Vous êtes sur la page 1sur 33

Au début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit plutôt qu'en

dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse en fait de
portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur le thème
du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech ont
exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contributionAu début, il s'agissait simplement de placer les fermes en treillis au-dessus du toit
plutôt qu'en dessous (voir, par exemple, les bâtiments Patera de Michael Hopkins - bien qu'il s'agisse
en fait de portiques, pas de fermes), mais cela a rapidement été élaboré en une série de variations sur
le thème du mât et de la tige de suspension. Les quatre grands architectes britanniques du high tech
ont exploré le potentiel spectaculaire des structures de suspension: regardez l'usine Inmos de Rogers,
l'entrepôt Renault de Foster, Oxford Rink de Grimshaw et les laboratoires Schlumberger de Hopkins.
Il n'y a pas beaucoup de bonnes raisons pratiques de placer une structure en acier à l'extérieur d'un
bâtiment, mais de nombreuses raisons de ne pas le faire. Il est exposé aux intempéries et nécessite
donc, dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent. Peindre des mâts et des câbles n'est pas une
tâche facile ou bon marché. Et lorsqu'un toit est suspendu par le haut, il est nécessaire de percer la
membrane du toit aux points d'appui, créant des points faibles dans l'étanchéité.
Beaucoup d'ingéniosité a été appliquée pour résoudre ces problèmes. Dans son projet de la Patinoire
à Oxford, par exemple, Grimshaw a spécifié de l'acier inoxydable coûteux mais sans entretien pour
toutes les barres de tension et a intelligemment minimisé le nombre de points de soutien en incluant
une lourde poutre vertébrale interne. Mais les inconvénients de la technique qui consiste à exposer
des structures en acier demeurent et aucune quantité de "justification" (fondations plus économiques,
intérieurs sans colonnes, augmentation flexibilité) ne peut dissiper la conviction que la véritable
raison de leur popularité parmi les architectes de haute technologie est qu'ils convertissent les
hangars d'usine ordinaires en oeuvres colorées d'architecture. Le noir est assez courant (Patinoire
d’Oxford et Laboratoires Schlumberger) mais les couleurs primaires sont généralement préférées
pour la ferronnerie.
Les classiques du type sont sans aucun doute l'usine Inmos de Newport par
Richard Rogers et sa soeur américaine, PA Technology, Princeton. Dans ces bâtiments, les mâts ont
une double fonction. Ils soutiennent les poutres du toit via des tirants, mais ils soutiennent également
l'installation mécanique sur les principales épines de circulation. Cette congruence de plan, de
structure et de services a une grande élégance conceptuelle et puissance formelle. Ce sont des
bâtiments relativement petits, mais ils ont une grande présence architecturale.
La contribution