Vous êtes sur la page 1sur 27

UNIVERSITÉ DE LUBUMBASHI

FACULTÉ DE MÉDECINE
B.P.1825
LUBUMBASHI

___________________________________________________________________________

TRAVAIL PRATIQUE DU COURS DE SANTE


PUBLIQUE ET NUTRITION COMMUNAUTAIRE
___________________________________________________________________________

FAIT PAR LE GROUPE XI


PROMOTION : PREMIER DOCTORAT

Année académique 2017 – 2018

1
LISTE DU GROUPE XI

N° NOM, POSTNOM, PRENOM


1 BURANO NTHY Nathan
2 ILUNGA SHIMAYA Nathan
3 IYE ANGWIY Stella
4 KABEMBA NYEMBO Rodrigue
5 KABEYA MWAMBA Shadrack
6 KAPENDE NDAKIDI Trésor
7 KASONGO MUKUBA David
8 LAZUMUKEN AWUKA Roxane
9 LUKWESA MUKUNDA Damien
10 MANDJUANDJI LUKORO Dadais
11 MANYA KINYAMBA
12 MASELE KYAITE Péniel (Président)
13 MASOLE KIYEKA Grace
14 MATALATALA WANZIO Jean Placide
15 MBUYI MUKENDI Elie
16 MIYALU TAMBU Sylvestre
17 MPONYO KALUNGA Christian
18 MUJINGA KINSALA Hortance
19 MULANGA MANGOLE Gracia
20 MUTONKOLE LUNDA Jospin
21 MWEPU LUKOMBA Devic
22 NAMEGABE AKILIMALI Aksanti
23 NDALA SAMUEL (Secrétaire)
24 NGOIE-A-NGOIE Lumière
25 NGOIE MWILA Naomie
26 NSEYA MUKANYA Dad
27 NTUMBA MUNTU Credo
28 NYEMBWE KASONGO Josué
29 NZUMBA LUKONDO Blaise
30 TSHILUKA NZALAKANDA Jonathan
31 TSHILUMBA MUKENDI Christian
32 UMBA NDOLO Jabin

Pour le groupe :
Secrétaire Président
NDALA SAMUEL (0973340617) MASELE KYAITE Péniel (0992376971)

2
QUESTIONNAIRE

1. Trouvez les maladies sous surveillance épidémiologique en République


Démocratique du Congo :
 Donnez leur définition des cas standards
 Donnez leur définition des cas au niveau de la communauté
 Classez-les selon leurs modes de notification
 Présentez le modèle de formulaire pour chaque type de notification
 Indiquez leurs seuils d’alerte et leurs seuils épidémiques.

2. Rendez-vous dans une zone de santé :


 Listez toutes les maladies notifiées depuis la semaine épidémiologique 1 2017 jusqu’à
la semaine épidémiologique 45 2017, en donnant la fréquence de chacune des
maladies dans un tableau
 Identifiez la pathologie la plus fréquente, analysez et interprétez les résultats sous
forme graphique.

3
TABLE DES MATIERES

QUESTION 1 ............................................................................................................................................ 1
LES MALADIES SOUS SURVEILLANCE EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ...................... 1
1. DEFINITIONS STANDARDS DES CAS RECOMMANDEES PAR L’OMS-AFRO ................................ 2
2. LA DEFINITION DES CAS AU NIVEAU DE LA COMMUNAUTE ..................................................... 7
3. CLASSIFICATION SELON LEURS MODES DE NOTIFICATION ....................................................... 9
4. LES SEUILS D’ALERTE ET LES SEUILS EPIDEMIQUES DES MALADIES SOUS SURVEILLANCE .... 10
QUESTION 2 .......................................................................................................................................... 12
METHODOLOGIE ............................................................................................................................... 12
RESULTATS ........................................................................................................................................ 13
COMMENTAIRES ............................................................................................................................... 15
RECOMMANDATIONS ....................................................................................................................... 16
CONCLUSION ..................................................................................................................................... 17
ANNEXE 1 : MODELES DE FORMULAIRES DE NOTIFICATION DES MALADIES ................................. 18
ANNEXE 2 : LISTE DETAILLEE DES MALADIES NOTIFIEES DANS LA ZONE DE SANTE VANGU DE LA
SEMAINE 1 A LA SEMAINE 45 PAR TRANCHES D’AGES.................................................................... 21
ANNEXE 3 : FREQUENCE DU PALUDISME DANS LA ZONE DE SANTE VANGU DE LA SEMAINE 1 A LA
SEMAINE 45....................................................................................................................................... 23

4
QUESTION 1
LES MALADIES SOUS SURVEILLANCE EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO
Voici les maladies sous surveillance en République Démocratique du Congo :

 Choléra
 Coqueluche
 Diarrhée sanglante
 Fièvre jaune
 Fièvres hémorragiques virales
 Fièvre typhoïde
 IRA
 Méningite cérébro-spinale
 Monkey-pox
 Paludisme
 Peste
 Poliomyélite
 Rougeole
 Tétanos néonatal

1
1. DEFINITIONS STANDARDS DES CAS RECOMMANDEES PAR L’OMS-AFRO

a. Choléra

Cas suspect : Déshydratation grave ou décès suite à une diarrhée aqueuse aiguë chez un
patient âgé de plus de 5 ans. S’il y a une épidémie de choléra, on suspectera un cas chez tout
individu âgé de plus de 5 ans présentant une diarrhée aqueuse aiguë, avec ou sans
vomissement.

Cas confirmé : Cas suspect chez lequel on a isolé le Vibrio cholerae O1 ou O139 dans les
selles.

b. Coqueluche

Toute personne présentant une toux pendant au moins deux semaines avec au moins un des
signes suivants : accès de toux (quintes), reprise inspiratoire avec la toux sans autre cause.

c. Diarrhée sanglante

Cas suspect : Toute personne souffrant de diarrhée avec présence de sang visible dans les
selles.

Cas confirmé : Cas suspect avec coproculture positive pour Shigella dysenteriae type 1.

d. Fièvre jaune

Cas suspect : Toute personne présentant une brutale montée de fièvre, avec apparition d’un
ictère dans les 14 jours suivant l’apparition des premiers symptômes.

Cas probable : Cas suspect et un des éléments suivants

 Lien épidémiologique avec un cas confirmé ou une épidémie


 Histopathologie du foie post-mortem positive

Cas confirmé : Cas suspect ou probable et un des éléments suivants :

 Détection d’IgM antiamariles spécifiques


 Détection de titres d’IgM et/ou IgG contre la fièvre jaune (FJ) 4 fois plus élevés entre
le sérum de phase aiguë et le sérum de phase convalescente
 Détection d’anticorps neutralisants spécifiques du virus amaril ou un des éléments
suivants

2
 Détection de séquences génomiques du virus amaril dans le sang ou dans les organes
par PCR
 Détection immunohistochimique d’antigènes du virus amaril dans le sang, le
foie ou d’autres organes
 Isolement du virus amaril
e. Fièvres hémorragiques virales
 Fièvres hémorragiques à virus Ebola ou Marburg

Cas suspect : Toute personne souffrant d’une forte fièvre qui ne répond à aucun traitement
des causes habituelles de fièvre dans la région, et qui présente au moins l’un des signes
suivants : diarrhée sanglante, hémorragie gingivale, hémorragies cutanées (purpura), injection
des conjonctives et présence de sang dans les urines.

Cas confirmé : Cas suspect confirmé par le laboratoire (sérologie positive des IgM, PCR
positive ou isolement du virus), ou ayant un lien épidémiologique avec des cas confirmés ou
une flambée épidémique.

 Fièvres hémorragiques de Lassa et de Crimée Congo(FHCC)

Cas suspect de FHCC : Toute personne présentant une fièvre d’apparition brutale, un état de
malaise, une faiblesse généralisée, une irritabilité, des céphalées, de vives douleurs dans les
membres et la région lombaire, et une anorexie marquée. Congestion précoce du visage et du
thorax, conjonctives injectées, énanthème hémorragique du voile du palais, de la luette et du
pharynx, et très souvent éruption constituée de fines pétéchies s’étendant du thorax et de
l’abdomen à tout le reste du corps avec, parfois, de grandes surfaces purpuriques.

Cas confirmé de FHCC : Cas suspect confirmé au laboratoire (sérologie positive des IgM,
PCR positive, isolement du virus ou séroconversion IgG par ELISA ou Immunofluorescence
Assay (IFA) ou ayant un lien épidémiologique avec des cas confirmés ou une flambée
épidémique.

Cas suspect de fièvre de Lassa : Toute personne présentant une maladie qui s’installe
progressivement avec au moins une des manifestations suivantes : malaise, fièvre, céphalées,
maux de gorge, toux, nausées, vomissements, diarrhée, myalgie, douleurs thoraciques, perte
de l’audition ; et ayant des antécédents de contact avec des excréta de rongeurs ou avec un cas
confirmé de fièvre de Lassa.

3
Cas confirmé de fièvre de Lassa : Cas suspect confirmé au laboratoire (sérologie positive des
IgM, PCR positive, isolement du virus) ou ayant un lien épidémiologique avec un cas
confirmé par le laboratoire.

f. Fièvre typhoïde

Cas suspect : Apparition progressive d’une fièvre persistante s’intensifiant, accompagnée de


frissons, de malaises, de céphalées, de maux de gorge, de toux, et parfois, de douleurs
abdominales et de constipation ou de diarrhée.

Cas confirmé : Cas suspect confirmé par isolement de Salmonella typhi dans le sang, la
moelle osseuse, les fluides intestinaux ou les selles.

g. Infections Respiratoires Aiguës (IRA) Sévères (personne âgée de plus de 5 ans) :

Toute personne gravement malade présentant les manifestations d’une infection aiguë des
voies respiratoires inférieures avec :

 Apparition brutale de fièvre (>38ºC) ET


 Toux ou maux de gorge ET
 Souffle court ou difficulté à respirer
 Avec ou sans observations cliniques ou radiologiques de pneumonie ou toute personne
décédée d’une affection respiratoire inexpliquée.
h. Méningite cérébro-spinale

Cas suspect : Toute personne présentant une forte fièvre d’apparition brutale (température
rectale >38,5ºC ou axillaire >38,0ºC) et l’un des signes suivants : raideur de la nuque,
altérations de la conscience ou autres signes méningés.

Cas confirmé : Cas suspect confirmé par l’isolement de N. meningitidis à partir de liquide
céphalorachidien ou de sang.

i. Monkey-pox

Toute personne présentant une fièvre élevée d’apparition brutale suivie après quelques jours
d’une éruption vésiculo-pustuleuse prédominant à la face, aux paumes des mains ou au moins
5 cicatrices de type variolique.

4
j. Paludisme

Cas suspect de paludisme sans complication : Toute personne fébrile ou ayant eu de la fièvre
au cours des dernières 24 heures, ne manifestant aucun signe de la forme grave de la maladie
(dysfonctionnement des organes vitaux).

Cas confirmé de paludisme sans complication : Toute personne fébrile ou ayant eu de la


fièvre au cours des dernières 24 heures, avec confirmation en laboratoire : examen
microscopique d’un frottis sanguin ou autre test diagnostic pour les parasites du paludisme.

Cas suspect de paludisme grave : Patient hospitalisé avec une forte fièvre et un
dysfonctionnement des organes vitaux.

Cas confirmé de paludisme grave : Patient hospitalisé avec une parasitémie à P. falciparum
(formes asexuées) confirmée en laboratoire, s’accompagnant des signes et symptômes de la
forme grave de la maladie (dysfonctionnement des organes vitaux diagnostiqué par le
laboratoire).

k. Peste

Cas suspect : Toute personne qui présente une apparition rapide de fièvre, céphalées, état de
malaise grave et prostration, et :

Pour la peste bubonique : gonflement très douloureux des ganglions (bubons) ;

Pour la peste pulmonaire : toux avec expectorations teintées de sang, douleurs dans la
poitrine et respiration difficile.

Cas confirmé : Cas suspect confirmé par l’isolement de Yersinia pestis à 63 partir du pus ou
crachat, de matériel de ponction ganglionnaire (aspiration de bubon), ou ayant un lien
épidémiologique avec des cas confirmés ou une flambée épidémique.
l. Poliomyélite (Paralysie flasque aiguë)

Cas suspect : Tout enfant de moins de 15 ans présentant une paralysie flasque aiguë ou toute
personne souffrant de paralysie, quel que soit son âge, chez laquelle le médecin soupçonne
une poliomyélite.
Cas confirmé : Cas suspect confirmé par l’isolement du virus dans les selles

5
Cas suspect : Toute personne ayant été en contact avec un animal suspecté enragé et
présentant au moins l’un des signes suivants : céphalées, douleurs dans la nuque, nausées,
fièvre, hydrophobie, anxiété, agitation, sensations de picotement anormales ou douleurs à un
site de morsure.

Cas confirmé : cas suspect confirmé au laboratoire.

m. Rougeole

Cas suspect : Toute personne présentant de la fièvre, une éruption généralisée


maculopapulaire (non vésiculaire) et de la toux ou un rhume ou une conjonctivite (yeux
rouges), ou toute personne chez laquelle un médecin soupçonne une rougeole.

Cas confirmé : Cas suspect confirmé au laboratoire (sérologie positive des IgM) ou ayant un
lien épidémiologique avec des cas confirmés ou une flambée épidémique.

n. Tétanos néonatal

Cas suspect : Tout nouveau-né capable de pleurer et de prendre le sein normalement pendant
les 2 premiers jours de sa vie, et qui, entre le 3ème et 28ème jour, ne peut plus téter
normalement, devient raide et/ou a des convulsions.

Cas confirmé : Aucune confirmation au laboratoire n’est conseillée.

6
2. LA DEFINITION DES CAS AU NIVEAU DE LA COMMUNAUTE
a. Choléra

Selles liquides, abondantes et fréquentes chez plus de 5 ans.

b. Coqueluche

Tout enfant présentant une toux saccadée avec ou sans vomissements.

c. Diarrhée sanglante

Diarrhée avec présence de sang visible dans les selles.

d. Fièvres hémorragiques virales

Maladie inexpliquée s’accompagnant de fièvre et de saignements ou décès des suites d’une


maladie grave inexpliquée s’accompagnant de ces mêmes symptômes.

e. Fièvre typhoïde

Fièvre persistante depuis au moins 3 semaines.

f. Méningite à méningocoque

Fièvre accompagnée d’une raideur du cou.

g. Monkey-pox

Fièvre avec éruption cutanées prédominant à la face, aux paumes des mains et plantes des
pieds.

h. Paludisme

Fièvre en zone d’endémie pour le paludisme Forte fièvre accompagnée d’un signe de danger
chez les enfants de moins de 5 ans.

i. Paralysie flasque aiguë (PFA)

Tout enfant âgé de moins de 15 ans qui marchait, rampait et bougeait, et qui ne marche plus
ou toute personne présentant brusquement une faiblesse d'un des membres.

7
j. Peste

Tuméfaction douloureuse sous les bras ou dans la région de l’aine. Dans une région où sévit la
peste, toute personne souffrant de toux, de douleurs à la poitrine et de fièvre.

k. Rougeole

Fièvre accompagnée d’une éruption cutanée.

l. Tétanos néonatal

Tout nouveau-né normal à la naissance qui, 2 jours plus tard, est incapable de téter ou de
s’alimenter.

8
3. CLASSIFICATION SELON LEURS MODES DE NOTIFICATION
a. Maladies à notification immédiate

A notifier cas par cas lorsqu’on soupçonne une maladie à potentiel épidémique élevé ou celle
faisant l’objet d’un programme d’élimination ou d’éradication.

 Choléra (dans la ZS où la maladie est rare)


 Fièvre hémorragique virale
 Fièvre jaune
 Monkey-pox
 Peste (dans la ZS où la maladie est rare)
 Rougeole en post campagne
 Tétanos néonatal

b. Maladies à notification hebdomadaire

 Choléra
 Coqueluche
 Diarrhées sanglantes
 Fièvre jaune
 Fièvres hémorragiques virales
 Fièvre typhoïde
 IRA
 Méningite cérébro-spinale
 Monkey-pox
 Paludisme
 Peste
 Poliomyélite
 Rougeole
 Tétanos néonatal

9
4. LES SEUILS D’ALERTE ET LES SEUILS EPIDEMIQUES DES MALADIES SOUS
SURVEILLANCE
MALADIES SEUIL D’ALERTE SEUIL EPIDEMIQUE
PALUDISME Doublement de cas deux Doublement de cas trois
semaines consécutives par semaines consécutives par
rapport aux semaines rapport aux semaines
précédentes et par rapport aux précédentes et par rapport aux
mêmes semaines des années mêmes semaines des années
antérieures. antérieures.
CHOLERA DANS UNE Doublement de cas deux Doublement de cas trois
ZONE ENDEMIQUE semaines consécutives par semaines consécutives par
rapport aux semaines rapport aux semaines
précédentes et par rapport aux précédentes et par rapport aux
mêmes semaines des années mêmes semaines des années
antérieures. antérieures.
CHOLERA DANS Un seul cas suspect. Un seul cas confirmé.
UNE ZONE NON
ENDEMIQUE
DIARRHE SANGLANTE Doublement de cas deux Doublement de cas trois
semaines consécutives par semaines consécutives par
rapport aux semaines rapport aux semaines
précédentes et par rapport aux précédentes et par rapport aux
mêmes semaines des années mêmes semaines des années
antérieures. antérieures.
FIEVRE JAUNE Un seul cas suspect. Un seul cas confirmé.

PESTE DANS UNE ZONE Doublement de cas deux Doublement de cas trois
ENDEMIQUE semaines consécutives par semaines consécutives par
rapport aux semaines rapport aux semaines
précédentes et par rapport aux précédentes et par rapport aux
mêmes semaines des années mêmes semaines des années
antérieures. antérieures.
PESTE DANS UNE Un seul cas suspect Un seul cas confirmé.
ZONE NON
ENDEMIQUE
POLIOMYELITE Un seul cas suspect Un seul cas confirmé.

10
ROUGEOLE DANS LES 10 cas par semaine dans une
ZONES DE SANTE zone de santé
AVANT CAMPAGNE 5 cas par semaine dans une
Aire de santé
1 cas dans un camp de
déplacés/réfugiés
1 cas dans une zone où on a
organisé la
campagne de masse.
ROUGEOLE DANS 5 cas suspects parmi lesquels 3
LES ZONES DE cas confirmés dans un mois
SANTE APRES
CAMPAGNE
TETANOS NEONATAL Un seul cas suspect Un seul cas confirmé
MONKEYPOX VIRUS Un seul cas suspect Un seul cas confirmé
MENINGITE CEREBRO- 2 à 3 cas par semaine (≤30 000 5 cas (30 000 -100 000 hab.)
SPINALE hab.)
10 –15 cas (≥100 000 hab.)
5 cas (≥100 000 hab.)
5 cas pour les zones de santé
voisines de celle de l’épidémie.
FIEVRES Un seul cas suspect Un seul cas confirmé.
HEMORRAGIQUES
VIRALES
COQUELUCHE Doublement de cas deux Doublement de cas trois
semaines consécutives par semaines consécutives par
rapport aux semaines rapport aux semaines
précédentes et par rapport aux précédentes et par rapport aux
mêmes semaines des années mêmes semaines des années
antérieures. antérieures

11
QUESTION 2
METHODOLOGIE
1. Cadre de recherche

Nous avons effectué notre descente au bureau central de la zone de santé Vangu situé dans la
commune Kampemba de la ville de Lubumbashi dans la province du Haut-Katanga. Cette
zone de santé compte douze aires de santé et une population estimée à 147 865 habitants.

2. Récolte des données

Nous avons récolté les données contenues dans le relevé épidémiologique 2017. Comme l’a
voulu notre travail, nous ne nous sommes intéressés qu’aux maladies notifiées de la semaine
épidémiologique 1 à la semaine épidémiologique 45.

3. Analyse statistique

Nous avons recouru au logiciel Excel pour encoder et analyser les données recueillies. Nous
avons en outre arrondi nos résultats à un dixième.

12
RESULTATS
Tableau I: Distribution de fréquences des maladies notifiées dans la zone de santé Vangu de la
semaine 1 à la semaine 45 (2017).

Maladies Fréquence Pourcentage


PALUDISME 12607 58,4
FIEVRE TYPHOIDE 3832 17,8
IRA 3066 14,2
DIARRHEE SIMPLE 2040 9,5
ROUGEOLE 22 0,1
PFA 2 0,0
TOTAL 21569 100,0

IRA : insuffisance respiratoire aigüe PFA : paralysie flasque aigue

Ce tableau nous montre la fréquence des six maladies qui ont été notifiées dans la zone de
santé Vangu : Paludisme (12607), fièvre typhoïde (3832), IRA (3066), diarrhée simple
(2040), rougeole (22) et la PFA (2).

70,0%

60,0%
58,4%
50,0%
FRÉQUENCE EN %

40,0%

30,0%

20,0%
17,8%
10,0% 14,2%
9,5% 0,1% 0,0%
0,0%
PALUDISME FIEVRE T IRA DIARRHEE S ROUGEOLE PFA
MALADIES

Figure 1: comparaison des proportions des maladies notifiées dans la zone de santé Vangu de
la semaine 1 à la semaine 45 (2017).
La figure 1 montre que la maladie la plus fréquente dans la zone de santé Vangu est le
paludisme (58,4%).

13
Figure 2: Evolution du paludisme dans la zone de santé Vangu de la semaine 1 à la semaine
45 (2017).
Cette courbe illustre l’évolution du paludisme pendant notre période de recherche. Il en
ressort que la fréquence du paludisme tend à augmenter de la semaine 1 à la semaine 18,
ensuite elle diminue brusquement à la semaine 19, pour se stabiliser jusqu’à la semaine 27,
diminue légèrement jusqu’à la semaine 30 puis très sensiblement jusqu’à la semaine 33, et
tend enfin à augmenter jusqu’à la semaine 45.

14
COMMENTAIRES
La maladie la plus fréquente dans la zone de santé Vangu de la semaine 1 à la semaine 45 est
le paludisme (58,4%). Nous tenterons de justifier cette réalité en ces termes :

Dans la zone de santé Vangu, nous avons constaté plusieurs flaques d’eau. Si l’on ajoute à
cela le fait qu’il s’agit d’un endroit marécageux, on comprend que l’humidité y est entretenue,
ce qui favorise le développement du cycle de reproduction du Plasmodium chez l’anophèle.

En outre, nous avons constaté que plusieurs endroits de la zone de santé étaient envahis de
longues herbes. Aussi, les habitations de ce camp sont tellement confinées qu’il y a moins
d’espaces libres, ce qui entretient une température favorable au vecteur du paludisme.

Enfin, l’usage de moustiquaires imprégnées d’insecticide constitue une barrière redoutable au


développement du cycle du Plasmodium. Ainsi, cette fréquence du paludisme laisse entrevoir
que les habitants de la zone ne possèdent pas de moustiquaires ou que s’ils en possèdent, ils
ne l’utilisent pas adéquatement.

Les facteurs ci-haut évoqués exposent au paludisme et nous expliquent ainsi pourquoi le
paludisme a été la maladie la plus fréquemment enregistrée dans la zone de santé Vangu.

Le paludisme étant la maladie la plus fréquente dans cette zone de santé, nous avons porté une
attention particulière sur l’évolution de sa courbe car la connaissance de cette courbe indique
les moments où l’on peut mettre en place des stratégies spécifiques pour diminuer sa
fréquence.

L’augmentation de la fréquence en début d’année (semaine 1 à 18) correspond à la période


d’accroissement des pluies dans la ville de Lubumbashi. La chute de sa fréquence constatée
de la semaine 28 à 33 correspond quant à elle à la période où il fait le plus froid dans la ville.
Vu que le froid ne permet pas la reproduction de l’anophèle, peu de cas de paludisme sont
enregistrés. Après cette période, la chaleur gagne la ville et les pluies s’annoncent, ce qui
augmente sensiblement la fréquence des cas du paludisme : ceci illustre la relation qu’il existe
entre la fréquence du paludisme et les saisons sèche et des pluies qui caractérisent la ville de
Lubumbashi.

La deuxième maladie la plus fréquente est la fièvre typhoïde. Ceci peut se comprendre si l’on
regarde la qualité de l’hygiène dans la zone de santé Vangu. A cette hygiène défectueuse
(latrines sales) s’ajoute le manque d’eau potable. L’ensemble de ces facteurs expose à la
fièvre typhoïde.

15
RECOMMANDATIONS
Après le constat fait sur les maladies sous surveillance épidémiologique dans la zone de santé
Vangu, nous suggérons que le bureau central de la zone de santé mette en place plusieurs
activités de promotion de la santé au cours desquelles se fera la sensibilisation de la
population sur l’assainissement du milieu (curer les eaux de pluie, couper les herbes), l’usage
de moustiquaires imprégnées d’insecticide, l’application des mesures d’hygiène et l’utilisation
de l’eau potable. Il est aussi nécessaire d’informer la population sur la présentation des signes
cliniques des maladies sous surveillance épidémiologique afin qu’ils soient en mesure de
rapidement les reconnaître pour se rendre dans un temps record dans un centre de prise en
charge. A cela s’ajoute que le bureau central de la zone de santé doit s’assurer que les cas des
maladies surveillées sont correctement pris en charge car cela permettra d’en réduire aussi
bien la létalité que la transmission.

16
CONCLUSION
Plusieurs maladies sont sous surveillance épidémiologique en République Démocratique du
Congo. Ceci permet d’en diminuer la morbidité ainsi que la mortalité, et de mettre en place
des programmes de santé.

Lors de notre descente, nous avons noté que six maladies ont été notifiées dans la zone de
santé Vangu de la semaine épidémiologique 1 à la semaine 45 en 2017. La plus fréquente
d’entre elles est le paludisme (58,4%). Cette élévation de la fréquence du paludisme nécessite
la mise en place d’un programme de prévention, de lutte et de contrôle de ladite maladie.

17
ANNEXE 1 : MODELES DE FORMULAIRES DE NOTIFICATION DES MALADIES
FICHE DE NOTIFICATION IMMEDIATE
VARIABLE/QUESTION REPONSES-CAS N°
1 Pays
2 Province
3 ZS
4 Aire de santé
5 Site de notification (formation sanitaire, camp, village)
6 Maladie/évènement
7 Patient en consultation externe ou hospitalisé ?
8 Date de la consultation à la formation sanitaire
9 Nom du patient
10 Date de naissance
11 Age
12 Sexe
13 Résidence : ville/village
14 Quartier
15 ZS
16 Aire de santé
17 Zone urbaine/rurale ?
18 Adresse, numéro de téléphone (portable)… nom de la
mère et du père
19 Date de début (jour/mois/année) des premiers
symptômes
20 Nombre de dose de vaccins reçus antérieurement contre
la maladie notifié

21 Date de la dernière vaccination


22 Résultat de laboratoire
23 Issue de la maladie : vivant, décédé, transféré, perdu de
vue ou inconnu
24 Classification finale : confirmation, probable,
compatible, rejeté
25 Date à laquelle la formation sanitaire a notifié à la ZS
26 Date à laquelle le formulaire a été envoyé à la ZS
27 Identifiant unique pour le registre
28 Personne ayant rempli le formulaire : nom, fonction,
signature, tel.

18
FICHE DE NOTIFICATION HEBDOMADAIRE
Année : Semaine : Mois :
Pays : Province/Région : ZS : Population :
Code ISO de la ZS Nom de la formation Identifiant unique du
sanitaire rapport
Rapports officiellement Nombres de rapports reçus : Rapports reçu dans le
attendus délai :
Maladies et évènements à cas décès Cas confirmé observations
notifier au laboratoire
1 Caries dentaires
2 Décès maternels
3 Diarrhée avec
déshydration sévère -
5ans
4 Drépanocytose
5 Géo helminthiase
6 IST
7 Lèpre
8 Malnutrition -5ans
9 Diabète
10 Pneumonie grave -5ans
11 Schistosomiase
12 Sida/VIH
13 Trypanosomiase
14 Ulcère de Buruli
Analyse, interprétation, décision, action et recommandations
Commentaires épidémiologique

Décision et action prises

recommandations

Date du rapport :

jj/mm/aaaa Personne responsable :

19
FICHE DE NOTIFICATION MENSUELLE
Année : Semaine : Mois :
Pays : Province/Région : ZS : Population :
Code ISO de la ZS Nom de la formation Identifiant unique du
sanitaire rapport
Rapports officiellement Nombres de rapports reçus : Rapports reçu dans le
attendus délai :
Maladies et évènements à cas décès Cas confirmé observations
notifier au laboratoire
1 Caries dentaires
2 Décès maternels
3 Diarrhée avec
déshydration sévère -
5ans
4 Drépanocytose
5 Géo helminthiase
6 IST
7 Lèpre
8 Malnutrition -5ans
9 Diabète
10 Pneumonie grave -5ans
11 Schistosomiase
12 Sida/VIH
13 Trypanosomiase
14 Ulcère de Buruli
Analyse, interprétation, décision, action et recommandations
Commentaires épidémiologique

Décision et action prises

recommandations

Date du rapport :

jj/mm/aaaa Personne responsable :

20
ANNEXE 2 : LISTE DETAILLEE DES MALADIES NOTIFIEES DANS LA ZONE DE SANTE
VANGU DE LA SEMAINE 1 A LA SEMAINE 45 PAR TRANCHES D’AGES

PALUDISM IRA FIEVRE T DIARRHEE ROUGEOLE PFA


E SIMPLE
<5a >5a <5a >5a <5a >5a <5a >5a <5a >5a <5a >5a
ns ns ns ns ns ns ns ns ns ns ns ns
S1 93 177 34 22 31 43 23 9 0 0 0 0
S2 89 179 31 24 27 45 21 16 0 0 0 0
S3 95 183 42 27 33 49 38 11 0 0 0 0
S4 92 171 18 11 29 44 17 17 0 0 0 0
S5 97 182 21 13 32 47 16 14 0 0 0 0
S6 107 193 24 15 29 43 19 10 0 0 0 0
S7 110 197 27 14 32 45 22 15 0 0 0 0
S8 111 207 26 11 35 48 19 26 0 0 0 0
S9 102 193 29 13 37 51 28 25 0 0 0 0
S10 108 201 24 10 33 41 21 23 0 0 0 0
S11 102 206 22 12 29 41 17 24 0 0 0 0
S12 112 218 26 14 33 44 8 6 0 0 0 0
S13 116 228 22 11 37 46 8 15 5 0 0 0
S14 112 237 31 23 27 47 22 28 0 0 0 0
S15 108 223 27 21 33 51 33 35 0 0 0 0
S16 102 197 39 31 27 57 20 21 0 0 0 0
S17 108 221 33 47 28 46 17 9 0 0 0 0
S18 113 237 31 23 41 54 16 12 0 0 0 0
S19 87 182 23 18 19 36 13 24 1 0 0 0
S20 93 189 27 16 22 39 19 26 0 0 0 0
S21 112 179 14 27 27 41 19 19 1 0 0 0
S22 89 176 19 11 18 39 11 9 0 0 0 0
S23 91 183 27 18 12 33 16 8 0 0 0 0
S24 94 179 24 13 15 31 14 6 0 0 0 0
S25 107 185 49 17 18 39 24 12 0 0 0 0
S26 97 179 51 23 16 38 22 10 0 0 0 0
S27 93 187 78 51 28 37 25 12 0 0 0 0
S28 88 166 57 43 44 51 38 21 0 0 0 0
S29 96 148 59 23 27 30 52 65 0 0 2 0
S30 82 161 71 32 16 8 57 29 0 0 0 0
S31 59 99 52 28 32 44 30 14 0 0 0 0
S32 67 91 33 20 21 35 26 11 5 0 0 0
S33 43 67 29 27 26 31 4 8 0 0 0 0
S34 52 87 34 29 31 45 8 8 1 0 0 0
S35 96 113 50 45 71 86 14 9 0 0 0 0
S36 81 208 46 70 65 116 40 42 0 0 0 0
S37 83 169 42 21 27 53 27 34 0 0 0 0

21
S38 99 167 44 31 40 46 26 31 0 0 0 0
S39 104 180 41 41 44 78 29 39 0 0 0 0
S40 112 229 55 56 60 98 25 35 0 0 0 0
S41 103 202 59 62 51 89 29 42 1 0 0 0
S42 107 216 55 80 57 88 37 48 0 0 0 0
S43 111 246 64 68 67 74 28 36 1 0 0 0
S44 102 219 51 59 61 65 23 33 3 0 0 0
S45 117 208 63 71 53 79 44 28 4 0 0 0
TOTAL 434 826 172 134 154 229 106 975 22 0 2 0
PAR 2 5 4 2 1 1 5
AGE
TOTAL 12607 3066 3832 2040 22 2
GENER
AL

22
ANNEXE 3 : FREQUENCE DU PALUDISME DANS LA ZONE DE SANTE VANGU DE LA
SEMAINE 1 A LA SEMAINE 45

S1 270 S16 299 S31 158


S2 268 S17 329 S32 158
S3 278 S18 350 S33 110
S4 263 S19 269 S34 139
S5 279 S20 282 S35 209
S6 300 S21 291 S36 289
S7 307 S22 265 S37 252
S8 318 S23 274 S38 266
S9 295 S24 273 S39 284
S10 309 S25 292 S40 341
S11 308 S26 276 S41 305
S12 330 S27 280 S42 323
S13 344 S28 254 S43 357
S14 349 S29 244 S44 321
S15 331 S30 243 S45 325

23