Vous êtes sur la page 1sur 6

Semaine 

4 – Héraclite et le Devenir

On ne se baigne pas deux fois dans le même fleuve...


Cours en ligne
1. Résumé de la semaine dernière :
La philosophie est l’amour de la sagesse et de la connaissance. Elle représente une évolution
des différents modes de penser (surtout mythologiques et religieux).
Pour les grecs le monde est un cosmos, qui signifie ordre et beauté. Le monde étant
rationnel serait capable d’être compris par l’homme, ce qui donne naissance à la science (ce
qui est important puisque la philosophie et science vont de pair jusqu’au 18 e siècle).
L’expérience nous montre que toute chose à une cause. Voulant dire que tout à une cause,
tout est explicable avec la causalité, la raison. Ainsi, le monde qu’on habite aurait lui aussi
une cause ! Les présocratique chercheront donc à trouver sa cause.
Les premiers philosophes qui font aussi de la science (Thalès de Milet et la pyramide,
Pythagore et les maths) se demandais la cause première du monde, et le type de cette
cause.
Notre monde est un monde matériel, alors la cause de l’univers doit être matérielle puisque,
le même est à l’origine du même (un chien n’accouche pas un lézard, il donne naissance à
un chiot).
Le premier à se poser cette question fut en Ionie, (milésiens) :
Thalès = eau (rien ne survis sans eau, toute chose a besoin d’eau)
Anaximandre = l’aperion (sans limite, indéfini, qui aurait donné
naissance à l’eau, la terre, l’air, le feux)
Anaximène = l’air (tout respire, tout est dans l’air)
Ont as aussi vu les pythagoriciens à Croton, en Italie, où se développe l’école de Pythagore.
Ils développent l’idée que l’archè (cause première) du monde, est le nombre. Cela puisque
tout ce qui est matériel occupe un espace et donc il est possible de le définir avec poids,
hauteur, coordonner, etc.
Les nombre étant rationnel, expliquerais une cause rationnelle de notre monde RATIONNEL.
Les pythagoriciens disaient que les chiffres étaient rationnels, cela jusqu’attend que le
philosophe Hippasos de Métaponte montre qu’il y en a aussi des irrationnels. Ce qui mets en
crise les mathématiques pythagoriciennes et bref la cause première du monde. Donc ils vont
le tuer.
2. La place qu'occupe Héraclite dans l'évolution de la philosophie grecque et
pourquoi il fait du feu l'élément premier :
En 480-450, un philosophe d’Éphèse apparait (ville d’Ionie) du nom d’Héraclite (l’un des
philosophes les plus importants). Ses œuvres nous parviennent sous forme de fragment.
Héraclite vient d’une famille de gens qui s’occupe de la religion de la ville (riche).
Il écrira un ouvrage dont on ne sait si le titre est Les Muses, mais on lui donne le titre de La
Nature donné à toute ouvrage présocratique.
Héraclite aura aussi un surnom : Héraclite l’obscur. Cela parce qu’il n’était pas facile à
comprendre, puisqu’il s’exprimait de façon complexe et il fallait tourner dans sa tête les
idées qu’il plaçait sur le papier comme un bonbon dans notre bouche (en premier le tout est
étrange et complexe, mais dans le centre il y a le miel).
C’est quelqu’un a la personnalité particulière et on allait le voir pour régler nos problèmes.
Héraclite fait du feu, le principe principal du monde (archè). Cela parce que le feu c’est
quelque chose qui s’allume mais qui s’éteint aussi. Il serait donc comme le devenir,
constamment en changement. Le feu serait bref, un principe de transformation. (le feu c’est
le devenir pour Héraclite, donc c’est LE DEVENIR qui est l’achè)
***une penser moniste c’est une penser qui pose 1 seul principe pour expliquer un
ensemble de chose (vient du grec monos = un) ***

3. Que doit-on entendre par coexistence des contraires :


Héraclite sera aussi frapper par le fait qu’on trouve toujours une chose et sont opposer, sont
contraire (au male correspond la femelle). Puis, à travers cette opposions il y a l’union (le
male et la femelle feront l’enfant).
Il dit d’après ce principe, si nous n’aurions pas de guerre, on ne connaîtrait pas ce qu’est la
paix.
Héraclite exprime aussi que ce principe c’est comme « La route qui monte et la route qui
descend, est une seule et même route », voulant dire que tout dépend de notre situation et
perspective, ainsi la même route peut être en même temps 2 différentes choses.
Avec sa vient le principe de contradiction. Qu’est le fait qu’une chose ne peut pas être vrai
et fausse en même temps et pour le même rapport. Ainsi, pour Héraclite il y a harmonie des
contraires, la même chose peut être en même temps vrai ou fausse mais tout dépend de la
position de l’observateur.

4. Le Devenir :
« On ne se baigne pas 2 fois dans le même fleuve » voulant dire que nous sommes
constamment en changement et le fleuve circule toujours. Héraclite croyait donc aussi à la
transformation éternel et constante des choses, le devenir.
Ainsi, le devenir est pour Héraclite le principe premier.

5. Fondation de la connaissance rationnelle et ce que l'on entend par "crise de


la connaissance rationnelle" :
Héraclite se demande comment ont peut connaitre rationnellement le monde si tout est en
constante transformation. Cela puisque la connaissance demande une certaine stabilité.
Les grecs voulaient connaitre le monde rationnellement en s’appuyant sur des raisons, sur la
science. Mais Héraclite parvient à convaincre les gens que le monde est en devenir, que
nous ne pouvons pas vraiment le connaitre puisque tout change. Ce qui fait naitre une crise
de conscience profonde.

6. Le problème de la transformation des choses :


Comment ont fait pour fonder la connaissance rationnelle si tout est en changement ?

Lecture
 Les penseurs grecs avant Socrate les pages 71 à 85.

Vidéos 
Héraclite d’Ephèse :

Héraclite d’Ephèse fut le 2e plus grands penseurs présocratiques après Empédocle


d’Agrigente. Mais est reconnu généralement comme l’un des plus grands penseurs grecs. Il
vécut en Asie mineure entre 567 et 489 avant J.C.
Martin Heidegger dit qu’Héraclite et Parménide aurait structurer la pensée philosophique
grecque.
Il fut surnommé Héraclite l’obscur et son ouvrage fut soit intitulé sur la nature, soit, les
muses (nous ne le savon pas puisqu’il nous est parvenue par fragment). Nous avons
aujourd’hui 150 fragments.
René Char cite souvent Héraclite.
On met généralement sous le nom d’Héraclite, la thèse du mobilisme universel et y rattache
2 fragments parmi ses plus célèbres :
1er = fragment sur le flux éphémère de toute chose (Panta rei en grec),
c’est-à-dire que tout s’écoule, toute la vie / tout le monde est dans un
écoulement permanent donc dans une sorte de devenir qui ne cesse
jamais.
2e = fragment sur l'impossibilité d'immobiliser le temps : on ne se baigne
pas 2 fois dans le même fleuve.
Toute chose ne demeure jamais en repos et pour Héraclite cela représente l’unité de toute
chose.
Le fragment 50 énonce : si vous écoutez non pas moins mais la raison, (en grec = logos), il
est sage d'accorder que toutes les choses sont une seule et même chose.
Ce qui est le cas du fleuve dans lequel on se baigne à chaque fois différemment (le fragment
91), car l’eau du fleuve change à chaque fois puisqu’elles sont toujours renouvelées par la
source, alors qu'il reste pourtant le même et unique fleuve qui porte le même et
uniquement nom.
Le monde est tissé de contraires pour mieux affirmer son unité (le jour et la nuit, la vie et la
mort), si l’homme comprend cela, il saisira l’harmonie qui gouverne toute chose.
Héraclite : Les hommes ne comprennent pas comment ce qui est différent de soi-même
s'accorde avec soi-même, pourtant, il y a une harmonie dans les 2 directions, comme dans
l'arc et dans la lire.
Pour lancer une flèche il faut tirer la corde (tirer pour relâcher la flèche)
et pour produire un son dans une lire il faut tirer la corde (tirer pour
relâcher l'accord de la lire). Dans 2 directions différentes fait un seul.

Commentaire Fragment 1 Héraclite


Fragment 1 :
«  Ce mot, les hommes ne le comprennent jamais, aussi bien avant d'en
avoir entendu parler qu’après. Bien que tout se passe selon ce mot, ils
semblent n'avoir aucune expérience de parole et de fait tels que je les
expose, en distinguant et en expliquant la nature de chaque chose. Mais
les autres hommes ignorent ce qu'ils ont fait en état de veille, comme ils
oublient ce qu'ils font pendant leur sommeil.  »

Le fragment 1 est difficile, et ses traductions sont parfois contradictoires.


L'élément clé de ce fragment et le mot logos (la raison : élément commun aux êtres rationnels).
Donc le principe premier (archè) est indiqué par un terme abstrait (la raison ou la parole orale), plutôt
qu’a une entité physique comme :
Thalès de Milet = l’eau
Anaximande = l’apérion
Anaximène = l’air
Etc.
Ce logos est en effet assez éloigné du concret, ce qui explique pourquoi qu’Héraclite nous dit que les
hommes ne la comprennent jamais tout à fait.
Se jamais peut faire référence tant aux logos qu’aux hommes, voulant dire que le logos ne peut jamais
être compréhensible, ou, que les hommes ne peuvent jamais le comprendre.
Alors, le traducteur a choisi le sens pour nous.
Ce fragment peut aussi vouloir dire que rien ne survient sans raison. Par conséquent la compréhension
des phénomènes naturels est dû à une cause rationnelle ou bien, que le logos (qui signifie aussi parole),
est la clé pour comprendre le monde (tout ce qui est compris ne peut être compris qu’à travers le
langage).
Ce serait donc le savoir-faire avec le langage qui nous permettrait de contrôler le monde lui-même.
Mais, la fin du fragment avec la métaphore de l'éveil et du rêve, dit toutefois, que l’hommes n'en est pas
réellement capable.