Vous êtes sur la page 1sur 42

MÉTHODOLOGIE DE

RÉDACTION D’UN
MÉMOIRE DE MASTER
Dr. Mamadou NDIAYE
dondiaye@gmail.com
Plan du cours
PROPOS INTRODUCTIF
I- LES PRINCIPALES ÉTAPES
DU MÉMOIRE
II- EXPLICATIONS DÉTAILLÉES DES
DIFFÉRENTES PARTIES DU PLAN
BIBLIOGRAPHIE DU COURS.
Propos introductif
• Faire une recherche, c'est aller
trouver des informations qu'on ne
possède pas déjà et leur donner
un sens en les confrontant aux
connaissances acquises.
• Selon François-Pierre Gingras «
La recherche vise à mieux
connaître la réalité, à mieux
comprendre cet univers dont
nous faisons partie ».
On peut distinguer:
• les recherches dites empiriques qui
s'intéressent d'abord à la cueillette et à
l'analyse de données sociales observables
ou mesurables;
• les recherches théoriques qui portent
principalement sur les moyens de « donner
un sens à nos connaissances » des
phénomènes sociaux.
• Au premier cycle universitaire, on fait des
travaux de recherche surtout pour
apprendre à faire de la recherche et pour
augmenter nos propres connaissances.
Réussir la recherche d’informations

• Comprendre et préciser le sujet;


• décomposer un sujet pour identifier les
concepts fondamentaux;
• Sélectionner les documents pertinents et les
exploiter;
• Utiliser le fonds documentaire de la
bibliothèque universitaire ou du centre de
documentation;
• Découvrir les autres sources d'information
(enquête, sondage, entretien, Internet) et
penser à les utiliser le moment idéal.
Comprendre le sujet

• Délimiter le sujet pour:


- Définir le contexte et les objectifs du
travail à mener
- Identifier et mieux cibler les sources
d'information adéquates
• Reformuler le sujet.
I- LES PRINCIPALES ÉTAPES
DU MÉMOIRE
• cerner le sujet et son environnement
Dans cette étape, le travail consiste à
recueillir sur le sujet de la recherche
des informations de base, des points
de repères divers comme des dates,
des auteurs, les disciplines dont le
sujet relève.
• Avoir une bonne connaissance
générale du sujet, des grands axes de
recherche, des mots-clés.
• Approfondir davantage la recherche
en interrogeant les sources
documentaires spécifiques de la
discipline et en s'adressant aux
spécialistes de la question (experts,
personnes ressources).
A- Le sujet
et la documentation
• Dresser un inventaire des sources à
consulter sur un sujet est un bon départ,
mais ne suffit pas : bien des questions
affectant l'orientation de la recherche
surgissent au cours des lectures. Il est donc
très important d'établir un plan de travail en
prévoyant un traitement méthodique des
informations sur fiches. Tous les ouvrages
consultés (mais seulement ceux-ci) doivent
se retrouver en bibliographie.
A- Le sujet
et la documentation
• Vous pouvez citer des sources
trouvées sur Internet, mais celles-ci
doivent respecter les critères de
crédibilité et de représentativité qu'on
attend de toute source documentaire…
et rappelez-vous qu'il y a « de tout sur
l'Internet : du meilleur au pire en
passant par l'insignifiant et le
grandiose ».
B- La problématique
et l'hypothèse
• La problématique est l'aboutissement du
choix du sujet : elle permet à la fois de définir
et de justifier la façon dont le sujet sera traité.
La problématique explique et légitime le
projet retenu, elle oriente la recherche sur
des pistes inductives ou déductives. Il est
nécessaire de poser une question
principale qui doit être centrale et essentielle
par rapport au sujet, que vous optiez pour
une approche qualitative ou quantitative.
B- La problématique
et l'hypothèse
• C'est pourquoi lors d'une étape
préliminaire, il est important de repérer
les multiples dimensions de votre sujet
en consultant aussi bien des ouvrages
généraux que spécialisés.
B- La problématique
et l'hypothèse
• L'hypothèse, quant à elle, est souvent
l'aboutissement de la formulation d'une
problématique et une anticipation de la
réponse à la question principale : elle doit
être plausible, vérifiable et précise.
L'hypothèse suggère les procédures de
recherche et guide donc votre choix de
documentation, d'observations et de pistes
de réflexions.
C- La rédaction
La rédaction doit mettre en lumière
l'explicitation et la justification que l'on
apporte à la question posée. Il est donc
nécessaire d'avoir une organisation
logique des éléments de la démonstration,
une catégorisation des différents types
d'arguments utilisés, une distinction entre
les idées principales et idées secondaires, le
tout dans une clarté d'expression
irréprochable.
C- La rédaction
Pour adapter votre rédaction aux
exigences du travail, assurez-vous de
bien comprendre les bases sur
lesquelles on l'évaluera.
D- La présentation
Préparé en équipe ou non, un travail
universitaire écrit doit faire preuve de la
même homogénéité de style et de
présentation, en particulier en ce qui
concerne la saisie informatique. Si on
présente oralement le travail devant un
auditoire, on peut cependant se permettre des
styles variés de présentation pour capter
l'attention. Oralement ou par écrit, on doit
toujours soigner les transitions d'une partie à
l'autre du travail.
E- L'exposé oral
Connaissez bien le temps à votre
disposition et ce qu'on attend de votre
exposé. Un bon exposé oral suppose une
très bonne connaissance du contenu à
transmettre et du plan à suivre. La
meilleure façon de procéder est de faire
une présentation powerpoint ou de
préparer de petites fiches contenant
chacune l'essentiel d'une idée, exprimé
en style télégraphique
E- L'exposé oral
Dans un exposé, utilisez des phrases
courtes et précises, afin que la pensée
soit bien comprise par l'auditoire. Répéter
son exposé devant une personne de
confiance, en se chronométrant, constitue
un bon moyen de se préparer. Distribuez
une copie de votre plan à l'auditoire afin
qu'il suive le cheminement de vos propos.
Ayez une tenue propre.
II- EXPLICATIONS DÉTAILLÉES DES
DIFFÉRENTES PARTIES DU PLAN
• PAGE DE COUVERTURE :
Comprend l’affiliation institutionnelle, le
ministère de tutelle, le titre du mémoire, le
thème du mémoire, le nom de l’étudiant, le
nom du directeur de mémoire, l’année de
soutenance.
• SOMMAIRE :
Reprise soignée de l’essentiel des parties et
des sections accompagnées de la
pagination.
• INTRODUCTION :
Comprend généralement les points suivants
: dimension du sujet (scientifique,
historique, économique, financière,
sociologique, culturelle, politique ou
juridique, … ), importance du sujet,
actualité du sujet, le problème lié au sujet,
la définition des concepts essentiels à la
compréhension du sujet, l’objectif du
mémoire, la méthodologie suivie,
l’annonce du plan ; elle attire l’attention du
lecteur sur les points essentiels du
PARTIE THÉORIQUE
•PROBLÉMATIQUE :
Pose le problème dans ses différentes
manifestations et se termine par la
question de recherche, laquelle peut
aussi être éclatée en questionnements.
Les questionnements posés dans la
problématique doivent avoir leur
solution dans les recommandations.
• REVUE CRITIQUE
DE LA LITTERATURE :
Elle résume les travaux des auteurs dont
les écrits portent sur le thème ; il faut
noter les acquis et les manques et faire
des renvois aux travaux que vous avez
consultés en 1ère ou 2ème main.
• CADRE CONCEPTUEL :
Présente les définitions des concepts de votre
recherche, notamment ceux qui se trouvent
dans le titre de votre travail.
• CADRE THEORIQUE :
Définit chacune des variables de votre étude,
spécifie les relations entre ces variables et
les preuves apportées par ces relations ; le
cadre organise la description des éléments
de théories et résultats déjà établis sur la
question qui concerne spécifiquement votre
thème de recherche.
• OBJECTIFS DE LA RECHERCHE :
Indiquent les résultats de votre démarche
méthodologique ; ils sont formulés en un
objectif général et des objectifs
spécifiques. L’objectif général présente les
résultats qui seront atteints au terme de la
recherche et constitue une contribution de
l’étude à une thématique plus globale.
Les objectifs spécifiques (entre 3 et 5) sont
issus de la démultiplication de l’objectif
général.
• Les objectifs spécifiques énumèrent les
manifestations externes, opératoires,
observables, mesurables, quantifiables ou
qualifiables du résultat énoncé dans l’objectif
général.
• Ils sont déclinés par des verbes d’action (faire,
étudier, analyser, etc.).
• Les objectifs spécifiques, qui ne dépendent
que de l’étude en question, servent à régler
les questionnements posés dans la
problématique
• HYPOTHÈSES DE LA RECHERCHE :
Les hypothèses expriment une relation
supposée entre au moins deux variables.
Elles sont toujours formulées en relation avec
les théories existantes ; leur formulation
correspond à une réponse à l’objectif général
et aux objectifs spécifiques.
Elles sont formulées à l’affirmative, c'est-à-
dire une thèse dont la validité sera vérifiée
ou pas à la fin du document, dans la
partie analytique.
PARTIE MÉTHODOLOGIQUE
•CADRE DE L’ÉTUDE :
Indique le lieu d’expérimentation ou
d’observation (entreprise, groupe
d’entreprises, marché, quartier, ville,
région, pays, … ). Par exemple pour une
étude en gestion des ressources
humaines dans une société, parler de
façon concise de l’entreprise avec un
focus sur la direction des ressources
humaines.
• METHODES, OUTILS
ET TECHNIQUES D’INVESTIGATION :
Décrivent les méthodes et techniques
d’échantillonnage ou l’objet de la
recherche (caractéristiques de la
population à l’étude); les instruments de
recherche (conception, contenu, pré-
test, administration/recueil des donnés
ou application, traitement des données)
• Les informations doivent être
suffisamment précises pour que vos
lecteurs puissent, s’ils le souhaitent,
refaire votre étude dans les mêmes
conditions ; reproduire la chronologie
des événements au point qu’un autre
chercheur puisse procéder exactement
comme vous pour répéter du début
jusqu’à la fin le recueil des données ;
préciser l’ordre de réalisation et la
durée des différentes tâches.
• DIFFICULTES ET LIMITES DE LA
RECHERCHE :
Précisent les contraintes que vous
avez rencontrées et les insuffisances
liées à votre recherche.
PARTIE ANALYTIQUE
•ANALYSE :
Présente les résultats de l’enquête.
L’objet est analysé sur la base de ses
étapes, phases, éléments, rubriques ou
parties et/ou en regard des données de
l’enquête. L’ordre de présentation des
résultats doit être le même que celui des
objectifs spécifiques et hypothèses
spécifiques.
• Il faut illustrer les résultats avec des
figures (titres à la base) et des tableaux
(titres au sommet) qui doivent être
numérotés; ces illustrations sont
intégrées dans les portions de texte qui
les concerne et l’indication de les
consulter est mentionnée clairement
dans le texte (exemple « cf. tableau X
») ; faire un renvoi aux tableaux ou
graphiques qui les résument.
• INTERPRETATION :
• Confronte les résultats de la recherche à
ceux des recherches antérieures ; met en
rapport l’analyse et les questions /
hypothèses, les objectifs, la revue critique
de la littérature, le cadre conceptuel ou
théorique ; les résultats sont décrits en les
mettant en relation avec les hypothèses
testées ; faire aussi un renvoi au tableau qui
les résument.
• Ne pas oublier de mentionner si les
hypothèses ont été validées ou non !!!
• DISCUSSION :
Prise de distance critique vis-à-vis de
votre recherche ; formulation
d’explications alternatives,
propositions d’amélioration sur le plan
théorique ou méthodologique.
• RECOMMANDATIONS :
Avis motivé s’appuyant sur les résultats
de la recherche ; mentionnent l’acteur,
l’action, le lieu, les moyens et les
méthodes ; elles sont formulées au
conditionnel dans le but de résoudre
les problèmes que l’analyse a révélés.
Elles peuvent être suivies d’un plan
d’action, d’une stratégie, d’un plan de
communication ou d’un projet de mise
en place.
• CONCLUSION :
Rappelle les différentes parties de
votre plan. Elle doit aussi discuter de
la portée des résultats au niveau de
la validité et de la généralisation. Se
termine par la formulation de
nouvelles questions ou hypothèses,
c'est-à-dire une prospective.
• BIBLIOGRAPHIE :
Liste tous les documents (ouvrages, articles,
mémoires…) recensés sur un sujet ;
l’établissement de cette liste est très
normée (ordre alphabétique selon le
patronyme des auteurs) et présentation en
référence aux normes APA ; les références
doivent être correctes et complexes. Dans
le corps du texte, utiliser le système «
Auteur (date) » sans donner le prénom ou
l’initiale du prénom.
• ANNEXES :
Elles permettent de donner des
précisions sur le contexte de la
recherche ; mais la compréhension
du mémoire ne dépend pas des
annexes.
• TABLE DES MATIERES :
C’est la reprise soignée de l’ensemble
des subdivisions du mémoire
accompagnées de la pagination.
BIBLIOGRAPHIE
• Gingras F-P., « La théorie et le sens de la recherche »,
dans l'ouvrage sous la direction de Benoît Gauthier,
Recherche sociale, 3e éd., Sainte-Foy, Presses de
l'Université du Québec, 1997b.
• Gingras F-P., « La sociologie de la connaissance »,
dans l'ouvrage sous la direction de Benoît Gauthier,
Recherche sociale, 3e éd., Sainte-Foy, Presses de
l'Université du Québec, 1997a.
• Beaud M., L’art de la thèse, Comment préparer et
rédiger un mémoire de master, une thèse de doctorat ou
tout autre travail universitaire à l’ère du Net, Paris, éd. La
Découverte, 2006.
• Grawitz M., Méthodes des Sciences Sociales, Dalloz,
11ème édition, Paris, 2000.
BIBLIOGRAPHIE
• Michel J-L., Le mémoire de recherche en information-
communication, Paris, Ellipses, 1999.
• Quivy R., Van Campenhoudt L., Manuel de recherche en sciences
sociales, Paris, Dunod, 3ème édition, 2006.
• Rouveyran J.-C., Le guide de la thèse, le guide du mémoire : du
projet à la soutenance. Règles et traditions universitaires,
techniques d’aujourd’hui : traitement de texte, cédérom, internet,
Paris, Maisonneuve et Larose, 1999.
• Samb D., Manuel de Méthodologie et de Normalisation, IFAN, 1999.
• Diouf D., « Les revues sénégalaises en ligne : quelques
expériences concrètes », Conférence sur la publication et la
diffusion électronique « La mise en ligne des revues scientifiques
africaines : Opportunités, implications et limites », Dakar, 6-7
octobre 2008.
Merci de votre attention

Vous aimerez peut-être aussi