Vous êtes sur la page 1sur 16

Séries numériques

Définitions
Définition 3.1.1 On appelle série à termes dans R,
S n  n∈N , une suite définie par :

∀n ∈ N, S n  ∑ uk
k0

où u k  0≤k≤n désigne une suite numérique réelle


appelée terme général de la série. Le réel S n est
appelé la n-ème somme partielle de la série. La
série sera notée
∑ u k ou ∑ u n ou encore ∑ u n .
k≥0 n≥0 n∈N

Définition 3.1.2 On dit que la série ∑ u n converge si et


n≥0
seulement si la suite S n  n∈N des sommes partielles
converge dans R. Dans ce cas, la limite de la suite
S n  n∈N est appelée somme de la série ∑ u n et
n≥0

notée ∑ u n .
n0

Définition 3.1.3 On dit que la série ∑ u n diverge si et


n≥0
seulement si elle ne converge pas.
Définition 3.1.4 Deux séries sont dites de même nature
si et seulement si elles sont toutes deux
convergentes ou toutes deux divergentes.

Exemples
Série géométrique
Soit q ∈ R ∗ . On s’intéresse à la série géométrique ∑ q n .
n≥0
n
On pose S n  ∑ q k  1  q  q 2    q n .
n0
 Si q  1, alors S n  1  n et n→
lim S n  .
1−q n1
 Si q ≠ 1, alors S n  1−q
.
- Si −1  q  1, alors n→
lim q n1  0 donc
S n  1−q
1
. Donc, la série converge.
n→
- Si q ≥ 1 ou q ≤ −1, alors S n n’admet pas de
limite dans R. Donc, la série diverge.
Série harmonique
La série ∑ 1
n est appelé série harmonique. Notons
n0
n
Hn  ∑ 1
k
. Pour tout n ∈ N ∗ , on note m  Eln 2 n ∈ N.
k1
On a alors, m ≤ ln 2 n, soit n ≥ 2 m .
Ainsi,
n 2m
Hn  ∑ 1 ≥
k
∑ 1.
k
k1 k1

Or,
2m
∑ 1  1 1  1  1
k 2 3 4
 1  1
5 8
 
2
1
m−1
1
   1m
2
k1
 14  14  18  18  1  1
2m 2m

Donc,
H n ≥ 1  1  2  1  4  1    2 m−1  1m  1  m  1 .
2 4 8 2 2
D’où, S n  . Par conséquent, la série harmonique
n→
diverge.

Propriétés
Proposition 3.3.1 (fondamentale) : Considérons ∑ u n
n≥0
une série numérique réelle de terme général
u n  n∈N . Si ∑ u n est convergente alors lim
n
u n  0.
n≥0

Preuve : Si ∑ u n converge vers S.


n≥0
n1 n
∑ u k − ∑ u k  S n1 − S n  u n .
n0 n0

Or, lim
n
S n  lim
n
S n1  S. Donc, lim
n
u n  S − S  0.

Remarque 3.3.1
 Attention la réciproque est fausse : voir la série

harmonique.
 Cette propriété peut être utile pour démontrer

la divergence d’une série : lim


n
u n  0, alors ∑ u n
n≥0
diverge. On dit alors que ∑ u n diverge
n≥0
grossièrement.
Proposition 3.3.2 (algébrique) : Considérons ∑ u n et
n≥0
∑ v n deux séries convergentes de somme U et V et
n≥0
 ∈ R. Alors,
∑u n  v n  converge vers U  V.
n≥0

Séries à termes positifs


Théorèmes de comparaison
 Soit ∑ u n une série à termes dans R  . Alors,
n≥0
∑ u n est convergente si et seulement si il existe
n≥0
n
M ∈ R tel que ∀n ∈ N, ∑ u k ≤ M. En effet, la

k0
suite des sommes partielles est une suite positive
croissante. Donc, dire qu’elle converge équivaut
à dire qu’elle est majorée.
 On considère ∑ u n et ∑ v n deux séries à
n≥0 n≥0
termes réels positifs.
- S’il existe un entier n 0 , tel que ∀n ≥ n 0 ,

0 ≤ u n ≤ v n , et si ∑ v n converge, alors
n≥0
∑ u n converge et dans ce cas on a :
n≥0
∑ v n ≤ ∑ u n . En effet, d’après le théorème
n≥0 n≥0
précédent, la série des sommes partielles
de ∑ v n est majorée, par comparaison, il
n≥0
en va de même pour les sommes partielles
de ∑ u n .
n≥0
- S’il existe un entier n 0 , tel que ∀n ≥ n 0 ,
0 ≤ u n ≤ v n , et si ∑ u n diverge, alors ∑ v n
n≥0 n≥0
diverge.
 On considère ∑ u n et ∑ v n deux séries à
n≥0 n≥0
termes réels positifs. Si
un  vn,
n→
alors les séries ∑ u n et ∑ v n sont de même
n≥0 n≥0
nature.
Critères de convergence
Critère D’Alembert : Soit ∑ u n une série à termes
n≥0
strictement positifs u n  0. On suppose que
 uun1
n
 n∈N admet une limite finie l dans R  . Alors,
Si l  1, alors ∑ u n converge,
n≥0

Si l  1, alors ∑ u n divverge.
n≥0

Exemple 3.4.1 Appliquer le critère d’Alembert aux séries


de terme général : u n  nn!n , u n  1n , u n  n12 ,
u n  2  −1 n 2 −n .
Comparaison fonction / série : Soit n 0 ∈ N,
f : n 0 ,   R  , continue par morceaux et

décroissante. Alors, ∑ fn et  ftdt sont de
n0
n≥0
même nature. Et dans ce cas de convergence :
∀n ≥ n 0

 
 n1 ftdt ≤ ∑ fn ≤  n ftdt.
kn1

Conséquence (Série de Riemann) : Soit  ∈ R. ∑ 1


n
n≥0
converge si et seulement si   1.
Critère de Riemann : Soit ∑ u n une série à termes
n≥0
positifs. Si
∃ ∈ 1,  / n  u n  0 alors
n→
∑ u n converge,
n≥0

∃ ∈ 0, 1 / n  u n   alors
n→
∑ u n diverge.
n≥0

Critère de Cauchy : Soit ∑ u n une série à termes


n≥0
positifs. On suppose que  n u n  n∈N admet une limite
finie l dans R  . Alors
Si l  1, alors ∑ u n converge,
n≥0

Si l  1, alors ∑ u n diverge.
n≥0

Série quelconques. Convergence


Absolue.
Définition 3.5.1 Soit ∑ u n une série à termes réels (ou
n≥0
complexes). On dit que ∑ u n est absolument
n≥0
convergente si ∑|u n | est convergente.
n≥0
Proposition 3.5.1 Soit ∑ u n et ∑ v n deux séries
n≥0 n≥0
absolument convergentes et  ∈ R ou C. Alors
∑ u n  v n est absolument convergente.
n≥0

Théorème 3.5.1 Soit ∑ u n une série à termes réels (ou


n≥0
complexes). Si ∑ u n est absolument convergente,
n≥0
alors ∑ u n est convergente.
n≥0

Remarque 3.5.1
 Attention, la réciproque de ce théorème est

fausse, il suffit de considérer la série de terme


−1 n
général n .
n∈N
 Une série convergente mais non absolument

convergente est dite semi-convergente.


Série alternées
Définition 3.5.2 On dit qu’une série ∑ u n à termes réels
n≥0
est alternée si et seulement si ∀n ∈ N,
u n  −1 n |u n | ou bien u n  −−1 n |u n |.
Proposition 3.5.2 (Critère spécial) : Soit ∑ u n une série
n≥0
à termes réels.
∑ u n est alternée
n≥0
Si un  0 alors ∑ u n est convergente.
n→ n≥0
|u n | n∈N est décroissante

De plus, ∀n ∈ N, ∑ u n ≤ |u n1 |.
n1
−1 n
Exemple 3.5.2 Montrer que la série ∑ n est
n≥0
semi-convergente.

Vous aimerez peut-être aussi