Vous êtes sur la page 1sur 48

Ce document a été réalisé grâce et à la collaboration du comité d’emballage

à la participation financière de : du CTAC et de Gespro Packaging inc.

Agriculture et Agriculture and


Agroalimentaire Canada Agri-Food Canada
Table des matières

Préface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
L’évolution des emballages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
I - L’emballage : terminologie, fonctions et industrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1) Emballage : terminologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
2) Les rôles de l’emballage alimentaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
3) Présentation de l’industrie de l’emballage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
II - Cadre légal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1) Au Canada . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
a) Le Conseil canadien des ministres de l’Environnement (CCME) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
b) L’Agence canadienne d’inspection des aliments . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
2) Le Québec et les autres provinces . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
III - Emballage alimentaire et santé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
1) La conservation des aliments . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
2) Les emballages et les aliments . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
a) Emballage en verre et en métal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
b) Emballage en aluminium. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
c) Emballage papier/carton . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
d) Emballage en plastique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
e) Les emballages composites et multicouches . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
f) Distribution des emballages en statistiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
IV - L’emballage et le développement durable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
1) Nouveau paradigme : le développement durable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
2) Démarche : éco-conception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
3) Analyse du cycle de vie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
4) Définition de l’emballage durable Sustainable Packaging Coalition, GreenBlue . . . . . . . 21
5) Éléments clés de conception d’emballage plus durable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
a) Les 4 R et le V . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
b) L’emballage et l’énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
c) L’emballage et le transport/distribution. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
6) Les bioplastiques et le développement durable. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
7) Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
V - L’emballage et la technologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
VI - Les emballages émergents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
1) Emballages actifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
2) Emballages intelligents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
3) Emballages novateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
VII - Tendances et défis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
Sommaire des annexes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
Annexe 1 Brief d’emballage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
Annexe 2 Cadre légal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
Annexe 3 L’évolution des emballages alimentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
Annexe 4 Le développement durable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
Bibliographie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
Références utilisées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
Glossaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47

2 Guide de l’emballage alimentaire


Préface

Le Guide de l’emballage alimentaire dresse un portrait des emballages, de leurs rôles, de leurs
impacts sur l’environnement et de leur évolution technologique, ainsi que des défis actuels et
futurs auxquels ils doivent faire face. Ce manuel contient des références locales et
internationales sur chacun des sujets traités afin d’aider les intervenants du secteur alimentaire
à mieux comprendre les enjeux locaux et les tendances mondiales. Pour le rendre plus
pratique, nous avons ajouté en annexes des références, des statistiques et des exemples réels.
Nous espérons que ce document soit pour vous une bonne source d’informations et de
références qui vous guidera lors de votre processus décisionnel.

Introduction

Votre produit est de qualité, bon pour la santé, agréable à consommer et sécuritaire. Mais
avez-vous intégré l’emballage comme élément stratégique de votre chaîne de valeurs? Avec
un emballage déficient, votre produit ne pourra pas se conserver adéquatement, se
transporter de façon sécuritaire, ni communiquer ses valeurs intéressantes. Par conséquent, il
sera moins privilégié par les intervenants.

Sommes-nous conscients de l’importance de l’emballage au quotidien? Sommes-nous au


courant des facteurs déterminant le choix de l’emballage? De l’impact de ces derniers sur nos
décisions corporatives? Du cadre réglementaire, des tendances mondiales et des défis locaux
de cette industrie?

L’emballage est en pleine évolution, et ce, à tous les niveaux : conception, fonctions, méthodes
de fabrication, processus de sélection, matériaux, technologie et impact environnemental. Ce
guide traitera de ces sujets pour que vous puissiez mieux comprendre les enjeux et prendre
les bonnes décisions.

Guide de l’emballage alimentaire 3


L’évolution des emballages
L’emballage existait déjà il y a plusieurs centaines d’années, son rôle principal étant alors de
contenir et de transporter des produits sans risque. L’évolution de l’industrie de l’emballage a
été fortement influencée par la révolution industrielle du milieu du XIXe siècle, accompagnée
d’un exode rural qui marquera l’augmentation de la demande dans les villages, autrefois
autosuffisants. Cette révolution industrielle a donc contribué à la croissance de comptoirs de
vente de nourriture et de biens de consommation pour la nouvelle classe ouvrière en pleine
émergence. L’évolution de l’ère industrielle a mené à la création de magasins à rayons, ce qui
a créé le besoin d’informer le consommateur sur le produit et, plus tard, à différencier le
produit pour mieux le vendre. De nos jours, la mondialisation du commerce a poussé
l’emballage à répondre à d’autres besoins de préservation à plus longue durée. Par exemple,
le transport de produits congelés ou frais sur de longues distances a été permis grâce au
développement de nouveaux emballages qui répondent techniquement à ces besoins. Par
ailleurs, la prise de conscience des populations à propos des dangers d’intoxication
alimentaire, accompagnée d’une certaine volonté de détenir des produits frais de qualité
supérieure, nous a permis d’assister à la naissance des emballages dits actifs et intelligents qui
communiquent directement au consommateur l’information sur les caractéristiques du produit.
Depuis l’apparition des politiques de développement durable, nous assistons à l’émergence
des emballages dits « durables », « écologiques » ou « verts ».

Cette réalité est particulièrement importante sur le marché européen. D’ailleurs les législateurs
des pays membres de l’Union européenne ont légiféré en ce sens. Sur le continent nord-
américain, nous sommes au cœur d’un processus de changement, où les leaders de la
distribution alimentaire (ex. : Wal-Mart) définissent les règles du marché pour leurs
fournisseurs.

Toutes ces demandes et pressions nous poussent à nous demander si nos systèmes
d’emballage actuellement utilisés dans l’industrie agroalimentaire sont à jour. Le temps où
l’emballage jouait simplement le rôle de transport et de conservation du produit est révolu.
Nous sommes en face d’une science de l’emballage, plus complexe et plus créative.

4 Guide de l’emballage alimentaire


I- L’emballage : terminologie, fonctions et industrie
Un emballage est souvent formé de multiples composantes de formes, de fonctions et de matériaux
différents afin de répondre à des besoins complémentaires pour un produit déterminé. Plus
particulièrement, l’emballage alimentaire (produits sensibles et périssables) ne doit pas présenter un
risque pour la santé humaine et doit être compatible avec la nature du produit, sa forme physique,
sa protection et sa dégradation causée par différentes causes biologiques ou chimiques.

1) Emballage : terminologie
Afin de se constituer une base lexicale technique de qualité, il est essentiel de revenir sur une
classification des termes clés de l’industrie de l’emballage alimentaire.

L’emballage primaire
En contact direct avec le produit, il a pour but de contenir
et de préserver celui-ci. Cet emballage doit être Emballage primaire
compatible avec le produit et le protéger de tout
contaminant extérieur pouvant causer une éventuelle
dégradation non souhaitée.
Emballage secondaire
L’emballage secondaire
Il est souvent utilisé pour la protection de l’unité ou
pour faciliter l’utilisation du produit. Plusieurs
emballages primaires peuvent être contenus dans Emballage
un emballage secondaire qui correspond donc à d'expédition
l’unité de vente. Il a également pour fonction de
communiquer au consommateur l’information sur
Emballage
le produit et, par conséquent, de vendre le de transport
produit. On l’appelle aussi unité de vente.

L’emballage d’expédition
Il regroupe plusieurs emballages secondaires
pour la manutention et la protection des
contenants durant le transport. Figure 1

L’emballage de transport
Il est souvent fait par des palettes réutilisables en bois ou en plastique qui permettent le
transport, le stockage et la manutention de certaines quantités d’unités d’expédition.

Pour illustration concrète (figure ci-dessus) :


Le sac de céréales en plastique constitue un emballage primaire. Le carton contenant le sac en
plastique de céréales constitue un emballage secondaire. La caisse en carton ondulé de boîtes de
céréales constitue un emballage d’expédition. La palette constitue l’emballage de transport.

Il est clair que le développement d’un emballage doit aussi répondre aux attentes de
fonctionnalité, à l’image de marque, au profil du consommateur cible et au potentiel
d’utilisation des machines automatisées existantes ou facilement développables, etc.

Cependant, dans cet ouvrage, nous traiterons seulement du rôle technique de l’emballage, le
rôle de promotion du produit (aspect marketing) ne sera abordé que brièvement.

Guide de l’emballage alimentaire 5


2) Les rôles de l’emballage alimentaire

a) Rôle technique de l’emballage


Tableau 1 - Les rôles de l’emballage Les emballages ont pour rôle de contenir
le produit, de le préserver de toute
Rôle Rôle Intervenants contamination, de permettre son transport,
technique marketing sa distribution, son stockage, son étalage,
Contenir Vendre Fabricants son utilisation et enfin sa disposition
finale. Le tableau 1 résume les différents
Préserver Communiquer Transformateurs rôles et intervenants en emballage
alimentaire.
Transporter Motiver Détaillants/Grossistes
Utiliser Informer Consommateurs Il est cependant rare de trouver un seul
emballage qui répond à tous ces rôles,
d’où la nécessité d’un ensemble de
matériaux qui forment un système d’emballage parfaitement adapté au produit. L’emballage
est donc un système de formes interdépendantes qui nécessite une approche globale afin de
composer un système efficace. L’approche système intègre plusieurs facteurs pour le design
de l’emballage : le design du produit, sa fabrication, son entreposage, sa distribution, la vente
au détail et la consommation en tenant compte de l’image de marque et de l’environnement
législatif (référence : ASTM D6198).

Les matériaux d’emballage les plus fréquemment utilisés dans l’industrie alimentaire sont : les
plastiques (flexibles ou rigides), les papiers, les cartons, le verre et les métaux. Les utilisateurs
finaux sont les institutions, les grossistes, les détaillants et les consommateurs.

L’ASTM International1 régit les tests communément pratiqués et reconnus sur le continent
nord-américain (volume 15.09) et s’assure donc que notre emballage soit conforme aux
standards établis.

_____
1
American Society for Testing and Materials www.astm.org

6 Guide
Guidede
del’emballage
l’emballagealimentaire
alimentaire
b) Rôle marketing de l’emballage (création)
Dans un marché de plus en plus compétitif où les nouveaux produits se multiplient à un
rythme accéléré, l’emballage est devenu l’outil de communication le plus stratégique pour tous
les produits de consommation courante. Premier contact avec le consommateur, voire souvent
le seul, le design d’emballage dépasse l’exercice esthétique : il est un véritable défi de
communication.

Les sondages sont révélateurs : 70 % des décisions d’achat se prennent encore et toujours en
magasin, de manière spontanée devant les tablettes. Même le meilleur produit bénéficiant du
meilleur conditionnement peut se voir ignorer si:
1) Il n’attire pas l’attention;
2) Il ne communique pas le bon message.

Un mauvais design d’emballage constitue d’ailleurs l’une des principales sources d’échec des
nouveaux produits lancés par les PME, cette ultime étape de réalisation (et première étape de
commercialisation) étant souvent trop rapidement (ou mal) pensée, créée et réalisée.

En emballage, tout a un sens. Prenons les couleurs, par exemple. Leur sens peut varier d’une
catégorie de produits à l’autre : un vert trop vif évoquera des saveurs artificielles, alors qu’un
vert doux suggérera plutôt un produit nature. Aussi, l’angle et le positionnement des différents
éléments de communication peuvent transmettre une multitude de messages pouvant être
positifs... ou contraires à l’image souhaitée.

Le brief de création : Avant de commencer tout travail de conception, il est important de


rédiger un brief de création d’emballage. Ce brief représente un condensé des éléments
d’informations nécessaires à l’élaboration d’un emballage — et d’un message — efficace.

Vous trouverez en annexe 1 les éléments à inclure dans un brief d’emballage.

Parmi les critères d’évaluation de l’emballage, nous citons :

l Visibilité : Est-ce que le produit capte l’attention des yeux ?

l Attirance : Le produit suscite-t-il l’intérêt ? Est-il désirable ?

l Lisibilité : La lecture est-elle facile, les communications sont-elles perçues dans le bon ordre ?

l Personnalité : L’emballage donne-t-il une idée juste et complète du produit ?

l Différenciation : Le produit permet-il de se distinguer des produits concurrents ?

Guide de l’emballage alimentaire 7


3) Présentation de l’industrie de l’emballage

Le marché de l’emballage est en croissance constante. Mondialement, il totalise 417 milliards


de dollars et fournit du travail à environ 5 millions de personnes réparties dans 100 000
entreprises. La part de l’emballage alimentaire est considérable, car elle représente environ 65 %
de ce marché. Le marché de l’emballage au Québec avoisine les 5 milliards de dollars avec
plus de la moitié consacrée à l’emballage alimentaire.2

Parmi les acteurs de l’industrie de l’emballage, on retrouve les convertisseurs d’emballages


(matériaux), les fournisseurs d’équipements (machines) et les services de développement
(services marketing, graphisme, R&D, ingénierie, etc.).

Au Canada, la majorité des fournisseurs d’emballage se regroupe autour de l’Association


canadienne de l’emballage (PAC)3 dont le siège
social est à Toronto avec des chapitres dans chacune
des provinces. Cette association vise différents
objectifs, entre autres :

l Fournir aux membres une formation de qualité, des forums pour l’échange de
nouvelles idées;
l Communiquer avec tous les paliers gouvernementaux pour une meilleure
législation;
l Faire avancer le développement et la technologie de l’emballage et de l’art visuel;
l Encourager et promouvoir l’application de pratiques environnementales
responsables;
l Établir et maintenir des relations avec des organismes et associations (reliés à
l’emballage).

La PAC a développé une norme (PAC Secure) conformément aux principes préétablis par le
HACCP4 (Analyse des dangers et maîtrise des points critiques) pour les emballages
alimentaires. Actuellement, la PAC participe au développement de la vision d’emballage
durable au Canada avec le SPC5.

D’autres instituts et centres de recherches sont présents au Canada, nous pouvons citer :

l L’Institut de technologie des emballages et du génie alimentaire (ITEGA6),


membre de Trans-tech (le réseau CCTT7 au Québec) a pour mission d’aider les
industriels à développer leurs emballages technologiques entre autres, le secteur
des aliments ou agroalimentaire.

l Le Centre de technologie alimentaire de Guelph (GFTC)8 est un centre


important de technologie alimentaire au Canada. En plus de sa vocation en
recherche et formation, il effectue des tests sur des emballages pour les
industriels.

_____
2
Dossiers spéciaux – Industrie de l’emballage, le magazine Québec entreprise
3
Packaging Association of Canada / Association canadienne de l’emballage www.pac.ca
4
Hazard Analysis Critical Control Points, site de l’ACIA www.inspection.gc.ca
5
Sustainable Packaging Coalition www.greenblue.org
6
Institut de technologie des emballages et du génie alimentaire www.reseautranstech.qc.ca/CCTT/ITEGA.php
7
Centres collégiaux de transfert de technologie www.reseautranstech.qc.ca
8
Centre de technologie alimentaire de Guelph www.gftc.ca

8 Guide de l’emballage alimentaire


II- Cadre légal
Les lois sur l’emballage sont plutôt spécifiques à chaque pays, mais la mondialisation du
commerce pousse vers l’harmonisation des lois locales avec des directives générales (exemple
de l’Union européenne : la directive des emballages définit le cadre général de tous les pays
membres).

Depuis 1994, les états membres de l’Union européenne peuvent développer leur politique en
matière de prévention et de gestion des emballages et déchets d’emballages (94/62/CE).
D’autres exigences (2004/12/CE) se sont rajoutées ultérieurement, et nous citons :

l Le caractère réutilisable de l’emballage;

l La fabrication et la composition des emballages;

l Le caractère valorisable de l’emballage (recyclage, valeur énergétique, compostage, etc.).

Au Canada, la législation sur la prévention du suremballage, de la traçabilité et des emballages


éco-conçus n’est pas encore mise en place, mais elle sera bientôt un sujet pressant pour
s’harmoniser avec les autres nations et contrôler les fausses allégations.

1) Au Canada

Les lois fédérales canadiennes régissent les produits commercialisés à travers le Canada, la
santé et la sécurité, la réglementation des entreprises nationales, l’importation et la loi sur
l’emballage et l’étiquetage des produits de consommation.

En vertu de la Loi fédérale sur l’emballage et l’étiquetage des produits de consommation


(C38), certains termes sont légalement définis. De ces termes, citons « contenant », « fournisseur »,
« étiquetage » et « publicité ». Tout emballage doit afficher, sans exception possible, la liste
des ingrédients, l’information nutritionnelle, la date de péremption et les conditions de
stockage.

Cette loi stipule également que l’étiquetage apposé sur un produit de consommation
préemballé renferme des renseignements exacts et suffisamment explicites pour permettre
aux consommateurs de prendre des décisions d’achats éclairées. De plus, elle vient apporter
des précisions sur les emballages eux-mêmes, au niveau de la quantité contenue, des
conditions de fabrication de l’emballage et des formats normalisés (exemples : le vin,
certains sirops, le beurre d’arachide).

Guide de l’emballage alimentaire 9


Par ailleurs, la Loi sur les aliments et drogues (Food and Drug Act & Regulation, division
23) comporte aussi des dispositions vis-à-vis des emballages, dont les principales sont :

l L’article B.23.0001 interdit la vente d’un aliment dont l’emballage peut


transmettre à son contenu une substance pouvant être nuisible.

l Il stipule clairement la responsabilité des vendeurs de produits alimentaires que


tout matériau d’emballage utilisé dans la vente de produits alimentaires satisfait
à cette exigence.

Précautions : Il est fortement recommandé de ne pas utiliser des symboles nationaux sans
permission. En effet, aucune utilisation de ces symboles n’est possible pour des produits importés.

Transport Canada détient la responsabilité locale (territoire terrestre canadien) du transport


de marchandises, par contre, le transport aérien et maritime est régi par des lois
internationales.

Quant à la gestion des déchets (ou matières résiduelles), de l’environnement et des pratiques
commerciales, cela relève des juridictions provinciales. Ces juridictions produisent donc les
lois qui s’appliquent à tout produit commercialisé dans la province. L’Ontario et le Québec
disposent d’un programme de responsabilité élargie des producteurs à l’égard des contenants,
emballages et imprimés.

Les organismes représentant les entreprises dans leur responsabilité de contribuer au


financement de la collecte sélective municipale sont respectivement Stewarship Ontario et
Éco Entreprises Québec (ÉEQ). Le Manitoba a récemment adopté un programme semblable.
Du fait de la variation des lois propres à chaque province, les industriels du secteur font face
à un véritable casse-tête. (Voir l’annexe 2.a : Cadre légal.)

Le Bureau de la concurrence (Industrie Canada) a publié les lignes directrices concernant les
allégations reliées à l’environnement. Elles précisent clairement qu’un produit ne devrait pas
s’afficher comme dégradable, biodégradable ou encore compostable si les infrastructures
nécessaires à sa mise en valeur sont inexistantes ou inaccessibles.

Sur le plan du contrôle de la qualité, PAC Secure (conforme aux


principes HACCP) est une norme facultative mise en place par la
PAC (Packaging Association of Canada), afin d’assurer le contrôle
de la qualité des emballages à destination des marchés de
l’alimentation et pharmaceutique. Ces standards établissent une
bonne norme de référence pour les fournisseurs d’emballage et
leurs clients. Ils concernent les plastiques rigides, les plastiques flexibles, le carton ondulé et
plat, le verre et le métal.

10 Guide de l’emballage alimentaire


a) Le Conseil canadien des ministres de l’Environnement (CCME)
Le CCME9 est une organisation non législative, composée des
ministres de l’Environnement des gouvernements fédéral,
provinciaux et territoriaux. Le Conseil cherche à atteindre des
résultats bénéfiques pour l’environnement en centrant ses efforts
sur des enjeux de portée nationale qui requièrent la collaboration
d’un certain nombre de gouvernements. Le CCME s’est
essentiellement concentré sur deux sujets reliés à l’emballage :

l La responsabilité étendue des producteurs, avec pour but de donner des conseils sur
l’élaboration et la mise en œuvre de projets visant à résoudre les problèmes liés à la
disposition de l’emballage.

l L’élaboration et l’approbation du Protocole national sur l’emballage (PNE) en 1990 avec


l’industrie, destiné à réduire les déchets et visant à l’élimination de 51 % du poids de
ceux-ci dès 1996, soit quatre ans avant l’échéance.

Finalement, le CCME se penche sur la diminution de l’impact des emballages par la


valorisation et l’éco-conception. Vous pouvez consulter en annexe 2.b les projets futurs du
CCME en matière d’emballage.

b) L’Agence canadienne d’inspection des aliments


L’Agence canadienne d’inspection
Agence canadienne Canadian Food
d'inspection des aliments des aliments10 (ACIA) a pour
Inspection agency
mandat d’assurer la salubrité de
l’approvisionnement alimentaire du Canada, la santé des animaux et la protection des espèces
végétales Cdont dépendent la salubrité et la qualité supérieure des aliments. Pour les
emballages en contact avec les d'inspection
aliments,des aliments
l’ACIA fournit une liste de produits d’emballage
certifiés conformes aux exigences canadiennes.

Pour les nouveaux emballages ou matériaux importés, il est nécessaire que toutes les
composantes de ceux-ci soient analysées par l’ACIA afin qu’elle émette un certificat de
conformité qui permettra leur utilisation.

L’ACIA s’est chargée de produire une liste de référence pour les matériaux de construction, les
matériaux d’emballage et les produits chimiques non alimentaires acceptés. Cette liste est
présente sur son site officiel sous forme de base de données.

_____
9
Conseil canadien des ministres de l’Environnement www.ccme.ca
10
Agence canadienne d’inspection des aliments www.inspection.gc.ca

Guide de l’emballage alimentaire 11


2) Le Québec et les autres provinces
Le projet de loi 102 a été adopté à l’unanimité par l’Assemblée nationale le 12 décembre
2002. Il s’inscrit dans la ligne de la Politique québécoise de gestion des matières
résiduelles 1998-2008. L’industrie a accueilli favorablement l’adoption du projet de loi.

La Loi 130, adoptée le 13 décembre 2002, modifie la Loi sur la qualité de l’environnement et
d’autres dispositions législatives. Le cadre légal se précise, l’emballage ne doit plus altérer la qualité
de notre environnement et doit être géré pour diminuer les impacts locaux. Cette loi prévoit que
le gouvernement peut, par règlement, régir l’étiquetage relatif aux affirmations environnementales.

Pour de plus amples informations concernant ces deux lois, veuillez consulter le site du
ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs : www.mddep.gouv.qc.ca.

Éco Entreprises Québec (ÉEQ11), organisme privé sans but lucratif, a été
mis en place en 2003, à la suite de l’adoption de la Loi 102, pour représenter
les entreprises mettant sur le marché québécois des « contenants et
emballages » et « imprimés ».

La Loi 102 québécoise est similaire à la loi ontarienne sur le réacheminement des déchets. Elle
exige des utilisateurs d’emballages de payer à la tonne le matériau d’emballage utilisé
annuellement pour participer aux frais de la collecte sélective. D’où le principe du pollueur
payeur. Ce programme est basé sur les coûts nets de la collecte sélective municipale tels que
négociés par ÉEQ et les municipalités du Québec qui s’occupent de la collecte. Les entreprises et
organisations représentées par ÉEQ paient 50 % de ces coûts nets. Vous trouverez en annexe 2.d
la grille tarifaire de l’année 2007. La loi oblige toute entreprise ou organisation propriétaire d’une
marque, d’un nom ou d’un signe distinctif (Brand Owners) qui met sur le marché québécois des
« contenants et emballages » ou des « imprimés » – ainsi que le premier fournisseur au Québec
lorsque le propriétaire de marque n’a pas d’établissement dans cette province – à déclarer
annuellement ses produits d’emballage par catégorie avec des preuves à l’appui.

Les tarifs et le volume de récupération ne cessant d’augmenter, la réduction de l’emballage devient


une priorité, d’autant plus que les sites d’enfouissement sont plus loin des villes et parfois saturés.

Actuellement, ÉEQ ne traite pas de façon distincte la déclaration sur les matières plastiques suivantes :
l Les bioplastiques comme l’acide polylactique (PLA : plastique à base de maïs);
l Les oxobiodégradables : plastiques qui se dégradent grâce à un agent chimique
(cf. glossaire);
l Les compostables : qui se décomposent en peu de temps et dans des conditions contrôlées.

Ces matières sont néanmoins visées par la loi et leurs utilisateurs doivent contribuer au
financement de la collecte sélective. L’Ontario et le Québec ont des lois similaires, les
amendements et les projets de loi orientent les efforts vers le « déchets-zéro » (directive ontarienne).
La Colombie-Britannique et le Nouveau-Brunswick ont appliqué des mesures restrictives
concernant le recyclage : « il est interdit d’y vendre des produits emballés avec des matériaux qui ne
peuvent pas être recyclés dans la province… »

Note : Vous pouvez consulter en annexe 2.c les précisions sur l’ÉEQ, et données sur la collecte sélective.

____
11
Éco Entreprises Québec www.ecoentreprises.qc.ca

12 Guide de l’emballage alimentaire


III- Emballage alimentaire et santé
De nos jours, le consommateur se préoccupe
des aspects hygiène et santé des produits
qu’il consomme. Pour répondre à ces
nouvelles exigences, les transformateurs
doivent enrichir leurs recettes de vitamines,
d’antioxydants, ainsi que d’autres éléments
nutritifs souvent très sensibles et volatiles. Le
procédé industriel joue aussi un rôle
important pour garder les propriétés
organoleptiques et nutritionnelles des
aliments. L’emballage doit contribuer à la
protection sanitaire des aliments, et ce, pour
la plus longue durée possible. La sélection
de l’emballage est aussi fonction du
procédé et du produit, chaque matériau
d’emballage apporte un lot d’avantages et d’inconvénients pertinents. Nous aborderons ces enjeux
en traitant de la conservation des aliments, puis des normes d’emballage alimentaire avant de faire
une présentation des différentes familles d’emballage.

1) La conservation des aliments


Les aliments sont des produits périssables, sous l’influence du temps et de l’environnement.
Le mécanisme de détérioration des aliments résulte d’une action biologique et/ou
physicochimique. La conservation implique habituellement d’empêcher le développement des
bactéries, champignons et autres micro-organismes, de retarder l’oxydation des graisses qui
provoque le rancissement et l’autolyse par les propres enzymes des cellules de l’aliment.

Contrôler ces niveaux de dégradations permet d’obtenir une durée de vie relativement plus
longue. Les méthodes classiques de conservation de la nourriture incluent le séchage ou
dessiccation, la congélation, la mise sous vide, la pasteurisation, l’appertisation, l’irradiation
et l’ajout d’agents de conservation. D’autres méthodes aident à maintenir l’aliment et lui
ajoutent du goût, comme la salaison et le fumage, par exemple.

Une fois le procédé de conservation exécuté, l’emballage aura la fonction de protection et


de conservation des aliments sans risque pour les consommateurs dans un délai
acceptable. Pour la conservation des aliments, nous utilisons la notion de barrière des
emballages. Un emballage barrière empêche ou ralentit la perméabilité d’une composante
volatile ou gazeuse (exemple : barrière à l’oxygène, à l’humidité, aux arômes, etc.). Parmi la
multitude d’emballages existants sur le marché, seuls le métal et le verre offrent une barrière
absolue.

Exemples : L’emballage du pain doit permettre de garder l’humidité du produit à l’intérieur;


celui des croustilles doit exclure l’humidité, l’oxygène et la lumière. L’emballage pour le café
doit garder les huiles essentielles à l’intérieur, l’oxygène et l’humidité à l’extérieur.

Guide de l’emballage alimentaire 13


L’emballage joue un rôle particulièrement important dans deux procédés de conservation : le
traitement thermique et l’emballage sous atmosphère modifiée des aliments.

Produit et emballage avec traitement thermique


Le processus thermique, couramment utilisé, diminue de manière considérable
les micro-organismes afin d’augmenter la durée de vie du produit. L’emballage
s’exposera à la température du produit chaud ou à la combinaison
produit/emballage chauffé par différents procédés afin de rendre le produit
pasteurisé ou stérile.

Exemples : aliments pour enfants en bas âge, soupe en boîte de conserve, etc.

Emballage sous atmosphère modifiée (MAP) ou protectrice


L’emballage sous atmosphère modifiée ou sous vide (MAP) permet d’évacuer l’air de
l’emballage pour favoriser la conservation des aliments. Cependant, la viande a tendance à
grisailler en l’absence d’oxygène. Pour remédier à ce problème, nous injectons un mélange en
proportions différentes de gaz inertes en fonction de l’aliment à conserver. Les gaz utilisés sont
l’azote, le dioxyde de carbone et l’oxygène. Chacun de ces gaz joue un rôle particulier en
rendant l’emballage plus efficace.

Les bénéfices de l’emballage sous atmosphère modifiée (MAP) :

l Réduire le rythme de respiration des aliments;

l Réduire la sensibilité à l’éthylène;

l Rallonger la vie du produit en entrepôt.

Ce mode de conditionnement gagne en popularité et


concerne désormais les sandwichs comme les plats cuisinés
ou les fruits secs.

Par ailleurs, l’hygiène constitue aussi un élément primordial pour les aliments qui sont
emballés au moment de l’achat, par exemple chez le boucher ou le boulanger. Des
emballages propres et pratiques offrent dans ce cas la meilleure garantie contre toute forme
de contamination. À la maison, l’emballage joue un rôle clé sur le plan de l’hygiène des
produits alimentaires. On remarque que beaucoup d’emballages sont facilement refermables
après ouverture, par exemple. Le produit peut alors facilement être conservé dans une
armoire, ce qui évite tout risque de contamination potentielle.

14 Guide
Guidede
del’emballage
l’emballagealimentaire
alimentaire
2) Les emballages et les aliments

a) Emballage en verre et en métal


Les emballages en verre et en métal figuraient
auparavant parmi ceux qui étaient les plus
utilisés dans l’industrie alimentaire, mais ils
coûtent chers et sont plus lourds à transporter.
Les papiers cartons et plastiques ont pris
beaucoup de place dans nos emballages, car ils
sont plus flexibles et plus légers.

Dès leur conception, les emballages en verre sont prévus pour résister à l’écrasement vertical, aux
chocs sur les lignes de conditionnement (physique ou thermique), au transport, ainsi qu’à la
pression interne à l’intérieur du contenant. De plus, ces emballages sont recyclables à l’infini.

Les emballages en verre et en métal sont souvent utilisés pour les boissons. On retrouve
généralement le verre pour les boissons alcooliques, comme le vin par exemple.

b) Emballage en aluminium
L’aluminium est extrêmement fonctionnel en tant que matière d’emballage alimentaire, car il
tolère des températures extrêmes. Par conséquent, il convient bien aux aliments qui ont
besoin d’être surgelés, grillés, cuits ou simplement conservés au frais. Certains récipients sont
suffisamment robustes pour contenir des quantités importantes d’aliments, tout en conservant
la légèreté qui caractérise l’aluminium. L’inconvénient le plus
important des emballages alimentaires en métal et
aluminium est leur incompatibilité avec le réchauffement par
micro-ondes.

Tout comme l’acier et le verre, l’aluminium présente un


caractère indéfiniment et entièrement recyclable, sans
altération de ses propriétés intrinsèques. Sa valorisation
permet de limiter la consommation énergétique.

L’aluminium est principalement utilisé comme emballage de


boissons sucrées comme les sodas, les boissons énergétiques ou
encore les sirops.

Guide de l’emballage alimentaire 15


c) Emballage papier/carton
Cet emballage est un dérivé de l’industrie du bois. Les fibres de cellulose
sont recyclables jusqu’à sept fois, ce qui rend ce produit intéressant
au point de vue environnemental mais également au plan des coûts.
Dans l’industrie alimentaire, nous utilisons habituellement une pâte
à sulfate blanchie hautement collée (communément appelée SBS ou
le food board). Généralement, un matériau mesurant moins de 300
micromètres d’épaisseur est appelé papier, alors qu’un matériau
qui mesure plus de 300 micromètres est appelé carton. L’unité de
mesure est la masse par unité de surface (lb/1 000pi2).

Les cartons sont sensibles à l’humidité et changent de


propriétés physiques en fonction de
l’environnement externe. Il est à noter que les emballages en carton
destinés à la réfrigération sont souvent cirés, ce qui les rend non
recyclables au Canada. Notre industrie utilise essentiellement le carton
pour des boîtes pliantes (tubes, plateaux, paniers, etc. au secteur
biscuits), des contenants de liquide (Tétra Brik, Gable Top, etc. au
secteur laitier) ou des boîtes ondulées pour la manutention et le transport
(tous les secteurs).

Voici les principaux sigles de recyclabilité que l’on peut retrouver sur ces emballages.

Exemples : On retrouve le papier dans les emballages consacrés aux fromages, beurres,
biscuits, charcuteries, etc. Les cartons ondulés sont plus couramment utilisés pour les fruits et
légumes, tandis que les cartons plats vont trouver leur utilisation la plus fréquente dans
l’emballage de céréales, de biscuits, de nourriture congelée, etc.

d) Emballage en plastique

Pour les plastiques, ce sont des polymères souvent dérivés du pétrole et leur prix varie
énormément avec ce dernier. La plupart des plastiques utilisés en emballage sont des
thermoplastiques commerciaux. Parmi les matériaux utilisés pour l’emballage alimentaire,
nous retrouvons : le polyéthylène, le polypropylène, le polystyrène, le polyamide chlorure de
polyvinyle, l’acétate de polyvinyle et le polyéthylène téréphtalate. Chaque plastique a ses
propriétés et caractéristiques de perméabilité aux gaz et à l’humidité. Chaque matériau a un
symbole utilisé communément dans l’industrie (PP, PETE, PVC, CPET, etc.). L’industrie du
plastique a développé un sigle de recyclage avec un numéro pour les six plastiques les plus
utilisés.

16 Guide de l’emballage alimentaire


Il est cependant important de préciser que les catégories 6 et
7 ne sont pas recyclables au Canada. Nous voyons de plus en
plus d’emballages plastiques multicouches qui procurent plus
de barrières aux aliments et permettent parfois plus de
fonctionnalité. Ces produits ne sont actuellement pas
recyclables dans la plupart des cas, surtout ceux qui présentent
des mélanges avec des matériaux comme le papier ou
l’aluminium.

Le tableau ci-dessous offre un bon résumé des différents


plastiques et de leurs utilisations les plus fréquentes dans
l’industrie alimentaire. Le tableau 3 donne un aperçu des
propriétés les plus importantes des plastiques utilisés dans
l’industrie alimentaire.

Tableau 2 - Nomenclature et champ d’application des plastiques

Nomenclature et champ d’application des plastiques

Polyéthylène téréphtalate (PETE) : Souvent utilisé pour les bouteilles de


boisson gazeuse, d’huile de cuisine, etc. En film, il est surtout utilisé pour
ses propriétés de scellage à n’importe quel autre matériau d’emballage,
et comme film moulant. C’est actuellement le plastique le plus recyclé.
Pour les micro-ondes et les fours, l’industrie utilise le PET qui résiste à
des températures plus élevées.

Polyéthylène haute densité : Souvent utilisé pour les bouteilles de


détergent, jus de fruits, contenants pour congélation, chaudières, barils
et bouchons. Il représente 50 % du marché des bouteilles en plastique.
En film, il est souvent utilisé pour des doublures pour baril et boîtes en
industrie alimentaire. Coût bas et bonne barrière à l’oxygène.
Polychlorure de vinyle (PVC) : C’est le 2e plastique le plus utilisé dans le
monde (20 % de l’ensemble des plastiques) après les polyéthylènes
(32 %). Utilisé pour des bouteilles et pots de miel, confiture et
mayonnaise avec une excellente transparence. En film, il est utilisé
aussi pour les manchons thermorétractables et sceaux de sécurité.
N. B. : Peut susciter la controverse à cause de sa teneur en chlore.
Polyéthylène basse densité : Généralement utilisé pour certains sacs ou
emballages plastiques (bouteilles comprimables, bouchons ou capsules).
En film, il est utilisé pour stabiliser les caisses ou palettes (étirable, ou
thermorétractable). Coût bas et barrière moyenne à l’oxygène.
Polypropylène (PP): Utilisé pour certaines tasses pour enfants, gourdes
souples réutilisables pour sportifs, récipients alimentaires réutilisables,
pots de yogourt, de lait et de margarine. Il est surtout le plus utilisé pour le
remplissage à chaud et les couvercles. Coût bas et barrière à l’humidité.
Polystyrène (PS) : Utilisé principalement pour les gobelets et contenants
thermoformés ou par injection. En alimentaire, surtout présent dans les
barquettes et contenants en styromousse pour les produits frais et
emballage de protection. Le PS expansé est surtout utilisé comme
support pour rouleau d’étiquettes. Ne jamais chauffer les aliments dans
des récipients en polystyrène (peut représenter des risques pour la santé).
Autres plastiques, comme le Polycarbonate : Utilisé pour les biberons et
certaines tasses pour bébé en polycarbonate translucide et rigide, tout
comme les bonbonnes d’eau de 20 litres et certaines de 3,5 litres.

Guide de l’emballage alimentaire 17


B

P 1.05
P E P M M M 0.91
M 1.33

G = Good E = Excellent

Tableau 3 - Propriétés générales des emballages en plastique

Propriétés Barrières
Plastique Clarté Eau Oxygène CO2 Rigidité Impact Densité
PS E M F F E F 1,05
PP F E F M M M 0,91
PETE E B E B B M 1,33
HDPE F E F M M B 0,96
LDPE F E F F F B 0,92

F = Faible M = Moyen B = Bon E = Excellent

N. B. : Il est important de noter que l’épaisseur du matériau influence sa fonction barrière.

e) Les emballages composites et multicouches

Ce sont des emballages qui permettent de combiner les


avantages de différents matériaux. En raison de la diversité
des avantages et inconvénients propres à chaque emballage,
on va chercher à conjuguer les propriétés complémentaires
de chaque matériau afin de concevoir un emballage efficace.
Par exemple, en utilisant du carton, on se sert d’une ressource
renouvelable, mais le manque d’étanchéité pose problème.
On va donc associer au carton du plastique qui, lui, possède
des propriétés d’étanchéité intéressantes.

Les développeurs de Tetra Pak ont été parmi les premiers à


créer des emballages composites en combinant le carton, le
plastique et d’autres matériaux pour leurs fameuses briques
de boisson.

f) Distribution des emballages en statistiques


On constate une nette progression des emballages plastiques qui semblent s’annoncer comme
étant une tendance dominante et, parallèlement, on note une diminution des emballages
métalliques ou en verre. Cette progression s’explique principalement par la qualité des propriétés
barrières qu’offrent les plastiques, mais
aussi pour leur caractère économique. Tableau 4 - Le portrait des emballages

Matériau Dans le monde Au Québec


Pour plus de statistiques,
Papier et carton 36 % 41 %
consultez l’annexe 3.
Plastique 35 % 26 %
Verre 19 % 23 %
Métal 10 % 10 %

18 Guide
Guidede
del’emballage
l’emballagealimentaire
alimentaire
Worldwide In Quebec
P 36% 41%
IV- L’emballage et le développement durable
1) Nouveau paradigme : le développement durable
Le concept de développement durable a pris son essor en
1987 grâce au rapport Brundtland Notre avenir à tous, de
la Commission mondiale sur l’environnement et le
développement. Le rapport Brundtland définit le
développement durable comme « le développement
qui répond aux besoins du présent sans compromettre
la capacité des générations futures de répondre aux
leurs ».

Le Sommet mondial pour le développement durable, tenu


par l’ONU12 en 2002, a proposé l’adoption d’un plan de travail sur 10 ans visant à changer les
modèles de consommation et de production non durables. Nous sommes en train de vivre un
changement de paradigme : nous sommes passés d’une consommation jetable à une
consommation durable. L’emballage n’échappe pas à cette logique.

Le développement durable est la résultante d’un équilibre entre les besoins économiques,
sociétaux et environnementaux, comme le représente
la figure ci-dessous.

Des exemples concrets d’implication du secteur Développement


durable
alimentaire ont été rapportés dans les médias tels que Durabilité
Liberté, Agropur et d’autres compagnies. La notion de Environnement
développement durable fait actuellement partie
intégrante des modèles d’affaires des entreprises du
futur et encore plus pour les industriels de Viabilité

l’emballage.

Pour mieux comprendre le développement durable, Économie Société


veuillez vous référer à l’annexe 4.a.

Précaution : Le développement durable a entraîné


une conscientisation sociale et environnementale. En
l’absence de réglementation claire, certains industriels
prétendent que leurs produits sont durables alors
Figure 2 Équité
que ce n’est pas nécessairement le cas.

Cadre de référence : L’ISO 26 000 a pour objectif de définir et de clarifier le concept de


responsabilité sociétale et de le rendre applicable à tous les types d’organisations (entreprises,
collectivités territoriales, associations, etc.) quelle que soit leur taille ou leur localisation.

____
12
Organisation des Nations Unies www.un.org

Guide de l’emballage alimentaire 19


2) Démarche : éco-conception

Distribution L’éco-conception13 est une conséquence directe et


Fabrication
concrète de la philosophie du développement
durable.
Utilisation
L’éco-conception est une démarche
du produit
Matières préventive qui se caractérise par la prise en
premières CONCEPTION compte de l’environnement lors de la phase
& énergies de conception ou d’amélioration d’un produit,
bien ou service. L’objectif de la démarche est
Valorisation d’améliorer la qualité écologique du produit,
Figure 3 du produit c’est-à-dire de réduire ses futurs impacts
usagé négatifs sur l’environnement tout au long de
son cycle de vie, tout en conservant sa qualité
d’usage. La démarche d’éco-conception, qui dépasse les
murs de l’entreprise, prend en compte trois facteurs :

1. Elle examine toutes les étapes du cycle de vie du produit, depuis l’extraction de la matière
première jusqu’à sa fin de vie : c’est une démarche multiétapes.

2. Elle examine tous les impacts du produit sur l’environnement (consommation, rejets et
impacts) : c’est une approche multicritères.

3. Elle examine tous les acteurs concernés par le produit (industriels, consommateurs,
collectivités). L’un des points importants est d’éviter que les efforts des uns soient annulés
par le comportement des autres : c’est une approche multiacteurs.

3) Analyse du cycle de vie

Pour répondre aux facteurs de l’éco-conception, la pensée « analyse de cycle de vie » du


produit correspond à la démarche multiétapes dans un contexte bien défini. L’Organisation
internationale de normalisation (ISO) définit l’analyse du cycle de vie (ACV), ou écobilan,
comme suit : « Compilation et évaluation des intrants et extrants, ainsi que des impacts
potentiels environnementaux d’un système de produits au cours de son cycle de vie » (ISO
14040:1997). Les modèles diffèrent sensiblement d’un continent à l’autre, cependant la logique
demeure la même.

____
13
Laboratoire national de métrologie et d’essais www.lne.fr

20 Guide de l’emballage alimentaire


Le cycle de vie d’un produit inclut :

l L’extraction et la transformation des matières premières;


l La fabrication; Fabrication
Assemblage
l L’emballage et la distribution; Acquisition des Emballage
ressources
l L’utilisation; Extraction
Transformation Distribution
l La fin de vie du produit; Entreposage
Manutention

impact
l Les coûts de transport à chaque étape. Transport

s
impacts

cts
Malgré la croissance de son utilisation depuis im
pa

plusieurs années, l’analyse de cycle de vie (ACV)


au Canada reste tributaire des méthodes

acts
d’évaluation des impacts du cycle de vie (EICV) im
pa

imp
cts
Utilisation
développées en Europe et aux États-Unis. Il n’existe Entretien
pas encore de consensus international sur les Réparation
Destion Réutilisation
modèles à utiliser pour ces catégories (régionales, en fin de vie
locales et globales). Collecte
Recyclage
Valorisation Figure 4
Note : Vous trouverez en annexe 4.e le modèle Enfouissement
Source : CIRAIG 14

d’ACV ISO et des précisions sur les normes


européennes. Une étude de cas illustrant concrètement l’analyse de cycle de vie d’un produit
alimentaire se trouve à l’annexe 4.f.

4) Définition de l’emballage durable Sustainable Packaging Coalition, GreenBlue


L’emballage fait partie de la plupart des produits
Du berceau à la tombe
alimentaires et devient souvent un déchet après la
JETABLE

consommation de ceux-ci, ce qui le met en avant-plan des


préoccupations du développement durable. Le
Sustainable Packaging Coalition (SPC) est une
coalition d’experts nord-américains qui se Approvisionner Utiliser Fabriquer Gaspiller

donne comme mission de recommander et de


communiquer une vision environnementale
positive et solide de l’emballage. Elle appuie
l’innovation, les matériaux et les systèmes fonctionnels Du berceau au berceau
d’emballage qui promeuvent la santé économique et
environnementale. Eau + Co2

La vision du SPC se traduit par le passage d’une


DURABLE

Compostage
consommation jetable à une consommation durable Matériau
des emballages. végétal

Réutilisation
Recyclage
Items usés
Fabricant

Produit
Source : Gespro packaging Figure 5

____
14
Le CIRAIG est un centre de recherche pour la promotion et le développement de l’AVC.

Guide de l’emballage alimentaire 21


Cette vision cadre parfaitement dans une logique d’éco-conception. Aux États-Unis, le SPC a déjà
défini la terminologie des emballages durables, qui semble assez proche des définitions de l’Union
européenne et vient faire le consensus sur notre continent. Selon le SPC, un emballage durable (éco-
responsable) :

l Est sain, sécuritaire et bénéfique pour l’individu et la communauté tout au long de


son cycle de vie;
l Satisfait les nouvelles exigences du marché sur les plans des coûts et de la performance;
l Est créé, fabriqué, transporté et recyclé à partir d’énergie renouvelable;
l Maximise l’utilisation de matériaux recyclables ou renouvelables;
l Est produit grâce à des technologies propres & BPM (bonnes pratiques manufacturières);
fait de matériaux sécuritaires pour différents scénarios de fin de vie;
l Est physiquement dessiné afin d’optimiser le matériau et l’énergie;
l Est récupérable et utilisé dans un cycle continu.

Ce qui nous permet de passer à un cycle de vie du « berceau au berceau » comparativement


à un cycle du « berceau à la tombe » tel qu’illustré à la figure de la page précédente.

5) Éléments clés de conception d’emballage plus durable

Les facteurs à prendre en compte lors de votre conception sont multiples et peuvent être
complexes. Pour simplifier votre démarche, vous pouvez opter pour une démarche préventive qui
vous aidera à améliorer votre emballage actuel. L’amélioration peut être guidée par les principes
des 4 R et le V, l’analyse des matières premières et l’énergie pour la production/valorisation
de l’emballage et une bonne logistique de distribution (transport).

a) Les 4 R et le V

L’éco-conception tient compte du processus complet de conception, de production et de


disposition du duo produit/emballage. Pour réduire les impacts et les coûts environnementaux
surtout notables lors de la gestion des matières résiduelles (d’emballage); l’amélioration d’un
système d’emballage doit tenir compte des 4R et le V définis par la figure ci-contre.

Meilleure
Réduire
Option environnementale

Faible
Figure 6

22 Guide de l’emballage alimentaire


l La réduction des matériaux et l’élimination du suremballage sont les bases et les
critères les plus importants à considérer. Ce principe peut être mis en application par
l’élimination de certains emballages non nécessaires, l’évitement des doubles
emballages, la concentration des produits pour réduire la taille des emballages,
l’amélioration des propriétés physiques afin de réduire les emballages protecteurs,
l’allégement du poids des matériaux d’emballage ou la conception de l’emballage en
fonction de son cycle de vie.

l La réutilisation des matériaux d’emballage dans un but identique ou similaire à


celui pour lequel ils ont été créés. Elle est souhaitée quand c’est possible (exemple : les
bouteilles de 18 litres d’eau, la bouteille de bière en verre).

l Le recyclage des matériaux leur donne une nouvelle vie et réduit le volume
d’enfouissement et le gaspillage des ressources naturelles (collecte sélective ou consigne). La
consigne pour les canettes et bouteilles de boisson gazeuse est un système qui permet de
récupérer une bonne partie des matériaux d’emballage (aluminium, plastique PET, surtout au
Canada) pour recyclage ou réutilisation. Les critères d’un recyclage efficace sont liés à deux
facteurs : le coût des ressources utilisées pour récupérer les matériaux doit être inférieur à la
valeur des matériaux récupérés; les matériaux récupérés sont réutilisables et ont un marché.
Certains matériaux d’emballage sont plus facilement recyclables, comme la fibre de bois, le
verre et l’aluminium.

l La récupération avant enfouissement est la recherche des parties d’un produit qui
peuvent être recyclées ou réutilisées.

l La valorisation vise à profiter des matériaux avant de les enfouir. En Europe, certains
pays (Suisse, Suède, Allemagne et France) utilisent l’incinération comme moyen de se
débarrasser des déchets et de récupérer l’énergie. Au Québec et au Canada, nous ne faisons
généralement pas usage de l’incinération comme moyen de développement de l’énergie.

La disposition ou l’enfouissement dans le sol est une pratique qui est à éviter quand cela
est possible à cause des effets écologiques néfastes et du manque de terrains disponibles. Le
compostage est aussi une option viable, mais qui nécessite des conditions précises.

Cette approche constitue clairement la base d’une démarche environnementale.

b) L’emballage et l’énergie

L’industrie de l’emballage utilise surtout de l’énergie pour transformer les emballages,


mais aussi pour les recycler. Chaque matériau a ses propres besoins énergétiques et bilans
écologiques. À titre d’exemple, nous dressons une petite comparaison pour trois
contenants (carton, plastique et verre). L’association allemande d’IFEU15 a démontré que
les gaz à effet de serre sont deux à trois fois plus importants selon le matériau utilisé.

____
15
Institut de recherche Heidelberg pour l’énergie et l’environnement www.ifeu.de

Guide de l’emballage alimentaire 23


Nous ne pouvons pas bannir certains emballages en raison de leur utilisation d’énergie, mais
il faut en tenir compte dans leur cycle de vie complet (extraction, production, transport et
recyclage, etc.).

La consommation d’énergie et l’efficacité énergétique peuvent influencer le choix de


l’emballage (bilans énergétiques différents).

L’industrie du recyclage s’est consi- Comparaison de CO2 émis en grammes par litre
dérablement développée ces 30
dernières années. Aujourd’hui, elle
constitue un marché mondial chiffré
en milliards de dollars et assure des
fonctions sociales et environne-
mentales. Cette industrie n’a pas
d’égale en ce qui concerne la Figure 7
conservation des ressources naturelles.
La création d’une seconde génération
de matières premières, c’est-à-dire
celles découlant du recyclage, a
permis de réaliser une réduction des dépenses d’énergie nécessaires pour la production de ces
matières comparativement aux matières premières primaires (non recyclées).

Le tableau suivant présente les principales matières recyclées et le gain d’énergie réalisé dans
le processus de recyclage par rapport à la production originale.16

Tableau 5 – Économie d’énergie De plus, produire du papier à travers le


processus de recyclage permet de réduire la
Matériau Économie d’énergie pollution de l’eau de 35 % et celle de l’air de
par récupération 74 %. Pendant ce temps, la production de
Métal 74 % métal à partir de déchets métalliques permet
de réduire la pollution de l’air de 86 %.
Aluminium 95 %
Cuivre 85 % Cette contribution à la protection de l’environ-
nement ne serait pas possible sans une
Plomb 65 % expansion massive de nouveaux procédés
Plastique 80 % sophistiqués, de machines et d’équipements
de pointe. Des acteurs de l’industrie du
Source : BIR www.bir.org recyclage investissent des milliards de dollars
chaque année dans l’achat de nouvelles
technologies, de même qu’en recherche et
Energy Savings développement.

74 %
A 95 %
C 85 %
L ____ 65 %
16
Bureau international du recyclage www.bir.org
P 80 %

24 Guide de l’emballage alimentaire


c) L’emballage et le transport/distribution

Si l’on regarde de près la question du transport, on peut optimiser celui-ci à travers deux outils.
Premièrement, la réduction du parcours de livraison permettant de réduire le temps passé
sur la route et, deuxièmement, par des emballages permettant de réduire le nombre de
véhicules de transport requis pour la livraison. Ainsi, nous réduisons les coûts de logistique et
de maintenance, de même que la consommation de carburant. Les facteurs qui améliorent
notre efficacité logistique sont :

l Réduire les volumes et les poids de nos emballages;


l Optimiser les dimensions de l’emballage d’expédition pour maintenir l’espace palette;
l Choisir les moyens de transport les plus écologiques;
l Mieux planifier les trajets de nos flottes de transport;
l Faire pression sur les fournisseurs pour qu’ils améliorent également leurs emballages.

Un produit, tout au long de son cycle de vie, parcourt une longue chaîne logistique avant
d’arriver chez le consommateur. À chaque étape, l’emballage doit offrir la protection adéquate
afin d’éviter toute dégradation ou tout dommage physique. Les facteurs auxquels l’emballage
et le produit doivent faire face sont : les variations de température, l’humidité et les chocs.
Si un produit est endommagé en raison d’un emballage défectueux, la perte économique et
écologique est considérable.

Lorsqu’un dommage est occasionné, les coûts correspondent habituellement à cinq fois le coût
de réparation ou de remplacement du chargement. Concernant les palettes de transport, elles
sont la cause d’environ 50 % de tous les dommages. Plus de la moitié des palettes ne sont
pas de la bonne taille, ce qui cause un débord involontaire. L’industrie utilise des palettes de
122 cm x 102 cm (40 po x 48 po) qui peuvent être empilées 2 par 2 pendant 30 jours à une
température de 32 °C et à une humidité relative de 80 %.

Guide de l’emballage alimentaire 25


6) Les bioplastiques et le développement durable
Le néologisme « bioplastique »17 ne correspond pas à une définition précise. Il regroupe sous un nom
général les plastiques issus de ressources renouvelables végétales ou animales et les plastiques
biodégradables qui peuvent être issus de ressources renouvelables ou d’origine fossile. Les
bioplastiques sont des plastiques issus de la polymérisation des biopolymères, en tout ou en partie.
Ces biopolymères sont souvent biodégradables ou du moins aptes à subir un processus de
décomposition. Ces biopolymères sont : soit issus de la pétrochimie (polymères de synthèse ou
associés à des composés naturels), soit totalement dérivés de ressources renouvelables. Les
biopolymères issus de matières premières renouvelables sont des polymères naturellement présents
dans les organismes vivants ou synthétisés par ces derniers à partir de ressources renouvelables. Ils
peuvent donc être naturels (extraits de végétaux traités), d’origine microbienne ou synthétisés par
des organismes vivants. Pour plus de détail sur ces matériaux au Québec, veuillez consulter le site de
l’association des plastiques du Québec au www.fepac.ca .
Biodégradable

Aire
d'innovation
du recyclage
d'emballage

Base fossile Base biologique

Non biodégradable
Figure 8

La figure ci-dessus représente les types de bioplastiques par rapport aux considérations de
recyclage.

L’engouement pour les plastiques biodégradables est certain. D’après l’European Bioplastics18,
le marché des biopolymères est en croissance, et les capacités de production mondiales
devraient passer d’environ 500 000 tonnes par an à environ 850 000 tonnes par an en 2010.

Quatre facteurs majeurs limitent le développement des bioplastiques :


l Le prix;
l L’absence de législation et d’incitatifs de la part des milieux politiques;
l La confusion et l’amalgame du consommateur entre les différents
bioplastiques offerts sur le marché;
l La contamination de la chaîne de recyclage.

____
17
Nina QUELENIS CRCI ARIST www.champagne-ardenne.cci.fr
18
European Bioplastics www.european-bioplastics.org

26 Guide de l’emballage alimentaire


La question est alors de savoir quel matériau favoriser dans la production des emballages
alimentaires et de quelle façon combiner les différents facteurs de l’emballage.

La « biodégradabilité » des bioplastiques dépend de la structure chimique du Biodégrada


%

0
matériau et de la constitution du produit final, et non pas seulement des

ble
10
matières premières utilisées dans sa conception.
BIOPLAST
Selon la norme de l’ASTM D-5488-84d nord-américaine, un matériau est

10

e
bl
considéré comme biodégradable s’il est capable de se décomposer en %
Bio d e grada

0
dioxyde de carbone, en méthane, en eau, en minéraux ou en biomasse, dans
laquelle le mécanisme de dégradation prédominant est l’action enzymatique de
micro-organismes, qui peut être mesuré par les tests standardisés, sur une période
de temps spécifiée. En Europe, la norme EN13432 s’applique plus particulièrement aux
matériaux d’emballage et aux tests à mettre en œuvre pour évaluer leur transformation sous
forme de compost.

Au Canada, les emballages biodégradables ne sont pas officiellement établis suivant une
norme spécifique. De plus, les infrastructures pour traiter le bioplastique n’existent pas et
la prudence est de rigueur avant de prendre une décision.

Cas réel : Réglementation des sacs compostables

Les sacs compostables, dégradables ou oxobiodégradables possèdent


des propriétés différentes. Pour éviter toute confusion entre les
dénominations, les sacs de plastique peuvent maintenant être
reconnus grâce à la nouvelle certification délivrée par le BNQ
(Bureau de normalisation du Québec) avec pour logo la figure ci-
contre.

C’est un élément majeur à prendre en considération, surtout lorsqu’on sait qu’au Québec,
chaque année, le nombre de sacs d’emplettes distribués se situe entre 1,4 et 2,7 milliards. Par
ailleurs, 6 700 tonnes de sacs plastiques sont récupérées alors qu’environ 42 000 tonnes sont
envoyées à l’élimination, ce qui nous amène à un taux de récupération de 14 %.

7) Conclusion

L’emballage durable est un processus d’amélioration continue et mesurable en termes


de réduction d’impacts environnementaux, sociaux et économiques qui permet de
remplacer un emballage obsolète dans un contexte de développement durable.

Guide de l’emballage alimentaire 27


V- L’emballage et la technologie
Le temps où les emballages ne jouaient qu’un rôle de barrière inerte et imperméable entre l’aliment et
l’environnement extérieur est révolu. À l’heure actuelle, on exige de l’emballage d’augmenter la durée
de vie du produit et de garder sa qualité. L’emballage doit aussi communiquer des informations au
consommateur, lui rendre service, et ce, tout en préservant les qualités organoleptiques et nutritionnelles
du produit. Ces exigences ont propulsé l’emballage dans des sphères technologiques avancées et nous
percevons surtout l’influence de la nanotechnologie sur les propriétés des emballages.

La nanotechnologie19
« La nanotechnologie correspond à l’exploration de la matière et du développement
technologique à l’échelle moléculaire atomique. » Les nanosciences et les
nanotechnologies se situent au croisement de plusieurs disciplines scientifiques
comme l’électronique, la mécanique, la chimie, l’optique, la biologie qui manipulent
des objets d’une taille de l’ordre du nanomètre.

Concernant les secteurs d’emballage et agroalimentaire, les efforts de recherche ont abouti sur :
l Une large focalisation sur l’emballage et la détection d’éléments pathogènes;
l L’emphase sur les produits finis (post-récolte et consommation);
l L’accès mis sur les bénéfices nutritionnels plutôt qu’environnementaux;
La plupart des applications commerciales sont envisageables dans les 5 à 15 années à venir.

Note : Vous trouverez en annexe 4.g un tableau résumant quelques


applications de la nanotechnologie dans l’alimentaire.

Cette étiquette permet un contrôle de l’authenticité du produit par


une coloration différente si l’emballage du produit est froid ou non, ou
tout simplement si le produit a été conservé à la bonne température.
Cet emballage correspond à une utilisation combinée de la
nanotechnologie et de la métallisation.

Les bénéfices de la nanotechnologie en emballage se résument surtout par l’amélioration des


propriétés barrières des matériaux et l’augmentation de leur performance, et la communication
de l’information utile à différents intervenants. L’amélioration des propriétés et performance des
matériaux les rend un peu plus chers, mais elle diminue souvent l’épaisseur de ceux-ci (moins
d’impact environnemental et plus longue durée de vie de l’aliment). À l’heure actuelle, la
traçabilité des produits alimentaires constitue une bonne partie des applications de la
nanotechnologie. Elle rejoint directement les nouvelles attentes du consommateur en termes de
sécurité alimentaire, car elle permet de connaître chacune des étapes de transformation et de
transport du produit depuis son lieu de fabrication jusqu’à son point de vente final.

Au milieu de l’année 2008, les travaux d’élaboration de normes liées à la nanotechnologie


englobaient une cinquantaine de projets. Ces divers projets devraient constituer la base des
normes internationales qui seront utilisées pour la commercialisation des produits et
appliquées dans le système réglementaire du Canada.

____
19
Kuzma J. (dir.) (2005) The Nanotechnology-Biology Interface: Exploring Models for Oversight.

28 Guide de l’emballage alimentaire


VI- Les emballages émergents
Les besoins de nouvelles fonctions pour mieux valoriser les aliments et
informer les consommateurs ont donné naissance aux emballages actifs,
intelligents et novateurs. Dans cette section, nous traiterons brièvement
de ces différents types d’emballage.

1) Emballages actifs

Les progrès technologiques ont permis le développement d’emballages actifs qui entrent en
interaction avec l’aliment ou s’adaptent à son environnement pour préserver, le plus
longtemps possible et de façon optimale, ses qualités organoleptiques et nutritionnelles.

La composition de l’emballage empêche la formation de gaz et peut libérer des agents


conservateurs ou antioxydants de façon à ce que l’aliment conserve sa fraîcheur, maintienne
sa qualité et ne soit pas endommagé.

Les objectifs sont :


l Augmenter la vie de tablette;
l Faciliter la distribution;
l Fournir au consommateur un produit simple d’utilisation et lui permettant de
sauver du temps.

Le développement de l’emballage actif passe par des actions d’ordre technologiques,


physiques, chimiques et biologiques.

Dans la gamme des emballages actifs, nous pouvons distinguer deux catégories :
l Les absorbeurs
Ces emballages ont pour objectif de retirer les éléments
indésirables qui viendraient nuire à la qualité du produit
contenu. On peut y retrouver des absorbeurs d’oxygène, des
produits de dégradation et des régulateurs d’humidité. La
photo ci-contre illustre un emballage actif. Cet emballage
contient un absorbeur qui vient modifier l’atmosphère de
conditionnement du produit afin d’assurer une meilleure
conservation de ce dernier. Cet absorbeur va ralentir les
risques d’oxydation qui sont souvent les principales causes
de dégradation d’un aliment, notamment les viandes.

l Les « relargueurs » d’additifs


Cette catégorie permet d’ajouter, d’introduire des éléments bénéfiques à l’ensemble clos
comme, par exemple, des émetteurs d’éthanol, de gaz carbonique, d’agent de conservation,
d’arôme, etc.

Guide de l’emballage alimentaire 29


2) Emballages intelligents

Les emballages intelligents, quant à eux, surveillent et contrôlent l’évolution des conditions
dans lesquelles un produit alimentaire a été emballé. Ils fournissent également des
informations complémentaires sur la qualité du produit pendant toutes les étapes de transport
et de stockage précédant sa consommation. Ils déploient un dispositif d’informations qui
explique clairement au consommateur les caractéristiques du produit. Les emballages
intelligents sont bien entendus « actifs » et permettent à l’utilisateur final de surveiller les
denrées alimentaires, de connaître objectivement la qualité du produit et améliorer ainsi sa
propre sécurité alimentaire. Les limitations d’usage des emballages intelligents sont leur coût,
les législations en vigueur et les réticences du consommateur (les radio-étiquettes pourraient
nuire à sa vie privée).

Parmi les types d’applications, nous notons les suivantes :

l Indicateurs chromatiques : La couleur de l’indicateur change irréversiblement lorsque la


température d’un surgelé est excessive ou, mieux, si l’aliment a atteint son couple
temps/température;
l Détecteurs actifs : Des emballages transparents qui vont s’obscurcir si l’excès de lumière
peut nuire à la conservation de l’aliment dans le temps;
l Étiquette à identification par radiofréquence (RFID): aussi appelée traçabilité
ou passage à la caisse sans vider le chariot.

Exemples: L’étiquette se colore lorsqu’un produit n’est plus consommable.


Cette technologie utilise la microbiologie, pour simuler la fraîcheur de
l’aliment lorsque la date limite de consommation est dépassée ou que le
produit a subi un cumul de ruptures de la chaîne du froid. Si la fleur est verte,
le produit est frais; si elle est rouge, le produit ne l’est plus.

Cas important : identification par radiofréquence (RFID)

Les technologies RFID (Radio Frequency Identification) sont des techniques


d’identification par radiofréquence20 utilisées surtout comme moyen de traçabilité.
Elles permettent, grâce à des étiquettes intelligentes ou « smart tags », d’identifier
un produit de manière unique et d’y associer un ensemble d’informations qui le
suivront et évolueront avec lui tout au long de son cycle de vie. Grâce à leurs
nombreux atouts, les étiquettes RFID sont amenées progressivement à remplacer
les systèmes de traçabilité actuels, et peuvent également s’inscrire en complément de ceux-ci. La
technologie RFID a pour objectif d’optimiser les systèmes d’acquisition de données tout en
s’adaptant au système d’information existant.

Concernant les applications dans l’industrie alimentaire, on peut noter que le RFID permet
d’assurer un respect des normes de traçabilité, de produire un suivi des contenants de
stérilisation et d’optimiser ainsi la chaîne de distribution du produit.

Parmi les ressources locales, nous citons le groupe de recherche interuniversitaire situé à
l’université Laval. Le CIRRELT se consacre à la logistique et à la gestion potentielle du RFID.

____
20
GS1 : www.gs1ca.org (les normes de traçabilité)

30 Guide de l’emballage alimentaire


3) Emballages novateurs

Les modes de vie, la démographie et la société sont en constante évolution. Nos consommateurs
cherchent de plus en plus de fonctions différentes à leurs produits pour satisfaire ces nouvelles
conditions. Parmi ces fonctions, nous notons surtout la praticité, la facilité/rapidité d’utilisation, la
mode ou le design, et le plaisir d’avoir un produit à notre image et à notre goût.

L’innovation en emballage a propulsé des produits et a permis entre autres de :


l Promouvoir le produit par son emballage pour inciter les clients à l’acheter;
l Faciliter l’usage du produit, car l’emballage doit rendre service. La boîte a un bec
verseur, le bouchon devient doseur, le bidon offre une poignée, la barquette
passe au four micro-ondes et devient une assiette… C’est l’emballage évolutif.
l L’emballage doit garantir l’inviolabilité avant achat (tamper evidence en anglais)
pour éviter les fraudes, afin d’interdire à quiconque d’introduire une substance
étrangère dans le produit ou pour empêcher le consommateur de le goûter ou
de le sentir.
l Les emballages « Retail Ready » sont en pleine progression et remplacent les
bouchers en épicerie.

Les emballages comestibles sont efficaces pour conserver les


aliments contenant beaucoup d’acides gras polysaturés susceptibles de
s’oxyder, comme les viandes, par exemple. Le résultat est donc une
prolongation de la durée de vie des aliments et la protection de
l’environnement, car l’emballage n’est pas un déchet. Les emballages
comestibles offrent de bonnes perspectives dans la mesure où ils sont
consommables en même temps que les aliments qu’ils protègent. De
façon plus courante, les films et enrobages comestibles sont très
souvent utilisés pour améliorer l’apparence et la conservation des
produits alimentaires.

Les exemples les plus courants sont sûrement le pelliculage des fruits avec des cires
naturelles, les enrobages de chocolat sur les produits de confiserie ou de pâtisserie, ou encore
l’enrobage de viande avec du gras.

Guide de l’emballage alimentaire 31


VII- Tendances et défis
Les tendances et les défis sont nombreux pour le futur de l’emballage alimentaire, surtout
dans un contexte de développement durable et de sécurité de nos aliments. Il est encore
possible de se positionner stratégiquement pour mieux se différencier dans un marché très
compétitif. Parmi les tendances lourdes nous citons :
l L’éco-conception est une réalité au Canada avec Rona, Liberté et d’autres leaders du marché.
D’après l’EPA21 (É.-U.), 70 % de l’impact environnemental se détermine à la phase du design. Le créateur
doit conceptualiser le design de l’emballage à des fins de réutilisation, de recyclage ou de compostage.
l Si les matériaux d’emballage recyclés dans l’emballage ne faisaient pas recette jusqu’à présent
dans l’alimentaire, bien qu’autorisés à certaines conditions, il semble que le développement durable va
propulser ces matériaux plus vite que ne l’envisageaient les industriels.
l Le marché de l’emballage bioplastique est en forte croissance, surtout en Europe. Certaines études
(pas encore validées) tendent à démontrer que les bioplastiques ont un potentiel d’augmentation de 10 % à
20 % du marché actuel des plastiques conventionnels issus de la pétrochimie.
l Un sondage réalisé par le magazine Canadian Packaging nous démontre clairement l’écart
important entre les intentions « vertes » des industriels et leur plan d’action.
l Le « Greenwashing », ou les fausses déclarations d’emballage recyclable ou vert, est très présent
actuellement dans l’industrie de l’emballage. Il faut être très vigilant et exiger des preuves validées par des tierces
parties. Cependant, une réglementation nord-américaine sera la bienvenue pour aider les consommateurs
d’emballage à faire leurs choix. Entre-temps, l’écolabel (logo sur l’emballage pour une certification écologique)
est en croissance en Europe et pourrait avoir un effet boule de neige sur notre continent.
l Les consommateurs feront leurs choix en fonction de leurs valeurs écologiques (plusieurs
sondages dans le monde et au Canada confirment la tendance, et l’importance, de ce facteur).
l Les facteurs démographiques et les modes de vie poussent les industriels vers des emballages
individualisés, mais ceci génère plus d’emballages, ce qui est en contradiction avec le principe de
réduction du développement durable.
l La nanotechnologie sera de plus en plus au service de l’industrie de l’emballage, surtout pour
préserver les aliments des risques de contamination ou de détérioration pour de plus longues durées. Elle
contribuera aussi à réduire les emballages en améliorant leurs propriétés. Ce marché croît à une vitesse
importante avec de nouvelles applications intéressantes. Cependant, le manque de réglementation peut nuire
au futur de cette industrie si les produits ont des impacts négatifs pour les humains ou l’écologie.
l Une croissance annuelle de 6,9 % pour les emballages actifs et intelligents a été notée en
Europe. Les propriétés des matériaux d’emballage évoluent constamment pour répondre à des besoins
de marketing et de technique. La croissance du marché du RFID est exponentielle par rapport à la
dernière décennie, surtout en ce qui concerne la traçabilité.
l La qualité des emballages et les risques de contamination seront réduits par l’application de
certaines normes et par le contrôle de qualité exigé par les transformateurs (PAC Secure, etc.).

Ces tendances sont réelles et constituent un défi de taille pour l’ensemble des industriels.
L’entreprise a désormais une responsabilité sociétale et doit agir en fonction des valeurs dont
elle fait la promotion. Toutefois, en l’absence de réglementation claire, d’infrastructures pour
supporter les nouvelles technologies et de contextualisation des solutions, nous risquons de
prendre des initiatives individuelles trop risquées pour l’avenir. D’où la nécessité du travail de
l’ensemble des joueurs de l’industrie, du CCME et des instances locales concernées pour
favoriser et encadrer le développement d’un emballage performant dans un contexte durable
et sécuritaire.

____
21
Agence de protection environnementale américaine www.epa.gov

32 Guide de l’emballage alimentaire


Sommaire des annexes
Annexe 1 : Brief d’emballage

Annexe 2 : Cadre légal


a) Gestion des matières résiduelles
b) Conseil canadien des ministres de l’Environnement
c) Compléments Éco Entreprises Québec

Annexe 3 : L’évolution des emballages alimentaires


a) Consommation de contenants par type et volume de l’emballage
en fonction de l’industrie
b) Croissance des emballages actifs et intelligents
c) Marché des bioplastiques

Annexe 4 : Le développement durable


a) Les principaux objectifs du développement durable
b) Les différentes étapes du cycle de vie d’un emballage
c) Les forces et faiblesses de l’analyse du cycle de vie d’un emballage
d) L’écolabel
e) Analyse du cycle de vie (ISO) et normes européennes
f) ACV emballage : le cas de Stonyfield Farm
g) Nanotechnologie : applications et impacts
h) Sondage sur l’emballage durable au Canada
i) Classification des matériaux selon leur potentiel d’emballage durable

Guide de l’emballage alimentaire 33


Annexe 1
Brief d’emballage

Exemple des éléments à inclure dans un brief d’emballage


1 Analyse de la situation • Tendance dans la catégorie
• Analyse et positionnement de la concurrence
• Stratégie du produit
2 Analyse des conditionnements • Évaluation des opportunités – innovations
disponibles • Ergonomie (facilité d’utilisation pour le
consommateur)
• Coûts vs quantités
• Impact au plan de la production
• Détermination du ou des formats
3 Objectifs • Positionnement du produit
• Éléments de différenciation à communiquer
• Objectifs de différenciation vs la concurrence
4 Consommateur • Définition du consommateur-cible
• Information sur le comportement et l’attitude
du consommateur
• Principales motivations et freins

5 Le produit et la marque • Attributs du produit (tangibles, émotionnels)


• Personnalité de la marque
• Principal bénéfice
• Stratégie de prix vs la concurrence
6 Réseau de distribution visé

7 Rédaction des principaux éléments de communication et priorisation


des informations à communiquer
8 Considérations d’exécution • Législation (allégations, tableau nutritionnel,
code à barres, informations règlementaires)
• Comment le produit sera-t-il marchandisé
• Visuel des concurrents (afin de pouvoir comparer
avec notre nouvel emballage)
• Considérations techniques : procédé d’impression,
délais, quantités minimums, matériaux
d’emballage, etc.

9 Finalement, une fois le concept développé, il est essentiel d’évaluer


son impact en magasin.

34 Guide de l’emballage alimentaire


Annexe 2
Cadre légal
a - En gestion des matières résiduelles, chaque province a déjà établi son cadre
légal, voici le sommaire des provinces sur l’activité de recyclage (fin 2007) :

Ministère provincial
de l’Environnement Statut sur les instruments légaux

Alberta Acte sur la protection et le renchérissement


de l’environnement.
Colombie- Britannique Réguler le recyclage; clause concernant les producteurs
pour qu’ils démontrent qu’ils sont en train d’éliminer
ou de réduire les impacts environnementaux de leurs
produits à travers leur cycle de vie.

Nouveau-Brunswick Toute régulation constatée sera considérée comme une


cible pour la réutilisation, aussi bien que les cibles pour
le recyclage des produits récupérés par la voie des 3R.

Nouvelle-Écosse Les sections 96 et 101 de l’Acte environnemental ont,


de façon révélatrice, établi le contenu recyclé.

Saskatchewan Discussion limitée sur le contenu recyclé avec les


membres des organisations lucratives en ce qui
concerne le Programme de recyclage multimatériaux de
la province et sa solide stratégie en gestion des déchets.

Yukon La section 106 de l’Acte environnemental permet au


ministre de l’Environnement d’« établir ou d’adopter
des programmes pour fournir l’information relative aux
produits et à l’emballage » qui permettrait aux
consommateurs d’identifier les produits ou emballages
qui ont le moins d’impact sur l’environnement.
La section 110 permet également aux règlementations
ministérielles de bannir l’utilisation d’emballages dans
certaines circonstances.

Terre-Neuve-et-Labrador La stratégie de gestion des déchets de cette province


(2002) focalise principalement sur la réduction de cibles
spécifiques de déchets pour la province comme un tout
à travers les efforts de recyclage et les autres mesures.

Source : Canadian Packaging, septembre 2008

Guide de l’emballage alimentaire 35


b - Le Conseil canadien des ministre de l’Environnement (CCME) est conscient des
défis du développement durable et de son rôle dans ce virage. Parmi ses priorités
futures, l’emballage en relation avec l’analyse du cycle de vie et les impacts
environnementaux sont clairement statués :

Priorités Objectifs Résultat Initiatives du CCME


nationales du CCME désiré à l’appui des résultats
communes

Éthique de la Tous les La responsabilité des Élaborer un plan d’action


conservation/ Canadiens et producteurs s’étend à national sur la REP,
comportement tous les l’ensemble du cycle de incluant des consultations
responsable secteurs vie des produits. avec les intervenants, le
d’activités développement d’outils
prennent leurs de suivi et d’évaluation,
responsabilités des rapports d’étape sur
à l’égard de l’application des principes
l’environ- de REP par les
nement. gouvernements et
l’administration du GT.
Les producteurs sont Élaborer une stratégie
responsables de réduire pancanadienne des
l’impact net des emballages écologiques,
emballages sur incluant des consultations
l’environnement, ce qui avec les intervenants et le
passe par une réduction, développement d’outils
une réutilisation, une pour les gouvernements.
recyclabilité et un contenu
recyclé accrus.
Le gouvernement et les Échanger de l’information
organismes affiliés se sur l’approvisionnement
servent efficacement de écologique au sein du
leur pouvoir d’achat dans gouvernement, incluant
un effort coordonné pour un examen des bonnes
inciter les producteurs à pratiques à l’échelle
adopter des principes internationale.
d’éco-conception.

Source : CCME

c - Compléments Éco Entreprises Québec (ÉEQ)


Mission et valeurs

ÉEQ a pour mission de représenter les entreprises assujetties dans leur responsabilité de
financer leur part des coûts nets des services municipaux de collecte sélective efficaces et
performants dans une perspective de développement durable.

Pour y arriver, ÉEQ doit également établir une tarification équitable pour en assurer le
financement.

Finalement, ÉEQ, en partenariat avec les municipalités et RECYC-QUÉBEC, favorise


l’augmentation des quantités récupérées aux meilleurs coûts nets possible, en privilégiant la
collecte sélective.

36 Guide de l’emballage alimentaire


d - Grille tarifaire 2007 d’ÉEQ

Voici un aperçu des données officielles d’ÉEQ :

Données ÉEQ 2005 2006 Matières Tarif 2007/Tonnes

Tonnes déclarées 583 869 523 275 Plastique 135,50 $


(tonnes) Imprimés 92,42 $
Contributions 27,9 M $ 33,4 M $ Papiers et cartons 70,50 $
industriels Verre 37,23 $
Nombre de 2 184 (+98) 2 203 (+100) Métal 81,58 $
déclarants Aluminium 62,03 $

2005
Taux de récupération des 2006
différents produits
T en fonction de leur
583,869usage (tonnes et %)
523,275
( Journaux et magazines 66% $135.50
Circulaires et
autres imprimés
$27.9 M $33.4 M P $92.42
59%
M Contenants multicouches P $70.50
et Tetra Pak 50 %
2,184 (+98) 2,203 (+100) G $37.23
Emballages - Papier/carton 48%
D M $81.58
Bouteilles boisson - Verre 73%
A $62.03
Contenants alimentaires - Verre 47%

Boîte de conserve - Métal 44%

Bouteilles boisson - Plastique 54%

Contenants - Plastique 31%

Sacs et pellicules - Plastique 13%

0 25 000 50 000 75 000 100 000 125 000 150 000 175 000 200 000 225 000

Éliminées

Récupérées

Composition of residual materials from


résidential (kg/pers/year)

Organic matters Cumbersome and CRD Textile Glass Plastic


179 kg/44% 56 kg/14% 13 kg/2% 66% 30 kg/8%
26 kg/6%

C 5

48%
Total RDD Others Paper/paperboard Metal
404 kg 2 kg/1% 7 kg/2% 79 kg/20% 12 kg/3%
B 73%

F 47%
Source: EEQ
C 44%

B 54% Guide de l’emballage alimentaire 37


C 31%
Annexe 3
L’évolution des emballages alimentaires
L’évolution de la consommation par type de contenants au Canada entre 1992 et 1996.

Au court des dernières décennies, les tendances ont continué leur évolution dans cette direction.

a - Consommation de contenants par type et volume de l’emballage en fonction de


l’industrie (donnée en tonnes) :

Consommation de contenants, par type, en


dollars de 1992, 1987-1995
(1987 = 100)

130

120

110

100

90

80 Carton ondulé
Emballage en plastique
70 Boîte de métal
Verre
60
1987 1988 1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996

Source : Statistique Canada

Industries Contenant Boîtes en Boîtes en Boîtes Contenant Autres Total


au Canada et matières carton métal pliantes et en verre
plastique ondulé montées

Aliments 756.9 546.4 358.4 374.3 111.9 540.1 2688

Boissons 204.9 168.1 506.8 67.90 160.2 233.1 1341

Autres 452.3 820 114.6 419.2 76.1 1314.8 3197

Total (tonnes) 1414 1534 980 861 348 2088 7226

Part de 68% 47% 88% 51% 78% 37% 56%


l'alimentaire
dans l'ensemble
des contenants
90
Source : Statistique Canada, Enquête annuelle des manufacturiers
80

70

60
1989 Corrugated
1990 1991 Metal
1992 Folding
1993 Glass 1995
1994 Other
1996 Total
i
38 Guide de l’emballage alimentaire boxes
S
F
b - Croissance des emballages actifs et intelligents

Les emballages actifs ont atteint environ 27 % du marché en 2008, mais ils vont sensiblement
perdre du terrain en atteignant, selon les estimations, 26,9 % du marché en 2013.

Croissance des emballages actifs et intelligents


pour l'industrie alimentaire, 2004-2013

Millions $
6000

5000

4000

3000

2000

1000 Emballage actif


Emballage intelligent
0
2004 2005 2008 2013

Source : BCC Research

c - Marché des bioplastiques

Pour le marché des bioplastiques, certaines statistiques prédisent une augmentation du


double des chiffres de cette industrie, surtout dans les emballages. Pour mieux vous situer,
nous avons classé le marché mondial des bioplastiques par application dans le tableau ci-
dessous (millions de $) :

Applications 2006 2007 2012 2007-2012


Sacs compostables 173 242 586 19,4
Emballages en vrac 152 162 214 5,7
Autres emballages 51 81 232 23,4
Divers 33 56 171 25,0
Total 409 541 1203 17,3

Source : BCC Research

2006 2007 2012 2007-2012


Guide de l’emballage alimentaire 39
C 242 586 19,4
Description
S Protect people, forests and have the possibility

The products perform well, are safe and are


offered at a competitive price
R Wood pulp, corn and sugar, other …
E Recyclable, reusable, compostable, etc. …

O Better design, minimal use, ergonomic, etc. …

R Wind, solar, geothermic, electrical power, etc. …


C Reuse of water, waste water treatment,
Annexe 4
Le développement durable
a - Les principaux objectifs du développement durable :

Buts Description
Responsabilité sociale Protéger les gens, les forêts et la possibilité de
fournir des produits en développement.

Performance et coût Les produits sont performants et sécuritaires à un


prix compétitif.

Matériels renouvelables Pulpe de bois, blé d’Inde, sucre, autres…

Efficacité Recyclable, réutilisable, compostable, etc.

Matériels optimisés Meilleur design, utilisation minimale, ergonomie, etc.


Énergie renouvelable Éolienne, solaire, géothermique, électrique, etc.

Fabrication propre Réutilisation de l’eau, traitement des eaux usées,


réduction des émissions atmosphériques, etc.

b - Les différentes étapes du cycle de vie d’un emballage


Extraction et
production des
Récupération matières premières
d'énergie par
incinération
Recyclage Transformation
des matières
Tri et traitement
premières
des déchets
d'emballages
Récupération
des déchets
d'emballages

Consommation
des produits
Conception
emballés
des d'emballages

Vente
des produits Fabrication
emballés des d'emballages
Remplissage
des d'emballages

c - Les forces et faiblesses de l’analyse du cycle de vie d’un emballage

Forces Faiblesses
Apporte une vision globale de l’impact Il est quasi impossible d’obtenir
environnemental d’une filière. l’intégralité des flux utilisés pour
un produit (données limitées).
Permet d’évaluer quel type d’impact Problème de la représentativité
environnemental est dominant dans la géographique, les impacts étant
réalisation d’un produit et quelles étapes. différents d’une région à l’autre.

Cette méthode permet également une C’est un processus long et fastidieux.


mise en perspective des différents
types d’impacts.

Démarche clairement documentée. Les choix méthodologiques peuvent


être subjectifs.

40 Guide de l’emballage alimentaire


d - L’écolabel

L’écolabel est un label attribué à un produit, ou un acteur accordé par une


organisation certifiante, garantissant que le produit concerné a un impact réduit
sur l’environnement. L’écolabel correspond donc à un système de certification
reposant sur certains éléments fondamentaux : des principes, des indicateurs, la
structure du système et la chaîne de traçabilité.

« Au cours des 10 dernières années, la Fleur est devenue un symbole de


dimension européenne pour les produits, qui guide les consommateurs de
manière simple et exacte. Tous les produits portant la Fleur ont été vérifiés par
des organismes indépendants quant à leur conformité à des critères écologiques
stricts et à des critères de performance rigoureux. »

La politique d’achats publics écologiques de l’Union européenne poursuit un triple objectif :


l Présenter des avantages considérables pour l’environnement;
l Valoriser au mieux l’argent des contribuables;
l Servir d’exemple et influencer le marché. Les pouvoirs publics peuvent montrer
à leurs citoyens la voie à suivre.

e - Analyse du cycle de vie (ISO) et normes européennes

1 - Objetifs
et champ de l'étude
(ISO 14041) Applications
directes :
• Développement
et application
4 - Interprétation de produits
2 - Inventaire et
des résultats
analyse de l'inventaire • Planification
(ISO 14043) stratégique
(ISO 14041)
• Politique publique
• Marketing
• Autres
3 - Évaluation
de l'impact
(ISO 14042)

Le Comité européen de normalisation (CEN) a édité six normes européennes destinées à


aider les entreprises à mettre en pratique les exigences essentielles de la directive
européenne des emballages. Il s’agit des normes suivantes :

l EN 13427, une norme générale réglant l’application des autres normes;


l EN 13428, concernant la prévention quantitative et qualitative;
l EN 13429, concernant la réutilisation des emballages;
l EN 13430, concernant le recyclage des matériaux;
l EN 13431, concernant la valorisation énergétique;
l EN 13432, concernant le compostage des emballages.

Cependant, une seule norme (EN 13432) et la partie quantitative de la norme sur la
prévention (EN 13428) ont été validées.

Guide de l’emballage alimentaire 41


f - ACV emballage : le cas de Stonyfield Farm

L’objectif est ici d’évaluer les impacts environnementaux des systèmes d’emballage utilisés par
Stonyfield Farm.

Méthodologie utilisée :

1- Les systèmes d’emballage étudiés sont les suivants :


l Contenants de 6, 8 et 32 oz (godets en PP, couvercle en LLDPE, un seau en PE);
l Contenants de 4 oz (sans couvercle, vendus par paquet de 6 dans un emballage
en carton);
l Contenants de 2 oz (vendus par paquet de 8 tubes compressibles en LLDPE dans
des emballages cartonnés);
l Palettes, emballages moulants, boîtes en carton ondulé, revêtement de boîtes
(emballage secondaire).

Unité fonctionnelle : Distribuer 1 000 lb de yogourt sur le marché

Ces différents systèmes d’emballage possèdent des frontières relatives à chaque étape de la
conception de l’emballage, c’est-à-dire :

Matières premières

Approvisionnement Remplissage Consommation Fin de vie

Fabrication

42 Guide de l’emballage alimentaire


2- Analyse de l’inventaire
À chaque étape, nous pouvons énumérer les avantages et les inconvénients propres à
l’emballage qui auront différents impacts. Concernant les données de cette étude, nous
constatons que chaque source primaire est constituée d’une quantité énorme de données
d’inventaire de la conception d’emballage face à l’émission polluante qui s’y rattache.

3- Évaluation des impacts

Évaluation des impacts


• Réchauffement global
Impacts globaux • Réduction de la couche d'ozone
• Épuisement des ressources abiotiques

• Acidification
Impacts régionaux • Eutrophisaction
• Utilisation des terres

• Formation d'ozone photochimique


Impacts locaux • Ecotoxicité
• Toxicité humaines

4- Les résultats de l’analyse :


l Les étapes les plus polluantes de ces emballages sont la distribution des producteurs
vers les grossistes et détaillants, la production de matériaux d’emballage primaire
et la fabrication des contenants.
l La phase de production des matériaux est la plus coûteuse en énergie avec 58 %, la
distribution 33 %.

l Les impacts environnementaux sont inversement proportionnels à la grosseur : le plus gros
contenant (32 oz) est celui qui a le moins• Ozone depletion
d’impacts et constitue donc le meilleur choix
pour la compagnie. • Depletion of abiotic resources
l Un consommateur qui achète un contenant de 32 oz plutôt que 5 contenants de 6 oz réduit
la consommation d’énergie sur tout le•cycle de vie de 15 % et les déchets de 27 %.
Acidfication
R • Eutrophic action
• Land use
Parmi les améliorations possibles, nous pouvons citer :
• Formation
l Créer un centre de distribution plus proche pour of photochemical
que cette étape ozone
soit moins coûteuse en énergie.
L • Ecotoxicity
l Éliminer les couvercles sur les contenants de 6 et 8 oz.
• Toxicity to humans
l Augmenter de 8 à 10 les paquets de tube de 2 oz.

Source : CIRAIG

Guide de l’emballage alimentaire 43


g - Nanotechnologie : applications et impacts

Applications Méthode/Matériel Impacts


Détection / • Nanosenseurs Détection d’éléments pathogènes et de
Sécurité composés chimiques, détecteurs de
température, d’humidité, traçabilité.

• Nanoparticules Complication sélective d’éléments


pathogènes ou d’agents chimiques.

Emballages • Nanocomposites Amélioration des propriétés barrières.


inertes et actifs • Nanofilms Détection d’éléments pathogènes et de
contaminants. Amélioration de la durée de vie.
Aliments • Nanoémulsions Meilleure disponibilité et dispersion des
fonctionnels • Nanoparticules nutraceutiques et d’autres composés actifs.

Source : Kuzma J (ed.) (2005) The Nanotechnology-Biology Interface: Exploring Models for Oversight.

h - Sondage sur l’emballage durable au Canada

Ce sondage, réalisé par Canadian Packaging (édition de septembre 2008), a mis en évidence
certains éléments pertinents qui montrent l’écart entre la réalité du développement durable
Method/Material Impacts
et les pratiques courantes des industriels de l’emballage au Canada :
l D
Moins d’un participant sur quatre utilise un programme d’emballage durable.
compounds,
l Parmi les utilisateurs d’un tel programme, la detectors forson
plupart commencent temperature,
implantation.
moisture, traceability.
l Une compagnie sur cinq est actuellement sans programme et prévoit en
implanter un dans les cinq prochaines années.
l En dépit du faible nombre de programmes implantés,
chemical agents.les trois quarts des
participants pensent qu’il y a un intérêt de l’équipe de direction en ce sens.
l ILa plupart des répondants qui implantent le programme pensent que c’est la
bonne chose à faire. pathogens and contaminants.
l La majorité des répondants rapporte queImproved life span.
ni les coûts additionnels ni la réduction
F
de coûts significatifs ne seront attribués à ce programme.
l L’investissement dans le durable paraît modeste jusqu’à maintenant.
l Seulement 1 répondant sur 10 pense que son entreprise a fait le maximum pour
les changements écologiques.
l Les consommateurs sont perçus comme la force la plus influente pour des
changements; les entreprises d’emballage et les gouvernements se placent parmi
les moins influentes.
l Le changement de produits et d’emballages est l’action concrète la plus observée
dans le développement durable.
l Parmi ceux qui ont automatisé leur processus afin d’économiser de l’énergie,
seulement la moitié dit avoir été capable de quantifier l’économie réalisée.
l Cartons et papiers ondulés sont perçus comme étant les matériaux les plus
durables en matière d’emballage.
l La majorité des participants se dit incertaine quant à la capacité à chercher de
l’aide sur le sujet du développement durable.

44 Guide de l’emballage alimentaire


i - Classification des matériaux selon leur potentiel d’emballage durable

Classification par matériau

Container asceptisé 2,8

Aluminium 3,8

Plastique 4,3

Verre 4,4

Films/Emballage flexible 4,5

Carton/papier 5,8

Corrugué 5,9

Score (échelle de 1 à 10)

Source : Canadian Packaging, septembre 2008

Bibliographie
Sources Sigles Adresses Internet

Association canadienne d’ergonomie ACE www.ace-ergocanada.ca


Agence canadienne d’inspection des aliments ACIA www.inspection.gc.ca
American Society for Testing and Material ASTM www.astm.org
BCC Research BCC www.bccresearch.com
Bureau international du recyclage BIR www.bir.org
Centre technique international de
l’embouteillage et du conditionnement CETIE www.cetie.org
Centre interuniversitaire de recherche sur
le cycle de vie des produits, procédés
et services CIRAIG www.ciraig.org
Centre interuniversitaire de recherche sur
les réseaux d’entreprise, la logistique
et le transport CIRRELT www.cirrelt.ca
Conseil national de recherches du Canada CNRC www.nrc-cnrc.gc.ca
Centre québécois de développement durable CQDD www.cqdd.qc.ca
Conseil de la transformation agroalimentaire
et des produits de consommation CTAC www.conseiltac.com
Éco-label www.eco-label.com
Éco Entreprises Québec EEQ www.ecoentreprises.qc.ca
United States Environmental Protection Agency EPA www.epa.gov
Environment and Plastics Industry Council EPIC www.cpia.ca
Fédération des plastiques et alliances composites FEPAC www.fepac.ca
Institut national de la recherche agronomique INRA www.inra.fr
Laboratoire national de métrologie et d’essais LNE www.lne.fr
Association canadienne de l’emballage PAC www.pac.ca
RCI Environnement RCI www.rcienvironnement.com
Recyc-Québec www.recyc-quebec.gouv.qc.ca
Sustainable Packaging Coalition SPC www.sustainablepackaging.org
Statistique Canada www.statcan.ca
SustainPack www.sustainpack.com

Guide de l’emballage alimentaire 45


Références utilisées :
1 American Society for Testing and Materials www.astm.org
2 Dossiers spéciaux – Industrie de l’emballage, le magazine Québec entreprise
3 Packaging Association of Canada / Association canadienne de l’emballage www.pac.ca
4 Hazard Analysis Critical Control Points www.inspection.gc.ca
5 Sustainable Packaging Coalition www.greenblue.org
6 Institut de technologie des emballages et du génie alimentaire www.reseautranstech.qc.ca/CCTT/ITEGA.php
7 Centres collégiaux de transfert de technologie www.reseautranstech.qc.ca
8 Centre de technologie alimentaire de Guelph www.gftc.ca
9 Conseil canadien des ministres de l’Environnement www.ccme.ca
10 Agence canadienne d’inspection des aliments www.inspection.gc.ca
11 Éco Entreprises Québec www.ecoentreprises.qc.ca
12 Organisation des Nations Unies www.un.org
13 Laboratoire national de métrologie et d’essais www.lne.fr
14 Le CIRAIG est un centre de recherche pour la promotion et le développement de l’AVC.
15 Institut de recherche Heidelberg pour l’énergie et l’environnement www.ifeu.de
16 Bureau international du recyclage www.bir.org
17 Nina QUELENIS CRCI ARIST www.champagne-ardenne.cci.fr
18 European Bioplastics www.european-bioplastics.org
19 Kuzma J. (dir.) (2005) The Nanotechnology-Biology Interface: Exploring Models for Oversight.
20 GS1 : www.gs1ca.org (les normes de traçabilité)
21 Agence de protection environnementale américaine www.epa.gov
22 Nina QUELENIS CRCI ARIST

Associations et organismes :
l Conseil de l’environnement des emballages de papier et de carton (CEEPC) /
Paper and Paperboard Packaging Environnemental Council (PPEC)
l Association canadienne des fabricants de carton ondulé / Canadian Corrugated
Case Association
l Association des fabricants de pellicules de plastique du Canada (AFPPC)
l Association de recyclage du polystyrène au Canada
l University of Guelph – Food Safety

Liste des tableaux :


l Tableau 1 - Rôles de l’emballage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .p. 06
l Tableau 2 - Nomenclature et champ d’application des plastiques . . . . . . . . . . . . . . .p. 17
l Tableau 3 - Propriétés générales des emballages en plastique . . . . . . . . . . . . . . . . . .p. 18
l Tableau 4 - Le portrait des emballages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .p. 18
l Tableau 5 - Économie d’énergie réalisée par la récupération selon le matériau . . . .p. 24

Liste des figures (selon l’ordre d’apparition) :


l Figure 1 - Catégories d’emballage (Walter Soroka) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .p. 05
l Figure 2 - Principes du développement durable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .p. 19
l Figure 3 - Schéma d’éco-conception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .p. 20
l Figure 4 - Illustration de l’analyse du cycle de vie (CIRAIG) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .p. 21
l Figure 5 - Vision de la Sustainable Packaging Coalition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .p. 21
l Figure 6 - Les 4R et le V . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .p. 22
l Figure 7 - Consommation d’énergie selon le matériau (IFEU) . . . . . . . . . . . . . . . . . .p. 24
l Figure 8 - Cartographie des bioplastiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .p. 26

46 Guide de l’emballage alimentaire


Glossaire
Analyse du cycle de vie : Permet de comparer les perfor- Emballage de transport : Emballage regroupant plusieurs
mances environnementales d’un produit en se basant sur emballages secondaires pour la manutention et protégeant
l’utilisation de l’énergie et des matières premières, les rejets les contenants durant le transport.
générés dans l’air, dans l’eau et dans le sol et les impacts
environnementaux potentiels. Emballage intelligent : Emballage qui est actif et a la parti-
cularité de donner de l’information sur la qualité du contenu.
Barrière fonctionnelle : Toute couche intégrale qui, dans
les conditions normales ou prévisibles d’emploi, réduit tout Emballage primaire : Emballage en contact direct avec le
produit. Il a pour but de contenir et de préserver le produit.
transfert possible de matière (perméation et migration)
émanant d’une quelconque couche en deçà de la barrière, Emballage réutilisable : La réutilisation doit signifier toute
dans les denrées alimentaires, à un niveau toxicologiquement opération par laquelle un emballage qui a été conçu et créé
et organoleptiquement insignifiant. (Conseil de l’Europe, 2e pour pouvoir accomplir pendant son cycle de vie un nombre
session, Helsinki, 2-6 mai 1994) minimal de trajets ou de rotations est rempli à nouveau ou
réutilisé pour un usage identique à celui pour lequel il a été
Biodégradable : Se dit d’un matériau dégradable dont la conçu, avec ou sans le recours à des produits auxiliaires pré-
dégradation résulte de l’action de micro-organismes sents sur le marché qui permettent le remplissage de l’em-
naturellement présents dans le milieu. Lorsque ce processus ballage même. Un tel emballage réutilisé deviendra un déchet
se déroule en présence d’oxygène, les résidus de cette d’emballage lorsqu’il ne sera plus réutilisé. (Norme NF EN 14182)
biodégradation seront du gaz carbonique, de l’eau, des
composés inorganiques et de la biomasse. (Réf. ASTM) Emballage secondaire : Emballage utilisé pour la
protection de l’unité ou pour faciliter l’utilisation du produit.
Bioplastique : Le néologisme « bioplastique » ne correspond
22
L’emballage secondaire contient donc l’emballage primaire.
pas à une définition précise. Il regroupe sous un nom général
les plastiques issus de ressources renouvelables végétales ou Nanotechnologie : La nanotechnologie correspond à l’ex-
animales et les plastiques biodégradables qui peuvent être ploration de la matière et du développement technologique
issus de ressources renouvelables ou d’origine fossile. à l’échelle moléculaire et atomique.

Compostable : Se dit d’un matériau qui subit une dégradation Oxobiodégradable : Se dit d’un plastique auquel on a
par un processus biologique pendant le compostage, ajouté un additif, qui subira d’abord une dégradation par les
produisant du CO2, de l’eau, des composés inorganiques et de rayons du soleil (rayons UV), la chaleur et/ou un stress
la biomasse à un rythme comparable à celui d’autres matières mécanique. Les résidus qui résulteront de cette opération
compostables connues, et ne générant aucun résidu toxique seront ensuite biodégradables. (Réf. ASTM)
visible ou reconnaissable. (Réf. ASTM) Recyclage : C’est un procédé de traitement des déchets
Contaminant : La notion de contamination est surtout (provenant des industries et des ordures ménagères) qui
microbiologique, mais on utilise parfois le terme « permet de réintroduire, dans le cycle de production d’un
contaminant » pour désigner des substances étrangères à produit, des matériaux qui le composent.
l’aliment et introduites involontairement. Renouvelable (énergie) : Une énergie renouvelable (aussi
appelée « énergie verte ») est une énergie renouvelée ou
Dégradable : Se dit d’un plastique qui subira des changements
régénérée naturellement à l’échelle d’une vie humaine.
significatifs dans sa structure chimique s’il est soumis à diverses
conditions spécifiques du milieu, résultant en une perte de Renouvelable (ressource) : Une ressource renouvelable
propriétés qui peut être mesurée par des méthodes standards, est une ressource naturelle dont le stock peut se recons-
selon une période de temps donnée. (Réf. ASTM) tituer sur une période courte à l’échelle humaine.
Développement durable : Développement qui répond aux Responsabilité sociale : Cela correspond à l’impact
besoins des générations du présent sans compromettre la subjectif d’une décision dans la société. Elle se rapporte
capacité des générations futures à répondre aux leurs. généralement aux dommages causés par les actions ou
l’inaction des individus, groupes ou entreprises.
Éco-conception : L’éco-conception correspond aux domaines
de la recherche et développement et de l’ingénierie Réutilisable : Se dit d’un emballage qui peut être utilisé
technique visant la production de biens de consommation plusieurs fois pour le même usage, après nettoyage
conçus – dès l’amont – pour limiter leurs impacts éventuel. Le plus souvent, ce type d’emballage est consigné :
environnementaux, et disponibles dans les conditions le consommateur paie une somme d’argent pour l’emporter
techniques et économiques du moment. Elle définit le mode et récupère cette somme en restituant l’emballage vide.
de production ou de réponse à une demande de service, en
RFID : L’identification par radiofréquence, ou RFID, est une
introduisant les améliorations environnementales possibles.
méthode pour stocker et récupérer des données à distance
Éco-design : L’éco-design peut se définir comme la volonté en utilisant des marqueurs appelés Tag RFID. Les Tag RFID
de concevoir des produits respectant les principes du sont de petits objets, tels que des étiquettes autoadhésives,
développement durable. qui peuvent être collées ou incorporées dans des produits.
Les Tag RFID comprennent une antenne associée à une puce
Emballage actif : Emballage qui modifie l’environnement de électronique qui leur permet de recevoir et de répondre aux
l’aliment dans son emballage pour étendre sa durée de vie. requêtes radio émises depuis l’émetteur-récepteur.
____
22
Nina QUELENIS CRCI ARIST

Guide de l’emballage alimentaire 47


Tous droits réservés. Toute reproduction totale ou partielle
sur quelque support que ce soit ou utilisation du contenu
de ce document est interdite sans l’autorisation écrite
préalable du CTAC.

Conseil de la transformation 200, rue MacDonald, bureau 102


agroalimentaire et des produits Saint-Jean-sur-Richelieu
de consommation Québec J3B 8J6