette union du tyres.
mâle & de la femelle , ſe INCUDA. Voy. BEYA.
trouve l'inceſte du pere & INFINI. Soufre dès Phi.
de la fille , de la mere & du loſophes, ainfi nommé, de
fils : parce que dans cette ce qu'il peut être multiplié à
opération les corps retour- l'infini.
nentà leur premiere matiere, - INFLUENCE. Les
compoſée des élémens & Adeptes expliquent toutes
des principes de la Nature , les productions minérales &
qui ſemblent s'y confondre . végétales par les influences
INCINÉRATION . Ac des aſtres, particulierement
ţion par laquelle on réduit du Soleil & de la Lune. Ces
un corps en cendres . Ne influences font portées dans
mépriſez pas la cendre , dit l'air par l'action du feu ; l'air
Morien , car c'eſt le diadem qui eſt comme le médiateur
1
IN IN 219
entre le feu & l'eau , les com les corps juſques dans leurs
munique à ce dernier élé- plus petites parties. C'eſt
ment , celui- ci à la terre , qui pourquoi elle eſt eſprit &
leur fért de matrice. Les po- corps , ou corps ſpiritualiſé;
res de la terre donnent à ces car pour réuſſir dans le man
influences la liberté de péné- giſtere , ilfaut ſpiritualiſer les
trer juſqu'au feu central, qui corps & corporifier les ef
les repouſſe, & en les ſubli- prits , ou , ce qui eſtle même,
mant les renvoye par d'au- volatiliſer le fixe & fixer le
tres pores juſqu'à la ſuperfi- volatil. Tout cela ſe fait dans
cie , où le froid les condenſe une même cpération après
en pierres , gravier, cailloux, la jonction ou le mariage du
&c. fi elles n'ontpas trouvé mâle & de la femelle. Le
un ſoufre métallique qui les Dragon ailé de Flamel em
ait accrochées en chemin . porte avec lui le Dragon ſans
Celles qui pouſſent juſqu'à ailes , & celui- ci à ſon tour
la ſuperficie , & qui y ren- ramene à terre le Dragon
contrent des femences végé- ailé. Michel Majer a repré
tales propres à ſe dévelop- fenté cette opération dans ſes
per , elles les fécondent, les Emblêmes par un nid d'oi
ouvrent, & par leur aiman ſeau , d'où s'envole un petit ,
naturel attirent de l'air des qu’un autre demeuré dans le
parties ſemblables, qui ſe nid retient. Le fixe ne ſe vo
joignant à celles qui ſont déja latiliſeroit jamais ſeul, & le
dans la terre , s'amaffent peu volatil ne ſe fixeroit point par
à peu , & par l'action du feu lui-même.
élémentaire & la réaction du Le ſoufre philoſophique
feu central font une eſpece donne l'ingrés à la pierre ,
de circulation , qui produit c'eſt ſon feu , dit d'Eſpagnet.
tout dans les deux regnes Elle tire la teinture & la fixité
minéral & végétal. Voyez du ferment , & ſa fuſibilité
d'Eſpagnet Enchyrid. Phy- du mercure , qui eſt le me
ficæ reftituta . dium au moyen duquel ſe
INGRÈS. Propriété pé- fait l'union des teintures dų
nétrante, Les Philoſophes ſoufre & du ferment. Le fou
chymiques diſent que leur fre eſt un enfant de l'art Here
pierre eſt entrante , tingente métique , le ferment eſt fils
& pénétrante , ou qu'elle a de la Nature. C'eſt pour cela
de l'ingrès ; c'eſt- à-dire que que les Philoſophes diſent
quoique corps , elle pénétre que leur matiere ne ſe trouve
IN IN
point dans les boutiques des Beya d'Ariſlée , qui tue Ton ·
Droguiſtes, ni dans les au- frere & mari Gabertin , &
tres ; & que Marie dit, l'un çe même Gabertin qui ref
s'achete & l'autre ſe fait ; ſuſcite dans ſon fils , plus
parce qu'elle parle de la con- beau & plus parfait qu'il n'é.
tection de l'élixir , & non de toit auparavant. La femelle
celle du ſoufre qu'elle fup eſt le volatil, & le mâle eſt
pole fait. L'ingrès s'entend le fixe. Le Dictionnaire Her
de la faculté pénétrante de métique & les autres Lexi
la poudre pour la tranſmuş çographes d'après lui , diſent
tation . mal-à- propos que l'ingroſa
INGRESSION . 'Action iion eſt la même choſe que
par laquelle les matieres ſe la converſion des élémens
mêlent de maniere à ne pour bas & groſſiers en ceux qui
voir plus être ſéparées. La font hauts & légers ; car
putréfaction opere ce mê, quoique l'ingroſation ſe faſſe
lange dans le tems que la dans le tems que le fixe ſe
diffolution eſt parfaite , & volatiliſe , la converlion des
que la matiere eſt au noir. élémens eſt encore autre
Les Auteurs du Dictionnaire choſe. C'eſt , ſelon Ariſtote
de Trévoux & de i’Ericyclo- le Chymiſte & tous les Phi.
pédie ignoroient ce que c'eſt loſophes, la converſion de
qu'ingreſſion quand ils l'ont la terre en eau , de l'eau en
confondu avec ingrés. air , de l'air en feu , & du .
INGROSSATION tout en terre , lelon ce qui
'Action par laquelle le volatil eft dit : Vous êtes terre , &
& le fixe de la matiere des vous retournerep en terre. Et
Sages ſe mêlent intimement, Hermès dans la Table d'E
après avoir long- tems com- meraude: Sa puiſance fera
battu enſemble.Lafemelle , parfaite , ſi elle eſt réduite en
dit d'Eſpagnet , prend d'a- terre.
bord le deſſus du mâle , & INHUMATION . ( Sco,
le doinine de maniere å le Herm . ) C'eſt à peu près la
!
changer dans ſa propre na- même choſe qu'Humation ,
ture ; elle ne le quitte point dont voyez l'article. Quel
qu'elle ne ſoit devenue grof ques-uns cependant l'enten
le . Alors le mâle reprend dent du tems de la putréfac
vigueur, & gagne le deſſus tion ; parce qu'alors, ſelon
à ſon tour. Il la domine & la d'Eſpagnet, l'eſpriteſt com
rond femblable à lui. C'eft me mort & enſeveli dans la
IN IN 221
- terre . C'eſt ce que les Phi- . INSPIRER . Joindre
lofophes apresent Tête du lame à ſon corps , ou blan
corbeail, regne de Saturne, chir la matiere, ce qui ſe fait
Dragon Babylonien , & c. avec une ſeule matiere dans
c'eſt - à - dire la matiere en un ſeul vale , lans y toucher
-putréfaction , ou le noir très- de la main .
noir. Ils l'ont nomme Inhu INSPISSATION . Opé
mation , parce que la mam ration qui ſuit celle de la dire
-tiere putréfiée a l'odeur des ſolution des corps , & qui
corps morts , que le noir re- cependant n'eſt en effet que
préſente le deuil , & le ſéjour la même , puiſque le corps
ténébreux du tombeau où les ne ſe diſſout ou ne fe fpiri
corps ſe pourriſſent, & que tualiſe point, que l'eſprit ne
la matiere eft fermée dans le corporifie. L'inſpiſation
un vaſe ſcellé. ſe fait par un feu du lecond
INO , fille de Cadmus & degré. On remarquera à ce
d'Hermione ou d'Harmonie, ſujet que quand les Philoſoo
épouſa Athamas après qu'il phes parlent des degrés de
eut répudié Néphélé. Elle leur feu qu'il faut adminiſtrer
eut de très-mauvaiſes façonsà leur matiere , ils n'enten
pour les enfans de Néphélé, dent pasqu'il faille augmen
ce qui fit entrer Athamas ter ou diminuer le feu com
dans une fureur ſi violente me le font les Chymiſtes
qu'il arracha d'entre les bras
vulgaires dans leurs four
d'Ino un de ſes enfans , & le
neaux , au moyen des régiſ
fit périr en le briſant contre
tres , ou des ſoufflets , ou
une pierre . Ino faiſie de peur,
d'une plus grande quantité
s'enfuit avec ſon fils Meli-
de charbons; mais qu'il faut
certe , & fe précipita dans la
augmenter le feu ſecret ou
mer avec lui. Neptune les de la matiere , par une di
reçut, & mitIno au rang desgeſtion ;à meſure que la ma
Déelles marines , ſous lenom
tiere devient plus fixe , fon
de Leucothoé, & Melicerte feu augmente par degrés , &
au nombre des Dieux après ces degrés ſe meſurent par
l'avoir nommé Palémon . les couleurs qu'elle prend.
Voyez le liv. INTERMEDE . Troia
ch . 9 . des
Fables Egypt. & Grecques fiéine matiere que l'on ajoute
dévoilées . à deux alitres dans les opé
INSIPIDE . Magiftere au rations chymiques, ou mé
blanc. chaniques , ſoit pour les réu
222 IN 10 jo
nir , ſoit pour les féparer , forme. Ovide dit qu'elle
ſoit enfin pour les mettre en épouſa dans la ſuite Ofuris
adion. Les ſels différens en- Roi du pays , & qu'après la
tr'eux , ne fe joignent jamais mort elle y fut adorée fous
Si bien que par un intermede le nom d'Ilis . Voyez les Fa .
terreux. Mém .de l'Acad. de bles Egypt. & Grecq. dé
1702. page 48 . voilées , liv . 1. ch. 4. liv . 3 .
Les Philofophes donnent chap . 4.
le nom d'intermede à leur JOBATE , Roi de Lyo
mercure , & l'appellent aufficie ,reçut Bellerophon chez
philtre ou breuvage d'amour, lui , & l'envoya combattre
lien & moyen propre à join- la Chymere. Après avoir
dre les teintures inſéparable- éprouvé ſa probité & fon
ment . courage , il lui donna ſa fille
INTUBUM & INTU- Philonoé en mariage . Voyez
BUS. Endive , eſpece de BELLEROPHON .
chicorée . JOCASTE , fille de
10 , fille du fleuve Ina- Créon Roi de Thebes, épou
que. Jupiter en étant devenu fa Laïus & en eut dipe ,
amoureux , la changea en qui dans la ſuite tua ſon pere,
vache , pour tromper la ja- & épouſa ſa mere Jocaſte
loufie de Junon. Cette Déeſ- fans la connoître , parce que
ſe trop clairvoyante avoit fi Créon l'avoit promiſe à celui
bien éclairé les pas de Jupi- qui devineroitl'énigme pro
ter qu'elle découvrit ſes allu- poſée par Sphinx. Čdipe en
res , & lui demanda cette eut deux garçons & deux
vache. Après qu'elle l'eut filles. Mais ayant reconnu
obtenue , elle la mit ſous la fon erreur , & découvert le
garde d'Argus , quiavoitcent myſtere de la naiſſance,ſon
yeux. Jupiter donna ordre à parricide & ſon inceſte , il fe
Mercure de ſe défaire d’Are creva les yeux , & Jocaſte ſe
gus. Mercure exécuta ſa fit mourir de déſeſpoir.
commiſſion ; mais Junon ir Toute cette fable ne ſigni
ritée, envoya contre lo des fie autre choſe que l'incefte
thaons qui la piquerent ſans dont parlent fi ſouvent les
relâche . Pour s'en débarraf- Philoſophes dans leurs ou
ſer lo ſe jetta dans la mer , vrages. On y voit également
qu'elle traverſa à la nage , & des parricides , & tous ces
fut aborder en Egypte , où crimes prétendus de la Fable
Jupiter lui rendit la premiere ſe trouvent expliqués chy
JO
miquement dans les Fables ne ſont pas les mêmes que
Egypt. & Grecq. dévoilées , les jours ordinaires.Leur an
liv . 3 . ch . 14. §. 4. liv . 4. née , felon Pline , eſt d'un
chap. 4. & dans une infinité mois ſeulement , quelques
d'autres endroits . uns diſent que c'eſt d'un mois
- JOINDRE. Aſſembler , commun , d'autres diſent d'un
mêler , réunir une choſe à mois lunaire , d'autres d'un
une autre . V. INSPIRER. mois à la maniere de comp
IOLAS , fils d'Iphiclus & ter des anciens Egyptiens.
peveu d'Hercule , qu'il ac- La preuve que leur année
compagna dans le tems que n'eſt pas l'année commune ,
çe Héros combattit l'Hydre c'eſt qu'ils expliquent la du
de Lernc. Iolas avoit du feu , rée des voyages d'Iſis & de
avec lequel il brûloit les blef- Bacchus , & celle du tems
ſures qu'Hercule faiſoit à qu'il falloit aux vaiſſeaux de
I'Hydre , pour empêcher que Salomon pour aller chercher
les têtes qui renaiſſoient aux & rapporter l'or d'Ophir ,
mêmes endroits ne pullulaf- comme d'une même durée ,
fent de nouveau , Voyez les quoique les premiers em
Fables Egypt . & Grecques , ployoient douze ans pour
liv . s . ch.4. chaque voyage , & les yait
IÓLÉ , fille d'Euryte Roi ſeaux de Salomon n'étoient
d'@calie , fur promiſe en ma. abſens que trois ans . Michel
riage à Hercule , qui en étoit Mayer dans ſon livre Arca
devenu amoureux . Euryte na Arcanifima, dit que qui
la lui ayant enſuite refuſée , ſçait combiner & réduire à
Hercule tua Euryte , & en- la même durée ces différens
leva lolé. Voyez EURYTE . laps de tems , ſçait compter
IOS. Toutes ſortes de à la maniere des Philoſophes
venins . Rullandus. Herinétiques.
los eft aufli le nom d'une Leurs ſaiſons ne s'enten
ifle de la mer Egée , l'une dent pas non plus de nos fai
des Sporades , près de l'ifle fons ordinaires. Les leurs ſe
de Candie. Elle devint fort paſſent dans le vafe philo
célebre par la tradition qui ſophique. Ils commencent
y aſſignoit le tombeau d'Ho- leur opération en hiver & la
mere . Pline , liv . 4. ch. 12. finiſſent en automne. Mais
* JOUR. Les jours des leur hiver eſt le tems de la
Chymiſtes Hermétiques ſe putréfaction , ou la matiere
comptent différemment & au noir , parce qu'elle eſt
224 JO IP
alors comme dans un état de tous les Philoſophes diſent
mort, & qu'elle ſe diſpoſe à que c'eſt le temsde la joyé ,
la génération , à peu près parce qu'ils voyent Diane
comme fait la Nature pen- toute nue , & qu'ils ontévité
dant les frimats & les gla- tous les écueils de la mer:
çons. Leur printems eſt le Le Code de vérité dit : Blan
régne de Jupiter , ou lorſque chiflez le laton , & déchirez
la matiere ſe dépouille de la vos livres ; ils vous ſont inu
couleur noire , qu'ils appel- tiles alors , ils ne vous cau
lent tête de Corbeau , écaille feroient que de l'embarras ,
du vieil Dragon , & c. Leur des doutes, des inquiétudes ,
été eſt le tems de la blan- & vous ne devez avoir que
cheur , ou le régne de la de la joye. C'eſt que lorſque
Lune ; & leur automne eſt la matiere eſt au blanc , il
le tems de la rubification ou faut être mal- adroit pour ne
de la perfection de l'élixir ; pas réuſſir à la conduire au
parce que de même que l'au- rougeparfait , puiſque tout le
tomne eſt le tems de cueillir volatil eſt alors fixé de ma
les fruits , la perfection de niere à pouvoir ſouffrir le feu
l'élixir eſt celui où l'Artiſte le plus actif & le plus vio .
jouit des fruits de ſes tra- lent.
vaux. IPHIANASSE. Voyez
JOURDAIN , Science IPHIGÉNIE.
Herm . ) eſt un nom que les IPHICLUS , fils d'Alca
Philoſophes ont donné à leur mene & d'Amphytrion
mercure diſſolvant ; parce frere jumeau d'Hercule , né
que ce mercure doit laver d'Alcmene & de Jupiter
ſept fois le corps diſſoluble doit s'entendre , ſelon les
pour le purifier , comme l’E . Philoſophes Spagyriques ,de
criture rapporte que Naha- l'humeur aqueuſe quiſe trou
1 man ſe laya ſept fois dans les ve toujours mêlée avec le
eaux du Jourdain pour être mercure repréſenté par Her:
guéri de la lépre. cule . Il faut ſéparer cette hu
JOYE DES PHILOSO- meur aqueuſe du mercure
PHES. Lorſque la pierre ou quand on veut le mettre en
la matiere des Philoſophes uſage.
eſt parvenue au blanc par Héliode parle d'un Iphis
fait, qui eſt leur or blanc , clus qui étoit fi léger à la
leur foufre blanc, l'Eudica courſe , qu'il alloit ſur les
de Morien , leur cigne , alors eaux .comme ſur terre , 8c
qu'il
I P IP IR 225
qu'il marchoit ſur les épics CIDOS. Barbe de bouc.
de bleds ſans les faire pan IPPIA . Surnom de Mi.
cher. Ce qui eſt dit pour nerve .
marquer la grande volatilité IRIO ou IRION . Vêlar ,
de l'eau mercurielle des Phi. Tortelle , Eryſimum .
lofophes. IRIS , fille de Thaumas
IPCACIDOS. Plante & d'Electra , & four des
appellée Barbe - de-bouc. Harpyes , ſelon Héliode .
IPHIGÉNIE , fille d'A- Electra étoit fille de l'O
gamemnon & de Clytem- céan , & Thaumas fils de
neſtre, fut déſignée pour être Pontus & de la Terre. Iris
facrifiée à Diane , afin d'ap- étoit la Meſlagere de Junon ,
paiſer le courroux de cette comme Mercure fut celui de
Déeſſe irritée contre les Jupiter , l'un & l'autre por
Grecs qui alloient faire le toient ſur la terre les ordres
fiége de Troye, parce qu'A . de ces Divinités . Elle étoit
gamemnon avoit tué un cerf vêtue d'une robe de diffé
qui lui étoit conſacré, elle rentes couleurs, & ne quito
excitoit des tempêtes perpé- toit preſque jamais Junon ;
tuelles. L'oracle décida que & Apollonius de Rhodes
Diane ne ſeroit appaiſée que nous apprend qu'elle l'en
par le ſang decelui qui avoit voya à Thétis . Quelquefdis,
tué le cert. Il fut réſolu de mais rarement , Jupiter l'em
facrifier Iphigénie . Diane ploya . Homere en donne
émue de pitié enleva Iphi- plus d'un exemple . L'em
génie de deflus l'autel, & y ploi le plus important d'Iris
ſubſtitua une biche . Elle étoit d'aller couper le che
tranſporta Iphigénie dans la veu fatal des femmes qui al
Tauride , où elle fut Prê- loient mourir , & de délivrer
treſſe de la Déeſſe . Oreſte leurs ames de leurs corps ,
y étant venu pour ſepurger comme Mercure le faiſoit à
de ſon parricide, Iphigénie l'égard des hommes.
qui étoit la four, le reconnut, Les Philoſophes Hermé
lui fauva la vie , & s'enfuit tiquies donnent par fimilitude
avec lui, emportant la ſtatue le nom d'Iris à leur matiere ,
de la Déelle. Voyez les Fa- quand après la 'putrefaction
bles Egyptiennes & Grec- elle prend les couleurs de
ques dévoilées , liv. 3. chap. l'arc -en -ciel. Ils prétendent
14. S. 4. que tout ce que la Fable a :
IPOACIDO DOS S ou IPCA . imaginé ſur les emplois d'Iris,
P
226 IS IS
auprès de Junon , doivent myſteres d'Iſis. C'eſt une
s'entendre de ce qui ſe paſſe grande plaque de cuivre gra ,
dans le vaſe Hermétique : vée au premier burin. Sur ce
que délivrer les ames des fond de cuivre ou de bronze
corps des femmes , c'eſt pré- étoit un émail noir , entre,
ciſément ſublimer la partie mêlé avec art de petites ban
volatile de la matiere qui des d'argent.Lorſqu'en 1525
demeure au fond ; ce qui fe le Connérable de Bourbon 1
1
fait à point nommé dans le prit la ville de Rome , un
tems que les couleurs de l'I- Soldat qui s'en étoit ſaiſi dans
ris ſe manifeſtent ſur cette le pillage , la vendit à un Ser
matiere ;qu'Iris par ce moyen rurier. Elle paſſa de-là dans
devient en effet la Meſſagere les mains du Cardinal Bem
de Junon , parce que Junon bo , & puis au Duc de Man
eft priſe pour l'humidité va toue , qui heureuſement la
poreuſe de l'air renfermé fit graver dans toute la gran
dans le vafe , & qui occupe deur , & avec beaucoup
tout le vuide qu'y laiſſe la d'exactitude , par un nommé
matiere. La généalogie d'I- Enée Vico de Parme ; car
ris l'indique allez , puiſqu'on l'original s'eft perdu. Je n'en
la dit pitite - fille de Pontus donnerai pas ici la deſcrip
& de la Terre , c'eſt-à-dire , tion ; ceux qui ſeront curieux
de la mer ou eau mercu de la voir , la trouveront dans
rielle, & de la terre philo- l'ouvrage de Pignorius , in
ſophique . titulé : Menſa Iſiaca , qui fut
ISCH @ MON . Eſpece imprimé à Amſterdain en
de gramen ,auquelon afans 1669.Le P.Kirkeren a parlé
doute donné ce nom , de ce dans ſon @dipus Ægyptia
qu'il eſt propre à arrêter les cus. Il a cru y appercevoir
hémorragies. les myfteres les plus cachés
ISCH A S. Figue fé- de la Théologie Egyptien
che . ne , & eft entré dans un très
ISIAQUE. Table Ilia- grand détail à ce ſujet. Pi
que. Monument de l'Anti- gnorius ſemble n'avoir eu
quité , où l'on trouve lſis , pour objet que la deſcription
OGris, & preſque tous les méchanique de cette Table.
Dieux de l'Egypte , avec On en trouve auſſi la repré
leurs fymboles. On lui a ſentation dans l'Antiquité
donné le nom d'Ifiaque , expliquée de D. Bernard de
parce qu'elle renterine les Montfaucon , & daus le Re
IS IT I V 227
creil d'Antiquités de M. le duPaganiſme,mais honorée
Comte de Caylus . ſous des noms différens. Cé
Tout y paroît myſtérieux rés , Junon , la Lune , la
& énigmatique , ſuivant le Terre , Proferpine , Thetis ,
génie des Egyptiens ; & il la Mere des Dieux ou Cy
faudroit un ouvrage entier bele ,Vénus , Diane , Héct
pour en donner une expli- cate, Rhamnuſia, & c. la Na
cation ſuivie & détaillée. Il ture même n'étoient qu'une
fera plus aiſé d'en trouver le même choſe avec Iſis. Ce
dénouement en puiſant ces qui lui fit donner le nom de
explications dans la Philo- Mirionyme, ou la Déelled
fophie Hermétique, qui étoit mille noms. Auſſi les Philo
proprement celle des Egyp- fophes Hermétiques d'après
tiens ; puiſqu'Iſis, Ofiris & Hermès , qui avoit donné ce
les autres Dieux du pays nom Ifis , n'entendoient au
n'étoient que des Dieux Her tre chofe par cette Déeſſe ,
métiques , comme il eſt aiſé que la partie volatile , hu
de s'en convaincre par les mide , froide , patiente & fe
preuves rapportées dans le melle de l'art Hermétique
Traité des Fables Egypt. & ou Sacerdotal , comme on
Grecques dévoilées , liv. 1. peut le voir clairement au
& liv . 4 . livre 1. des Fables Egypt.
ISIR . L'Auteur du Dic- & Grecq. dévoilées , ch . 1.
tionnaire Hermétique dit que 2. 3. & 4.
les Philoſophes entendent ISTHMIQUES ( Jeux ).
par ce terme l'élixir au blanc, V. JEUX ISTHMIQUES.
& que les Sages le nomment ITERATION . Opéra
ainſi lorſqu'on veut le multi- tion de la médecine du troi
plier ; mais je crois que les fiéme ordre , ou de l'ordre
Philoſophes ſe fervent de ce ſupérieur , que l'on appelle
nom pour ſignifier la même communément la multipli
choſe que ce qu'ils expri- cation.
ment par Ifis, dont voyez JUGEMENT. Raymond
l'article . Lulle a donné ce nom à la
ISIS étoit une des princi- projection de la poudre Here
pales Déeſſes de l'Egypte & métique ſur les métaux im
de beaucoup d'autres pays. parfaits ; parce que c'eſt dans
Beaucoup d'Auteurs l'ont cette occaſion où l'artiſte eſt ,
regardée , & avec raiſon , jugé ſur les opérations ; &
comme la Déeſſe univerſelle que par la réuſſite ou non
Pij
228 JU JU
réuſſite , il juge s'il a bien ou grands & riches royaumes
mal opéré , & qu'il eſt alors pour ſe la faire adjuger : ces
récompenſé ſuivant ſes eu- belles propoſitions ne lui fi
vres. rent pas la même impreſſion
JUGES. Les Poëtes ont que les promeſſes deVénus ,
feint que Pluton avoit établi à laquelle il l'adjugea. Elle
pour Juges des Enfers ſon conçut de là une haine im
empire Eaque , Minos & placable contre les Troyens,
Rhadamante . Voyez leurs & engagea la guerre qui fit
articles. périr Päris & la ville de
JUNON , fille de Saturne Troye. Toute cette fiction
& d'Ops , épouſa Jupiter ſe trouve expliquée dans le
ſon propre frere jumeau. chapitre 5. du liv. 3. des
Elle fut nourrie par les Nym- Fables Egypt. & Grecques
phes , filles de l'Océan . Ju- dévoilées .
piter avant de l'épouſer la JUNONIS ROSA . Les
trompa ſous la forme du anciens Poëtes ont feint que
coucou. Elle devintmere de Junon ayant répandu de lon
Mars , d'Argé, d'Illithye & lait ſur la terre , il en fortit
d'Hébé. Elle eut auſſi Vul- la plante connue ſousle nom
cain , mais ſans avoir eu af- de Lys. Ce même lait ré
faire à aucun homme . Elle pandu dans le ciel y forma
fit toujours un fort mauvais auſſi cette multitude d'étoi
ménage avec Jupiter , qui à Jes , qui compoſent la voye
la vérité lui fourniſſoit ſans lactée , comme on peut le
ceſſe des ſujets de jalouſie , voir dans le ch. 1. du liv. 5 .
par la quantité de.Nymphes des Fables Egyptiennes &
avec leſquelles il s'amuſoit. Grecques dévoilées.
JUPITER , pere des
Jupiter perdit un jour pa
tience , & irrité des mau- Dieux & des homines , com
vaiſes façons de Junon , il me l'appellent les Poëtes ,
la ſuſpendit avec une chaîne manqua de périr dès ſa nail
d'or , & lui attacha un en- fance. Saturne ſon pere
clume de fer à chaque pied. avoit fait un traité avec ſon
Les Dieux & Déeſſes inter- frere Tiran , pár lequel il
céderent pour elle , & Ju- s'étoit obligé à faire périr
piter ſe laiſſa fléchir. Elle tous les enfans mâles qui lui
fut une des trois Déeſſes qui naitroient ; & pour obſerver
diſputerent la pomme d'or; ce traité Saturne dévoroit ſes
elle promettoit à Pâris de enfans à meſure qu'ils ve
JU JU 229
noient au monde. Rhée fon dans le Tartare . Ainſi poí
épouſe le trompa quand il feſſeur tranquille de l'Uni
fut queſtion deJupiter. Sitôt vers , il en fit le partage avec
qu'il fut né , elle enveloppa ſes deux freres Neptune &
un caillou dans des langes, Pluton ; il donna les eaux &
& le préſenta à Saturne , qui la mer à Neptune , les enfers
ne ſoupçonnant point de fu- à Pluton , & ſe réſerva le
percherie , avala le caillou ; ciel & la terre .
mais comme il ſe trouva de Il foutint une ſeconde
trop dure digeſtion , il le vo- guerre contre les Géans
mit. qu'il foudroya tous , & dé
Ce n'étoit pas aſſez d'a- livra par là tous les habitans
voir ainſi trompé Saturne , il de l'Olympe des craintes &
falloit ſouſtraire Jupiter à ſa des frayeurs que ces fils de
vûe , & aux attentions cu la Terre leur avoient impri
rieuſes des Titans. Rhée mées. Ce Dieu bienfaiſant
pour cet effet le fit porter voulut alors mériter le titre
chez les Corybantes , qui glorieux de pere des Dieux
faiſoient retentir ſans ceſſe le & des hommes qu'on lui
ſon bruyant de pluſieurs inf- donna dans la ſuite; il com
trumens d’airain , pour em- mença à tromper ſa propre
pêcher qu'on entendît ſes four jumelle , & pour cela
cris. A ce bruit les mouches il ſe changea en coucou , &
à miel accoururent , & four- feignant d'être pourſuivi par
nirent tout ce qui dépendoit un oiſeau de proie, il ſe ré.
d'elles pour la nourriture de fugia entre les bras de Ju
cet enfant. Les Nymphes , non , qui le cacha dans ſon
les Nayades, une chevre fein . Jupiter ſaiſit l'occaſion
Inême, tout s'empreſſoit en- favorable , reprit ſa premiere
fin de contribuer à la conſer- forme , & ne trouva pas Ju
vation. non rebelle. Il l'épouſa dans
Quand Jupiter fut devenu la ſuite.
grand, & qu'il eut appris que L'humeur amoureuſe de
Saturne & les Titansavoient Jupiter ne lui permit pas de
conſpiré ſa perte dès ſa naiſ- s'en tenir à cette épouſe. Il
fance même, il chercha tous prit tous les moyens imagi
les moyens de s'en venger. nables de ſatisfaire fa paſſion
Il leur fit la guerre ; & les pour les femmes ; ce qui
ayant vaincus, il mutila fon brouilla les époux plus d'une
pere, & précipita les Titans fois , & leur fit faire un très
P ir
230 JU J U
mauvais ménage . Soit pour rent cependant toujours dans
ne pas irriter la jalouſie de les fables qu'ils imaginerent
Junon , ſoit pour venir plus au ſujet de ce Dieu , à l'objet
facilement à bout de ſes qu'avoient eu en vûe les Phi
deſſeins amoureux , Jupiter loſophes de l'Egypte , lorf
prit mille formes différentes qu'ils inventerent celles de
quand il voulut avoir affaire leur Jupiter . Cet objet caché
avec les beautés humaines. à preſque tous lesMytholo
Il ſe préſenta à elles tantôt gues, ſe trouve éclairci avec
ſous la formed'un cygne , les fictions auxquelles il a
tantôt ſous celle d'un tau donné lieu , dans le 3 ° liv ,
reau , puis fous celles d'un chap. 4. & ſuivi des Fables
ſatyre , de feu , de pluye Egyptiennes & Grecques
d'or , & d'une infinité d'au dévoilées,
tres manieres ; Sémélé fut la JUPITER , Les Chymiſtes
ſeule qui pour ſon malheur donnent ce nom au métal
le reçur avec toute ſa gloire que nousappellons commu .
& la majeſté. On trouve ces nément Etain ; mais les Al,
différentes métamorphofes chymiſtes entendent ſouvent
dansle quatorziéme livre de autre choſe , comme dans
l'Iliade d'Homere , & dans l'explication qu'ils donnent
le fixiéme des Métamorpho- de la fable d'Amphytrion &
ſes d'Ovide . d'Alcmene , où Jupiter eſt
De toutes ces viſites nâ- pris pour cette chaleur célelta
quirentune infinité d'enfans, & ce feu inné qui eſt la pre
qui devinrent tous des Dieux miere ſource , & comme la
ou des Héros, tels que Bace cauſe efficiente des métaux ;
chus , Eſculape , Caftor , c'eſt pourquoi ils diſent que
Pollux , Théſèe , Perſée & le mercure , qui eſt leur pre
tant d'autres. Les Egyptiens mier & principal agent dụ
qui le mettoient au nombre grand auvre , eft repréſenté
de leurs plus grands Dieux, ſous le nom d'Hercule, en
ne lui donnoient pas un ſi gendré d’Alcmene & de Ju
grand nombre de deſcen- piter , parce qu'Alcmene eft
dans ; les Grecs qui avoient pris pour le ſymbole de la
empruntés ce Dieu desEgyp. matiere terreſtre & ſéche,
tiens , lui en adjugerent lui qui eſt comme la matrice de
vant leur fantaiſie ; mais les l'humidité métallique fue lą .
plus anciens de leurs Philo- quella agit Jupiter.
Sophes Poëtes fe conforme JUPITER EN PLVYK
JU JU I X 231
d'or. ( Sc . Herm . ) Voyez tous les métaux ſur lequel
DANAÉ . agit le feu de la Nature pour
JUPITER converti en ai- les former; la Fable dit que
gle, & qui enleve Ganime- Mercure étoit fils & ambal
de , ne fignifie autre choſe ſadeur de Jupiter. Jupiter a
que la purification de la ma- le ciel pour la demeure or
tiere par la fublimation phi- dinaire , & la terre pour le
lofophique. lieu de les plaiſirs ; c'eſt que
L'Auteur du Dictionnaire cette chaleur de la Nature
de. Trevoux n'avoit guéres ſemble venir du ciel , &
lù les Auteurs qui traitent de qu'elle lui eſt communiquée
la pierre philofophale , ou en partie par le Soleil . Si les
du grand art , quand il dit Philofophes difent que Jupi
que les Philofophes appel- ter a choiſi la terre pour le
lent Jupiter leur or phi- lieu de les plaiſirs, c'eſt que
loſophique. Ils diſent par- . la terre eſt la matrice dans
tout que leur mercure a le laquelle s'enfantent tous les
Soleil pour pere , & la Lune êtres ſublunaires des trois
pour mere . Ils regardent Ju- regnes , par l'activité géné
piter comme le pere & le rative de cette chaleur na
maître des Dieux , non pas, turelle dénommée Jupiter,
parce que l'or eſt le plus par- par les Anciens , qui ont
fait des métaux , & qu'ils donné à la Terre différens
appellent leur or Jupiter ; noms, tels que Cerès, Da
mais parce que Jupiter, fe- naë , Sémélé, &c . dont voy.
lon eux , n'eſt autre chofe les articles.
que la chaleur générative & JUSSA ou JUISA .
innée des corps, au moyen Gyps, plâtre.
de laquelle lesmétaux ſe for- IXIA . Eſpece de char
mentdans la terre ; c'eſt dans don , appellé Carline. Il y
ce ſens que la Fable dit , que en a de deux fortes , l'une
Jupiter eft pere d'Apollon que l'on appelle Caméléon
& de Diane , de Mars , de blanc, qui eſt le plus eſtimé,
Vénus , de Mercure , & c. l'autre Caméléon noir.
parce que ſous le nom d'A . -IXION étoit fils de
pollon ou du Soleil, les Chy . Phlégias ; d'Antion , ſuivant
miſtes entendent Por , fous Diodore de Sicile , quelques
celui de Diane ou la Lune, uns le nomment Åtion . I
l'argent, & c. & comme le épouſa Dia ou Clia , fille
mercure eſt le principe de d'Eionée ou Deionée , dont
P iv
232 1 X 1 X
il eut Pyrithous. Il ſe brouil- d'autres. Les Centaures pri
la avec ſon beau -pere , pour rent naiſſance de ce phan
n'avoir pas voulu donner à tôme , & Jupiter fe contenta
ſa fille ce dont ils étoient pour lors de chaſſer Ixion de
convenus . Ixion le fit périr la cour céleſte. Mais ce té
miſérablement , & n'ayant méraire n'en devint pas plus
pu trouver perſonne qui vou- ſage; il oſa ſe vanter d'avoir
Iût l'abſoudre de ce crime, deshonoré le maître des .
& en faire l'expiation , il Dieux , qui pour le punir de
eut recours à Jupiter. Ce ſon inſolence , le précipita
Dieu en eut pitié, le reçut d'un coup de foudre dans le
dans le ciel , & lui permit Tartare , où Mercure eut
même de manger à la table commiſſion de l'attacher à
des Dieux. Ce bienfait fi- une roue environnée de ſere ;
gnalé né ſervit qu'à en faire pens, qui devoit tourner ſans
un ingrat , & un téméraire. relâche.
Ixionfrappé des charmes de Les Philoſophes Hermé
Junon , eut l'inſolence de la tiques interprétent cette fa- ?
ſolliciter à ſatisfaire la paſ- ble des Souffleurs & autres
fion. Cette févere Déeſſe Artiſtes ignorans, qui veu
offenſée d'une telle téméric lent entreprendre de faire
té , en informa Jupiter, qui l'oeuvre ſans le ſçavoir ; &
regarda d'abord cette accu- paſſent tout leur tems à éles
ſation comme un piége qu'on ver des fourneaux & à les
lyi tendoit contre Ixion, qui abbattre , à fuer fang & eau :
paſſoit pour ſon fils. Il vous dans l'exécution de mille pro ..
lut s'éclaircir par lui-même . cédés ruineux , au bout defa
Il convint avec Junon qu'elle quels ils n'embraſſentque de
permettroit à Ixion un en- la fumée , qui leur laisłe des
tretien particulier avec elle, ſoufres impurs & des cendres
Pour l'inſtant du rendez- , inutiles ; qui enfin comme
vous , Jupiter forma avec Ixion attachés à une roue
une nuée un phantôme qui laborieuſe de travaux fatis ,
reſſemblait parfaitement à guans , font & recommen
Junon , Ixion épris de plus en cent une infinité d'opéra
plus ne put ſe contenir , & tions fans jamais en avoir
Jupitervit bien qu'il ne tenoit une heureuſe iſſue. Voyez
pas à Ixion que le pere des les Fables Egypt. & Grec
Dieux ne reçut l'affront qu'il ques dévoilées , liv. 5. ch .
avoit fait à Tyndare & à tant 22.
K A K E KI KO 233
KIBRICH ou KIBRITH ???..
K. Terine de Science Hermé
tique , dont ſe ſont ſervis
AB. Lait aigri. John- quelques Chymiſtes pour
K fon . ſignifier le ſoufre philoſo
KACHIMIE ou KAKI- phique. Il faut rectifier ſur
MIE. Minéral qui n'eſt pas ce corps Kibrica , & Zua
encore venu à la perfection , beth , c'eſt - à - dire , les deux
ou demi-métal , qui eſt en fumées, qui comprennent &
core dans fa matrice comme qui embraſſent les deux lu
l'enfant dans le ventre de la minaires , & mettre deſſus
mere aux premiers mois de ce qui les ramollit , & qui
ſa grofleffe . eſt l'accompliſſement des 1
KAIB. C'eſt du lait caile teintures & des eſprits, &
lé , aigri. les véritables poids de la
KALD . Voyez VIŅAI. Science. Marie.
GRE . KIMENNA . Une groſſe
KALNOS. Fumée . bouteille.
KAMAR ou CAMAR . KIMIT ÉLEVÉ . Blanc
Argent. de cinnabre. Planifcampi.
KAMBAR. Voy . CAM KIRATH . Poids de qua
BAR . tre grains.
KAMIR . Levain , fer KIST. Oppoponat. Ce
ment des Philoſophes . terme ſignifie auſſi un poids
KANECH. Roſeau . de quinze grains : quelques
KANFOR . Etain , Jupi- uns l'entendent de quatre li
ter. vres , d'autres de deux me.
: KAPRILI. Soufre. furesde vin . Planifcampi .
. KASAM . Fer. KOMA & KOMAR ,
· KAYL. Lait aigre. TOS. Chaux vive.
KAYSIR . Ecume de la KONIS. Cendre.
mer. KOST: Bois de hêtre.
· KAZDIR , KASDIR 2 KUHUL. Plomb des Phi.
KACIR , KACISSEROS . lofophes ; laton qu'il faut
Etain , ou Jupiter. blanchir ; ou la matiere de
KÉIRI ou KEIRIM. Pæuvre en putréfaction , &
Narciſſe , ſuivant quelques- parvenue au noir très-noir.
uns ; & violier ou géroflée KUKUL , V. KUHUL .
jaune, ſuivant d'autres, qui KUMEN. Union , lien des
L'écrivent auſſi Cheiri. parties des corps, Rulland,
234 KY LA LA
KYBRIUS . Arſenic . modele du labyrinthe qu'il
KYMENNA. Matras , fit conſtruire dans l'iſle de
bouteille de verre. Créte , & qui devint ſi célé
KYMIT SUBLIMÉ, bre par la fable du Mino
Cinnabre. taure. Le troiſiéme fut fait
KYMOLEA . Boue. dans l'iſe de Lemnos ; on y
voyoit 150 colonnes de mar
L
bre. Porſenna fit bâtir le qua
ABOS BALSAMUM . triéme en Italie dans le lieu
L Eau dans laquelle ona où il fut inhumé. Pline fait la
éteint un métal. deſcription de ces quatre la
LABRUM VENERIS . byrinthes dans le livre que
Chardon à Bonnetier. j'ai cité ci-devant.
LABRUM ou LABIUM , La Prilofophie Herméti
Vale dans lequel on met que qui imagina la fable de
l'eau pour diſtiller au bain- Thélée & du Minotaure,prit
marie. occaſion du labyrinthe de
LABYRINTHE. On Créte pour embellir cette
entend par labyrinthe , une fi& ion , & indiquer en même
eſpece d'édifice rempli de tems les difficultés qui ſe pré
chambres & d'avenues , dif- fentent dans les opérations
poſées de maniere que l'on du grand cuvre , par celles
entre de l'une dans l'autre , qu'il y avoit à ſe tirer du la
Sans pouvoir retrouver la byrinthe quand on s'y étoit
fortie.Les Auteurs font mens engagé . Ilne faut pas moins
tion de quatre principaux. que le fil d'Ariadne , fourni
Le premier & le plus céle , par Dédale même, pour y
bre ſe voyoit en Egypte , réuſſir; c'eft -à-dire qu'il faut
dans le diſtrict de la villeap- être conduit & dirigé par un
pellée par quelques -uns Hé. Philoſophe qui ait fait l'oeu
racléopolis ; on le regardoit vre lui-même. C'eſt ce que
comme une des merveilles Morien nous aſſure dans-lon
du monde , & Pline ( liv.36. Entretien avec le Roi Calid .
ch. 16. ) l'appelle Potentiſſi- Vayez les Fables Egypt. &
mum humaniopus. Hérodote Grecques dévoilées ,chapia,
dit qu'un nombre de Rois .
tre de Théfée.
d'Egypte y avoient fait tra LAC . Les Philofophes
vailler ſucceſſivement avec ont ſouvent donné ce nom
des frais immenſes. On pré- à leur vaſe & au mercure qui
rend que Dédale le prit pour y eſt renfermé ; parce que
LA L A 235
ceſt une eau , qui n'a point avoit été donné au mercure
d'iſſue, comme celle d'un lac à cauſe de la reſſemblance
qui communément n'a point en fluidité & en blancheur
de communication qu'avec avec le lait vulgaire , & ont
les rivieres qui s'y jettent. cru avoir trouvé cette eau
Mais ordinairement les Phi- mercurielle dans l'eau blan
lofophes ont ajouté des épi- che du mercure vulgaire tra
thetes au terme de Laç , afin vaillé chymiquement ; mais
de déſigner les changemens Zachaire les déſabuſe ,en af
qu'éprouve leur eau mercu- furant que ce nom nę lui a
rielle pendant le cours des été donné que parce que le
opérations. Ils l'ont nommé mercure des Philoſophes fe
Lac bouillant , lorſque cette caille & fecoagule au moyen
eau mercurielle eſt animée du corps fixe , qu'il nomme
par le foufre philoſophique ; Coagule pour cette raiſon.
Lacplein d'eau croupie, pour LẠIT VIRGINAL. ( Sc.
indiquer le tems de la putré. Herm .) C'eſt le mercure des
faction ; & Lac deſſéché, dans Sages , ſous la forme d'eau
le temsque leur eau mercu- laiteuſe dans la voye hu
rielle eſt changée en terre . mide . Quelques- uns lui ont
Lac puant ſignifie la même donné ce nom dans la voye
choſe que la diſſolution dela feche , lorſqu'il eſt cuit au
matiere , qui n'eſt parfaite blanc.
que lorſque cette matiere eſt LAIT DE LA VIERGE OU
abſolument putréfiée ; c'eſt LAIT DES PHILOSOPHES.
le menſtrue puant. C'eſt la même choſe que lait
LACHANUM. Herba- virginal. Lorſque les Sages
ges , légumes, diſent qu'il faut nourrir la
LACHESIS . L'une des pierre de ſon lait , cela doit
Parques , fille de Jupiter & s'entendre dans deux ſens
de Thémis, ou de la Nuit & différens, ou du feu externe
de l'Erebe. Voyez ENFER . qu'il faut entretenir pour
LACINIAS. Filtre de pouſſer la pierre à la perfec
laine. Planifcampi. tion , ou du mercure même
LACUNE. Terre figil- dont elle eſt compoſée; &
lée. On dit auſli Latuné. dans ce dernier fens, il s'agit
LAIT . ( Sc. Herm . ) Eau de la multiplication ou de la
mercurielle des Philoſophes, confection de l'élixir. Voyez
Quelques Chymiſtes ſe font ELIXIR , MULTIPLICAR
imaginés que ce nom de lait TION , Fev.
236 L A LA
Cuire le lait , c'eſt - à - dire avec l'huile ou l'eſprit de
cuire le mercure des Sages , vin ; leur feu de lampe eſt
autrement la pierre au blanc, celui de leur matiere. Voyez
pour la pouſſer au rouge. Artephius , fur les Feux.
La pierre ſenourrit deſon LUNARIA. Plante ap
lait, c'eſt-à - dire de ſon eau pellée Savonaria en latin ,
ou fperme dont elle a été & Savoniere en françois.
faite, qui n'eſt autre que le LANCE. Terme de
mercure Hermétique. ſcience Hermétique , qui fi
LAIT DE LA LUNE . Ref- gnifie le feu dont lesArtiſtes
cemberg a donné ce nom à le ſervent pour l'ouvrage de
l'eſpeced'agaric qui naît ſur la pierre des Sages.La hache
les rochers . qui ſervit pour fendre la tête
LAMAC . Gomme ara- & Jupiter , & le faire ainſi ac
bique. coucher de Pallas , l'épée de
LAMARE . Soufre . Jafon , la maſſue d'Hercule ,
LAMATI. Gomme ara les fléches d'Apollon , &c .
bique. Johnſon . ſignifient la même choſe .
LAMERÉ . Soufre vif. LANGAGE . (Sc. Herm .)
LAMIES. Monſtres que Les Philofophes n'expriment
la Fable nous a peints ayant point le vrai ſens de leur's.
la tête ſemblable à celle d'u- penſées en langage vulgaire; .
ne très-belle femme, & le & il ne faut pas les interpre
reſte du corps comme celui ter ſuivant les idées que pré
d'un ferpent. On feignoit ſentent les termes en uſage
qu'ils dévoroient les enfans. pour exprimer les choles
Ils ne fignifient autre choſe communes. Le lens que pré
que l'eau mercurielle appel- ſente la lettre n'eſt pas le
lée femme avant la putrefac- leur. Ils parlent par énig ,
tion , qui lui fait donner le mes , métaphores , allégo
nom de ferpent pendant ce ries , fables , fimilitudes , &
tems- là . Leur cruauté indi- chaque Philofophe lestourne
que la diſſolution. fuivant la maniere dont il eſt
LAMPATAN.. } China. affe&té. Un -Adepte Chy:
miſte explique les opéra
LAMPE. ( Sc. Herm . ) tions philofophiques en ter
Lorſque les Philoſophes par- mes pris des opérations de
lent du feu de lampe comme la Chymie vulgaire; il parle
de leur feu , il ne faut pas les de diſtillations , ſublima
entendre d'un feu de lampė tions, calcinations , circula ,
LA L A 237
tions , &c. des fourneaux , Merlin & Denis Zachaire
des vaſes , des feux en uſage expoſent l'auvre ſous l'allé
parmi les Chymiſtes ,com- gorie d'un Roi qui arme con
me ont fait Geber , Para- tre ſes ennemis , le premier
celle , &c. Un homme de pour combattre , le ſecond
Guerre parle de fiéges , de pour ſoutenir un fiége . Mer
batailles , comme Zachaire. Iin dit que le Roi, avant de
Un homme d'Egliſe parle monter à cheval , demanda
en termes de morale , com- à boire de l'eau , qu'il aimoit
me Baſile Valentin dans ſon beaucoup ; qu'il en but tant,
Azoth. Ils ont en un mot qu'il en fut incommodé jul
parlé fi obſcurément, en des qu'à la mort , & qu'une mé
termes ſi différens, & en des decine l'ayant reſſuſcité , il
ſtyles fi variés qu'il faut être monta à cheval , combattit
au fait pourles entendre, & ſes ennemis & les vainquit.
qu'un Philoſophe feroittrès- Cette eau n'eſtautre que le
ſouvent embarraſſé pour en mercure des Philoſophes
expliquer totalement un au- que leur or , appellé Roi,
tre. Les uns ont varié les boit avec ardeur ; parce qu'ils
noms , changé les opéra- font de même nature , & que
tions ; les autres ont com comme diſent les Philofo
mencé leurs livres parle mi- phes , nature aime nature ,
lieu des opérations , les au nature ſe réjouit en fa na
tres par la fin ; quelques -uns ture ; & ſelon le proverbe
ont entremêlés des fophifti- vulgaire , chaque choſe aime
cațions ; celui-là a omis quel- fon ſemblable. Le mercure
que choſe, celui-ci a ajouté philoſophique eſt une eau
du ſuperflus. L'un dit prenez diſſolvante ;la diſſolution eft
telle choſe , l'autre dit qu'il une eſpece de mort , puiſ
ne faut pas prendre cette qu'elle ne ſe fait parfaitement
même choſe. Rupeſciſſa ſou- que dans la putréfaction; voi
tient que le vitriol Romain là la mort du Roi. Ce Roi
eſt la vraie matiere des Phi- reflufcite , parce que la pu
lofophes ; & ceux qui re- tréfaction eſt le principe de la
connoiffent Rupeſciſla pour génération , corruptio unius
Adepte , vous recomman- eft generatio alterius. Ce qui
dent de ne point prendre le le prouve par beaucoup de
vitriol Romain ni tout autre. textes d'autres Philoſophes.
Nous allons expliquer tout Baſſen , dans la Tourbe ,
cela par des exemples. dit : Mettez le Roi dans le
138 LA LA
bain , afin qu'il furmonte ria- la plus haute de toutes , deux
ture. Certe edu eſt la fon- plantes d'une propriété &
taine du Tréviſan , où le Roi d'une vertu ſupérieure à tou
entre ſeul, & où il ſe baigne tes les autres plantes. Il lui
pour ſe purifier; il y meurt, en apporta , elle s'en ceignit ,
& y reſſuſcite; car la même & fe trouva dès le moment
eau tue & vivifie. Les Phi- guérie de toutes les infirmi
lofophes ont même donné le tés. Elle reconnut ce ſervice
nom de vie & de réſurrection de fon Médecin , par des ri
à la couleur blanche qui ſuc- cheſſes infinies.
céde à la noire , & ils ont Hermès, ou quelqu'un ſous
appellé mort cette derniere. ſon nom , a parlé de l'auvre
Denis Zachaire s'eſt ex en ſtyle problématique , &
pliqué allégoriquement plus a dit : J'ai conſidéré le rare
au long ; dans le fiége de & admirable oiſeau des Phi
ville qu'il fuppoſe , il parle loſophes , qui vole perpé
de la matiere ſous le nom de tuellement au ſigne d'Aries.
celui qui ſoutient le ſiége, & Si on le diviſe , ſi on le diſ
de ceux quile font, & donne fout en beaucoup de parties,
une idée des couleurs qui quoique petit , & que ſon
furviennent à cette matiere obſcurité ſoit dominante , il
ſucceſſivement, en indiquant te demeurera , comme étant
les couleurs des étendarts & de tempérament & de com
des drapeaux des uns & des plexion terreſtre . Lorſqu'il
autres. ſe manifeſte fous diverſes
D'autres ſe fontexpliqués couleurs , il eſt appellé ai
paraboliquement.Le Roi Ar- rain , plomb , & c. Etant en
tus , par exemple , dit dans fuite brûlé à un feu violent 1
la Tourbe: Une grande Tré- au nombre moindre quatre
ſoriere tomba malade de di- jours, au moyen ſept, & au
verſes maladies , pâles- cou- plus grand dix , on lenommé
leurs , hydropiſie , paralyſie. terre d'argent ; elle eſt en
Elle étoit extrêmement jau- effet d'une grande blancheur
ne depuis le haut de la tête & s'appelle air , gommed'or
juſqu'à la poitrine; depuis la & ſoufre. Prends une partie
poitrine juſqu'aux cuiſſes elle d'air , & la mets avec trois
étoit blanche & enflée , & parties de l'or apparent ; le
paralytique juſqu'en bas. El- tout mis au bain au nom
le dit à Ion Médecin de lui bre moindre vingt jours , au
chercher fur une montagne moyen trente , au plusgrand
LA LA 239
quarante , te donnera ton ai toutes les tempêtes de la
rain , vrai feu des Teintu- mer , nous fîmes appeller le
riers , réconciliant les Péle Roi, & nous lui rendîmes
rins , appellé feu d'or , & c. ſon fils vivant , de quoi nous
Cet excellent foufre doit être rendimes louanges à Dieu.
gardé ſoigneuſement, car il Toutes ces manieres de
ſert à beaucoup de choſes. s'expliquer forment un lan
Ariflée s'explique en ſtyle gage extrêmement difficile
typique , lorſqu'il dit : En à entendre ; mais quelques
nous promenant ſur les bords Philoſophes pour voiler en
de la mer , nous vimes que core mieux leur æuvre , ont
les habitans de ces côtes cou- employé l'énigme. Le Cof
choient enſemble , & n'en- mopolite entr'autres en a mis
gendroient pas ; ils plantoient une très- longue à la ſuite de
des arbres & femoient des fes douze Traités. Il ſuppoſe
plantes qui ne fructifioient que voyageantdu pôle Arcti.
pas. Nous leur dimes alors, que au pôle Antarctique , il
s'il y avoit un Philoſophe fut jetté ſur le bord de la
parmi vous , vos enfans en mer ; une rêverie l'y faiſit
gendreroient & multiplie- pendant qu'il y voyoit les
roient , vos arbres fructifie- Melolines qui y voltigeoient
roient & ne mourroient pas, & les Nymphes qui y na
vos fruits ſe conſerveroient, geoient. Il étoit attentif pour
& vous ſeriez des Rois vail découvrir s'il ne verroit point
lans qui ſurmonteriez tous de poiſfon Echénéis dans
vos ennemis. Nous deman cette mer. Il s'endormit ſur
dâmes au Roi ſon fils Gaber. ces entrefaites , & le vieillard
tin , & ſa fæur Beya , qui Neptune lui apparut avec
étoit une fille belle & très fon trident. Ce Dieu lui
blanche , délicate & parfai- montra deux mines , l'une
tement aimable ; nous joi- d'or , l'autre d'acier ; puis
gnîmes le frere & la four , deux arbres , l'un ſolaire
& Gabertin mourut preſo l'autre lunaire ; & lui dit que
qu’auſſi-tôt. Le Roi voyant l'eau pour les arroſer & les
cela , nous empriſonna ; & faire fructifier, ſe tiroit du So
à force de prieres & de ſup- leil & de la Lune au moyen
plications ayant obtenu la d'un aiman . Saturne prit la
fille Beya , nous fûmes 80. place de Neptune , & mit
jours dans les ténébres de la dans cette eau le fruit de l'ar
priſon , & après avoir eſſuyé bre ſolaire , qui s'y fondic
240 L A LA
comme la glace dans l'eau noîts'il a bien ou mal opéré.
chaude. Cette eau , ajouta Pluſieurs Philoſophes ont
t-il , lui ſert de femme, & a joint un diſcours à ces hiéro
la propriété de le perfection- glyphes , mais cette explica
ner de maniere que lui ſeul tion apparente eſt toujours
ſuffira ſans qu'il ſoit beſoin auſſi difficile à entendre que
d'en planter d'autres. Car le ſymbole même, ſouvent
quand ils ſe ſont perfection- davantage. Tels ſont ceux
nés l'un & l'autre , ils ont la de Nicolas Flamel , de Sé
vertu de rendre tous les au- nior , de Baſile Valentin ,
tres ſemblables à eux. ceux de Michel Majer , quoi
Les Anciens employoient que d'Eſpagner diſe que ces
communément les fables , & derniers lont comme des ef
celles des Egyptiens & des peces de lunettes qui nous
Grecs n'ont été inventées découvrent aſſez clairement
qu'en vûe du grand cuvre , la vérité que les Philofophes
ſi nous en croyons les Phi- ont cachée.
loſophes qui les ont ſouvent LANS . Argent qui a ſouf
rappellées dans leurs ouvra- fert la fonte , & que les Phi
ges. C'eſt en ſuivant leurs loſophes appellent argent
idées que je les ai expliquées mort.
dans le Traité que j'ai donné LAOC ou LAOS . Etain ,
au Public , ſous le titre de : Jupiter.
Les Fables Egyptiennes & LAOCOON , fils de
Grecques dévoilées. Priam & d'Hécube , & Pré
Quelques Philoſophes ont tre d'Apollon ,fit tout ſon
employé un langage muet poflible pour diffuader les
pour parler aux yeux de l'ef- Troyens d'admettre le che
prit. Ils ont préſenté par des val de bois , que les Grecs
lymboles & des hiérogly- feignirent être un préſent
phes à la maniere des Egyp- qu'ils offroient à Minerve.
tiens , tant les matieres re- Les Dieux contraires à la
quiſes pour l'ouvre , que conſervation de cette ville
leurs préparations , & fou- le punirent en envoyant
vent juſqu'aux ſignes dé- deux ſerpens marins qui le
monſtratifs , ou les couleurs dévorerentdans le Temple ,
qui ſurviennent à cette ma- lui & ſes deux enfans. Ces
tiere pendant le cours des ſerpens marins ſont les fer
opérations ; parce que c'eſt pens fortis de la mer des
à ces lignes quel'Artiſte con- Philoſophes, qui diſſolvent
la
LA L A 241
la partie fixe dans le vaſe, monſtre. Hercule s'offrit à la
temple de l’Apollon Her- délivrer moyennant un pré
métique. Voyez les Fables fent de quelques chevaux.
Egyptiennes & Grecques Hercule tua le monftre , &
dévoilées, liv . 6. délivra Héſione ; mais Lao
LAODICE , ſoeur de medon refuſa de donner à
Laocoon , ſe precipita du Hercule les chevaux qu'il
haut d'un rocher dans la lui avoit promis. Hercule tua
mer. C'eſt la pierre volati- Laomedon , & donna Hé
liſée qui retombe au fond du fione en mariage à Télamon
vaſe pour s'y fixer avec l'eau qui l'avoit accompagné dans
mercurielle appellée mer . ſon expédition. Voyez les
LAOMEDON , fils Fables Egypt. & Gr. dévoi.
d'Ilus; Roi de Troye , ac- lées, liv . 5. ch . 14.& liv .6 .
cueillit très-bien Neptune & LAOS ou LAOC. Ju
Apollon ; qui furent lui ren- piter des Sages.
dre viſite ſous un habit dé LAPIS DES PHILO .
guiſé. Ils lui offrirent de bâtir
SOPHES. Soufre ou ma
les murs de ſa ville , moycn- tiere de l'oeuvre fixée, que
nant certaines conditions , les Chymiſtes Hermétiques
deſquelles il convint avec ont auſſi appellée Sel de l'or,
eux. Ils éleverent les mu LAPIS GALISEUS
railles de Troye , & Lao- TAIN . Vitriol romain .
medon refuſa de les payer LAPIS ARENOSI. Ju
ſuivant leurs conventions. piter. Planiſcampi .
Ces Dieux irrités de ſon LAPIS INFERNUM UM..
procédé l'en punirent. Apol- Pierre ponce .
Ion en envoyant une peſte LAPIS PORCINUS ,
très-meurtriere , qui faiſoit Bardanne .
périr beaucoup de monde LAPITHES . Voyez Pya
dans la ville , Neptune inon- RITHOUS.
da le pays , & fit ſortir de LAPPAGO. Grateron ,
la mer un monſtre qui rava- Reble , Aparine.
geoit tous les environs de LARGEUR. Les Philo
Troye , On conſulta l'Ora- fophes donnent à leur ma
cle ſur les moyens de faire tiere trois dimenſions, com
ceſſer ces fléaux : il répondit me les Géométres aux corps
qu'il falloit pour cela expoſer ordinaires. Ce que les pre
Héfione , fille de Laomedon, miers appellent largeur, eſt
pour être dévorée par ce la préparation de la matiere ,
Q
242 LA L A
au moyen de laquelle ils en qu'il eſt devenu blanc , on
font la médecine. La hau- eft aſſuré de réuſſir. Il prend
teur eſt, ſelon eux , ce qu'il alors les noms de laton blanc,
y a de manifeſte dans leur or blanc, terre feuillée , dans
matiere , & la largeur eſt le laquelle il faut ſemer l'or ,
moyen que l'on prend pour c'eſt -à -dire, la couleur rou
parvenir à ce que ce mani- ge. Quand il a acquit cette
feſte tient caché . La hauteur couleur rouge , c'eſt leur la
étoit froide & humide , & ton rouge , leur ſoufre aurifi
par le changement de diſpo- que , leur Salamandre , leur
ſition la largeur ſuccéde , Apollon .
c'eſt- à -dire , le chaud & le LATON IMMONDE .
ſec, parce que le manifeſte C'eſt la matiere en diffolu
cache toujours fon contraire . tion & en purréfaction , à la
LARON . Mercure des quelle les Adeptes donnent
Sages . auſſi les noms de terre ſépul
LARUSUS. Piloſelle. chrale corps immonde
LASER . Suc ou gomme dragon Babylonien , tête de
de benjoin . corbeau , noir plus noir que
LATERIUM . Leffive ou le noir mêmę.
capitel. Planiſcampi. LATON NON NET.
LATHYRÍS. Eſulegran- Voyez_LATON IMMONDE.
de , ou Epurge . LATONE , fille de Coée
LATHYRUS. Efpece de le Titan , de Phoebé , ſelon
légumeappellée Gerres. Héliode & Ovide , ou de
LATON ou LAITON , Saturne , ſuivant Homere ,
ou LETON des Philofo- tenoit un rang diftingué par.
phes. Mercure des Sages , mi les douze Dieux hiéro
ou leur matiere conſidérée glyphiques des Egyptiens.
pendant la putrefaction. Ce Elle venoit immédiatement
terme de laion s'entend plus après Vulcain , & ces peu
généralement du fixe diſſout ples lui avoient élevé un
avec le volatil. C'eſt pour Temple couvert d'or & dé
quoi ils diſent: Blanchiſſez coré du même métal, com
le laton , & déchirez vos li- me étant la mere d'Apollon
vres , de peur que vos cæurs & de Diane.
ne foient déchirés par l'in La Fable dit que Jupiter
quiétude. Le mercure, qui en étant devenu amoureux 5
eſt le volatil & leur azot , eft eut commerce avec elle. Ju
ce qui blanchit le laton. Lorſe non jalouſe envoya le ſer
L A LA 243
pent Python contre Latone , la circulation de la matiere
laquelle pour éviter la dent dans le vaſe . Elle s'éleve en
meurtriere pric la fuite , & vapeur au haut de l'æuf, s'y
erra long - tems ſur la terre condenſe, & retombe com
& ſur la mer , elle aborda me une roſée ſur la matiere
enfin à l'ile de. Délos , qui qui reſte au fond , cette pluie
n'étoit pas encore fixée. Nep- la blanchit , de noire qu'elle
tune l'affermit alors contre étoit pendant le regne de Sa
les flots , dont auparavant turne ; c'eſt le lavement des
elle étoit le jouet , & Latone Philoſophes , & ce qu'ils ap
y accoucha premierement pellent blanchir le laton ou
de Diane , qui ſervit de fage- leton.
femme à fa mere , pour lui LAUDANUM. Nom
aider à mettre au monde que Paracelſe donnoit à une
Apollon ſon frere jumeau . compoſition d'or , de corait ,
Apollon devenu grand tua de perles, & c . C'étoit un
le ferpent Python à coup de ſpécifique pour les fiérres.
fléches. Voyez cette fištion LAUDINA . Angélique .
expliquée dans le liv . 3. ch. LAVEMENT DES
12 & 13. des Fables Egypt. PHILOSOPHES. Voyet
& Grecques dévoilées . LAVANDIER .
Latone. Les Alchymiſ LAVER LE LATON.
tes diſent qu'il faut laver le Voyez BLANCHIR LE LA
viſage de Latone ; c'eſt -à- Ton . Les Philoſophes diſent
dire ,qu'il faut extraire l'eau qu'il faut laver le leton fept
de leur terre vierge par la fois dans les eaux du Jour
diſſolution , & fe ſervir de dain , pour lui ôter fa lépre ,
cette eau pour blanchir la comme l'Ecriture dit que
terre même , qui eſt leur La- l'on fit à Nahaman ; c'eſt- ào
tone. Ils nomment cette eau dire , qu'il faut le faire paſſer
le ſang de Latone. par les regnes des ſept Pla '
LATRO. Mercure des netes ; ou par les ſept diffé
Philoſophes. Philalethe. rentes opérations ou cercles ,
LAVANDIER DES qui ſe ſuccédent les uns aux
PHILOSOPHES. Nom autres.
que les Chymiſtes Hermé Laver . Lorſque les Phi
tiques ont domé à Jupiter, loſophes Hermétiques ſe
lorſque le tems de ton regne ſervent de ce terme pour
eft en vigueur pendant les exprimer tre opération de
opérations de la pierre. C'eſt l'æuvre , quand la matiere
Qij
244 LA LE
eſt dans l'aufphiloſophique; mas & d’Ino , fut tué par ſon
on ne doit pas entendre qu'il pere , qui le froiffa contre
faut tirer la matiere de ſon une pierre. Voyez Ino .
vaſe , & la laver dans l'eau LEDA , femme de Tyn
ou autre liqueur ; mais qu'il dare , ayant eu commerce
faut entretenir ou augmenter avec Jupiter changé en cy
le dégré du feu , qui purifie gne, accoucha de deux oeufs,
beaucoup mieux les choſes deſquels nâquirent Caſtor &
qu'aucune liqueur. Ainſi Pollux, Helène & Clytem
quand ils diſent : Lorſque neſtre. Voyez les Fables
† Artiſteverra la noirceur Egypt. & Grecques dévoi
nager dellus la matiere , cette lées, liv. 3. ch. 14. 9. 4. 86
noirceur eſt une terre noire , liv. 6. ch . 2 & 3 .
puante , ſulphurée, infecte , LEFFAS . Van -Helmont
corrompante, qu'il fautſépa- a adopté ce nom de Para
rer d'avec le pur , en lavant celle , pour exprimer la ſéve
& relavant tant de fois avec des plantes. Planiſcampi écrit
la nouvelle eau ; que la ma- Loffas; mais il s'eſt trompé ,
tiere devienne toute blanche. ou ſon Imprimeur.
Cela ſignifie ſeulement qu'il LEMNOS . Ifle de la mer
faut entretenir le feu dans le Egée , autrefois célébre dans
même dégré juſqu'à la blan- les Fables , parce qu'on fei-'
cheur de la matiere . gnoit que Vulcain y avoit
LAVER AU Feu. Les établi ſesforges. On lui don
Philoſophes donnent le nom noit auſſi le nom d'Ophieu
de Feu à leur mercure , qui ſa , d'Ophis, ſerpent, à cauſe
par ſa circulation blanchit de la quantité de ſerpens
leur laton . Ce qui leur a fait qu'on y trouvoit. C'eſt dans
dire , les Chymiſtes lavent cette iſle qu'aborderent d'a
& blanchiſſent avec l'eau , bord les Argonautes qui s'y
& nous avec le feu. arrêterent deux ans , & Ja
LAVER ou SION . Be- fon leur Chefy courtiſa Hyp
cabunga , plante aquatique. fiphile, dont il eut des en
LAUM . Amandes ame- fans. Voy. les Fables Egyp
res . tiennes & Grecques dévoi
LAXA CYMOLEA . Sellées , liv. 2. ch , 1.
qui ſe forme ſur les pierres. LEMPNIAS. Orpiment.
LAZULE. Voyez LAPIS LÉPHANTE ou LÉ
DES PHILOSOPHES . PHANTES. Premier tartre ,
LÉARQUE, fils d’Atha- , ou bol tenant le milieu entre
LE LE 245
la pierre & le lut. Planif- la galle de Mars . L'hydro
campi. piſie du mercure conſiſte
LÉPRE (Gr. Art. ) . Par- dans ſon rrop d'aquoſité &
ties hétérogènes, impuretés de crudité , qui lui viennent
terreſtres queles métaux con- de la froideur de ſa matrice ;
tractent dans la inine , & que ce vice eſt un péché origi
la ſeule poudre de projection nel qu'il communique &
eſt capable de guérir. Geber tranſmet à tous les métaux
& quelques autres Chymif- qui en ſont engendrés.
tes ont décrit fort au long les Quoique le Philoſophe
vices des métaux imparfaits. ait nommé le mercure une
L'argenteſt parfait, l'or l’eſt quinteſſence faite par la Na
encore davantage ; ils ont ture , il eſt néanmoins ſi
cependant leurs infirmités& aqueux & fi froid , qu'il ne
leurs maladies. Il y en a de peut être guéri que par un
deux ſortes dans les métaux : foufre bien puiſſant. Le fou
la premiere , qu'on appelle fre interne prédominant au
originelle, & qu'on regarde mercure , le cuit , le digére ,
preſque comme incurable, l'épaiſſit, & le fixe en un
vient du premier mêlange corps parfait ;& le foufre
9 des élémens en l'argent-vif externe , aduftible, & ſépa
ou mercure qui eſt leur prin- rable de la vraie ſubſtance
cipe. La ſeconde ſe trouve des métaux fuffoque l'inter
dans l’union du ſoufre & du ne , lui ôte ſon activité , &
mercure. Plus les élémens mêle ſes impuretés avec cel
ſont donc épurés , plus ils les du mercure ; ce qui pro
ſont proportionnellement duit les métaux imparfaits,
mêlés & homogênes , plus La maladie des métaux n'é
ils ont de poids , de malléa- tant qu'accidentelle , elle
bilité , de fuſion , d'exten- peut donc être guerie ; c'eſt
fion , de fulgidité & d'incor- pourquoi nous voyons que
ruptibilitépermanente. la Nature commence tou
Cette feconde maladie , jours par l'imparfait pour ten
qui vient du ſoufre plus ou dre à la perfection .
moins impur , fait l'imper Les cauſes de ces mala.
fection des métaux , ſçavoir , dies ſont la terreſtréité, l'a
la lépre de Saturne, la jau- quofité , la combuſtibilité ,
niſe de Vénus , l'enrhuſme- l'aéréité des élémens en leur
ment ou le cris de Jupiter , mêlange. La premiere em
l'hydropiſie de Mercure , & pêche l'union des ſubſtancesz
Q nj
2.46 LE LE
la feconde les rend crues ; l'eau rendent le plomb pe
la troiſiéine inflammables , fant, mol , noir & impur,
& la quatriéme volatiles . La L'air & l'eau font l'étain
premiere einpêche la péné- blanc , mol , aigre , léger &
tration & l'ingrès ; la ſecon- fuſible. Le feu & la terre
de eſt un obſtacle à la di- font le fer rouge , peſant ,
geftion , & la ſublimation de dur , impur & de difficile fu
la matiere ; la troiſiéme em- fion. L'eau & l'air mêlés d'un
pêche ſon incorruptibilité, peu de terre , font le mercurę
& la quatrieme s'oppoſe à la froid, fluide , aqueux, pe
fixation . ſant & vaporeux. Le feu &
L'impureté de la terre doit l'air rendent le cuivre jaune
être lavée par l'eau , la froi, & rouge , combuſtible , vo
deur de l'eau eſt corrigée par latil & impur. La terre , l'eau
l'air , la volatilité de l'air eft & l'air mêlés proportionnel
fixée par le feu. L'art doit lement , font la perfection
imiter la Nature ; laver la de l'argent, de même que le
terre métallique par ſa pró- mélange proportionné de la
pre eau ; chauffer & digérer terre , de l'eau , de l'air &
l'aquofité de l'eau par l'air , du feu fait celle de l'or.
& congéler l'humidité vo La chaleur & la ſéchereſſe
latile de l'air par le feu . du fer doivent être tempé
La chaleur & la ſéchereſſe Tées par l'humidité de l'ar
prédominantes au fer , le gent-vif. La froideur de Sa
rendent chaud & colérique. turne par la chaleur du cuir
La froideur & la ſéchereſſe vre . L'humidité & la chaleur
font le plomb peſant & mé- de Jupiter par la féchereſſe
lancolique . La chaleur & & la froideur de l'arſenic ;
l'humidité font l'étain jovial & l'humidité & la froideur
& fanguin. L'humidité & la de Mercure par la chaleur
froideur font l'argent fleg- & la ſéchereſſe du foufre
matique. propre & convenable . En
L'humidité & la chaleur deux mots , il faut décaper
mêlées imparfaitement, font Véņus par ſon ſavon , ôter
le cuivre plein d'une teinture le cris à Jupiter par ſon blanc
imparfaite , & les qualités d'euf , les ailes au vieillard
de l'une & de l'autre mêlées Saturne par un fin acier , la
proportionnellement , font ver Mars dans le bain où
le tempéram.ent de l'or & Vulcain lava le Soleil , don,
fa perfection . La terre & nerà boire à Mercure un bon
L E LE 247
foufre , & retrécir la Lune mier & le moins ufité eſt
avec un bon ſel ou une bon- proprement le ſens propre
ne terre vierge. de levain qui fait fermenter ,
LERNE ou LERNA . & cela loriqu'ils comparept
Marécage dans lequelhabi- leur æuvre aux métaux ; par
toit l'Hydre qu'Hercule tua , ce que de même que le le
& de laquelle les têtes re- vain aigrit la pâte & la chan
naiſſoient à meſure qu'il les ge en la nature , de même la
coupoit. Ce marais a pris ſon poudre de projection , qui
nom de Lernax qui en grec eſt un vrai or , fait fermenter
ſignifie un vaſe.Ce vaſe eſt les métaux imparfaits & les
celui de l'art Hermétique , change en or.
dans lequel eſt renfermée la Le ſecond ſens de ce ter
matiere de l'auvre fignifiée me levain, eſt qu'il faut l'en
par l'Hydre. Elle s'y pu- tendre , ſuivant Zachạire , du
tréfie , & enfin s'y fixe au vrai corps & de la vraie ma
moyen du feu philoſophi- tiere de l'æuvre , » Mais faut
que indiqué par le flambeau » être ſoigneux & vigilant ,
du compagnon d'Hercule. » ajoute le même Auteur ,
Voyez les Fables Egypt. & » pour ne point perdre la
Grecques dévoilées , liv . 5. » propre heure de la naiſ
chap. 4 . » ſance de notre eau mer
LESSIVE. Azoth des » curielle , afin de lui con
Philoſophes , ainſi nommé » joindre ſon propre corps ,
de ce qu'il blanchit le laiton » que nous avons ci - devant
des Sages. » appellé levain , & mainte ,
LETA. Couleur rouge. » nant l'appellons venin. »
Manget. Les Philoſophes entendent
LÉTHÉ . L'un des fleu- ordinairement par levain , le
ves qu'il faut paſſer avant ſoufre rouge ou l'or des Sa
d'arriver à l'Empire de Plu- ges , & le ſoufre blanc ou
ton . En le paſſant on bûvoit leur Lune. Quand il s'agit
de fon eau , & l'on oublioit de la multiplication en quan
abſolument tout ce qu'on tité pour la projection , ils
avoit appris , vû & fait dans entendent l'or & l'argent
le cours de la vie. Voyez vulgaires.
ENFER , PLUTON . LEUCASIE. Chaux
LEVAIN . Les Philofo- vive .
phes ont pris ce terme en LEUCELECTRUM.
deux ſens différens. Le pre Ambre blanc.
Qiy
248 LE LI LI
LEUCONUS. Vin LIEN. Onctuoſité des
blanc .
LEUCOLACHANUM. réunit le volatil avec le fixe ,
Valériane ſauvage. empêche l'évaporation des
LEUCOPHAGUM . eſprits, & formele compoſé
Blanc-manger , remede pour des êtres ſublunaires.
guérir la phtyſie . Il ſe fait LIEN DES TEINTURES ,
avec de la chair de chapon Mercure des Philoſophes
& de perdrix broyée dans appellé Medium conjungendi
un inortier , & arroſée avec tin &turas.
du lait d'aniandes. LIEN DE L'ARGENT VIF .
LEUCOSIS. Action par C'eſt l'or philoſophique , ou
laquelle on blanchit le lai- la fixation du mercure : ce
ton philoſophique : ce qui qui arrive lorſque la matiere
ſe fait par la circulation de de l'ouvre eſt parvenue à
l'azoth dans le vaſe des Phi, la couleur rouge.
loſophes. V. DÉALBATION. LIER . Réunir , rappro
LEUCOTHÉE . Voyez cher , rendre adhérentes les
INO . parties ſéparées d'un corps.
LEVIGER . Réduire un C'eſt proprement coaguler.
corps dur & ſolide en pou. En termes de Philoſophie
dre impalpable. Hermétique , lier ſignifie ors
LIAB. Vinaigre . dinairement fixer , comme
LIBANOTIŠ. Romarin . délier veut dire diffoudre, vo :
1 LIBER. Surnom de Bac- latiliſer.
chus. LIGATURE. Voyez
LIBYS ou LYBYS , frere Sceau .
d'Alebion tué par Hercule . LIGNE eſt un des noins
Voyez les Fables Egypt. & que les Philoſophes ontdon
Grecques dévoilées , liv. 5. né à la matiere du grand
chap. 12. Quvre . Voyez Poyle.
LICHAS , domeſtique LIGNI HÉRACLEI ,
d'Hercule , lui porta la robe Bois de noyer ; quelques
teinte du ſang du Centaure uns ont donné ce nom au
Neſſus. Hercule étant entré bouis. Planiſcampi.
en fureur après l'avoir priſe , LILI. L'Auteur du Dico
jetta Lichas dans la mer. tionnaire Hermétique dit que
Voyez LYCHAS. Lili eſt en général toute mar
LICURGUE. Voyez tiere propre à faire quelque
LYCURGUE , teinture excellente ; antimgia
LI LI 249
ne ou autre choſe . C'eſt fans LIMODORUM . Oro
doute de là que Paracelſe a banche .
donné à l'extraction d'une LIMPIDE . Morien don .
teinture des métaux le nom me ce ngın à une des choſes
de Lilium . Mais quant au qui entrent dans la compos
terme Lili , cet habile hom- ſition du magiſtere. C'eſt le
me entendoit tout autre cho . mercure . V. ALMAGRĄ .
ſe , comme on peut le voir LINCTUS . Looch.
dans ſon traité de la Tranſ LINÉAIRE ( Voye ).
mutation des métaux , & (Gr. Art . ) Les Philoſophes
dans celui du Fondement de Hermétiques emploient fou
la Sageffe & des Sciences. vent ces termes dans leurs
LILIUM . Teinture phi- écrits, pour exprimer la lim
loſophique , ou l'élixir par- plicité des procédés du grand
fait de l'art Hermétique. cụvre. Ils diſent qu'il faut
LILIUM INTER SPỊNAS . ſuivre la voye linéaire de lą
Chevrefeuille . Nature ; c'eſt- à - dire qu'il ne
LIMBE DE LA NA- faut point s'amuſer aux cal
TURE . Corps réduit en ſes çinations, ſublimations , diſ
premiers principes élémen. tillations & autres opérations
tés, & non élémentaires. Įl de la Chymie vulgaire ,mais
faut obſerver que lorſque les agir toutſimplement comme
Chymiſtes Hermétiques di- la Nature fait, ſans multipli
fent , qu'il faut réduire les cité de fourneaux & de vales,
çorps à leur premiere ma LION . Les Philoſophes
tiere , ils ne prétendent pas Chymiſtes employent Tou ,
les réduire à l'état des élé- yent ce terme dans leurs ou
mens du feu , de l'air , de vrages , pour ſignifier une
l'eau & de la terre ; mais à des matieres qui entrent dans
la premiere matiere compo- la compoſition du magiſtere,
ſée de ces élémens. A cette En général c'eſt ce qu'ils ap
matiere qui conſtitue la baſe pellent leur Mâle ou leurSo
de tous les corps des trois lạil , tant avant qu'après lą
régnes animal, végétal & confection de leur mercure
minéral. animé. Avant la confection ,
LIMER. Diſſoudre la c'eſt la partie fixe , ou ma
matiere de l'ouvre, ce n'eſt tiere capable de réſiſter à
autre choſe que la cuire , la l'action du feu. Après la con
digérer jufqu'à ce qu'elle ſe fection , c'eſt encore la man
réduiſe en poudre. tierę fixe qu'il faut employer,
250 LI LI
mais plus parfaite qu'elle n'é- me Auteur , quelques pages
toit avant. Au commence- après , explique ce qu'il en
ment c'étoit le Lion vert , tend par Lion vert .
elle devient Lion rouge par LION ( le Vieil ). Partie
la préparation. C'eſt avec le fixe de la pierre , appellée
premier qu'on fait le mercu- vieille , parce qu'elle eſt le
re , & avec le ſecond qu'on principe de tout.
fait la pierre ou l'élixir. LION VERT. ( Sc. Herm .)
Lorſqu'on trouve dans les Matiere que les Philoſophes
écrits des Philoſophes le ter- Chymiques employent pour
me de Lion employé fans faire le magiftere des Sages ;
addition , il ſignifie le foufre cette matiere eft certaine
des Sages, ſoit blanc , qu'ils ment minérale , & priſe du
appellent auſſi Or blanc , ſoit regne minéral. Elle eſt la
rouge, qu'ils nomment fim- baſe de tous les menſtrues
plement Or. dont les Philoſophes ont par
Quelquefois ils donnent lé. C'eſt de cette matiere
le nom deLion à la poudre qu'ils ont compoſé leur dif
de projection , parce qu'elle ſolvant univerſel , qu'ils ont
eſt or parfait , plus pur que enſuite acué avec les eſſen
l'or même des mines , & ces des végétaux ,pour faire
qu'elle transforme les mé- le menftrue végétal; avec les
taux imparfaits en la propre eſſences des animaux, pour
ſubſtance, c'eſt-à-dire en or, le menſtrue animal ; & avec
comme le Lion dévore les les eſſences des minéraux ,
autres animaux, & les tourne pour le menſtrue minéral .
en fa fubftance , parce qu'il Ils ont donné le nom de
s'en nourrit. Lion vert à cette matiere
Lorſqu'ils ſe fervent du pour pluſieurs raiſons , dit
terme de Lion pour ſignifier Riplée : 1 ° . parce que c'eſt
leur mercure, ils y ajoutent par lui que tout reverdit &
l'épithete qualificative de croît dans la nature. 2° . Par
vert , pour le diſtinguer du ce que c'eſt une matiere en
mercure digéré & fait ſou- core acide & non mûre ,
fre. C'eſt dans ce ſens qu'il bien éloignée de la perfec
fautentendre ces expreſſions tion de l'or vulgaire ; mais
de Morien : » Prenez la fu- qui par le fecours de l'art ,
» mée blanche , & le Lion devient infiniment au - deſſus
» vert ,& l'Almagra rouge , de ce Roi des métaux : c'eſt
» & l'immondice . « Le mê- un or verd , un or vit, encore
LI LI 251
imparfait , & qui par cette mond Lulle , Géber & tant
Failon a la faculté de réduire d'autres nomment Eſprit
tous les métaux en leur pre- puant , Spiritus fætens , ou
miere matiere , & de vola- Sang du Lion vert. Par le
tiliſer les plus fixes. 3 ° . Parce fixiéme ils entendent le vi
que le mercure qu'on extrait triol commun , qu'ils nom
de cette matiere rend ſem- ment Lion vert des fols
blable à lui-même, & détruit quelquefois le vert-de- gris.
tous les autres corps , com- Le ſeptiéme eſt le mercure
me le Lion fait des autres vulgaire ſublimé avec le ſel
animaux. 4°. Enfin , parce & le vitriol , mais qui n'eſt
qu'il donne une diſſolution point la vraie matiere des
verte. Sages, Riplée appelle quel
On doit auſſi faire atten quefois ce Lion vert , Seri
tion , dit Jean Seger Wein- con. On en tire deux eſprits
denfeld ( de Secretis Adepto- viſqueux ; le premier blanc,
rum ) , que les Philoſophęs opaque , reflemblant à du
diftinguent pluſieurs fortes lait, ce qui lui a fait donner
de Lions verts. Par le pre- le nom de Lait de la vierge ,
mier ils entendent le ſoleil & par Paracelſe Colle de
ou l'aſtre qui nous éclaire , l'aigle, Gluten aquile .Le ſe
& qui fait tout végéter dans cond eſprit eſt de couleur
le monde. Par le ſecond, le rouge , très-puant, appellé
mercure , non le vulgaire , communément Sang du Lion
mais celui qui eſt commun vert. Ce ſont ces elprits que
à tous les individus , & par les Philofophes , à l'imitation
conſéquent plus commun de Raymond Lulle , ont ap
que l'argent-vif ou mercure pellé Vin blanc & Vin rouge,
commun ; ce qui a fait dire ce qu'il ne faut point enten
aux Philoſophes , que leur dre du vin blanc ou vin rouge
mercurę ſe trouve par-tout communs .
& dans tout. Par le troiſiéme LION ROUGE . Les Phi
ils entendent la diſſolution lofophes Spagyriques appel
même de leur matiere , qu'ils lent ainſi la matiere terreſtre
appellent auſſi Adrop. Par le & minerale qui demeure au
quatrieme, c'eſt cet Adrop fond du vafe après la ſubli
ou vitriol Azoquée , appellé mation des eſprits qui en ſont
Plomb des Sages. Par le cin- fortis, & qu'ils appeilent Ai
quiéme, c'eſt leur menſtrue gles. Ce lion rouge eſt auſſi
puant , que Riplée , Ray- ce qu'ils nomment Laton ,
252 LI LI
LION VOLANT , LION une eſpece de déſunion de
RAVISSANT. V. MERCURE leurs parties, qui les font li
DES SAGEs. Il eſt appellé quéfier & fluer au feu . Be
volant, parce qu'il eſt vola- cher.
til ; & raviſant, parce que LIQUÉFACTION PHI
c'eſt le diffolvant univerſel LOSOPHIQUE. Matiere de
de la Nature. l'auvre en putréfaction . Elle
LioN NÉMÉEN. Animal eſt alors dans une véritable
fabuleux deſcendu de l’orbe liquéfaction , parce que. la
de la Lune , & envoyé par putréfaction eſt le principe
Diane pour ravager la forêt de la diſſolution .
de Némée. Hercule entre LIQUEUR VÉGÉ
prit de le prendre , & de le TALE. Mercure des Phir
mener à Euryſthée. Il y loſophes , ainſinommé, non
réuſſit , comme on le voit de ce qu'il ſoit en effet une
dans le ch . 2. du liv. 5. des eau ou un ſuç extrait des vé
Fables Egypt. & Grecques gétaux, mais parce qu'il a en
dévoilées. luiun principe végétatif, &
LIQUÉFACTION . Il y qu'il eſt primordialement le
a trois fortes de liquéfactions principe de la végétation .
dans les minéraux, Quel LIQUEUR VÉGÉTABLE
ques -uns ont des parties ter- Crue . C'eſt le mercure des
reſtres, ce qui les fait diffoy- Sages avant la préparation .
dre dans leur continu , les LIQUEUR VÉGÉTABLE
fait liquéfier & fluer d'un SATURNIENNE . Matiere ſa
flux mercuriel. Les corps line qui entre dans la com
qui fluent ainfi s'appellent poſition du mercure des Sa
mercures , quoiqu'impropre- ges. Elleſe tire de la plante
ment ; car lorſque le plomb que les Philoſophes appel
fue ainſi, il faudroit l'appel- lent auſſi Saturnienne ; non
ler plomb-vif, & non argent que ce ſoit proprement une
ils parlent
D'autres minéraux ont des par fimilitude & par allégo
eaux dans leurs pores ; ils ſe rie. » On trouve dans les
diffolvent au feu : ce ſont les » lieux Saturniens , dit Phir
eaux minérales . » lalethe , une certaine herbe
D'autres enfin contiennent » appellée Saturnienne, dont
de l'air & des parties ignées » les branches paroiſſent fé
dans leurs pores , ce qui oc- »ches , mais la racine eft
çafionne leur dilatation, avec » pleine de luc, Recueillez
LI L Í LO 253
» cette herbe avec ſa racine , mercure dont il s'agit , n'eſt
» & portez- la juſqu'au pied pas le mercure vulgaire, c'eſt
» de la montagne de Vénus, celui , dit Planiſcampi, qui ſe
» où ayant creuſé par l'aide trouve en quantité dans le
1
v de Vulcain , vous y enter- Téréniabin & le Noſtoch.
» rerez votre herbe , dont LIQUOR ESSENTIALIS.
» la vapeur ouvrira & péné. Subſtance nutritive des ali
» trera les pores de la terre.co mens. Planiſcampi.
Quelques Chymiſtes ont LIQUOR MUMIA DB
appellé le vin Liqueur végé- Gummi . Huile des gom
table , mais les Philoſophes mes. Planiſcampi.
Hermétiques ne l'entendent LIQUOR AQUILEGIUS .
pas ainfi . Eau -de -vie .
LIQUEUR DE MUMIE . LIQUOR MICROCOSMI.
Paracelſe a donné ce nom à Mumie , ou extrait de Mu
la graiſſe humaine. mie. Quelques-uns donnent
LIQUIDITÉ .Etat d'un ce nom au fang humain & à
corps dont les parties qui le ſon eſſence.
conſtituent ne ſont pas ad LIQUOR SALIS . Eſprit
hérentes. Il y a deux ſortes de ſel préparé philoſophi
de liquidité, l'une qui mouille quement, appellé par Para
les mains , comme celle de celle Baume de nature.
l'eau , & l'autre qui ne mouil. LIRION . La plante ap
le pas les corps ſur leſquels pellée Lys.
eſt le fluide , telle eſt celle LITHARGE D'AR
du mercure commun & de GENT . Matiere de l'au
celui des métaux. Cette der- vre parvenue à la blancheur,
niere fluidité a ſa cauſe dans par la cuiſſon des Sages.
les parties terreſtres qui ſe LITHARGE D'OR. Pierre
font inſinuées dans les pores au rouge , ou ſoufre des Phi-,
des métaux en plus grande lofophes .
LIXANDRAM . Sel ar
quantité qu'elle n'étoit re
quiſe. Beccher. moniac.
LIQUIDUM DE RE LOBUS. Plante appellée
SOLUTO . Tout ce qui eft Phaſéole.
liquide de ſa nature , comme L'OFFAS. Voyez LEF
l'eau , le mercure . FAS .
LIQUOR MERCURII. LOMENTUM . Farine
Baume preſqu’univerſel pour de féves.
la guériſon des maladies. Le LOT. Urine,
254 L ÒỞ LO
LOTON . V. LATON que pour la perfe & ion de
& LETON DES PHILOSO- l'auvre.
PHES . LOTIUM . Urine d'en
LOTONÉ . Poids d'une fant.
once. LOTUS . Arbre confa .
LOTION. Circulation cré à Apollon & à Vénus.
de la matiere dans le vaſe Les Egyptiens faiſoient en
des Philoſophes; elle monte trer dans leurs hiéroglyphes
en vapeurs, & retombe en la plante appellée Lotus , &
pluie ſur le terreſtre qui de- repréſentoient Horus , fils
meure au fond , le blanchit d'Oſiris & d'Iſis , aſſis ſur
& le purifie , commela roſée cette plante ; ils la mettoient
ſur les toiles neuves dans les auſſi quelquefois à la main
Blanchiſſeries. d'Iſis. Elle étoit conſacrée à
La lotion des Philoſophes Horus , parce que ce Dieu
n'eſt qu'un terine appliqué ne différoit pas de l'Apollon
par ſimilitude.Ils lavent avec Egyptien ou Hermétique.
le feu , comme ils brûlent Voyez les raiſons de tout
avec l'eau. Leur lotion n'eſt cela dans le premier livre des
qu'une purification de leur Fables Egypt. & Grecques
matiere faite par le feu phi- dévoilées .
loſophique. Qu'on ne ſe laiſ LOUP. Cet animal étoit
ſe donc point tromper par conſacré à Apollon , & étoit
l'Auteur qui dit : Allez voir en grande vénération chez
les femmes quifont la leſive, les Egyptiens. Voyez pour
& qui blanchiſſent le linge, quoi, dans le liv . 1. ch. 8.
voyez comment elles font, & des Fables Egypt. & Greco
faites comme elles. Il veut ques dévoilées.
dire fimplement, ôtez à la Loup . Quelques Chy
matiere ſes impuretés , & miftes.ont donné ce nom å
cela par le feu philofophi- l'antimoine ; mais il doit s'en
que ou le feu même de la tendre du mercure des Sa
matiere; car un autre Auteur ges . Prends un Loup affamé
nous aſſure qu'elle ſe diſſout, & raviſſant , ſujet , à cauſe
fe purifie , fe congéle , fe de l'étimologie de ſon nom ,
noircit, ſe blanchit & ſe ru- au guerrier Mars ; mais de
béfie d'elle - même ; qu'on race tenant de Saturne ;
n'en ôte rien , & qu'on y comme étant ſon fils. Baf.
ajoute ſimplement dans un Valent. Le mercure ,eft dit
certain tems ce qui lui man- petit- fils de Saturne.
L O L Ư LU .255
LOUP GRIS . Anti- miere à leur ſoufre rouge ;
moine . parce qu'ils l'appellent aufli
LUBEN. Encens. Soleil , & que le ſoleil nous
LUBRICUM . Ma- tranſmet la lumiere .
tiere de l'æuvre parvenue au LUMINAIRE . Les deux
blanc. grands luminaires des Sages
LUCIFER. Magiſtere lont l'or & l'argent des Phim
lorſqu'il fort de la putrefac- loſophes ; c'eſt-à -dire la ma
tion. Il eſt ainſi nommé de tiere de l'auvre parvenue à
ce que les Philoſophes ap- la couleur blanche qu'ils ap
pellent lumiere la matiere pellent Lune , & le magiftere
parvenue au blanc , & que au rouge qu'ils nomment So
cette blancheur eſt annon- leil.
cée parun petit cercle blanc LUNAIRE. ( Gr. Art. )
qui le forme ſur le noir au- Les Philoſophes ont donné
tour de la matiere. le nom de Suc de Lunaire à
LUDUS . Paracelſe & leur mercure , qu'ils ont auſſi
Crollius ont employé ce ter- appellé Crachat de la Lune ,
me pour ſignifier le ſédiment Fils du Soleil & de la Lune ;
qui s'attache au fond des . non que ce mercure ſoit en
pots de chambre. effet le ſuc d'une plante ap
LUDUS PUERORUM . pellée Lunaire ;dont les Bo.
Ouvrage de la pierre après taniſtes reconnoiſſent deux
fa premiere préparation. eſpeces, la grande & la pe
LULFAR OU ALIOFAR . tite ; mais parce qu'ils nom
Perles . ment Luneleurmercure ; que
LUMIERE . Les Chy- Marie , fæur de Moïſe , dit
miſtes Hermétiques donnent être deux plantes blanches
ce nom au mercure quand il que l'on cueille ſur lespetites
blanchit après la putrefac- montagnes, & que Philale
tion ; & c'eſt alors que ſe fait the appelle Herbe Satur
la ſéparation des ténébres & nienne.
de la lumiere. Ils nomment LUNAIRE LUXURIEUSE.
auffi Lumiere la poudre de C'eſt le même mercure ap
projection parce qu'elle pellé femelle , que les Phi.
ſemble éclairer les métaux lofophes diſent être fi luxu
imparfaits , quand elle les rieufe , qu'elle agace le mâle
tranſmue en or ou argent. & ne lequitte point qu'elle
Les Philoſophes ont quel- ne ſoit devenue groſſe . Voy .
quefois donné le nom de Lu, d’Eſpagnet , Can. 22.
255 LU Í U
LUNAIRE OU LUNARIA . pourquoi Apulée l'a appel
Soufre de nature. lée la Nature , & lui fait dire
LUNE ( la ) étoit une des qu'elle eſt une & toutes cho
grandes Divinités des Egyp- fes. C'eſt de cette Lune que
tiens , connue ſous le nom fe forme l'autre , ou l'Ilis ,
d'llis . Macrobe & Voflius fæur & femme d'Ofiris ,
réduiſent à la Lune preſque c'eſt -à -dire cette même eau
toutes les Divinités du ſexe mercurielle volatile , réunie
feminin révérées dans les avec ſon ſoufre , & parve:
téms de l'idolâtrie . Cérés , nue à la couleur blanche
Diane Lucine 9 Vénus , après avoir paſſé par la cou
Uranie , la Déeſſe de Syrie , leur noire'ou la putréfaction.
Cybele , iais , Veita , Aſtar- Conſidérée dans ces deux
té , Junon , Minerve , Libi- états , elle prend tous les
tine , Proferpine , Hécate & noms que nous avons rapa
pluſieurs autres qui n'étoient portés ci-devant. Les Philo :
formées que d'après l'Iſis des ſophes Chymiques ne lui
Egyptiens, ne font que des donnent communément que
noms différens donnés à la ceux de Lune , Diane, Dians
Lune. Ces deux Auteurs ont nue , & quelquefois Vénus.
raiſon , & ils ont entrevu la Lune. Ce terme fe prend
vérité ſans la connoître , ou en pluſieurs ſens; tantôt les
du moins ſans pénétrer l’in- Philoſophes entendent leur
tention de ceux qui ne con mercure ſimple , tantôt leur
noiffoient qu'unemêmecho- matiere au blanc , & tantôt
ſe ſous ces différens noms. l'argent vulgaire. Lorſqu'ils
Comme ces Divinités pré- diſent que leur pierre eſtfaite
tendues n'avoient d'autre avec le Soleil& la Lune , on
origine que l'Iſis des Egyp- doit l'entendre de la matiere
tiens , il auroit fallu les ex- volatile pour la Lune , & de
pliquer de la même maniere la fixe pour le Soleil. Ils ap
& dans le ſens des Prêtres pellent auſſi Lune leur four)
d'Egypte , qui étoit celui fre blanc , ou or blanc. Le
d'Hermès leur premier initi- regne de la Lune arrive dans
tuteur. les opérations , lorſque la
La Lune Hermétique eſt matiere après la putréfaction
de deux fortes. La premiere change ſa couleur griſe en
eſt leur eau mercurielle ар » blanche .
pellée Ifis , la mere & le Quand les Sagės parlent
principe des choſes ; c'eſt de leur Lune dans cet état ,
ils
LU LU 257
ils l'appellent Diane , & di ont donné une infinité de
fent qu'heureux eſt l'homme noms , dont quelques - uns
qui a pû voir Diane toute ſemblent ſe contredire ; mais
nue ; c'est - à - dire la matiere il faut faire attention que ces
au blanc parfait. Il eſt heus noms ſont relatifs ſoit aux
reux en effet , parce que la opérations , ſoit aux couleurs
perfection du ſoufre rouge , de l'auvre , ſoit aux qualités
ou or philoſophique , ne dé- de cette matiere. Ils l'ont ap
pend plus que de la conti- pellée tantôt eau , & tantôt
nuation du feu. terre. Reſpectivement au
L'éclipſe du Soleil & de corps parfait, elle eſt un el
la Lune eſt le tems de la pu- prit pur ; & relativement à
tréfaction de la matiere , ou i'eau minérale elle eſt corps
la couleur noire . Diane , fe- mais un corps hermaphro
lon la Fable , eſt four d'A- dite. Reſpectivement à l'or
pollon ; elle eſt l'aînée , & a & à l'argent, c'eſt un mer
ſervi de fage - femme à la cure vif , une eau fugitive. Si
mere , pourmettre ſon frere on la compare au mercure ,
au monde. C'eſt que la cou elle paroît une terre , mais
leur rouge , priſe pour le so une terre adamique , un ca
leil , ne paroît qu'après la hos ; elle eſt un vrai Prothée.
blanche , que l'on nomme LUNE FEUILLÉE. Pierre.
Lune. au blanc .
LUNE DES PHILOSO LUNE CORNÉ E. Les
PHES. ( Sc. Herm . ) Matiere Chymiſtes donnent ce nom
des Philoſophes , non uni à la chaux d'argent faite par
que , mais faiſant partie du l'eau -forte de la façon lui
compoſé . Ce n'eſt pas l'ar vante . Faites diſſoudre dans
gent vulgaire ,ni le mercure deux onces d'eau - forte une
extrait de l'argent : c'eſt la once d'argent fin; lorſque la
Saturnie végétable , la fille diſſolution eſt achevée, jet
de Saturne , appellée par tez - y de l'eſprit de ſel com
quelques – uns Vénus , par mun , qui fera précipiter l'ar ch
d'autres Diane , parce qu'elle gent diſſout. Vous édulco
a une forêt qui lui eſt con rerez enſuite cette chaux , &
facrée . L'argent vulgaire fait vous aurez la Lune cornée .
l'office de mâle dans les opé. LUNE RESSERRÉE . Are
rations de l'auvre , & la gent de coupelle . Quand les
Lune des Philoſophes fait Chymiſtes lui donnent le
L'office de femelle. Ils lui noin de Luna compata , ils
R
258 LU LY
entendent parler de la Lune doivent paller de l'un dans
philoſophique , ou matiere l'autre , ou y circuler , ne fe
de l'æuvre parvenue à la diſlipent & ne s'évaporent.
blancheur , & alors ils l’ap LYCHAS . Domeſtique
pellent aufli Or blanc , & d'Hercule . V. Lichas .
Mere de la pierre. LYCIUS. Surnom d'A .
LUNE, chez les Chymiſtes pollon .
vulgaires , fignifie propre LYCOCTONUM. Aco
ment l'argent dont on fait la nit.
monnoye & les meubles . LYCOMEDE , Roi de
LUPINUS . Poids d'une Scyros , nourrit & éleva dans
demi - dragme. Fernel de la Cour Achille fils de Thé
prend pour fix grains , & tis. Il s'y cacha ſous l'habit
Agricola pour huit. de femme pour ne pas ſe
LUPULUS. Plante con trouver au ſiége de Troye.
nue ſous le nom d'Houblon . Ulyſſe l'y découvrit , & le
LUPUS RÉCEPTI. mena à ce ſiége , parce que
TIUS , LUPUS SALIC- cette ville ne pouvoit être
TARIUS. V. LUPULUS. priſe fans la préſence d’A
LUT. Voyez SCEAU chille. Voyez les Fables
D'Hermès . Dans les opé- Egypt. & Grecq. dévoilées ,
rations les vaiſſeaux doivent liv. 6. Fatal . 1 .
être tellement lutés , qu'il ne LYCURGUE , pere .
s'y rencontre aucune ouver- d'Archémore , confia l'édu
ture par où les eſprits puif- cation de cet enfant à Hyp
ſent s'évaporer. S'il s'y en fiphile , fille de Thoas qui
trouvoit l'ouvre périroit , ou regnoit à Lemnos . Pen
le vaſe ſe briſeroit. dant qu'Hypſiphile étoit allé
Le lut eft proprement une montrer à des Princes Grecs
eſpece de mortier compoſé une fontaine pour les délal
terer , un ſerpent mordit &
de différentes matieres , dont
fit périr de fa morſure le pe
les Artiſtes ſe ſervent pour
tit Archémore. Les Grecs
enduire ou encroûterles vaiſ-
par reconnaiſſance inſtitue-,
ſeaux de verre , afin qu'ils ré-
fiftent mieux à l'action durent des jeux en l'honneur
d'Archémore, & leur don
feu . Le lút fert auſſi à join-
dre les ouvertures de deux nerent le nom de Jeux Né
vaiſſeaux , ou leurs becs deméens . V. HYPSIPHILE.
communication , pour em LYCUS , Roide Thebes ,
pêcher que les eſprits qui ayant voulu faire violence à
L Y LYMA 253
Mégare , Hercule vint au ſe, dans la ſuite la mort de les
cours de celle-ci & tua Ly: freres par celle de Danaüs.
cus. C'eſt le précis de la V. HYPERMNESTRE:
table , que les Alchymiſtes LYSIDICE , fille de
1 expliquent ainſi. Lycus veut Pelops & d'Hippodamie ,
dire en grec la même choſe épouſa Electrion ſelon quel
que Loup en françois. Tous ques-uns, & eneut Alcmene
les Philoſophes Spagyriques mere d'Hercule. D'autres di
& particulierement Bafile ſentqu'Alcmene fut fille d'E
Valentin , Religieux Béné- lecttion & d'Anaxo . Voyez
dietin en Allemagne , enten ALCMENE , HERCULE.
dent par le Loup l'eſprit mé
tallique. Toute matière mét M
tallique eſt compoſée d'un
corps , d'une ame & d'un ACEDO , Dieu des
CED
eſprit. Mégare eft l'ame , & MA Egyptiens , que ces
Hercule et le corps.L'eſprit peuples repréſentoient ſous
comme le plusvif, eſt féroce la figure d'un loup , comme
& vorace , & pendant la pu- Anubis fous celle d'un chien .
tréfaction il veut attenterſur Quelques Auteurs diſent
l'ame & la corrompre ; mais qu'ils accompagnerent l'un
comme elle eſt hors de ſes & l'autre Oſiris dans ſes
atteintes à cauſe de fa ſee voyages. Voyez comment
mence ignée & de ſon abon on doit interprêter chymi
dance d'éther, le combat qui quement cette fable ,dans le
ſe fait entr'eux eſt très-vif & livre 1. des Fables Egypte
très -long , le corps alors ſe & Grecq, dévoilées , ch. 8 .
ſaiſit de l'eſprit, le coagule, MACÉRATION . Atté .
le fixe , & le tue , pour ainſi nuation d'un mixte faite par
dire . " I ſa propre humidité , ou dans
LYNCÉE , fils d'Egyp : quelque menftrue étranger.
tus, ayant épouſé Hyperm- La macération précéde la
neſtre fille de Danaüs , celui- putrefaction & y diſpoſe le
ci ordonna à toutes ſes filles , mixte.
au nombre de cinquante ; de MACHA . Ver volanit.
tuer leurs époux la premiere Rullandus.
nuit de leurs noces. Toutes MACHAL . Toute maa
obéirent , excepté la ſeule tiere fixe. Rullandus.
Hypermneſtre. Lyncée fon MACHAON , fils d'EC
époux ſe fauva , & vengea culape & d'Epione, ſe trouya
Rij
260 MA Μ Α
avec Podalire ſon frere àla chofes ſurprenantes & ad
guerre de Troye , & y fut mirables. Ils ſçavoient faire
bleſſé d'une fléche. Voyez jouer tous les reſſorts de la
les Fables Egypt. & Grecq. Nature , & de leur action
dévoilées , liv. 3. chap. 12. mutuelle il en réſultoit des
§. 2. & liv. 6. prodiges que l'on prenoit
MACHINAR. Matiere pour des miracles.
dont on vernit les pots de Les Mages croyoient la
terre . Johnſon. réſurrection des corps &
MACRA. De la terre l'immortalité de l'ame. Ils
rouge. Johnſon. faiſoient profeffion de la Ma.
MADIC. Petit lait ſor- gie , mais de cette Magie
tant du beurre. lublime, & pour ainſi dire
MAGALE. Terme latin céleſte , exercée parles plus
qui ſignifie une hute , une ca- grands hommes de l'Anti
bane en françois ; mais Pa- quité , à laquelle on a donné
racelſe par ce terme enten-. dans la ſuite le nom de Theur
doit toutes ſortesdeparfums gie, pour la diſtinguer de la
faits avec des minéraux. Magie fuperftitieule & con
MAGES . Philofophes , damnable qui s'exerce par
Prêtres & Sacrificateurs de l'abus des chofes naturelles
la Perſe , qui ſe rendirent & des choſes ſaintes , avec
autrefois célébres par leur l'invocation des eſprits ma
fcience & leur fagefle. Leur lins ; au lieu que la Theurgie
doctrine étoit la même que conſiſte dans la connoiſſance
celle des Prêtres d'Egypte & la pratique des ſecrets les
ſucceſſeurs d'Hermès, la mê- plus curieux & les moins
me que celle des Brachma- connus de la Nature.
nes chez les Indiens , des MAGISTERE . C'eſt
Druides chez les Gaulois' , l'opération du grand cuvre ,
des Chaldéens chez les Bac la féparation du pur d'avec
byloniens , des Philoſophes l'impur, la volatiliſation du
chez les Grecs , &c . Philon fixe, & la fixation du volatil
nous apprend dans ſon livre l'un par l'autre, parce qu'on
des Loix particulieres , que n'en viendroit jamais à bout
leur ſcience avoit pour objet en lestravaillant ſéparément.
la connoiſſance dela Nature Les Philoſophes diſent que
& de fon Auteur ; & que leur magiſtere a pour prin
cette connoiſſance leur étoit cipe un , quatre , trois , deux
Ffamiliere qu'ils faiſoient des & un. Le premier un eſt la
M A M A 261
premiere matiere dont tout diſtillations réitérées on fait
a été fait : quatre ſont les perdre la mauvaiſe odeur
quatre élémens formés de aux huiles des animaux ou .
cette premiere matiere : trois des végétaux.
ſont le ſoufre , le ſel & le MAGISTERE DES FIXES,
mercure , qui font les trois lorſque des corps volatils &
principes des Philoſophes : ſpiritueux on en faitdes corps
deux c'eſt le Rebis , ou le fixes par la circulation , ou.
volatil & le fixe ; & un eſt que l'on durcit les corps mols
la pierre ou le réſultat des de leur nature.
opérations , & le fruit de MAGISTERE DE CON
tous les travaux Herméti- SISTENCE , quand on coa
ques. Quelquefois les Phi- gule ou qu'on épaiſſit une
lofophes appellentMagiſtere choſe liquide', ſoit pour la
chaque opération , qui ſont conſerver fans altération, ſoit
la préparation du mercure, pour lui donner plus de pro
la fabrication du ſoufre , la priétés. Tels ſontlesextraits ,
compoſition de l'élixir. les criſtalliſations des ſels
En fait de Chymie vul- & c.
gaire il y a trois fortes de ma MAGISTERE DE Cou
giſteres , qui prennent leurs LEUR , lorſqu'on ajoute une
dénominations des motifs couleur étrangere à un corps ,
qui les font entreprendre. ou que l'on manifeſte une
Les uns regardent la qualité couleur intrinſeque. Tel eſt
des mixtes , les autres leur le fel de tartre qui eſt blanc
ſubſtance , leurs couleurs , extérieurement , & rouge en
odeurs , &c . On dit : puiffance , de même que le
MAGISTERE D'ODEUR , nitre. On fait paroître la cou
lorſque par le ſecours de l'art leur rouge du premier en y
onôte d'une confection , d'un mêlant de l'eſprit de vin. Ce
remede , &c. une odeur dé- terme ſe dit auſſi des cou
ſagréable & dégoûtante, en leurs que l'on donne auxmé
leur conſervant leurs pro- taux.
priétés, comme lorſque l'on : MAGISTERE DE Poids ,
mêle autant peſant de feuil- quand on augmente le poids
les de grande - ſcrophulaire naturel des corps ſans en aug.
que de fené dans une mén menter le volume.
decine , pour ôter au ſéné MAGISTERE DES POU
fon odeurdéſagréable & fon DRES , lorſqu'on réduit un
goût dégoûtant. Quand par corps en poudre impalpable,
R iij
262 Μ Α M A
ſoit par la trituration , ſoit par corrige , par exemple , une
la calcination , ſoit par la pu- âçrimonie. Tout l'art des
tréfaction , foit enfin par la Cuiſiniers conſiſte dans ces
diſſolution . opérations.
MAGISTÉRE DES PRIN MAGISTERE DU SON ,
cipes , lorſqu'on décompoſe quand on donne aux corps
les corps , & qu'on les ré une liaiſon de parties qui les
duits à leurs principes. Les rend plus ſonores qu'ils ne
Chymiftes vulgaires préten- le font naturellement ; tel eſt
dent faire cette opération par le métal des cloches : le cui,
la force du feu élémentaire , vre & l’étain pris ſéparément
au moyen des diſtillations, & en même maſle , ne don
ſublimations, &c . Ils tirent neroient pas le même fon
du phlegme , de l'eſprit, de qu'ils font quand ils ſont réu
l'huile , du fel, & le caput nis . La différente cuiſlon de
mortuum ou têtemorte ; mais la brique , des métaux leur
ils ſe trompent , puiſque leurs donne un fon plus parfait, &
prétendus principes peuvent on juge ſouvent de la per
encore ſe réduire en d'autres fection ou de la bonté des
que le feu élémentaire ne métaux & de certains corps
fçauroit féparer , ou qu'il dé- par leur fon .
truit. Pour réduire les corps MAGISTERE DU VOLA
à leurs premiers principes , TIL , lorfque d'un corps fixe
on ne peut le faire que par on le rend volatil . Les Phi
un agent naturel tiré de ces lofophes Hermétiques diſent
mêmes principes. Si le corps vous ne réuſſirez point , fi
eſt très - fulfureux , il faut vous ne ſpiritualiſez les corps
un diffolvant mercuriel, qui & ne corporifiez les efprits ;
prenne le deſſus ſur le ſoufre . c'eſt-à -dire, ſi vous ne rens
Becher . " dez volatil le fixe , & fixe le
MAGISTERE DE QUA- volatil .
LITÉ , lorfqu'on ôte à un : MAGMA . Marc , ce qui
mixte une mauvaiſe qualité , reſte au fond d'une cucurbite
comme lorſque d'un poiſon après la diftilation. On l'ap
on en fait un baume. pelle plus proprement Tête
MAGISTERE DE SĄ- morte. Le terme Magma fe
VEUR ,lorſqu'on donne une dit auffi plus particuliere
faveur agréable à ce qui en ment de ce qui refte après
avoit une dégoûtante , ou qui l'expreffion d'un fuc , d'une
n'en avoit pas ; ou quand on liqueur, mery
MA Μ Α 263
MAGNÈS. Le Coſmo- dit -il , notre magnéſie dans
polite s'eſt ſervi de ce terme laquelle conſiſte tout notre
pour ſignifier la matiere du ſecret ; & notre ſecret final
mercure philoſophique. Il eſt la congélation de notre
dit qu'elle a une vertuaiman- argent-vif dans notre ma
tive qui attire des rayons du gnéſie au moyen d'un cer
Soleil & de la Lune le mer tain régime .
cure des Sages. V. AIMAN. MAGNÉSIE DES PHILO
MAGNÈS ARSENICAL , SOPHES eſt le nom que Pla
eft une poudre faite avec de niſcampi donne à un amal
l'arſenic criſtallin , du ſoufre game fluide d'argent & de
vif & du foufre cru , parties mercure.
égales ; elle eſt admirable , MAGNÉSIE LUNAIRE eſt
dit Planiſcampi, pour l'at- le régule d'antimoine , de
traction du venin peftifere, même que la
appliqué ſur la tumeur. MAGNÉSIE SATUR
MAGNÈS VITRAR11. Sel NIENNE , qui eſt auſſi ap
alkali. 1 pellée Plomb des Philofo
MAGNÉSI . MatiereE phes & le premier Être des
d'où les Philofophes ex- métaux.
trayent leur mercure. Sou MAGNESIS MA
vent ils donnent ce nom de GNENSIUS eſt le fang
Magnéſie à leur plomb , ou humain réduit en poudre
la matiere au noir pendant par une opération philofo
la putréfaction ,quelquefois phique .
à leur mercure préparé. MAGNETICUS TAR .
MAGNÉSIE BLANCHE , TAREUS. Pierres qui ſe .
c'eſt le ſoufre ou or blanc , forment dans le corps hu
la matiere dans le vaſe pen - main .
dant leregne de la Lune. MAGOREUM . Médi
: MAGNÉSIE ROUGE , cament qui agit fans qu'on
c'eſt le ſoufre rougedes Phi- puiſſe en découvrir la cauſe
lofophes, leur or, leur So- phyfique, telle eſt la pou
leil . dre de ſympathie , l'unguen
Raymond Lulle ( Theor. tum armarium de Paracel
cap. 30. ) donne le nom ſim- ſe , &c.
ple de Magnéſie à la terre MAGRA . Terre rouge .,'
feuillée des Philoſophes , ou MAIA , fille d'Atlas &
leur matiere parvenue à la mere de Mercure . Voyez
blancheur. Cette terre eſt , MERCURE .
Riv
264 Μ Α MA
MAIN DROITE . Ma- de couleur orangée , avec un
giſtere au rouge , ainſi ap- rouleau ſur lequel eſt écrit :
pellé de ce que ſans lui on Dele mala quæ feci. Il ex
ne peut réuſſir à faire l'ou. plique lui-même ces paroles
vre . Philalethe. en ces termes : Otes -moi ma
Main GAUCHE . Magif- noirceur. Car mal ſignifie
tere au blanc . par allégorie la noirceur. On
MAISON DE VERRE. trouve le même terme pris
@uf ou vaſe philoſophique, au même ſens dans la Tour
qu'ils ont auſſi appellé Pri- be : Cuis juſqu'à la noirceur,
ſon du Roi. qui eſt mal.
MAISON DU POULET MALADORAM . Sel
DES SAGE3 . C'eſt le four gemme.
ou fourneau appellé Atha MALARIBIO . Opium.
nor ; mais plus particuliere MALARIBRIC . Voyez
ment le vaſe qui y eſt ren MALAR IBIO .
fermé. MALE . ( Sc. Hermet . )
MAIUS NOSTER. Magiſtere au rouge. Il faut
C'eſt la roſée philoſophique bien prendre garde , quand
& l'aiman des Sages. on lit les ouvrages des Phi
MAL. Terme métapho- loſophes , par quel endroit
rique qui ſignifie la putré- des opérations ils commen
fačtion & la diſſolution de centà parler.Un grand nom .
la matiere des Sages dans bre ont omis le magiftere &
l'auf Hermétique. Les Phi- le ſuppoſent déja fait. C'eſt
lofophes ont employé ce pourquoi ils diſent : Prenez
terme, parce que l'idée qu'il le mâle & joignez -le à ſa
préſente eſt toujours un prin- femelle. Ils parlent alors du
cipe de deſtruction ou une magiſtere parfait au rouge .
deſtruction même d'un être ; MALCHORUM ou
c'eſt dans ce ſens que l'on . MALEHORUM . Sel
dit , la mort eſt le plus grandgemme .
des maux ,parce que la mort MALECH. Sel com
eſt une diffolution des corps .mun.
La fiévre eſt un mal , parce MALIÇORIUM. Ecore
qu'elle eſt une cauſe ou prin- ce d'orange.
cipe de deſtruction . MALINATHALLA.
Flamel dans ſes Figures Plante appellée en françois
hiéroglyphiques repréſente Souchet , en latin Cyperus.
un homme habillé de noir & MALTACODE. Média
Μ Α Μ Α 265
cament dans lequel il entre phés ont donné ce nom à
de la cire. Blanchard . leur Saturnie végétable , par
MAMOLARIA. Plante comparaiſon avec le marbre
connue ſous le nom de Bran- dont les Peintres ſe fervent
che Urſine. pour broyer leurs couleurs ,
MANBRUCK . Argent parce que ce marbre philo
commun & vulgaire. ſophique broye , diviſe & at
MANDELLA . Semence tenue lor des Philoſophes.
d'ellebore noir . Voyez CRIBLE .
MANHEB. Scories des Le marbre des Sages Her
métaux. métiques eft proprement leur
MANNA CHYMICO- mercure ;mais ilsontauſſi
RUM ou MANNA MER- donné le même nom à leur
CURIALIS. C'eſt un pré- matiere parvenue au blanc
cipité blanc de mercure 9 par la cuiſſon , parce qu'elle
qu'on fait enſuite paſſer par eſt alors éclatante comme le
l'alembic ſous forme blan- marbre blanc poli.
che comme la neige. On lui MARCHED . Litharge.
donne auſſi le nom d'Aqui MARCASSITE. Matie
la cæleftis. Blanchard . re minérale dont il y a beau
Beguin dit , dans ſa Chy- coup d'eſpeces , car toutes
mie , que cette manne ſe fait les pierres qui contiennent
en diffolvant le mercure dans peu ou beaucoup de métal
de l'eau -forte , qu'il faut en ſont appellées de ce nom .
fuite le précipiter avec l'eau On le donne même à plu
de mer , ou ſalée , & puisſieurs pierres ſulfureuſes dont
diſtiller ce précipité d'abord on ne peut tirer aucun mé
à petit feu . tal ; il ſuffit pour cela qu'el
MANNE . Mercure des les contiennent beaucoup de
Philoſophes. Ils l'ont aufli ſoufre ou de vitriol : dans ce
appellé Mannedivine, parce dernier cas on devroit plu
qu'ils diſent que le ſecret de tôt les nommer ſimplement
l'extraire de la miniere eſt un Pyrites. Pluſieurs Chymiſ
don de Dieu , coinmela ma tes ont pris les marcaſites
tiere même de ce mercure . pour la matiere du grand cey
MANUS CHRISTI. Su, vre; ils n'avoient pas lû ſans
cre perlé. doute les ouvrages de Ber
MARATHRUM. Fe- nard Comte de la Marche
nouil. Tréviſanne , qui dit claire
MARBRE . Les Philofo- ment que les marcaffites ne
266 Μ Α Μ Α
font pas la matiere requiſe. pur , ſi l'on veut que le fils
MARGA eſt une cer- qui naîtra de ce mariage ait
taine matiere un peu graſſe un degré de perfection qu'il
& onctueuſe que l'on trouve puiſſe communiquer à tous
dans quelques pierres ; ce qui fes freres & fujets.
lui a fait donner le nom de MARIAGE DU FRERE
Moëlle des cailloux. ET DE LA SEUR fignifie ,
MARIAGE. Rien n'eſt en termes de Science Her
plus ufité dans les écrits des métique, le mêlange du fou
Philoſophes que ce terme. fre & du mercure dans l'æuf
Ilsdiſent qu'il faut marier le philoſophique. C'eſt ce qu'ils
Soleil avec la Lune , Gaber- appellent aufli la copulation
tin avec Beya , la mere avec du mâle & de la femelle. Et
le fils , le frere avec la ſour ; quand les Philoſophes diſent
& tout cela n'eſt autre choſe que de ce mariage naît un
que l'union du fixe avec le enfant beaucoup plus beau
volatil, qui doit ſe faire dans & plus excellent que ſon
le vafe par lemoyen du feu . pere & fa mere , ils enten
Toutes les ſaiſons font dentpar-là l'or ou la poudre
propres à faire ce mariage ; aurifique , qui tranſmue les
mais les Philoſophes recom- métaux imparfaits en pár
mandent particulierement le faits , c'eſt -à - dire , en or ou
printems, commecelle où la argent.
Nature eſt plus diſpoſée à la MARIAGE. Les Chy
végétation . Bafile Valentin miltes Hermétiques ont don
ditque l'époux & l'épouſe né auſſi ce nom à l'union du
doivent être dépouillés de fixe & du volatil dans le tems
tous leurs vêtemens , & être de leur mélange avant la ſu
bien nets & lavés avant d'en blimation , c'eſt alors le ma
trer au lit nuptial. D'Efpa- riage de Beya & de Gaber
gnet & tous les autres aſſu tin , du frere & de la ſour ,
rent que l'auvre ne réuſſira du Soleil & de la Lune ; &
pas , fi le mâle & la femelle dans le tems de l'union par
ne ſont tellement purifiés faite qui ſe fait par la fubli
qu'il n'y refte aucune partie mation , c'eſt le mariage du
hétérogêne. Tout le ſecret Ciel & de la Terre , d'où
de la préparation du mercure font ſortis tous les Dieux des
conſiſte dans cette purifica- Payens. C'eft la réconcilia
tion . Le ferment ou levain tion des principes contraires,
doit être auſſi parfaitement la régénération du mixte , la
Μ Α MA 267
manifeſtation de clarté & Thrace. Mars étoit un des
d'efficace , la couche nup- douze grands Dieux de l'E
tiale d'où doit naître l'enfant gypte . Homere le dit fils de
royal des Philofophes , plus Jupiter & de Junon ; les
puiſſant que les peres & me. Grecs l'appelloient Arės ,&
res , & qui doit communi- les Latins ſont les ſeuls avec
quer ſon ſceptre & la cou- Apollodore qui l'ayent dit
ronne à ſes freres. C'eſt ce fils de Junon ſans la partici
que les Chymiſtes ont ap- pation d'aucun homme . Le
pellé l'inceſte du pere & de caractere féroce du Dieu
la fille , du frere & de la four, Mars ne l'empêcha pas d'ê
de la mere & du fils. tre ſenſible aux appas de
MARIS , Poids de 83 li- Vénus : il la courtila, & en
vres & 3 onces . Blanchard . obtint des faveurs. Le Soleil
· MARISCA . Figue . qui s'en apperçut, en avertit
; MARMORARIA . Vulcain époux de Vénus ,
Acanthe ou Branche-urſine. qui les prit ſur le fait , au
MARS . Quelquefois les moyen d'un rêts de métal
Philoſophes Hermétiques qu'il torgea ; ce Dieu boi
prennent ce terme dans le teux expoſa enſuite fa fem
Sens ordinaire des Chymif- me & Mars à la riſée des
tes; mais quand ils parlent Dieux , & ne les délia quà
de leur Mars , c'eſt de la ma la ſollicitation de Neptune.
tiere digérée, & cuite à un Voyez ce que ſignifient ces
certain degré; ils diſent alors fi &tions dans les Fables
qu'elle paſſe par le regne de Egypt. & Grecq. dévoilées,
Mars . C'eſt quand elle com- liv . 3. ch. 8. & 10 .
mence à rougir. Quand il s'agit de Chy
MARS , Dicu de la guer- mie vulgaire , Mars ſignifie
re & des combats , nâquit l'acier , le fer.
de Junon ſans connoiſſance MARTACH on MAR.
d'homme . Piquée & jalouſe THAT . Litharge .
de ce que Jupiter avoit en MARTECH. Les Chya
fanté Minerve ſans ſon fe- miſtes Hermétiques ont don
cours , elle médita lemoyen né ce nom à leur matiere
de concevoir fans Jupiter ; conſidérée dans le tems de
Flore indiqua pour cet effet la putréfaction.
une fleur à Junon , qui en fit MARTHEK. Quelques
uſage ; elle conçut & mit uns expriment par ce terme
Mars au monde dans la la pierre au rouge , le tore
268 MA M A
ment de l'æuvre ; mais Luc , créés, parce qu'elle contient ,
dans le Code de Vérité , dit : diſent-ils, en puiſſance tou
Prenez Marthek & le blan- tes les qualités & proprié
chille ; ce qui ſignifie le la- tés des choſes élémentaires.
ton , ou la matiere au noir. C'eſt un cinquiéme élément,
MARUCH . Huile . John- une quinteſſence , le principe
fon. & la fin matériels de tout.
MAS A L. Terme em Gerhard Dorn dit que c'eſt
ployé dans quelques ouvra- la ' matiere-même dont les
ges Chymiques , pour ſigni- cieux ſont compoſés , que
fier du lait aigri. c'eſt la quinteſſence de notre
MASARDEGI. Plomb. matiere ſublunaire , incor
MASAREA. Piloſelle. ruptible , & conſervatrice de
MASELLUM . Etain , ce bas monde , le vrai végé
Jupiter . tatif, l'ame des élémens, qui
MASTACH . Prépara- préſerve de corruption tous
tion d'opium fort en ufage les corps ſublunaires, & leur
chez les Turcs. Quelques- donne le degré de perfection
uns l'appellent Anfion , ou qui convient à chaque ef
Amphion . pece : qu'avec l'aide de l'Art
MASSALIS . Mercure on peut l'en féparer & la
des Philoſophes . communiquer aux trois re
MASSE DE COQUE- gnes animal, végétal & mi
MAR . Matiere de l'ouvre. néral: que cette matiere en
MASSERIUM. Mercure fin eſt ce que les Alchymiſtes
Hermétique. appellent l'Oiſeau d'Hermės
MATERSYLVA . Che- qui defcend continuellement
vrefeuille . . du ciel en terre , & y remonte
MATIERE en termes ſans ceſſe. On peut voirtous
de Philoſophie Hermétique , les autres éloges qu'il lui
eft le ſujet ſur lequel s'exerce donne dans ſon Traité de
cette Science pratique. Tous Lapide Metaphyfico. Mais
ceux qui ont écrit ſur cet Art la matiere des cieux differe
ſe font appliqués à cacher le t -elle de celle de la terre ?
vrai nom de cette matiere , Eſt - elle néceſſaire pour la
parce que ſi elle étoit une végétation , la conſervation ,
fois connue , on auroit la & l'altération des corps ſu
principale clef de la Chy- blunaires ? Peut- elle être la
mie. Ils l'ont nommée de matiere prochaine de l'art
tous les noms des individus Chymique? Je laiſſe les deux
M A M A 269
premiers à décider aux Phy- måtiere des Chymiſtes , dans
ficiens Naturaliſtes , & le laquelle ils diſtinguent la ſe
troiſiéme point aux Alchy- mence mâle qui tientlieu de
S. miſtes , dont la vraie matiere forme , & la femence femelle
premiere n'eſt autre que les qui eſt la matiere propre à
be accidens de la premiere ma recevoir cette forme. C'eſt
tiere des Sectateurs d'Arifto- pourquoi lorſque les Chy
+ te . Les Chymiſtes prennent miftes parlent de leur pre
23 cette matiere , parce qu'elle miere matiere , ils entendent
e eſt la femence des choſes, le plus ſouvent la femence
& que la ſemence de chaque femelle , quoiqu'ils parlent
être eſt fa premiere matiere quelquefois de l'une jointe
qui nous ſoit ſenſible. Toutes avec l'autre. Alors ils diſent
les fois donc que les Philo- qu'elle a tout ce qui lui eſt
ſophes Hermétiques parlent néceſſaire, excepté le feu ou
deleur premiere matiere, on agent extérieur, que l'Art
1 doit toujours l'entendre dela fournit à la Nature : comme
ſemence des corps . le dit Empedocles dans le
1
Il y auroit beaucoup de Code de Vérité.
choſes à obſerver fur cette Il n'eſt pas rare auſſi de
premiere matiere des Chy- voir dans les livres d'Alchy .
miſtes; mais c'eſt à ceux qui mie , tout ce qui produit ſem
font des Traités du Grand mence être pris pour la ma
@uyre , à en parler avec tiere du grand cuvre , de la
toute l'étendue qu'elle mé même maniere que l'on peut
rite. Je me contenterai donc dire l'homme & les animaux
de dire avec Becher ( @ di- compoſés des plantes, parce
pus Chymicus) que tous les qu'ils s'en nourriffent. Ils
corps ne ſont point en tota- s'expriment ainſi en parlant
lité cette premiere matiere de la matiere éloignée , com
tant recherchée ; mais qu'ils me ils parleroient de la pro
la contiennent , & qu'ils la chaine, de la puiſſance com
ſont en effet quant à la puiſ- me de l'acte , de la cauſe
fance ; ce qui doit même comme de l'effet ; ce qui ne
s'entendre des métaux , qui contribue pas peu à faire
ne peuvent être cenſés cette prendre le change aux lec
premiere matiere qu'après y teurs qui ne ſont pas verſés
avoir été réduits . dans cette Science.
C'eſt donc la ſemence des Cette matiere ne ſe trouve
corps , qui eſt la premiere donc que dans la femence
270 Μ Α Μ Α
des corps, & dans le point poſent chaque individu de
de perfection propre à la gé- ces trois regnes.
nération ; c'eſt -à -dire, quand La premiere matiere , des
elle n'a pas été corrompue Chymiſtes, éloignée eſt une
ou altérée par la Nature ou eau pondereufe produite par
l'Art : & quand on la prend une vapeur mercurielle ; la
telle , elle a la puiiſance prochaine : eft eau mercu
d'engendrer , qui n'attend rielle qui ne mouille point
qu'à être réduite à l'acte au les mains, commele dit Saint
moyen du feu . Sion la prend Thomas dans ſon Commen
généralement , ſans avoir taire fur le 3 ° livre d'Ariſ
égard à la forme , elle ſe tote touchant les Météores .
trouve dans tous les corps , La fin que ſe propoſent les
mais non pas priſe comme Chymiſtes dans lapierre phi
matiere ayant forme chy- lofophale étant d'élever les
mique. Dans les animaux métaux iinparfaits à la per
elle s'appelle Menſtrue, dans fe& tion de for, au moyen de
les végétaux Eau de pluye , ſa forme & de fa matiere ; il
& dans les minéraux Eau faut donc que l'une & l'autre
mercurielle. Elles partent foient métalliques & miné
toutes d'une même racine ; rales .
& compoſent cependant , Les Alchymilles ne ſçaq.
ſelon Becher , trois matie : roient réuílir dans leur def
res tout- à - fait différentes ; fein , ft, comme dit Ariftote
quoiqu'elles ayent beau- le Chymifte , ils ne réduiſent
coup d'affinité entr'elles les corps en leur premiere
n'étant qu'une eau ſubtile & matiere; c'eſt-à -dire en leur
viſqueuſe ; mais comme els matiere féminale , & ne la
les différent par leur propre mettent enſuite dansunema
ſubſtance , iln'eſt pas poſti- trice propre à y produire des
ble à l’Art de les changer fruits fi déſirés.
l'uno en l'autre . Celle des : . Pour le premier article ,
animaux femble être faite tout le monde ſçait que les
pour l’union , celle des vé choſes ne ſe détruiſent que
gétaux pour la coagulation , par les contraires ; c'eſt le
& celle des minéraux pour ſoufre qui donne la forme, il
la fixation ; ce que l'on re faut donc ſe ſervir de mer
marque aiſément dans la dif- scure pour le diffoudre ; &
férence de l'union et de la après cette diſſolution , on
liaiſon des parties qui com ajoutera un ſoufre pour com
M A MA 271
guler & fixer le mercure , du ſoufre quiy eſt mêlé , &
en en faiſant le mariage dans par conſéquent toutes ces
le vaſe propre à cet effer. fortes de ſels ne doivent être
Les Philoſophes Hermé- regardés que comme des
tiques ont toujours parlé de mixtes, & non des ſels prin
cette matiere & des opéra- cipes. Le ſel des Philoſophes
tions de l'Art dans des ter- doit ſe comprendre abſtrac
mes allégoriques & énigma- tivement de ce foufre , & ils
tiques. Le ſoufre & le fel , ne l'ont ainſi nommé que
comme les deux principes parce que la forme acciden
conſtituant de cette matiere , telle lui donne ſouvent l'ap
ont été nommés, le premier parence de glace, ou de fel
Roi , Mále , Lion , Crapaut, coagulé , ou qu'il ſe réſout
Feu de nature , Graiſſe du en eau auſſi aiſément que le
Soleil , le Soleil des corps', fel.
le Lut de ſageſſe ou fapience , C'eſt ce fel qu'ils appel
le Sceau d Hermes , le Fu- lent proprement la matiere
mier & la Terre des Philofo- propre à recevoir la forme.
phes , Huile incombuſtible , C'elt pourquoi ils l'ontnom
Mercure rouge , & une infi- mé Humide radical , Menf
nité d'autresnoms même de true , Corps en -puiſance ,
diverſes langues , qui tous Choſe ou Subſtance capable
cependant ſignifient quelque d recevoir toutes ſortes de for
matiere fixe , coagulante ou mes , Reine, Femelle ,Aigle,
glutineuſe; parce qu'ils attri-Serpent, Eau céleſte , Ecume
buent au ſoufre , la forme , lade la Lune , Clef , Mercure
chaleur innée , le ſperme, blanc , Mercure des Philofo
l'ame , l'odeur , la couleur, phes , Eau de vie & demort ,
la ſaveur, la fixité , & tout Cire où l'on imprime le fceau
ce qui eſt capable de cauſer d'Hermes , Eau de glace ,
la cohéſion des parties des Pluye des Philofophes , Fon
corps. taine , Bain du Roi , Bain
Le ſecond principe, ou ſel, des corps , Vinaigre liès
quicomprend toutes les eaux aigre, Savon , & tant d'au
différentes dont nous avons tres noms qo'on trouvera ci
parlé, comme ſemences des après par ordre alphabeti
trois regnes , n'eft pas le ſelque , & dont la plâpart ſea
commun , ou le ſel des corps, ront expliqués dans les arti
'acide , ou qui brûle la lan- cles qui les concernent.
gue ; car cette faveur vient La plus grande partie des
272 MA M A
Philoſophes penſent que tout Voici une partie des noms
a pour principe une eau ſa- que les Philoſopbes Hermé
voneuſe , c'eſt -à-dire , com- tiques ontdonné à leur ma
poſée de deux ſubſtances, tiere. La plûpart font expli
l'une faline & l'autre oléa- qués dans ce Dictionnaire ,
gineuſe , appellée Cahos, & parce que , diſentMorien &
propre à recevoir quelque Raymond Lulle , c'eſt dans
forme . que ce puiſſe être ; l'intelligence de ces noms fi
que Dieu l'a diviſée en deux différens d'une même choſe ,
parties , en eau groffiere , & que conſiſte tout le ſecret de
en eau ſubtile ; la premiere l'Art. Les uns ſont tirés du
viſqueuſe, huileuſe ou ſulfu- grec , les autres de l'hébreu ,
reuſe , la ſeconde ſaline, fub- quelques - uns de la langue
tile & mercurielle . Il les ſub- arabe , pluſieurs du latin &
diviſa encore en trois parties du françois.
générales; de la plus ſubtile >
il forma les animaux , de la Abſemir .
plus craſſe les métaux , & de Acier.
celle qui participe des deux Adam .
il en compoſa les végétaux; Adarnet.
de maniere que celle d'un . Adrop.
regne ne ſçauroit être tranf Affrop .
muée radicalement en un Agneau.
autre regne , paraucune opé Aibatheft .
ration de l'Art. La pratique Aigle .
de la Chymie prouve à ceux Aigle des Philoſophes.
qui douteroient de ce ſyſtè Aigle volante .
me , dit Becher , qu'il n'eſt Aiman.
pas la production d'un cer Air.
veau creux. Le ſoufre agit Airain.
ſur le ſel en l'agglutinant & Airain brûlé.
lui donnant ainſi la forme : , Airain incombuſtible .
le ſel agit ſur le ſoufreen le Airain noir.
diffolvant & le putréfiant ; Alartar.
& l'un joint avec l'autre en Albar Æris .
quantité proportionnée, con Albira .
ſtituent une eau viſqucuſe & Alborach .
vitriolique , qui eſt la pre Alchaeft.
miere matiere de la Nature Alcharit .
& de l'Art. Alcophil.
Alembroth .
Μ Α MA 273
Alembroth . Azoch ,
Aloeam . Azoth.
Alkuſal.
Almagra. Bain.
Almizadir . Bain de Diane.
Alocines. Bain du Roi . !!!
Aludel . Bain du Soleil. prou
Alun . Bain - Marie .
Alus . Bain Vaporeux.
Alzernad . Beia.
Alzon. Berbel .
Amalgra . Beurre.
Ame. Bien .
Ame de Saturne. Bien Communicatif.
Ame des Elémens. Blanc du Noir.
Ame du Monde . Blancheur .
Anachron. Bois .
Anathuel . Bois de Vie.
Anathron & Anatron . Bois d'Or.
Androgine. Borax,
Antimoine. Boritis.
Antimoine des parties de Borteza ou Boreza .
Saturne. Brebis .
Antybar. Brouillard,
Arbre.
Arbre Lunaire. Cadmie .
Arbre Philofophique. Caducée .
Arbre Solaire. Caïn. ,
Arbre Métallique . Cambar .
Arémaros. Camereth .
Argent. Cancre .
Argent- vif. Caſpa.
Argent- vif coagulé. Calpachaïa.
Argyrion . Cendre.
Arneth ou Zarnich . Cendre de Tartre .
Arſenic . Gendre Fuſible .
Aſmarcech . Cendre Incombuſtible .
Altima. Cendre Noire.
Atimad . Chaï.
Aycafort. " Chaia.
S
274 MA MA
Crachat de la Lune . Corps Immonde .
Chameau . Corps Impropre.
Champ . Corps Noir.
Chaos. Corps Mixte.
Chaux, Corps Confus.
Chaux Vive . Corps Imparfait.
Chemin . Corſufle .
Ches. Couronne du Roi.
Cheſſeph . Couteau .
Cheſſeph Hai. Crapau..
Chibur. Criſtal.
Chien . Crible.
Chien Corafcénien .
Chienne d'Arménie . Dangereux.
Choſe croiſée ou four Décembre .
mentée . Décembre E.
Choſe vile. Deeb .
Chyle. Dehab.
Ciel. Diabeſte.
Ciel moyen . Diſpoſitif Moyen.
Ciel des Philoſophes. Douceur du Beurre.
Clarté du Soleil. Duenech.
Clef des Métaux. Dragon.
Clef de l'@uvre. Dragon Volant.
Cour de Saturne . Dragon Rampant.
Cæur du Soleil. Dragon Babylonien .
Colcotar .
Colere. Eau Ardente.
Colle d'Or. Eau Azotique.
Compagnon . Eau de Talc .
Compar. Eau de l'Art.
Compoſt. Eau de Sang.
Compoſé. Eau de Fontaine.
Confection . Eau de Vie .
Contenant. Eau d'Urine.
Contenu. Eau Étoilée.
Coq . Eau Feuillée.
Corbeau. Eau Hyléale .
Corps Blanc Eau Mondifiante .
Corps Contraire. Eau Brûlante .
MA M A 275
Eau Pefante . Femelle .
Eau Pondereuſe . Femme.
Eau Premiere. Fer.
Eau Séche. Ferment.
Eau Simple. Ferment Sublimé.
Eau Viſqueuſe . Fécès Calcinées.
Eau du Styx. Fécès Diſſoutes.
Ebemich . Femme proſtituée .
Ebeſemeth . Feu.
Elément. Feu Naturel.
Elément cinquiéme. Feu contre Nature .
Elixir. Feu Innaturel,
Elfaron . Feu Aqueux.
Enfer. Feu Liquide.
Eſtomach d’Autruches Feu de Cendres.
Embrion. Feu de Sable.
Ennemi. Feu de Lampe.
Epée . Feu Artificiel.
Epouſe. Feu Corrodant & non
Eſpatule. Corroſif.
Eſprit. Feu Humide.
Eſprit Crud. Fiel.
Eſprit Univerſel. Fils béni du Feu .
Eſprit Corporifié. Fils du Nil .
Eſprit Cuit. Fils ( petit ) deSaturne.
Eſprit de la Clarté. Fils du Soleil & de la
Eſprit Pénétratif. Lune .
Etain . Flegme.
Eté. Fleur d'Airain .
Ethélie Blanche. Fleur du Soleil .
Etoile Scellée . Fontaine .
Etre Métallique. Fontaine du Roi.
Euphrate. Forme..
Eudica. Forme de l'Homme.
Eve . Frere.
Excrément du Verre . Frere du Serpent.
Fridanus.
Favonius. Fruit.
Fada. Fruit de l'Arbre Solaire.
Faucon . Fumée Blanche.
S ij
1
276 MA MA
Fumée Citrine. Iris.
Fumée Rouge. Jud he voph hé.
2 Furnier.
Karnech .
Gabertin . Kenchel,
Gabritius. Kibrich.
Gabrius. Kinna .
Giumis .
Glace. Lac Bouillant.
Gomme Blanche: Lac Defléché.
Gomme Rouge. Lait.
Gomme d'Or. Lait de Vierge .
Gophris. Laton .
Granufæ . Lazul .
Gur. Leſlive .
Ligne.
Lion .
Hageralzarnad.
Hebrit. Lion Rouge.
Hermaphrodite. " Lion Vert .
Hirondelle . Larmes de l'Aigle .
Homme . Liqueur Végétable.
Huile. Litharge .
Huile de Mars . Loup :
Huile Incombuſtible . Lucifer.
Huile Rouge. Lumiere.
Humide Bianc. Lumiere du Plomb.
Humide Radical . Lune.
Humidité . Lune Feuillée.
Humidité Brûlante.
Hydre de Lerne . Magnès.
Hylé. Magnéſie.
Hypoſtaſe Blanche. Magnéſie Blanche.
Hyver. Magnéſie Rouge .
Main Gauche.
Jaune d ' @ uf. Main Droite .
Immondice du Mort. Mal.
Infini. Mâle .
Intipide. Marbre .
Jour. Marcaſſite .
Jourdain , Marcaflite du Plomb .
MA M A 277
Mars. Occident.
Martheeka. @il des Poiſſons.
Marthek . Cuf.
Malle de Coquemart . @uf des Philoſophes.
Matiere. Oingt.
Matiere de la Matiere. Oiſeau d'Hermès.
Matiere de toutes formes. Olive .
Matiere Lunaire. Ollus .
Matin . Ombre.
Médaille de Fauheh. Ombre du Soleil. '
Médecine de l'Eſprit. Or.
Médecine des troisordres. Or de Gomme.
Mélancholie . Or Ethée .
Menſtrue Animal . Or Feuillé.
Menſtrue Minéral . Or d'Orient.
Menftrue Végétal. Or du Bec.
Mer. Or du Corail.
Mercure . . Or Romain.
Mere. Orient.
Mere des Métaux. Orpiment.
Mere de l'Or.
Meſure. Pere .
Microſcome. Pere unique de toutes
Midi . choſes.
Miel. Phénix ,
Miniere. Phiſon .
Miniere de l'Or . Pierre.
Miniſtere . Pierre Animale.
Mizadir, Pierre Ardente.
Mort. Pierre Étoilée.
Mort Amere, Pierre des Philoſophes.
Mozhacumia. Pierre connue dans les
chapitres des Livres.
Nature . Pierre non Pierre .
Neuſi. Pierre Indienne.
Noir plus noir que le noir Pierre Indrademe,
même. Pierre Minérale.
Nuée . Pierre Métallique,
Nutus. Pierre Rouge .
Nature cinquiéme. Pierre Végétale.
Smj
278 Μ Α Μ Α
Plomb. Salive de la Lune.
Plomb Blanc. Salive des Champignons:
Plomb des Philoſophes. Salive Incombuſtible .
Poil Humain . Salive Précieuſe .
Point. Sang.
Poiſſon Echénéis. Sang de Dragon .
Poudre. Sang du Lion.
Poudre tirée de la cendre. Sang de la Salamandre.
Poule. Sang Humain.
Pouffin d'Hermogêne . Sang Spirituel. 1
Préſure du Lait. Saumure .
Printems. Saumure Marine .
Priſon . Savon .
Pureté du Mort. Savon des Sages .
Proſtituée ( la ). Saturne .
Sébleinde .
Queue de Paon . Secret de l'Ecole .
Sedena.
Raceen. Seigneur des Pierres, 1
Racine des Métaux. Sel Alkali.
Rameau d'Or. Sel Alviſadir.
Rarum. Sel des Sages.
Randerich . Sel de Lunaire .
Rayon du Soleil. Sel Fuſible .
Rayon de la Lune. Sel Nitre.
Récon. Sel d'Urine.
Réhéfon . Sel dies Sels.
Réſidence. Sel Solaire.
Riſoo . Sel Alembroc.
Roi. Sel des Pélerins :
Roſe dans les épines. Semence .
Roſée . Sentier.
Roſée de Mai. Sépulchre.
Rougeur. Serinech .
Rubis . Séricon .
Sable . Serpent.
Safran. Serpentdévorant ſa queući
Salamandres Serpent Ailé.
Salé. Serpent ſans. Aile .
Salpêtre. Serpent de Cadmus,
MA Μ Α 279
Serviteur. Témaychum .
Serviteur Fugitif. Ténébres.
Serviteur Rouge . Terre.
Seth. Terre Adamique,
Smeratha. Terre de Refte.
Sodo des Philoſophes. Terre Feuillée.
Sæur. Terre Glaiſe .
Sæeur Premiere . Terre Graffe .
Sæur du Serpent. Terre des Tombeaux.
** Soir. Terre Puante .
Soleil. Terre Rouge.
Soleil Terreſtre . Terre Vierge .
Soleil Éclipſe. Terre Damnée .
Solution Fixe .. Tête de Corbeau .
Solution Volatile. Tête morte du Corbeaua
Soufre de Nature . Tévos .
Soufre Ambroſien . Thabritis,
Soufre Rouge. Thélima.
Soufre Incombuſtible. Thériaque .
Soufre Zarnet. Theta ou Thita .
Soufre - des Métaux. Thion .
Sperme des Philoſophes. Timar.
Sperme du Mercure. Toarch .
Sperme de tout. Troiſiéme.
Sperme des Métaux. Tuchia.
Splendeur.
Splendeur de la Mer. Vaiſſeau .
Splendeur du Soleil . Vaiſſeau des Philoſophes.
Sublimé . Vaiſſeau Scellé.
Suc de Lunaire . Vapeur.
Sueur du Soleil . Vautour.
Syrop de Grenades. Venin.
Venin Mortifere .
Talc, Venin Teignant.
Tamuæ. Vent.
Tartare ou Enfer . Vénus.
Tartre . Verge de Métal.
Taureau . Verjus.
Teinture d'Hermès . Verre.
$
· Teinture des Métaux. Vert-de-gris .
S iv
280 Μ Α MA
Vertu des Aftres. L'on connoît les vrais Phi
Vertu Minérale. loſophes à la matiere qu'ils
Vie. employent pour le magifte
Vieille exténuée. re. Ceux- là ſont dans l'er
Vieillefle. reur qui ſe ſervent de diver
Vierge. ſes matieres pour compoſer
Vigne des Sages. leur mercure , c'eſt-à - dire de
Vin Blanc. matieres de diverſes natures .
Yin Rouge. Elle eſt une , & quoiqu'elle
Vinaigre. ſe trouve par-tout & en tout,
Vinaigre des Philoſophes. elle ne peut ſe tirer que de fa
Vinaigre très-aigre . propre miniere. C'eſt une
Vipere, eau viſqueuſe , un eſprit cor
Virago . porifié. Elle eſt la même ma
Virilité . tiere que celle dontla Nature
Viſitation de l'Occulte . ſe ſert pour faire les métaux
Vitriol, dans les mines ; mais il ne
Vitriol Romain. faut pas s'imaginer que ce
Vitriol Rouge . ſont les métaux -mêmes , ou
Union des Eſprits. qu'elle s'en tire ; car tous
Urine d'Enfans. les Philoſophes recomman
Vulphi . dent de lailler les extrêmes
Vulpes . & de prendre le milieu ;
comme pour faire du pain
Xit. on ne prend, dit Philalethe,
ni le grain , ni le ſon ,mais la
Yharit. farine. On ne fait pas non
Ylé. plus du pain avec du pain
cuit. Il ne faut pas auſſi cher
Zaaph . cher à former une matiere
Zahav . des quatre élémens ,qui font
Zaibac . les principes principians de
Zéphýre. tout ; mais une matiere élé
Zibac . mentée , qui contienne en
Zink . elle - même les quatre élé
Zit. mens , & qui ſoit la ſemence
Ziva . des métaux . Cette, matiere
Zotichon. a été voilée par les Anciens
Zumech . ſous diverſes fábles , mais
Zumelazuli plus particulierement fous
M A MA 281
celles d'Hercule & d'An- poſée. Notre eau , dit Phi
thée , de Pyrrha & de Deu- lalethe , eſt compoſée de
calion . Mais ſi quelqu'un pluſieurs choſes, c'eſt-à-dire
veut réuſſir dans les opéra- d'une ſeule & unique choſe
tions du magiſtere , qu'il ap- faite de diverſes ſubſtances,
prenne auparavant, dit Phi- mais d'une & même eſſence.
Jalethe , ce qu'on entend par Il faut que dans notre eau il
les compagnons de Cadmus, ſe trouve un feu , une liqueur
quel elt le Serpent qui les faturnienne-végétable, & un
dévora , ce que c'eſt que le lien du mercure. Ce feu eſt
chêne creux contre lequel il minéral-fulfureux , ſans être
tranſperça ce Serpent ; ce proprement minéral , loin
qu'on entend par les Colom- d’être métallique . C'eſt un
bes de Diane , qui ſurmon- cahos ou eſprit, ſous la for
tent le Lion en l'amadouant ; me d'un corps, qui n'eſt ce
ce Lion vert , qui eſt un vrai pendant pas corps, puiſqu'il
Dragon Babylonien , dont eſt tout volatil, & qui n'eſt
le venin fait tout mourir : ce pas auſſi abſolument eſprit ,
que c'eſt que le caducée de puiſqu'il reſſemble à un mé
Mercure , &c . tal liquifić.
Cette matiere eft appellée Quelquefois les Philoſo
vile , & Philalethe entr’au- phes ont reſtraint le nom de
tres dit que le prix des prin- Matiere à leur mercure ani
cipes matériels del'ouvre ne mé, & non à la matiere d'où
paſſe pas trois louis d'or. Il il eſt extrait.
ajoute que quant à la fabric MATIERE VRAYE DES
que de l'eau ſéchedes Sages , Métaux. C'eſt , ſelon les
deux écus ſuffiſent pour en Philoſophes , le mercure des
faire une livre. Il aſſure de Sages impreigné & animé de
plus qu'on peut avoir autant ſon ſoufre. C'eſt une eau viſ
de matiere principe de cette queuſe , & une vapeur qui
eau , qu'il en faudroit pour le congele & fe fixe plus ou
animer deux livres de mer- moins , ſelon degré de
cure. coction qu'elle reçoit. Cette
Pluſieurs Philoſophes di- vapeur eſt un argent-vif, non
ſent que les pauvres ont au- le vulgaire. La pierre philo
tant de cettematiere que les ſophale eſt compoſée de cet
riches ; mais il faut l'enten- argent - vif cuit, digéré &
dre de la matiere principe exalté : c'eſt pourquoi il pé
dont celle des Sages eft com- nétre les métaux, acheve de
282 Μ Α Μ Α Μ Ε
les cuire , & leur donne la C'eſt la violette , ſelon Blan
perfection de l'or ; parce qu'il chard , qui penſe qu'on lui a
eft or lui- même , & un or donné ce nom de la ſuavité
vif , animé , infiniment plus de fon odeur , qui la fait tant
parfait que l'or vulgaire . rechercher des Dames.
MATIERE LUNAIRE. MAZA. Macarons . Blan .
Diffolvant des Sages . chard .
MATIERE UNIQUE DES MEGAL ou MEKAL:
MÉTAUX. Magiſtere au Poids.
blanc. MECERI. Opium.
MASSE CONFUSE . MECON . Pavot.
Voyez LATON . MECONIUM. Extrait
MATHEDORAM . Sel de pavot noir ,& condenile
gemme. en maſſe.
MATIN . Magiſtere au On donne auſſi le nom de
rouge , appellé Matin par Meconium aux premiers ex
les Philoſophes , parce que crémens noirs comme de la
fa couleur eſt d'abord au- poix , que rend un enfant
fore avant d'être parfaite au après être forti du ventre de
rouge. ſa mere. Ces excrémens ſé .
- MATRICE. (Sc. Herm .) chés & réduits en poudre
Les Philoſophes donnent ce guériſſent l'aveuglement qui
noin à la miniere de leur n'eſt pas de naiſſance , ſi on
mercure , & à leur vaſe. Le met de tems en tems de cette
premier, parce que c'eſt dans poudre dans l'æil. Il faut
la miniere où il ſe corporifie conſerver cette poudre bien
& ſe forme ; & le ſecond , féche dans un flacon bien
parce que le vaſe fait la fonc- bouché , & dans un lieu fec .
tion de la matrice des ani MÉDECIN DES PLA
maux où ſe parfait la géné- NETTES. Ce n'eſt pas le
ration . mercure des Philoſophes
La matrice de la matiere comme le dit l'Auteur du
d'où les Philoſophes ex- Dictionnaire Hermétique ,
trayent leurmercure , eſt la c'eſt le Philoſophe lui-même
terre , ſelon Hermès , dans ſa qui employe le mercure des
Tablé d’Emeraude. Quel- Sages pour guérir l'impero
ques Chymiſtes diſent que fection des métaux , qu'ils
le ſel marin eſt la inatrice de appellent Planettes..
la nature métallique . La médecine guérit & ce
MATRONALIS FLOS, Médecin l'adminiſtre. La
Μ Ε ME 283
pierre des Philofophes ou la pour une maladie bien re
poudre de projection ſont connue , mais qui très-igno
cette médecine qui perfec- rans d'ailleurs, regardentces
tionne les métaux, & guérit ſpécifiques comme des re
les maladies des trois regnes medes à tous maux, & les .
de la Nature . adminiſtrent à tort & à tra
MÉDECINE . Art d'in- vers aux riſques de la vie des
venter , de connoître , de malades qui tombent entre
préparer & d'adminiſtrer les leurs mains.
remedes propres à guérir les On a donc tort de crier fi
maladies qui affligent le fort contre les Médecins , &
corps humain , & à le con- ceux- ci n'ont pas plus de rai
ferver dans un'état de bonne fon de s'élever ſi hautement
ſanté. Les uns diſent que cet contre les Empyriques ; ſi
Art eſt long & très difficile on vouloit être debonnefoi ,
à apprendre, les autres avec on avoueroit qu'il y a au
Paracelſe affurent qu'il eſt moins autant de charlataniſ
court & très -aiſé. Les pre- me dans l'exercice de la Mé
miers conſidérent ſans doute decine Galénique , que dans
la Médecine ſuivant les prin- celui de la Médecine Em
cipes de l'Ecole Galénique ; pyrique. Il ſe trouve de part
c'eſt celle que profeſſent au- & d'autre de beaux diſeurs
jourd'hui les Médecins que & de très- mauvais Méde
l'on appelle Docteurs en cins. Décrier tous les Empy
Médecine , dont les princi- riques comme on fait ordi
pes ſoumis aux ſyſtèmes que nairement , & vouloir leur
chacun imagine à ſa fantai- refuſer l'adminiſtration de
fie , fontde la Médecine Ga- leurs remedes , c'eſt priver
lénique une ſcience conjec- le Public d'une reſſource qu'il
turale dont la pratique eſt ne trouve pas très - ſouvent
ſouvent très-périlleuſe pour dans ceux qué le titre de
les malades qui y ont re- Docteur leur préſente com
cours . Mais il faut cepen- me d'habiles gens. Tout le
dant avouer qu'il vaut encore monde ſçait que le remede
mieux s'adreſſer à ceux que de la bonne femme tire com
l'expérience annonce dans le munément d'affaire la plû
Public pour des Médecins part de ceux que toutes les
habiles , qu'à ces Empyri- drogues de la Pharmacie
ques ignorans , qui peuvent employées doctoralement
avoir des ſecrets ſpécifiques avoient peut-être mis dans
284 M E ME
le mauvais état où ils font , voye ceux qui ſeroient tenté
au lieu de les guérir . Non d'avoir recours aux ouvrages
omnia pollumus omnes. On de Paracelſe , que j'ai inſéré
n'ignore pas qu'un Médecin & expliqué dans ce Diction
ne peut pas lui ſeul ſçavoir naire un grand nombre de
tous les remedes propres à termes Paracelliques. Plu
guérir toutes ſortes de ma ſieurs Auteurs en ont fait une
ladies ; loin donc de ſe dé- étude particuliere , tels que
créditer en permettant à ſes Beccher , Rullandus , John
malades , en ordonnant mê- ſon , &c. & c'eſt dans les
me des remedes indiqués par ouvrages de ces Sçavans que
d'autres , il gagneroit une j'ai puiſé mes explications.
confiance plus grande , ap . Le vrai & unique moyen
prendroit des remedes qu'il de remédier à tous ces in
ignore , & en feroit ulage convéniens , ſeroit de publier
dans des cas ſemblables . le procédé de ce qu'on ap
Paracelſe réduiſoit tout pelle la Médecine univerſelle,
l'art de guérir à des principes ce ſeul remede guériroit tou
très-ſimples pour la théorie tes les maladies ; mais ceux
& la pratique . Avoit- il rai- qui paſſent pour l'avoir fçu
ſon ? Je ferois tenté de le & mis en pratique , décla
croire. Toujours eſt - il vrai rent qu'il en réſulteroit en
qu'il faifoit des cures admi- core de plus grands incon
rables , & qu'il ſe fit une véniens pour la ſociété , à
grande réputation . S'il avoit cauſe des abus qu'en feroient
écrit les ouvrages d'une ma- les méc ans. Ils nel'ont donc
niere plus intelligible , peut- enſeigné dans leurs Traités
être qu'aujourd'hui on lui ſur cette matiere que d'une
rendroit la juſtice qu'on lui maniere énigmatique , allé
refuſe . Il a fait myftere de gorique, métaphorique, & c.
tout ; il a employé des noms afin, diſent-ils , qu'elle ne de
étrangers pour exprimer des vienne intelligible qu'à ceux
choſes connues : on a pris le que Dieu voudra en favori
change ; on a mal compoſé ſer. C'eſt pour la leur ren
ſes remedes; ils n'ont pas eu dre moins difficile ,qu'après
tout le ſuccès qu'on en de- avoir combiné ces Auteurs
voit eſpérer ſur ſa parole , & entr'eux , & recueilli les di
l'on en a conclu que Para- verſes explications qu'ils
celſe n'étoit qu’un Charlatan. donnent les uns des autres ,
C'eſt pour remettre dans la je les ai inſérées dans ce
ME ME 285
Di&tionnaire. Heureux ceux poſé ; elles affoibliſſent en
qui à la foible lueur de ce évacuant , elles ruinent le
fiambeau pourront décou- tempérament, & conduiſent
vrir la vérité cachée dans enfin au tombeau , quand la
l'obſcurité & les ténébres nature n'a pas la force de ré
dont ils ont enveloppé leurs ſiſter au poiſſon qu'elles con
ouvrages. tiennent & que l'on donne
MÉDECINE. Les Philo- avec le baume.
ſophes diſtinguent pluſieurs Les Philofophes donnent
ſortes de médecines , quoi- encore le nom de Médecine
qu'elles ayent toutes un mê- aux différentes opérations du
me objet , quieſt la guériſon grand'ouvre , c'eſt pourquoi
des maladies qui ſurviennent ils en comptent de trois for
aux individus des trois re tes. La premiere eſt celle
gnes de la Nature. Ils appel- qu'ils appellent Médecine du
lent Médecine de l'ordre ſu- premier ordre. C'eſt, ſelon le
périeur , leur élixir quand il Philalethe , la préparation de
eſt parfait pour la guériſon la pierre , quiprécéde l'opé
des maux du corps humain , ration de la préparation par
& pour la tranſmutation des faite ; elle s'appelle propre
métaux imparfaits en or. Ils ment la ſéparation des élé
lui ont quelquefois donné ce mens , & la purification de
nom quand leur pierre eſt chacun d'eux par eux -mêmes,
ſeulement parfaite au blanc. ſelon que l'exige la Nature .
Leur Médecine de l'ordre in- Le magiſtere ſe faitpar cette
férieur eſt leur élixir projetté préparation , que les Philoſo
ſur un métal imparfait; il de- phes ont déguiſée ſous plu
vient pur par cet élixir, & fieurs noms qui ne ſignifient
peut ſervir , après la cuiſſon , preſque que la même choſe ,
pour projetter ſur les autres & qui ſe fait par un même
métaux imparfaits. Cette régime , c'eſt - à- dire cuire le
médecine n'eſt point propre compôt. Ainſi quand ils di
pour les maladies du corps ſent diſtiller à l'alembic , ſé
Řumain. Celle de l'ordre fu- parer l'ame de ſon corps ,
périeur les guérit en le con- rôtir , abreuver , calciner ,
fortant, ou le rajeuniſſant. frotter , nourrir , ajuſter en
Médée s'en ſervit pour le ſemble , manger, aſſembler ,
pere de Jaſon. Les médecines corriger , cribler 2 couper
que l'on prend chez les Apo- avec des ciſeaux , blanchir ,
ucairesont un effet tout op- deſſécher , diſtiller , diviſer ,
286 ME ME
unir les élémens , les ſéparer, à leur premiere matiere .
les corriger , les purifier, les Les Philoſophes ont apo
changer l'un dans l'autre, les pellé cette médecine le Jour
extraire , exalter , folier, fon- du jugement. Laiſſez les fols
dre, engendrer, frapper d'un chercher notre euvre , &
glaive de feu , puiſer , hu- tomber d'erreurs en erreurs
mecter , imbiber , empâter , en le cherchant , ils ne par
enſevelir dans le fient, incé- viendront jamais à ſa per
rer , laver , aiguiſer , polir , fection juſqu'à ce que le So
limer , frapper du marteau, leil & la Lune ſoient con
mortifier , noircir , putréfier , vertis en un ſeul corps ; ce
arrofer , tourner en rond ,ru- qui ne pourra ſe faire avant
bifier , diſſoudre , ſublimer , le jour du jugement. Morien .
broyer , réduire en poudre , On lui a donné ce nom , dit
tous ces termes appartien- Philalethe , parce que dans
nent à la médecine du pre- cette conjonction parfaite ,
mier ordre , & fignifient une ou vrai mariage, le fait la
& même opération . ſéparation des élus & des
La Médecine du ſecond or- damnés , c'eſt-à - dire de la
dre eſt cette préparation de terre groſſiere & impure >
la pierre , qui ſuit immédia- appellée damnée par les Chy.
tement celle dont nous ve- miſtes -inêmes vulgaires , &
nons de parler. Elle ſe nom- de la plus pure ſubſtance de
me la préparation parfaite., la matiere de la pierre. Cette
On l'appelle auſſi fixion , ſubſtance n'eſt autre que la
fermentation , création de la poudre qui monte des féces
pierre , & conjonction par- & s'en ſépare. C'eſt la cen
faire des élémens. Géber la dre de la cendre , la terre ex
nomme l'ouvre courte , opus traite , ſublimée , honorée &
breve. élue. Ce qui refte au fond
Cette médecine prépare eſt la cendre des cendres ,
donc parfaitement la pierre , une terre damnée,rejettée ,
elle la fixe , & la fait fermen- les féces & ſcories des corps ,
ter . Le ferment de la pierre qu'il faut rejetter, parce qu'el.
ſe fait de la pure matiere des les n'ont aucun principe de
métaux , c'eſt-à -dire du ſou- vie ; & tout ce qui ne ſera
fre de nature & de la vapeur pas de la vraye pureté des
des élémens , & ce ferment élémens fera détruit au jour
ne devient tel ,que lorſque la du jugement. Raim . Lulle.
Lune & le Soleil ſont réduits Alors les élémens qui ſe
ME ME 287
trouveront purs , élevés au- les poids , les meſures du
deſſus des fixes & refplen- tems & du feu , ſans quoi il
diſſans comme le criſtal ; perdra ſon travail & ſes pei
parce qu'ils ſeront devenus nes . Philalethe.
terre incorruptible , qui ne La premiere médecine mon
craindra point les atteintes difie & teint les corps , mais
du feu . Id. Elle ſe fait par cette teinture n'eſt qu'appa
une même opération , d'une rente , & s'en va dans la
même chofe , & dans un ſeul coupelle. La ſeconde fait le
vaſe. Ainu le but de cette même effet , mais la teinture
médecine eſt de convertir la qu'elle donne eft permanen
pierre en terre fixe, ſpiri- te & fixe, quoique ſans uti
tuelle & tingente . lité. La troiſiéme pouſſe la
MÉDECINE DU TROI- pierre à la perfection , & la
SIÉME ORDRE . C'eſt la pré- multiplie en quantité & en
paration de la pierre que les qualité.
Philoſophes appellentMul La premiere eft l'oeuvre
tiplication . de la Nature , la ſeconde eſt
Il faut ſçavoir cinq choſes l'æuvre de l'Art , & la troi
à l'égard de cette médecine : fiéme l'eſt de l’Art & de la
1 ° . Que les Philofophes ré- Nature , & fe nomme auſſi
duiſent les années en mois, la Médecine de l'ordre ſupé
les mois en ſemaines , les ſe- rieur.
maines en jours , & les jours MÉDECINE UNIQUE .
en heures. 2°. Que toute Pierre au blanc.
choſe ſéche boit avidement MÉDÉE , fille d'Æetes
toute humidité de ſon eſpe- Roi de Colchos , fils du So
ce . 3 °. Qu'elle agit ſur cette leil, eut pour mere Idyia ,
humidité beaucoup plus vite fille de l'Océan. Jaſon étant
qu'elle ne faiſoit auparavant. arrivé à Colchos pour la
4 °. Queplus il y a de terre , conquête de la toiſon d'or ,
moins il у a d'eau , & que la Médée devint amoureuſe de
ſolution s'en fait mieux & lui. Elle fit uſage de ſon art
plus promptement. 5°: Que enchanteur pour favoriſer
toute ſolution ſe fait ſelon la l'entrepriſe de ſon amant.
convenance de la choſe à Au moyen des pharmaques
diſſoudre ; & que tout ce qui qu'elle lui donna , il dompta
diſſout la Lune diſſout auſſi les taureaux qui jettoient du
le Soleil . Si l'Artiſte veut feu par les narines , tua le
donc réuſſir , il doit ſçavoir dragon qui gardoit la toiſon
288 ME Μ Ε
d'or , en ſema les dents dans que le feu en furtit dès que
le champ de Mars , d'où nâ- Glaucé l'eut ouverte. D'au
quirent des hommes armés tres enfin ont dit que c'étoit
qui s'entretuerent , & il s'em- une robe.
para de la toiſon d'or. Médée ne ſe contenta pas
Après cette expédition de cette vengeance , elle
Médée ſe fauva de chez ſon maſſacra devant Jaſon mê
pere avecJaſon , qui l'épou- me deux enfans qu'elle avoit
fa. Quand ils furent arrivés eu de lui , & fe fauva dans
en Theffalie , Médée rajeu- l'air ſur un char attelé de
nit Eſon p, ere de Jaſon. Les deux dragons ailés. Voyez
filles de Pélias ayant vû ce ces fiétions expliquées dans
prodige , déſirerent que Mé- le premier chapitre du fe
dée rendit le même ſervice à cond livre des Fables Egypt .
Pélias ; celle -ci feignant d'y & Grecques dévoilées .
conſentir , trouva le moyen MEDIMNUS. Meſure
de venger Jaſon des mauvais contenant cent huit livres ,
procédés que Pélias avoit eu ou ſix boiſſeaux. Blanchard .
pour Elon. Elle engagea les MEDIUM ou SUBS
filles de Pélias à couper TANCE MOYENNE
en morceaux & à le faire DES CORPS. C'eſt le
cuire dans une chaudiere mercure des Sages ; parce
avec un mélange de plantes que la matiere d'où il ſe tire
aromatiques. Le ſecret pré- n'a pas reçu de la Nature tou
tendu n'eut pas le ſuccès te la perfection dont elle eſt
qu'elles en attendoient. capable ; l'Art la prend dans
Jaſon étant enſuite devenu cet état , & achevé ce que la
amoureux de Glaucé , fille Nature avoit commencé.
de Créon , répudia Médée. MEDIUM ENTRE LE MÉ
Celle-ci ſçut diſſimuler ſon TAL ET LÉ MERCURE .
dépit , & ſous prétexte de C'eſt , ſelon Synéſius , la
faire préſent à Glaucé d'une vraie matiere de l'oeuvre.
couronne , elle la compoſa Artéphius dit que c'eſt le
de maniere que le feu prit à mercure même des Philofo
la tête de ſa rivale dès qu'elle phes.
l'eut miſe ſur ſa tête , & elle MEDULLA LACTIS
fut conſumée. Quelques Au- ou MOELLE DU LAIT.
teurs diſent que c'étoit une C'eſt le beurre & la crême,
petite caſſette que Médée di- qu'on appelle auſſi Fleur du
foit être pleine de bijoux , & lait.
MÉDUSE ,
ME Μ Ε 289
MÉDUSE ,fille de Phor - MEL RosCIDUM ET,
cys & de Céto , avoit deux ÆREUM . Manne.
ſceurs auxquelles on donna MeL SATURNI , ou Miel
le nom de Gorgones de mêm ' de Saturne. C'eſt le fel de
me qu'à Méduſe. Neptune plomb, qu'on appelle auſſi
devint amoureux de celle-ci Beurre & Sucre de Saturne.
qui étoit très- belle , & eut MELA. Plomb.
commerce avec elle dans le MÉLANCHOLIE figni
temple même de Minerve .' fie la putrefaction de la ma
Cette Déeſſe indignée de la tiere. Les Philoſophes ap
profanation de ſon temple , pellent auſſi cette opération
changea en ſerpens les che- calcination , incinération ,
veux de Méduſe , & lui pregnation. On a donné ce
donna la propriété de mé- nom à la matiere au noir
tamorphofer en pierre tous ſans doute parce que la cou
ceux qu'elle regarderoit. Per leur noire a quelque choſe
ſée ſuſcité par Pallas qui lui de triſte , & que l'humeur du
prêta ſon bouclier & la lan-' corps humain appellée mém
ce , & aidé des talonnieres lancholie , eſt regardée com
de Mercure, fut attaquer Mé- me une bile noire & recuite ,
duſe & lui coupa latête.Du qui cauſedes vapeurs triſtes
ſang qui ſortit de la bleſſure & lugubres.
nàquirent:Chryſaor ,pere de MÉLANGE: Conjonc
Géryon , & le cheval Pé- tion combinée de deux ou
gale. La tête de Méduſe con- pluſieurs corps , d'où il ré
lerva encore après la mort lulte un compoſé qu'on ap- ,
la propriété de changer en pelle mixte. Ces différentes
pierre ceux qui la regar- combinaiſons font différens
doient , Perſée en fit uſage mixtes , & puiſque de huit
contre Atlas , qui l'avoit mat corps on peut combiner
reçu. Voyez lesFab. Egypt. 40320 mixtes, on ne doit
& Grecq .dévoilées, liv . 3. pas être ſurpris de la diver
chap fité infinie qui s'en trouve
CAMEL JUNIPERINUM , dans la Nature.
ou Miel de genievre. C'eſt Il y a deux fortes de més
l'extrait de genievre. langes ou mixtions , l'une
MEL NOVUM , ou Miel que Becher appelle ſuperfi
nouveau. C'eſt la quinteſ- cielle , & l'autre centrale.
ſence d'antimoine, Planif Le mêlange ſuperficiel eſt
сатрі.. celui qui ſe fait de maniere
T
290 M E ME
que les parties des corps me- fecs avec ceux qui ſont hu
langés puiſſent ſe ſéparer de mides. Il eſt cependant bon
nouveau , comme ſil'on mês de ſçavoir que l'extrême
le de l'abſynthe avec de l'eſ ment humide & l'extrême
prit de vin , après une longue ment fec ſont les deux con
digeſtion , ces deux corps traires , & ne s'uniſſent pref
font un mélange ſuperficiel, que jamais enſemble .
parce que en mettant le MÊLANGE(Sc. Herm .).
tout dans l'alembic , on ſé . Lorſque les Sages parlent de
pare l'eſprit de vin de l'ab- mélange, il ne faut pas s'in
fynthe qui reſte dans le cu- maginer qu'ils entendent
curbite en forme d'extrait. parler de l'union des deux
Le mélangecentrale ſe fait, choſes différentes, & priſes
par exemple , lorſque l'eau hors du vafe . C'eſt une &
de pluye ſe mêle avec les même choſe quiſe fépare en
ſemences de maniere qu'elle deux, & qui par la coction
devient un corps homo-, ſe réduit à une. Voilà le vrai
gêne avec elles , & qu'on mélange, qui ſe fait préciſé
ne peut plus les ſéparer. Tou- ment dans le tems de la pu-)
tes les diffolutions dans l'eau tréfaction .
forte ſont des mélanges fu | MELANOPIPER . Poire
perficiels. Le mélange des noire.
alimens ayec notre propre MELANOSMEGMA .
ſubſtance , ſont des mélanges Savon noir .
centraux . La baſe de ce der MELANTER . Opium ,
nier mélange, eſt la ſympa- . MELANZANA . Pom-.
thie , qui ſe trouve entre , me d'amour. '
l'humide & le fec. La baſe , MÉLAONES ou MÉ
du mélange fuperficiel n'eſt LONES . Petits vers deterre
que la denſité & la rareté des , noirs qui en fortent au mois
différens corps qui compo- de Mai ' dans les prairies ,
ſent le mélange. D'où l'on & qui exhalent une odeur
peut conclure que le magné- agréable , quand on les écran
tiſme de la Nature a comme . ſe. On a donné ce même
deux pôles, où tendent les nom à une eſpece de petit
mélanges,des corps compoa ' ſcarabé de couleur verte do
ſés. Les corps rares recher-, réė. Rulland .
chent , ont une eſpece d'ap MÉLÉAGRIS. Plante
pétence ou fympathie avec appellée Fritillaire , peut
lçs corps denles, & les corps, être nommée Méléagris, de
ME ME 294
ce que la fleur eft tachetéė MELOCARPUS , Fruit
comme un oiſeau appellé en de l’Ariſtoloche.
latin Meleagris. C'eſt une MELUSI . Mercure .
eſpece de perdrix qui ſe trou MEMBRANE DE LA
ve dans la Barbarie . TERRE . Maciere de la
MELECH . Sel commun . quelle les Philoſophes ex
MÊLER. Voyez MÊ- trayent leur mercure.
L'ANGE . MENALIPPE . Reine
MELGA. , Salamandre. des Amazones , fut priſe
MELIA. Frêne. dans un combat par Hercu
MELIBOEUM ou ME- le, qui garda ſón baudrier &
LIBOCUM . Cuivre . ſes armes pour les porter à
MELICERTE , fils d'A- Euryſtée. Vayer AMAZO ,
thamas & d’Ino . En ſe fau- NES .
vant avec ſa mere pour fe MÉNÉLAS , fils d'Atrée
ſouſtraire aux mauvais trai. & d'Erope, ſelon Homere ,
temens d'Athamas , ils ſe épouſa Helene , fille de Ju
précipiterent dans la mer. piter & de Léda. Pâris la lui
Les Dieux par commiſéra- ayant enlevée , tousles Prin
tion changerent Ino en Déef- ces de la Gréce prirent parti
ſe marine ſous le nom de pour lui , & aſſemblerent
Leucothoé, & Mélicerte en une armée formidable pour
Dieu marin ſous le nom de le venger. Ils aſſiégerent
Palémon . C'eſt en l'honneur Pâris & Helene dans la ville
de celui-ci qu'on inſtitua les de Troye où ils s'étoient re
Jeux Iſthmiques. Voyez les tirés. La ville ſe rendit au
Fables Egypt. & Grecques bout de dix ans de fiége.
dévoilées , liv. ch . 9 . Pâris fut tué , &Ménélasre
MELIĆRATUM . Hy- prit Helene . Voyez les Fa
dromel qui ſe fait d'une par- bles Egypt. & Grecq. dés,
tie de miel ſur huit parties voilées, liv. 6.
d'eau . MENFRIGE . Maftic.
MELIPHYL MENSIRACOST .
LUM . Manne.
Méliſſe. MENSTRUE. C'eſt
MELISSO
PHYLLUM . proprement dans le regne
MELLISODIUM IUM . . animal un ſang qui s'écoule
Plomb brûlé. tous les mois par les parties
MELLOSE , Yers de naturelles des femmes, &
terre . . des femelles de quelques
Tij
992 ME ME
animaux. Michel Schot dit ner pris des animaux , com.
dans ſon Traité de Phyfios me la fiente de brebis , ſur
nomie , que les hommes Juifs ce qu'il eſt écrit que cette
y ſont auſſi ſujets. On a auſſi matiere eſt animale , & que
donné le nom de Menſtrue , quelques - uns ont dit com
quoiqu'improprement , aux me Ariftote & Riplée , que
eaux végétales & métalli- c'eſt terminus ovi , le Cor
ques , qu'on regarde comme mopolite , qu'elle ſe tire du
le principe féminin de ces ventre du bélier. On en a
deux regnes , & dans lef-, vû auſſi diſtiller , circuler ,
quelles on met quelque choſe digérer , & c. l'eau de roſée ,
à diſſoudre . parce qu'elle ſe cueille aux
MENSTRUE DES Phi- équinoxes, & que quelques
LOSOPHES. Voyez MÈR- Philoſophes lui ont donné
GURE DES SAGES. Quel- ce nom; mais tous ces Chy
ques Chymidtes ignorans les miſtes ont pris mal à propos
principes de la Nature & du les écrits des Sages ſelon le
grand ceuvre , ont regardé ſens que préſente la lettre ;
diverſes choſes commemen- puiſqu'ils ont ſoin d'avertir
firue des Philofophes , ou qu'ils ne parlent que par
comme mariere , d'où l'on analogie & fimilitudes.
doit extrairece mercure . Les MENSTRUE. Le menſtrue
uns ont travaillé ſur les fels , des Philoſophes eſt propre
ſur les minéraux , ſurles ter . ment leur mercure ; cepen
tes de différentes eſpeces ; dant ils prennent ſouvent ce
parce que les Sages diſent terme pour la matiere qui
que leur matjere eft miné- contient cemercure . L'eau
tale ; d'autres ont employé eſt le menftrue qui contient,
pour cet effet les végétaux , le ſemence des choſes , &
la grande & la petite lu- les porte dans la terre en
naite , la chélidoine , & c. s'inſinuant par ſes pores. La
parce qu'ils avoient lû dans terre qui leur fert de matri- .
les livres des Adeptes que ce , les couve , les digére ,
cette matiere eſt végétale. tant par la chaleur propre
D'autres enfin ont travaillés au ſperme, qu'avec l'aide
ſur les eufs , les cheveux , du feu céleſte ; & met enfin
la corne , les menftrues des au jour les individus qui doi
femmes les ſecondines , vent en venir ſelon l'eſpece s
l'urine, le ſang humain, & déterminée du ſperme. Le
tout ce qu'ils ont pû imagi- fperme differe du menſtrue
ME ME 293
en ce que celui-ci n'eſt que ce n'eſt pas le mercure des
le receptable de l'autre. Sages.
D'Eſpagnet. MENSTRUE SECOND .
MENSTRUE BLANCHI . C'eſt le laton des Philofo
Mercure Hermétique qui 'phes.
contient les deux Dragons MER. La mer des Phi
de Nicolas Flamel. loſophes eſt bien différente
MENSTRUE PUANT ou de cet amas d'eau ſalée , fur
EAU Feride . C'eſt ce que laquelle s'expoſent fi témé
Géber & Raymond Lulle rairement la plûpart des
appellent Eſprit fætide, ou hommes , pour chercher les
le ſoufre des Sages " ; nous richeſſes du Potózi & des
n'avons befoin dans tout autres contrées . Lear mer ſe
l'ouvre que de l'eau vive & trouve par tout ; & les Sages
de l'eſprit fætide. Ce menſ- y navigent avec une tran
true puant eſt la matiere en quillité qui n'eft point alté
putréfaction. rée par les vents , niles tem
MENSTRUE ESSENTIEL, pêtes. Leur mer en général
ſans lequel on ne peut rien ſont les quatre élémens, en
faire ; c'eſt la même cho- particulier c'eſt leurmercu
je . re ; quelquefois la matiere
MENSTRUE VÉGÉTAL. d'où il faut l'extraire , parce
Raymond Lulle dit que le que Flamel appelle cemer
menſtrue des Sages s'aćue cure l'Ecume de la mer Rou
avec les végétaux; mais non ge , & le ſouffle du vent mer
que leur menſtrue foit pro- curiel; ce qui eſt la même
prement végétal . Quelques choſe que le ſerviteur rouge
uns donnent ce nom à l'ef- du Tréviſan . C'eſt en s'ex
prit de vin re & ifié fept fois poſant ſurcette mer , pleine
par l'alembic , ou à la manie- d'écueils pour les mauvais
re qu'enſeignent Raymond Chymiſtes , qu'un fi grand
Lulle & Jean de Roque- nombre d'entr'eux font nau
taille , connu ſous le nom frage , & perdent lear for
de Jean de Rupeſeiffa ; para tune en courant après un or
ce qu'ils prétendent que cette qu'ils ne ſçavent pas tirer de
eau ardente a la propriété de fa miniere .
tirer la teinture de l'or , & - MER séche. C'eſt ce
de produire des choſes mer• qu'ils appellent auſſi eaufee
veilleuſes. C'eſt en effetune che, eau permanente , eau
bonne quinteſſence ; mais aftrale , & leur mercurei
Тіїj
294 ME ME
MER REPURGÉE . Mac MERCURE , Vapeur mi
giſtere parvenu à la blan- nérale onctueufe
, , viſqueu
cheur. ſe , crafle , congélée dans les
MERADUM. V. Al, pores de la terre en une lia
MIZADIR. queur homogêne & incom
MERCURE QU AR buſtible. Balile Valentin &
GENT VIF. Métal coulant Sendivogius définiſſent le
compoſé d'une terrę métal mercure , un fel acide de na.
lique & d'une terre fluidifi ture minérale . Ces défini,
çante ; c'eſt pourquoi il y a tions conviennent au mer .
autant de mercures que de cure , principe des métaux
méraux , qui peuvent être & du mercure vulgaire , con
mêlés avec cette terre flui- nu ſous le nom devif-argent,
dificante. Il y a une ſi grande qui eſt un vrai métal. On
{ympathie entre cette terre doit donc diſtinguer deux
mercurielle ou fluidificante , fortes de mercure , le vul
& les métaux, que quand gaire ,& le mercure princi
elle у eft une fois mêlée, pe. Le premier eſt mort
elie s'y accroche ſi ferme- quand il eſt hors de la mine,
ment, qu'elle fi coagule plu- parce que fon feu interne eft
tôt que de s'en laifler ſépa- affoupi , & qu'il ne peut plus
rer. C'eſt dans cette admi agir , s'il n'eſt mis en action
rable ſympathie que conliſte par le mercure principe. Le
tout le ſecret de la Philolo- fecond eſt appellé , non pas
phie Hermétique , ou du vif-argent , mais argent-vif
grand cuvre : c'eſt-à-dire , par les Phyſiciens Chymiſ
à avoir cette terre mercu tes , pour le diſtinguer du
rielle , pure ,& dans l'état où commun & marquer. ſa
elle ſe trouve avantd'être
mê puiſſance vive , qui agitdans
lée avec aucun métal . C'eft les mines; ou qui hors des
en cela que conſiſte la diffé, mines n'attend que d'être ex.
rence du mercure commun cité par les mains d'un ha
d'avec le mercure des Philo bile Artiſte , pour agir en
fophes. Lepremier eſt com çore avec plus d'effet ſur les
poſé de cette terre mercu métaux.
rielle & d'une terre métalli Le mercure paroît à nos
que ; le ſecond n'eſt pro- yeux fous trois voiles diffé,
prement qu'une terre mer- rens, dont la Nature l'a ha
curielle ou fluidificante . Bec billé ; 19. ſous la forme d'un
çherg fluide , qui ne mouille pas
ME M E 295
les mains , quand on le tou- chos. C'eſt une matière mi
che ; c'eſt le vif - argent vul- nérale . Le Philalethe définit
gaire , qu'on appelle mercute ce mercure une eau on va
vierge , quand il fort de la peur ſéche , viſqueuſe , rem
mine, & que l'avarice ne l'a plie d'acidités , très- ſubtile ,
pas altéré par quelque mê le diffipant aiſément au feu ,
lange : 2° . ſous la figure de qui diffout les métaux par
cinabre :: 3. ſous celle d'ar- une diffolution naturelle , &
ſenic ou réagal. Le mercure qui réduit leur eſprit de puiſ
principe eſt celui que les Phi- lance en acte.
loſophes Hermétiques van Le mersure compoſé eſt
tent tant , & le 'mercure vul- celui dont nous venons de
gaire eſt celui dont ſe ſervent parler , auquel on a ajouté
communément les Chymif- une ſeconde matiere , &
tes ordinaires & les Méde- qu'en conſéquence ils ap
cins. pellent rebis, laton , airain
MERCURE DISSOLVANT, des Philoſophes , &c . Pref
dont les Philofophes Spagy- que tous les Philofophes ne
riques ſe ferventpour réduire parlent que de celui-ci dans
les métaux , les minéraux, leurs ouvrages. Nous avons
les végétaux & tous les corps déjà défini le mercure com
à leur premiere matiere. Il mun .
y a trois fortes de mercure MERCURE BLANC DES
dans le ſens des Alchymif- SAGES. C'eſt la pierre du
tes : le mercure diſſolvant blanc,
ſimple ; le mercure diffolvant MERCURE ROUGE . C'eſt
compoſé , qui eſt propre- le magiſtere au rouge par
ment leur vrai mercure , & fait.
le mercure commun , ou ce MERCURE UNIVERSEL.
lui qui ſe tire des métaux. C'eſt l'eſprit répandu dans
Le mercure fimple eſt une tout l'Univers pour l'animer.
eau extraite felon les prin- . MERCURE CRUD , C'eſt
cipes de leur Art, d'une ma le diffolvant des Sages , non
tiere dont ils ont eu grand pas l'argent vif vulgaire , ap
foin de taite le vrai nom , & pellé mercure crud par les
à laquelle ils, en ont donné Chymiſtes.
une infinité que l'on peut MERCURE PRÉPARANT
- voir dans l'article Matiere. (Sc. Herm . ). Diffolvant des
Ils l'appellent plus commu- Philoſophes , qui prépare le
nément magnéfie , plomb , corps diffoluble , pour para
Tiv,
296 ME ME
venir à la perfection du ma- tiere, comme le penſent preſ.
giſtere. que tous les faux Adeptes.
MERCURE DU Cou. Le mercure eſt volatil , & ne
CHANT. Pierre au blanc . fert de rien s'il n'eſt fixé au
MERCURE ÉPAISSi. V. blanc ou au rouge. Abra
EAU ÉPAISSIE . ham a repréſenté un Vieil
MERCURE DES MINÉ- lard , pour ſignifier la lon
RAUX ET DES MÉTAUX. gueur du tems néceſſaire
C'eſt le Mercure des Philo- pour cette opération.
ſophes. Le Mercure extrait du
MERCURE STÉRIL. (Sc. Serf rouge , eſt proprement
Herm . ). C'eſt le mercure le mercure des Sages dans le
pris abſtractivement de fon tems de la premiere prépa
Toufre, parce que la femelle ration .
repréſentée parleur mercure Le mercure rubifié, eſt la
eft toujours ſtérile ſans la pierre au rouge , appellée
conjon &tion & l'action du auffi mercure animé.
mâle ſignifié par le ſoufre. MERCURE COURONNÉ.
Le mercure des Philoſophes C'eſt l'élixir parfait des Sa
ne ſe trouve point ſur la terre ges , qu'ils appellent leur
des vivans ; c'eſt- à-dire, tout Roi , dont la tête eſt ornée
préparé . Mais il ſe tire de la d'un diadême à trois cou
terre même des vivans, & ronnes , pour manquer ſon
de la terre vierge qui eſt au pouvoir ſur les trois regnes
centre , & dans l'intérieur de de la Nature.
cette terre des vivans ; & MERCURE SULPHURÉ
cela par un artifice ingé eſt le vrai mercure des Sa
nieux , très-ſimple,mais leu- ges , qui différe du vulgaire
lement connu des Sages. Le en ce que celui-ci n'a point
Coſmopolite dit, que cela ſe un ſoufre qui l'anime, &
fait par le moyen de leur l'autre en a un inſéparable ,
acier , & le Philalethe par qui n'attend que d'être ex
leur aimant. cité .
MERCURE , à qui le vieil MERCURE ANIMÉ ( Sc.
lard veut couper les pieds Herm . ). C'eſt le mercure
avec ſa faulx , eſt un emble- double des Sages. Pantaléon
me qu'AbrahamJuif, a em- prétendque Bernard, Comte
ployé pour fignifier la fixa- de la Marche Trévifane, eft
tion du mercure des Sages, le premier d'entre les Philo
& non pour fignifier la ma- fophes, qui ait- introduit le
M E МЕ 297
mercure animé dans le grand dens , diſcrets , craignans
oeuvre ; que d'Efpagnet , Dieu , enfin tels qu'ils les
Philalethe l'ont imité , & ſouhaitent pour être initiés
que tous les Philoſophes dans les myſteres du grand
modernes y ont applaudi. Quvre.
C'eſt le mercure des Sages MERCURE CRISTAL
animé du ſoufre métallique, LIN, eft dumercure ſublimé
par lemoyen rapporté dans pluſieurs fois , & réduit en
la Philoſophie des Métaux forme de criſtaux tranſpa
du Tréviſan , dans l'endroit rens.
où il parle de la fontaine MERCURE CORALLIN ,
dans laquelle il vit diſſoudre eſt du mercure auquel on a .
ſon livret d'or , comme la donné la couleur rouge avec
glace fond dans l'eau chau- de l'huile d'æufs, ou autres
de. eaux . Ruland.
< MERCURE DOUBLE . V. MERCURE , fils de Ju
MERCURE ANIMÉ . »- piter & de Maïa , nâquit fur
MERCURE DEUX fois le mont Cyllene dans l'Ar
NÉ . C'eſt le même. cadie , Juhon oublia ſa ja
MERCURE VEGETAL. louſie à l'égard de ce fils de
Voyez MENSTRUE VEGE- Jupiter ; elle prit même tant
TAL . d'intérêt à la conſervation ,
MERCURE DE VIE (Sc. qu'elle ſe chargea de le nour
Herm .). C'eſt l'élixir des rir de ſon lait. D'autres pen
Sages compoſé de leur mer- fent que ce fut Ops.
cure. Ils le nomment ainſi , . Mercure étoit preſqu'en
parce qu'il tranſmue les mé core au berceau qu'il mon
taux imparfaits, qu'ils ap- tra fon penchant pour le.
pellent morts ; & que ce vol. Etant entré dans la for
mercure eſt en effet le prin- ge de Vulcain , il lui vola
cipe de la génération , & de les outils ; & le jour même
la conſervation des indivi: il vainquit à la lutte Cupi
dus de la Nature . don . Il enleva le ſceptre de
MERCURE MYSTE- Jupiter, & la peur du feu
RIEUX . C'eſt encore le fut la ſeule raiſon qui lui
même : ainfi nommé, parce empêcha de voler auffi ſes
que tous les Adeptes en font foudres.
un vraimyftere àtous ceux Jupiter l'employa dans
qui ne le ſont pas , à moins fes meffages ; il le chargea
qu'ils ne les trouvent prue de balayer la ſalle d'affem
298 M E ME
blée des Dieux , & l'occu- eut touché , ils furent d'ac
poit en qualité de ſon Echan. cord. Mercure s'en ſervoit
Ion avant l'enlevement de pour pacifier les différens ,
Ganymede. & pour rendre amis les en
On lui avoit donné des nemis.
ailes qu'il avoit attachées à Jupiter voulant ſouſtraire
ſon chapeau & aux talons lo changée en Vache , à la
de les ſouliers ; elles lui ai- garde ſcrupuleuſe d'Argus ,
doient à expédier plus chargea Mercure de le dé
promptement les meſſages. faire de ce gardien ; ce qu'il
Il ne dormoit ni jour ni exécuta. Voyez l'explica
nuit, parce qu'il étoit chare tion de ces fictions & des
gé de recevoir les ames des autres qu'on a inventées à
mourans , & de les con- ſon ſujet, dans le liv. 3 °.
duire au ſéjour de Pluton , chap. 14. 9. 1. des Fables
& aux Champs- Eliſées. Il Egyptiennes & Grecques
portoit à la main une verge dévoilées.
d'or , ' autour de laquelle MERCURE TRISMÉ.
étoient deux ſerpens entor- GISTE , le plus ancien des
tillés , qui ſembloient vou- Philoſophes connu. C'eſt de
loir ſe dévorer ; mais la ver- fon nom grec Hermès que
ge avoit la propriété de les ceux qui îçavent le grand
concilier, peuvre , ont pris le nom de
Lorſqu'Apollon futchaſſé Philoſophes Hermétiques.
du Ciel, & qu'il ſe rendit Voyez HERMÈS.
gardien des troupeaux d'Ad. MERCURIALIS SEVA.
mete , Mercure yola les Eau naturelle & primitive
boeufs qu'il gardoit. Il eut de l'alun , que Planiſcampi
même l'adreſſe d'enlever dit être le principe du mere
l'arc & les fléches d'Apol- cure.
lon , pour empêcher ce Dieu MERCURII ASTŘUM .
de les faire ſervir à fa ven- Mercure ſublimé , quo fa
geance, quinteſſence..
Mercure inventa la lyre , MERCURIUS LAXUS,
& l'échangea avec Apollon Turbith minéral.
pour le caducée qu'il porta MERCURIUS CORPO
toujours dans la ſuite. Mere RALIS METALLORUM .
qure en eſlaya la vertu ſur Mercure des métaux préci:
deux ſerpens qui fe bato pité.
toient , aufli-tôt qu'elle les MERCURIUS MINERA
ME ME 299
LIUM . Oléaginoſité ex- qu'ils appellent Lune, foient
traite de la mine d'or ou les matieres qu'il faut pren
d'argent. Planiſcampi. dre pour faire le grand @u
MERCURIUS REGENE- vre.
RATUS , ou Mercure régén MERE DE LA PIERRE.
néré. C'eſt le premier étre Matiere de l'oeuvre parve
ou principe du mercure. nue au blanc ; ce même nom
MERCURIUS À NATU- convient mieux à l'eau mer
RA COAGULATUS . Tout curielle, puiſque c'eſt d'elle
métal ſolide. que ſe forme la matiere de
MERCURIUS METHEO. la pierre.
RISATUS, Mercure de vie. MERE DE TOUS LES
MERCURIUS CRISTAL- ÉLÉMENS . C'eſt le cahos ,
LINUS. Mercure ſublimé Hylé , la matiere premiere
pluſieurs fois , & rendu par dont les Elémens ont été
ce moyen clair & tranſpa- faits, & des Elémens toutes
rent comme du criſtal. choſes.
MERCURIUS CORAL MERE DE TOUS LES .
LINUs . Précipite rouge de Métaux . Les Sages ont
mercure . donné ce nom à leur mer
MERDASENGI . Pou- cure , parce qu'ils diſent qu'il
dre de plomb brûlé. eſt le principe des métaux ;
MERE. Les Philoſophes ce que quelques Chymiſtes
Spagyriques donnent quel- ont interprété du mercure
quefois le nom de Mere au vulgaire.
vafe qui renferme la matiere La mere a mangéfon en
du grand cuvre ; mais ils fant. Expreſſions allégori
diſent plus communément ques employées par quel
que le Soleil eſt le pere de ques Philoſophes ,pour dire
la pierre , & que la Lune en que la terre philoſophale a
eſt la mere , parce que , ſe- bû toute ſon eau , qui en
lon eux , la matiere de la étoit fortie ; c'eſt ce qu'ils
pierre , comme de toute au , appellent Cohobation .
tre choſe , of engendrée des Mettre ou ſceller la mere
quatre élémens , mêlés & ſur le ventre de fon enfant.
combinés par les influences C'eſt nourrir l'enfant philo
de ces deux luminaires ; & fophique , qui est le ſoufre ,
& non pas que l'or ordi- avec le lait virginal, duquel
naire qu'ils appellent auſii il a été formé, le foufre ou
Soleil , & l'argent vulgaire l'enfant fixe alors avec lui
300 ME M E
ce lait virginal, qui étoit vo- qu'ils ne divu'gueront jamais
latil : fixe , c'eſt fceller. qu'à ceux qu'ils veulent bien
MERLE DE JEAN. initier ? Quelques -uns ont
Un Philoſophe s'eſt exprimé appellé le mercure des Phi
ainſi, pour ſignifier le noir loſophes la Merveille die
qui ſurvient à la matiere par monde.
la putréfaction. Merle blanc ; MESBRA. Tuthie .
c'eſt la pierre au blanc , la MESEL. Étain , Ju
Lune des Sages , Diane,&c. piter.
MERLE BLANC , ou MESSAGER DES
BLANCHI . Matiere de l'au: DIEUX . C'eſt l'eſprit uni
vre , après que les régnes de verſel répandu dans toute la
Saturne & de Jupiter ont nature , ou le mercure des
fait place àcelui de la Lune. Philofophes , qui en eſt for
MERVEILLE DES mé.
MERVEILLES ( Scien MEST . Lait aigri.
MESTUDAR > ou
ce herm.) . C'eſt le vrai nom
de l'élixir parfait, parce que NESTUDAR . Sel ar
rien ſur la terre n'eſt plus moniac.
merveilleux ; c'eſt pourquoi MESURE DES SA
la plupart des Philofophes GES. Le Dictionnaire her
nomment le grand ceuvre , métique cite Alphidius , &
l' @uvre de la ſageſſe divine. dit en conſéquence que le
Y a -t-il rien de plus admi mercure des Sages eft leur
rable en effet , que de voir meſure ; il auroit mieux dit
un peu de poudre changer s'il l'avoit expliqué du poids.
un poids immenſe , de quel-. Philalethe ne parle que de
que métal imparfait que ce la meſure du tems , & ajoûte
foit, en or ? guérir toutes les que fi l'on ignore le poids ,
maladies du corps humain la meſure du tems & le feu ,
& des animaux , celles mêm on perdra ſon tems & fes
me que la Faculté deMéde- peines ; ce qui doit s'entén
cine regarde comme incura- dre de la multiplication.
bles ? faire produire en vingt- MÉTAL. Les métaux
quatre heures des feuilles, des Philoſophes font cette
des fleurs & des fruits , pen- matiere de laquelle on ex
dant que la nature ne le fait trait l'eſprit ; & duquel
qu'en des années entieres ?: eſprit on fait la pierre. au
& enfin bien d'autres choſes blanc & la pierre au rouge .
que les fages fçavent , mais Leurs métaux parfaits font
ME Μ Α 301
ces pierres mêmes ; ſouvent porifie dans les entrailles de
ils les appellent Corps. la terre , à meſure que le
Les anciens Chymiftes feu central la ſublime vers
ont donné aux métaux les, la ſuperficie ; elle , devient
noms des ſept Planétes > une eau vifqueuſe , qui s'al
parce qu'ils ont cru y remar- lie avec différens ſoufres ;
quer des propriétés & des elle ſe cuit & fe digere avec
couleurs analogues à celles eux , d'une maniere plus ou
que l’Aſtrologue reconnoît moins parfaite , ſuivant le
dans les Planétes. Ils ont plus ou moins de pureté de
nommé en conſéquence le la matrice, ou les métaux le
plomb Saturne , l'étain Ju- forment.
piter , le fer Mars , l'or le. MÉTAL COULANT. C'eſt
Soleil , le cuivre Vénus , le mercurę .
l'argent vif Mercure, & l'ar MÉTAS, ou MÉTAL .
gent Lune. Quelques Chymiſtes ont
On diſtingue les métaux donné ce nom au poids que
en parfaits , qui font l'or & nous appellons, communé
l'argent ; & en imparfaits , ment un gros, unedragme.
qui font le cuivre , le fer, le MÉTAUX . ( Science
plomb, l’étain & le mercure. herm . ) Lorſque les Sages
Les Philoſophes, appellent parlent des métaux, ils n'en
auſfi Métaux imparfaits la tendent pas communément
matiere de l'œuvre, lorſque ceux qui ſont en uſage dans
pendant les opérations elle le commerce de la vie ; il ne
eſt affectée d'autres couleurs faut les expliquer dans ce
que de la blanche & de la ſens que lorſqu'ils parlent de
rouge . Ces deux dernieres la tranſmutation des métaux
compoſent les régnes du So- imparfaits en or ou en ar
leil & de la Lune , les autres gent. Leurs métaux ne ſont
font les régnes des autres autres que les différens états
Planétes. de leurmercure pendantles
La plupart des Chymiſtes opérations du magiſtere. Ces
ne comptent pas le mercure états ſont au nombre de ſept,
parmi les métaux , & pré- , comme il y a ſept Planétes
tendent qu'il n'en eſt que la & fept métaux communs ;
ſemence ; mais la vraie ma- c'eſt pourquoi ils donnent le
tiere des métaux n'eſt, à régime de leur ouvre aux
proprement parler , qu'une ſept Planétes , qu'ils diſent
vapeur , un eſprit qui ſe cor- dominer à chaque état , &
302 MÉ ME
chaque domination ſe mani Les Poëtes ont donné à ce
felte par des couleurs diffé- laton le nom de Latone, me
rentes. Le premier régime re de la Luvė & du Soleil ;
eſt celui du mercure , qui pré. parce que le régime de la
céde la couleur noire . Le le- lune eſt une ſuite de l'a
con eſt celui de Saturne, qui blution du laton , qui par là
dure tout le tems de la pu- devient blanc , & d'une blanc
tréfaction , juſqu'à ce que la cheur éclatante comme celle
matiere commence à deve de la Lune . Vénus domine
nir griſe ; c'eſt alors que les enſuite , & c'eſt dans le tems
Sages appellent leur matiere, que la matiere prend une
plomb des Philoſophes. Le couleur citrine , qui tire ſur
troiſiéme eſt celui de Jupiter, un rouge plombé , ou de
fils de Saturne,qui fut four rouille de fer , & pour lors
trait , ſelon la Fable , à fon vient le régime de Mars ami
pere vorace , queJupitermu. de Vénus , qui dure juſqu'à
tila pour lui ôter la faculté la couleur orangée , repré
d'engendrer: des parties mu- fentée par l'aurore avant
tilées & jerrées dans la mer , couriere du ſoleil. Phoebus
nâquit Vénus ; ce qu'il faut frere de Diane , paroît enfin
entendre de la couleur noire ſous la couleur de pourpre .
qui ne reparoît plus dans le Les Poëtes ont feint que
magiſtere. Et dès lors Jupi- Diane fa ſæur ſervit de ſage
ter eſt le pere des Dieux femme à ſa mere Latone lorſ:
avec Junon ,repréſentée par qu'elle mit le ſoleil au mon
l'air renfermé dans le vafe , de , parce que le rouge vrai
& l'humidité qui s'y eſtmês or & vrai ſoleil des Philofo
lée . phes , ne paroîtroit jamais ,
Tout le régime de Jupiter ſi le blanc ou Diane n'avoit
eſt employé à laverle laton; páru' auparavant. L'on voit
ce qui ſefait par l'afcenfion par la combien les Mytho
& la deſcenſion ſucceſſives logiſtes ſe trompent dans les
du mercure ſur fa terre . Cette explications arbitraires qu'ils
eau repréſente la mer , dont donnent de la Fable , qui
le flux & reflux eſt marqué n'eſt qu'une allégorie mul
pár ces aſcenſions & defcen- tipliée du grand oeuvre.
fions continuelles. Mais les L'Adepte eft ſeul capable de
Philoſophes ont une autre donner aux fables la vérita
mer , qu'on verra expliquée ble explication qui leur con
dans ſon article , vient. Les-inceftes , les adul.

1
ME MA 303
teres , & les autres crimes ai fait le détail dans l'article
que les Poëtes ont imputés LEPRE .
aux Dieux , ne ſeront alors MÉTEMPS IPSYCOSE
Y .
que des opérations de la Tranſlation de l'ame d'un
ſcience hermétique , perſoni- être vivant dans le corps d'un
déifiées, pour allégorifer tout autre être qui n'étoit vivant
ce qui ſe fait ſucceſſivement qu'en puiſſance. On dit que
dans le grand cuvre. Pythagore avoit puiſé le ſen
Les fouffleurs & les Chy- timent de la Métempfycoſe
miſtes vulgaires ne ſe trom- chez les Prêtres d'Egypte ,
pent pas moins lourdement & cela eſt vrai ; mais les fece
lorſqu'ils travaillent ſur les tateurs de la Philoſophieher
métaux communs , dans la métique prétendent qu'on a
penſée qu'ils parviendront au mal expliqué ce ſyſtème de
magiftere par leur moyen . Pythagore , & qu'on lui a
Car quoique d'eux ſoit l'en- prêté un ſens qu'il n'avoit
trée de notre ouvre , dit le pas. Les Sages d'Egypte
bon Tréviſan , & que notre apprirent à Pythagore la
matiere , par tous les dits des tranſmutation métallique
Philofophes, doit être com- que ce Philoſophe traita en
poſée de vif -argent, & vif- fuite énigmatiquementdans
argent n'eft en autres choſes fes Ouvrages. Ceux qui n'é
qu'ès métaux .: 61 : Toute- , toient pas au fait du grand
fois ne ſont - ils pas notre euvre entendirent tout ce
pierre tandis qu'ils demeu- qu'il avoit écrit ſelon le ſens
rent en forme mécallique ; que la lettre préſentoit , &
car il eſt impoffible qu'une non-ſelon l'eſprit. L'idée de
' matiere ait deux formes. No- Pythagore n'étoit autre que
tre pierre eſt une forme di- de donner à entendre que
gne moyenne entre métall'eſprit, ou ce qui conſtitue
& mercure. Le même Au- l'ame des métaux parfaits ,
teur parle fort au long des paſfoit par la tranſmutation
métaux dans ſon Ouvrage dans le plomb , le fer, & les
fur la pierre , auquel , pour autres métaux imparfaits , &
cette raiſon , ila donné le ti- les rendoit autres qu'ils n'é
tre de Philoſophie des métoient auparavant. Ol. Bere
taux. richius.
Les Chymiſtes & Métal Les Académiciens n'ená
lurgiſtes diſent que les mé- tendoient pas par Métemp
faux ont des maladies ; j'en fycoſe la tranſlation de l'ame
1
304 ME ME
intellectuelle de l'homme peut être convertien agneau ,
dans le corps d'un autre home l'agneau en loup ; le foin en
me , d'un animal, ou d'une beuf, le bæuf en homme ,
plante ; mais ſeulement la l'homme en foin , &c. Car.
tranſlation , ou plutôt la con- l'élixir ou humide radical de
verſion de l'ame animale , chaque mixte ,rempli desels
élixirielle, en une autre ,pour prits de ce mixte , eſt appellé .
lui donner la vie animale; ame, parce que c'eſt le ſujet:
c'eſt de cette façon que la immédiat del'ame vivante,
nature agit ſans ceſſe. La commel'eſprit en eſt la cauſe
diſſolution du corps des ani- efficiente ; c'eſt en ce ſens
maux laiſſe évaporer les ef- que le grand monde eft dit
prits volatils de cet animal animé . .
l'eſprit fixe ſe mêlant avec MÉTIS . Jupiter poffef.
ceux de la terre ; les uns & ſeur paiſible de l'Olympe,
les autres ſéparés de la ſub- après avoir foudroyé les
ſtance terreſtre qui les te- Géants, épouſa Métis, Déeſ.
noient empriſonnés , agiſſent ſe dont la connoiſſance étoit
magnétiquement ſur leurs ſupérieure à celle de tous les
ſemblables, qui agiſſent égar Dieux & de tous les hom
lement de leur côté . La na, mes. Mais dans le tems
ture ,parleur réunion , forme qu'elle étoit prête d'accou
de nouveaux mixtes ou cher de Minerve ,Jupiter info
ſemblables,ou différens , fe- truit qu'elle étoit deſtinée à
lon la mattiče où ils ſe ten , être mere d'un fils qui de
contrent. Des excrémensdes, viendroit le ſouverain de .
animaux , ou de leurs corps l'univers , ayala la mere &
tombés en putréfaction en l'enfant, afin qu'il pût ap
tierę , desplantes ſe nourriſ prendre d'elle, le bien & le .
ſent , d'autres animaux ſe mal . Ce fut par le conſeil
noucriffent de ces plantes , de Métis queJupiter fit pren
par un cercle continuel , dre à ſon pere Saturne un
+ les uns ſe métamorphofent breuvage qui lui fit vomir ,
dans les autres ; ce qui fait premierement la pierre qu'il:
que rien ne périt dans le avoit avalée , & enſuite tous
monde , & que ſon volume, ſes erifans qu'il avoit dé.
n'augmente pas , malgré vorés .
l'augmentation poſſible i & Quelque tems après que
meine réelle de ſes individus Jupiter eut avalé Métis , il
ſpécifiques, Ainta le loup ſe ſentit ſaiſi d'une grande
douleur

1
ME MI 305
douleur de tête ; il eut re- même choſe qu'enfantement,
cours à Vulcain , qui d'un dont voyez l'article.
coup de hachę lui fendit la METTRE EN POUDRE .
tête. Minerve fortit toute C'est diſſoudre philoſophi
armée par la bleſſure , & quement la matiere del'au
même dans un âge fort avan- vre dans le vaſe. Cette diſ
cé. Voyez l'explication chy- ſolution ſe fait au moyen de
mique de tout cela dans les la putréfaction ; elle réduit
Fables Egypt. & Grecques le compoft , dit Flamel , en
dévoilées , Liv. 3. chap. 4. une poudre impalpable , &
& 9. auſſi ſubtile que les atômes
METOPIUM . Gal- qu'on voit voltiger aux raïons
banum . Blanchard . du ſoleil.
METROS. Pierre au MEZERÆUM . Eſpéce
rouge parfait. de plante qui eſt de la claſſe
METTRE . (Sc. Herm .) du lauréole ; quelques- uns
Lorſque les Sages diſent dans la nomment Chamelée.
leurs livres, mettez ceci, ajoû. MICHA & MICHACH .
tez cela , il ne faut pas croire Cuivre , Vénus . Rullandus.
qu'ils recommandent d'ajou MICLETA . Médica
ter ou de mettre quelque ment propre à arrêter les
choſe d'étranger ou même hémorragies.
d'analogue à ce qui a été MICROCOSME .
mis une fois dans le vaſe ; On donne ordinairement à
ils entendent ſeulement qu'il l'homme ce nom , qui figni
faut continuer de cuiré le fie petit Monde; parce que
compoſt , à qui il ne manque l'homme eſtl'abrégé du
1
rien que la coction , ſans ceſſe grand. Les Philoſophes le
entretenue juſqu'au blanc ou donnent auſſi à leur magif
au rouge . tere , parce qu'il contient,
METTRE deſſous ce qui diſent-ils , toutes les vertus
eft deffus, & ce qui eſt deſſus des choſes ſupérieures & in
deſſous. C'eſt ce que les Phi- férieures.
lofophes appellent convertir MIDAS , Roi de Phry
les élémens , changer les na- gie , & fils de Cibele., cher
tures ; c'eſt-à - dire , rendre cha à gagner la bienveillance
volatil le fixe, & fixer le vo- de Bacchus , en faiſant bon
latil. accueil à Silene. Un jour
METTRE AU MONDE. que ce pere notrricier du
Expreſſion qui ſignifie la Dieu du vin s'étoit enyvré ,
V
306 MI MI
& dormoit près d'une fon- le punir d'avoir fi mal jugé ,
taine , Midas le fit lier avec lui fit croître les oreilles en
une guiriande de fleurs. On forme d'oreilles d'âne. Voy.
le conduiſit dans cet état au l'explication de cette fable
Palais du Roi , qui le traita dans le Livre II. des Fables
parfaitement bien , & le fit Egyptiennes & Grecques
enfuite mener à Bacchus.Ce dévoilées, ch . 5 .
Dieu fut charmé de le voir ; MIDI . Soufre parfait
& pour récompenſer Midas, des Philoſophes . Ils lui ont
il luioffrit de lui accorder donné ce nom , parce qu'ils
ſans exception tout ce que l'ont appellé Soleil , & que
ce Roi lui demanderoit. Mi- cet aftre eſt dans ſon plus
das , ſans trop de réflexion , haut dégré lorſqu'il eſt au
demanda que tout ce qu'il midi .
toucheroit fût changé en or. MIEL . Diffolvant des
Bacchus lui donna certe pro- Philoſophes.
priété . Lorſque Midas vou MIFRES. Aſphalthe.
lut manger, il fut fort étonné MIGMA. Mêlange de
de voir les viandes même différens ſimples , pour en
qu'il touchoit , changées en former un médicament.
or , & par conſéquent hors MILCONDAT. Sang
d'état d'en faire fa nourriture; de dragon.
& craignant de mourir de MILIEU DU CIEL . C
faim , il eut recours à Bac- Quelques Auteurs Hermé
chus , & le pria inſtamment tiques ont appellé ainſi la F
1
de le délivrer d'un don fi matiere diſſolvante du grand
funeſte. Bacchus у confen- æuvre parce qu'ils diſent
tit , & lui ordonna pour cet que le vent a porté leur eau
effet d'aller ſe laver dans le ſéche , leur mercure , dans
fleuve Pactole . Midas y fut, ſon ventre , & qu'il ſe trouve
& communiqua aux eaux de en principes dans l'air. 1
ce fleuve la propriété qui lui MILIEU ENTRE LA
étoit ſi onéreuſe . MINE ET LE METAL. C'eſt O
Il furvint dans la ſuite un la matiere de l'æuvre. Mi
différend entre Apollon & lieu pour réunir les teintu
le Dieu Pan , fur le chant & res , c'eſt le mercurè philo
la Muſique. Midas fut choiſi fophiqne. Milieu entre le
pour arbitre , & jugea fotte- métal & le mercure , c'eſt &
ment que Panchantoitmieux le ſoufre parfait.
MILITARIS , ou P
qu'Apollon, Ce Dieu pour
MI MI 307
STRATIOTES. Joubarbe qu'illa conſerve bien pré
aquatique , ainſi nommée de cieuſement. Il n'y a rien dans
fa vertu pour arrêter le ſang le monde de fi excellent.
des bleſſures. On a auſſi don MINÉRAL , Mixte par
né le même nom à la plante ticipant des principes des
connue fous celui de Mille- métaux. Les minéraux mé
feuilles. talliques ſont compoſés de
MINA ou MNA . Sui- parties très-ſimples & homo
vant Dioſcoride, c'étoit au- gênes, ce qui en rend le mê
trefois un poids de ſeize on- lange très - fixe , & preſqu'in
ces , ou 128 dragmes. La capablesde corruption .Leur
mine Attique peloit douze baſe eſt une terre groffiere
onces & demie ,la Romaine & vitrifiable ; & comme ils
douze onces , & celle d'A- n'ont pas des organes de
lexandrie vingt onces , ou même que les végétaux &
160 dragmes. Blanchard . les animaux , ils le forment
MINE . Matiere de la- par ſimple accrétion , & ont
quelle ſe forment lesmétaux tous une même forme, ou ,
& les minéraux dans les en- pour mieux dire , n'en ont
trailles de la terre. Cette ma- point de déterminée, com
tiere , ſuivant les principes me l'a chaque eſpece des
de la Philofophie Herméti- deux autres regnes de la Na
que , n'eſt d'abord qu'une va ture . Ils ont cependant aufli
peur que les élemens pouf- une femence , mais la même
lent avec l'air & l'eau dans pour tous , qui ne conſiſte
les entrailles de la terre. Le pas dans l'aſſemblage de di
feu centrale la ſublime vers verſes parties , mais dans un
la ſuperficie ; elle ſe digere & ſujet très-ſimple, auquel ſont
ſe cuit avec le ſoufre qu'elle conjointes. & adhérentes
rencontre , & ſuivant le de- beaucoup d'autres parties
gré de pureté du mélange & qui en conſtituent la forme
de la matrice , les métaux fe apparente.
forment plus ou moins par Îl entre trois ingrédiens
faits. dans le compoſé minéral
MINE DE FEU CÉLESTE . une ſemence , une humidité
Magiftere au rouge , ou four onctueuſe qui s'y attache ,
fre des Philoſophes. Que ce- & enfin un humide mer
lui qui a eu le bonheur de curiel qui l'augmente & le
parvenir à faire cette mine nourrit . La femence eſt la
de feu céleſte, dit d'Espagnet, même pour tous les miné.
V ij
308 MI MI
raux & les métaux ; mais biens. Il eſt ſurprenant que
comme tous les enfans que tous les Philoſophes répétant
feroit un même homme avec ſans ceſſe que leur matiere
une ou pluſieurs femmes , ou leur mercure ne ſe tirent
ſeroient preſque tous diffé- point de ces choſes , il ſe
rens . trouve cependant un ſi grand
Les minéraux différent nombre de gens qui ne veuil
auſſi entr'eux , ſelon la ma- lent pas les croire. Leur ma
trice où la ſemence eſt dé- tiere eſt minérale , mais elle
poſée & prend accroiffe- eſt en même-tems végétale
ment. La nourriture & les & animale , & ne ſe tire ce
différentes proportions des pendant d'aucun de ces trois
ingrédiens qui entrent dans regnes en particulier , parce
le mixte en conſtituent la di- qu'elle les renfermetous, en
verſité. Becher expliquefort étantle principe & la baſe.
au long la nature des miné MINERVE. Les Egyp
raux dans ſa Phyfica ſubter- tiens avoient mis une Mi
ranea , & perſonne avant lui nerve au nombre de leurs
ne l'avoit fait d'une maniere grands Dieux , & elle étoit
plus vraiſemblable . révérée particulierement à
Les Philoſophes diſent que Sais. Ils diſoient qu'elle étoit
leurmatiereeit minérale : elle femme de Vulcain , le plus
l'eſt en effet; mais il ne faut ancien & le premier de tous
pas s'imaginer qu'ils tirent leurs Dieux . LesLibyens la
leur mercure d'aucun miné- diſoientfille de Neptune &
ral tel qu'il puifle être , ex- du lac Tritonide , & que Ju
cepté , comme dit Philalethe, piter l'avoit adoptée pour la
du premier principe des ſels, fille. Mais les Grecs débi
mais qui n'eſt cependant toient qu'elle étoit propre
point ſél, ni n'a aucune for- ment fille de ce pere des
me de fel. Envain les faux Dieux. Jupiter , difoient-ils,
Adeptes employent-ils donc après la guerre des Titans ,
les minéraux , les marcaſlites ſe voyant , du conſentement
& les ſels tant des végétaux des autres Dieux , maître du
que des minéraux ,ni les ſels Ciel & de la Terre , épouſa
borax , les ſels gemme , le Métis , qui paſſoit pour la
nitre , l'alun , le vitriol & les plus fage & la plus prudente
attramens , ils n'en retireront fille qui fût dans le monde :
que de la cendre & la perte mais la voyant prête d'ac
de leurs peines & de leurs coucher , & ayant appris du
MI MI 309
Ciel qu'elle ailoit mettre au ma dans une corbeille & le
monde une fille d'une ſageſſe fit nourrir.
conſommée , & un fils à qui Vulcain , Minerve & Pro
les Deſtinées réſervoient méthée avoient un autel
l'Empire du monde , il la dé- commun ; & aux ſolemnités
vora. Quelque tems après ſe des uns & des autres on por
ſentant une grande douleur toit des flambeaux & des
de tête , il eut recours à Vul- torches allumées , avec des
cain , qui d'un coup de hache corbeilles. La chouette , le
lui fendit le cerveau , d'où dragon & le coq lui étoient
ſortit Minerve toute armée , conſacrés.
ſous la forme d'une jeune Minerve eft ordinairement
fille d'un âge fait , de forte repréſentée le caſque en tête,
qu'elle futdès- lors en état de une pique d'une main , & un
ſecourir ſon pere dans la bouclier de l'autre , avec l'ém
guerre des Géans où elle ſe gide ſur la poitrine. Cette
diſtingua beaucoup.Sur la fin Déeſſe fut la protectrice des
du combat elle trouva Bac- Héros ; Hercule & Uliſſe
chus très - maltraité , mais l'éprouverent dans toutes les
alpitant encore ; elle le re- occaſions. La raiſon en eſt
leva , le préſenta à Jupiter , que ce ſont tous des Héros
qui lui redonna les forces & chymique's , & que cette
ſa vigueur. Déeſſe étoit dans la même
Minerve eut diſpute avec cathégorie ; ce qui a fait dire
Neptune , à qui auroit la pré- qu'il tomba une pluye d'or
férencepour nommer la ville à Rhodes le jour de la naiſ
d'Athénes , Minerve l'em- ſance. Voyez l'explication
porta par le jugement des de toutes ces fi &tions dans
douze grands Dieux. Elle les Fables Egypt. & Grecq.
priva Tiréſias de la vûe , par- dévoilées, liv . 3. chap : 9. &
ce qu'il avoit eu la témérité liv. 6 .
de la regarder nue dans le Par Minerve armée les Chy
bain . Vulcain voulut faire miſtes entendent ordinaire
violence à cette Déeſſe ; mais ment leur mercure. Quand
elle fe defendit ſi bien , que la Fable dit qu'elle nâquit du
ſans ſouffrir aucun affront , cerveau de Jupiter par un
Vulcain devint pere d'Eric coup de hache que luidonna
thonius , & la Terre ſa mere . Vulcain , c'eſt le mercure
Minerve ayant pris l'enfant , qui ſe tublime par la cocion
qui étoit contrefait, l'enfer- que fait le feu , ou Vulcaine
V ij
310 MI MI
Les Philoſophes s'expriment blanche eſt leur magiſtere au
dans le même ſens de la Fa- blanc , & leur miniere rouge
ble , lorſqu'ils diſentqu'il faut eſt leur pierre au rouge dans
frapper du glaive , du ſabre, le premier cuvre.
du couteau , pour faire fortir MINISTERE. Mercure
l'enfant du ventre de famere. diſſolvant des Sages. Ils l'ont
C'eſt comme s'ils difoient : quelquefois appellé premier
cuiſez la matiere de l'æuvre miniſtere , parce qu'il faut
pour la pouſſer au degré de commencer l'auvre par la
perfection dont elle eit fuf- purification des matieres, &
.
ceptible. que c'eſt dans cette purifica
MINIERE. Les Philofo- tion que ſe forme le mercure
phes donnent le nom de mi- des Philoſophes.
niere à pluſieurs choſes. Ils MINIUM. Soufre rouge ,
appellent de ce nom la ma ou miniere de feu célefte .
tiere d'où ils fçavent extraire MINOS , fils de Jupiter
leur mercure , & alors ils la & d'Europe , épouſaPafi
nomment proprement mi- phaé, fille du Soleil. Il étoit
niere de leur mercure ; mais Roi de Candie , & eutguerre
ordinairement lorſqu'ils di- entr'autres contre les Athés
fent fimplement notre mi- niens. Après les avoir vain
niere , ou la miniere des mé- cus , il les obligea de lui en
taux , ils entendent alors leur voyer tous les ans pour tri
mercure animé , ou , ce qui but ſept jeunes garçons des
eſt la même choſe , leur ma- premiers de la République ,
tiere après la putrefaction pour combattre le Minotaure
dans la médecine du premier dont Paſiphaé étoit accou
ordre , parce que c'eſt dans chée , & qu'il avoit renfermé
la putréfaction que fe fait la dans le labyrinthe que Dé
réunion du corps & de l'ef- dale avoit conſtruit. Théſée
prit. Philalethe dit que l'acier à qui le ſort étoit échu pour
des Sages eſt la miniere de combattre ce monſtre , le
leur or , & que leur aiman eft vainquit & s'en retourna
la miniere de leur acier. triomphant à Athénes. La
Pluſieurs Adeptes ont ap- Fable nous repréſente Mi
pellé Miniere leur foufre , nos comme un Juge fi'inté
parce que ce corps rouge'eſt gre que Pluton le choiſit,
le principe & le commence- avec Eaque & Rhadamante,
ment de leur teinture & de pour juger les morts , & les
leurs métaux. Leur minier's envoyer
aux champs Elifées,
*
MI MI 311
ou au Tartare. Voyez les humain , & pour la tranſmu
Fables Egypt. & Grecques tation des métaux en or.
dévoilées , liv . 3. C.14. 9.5 . MISADIR OU MISATIS .
MINOTAURE . Monſtre Sel armoniac.
ayant la forme humaine de MISAL. Lait aigre.
puis la tête juſqu'à la cein MISATIS . V. MISADIR .
ture , & le reſte du corps MISSADAM . Mercure
comme celui d'un taureau. ou argent- vif.
Paſiphaé , femme de Minos , MISSERASSI. Talc ,
le mit au monde , & Minos plâtre .
le fit enfermer dans le laby MISY. Matiere minérale ,
rinthe , où on le nourriſſoit eſpece de chalcitis qui par
de chair humaine. Théſée , ticipe du vitriol. Sa ſubſtance
fils du Roi d'Athénes , qui eft dure , huiſante & brillante
avoit été envoyé pour le de couleur d'or. On la troue
combattre , gagna les bon- voit autrefois dans les mines
nes graces d'Ariadne, fille de cuivre de Chypre , ſui
deMinos ,à laquelle Dédale vant Diofcoride; aujourd'hui
qui avoit conſtruit le laby. on ignore ce que c'eſt. Blan
rinthe , avoit découvert le chard dit que c'eſt uneeſpece
moyen d'en ſortir. Elle don- de rouille qui naît ſur le chal
na á Théfée un peloton de citis , comme le vert-de-gris
filau moyen duquel il trouva ſur le cuivre.
l'iſſue , après avoir vaincu le MIXADIR . Sel armo
Minotaure. Voyez ces fic- niac.
tionsexpliquéesdans les Fa MIXTE . Affemblage de
bles Egyptiennes & Grecq. pluſieurs corps homogênes
dévoilées ,liv . 3. C. 14. &.5 . ou hétérogênes. On peut ré
& liv. 5. c . 22. duire tous les mixtes à trois
MIRABILIS PERU- claſſes , dans le fyftême que
VIANA . Solanum odorant, tout eſt compoſé de terre &
ainfi nommé de la variété d'eau .
admirable des fleurs de cette La premiere renferme les
plante. mixtes faits d'eau & d'eau
MIRACLE DE L'ART . la ſeconde ceux qui ſont
C'eſt la poudre de projec- conſtitués de terre & de ter
tion au blanc & au rouge , re , & la troiſiéme ceux qui
ainſi nommée de ce que l'Art ont pour principes la terre
ne peut rien faire de plus par- & l'eau. Les deux dernieres
fait pour la fanté du corps claſſes contiennent les trois
Viv
312 MI M N MO
regnes de la Nature , l'ani- mixtion une union des miſ-,
mal, le végétal & le mi- cibles altérés , conjoints par
néral. tous les côtés de leurs plus
Dans ces trois regnes les petites parties. Par miſcibles
mixtes même de chaque re- ils entendent les élémens ,
gne font différens , ſelon la Pantheus Venetus.
différence des proportions MNA . Voyez MINA .
du mêlange. MNEMOSYNE , fille du
Dans le regne minéral le Ciel & de la Terre , eut de
mêlange ſe fait par la ſeule Jupiter les neuf Mures. Voy .
accrétion , parce que toutes l'article des Muſes.
ſes parties conſtituantes ſont MOIS PHILOSOPHI
preſque fimilaires entr'elles. QUE . Les Chymiſtes Her
Les végétaux ſe font par ac- métiques font leurs mois de
crétion , altération , digeſtion quarante jours , qui eſt le
& végétation , à cauſe de tems de la putrefaction de
leurs parties diffimilaires, de la matiere. Mais ils diſent
même que le regne animal, que le mois eſt un période
qui , outre l'accrétion , &c. qui imite le mouvement de
du regne végétal , requiert la Lune ; c'eſt pourquoiquel.
encore l'action & l’union de ques -uns le font de trente ,
çe que nous appellons ame. d'autres de quarante jours.
Le mêlange qui forme le On l'appelle philofophique,
corps des animaux conſiſte parce que les Philoſophes
dans l'union ; celui des végé- Hermétiques le comptent
taux , dans la coagulation ; ainſi pour le tems de leur
celui des minéraux , dans la opération. Il ne faut cepen
fixation . Beccher. dant pas s'imaginer qu'ils en
MIXTION. Tout com- tendent par- là quarante jours
poſé des différentes parties naturels, il en faut beaucoup
de pluſieurs choſes comine moins ; mais ils s'expriment
confondues enſemble . Les ainſi énigmatiquement pour
Philoſophes Spagyriques ſe le tems, comme pour la ma
ſervent aſſez indifféremment tiere & pour le vaſe. Voyez
des termes d'ingreſſion , fub- Tems .
merfion , conjonction , con MOISSON.Les Adeptes
nexion , complexion 2 com-, diſent : Le tems de la moiſon
poſition au lieu de mixtion , eſt arrivé , pour ſignifier
pour tromper les curieux que l'auvre Hermétique eft .
ignorans ; & ils définiſſent la achevé , que la poudre de
MO MO 313
projection eſt parfaite , & ment : il s'éleve d'entr'elles
que par l'uſage qu'on peut une tige à la hauteur de trois
en faire en tranſmuant les ou quatre pieds , ronde , nue ,
métaux imparfaits en or ou verte , creuſe , portant en ſon
en argent , on recueille les ſommet une ombelle ou bou
fruits des travaux qu'on a quet de petites fleurs à ſix ou
efluyés. lept feuilles pointues , diſpo
MOLHORODAM. Sel ( ées en rond , blanches ou
gemme. rougeâtres. Après qu'elles
MOLIBDENA , Mine de ſontpaſſées il paroît des pe
plomb. tits fruits triangulaires , divi
MOLIPDIDES. Pierre ſés intérieurement en trois
de Saturne ou de plomb. loges , qui contiennent des
MOLLIFICATION . ſemences preſque rondes ,
Même choſe que ſolution , noires , reſſemblantes à cel
trituration , putréfaction . les de l'oignon . Sa racine eft
MOLLUGO . Efpece de bulbeuſe , groſſe ordinaire
gratteron , dont la graine ne ment comme le poing , noire
s'attache pas aux habits . en dehors , blanche en de
MOLY . Homere a parlé dans.
du Moly comme d'une plan. MOLYBDÆNA . Plante
te de grandes vertus, & dit appellée Perſicaire. Molyb
que Mercure en fit préſent à dæna eſt auſſi un nom donné
Ulyſſe quand il fut dansl’ille àla litharge , & à la mine de
où Circé faifoit ſon ſéjour. plomb.
Elle s'étoit formée , dit la MONDE ( Petit ). Pierre
Fable , du fang d'un Géant parfaite des Philoſophes
qu'on avoit tué. Nos Bota- ainfi appellée de ce qu'ils
niſtes ont donné le nom de diſent qu'elle renferme tous
Moly à une eſpece d'ail qui tes les propriétés du grand
ne differe gueres de l'ail com- monde , & qu'elle en eſt
mun que parce qu'elle n'a ' comme l'abrégé.
point de mauvaiſe odeur. MONDIFICATION .
Elle pouſſe de ſa racine cinq Préparation des matieres
feuilles longues d'un pied ou crues dont les Philoſophes
d'un pied & demi, larges de extrayent leur mercure. Cet
deux ou trois doigts, épaiſ- te préparation eſt la premiere
ſes , pointues, vertes ;mais opération de l'ouvre & pré
couvertescouvent d'une pou- céde celle de la parfaite pré
dre qui s'en fépare facile- paration . Elle conſiſte dans
314 мо MO
la ſéparation des parties pu- Artiſte, & non le défaut du
res d'avec les impures , & feu de charbons ou autres
des partiesfulfureuſes, com- matieres pour la faire agir ,
buſtibles & arſénicales d'a- comme la interprêté l'Au
vec les mercurielles propre- teur du Dictionnaire Her
ment dites. Quelques - uns métique .
ont appellé cette mondifica MORT , dans le ſens
tion , purification , rectifica- chymique , eſt l'état actuel
tion, adminiſtration . Le ſigne de la putréfaction des mix
qui indique cette mondifica- tes ; & la régénération eſt
tion parfaite , eſt une couleur leur réſurrection .C'eft pour
céleſte , blanche , éclatante quoi ils diſtinguent deux états
de la matiere , & reſſem- de mort. L'un la mort abfo
blante à celle du plus bel lue , qui est une ſéparation
argent. eſſentielle , & la perte des
MONTAGNE . Les racines & de la formeintime
Philofophes ont donné ce du mixte , incapable après
nom aux métaux par com- cette mort de reprendre fa
paraiſon. Nos corps ( dit Ri- premiere forme. L'autre état
pléc , 2.part.) ont pris leurs eſt celui de la mort acciden
noms des planettes , ce qui telle , qui n'eſt qu'une fépa
les a fait nommer à bon droit ration des excrémens , fans
montagnes , par comparai- altération des racines pures ,
fon d'où l'Ecriture dit, lorf- & de la forme intrinfeque
que l’eau ſe tourmentera & fe qui contient l'idée du mixte .
troublera , les montagnes ſe Cette mort eſt celle du grain
précipiteront au fond de la dans la terre avant qu'il ger
mer. me ; de la ſemence dans la
1
Quelquefois les Alchy- matrice , & de tout ce qui fe
miſtes ont entendu par le renouvelle par la génération .
terme de Montagne , leur MORT DĚS ÉLÉ
vafe , leur fourneau , & toute MENS . ( Sc. Herm .) Chan
matiere métallique . gement de la forme appa
MORA BACCI , MO- rente de la matiere du ma
RA BATI , ou MORA giftere ; relle , par exemple ,
VACINIA & VACCI- qu'eſt cette matiere en terre
NIA. Buiſſon. après la ſolution : c'eſt ce que
MORFONDEMENT. les Philofophes appellent
Etat de la matiere des Sages converſion des élémens.
entre les mains d'un mauvais MORTIER , Mercure ou
мо мо 315
diſſolvant des Philoſophes, fuccéde jamais. Dans la mor
ainſi nommé de ce que par tification l'humide radical
fon moyen l'or des Sages ou de la terre dans les végé
le corps diſſoluble ſe réduic taux , & celui de la ſemence
en poudre impalpable , & dans les animaux , domine
reſſemblante , dit Flamel , pour un tems la chaleur in
aux atomes qui voltigent née & vivifiante ; mais au
aux rayons du ſoleil. bout d'un tems cet eſprit
MORTIFICATION , igné aidé de la chaleur ex
en termes de Chymie , eſt terne , reprend de nouvelles
une eſpece de pulvériſation forces, & dominant à ſon
qui diſpoſe les corps morti- tour l'humide radical, ache
fiés à une nouvelle généra- ve la génération .
tion ; telle eſt celle des ſe MORTIFIER . Voyer
mences des végétaux , que CUIRE LA MATIERE. C'eſt
l'on met dans la terre pour auſſi changer la forme exté
les faire germer & pouffer rieure d'un mixte , comme
de nouveaux jets ſemblables on fait celle du mercure en
à ceux qui les avoient pro- le rendant fixe de volatil
duits . C'eſt à cet égard que qu'il étoit.
l'on a fait l'axiome, la cor MOSARDEGI. Plomb.
ruption d'un corps , eſt le MOSEL . Jupiter , étain .
commencement de la généra- Ce terme , dans quelques
tion d'un autre ; car il eſt dé- . Chymiſtes , ſignifie du mer
montré qu'il ne ſe fait point cure,
de génération qui n'ait été MOOT. Même choſe
précédée de mortification . qu'Eudica.
On a donné à cette eſpece MOULIN DES SA
de corruption le nom de mor- GES. C'eſt le diffolvant des
tification , parce que cette Philoſophes. Ils lui ont don
putréfaction ſe faiſant lente- né ce nom par la même rai
ment, les ſemences ſemblent ſon qu'ils l'ont appellé Mar
mourir. Elle differe de la pu- bre , Crible , Mortier , dont
tréfaction proprement dite, voyez les articles.
en ce que celle -là n'eſt que MOURIR . Ce terme a
pour untems , & qu'elle n'eſt deux ſensdans lesouvrages
pas une vraie corruption ou des Philoſophes. Il ſe prend
pourriture , à laquelle la gé- pour faire tomber en putré
nération de la même eſpece faction & en diſſolution , afin
de plantes ou d'animaux ne de procurer une nouvelle vie
316 MO MU M U
à l'enfant philofophique. Il en la premiere matiere. Pour
l'entend auſſi de la fixation cet effet les Philoſophes
du volatil, après la volatili- prennent la matiere cuite &
fation. Ce qui a fait dire à préparée par la Nature , &
Philalethe : il faut deſſécher la réduiſent en la premiere
la matiere & la fixer ; alors matiere , ou mercure philo
elle ſera morte. On la fer- ſophique , d'où elle a été
mente enſuite , & le ferment tirée.
1 qui eſt ſon ame , la révivi Pour avoir une pleine con.
fiera. noiſſance de cette opération ,
MOYEN pour joindre & il faut obſerver cinq choſes.
unir les teintures. C'eſt le 1. Que les Adeptes ré
mercure des Philoſophes. duiſent les années en mois ,
MOYEN DISPOSITIF . les mois en ſemaines, les ſe
Magiftere au blanc, maines ep jours, les jours en
MOZ . Myrrhe. heures , &c .
MOZHACUMIA . Mer 2 °. Les Philoſophes ont
cure des Sages. pour axiome que toute choſe
MU. Meum . ſéche boit avidement l'hy
MUCAGO. Mucilage. midité de ſon eſpece.
MUCARUM & MU . 3º . Que le ſec agit alors
CHARUM . Nom barbare plus promptement ſur ſon
donné au ſyrop de roſes , & humide qu'il ne faiſoit au
à leur infuſion. paravant.
MULTIPLICATION , 4º. Que plus il y a de
Opération du grand quyre terre & moins d'eau , plutôt
au moyen de laquelle on la ſolution fe fera .
multiplie la poudre de pro 5 ° . Que toute ſolution ſe
jection, ſoit en qualité , ſoit fait ſuivant la convenance ,
en quantité à l'infini , ſelon & que tout ce qui difTout la
le bon plaiſir de. l'Artiſte. Lune, diſſout auſſi le Soleil.
Elle conſiſte à recommencer MURPUR. Cuivre , Vé
l'opération déja faite , mais nus .
avec des matieres exaltées MUSADIR. Sel armo
& perfectionnées , & non niac.
avec des matieres crues com MUSÉE. Ancien Poëte
me auparavant, Tout le fe- Grec , l'un des premiers qui
cret , dit un Philoſophe, eſt ait porté les Fables Egyp
une diſſolution phyſique en tiennes dansla Gréce.
mercure , & une réduction MUSES . Les Muſes , au
MU MU MY 317
nombre de neuf , ſont com- elles demanderent des aîles
munément regardées com- aux Dieux ,pour s'échapper
me filles de Jupiter & de de ſes mains . Elles les obtin
Mnemoſyne. Diodore de rent; elles prirentla fuite , &
Sicile dit que les Muſes ne il perdit la vie en les pour
différoient point des Chan- fuivant.
teuſes qui accompagnerent Les Alchymiſtes regar
Oſiris dans ſes conquêtes en dent les Muſes comme le
Orient.On ne pouvoit mieux ſymbole des parties volatiles
repréſenter leur origine & de la matiere de l'auvre Her
leurs occupations que l'a fait métique. On peut en voir les
Hefiode dans ſa Theogonie. raiſons dansle livre 3.chi. 14.
Apollon a toujours été re- § . 3. des Fables Egyptien
gardé comme préſidant à nes& Grecques dévoilées.
l'aſſemblée des Muſes ; & MUZADIR . Sel armo
rien n'eſt fi charmant que ce niac.
qu'on dit des concerts du MYACANTHA . Petit
Parnaſſe où ce Dieu préſi- arbriſſeau appellé Bruſc .
doit , & où elles chantoient MYUSOTIS . Plante
d'une maniere capable de nommée Oreille-de- ſouris.
charmer les hommes & les MYRRHA , fille de Cy
Dieux . Hercule a auſſi paſſé niras , devint amoureuſe de
pour leur conducteur ; & ſon propre pere , avec lequel
c'eſt de là que lui eſt venu elle commit un inceſte par
le nom de Mufageté. Les un ſtratagême de ſa nourrice
Muſes furent auſſi regardées qu'elle avoit miſe dans ſa
comme des Déeſſes guerrie- confidence. Son pere ayant,
res ; & on les a ſouventcon- découvert le fait,chaffa Myr
fondues avec les Bacchan- rha, qui ſe réfugia dans l'A
tes , parce qu'en effet elles rabie , où elle fut changée en
n'en différoient point. Plu- l'arbre qui porte la myrrhe ,
tarque nous apprend mê. & y mit au monde Adonis
me qu'on leur faiſoit des ſa- le fruit de ſes amours. Voyez
crifices avant que de donner les Fables Egypt. & Grecq.
bataille. dévoilées , liv . 4. ch. 4.
Un jour de mauvais tems, MYSTERE. Opération
dit la Fable , les Muſes fe ou confection du grand cu
mirent à l'abrichezPyrenée: vre , ainſiappellée de ce que
il les trouva de ſon goût, & tous les Philoſophes en fone
voulut leur faire violence ; un myſtere qu'ils ne décou
318 MY NA N A
vrent qu'à leurs plus intimes
tréfaction , ainſi nommée de
amis . Quelques-uns ont don-ce que le bitume eſt d'un
né le nom de Myſtere à la brun -noir , & que la ma
premiere matiere de l'ou- tiere des Philoſophes en pu
tréfaction , reſſemble à de la
vre , parce que c'eſt ellequ'ils
ont le plus caché dans tous poix noire
leurs ouvrages. NAPORAN . Coquillage
MYSTRUM . Meſure de mer quidonne la couleur
des Anciens. La grande con- de pourpre. Les Adeptes
tenoit trois onces d'huile ; la
ont quelquefois donné ce
petite fix dragmes. nom à leur ſoufre parfait ,
parce qu'ila cette couleur.
N. NAŘ. Feu .
NARBASAPHAR. Le
AIADES. Nymphes ton ou cuivre ; mais il faut
.
vient d'un mot grec , qui ges .
ſignifie couler. Les Poëtes NARCISSE. Fleur blan
ont pris cette idée des Phi- che , en laquelle la Fable dit
lofophes Hermétiques , qui qu'un jeune homme d'une
les premiers ont perſonnifié beauté ſurprenante , fils du
les matieres de leur æuvre , fleuve Céphile , & d'une
& les opérations requiſes, Nymphe , fut changé. Pro
avec les couleurs qui le ma- ſerpine fut enlevée par Plu.
nifeſtent pendant l’union de ton dans le tems qu'elle cueil
la partie fixe avec la vola- loit des narciſſes. Voyez ce
tile . Cette derniere étant une que tout cela ſignifie , liv. 4 .
eau mercurielle coulante , ch. 3. des Fables Egypt . &
ils lui ontdonné le nom gé- Grecques dévoilées.
néral de Naïade. NASSE. Fourneau .
NANPHORA , Huile de NATARON. Nitre.
pierre. Planifcampi. NATRON . Eſpece de
NAPÉES,Nymphes des fel alkali fixe, dont les an
Bocages & des Forêts. En ciens Egyptiens fe fervoient
Chymie Hermétique , elles pour faire du verre , ou pour
ſont comme toutes les Nym- blanchir & dégraiſſer les
phes le fymbole de l'eau étoffes , & qui en s'uniſſant
mercurielle. à toutes les liqueurs huileu
NAPHTE ou BITUME. ſes , lymphatiques, & autres
Matiere de l'cuyre ea pu- graiſſes, produit ſur les corps
NA NA 319
les mêmes effets qu'opere de ſe tromper. Cette nature
ſur le cuir la chaux dont on ou cauſe feconde eſt un ef
ſe ſert pour les tanner. Les prit univerſel, vivifiant &
Egyptiens s'en ſervoient fécondant, la lumiere créée
auſſi pour embaumer les dans le commencement , &
corps que nous connoiſſons communiquée à toutes les
aujourd'hui ſous le nom de parties du macrocoſme. Les
Mumies d’Egypte. Après Anciens l'ont appellé un of
les avoir vuidées des inter- prit igné , un feu inviſible ,
tins & de la cervelle , ils & l'ame du monde.
mettoient ces corps pendant L'ordre qui regne dans
70 jours dans le Natron ; l'Univers n'eſt qu'une fuite
& quand ils étoient fuffi- développée des loix éter
famment imprégnés de ce nelles. Tous les mouvemeus
fel, on rempliſſoit la tête , des différentes parties de la
la poitrine & le ventre de maile en dépendent. La Na
matieres réſineuſes & bitu- ture forme , altére & cor
mineuſes. Merc. de France , rompt ſans ceſſe, & ſonmo
Janvier 1751 . dérateur préſent par tout ré
NATURE. L'ail de pare continuellement les al
Dieu , Dieu même toujours térations de ſon ouvrage.
attentif à ſon ouvrage , eft Le terme de Nature s'en
proprement la Nature mê- tend auſſi de la partie de
me , & les loix qu'il a po- l'Univers que compoſe le
fées pour la conſervation , globe terreſtre , & tout ce
font les cauſes de tout ce qui lui appartient. Dans ce
qui s'opere dans l'Univers. dernier ſens la Nature, fe
À ce premier moteur ou lon tous les Phyſiciens &
principe de génération & les Chymiſtes , eſt diviſé en
d'altération, les anciens Phi- trois parties , qu'ils appellent
loſophes en joignoient un regnes ; ſçavoir , le regne
ſecond corporifié , auquel animal , le végétal , & le
ils donnoient le nom de Na. minéral. Tous les individus
ture ; mais c'étoit une na- de ce monde ſublunaire font
ture ſecondaire , un fervi- compris dans cette diviſion ,
teur fidéle qui obéit exac- & iln'en eſt aucun qui n'ap
tement aux ordres de ſon partienne à un de ces trois
maître , ou un inſtrument regnes. Tous trois partent
conduit par la main du fou- du mêmeprincipe , & néan
verain ouvrier , incapable moins ſont compoſés de trois
320 NA NA
ſubſtances différentes , qui mentation des corps. Beca
en font les ſemences ; fça- cher dit n'avoir pû réuſſir à
voir , le menſtrue pour les condenſer ce gas , qui s'é
animaux , l'eau de pluie pour vapore du vin lorſqu'il fer
les végétaux , & l'eau mer- mente dans les tonneaux.
curielle pour les minéraux. Dans ces trois claſſes d'in
Chaque regne eſt encore dividus, la ſemence eſt dif
compoſé d'un aſſemblage de férente , & ſelon le même
trois ſubſtances , analogues Auteur , contraire l'une , à
en quelque maniere avec l'autre à certains égards ;
celle des autres regnes ; quoiqu'elles ayent beaucoup
c'eſt- à -dire , d'une fubſtance d'affinité entr'elles, comme
ſubtile , ténue , ſpiritueuſe ſorties d'un même principe ,
& mercurielle , d'une ſubf- l'une ne peut devenir fe
tance groſſiere , terreſtre & inence d'un regne différent
craſſe , & d'une troiſiéme du ſien : de maniere que le
moyenne, & qui participe Créateur ayant une fois fé
des deux . Il n'eſt point de paré ces trois ſubſtances du
corps d'où l'art ne vienne à même principe, elles ne ſont
bout de féparer ces trois plus tranſmuables l'une dans
eſpeces de principes. l'autre. Ceux qui fcrutent la
Outre ces trois ſubſtances Nature , y trouvent un ca
on en remarque comme une racteretrine,qui ſemble por.
quatriéme, qui peut ſe rap- ter l'empreinte du ſceau de
porter àla premiere par la la Trinité. Les Théologiens
ténuité & ſa ſubtilité ; mais verront dans ce caractere
qui ſemble en différer , 'en des myfteres & des choſes
ce qu'il eſt comme impoffi- ſi ſurpren