Vous êtes sur la page 1sur 88

MEMOIRE DE FIN D’ETUDE EN VUE

DE L’OBTENTION DU DIPLOME DE MAITRISE EN GESTION


OPTION : FINANCE ET COMPTABILITE
SESSION 23 AOUT 2009
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise
De travaux publics
Cas de la société COLAS Madagascar

Présenté par LALAOARISOA Armandine


Encadreur professionnel : Encadreur pédagogique :

Rivosolo RASOAMIARAMANANA Saholiarimanana ANDRIANALY


Gestionnaire des matériels Professeur en gestion
REMERCIEMENTS

Afin de matérialiser le mémoire, les années d’études théoriques sont suivies d’un stage
pratique.
Pendants ces trois mois de stage nous avons rencontrés de nombreux problèmes
surtout lors de l’élaboration du mémoire mais grâce a l’aide de Dieu notre seigneur et
l’assistance bienveillante des parents, le travail a été réalisé.
Aussi ; nous tenons à remercier vivement :
-Monsieur, RANOVONA ANDRIAMARO, Doyen de la faculté de Droit ; Economie ;
Gestion et Sociologie,
Et Monsieur, ORIGENE ANDRIAMASIMANANA OLIVIER, Chef de département de la
filière gestion de nous avoir donné l’opportunité de goûter aux bienfaits bénéfiques de cette
école supérieure.
En outre, nous adressons notre profonde gratitude à Monsieur JEROME BELLEMIN,
Directeur Général de la Société COLAS qui nous a donné la chance d’être une stagiaire au
sein de la Société.
Nous adressons aussi nous vifs remerciements à Monsieur GERARD FOREIX,
Directeur du département matériel de nous avoir accueilli dans son service et Monsieur
RIVOSOLO RASOAMIARAMANANA, Gestionnaire des matériels de nous avoir encadré
durant les stages, et tous les personnels de nous avoir donné des conseils, des informations
nécessaires à la réalisation de notre mémoire.
De plus nous remercions également le professeur SAHOLIARIMALALA
ANDRIANALY, pour ses conseils et son encadrement satisfaisant.
Enfin, nous tenons à remercier tous ceux qui, de près ou de loin, nous ont apporté leur
contribution à l’élaboration de ce travail.
LISTE DES ABBREVIATIONS
AR : Ariary

Bat&GC : Bâtiment ET Génie Civil

BC : Bon de Commande

BR : Bon de Réception

BL : Bon de Livraison

COLAS : Cold Asphalte

CITROA : Compagnie Industrielle des Travaux Publics et Ouvrage d’Art

CMUP : Coût Moyen Unitaire Pondéré

DA : Demande d’Approvisionnement

Délai d’APPRO : Délai d’Approvisionnement

GTE : Grands Travaux de l’Est

GESCOM : Gestion Commerciale

GPS : Global Positioning System

GM : Gestion Matérielle

IBS : Impôt sur les Bénéfices des Sociétés

IAS : International Accounting Standard

ITS : Industrie Technique et service

SA : Société Anonyme

TF : Taux Financière
LISTE DES FIGURES

N°Figure NOM

Figure 1 Organigramme de COLAS Madagascar

Figure 2 Organigramme de la GM

Figure 3 Circuit d’une D.A

Figure 4 Système de Gestion

Figure 5 Circuit d’information

Figure 6 Crédit bail et location financière


LISTE DES TABLEAUX

N° Tableaux Nom

Tableau 1 Projet d’investissement

Tableau 2 Récapitulatif par dotations

Tableau 3 Liste des fournisseurs

Tableau 4 Procédure pour la facture

Tableau 5 Procédure pour la livraison et

réception

Tableau 6 Procédure pour la réception des pièces

ou matériels
PLAN
PARTIE I : Présentation de la société COLAS Madagascar et théorie
générale sur la gestion du matériel.
Chapitre 1 : Présentation de la société COLAS Madagascar
Section 1 : Description de la société COLAS
1- Historique de la Société COLAS
2- Présentation de COLAS Madagascar
3- Statut de la Société COLAS Madagascar
Section 2 : Organigramme et activités de COLAS Madagascar
1- Organigramme
2- Activités

Chapitre 2 : Théorie générale sur la gestion du matériel


Section 1 : Gestion de la logistique et du transport
1- La fonction logistique
2- La logistique
3- La gestion du transport
Section 2 : Gestion d’un parc matériel
1- Organisation d’un parc matériel
2- Mouvement et comptabilisation des matériels
3- Suivis des matériels

PARTIE II : Analyse critique de la situation existante


Chapitre 1 : Description du fonctionnement du département matériel
Section 1 : Activités de la GM
1- Investissement des matériels
2- Achats des pièces de rechanges
3- Transfert des matériels
Section 2 : Présentation du département matériel
1- Organigramme
2- Service au sein du département matériel
3- Description des différents matériels utilisés par la GM
Chapitre 2 : Analyse des problèmes rencontrés lors de la prise de connaissance du
département Matériel
Section 1 : Problèmes liés à l’organisation
1- Insuffisance de suivi des procédures
2- Communication insuffisante
3- Définition imprécise des taches et des responsabilités
Section 2 : Problèmes liés au département matériel sur la gestion matérielle
1- Problème d’approvisionnement
2- Problème de choix de financement

PARTIE III : Solutions et résultats attendus


Chapitre 1 : Proposition des solutions
Section 1 : Amélioration du système organisationnel
1- Création des manuels de procédure
2- Renforcement de la communication
3- Renforcement de l’organisation des activités
Section 2 : Amélioration de la gestion matérielle
1- Amélioration de la gestion d’approvisionnement
2- Amélioration du choix de financement

Chapitre 2 : Résultats attendus


Section 1 : Résultat économique
Section 2 : Résultat social
Section 3 : Résultat financier
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.

INTRODUCTION
Actuellement, la grande préoccupation de chaque nation ou chaque entreprise est l’évolution
de la vie économique puisque l’on est en plein période de mondialisation ou globalisation.
Pour cela ; l’entreprise doit avoir une vision claire avec des valeurs nobles et surtout doit
définir une bonne stratégie pour acquérir ou retenir une place importante sur le marché et ainsi
réaliser du profit et de la croissance.
La gestion consiste principalement à organiser, prévoir, contrôler, commander et coordonner
les différentes ressources dont l’entreprise dispose.
Les problèmes de gestion des différentes ressources du département matériel ne permettent
pas à COLAS Madagascar SA d’atteindre parfaitement tous ses objectifs. Ou comment gérer le
parc matériel et les différentes ressources qui contribuent à cette gestion afin d’optimiser
l’exploitation des machines au service de la société. C’est pourquoi nous avons choisi le thème
« Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel de travaux publics cas de la Société
Anonyme COLAS Madagascar. » puisque son objet c’est de d’aider l’entreprise à améliorer la
gestion des différentes ressources au sein du département matériel et son intérêt est de pouvoir
prévenir ou prévoir le futur face à un environnement très concurrentiel.
Nous avons choisi la société COLAS Madagascar SA comme centre d’analyse pour une
illustration de cette méthode parce qu’elle est une grande société très développée grâce à ces
nombreuses activités et ses nombreuses implantations dans le monde. Donc la mise en place
d’une meilleure gestion pour la performance, la fiabilité, et surtout pour gagner de plus grandes
parts de marché est très importante.
Pour cela, il faut établir un plan d’action bien déterminé, portant en premier lieu sur le plan
organisationnel qui contribue à définir ou créer un manuel de procédure pour améliorer le
fonctionnement des différentes services au sein du département matériel. Ensuite renforcer la
communication en vue de mettre tous les services au courant de la vie de la société et des
chantiers qui est nécessaire pour une bonne exécution des travaux. Enfin améliorer
l’organisation des différentes activités afin d’éviter certaines confusions des taches et créer un
bon climat social. En second lieu sur le plan de la gestion, il faut tout d’abord améliorer la
gestion des approvisionnements et bien déterminer les besoins du département en temps utile et
au meilleur coût. Ensuite améliorer la gestion du choix de financement pour alléger les charges
de financements des divers travaux de la société.

1
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
Dans cette démarche, nous allons utiliser des documents au près des bibliothèques et les
cours de nos études dont nous avons besoins pour pouvoir proposer des solutions et pour
défendre nos arguments.
Des enquêtes au près des travailleurs du département matériel pour recueillir des
informations.
Voici notre plan de devoir qui sera composé de 3 parties :
La première s’intitule : le cadre général de l’étude qui se structure en deux parties à savoir la
présentation de la société colas qui expose l’histoire de la société colas dans un premier temps ;
ensuite la présentation de la société colas Madagascar SA et la seconde la théorie général sur la
gestion matériel qui développe les différentes théories suivantes : la fonction logistique ; la
fonction transport ; la gestion des parcs matériels.
Quant à la seconde partie, elle s’intitule : analyse critique de la situation existante qui se
structure aussi en deux chapitres à savoir : l’un la description du fonctionnement du département
matériel qui expose la présentation du département matériel, les différents matériels utilisés au
sein du département matériel. L’autre chapitre qui a comme titre l’analyse des problèmes
rencontrés durant la prise de connaissance du département matériel, elle parle en premier lieu des
différents problèmes liés à l’organisation qui sont : l’insuffisance de manuel de procédures,
l’insuffisance de communication, la mauvaise répartition des tâches et responsabilités et en
second lieu, les différents problèmes liés à la gestion du parc matériel qui sont les problèmes sur
l’approvisionnement et les problèmes sur les choix de financement.
Pour la troisième partie qui consiste à proposer des solutions pour l’amélioration de la gestion
matérielle qui s’intitule proposition des solutions et résultats attendus. Elle se divise aussi en
deux chapitres : l’une la proposition de solutions sur le plan organisationnel et des solutions en
matière de gestion de parc matériel et l’autre chapitre parle des résultats attendus sur le plan
financier, économique et social.

2
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.

PARTIE 1 :
PRESENTATION DE LA SOCIETE COLAS MADAGASCAR ET
THEORIE GENERALE SUR LA GESTION MATERIELLE

Avant d’entamer notre devoir, nous devrons à priori connaître COLAS dans ses
caractéristiques, son historique, ses activités pour donner un petit aperçu concernant la société.
Ce chapitre présentera les origines de la société COLAS au niveau International et l’histoire de la
société COLAS Madagascar, en premier lieu et dans un deuxième temps il expose la structure
organisationnelle et sa vocation.

3
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
Chapitre 1 : PRESENTATION DE LA SOCIETE COLAS MADAGASCAR

Madagascar est connu pour ses richesses et sa biodiversité. Etant un pays en voie de
développement, le pays se doit de travailler en partenariat avec les pays et organisations étrangers
qui continuent de l’aider à exploiter ses atouts. De nombreuses entreprises internationales y sont
implantées, parmi elles figure COLAS MADAGASCAR.

Section 1 : Description de COLAS

1-Historique de la société COLAS :

La société COLAS, sise à Paris, a été créée en 1929 et publiée en tant que société par la loi
du 06 juin 1929. COLAS est le diminutif de « COLD ASPHALTE » signifiant « enrobée à
froid ».
Elle est fondée à Paris en 1929, ayant pour siège 7, Rue place René Clan – 92653 Boulogne
Billancourt CEDEX, Tél 47617500 (Fax : 476176). La société dispose de 40 agences à travers le
monde entier, 53000 associés à travers 1200 établissements et réalise des milliers de chantiers par
an.
Depuis sa création, les activités de la société n’ont pas changé c’est-à-dire la réalisation des
travaux publics, de bâtiments, le génie civil, les ouvrages d’art, le terrassement, les travaux
routiers, les aérodromes, les ouvrages hydrauliques, le forage, les réseaux divers.
La société COLAS se présente dans le monde entier comme étant le leader mondial de la
construction et de l’entretien routier. Voici quelques pays dans lesquels COLAS s’implante :
- Amérique du Nord : actuellement, suite à sa politique active d’acquisition, COLAS
constitue avec ses 13 filiales (10 aux Etats-Unis, 3 au Canada) un acteur moyen de la
construction et de la réhabilitation routière sur le continent nord-américain.
- Europe de l’Ouest et du Nord : dans ce secteur, le groupe est présent notamment en France
(COLAS Ile de France Normandie, COLAS Rhônes-Alpes, COLAS Midi-Méditerrannée…), en
Belgique, après il s’est répandu dans d’autres provinces telle que le Danemark, la Finlande, la
Grande-Bretagne, l’Irlande et la Suisse. Ces pays sont donc le prolongement naturel du marché
Français.
- Europe Centrale : outre son implantation en Allemagne et en Autriche, le groupe a créé des
sociétés locales en Hongrie, en République Tchèque, en Slovaquie, en Roumanie et en Pologne.

4
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
- Afrique et Océan Indien : Les activités dans ce secteur se répartissent entre :
Le Maghreb (Maroc) pour les constructions routières ou industrielles ;
L’Afrique de l’Ouest pour les grands chantiers routiers sur financements multilatéraux ;
L’Afrique du Sud pour les activités industrielles ;
L’Océan Indien ainsi que l’Afrique Australe (Maurice, Madagascar, Comores, Djibouti…)
pour les chantiers de route, de bâtiments et assainissements.
- Asie : COLAS diffuse ses technologies et son savoir-faire en s’alliant avec des partenaires
locaux, pour créer des unités industrielles, par exemple en Thaïlande, en Chine, en Inde, en
Indonésie, au Vietnam,
Parmi ces pays, nous allons étudier le cas de COLAS MADAGASCAR.

2- Présentation de COLAS Madagascar :

En 1960, GTE (Grands Travaux de l’Est) et CITROA (Compagnie Industrielle des Travaux
publics et Ouvrages d’Art) ont été fusionnés et étaient rachetés par COLAS Madagascar. La
filiale s’implante à Antananarivo sur une superficie de deux (2) hectares, dont la boîte postale est
le BP 133 Anosibe, Tél 22 204 16, adresse e-mail : colas@colas.com .
Trois (3) secteurs dans les domaines des travaux publics et privés caractérisent désormais les
activités de COLAS Madagascar, à savoir :
 Routes ;
 Bâtiments
 Génie Civil

Le parc matériel hérité de GTE a été renforcé voire même renouvelé. A titre d’exemple, la
dotation d’un bateau et d’un avion bimoteur de service.
• Des installations industrielles ont également été créées :
• Carrière et station de concassage ;
• Usine d’émulsion Centrale d’enrobage ;
• Stations pondérales ;
• Laboratoires d’analyse.

Aussi, COLAS Madagascar devient-elle « l’agence phare » du groupe dans la zone Océan
Indien. Mais compte tenu des instabilités et des crises aussi bien économiques que politiques qui

5
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
prévalaient à Madagascar, COLAS Madagascar ne pouvait pas se développer normalement. Par
conséquent, les marchés et les offres n’ont pu s’améliorer qu’à partir de l’année 1997. Dans le
groupe, on trouve deux (2) grosses entités dont COLAS France et COLAS International et c’est
cette dernière à laquelle s’affilie COLAS Madagascar en l’occurrence dans la direction régionale
de l’Océan Indien.
Dans l’Océan Indien, le groupe COLAS, reconnu généralement pour ses travaux routiers a
diversifié son activité dans le bâtiment et le génie civil et COLAS Madagascar ne sont pas en
reste depuis ses 50 ans d’existence. En attendant la relance économique du pays d’une part et afin
de poursuivre sa progression de ces dernières années, COLAS Madagascar essaie de renforcer sa
stratégie externe, sa stratégie est donc de se développer par croissance externe, c’est la raison
pour laquelle elle soumissionne aux marchés des pays riverains de la zone Océan Indien,
Maurice, les Comores, l’Afrique du Sud… Cette stratégie devrait les conduire à franchir la barre
des 50% des ses activités dans un prochain avenir.
Face à la concurrence nationale et internationale sur les travaux publics et privés, COLAS
Madagascar vise une forte croissance. Ses objectifs sont :
 Acquisition d’une très grande part de marché afin de réaliser un important chiffre
d’affaires ;
 La maintenance de son leadership sur le plan national ;
 Le pouvoir de rester en compétition au niveau international ;
 Le pouvoir de répondre aux attentes de la clientèle en améliorant le rapport
qualité/prix ;
 La réduction d’éventuels dangers publics (accidents, pollution…).

6
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.

3-Statut :

Les actions de COLAS Madagascar sont réparties entre ses actionnaires courants et ceux qui
pourraient en rajouter d’autres ultérieurement. Elle est régie par les lois en vigueur sur les
sociétés anonymes (S.A.). Elle subsiste par conséquent sous le régime des Sociétés Anonymes.
La société mère sise en France étant également une S.A. où les actionnaires ne se connaissent pas
et qu’ils sont également responsables de leurs apports.
COLAS Madagascar remplace la société « GRANDS TRAVAUX DE L’EST » ou GTE qui a
déjà exercé son activité de travaux publics et privés et de bâtiments pendant 30 ans. Le groupe
est considéré comme le N°1 de la construction et de l’entretien routier à Madagascar.

Vu cette brève présentation de la société colas, nous allons voir en détail sur son histoire en
parlant de son organigramme et ces différentes activités

Section 2 : Organigramme et activités de COLAS MADGASCAR

1-Organigramme :

Vu le statut de la société COLAS Madagascar, nous allons poursuivre avec les


caractéristiques organiques de celle-ci.

Nous avons eu un aperçu de l’activité de COLAS Madagascar dont la base repose sur trois
(3) grands axes qui sont : la route, le bâtiment et le génie civil. Ces 3 axes sont gérés par deux (2)
centres dont le centre routes et celui du bâtiment - génie civil.
La direction générale de COLAS Madagascar dirige les départements suivants :

 Le Département Administratif et Financier (DAF) regroupant les services :


Le service de la Comptabilité : qui dresse le résumé analytique de tous les chantiers, fait
un rapprochement comptable des états d’avancement des travaux et vérifie les dépenses. La
finance s’occupant de la gestion de la trésorerie.
Le service juridique : qui réglemente les litiges et vérifie si les procédures des chantiers
sont en règle.

7
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
Le service du personnel : qui se charge de l’embauche et de la paie des travailleurs tous
les 15 et 30 du mois.
 Le Département Bâtiment – Génie civil : ce centre compte une trentaine de
chantiers. Aucun chantier bâtiment ne ressemble à celui de Madagascar car il possède une
grande richesse au niveau construction (briques artisanales, parpaing, moellon béton armés,
béton préfabriqué, second œuvre…).

Ce centre possède également une activité de génie civil performante, à même d’utiliser du
béton précontraint. La partie génie civil travaille pour de nombreux ouvrages compris dans
les chantiers du centre route ou parfois pour des projets isolés (ex : Le pont d’Ivoloina à
Tamatave). Afin d’approvisionner plus rapidement les chantiers et de ne pas employer des
sous-traitants peu fiables en matière de qualité et le délai de livraison des fournitures, le
centre a mis en place un atelier bois et fer qui s’occupe de la mise à disposition de produits
bruts pour les coffrages, de menuiseries bois ou métalliques et de divers travaux en la matière
ou en fer.
Ce service « atelier bois et fer » possède un savoir-faire impressionnant ce qui est
nécessaire vues les fantaisies que se permettent les architectes à Madagascar ne serait-ce que
pour des poteaux, des corniches ou des escaliers ornés de nombreux motifs dont les coffrages
sont particulièrement complexes.

 Département Route : Il détient une vingtaine de chantiers en activité et un


laboratoire qui assure les contrôles des qualités pour tous les chantiers de l’île.Ce
laboratoire travaille aussi bien pour le département route que pour celui du bâtiment –
génie civil.

 Département Matériel : Le rôle de ce département est de fournir des matériels aux


autres départements de COLAS.Sa mission est aussi d’optimiser la durée de vie du
matériel en effectuant les opérations de maintenance nécessaires au cours de la vie de
chaque engin et au début de chaque nouveau chantier. Il s’acquitte également de
l’importation des nouvelles machines, le transport des engins sur les chantiers, le suivi de
la location des machines et le ravitaillement en carburant et en lubrifiant des chantiers.

8
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.

Figure N°1 : Organigramme général de COLAS MADAGASCAR

DIRECTION GENERALE

DEPARTEMENT DEPARTEMENT DEPARTEMENT DEPARTEMENT


ADMINISTRATIF ET MATERIELS * BATIMENT GENIE ROUTE
FINANCIER CIVIL

BUREAU D’ETUDES

CENTRE INDUSTRIE

QUALITE-SECURITE-HYGIENE--

* Cf. Organigramme du Département Matériel


Source : Département matériel, société Colas

2-Activités :
COLAS à Madagascar est spécialisé dans la construction de tous les travaux de route (publics
et privés),dans la construction de bâtiments et d’ouvrages d’art, dont l’ édification de barrages
hydrauliques, le terrassement, la construction d’aérodromes ainsi que les voiries et tous les
travaux pouvant s’y rapporter.

Ces activités se subdivisent en trois (3) réalisations principales :


 Les travaux routiers
 Le bâtiment
 Le génie civil

9
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.

 Travaux routiers :
Ces travaux sont assurés par le troisième département qui procède à la construction et
l’entretien périodique des routes. Ces activités regroupent : terrassements de tout type, grave-
bitume, grave émulsion, enrobe dense à chaud, semi granulé et coulé à froid. Les plus grands
chantiers se trouvent en brousse. Voici quelques exemples de travaux routiers effectués par
COLAS :
 Réhabilitation des routes nationales : n°4 (Mahajanga), n°5 (Sambava – Antalaha),
n°7 (Tuléar), …
 Aménagement des aérodromes : Antalaha, Fort-Dauphin, Diégo, Sainte-Marie,
Tuléar.
 Aménagement et renforcement des aéroports : Diégo, Sambava, Antalaha,
Mahajanga, Tamatave, Sainte-Marie, Fort-Dauphin.

 Travaux de bâtiments et génie civil :


Ces travaux sont assurés par le département bâtiment et génie civil spécialisé dans la
construction d’habitations (logements collectifs, maisons individuelles, bâtiments administratifs,
industriels et commerciaux).
Exemple :
- Carlton – Colbert
- Lycées français d’Ambatobe
- Ambassade de russe
- Palais de la justice
- Ministère de l’intérieur, de l’agriculture, des eaux et forets

Et aussi dans la construction et la réalisation de terrassement, de renforcement de ponts, de


barrages, de travaux d’irrigations, des voiries d’assainissement et des réseaux divers.
Exemple :
- construction et renforcement des ponts : Ambila, Majunga, Tamatave, vohémar,
Antsohihy, …
- Construction de barrages : Analavory, Ranofotsy, Tahazo, …

10
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
Ainsi, nous pouvons dire que la société COLAS est une multinationale, leader mondial dans
le domaine dans le domaine de la construction de route, et qu’elle répond aux besoins du pays en
voie de développement que nous sommes.
Maintenant pour continuer notre devoir nous allons parler de la gestion du parc de matériel
pour pouvoir mieux cerner notre thème.

CHAPITRE 2 : THEORIE GENERALE SUR LA GESTION DU MATERIEL


Pour commencer ce chapitre nous allons parler de la gestion du transport et de la
logistique en expliquant les enjeux et les objectifs de ces services dans la gestion du matériel.

Section 1 : Gestion transport et logistique

1. Fonction logistique :

La logistique est une fonction de management. Elle associe la gestion de flux physiques et
de flux immatériels d’ informations La logistique est gérée par les logisticiens. Par extension, un
logisticien peut être une personne morale, le prestataire en logistique. Plus que logisticien, on
parle de plus en plus de supply chain manager. Cet anglicisme regroupe les métiers de gestion de
la chaîne d’approvisionnement : prévisionniste, planificateur, responsable des transports,
déployer… La fonction logistique gère directement les flux matières, et indirectement les flux
associés immatériels : flux d’information et flux financiers. Les flux matières sont souvent
subdivisés arbitrairement comme : « amonts »(de la production à l’ entrepôt) ; « avals »(de l’
entrepôt à la consommation) ; « retours » le flux retours(reverse logistics) (du consommateur au
recycleur ou destructeur ou bien du consommateur au producteur).

2. La logistique :

 Définition
Auparavant, la logistique était une branche de la philosophie et correspondait à la
logique. Actuellement, dans le domaine économique, c’est l’ensemble des caractéristiques
concernant la politique d’approvisionnement de stockage, de transport et de distribution de

11
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
l’entreprise. Pour d’autres, c’est le regroupement de la gestion d’ensemble des moyens mis en
œuvre pour déplacer et transformer les produits ou et quand il le faut au moindre coût. Pour l’
Aslog (Association des logisticiens d’entreprise), la logistique est l’ensemble des activités
ayant pour objet ; la mise en place au moindre coût d’ une quantité déterminée d’ un
produit(ou service) à l’ endroit et moment ou une demande existe.(Concernant notre thème
cette dernière correspond à notre étude).
 Enjeux de la gestion de la chaîne logistique :
La chaîne logistique cherche à garantir au producteur et au distributeur une qualité. C’est à
dire la conformité du service logistique avec ce qui figure au cahier des charges. Cela leur donne
un avantage concurrentiel, opposable à leurs compétiteurs sur le marché. L’optimisation de la
qualité de service permet par conséquent d’augmenter les ventes et/ou les parts de marché.

• Le faire à moindre coût permet d’améliorer la marge bénéficiaire de l’entreprise.


• Y parvenir en garantissant l’intégrité des personnes, et de l’environnement, c'est-à-
dire la sécurité et la sûreté permet à l’entreprise de rester présente sur le marché, d’ une
part en évitant les sanctions, d’ autre part en communiquant sur des thèmes actuels,
comme le « développement durable » ; les « produits et les services éthiques », le
« respect de l’environnement » …
Au moins ces trois paramètres (qualité, productivité, sécurité) et dorénavant la sûreté,
dépendants les uns des autres, pourraient expliquer l’importance dorénavant stratégique de la
fonction logistique pour de nombreuses entreprises ; par conséquent des directeurs logistiques
(ou des directeurs de la supply chain) sont appelés à siéger dans les comités de direction et
rapportent directement aux représentants des actionnaires des entreprises. Plus globalement, dans
ce cas, c’est la pression de l’environnement qui a crée la fonction.

Entre ces partenaires, qui composent la chaîne logistique, circulent trois catégories de flux :
• Des flux de marchandises (qui vont de l’amont vers l’aval).
• Des flux financiers (qui vont en sens inverse)
• Des flux d’information (qui vont dans les deux sens) :

• De l’amont vers l’aval : en suivant les flux physiques,


• De l’aval vers l’amont : remontée d’information en provenance du
consommateur.

12
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
On notera que les flux financiers sont souvent électroniques (information gérée
électroniquement), sauf lorsque le paiement est fait en espèces. Les autres moyens de paiements
(chèque, mandat, carte de crédit…) entraînent des échanges d’information électroniques (appelés
EDI, Echange de Données Informatisé) entre les banques du client et du fournisseur.

Gérer la chaîne logistique, c’est fluidifier les flux en optimisant autant que possible les
coûts. Les coûts sont principalement :

• Les coûts de conception des produits


• Les coûts d’approvisionnement
• Les coûts de production
• Les coûts de possession des stocks
• Les coûts d’acheminement
• Les coûts de rupture
• Les coûts financiers associés.

Dans le processus d’optimisation globale de la chaîne logistique, on parle de plus en plus


de coût total de possession.

La gestion de la chaîne logistique (ou supply chain management) est une vision intégrée
de la logistique qui s’occupe de l’ensemble des flux et processus de mise à disposition des
produits de la conception jusqu’ au client final et ce pendant tout le cycle de vie des produits. Le
supply chain management intègre de plus en plus les contraintes liées à la « reverse logistic »
(flux de retour et de recyclage des produits).

La fonction logistique prend en charge la gestion des flux matières (ou marchandises) et
s’intéresse à leur environnement. La notion d’environnement est toujours une notion relative.
L’environnement est constitué pour la logistique :
• Des ressources (ressources humaines, source d’ énergie et carburants…),
• Des biens nécessaires à la réalisation de la prestation logistique (entrepôts,
outillages, machines…)
• Des services (emballage, fournitures, transport, systèmes d’informations, contrôle
de gestion).

13
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
On distingue plusieurs indicateurs de la chaîne logistique
Les indicateurs doivent permettre :
• De mesurer la performance des différentes organisations (fournisseurs, transports,
entrepôts, services logistiques…).
• De piloter l’activité selon les objectifs principaux du métier (taux de service,
niveaux de stock, coût, productivité…).

Exemple d’indicateurs de stocks.


• Evolution de la valeur de stock
• Evolution de la couverture de stock
• Evolution de la démarque
• Evolution de l’obsolescence

Exemple d’indicateurs de la fonction approvisionnement


• Fiabilité de la planification
• Délai de livraison
• Taux de disponibilité
• Taux de service
• Evolution du nombre de commandes ou du nombre de lignes de commande
Exemple d’indicateurs de l’entrepôt
• Suivi de l’absentéisme
• Evolution du volume traité dans chaque processus de l’entrepôt
• Coût par unité d’œuvre de chaque processus
• Suivi de l’utilisation des capacités
• Taux de service de chaque processus
• Productivité de chaque processus
Exemple d’indicateurs de transport
• Suivi de l’utilisation des capacités
• Suivi du coût par unité de transport, par ligne de transport…
• Taux de service
• Taux de démarque

14
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.

Exemple d’indicateurs de la logistique de retours


• Taux de service
• Coût par rapport au flux produit
• Suivi du niveau de stock en retour

Source : logiciel gestion BTP : http://www.ixbat.com

3-Gestion de transport :
 Définition
C’est le déplacement d’un ou plusieurs objet(s) d’un point de départ A vers un point d’arrivée B.

 Principe
Il s’agit de la qualité de transport qui dépend de la : sécurité, de la régularité, de la flexibilité
et de la disponibilité.

 : Objectif
En général, le transport à deux objectifs fondamentaux : réaliser les demandes de transport au
bon moment, au bon endroit et livrer les matériels transportés sans dommages.
Voilà en ce qui concerne pour la gestion de transport et logistique qui constitue un outil très
important pour la performance de la gestion des ressources matériels, maintenant, pour continuer
nous allons parler de la gestion des parcs matériels. Dans cette partie nous essayons d’expliquer
ce que c’est la gestion du parc matériel et connaître les moyens et différents contrôle pour
organiser les matériels.

Source : cours gestion transport et logistique 2009 (1e année)

15
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.

Section 3 : La gestion parc matériel

1-Organisation d’un parc matériel :


La gestion du matériel consiste à maintenir et à développer l’ensemble des ressources en
matériels nécessaires à l’entreprise pour l’accomplissement de ses travaux afin d’atteindre les
objectifs qu ‘elle s’est fixée et de réaliser du profit.
Un parc matériel c’est un ensemble des machines, outillages ou pièces qui permettent d’exécuter
des travaux

La gestion matérielle est donc :


- L’organisation et le planning des matériels sur les chantiers depuis le siège
- L’organisation et le planning des demandes de matériel des chantiers
- La gestion des achats et le stockage des différentes pièces et lubrifiants
- Le suivi des consommations de carburant
- Le suivi de la main d’œuvre nécessaire à la maintenance du matériel
- Le suivi du coût matériel

2-Mouvement des matériels et comptabilisation :


 Mouvement des matériels :
L’ensemble des matériels constitue la majeure partie du patrimoine de l’entité, il représente
aussi un des moyens dont chaque entité a besoin pour réaliser ses activités programmées .Les
mouvements des matériels se situent depuis l’acquisition des matériels jusqu’à leur affectation
au différents utilisateurs . Pour la bonne marche de ces mouvements, on procède aux étapes
suivantes :
• Il faut tenir un registre d’entrée
Dans le cas d’une acquisition
• Etablissement d’une fiche d’entrée
• Inscription sur le journal, le numéro et la date constituent la prise en charge
• Enregistrement de chaque article dans le grand livre
Dans le cas de transfert
• Signature de la fiche d sortie en guise de réception
• Etablissement de la fiche d’entrée correspondant

16
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
• Inscription journal
• Porter le numéro et la date d’entrée sur l’ordre de sortie du service
expéditeur
• Enregistrement de l’article dans le grand livre
Dans le cas de sortie
• Il faut tenir un registre de sortie
• Etablissement d’une fiche de sortie
• Inscription au journal : numéro à porter sur l’ordre de sortie
• Réception de l’ordre de sortie revêtu de la signature du responsable après
remise du matériel

 Enregistrement du matériel ou pointage

En matière de gestion des matériel on appelle la comptabilisation par « pointage »,


l’entreprise utilise des documents administratifs pour effectuer les mouvements
(entrée, transfert, sortie) des matériels. Ces documents sont réglementés par
l’instruction générale et sont largement suffisants pour tenir une saisie des matériels.

Fiche d’entrée : qui sert de pièces justificatives de mouvement d’entrée dont indiquer
la nature exacte de l’opération et porter déclaration de la prise en charge du
comptable. Aucune opération ne peut être inscrite sur le journal et le grand livre sans
établissement d’une fiche d’entrée.
Fiche de sortie : qui sert de pièce justificative du mouvement de sortie doit indiquer la
nature exacte de l’opération et porter le récépissé dans la partie prenante.

Le journal : sur lequel est inscrit sous une série unique et annuelle de numéro et par
ordre chronologique le détail de chaque pièce justificative.

Le grand livre : sur lequel tous les articles sont portés séparément par un numéro par
catégorie ou famille et par ordre alphabétique avec l’indication de l’espèce d’unité.

Les mouvements d’entrées et de sorties sont inscrits sur le grand livre au fur et à
mesure qu’ils se produisent.

17
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
L’inventaire des matériels : le comptable est chargé de tenir un inventaire permanent
des biens mobiliers et immobiliers inscrits au bilan de l’établissement. Il doit veiller à
sa mise à jour et sa conservation.

3-Suivi des matériels (voir annexe 5)

La gestion des matériels est soumise à une série d’opérations de contrôles ou de suivis.
• Un contrôle périodique qui consiste à recenser un matériel dans une fiche individuelle
d’immobilisation tous les ans. Cette fiche comporte :
- numéro de l’engin
- affectation
- utilisateur ou chauffeur
- entretien et réparation : nature, montant, pièces justificatives.
- Emargement du directeur matériel
- Observation

• Un contrôle éventuel qui consiste à vérifier les écritures ou les enregistrements


comptables passés par le responsable afin de certifier les comptes.

Après cette brève présentation qui nous permet d’avoir un petit aperçu sur l’histoire de
COLAS, et la description des diverses théories générales sur la gestion matériel. Nous allons
aborder dans la deuxième partie l’analyse critique de la situation existante.
Dans cette partie nous allons entre autre détailler les fonctionnements du département
matériel afin de décortiquer les problèmes rencontrés lors de la prise de connaissance de la GM .

Source : logiciel gestion BTP : http://www.ixbat.com

18
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.

PARTIE II :
ANALYSE CRITIQUE DE LA SITUATION EXISTANTE

Chapitre 1 : Description du fonctionnement du département matériel :

Tout d’abord commençons par la présentation du département matériel qui est notre centre
d’analyse pour une illustration concrète de notre thème.
La société COLAS MADAGASACAR est spécialisée dans la construction de tous travaux
de routes (publiques et privées), de travaux de bâtiment (publics et privés) et de travaux de génie
civil. Le département matériel intervient pour la fourniture de matériels ou de machines (engins)
et de matières consommables pour accomplir ces activités

Section 1 : Activités de la Gestion du Matériel (GM)


La mission principale du département matériel est de mettre à la disposition des
différents exploitants des matériels c’est à dire :

19
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
- Fournir des matériels aux différents départements et chantiers au sein de COLAS
- Assurer l’entretien et la réparation des machines sur les sites
- Gérer ces matériels d’une façon rigoureuse.
- Gérer en général un parc d’environ 1000 matériels.

Pour le bon fonctionnement de ses activités, le département matériel ne doit pas négliger
les aspects suivants :
o INVESTISSEMENT DES MATERIELS
o ACHATS DES PIECES DE RECHANGES
o TRANSFERT DES MATERIELS,
Ces activités sont extrêmement importantes pour la maîtrise de la gestion du parc. De ce fait,
celles-ci constituent les clés de la réussite du département matériel.
Nous allons par la suite parler en détail de ces aspects.

1-INVESTISSEMENT DES MATERIELS:


Par définition, un investissement c’est l’acquisition de biens d’équipement ou
technologiques tels que machines, terrain, etc.
Lorsqu’une entreprise fonctionne normalement, les gérants prennent une décision
d’investissement qui est un choix organique en vue :

 De répondre à la demande du marché


 D’anticiper les besoins futurs
 D’être compétitif sur le marché ;
 D’améliorer la productivité des différentes ressources de l’entreprise par
l’innovation des moyens matériels.
Avant de passer à l’acte d’investissement c’est-à-dire avant de conclure la décision
d’investissement, il faut bien analyser les différentes étapes suivantes :
 Politique d’investissement : qui est l’ensemble des guides qui encadrent la
prise de décision pour chaque fonction c’est-à-dire la définition des lignes de
conduite qu’il faut suivre pour accomplir la mission et l’objectif à atteindre.
 Choix des investissements dans l’entreprise : cet étape consiste à évaluer
les différents critères pour la prise de décision d’investissement, entre autres la
rentabilité ou les risques.

20
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
 Les moyens pour financer l’investissement : ce sont les moyens de
financement pour réaliser le projet d’investissement tels que l’augmentation de
capital ou le recours à l’emprunt.
 La prise de décision d’investissement.

Tous les ans, les dirigeants de la société COLAS MADAGASCAR S.A décide d’investir
pour : Elargir ses activités
 Capter d’autres marchés
 Répartir les risques
 Assurer la croissance de la société.

Pour la société, c’est le siège à Paris qui définit le budget d’investissement c’est-à-dire que
c’est celui-ci qui définit le montant pour financer l’investissement. Pour ce faire, il faut suivre
les procédures ci-après :
Procédure 1 : Tout d’abord, le gestionnaire rédige la demande d’investissement qui par la
suite sera visée par le directeur matériel ;
Procédure 2 : Ensuite, on envoie cette demande au directeur régional de l’Océan Indien pour
accord.
Procédure 3 : Le directeur régional de l’Océan Indien informe le siège en ce qui concerne
cette demande afin d’avoir les moyens financiers nécessaires pour l’investissement.

2. ACHAT DES ¨PIECES DE RECHANGES :


Ici il s’agit de l’approvisionnement en matières consommables nécessaires pour la réparation
ou l’entretien des machines existant au sein de COLAS.
Pour mener à bien cette activité, la société COLAS attribue cette fonction à des services selon
le cas : Si c’est un achat local : c’est le service Achat qui s’occupe de tous les travaux
d’approvisionnement
→ Si c’est un achat à l’étranger (France): c’est le service Import qui s’en charge.
Le centre gestion matériel a un magasin pour le stockage de ses approvisionnements. Il
comprend deux (2) bureaux ; un comptoir pour la réception des pièces livrées et 1 300 casiers
pour ranger les pièces détachées en stock.
Pour faciliter le suivi des entrées, des sorties et la comptabilisation des stocks, COLAS a mis
une codification par famille qui consiste à classifier les pièces par catégorie.
Il y a neuf (9) sortes de familles et accompagnées de sous-familles :

21
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
Famille 10 : entretien courant
10010 : roulement (exemple de sous-famille)
Famille 20 : pièces d’usure
Famille 30 : accessoires et pièces de rechange
Famille 40 : lubrifiant
Famille 50 : outillage
Famille 70 : pièces spécifiques au forage
Famille 80 : prévention et sécurité
Famille 90 : pneumatique
Pour connaître les informations concernant les pièces, le magasin utilise 11 fichiers :
Atelier
Code comptable
Code imputation
Code fabricant
Client
Fournisseur
Dépôt de stockage
Souches
Commande
Entrée
Sortie

3. TRANSFERT DES MATERIELS :


Ici, il s’agit du transport des machines pour effectuer les travaux des chantiers. Voici les
procédures pour le transport ou le transfert du matériel.
Tout d’abord, le responsable du chantier effectue une demande de matériel ou d’engin auprès
du responsable des matériels : c’est une demande des machines ou matériels nécessaires pour la
réalisation des travaux des chantiers. Après accord du responsable pour la demande de matériel,
on passe à la demande de transfert qui est une demande de transport des matériels demandés.
Le transfert s’exécute donc en deux temps : le dispatching matériel et la demande directe de
transfert.

22
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
 Le Dispatching matériel (annexe 4)
Suivant les besoins de chaque service ou chaque chantier, une fiche établie par le demandeur
est adressée au service responsable des matériels concernés. Ce dernier procède aux procédures
d’affectation, suivant la disponibilité et le type de matériel et dans la mesure du possible. Si le
matériel n’est pas disponible en interne, une demande vers des loueurs est entreprise pour essayer
de trouver le matériel manquant. Cette fiche est distribuée aux divers intervenants et entre autres
au service transport qui organise les transferts de machines, de chantier à chantier ou de chantier
au dépôt. Une fiche de mise à disposition doit être envoyée au service dispatching dès lors qu’un
matériel sera libéré. Cette fiche permet d’anticiper l’affectation future de la machine et permet
aussi la planification de son transfert par le service transport. Dès que les fiches de mise à
disposition et demande de matériel sont parvenues au service, celles-ci sont enregistrées dans un
logiciel nommé « Visual Basic ». La deuxième partie de la fiche est alors complète. Elle indique
la date de mise à disposition, le type et le repère gestion matérielle de la machine, le lieu où elle
se trouve, le lieu et le type de transfert envisagé.

 La demande directe de transfert :


Pour aboutir à la prise de décision concernant la demande directe de transfert, chaque matin,
un responsable du service transport relève les matériels présents dans le local de la société.
Ensuite, il enregistre les informations collectées dans un tableau informatisé mis à jour. Ce
tableau contient : le nom du demandeur, le trajet à effectuer, les charges à transporter, la ou les
machines demandées, la date demandée ou la date souhaitée du transport ainsi que
l’identification des matériels réellement commandés et utilisés. Ensuite, il doit tenir compte de
l’état des matériels au dépôt (soit en réparation, soit en panne, soit en bon état) et la position des
engins sur chantier (soit encore ou en cours de route au/pour chantier, soit en cours de route de
retour, soit encore au chantier qui doivent être aussi mentionnés dans le tableau). Ces
informations permettent au responsable de définir et de répartir le mouvement des matériels.
Lorsque la décision est prise, le service effectue les préparatifs habituels à savoir la
répartition des chauffeurs, l’approvisionnement en carburant et lubrifiant. Avant le départ, le
vérificateur examine la conformité des matériels tant en nombre qu’au bon fonctionnement.
Quant aux matériels rapatriés, on effectue un rapprochement avec la feuille de mouvement à la
réception. Bref, le responsable garantit à la fois la réception et l’expédition des matériels ainsi
que l’identification des matériels codés.

23
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
En bref, nous avons pu démontrer que le département matériel assure et aide les autres
départements à réaliser leurs travaux par le ravitaillement en matériel, en carburant et en
lubrifiant.

COLAS MADAGASCAR

CHANTIER DEP. ROUTE DEP. Bât & GC DEP. MATERIEL

En résumé, nous avons pu démontrer que le département matériel tient un grand rôle pour
l’expansion de la société COLAS par son activités qui contribue au ravitaillement des matériels
en bon état de marche au différant exploitant est très important pour l’accomplissement des
travaux de COLAS. Maintenant nous allons parler de l’organigramme, des différents services et
les moyens du département matériel.

24
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.

Section 2 : Présentation du département matériel

1-Organigramme :

Le département est composé de salariés qui se répartissent dans cinq (5) grands services à
savoir :
 Services généraux « Administration »,
 Service « Achat »,
 Service « Import »,
 Magasin,
 Service Transport.
 Service Atelier
Ces métiers sont gérés par 6 chefs différents qui sont en ligne hiérarchique avec le directeur
matériel.

Ci-après l’organigramme du département matériel de COLAS MADAGASCAR :

Figure n°2 : ORGANIGRAMME DE LA GM

DEPARTEMENT
MATERIELS

SERVICES MAGASIN SERVICE SERVICE SERVICE SERVICE


GENERAUX ACHATS IMPORT TRANSPORT ATELIER

Source : Recherche personnelle

25
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.

2-Les services au sein du département matériel :


 Services généraux :
Egalement appelé « Administration », ce service est composé de cinq (5) personnes dont le
directeur matériel, sa secrétaire, un gestionnaire et deux (2) employés de bureau.
En général ce service est considéré comme l’examinateur du fonctionnement du département.
Il assure les travaux d’analyse à savoir :
ω INVESTISSEMENT
Chaque année, le département fait des investissements dans l’acquisition d’engins soit pour le
renouvellement du parc, soit pour remplacer des matériels reformés, soit pour l’extension même
du parc matériel. Mais tout cela doit être défini préalablement dans le budget d’investissement
alloué par le siège.
Le budget d’investissement est dressé par le gestionnaire puis visé par le directeur matériel
avant que ce dernier l’envoie au siège à Paris.
Le tableau ci-après nous esquisse un projet d’investissement :
Tableau n°1 : TABLEAU DE PROJET D’INVESTISSEMENT
Année : PROJET D’INVESTISSEMENT MATERIEL POUR
…….. RENOUVELLEMENT
Investissement en renouvellement de : …………………………………………
Marq

Marq
Fami

Fami
Type

Type

d’heures
CAF

Age

ou KM

parc

bre
ant
lle

lle
en
ue

ue

Source : département matériel

26
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
COMPTABILISATION
Il s’occupe de la comptabilisation des carburants et des lubrifiants. (huile moteur,
hydraulique et les graisses multi- services)
Comptabilisation des lubrifiants :
TOTAL est le fournisseur de COLAS MADAGASCAR S.A. en matière de lubrifiants. On
utilise comme huile motrice le RUBIA ST 415, AZOLLA Z568, TRANSMISSION TM 85W90,
GRAISSE MULTIS EPZ.
Les documents sur les entrées et sorties des carburants des chantiers sont centralisés au dépôt
principal à Antananarivo. Ces chantiers envoient par mail au secrétaire et c’est ce dernier qui
envoie par courrier électronique à l’employé de bureau responsable des enregistrements
comptables des lubrifiants. Après, l’employé de bureau fait le classement de ces mails par
chantier dans la boîte courrier électronique en créant le volet « LUB chantier ».
Ces mails doivent comporter les entrées, les sorties et les stocks physiques de chaque
chantier.
Pour la comptabilisation de ces stocks, il a décidé de diviser le mois en deux quinzaines : la
première quinzaine et la deuxième quinzaine.
Le processus d’enregistrement se déroule ainsi :
ω Enregistrement des sorties journalières des chantiers sur Excel « Sorties LUB
chantier »,
ω Enregistrement dans la gestion commerciale (GESCOM) : des entrées (achats) et
des sorties (ventes) et également les transferts de lubrifiants entre les chantiers.
En bref, l’enregistrement des sorties se présente ainsi :

Traitement

Documents des ventes

Facture

Recherche (en précisant le chantier et la date)

Saisir une facture client

27
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.

Les entrées s’enregistrent de la manière suivante dans le GESCOM :

Traitement

Documents des achats

Gestion des achats

Bon de commande

Saisir un document d’achat


Et pour les virements entre les chantiers, l’enregistrement dans le GESCOM se fait comme
suit :
Structure

Documents de stocks

Ajout d’un nouvel élément

Virement Dépôt

OK

Dans ces trois enregistrements, l’employé de bureau saisit le sous total par engin. Elle fait
entre autres la comparaison entre les stocks physiques envoyés par les chantiers et les stocks
théoriques après saisie sur GESCOM. En cas d’écart, on fait la régularisation qui se fait par
trimestre.

28
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
Après cette comparaison, elle doit faire sortir l’inventaire qui récapitule tous les
enregistrements effectués pendant la première ou la deuxième quinzaine.
Puis un logiciel qui sert de passerelle, dénommé CRYSTAL REPORTS, essaie de récapituler
le journal des mouvements des entrées et des sorties ainsi que les stocks restants par chantier. Cet
état récapitulatif est à envoyer au service comptabilité.

Comptabilisation des carburants :


Pour la comptabilisation des carburants, seules les entrées sont comptabilisées sur GESCOM.
L’employé de bureau fait tout d’abord une commande auprès des fournisseurs lesquels sont :

 TOTAL MADAGASCAR
 JOVENNA
 GALANA.
Lorsqu’il est nécessaire de mettre du carburant dans un véhicule on remplit un bon de
carburant.
Ce bon pour carburant comporte :

 Le numéro de bon,
 La date d’établissement du bon,
 Le choix du carburant (gas oil ou essence),
 La quantité demandée,
 Le numéro d’engin à affecter,
 L’imputation,
 La signature du conducteur d’engins,
 La signature du responsable autorisé à signer le bon.

29
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.

Dès que l’employé de bureau reçoit les bons, elle les enregistre d’une part sur Excel et
d’autre part sur GESCOM.
Sur GESCOM, l’enregistrement se fait comme suit :

Traitement

Documents de ventes

Gestion des ventes

Saisir une facture client

Cession Carburants et lubrifiants

Enregistrement de la sortie

→ GESTION DE LA LOCATION
Ce service également fait la gestion et les suivis de la location des voitures à long terme.
Cette location peut être :
 Location interne ou location COLAS a COLAS : ici il s’agit d’une location
inter-département ou entre département et chantier. C’est le gestionnaire qui
s’occupe de la gestion c’est-à-dire du suivi et du contrôle de cette location.
 Location externe : le service général s’occupe aussi de la gestion de la
location externe ou bien la location des voitures de liaison. Ces voitures sont
louées soit auprès de SICAM Rent, soit chez BUDGET ou MADAUTO Location.
COLAS MADAGASCAR loue auprès de ces fournisseurs plus de 150 voitures, des voitures
de tout type : berline, 4X4, bus, camion.
Un des employés du bureau s’occupe du suivi des locations internes. Sa mission consiste à
suivre en temps réel les affectations de chaque voiture. Ces mises à jour sur Excel se font
comme suit que ce soit pour MADAUTO LOCATION ou pour SICAM Rent.
Pour le suivi du chantier, un tableau comportant les rubriques suivantes est utilisée :

30
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
ω N° Bon de commande,
ω N° série du vehicule
ω Immatriculation du véhicule,
ω Marque et type de véhicule
ω Imputation (n° de code du chantier qui prend en charge la location)
ω Le lieu où se trouve la voiture,
ω Son utilisateur
ω La date de réception de la voiture au chantier destinataire,
ω Les kilomètres parcourus par le véhicule.
Si aucune voiture n’est disponible au dépôt Tana alors qu’un chantier en a besoin, les
services généraux établissent un bon de commande à envoyer aux fournisseurs après signature du
chef d’atelier central ou le directeur matériel.
A la fin de chaque mois, les fournisseurs envoient les factures au service comptabilité.
→ GESTION DES DIVERS DOCUMENTS :
 Fiche d’utilisation (voir annexe 1):
Il est traité par l’un des employés de bureau tous les 26 du mois en cours au 25 du mois
suivant.
Son traitement se déroule comme suit :
 Pointage des locations suivant les chantiers suivi d’une
numérotation de ces fiches par chantier.
 Enregistrement du compteur mensuel des engins,
 Saisie de la consommation des carburants,
 Traitement pour sortir la fiche d’utilisation,
 Repointage : vérification des fiches par chantier.
 Classement des fiches (‘utilisation par famille. Il existe plusieurs
familles d’engins de 1 à 9. cette fiche montre le compteur mensuel en
heures, en kilomètres, en production de chaque machine.

 Tableau de récapitulatif par dotation :


A la fin de chaque mois, le gestionnaire doit également faire sortir le tableau de récapitulatif
par dotation d’engin qui est un ensemble de machines classées par famille.

31
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
Ce tableau montre le résultat analytique par famille ou la situation analytique de machines en
partant des fiches d’utilisation pour déterminer le chiffre d’affaires mensuel de chaque famille
d’engins.
Ce tableau comporte les rubriques suivantes :
 Coût de fonctionnement :
Il représente les charges mensuelles des engins ou bien les dépenses affectées à chaque engin.
On distingue par ailleurs les catégories de dépenses suivantes :
 Consommables divers,
 Outillage,
 Essence,
 Gasoil,
 Lubrifiant,
 Pièces d’usure,
 Pièces détachées,
 Sous-traitant ou réparation des machines confiées à des tiers,
 Prestations diverses,
 Pneumatiques,
 T.V.T.S. (Honoraires des douanes et transits),
 Honoraires divers, ….
 L’amortissement :
C’est la constatation comptable d’un amoindrissement de la valeur d’un élément d’actif non
courant résultant de l’usage du temps, d’un changement de technologie ou de toutes autres causes
dont les effets sont jugés irréversibles. L’amortissement remplit une triple fonction : corriger
l’évaluation d’éléments d’actifs, répartir le coût d’un investissement sur les différents exercices
qui correspondent à la duré »e d’utilisation, et dégager les ressources nécessaires au
renouvellement de l’immobilisation.
La somme du coût de fonctionnement et de la dotation donne le coût total :

COUT TOTAL = COUT DE FONCTIONNEMMENT + DOTATION

32
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
 Les recettes :
L’utilisation du matériel par affaire et par centre qui est prise en charge par le chantier ou
bien l’ensemble des travaux donne source aux recettes du service de gestion du matériel mais
également à la location interne ou location COLAS-COLAS.

 L’utilisation :
Elle indique en heures, en kilomètres ou en quantité de production le travail de chaque
machine. On puise cette information dans chaque fiche d’utilisation des machines.

 La consommation en carburants et en lubrifiants ;


C’est la consommation en carburants (gasoil GO) et en lubrifiants de chaque machine.
Le tableau récapitulatif par dotation se présente comme suit :

Tableau n°2: RECAPITULATIF PAR DOTATION

Utilisati Coût Coûts


de

total
Amortissement

Recettes
Type d’engins

on GO lubrifiants
fonctionnement

Cumul

Cumul

Cumul

cumul
Engin

Mois

Mois

Mois

Mois
Coût

Coût
cumulé

cumulé

M Cu
ois mul

Source : département matériel


 Cessions internes :
Ici il s’agit d’un transfert des charges entre chantier ou département sans facturation.Par
exemple si le département matériel a pris des sacs de ciment au département industrie, le
responsable du service industriel établit une facture et impute les charges au département
matériel. Une fois cette facture arrivée au sein du département industrie, le gestionnaire la vérifie
et la valide en mettant la mention « Bon à signer ».

33
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
 Reforme :
Une reforme signifie une destruction complète d’un matériel ou d’une machine.
Pour cela, on procède de la façon suivante :
∼ Demande rédigée par l’atelier ou par les chantiers pour la reforme d’engins.
∼ Accord par le directeur matériel.
∼ Envoi du document de reforme au siège à Paris et ce dernier donne en contrepartie
un numéro d’autorisation de reforme.
∼ Classification de l’autorisation de reforme.
∼ Passation à la destruction proprement dite.
 Fiches de caisse (voir Annexe 2) :
Ce sont les dépenses imputées à la gestion des matériels. Il existe deux (2) sortes de dépenses
à savoir :
∼ Les dépenses payées par caisse qui sont à imputer aux frais généraux comme les
indemnités de déplacement des chauffeurs, les différentes primes,
∼ Les dépenses à imputer en machine comme par exemple les réparations des
machines.
 Facture :
Les factures proviennent du magasin qui a déjà fait la saisie en tant qu’entrée en magasin. Ce
dernier l’envoie aux services généraux pour que le gestionnaire effectue les suivis suivants :
∼ Vérification des imputations
∼ Contrôle de la facture en vérifiant les quantités, les prix,en se référant aux bons de
commande
∼ Vérification des signataires « Est-ce que ce sont les personnes autorisées à signer
les factures qui signent ?
∼ Vérification du mode de facturation (Prix disponible ou Prix Back Order)
∼ Signature du responsable en mettant la mention BON A PAYER.
BON A PAYER

IMPUTATION …………

Signature
∼ Classement du double de la facture dans un classeur correspondant,
∼ Envoi de la facture originale au service comptabilité.

34
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.

 Service Achats, service Import, magasin :

Ces trois (3) services s’occupent des approvisionnements qui sont l’ensemble des opérations
qui permettent de mettre à la disposition d’un utilisateur un bien ou un service non disponible
dans l’entreprise. Ce bien ou service correspond à un besoin défini en quantité à un moment
déterminé et à un coût minimum.

 Magasin :
Ce service s’occupe de la gestion des stocks. Il est composé de 17 employés gérés par un seul
chef.
Chez COLAS MADAGASCAR, la gestion des stocks s’effectue d’une manière singulière
puisque le magasin y est considéré comme un magasin fictif. Les pièces ne transitent pas
longtemps, celles-ci ne font que passer d’où des coûts de stockage presque inexistants.
Pourtant durant notre passage au sein du département et plus précisément dans le magasin,
des consommables y sont répertoriés afin de constituer les stocks de sécurité c’est-à-dire afin
d’éviter la pénurie des matières qui pourrait engendrer le gel des travaux.
Pour la gestion de ces stocks, le magasin s’organise de la manière suivante :

∼ Inventaire journalier c’est-à-dire une comparaison entre les stocks physiques et les
stocks théoriques ; si les deux coïncident.
STOCK PHYSIQUE = STOCK THEORIQUE

En cas de différence, on fait une vérification sur la saisie et il faut faire une régularisation.
Une régularisation signifie la vérification de la fiche affectée à chaque pièce résumant les
entrées et les sorties en magasin (voir annexe 3)
∼ Valorisation des stocks en CMUP afin de sortir l’état mensuel des stocks.
∼ Envoi de l’état des stocks au service comptabilité.

35
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
 Service Achat :
Tout travail d’approvisionnement part toujours d’une demande d’approvisionnement
(D.A.). Lorsque les D.A. sont établies par les chantiers à savoir à Antsirabe, Ambatovy, Ankify,
Diégo, Fort-Dauphin, Majunga ou Tamatave, ou par le dépôt Tana (Atelier), deux cas peuvent se
présenter :
∼ Si les marchandises sont disponibles en magasin, le magasinier fait la livraison si
le demandeur est le dépôt Tana. Mais si le demandeur est un chantier le magasinier transfert
les marchandises au service expéditions.
∼ Si les marchandises sont indisponibles en magasin, le service Achat intervient
pour la gestion de la commande et le choix des fournisseurs.
Le voici les grands travaux que le service achats de la GM s’occupe pour la réalisation des
diverses missions :
La gestion de la commande :
C’est une convention à laquelle l’un s’oblige à livrer à l’autre une chose que ce dernier
doit payer. Elle est rédigée par le service Achat, en général sur un document pré imprimé
appelé BON DE COMMANDE.
La commande est établie en plusieurs exemplaires, généralement à part ceux destinés aux
fournisseurs, il y en a qui sont envoyés au service chargé de la réception, du suivi et un
exemplaire pour archive.
Deux (2) tâches primordiales sont indispensables à ce titre à savoir :
• Le suivi des commandes ;
• La vérification et le règlement.

Le choix des fournisseurs :


Lorsque les besoins sont définis, les responsables du service Achat déterminent les
fournisseurs susceptibles de fournir les produits nécessaires aux meilleures conditions. COLAS
déclenche le contact soit directement en se rendant chez le fournisseur, soit par téléphone, soit en
lançant une demande de cotation. Seuls les fournisseurs les plus avantageux sont retenus.

36
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.

Ci-après nous pouvons constater un extrait de la liste des fournisseurs par article acheté :

Tableau n° 3 : LISTE DES FOURNISSEURS


FOURNISSEUR ARTICLE ACHETE
HENRI FRAISE Pièce de rechange marque CATERPILLAR
MADAUTO Pièce de rechange, marque RVI, NISSAN
RMB Quincaillerie
VIRIO Batteries
BONNET & FILS Matériel de quincaillerie²
AQUAMAD Pièces pour électricité
MATERAUTO Pièce de rechange de marque, MICHELIN, BOSCH, MERCEDES
SITMA Baguette électrode
SICAM Pièce de rechange de marque PEUGEOT

 Service Import :
COLAS fait également des commandes à l’extérieur. C’est le service Import qui s’en
charge lorsque le service Achat envoie le Prototype d’achat aux services généraux pour être signé
par le directeur matériel. Le secrétaire de la Gestion du Matériel établit à son tour une demande
d’approvisionnement (D.A.) et la faxe au siège ou à la centrale d’achat I.T.S.
C’est le service approvisionnement qui rédige le bon de commande, détermine le fournisseur
et envoie enfin le bon au Service Import pour les divers traitements et afin de passer la
commande.
En bref, ces trois (3) services sont interdépendants et leur fonctionnement est illustré par le
graphique suivant :

Figure n°3 : CIRCUIT D’UNE DEMANDE D’APPROVISIONNEMENT

DEMANDE
D’APPROVISIONNEMENT
CHANTIER / ATELIER TANA

37
ENREGISTREMENT
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.

NON

Source : recherche personnelle


 Service Transport :
Le service transport assure le transport des machines et des matériaux nécessaires au
chantiers.Il assure éventuellement le transport des pièces détachés lorsque le service expédition
lui soustraite une partie de sa tache pour des raisons de commodités. Exemple :quelques pièces
détachées doivent être expédier vers un chantier et l’on profite du départ d’un camion vers ce
même chantier pour assurer le transport des pièces. On distingue les moyens de transports de
matériels suivants :
 Camion plateau
 Camion plateau + Grue
 Attelage tracteur + Semi remorque plateau
 Attelage tracteur + Semi remorque porte - char
Les cinq (5) grands rôles du Service Transports se résument par :

38
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
 PREVOIR : le responsable doit préciser le but qu’il se propose d’atteindre et les moyens
qu’il envisage de mettre en œuvre. Il doit envisager comment exécuter le travail (besoins en
matériel, en personnel, répercutions de ses ordres et leurs suites immédiates, l’enchaînement des
opérations en cours) et les mises en route suivantes :
 ORGANISER : une fois les moyens d’actions définies, le responsable doit déterminer les
moyens qui accompliront l’activité. Il doit ensuite organiser le travail au jour le jour en
distribuant les tâches quotidiennement :
 COMMANDER : le responsable doit gérer les moyens dont il dispose. Il doit donner les
directives, les instructions et mettre le travail en marche :
 COORDONNER : pour maintenir l’unité des actions, la synchronisation des différentes
tâches :
 CONTRÔLER : c’est-à-dire surveiller, vérifier afin d’être certain que chacun effectue
correctement son travail. Ceci dans le but de prévenir les erreurs,ou d’éviter qu’elles se
reproduisent.

Après chaque voyage, il faut faire un tableau regroupant tous les véhicules et résumant leurs
consommations respectives, la durée du (des) trajets,leurs itinéraires, etc.
On enregistre par véhicule la quantité de carburant dépensée pour déterminer la
consommation par centaine de kilomètres effectués.
Pour vérifier la véracité des informations données par les utilisateurs ou chauffeurs, le
responsable du transport se réfère au GPS qui est un moyen qui relie les machines et le Service
Transport sur dépôt Tana afin d’assurer la sécurité des moyens de transport. Le GPS (Global
Positionning System) est un suivi par satellite de la vitesse, du trajet, du parcours, du
kilométrage et du point d’arrêt.

 Service Atelier :
Ce service assure l’entretien et la réparation des machines.
On distingue :
- Atelier moteur
- Atelier poids lourds
- Atelier électrique
- Atelier véhicule léger
- Atelier génie civil
- Atelier concassage

39
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
- Atelier machines outils
Après cette présentation nous allons dégages les points forts et points faibles de la GM
Ainsi après ces diverses analyses, nous pouvons maintenant faire ressortir les points forts et
les avantages de la GM. Les compétences de la GM permettent à COLAS de se distinguer par
rapport à ces concurrents en matière de maintenance, de logistique et de disponibilité de matériel.
Commençons pour le service général :
l’utilisation des matériels informatique diminue considérablement le temps de traitement des
informations .L’existence du réseau intranet permet aussi à tous les employés de faire des
traitements sans se déplacer vers un autre poste .La société possède des moyens de
communication fiable permettant aux personnes d’échanger rapidement des informations
Ensuite pour le service approvisionnement :Tous les travailleurs arrivent à maîtriser les
travaux .Le magasin se trouve sur un lieu favorable à l’approvisionnement des chantiers et l’
atelier est au centre.
Le logiciel d’enregistrement des mouvements entrée et sortie est performant, la recherche des
articles facilitée car on se réfère tout simplement au type des fournisseurs.
Dans la plupart des achats, une réduction est accordée par quelques fournisseurs sur les prix
des marchandises en fonction de l’importance des achats réalisés.
En outre pour le transport :La planification des mouvements des engins se fait au jour le jour
.La fiche d’utilisation journalière d’un véhicule est un document efficace pour les suivis des
pointages des conducteurs, les travaux effectués ainsi que la consommation en carburants et
lubrifiants des machines
Enfin pour l’atelier : Performance et sécurité des matériels qui contribue a la bonne qualité
des travaux.
A propos des points faibles, nous voulons parler de certain cas ou l’organisation fait
défaut,ou un manque de coordination entre service et patent,ou lorsque des disfonctionnements
altèrent le bon déroulement des travaux
Pour le service général : Parfois, les chauffeurs négligent de vérifier l’échéance des visites
techniques, or l’expiration de ces dernières engendrent des coûts supplémentaires au département. La
compétence et la probité des chauffeurs est très importante.

Ensuite en ce qui concerne l’approvisionnement :La procédure d’importation handicape la


réalisation des travaux de maintenance puisque la durée d’approvisionnement est de 10 à 20 jours au
minimum.

40
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
Parfois, le planning des mécaniciens est difficile à tenir compte tenu de l’attente des pièces de
rechange.
En plus pour le transport : Il arrive quelque fois qu’un problème d’information perturbe le service
transport .Le suivi des véhicule par GPS est inefficace dans les zones sans couverture GSM
Bref, l’esprit d’équipe chez Colas domine. Par exemple, lors d’un problème quelconque, tout le
monde s’entraide. Le dynamisme est aussi une des qualités des employés de Colas car tous les
employés respectent les horaires de travail imposés ; et même, certains arrivent plutôt le matin et
rentrent plus tard le soir pour finir leur travail. De plus, la plupart des travailleurs sont expérimentés
ceux qui facilitent les travaux. La société a beaucoup d’opportunités car elle est en situation de quasi-
monopole dans son secteur .Ainsi, les clients ont une confiance absolue dans ces ouvrages (respect
Des normes de qualité, expérience, délai d’exécution des travaux, recherches technologiques,
méthodes de travail), car même si il existe plusieurs sociétés et entreprise offrant les mêmes services
que Colas, nous savons bien qu’elle est de loin la plus performante. Donc, Colas possède de nombreux
que nous pouvons citer :
Une forte implantation géographique et historique dans de nombreux pays,
Une structure autonome et importante de 5000 employés environ,
Un fort esprit d’équipe,
Un savoir faire dans différents types de travaux,
Peu de concurrence.

Grâce à ses matériels performants, nous pouvons dire que Colas Madagascar connaît des
évolutions sur ses activités, ainsi les services sont beaucoup améliorés.
La société dispose de s matériels mieux adaptés aux techniques présentes, comme : les ordinateurs
connus par leur célérité, leur précision et leur facilité de suivi du travail ; les fax rendant plus rapide et
plus sure les communications avec l’étranger ; les photocopieuses pour la multiplication des dossiers à
répartir et enfin les appareils téléphonique pour la communication interne, afin de réduire les allers-
retours.

Bref, ces divers matériels contribuent à l’amélioration des systèmes de travail pour rendre la
société dynamique au niveau national et international.
Pour être à l’heure au travail, Colas a mis en place un transport commun pour les employés de
bureau. En conséquence, tout le monde arrive à temps. Néanmoins, COLAS se heurte parfois à des
problèmes d’organisation, de gestion.

41
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
Les différents départements au sein de Colas travaillent généralement l’un pour l’autre. Le centre
bâtiment sous-traite les chaussées ou les parkings de leur chantier au centre route qui traite les
ouvrages d’arts de leur route au centre bâtiment civil. Le centre industrie et l’atelier bois et fer
travaillent parfois ensemble pour les deux départements. De cette interdépendance qui fait l’autonomie
et l’esprit d’équipe de la société résultent de nombreuses cessions internes.

Cependant, les facteurs limitant sont dus au pays. Madagascar est un pays pauvre et ce contexte
social, entraînent forcément des lacunes : des problèmes de vol, d’éducation et de complexe
d’infériorité de la part des malgaches face aux étrangers souvent plus intelligents à leurs yeux.

Enfin pour l’atelier : Retard des travaux en cas de manque de pièce et irresponsabilité des
travailleurs.

Ainsi, nous constatons que l’intervention du département matériel pour la réalisation des
travaux et objectifs de la société est très importante. Alors quels sont les différents moyens qui
contribuent à l’accomplissement de ces objectifs

3-Description des différents matériels utilisés par le Département Matériel


Comme dans toute entreprise, on a besoin des moyens matériels qui sont l’ensemble des
matériels nécessaires pour la réalisation des travaux et pour les mener à bien.
Pour l’accomplissement des activités de COLAS, un parc matériel composé de plus de 1000
engins a été formé. Ces matériels sont regroupés selon leur nature et leurs fonctions.
L’on peut distinguer entre autres :

 Matériel noir :
Ce sont les matériels fabricants et traitant les bitumes.
Exemple : poste d’enrobage,
Usine à émulsion,
Bitume modifié,
Centrale de grave.

 Matériel de béton :
Ce sont les matériels de fabrication de béton armé.

42
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
Exemple : Bétonnière,
Centrale à béton,
Camion malaxeur, etc.

 Matériel de terrassement :
Ce sont les matériels qui aplanissent le sol. Il regroupe le matériel de manutention, le matériel
de chargement, la niveleuse, et le matériel de compactage.
Exemple : grue mobile,
Tractopelle,
Niveleuse,
Compacteur lisse.
 Matériel de production d’énergie :
Ce sont les matériels destinés à produire de l’énergie à grande puissance.
Exemple : groupe électrogène,
Compresseur.
 Matériel de transport :
On distingue :
• Matériel de transport de matériels : ce sont des matériels nécessaires à la logistique
c’est-à-dire le transport des engins d’un chantier à l’autre.
Exemple : Tracteur routier,
Remorque porte char,
Remorque citerne.

• Matériel de transport : ce sont les différents camions qui servent à transporter les
produits, les pièces, les remblais, les bitumes ou les eaux.
Exemple : Camion service,
Camion benne,
Fourgon,
Camion citerne à eau ou à gasoil.

 Véhicule de liaison ou véhicule léger :


Ce sont les véhicules nécessaires au déplacement du personnel et des responsables.
Exemple : véhicule 4 X 4,
Transport du personnel,

43
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
Berline…

 Matériel maritime: C’est le bateau de COLAS qu’il utilise pour le


transfert des matériels dans un chantier à accès difficile.

Technique pour l’organisation du parc matériel :


La gestion et la maîtrise du parc sont devenues un impératif technique et économique. Pour
ce la, il faut bien organiser et administrer le parc puisque cela va permettre à l’organisateur ou à
l’administrateur d’effectuer :
 Le suivi technique de son parc ;
 L’inventaire des matériels ;
 La veille à la sécurité du parc ;
 L’entretien périodique des machines ;
 La gestion des entrées, des mouvements, et des sorties du matériel du parc.

Chez COLAS MADAGASCAR S.A., pour faciliter la gestion du parc matériel c’est-à-dire
pour dresser un inventaire des matériels, l’on procède aux techniques suivantes :

→ Nomenclature des machines par famille ou regroupement des machines par


famille (regroupement des matériels selon leur utilisation) :
 Famille 1 : matériel noir
 Famille 2 : Tous travaux de béton sauf grue à tour et dumpers
 Famille 3 et 4 : Matériel de terrassement
 Famille 5 : Matériel de concassage
 Famille 6 : Matériel de compactage
 Famille 7 : Matériel de production d’énergie et de matériels divers
 Famille VIII : Matériel de transport routier et de transport maritime
 Famille IX : Véhicule léger

44
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
→ Affectation d’un repère à chaque machine dans un but de distinguer la
machine de l’un à l’autre et pour faciliter la consultation ou la saisie des
documents des matériels. Prenons comme illustration le tableau suivant :

Tableau n° 4 : CLASSEMENT DES MACHINES PAR REPERES

REPERE MACHINE
HG 3910 PPM 230
GU 3800 Grue rapier
HB 7101 Fondoir
JF 1002 SKA KO MOB 40
JH 1407 Chaudière
JC 3412 Niveleuse 12 N
GR 5401 Crible CVB 2255
ZZ 0006 Brise roche BRH
JI 6817 Compacteur CC 102
JE 2663 Poste électrique
HS 7002 Groupe électrogène 75 KVA
JC 7337 Motopompe

Bref ce sont ces machines qui constituent le parc matériel de COLAS Madagascar.
Pour la gestion de ces matériels son gestionnaire fait des diverses opérations, que
nous allons parler maintenant
En résumé nous constatons que la GM assure le fonctionnement des départements
au sein de COLAS Madagascar et son existence aussi est nécessaire puisqu’elle
assure la gestion du parc matériel de la société afin de les optimisés. Néanmoins nous
tenons à signaler les problèmes de ce département qui crée un handicap pour son
fonctionnement que nous avons pu détecter au cours de notre stage.

Chapitre 2 : ANALYSE DES PROBLEMES RENCONTRES LORS DE LA


PRISE DE CONNAISSANCE DU DEPARETMENT MATERIEL

45
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
Dans ce chapitre, nous envisageons les différentes faiblesses, défaillances ou incapacités,
souvent fragilisant le système et surtout le domaine d’activités du département au niveau
organisations et au niveau de la gestion des matériels. Commençant a parler les problèmes sur le
plan organisationnel.

Section 1 : Problèmes liés à l’organisation

1- Insuffisance d’un manuel de procédure :


Toute entreprise, toute direction a décidé à un moment donné de son évolution de rédiger son
manuel de procédures. Les raisons sont multiples :

 Fonctionnement non satisfaisant ;


 Réduction des effectifs ;
 Croissance externe.

Le manuel de procédures présente les principales dispositions du système qualité et les


processus de l’entreprise. Il permet aux clients, aux auditeurs et aux personnes de comprendre
l’organisation mise en place et d’avoir confiance en celle-ci.
Durant notre stage, nous avons constaté que chez COLAS, il y a une insuffisance de manuel
de procédure qui a causé les handicaps suivants au niveau de la Gestion Matérielle :
∼ En premier lieu, il y a la difficulté de la cohérence et la pérennité des procédures puisqu’il
n’existe pas de manuel écrit de travail, les processus à suivre pour l’exécution du travail ne sont
plus cohérents et cela entraîne un retard ou un ralentissement des travaux.
Tenons par exemple le cas du Bon pour carburant, il n’y a pas de cohérence de travail sur les
différents travaux concernant ce bon ce qui entraîne un retard de réception de ces bons aux
responsables et aussi un retard sur la saisie de ceux-ci.
∼ Ensuite, une difficulté sur le contrôle de la direction ou des chefs se présente car les
méthodes de travail sont mal définies, donc il devient plus difficile au directeur d’identifier de
qui vient l’erreur, pourquoi cette erreur et comment corriger cette erreur ; cela signifie une
difficulté sur le contrôle au niveau local ou sur l’audit interne.
∼ Enfin, nous pouvons détecter une difficulté lors de la passation de service c’est-à-dire que
l’insuffisance de manuel de procédure ne permet pas aux anciens travailleurs de s’informer ou
d’apprendre le déroulement du travail ou la manière dont on effectue le travail au nouvel arrivant.

46
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.

2- Communication insuffisante :
Les salariés deviennent à notre époque des acteurs de l’entreprise. Il n’est plus possible de les
mobiliser sans les tenir informés des objectifs économiques, financiers, politiques, éthiques ou
culturels.
La communication interne consiste à récolter puis à diffuser, à communiquer des
informations pour permettre à l’entreprise et à ses acteurs internes d’exister. Le besoin
d’informations tient compte des différents événements qui se déroulent dans le temps.
L’information qui est la transmission brute des données qui concerne l’organisation ne suffit
pas pour faire marcher celle-ci ; il faut la communication qui est la mise en situation des données
avant leur transport vers les salariés de l’entreprise.
Bref, la communication est très importante dans l’organisation car elle assure :
 L’exécution du travail ;
 La préparation de la prise de décision ;
 La préparation du dialogue social.

Néanmoins, nous avons constaté qu’un problème se situe au niveau de la communication


chez COLAS puisque aucun repère ne permet de suivre le circuit d’informations surtout entre les
différents département ou service alors que les travaux sont dépendants. Par conséquent, il y a le
retard d’information et/ou la déformation de celle-ci.
Par exemple, prenons le cas du service transport à propos du transfert des matériels utilisés
dans les chantiers éloignés du dépôt central surtout quand la GPS est déconnectée. En outre, la
communication entre les différents services de transmission d’informations est négligée, pis
encore entre les départements ; le téléphone est le seul liant alors que les tâches sont
interdépendantes. La communication par téléphone n’est donc pas suffisante

3-Définition imprécise des taches et des responsabilités


La division du travail consiste à séparer les différentes tâches ce qui permet de trouver la
logique entre celles-ci.

47
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
La notion de tâche est fondamentale dans les études de l’organisation, selon DRUCKER,
« Le travail est impersonnel et objectif », c’est une tâche.
Cette notion a une logique : elle demande une analyse, une synthèse et un contrôle. Donc, une
tâche est une action plus ou moins complexe exécutée selon une procédure déterminée et
concourant à l’accomplissement d’une activité déterminée. Le principe de séparation des tâches
constitue donc un élément fondamental d’une bonne organisation. Notamment au sein du
département de la Gestion Matérielle, il n’y a pas de séparation de fonctions effective sous
prétexte qu’il y a confusion des tâches, ce qui entraîne que certains travailleurs se sont chargés de
plusieurs tâches alors que d’autres restent les bras croisés. Tel est le cas du poste de l’employé de
bureau, qui se subdivise en plusieurs tâches telles :
→ L’enregistrement des sorties et des entrées des carburants de chantier et du dépôt
principal à Tana ;
→ Suivi des stocks de carburant ;
→ Différentes saisies sur machine comme les bons pour carburant, les fiches
d’utilisation, etc.
→ La passation des commandes de carburant ;
→ Classement des différents documents concernant les machines par famille ;
→ Aide au gestionnaire
Cette situation assure l’augmentation de l’expérience de cette personne ; cependant,
l’inconvénient c’est que cette personne n’assure pas de manière correcte toutes ses fonctions.
Ainsi, à cause de ce confusion des tâches, il y a également confusion des responsabilités et dans
le même temps la non détection des éventuelles erreurs.
Prenons le cas du service général sur le contrôle de toutes les factures puisque c’est e service
qui s’occupe de tous les contrôles des factures à savoir :
 Vérifier les imputations ;
 Vérifier les prix : prix disponible, prix back order.
 Vérifier la facture en se référant au bon de commande ;
 Vérifier la conformité entre les quantités commandées et les quantités livrées.
 Mettre la mention BON A PAYER
Alors que la comptabilité ne fait que la saisie et le paiement de ces factures. En principe, les
factures parviennent au sein de l’entreprise soit au service Achat soit au service Comptabilité.
Mais chez COLAS, les factures arrivent au magasin et c’est ce dernier qui les transmet au
service général pour les contrôler.

48
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
Voilà en ce qui concerne les problèmes liés a l’organisation de la GM .Pour continuer ce
chapitre nous entamons les problèmes au niveau de la gestion matériel qui sont des problèmes en
matière d’approvisionnement et des problèmes en matière de choix de financement.

Section 2 : Problèmes liés au Département Matériel et sur la Gestion


matérielle

1-Problèmes d’approvisionnement :
Dans la plupart des entreprises, les matières premières, les composants, les fournitures et
services divers sont acquis à l’extérieur.
La compétitivité et la rentabilité de l’entreprise dépendent des choix ou arbitrages réalisés à
cette occasion. La mission de la fonction « Approvisionnement »est donc de procurer à
l’entreprise dans les meilleures conditions de qualité, de coûts, de délais et de sécurité, les
matières premières, les composants, les fournitures, les outillages, les équipements et les services
dont l’entreprise a besoin pour ses activités. Cette fonction approvisionnement assure les tâches
suivantes :
→ Connaître les marchés et les sources d’approvisionnement pour toutes les
catégories d’achats et surveiller leur évolution ;
→ Collaborer à la définition des caractéristiques et spécifications des produits à
acheter ;
→ Rechercher, sélectionner les fournisseurs et négocier avec eux.
→ Programmer, passer les commandes ;
→ Analyser l’utilisation des achats dans les différents services ;
→ Gérer les stocks ;
→ Fournir les informations dans ce domaine à tous les services utilisateurs.
Chez COLAS, la gestion de l’approvisionnement des pièces de rechange a rencontré les
problèmes suivants :
 Tout d’abord, le problème d’anomalie : il s’agit de la non concordance entre les
quantités qui se trouvent dans la fiche de stock et ceux qui sont enregistrés ou saisis en machine.
Il existe des erreurs telles que l’erreur d’opération, ces omissions qui sont causées par l’urgence
en matière d’approvisionnement de chantier ; les procédures sont négligées et la régularisation de
ces erreurs est parfois ignorée et oubliée ce qui entraîne une mauvaise appréciation des
informations financières. L’image fidèle de l’entreprise n’est plus reflétée.

49
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
 Ensuite, en ce qui concerne le magasin, sa mission est d’expédier aux endroits
déterminés et en temps voulus les matériels et pièces, ou de répondre aux demandes des ateliers
et chantiers en matière d’approvisionnement. Lors de notre passage dans le magasin, le
responsable nous informe que le but de COLAS en créant un magasin n’est pas la recherche
d’une marge bénéficiaire mais c’est de déterminer les situations des dépenses
d’approvisionnement de la Gestion Matérielle. C’est pourquoi l’on ne tient pas compte des
différents coûts liés au stockage. Pourtant, dans le magasin, ce n’est pas la totalité des pièces qui
y transitent : il y a ceux qui restent dans l’entreprise. Donc, il faut tenir compte des charges de
stock pour ces pièces afin de respecter la réalité des informations financières qui reflète cette
image fidèle de l’entreprise. En outre la non programmation de la gestion des commende
constitue aussi une panne sur les travaux puisque parfois il y a des manques ou pénurie des
matières ou pièces en magasin
 Enfin, la procédure d’importation empêche la réalisation des travaux de
maintenance puisque la durée de cette action est de 20 jours au minimum.

2-Problèmes rencontrés sur le choix de financement:

Par définition, un contrat de location est une entente en vertu de laquelle le propriétaire du
matériel (« le propriétaire ») donne à l’utilisateur (« le locataire ») le droit d’utiliser le matériel en
échange d’un certain nombre de paiements spécifiques. Pour qu’une location soit valable, il faut
qu’il y ait un contrat entre les deux signataires.
 Le locataire qui s’engage à payer une somme au propriétaire comme loyer du matériel
ou de l’immobilisation.
 Le propriétaire qui accepte de donner à la disposition du locataire l’utilisation de son
matériel ou de son immobilisation durant le contrat de location.

COLAS MADAGASCAR S.A. loue également des véhicules auprès de SICAM Rent et de
MADAUTO Location, des véhicules de liaison comme des berlines, des 4 X 4, des bus, des
camions.
La location de COLAS avec ses fournisseurs est matérialisée par un bon de commande, en
guise de contrat. Ce choix de la location découle du fait que les coûts de réparation et d’entretien
des matériels s’amoindrissent.
Cette location est payée mensuellement dès que les fournisseurs envoient les bons de
commande au service Comptabilité.

50
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
COLAS loue 150 véhicules légers environ dont 80% sont des voitures 4 X 4. Les tarifs de
location varient de 1 500 000 ar à 2 000 000 ar par véhicule selon le type de véhicule à louer.
Cette location est une location simple par bon de commande avec tacite reconduction c’est-à-dire
renouvelée automatiquement suivant le consentement des deux parties.

Selon VERNIMMEN, « Lexique de finance », l’investissement est une dépense ayant pour
but de modifier durablement le cycle d’exploitation de l’entreprise, à la différence d’une charge.
Investir revient en effet pour celui qui s’y décide à renoncer à une consommation immédiate pour
accroître les recettes futures. Bien entendu, le surcroît des recettes occasionné par cet
investissement devra être suffisant pour assurer sa rentabilité prévisionnelle.
L’investissement est donc une procédure fondamentale dans la vie de l’entreprise, qui engage
durablement celle-ci. Si dans un premier temps il grève fréquemment les états financiers de
l’entreprise, lui seul lui permet d’assurer la croissance de celle-ci à long terme. De plus, c’est en
choisissant judicieusement ses investissements et non ses financements que l’entreprise crée de la
valeur.
COLAS MADAGASCAR S.A a aussi choisi de procéder à un investissement
majoritairement financé par le siège. Mais à part cet investissement, elle fait aussi des locations
puisqu’elle ne veut pas supporter les coûts de réparation et d’entretien sous prétexte qu’elle
pense aussi que l’achat de ces machines entraîne le gonflement des stocks lorsque les chantiers
sont finis. Tous les mois, les charges de location à payer auprès des fournisseurs s’élèvent à 250
millions d’ariary pour 150 véhicules. D’après nos connaissances, cette charge de location est trop
importante.
En guise de conclusion pour cette partie nous avons pu constater après la présentation de
ce département qu’elle joue une grande mission pour la croissance de la société COLAS
Madagascar grâce a son activités principale qui assurer le bon fonctionnement de COLAS.
Néanmoins ces faiblesses que nous avons évoqué qui entraine des retards pour le déroulement de
ces travaux,

Source : Lexique de finance WWW.vernimmen.net/.../definition-analyste-financier.htmls

PARTIE III :
SOLUTIONS ET RESULTATS ATTENDUS

51
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.

Après avoir dégagé ces faiblesses nous arrivons maintenant sur le stade de propositions des
solutions qui est le but de notre étude en vue d’améliorer la gestion matérielle de COLAS par son
département matériel.
Dans cette dernière partie nous allons proposer les solutions pour l’organisation et la gestion
des matériels.

Chapitre 1 : PropositionS de solutions


Tout d’abord commençons a parler les solutions liés a l’organisation qui contribue la
création de manuel de procédure, le renforcement de la communication et le renforcement de
l’attribution des taches et responsabilités.

Section 1 : Amélioration du système d’organisation

Pour le bon fonctionnement d’une entreprise et pour mener à bien les différents travaux afin
d’atteindre les objectifs, il faut mettre en exigu l’organisation qui est un système ouvert de
l’entreprise ayant pour base une stratégie.
Pour l’amélioration de l’organisation de COLAS, nous allons donc éclaircir les points
suivants :
 La création d’un manuel de procédure ;
 Le renforcement de la communication ;
 Le renforcement de l’attribution des tâches et responsabilités ou la révision de la
répartition des tâches.

52
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
1-Création d’un manuel de procédure :

Par définition, un manuel de procédure est un processus à suivre en vue de l’exécution ou la


réalisation des différentes opérations dans l’entreprise. L’importance d’un manuel de procédure
pour les entreprises c’est que celui-ci trace d’une manière détaillée l’exécution de chaque
opération administrative, comptable, financière et technique au sein de l’entreprise de crainte que
le fonctionnement normal de toutes les ressources ne soit désarticulé.

53
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
Pour COLAS de manière générale, un manuel de procédure a pour but d’améliorer le
fonctionnement de ses activités et lui permet notamment :

 De définir les étapes à suivre dans l’exécution des activités principales de la


société ;
 De tracer les filières que devront emprunter les pièces justificatives tant internes
qu’externes ainsi que le cycle idéal pour la réalisation des travaux ;
 De définir les attributions dévolues aux différents préposés à chaque étape de
l’exécution des opérations ;
 D’identifier les types de contrôles fondamentaux à effectuer à priori ou à
posteriori (contrôle journalier, contrôle hebdomadaire, contrôle mensuel, contrôle annuel)
comme les différents niveaux de contrôle à savoir le contrôle interne ou contrôle
hiérarchique, et le contrôle externe.
 D’indiquer pour les procédures de chacun des responsables, le circuit de
traitement des documents administratifs et comptables et les modalités de gestion des
ressources humaines.

Donc, la création d’un manuel de procédure est vraiment nécessaire pour le cas du
département matériel puisque de ce fait, les lignes de conduite à suivre pour la réalisation des
travaux sont clairement identifiées et son contenu assure aussi la cohérence entre les tâches et les
opérations, facilite le contrôle des chefs et directeurs, stabilise le personnel en leur faisant
exécuter leur tâche, et facilite la passation des services.
Le voici ; une proposition d’un manuel de procédure pour aider le responsable des différents
services du département matériel dans la société COLAS à se doter une méthodologie efficace
afin d’apprécier le bon fonctionnement de la gestion matérielle.

54
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
Pour mener a bien notre proposition de procédure nous utilisons les symboles suivants :
afin de facilité sa présentation sous forme d’un tableau
SYMBOLES UTILISES :

: Documents

: Différentes opérations diverses

: Mise à jour

: Regroupement des documents : coller,


agrafer, attacher.

: Classement temporaire

: Classement définitif

: Transfert de document

: Transfert d’information

NON
: Alternative de décision

OUI

: Début ou fin de circuit de documents.

55
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
Ce tableau n°4 permet donc a COLAS de déterminer les étapes à suivre pour l’exécution des
divers activités concernant les factures, il est aussi nécessaire pour une gestion saine au niveau
des Operations comptables c'est-à-dire pour facilité la détection des erreurs éventuelles.
Pour continuer nous allons présenter maintenant les procédures nécessaires pour la livraison
et expédition des pièces ou matérielles afin de tracer les lignes de conduite à suivre pour livrer les
matériels aux différents départements ou aux chantiers.

Ce tableau n°5 doit se servir pour le magasin un instrument de planification de ces opérations de
livraisons et d’expéditions des pièces aux différents exploitants afin de facilité l’exécution des
Divers opérations concernant cette activité.
Pour terminer nous présentons par la suite une procédure pour la réception des pièces ou
matérielles.
Ce tableau n° 06 permet aussi au magasin de planifier les entrés c'est-à-dire de contrôler et
coordonner les entrés des pièces ou matériels en magasin en se référant aux divers documents.

56
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
Tableau n°4: CONTROLE DES FACTURES
PROCEDURE COMPTABILITE

- Réception facture fournisseurs FOURNISSEUR BC 3

BL

FACTURE
BR

NUMERO ET
- Numérotation et date DATE

Comparer les
- Comparaison entre facture, BC, BL, documents

BR

Vérification
- Vérification calcul et paraphe des
factures

Comptabilisation
- Comptabilisation

FACTURE
- Classement facture selon son
échéance. BC 3

BL

BR

- Mise à jour en attendant le paiement


Source : recherche personnelle (juillet 2009)

57
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
Tableau n°5 : LIVRAISON ET EXPEDITION DES PIECES OU MATERIELS
PROCEDURES SERVICE MAGASIN ACHAT
INTERESSE
Section intéressée : elle remplit
le bon de commande interne et le BC Visa et signature
fait signer par le chef de service
rattaché.

- Responsable signe le BCI et BC signé


l’envoi au magasin

NON
- Magasinier : vérifie la Mise
signature et l’existence physique en
attente
des stocks
OUI

- Si OK : préparation des pièces, - Préparation pièces


enregistrement des sorties - Etablissement BL
- Mention « LIVREE »
stocks, établissement BL avec la
mention « LIVREE »

- Service demandeur :
BC 3 BC 1 BC 2
BC 3
Service intéressé BL 3 BL 1 BL 2
BL 1

BL 2
Service achat
BC 2
Mise à jour Mise à jour Mise à jour

BC 1
Classement
BL 3 définitif
- Classement

Source : recherche personnelle (juillet 2009)

58
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
Tableau n°6 : RECEPTION DES PIECES OU MATERIELS
Procédures Magasin Achat Compta
bilité
- Arrivée des pièces au Livraison

magasin
BC 3 BL

- Rapprochement BL et
Rapproch
BC ement

- Contrôle de conformité NON


Contrôle
conformité
des pièces livrées

OUI

- Etablissement BR Etablissement BR

- Signature BR et BL Signe BR et BL

- Photocopie en 5 BR 4 BR 5 BR 1 BR 3 BR 2

exemplaires du BR
BL

BC 3 DA
BR 3
Service Fournisseurs
intéressé BC 4

Comparaison des
Mise à jour Compar
quantités livrées sur BR fiche de stocks aison

et BC
NON
- En cas de manque, on Cont Relance
rôle
passe à une relance aux
OUI
fournisseurs
- Si OK, mise à jour sur Mise à jour

registre de commande
Source : recherche personnelle (juillet 2009)

59
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
Bref, le manuel de procédures constitue un excellent et indispensable instrument de travail
dont la direction générale doit se servir pour asseoir une gestion saine et transparente et ainsi
assurer la pérennité de leurs institutions.

2-Renforcement de la communication :

Schématiquement, selon ROSS-ASHBY, ce système se présente ainsi :


Figure n°5 : CIRCUIT D’INFORMATIONS DANS UNE ENTREPRISE

SYSTEME DE COMMANDE

MEMORISATION CONTROLE

FLUX FLUX
DESCENDANT ASCENDANT

INPUT SYSTEME OPERATIONEL OUTPUT

SOURCE : Cours organisation deuxième année (année 2006)

C’est le sous-système d’informations qui assure le lien entre les deux systèmes. Il informe
après analyse le sous-système de décision des performances du sous-système d’opérations.

Pour faire tourner ce système d’informations, il faut connaître le sens et l’importance de la


communication au sein de l’organisation.

Source : ROSS ASBY cité dans le cours d’organisation 2e année (2006)


Puisque la communication assure l’exécution du travail, la préparation des prises de décisions
et favorise le dialogue social ; alors pour cela COLAS doit nommer un Responsable

60
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
Communication qui assure la liaison entre les différents services et départements. Les tâches de
celui-ci consistent à :
→ Recueillir toutes les informations nécessaires pour réaliser les travaux ;
→ Informer les directions ou services concernés ;
→ Assurer les relations de travail inter services ou inter département ;
→ Pour le cas des chantiers, ce responsable devrait recueillir les informations soit
par mail, soit par téléphone et les transmettra aux service/département qui en
auront besoin.
A part cela, nous avons également constaté durant notre stage qu’il y a manque de flux
ascendant chez COLAS à cause de l’absence de collectivité des travailleurs, alors que le capital
personnel constitue un pilier garant de la productivité et/ ou de la rentabilité d’un système. Donc,
il faut faire parvenir les revendications, réclamations et attentes émanant de ces travailleurs pour
les motiver à exécuter leur travail.
Nous proposons donc la création d’une collectivité qui réunira et représentera le travailleurs
au niveau des employeurs.
Trois (3) types de collectivité peuvent être mis en place :
→ Le délégué du personnel : qui assure la fonction des réclamations
→ Le comité d’entreprise qui assure l’expression des collectivités ; c’est un organe
dans une entreprise associant des personnes morales représentant les travailleurs dans
l’entreprise ;
→ Le délégué syndical : qui assure les fonctions de négociation.
D’après tout ce qui précède, la communication tient une place importante pour
l’accomplissement du travail. Pour le cas de COLAS, il faut rendre chaque employé au courant
de toute information qui lui concerne au sein de chaque service et de chaque département, tout en
utilisant les moyens possibles et adéquats pour ce faire (téléphone, notes de services, procès
verbal, etc.). Il est nécessaire de nommer un « Responsable Communication » qui gérera le
circuit d’informations inter service ou inter département à part le secrétaire et le chef du
personnel. Cette personne assurera les relations de travail entre les départements et entre les
services. Pour ce qui est de la création d’une collectivité des travailleurs, la constitution d’une
délégation du personnel est prioritaire par rapport aux autres types de collectivité.

61
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.

3-Renforcement de l’organisation des activités :

La division de travail consiste à séparer les différentes tâches dans le but de trouver la
logique entre elles. La notion de tâche est fondamentale dans l’étude de l’organisation selon
DRUCKER : « le travail est unipersonnel et objectif », c’est une tâche.

Pour l’organisation de ces tâches, l’on procède aux méthodes suivantes :


a. La spécialisation : qui est une conséquence de la division du travail. Celle-
ci décompose une tâche complexe en plusieurs tâches composantes.
Afin d’éviter la confusion des tâches au niveau des services, il faut redéfinir les fiches de
fonction de chaque employé de chaque service. Entre autres, le contrôle des factures sera assuré
par le service comptabilité et non plus par les services généraux qui devraient s’occuper du parc
matériel uniquement, et aussi pour faciliter la détection des erreurs au niveau des factures, erreurs
qui font l’objet de plaintes et réclamations provenant des fournisseurs.

b. La standardisation et la normalisation :
La standardisation est utilisée pour une action qui concerne seulement le plan interne de
l’entreprise. Elle diffère là de la normalisation qui se tente au plan national tout entier et même
au plan international.
 Standardisation : standardiser c’est appliquer des standards. On appelle des
standards un ou plusieurs éléments, objets ou méthodes choisis parmi les autres afin d’en
généraliser l’application, d’en faciliter le remplacement et f’être assuré de la constance des
effets rencontrés. La standardisation peut s’appliquer qu procédé, au produit (la nature, la
couleur, la forme, les dimensions, etc.), aux moyens (les machines, les imprimés, etc.), aux
méthodes ( méthode de gestion des stocks, le choix des éléments, méthodes pouvant
découler de diverses causes : économique, rapidité, qualité, sécurit », etc.).
 Normalisation : d’une façon générale, normaliser c’est soumettre à des normes. La
norme est une règle c’est-à-dire une formule qui indique ce qui doit être fait dans un cas
déterminé. La normalisation c’est donc l’établissement des règles qui serviront à modeler
une activité. Ainsi définie, la normalisation touche toutes les activités humaines.
Normaliser, c’est donc simplifier, unifier, spécifier.

Source : DRUCKER cité dans le cours d’organisation 1e année 2005

62
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.

L’application de standards permettrait de réorganiser tout le département matériel de


COLAS, en redéfinissant les procédures d’exécution des commandes, de la gestion des stocks, du
circuit d’informations par rapport aux besoins de chaque service. Ainsi, une secrétaire travaillant
dans le département matériel de COLAS MADAGASCAR aurait les mêmes attributions qu’une
secrétaire dans un département d’un autre pays.

En somme, une bonne organisation des activités est très importante car elle permet de définir
les différentes activités et de déterminer les tâches de chacun des exécutants et les responsabilités
de celui-ci. Il est donc nécessaire pour le département matériel de COLAS MADAGASCAR SA
de prendre une décision relative à la répartition des tâches des travailleurs et leurs attributions
respectives afin de concourir au bon climat social au sein du département et pour réduire les
risques de conflit de responsabilité.

Section 2 : Amélioration de la Gestion Matérielle


Pour continuer ce chapitre nous essayons maintenant de proposer les solutions sur la
gestion des approvisionnements et sur le choix de financement pour la performance de la GM et
afin de remédier les problèmes existants.

1-Amélioration de la gestion des approvisionnements :


La fonction approvisionnement c’est l’ensemble des opérations qui permettent de mettre à la
disposition d’un utilisateur un bien ou service non disponible dans l’entreprise, correspondant à
un besoin défini en quantité et en qualité dans un temps déterminé à un coût minimum.
Dans cette activité d’approvisionnement des pièces de rechanges COLAS devrait donc
procéder à la gestion de la commande afin d’éviter les différents problèmes qui pourraient
arriver comme la pénurie de matières premières qui entraîne la panne du travail mais aussi pour
faire face aux urgences, et la gestion des stocks puisque l’évaluation des stocks a des
répercutions sur les informations financières qui reflètent l’image fidèle de la société.

Pour une bonne gestion des commandes et des stocks, il faut répondre aux questions
suivantes :
QUAND APROVISIONNER ?
COMBIEN FAUT-IL APPROVISIONNER ?

63
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
• Source :sur internet http://staff,umh,ac,be/dufranne.fréderic/gestion/leçon7.pdf

Pour répondre a ces questions nous entamons en premier lieu quand approvisionner ?

2-Quand approvisionner ?
Dans cette phase, le magasin de COLAS doit définir un seuil de réapprovisionnement pour
assurer la continuité de ses opérations avec une sécurité raisonnable et aussi contre la pénurie en
matières tout en évitant un excès de stock.
Mais en définissant cette politique, il ne faut pas oublier que le niveau de stock doit permettre
de satisfaire les besoins durant le délai allant du moment où on atteint le point de commande au
moment de livraison. La fluctuation des prévisions peut entraîner la rupture des stocks. Pour y
palier ou pour augmenter le point de commande d’une certaine quantité, on définit en outre ce
qu’on appelle « le stock de sécurité ».
Le graphique ci-dessous nous permettrons d’expliquer le seuil d’approvisionnement dans une
entreprise.

Graphique n°1 :
Quantité
ENTREE

ENTREE

Temps
e
Source : Cours Organisation 2 année (2006)
Ce graphe explique donc les entrés et les consommations des matières que l’entreprise
effectue dans une période quelconque
En simplifiant, on obtient un graphique en dents de scie
Graphique n°2 :
Quantité
ENTREE
ENTREE

ENTREE

RUPTURE
STOCKS
Temps

64
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.

Source : Cours Organisation 2e année(2006)

Pour éviter la rupture des stocks, il faut faire en sorte que l’entrée d’une commande se fasse
au plus tard, lorsque la quantité en stock devient nulle.

Le graphe ci dessous nous montre les consommations et nous représente sur quel moment on
réapprovisionne pour éviter la rupture des stocks

Graphique n°3 :

Quantité

DELAI D’APPRO
Temps

Source : Cours Organisation 2e année (2006)

L’entreprise doit détenir un stock minimum pour faire tourner les activités on l’appelle
aussi niveau critique

Le niveau critique se détermine de la manière suivante

NIVEAU CONSOMMATION DELAI MOYEN


= = X
CRITIQUE MOYENNE D’APPROVISISIONNEMENT

65
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.

Pour éviter les aléas (grève, transport, etc.) on envisage un stock de sécurité, un stock en plus
du stock minimum ou un stock supplémentaire du stock minimum.
C’est que nous essayons de présenter sur le graphe suivant .

Graphique n°4 :
Quantité
Niveau
critique

Stock de
sécurité
Temps
DELAI D’APPRO

Source : Cours Organisation 2e année(2006)

Ce graphe nous explique donc que pour éviter la pénurie de stock qui peut entrainer la
panne des travaux il faut détenir un stock de sécurité qui est le niveau de stock d’un article
permettant a la société d’éviter les conséquence de la rupture en cas d’irrégularité de livraison ou
de la consommation élevée d’où la formule

NIVEAU STOCK DE CONSOMMATION DELAI MOYEN


= + X
CRITIQUE SECURITE MOYENNE D’APPROVISIONNEMENT

Source : Gestion d’approvisionnement sur Internet

66
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.

En second lieu nous essayons de répondre à la 2e question

3-Combien approvisionner ?
La réponse à cette question peut être fournie en faisant appel aux différentes méthodes qui
pourraient être appliqué dans la gestion de stock de COLAS:
- à la méthode A, B, C ;
- à la méthode des 20/80 ;
- à la méthode de Wilson.

4-Méthode A, B, C :
Dès que le nombre d’articles devient grand, il est difficile de porter la même attention à
chaque article car les produits n’ont pas la même importance. Il faut exercer un minimum de
contrôle sur le stock.
L’analyse A, B, C permet d’affecter à chaque produit une classe d’importance qui correspond
à un type de gestion.
On constate parfois par « observation statistique » que :
a) Les produits de catégorie A concernent 20% des articles et représentent 70 à 85 %
des sorties.
b) Les produits de catégorie B concernent 40% des articles et 10 à 20% des sorties ;
c) Les produits de catégorie C concernent 50% des articles et 5 à 10% des sorties.
Cette constatation permet de mettre au point des méthodes de gestion es stocks pour chacune
de ces 3 catégories.
CATEGORIE A : gestion particulièrement élaborée
CATEGORIE B : Gestion normale
CATEGORIE C : Gestion simple

5-Méthode des 20/80 :


Cette méthode a pour objectif de sélectionner les articles pour lesquels il convient
d’organiser en priorité la gestion des stocks (voir également méthode A, B, C). Lorsqu’on
constate qu’environ 20% environ des produits référencés représentent environ 80% de la valeur
du stock, on applique à ces produits une gestion complexe et rigoureuse. Les 80% en quantité qui
ne représente que 20% en valeurs se voient appliquer une gestion relativement simple.

6-Modèle de Wilson :
Deux (2) variantes de modèles de Wilson sont généralement utilisées :

67
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
Quantité fixe à date variable : Cette méthode permettra d’éviter un grand nombre de ruptures
antérieurement constatées mais ne donnera pas de bons résultats sur le niveau des stocks.
Quantité variable à date fixe : Cette méthode est orientée vers la consommation future, le
gestionnaire doit calculer la quantité à commander.

Bref, cette méthode sert de base à la mise en place d’une gestion des approvisionnements
Wilson retient deux catégories de coûts liées aux approvisionnements :le coût de passation
et le coût de possession.

Le coût de passation : il est lié à l’existence et à l’activité du service Achat.


La division du total de ces frais à cette rubrique pendant une période (année) par le nombre
de commandes passées constitue le coût unitaire de passation.

COUT DE COUT DE FONCTIONNEMENT S/CE ACHAT


=
PASSATION NOMBRE DE COMMANDES PASSEES

Le coût de possession :
C’est bien entendu le coût représenté par l’existence du stock en magasin.
En divisant le total des frais de cette rubrique par la valeur du stock moyen, nous obtenons un
pourcentage qui représente le taux de possession.

COUT DE STOCKAGE
TAUX DE POSSESSION =
STOCK MOYEN

Soit N : nombre de pièces achetées


Q : nombre de pièces approvisionnées
P : prix unitaire de la pièce
Ss stock de sécurité envisagé pour la pièce
t : taux de possession
Ca : coût d’approvisionnement par commande
Après développement et après le calcul des dérivés par rapport à Q, on obtient :

√ 2 N Ca
Q =
Tp

Formule de Wilson

68
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.

En ce qui concerne l’importation il faut dresser un calendrier prévisionnel des achats. A notre
avis connaissant la durée de vie approximative de chaque piéce importante, la réalisation d’un tel
calendrier sera possible
En bref pour une gestion saine de la commende et de stock il est indispensable à COLAS de
se doter de ces diverses méthodes dont le but de bien évaluer le cout de commande et le cout de
stockage pour respecter la réalité de l’information financière qui reflète sur l’image fidèle de
COLAS Madagascar.

2. Amélioration du fonctionnement du service général : « Choix du mode


financement :
Pour financer les activités travaux de chantiers, COLAS pratique des locations simples auprès
de MADAUTO Location et de SICAM Rent. Elle décide de financer ces activités du fait qu’elle
ne veut pas supporter les charges d’entretien ou de réparation de ces machines. Elle veut
également éviter le gonflement de ses stocks à la fin des chantiers. D’après les informations que
nous avons pu collecter, les charges mensuelles de location s’estiment à 1 700 000ar par
machine, soit donc de 225 000 000 Ar par mois pour toutes les machines à louer en un mois.
A notre avis, c’est trop important comme charge de location c’est pourquoi nous essaierons
de proposer d’autres méthodes de financement qui pourraient être plus rentables pour
l’entreprise.
Nous trouvons approprié d’investir dans les véhicules de transport du personnel, des
véhicules qui ont utilisés presque pendant toute l’année. Pour alléger également les coûts de
location, les véhicules légers seront acquis par crédit-bail ou location financière puisque celui-ci
permet de louer à moyen terme les matériels et d’en devenir propriétaire à la fin du contrat. Afin
de soutenir ces deux (2) modes de financement, nous allons par la suite les développer un à un.

 Investissement :
L’investissement est une décision stratégique. A ce titre, il s’insère dans la politique générale
de l’entreprise. La notion d’investissement peut recouvrir des réalités parfois très différentes :
outil productif, prise de participation, brevet, formation, immobilisation des fonds dans le cycle
d’exploitation. Selon la comptabilité, l’investissement est une immobilisation qui concerne les
comptes de la classe 2 du PCG englobant : les immobilisations corporelles, les immobilisations
incorporelles, les immobilisations financières. Il s’agit donc d’une dépense affectée à l’actif
immobilisé.

69
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
Selon la finance, pour évaluer un investissement un financier se place dans une logique de
flux monétaire ; la demande générale consiste à comparer un décaissement (investissement) aux
encaissements qu’il va générer, d’où la définition :
Investissement = débours immédiat en vue d’encaissement futur ou encore décision
d’immobilisation des capitaux en vue de tirer un gain sur plusieurs périodes.
Cette définition signifie donc que l’investissement génère de l’argent pour l’entreprise après
l’année qui suit celle de la prise de décision d’investissement. On appelle ce revenu futur
« Economie d’impôt sur amortissement de l’investissement » qui est donc le revenu que
l’entreprise entend gagner par l’intermédiaire de l’amortissement puisque l’amortissement est
une charge calculable et non decaissable.
On le calcule comme suit :

Economie d’impôt sur


= Amortissement de l’immobilisation x Taux de l’IBS
amortissement d’investissement

La sortie totale des fonds pour un projet d’investissement est donc la sortie initiale des fonds
ou montant global de l’investissement diminué des économies d’impôts.

SORTIE DE FONDS SORTIE DE FONDS ECONOMIE


TOTALE
=
INITIAL
- D’IMPOT

En bref l’investissement constitue donc un moyen de financement indispensable pour


COLAS dans le but d’allège son charge de location puisque l’investissement génère de l’argent
ou des encaissements futurs pour l’entreprise.

 Crédit-bail :

Selon l’IAS 117, est considéré comme crédit-bail l’acquisition d’un bien par redevances
dont :
1) Le contrat prévoit le transfert de la propriété au locataire à l’issue du contrat.
2) Le contrat dont la durée est proche de la durée d’utilisation du bien.
3) Le contrat dont le prix de levée de l’option est suffisamment avantageux pour qu’il soit
pratiquement certain que le locataire achètera le bien à la fin du contrat.
4) Ce contrat qui au début indique que la valeur actualisée de paiements minimaux dus par
le locataire est au moins égale à la valeur de l’actif loué.

Source : cours gestion financière approfondie 4e année (2008)

70
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.

Définition :
Le crédit-bail est une opération par laquelle le crédit bailleur achète, à la demande du
crédit preneur, auprès d’un fournisseur, un bien, en vue de la donner en location pour une
durée déterminée, moyennant le versement par crédit preneur d’un loyer périodique. Le crédit
bailleur demeure propriétaire du bien pendant la durée du contrat de crédit bail, qui inclut une
période irrévocable égale ou inférieure à lé période location, pendant laquelle les parties ne
peuvent ni résilier, ni réviser les termes du contrat.
Le crédit preneur supporte durant toute la durée du contrat tous les risques, charges et
responsabilités se rapportant au bien donné en crédit-bail.
A l’expiration du contrat de crédit-bail, le crédit preneur peut, soit restituer le bien au
crédit bailleur, soit l’acquérir pour une valeur résiduelle fixée dans le contrat qui doit tenir
compte des versements effectués à titre de loyer, soit demander le renouvellement du contrat.
Le crédit-bail est également classifié comme activité d’investissement et service
financier. A ce titre, l’opération de crédit-bail est une forme de location-financement qui
pourrait intéresser COLAS.
Objet du crédit-bail :
Le crédit-bail peut porter sur les biens suivants :
 biens mobiliers, biens d’équipement et matériels d’outillage, véhicules et
autre bines non consommables ;
 bien immobiliers ;
 fonds de commerce et établissements artisanaux ou de l’un de leurs
éléments incorporels, dont notamment les droits de propriété industrielle.
Le crédit-bail est une technique contractuelle par laquelle une entreprise dite crédit-bail
acquiert sur la demande d’un client (crédit preneur) la propriété de biens d’équipement mobiliers
ou immobiliers à usage professionnel, en vue de les donner en location à ce dernier pour une
durée déterminé et en contrepartie de redevances ou de loyer.
Figure n°6: CREDIT-BAIL ET LOCATION FINANCIERE

FOURNISSEUR
4 3

2 1

SOCIETE DE CREDIT-BAIL 5
LOCATION FINANCIERE CLIENT
Source : toute la finance Hervé Hultin Chapitre 8
1 : conclusion du contrat

71
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
2 : transmission du dossier pour acceptation
3 : livraison du matériel
4 : règlement au comptant
5 : paiement des loyers
 Avantages et inconvénients du crédit-bail :
- il permet un financement à 100% des biens considérés
- le crédit-bail permet aux entreprises et aux particuliers d’investir dans des biens,
sans aggravation excessive de leur situation financière (ratio de solvabilité) par un
paiement forfaitaire mensuel appelé REDEVANCE ceci signifie que le bilan de
l’entreprise sera plus avantagé, car moins de dettes apparaîtront aux passifs.
- Il constitue une sorte d’assurance contre les risques technologiques. Si des
matériaux plus performants apparaissent, l’entreprise pourra procéder à un échange très
rapidement. Il n’en serait pas de même si elle était propriétaire.
- Il permet aux entreprises qui ont une faible capacité d’endettement mais qui
pourraient les rentabiliser dans des financements.
- Il n’y a pas de modification du bilan (l crédit-bail figure dans les engagements
hors bilan)
- Il n’y a pas d’apports en capital pour la totalité des financements.
- Le maintien de l’autonomie financière.

 La cession du crédit-bail ou LEASE BACK:


Le contrat de cession bail est un par lequel le fournisseur, propriétaire d’un bien, le vend
au crédit bailleur qui le lui reloue immédiatement dans le cadre d’un contrat de crédit-bail au
terme duquel, le fournisseur, en sa qualité de crédit preneur, peut, en levant l’option d’achat
stipulée à son profit, redevenir propriétaire du bien.

En bref, le crédit-bail et l’investissement constituent une meilleure méthode de


financement pour amoindrir le nombre de matériels loués au sein de COLAS M/CAR, afin
d’alléger les coûts de location que pourraient engendrer ces matériels. A la fin du contrat,
l’on pourra éventuellement acquérir les biens loués.
En bref il est très nécessaire que la société applique ces diverses solutions proposées pour
la bonne gouvernance et la fiabilité de ces divers travaux. Pour continuer cette partie nous
envisageons en dernier lieu ce que l’on attend après la mise en œuvre de ces solutions.

72
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
Chapitre 2 : RESULTATS ATTENDUS
L’application de ces propositions entraîne différents impacts sur les différentes ressources
utiles pour l’exploitation du département matériel.
Les résultats attendus constituent les impacts positifs qui s’exerceront sur la société
COLAS surtout pour son département matériel et son entourage du point de vue économique,
financier et social.

Section 1 : Résultat économique


La société COLAS MADAGASCAR SA, dans son département matériel a une
activité de prestation de services classée dans le secteur des bâtiments et travaux publics. Elle
a déjà une certaine envergure par rapport à son marché et ses concurrents. Donc elle participe
à la création de richesses pour notre pays en créant de la valeur ajoutée contribuant à
l’augmentation du PIB (produit Intérieur Brut) engendrant une croissance économique du
pays.

Section 2 : Résultat social


Pour une conséquence positive de cette situation financière, la société COLAS
MADAGASCAR dans son département matériel pourra créer des emplois ou bien
augmenter la masse salariale de ses employés et cela sera une opportunité pour l’ensemble
des travailleurs, également pour l’accroissement su bien être social et l’augmentation de leur
pouvoir d’achat.
Le résultat que nous attendons par l’application de ces solutions proposées c’est la
tranquillité et la stabilité de l’ensemble du personnel en exécutant leur travail.

Section 3 : Résultats financiers


L’objectif de toute entreprise est d’augmenter les bénéfices soit par rémunération des
capitaux propres soit par augmentation des actifs immobilisés ; l’utilisation effective de la bonne
gestion des ressources financières et le bon choix de financement entraîne la maîtrise des
dépenses. Voilà pourquoi nos résolutions pourront améliorer la situation financière de la société.

En guise de conclusion pour cette dernier partie nous avons pu démontrer les diverses
solutions qui contribue a l’amélioration du département matériel au niveau organisationnel et
sur le plan de gestion des matériels ; plus précisément dans le souci de rendre plus efficace le
fonctionnement de la GM et aussi les résultats attendus après ces solutions.

73
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
CONCLUSION
En somme, la réalisation de présent mémoire se rapportant sur « l’amélioration de la
Gestion matériel de l’entreprise de travaux publics cas de la Société COLAS
MADAGASCAR S.A » a été initiée à l’issue d’enquête et d’entretien avec les travailleurs de
l’entreprise pour faire sur un petit aperçu sur l’histoire de la société et surtout de décortiquer
sur le fonctionnement de la GM , portant sur les handicaps suivant :problème liés à
l’organisation et les problèmes liées aux département matériel sur la gestion des matérielles.
Notre objet n’est pas seulement de confronter les théories avec la pratique mais également
d’offrir une occasion d’améliorer autant que possible ce pilotage pour pouvoir rendre chaque
service plus performant.
Nous sommes amenés à suggérer pour ne pas dire préconiser des mises aux points tels
que :
• La création des manuels de procédure : dans ce point nous essayions de donner
des lignes de conduites a suivre pour la réalisation des travaux clairement
identifier et dont son contenu assure la cohérence entre les taches et las
opérations.
• Le renforcement de la communication : qui contribue d’une part à assurer le
circuit d’information et de communication afin de favoriser le dialogue social,
d’exécuter le travail et de prendre des décisions et d’autre part de renforcer les
collectivités des travailleurs afin de les motiver à travailler.
• L’amélioration de la répartition des tâches et responsabilité : qui consiste à la
révision de la répartition des taches et responsabilités pour faciliter la détection de
l’erreur éventuelle et pour la tranquillité des travailleurs en exécutants son travail
• L’amélioration de la gestion d’approvisionnement et choix de financement : dans
un but d’alléger le coût de location supporter par la GM
Dans cette démarche ; les perspectives d’avenir de la Société COLAS Madagascar S.A
seront jugées excellente si elle maintient comme principe fondamental la bonne gérance des
parcs matériels et des différentes ressources utilisées, dans ce sens pour s’assurer des résultats
fiables à l’avenir
A la fin, nous pouvons affirmer que notre séjour au sein de COLAS MADAGASCAR a
été non seulement fructueux et informatif mais l’ambiance au sein du département matériel a
été d’une aise incommensurable pour fournir des conditions de travail exceptionnelles pour
tous les travaux que nous y avons entrepris.

74
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.

TABLE DE MATIERE
INTRODUCTION........................................................................................................................... 1
PARTIE 1 :...................................................................................................................................... 3
PRESENTATION DE LA SOCIETE COLAS MADAGASCAR ET THEORIE GENERALE
SUR LA GESTION MATERIELLE............................................................................................... 3
Chapitre 1 : PRESENTATION DE LA SOCIETE COLAS MADAGASCAR.......................... 4
Section 1 : Description de COLAS ......................................................................................... 4
1-Historique de la société COLAS :.................................................................................... 4
2- Présentation de COLAS Madagascar : ........................................................................... 5
3-Statut : .............................................................................................................................. 7
Section 2 : Organigramme et activités de COLAS MADGASCAR ....................................... 7
1-Organigramme : ............................................................................................................... 7
2-Activités : ......................................................................................................................... 9
CHAPITRE 2 : THEORIE GENERALE SUR LA GESTION DU MATERIEL..................... 11
Section 1 : Gestion transport et logistique .......................................................................... 11
1. Fonction logistique :................................................................................................. 11
2. La logistique :........................................................................................................... 11
3-Gestion de transport : ..................................................................................................... 15
Section 3 : La gestion parc matériel ..................................................................................... 16
1-Organisation d’un parc matériel :................................................................................... 16
2-Mouvement des matériels et comptabilisation :............................................................. 16
3-Suivi des matériels ......................................................................................................... 18
PARTIE II : ................................................................................................................................... 19
ANALYSE CRITIQUE DE LA SITUATION EXISTANTE....................................................... 19
Chapitre 1 : Description du fonctionnement du département matériel : ................................... 19
Section 1 : Activités de la Gestion du Matériel (GM)........................................................... 19
1-INVESTISSEMENT DES MATERIELS:..................................................................... 20
2. ACHAT DES ¨PIECES DE RECHANGES.................................................................. 21
3. TRANSFERT DES MATERIELS : .............................................................................. 22
Section 2 : Présentation du département matériel ................................................................. 25
1-Organigramme : ............................................................................................................. 25
2-Les services au sein du département matériel :.............................................................. 26
3-Description des différents matériels utilisés par le Département Matériel .................... 43
Chapitre 2 : ANALYSE DES PROBLEMES RENCONTRES LORS DE LA PRISE DE
CONNAISSANCE DU DEPARETMENT MATERIEL.......................................................... 47
Section 1 : Problèmes liés à l’organisation ........................................................................... 47
1- Insuffisance d’un manuel de procédure : ...................................................................... 47
2- Communication insuffisante : ....................................................................................... 48
3-Définition imprécise des taches et des responsabilités .................................................. 49
Section 2 : Problèmes liés au Département Matériel et sur la Gestion matérielle ................ 50
1-Problèmes d’approvisionnement :.................................................................................. 50
2-Problèmes rencontrés sur le choix de financement........................................................ 51
PARTIE III :.................................................................................................................................. 53
SOLUTIONS ET RESULTATS ATTENDUS ............................................................................. 53
Chapitre 1 : PropositionS de solutions ...................................................................................... 54
Section 1 : Amélioration du système d’organisation ............................................................ 54
1-Création d’un manuel de procédure :............................................................................. 54
2-Renforcement de la communication : ............................................................................ 61

75
Contribution à l’amélioration de la gestion du parc matériel d’une entreprise de travaux publics
Cas de la société COLAS MADAGASCAR S.A.
3-Renforcement de l’organisation des activités : .............................................................. 63
Section 2 : Amélioration de la Gestion Matérielle ................................................................ 64
1-Amélioration de la gestion des approvisionnements : ................................................... 64
2-Quand approvisionner ? ................................................................................................. 65
3-Combien approvisionner ? ............................................................................................. 68
4-Méthode A, B, C : .......................................................................................................... 68
5-Méthode des 20/80 :....................................................................................................... 68
6-Modèle de Wilson : ........................................................................................................ 68
Chapitre 2 : RESULTATS ATTENDUS .................................................................................. 74
Section 1 : Résultat économique ........................................................................................... 74
Section 2 : Résultat social ..................................................................................................... 74
Section 3 : Résultats financiers ............................................................................................. 74
CONCLUSION ........................................................................................................................... 75

76

Vous aimerez peut-être aussi