Vous êtes sur la page 1sur 10

Martin PARR Paris

30/10 > 21/12/2014


DOSSIER PÉDAGOGIQUE

« Ce ne sont pas mes photos qui sont kitsch, c’est le monde qui l’est. »

Paris. Le Louvre. 2012 © Martin Parr / Magnum Photos / Galerie kamel mennour

SOMMAIRE
Martin Parr ou l’humour à la “british”
- Repères biographiques …………………………........ 2
- L’artiste et son oeuvre ...…………………………….. 3
Découvrir et approfondir l’exposition
- Présentation de l’exposition .............................…… 4
Approfondir l’exposition
- Contenu de l’exposition .....……………....……….... 5
- Pistes de travails ..………………………………...… 6
Pour aller plus loin
- Notes .......................……………………………….. 7
- Les inspirations et références ...…………………..... 9
LILLE
Infos Pratiques ..................................................... 10

Humanis, grand partenaire


Prot éger c’est s’en gager de la Maison de la Photographie
1
Martin PARR Paris
30/10 > 21/12/2014
DOSSIER PÉDAGOGIQUE

Martin Parr ou l’humour à la “British”


Repères biographiques

1952
Naissance de Martin Parr à Epsom (banlieue sud de Londres) en Grande-Bretagne.
Il contracte très vite une attirance pour l’objectif dès l’âge de 13 ans et s’intéresse au travail de Bill Brandt et à l’œuvre d’Henri Cartier-
Bresson qui exposaient alors à Londres, encouragé par son grand-père, George Parr, lui-même photographe amateur.

1970 à 1973
Martin Parr étudie la photographie à l’École Polytechnique de Manchester.
Dans les années 1970, il fait des reportages en noir et blanc à West Yorkshire et au Grand Manchester, puis des séries en couleurs telles
que The Cost of Living. Il acquiert une réputation internationale pour la qualité novatrice de ses images et pour son approche originale
du documentaire sociologique.

1974
Il s’installe à Hebden Bridge, au Nord de Manchester, avec un groupe d’amis photographes. Ensemble, ils ouvrent l’année suivante un
lieu d’exposition, l’Albert Street Workshop.

1982
Il publie un premier ouvrage intitulé Bad Weather.
Il rentre en Angleterre, non loin de Liverpool, c’est un tournant majeur, celui du passage à la couleur qu’il ne quittera plus.

Années 1980
Son travail vise essentiellement à donner une image du mode de vie, de la crise sociale et économique traversée par la classe ouvrière
au début de l’ère Thatcher. « The Last Resort ».

Années 1990
Son regard, non sans un certain humour se tourne vers le reste du monde.
Dans Small World (1995), Martin Parr s’intéresse à l’absurdité du tourisme de masse. Le photographe montre brillamment comment les
touristes sont au contraire confrontés à l’homogénéité croissante des styles de vie.

1994
Martin Parr intègre l’agence Magnum. Il mène alors une enquête sur la crise spirituelle qui affecte les classes moyennes et défavorisées
dans les sociétés occidentales.

2004
Il est directeur artistique invité des Rencontres internationales de la photographie d’Arles. Son travail y est exposé en 2009.
Martin Parr est également professeur de photographie à l’Université de Wales Newport Campus.

2006 - 2008
Prix Erich Salomon. Médaillé de la Royal Photographic Society et prix pour l’ensemble de sa carrière PhotoEspana

2
Martin PARR Paris
30/10 > 21/12/2014
DOSSIER PÉDAGOGIQUE

BIOGRAPHIE
L’artiste et son oeuvre

Martin Parr,
né en 1952 à Epsom (Angleterre).

C’est dans une petite ville de la banlieue du sud de Londres à Surrey que naît en 1952
l’artiste Martin Parr. Il est élevé au sein d’une famille méthodiste, appartenant à la middle
class. Il acquiert très tôt le sens de l’observation auprès d’un père passionné d’ornithologie
et son goût pour la photographie se manifeste dès l’âge de 13 ans en parti grâce à son
grand-père adepte des photo-clubs.

Pendant ses études de photographie qu’il exerce à Manchster Poltechnic de 1970 à 1973,
Martin Parr conceptualise un jeu de société (Love cubes,1972) met en place une installation
(Home Sweet Home, 1973) et réalise une série d’image (June street,1972) dans laquelle
on y retrouve les familles d’une rue anglaise typique. Au fil du temps, l’artiste continu à
s’intéresser au mode de vie des classes populaires dans cette Angleterre du nord atteind
par l’industrialisation. En 1982, il consacre aussi une série au mauvais temps britannique
Bad weather et une autre série A fair Day de 1980 à 1983 montrant l’Irlande profonde.

A cette époque, il s’intéresse à Bill Brandt (photographe et photo-journaliste anglo-


allemand) et aux oeuvres d’Henri Cartier-Bresson qui exposent leurs travaux à Londres.
Mais son influence ne s’arrête pas à ces deux grands photographes : Stephen Shore,
William Eggleston et Joel Meyerovitz sont aussi des références indispensables pour Martin Parr. Il est aussi un « encyclopédiste » de la
photographie, immense collectionneur de livres, commissaire d’exposition, enseignant.

Le style acidulé et ironique de Martin Parr, s’affirme avec le recourt à la couleur dans les années 1980. C’est donc dans l’humour et
sans concession que ses oeuvres aux couleurs criardes poursuivent alors les comportements stéréotypés de ses concitoyens comme
nous montrera série The cost of living réalisé de 1988 à 1989.

Le photographe britannique Martin Parr est l’un des plus célèbre au monde, et le premier à présenter à travers son travail photographique.
Le passage d’une économie industrielle à une société de services surplombé par les produits culturels, les loisirs, le tourisme, la
télévision, l’informatique ou encore les centres commerciaux. De la France au Japon, l’artiste nous montre comment les modes de vie
s’uniformise.

Martin Parr présente l’étalage de nos petites mises en scène sociales sous les néons sans pitié du supermarché de l’Occident. Joyeux
et effrayant à la fois, devant ce petit “théâtre de l’ordinaire”, on hésite entre le rire, le dégoût ou le désespoir.

3
Martin PARR Paris
30/10 > 21/12/2014
DOSSIER PÉDAGOGIQUE

Découvrir l’exposition
Présentation de l’exposition

C’est sous le regard bienveillant de Martin Parr que l’on


prend plaisir à redécouvrir notre ville. C’est avec des clichés
ironiques et originaux que l’artiste photographe nous dresse
un portrait critique de nos sociétés.

Durant deux ans, l’artiste a arpenté les rues de Paris à la


recherche de scènes typiques. Son travail est basé entre
le reportage sociologique et la photographie touristique, il
photographie la vie de tous les jours avec humour.

Martin Parr s’est penché sur les Parisiens, les évènements


et les lieux touristiques de la capital comme les Champs-
Élysées, le 14 Juillet, les défilé de mode, Paris Plage, les
musées. Les endroits les plus fréquentés par les touristes.
Une soixantaine d’œuvres, images inédites et clichés plus
anciens, qui illustre ainsi le Paris de Martin Parr, notre
capitale vue par le plus anglais des photographes. Martin Parr photographie et considère que ses images parlent pour
lui. Il s’empare de l’instant et capture une réalité crue, sans artifice. Aucun préparatif, ni d’éclairage supplémentaire,
seul le cadrage permet au spectateur de se rendre compte du parti pris de l’artiste.

La série de clichés exposés à la Maison de la Photographie


dont certains plus ou moins récents “dézinguent” avec un
malin plaisir tous les mythes de la capitale qui font son
prestige. Adieu l’élégance à la française, la haute culture/
couture, les bisous sous la tour Eiffel et les pavés qui vibrent
au rythme des accordéons. Quand les foules de touristes
sont ameutés devant La Joconde et Notre-Dame, appareil
photo scotché aux mains regard bovin collé aux yeux, Martin
Parr n’est jamais très loin pour saisir ces instant. Massacrer
et démystifier le sens du style et de la mode, quand l’anglais
s’incruste aux célèbre défilés Chanel, c’est pour immortaliser
un public de vieilles bourgeoises, maquillées comme des
camions volés.

C’est en passant trois à cinq jours sur chaque lieux ou évènement que Martin Parr réalise sa série Paris. L’artiste
nous fait revisiter les lieux les plus fréquentés de notre capitale. L’artiste nous emmène au Salon International de
l’Agriculture, nous montre également Paris Plage avec ces cinq millions de touristes sous le soleil. C’est en passant
aussi par le Salon de l’Aéronautique où on y retrouve 315 572 visiteurs, et par les musées et salons d’art qu’il
photographie les armées de Smartphones dressées sur les oeuvres.

4
Martin PARR Paris
30/10 > 21/12/2014
DOSSIER PÉDAGOGIQUE

Approfondir l’exposition : le contenu


Contexte de l’exposition

Depuis 1982, l’association Paris Audiovisuel et depuis la Maison


Européenne de la Photographie confie carte blanche à des
photographes pour livrer leur vision de Paris, au tour de Martin Parr.
Photographes sollicités pour ces projets : Henri Cartier-Bresson,
Edouard Boubat, Ralph Gibson, Dunae Michals, Mimmo Jodice,
William Klein et Bruce Davidson.

Paris fut alors la thématique donnée à Martin Parr, pour couvrir la


capitale pendant deux ans. Certaines photographies sont inédites,
Terrasse de café, Paris © William Klein
réalisées spécialement pour cette commandes tout en gardant des
Paris, musée national d’Art moderne - Centre Georges Pompidou tirages plus anciens.

Sujets abordés par Martin Parr : parisiens et parisiennes, les Champs-Elysées, les touristes, les défilés de mode, les
musées, les salons et les foires

Martin Parr a fait partie de cette génération de photographes


documentaires qui a abandoné l’esthétique du noir et blanc
pour prendre le risque de la couleur. Son art va alors fuser
: Martin Parr se caractérise par ses couleurs criardes. Il
utilise le flash, systématiquement (mais ne retouche jamais
les couleurs à priori). A l’époque la couleur est considérée
comme vulgaire et les artistes la laissent au publicitaires
ou aux amateurs, Martin Parr lui s’en servira pour ses
séries (Small World par exemple) pour nous interpeller sur
notre mode de consommation et notre attirance pour des
bibelots lors de voyage touristique.
© Martin Parr

Série Luxury (1994-2008) : Martin Parr enquête sur la richesse dans le monde, un thème documentaire moins fréquent, mais
tout aussi délicat à ses yeux que celui de la pauvreté. Il s’est rendu dans les villes de Dubaï, Durban, Miami ou Moscou pour
photographier les défilés de mode, foire d’art, marchés de produit de luxe ou champ de course hippique.
Dans la lignée de ses précédents projets sur les classes moyennes et ouvrières, l’artiste pose un oeil intransigeant sur les
comportements, confinant ou grotesque, d’une classe internationale encore émergente, dont les codes sociaux sont fondés sur
l’ostentation et la dépense.

Nos attentes
A quoi pouvons-nous nous attendre en demandant à un photographe britannique de photographier Paris ?
Quels sont ses intentions ? Satiriques ou humouristiques ?

Mode de fonctionnement de Martin Parr


Capter la réalité du quotidien
Photographe de l’instant
Peu d’importance accordé aux aspects techniques
Deux appareils photos utilisés : Nikon avec objectif macro (pour les gros plans et détails) et Sony Digital (pour les plans d’ensemble). 5
Martin PARR Paris
30/10 > 21/12/2014
DOSSIER PÉDAGOGIQUE

Pistes de travail

1. La photographie documentaire : Qu’est ce que c’est ? Pourquoi définit-on Martin Parr comme un photo-reporter et non comme
un Streetphotographer ?
2. Le principe de la commande et de la carte blanche.
3. L’importance de la couleur dans le travail artistique de Martin Parr.
4. L’humour : l’ironie, son regard sur nos comportements.
5. La notion de beauté chez Martin Parr se traduit-elle par l’absence de techniques ?

Pour aller plus loin


Revenir sur l’agence Magnum, sa création et son mode de fonctionnement.
Présenter une ou deux réalisations du photographes dans le cadre de cette commande.

6
Martin PARR Paris
30/10 > 21/12/2014
DOSSIER PÉDAGOGIQUE

Notes
Le bal des sapeurs pompiers de Paris
La brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) organise ses traditionnels bals à
l’occasion du 14 juillet. Plus de 40 casernes accueilleront la population parisienne et
celle des départements de la Petite Couronne les 13 et/ou 14 juillet. De 21 heures à
4 heures du matin, les soldats du feu animeront ce rendez-vous incontournable qui
donne l’occasion de se retrouver en dehors de la détresse et des missions d’urgence
quotidiennes

Fiac
La Foire Internationale d’Art Contemporain est une manifestation d’art contemporain
qui se déroule chaque année depuis 1974 au mois d’octobre à Paris. Pendant quelques
jours, cette exposition artistique et commerciale devient le lieu de rencontre internationale
entre galeristes, collectionneurs, conservateurs, directeurs de musées et personnalités
du monde de l’art contemporain international. Elle est actuellement dirigée par Jennifer
Flay.
Des chiffres : la Fiac 2012 s’est tenue au Grand Palais du 18 au 21 octobre, elle a rassemblé 182 galeries d’art moderne et d’art
contemporain et comptabilisé plus de 70 644 visiteurs.

Le Louvre
Le musée du Louvre est un musée d’art et d’antiquités situé au centre de Paris dans
le palais du Louvre. C’est l’un des plus grands musées du monde, et le plus grand de
Paris, par sa surface d’exposition de 60 600 m24, et ses collections qui comprennent
environ 460 000 œuvres ; celles-ci proviennent de l’art occidental du Moyen ge à 1848,
des civilisations antiques qui l’ont précédé et influencé (orientales, égyptienne, grecque,
étrusque et romaine), et des arts d’Islam.
Avec environ neuf millions de visiteurs annuels (depuis 2011), le Louvre est le musée le plus visité au monde, et le site culturel
payant le plus visité en France. Parmi ses pièces célèbres figurent La Joconde, la Vénus de Milo, Le Scribe accroupi et le Code de
Hammurabi.

Paris Plage
Opération estivale menée par la mairie de Paris depuis 2002, Paris-Plages a pour objectif
principal de donner l’occasion aux habitants de la région ne partant pas en vacances de
profiter d’activités qui sont habituellement pratiquées sur les plages littorales.
Le coût de cet aménagement n’en est pas des moindre : installation de plages avec
arbres et palmiers, installation d’équipements sportifs et rémunérations des animateurs,
communication…
Martin Parr est allé, bien sûr, à Paris Plage, où il a trouvé des Parisiens allongés au bord de l’eau, des boulistes et des cours de
tai-chi.

7
Martin PARR Paris
30/10 > 21/12/2014
DOSSIER PÉDAGOGIQUE

Notes
Salon de l’agriculture “Plus grande ferme de France”
L’histoire commence en mars 1870 par la création du 1er concours général agricole.
Le Salon international de l’agriculture est une foire-exposition annuelle organisée à Paris
au parc des expositions de la porte de Versailles dans la dernière semaine du mois de
février/première semaine du mois de mars. C’est la plus importante foire agricole de
France, très orientée vers le grand public.
C’est un lieu privilégié de rencontres entre les acteurs du monde agricole et le grand
public ; une vitrine pédagogique et commerciale inégalée, mais aussi, et depuis plus d’un demi-siècle, un passage obligé pour les
personnalités politiques de tous bords. Ce salon est un lieu d’expression unique et de dialogue avec les agriculteurs, pêcheurs,
professionnels de la forêt, fédérations, principaux acteurs des filières de distribution et de transformation…
Les enfants qui regardent les vaches, et les restaurants de produits du terroir, qui l’ont beaucoup amusé :
«C’est surréaliste, à 12h10 c’est complet, on ne peut plus trouver une place.»

Des chiffres :
693 752 visiteurs
1 127 exposants
37 pays représentés
917 éleveurs présents
3 437 animaux : vaches et taureaux, chevaux de trait, poneys, ânes, chèvres, boucs, moutons, béliers et brebis, lapins et animaux
de la basse-cour, cochons, chiens et animaux de compagnie

Salon de l’aéronautique du Bourget


Depuis plus d’un siècle, le salon de l’aéronautique du Bourget est l’une des plus
importantes manifestation international de présentation de matériels aéronautique et
spatiaux se déroulant à l’aéroport du Bourget, au nord-est de Paris.
Un évènement qui semble l’avoir particulièrement intéressé, tous ces gens qui regardent
en l’air.

La Goutte d’Or
Le quartier de la Goutte-d’Or est le 71e quartier administratif de Paris situé dans le 18e
arrondissement, à l’est de labutte Montmartre. Le quartier se caractérise par un tissu
d’habitat ancien fortement dégradé et une population immigrée très nombreuse Les
indicateurs font état de grandes difficultés économiques et sociales.
Il accueille 22 000 habitants sur une superficie totale de 38 hectares.
Le quartier est marqué par une grande diversité de nationalités (africaine, chinoise,
portugaise..). Il est le quartier prioritaire accueillant la population immigrée la plus nombreuse : 36% des habitants sont nés à
l’étranger (18% à Paris)

8
Martin PARR Paris
30/10 > 21/12/2014
DOSSIER PÉDAGOGIQUE

Inspirations et références
Les photographes

Bill Brandt (1904 - 1983)


Bill Brandt, d’origine allemande, s’identifia pleinement à l’Angleterre où il vécut la plus grande partie de sa vie. Son œuvre souvent
mélancolique mais extrêmement rigoureuse, s’écoule sur près de cinquante ans et résume à elle seule les quatre grands genres de
la photographie, reportage, portraits, nus et paysages.

Henri Cartier-Bresson (1908 - 2004)


Célèbre photographe humaniste français ou le concept de “l’instant décisif” prend forme grâce à lui. Figure mythique du XXème
siècle qu’on surnommera par ailleurs “l’oeil du siècle”.

William Eggleston (1939 à aujourd’hui)


William Eggleston est un photographe américain. Il a contribué à faire entrer la photographie en couleur dans le monde de l’art.
Le travail d’Eggleston prend pour thème des sujets ordinaires.

George Rodger (1908 - 1995)


George Rodger a photographié la Seconde Guerre mondiale et le camp de concentration de Bergen-Belsen pour les magazines Life
et Time magazine. Photographe de l’agence Magnum, il a fait plusieurs séries de photos sur les tribus africaines pour le magazine
de National Geographic.

Joel Meyerowitz (1938 à aujourd’hui)


Streetphotographer originaire du Bronx, Joel Meyerowitz se place comme un photographe essentiel lorsqu’on parle de la couleur. Il
est aussi le seul photographe à avoir été admi au Ground Zero après les attentas du 11 septembre 2001.

9
Martin PARR Paris
30/10 > 21/12/2014
DOSSIER PÉDAGOGIQUE

AUTOUR DE L’EXPOSITION

Ouvert jeudi et vendredi de 10h à 18h, samedi et dimanche de 14h à 18h.


Entrée : 5€ / 3€ tarif réduit ( Moins de 26 ans, plus de 60 ans, famille nombreuse, étudiant, enseignant, demandeur d’emploi, bénéficiaire
du RSA, Maison des artistes, Groupes ). Gratuit pour les moins de 8 ans (individuel), personne à mobilité réduite, accompagnateur de groupe,
carte presse et lors du Vernissage de l’exposition.

Exposition Martin Parr « Paris », novembre / décembre 2014 Exposition Maurice Renoma, septembre / octobre 2014

Visites guidées
- Visite guidée tous les samedis et dimanches à 16h
- Visite guidée pour les groupes (à partir de 8 personnes) sur réservation
Contact : Joanna Vanderstraeten (médiatrice culturelle) – reservations.maisonphoto@gmail.com - tél. 03 20 05 29 29

Exposition Costa Gavras, mars 2014 Exposition Pascal Ito & Nicotepo, avril 2014 Exposition Helmut Newton & Alice Springs, 2014

10

Vous aimerez peut-être aussi