Vous êtes sur la page 1sur 18

École Supérieure Privée d’Ingénierie et de Technologies

Mathématiques de base II
PEG 3 : Polynômes et fractions rationnelles

Niveau : 1ère année Année universitaire : 2019/2020

I Activité introductive
Une chaine de fabrication de produits industriels vend ses articles à 2600 euros l’unité.
Soient x le nombre d’articles vendus, C(x) le coût de production de ces articles et R(x) la recette
réalisée sur la vente de ces derniers. Les dirigeants constatent, après une étude mathématique à l’aide
d’un logiciel informatique, que le bénéfice B(x) et le coût de production C(x), en milliers d’euros,
peuvent être modélisés respectivement par les expressions réalisé par cette chaîne de production
suivantes :

B(x) = R(x) − C(x), avec C(x) = 0.005x2 + 280 et R(x) = 2.6x.

1. Vérifier que B(x) = −0.005x2 + 2.6x − 280

2. Compléter le tableau suivant donnant le bénéfice B(x) en fonction du nombre de produits x


variant de 150 à 330.

x 150 170 190 210 230 250 270 290 310 330
B(x)
3. Placer dans le repère, tracé ci-dessous, les points du tableau et tracer la courbe reliant ces
données

4. Justifier graphiquement si l’on peut avoir des bénéfices nuls.

5. Si c’est le cas, trouver les valeurs de x pour lesquelles le bénéfice est nul.

1
6. Quel est le nombre de produits à fabriquer assurant un bénéfice extrême.

Les polynômes sont des objets très simples à manipuler mais aux propriétés extrêmement riche. En
mathématiques, un polynôme est une expression formée uniquement de produits et de sommes de
constantes et d’indéterminées habituellement notées X, Y, Z, .... Ils font l’objet de beaucoup d’uti-
lisations telles que les données de valeurs approchées de toute fonction dérivable (développement
limité) et la résolution des équations linéaires.

Au cours de ce chapitre, l’étudiant est appelé à maîtriser :

• la notion des polynômes avec les définitions usuelles : coefficients, coefficient dominant, degré,
addition, multiplication.

• l’arithmétique des polynômes avec un outil fondamental : la division euclidienne (notion de


divisibilité, de polynôme irréductibles, de pgcd et d’algorithme d’Euclide).

• la factorisation des polynômes sur R[X]

• la notion de fractions rationnelles et la décomposition des éléments simples de ces derniers.

II Polynômes à coefficients dans K


K désigne soit l’ensemble R des réels, soit l’ensemble C des complexes.

II.1 Définition

• On appelle monômes toute expression de la forme ak X k , où ak est un élément de K appelé


coefficient du monôme, et X une variable indéterminée.

• On appelle polynôme à une indéterminée X sur K l’expression définie par

P (X) = an X n + an−1 X n−1 + ... + a2 X 2 + a1 X + a0


Xn
= ai X i ; n∈N
i=0

Où les nombres réels (ai )0≤i≤n sont appelés les coefficients du polynôme P (X).

• On appelle fonction polynômiale associée au polynôme P l’application de

K→K
x 7→ P (x).

• Dans un polynôme, si le coefficient du monôme ayant le plus haut degré est 1, on dit que le
polynôme est unitaire.

2
• Si P 6= 0, on appelle le degré de P le plus grand entier naturel n vérifiant an 6= 0 et on le
note par deg P .
Dans ce cas le coefficient an est appelé le coefficient dominant de P . 0.5cm

• Un polynôme de la forme P (X) = a0 , avec a0 ∈ R est appelé un polynôme constant.


Si de plus a0 6= 0, alors deg P = 0.

• Si tous les coefficients (ai )0≤i≤n sont nuls, alors P est appelé le polynôme nul.

• Si P = 0, alors par convention deg(P ) = −∞.

Dans la suite de ce chapitre on va se limiter dans le cas réels (K = R).

Notations

• L’ensemble de tous les polynômes à une indéterminé à coefficients réels est noté R[X].

• L’ensemble des polynômes à coefficients réels de degré inférieur ou égal à n est noté Rn [X].

Exemple 1

1. P (X) = X 4 + 2X 3 − 2 est un polynôme ... de degré ... .

2. Q(X) = 4 est un polynôme ... . Son degré est ... .

II.2 Structure de l’ensemble des polynômes


La somme de deux polynômes, le produit de deux polynômes, et le produit d’un polynôme par
un réel sont des polynômes. Plus précisément.

Définition II.1
L’ensemble des polynômes R[X] est muni des loi de composition interne "addition sur R"’
et "multiplication sur R".
Plus précisément, pour tout P, Q ∈ R[X], les polynômes P + Q et P.Q sont définies par :

P + Q : X 7→ P (X) + Q(X),
P.Q : X 7→ P (X).Q(X).

Remarque :

• Les propriètés de l’addition et de la multiplication sur R sont conservées sur R[X].

Par la définition du degré on obtient la proposition :

Proposition II.2 Si P et Q sont deux polynômes à coefficients réels, alors

deg(P.Q) = deg P + deg Q.


deg(P + Q) ≤ max(deg P, deg Q).

3
Exemple 2

Soient les polynômes P (X) = X 2 + X + 1 et Q(X) = −X 2 − 2X + 1 alors

P (X) + Q(X) = −X + 2 et P (X)Q(X) = −X 4 − 3X 3 − 2X 2 − X + 1.

On déduit que

deg(P + Q) = 1 6 max (deg(P ), deg(Q)) = max (2, 2) = 2,


deg(P Q) = 4 = deg(P ) + deg(Q) = 2 + 2.

Exercice 1

1. Soient P, Q ∈ R[X]. Montrer que si deg P 6= deg Q, alors deg(P + Q) = max(deg P, deg Q).

2. Donner un contre-exemple dans le cas où P, Q ∈ Rn [X] et P Q 6= Rn [X]

II.3 Evaluation d’un polynôme en un point


Évaluer un polynôme P au point réel X = α, c’est déterminer la valeur de l’expression obtenue
lorsque la variable prend la valeur α.

Exemple 3

Évaluer le polynôme P (X) = 3X 3 − 5X 2 + 7X + 12 au point X = 2.


En prenant X = 2, on obtient :

P (2) = 3(2)3 − 5(2)2 + 7(2) + 12 = 30

Retrouvons ce résultat en utilisant le Schéma de Horner illustré ci-après.


En fait, le Schéma de Horner est une manière de disposer les calculs de façon à rendre encore
plus simple l’évaluation d’un polynôme en un point.
• On dressse un tableau constitué de deux lignes

• Dans les cases de la premère ligne, on place les différents coefficients y compris les nuls du
polynôme P .
La lettre R désigne "Reste", nous l’expliquons plus tard,
3 -5 7 12 R

• Dans la case de la première ligne et la première colonne, on place X = 2

3 -5 7 12 R
2

• Commencer par mettre un 0 dans la deuxième ligne (deuxième colonne) et le coefficient do-
minant (ici le 3) dans la troisième colonne.

3 -5 7 12 R
2 0 3

4
• Afin de complèter le tableau, on commence par multiplier ce nombre 3 par 2 et additionner le
produit à −5, comme illustré ci-dessous :
Le résultat trouvé (la valeur 1)sera mis dans la case en dessous de celle du coefficient 7.

• On répète le procédé pour remplir les cases restantes en multipliant à chaque fois le nombre
obtenu par 2.
Le résultat final est donnée par le tableau suivant :

3 -5 7 12 R
2 0 3 1 9 = 2×1+7
3 -5 7 12 R
2 0 3 1 9 30 = 2×9+
12

Le résultat R obtenu n’est autre que P (2).

II.4 Division euclidienne ou division suivant les puissances décroissantes


Dans cette section, nous verrons que les polynômes partagent de nombreuses propriétés et concepts
avec les nombres entiers. En particulier, les notions de diviseur, de multiples, de division eucli-
dienne, de PGCD, d’algorithme d’Euclide et d’irréductibilité des polynômes sont analogues aux
celles des nombres entiers.

Définition II.3 Divisibilité : Soient P, T ∈ R[X].


On dit que T divise P (ou P est divisible par T ) s’il existe Q ∈ R[X] tel que P = T.Q. Dans ce
cas, on note T |P .

Exemple 4

1 3
Le polynôme P (X) = X − 2 divise le polynôme Q(X) = 2X 2 + 2X − 2 car

1
Q(X) = (X − )(2X + 3).
2

5
Définition II.4 Division Euclidienne :
Soient P, T ∈ R[X], avec T 6= 0. Il existe un unique (P ; Q) ∈ R[X] × R[X] tel que

P = T.Q + R, avec deg R < deg T.

• Cette écriture est la division Euclidienne de P par T . De plus, Q et R sont appelés respecti-
vement le quotient et le reste de la division Euclidienne.

• T |P si et seulement si R = 0.

Exemple 5
X 4 +2X 3 −3X 2 −X +1 X 2 −1
X4 −X 2 X 2 +2X −2
2X 3 −2X 2 −X +1
2X 3 −2X
2
−2X +X +1
−2X 2 +2
X −1
La division Eucidienne de X 4 + 2X 3 − 3X 2 − X + 1 par X 2 − 1 est donnée alors par

X 4 + 2X 3 − 3X 2 − X + 1 = (X 2 − 1)(X 2 + 2X − 2) + X − 1.

Exercice 2

Effectuer la division Euclidienne de

1. X 3 + X + 1 par X 2 + X + 1.

2. X 3 + X 2 − X − 3 par X − 2.

Définition II.5 Plus grand commun diviseur (pgcd) :

• Soient P, Q ∈ R[X] tels que P ou Q est non nul.


Le plus grand commun diviseur de P et Q noté pgcd(P, Q) est le polynôme
unitaire de plus haut degré qui divise à la fois P et Q.

• Deux polynômes P et Q sont premiers entre eux si et seulement si pgcd(P, Q) = 1.


Problème : Comment on détermine le pgcd de deux polynômes ?
Solution : On applique l’algorithme d’Euclide qui consiste à effectuer les divisions Euclidiennes
successives des diviseurs par les restes.
On arrête l’algorithme lorsque le reste est nul et le pgcd est le dernier reste non nul rendu unitaire.
Revenons aux exemples précédents.
En posant P (X) = X 4 + 2X 3 − 3X 2 − X + 1 et Q(X) = X 2 − 1, déterminons le pgcd(P, Q).
Pour ce faire, effectuons les divisions Euclidiennes successives des divieurs par les restes comme
suit :

6
X 4 +2X 3 −3X 2 −X +1 X 2 −1
2
X +2X −2
X 2 −1 X −1
.
X 2 −1 X +1
.
0
.
X −1

Le dernier reste non nul de l’algorithme est X − 1 qui est un polynôme unitaire, ce qui implique
que

pgcd(P, Q) = X − 1.

Exercice 3 Déterminer le pgcd(P, Q) où

1. P (X) = 2X 3 − X + 1 et Q(X) = X + 3.

2. P (X) = X 3 + 3X 2 + X − 5 et Q(X) = X − 1.

II.5 Racine d’un polynôme, Ordre de multiplicité.


Définition II.6 Soient P ∈ R[X], α ∈ R et k ∈ N∗ . On dit que α est une racine (ou un zéro)
de P si P (α) = 0.

Proposition II.7

• α est une racine de P si et seulement si X − α divise P (X).

• On dit que α est une racine de P d’ordre de multiplicité k (k ≤ deg P ) si (X − α)k divise
P (X) alors que (X − α)k+1 ne divise pas P (X).

• Si k = 1, on dit que α est une racine simple de P .

• Si k = 2, on dit que α est une racine double de P .

• α est une racine d’ordre de multiplicité k si

P (α) = P 0 (α) = ... = P (k−1) (α) = 0, alors que P (k) (α) 6= 0.


Rappel
Rappelons les résultats essentiels :
Soit le polynôme T (x) = ax2 + bx + c. On pose√4 = b2 − 4ac : √
• Si 4 > 0 alors il y a deux racines : x1 = −b−2a
4
et x2 = −b+2a
4
. On dit que x1 et x2 sont deux
racines simples de T .
b
• Si 4 = 0 il y a une racine double x0 = − 2a . On dit que x0 est une racine double de T .

• Si 4 < 0 alors on pose 40 = −4 et on a deux racines complexes conjuguées :


√ √
−b−i 40 −b+i 40
z1 = 2a et z2 = 2a . z1 et z2 sont deux racines simples de C[X].

7
Exercice 4

1. Montrer que 1 est une racine double du polynôme P (X) = X 3 − X 2 − X + 1.

2. Montrer que (X − 2) et (X + 3) divise le polynôme P (X) = X 2 + X − 6.

Théorème II.8 Un polynôme à valeurs réelles de degré n supérieur ou égal à 1 admet au plus
n racines réelles distinctes.

Racines et ordre de multiplicité avec la méthode de Horner :

La méthode de Horner permet de déterminer l’ordre de multiplicité d’une racine d’un polynôme.

Exemple 6

Soit P (X) = X 4 + X 3 − 3X 2 − 5X − 2.
L’idée est de montrer que −1 est un zéro de P et trouver son ordre de multiplicité à l’aide de
la méthode de Horner.
• Montrer que −1 est un zéro de P . Compléter le tableau suivant :

1 1 -3 -5 -2 R
-1 0
• Alors P (X) = (X 3 − 3X − 2)(X + 1) + 0 = (X 3 − 3X − 2)(X + 1) = Q1 (X)(X + 1).
• Trouver l’ordre de multiplicité du zéro. On commence par vérifier que −1 est une racine de
Q1 , on place les coefficients des différents termes du polynôme Q1 dans le tableau de Horner.

1 0 -3 -2 R
-1 0
• Alors Q1 = (X 2 − X − 2)(X + 1) + 0 = Q2 (X + 1)
• On peut écrire alors P (X) = (X + 1)2 (X 2 − X − 2)
• On recommence le même processus avec le polynôme Q2

1 -1 -2 R
-1 0
• Alors Q2 = (X + 1)(X − 2) + 0 = (X + 1)(X − 2) alors P (X) = (X + 1)3 (X − 2)
• P admet une racine −1 d’ordre 3 (racine triple).
• On résume tout ce travail dans un seul tableau (tableau de Horner complet).

8
On peut trouver (X − 2) par la même méthode.

Exercice 5
Soit P (X) = X 3 − 3X 2 + 4
1. Montrer que −1 est une racine de P .
2. Effectuer la division Euclidienne de P par (X + 1).
3. Trouver le même résultat en utilisant le Schéma de Horner.

Théorème II.9
Un polynôme P est divisible par un polynôme Q si toutes les racines de Q sont aussi racines de P
avec au moins le même ordre de multiplicité.

Exemple 7
Le polynôme Q(X) = (X + 1)2 (X + 2) divise le polynôme P1 = (X + 1)2 (X + 2)2 mais pas le
polynôme P2 (X) = (X + 1)(X + 2)3 .

Polynômes irréductibles :

Définition II.10

• Soit P ∈ R[X] tel que deg P ≥ 1. On dit que P est irréductible si les seuls polynômes non
constants divisant P sont de la forme λP , avec λ ∈ R∗ .
En d’autres termes, un polynôme irréductible P est un polynôme non constant dont les seuls
diviseurs sont les constantes ou les produits de P par des scalaires réels.

• Dans le cas contraire, on dit que P est réductible : il existe Q ∈ R[X] tel que Q|P , avec
1 ≤ deg Q < deg P.

Exemple 8
1. X 2 − 2 = ( ... ).( ... ) est réductible dans R[X].
2. X2 + 1 est ... dans R[X].

Remarques :
• La notion de polynôme irréductible pour l’arithmétique dans R[X] est analogue à la notion de
nombre premier pour l’arithmétique dans Z.
• Les polynômes irréductibles dans R[X] sont les polynômes de degré 1 et les polynômes de degré
2 ayant un discriminant ∆ < 0.

9
Exercice 6

1. Décomposer les polynômes suivants en produit de polynômes irréductibles dans R[X]


(a) X 4 + X 2 + 4
(b) X 4 − 6X 3 + 7X 2 + 6X − 8
2. Soit le polynôme P (X) = X 4 − 5X 3 + 13X 2 − 19X + 10. Calculer P (1) puis P (2). En déduire
la factorisation en produit de polynôme irréductible dans R[X].

II.6 Division suivant les puissances croissantes


Etant donné un entier naturel p et deux polynômes A et B avec B(0) 6= 0, il existe un couple
unique de polynômes (Q, R) vérifiant :
A(X) = B(X)Q(X) + X p+1 R(X),
et (deg(Q) 6 p ou R = 0R[X] ).
Le polynôme Q est le quotient de la division de A par B suivant les puissances croissantes jusque’à
l’ordre p et le polynôme R le reste de la division de A par B suivant les puissances croissantes
jusqu’à l’ordre p.
Exemple 9
Déterminons le quotient de la division du polynôme suivant les puissances croissantes jusque’à
l’ordre 2 du polynôme A(X) = X 5 + X 4 + X 3 + 2X 2 + 4 par B(X) = X 3 + 2.

4 +2X 2 +X 3 +X 4 + X 5 2 +X 3
−4 − 2X 3 2 +X 2
2X 2 −X 3 +X 4 + X 5
−2X −2X 5
−X 3 +X 4
Le quotient Q(X) est alors donné par Q(X) = X 2 + 2 et le reste R(X) par R(X) = X 3 (X − 1).
On a donc A(X) = X 5 + X 4 + X 3 + 2X 2 + 4 = (X 3 + 2)(X 2 + 2) + X 3 (X − 1).
Remarque :
Cette division ne se termine jamais ! C’est pour cela qu’on indique "jusque’à l’ordre n · · · " et
on sait alors que le reste est constitué de monômes de degréé au moins n + 1
Exercice 7
Effectuer la division suivant les puissances croissantes à l’ordre 3 de A(X) = 2 + 3X − 2X 2 par
B(X) = 1 + X 2 − 2X 3 .

III Fraction rationnelle et terminologie


Définition III.1
Une fraction rationnelle à coefficients réels est une expression de la forme

P (X)
F (X) =
Q(X)

où P, Q ∈ R[X], avec Q est non nul.

10
Exemple 10
Voici trois exemples de fractions rationnelles :

1 X +5 X(X + 1)(2X − 3)
, ,
X X 2 − 4X + 6 X −6

Proposition III.2

• Le degré de la fraction rationnelle F est défini par deg F = deg P − deg Q.

• On dit que F est une fraction rationnelle irréductible si les polynômes P et Q sont premiers
entre eux (pgcd(P, Q) = 1).

• Toute fraction rationnelle admet un représentant irréductible équivalent.


P
• Soit F une fraction rationnelle de représentant irréductible · On dit que
Q
– α est une racine d’ordre de multiplicité k de F si et seulement si α est une racine d’ordre
de multiplicité k de P .
– α est un pôle d’ordre de multiplicité k de F si et seulement si α est une racine d’ordre
de multiplicité k de Q.
Remarque :
P (X)
Soit F (X) = Q(X) une fraction rationnelle. Si D = pgcd(P, Q) 6= 1 alors pour trouver un
représentant irréductible de F, il suffit de diviser P et Q par D.

Exemple 11

(X−1)2
1. F (X) = X 2 +1
, 1 est un zéro d’ordre 2, la fraction n’a pas de pôle réels.
X 2 +1
2. F (X) = (X−1)2
, la fraction n’a pas de zéro dans R.
2 √ √
3. la fraction rationnelle F (X) = XX−3 3 admet 3 et − 3 comme zéros (simples) et 0 comme
pôle d’ordre 3.

Exercice 8

On considère la fraction rationnelle suivante :

X 3 + 5X 2 + X + 5
F (X) = ·
X 4 + 5X 3
1. Montrer que F n’est pas irréductible, puis déterminer un représentant irréductible F1 de F .
2. Déterminer, s’ils existent, les racines et les pôles de F1 ainsi que leurs ordres de multiplicité.

11
III.1 Partie entière d’une fraction rationnelle.
P
Soit F = Q . Effectuons la division euclidienne de P par Q : il existe un couple unique de
polynômes (E, R) tel que :
P = QE + R,
avec deg(R) < deg(Q). Donc
R(X)
F (X) = E(X) + .
Q(X)

E(X) est appelée la partie entière de F (X). Remarque :


Si deg(P ) < deg(Q) alors E(X) = 0.

Exemple 12

1. Montrer que
X5 − 3 3
F (X) = 3
= X2 − 3 .
X X
2. Montrer que
X 3 + 2X 2 − 2X + 1 3X + 2
F (X) = 2
=X +2− 2
X +1 X +1
Conséquence :
Nous allons dans la suite du cours essayer de décomposer F en somme de fractions plus simples.
L’intérêt est de pouvoir : • Calculer facilement des valeurs.
• Déterminer la dérivée, des primitives.
• Trouver les éventuelles limites au voisinage de réels ou de +∞.

III.2 Décomposition en éléments simples d’une fraction rationnelle


Exemple introductif :
X 5 + X 4 + 5X 3 + 5X 2 + 2X + 1
Soit F la fraction rationnelle définie par F (X) = ·
X 2 (X 2 + 1)
2 1 2X + 3
En réduisant au même dénominateur on peut vérifier que F (X) = X + 1 + + 2+ 2 ·
X X X +1
• E(X) = X + 1 est la partie entière de F .
2 1 2X + 3
• F (X) = + 2+ 2 est la partie fractionnaire de F .
X X X +1
2 1
• et 2 sont appelés des éléments simples de première espèce (éléments admettant des pôles).
X X
2X + 3
• est appelé élément simple de deuxième espèce (éléments n’admettant pas des pôles).
X2 + 1
• On dit que F est décomposée en éléments simples sur R.

12
• Soit F une fraction rationnelle irréductible. Alors F s’écrit d’une manière unique comme
somme :

– d’une partie entière E(X),


a
– d’éléments simples de première espèce d’ordre i (du type ),
(X − α)i
aX + b
– d’éléments simples de deuxième espèce d’ordre j (du type ),
(X + αX + β)j
2

où les X − α et X 2 + αX + β sont les facteurs irréductibles de Q et les exposants i, j ∈ N


sont inférieurs ou égaux à la puissance correspandante dans cette factorisation.

• Si degF < 0, alors E(X) = 0.


Problème : Comment on décompose une fraction rationnnelle en éléments simples ?
Réponse : On revient à l’exemple précédent donné par la fraction rationnelle

X 5 + X 4 + 5X 3 + 5X 2 + 2X + 1 P (X)
F (X) = =
X 2 (X 2 + 1) Q(X)

où P (X) = X 5 + X 4 + 5X 3 + 5X 2 + 2X + 1 et Q(X) = X 2 (X 2 + 1).


1ère étape : Réduction de F .
Donner un représentant irréductible équivalent de F . Dans notre exemple, F est irréductible car
l’unique racine de Q, qui est 0, n’est pas une racine de P .
2ème étape : Décomposition de F en une partie entière et une partie fractionnaire
(F (X) = E(X) + F1 (X)).
• Si deg F < 0, alors E(X) = 0. Ainsi, F1 (X) = F (X).
• Si deg F ≥ 0, alors on effectue la division Euclidienne de P par Q afin de déterminer E(X).

X 5 +X 4 +5X 3 +5X 2 +2X +1 X 4 +X 2


X +1
.
.
.
4X 3 +4X 2 +2X +1

Ainsi, on obtient que P (X) = Q(X)(X + 1) + 4X 3 + 4X 2 + 2X + 1. Par suite,

4X 3 + 4X 2 + 2X + 1
F (X) = X + 1 + ·
Q(X)

4X 3 + 4X 2 + 2X + 1 P1 (X)
On pose E(X) = X + 1 et F1 (X) = 2 2
= ·
X (X + 1) Q(X)
3ème étape : Décomposition de F1 en éléments simples :

13
Dans notre exemple, on écrit F1 sous la forme de
a b cX + d
2
+ + 2
X X X +1
où a, b, c et d sont des constantes réelles à déterminer. On se ramène alors à résoudre l’équation
suivante :
a b cX + d 4X 3 + 4X 2 + 2X + 1
(E) : 2 + + 2 = ·
X X X +1 X 2 (X 2 + 1)
• 1ère méthode : Méthode d’identification
En réduisant au même dénominateur, on obtient
a b cX + d (b + c)X 3 + (a + d)X 2 + bX + a
+ + = ·
X2 X X2 + 1 X 2 (X 2 + 1)
Par identification, on a 

 a = 1,
a + d = 4,


 b = 2,
b + c = 4.

Ceci implique que a = 1, b = 2, c = 2 et d = 3.


• 2ème méthode : Méthode polaire
Pour déterminer a, il suffit de multiplier l’équation (E) par X 2 , puis remplacer X par le pôle
0. Ainsi, on obtient
(cX + d)X 2 4X 3 + 4X 2 + 2X + 1
a + bX + = ·
X2 + 1 X2 + 1
Pour X = 0, on déduit que a = 1.
Dans cet exemple, cette méthode ne permet pas de trouver b, c et d. Mais on peut trouver c à
l’aide de la méthode de la limite :

lim XF (X) = 4 = b + c.
X→∞

Puis on continue en choisissant des valeurs autres que les pôles.


• 3ème méthode : Choix de certaines valeurs simples autres que les pôles

Par exemple, en choisissant X = 1, X = −1 puis X = −2 on obtient


c+d 11


 1+b+ =

 2 2
1 −c + d

− =1−b+
 2 2
 −19 = 1 − b + −2c + d ·



20 4 2 5
En résolvant cette équation, on trouve que b = 2, c = 2 et d = 3.
• 4ème méthode : Méthode de la division suivant les puissances croissantes

On utilise cette méthode si la fraction rationnelle est de la forme F (X) = XPp Q(X)
(X)
. On effectue
la division suivant les puissances croissantes à l’ordre p − 1. On divise 4X + 4X 2 + 2X + 1
3

par X 2 + 1 jusqu’à l’ordre 1, après les avoir ordonnés suivant leurs puissances croissants.

14
1 +2X +4X 2 +4X 3 1 +X 2
1 +X 2 1 +2X
2X +3X 2 +4X 3

2X +2X 3
3X 2 +2X 3
Ainsi, on obtient

1 + 2X + 4X 2 + 4X 3 = (1 + X 2 )(1 + 2X) + X 2 (3 + 2X).

On dit qu’on a effectué la division suivant les puissances croissantes à l’ordre 1 de


P1 (X) = 1 + 2X + 4X 2 + 4X 3 par T (X) = 1 + X 2 .
Plus généralement, la division suivant les puissances croissantes à l’ordre k d’un polynôme
P (X) par un polynôme T (X), dont le monôme de degré 0 est non nul, est une division qui
permet d’avoir l’écriture suivante :

P (X) = T (X)Q(X) + X k+1 R(X), deg(Q) ≤ k. (1)

Cette division nous permet d’avoir la décomposition en éléments simples de F1 . En effet,

(1 + X 2 )(1 + 2X) + X 2 (3 + 2X)


F1 (X) =
X 2 (1 + X 2 )
1 2 2X + 3
= 2
+ + 2 ·
X X X +1
Remarques :
– On arrête le procédé de la division dès que le terme P (X) − T (X)Q(X) soit divisible par
X k+1 .
– Les polynômes Q et R qui vérifient (1) sont uniques.
– Dans l’exemple précédent, 0 est un pôle de F1 d’ordre de multiplicité 2. Maintenant si
a 6= 0 est un pôle d’ordre de multiplicité k, on pose Y = X − a puis on effectue la division
suivant les puissances croissantes à l’ordre k − 1.
– L’utilisation de la méthode de la division suivant les puissances croissantes est recomman-
dée en présence de pôles d’ordre de multiplicité élevé.
• 5ème méthode : Considération de parité
Lorsque la fraction à décomposer est paire ou impaire, on obtient facilement des relations sur
les coefficients de la décomposition en utilisant l’unicité de celle-ci.
2
Exemple 13 On cherche à décomposer sur R la fraction F (X) = X 4X+X+1
2 +1 . On obtient la facto-
4 2 2 2
risation du dénominateur : X + X + 1 = (X + X + 1)(X − X + 1).
Le théorème de décomposition nous ramène à écrire :
aX + b cX + d
F = + .
X2 + X + 1 X2 − X + 1
Puisque F(X)=F(-X), on a :

aX + b cX + d −aX + b −cX + d
+ 2 = 2 + 2
X2 +X +1 X −X +1 X −X +1 X +X +1

15
et par unicité de la décomposition on a donc a = −c et b = d. On calcule alors F (0) = b + d donc
b = d = 12 puis F (1) = 23 = a+1/2
3 + −a+1/2
1 donc a = c = 0. Ainsi :

X2 + 1 1/2 1/2
4 2
= 2 + 2 .
X +X +1 X +X +1 X −X +1
Exercice 9 Décomposer en éléments simples sur R les fractions rationnelles suivantes :

X4 X 2 + 3X + 5 X2
F1 (X) = , F 2 (X) = , F3 (X) = ,
X 2 + 3X + 2 X2 + X − 2 (X − 1)(X − 2)(X − 3)
X
F4 (X) =
(X − 1)3 (X − 2)

IV Application : Le contrôle de redondance cyclique


Le contrôle de redondance cyclique noté CRC, est un mécanisme permettant de vérifier si un mes-
sage, converti en binaire, a été correctement transmis de l’émetteur au récepteur d’un système
éléctronique en télécommunication.

Le principe du CRC est simple et il se base sur la manipulation des polynômes. En effet, toute
séquence binaire est représentée par un polynôme, dit binaire, dont les coefficients correspondent
aux bits de cette dernière. Par exemple, le message M donné par la séquence binaire 0110101001
est représenté sous la forme polynomiale suivante :

M (X) = 0.X 9 + 1.X 8 + 1.X 7 + 0.X 6 + 1.X 5 + 0.X 4 + 1.X 3 + 0.X 2 + 0.X 1 + 1.X 0
= X 8 + X 7 + X 5 + X 3 + 1.

Si maintenant on veut envoyer un message M, représenté par une séquence binaire, et qu’on espère
pouvoir, à sa réception, identifier s’il est erroné ou non, on envoie à sa place un message M 0 cor-
respondant au message initial M auquel aura été concaténé un code CRC de n bits, comme illustré
dans la figure ci-dessou. Ce code CRC est un code de contrôle qui est connu par l’émetteur et le
récepteur au moyen d’un polynôme, dit générateur et noté G. Le code CRC est détérminé de telle
sorte que G(X) divise M 0 (X), le polynôme associé au message binaire M 0 . Ou encore, le code CRC
est le reste de la division polynômiale de M (X) par G(X).

À titre d’exemple, prenons M : 10011010, correspondant à : M (X) = X 7 + X 4 + X 3 + X,


et le code CRC : 101 relatif au polyôme générateur : G(X) = X 3 + X 2 + 1 (représenté par
1101). Le message M 0 à transmettre, dans ce cas, correspond à : 10011010 101
| {z } |{z} de polynôme
M code CRC
M 0 (X) = X 10 + X7 + X6 + X4 + X2 + 1.

Vérifions que G(X) divise M 0 (X). En fait, il est à noter qu’il ne s’agit pas d’une division euclidienne
classique. Sachant que nous traitons des polynômes binaires, il faut s’assurer, pour chaque étape
de la division polynomiale, que les cœfficients du polynôme résultant sont binaires (0 ou 1). Pour
ce faire, nous appliquons la disjonction exclusive (dite XOR en anglais) : seuls les polynômes de
même degré sont supprimés, les autres deviennent unitaires. La division de M 0 (X) par G(X), en
suivant cette règle, est illustrée ci-après :

16
X10 + X7 6 4 2 X3 + X2 + 1
  +X +X +X +1
X10 + X 9 + X 7 X7 + X6 + X5 + X4 + X3 + 1
 
X9 + X6 4 2
  +X +X +1
X9 + X 8 + X6
 
X8 + X4 + X2 + 1

X8 + X7 + X5

X7 + X 5 + X4 2
  +X +1
X7 + X 6 + X4
 
X6 + X5 2
  +X +1
X6 + X5 3
  +X
X3 + X2
  +1 
X3 + X2
  +1 
0
Si le reste de la division de M 0 (X) par G(X) n’est pas nul, cela indique la présence d’une erreur
de transmission dans le message initial M .

Maintenant, pour trouver le code CRC, nous effectuons une divion polynômiale du polynôme associé
au message initiale M , auquel nous concaténons n bits nuls correspondant à la longueur du code
CRC, ou encore au degré de G, par G(X).

Pour M : 10011010, nous divisons le polynôme associé à la séquence 10011010 000 par G(X). Le
résulat trouvé correspond à X 2 + 1 : 101 en binaire.

Exercice :

1. Prenons le message M de 16 bits suivant : 1011000100101010 et G(X) = X 3 + 1 le polynôme


générateur.
2. Étant donné que G(X) est de degré 3, il s’agit d’ajouter 3 bits nuls à M comme suit :
1011000100101010000

17
afin de trouver le code CRC. Vérifier de deux manières différentes que le code CRC est : 001
3. Vérifier si le message M 0 : 101100100101010001 correspond bien à un message M correcte-
ment transmis ou non.

18

Vous aimerez peut-être aussi