Vous êtes sur la page 1sur 8

ASSOCIATION FRANÇAISE DES TUNNELS

ET DE L’ESPACE SOUTERRAIN

Organisation nationale adhérente à l’AITES


www.aftes.asso.fr

Recommandations
de l’AFT E S

Dimensionnement
de la protection supérieure
des dispositifs
d’étanchéité synthétiques
GT9R17F1
TOS215-GT9-FR_???GalerieCroixBlandin 14/10/09 15:42 Page266

Recommandations de l’AFTES n° GT9R17F1

Recommandations relatives au
dimensionnement de la protection
supérieure des dispositifs d’étanchéite
synthétiques

Texte présenté par Jean-Louis MAHUET - EGIS rail – Animateur du GT n°9 « Etanchéité des ouvrages souterrains »

Etabli avec la participation de :


Gérard MAZZOLENI (CETU), Laurent SAUGER, Jean-Paul BENNETON (LRPC CETE de LYON),
Jean-François JABY (EOS), Pascal FRISON (SIKA), Jean BARREAU (SOPREMA/FLAG), Jacky DENYS (CETCO),
Pierre AILLAUD (GCC), Sébastien PROST (SLEG), Olivier DUFOURD (XELIS), Gaëtan POTIE (RENOLIT),
Jean-Noël LOUCHART (ETANDEX)

L’A.F.T.E.S. recueillera avec intérêt toute suggestion relative à ce texte.

SOMMAIRE
Pages Pages

1 - LA PROBLEMATIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 267 3 - RECOMMANDATIONS POUR LE DIMENSIONNEMENT


DES PROTECTIONS SUPERIEURES DE D.E.G. . . . . . . . 268
2 - DOMAINES D’APPLICATION
DES RECOMMANDATIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 268 LEXIQUE - BIBLIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 269

266 TUNNELS ET OUVRAGES SOUTERRAINS - N° 215 - SEPTEMBRE/OCTOBRE 2009


TOS215-GT9-FR_???GalerieCroixBlandin 14/10/09 15:42 Page267

Recommandations de l’AFTES n° GT9R17F1

1 - LA PROBLEMATIQUE

Les entreprises applicatrices de Dispositifs d’Etanchéité par Les principaux griefs invoqués par la profession concernaient en
Géomembranes synthétiques (D.E.G), pour assurer l’étanchéité premier lieu la difficulté de mise en œuvre d’une protection
des ouvrages souterrains en France, ont sollicité en 2006 le beaucoup plus « rigide » que par exemple celle de la géomembrane
GT n°9 pour mener une réflexion sur la nature et le dimensionne- d’étanchéité. Cette « rigidité » avait par exemple pour consé-
ment des protections synthétiques. quence des poses plus « tendues » de la protection au droit de
Cette demande de la profession était principalement motivée par supports de tunnel trop irréguliers, avec risques de création de
des difficultés de mise en œuvre, essentiellement par temps froid, vides entre la protection et la géomembrane. Autre inconvénient
de protections synthétiques du type PVC-P (1) ou EC-F (2) mis en exergue par la profession, celui de la difficulté de soudage
telles qu’elles sont spécifiées dans le Fascicule 67 – titre III du de la protection sur la géomembrane, susceptible de générer des
CCTG (3). altérations de celle-ci par température de soudure excessive
(charbonnage ou brûlure ponctuelle de la géomembrane). Cette
Ces spécifications figurent à l’article 7.4.2.3 « stipulations concer- « rigidité » s’explique avant tout par une dureté Shore D de la
nant la protection » précisant que « la qualité de la protection est protection supérieure plus élevée que celle de la géomembrane
appréciée au moyen d’un essai de poinçonnement dynamique (4) d’étanchéité, indispensable pour assurer, pour une épaisseur mini-
réalisé sur l’ensemble du complexe ». Le commentaire de cet male de 15/10 de mm, la conformité à la classe 2 de la résistance
article précise que le complexe doit avoir un comportement du D.E.G au poinçonnement dynamique. Pour remédier à ces
correspondant au minimum à celui de la classe deux (2) défini par problèmes de mise en œuvre de cette protection par temps froid,
cet essai. L’épaisseur minimale de l’écran de protection supérieure, des fabrications de protection « assouplie » ont été ponctuelle-
de 15/10 de mm est indiquée dans le commentaire de l’article 7 ment testées. Si elles facilitaient indéniablement la mise en œuvre
de l’Annexe n°4 (5) du Fascicule 67 – titre III. de cette protection, la conformité de la classe 2 de l’essai de résistance
Cette protection mécanique appelée supérieure, car appliquée sur au poinçonnement dynamique, par contre, n’était plus assurée !
la géomembrane d’étanchéité, assure la protection mécanique du Dans l’esprit de faciliter la mise en œuvre des D.E.G, notamment
D.E.G contre la mise en œuvre du ferraillage ou du bétonnage des par temps froid, tout en restant conforme aux spécifications du
revêtements d’ouvrages souterrains, ou du remblaiement des Fascicule 67 – titre III, un sous-groupe de travail du GT n°9,
ouvrages de tête (tunnels), des piédroits et des dalles supérieures regroupant applicateurs, producteurs et maîtres d’œuvre, s’est
(tranchées couvertes). réuni de 2006 à 2009 pour rédiger ces recommandations.
© EGIS rail

© EGIS rail

Photo 1 - Protection supérieure DEG de la tranchée couverte Photo 2 - Protection supérieure de la tête de tunnel

TUNNELS ET OUVRAGES SOUTERRAINS - N° 215 - SEPTEMBRE/OCTOBRE 2009 267


TOS215-GT9-FR_???GalerieCroixBlandin 14/10/09 15:42 Page268

Recommandations de l’AFTES n° GT9R17F1


Recommandations relatives au dimensionnement de la protection supérieure
des dispositifs d’étanchéité synthétiques

2 - DOMAINES D’APPLICATION DES RECOMMANDATIONS

Ces recommandations s’appliquent pour l’étanchéité par D.E.G


synthétique des ouvrages souterrains suivants :
- Tunnels creusés
- Tunnels forés
- Tranchées couvertes
- Ouvrages souterrains sous plate-forme routière, autoroutière et
ferroviaire
- Ouvrages souterrains de faible couverture, non associés à un
bâtiment (stations - gares - parkings, etc).

© EGIS rail
Photo 3 - Mise en œuvre protection supérieure
sur DEG de tête de tunnel

3 - RECOMMANDATIONS POUR LE DIMENSIONNEMENT


DES PROTECTIONS SUPERIEURES DE D.E.G.

La rédaction des recommandations suivantes s’est appuyée sur les • Essais de résistance au poinçonnement dynamique du D.E.G
résultats d’essais réalisés aux LRPC CETE d’AUTUN et de avec une géomembrane de 20/10 de mm et une protection supé-
LYON, ainsi qu’au niveau des producteurs : rieur d’une épaisseur supérieure ou égale à 21/10 mm (cas
incontournable à ce jour pour les géomembranes EC-F). Les
résultats sont largement conformes à la classe 2 ; se pose cepen-
dant la question d’acceptation par la profession d’un D.E.G où
l’épaisseur de la protection est plus élevée que celle de la
géomembrane (développement durable – coût du D.E.G, etc).
• Essais de résistance au poinçonnement dynamique du D.E.G
avec une géomembrane de 25/10 de mm (au lieu de 20/10) et
une protection supérieure d’une épaisseur supérieure ou égale à
17/10 mm. Les résultats obtenus sont largement conformes à
la classe 2 puisqu’ils atteignent la classe 1. Cette augmentation
significative de l’épaisseur de la géomembrane (+25%) inter-
pelle la profession et notamment les maîtres d’ouvrage et
maîtres d’œuvre sur le surcoût à payer pour améliorer la mise
en œuvre d’un D.E.G par temps froid !
A la lumière de ces résultats d’essais et de réflexions menées à leur
sujet, le sous-groupe de travail propose :
• De déroger au commentaire de l’article 7 de l’annexe n°4 du
Photo 4 - Essai de résistance au poinçonnement dynamique
fascicule 67 – titre III du CCTG en faisant passer l’épaisseur
minimale de la protection supérieure de 15/10 à 19/10 de mm.
• Essais de souplesse à basse température des protections avec des • De recommander les compositions suivantes de D.E.G en
duretés Shore D variant de 27 à 52 (mesurées à 0°C) pour des fonction du type d’ouvrage souterrain à étancher :
épaisseurs variant de 17,6/10 à 19,4/10 de mm. Les résultats - Tunnels creusés et forés : pour le PVC-P, maintien du D.E.G,
de ces essais montraient qu’il y avait une corrélation entre type Fascicule 67 – titre III :
l’épaisseur et la rigidité de la protection supérieure pour obtenir
la classe 2 à la résistance au poinçonnement dynamique du - Protection inférieure en géotextile de 600 g/m2 (en fonction
D.E.G. de l’état du support)

268 TUNNELS ET OUVRAGES SOUTERRAINS - N° 215 - SEPTEMBRE/OCTOBRE 2009


TOS215-GT9-FR_???GalerieCroixBlandin 14/10/09 15:42 Page269

Recommandations de l’AFTES n° GT9R17F1


Recommandations relatives au dimensionnement de la protection supérieure
des dispositifs d’étanchéité synthétiques

- Géomembrane d’étanchéité de 20/10 de mm d’épaisseur L’AFTES recommande également d’adopter les dispositions
- Protection supérieure éventuelle (obligatoire au niveau du complémentaires suivantes :
joint de plot de bétonnage) de 19/10 de mm d’épaisseur • Radier : mise en œuvre systématique d’une protection lourde
minimale. L’AFTES recommande d’interposer systémati- complémentaire, du type chape béton de 6 cm d’épaisseur
quement entre le support et le DEG une bande de minimale.
géoespaceur du type Delta MS 8, ou similaire. • Dalle supérieure : mise en œuvre des protections complémen-
Le DEG en PVC-P doit être conforme à la classe 2 de résistance taires prévues par le Fascicule 67 – titre III (article n°7 de
au poinçonnement dynamique. l’annexe n°4) et par les recommandations de l’AFTES (T .O.S
n° 183.) (6)
Le DEG en EC-F doit également être conforme à la classe 2 de
résistance au poinçonnement dynamique. Cette exigence devrait • Vérification systématique en début de chantier de la confor-
conduire à doubler la protection supérieure. mité du D.E.G à la classe 2 de résistance au poinçonnement
dynamique. L’essai doit être réalisé selon les modalités de la
- Tranchées couvertes : pour le PVC-P, maintien du D.E.G, norme NF P 84-506 « Détermination de la résistance au poin-
type Fascicule 67 – titre III : çonnement dynamique – cas d’un support rigide – méthode
- Protection inférieure en géotextile de 700 g/m2 (en fonction du pendule ».
de l’état du support) • Utilisation préférentielle de protection supérieure de couleur
- Géomembrane d’étanchéité de 20/10 de mm d’épaisseur claire pour l’étanchéité des tranchées couvertes, principalement
en période estivale.
- Protection supérieure de 19/10 de mm d’épaisseur mini-
male. • Modifications de l’article n° 3 et du tableau n°3 des recom-
mandations relatives au « dimensionnement des écrans de
Le DEG en PVC-P doit être conforme à la classe 2 de résistance protection des dispositifs d’étanchéité par géomembrane » -
au poinçonnement dynamique. T.O.S n° 183.
Le DEG en EC-F doit également être conforme à la classe 2 de
résistance au poinçonnement dynamique. Cette exigence devrait
conduire à doubler la protection supérieure.

LEXIQUE - BIBLIOGRAPHIE

(1) PVC-P : Chlorure de Polyvinyle Plastifié


(2) EC-F : Copolymère d’Ethylène Flexible
(3) Fascicule 67 – Titre III du CCTG « Etanchéité des ouvrages souterrains » n° 92-5 TO
(4) Essais de poinçonnement dynamique – NF P 84-506 – annexe n°7 du F 67 –Titre III du CCTG
(5) Fascicule 67 – Titre III – annexe n°4 « Recommandations pour la rédaction du CCTP Tranchées couvertes – Clauses Types
pour étanchéité par membranes synthétiques en extrados »
(6) AFTES – Recommandations relatives au « Dimensionnement des écrans de protection des Dispositifs d’Etanchéité par
Géomembrane) – T.O.S n° 183 - 2004.

TUNNELS ET OUVRAGES SOUTERRAINS - N° 215 - SEPTEMBRE/OCTOBRE 2009 269


www.aftes.asso.fr

Tous droits de reproduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit, sont expressément réservés.