Vous êtes sur la page 1sur 8

I- Le condensateur :

Le condensateur est un composant électrique qui peut stocker de l’énergie lorsqu’il est
chargé. C
Son symbole est le suivant :

La charge d’un condensateur est par convention la charge prise par l’armature vers laquelle
est orienté le sens de courant électrique.
En courant contenu q est donnée pat la relation q = I. t.
dq
Si le courant est variable i = .
dt
Pour un condensateur plan l’expression de sa capacité est donnée par la relation suivante :
S S
C =  = r .o .
e e
q 1 1 q2
La tension au bornes du condensateur est u C = son énergie est EC = C u C 2 = .
C 2 2 C
Ec q

q2 uC
II- Le dipôle RC :
K K2

C
E

1- Réponse du dipôle RC à un échelon de tension :


Le condensateur se charge progressivement lorsqu’on applique à ces bornes un échelon de
tension E.
L’équation différentielle en q (ou en u C) est la suivante :
dq q E du 1 E
+ = . ( C + u = )
dt RC R dt RC C RC
t t
La solution est de la forme : q(t) = Qo[1 – exp(- )] ( uC(t) = E [1 – exp(- )] avec  = RC
 
et Qo = C.E

-1-
q UG = E ; u C

Qo E

0  5 t 
t
i

E
R

t
2- Décharge d’un condensateur à travers un conducteur ohmique :
Le condensateur se décharge progressivement lorsqu’on déplace le commutateur en position
(2).
L’équation différentielle en q (ou en u C) est la suivante :
dq q duC 1
+ =0 ( + u = 0)
dt RC dt RC C
t t
La solution est de la forme : q (t) = Qo exp(- ) ( uC(t) = E exp(- )) avec  = RC
 
et Qo = C.E
q uC

Qo E

 
t t
i
t Qo
i (t) = -Io exp(- ) avec Io=
 

E
-
R

Le condensateur est complètement chargé ou déchargé après une durée de temps


t = 4,6 ≈ 5
-2-
II- Le dipôle RL :
1- Réponse d’un dipôle RL à un échelon de tension :
Il s’établit progressivement un courant électrique contenu Io
dans le circuit suite à l’application d’un échelon de tension aux
bornes du dipôle RL.
Equation différentielle en i :
di 1 E L
+ .i = avec  =
dt  L r +R
La constante de temps  est une grandeur qui renseigne sur
le retard avec lequel le régime permanent s’établit.
i uR
E
E
Io = UR = R.Io
R+r

t
t uR(t) = UR(1-exp(- ))
i(t) = Io(1-exp(- )) 

t t

ub
E

t r.E t
ub(t) = E exp(- )+ (1-exp(- ))
 R+r 
r.E
R+r

t
2- Rupture d’un courant dans un circuit RL :
Equation différentielle en i :
di 1 L
+ .i = 0 avec  =
dt  r +R

i
uR

t
Io i(t)= Io exp (- ) t
 R.Io uR(t)= R.Io exp (- )

t t

-3-
ub En régime permanent la bobine se comporte
comme un conducteur ohmique.
t L’énergie magnétique restituée dans la bobine
lorsqu’elle est parcourue par un courant i est :
1
EL = L.i2.
2
r t
ub(t)= E( – 1) exp(- )
R+r 

r
E( – 1)
R+r

IV- Le dipôle RLC :


On charge un condensateur et on le connecte en série avec un conducteur ohmique de
résistance R2 et une bobine d’inductance L et de résistance interne r.
Equation différentielle :
d2q q
L 2 + Ro dq + = 0 avec R0 = R2 + r
dt dt C
d2u du
LC 2C + RoC C + uC =0
dt dt

u(V)

Pour des petites valeurs de R o

uC(t) c’est le régime pseudopériodique


uc

0 Pour des grandes valeurs de Ro.


T 2T t C’est le régime apériodique.
Le régime critique est un régime
apériodique qui correspond au retour
le plus rapide du système vers son état
uR(t) d’équilibre.

t
L’énergie totale du circuit diminue au cours du temps à cause de la résistance totale du circuit
qui dissipe l’énergie sous forme de chaleur par effet joule.

1 2 1 q2 dE di q
E = EL + Ec = L.i + donc = i( L + ) = - Ro .i2 < 0
2 2C dt dt c
E
T
T’=
2
Ec
EL

T’ t

-4-
Cas particulier Ro = 0.
Les oscillations dans ce cas sont libres non amorties dont l’équation différentielle est de la
forme :
d2q q d2q 1
L 2 + = 0 c.a.d 2 + w02 q = 0 avec w0 = la pulsation propre des oscillations.
dt C dt LC
1
La période propre est To = 2 LC et la fréquence propre est No =
2 LC
q (t) = Qm sin(w0.t + q) avec Qm = C.Ucm

i (t) = Im sin(w0.t + i) avec Im = w0. Qm et i = q +
2

i(t) et q(t)

Cas ou q = rad
2

t
To

L’énergie totale du circuit reste constante au cours du temps donc le système est conservatif.
1 1 q2 1 1 Qm2
E = EL + Ec = L.i2 + = LIm2 =
2 2C 2 2 C
2
dE dq q
= i( L 2 + ) = 0
dt dt c

Ec ; EL To
T=
2

EC

EL
0
 t
dE dEC dEL dEC dE
= + = 0 donc =- L
dt dt dt dt dt
Les oscillations libres non amorties sont dues à une transformation mutuelle et intégralle
d’énergie électrique et énergie magnétique.

-5-
2
Ec= 1q et EL = 1 .Qm2 –
1 2
q
2C 2C 2C
Courbe de variation de Ec = f(q) et EL= g(q)

1 .Q 2
EL ou Ec m
2C

-Qm Qm q

Courbe de variation de Ec = f(q2) et EL= g(q2)

EL ouEc

1 .Q 2
m
2C

1
Pente :
2C

1
Pente : -
2C

2
q
Qm2

-6-
EL = 1 L.i2 et Ec = 1LIm2 – Li2
1
2 2 2
Variation de EL et Ec en fonction de i

1 2
LIm
EL ou Ec 2

-Im +Im i

Variation de EL et Ec en fonction de i2
EL ouEc

1 2
LIm
2

1
Pente : L
2

1
Pente : - L
2

Im2 i
2

-7-
i2 = w02 (Qm2 – q2)
Variation de i2 =f(q)

i2
w02 Qm2

-Qm +Qm q

Variation de i2 =f(q2) i2

Im2

Pente : - w02

Qm2 q2

q2 = 1 2(Im2 – i2) variation de q2 =f(i2)


w0 2
q
Variation de q2 =f(i) 1 2
Im
w02

Pente : - 1 2
w0

Im2 i2
q
-Im +Im

-8-