Vous êtes sur la page 1sur 23

FICHE TECHNIQUE DE LA CULTURE DE LA PASTEQUE

BIO
BOTANIQUE
Famille : Cucurbitacées Genre : Citrullus Espèce : lanatus
Variété(s)
Fruits ronds à chair rouge : Sugardoll - Sugar belle - Rubin - Sugar baby - Panonia - Bégo…
Fruits à chair jaune : Uranus – New Hope
Il existe aussi des variétés à fruits allongés, à fruits striés (vert clair zébré de blanc), à fruits
sans pépins (Artemis).

5.3.1. CONDITIONS PARTICULIERES DE CULTURE


Sols bien drainés, bien ameublis.
Préparation du sol
Labour à plat à une profondeur de 25 à 30 cm.
Faire des trous de 20 cm de rayon et 80 à 100 cm entre les lignes de plantation
60 cm à 80 cm sur la ligne
Fumure de fond: 30 à 50 T/ha de fumier bien décomposé. 500g de biochar/ou 500g du « 532 »
spécial tubercule par poquet.
Traiter chaque poquet (godet) avec du PDF (purin de fougère aigre) avant les semis.

Densité
400g de semence/ha ; 8 000 à 12 000 plants/ha à raison de 2 à 3 graines par trou, à démarier
une semaine après levée (quand la plante aura 2 à 4 feuilles)

DESHERBAGE
Manuel : Pratiquer des sarclages à la demande afin de maintenir la culture propre.
Faire un paillage si possible avant que les plants ne rampent.

5.3.2. FERTILISATION

Période d’apport Type d’engrais Quantité (kg/ha)


Fumure de fond
Préparation du sol Biochar ou « 532 » spécial 500 g/trou
40 litres de PDF 10m x 10m
Fumure de couverture
15 jours après plantation Urée (1 poignée de feuilles
de tithonia)/ pied ou l’engrais
liquide « 515 » 40 litres pour 10 m x 10 m
1 mois après plantation Cendre du tronc de bananier 3 boites de tomate/trou

Entretien et taille de la pastèque :

Taille de la pastèque :Si vous avez de la place dans votre jardin ou votre potager, il n’est pas
indispensable de tailler ou de pincer votre plante pour obtenir de belles pastèques. On procède
à une taille d’entretien si vous devez contenir son développement et ainsi éviter qu’elle ne
devienne envahissante.
Couper alors la tête de la pastèque après une fleur femelle (jaune clair), en coupant plusieurs
feuilles après cette fleur.

Arrosage de la pastèque :

La pastèque a besoin de beaucoup d’eau pour grossir et pour bien se développer, surtout en cas
de chaleur et/ou de sécheresse prolongée.

 Un arrosage le matin sans arroser les feuilles est donc recommandé.


 De la plantation à la floraison : 4 à 5 mm/j - De la floraison à la récolte : 7 à 7,5 mm/j
 Stopper tout arrosage environ 1 semaine avant la récolte car les pastèques se fendent
prématurément.

5.4. FICHE TECHNIQUE POMME DE TERRE


Son nom scientifique est Solanum tuberosum.

La pomme de terre est un tubercule de petite taille. Ses bienfaits nutritionnels confirment sa
réputation : avec 85 Kcal/100g, l’apport énergétique de la pomme de terre est plus élevée que
la plupart des légumes. Potassium, phosphore et magnésium sont présents en abondance ainsi
qu’un large éventail d’oligo-éléments.

La pomme de terre préfère un climat frais. Elle exige les sols légers, profonds, riches en
matières organiques et bien drainés. Les sols lourds ne conviennent pas bien à sa culture.

Cultures associées : ail, pois, céleri, chou, persil, tagète

Cultures défavorables : tomate, aubergine, piment, concombre, maïs, oignon


1) DUREE DU CYCLE

70 à 145 jours. La durée du cycle de la pomme de terre varie avec l’altitude, le climat et aussi
les variétés.

2) GERMOIR

Il est nécessaire de passer par un germoir pour mieux contrôler la germination des semences.
La semence de pomme de terre est un tubercule moyen ou encore un fragment de tubercule.
Elle est de bonne qualité lorsque sa peau est lisse, sèche, sans tâches ni traces de moisissure, et
comportant au moins deux yeux.

3) COMMENT PREGERME-T-ON LES SEMENCES ?


- Trempez les semences dans l’eau sans chlore (5litres/75 ml de EM5) pendant au moins
30 mn ; enterrez dans le terreau sableux du germoir ombragé, des fragments ou des
tubercules entiers, à une profondeur d’environ 4 à 5 cm, avec des écartements de 5 cm entre
les semences et 10 cm entre les lignes.
- Si ce sont des fragments de tubercules, imprégnez la surface blessée avec de la cendre
de bois pour éviter la pourriture.
- Recouvrez avec de la terre fine et tassez très légèrement.
- Arrosez abondamment une seule fois tous les deux jours s’il ne pleut pas, et de
préférence le soir.
- Quelques jours après, les semences auront germés et seront prêtes pour la
transplantation.
- Mais attention ! si les semences ont été prélevées de la récolte précédente, prendre soin
de les laisser au repos dans un endroit sec, bien aéré, pendant 4 semaines au moins, avant de
les semer, en fonction de la variété.

4) PREPARATION DU SOL
- La préparation du terrain se fait bien avant l’arrivée de premières pluies, pour permettre
de planter au bon moment.
- Régions humides : février-mars pour la première campagne ; juillet pour la seconde
campagne.
- Régions sahéliennes : avril-mai
5) DEFRICHAGE ET NETTOYAGE

Défricher le site en détruisant systématiquement tous les adventices ligneux dont les racines
risquent de perturber le développement des tubercules. Entasser localement les résidus qui ne
pourrissent pas vite. Il faut éliminer au maximum l’ombrage, car les meilleurs rendements de
la pomme de terre s’obtiennent lorsque les plantes sont suffisamment exposées à la lumière.

6) LABOUR

Il faut une profondeur ou une hauteur de 30 cm au moins

7) FUMUR DE FOND, SEMIS ET FERTILISATION


- Pulvériser le EM5 à la dose de 225 ml pour 15 litres d’eau sans chlore, appliquer du
compost, du patinkali (un bouchon de bière par trou) ou du biochar spécial tubercule (BST)
(2400 à 3000 kg/ha) dans la ligne de semis.

L’objectif de la fertilisation est de rendre disponibles suffisamment d’éléments nutritifs pour


favoriser :

➤ Une bonne croissance du feuillage tôt en saison afin que l’interception de la lumière soit
optimale pour la photosynthèse, mais pas trop pour ne pas avoir un développement végétatif
excessif qui retarderait la tubérisation;

➤ La résistance aux maladies et aux insectes;

➤ La formation des tubercules et leur développement régulier afin d’obtenir une récolte de
bonne qualité et de calibre optimal.

- Un sol fertile pour la pomme de terre devrait avoir les caractéristiques suivantes :
pH 5,5 à 6,0
Phosphore (P) 200 à 300 kg/ha
Potassium (K) 300 à 375 kg/ha
Calcium 1000 kg/ha et plus
Magnésium (Mg) 100 kg/ha et plus
Bore 1,15 à 1,70 ppm
Matière organique 4à6%

Quant à l’azote, on s’assurera d’en fournir 50 kg/ha (pour un sol organique) (contre 125 à 175
kg/ha pour un sol minéral, en plus cette dose est établie en fonction de la texture des sols, des
cultivars et de la date prévue pour la récolte)!
À partir des renseignements fournis par les analyses, on cherchera à équilibrer les éléments
nutritifs du sol de façon à ce que les besoins de la pomme de terre soient comblés.

- semer dès que les premières pluies se sont installées à intervalle de 25 à 40 cm entre les
pommes et 60 à 80 cm entre les lignes, régions humides : entre le 1er et le 15 mars pour la
première campagne ; entre le 1er et le 15 aout pour la seconde campagne ; régions
sahéliennes : entre le 1er et le 15 juin ; faire un trou dans le sol d’environ 10 cm de large et 8
cm de profondeur ; déposer la semence, la recouvrir de terre, tasser légèrement.
- Quelle quantité de semences ? 1.500 à 2.500 kg de semences pour un hectare, soit 15 à
25 kg pour une surface de 100 m2. Quelle est la densité de semis ? 50.000 à 60.000 plants à
l’hectare
- Pulvériser avec le EM5 dès la levée à la dose de 225 ml pour 15 litres d’eau sans chlore
ou 75 ml pour 5 litres d’eau sans chlore, continuer par la suite à pulvériser une fois chaque
deux semaine ; pulvériser le EM Agriculture quatre jours après le EM5 à la même fréquence.
NB : il faut prévoir 70 litres de EM5 et 60 litres de EMA pour un hectare.

8) ENTRETIEN
Effectuer 2 sarclage-buttages, le premier quand les pousses atteignent 20 cm de haut environ
un mois après le semis, et le second un mois après le premier, en mettant le biochar, le compost
ou du patinkali le long de la ligne de plantation et bien fermer avec de la terre.
Les pommes de terre n’ont besoin d’arrosage qu’en cas de sécheresse prolongée au moment où
elles sont en fleurs, car c’est le moment où les tubercules se forment. Ensuite, l’entretien des
pommes de terre se résume à l’application de traitements préventifs à la décoction d’ail ou
autres contre le mildiou pendant les périodes chaudes et humides. Ne pas négliger cette
protection en cas de périodes à risque car le mildiou affecte d’abord le feuillage puis peut
atteindre les tubercules et détruire toute la récolte. NB : après chaque buttage, il faut traiter
les plants. L’on pulvérise aussi le thé de compost une fois par semaine jusqu’au défanage.
IL FAUT PRENDRE L’HABITUDEDE MARCHER RÉGULIÈREMENTDANS SES
CHAMPS POUR VOIRCE QUI S’Y PASSE.QUELS INSECTES SONTPRÉSENTS, QUELLE
ESTLEUR DENSITÉ DE POPULATION?Y A-T-IL DE LA MALADIE?QUELLES SONT LES
MAUVAISESHERBES? SONT-ELLES LIMITÉESÀ CERTAINES ZONES?ON VOIT AINSI LA
CROISSANCEDES PLANTS, LEUR VIGUEUR;ON PEUT REMARQUERLES ZONES MOINS
FERTILESET VÉRIFIER LA SOURCEDU PROBLÈME. ON EN PROFITEPOUR
ARRACHERQUELQUES MAUVAISES HERBESEN PASSANT.MARCHER DANS SES
CHAMPSS’AVÉRERA ÊTRE LA MEILLEURESOURCE D’INFORMATIONQU’UN
PRODUCTEUR PUISSEAVOIR PENDANT LA SAISONDE CROISSANCE.

9) PROTECTION PHYTOSANITAIRE

La pomme de terre, tout comme les autres solanacées (tomate, piment, poivron, aubergine, etc..)
est très sensible aux maladies. C’est pourquoi il faut absolument pulvériser avec l’EM5 dès la
levée comme mentionné ci-dessus. En cas de flétrissement bactérien, augmenter la dose de EM5
et pulvériser bien le sol autour de la plante et la plante elle-même jusqu’à guérison complète de
la plante. Utiliser le Neem à la dose de 20 ml pour 1 litre d’eau sans chlore deux fois par semaine
en cas d’attaque et tous les 15 jours à titre préventif. En cas de présence de mildiou, le feuillage
doit être déchiqueté assez tôt pour que le champignon ne se transmette pas aux tubercules.
Détruire les foyers de mildiou en cas de forte attaque. Eviter les attaques de mildiou en fin de
végétation.

10) RECOLTE ET STOCKAGE

Défanage
Objectif du défanage

• Stopper la végétation lorsque les objectifs de rendement et de qualité sont atteints.

• Accélérer la maturation.

• Augmenter la fermeté de la peau et améliorer l’aptitude à la conservation.

• Limiter la grosseur des tubercules, produire le calibre souhaité.

Pour les plants (obligatoire) :

− limiter la contamination par les virus en détruisant les parties aériennes des plantes avant que
les pullulations de pucerons-vecteurs ne deviennent importantes;

− produire des tubercules du calibre plant.

Pour les pommes de terre de consommation :

− limiter la teneur en amidon par un défanage précoce si souhait de l’acheteur. Par contre, une
bonne teneur en amidon favorise la conservation.
• Freiner le développement tardif des mauvaises herbes.

• Faciliter les travaux de récolte.

• Un défanage tardif favorise une meilleur teneur en amidon et un meilleur comportement à la


cuisson.

• Lorsque le feuillage est sain, la période la plus favorable pour intervenir est lorsque la moitié
des feuilles a pris une coloration jaune.

Les pommes de terre nouvelles sont récoltées environ 2 à 3 mois après leur plantation, dès que
leurs fleurs commencent à faner.

Les variétés qui se conservent peuvent être laissées en terre jusqu’au complet dessèchement
des feuilles avant le défanage.
Déterrons-les par temps sec et laissons les sécher sur le sol 24 heures, à l’abri du soleil, avant
de les entreposer dans un endroit sec et dans l’obscurité totale.
Entreposer les pommes de terre sur des étagères ou dans des cageots empilés les uns sur les
autres de façon à laisser l’air circuler.

11) Quelques variétés

Variété Utilisation Résistance Production Précocité Conservation


au mildiou (jours)
Allians Chair ferme, cuisson Très bonne Bonne 90 à 120 Assez bonne
à la vapeur ou à
l’eau, gratins
Apollo Chair fondante. Au Bonne Bonne Primeur Ne se conserve
four, rissolées, 70 à 90 pas
sautées, mijotées.
Bintje Frites, purées, Assez Très bonne 90 à 120 Bonne
potage bonne
Charlotte Chair ferme, cuisson Assez Très bonne 90 à 120 Bonne
à la vapeur ou à bonne
l’eau, gratins
Désirée Frites, purée, potage Très bonne Très bonne 115 à 145 Très bonne
Eden Chair fondante. Au Bonne Très bonne 115 à 145 bonne
four, rissolées,
sautées, mijotées
Nicola Chair ferme. Cuisson Assez Très bonne 90 à 120 Très bonne
à la vapeur ou à bonne
l’eau, gratins
Rosabelle Chair fondante. Au Assez Assez 90 à 120 Assez bonne
four, rissolées, bonne bonne
sautées, mijotées
Samba Chair fondante. Au Bonne Très bonne 90 à 120 Bonne
four, rissolées,
sautées, mijotées
Passion Chair fondante. Au Très bonne Très bonne 90 à 120 Assez bonne
four, rissolées,
sautées, mijotées

5.5. FICHE TECHNIQUE HARICOT commun


Le nom du haricot est phasélus vulgaris. Le haricot blanc pousse aussi bien en zone forestière
humide qu’en zone sahélienne, pourvu qu’il y ait suffisamment de lumière et d’eau pendant
son cycle. Il aime les sols légers riches en matière organique, profonds, bien aérés et bien
drainés. Il faut pour cela bien travailler le sol et bien l’ameublir.

Durée du cycle : 90 à 110 jours.

Cultures associées : maïs, choux, carotte, épinard, poireau, navet, pois, laitue, concombre,
céleri, aubergine

Cultures défavorables : ail, tomate, oignon, betterave

1- PREPARATION DU SOL

*régions humides : février-mars pour la première campagne, juillet-aout pour la seconde


campagne

*régions sahéliennes : avril-mai ; hauteur ou profondeur du labour 20 à 30 cm environ.


FUMURE DE FOND appliquer une fumure de fond constituée de compost ou de biochar à la
dose de 30 g par pied soit 9 tonnes à l’hectare, soit 90 à 100 kg pour 100 m2.

2- SEMIS

Une semence de bonne qualité est lisse, sans rides, sans taches, et sans trou. Les semences
conservées trop longtemps (1an) perdent leur pouvoir germinatif. Eviter de semer des graines
trop petites. Il est préférable de semer aux époques suivantes : *régions humides : dès les
premières pluies (1ère campagne) et entre le 1er et le 15 septembre (2ème campagne). * régions
sahéliennes : entre le 15 et 30 juin. Le haricot a besoin de beaucoup d’eau lors de la levée, cela
accélère sa croissance. Il aime également arriver en maturité en plein saison sèche ; afin de
favoriser la dessiccation des gousses et diminuer ainsi les pertes par pourriture. C’est pour cette
raison qu’il est conseillé de semer en 2ème campagne dans les régions de forêt ou de savanes
humides. Il faut toujours semer le haricot blanc en ligne, cela facilite les travaux d’entretien et
de la récolte, mettre 2 à 3 graines au maximum par poquet, semer en profondeur de 4 à 5 cm,
il est préférable de tremper les graines dans une solution d’eau contenant 75 ml de EM5 pour 5
litres d’eau sans chlore pendant 30 à 45mn.

Densité : 200.000 à 300.000 plants à l’hectare avec 15 cm entre les plants et 50 cm entre les
lignes, 18 cm entre les plants et 40cm entre les lignes. 50 à 60 kg de semences à l’hectare ou 5
à 6kg pour 1000m2.

3- ENTRETIEN ET FERTILISATION

Effectuer 2 sarclage-buttages, le premier environ 2 à 3 semaines après le semis, et le second 3


semaines après le premier. Si la variété est grimpante, il faut prévoir les tuteurs. Dès que le
haricot blanc a germé, il faut commencer le traitement avec le EM5 à la dose de 225ml pour 15
litres d’eau sans chlore une fois par semaine, après 3 ou 4 jours, traiter avec le EM Agriculture
à la même dose ; très tôt avant le lever du soleil ou le soir après que le soleil s’est couché.

4- PROTECTION PHYTOSANITAIRE

Pour éviter les maladies fréquentes (la fonte des semis, la graisse du haricot) de l’haricot blanc
il faut traiter dès la levée avec le EM5.

5- RECOLTE
Récolter lorsque les feuilles jaunissent et que les gousses changent de couleur. On peut
facilement récolter 50 kg sur 100 m2, 4 à 7 tonnes par hectares.

6- STOCKAGE

Pour mieux conserver son haricot, il faut prendre une quantité importante de feuilles de Neem
pour mélanger le haricot bien sec. Le mettre dans un sac et le replacer dans un sac plastique
pour la conservation. L’on peut aussi utiliser les feuilles de tithoniaséchées pour conserver ses
haricots.

NB Lorsque les graines sont bien sèches, il faut toujours les mettre à l’abri du coup de vent (qui
porte les germes de charançon).

5.6. FICHE TECHNIQUE CULTURE TOMATE BIO


Généralités

Famille des solanacées comme le piment, la pomme de terre.

Nom scientifique : solanum lycopersium.

Elle aime les sols légers, riches en matières organiques et bien drainés. Un terrain dégagé et en
pleine lumière est bien propice à cette culture.

Durée du cycle : 110 à 140 jours selon les variétés.

Cultures associées : ail, oignon, persil, poireau, radis, carotte, céleri, maïs, basilic….

Cultures défavorables: pomme de terre, betterave, haricot, pois, piment

A – Pratique de la culture

Il y a deux types de tomate : - tomate à croissance déterminée (comme riogrande, roma VF…) :
qui n’ont pas besoin de tuteurs. – tomate à croissance indéterminée (merveilles des marchés,
Saint-Pierre…): qui ont besoin des tuteurs (à mettre deux semaines après le repiquage. Les
tuteurs doivent avoir au moins 1,5 m de long.)

NB Lorsque la semence bio n’est pas disponible, il faut prélever la semence sur les sillons que
l’on aura au préalable sélectionnés et traiter avec les EM.

A.1 Pépinière
Il est préférable que la pépinière soit le plus près possible d’un point d’eau, aussi à côté de la
future plantation. Construire une ombrière de 1 à 2 mètres de hauteur. Recouvrir avec des
feuilles de palme ou de paille. Confectionner dans l’ombrière, des planches de 1,20 m de large,
en les surélevant à 20 – 30 cm en hauteur ; aplanir en prenant soin d’enlever toutes les racines
et casser les mottes de terre. Apport du compost ou biochar : 5 kg par m2 ; bien mélanger avec
la terre ; après deux jours, traiter avec le EM5 à la dose de 75 ml pour 5 litres d’eau sans chlore.

Avant le semis, remuer la planche et tracer des petits sillons de 2 cm de profondeur et espacés
de 15 cm entre eux. Il faut 2 g de semences pour 3 m2. Pour un hectare il faut 400g de semences.
La levée a lieu 6 à 8 jours après le semis et le séjour en pépinière est de 20 à 30 jours.

A.2 Entretien de la pépinière après semis

- arroser dans l’après-midi ; traiter avec le EM5 à la dose de 75 ml pour 5 litres d’eau sans
chlore

- enlever régulièrement les mauvaises herbes

- réduire progressivement l’ombre (il arrive que l’on fasse une pépinière sans ombrage pour que
les plants soient vigoureux)

2 - Préparation du sol

Labourer le sol à une profondeur de 20 à 30 cm. La préparation du terrain se fait pendant


l’évolution de la plante. L’on peut faire aussi des trouaisons de 30 cm x30 cm x 30 cm que l’on
va traiter une semaine avant le repiquage avec le EM5 à la dose de 300 ml pour 15 litres d’eau
sans chlore, avec du purin d’ortie pur sans diluer. Ensuite incorporer du biochar à la dose de 60
grammes par poquet en y ajoutant quelques feuilles d’ortie fraiches récoltées tôt le matin.

3 - Repiquage

Le repiquage se fait 3 à 4 semaines après le semis lorsque les plants ont 4 à 5 feuilles. Il est
préférable de repiquer par temps frais vers 17 heures.

Arroser la planche d’abord, choisir les plants vigoureux, détruire les plants qui n’ont pas de
bourgeon terminal. Déshabiller la plante (la débarrasser des veilles racines).

Avec un écartement de 40 cm entre les plants et 100 cm entre les lignes, on aura une densité
de 20.000 à 35.000 plants par hectare selon les variétés.

4 - Entretien
Remplacer les plants morts, arroser régulièrement. Trois semaines après le repiquage, faire un
sarclage et un binage. Le paillage est nécessaire pour conserver l’humidité du sol. Lorsque le
labour est à plat, il faut butter un mois après le repiquage. A l’aide d’une lame de rasoir, tailler
les feuilles et les branches du bas qui sortent avant la floraison. Ceci dans le souci d’avoir une
bonne floraison.

Si l’on a cultivé la variété à croissance indéterminée, il faut alors placer les tuteurs deux
semaines après le repiquage. Les tuteurs doivent avoir au moins 1,5 m de long.

5 – Fertilisation

Le biochar doit être mis avant le semis à la dose de 60 g par poquet, y ajouter une poignée de
feuilles fraiches d’ortie. Deux semaines après le repiquage, épandre le patinkali à la dose d’un
bouchon de bière par poquet et bien recouvrir de terre.

A la floraison, épandre une deuxième dose de patinkali. A la nouaison, pulvériser deux fois par
semaine avec du purin d’ortie ou du thé de compost ou de tithoniadiversifolia.

Utiliser le EMA à la dose de 225ml dans 15 litres d’eau sans chlore. Pulvériser le EM5 dès
l’apparition des bourgeons.

6 – Protection phytosanitaire

Pulvériser avec l’huile de Neem à la dose de 20 ml pour 1 litre d’eau sans chlore tous les 15
jours. Traiter avec le EM5 à la dose de 300 ml pour 15 litres d’eau sans chlore deux fois par
semaine.

Maladies Description Moyen de lutte


Moisissure des feuilles Apparition des taches brunes Traiter avec le Neem ou la
sur les feuilles décoction d’ail
Alternariose, mildiou Taches brunes au collet en Planter les tagètes entre les
pépinière, puis sur les plantes.
feuilles en plein champ Traiter avec le Neem ou la
s’élargissent en forme décoction d’ail
circulaire, pourriture des
fruits
Cercosporiose des feuilles Les lésions foliaires typiques Traiter avec le Neem ou la
sont brunes et circulaires décoction d’ail
avec des tâches gris clair
cerclées de bordure brun
sombre
Flétrissement bactérien Il se produit un flétrissement Arroser bien le sol tout
des feuilles apicales ou autour de la plante avec du
basales sans jaunissement. EM5.
Les tissus vasculaires de la
tige et des racines sont
décolorées.
Virose TYLC Les feuilles sont atrophiées Arroser bien le sol tout
et orientées vers l’extérieur, autour de la plante avec du
ou ont tendance à se EM5.
refermer, extrémités
jaunâtres
Nécrose apicale Taches brunes à l’extrémité Traiter avec le EM5
apicale du fruit qui
s’agrandit et s’affaisse.
Nécrose et installation des
moisissures.

Ravageurs Description Moyen de lutte


Nématodes Affaissement des plants avec Planter les tagètes trois mois
apparition de lésions et de avant dans le champ de
gales sur les racines plantation. Planter les
tagètes entre les tomates.
Aleurodes, aphides, Défoliation, trous sur les
chenilles défoliatrices, fruits, distorsion des feuilles Planter les tagètes trois mois
pucerons, punaises, avant dans le champ de
noctuelles plantation. Planter les
tagètes entre les tomates.
Traiter avec du purin de
fougère pur.
7 – Récolte

Commencer à récolter deux à trois mois après le repiquage, lorsque les fruits sont mûrs. En
saison de pluie, l’on peut récolter avant la maturité complète des fruits. La récolte peut se faire
deux fois par semaine.

QUELQUES VARIETES DE TOMATES


- Sumer Cider
- Ananas
- Noire de Crimée
- Cornue des Andes
- Rose de Berne
- Green Zebra
- Cœur de Bœuf
- Téton de Vénus
- Banana Legs
- Mexicaine
- Speckled Roman
- Isis Candy
- Brandywine
- Brandywine Pink
- Burbank

5.3.FICHE TECHNIQUE DE LA CULTURE DE LA CAROTTE


BIO

Généralités

La carotte ou dancuscarota est un légume saisonnier. Elle réussit dans les sols profonds légers
et bien drainés. Il faut éviter les sols argileux et caillouteux. La durée du cycle est de 80 à 110
jours selon les variétés.

• Cultures associées: tomate, radis, poireau, laitue, oignon, tagète


• Cultures défavorables: betterave….
Pratique de la culture

La profondeur du labour est de 20 à 30 cm. Creuser des petits sillons parallèles d’une profondeur
de 1 cm avec un écartement de 25 à 30 cm. Mélanger les graines au sable fin ou la cendre sans
les frotter. Epandre soigneusement ces graines dans les petits sillons en évitant de trop les
entasser. La levée a lieu 7 à 14 jours après le semis. Il faut environ 40 grammes pour 100 m2.

Entretien

Arroser régulièrement après le semis pour garder le sol constamment humide jusqu’à la levée
et éviter le cracking des carottes. Au stade de 2 à 3 feuilles, éclaircir pour avoir des carottes de
gros calibre si l’on constate qu’elles sont serrées.

Fertilisation

Pour 1000 m2 par exemple, il nous faut 2 sacs de biochar. Mettre 60 g par petit sillon avant de
semer. Traiter avec le EM5 à la dose de 225 ml pour 15 litres d’eau sans chlore, trois jours
après, traiter avec le EMA à la même dose deux fois par semaine.

Protection phytosanitaire

Elle peut être atteinte de plusieurs maladies qui attaquent les feuilles et les racines.

Nature Dégâts ou symptômes Observations


Maladies
Cercosporiose Provoque des petites tâches Pulvériser une fois par
claires et rondes sur les semaine avec le EM5
jeunes feuilles
Le mildiou Présence de tâches Pulvériser avec le Neem 20
anguleuses avec duvet blanc ml pour 1 litre d’eau
sur la face inférieure des
feuilles, qui se dessèchent
ensuite
Rhizoctone violet Pourriture des racines Semer les tagètes dans le
champ ; Pulvériser avec le
EM5
Insectes
La mouche de carotte Rend les racines minces Pulvériser avec le Neem
Les nématodes Provoquent sur les racines Semer les tagètes dans le
un chevelu abondant très champ ; Pulvériser avec le
développé avec des gales EM5

Récolte

La récolte démarre lorsque les feuilles commencent à jaunir 80 à 110 jours selon la variété.

L’on peut avoir 20 tonnes et plus à l’hectare, si les techniques culturales sont respectées et une
bonne semence.

5.8. FICHE DE PRODUCTION DE LEGUMES BIOS « morelle


noire »
1) PEPINIERE
Confectionner une pépinière à l’ombre en utilisant une terre légère et bien ameublie. On y
ajoutera de l’engrais racinaire (biochar) de préférence avec les déjections de porc, du compost
(bien mélanger au sol).
*établir des planches de 20 cm de hauteur et de 5 à 10 m de long. Bien fragmenter les mottes
de terre.
*tracer des lignes parallèles à une profondeur de 2 cm environ, séparées entre elles de 20 cm
*semer en mélangeant les grains soit avec de la terre sèche ou de la cendre à l’intérieur des
lignes.
*recouvrir de terre, tasser légèrement **arroser régulièrement **la levée a lieu 5 à 7 jours
*traiter dès la levée avec le EM5 deux (2) fois par semaine, à la dose de 3 boites de tomates
pour un pulvérisateur de 15 litres d’eau sans chlore ; trois ou quatre jours après, traiter avec le
EMA (agriculture) à la dose de 3 boites pour un pulvérisateur de 15 litres d’eau sans chlore.
Environ 3 semaines après le semis, il faut arroser légèrement ; cela permet d’endurcir les
plantes.

2) PREPARATION DU SOL
Labourer à une profondeur de 20 à 30 cm. Faire des poquets (40 cm entre eux et 60 à 80 cm
entre les lignes). Mettre 1 ou 2 poignées (30 ou 60g) d’engrais racinaire par poquet, 250 g de
feuilles de tithoniadiversifolia et recouvrir de terre.
3) REPIQUAGE
La transplantation se fait 4 à 6 semaines après le semis lorsque la plante a 4 à 6 vraies feuilles
(10 à 15 cm de hauteur). Arroser la pépinière avant d’arracher les plants.
*écartement de 60 à 80 cm entre les lignes et 40 cm entre les plants. L’espacement est important
afin de réduire les risques de maladies fongiques.
*habiller la plante (la débarrasser des vielles racines et des vielles feuilles), l’introduire dans la
couche de terre dessus l’engrais racinaire, tasser légèrement tout autour.
• Semer les tagètes, l’oignon, le poireau ou l’ail entre les plants

4) ENTRETIEN
Il faut arroser quotidiennement la 1ère semaine qui suit la transplantation surtout en saison sèche
et sarcler afin que le champ soit toujours propre. Faire un buttage la 2ème semaine après
repiquage en ajoutant 250 g de tithoniadiversifolia par poquet s’il est utilisé seul pour la culture.

5) FERTILISATION
Pulvériser le EM5 à la dose de 3 boites de tomate (210 ml) pour 15 litres d’eau sans chlore,
quatre jours après le repiquage. Trois jours après, pulvériser le EMA (agriculture) à la dose de
3 boites de tomate (210 ml) pour 15 litres d’eau sans chlore. Continuer à pulvériser avec le
EMA deux (2) fois par semaine pour avoir beaucoup de feuilles.

6) RECOLTE

La première récolte a lieu 3 à 4 semaines après la transplantation. Il faut couper les tiges à
environ 15 cm au-dessus du sol pour permettre une bonne repousse. Echelonner les récoltes sur
une fréquence d’une semaine. Après avoir coupé les légumes, il faut traiter avec le EMA comme
indiqué ci-dessus. (Lorsque le sol est bien riche, 9 à 10 tiges (parfois moins) nous donnent 1
kg). Les feuilles de légumes sont riches en vitamine A, en fer, en calcium….

NB. La pulvérisation se fait très tôt le matin avant le lever du soleil, ou le soir après le coucher
du soleil.

5.9. FICHE DE PRODUCTION DU PIMENT BIO


Famille des solanacées
Nom scientifique : CapsicumFrustecsens

Préfère un climat chaud et humide avec une pluviométrie comprise entre 600 et 1250 mm.

Réussit bien sur les sols riches en éléments nutritifs, bien pourvus en humus, légers et profonds.

Cultures associées : bananier, macabo, taro, tagète

Cultures défavorables : pomme de terre, tomate

1) PEPINIERE

Il est toujours conseillé de passer par une pépinière. Confectionner une pépinière à l’ombre en
utilisant une terre légère et bien ameublie. On y ajoutera de l’engrais racinaire (biochar), du
compost (bien mélanger au sol).

**établir des planches de 20 cm de hauteur et 5 à 10 m de long. Bien fragmenter les mottes de


terre.

**tracer des lignes parallèles à une profondeur de 2cm environ, séparées entre elle de 20cm

**semer en évitant que les graines se touchent à l’intérieur de la ligne.

**recouvrir de terre, tasser légèrement.

**arroser régulièrement une fois par jour.

**la levée a lieu environ 1 à 2 semaines après le semis.

**traiter dès la levée avec l’EM5 deux(2) fois par semaines à la dose de 225 ml pour un
pulvérisateur de 15 litres d’eau sans chlore

**pulvériser l’EM AGRICULTURE à la dose de 225 ml pour un pulvérisateur de 15 litres


d’eau sans chlore.

Le séjour en pépinière est de 30 à 45 jours (soit 4 à 6 semaines). Après cette période, les plantes
sont prêtes à être repiquées.

2) PREPARATION DU SOL

Il est préférable de le préparer entre décembre et mars pour permettre de mettre en place la
culture dès l’apparition des premières pluies.

**défricher les herbes pour avoir un terrain propre


**labourer à une profondeur de10 à 20 cm

**faire des trous (variable entre 10 à 20 cm de profondeur) une semaine avant le repiquage

** 1 ou 2 poignées d’engrais racinaire par trou et recouvrir de terre

**traiter (2 à 4 traitements à l’espace de quatre jours) chaque trou avec le EM5 à la dose de 225
ml par pulvérisateur de 15 litres d’eau sans chlore.

3) REPIQUAGE

Environ 6 semaines après le semis en pépinière, les plants ayant entre 15 et 20 cm de hauteur
doivent être repiqués.

**arroser la pépinière avant d’arracher les plants

**écartements de 80 cm entre les lignes et 80 cm entre les plants pour une densité de 13.750
pieds.

**habiller la plante (la débarrasser des vielles racines et des vielles feuilles), l’introduire dans
la couche de terre dessus l’engrais racinaire, tasser légèrement tout autour.

4) ENTRETIEN DE LA PLANTATION

Sarcler fréquemment la plantation. En cas d’arrosage, il faut le faire tous les deux jours.

5) FERTILISATION ET PROTECTION

Quatre jours après le repiquage, pulvérisé le EM5 à la dose de 225 ml pour 15 litres d’eau sans
chlore. Trois ou quatre jours après, pulvériser le EMA à la dose de 225 ml pour 15litres d’eau
sans chlore. Répéter ces traitements 1 semaine après le premier. Reprendre à la floraison (2
fois) et quand les grains se forment (2 fois). En fin de saison des pluies, mettre l’engrais
racinaire (une poignée bien pleine) autour de chaque pied et recouvrir de terre. Appliquer le
EM5 et quatre jours après, le EMA.

6) RECOLTE

Les premiers fruits seront récoltés 10 semaines environ après la floraison. Ne cueillir que les
fruits mûrs. Les rendements varient beaucoup et se situent entre 300 et 1000 kg /ha.
Tremper les fruits récoltés dans une solution de EME (1 boite de tomate pour 5 litres d’eau)
pendant 30 à 45 mn ou asperger les fruits récoltés avec une solution de EME (1 boite de tomate
pour 5 litres d’eau sans chlore). Ceci permet une longue conservation des fruits frais.

5.10. FICHE TECHNIQUE DES CHOUX


Le chou est une culture maraichère qui aime la pleine lumière et le soleil. Le chou réussit mieux
avec des températures un peu fraiches. Son cycle va de 90 à 120 jours selon les variétés et le
climat.

• Cultures associées: pomme de terre, tomate, céleri, betterave


• Cultures défavorables: ail, oignon, radis

PEPINIERE

Pour les zones humides, installer le germoir en :

- Février pour la première culture de saison des pluies


- Juillet pour la seconde culture de saison de pluies
- En aout –septembre pour la culture de saison sèche.

Pour les zones sahéliennes, installer le germoir en :

Mai pour la culture de saison des pluies


- Septembre-décembre pour la culture de saison sèche.

Faire des planches à l’ombre avec des dimensions de 80 cm à 1 m de large.

- Epandre le biochar et bien mélanger avec la terre, pulvériser les planches avec le EM5 à la
dose de 75 ml pour un 5 litres d’eau sans chlore.
- Matérialiser sur le lit de semences plusieurs lignes de semis distants de 20 à 25 cm et creuser
légèrement avec un petit bâton.
- Mélanger les graines avec du sable sec ou la cendre de bois, semer à l’intérieur des lignes et
recouvrir avec environ 1 cm de terre. Il faut environ 500 grammes de semences pour un
hectare de plantation, soit 200 m2 (20 m X 10 m) de pépinière
- Tasser légèrement et arroser régulièrement avec de petites quantités d’eau (matin et soir)
- Eclaircir progressivement l’ombrage pour le supprimer complètement trois semaines après
la levée.
- Dès la levée, pulvériser avec le EM5 à la dose de 75 ml/5 litres d’eau sans chlore. Trois jours
après, pulvériser avec l’EM Agriculture à la dose de 75 ml/5litres d’eau sans chlore.
- Pulvériser avec l’huile de Neem ou le purin des feuilles de Neem à la dose de 20 ml/1litre
d’eau tous les 10 ou 15 jours. Le séjour en pépinière dure 20 à 25 jours.

PREPARATION DU SOL

Il est important de préparer le terrain 2 semaines au moins avant la mise en place définitive.

- Février –mars pour la première culture de saison des pluies, en zones humides ;
- Juillet pour la seconde culture de saison des pluies
- En zones sahéliennes, mai-début juin.

Défricher le site, faire un labour et préparer des billons ou des planches de 1,20 m de large,
espacés de 60 cm, avec une hauteur de 15 à 20 cm. Epandre le biochar ou le compost à la dose
de 35 g par poquet (soit 1800 à 2000 kg/ha), mélanger avec de la terre.

REPIQUAGE

Lorsque les plantes ont déjà fait 20 à 25 jours, elles ont 5 à 6 feuilles. Eliminer les plantes qui
n’ont pas de bourgeon terminal. Le reste est prêt pour le repiquage (de préférence le soir).

- Arroser abondamment les planches de la pépinière juste avant le repiquage

- Habiller les plantes en coupant les racines à moitié pour favoriser le départ d’une nouvelle
chevelure et donc une bonne reprise

- Faire un trou d’environ 5cm de profondeur avec un plantoir et y mettre la plantule

Avec un écartement de 75 cm entre les lignes, et 40 cm entre les plants, on peut avoir une
densité de 62.500 plants à l’hectare.

ENTRETIEN ET FERTILISATION
- Sarcler et biner régulièrement (enlever les adventices et remuer le sol)
- Faire un mulching si c’est possible (étendre une litière de paille de feuilles ou de débris
végétaux sur le sol, de préférence la fougère aigre) pour réduire les travaux d’entretien et
conserver l’humidité du sol.
- Irriguer deux à trois fois par semaine si c’est en saison sèche
- Drainer en saison des pluies si l’eau stagne. Eviter l’excès d’eau lorsque les choux sont
presque à maturité.
- Pulvériser très tôt le matin avant le lever du soleil ou le soir au coucher du soleil le EM5 à
la dose de 225 ml/15 l d’eau sans chlore une semaine après le repiquage, continuer une fois
par semaine. Pulvériser l’EMA quatre jours après l’EM5 en respectant la même consigne.

PROTECTION PHYTOSANITAIRE

Traiter avec l’huile de Neem ou le purin de feuilles de Neem à la dose de 20ml pour 1litre
d’eau une fois tous les 15 jours en saison des pluies et tous les trois jours en saison sèche
(en cas d’attaque).

RECOLTE

Le chou met 3 à 4 mois après le repiquage pour arriver à maturité. Récolter les têtes bien
pommées, ceci pendant 10 à 15 jours