Vous êtes sur la page 1sur 152

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique


Université des Sciences et de la Technologie d’Oran
Mohamed Boudiaf
FACULTE D’ARCHITECTURE ET DE GENIE CIVIL
DEPARTEMENT D’HYDRAULIQUE

MEMOIRE EN VUE DE L’OBTENTION DU DIPLOME DE MAGISTER

Spécialité: HYDRAULIQUE
Option: TECHNIQUES ET GESTION DE L’EAU
Présenté par
Mme BENTAHAR KHEIRA

SUJET DU MEMOIRE

GESTION QUANTITATIVE ET QUALITATIVE DE L’EAU


DE LA VILLE DE TLEMCEN

Soutenu le 30/06/2014 Devant le Jury composé de :

M.ERRIH Mohamed Professeur USTO-MB Président

M. YEBDRI Djilali MCA USTO-MB Rapporteur

M. TIDJANI ABDELATIF EL-BARI Professeur USTO-MB Co-Rapporteur

M.CHERIF EL Amine Professeur USTO-MB Examinateur

M.BOUDJEMLINE Djamel MCA USTO-MB Examinateur


Au tout puissant que j’arrive à terme de ce modeste travail que je dédie :

A ce qui ont veillé pour mon bien être ;

A ceux qui m’ont soutenu dans les moments les plus difficiles de ma vie ;

A ceux qui j’aime pour toujours ;

Ma très chère Mère et mon très cher Papa.


A ceux qui je respecte infiniment ;

Ma belle mère et mon beau père.


A l’homme de ma vie qui a beaucoup m’aider pour réussir ce travail ;

Mon marie A.E.R.


A mon bijou et mon trésor ;

Ma fille Aya.
A ceux qui m’ont toujours encouragé pour que je réussisse dans mes études ;

Mes frères et mes sœurs ;


Mes belles sœurs et mes beaux frères.
Je rends grâce à Dieu de m’avoir donné le courage, la volonté, la patience le
long de mon projet.

Je tiens à remercier tout d’abord Mr. YEBDRI DJILALI, mon directeur de


mémoire pour avoir bien voulu m’encadrer et d’avoir mis a ma disponibilité les outils
intellectuels nécessaires, mais aussi pour sa disponibilité ces suggestions et
orientations.

Je remercie monsieur TIDJANI A.E.B, mon Co-rapporteur d’avoir m’aidé par


ces conseils avisés et par ces remarques pertinentes, soutien et grande aide.

Mes remerciements s’adressent également aux membres du jury qui ont


accepté de lire et d’évaluer mon mémoire et qui permettront de donner un nouvel élan
à ma recherche par leurs conseils et leurs observations critiques.

Aussi, je tiens à exprimer mes s’incères remerciements à tous ceux qui ont
contribué de prés ou de loin à l’élaboration de ce modeste mémoire.
Résumé :

La gestion des ressources en eau est un sujet de prise des décisions qui affectent le
futur état des ressources en eau, ce qui nécessite l’application d’une approche méthodologique.
Cette méthodologie déterminera la disponibilité de la ressource en eau, sa qualité et son
utilisation.

Cette étude se base sur l’application du logiciel WEAP sur le groupement urbain de
Tlemcen qui nous permet d’analyser la balance offre – demande en eau, et évaluer l’impact de
différentes options de gestion de la ressource en eau ainsi de la demande en eau projetée pour
les différents secteurs (eau potable, eau industrielle et agriculture) jusqu’à l’horizon 2030;

A partir des résultats obtenus, il ressort qu’un bilan équilibré est atteint en 2030 avec
une réduction des pertes dans les réseaux de distribution

La modélisation de la qualité de l’eau sur une partie d’oued Sekkak à l’aide de modèle
QUAL2K nous a permit de suivre l’évolution des concentrations des différent polluants dans
l’espace

Mots clés : gestion quantitative, gestion qualitative, modèle WEAP, Tlemcen; ressources en
eau ; modèle QUAL2K.

Summary:

Management of water resources is a matter of making decisions that affect the future
state of water resources, which requires the application of a methodological approach. This
methodology will determine the availability of water resources, their quality and their use.

This study is based on the application of WEAP on urban group Tlemcen which allows
us to analyze the balance availability - water demand, and evaluate the impact of different
management options for water resources and demand proposed in different sectors (drinking
water, industrial water and irrigation) water until 2030;
From the results, it is clear that a balance sheet is reached in 2030 with a reduction of
losses in distribution networks

Modeling of water quality on a river part Sekkak using QUAL2K model has allowed us
to follow the evolution of the concentrations of different pollutants in space

Keywords: quantitative management, quality management, WEAP model, Tlemcen, water


resources, QUAL2K model.
Sommaire

Introduction Générale : …………………………………………………….………..…………….….1

Chapitre I : Généralités sur la gestion des ressources en eau……………………… ….…………...3

I-1/ Introduction ………………….……………………………………………………………...……...3

I-2/ L’importance de la législation dans la gestion des ressources en eau ……….……………...…..…4

I-3/ la gestion de la demande en eau ………………………………………….………….….………….4

I-4/ Gestion intégrée des ressources en eau……………………………………………….…….………4

I-4-1/ Objectifs de la gestion intégrée des ressources en eau…………………………….…….……….5

I-5/ Gestion intégrée de l’eau par bassin versant……………………………………….………………6

I-6/ Gestion intégrée des ressources en eau en Algérie…………………………………….….……..…7

I-6-1/ Les agences de bassin……………………………………………………….……………………8

I-6-2/ Plan national de l’eau…………………………………………………………….….…………...9

I-6-3/ Les perspectives …………………………………………………..……………….….…………9

I-7/ Gestion quantitative des ressources en eau………………………………………….……………10

I-7-1 Evaluation des ressources en eau………………………………………………………………..10

I-7-2 / Prévision des besoins en eau…………………………..………………………………………10

I-8/ Dégradation de la quantité des ressources en eau……………………………..………..…………11

I-9/Gestion qualitative des ressources en eau………………………………………………………….12

I-9-1/ Evaluation qualitative des ressources en eau………………………..……………..……………12

I-9-2/programmes de dépollution……………………………………………………...………………13

I-9-3/ La pollution accidentelle………………………………….…...…………………..…….………14

I-10/Dégradation de la qualité des ressources en eau………………………………………..….……..14

I-11/ Détermination des outils et des méthodes de gestion qualitative des ressources en eau……...…17

a) Définition des objectifs de qualité de l’eau…..………………………………………….…….17

b) L’importance de la protection de la qualité des ressources en eau………………...…………..18

c) Valeur économique de l’eau…………………………………………………………………...18


Chapitre II : Présentation de la zone d’étude …………….……..………………………………...19

II-1 / Caractéristiques principales de la ville de Tlemcen………………………………… ..………..19

II-1-1/ La localisation géographique du groupement urbain de Tlemcen……...……………………...19

II-1-2/ Le découpage administratif…………………………………………………………………….19

1- Commune de Tlemcen………………………………………………………………….……..19

2- Commune de Mansourah…………..……………………………………………….…………20

3- Commune de Chetouane …………………………………………………….………………..20

II-1-3/ Démographie………………………...…...………………………………………….…………20

II-1-4/Milieu naturel…………………..…………………………………………………….…………21

II-1-5 / Evolution de la demande en eau…………………………………………………….…………22

II-1-5 -1/Besoins domestiques……………………...……………………………………….…………22

II-1-5 -2/Les besoins des équipements……………………………………………………..………….22

II-1-5 -3/Les besoins industriels …………………………………………………………..…..………23

II-1-5 -4/-Besoins agricoles………………………………………….………………………...………25

II-1-6/Récapitulatif des besoins……………….……...………………………………….…………….26

II-1-7 / Pertes d’eau dans le réseau d’AEP……………………………...………………....………….26

II-2 / Caractéristiques hydrologiques de la ville de Tlemcen………...…………………….………….27

II-2-1/ Les sous bassins versants………………………………………………………………………27

1-Sous bassin Oued Khemis…………………………….…………………………………………...27

2-Sous bassin Oued Sebdou………………...………………….…………………………………….27

3-Sous bassin Oued Sikkak…………………………………………………….……………………27

4-Sous bassin Oued Chouly…………………………………………………….……………………27

II-2-2/Le réseau hydrographique du GUT………………………………………….….…………..…..27

II-3 / Caractéristiques climatiques………………………………...……………………….…………..28

II-3-1 / Température …………………………………………………………………...….…………...29

II-3-2 / Pluviométrie……………………………………………………………………….………..…30

II-3-2-1/ -Précipitations annuelles………………..……………………………………….…………...30

II-3-2-2/ Précipitations mensuelles……………………………………………………….……………32


II-3-2-3/ Les précipitations saisonnières……………………………………………….………...……32

II-4/ Contexte hydrologique…………………………………………………………….……………...33

II-4-1/ Introduction…………………………………………………………………………………….33

II-4-2/ Débits moyens annuels…………………………………………………………………………34

II-4-3/ Débits moyens mensuel…………………………………………………..……….……………35

II-5/ Contexte géologique……………………………………..………………………….……………37

II-5-1/Les formations lithostratigraphiques……………………………………………………………38

II-6/Les ressources en eau alimentant le GUT………………………………………….……………...40

II-6-1 / Les ressources conventionnelles………………………………………………………………40


II-6-1-1/ Les eaux de surface …………………………..…………………………………….40

II-6-1-2/ les ressources en eau souterraines………………….…………………….……………….....41

II-6-2/ les ressources non conventionnelles…………………………………………..…………...…...42

II-6-2-1/ Le dessalement ………………………………………………………………………………42

II-6-2-2/ Les eaux usées traitées……………………………...…………………….………………….43

Chapitre III : système d’évaluation et de planification WEAP…………………..………………44

III-1 Introduction…………………………………………………………………………..…………..44

III-2 Principaux objectifs du logiciel……………………………………………………………….….44

III-3 Développement de WEAP ………………………………………………………….……………45

III-4 Acquisition du logiciel…………………………………...………………………….…………..45

III-5/ L'Approche de WEAP………………………………………………………………….………..45

III-6 Structure du Logiciel ………………………………………………………………….…………46

a-Schéma……………………………………………………………………………………...………46

b-Base de données……………………………………...……………………………………...……..47

C- Présentation des résultats………………………………………………………………………….48

d- Schéma synoptique………………………………………………………………………………...49

e- Bloc Notes……………………………………………………………………………...…………49

III-7/Fonctionnement du logiciel……………………………………………………………..………..49

III.7.1. Créer une zone d’étude :……………………………………………………………….………49


III.7.2. Créer les hypothèses clés et références……………………………………………….………..50

III.7.2.1. Hypothèses clés………………………………………………………………………………50

III.7.2.2. Références…………………………………………………………………………………...50

III.7.3. Proposer des Scénarios………………………………………………………………………...50

III.7.4. Saisir les données…………………………………………………...……………….…………51

III-7-5 / Présenter les résultats……………………………………...………………………….………51

III-8 / Données nécessaires…………………………………………………………………….………51

II.8.1. Etude de l’offre et de la demande en eau …………………….……………………….………..51

III.8.2. Etude de la qualité de l’eau ………………………………………………………….………...52

III-8-3 / Etude hydrologique………………………………………………………………….………..52

III-8-4 /Etudes hydro-électriques………………………………………………………………….…...52

Chapitre IV : Application du modèle WEAP à la gestion quantitative de ressource en eau de la


ville de Tlemcen………………………………………………………………………………………53

IV-1/Introduction ……………………………………………………………………………….……..53

IV.2. Modélisation par WEAP………………………………………………………………….……...53

IV.2.1. Cartographie…………………………………………………………………………….……..53

IV.2.1.1. Création du modèle ………………………………………………………………….………53

IV.2.1.2. Réglage des paramètres généraux ………………………………………………….………..54

IV.2.1.3. Implantation des éléments nécessaires dans le modèle……………………………….……..55

IV.2.2. Saisie des données……………………………………………………………………….…….55

IV.2.2.1Création des hypothèses clés………………………………………………………….………55

IV.2.2.2. Saisie des éléments d’affichage cartographique (Les sites de demandes )……………….….56

a- Groupement urbain de Tlemcen……………………………………………………….….…...56

b-Périmètres irriguées………………………………………………………………………….....57

c- Ressources d’approvisionnement en eau ………………………………………………….….58

IV-3-Analyse des scénarios de gestion par le modèle WEAP………………………………….....…..62

VI-3-1-Création de scénario de référence………………………………………………………….…..63

VI-3-2-Création d’un nouveau scénario pour modéliser l’impact du taux de croissance élevé de la
population………………………………………………………………………………………..…….68
IV-3-3-Création du scénario « Méthode de l’année hydrologique »………………………..…………69

a-Définition de chaque type de climat……………………………………………………………..…..69

b-Créer la séquence de l’Année Hydrologique……………………………………………….………..70

IV-3-4-scénario taux de croissance élevé et variable climatique…………………………………..….72

IV-3-5- Scénario augmentation des ressources…………………………………………………..……74

IV-3-6-Scénario, changement des priorités de la demande………….…… ……………………...…..75

IV-3-7- Scénario : diminution des pertes……… ……………………………………………….……..76

Chapitre V : Application du modèle QUAL2K à la gestion qualitative de ressource en eau de la


ville de Tlemcen……………...………………………………………………………………………..78
V-1/Introduction………………………………………………………………………………….……78

V-2/ Les principaux descripteurs de qualité de l’eau……………………….………………….....….78

V-3/ Phénomène d’autoépuration des cours d’eau………………...…………………...……….82

V-4/ Seuils des différentes classes de pollution d'eau……………………….…..……………...83

V-5/ Modèles de la qualité de l’eau ……… …………………………………………………. .….84

V-6/ modélisation de la qualité de l’eau par QUAL2K………………………………………85

V-6-1/ : Développement du modèle QUAL2K ……………………………………………..…....85

V-6-2/ segmentation dans QUAL2K ………………………………………………………..…...87

V-6-3/Bases de calcul hydraulique du modèle QUAL2K ………………………………………85

V-6-4/Bases théoriques de la simulation de la qualité par QUAL2K ………………….…..….88

V-7/présentation du tronçon étudié ……………………………………………………….…….90

V-8 /Etapes de modélisation par QUAL2K ……………………………………………...…..90

V-8-1 / les données nécessaires ……………………………………………………………….…...90


V-9/ Représentation et interprétation des résultats ……………………………………….……..96

V-9-1/résultats de la simulation spatiale ……………………………………………..……….96


V-9-2/ résultats de la simulation temporelle............................................................………..…..102

Conclusion générale………………………………...………………………………………….…….106

Bibliographie…………………………………………………………………………………………109

.
Liste des Figures :
Figure (II-1) : Situation de la région étudiée…………………………………………………19

Figure (II-2) : découpage administrative de la ville de Tlemcen………………………...…...20

Figure (II-3) : Cadre géographique du bassin de la Tafna et de la wilaya de Tlemcen………22

Figure (II-4) : Réseau hydrographique de la zone étudiée………………………………...…28

Figure (II-5) : les températures moyennes mensuelles aux deux stations…………………....30

Figure (II-6) : les températures moyennes mensuelles de la zone étudiée …………………...30

Figure (II-7) : variation des précipitations moyenne annuelles aux différentes stations……..31

Figure (II-8) : variation des précipitations moyennes annuelles de la zone étudiée………….31

Figure (II-9): variation des précipitations mensuelle aux différentes stations……………….32

Figure (II-10): variation des précipitations moyenne mensuelle de la zone étudiée……...…32

Figure (II-11): histogramme des précipitations saisonnières moyenne de la zone étudiée......33


Figure (II-12) : position des stations hydrométriques utilisée dans l’étude………………….34

Figure (II-13) : variation du débit annuel moyen à la station de Beni Bahdel………………..34

Figure (II-14) : variation du débit annuel moyen à la station de Mefrouche………………...34

Figure (II-15) : variation du débit annuel moyen à la station d’Ain Youcef…………………35

Fi gure (II- 16) : variation du débit mensuel moyen à la station de Mefrouche………….36

Figure (II-17) : variation du débit mensuel moyen à la station de Beni Bahdel……………..36

Figure (II-18) : variation du débit mensuel moyen à la station d’Ain Youcef………………36

Figure (II-19): Coupe synthétique des principales formations affleurant dans les Monts de
Tlemcen……………………………………………………………………………………….38

Figure (II-20) : Position des trois barrages alimentant le GUT………………………………41

Figure (III-1): Les cinq affichages du Modèle Weap………………………………………..46

Figure ( III-2) : Fenêtre schématique de WEAP……………………………………………..47


Figure ( III- 3): Fenêtre basse de données…………………………………………………...48

Figure (III-4): Fenêtre des Résultats dans WEAP………………………………………….48

Figure (III- 5) : Fenêtre Schéma synoptique dans WEAP…………………………………49

Figure (III-6): Fenêtre notes dans WEAP…………………………………………………...49

Figure (IV-1) : Carte du Monde……………………………………………………………..54

Figure (IV-2): Carte du bassin versant de TLEMCEN avec les réseaux hydrographiques…54

Figure (IV-3) : Paramètres de temps et d’unités……………………………………………55

Figure (IV-4) : Implantation des éléments du projet sur le fond topographique……………55

Figure (IV-5): Fenêtre montrant les hypothèses clés………………………………………..56

Figure (IV-6) : Données relatives à la population d’un site de demande……………………57

Figure (IV-7) : niveau d’activité du périmètre de Hennaya………………………………….58

Figure (IV-8) : Débit mensuel entrant dans la cuvette des trois barrages…………………....59

Figure (IV-9) : Evaporation nette au niveau des trois barrages………………………………60

Figure (IV-10) : Courbe « volume – altitude » du réservoir de Sekkak……………………...61

Figure (IV-11): Scénario de référence………………………………………………………..63

Figure (IV-12) : Demande en eau annuelle des sites de demande en 2030 dans le Scénario de
référence (2011-2030)………………………………………………………………………. .64

Figure (IV-13) : Demande en eau mensuelle des sites de demande en 2030 dans le Scénario de
référence (2011-2030)………………………………………………………………………...64

Figure (IV-14) : Taux de recouvrement de la demande en eau des differents secteurs au mois
de juillet dans le scénario de référence (2011-2030)…………………………………………65

Figure (IV-15) : Demande non satisfaite des différents secteurs…………………………….65

Figure (IV-16) : Débits entrants mensuels au groupement urbain de Tlemcen en 2030dans le


scénario de référence (2011-2030)…………………………………………………………....66

Figure (IV-17) : Débits entrants aux différentes barrages en 2030 dans Le scénario de
référence (2011-2030)………………………………………………………………………..66

Figure (IV-18) : Débit entrant et sortant au barrage Sekkak dans le scénario de référe nce
(2011-2030)……………………………………………………………………………….......67
Figure (IV-19) : Débit entrant et sortant dans l’aquifère dans le scénario de référence (2011-
2030)………………………………………………………………………………………….67

Figure (IV-20) : Projection de la demande en eau du groupement urbain 2011-2030 de


Tlemcen dans les deux scénarios : référence et taux d’accroissement élevé………………...68

Figure (IV-21) : Projection de la demande non satisfaite dans le scénario « Fort


accroissement de population » 2011-2030……………………………………………………69

Figure (IV-22) : Fenêtre « Méthode de l’année hydrologique » …………………… ……….70

Figure (IV-23): Fenêtre « Méthode de l'année hydrologique » avec la séquence


des types d'année……………………………………………………………………………...71

Figure (IV-24) : Projection de la demande non satisfaite dans le scénario « Méthode de


l’année hydrologique » 2011-2030…………………………………………………………...71

Figure (IV-25) : Eau distribuée à partir des différentes sources dans les scénarios « Méthode
de l’année hydrologique » 2011-2030……………………………………………………….72

Figure (V-26) : Eau distribuée à partir des différentes sources dans les scénarios « Fort
accroissement de population, climat variable » 2011-2030…………………………………..72

Figure (IV-27) : la demande non satisfaite dans le scénario « Fort accroissement de


population, climat variable» 2011-2030……………………………………………………...73

Figure (IV-28) : la demande en eau du groupement urbain 2011-2030 de Tlemcen dans les
trois scénarios………………………………………………………………………………....73

Figure (IV-29) : Projection de la demande non satisfaite dans le scénario« Dessalement »


2011-2030 pour GUT…………………………………………………………………………74

Figure (IV-30) : Couverture mensuelle de la demande du groupement urbain de Tlemcen en


l’an 2030 dans le scénario « dessalement »…………………………………………………..75

Figure (IV-31) : Projection de la demande non satisfaite dans le scénario « Changement des
priorités de la demande » 2011-2030 pour GUT……………………………………………..75

Figure (IV-32) : Couverture mensuelle de la demande du GUT en l’an 2030 dans le scénario
«Changement des priorités de la demande »………………………………………………....76

Figure (IV-33) : la demande non satisfaite dans le scénario « Diminution des pertes » 2011-
2030…………………………………………………………………………………….…....76

Figure (V-1): schéma de segmentation QUAL2K pour une rivière sans affluents…………..86

Figure (V-2): schéma de segmentation QUAL2K pour une rivière avec ces affluents……....86
Figure (V-3) : modèle REACH..........................................................................................…..87

Figure (V-4) : débits entrants et sortants dans un canal en régime permanant ………………87

Figure (V-5) : représentation du tronçon étudié……………………………………………...90

Figure (V-6) Fenêtre marqueurs de distance ………………………………………………..91

Figure (V-7):paramètres climatiques (la couverture de nuage)…………...………………….93

Figure (V-8) : paramètres climatiques (Température de point de rosé)……………………..94


Figure (V-9): fenêtre de la création d’un ensemble de polluants ………………..…….……94

Figure (V-10) : découpage du tronçon.………………………………………………………95

Figure (V-11) : variation de la température le long du tronçon étudié……………………....97

Figure (V-12) : variation du PH le long du tronçon étudié ………………………………….97

Figure (V-13) : variation de la conductivité le long du tronçon étudié ……………….…….98

Figure (V-14) : variation de l’oxygène dissous le long du tronçon étudié ……………...…..98

Figure (V-15) : variation de la DBO le long du tronçon étudié ……………………………99

Figure (V-16) : variation de l’ammonium le long du tronçon étudié ……………………….100

Figure (V-17) : variation de nitrate le long du tronçon étudié ……………………………..100

Figure (V-18): variation du phosphore organique le long du tronçon étudié ………………101

Figure (V-19) : variation du phosphore Inorganique le long du tronçon étudié …………..101

Figure (V-20) : variation temporelle de la température dans le tronçon 5 …...……… .…...102

Figure (V-21) : variation temporelle du PH dans le tronçon 5 …………………………….102

Figure (V-22) : variation temporelle de la conductivité dans le tronçon 5 …...……….…..103

Figure (V-23): variation temporelle d'oxygène dissous du tronçon5 ……………………….103

Figure (V-24) : variation temporelle de l’ammonium dans le tronçon5 ……………………103

Figure (V-25) : variation temporelle de nitrate dans le tronçon 5 ………..……………..….104

Figure (V-26) : variation temporelle du phosphore organique dans le tronçon 5 …………104

Figure (V-27) : variation temporelle du phosphore inorganique dans le tronçon 5 ……......104


Liste des Tableaux :
Tableau (II-1) : Evolution de la population du groupement urbain de Tlemcen……………..21
Tableau (II-2) : Estimation des besoins en eau des équipements du GUT…………………...23
Tableau (II-3) : les besoins industriels (2011) ……...………………………………………..24
Tableau (II-4) : Récapitulatif des besoins industriels………………………………………...25
Tableau (II- 5) : Estimation des besoins en eau industrielle du GUT…………………….......25
Tableau (II-6) : Surface irriguée et besoin en eau agricole du périmètre d’henaya…………..25
Tableau (II-7) : Estimation des besoins en eau du Groupement Urbain de Tlemcen………...26
Tableau (II-8): les températures mensuelles de deux stations……………………………..…29
Tableau (II-9) : stations hydrométriques utilisée……………………………………………..33
Tableau (II-10) : caractéristiques des débits mensuels des trois stations…..............................37
Tableau (II-11) : Les caractéristiques des barrages alimentant le GUT……………………...41
Tableau (II-12) : Caractéristiques de station d’épuration d’Ain El Hout……………….…....42
Tableau (II-13) : Ressource souterraine actuellement exploitée …..…………………….…...42
Tableau (II-14) : Recharge naturelle des Monts de Tlemcen …………………………….…..43
Tableau (IV-1) : Demande en eau (2011) du groupe urbain de Tlemcen………………….…57
Tableau (IV-2) : Données relatives au périmètre Hennaya…………………………….…..57
Tableau (IV-3) : Capacités de stockage des trois barrages……………………………….…..58
Tableau (IV-4) : les débits mensuels entrants et l’évaporation nette des trois barrages….…..59
Tableau (IV-5) : les caractéristiques de la cuvette des trois barrages…………………….…..60
Tableau (IV-6) : Caractéristiques de la ressource souterraine………………………………..61
Tableau (IV-7) : Pollution générée par le groupement urbain de Tlemcen à la station
d’épuration d’Ain el- Houtz ………………………………………………………………….62
Tableau (IV-8) : les caractéristiques de station d’épuration d’Ain El Houtz………………...62
Tableau (IV-9): Définitions des types de climats………………………………………….…69
Tableau (IV-10) : Répartition des types d’années……………………………………….…...70
Tableau (IV-11) récapitule quelques résultats essentiels des différents scenarios pour l’année
2030…………………………………………………………………………………………..77
Tableau (V-1): Classification des eaux d'après leur pH………………………...…………79
Tableau (V- 2): Seuils de la pollution organique…………………………..……...……….….83
Tableau (V- 3): Seuils de la pollution par les composés inorganiques…………….…………..83
Tableau (V- 4): Seuils déterminants la salinité de l’eau ……………………………….……...83
Tableau (V- 5) : Seuils déterminants le degré d’eutrophisation ………………………….…...83
Tableau (V-6) : les valeurs de la température de point de rosé.……… ……………...……...92

Tableau (V-7) valeurs de l’opacité en fonction du degré de couverture de ciel.…………….93


Tableau (V-8) : les paramètres climatiques mensuels utilisent dans WEAP…………..….....93
Tableau (V-9) : valeurs mesurés des paramètres de qualité au niveau de la station(160727)
d’eau …………………………………………….……………………………………….......95

Tableau (V-10) : découpage du tronçon étudié………………………………………..……..95

Tableau (V-11) : paramètres de qualité de l’eau au niveau des trois points de mesure stations
(160727 ; 160728)…………………………………………………………………………….96
Introduction générale

INTRODUCTION GENERALE

La pénurie de l’eau dans le monde, et la gestion des ressources en eau constituent l’un
des problèmes les plus cruciaux du 21ème siècle. Les changements climatiques et la
sécheresse qui sévissent depuis plusieurs décennies dans différentes régions du monde, ont
touché particulièrement les pays d’Afrique du Nord, d’Afrique Subsaharienne, et ont eu un
impact négatif sur les ressources en eau de ces pays. Cette sécheresse, qui risque de
s’accentuer durant le siècle à venir, pourrait entraîner dans ces pays une véritable crise de
l’eau.

La situation actuelle en Algérie, se caractérise par un déséquilibre entre les besoins et les

ressources disponibles. La croissance démographique et le développement économique et


social du pays ont induit durant les deux dernières décennies, un accroissement considérable
des besoins en eau potable, industrielle et agricole.

Les besoins exprimés par les différents utilisateurs sont nettement supérieurs aux
ressources en eau mobilisées, ce qui engendre des conflits d’affectation, et nécessite parfois
des arbitrages difficiles.

En outre, les pollutions des nappes et des ressources superficielles par les rejets
domestiques, industriels et agricoles dépassent de loin les capacités de traitement des
systèmes d’épuration. Ces dégradations réduisent les volumes d’eau susceptibles d’être
utilisés.

Dans ce contexte, on comprend alors la nécessité de mettre au point des outils et des
instruments d’aide à la gestion et à la décision qui permettent de mieux cerner le fonctionnement
des hydrosystèmes naturels et le devenir de l’eau dans son environnement. WEAP (Water
Evaluation And Planning) est l’un des outils numérique de planification intégrée des ressources
en eau. Il permet d’exploiter les informations sur la disponibilité, le potentiel de mobilisation des
ressources, et de la demande en eau projetée pour les différents secteurs (eau potable, eau
industrielle et agriculture) jusqu’à l’horizon de planification envisagé. Sur cette base peuvent être
effectuées des analyses quantitatives (bilans hydriques) et économiques des paramètres « offre »

1
Introduction générale

et « demande ». Par ailleurs, son module QUAL2K est utilisé pour évaluer l'impact
environnemental des décharges multiples de pollution le long de la rivière.

En raison de la balance déficitaire qui caractérise le groupement urbain de Tlemcen, il


s’avéré nécessaire de rechercher des solutions pour satisfaire les besoins en eau ; pour ceci nous
avons choisi comme méthode d’approche le modèle WEAP (Water Evaluation And Planning) et
son module QUAL2K pour la gestion quantitative et qualitative de l’eau de la ville de Tlemcen :
C’est l’objet assigné à ce travail.

Ce mémoire est organisé en cinq chapitres. Le premier est consacré aux généralités sur la
gestion des ressources en eau et en particulier celle de gestion intégrée par bassin versant ainsi
que la gestion des ressources en eau en Algérie , la gestion quantitative et qualitatives de l’eau.
Le deuxième présente la zone d’étude, donnant sa situation géographique et son étude
hydrologique et climatique et ses potentialités en ressources d’eau. Le troisième présente le
modèle WEAP. Le quatrième décrit l’application du modèle WEAP à la gestion quantitative de
ressource en eau de la ville de Tlemcen. Quant au cinquième chapitre ; il est réservé à
l’application du modèle QUAL2K à la gestion qualitative de ressource en eau de la ville de
Tlemcen.

2
Chapitre I : Généralités sur la gestion des ressources en eau.

Chapitre I : GENERALITES SUR LA GESTION DES

RESSOURCES EN EAU.

I-1 / Introduction :
La gestion efficace et durable des eaux est une opération complexe, qui nécessite une
nouvelle approche permettant l’amélioration de la situation hydrique des pays et par la même
réaliser le développement durable qui prend en compte les politiques et les conventions
adoptées à l’échelle internationale. Toute approche ne peut réussir sans prendre en
considération les intérêts de tous les acteurs et les besoins d’un état en matière de la gestion
efficace des ressources en eau.

L’accroissement de la demande en matière d’eau alors que les ressources sont limitées,
et parfois non renouvelables, et la parution des nouveaux modes de vie et des nouvelles
industries ont abouti à la consommation excessive de l’eau. De même, le problème devient
plus complexe lorsqu’il s’agit de pays partageant la même ressource ou le même cours d’eau.

La concurrence est de plus en plus rude entre la ville et la compagne, entre le secteur
industriel et le secteur touristique en matière d’eau et d’irrigation.

De plus, la croissance démographique galopante, l’accroissement de l’urbanisation et


de l’industrialisation ont eu pour conséquence l’accroissement de la demande en matière
d’eau. Par ailleurs, la désertification, la pollution de l’environnement, l’impact négatif des
changements climatiques (sécheresse, inondation) commencent à ravager des grandes
superficies du monde ; sachant que les ressources en eau ont subi des modifications profondes
sur le plan quantitatif et qualitatif, et ont entravées les cours d’eau et les lieux de stockage
(barrages ; lacs ; aquifères souterraines) ce qui a eu un impact négatif sur la sécurité de
l’approvisionnement en eau.

La gestion optimale des ressources en eau est le choix idoine pour planer sur ce
problème de grande importance. En effet, sans une utilisation optimale de l’eau on ne peut
répondre aux besoins de tous les secteurs en matière d’eau.

3
Chapitre I : Généralités sur la gestion des ressources en eau.

I-2/ L’importance de la législation dans la gestion des ressources en eau :

La gestion optimale des ressources en eau est basée sur une réglementation
fondamentale, moderne et des mesures pratiques, sachant que les principaux problèmes qui
entravent cette gestion résident dans la multiplicité des intervenants dans le domaine de l’eau,
le manque de coordination et les lacunes enregistrées au niveau de certaines lois en vigueur
notamment celles relatives à la protection des ressources en eau et à la lutte contre la
pollution.

I-3/ La gestion de la demande en eau :


La gestion de la demande en eau doit permettre l'adoption de pratiques visant à :

 augmenter le niveau d’économie de l'eau, en assurant une utilisation efficace


maximale ;
 protéger la qualité de l'eau et améliorer la qualité de l'eau distribuée, pour répondre
aux exigences de la demande ;
 augmenter les réserves en eau, en utilisant des sources non-conventionnelles ;
 envisager un approvisionnement varié en eau, selon les secteurs utilisateurs et en
fonction des divers degrés de qualité d'eau.

I-4/ Gestion intégrée des ressources en eau :


Face à l’augmentation croissante des besoins par rapport à des ressources disponibles
relativement limitées, à la pollution incessante de ces ressources superficielles et souterraines,
aux conflits d’usage à l’intérieur des pays et entre pays frontaliers s’impose la nécessité d’une
politique mondiale de l’eau. Il faut donc opter pour une gestion intégrée et durable des ressources
en eau en tenant compte des faits que l’eau est un « bien patrimonial » et une « source de vie ».
Dans ce sens, la gestion des ressources en eau, en plus des aspects techniques, doit intégrer les
dimensions politique, économique et sociale.

L’eau, en plus de son rôle primordial pour la vie, entraine et transporte les déchets
domestiques, agricoles et industriels qui sont les éléments principaux de la pollution. Cette
pollution diminue l’utilisation de l’eau en aval et menace la santé publique et les écosystèmes
aquatiques. Ces problèmes sont aggravés par l’absence des systèmes de gestion efficaces. D’une
part, les approches sectorielles présentent une gestion des ressources en eau fragmentée et no n
coordonnée ; d’autre part, la gestion de l’eau est généralement faite selo n un schéma descendant,

4
Chapitre I : Généralités sur la gestion des ressources en eau.

c’est-à-dire du sommet à la base. C’est pour ceci que les principaux problèmes découlent d’une
telle gestion inefficace et non pas de l’existence d’une ressource limitée.

La gestion intégrée des ressources en eau fait appel à une gestion coordonnée de
l’ensemble des ressources naturelles à l’intérieur d’un même territoire. C’est un élément
fondamental du développement durable qui nécessite d’associer les acteurs des différents
secteurs au niveau local et au niveau global. Par conséquence la gestion intégrée des ressources
en eau est un processus favorisant le développement et la gestion coordonnés de l’eau, des terres
et des ressources connexes, en vue de maximiser, de manière équitable, le bien être économique
et social en résultant, sans pour autant compromettre la pérennité d’écosystèmes vitaux
(TAC .2000).

L’approche de la gestion intégrée des ressources en eau représente un aspect relativement


nouveau dont il est nécessaire de connaître son intérêt par rapport à la gestion par bassin
traditionnelle. Selon Allan et al (1999), des préalables existent pour une gestion durable des
ressources en eau à savoir : Les intérêts des usagers et des collectivités doivent être pris en
compte ;

 Les institutions qui facilitent la communication et le compromis sont


indispensables ;

 L’apport d’information hydrologique ou d’autres informations scientifiques est


important ;

 Le rôle de l’eau doit être abordé dans un contexte plus large que le bassin et son
hydrologie (hydrologique, écologique, économique, commercial et socio –politique).

Notons que la planification des ressources en eau inspirée seulement du cycle


hydrologique et sa modification présente une base très peu sure pour la planification des
ressources en eau. Par conséquence, le concept de la gestion intégrée des ressources en eau
est sur et solide mais d’une application difficile. Ce concept fait l’objet d’une grande
concertation obligeant les institutions régionales et nationales de mettre au point leurs
propres pratiques de gestion intégrée en se basant sur le cadre participatif qui se développe
au niveau régional et mondial.

I-4-1/ Objectifs de la gestion intégrée des ressources en eau :

Les objectifs d’une gestion intégrée des ressources en eau (GIRE) sont multiples dont les
principaux sont les suivants (Burton, 2001).

5
Chapitre I : Généralités sur la gestion des ressources en eau.

 Habiliter les femmes, les hommes et les collectivités à décider de leur niveau d’accès
à l’eau potable et à des conditions de vie hygiénique, à choisir le type d’activités
économique prêtant à l’utilisation d’eau qui leur convient et à s’organiser pour y
parvenir ;

 Produire davantage de nourriture, concevoir des moyens d’existence durables par


unité d’eau utilisée (un rendement agricole accru) et s’assurer que toute la population
peut se procurer la nourriture dont elle a besoin pour vivre de façon saine et
productive ;

 Gérer l’utilisation de l’eau afin de conserver le nombre et la qualité des écosystèmes.

Pour atteindre ces objectifs, plusieurs moyens d’action sont à prévoir notamment la
participation de toutes les parties intéressées à la gestion intégrée, l’instauration de la tarification
de tous les services d’eau en fonction de la totalité des coûts, l’augmentation du financement
public pour la recherche et l’innovation dans l’intérêt de la population, la reconnaissance de la
nécessité de coopérer à la gestion intégrée des ressources en eau dans les bassins internationaux
et la croissance massive des investissements dans le domaine de l’eau (Burton, 2001).

I-5/ Gestion intégrée de l’eau par bassin versant :


La gestion intégrée de l’eau par bassin versant est un processus qui favorise la
gestion coordonnée de l’eau et des ressources connexes à l’intérieur des limites d’un bassin
versant en vue d’optimiser, de manière équitable, le bien –être socio-économique qui en
résulte, sans pour autant compromettre la pérennité des écosystèmes vitaux (Mehdi 2010).

La gestion intégrée de l’eau par bassin versant est donc un concept très large. Par
conséquent, chaque pays l’applique selon la nature et l’intensité des problèmes liés à l’eau, les
ressources humaines, les capacités institutionnelles, les forces et les caractéristiques relatives
des acteurs de l’eau, le paysage culturel et les conditions naturelles qui lui sont propres .

Rappelons que les buts de la gestion intégrée de l’eau par bassin versant sont les suivants
(Mehdi 2010) :

 Maintenir ou récupérer les usages de l’eau;

 Conserver ou restaurer l’intégrité physique, chimique et biologique des écosystèmes


aquatiques;

 Protéger la santé humaine;

6
Chapitre I : Généralités sur la gestion des ressources en eau.

 Assurer un climat socio-économique durable.

Pour ceci la gestion intégrée de l’eau par bassin versant suppose : (Mehdi, 2010).

 une approche de gestion ciblée sur l’unité hydrologique (bassin versant, sous-bassin
versant), avec des échelles variables selon les problèmes à résoudre, ce qui implique
une imbrication cohérente des actions d’une échelle à l’autre et avec les bassins
versants voisins;

 Un cadre de travail coordonné et partagé pour favoriser la collaboration et le


partenariat;

 Une démarche à long terme qui favorise le développement durable;

 Une vision intégrée qui tient compte de plusieurs dimensions de la gestion de l’eau et
des écosystèmes aquatiques (environnementale, économique, sociale);

 Un processus de résolution des problèmes basé sur de solides connaissances


scientifiques et historiques et sur des données fiables;

 Une approche qui privilégie la concertation des acteurs de l’eau, la conciliation des
objectifs et la coordination des moyens et des actions;

 Des organisations possédant une structure, des rôles et des pouvoirs taillés sur mesure
(c’est-à-dire adaptés à l’échelle du bassin versant);

 Une approche ascendante basée sur la responsabilisation et la participation des acteurs


locaux et régionaux;

 Un processus d’apprentissage continu incluant la formation des acteurs de l’eau et


l’éducation du public.

I-6/ Gestion intégrée des ressources en eau en Algérie :


Sachant que l’eau est une ressource vitale, rare et couteuse, alors elle nécessite une
gestion rationnelle et intégrée pour assurer un développement durable. L’Algérie consacre une
part très importante à cette ressource du fait qu’elle dispose d’un ministère des ressources en eau.

Les acteurs de l’eau en Algérie sont conscients de la nécessité de revoir le système


général de gestion des ressources en eau. Malgré les grosses dispositions prises par l’état, la
satisfaction des besoins en eau reste dans certaines zones insuffisantes et la protection
quantitative et qualitative des ressources n’est pas définitivement assurée. De plus, il est apparu

7
Chapitre I : Généralités sur la gestion des ressources en eau.

difficile de gérer ou d’arbitrer les conflits d’usages, à l’intérieur des limites administratives des
wilayas.

La situation alarmante du secteur de l’eau a incité, en 1993, le ministère de


l’équipement algérien (à l’époque chargé de l’hydraulique) à entamer une vaste réflexion avec
l’ensemble de ses partenaires, qui a abouti au lancement de ce qu’il a été convenu d’appeler la
nouvelle politique de l’eau (Kherraz K, 2002). Celle-ci s’articule autour de quatre principes
fondamentaux :

 L’eau est un bien économique dont on doit déterminer le coût réel ;


 La gestion de l’eau doit être assurée de façon intégrée à l’intérieur de l’entité naturelle
qu’est le bassin hydrographique ;
 L’eau doit être protégée, tant du point de vue quantitatif que du point de vue
qualitatif ;
 L’eau est l’affaire de tous les usagers. Son usage et son affectation doivent faire l’objet
d’une concertation à l’échelle du bassin.

I-6-1/ Les agences de bassin :

Les Agences de Bassins Hydrographiques sont des établissements publics à caractère


industriel et commercial (Kherraz K, 2002). Elles couvrent les territoires suivants :

 Oranie-Chott Chergui ;

 Cheliff Zahrez ;

 Algérois-Hodna-Soummam ;

 Constantinois-Seybousse-Mellegue ;

 Sahara.

Leurs missions principales sont les suivantes:

 Élaborer et mettre à jour le cadastre hydraulique et la balance hydraulique du bassin, et


de collecter toutes données statistiques documents et informations sur les ressources
en eau, les prélèvements et les consommations d’eau ;
 Participer à l’élaboration des schémas directeurs d’aménagement de mobilisation et
d’affectation des ressources en eau (plan régional de l’eau) ;
 Donner un avis technique sur toute demande d’autorisation en vue de l’utilisation des
ressources en eau et du domaine hydraulique ;

8
Chapitre I : Généralités sur la gestion des ressources en eau.

 Elaborer et proposer des plans de répartition des ressources en eau mobilisées au


niveau des grands ouvrages et systèmes hydrauliques entre les différents usagers ;
 Participer aux opérations de surveillance de l’état de pollution des ressources en eau et
la détermination des spécifications techniques relatives aux rejets des eaux usées et
aux dispositifs de leur épuration ;
 Mener toute action d’information et de sensibilisation des usagers domestiques,
industriels et agricoles en vue de promouvoir l’utilisation rationnelle et la protection
des ressources en eau.

I-6-2/ Plan national de l’eau :

C’est un vaste projet initié en 1992, financé par l’Europe et confié à un groupement de
bureaux d’études, avait pour objet de dresser un inventaire des données, le plus complet possible,
sur les eaux superficielles et souterraines et sur les demandes en eau. Il devait définir les grands
axes d’investissement en matière d’eau urbaine, industrielle et agricole pour les deux prochaines
décennies (Kherraz K, 2002).

Etablit sur les bases de données arrêtées en 1995, ce plan nécessite une actualisation
permanente qui a été confiée aux agences des bassins hydrographiques.

Depuis leur création, les agences des bassins se sont très intéressées par l’utilisation des
moyens modernes tels que la cartographie informatisée et les banques des données.

I-6-3/ Les perspectives :

Les principes de cette nouvelle approche de gestion des ressources en eau et les outils
mis en place répondent parfaitement aux attentes de l’ensemble des institutions internationales
telles que (Kherraz K, 2002) :

 Promotion de la gestion intégrée des ressources en eau ;

 Développement des systèmes d’information ;

 Information du public ;

 Transferts de connaissance entre les professionnels de l’eau et les autres pays.

L’accent doit être mis sur ce dernier point, l’accès à l’information et à la documentation
sur les expériences de la gestion intégrée des ressources en eau, dans le monde, représente un
problème majeur pour les pays en voie de développement. En effet, les échanges entre les acteurs
de l’eau sur les méthodes globales de la gestion des ressources en eau, les approches par bassins,

9
Chapitre I : Généralités sur la gestion des ressources en eau.

les méthodes d’évaluation des ressources en eau sont plus que nécessaires pour aboutir à des
résultats satisfaisants.

Les comités des bassins mis en place doivent suivre l’évolution de la gestion des
ressources en eau au niveau régional, proposer des solutions pour résoudre des problèmes
spécifiques, et assurer l’échange d’information avec l’ensemble des secteurs concernés par la
gestion de l’eau.

I-7/ Gestion quantitative des ressources en eau :


Notons qu’un projet de gestion des ressources en eau s’articule à long terme sur les axes
suivants :

I-7-1 Evaluation des ressources en eau :

Une évaluation des ressources en eau aussi bien conventionnelles que non
conventionnelles (réutilisation des eaux usées ; eaux saumâtres, des eaux d’irrigation,
dessalement de l’eau de mer …) s’avère la base de tout processus de planification. Cette
évaluation intégrera toutes les données nécessaires à l’évaluation quantitative des ressources
en eau.

Les donnés hydrologiques :

 les précipitations : Pour pouvoir procéder à l’évaluation quantitative des ressources en


eau, les donnés sur les précipitations au niveau des différents bassins hydrographiques
doivent être collectées sur de longues périodes de 40 à 50 ans.
 Les apports des vallées : Pour évaluer les écoulements de surface, le jaugeage des
débits des vallées sur de longues périodes et d’une manière périodique est une étape
importante dans le processus d’évaluation des ressources en eau.
 Les eaux usées : La maîtrise des eaux usées dépend de la gestion et du comptage par
mesures directes.

Notons que dans plusieurs pays, la gestion des eaux usées au niveau des divers
usages n’a jamais été intégrée dans la gestion des ressources en eau, vu que la valeur
économique des ces eaux n’a jamais été introduite.

I-7-2 / Prévision des besoins en eau :

 Eau potable et industrielle : Les études doivent synthétiser les principales


caractéristiques de la demande en eau potable et industrielle pour chaque entités

10
Chapitre I : Généralités sur la gestion des ressources en eau.

géographiques identifiées (évolution passée de la demande en eau potable et


industrielle, taux de croissance, taux de raccordement, rendement des réseaux,
équipements, gestion publique ou privée de l'eau, évolution de la tarification......).

Notons q’ une analyse critique des méthodologies et des prévisions effectuées lors
des études antérieures permettra surement de relever les incohérences avec les prévisions
futures.

 Eau destinée à l’irrigation : Les études doivent procéder à l'évaluation actuelle, à


moyen et à long terme des superficies agricoles et des besoins en eau correspondants,
établir un inventaire descriptif et critique des procédures d'évaluation adoptées dans
les études de planification. Ces besoins devront refléter les différents objectifs de
planification nationale et tenir compte des différents programmes de réhabilitation et
d'aménagement agricole.

On doit également procéder aux investigations complémentaires nécessaires pour


définir le potentiel irrigable en petite et grande hydraulique par type d'aménagement des
ressources en eau (barrages, réseaux d’irrigation, eaux souterraines) et par bassin.

I-8/ Dégradation de la quantité des ressources en eau :

Les principaux paramètres intervenant dans la dégradation quantitative des


ressources en eau sont :

Faible ou forte pluviosité

Des perturbations du régime pluviométrique (variation de la pluviométrie moyenne,


nombre de jours de pluie, …) se manifestent dans l’espace et dans le temps. En résultent des
répartitions inégales et (ou) diminutions de la pluviométrie mensuelle ou annuelle provoquant
des impacts sur les ressources en eau aussi bien de surface que souterrain.

Forte évaporation :

Une augmentation de la température à cause du réchauffement de l’atmosphère


engendre une variation de la valeur des différents termes du bilan hydrique. Par
conséquence, une nouvelle répartition temporelle et spatiale des précipitations et des
écoulements, faible infiltration, intensification de l’évapotranspiration qui conduira à un
assèchement ou tarissement des points d’eau naturels (lacs, ma rais, rivière, ruisseau, source,).

11
Chapitre I : Généralités sur la gestion des ressources en eau.

Tarissement des rivières, ruisseaux et sources :

La variation des précipitations et des températures pourrait faire baisser les niveaux
d’eau dans le bassin et les rivières. La saison de pluie devient de plus en plus irrégulière et de

moins en moins pluvieuse qui pourrait entraîner le tarissement des points d’eau.

Ce changement peut influencer la variation du niveau marin qui, par le déplacement


de l’interface eau douce et eau salée (Min Env., 2000), diminue la disponibilité en eau de
qualité le long du littoral.

I-9/Gestion qualitative des ressources en eau :


La qualité des ressources en eau est en continuelle dégradation. Cette situatio n est
due au développement socio-économique que connaissent les différents pays. Pour faire face à

cette situation et en vue de préserver les ressources en eau, des stratégies de protection de la
qualité des ressources en eau doivent être élaborées.

I-9-1/ Evaluation qualitative des ressources en eau :

La détérioration de la qualité des ressources en eau est liée à l’insuffisance de

L’assainissement, la quasi absence des systèmes d’épuration, le rejet des effluents industriels

dans le milieu naturel sans aucun traitement, les pompages excessifs dans les aquifères, la

pollution due à l’utilisation excessive et irrationnelle des engrais et des produits


phytosanitaires. De même, la production croissante des déchets solides accentue la
dégradation des ressources en eau superficielles mais surtout souterraines.

L’impact de la pollution des ressources en eau se manifeste par les problèmes

sanitaires (les maladies d’origine hydrique) et la dégradation des écosystèmes aquatiques,


avec la disparition irréversible des espèces animales et végétales. L’identification des
principales sources de pollution qui menacent la qualité des ressources en eau au niveau de
chaque pays s’avère indispensable.

- les eaux usées :

La base de calcul est l’équivalent habitant. Il nécessite

 La détermination des coefficients de déversement ;


 La localisation des déversements domestiques et la détermination des volumes de
déversement ;

12
Chapitre I : Généralités sur la gestion des ressources en eau.

 L’estimation ou le calcul des volumes rejetés.

- les déchets solides :

Les données sur les principales foyers de pollution (décharges non-réglementées par

exemple) doivent être identifiées. Les flux de pollution seront calculés par unité de surface.

Comme la plus grande partie des déchets solides est déposée dans des décharges non
réglementées et non localisées géographiquement ni décrites, un sondage sur toutes les
installations des déchets solides (réglementées et non-réglementées) pour les localiser, et
définir leur superficie et le volume des déchets sera indispensable. De plus, la caractérisation
des déchets au niveau de chaque site est essentielle pour comprendre le flux de pollution dans
ces sites.

I-9-2/programmes de dépollution :

- Pour les activités industrielles :

On doit mettre en œuvre des programmes spécifiques dans des zones spécifiques, sur
l’ensemble du territoire du pays. Il s’agit de réglementer les déversements, de définir les
objectifs de qualité, d’exiger aux industriels de réaliser des analyses et des rapports
périodiques sur leurs déversements.

- Pour les rejets liquides domestiques :

Les solutions techniques pour le traitement des problèmes des effluents domestiques doivent
être adaptées aux spécificités de ces eaux et avec des solutions économiques nécessitant peu
de maintenance.

- Pour les activités minières :

Pour mieux appréhender la situation, une étude détaillée de l’impact de l’industrie minière
sur la qualité de l’eau généralement recommandée.

- Pour les déchets solides :

Le pays doit disposer de décharges contrôlées ou un système de traitement des déchets


solides et afin de minimiser l’impact des déchets solides sur la qualité de l’eau. Il est
recommandé d’élaborer des études techniques des principaux sites de décharges existants ou
programmés.

13
Chapitre I : Généralités sur la gestion des ressources en eau.

- Pour les activités agricoles :

Les zones de protection de l’eau souterraine doivent être strictement définies et réglementées.
Des études spécifiques sur la pollution et son impact sur la qualité des ressources en eau sont
nécessaires avant de proposer et de développer des programmes de dépollution
correspondants.

I-9-3/ La pollution accidentelle :

La pollution accidentelle constitue une grande menace sur la qualité des ressources
en eau aussi bien superficielles que souterraines. Ce type de pollution nécessite des moyens de

réponse spécifiques pour réduire son impact sur les ressources en eau. Quatre types de
pollution accidentelle peuvent être identifiés :

• Les accidents de transport ;

• Les accidents domestiques (pannes au niveau des stations de traitement des eaux usées) ;

• Les accidents industriels (rejets accidentels) ;

• Les accidents de transfert et de stockage des matières dangereuses.

L’étude de la pollution accidentelle, a pour objectif de :

• Déterminer les besoins en informations nécessaires à l’élaboration d’un plan national de


contrôle des déversements ;

• Fournir un historique des pollutions accidentelles survenues ;

• Examiner les tendances générales du transport des produits dangereux et les accidents qui en
résultent ;

• Etablir une liste des substances et produits chimiques transportés à travers les pays.

I-10/Dégradation de la qualité des ressources en eau :

Les principaux paramètres entrainant la dégradation qualité des ressources en eau


sont: (Rakotondrabe Felaniaina, 2007)

Forte évaporation :

Sous l’effet de la forte évaporation, il peut y avoir une augmentation de la teneur en


sel des points d’eau ou une tendance à un accroissement de la concentration en polluants dans
l’eau. En outre, l’élévation des températures entraînerait une hausse de température de l’eau

14
Chapitre I : Généralités sur la gestion des ressources en eau.

qui se met en équilibre avec le milieu. Ce changement pourrait contribuer à réduire la


concentration d’oxygène dissous, à accroître les concentrations des nutriments comme les
phosphores et à donner à l’eau un goût et une odeur désagréable pendant la saison chaude.

Le changement climatique pourrait également dégrader la qualité d’eau souterraine.

Il peut y avoir intrusion d'eau salée ou montée du niveau marin et infiltration dans les
aquifères des régions côtières (www.cc.gc.ca/water/fr/info/pubs/FS/f_FSA9.htm).

Crues :

L’augmentation des débits et la fréquence des inondations accentuent la turbidité de


l’eau, l’érosion et le lavage chimique des sols (sédimentation ou ensablement, différentes
formes d’érosions). Les précipitations intenses augmentent le risque de propagation ou de
dispersion des rejets contaminants (déchets urbains, animaux, …) et des maladies d’origine
hydrique.

Par ailleurs, on pourra avoir aussi une destruction des infrastructures à causse d’un fort débit

Pollutions :

Une ressource en eau est dite polluée lorsqu’elle devient impropre à satisfaire la
demande d’utilisation où qu’elle présente un danger pour l’environnement. La pollution est un
problème mondial. Elle est définie comme la souillure ou l’infection due aux activités
humaines. Le problème de la pollution des eaux commence à devenir de plus en plus
préoccupant. Les sources majeures sont les rejets polluants liquides (eaux usées), solides
(ordures et déchets divers) et gazeux (fumée) d’origines divers :

- Domestiques (égouts ménagers) ;

- Industrielles (eaux usées et déchets industriels ;

- Eaux usées urbaines (ordures municipales) ;

- Rejets polluants agricoles (intrants) ;

- Apport des dépôts ou décharges de déchets solides ;

- Apports liés à la pollution atmosphérique ;

- Rejets polluants des élevages ;

- Rejets polluants des exploitations minières (intrants) ;

15
Chapitre I : Généralités sur la gestion des ressources en eau.

La pollution peut toucher tous les types de ressources en eau (aussi bien l’eau
souterraine que l’eau de surface).

- Contamination des eaux de surface

L’eau est un véhicule de transport de substance minérale, organique ou bactérienne


idéale.Pour l’eau de surface, la contamination peut se faire par :( Rakotondrabe Felaniaina,
2007).

- Déversement direct des rejets polluants dans les réseaux et réservoirs de surface ;

- Transport et infiltrations des eaux de ruissellement en surface du sol en présence d’une

précipitation efficace et mauvais assainissements ;

- vidange des nappes polluées.

- Contamination des eaux souterraines

Les sources de pollution et les principaux contaminants sont les mêmes que celles
des eaux de surface. La différence réside sur le mode de contamination. En présence des
précipitations et infiltrations efficaces, la partie infiltrée véhicule les polluants dans le sol et
sous sol en franchissant quelques obstacles avant d’atteindre l’aquifère. (Lecompte, 1995,
Castany, 1998)

- introduction des pollutions dans le sol et sous sol à la zone d’impact ou foyer de pollution

- immigration et évolution du polluant en zone non saturée vers la zone saturée pendant

laquelle il peut y avoir autoépuration

- propagation et évolution du polluant dans l’aquifère.

- Contamination des eaux de pluie

L’eau de pluie est actuellement pollué aussi on peut avoir de pluie acide, pluie pollué
par les poussières nucléaire (www.eau-de-pluie.com).

Les pluies acides se forment lorsque les oxydes de soufre et d'azote s'associent à
l'humidité de l'air pour libérer de l'acide sulfurique et de l'acide nitrique qui est ensuite
transportés très loin de leur source avant d'être précipités par les pluies. Ils résultent de la
combinaison des émissions d'origine industrielle avec l'humidité atmosphérique. Les polluants
peuvent être transportés sur de longues distances avant de tomber au sol ; ainsi, des forêts et
des lacs peuvent être attaqués par des pluies acides même s'ils se trouvent loin des régions

16
Chapitre I : Généralités sur la gestion des ressources en eau.

industrielles. À proximité des usines, des dégâts supplémentaires sont dus à la chute des plus
grosses particules polluantes qui tombent en pluie sèche (Encyclopédie Encarta 2004).

I-11/ Détermination des outils et des méthodes de gestion qualitative des


ressources en eau :
L’objectif est de mettre en œuvre un programme de protection des ressources en eau.
Ce programme permettra d’identifier les stratégies réalisables de contrôle de la pollution pour
assurer un développement durable. Ce programme comprendre.

a) Définition des objectifs de qualité de l’eau :

Les objectifs de la qualité de l’eau doivent être établis sur la base de l’état actuel de
la qualité de l’eau ainsi que les prévisions en terme de pollution. Ils doivent être définis pour
garantir à court, à moyen, et à long terme la satisfaction des besoins de la population en eau
de qualité adéquate à son utilisation.

C’est ainsi qu’à court terme (5 à 10 ans), l’objectif sera, par d’exemple, de stabiliser
l’état global de la qualité de l’eau, Tandis qu’à long terme une amélioration globale de la
qualité de l’eau par rapport aux niveaux actuels et la définition de la référence en matière
d’évaluation de la pollution et de distinction de la pollution naturelle de la pollution spéciale
(causée par l’homme) peut être envisagée, cela se fera par la mise en place des programmes
de lutte contre la pollution accidentelle et d’un programme de dépollution, visant la réduction
des flux de pollution.

Les objectifs de qualité serviront à orienter les efforts de contrôle de la pollution et à

déterminer les priorités, mais aussi à orienter les efforts en matière de réglementation (valeurs

limites de rejets par exemple), de financement des opérations, d’organisation, de suivi ou de

sensibilisation, et de distribution des moyens. Ces actions doivent s’inscrire dans le contexte

juridique de chaque pays et doivent être acceptées et communiquées à tous les partenaires de

la gestion de l’eau.

b) L’importance de la protection de la qualité des ressources en eau :

Pour éviter que la qualité de l’eau ne devienne un facteur entravant le développement


durable, il faut adopter une gestion intégrée des ressources en eau au niveau du bassin versant.
Elle doit être soutenue par l’ensemble des acteurs et des usagers de l’eau et doit également

17
Chapitre I : Généralités sur la gestion des ressources en eau.

satisfaire les besoins en la matière. L’ensemble des acteurs de l’eau, doivent être impliqués
dans le processus de gestion.

La réussite du programme de protection de la qualité de l’eau passe par la mise en


place d’une coordination effective entre les acteurs e n matière d’eau et la mise en œuvre de
partenariats avec le secteur privé en particulier, pour atteindre une solidarité financière à
travers le recouvrement des redevances d’utilisation ou de pollution de l’eau qui devraient à la
fois contribuer au financement des actions de protection et de dépollution des eaux et jouer un
rôle de dissuasion.

c) Valeur économique de l’eau :

Les ressources en eau ont une valeur économique. Lors de l’évaluation de l’eau en tant
que ressource économique, la qualité de l’eau doit être prise en compte.

Une plus grande valeur sera attribuée à l’eau de haute qualité. La valeur d’usage
directe de l’eau de haute qualité peut être déterminée à partir du prix du marché de l’eau
potable. Quant à la valeur propre, et qui consiste en la valeur d’origine et la valeur courante de
l’eau (valeur attribuée à l’eau pour sa simple existence), peut être estimé en pourcentage de la
valeur d’usage.

18
Chapitre II : Présentation de la zone d’étude

Chapitre II : PRESENTATION DE LA ZONE


D’ETUDE

II-1 / Caractéristiques principales de la ville de Tlemcen :

II-1-1/ La localisation géographique du groupement urbain de Tlemcen :

Le groupement urbain de Tlemcen (GUT) est situé sur les piémonts Nord des Monts de
Tlemcen, il englobe les communes de Mansourah, Chetouane et Tlemcen. Il occupe environ
11.220 hectares constituant le bassin intérieur de Tlemcen. Ce bassin est limité au Sud par la
falaise de Lalla Setti, au Nord par la haute colline d’Ain El Houtz, à l’Est par Oum El Allou et
à l’Ouest par les monticules de Béni Mester. (Figure II-1)

N
Zone d’étude

Figure (II-1): Situation de la région étudiée

II-1-2/ Le découpage administratif :

La ville de Tlemcen est divisée en trois communes : Figure (II-2) (Mehdi, 2010)

1. Commune de Tle mcen :

Commune urbaine, chef lieu de la wilaya, sa position centrale sur les piémonts Nord de Tlemcen
lui confère un rayonnement sur l’ensemble des communes de la wilaya, elle est située au
carrefour des axes Est et Ouest (RN7, ligne de chemin de fer) et Nord-Sud (RN22).

La commune s’étend du plateau de Lala Setti (1200 m d’altitude) au sud, à El-Koudia


(760 m) au Nord. Entre ces deux extrémités, de formation rocheuse, se trouve une zone des

19
Chapitre II : Présentation de la zone d’étude

piémonts et de plaines totalement urbanisées. Les extrémités sud et ouest se confondent avec
l’urbanisation des communes de Mansourah et Chetouane.

2. Commune de Mansourah :

Elle est limitée à l’Est et au Nord par la commune de Tlemcen, à l’Ouest par la commune
de Bèni Mester et au Sud par la commune de Terny. Elle connait une forte concentration de sa
population et une extension spatiale de son tissu urbain en raison de sa qualité de commune
résidentielle du groupement de Tlemcen.

3. Commune de Chetouane :

Elle se situe à 3 km au Nord-Est de la ville de Tlemcen couvrant une superficie de


4611hectares et partageant la même zone industrielle avec Tlemcen. Son relief est assez
diversifié, composé de monticules boisés au Sud-est, des terres agricoles au sud et Sud-ouest, et
la couronne rocheuse et accidentée au Nord Oudjelila, El Horra et Sidi Yahia.

Figure (II-2): découpage administrative de la ville de Tlemcen (Google Earth)

II-1-3/ Démographie :

Le groupement urbain de Tlemcen concentre à lui seul 24 % de la population totale de la wilaya.


Cette prédominance démographique du groupement tient surtout au poids de la ville qui
constitue le pole démographique et économique le plus important de la wilaya rassemblant 14%
des emplois industriels (Mehdi, 2010).

L’une des principales caractéristiques de l’évolution de la population du groupement à


travers les recensements est son rythme d’accroissement démographique le plus régulier de toute

20
Chapitre II : Présentation de la zone d’étude

la wilaya. En effet, le groupement comptait une population de l’ordre 85500 habitants en 1966,
115000 habitants en 1977 (soit un taux d’accroissement annuel de 2,77 %), 152000 habitants en
1987, 201235 habitants en 1998. Ceci correspondait à un rythme d’accroissement annuel
démographique moyen de 2,40 % et une population de 226586 habitants en 2008.

Selon les données disponibles l’évolution démographique du GUT suit le tableau (II-1) ci-
après :

Tableau (II-1) : Evolution de la population du groupement urbain de Tlemcen .

Taux
Commune 2008 2015 2020 2025 2030
d’accroissement

Tle mcen 0.7 140158 147172 152396 157805 163406

Chetouane 3.1 42862 53075 61827 72023 83900

Mansourah 3.38 43566 56563 68158 82130 98967

Total 2.40 226586 256810 282381 311958 346273

II-1-4/Milieu naturel :

Vu l’importance de la zone d’étude, du point de vue étendue et démographie on a


choisi quatre sous bassins :

 sous bassin d’Oued Khemis,


 sous bassin d’oued sebdou ;
 sous bassin d’oued chouly;
 sous bassin d’oued sekkak

Une partie importante du bassin versant de la Tafna est incluse a partir de ces sous
bassins, cette partie est repartis en deux zones:

 Une partie orientale avec comme principaux affluents oued Isser et oued Sikkak ;
 Une partie occidentale comprenant la Haute Tafna avec oued Sebdou et oued Khemis .

Ces deux parties sont constituées essentiellement par les Monts de Tlemcen présentant
le principal relief entre la Méditerranée et les hautes plaines oranaises. À l’Est, ils sont relayés
par les Monts de Daïa et à l’Ouest, par le moyen Atlas marocain (Figure II-3).

C’est une barre montagneuse (de 800 à 1400 m d’altitude en générale) alignée WSW-
ENE. Cette barre domine largement au Nord des régions de plaines et de collines douces (les
plaines de Maghnia, de Henaya, les plateaux de Zenata, de Sidi Abdelli). Elle s’ennoie
21
Chapitre II : Présentation de la zone d’étude

beaucoup plus progressivement au Sud, sous les dépôts continentaux des hautes plaines (1100
à 1200 m). Entre les Monts de Tlemcen et la mer, se situe les Monts des Traras, moins élevés
que les premiers.

La morphologie de cette région est complexe, le relief est fortement accidenté, et se


caractérise par une succession de horsts et de grabens d’orientation 50° N à 70° E (Azzaz. H,
2008).

Figure (II-3): Cadre géographique du bassin de la Tafna et de la wilaya de Tlemcen (repris par
Hamlet, 2005)

II-1-5 / Evolution de la demande en eau :

II-1-5 -1/Besoins domestiques :

Les besoins en eau potables sont estimés sur la base des dotations moyennes de 150 et
200 litres par jour et par habitant pour le court et le moyen terme.

II-1-5 -2/Les besoins des équipements:

Pour connaitre les besoins en eau de cette catégorie, on fait recours au calcul d’un
coefficient de proportionnalité basé sur la projection de la situation réelle pour une situation
future. Ce coefficient est en fait un rapport de la consommation annuelle des équipements sur la
consommation annuelle de la population. Sa valeur est de l’ordre de 20% (K1= 20 %) dans
notre cas.

22
Chapitre II : Présentation de la zone d’étude

C’est ainsi que les besoins en eau des équipements sont estimés à 20% des besoins
domestiques (Tableau (II-2)).

Tableau (II-2) : Estimation des besoins en eau des équipements du GUT.

Les besoins en eau (m3/an)

Commune
2011 2015 2020 2025 2030

Tlemcen Domestique 9403115 9669200 10012415 10367790 10735775

Equipement 1880623 1933840 2002483 2073558 2147155

Chetouane Domestique 3086125 3487030 4062035 4731910 5512230

Equipement 617225 697406 812407 946382 1102446

Mansourah Domestique 3201165 3716190 4477980 5395940 6502130

Equipement 640233 743238 895596 1079188 1300426

Total Domestique 15822530 16872415 18552430 20495640 22750135

Equipement 3164506 3374483 3710486 4099128 4550027

II-1-5 -3/ Les besoins industriels :

La consommation en eau de la grande industrie dépend surtout des paramètres suivants :

 Type d’industrie et processus de production ;


 Développement industriel ;
 Réduction des pertes dans le système de distribution ;
 Et procédures pour l’épargne de la consommation.

Les tableaux (II-3) et (II-4) ci-dessous nous présente les besoins industriels actuels
(2011). Quand au tableau (II-5), il nous présente les estimations projetées de ces besoins, sur la
base d’un développement industriel de 1.5% par an.

23
Chapitre II : Présentation de la zone d’étude

Tableau (II-3) : les besoins industriels (2011) (DRE).


Besoin
usine Besoin Hm3/an usine
Hm3/an
ET B Rahmoun et ses Frères 2,10 Coopé Oléicole 0,0010

AGRO Industrie SNC 0,00000365 UPA Ain Fezza (ALF) 0,00000365

Sarl Premier Papier 0,000073 SARL FT EF 0,02

Sarl BMF Benabou Med Fouzi 0,0000036 SNC Fatex 0,0025

Sarl SOFATAY 0,00000365 Sarl garvure PUB 0,0000028

Benkandil Nouria ve Lechlech 0,00001 Trapact 0,000073

Nafli Abdelmajid 0,00001 Sarl BEL – Plastique 0,000073

Sarl CAVIR – Remchi 0,000182 Sarl FABI Plastique (Bensfia Houari) 0,02

Rachedi Benamar 0,0000182 Limonaderie Belkaid 0,08

Rachedi Rachid 0,00001 ENAJUC 0,60

Aoumallal 0,000036 AFRIC DENTAL 0,00001825

Sarl ECOPACK 0,000035 AFIF AHMED 0,004

ET ICO 0,70 Aouinti Mohammed TCA 0,005

SARL LAITERIE RIO 0,0000179 FABI Lachachi Hebri 0,01


SARL MINOTERIE SIDI
0,00002644 SOITEX SPA 1 ,50
BOUMEDIEN
SARL MAF 0,00001094 EURL Alurux Mr Saidi Abderrezak 0,003

TER Nair (imprimerie) 0,00000199 SARL MTA Mazari et fils 0,0000032


Chetouane
Tlemcene

SPA SOT RAR 0,03 SARL Bachir 0,0000012

SOMACTT 0,00126 Sarl Cosa Plastique 0,0000072

SPA VIM 0,000044 SOITEX SPA 1,50

Sarl FAMAP 0,00000158 SARL MOULINS MAGHREB 0,01

ST ARR SPA 0,20 SARL LIT MAG 0,001

GDS Koudia Naftal 0,0000073 SARL FABI Plastic 0,000005

ET S Benyahia Mokhtar 0,0000115 Matelas Atlas 0,00002

SARL AFRICAFE 0,0000109 Tissage Le Rouet 0,0000182

Filiale EL MANSOURA Giplait 0,00087 SARL Rahmoun « L’exquise » 0,0007

BAT IWIT 0,00016 SNC Brikci Frère 0,0000132

SPA Samac 0,01 GUELLIL Abdelkrim 0,0000011

Dib Mustapha 0,03 SOREMER SPA 0,00048

Salah Bachir Station Feth 0,0000073 SARL Biscuiterie El Feth 0,0000036

Eurl Fadjitex 0,001 EURL SAFEC 0,0000109

SARL T LE – FA 0,005 Sarl Lachatex 0,015

ENT C SONELEC 0,000073 Sarl PROCHIMA 0,0025

EURL AMP 0,01 EURL AMP 0,01

LTPO 0,01428 Hydro Irrigation 0,005


Total 3,103168 3,7904343
Mansourah Emis Mansourah 0,0000365

24
Chapitre II : Présentation de la zone d’étude

Tableau (II-4) : Récapitulatif des besoins industriels

Besoin industriel en eau Besoin industriel en eau


Commune
(Hm3 /an) (m3 /j)
Tle mcen
3,10316795 8501,83
Chetouane
3,7904343 10384,7515
Mansourah
0,0000365 0,10
Total
6,89363875 18886,6815

Tableau (II- 5) : Estimation des besoins en eau industrielle du GUT.

.
Les besoins en eau (m3/an)

Commune
2011 2015 2020 2025 2030

Tle mcen 3103168 3289358.08 3522095.7 3754833.3 3987571

Chetouane 3790434 4017860 4302142.6 4586425.14 4870707.7

Mansourah 37 39.22 42 44.8 47.5

Total 6893639 7307258 7824280.3 8341303.24 8858326.2

II-1-5 -4/ Besoins agricoles :

En raison de ses bonnes caractéristiques pédologiques la région du GUT comporte un


périmètre d’irrigation. Il s’agit du périmètre d’Henaya. Le tableau (II-6) nous présente la surface
irriguée de ce périmètre.

Tableau (II-6) : Surface irriguée et besoin en eau agricole du périmètre d’Henaya

Périmètre Surface (ha) Besoin (Hm3 /an)

Henaya 912 10.95

25
Chapitre II : Présentation de la zone d’étude

II-1-6 / Récapitulatif des besoins :

L’ensemble des besoins en eau estimés et projetés du groupement urbain de Tlemcen


(GUT) est regroupé dans le tableau (II-7), ci-dessous avec une majoration de débit de 20% pour
palier le déficit due principalement aux fuites d’eau dans les canalisations de distribution.

Tableau (II-7) : Estimation des besoins en eau du Groupement Urbain de Tlemcen.


Demande Besoin
Besoin en eau
(Majoration 20% ) agricole
Nombre de
année population
Dom Equi p Inds Total (m3 /J) (Hm3 /an) (Hm3 /an)
(hab.)
(m3 /j) (m3 /j) (m3 /j) (m3 /j) (Hm3 /an)

2011 240830 43349 8670 18887 70906 25,881 85087,2 31,057

2015 256810 46226 9245 20020 75491 27,554 90589,2 33,065

2020 282381 50829 10166 21436 82431 30,087 98917,2 36,105 10 ,95

2025 311958 56152 11230 22853 90235 32,936 108282 39,523

2030 346273 62329 12466 24269 99064 36,158 118876,8 43,390

II-1-7 / Pertes d’eau dans le réseau d’AEP :


Les réseaux de distribution de l’eau de nombreuses villes algériennes sont anciens ce qui
a conduit à d’énormes pertes d’eau allant de 15 à 40% des volumes distribués. Dans le cas de la
ville de Tlemcen ces pertes d’eau atteignent les 40 %. La détermination des pertes réelles est
particulièrement difficile suite au fait que les pertes administratives et physiques sont analysées
en commun. Les pertes physiques sont dérivées des pertes administratives (Mehdi ,2010).

Les pertes administratives concernent en particulier :

 Les prélèvements non comptabilisés de branchements domestiques (manque de


compteurs) ;
 Le système de facturation au forfait ;
 Les prélèvements illégaux (ex. : branchements illégaux, manipulation des compteurs).

Les pertes physiques concernent surtout :

 Les fuites dans le réseau d’approvisionnement ;


 Joints défectueux des raccordements des tuyaux, conduites et robinetterie ;
 Réservoirs non étanches ;
 Systèmes anciens avec de nombreuses fuites ;
 Mauvaise qualité des travaux lors de l’aménagement des systèmes de conduites ;
 Contrôles insuffisants des systèmes existants ;

26
Chapitre II : Présentation de la zone d’étude

 Charges trop élevées du système complet par fluctuations trop fortes de la pression ;
 Mauvais raccordements avec d’autres systèmes d’approvisionnement ;
 Prélèvements non facturés comme les prises pour la lutte contre les incendies, pour les
travaux d’inspection et l'entretien du réseau, le rinçage des conduites etc.

II-2 / Caractéristiques hydrologiques de la ville de Tlemcen :

II-2-1/ Les sous bassins versants:

L’étendue de la ville de Tlemcen présente quatre sous bassins versants

1-Sous bassin Oued Khemis :


Ce bassin, d’une superficie de 350 km2 , est caractérisé par des pentes assez abruptes
dépassant généralement 25% aux abords de l’oued. A l’Est et l’Ouest du bassin les pentes
sont fortes à moyennes (de 3% à 25%).

2-Sous bassin Oued Sebdou :


Ce bassin occupe une superficie de 255,5 Km2 avec une altitude maximale de 1465 m.
dans les monts de Tlemcen.

L’oued sebdou représente la source et le début du cours d’eau Tafna. En alimentant le


barrage de Béni Behdel après avoir rejoindre oued Khemis.

3- Sous bassin Oued Sikkak :


Ce sous bassin comporte la présence du plateau de Terny et les falaises d’El Ourit vers
les hautes altitudes, et de la plaine d’Henaya vers les basses altitudes. Il est parcouru par
l’oued Ennechef au niveau de Mefrouche et rejoint l’oued sikkak dans la plaine d’hennaya.

4- Sous bassin Oued Chouly:


Le cours d'eau de ce bassin à régime permanent doit sa pérennité aux nombreuses
sources qui l'alimentent telles que : Aïn Tot Hamam, Aïn Ouissert. Ce cours d’eau draine la
partie orientale et appelé oued Isser..

II-2-2/Le réseau hydrographique du GUT :

Le réseau hydrographique du groupement est représenté essentiellement par Oued El-


Ourit situé au Sud-est de la commune de Tlemcen en amont. En aval, il est rejoint par d'autre
cours d'eau et prend alors le nom d'Oued Saf-Saf. Ainsi les composantes naturelles du chevelu
hydrographique du groupement sont comme suit :

 L'Oued El Horra, au centre drainant la totalité des eaux usées de la ville de Tlemcen ;

27
Chapitre II : Présentation de la zone d’étude

 L'Oued Sikkak, au Nord de Ain El Houtz, son cours d'eau suit sensiblement l'axe Nord-sud
de la ville de Tlemcen ;
 Le talweg de Metchkana, apparaît à l'Est de la ville de Tlemcen, il rejoint l'Oued Saf-Saf
au niveau de la commune de Chetouane. Il existe un autre talweg encaissé a la limite ouest
de la ville de Tlemcen : talweg Makhoukh drainant les eaux de la commune de mansourah.

Enfin un réseau régulier de ruisseaux constitue un éventail de petits talwegs vers le Nord-
Ouest et le Nord-est de la ville de Tlemcen. Notons que tous ces Oueds font partie du grand
bassin versant de la Tafna (Figure (II-4)).

Zone d’étude

Figure (II-4): Réseau hydrographique de la zone étudiée

II-3 / Caractéristiques climatiques :


Les caractéristiques climatiques, notamment les températures et les précipitations, sont
importantes pour notre étude et méritent qu’on y accorde une attention particulière.

Le climat est défini par l'ensemble des phénomènes météorologiques caractérisant


l'état moyen de l'atmosphère et son évolution en un lieu donné. Il peut agir directement sur
l'approvisionnement en eau puisqu'il modifie le régime des cours d'eau, le volume des nappes
ainsi que le niveau statique des puits.

Les conditions climatiques jouent un rôle important dans le comportement


hydrologique et hydrogéologique des cours d'eau. Ces paramètres climatiques (surtout

28
Chapitre II : Présentation de la zone d’étude

température et évapotranspiration) sont en relation avec les précipitations. Celles-ci


permettent d'expliquer les variations de composantes du régime hydraulique.

II-3-1 / Température :

C’est un facteur déterminant le climat parmi d’autres facteurs météorologiques tels


que l’insolation, le vent et les précipitations. Pour réaliser cette étude, on dispose des mesures
effectuées sur 2 stations météorologiques réparties sur la zone d’étude.

Le tableau (II-8) ci-après regroupe les valeurs mensuelles des températures de deux
stations. On remarque que la température mensuelle min imale est de 5 °C et enregistré aux
deux stations, alors que la valeur maximale est de 34 °C à la station de Béni- Bahdel.

Tableau (II-8): les températures mensuelles de deux stations (Mehdi, 2010)

station sep oct nov dec jan fév mar avr mai jui juil aout

Tlemcen Min 15.0 12.0 8.0 7.0 5.0 7.0 7.0 8.0 10 14 17.0 18.0
(1963-
Max 28.0 23.0 17.0 16.0 14.0 16.0 17.0 18.0 22.0 27.0 32.0 33.0
2002)
Moy 21.5 17.5 12.5 11.5 9.5 11.5 12.0 13.0 16.0 20.5 24.5 25.5
Beni Min 17.0 12.0 9.0 5.0 5.0 5.0 7.0 9.0 12.0 16.0 19.0 19.0
Bahdel
Max 30.0 24.0 18.0 15.0 14.0 16.0 18.0 20.0 24.0 29.0 34.0 34.0
(1963-
Moy 23.5 18.0 13.5 10.0 9.5 10.5 12.5 14.5 18.0 22.5 26.5 26.5
2002)
Min 16.0 12.0 8.5 6.0 5.0 6.0 7.0 8.5 11.0 15.0 18.0 18.5
moyenne
Max 29.0 23.5 17.5 15.5 14.0 16.0 17.5 19.0 23.0 28.0 33.0 33.5
Moy 22.5 17.75 13.0 10.75 9.5 11.0 12.25 13.75 17.0 21.5 25.5 26.0

La figure (II-5) ci-dessous représente la variation de la température moyenne


mensuelle de la zone étudiée. Ce graphe montre que le mois de janvier est le mois le plus
froid de l’année avec une température moyenne de 9,5 °C, et le mois d’août est le mois le plus
chaud avec une température moyenne de 26 °C. La température moyenne annuelle de la zone
est de 16,71 °C.

29
Chapitre II : Présentation de la zone d’étude

Figure (II-5) : les températures moyennes mensuelles aux deux stations

Figure (II-6) : les températures moyennes mensuelles de la zone étudiée.

II-3-2 / Pluviométrie :

Le facteur pluviométrique, par sa répartition sur l'année et son intensité acquit une
grande importance par son intervention dans le bilan hydrique. On dispose des données de
précipitation sur quatre stations et pour la période 1963 à 2005.

II-3-2-1/ -Précipitations annuelles :

Il convient de remarquer que la zone étudiée présente des zones pluviométriques


relativement hétérogènes.

30
Chapitre II : Présentation de la zone d’étude

La variation des précipitations annuelles est représentée par la figure (II-7) pour les
quatre stations, et par la figure (II-8) pour la zone d’étude.

précipitations annuelles aux différentes stations


pluie (mm)

900,00

800,00

700,00

600,00

500,00

400,00

300,00

200,00

100,00

0,00
63
65
67
69
71
73
75
77
79
81
83
85
87
89
91
93
95
97
99
01
03
05
année
19
19
19
19
19
19
19
19
19
19
19
19
19
19
19
19
19
19
19
20
20
20
Tlemcen Chouly Beni Bahdel Sabra

Figure (II-7) : variation des précipitations moyenne annuelles aux différentes stations

Variation temporelle de la pluie annuelle (1963 - 2006)

900,00
pluie (mm)

800,00
700,00
600,00
500,00
400,00
300,00
200,00
100,00
0,00
63

65

67

69

71

73

75

77

79

81

83

85

87

89

91

93

95

97

99

01

03

05
19

19

19

19

19

19

19

19

19

19

19

19

19

19

19

19

19

19

19

20

20

20

année

précipitation annuelle Pmoyan=458,6mm

Figure (II-8) : variation des précipitations moyennes annuelles de la zone étudiée.

A partir de ces figures, il ressort que les précipitations annuelles ont subit une certaine
diminution à partir des années 80 suite à la sécheresse qui a sévi à l’ouest algérien. La valeur
moyenne de notre région est de l’ordre de 458.6 mm.
Pour la période comprise entre 1963 et 2006, la région présente des variations
périodiques allant de arides à humides. La plus longue période est celle comprise entre 1977

31
Chapitre II : Présentation de la zone d’étude

et 2000, et est aride. La variation interannuelle des précipitations comprises entre 1963 et
2005 (Figure II-8) permet de remarquer ce qui suit :
 De 1963 à 1976 : la période est humide avec 767,59 mm en 1967 à l’exception
des années 1965 ;
 De 1977 à 2005 : la période sèche avec 294,60 mm en 1999 à l’exception des
années 1979, 1980, 1990,199, 1995 et 2003.
II-3-2-2/ Précipitations mens uelles :

Ce sont les valeurs moyennes de chaque mois des précipitations relevées sur une
période donnée. Elles permettent de ressortir leurs caractéristiques générales, leurs nuances
spatiales et leurs irrégularités temporelles. A l’échelle mensuelle on remarque que les mois
moins pluvieux sont ceux de juin, juillet et aout avec un minimum 1 mm enregistré au mois
de juillet à la station de Sabra. Par contre les mois les plus pluvieux sont ceux de novembre
jusqu’ à avril avec un maximum de 83,18 mm enregistré au mois de Mars à la station de
Tlemcen.

pluie moyenne mensuelle

80,00
pluie (mm)

70,00

60,00

50,00

40,00

30,00

20,00

10,00

0,00
SEPT OCT NOV DEC JANV FEV M ARS AVRIL M AI JUIN JUIL AOUTmois

Figure (II-9): variation des précipitations Figure (II-10): variation des précipitations
mensuelle aux différentes stations. moyenne mensuelle de la zone étudiée.

II-3-2-3/ Les précipitations saisonniè res :

La répartition saisonnière montre que les valeurs maximales sont à l’hiver et


printemps, par contre, les valeurs minimales sont en été.

32
Chapitre II : Présentation de la zone d’étude

p l ui es sai so ni er es

180,00

pluie (mm)
160,00

140,00

120,00

100,00

80,00

60,00

40,00

20,00

0,00
Automne Hiver Printemps Eté
saison

Figure (II-11) : histogramme des précipitations saisonnières moyenne de la zone étudiée.

II-4/ Contexte hydrologique:

II-4-1/ Introduction :

Les relevés des débits pendant une longue série d’années donnent les variations
saisonnières en fonction des principaux facteurs influençant l’écoulement dont le régime des
précipitations, la nature du bassin versant, la situation géographique, l’infiltration, etc. Les
caractéristiques hydrologiques et la variation des débits sont appelées régime hydrologique.
Ce dernier permet de caractériser le bassin versant et son écoulement.

Dans cette étude, trois stations hydrométriques sont utilisées, (figure (II-12) et
mentionnées dans le tableau (II-9) :

 Station de Beni Bahdel ;


 Station de Mefrouche ;
 Station de sekkak ;.

Tableau (II-9) : stations hydrométriques utilisée


Station Code Oued Surface (km2 ) Etat actuel
Beni Bahdel 160402 Tafna 1016 En service
Mefrouche 160726 Sekkak 90 En service
Ain youcef 160704 Sekkak 320 En service

33
Chapitre II : Présentation de la zone d’étude

Mefrouchen

Figure (II-12) : position des stations hydrométriques utilisée dans l’étude.

II-4-2/ Débits moyens annuels :

La variation des débits moyens annuels des trois stations est présentée dans les figures
ci- après.

variation de débit moyen annuel à la station de Beni Behdel


1.6
1.4
Débit (m3/s)

1.2
1
0.8
0.6 Qmoy
0.4
0.2
0
1979

1981

1984

1986

1989

1991

1994

1996

1999

2001
1978

1980

1982
1983

1985

1987
1988

1990

1992
1993

1995

1997
1998

2000

2002
2003

Année

Figure (II-13) : variation du débit annuel moyen à la station de Beni Bahdel.

Variation de débit moyen annuel a la station de mefrouche


0.05
0.04
Débit (m3/s)

0.03
0.02 Qmoy
0.01
0
1978
1979

1983
1984
1985

1988
1989
1990

1994
1995

1999
2000
1977

1980
1981
1982

1986
1987

1991
1992
1993

1996
1997
1998

Année

Figure (II-14) : variation du débit annuel moyen à la station de Mefrouche.

34
Chapitre II : Présentation de la zone d’étude

Variation de débit moyen annuel à la station de sekkak


0.25

0.2
débit (m3/s)

0.15

0.1
Qmoy
0.05

0
1988

1990

1991

1993

1995

1998

2000
1987

1989

1992

1994

1996

1997

1999

2001

2002
Année

Figure (II-15) : variation du débit annuel moyen à la station de sekkak.

Nous concluions ce qui suit :


A la station de Béni-Bahdel, le débit moyen annuel est de 0,735 m3 /s durant la période
de1978 à 2002 soit un apport moyen de 23.179 million m3 /an. Le débit annuel maximal est de
1.3642 m3 /s à l’année 1981 donnant un apport de 42.454 million m3 /an. Alors que le débit
annuel minimal est de 0,2279 m3 /s observé en 1998 donnant un apport de 7.187 million
m3 /an.

A la station de Mefrouche, le débit moyen annuel est de 0,0200 m3 /s durant la période


de1977 à 2000 soit un apport moyen de 0.6307 million m3 /an. Le débit annuel maximal est de
0,0441 m3 /s à l’année 1977 donnant un apport de1.3907 million m3 /an. Alors que le débit
annuel minimal est de 0,0029 m3 /s observé en 1984 donnant un apport de 0.0914 million
m3 /an.

A la station de sekkak, drainant le bassin d’oued Sikkak, le débit annuel moyen est de
0.114 m3/s durant la période de 1988 à 2001 soit un apport moyen de 3.60 million m3/an. Le
débit annuel maximal est de 0.2054 m3/s à l’année 1988 donnant un apport de 6.48 million
m3/an. Alors que le débit annuel minimal est de 0.0325 m3/s observé en 1998 donnant un
apport de 1.02 million m3/an.

II-4-3/ Débits moyens mensuel :

L’analyse des débits moyens mensuels permet de mettre en évidence leur variation
mensuelle et saisonnière. Les figures (II-16 à II-18) représentent la variation des débits
moyens mensuels des trois stations considérées. Le tableau (II-10) nous présente les
caractéristiques des débits moyens mensuels pour les trois stations étudiées.

35
Chapitre II : Présentation de la zone d’étude

Variation de débit moyen mensuel à la station de mefrouche

0.06
0.05

Débit(m3/s)
0.04
0.03
0.02
0.01
0 mois

Qmoy

Figure (II- 16) : variation du débit mensuel moyen à la station de Mefrouche .

Variation de débit moyen mensuel à la station de Beni


Behdel
2.5
Débit (m3/s)

2
1.5
1
0.5
0 mois

Q moy

Figure (II-17) : variation du débit mensuel moyen à la station de Beni Bahdel .

Variation de débit moyen mensuel à la station de sekkak


0.35
0.3
Débit(m3/s)

0.25
0.2
0.15
0.1
0.05
0
mois

Qmoy

Figure (II-18) : variation du débit mensuel moyen à la station de sekkak.

A partir des figures ci-avant on peut observer :

Les maximas mensuels sont observés au mois de mars, pour l’ensemble des stations,
alors que les minimas mensuels sont observés durant les mois d’aout et d’aout.

36
Chapitre II : Présentation de la zone d’étude

Tableau(II-10) : caractéristiques des débits mensuels des trois stations pour la période (1988-2001)

stations Janv Févr M ars Avr mai juin Juill août Sept Oct Nov Déc
Qmens-moyen 0.174 0.162 0.313 0.120 0.105 0.067 0.029 0.028 0.111 0.133 0.066 0.064
Qmens-maximal 0.943 0.795 1.236 0.553 0.414 0.403 0.082 0.082 0.426 0.672 0.177 0.096
station Qmens-minimal 0.045 0.027 0.024 0.023 0.013 0.001 0.000 0.000 0.015 0.013 0.025 0.04
sekkak Ecart type 0.239 0.202 0.371 0.145 0.116 0.105 0.027 0.022 0.118 0.187 0.040 0.018
Coef variation 1.371 1.246 1.187 1.217 1.108 1.572 0.926 0.772 1.068 1.406 0.609 0.286
Qmens-moyen 0.973 1.468 2.291 1.461 0.908 0.606 0.417 0.391 0.615 0.785 0.613 0.694
station Qmens-maximal 3.868 6.121 10.670 9.705 3.634 2.256 1.624 1.305 2.304 3.733 1.467 2.442
beni Qmens-minimal 0.252 0.198 0.185 0.173 0.119 0.053 0.043 0.056 0.129 0.116 0.181 0.264
behdel Ecart type 0.781 1.413 2.779 2.191 0.881 0.560 0.361 0.302 0.485 0.807 0.325 0.471
Coef variation 0.803 0.963 1.213 1.500 0.970 0.925 0.865 0.772 0.787 1.028 0.530 0.679
Qmens-moyen 0.032 0.050 0.053 0.022 0.019 0.008 0.008 0.005 0.008 0.006 0.012 0.014
Qmens-maximal 0.172 0.291 0.185 0.081 0.098 0.020 0.036 0.010 0.032 0.014 0.140 0.119
station Qmens-minimal 0.000 0.000 0.005 0.004 0.002 0.000 0.000 0.000 0.000 0.000 0.000 0.000
mefrouche Ecart type 0.046 0.075 0.060 0.020 0.024 0.005 0.008 0.003 0.007 0.004 0.028 0.024
Coef variation 1.449 1.494 1.123 0.889 1.238 0.607 0.948 0.636 0.887 0.579 2.220 1.728

A la station de Béni- Bahdel, la période des hautes eaux commence au mois de janvier et se
termine au mois de mai, Alors que celle des basses eaux s’étale de juin à décembre. Ceci
montre que les pluies de septembre à décembre s’infiltrent et ne contribuent au ruissellement
qu’à partir de janvier. Le minima mensuel nom nul, de 1.305 m3/s au mois d’aout, est due à
l’alimentation souterraine de l’oued qui soutient l’écoulement. Quant au coefficient de
variation, il varie de 0.53 à 1.50 montrant ainsi l’irrégularité et la forte variabilité des débits
mensuels.

A la station de Mefrouche, la période des hautes eaux commence au mois de janvier et


s’étend au mois de mai, Alors que celle des basses eaux s’étale de juin à décembre. Le
coefficient de variation varie entre 0.579 à 1.728 montrant la forte variabilité des débits
mensuels.

A la station de sekkak, la période des hautes eaux comprendrait deux périodes, la


première du mois de janvier au mois d’avril et la deuxième incluant les mois de septembre et
octobre.. Le coefficient de variation varie entre 0.286 et 1.572 montrant une variabilité très
forte des débits mensuels.

II-5/ Contexte géologique :


Les Monts de Tlemcen s'interposent dans le domaine Tlemcenien. limitée au Nord et
au Sud par deux domaines bien définis :

• Le domaine des nappes du Tell au Nord, constitué d'un ensemble de dépôts marins et
continentaux ;
• Le domaine des Hautes Plaines au Sud, formé de conglomérats. Cette formation est attribuée
37
Chapitre II : Présentation de la zone d’étude

au Plio-Quaternaire.
• COUPE SYNTHETIQUE : (Collignon. B 1986)

Figure (II-19): Coupe synthétique des principales formations affleurant dans les Monts de
Tlemcen (Collignon. B 1986)
II-5-1/Les formations lithostratigraphiques:

La géologie de la zone d’étude est constituée d'un ensemble de formations décrites ci-
après, de la plus ancienne à la plus récente:

1- Le Secondaire :

a- Les grés de Boumedine :

C'est un ensemble de formation lithologique à dominance gréseuse séparé par des


inter- lits argileux de couleur verte ou parfois brune. Au sommet de cette formation, existent
quelques passées marneuses et calcaires (collignon B., 1986).

a- Les dolomies de Tlemcen :


Cette formation est largement représentée dans les Monts de Tlemcen. Elle occupe une
grande partie de notre région d'étude. Il s'agit de dolomies cristallines grises avec de
nombreuses cavités remplies de calcite.

c- Marno-calcaires de RAOURAÏ :

Cette formation est marquée par une alternance de marnes grises, verdâtres ou
blanchâtres et des calcaires.

38
Chapitre II : Présentation de la zone d’étude

d- Dolomies de TERNI :

Elles sont bien exposées sur le plateau de Terni. Ce sont des dolomies cristallines et
admettent des niveaux à silex stratiformes.

2-Le Tertiaire :

Le Miocène marin est bien caractérisé et développé aux piémonts nord de Tlemcen où
il est discordant sur les assises souvent carbonatées et karstifïées. Dans notre zone, nous
distinguons deux étages :

a- L'Helvetien :
II prédomine avec d'immenses affleurements de marnes grises et vertes et de petits
bancs gréseux.

b- Le Tortonie n :
II correspond à des grès fissurés jaune d'or ou citron, tendres, argileux, parfois peu
consolidés et subhorizontaux.

3- Le Quaternaire :

II est représenté par des formations continentales du Plio-Quaternaire au Nord des


Monts de Tlemcen.

a- Alluvions anciennes :

Les dépôts alluvionnaires sont représentés par des marnes sableuses ou des argiles peu
perméables où s'intercalent d'anciens chenaux à sédimentation beaucoup plus grossière qui
ont donné des conglomérats bien cimentés, parfois karstifiés (HAYANE, 1983; BONNET,
1966).

b- Travertins Anciens et Récents :

Les dépôts des travertins proviennent de la dissolution interne des massifs calcairo-
dolomitique, grâce à la qualité des carbonates de calcium déposés par les eaux d'émergence.

c- Les éboulis et dépôts de pente :

Ce sont des formations souvent limono-argileuses. Une partie de marnes non


atteintes par les érosions récentes de grands glacis de sols rouges.

d- Croute calcaire :

Cette petite croûte est formée par un encroûtement tensiftien, bien marqué dans la
plaine de Henaya où il masque les grès tortoniens. On rencontre les tufs calcaires, au sud de
Mansourah (collignon B., 1986).
39
Chapitre II : Présentation de la zone d’étude

II-6/Les ressources en eau alimentant le GUT :


Les ressources en eau alimentant actuellement le groupement urbain de Tlemcen sont
assurées par des ressources conventionnelles (principalement les eaux de barrages), des
ressources non conventionnelles (dessalement d’eau de mer et de traitement des eaux de
rejet), et ressources souterraines (forages, sources).
II-6-1 / Les ressources conventionnelles:

II-6-1-1/ Les eaux de surface :

Les eaux de surface actuelles qui alimentent le GUT sont mobilisées par trois barrages :

 Béni-Bahdel ;
 Mefrouche ;
 Sikkak.

a-Barrage Beni Bahdel :

C’est le premier ouvrage réalisé dans le bassin de la Tafna. Il a été construit dans la
période coloniale de 1934 à 1940. Il se localise à la confluence des Oueds Tafna et Oued
Khemis, situés à 28 Km au Sud-ouest de Tlemcen. Il contrôle un bassin versant de 1016 km2 de
surface. A l'origine, il était destiné à l’irrigation du périmètre de Maghnia. L’ouvrage construit en
béton avait une capacité initiale de 63Hm3 et régularise un volume annuel de 55 Hm3 .

b- Barrage Mefrouche :

Situé sur oued Mefrouche et à environ 4 km au Sud de la ville de Tlemcen. C’est un


barrage en béton armé à contreforts multi voutes construit dans la période 1957-1963. Pour une
capacité de 15Hm3 . Le barrage alimente surtout la ville de Tlemcen et irrigue des petits
périmètres agricoles. Le bassin versant drainé est de 90Km2 .

c-Barrage de Sikkak :
Situé sur Oued Sikkak (rive gauche de l’Isser) à l’aval du barrage de Mefrouche et à 20
km au Nord de Tlemcen, il draine un bassin versant de 241 km2 de surface. C’est un récent
barrage achevé en 2004 avec une capacité de 27 Hm3 et permet de régulariser annuellement
22Hm3 . Il a été conçu dans le but d’irriguer les plaines de Henaya et d’Ain Youcef, et suite à la
sécheresse qui est sévi ces dernières décennies sa fonction se trouvait alors déviée vers
l’alimentation en eau potable de la ville de Tlemcen.

Le tableau (II-11) présente les principales caractéristiques de ces barrages, alors que la
figure (II-20) montre la position de ces derniers à travers les principaux cours d’eau.

40
Chapitre II : Présentation de la zone d’étude

Tableau (II-11) : Les caractéristiques des barrages alimentant le GUT.

Capacité
Cours Type du Année de mise Hauteur
Nom du barrage initiale
d’eau barrage en service (m)
(hm3 ) Destinati on

AEP Tlemcen +
Contreforts
Béni Bahdel Tafna 1944 63 55 irrigation périmètre
mu lti voutes
Maghnia

Contreforts
Mefrouche Ennechef 1963 15 26 AEP Tlemcen
mu lti voutes

AEP Tlemcen +
Sikkak Sikkak Terre 2004 27 45 irrigation périmètre
Henaya

Figure (II-20) : Position des trois barrages alimentant le GUT.

II-6-1-2/ Le s ressources en eau souterraines :

Les eaux souterraines jouent un rôle important dans l’approvisionnement en eau potable
du groupement urbain de Tlemcen car elles contribuent par une quantité importante par apport
aux autres ressources. Ces eaux sont stockées, en général, dans les Monts de Tlemcen au niveau
des formations karstiques qui représentent le principal massif entre la Méditerranée et les hautes
plaines Oranaises. Cette barre montagneuse (de 800 à 1400m d’altitude) culminant à 1843 m au
Djebel Tenouchfi domine largement au Nord des régions de plaines et de collines (plaine de
Maghnia, de Henaya, de Sidi Bel Abbes, plateau de Zenata, etc.). Ces eaux sont exploitées par
des forages de moyenne profondeur allant de 130 à 400 mètres.

Selon l’agence du basin hydrographique Oranie Chott-Chergui ces ressources en eau


souterraines sont évaluées à 30 Hm3 (Tableau (II-12)).

41
Chapitre II : Présentation de la zone d’étude

Tableau (II-12) : Recharge naturelle des Monts de Tlemcen

Superficie Epaisseur Volume (Hm3 ) Infiltration Recharge


Aquifère
(km2 ) aquifère (m) (mm) (Hm3 /an)
Monts de
Tlemcen 3000 450 30 20 27

La ressource souterraine actuellement exploitée est mobilisée par : 25 forages répartis sur
les communes représentées dans le tableau (II-13) et dont sont mentionnées les quantités
mobilisées et produites.
Tableau (II-13) : Ressource souterraine actuellement exploitée (DRE)

Volume
Débit Produit
Le lieu dit du Débit Expl. Jours de
Daira Commune Nom du forage Mobil. (m 3/mois)
forage (m3/jour) pompage
(m3/jour)

Minaret Minaret 1 728 777,6 25 19440


Bouhenak Bouhenak 1 037 1 037 25 25925
Mansourah Mansourah SP3 1 728 1 728 25 43200
Béni Boublène Béni Boublène 2 2 160 1 728 25 43200
Mansourah

Béni Mester BM2 1 900 2 592 25 64800


Béni Mester BM4 1 728 1 728 25 43200
Béni Mester BM5 2 160 1 728 25 43200
beni Mester Béni Mester SP2 2 592 2 592 25 64800
Béni Mester BM6 1 728 1 210 25 30250
BM1 BM1 1 728 1 296 25 32400
Birouana Birouana 1 1 728 1 296 25 32400
Hopital Hopital 432 432 25 10800
Benzerdjeb Benzerdjeb 2 851 172,8 25 4320
Tlemcen

Les oliviers Les oliviers 1 123 1 123 25 28075


Cdt Ferradj Cdt Ferradj 691 691 25 17275
Koudia Koudia 1 037 1 037 25 25925
Tlemcen Koudia Koudia 1 037 1 037 25 32400
Sidi Otmane Sidi Otmane 1 901 1 296 25 32400
Feddane Sebaa Feddane Sebaa 1 555 1 555 25 38875
Chetouane Chetouane 01 1 728 1 296 25 32400
C h etou ane

Chetouane 02 1 814 1 296 25 32400


Saf Saf Saf Saf 2 2 160 1 978,20 25 49455
Chetouane Saf Saf 3 2 722 1 814,40 25 45360
Ouzidan Ouzidan 2 592 2 419,20 25 60480
Aïn El Houtz Aïn El Houtz 5 184 1 814,40 25 45360
Total
47 303 35 933.6 898340

II-6-2/ les ressources non conventionnelles :

II-6-2-1/ Le dessalement :

En raison de la balance déficitaire qui caractérise non seulement le GUT, il s’est avéré
nécessaire de chercher des nouvelles ressources tout en veillant à la protection des ressources
existantes. Pour assurer l’alimentation en eau potable du GUT et certaines régions touchées par
la sécheresse, la wilaya de Tlemcen a opté pour le dessalement de l’eau de mer. Un programme

42
Chapitre II : Présentation de la zone d’étude

supplémentaire est en cours de réalisation pour renforcer le GUT à partir de la station de


dessalement d’eau de mer située au Nord-ouest de la wilaya (à Honaine, plage de Tafassout)
avec une capacité de 200000 m3 /j.

II-6-2-2/ Les eaux usées traitées :

Le traitement des eaux usées représente une composante essentielle de gestion intégrée et
durable des ressources en eau. Les impacts les plus importants peuvent être résumés comme suit:

 Amélioration de la situation écologique des systèmes hydrographiques ;


 Réduction des risques pour la santé ;
 Réutilisation des eaux usées traitées en tant que nouvelle ressource ;
 Amélioration de la qualité de l’eau dans les cours d’eau et ainsi que la mise à
disposition de ressources supplémentaires de meilleure qualité.

Les volumes des eaux usées, de la ville de Tlemcen, épurés par la station de Ain El Hout
sont présentés dans le tableau ci-après :

Tableau (II-14) : Caractéristiques de station d’épuration d’Ain El Hout

Station Date de Capacité Volume Type Affectation des


d’épuration X (m) Y (m) mise en service (Eq/ Hab) Epuré (m3 /j) d’épuration eaux épurées

(Ain El Hout) 132510 185790 2005 150 000 31 000 Boue Oued
activée Sikkak

43
Chapitre III: système d’évaluation et de planification WEAP

Chapitre III : SYSTEME D’EVALUATION ET

DE PLANIF ICATION WEAP

III-1 /Introduction
Le logiciel, WEAP est un outil de planification intégrée des ressources en eau pour
microordinateurs. Il fournit une structure compréhensive, flexible et d’utilisation facile
pour les analyses des politiques de l’eau. Il représente pour les professionnels de l'eau un
ajout très utile à leur boite à outils de modèles, de bases de données, de feuilles de calculs
et autres logiciels.

Le logiciel WEAP est utilisé pour la planification et l’exploitation de toutes les


ressources en eau que ce soit eau de pluie, eau de surface ou eau souterraine. C’est un
logiciel de modélisation hydrologique pour la gestion intégrée et durable des ressources
en eau

III-2 /Principaux objectifs du logiciel :


WEAP met l'évaluation des problèmes spécifiques de l'eau dans un cadre global. Il
intègre Plusieurs dimensions : entre les besoins et l'approvisionnement, entre la quantité et
la qualité de l'eau, et entre les objectifs de développement économique et les contraintes
environnementales (Tutoriel WEAP, 2008).

Les objectifs de ce système d'évaluation et de planification de l'eau (WEAP) sont :

 d’incorporer ces dimensions dans un outil pratique pour des ressources en eau
avec des projections futures ;
 d’examiner les stratégies alternatives de développement et de gestion de l'eau ;
 de fournir un système de base de données pour les demandes ou besoins en eau et
les informations de maintien d'approvisionnement ;
 de prévoir certaines situations des ressources en eau en simulant la demande, les
ressources exploitables, les écoulements et stockage, et les sources de pollutions,
les traitements et décharges ;
 d’analyser le développement socio-économique en évaluant une gamme complète
des options de développement et de gestion de l'eau, et en tenant compte des
utilisations multiples et concurrentes des systèmes aquatiques.

44
Chapitre III: système d’évaluation et de planification WEAP

III-3 /Développement de WEAP :

Le support fondamental de développement du logiciel de WEAP est fourni par


l’institue de l’Environnement de Stockholm (Stockholm Environnement Institute : SEI). Le
HEC American “Hydrologic Engineering Center of the US Army Corps of Engineers”
supporte le financement des ameliorations significatives.

Le WEAP est déjà utilisé dans divers pays, y compris les Etats-Unis, Mexique,
Brésil, Allemagne, Ghana, Burkina Faso, Kenya, Afrique du Sud, Mozambique, Egypte,
Israël, Oman, Asie centrale, Sri Lanka, Inde, Népal, Chine, Corée du Sud, et Thaïlande
(Tutoriel WEAP, 2008).

III-4 /Acquisition du logiciel :

Notons que le logiciel WEAP est téléchargeable sur le site : http://www.weap21.org.


Une version Démo du logiciel est accessible à tout le monde. Par contre, pour la version
fonctionnelle, il faut obtenir une licence d’utilisation ; d’activer le logiciel. Cette licence
d’utilisation est valable pour une durée déterminée, fixée par le SEI. A noter que le SEI peut
publier des travaux de modélisation sous WEAP et souhaite avoir une version de la présente
modélisation.

III-5/ L'Approche de WEAP :


Fonctionnant selon le principe de base du bilan d'équilibre de l'eau, WEAP est
applicable aux systèmes urbains et agricoles, aux sous bassins simples ou aux systèmes
complexes de bassins versants. D'ailleurs, WEAP permet d’adresser un éventail d'issues, par
exemple des analyses de la demande de conservation de l'eau, du droits de l'eau et des
priorités d'attribution, des simulations d'eaux souterraines et superficielles, des opérations de
réservoirs, de la génération hydroélectrique, cheminement de pollution, des conditions
d'écosystème, et des analyses économiques coûts - revenus.

L'analyse du système est représenté en termes de ses diverses sources


d'approvisionnement (par exemple rivières, sources, eaux souterraines, réservoirs); rejets,
collectes et équipements de traitement des eaux résiduaires; conditions d'écosystème,
demande en eau et génération de pollution. La structure de données et le niveau du détail
peuvent être facilement adaptés pour répondre aux exigences d'une analyse particulière, et
pour refléter les limites imposées par des données restreintes.

45
Chapitre III: système d’évaluation et de planification WEAP

Les applications de WEAP incluent généralement plusieurs étapes. La définition


d'étude fixe la période, les limites spatiales, les composants du système et la configuration du
problème. Les données courantes fournissent une image d'une demande en eau, des charges
de pollution, des ressources et des approvisionnements réels pour le système. Des ensembles
alternatifs de futures hypothèses sont basées sur les politiques, les coûts et les facteurs qui
affectent la demande, la pollution, l'approvisionnement et l'hydrologie. Des scénarios sont
construits se composant des ensembles alternatifs d'hypothèses ou de règles. En conclusion,
les scénarios sont évalués en ce qui concerne la suffisance de l'eau, les coûts et les profits, la
compatibilité avec les objectifs environnementaux, et la sensibilité à l'incertitude dans les
variables principales.

III-6/ Structure du Logiciel :

Notons que WEAP se possède cinq présentations principales : représentation


cartographique et graphique, affichage des données et des résultats, présentation des notes et
observations (Figure III-1). Ces affichages sont présentés par des icônes graphiques sur la
"barre d’affichage "située sur le côté gauche de l’écran de lancement. En cliquant sur l’une de
ces icônes, la présentation voulue sera affichée.

Figure (III-1): Les cinq affichages du Modèle Weap

a-Schéma :

C’est le point de commencement pour toutes les activités dans WEAP. Elle sert à créer,
éditer ou aussi ajouter des couches ArcView ou d’autres SIG standard de la zone d’étude
comme couche de fond. Ainsi, on peut accéder rapidement à l’analyse des données et à
l’affichage des résultats pour n'importe quel nœud en cliquant sur l'objet qui nous intéresse.

Les objets sont montrés dans la 2ème fenêtre gauche avec les signes conventionnels utilisés
(Figure (III-2)).
46
Chapitre III: système d’évaluation et de planification WEAP

Figure (III-2) : Fenêtre schématique de WEAP

b-Base de données :

C’est l'endroit pour la création des structures, du modèle et des suppositions de


données. Pour l’affichage des données, l'écran est divisé en quatre carreaux (Figure (III-3)) :

b1-Sur la partie supérieure : un lien hiérarchique (menu lien) est utilisé pour créer et
organiser des structures de données dans six états principaux : clé principale, sites de
demandes, hydrologie, approvisionnement et ressources, qualité de l’eau et d'autres
suppositions.

Par exemple, cliquer sur « site de demande» la branche lien du côté gauche de l'écran,
les données pour tous les emplacements de demande apparaissent sur le côté droit de l'écran.

b2-Sur la partie gauche inférieure : un schéma du secteur apparaît. En cliquant sur


l’élément qui apparaît sur le schéma, il sera accentué dans le lien et ses données seront
montrées dans les tables (de saisie de donnée) sur la partie droite. Quand on clique sur une
branche dans le lien, l'élément associé clignotera brièvement.

b3 -Sur la partie droite supérieure : une table de saisie de données apparaisse. Cette table
sert à écrire les expressions qui définissent les comptes courants, pour éditer des données et
pour créer le modèle des rapports. Au-dessus de ce tableau de saisie de données, il y a un
ensemble de boutons donnant l'accès aux différentes catégories de variables liées à chaque
branche.

47
Chapitre III: système d’évaluation et de planification WEAP

b4-Au dessus tableau de saisie de données , un cadre de résultats apparaît, il représente


graphiquement les données saisies dans la table de saisie de données. Sur le coté droit, il y a
un barre d’outil pour changer la forme du diagramme (couleurs, effets 3D, grilles, nombre de
positions décimales, etc.…).Notons que les données numériques peuvent être transférées
directement dans Microsoft Excel.

Figure (III- 3): Fenêtre basse de données

C- Présentation des résultats :

C’est le menu qui permet d’afficher de façon détaillé et flexible toutes les sort ies du
modèle , dans des diagrammes, des tables. Cette présentation peut montrer une grande variété
de diagrammes et de tables couvrant chaque aspect du système : demandes,
approvisionnement et chargements environnementaux. Les résultats peuvent être exportés
dans l’Excel.

Figure (III-4): Fenêtre des Résultats dans WEAP

48
Chapitre III: système d’évaluation et de planification WEAP

D- Schéma synoptique :

La représentation graphique est utilisée pour grouper l’ensemble des diagrammes

"Favoris" et les tables (créés dans le menu résultat). Avec cette représentation, on peut
examiner simultanément les différents aspects importants du système, tels que les demandes,
le niveau de stockage,…. Les graphes peuvent être copiés dans Word.

Figure (III- 5) : Fenêtre Schéma synoptique dans WEAP

e- Bloc Notes :

L'écran de notes est un outil simple de traitement de texte avec lequel on peut écrire
des informations documentaires et des références pour chaque branche du lien. On peut
importer les notes vers du texte Microsoft Word.

Figure (III-6): Fenêtre notes dans WEAP

III-7/Fonctionnement du logiciel :
Le logiciel WEAP fonctionne donc suivant cinq (5) étapes comme suite :

III-7-1/Créer une zone d’étude :


Dans cette partie, il s’agit de créer une carte de la zone d’étude. On peut utiliser des cartes

49
Chapitre III: système d’évaluation et de planification WEAP

traitées avec des logiciels de traitement cartographique (SIG) en particulier ArcWiev. Cette
carte va servir comme fond des dessins des éléments nécessaires pour pouvoir faire la
simulation tels que :Les emplacements urbains, les rivières, les sources d’eaux
souterraines, les réservoirs, les barrages les industries, les sites agricultures et les autres
types d’emplacement selon l’étude.

III-7-2/Créer les hypothèses clés et références :

Puisque le logiciel pourrait faire une simulation basée sur le calcul de la demande et
l’approvisionnement en eau, l'écoulement, l'infiltration, le stockage, et le traitement général de
pollution, la qualité de l'eau, etc.… il est donc primordial de créer la base de données avec les
différentes hypothèses clés et les différents scénarios.

III-7-2-1/Hypothèses clés :
Ce sont des variables définies par l’utilisateur du logiciel qui servent de clés
principales pour l’analyse. Dans notre cas d’étude, nous avons Cinque (5) hypothèses clés
servant comme données de base pour le logiciel à savoir :

- dotation domestique ;

- variation domestique ;

- dotation d’équipement ;

- variation agricole ;

-variation industrielle.

III-7-2-2/Références :
Il est nécessaire d’avoir une année ou une période de référence pour servir de base au
modèle. Toutes les données à utiliser doivent être comprises entre cette année et la période de
référence.

III-7-3/Proposer des Scénarios :


Notons que dans WEAP, les analyses se font selon des scénarios .Une analyse typique
dans WEAP est composé de trois étapes une année de compte courant choisie comme année
de référence du modèle dont on ajoute les données ou une période, un scénario de référence
établi à partir du compte courant et sert pour simuler l’évolution, probable du système sans
interposition, ou intervention et d’ autres scénarios pour évaluer les effets des changements
socioéconomiques, changements climatiques probables pour l’année ou projet futur.

50
Chapitre III: système d’évaluation et de planification WEAP

Ces scenarios sont utilisés pour explorer le modèle avec une large série de préoccupations,
telles que :

 Qu’arrive t-il si la croissance de population et le développement économique suivant


un certain changement?

 Qu’arrive t-il si des règles d'exploitation de réservoir sont changées?

 Qu’arrive t-il si des eaux souterraines sont plus optimalement exploitées?

 Qu’arrive t-il si la préservation de l'eau est imposée?

 Qu’arrive t-il si des conditions d'écosystème sont strictes?

 Qu’arrive t-il si de nouvelles sources de pollution de l'eau sont ajoutées?

 Qu’arrive t- il si un programme conjonctif d'utilisation est établi pour stocker l'eau de


surface excédentaire dans les couches aquifères souterra ines?

 Qu’arrive t-il si le changement de climat change la demande et la ressource?

III-7-4/Saisir les données :


Les données sont à saisir en cliquant sur la droite après avoir créer les éléments dans
la zone d’étude (placer les emplacements urbains, industriels, élevages,…..) ou en passant
dans le menu d’affichage de la base de données.

III-7-5 / Présenter les résultats :

Les résultats se présentent sous forme de graphes et (ou) de tableaux. On aura deux
résultats à comparer : les résultats de l’année de référence et de l’année de scénario de
changements climatiques.

III-8 / Données nécessaires :

Les données sont différentes suivant l’étude que l’on veut réaliser.

II-8-1 / Etude de l’offre et de la demande en eau :

Pour l’étude de l’offre et de la demande ou l’étude de l’approvisionnement en eau, les


principales données nécessaires sont la quantité d’eau domestique utilisée, la quantité d’eau
utilisée pour l’irrigation, la quantité d’eau utilisée pour l’élevage, les nombres ou effectifs
d’utilisateurs (population, bétails,…), la surface cultivée, les précipitations,
l’évapotranspiration, les débits.

51
Chapitre III: système d’évaluation et de planification WEAP

Ces données supposées englobant d’une part, les ressources en eau et d’autre part, les
principaux usagers de l’eau, nous permettent de faire une modélisation simple de la gestion de
l’eau, l’établissement des priorités à l’attribution de demande. La prise en compte des données
sur les autres utilisateurs comme l’industrie, l’exploitation minière, le tourisme et autres rend
la modélisation plus proche de la réalité.

III-8-2/ Etude de la qualité de l’eau :

Dans cette étude, on peut modeler les polluants en les classant en deux types : polluants
conservateurs et polluants non conservateurs. Un polluant est dit conservateur s’il n’y a aucun
affaiblissement de ses constituants. Par contre, il est non conservateur si ses constituants se
délabrent selon une fonction d'affaiblissement exponentielle. Quand on fait la modélisation de
ce polluant, on saisit aussi les données sur le taux quotidien d’affaiblissement de l’élément
polluant à modeler. Les polluants conservateurs sont modelés par un bilan de matières simples
ou constituantes chimiques de l’eau. Par contre, plusieurs modèles peuvent être offerts pour
les polluants non conservateurs.

Le modèle nécessite des données entrantes sur la qualité de l'eau (de surface et
souterraine), des données sur la pollution pour l’emplacement de la demande (eaux usées
domestiques), des données sur les eaux usées par des usines et eaux résiduaires.

III-8-3 / Etude hydrologique :

Dans ce module, WEAP permet de faire :

- la modélisation de captage par le modèle d'écoulement et de précipitations ou par le modèle


d’humidité du sol ;

- la simulation sur l'interaction d’eau de surface - eaux souterraines Les données nécessaires
sont surtout des données climatiques comme l’évapotranspiration potentielle ou réelle
(ETP/ETR), précipitations (P), écoulement (R) ou débit (Q), humidité (H), infiltration (I).

A noter que dans le logiciel, il existe déjà un modèle nommé « Méthode de l’année
hydrologique » qui permet de faire une simulation de l’effet du changement climatique sur les
ressources en eau.

III-8-4 /Etudes hydro-électriques :

WEAP peut modeler aussi la production d'énergie mais dans la zone d’étude nous n’avons pas
recensé aucun usage hydro-électrique.

52
Chapitre IV : Application du modèle weap a la gestion quantitative de la ressource en eau de la ville de Tlemcen

Chapitre IV : APPLICATION DU MODELE WEAP A LA


GESTION QUANTITATIVE DE LA RESSOURCE EN EAU DE
LA VILLE DE TLEMCEN

IV-1/Introduction :
La gestion intégrée des ressources en eau nécessite la connaissance de la situation
actuelle et à venir des ressources existantes. Pour ceci on a choisi comme méthode d’approche du
modèle WEAP (Water Evaluation And Planning System) afin de modéliser les ressources et les
besoins en eau de la ville de Tlemcen en vue d’une gestion intégrée et durable de ces ressources
en eau.

Les résultats de notre application sont basés sur la simulation d’un ensemble
d’hypothèses de planification qui visent à équilibrer le bilan hydrique dans la région, en mettant
en œuvre plusieurs variantes ou scenarios.

 Equilibre avec la planification actuelle;


 Equilibre avec des planifications projetées.

Rappelons que WEAP est un instrument de planification efficace pour la maîtrise de


l’offre et la demande en eau. C’est ainsi que la maîtrise des ressources et des besoins en eau
visent à assurer :

 Une affectation optimale ;


 Une meilleure intégration des aménagements hydrauliques ;
 Une bonne coordination des différents acteurs de l’eau.

IV-2 / Modélisation par WEAP :


L’application du modèle de planification intégrée de la ressource en eau (WEAP),
consiste à mettre en œuvre les étapes de base ci-après :

IV-2-1 / Cartographie :

IV-2-1-1/Création du modèle :
Notons que dans WEAP, il existe déjà la carte du monde où on peut choisir et créer la
zone d’étude. (Figure (IV-1)). En sélectionnant la Région de TLEMCEN puis on ajoute la

53
Chapitre IV : Application du modèle weap a la gestion quantitative de la ressource en eau de la ville de Tlemcen

limite du bassin versant (Figure (IV-2)) ensuite le réseau hydrographique sous fichier
cartographique comme couche de fond.

Figure (IV-1) : Carte du Monde

Figure (IV-2): Carte du bassin versant de TLEMCEN avec les réseaux hydrographiques

IV-2-1-2/ Réglage des paramètres généraux :

Dans cette partie, les paramètres année et période d’étude, paramètres et unités de temps
devraient être réglées Figure (IV-3) , nous limitons l’année de comptes courants entre
2011–2030 pour toutes informations sur le système (sites de demandes, données
d'approvisionnement,…).

54
Chapitre IV : Application du modèle weap a la gestion quantitative de la ressource en eau de la ville de Tlemcen

Figure (IV-3) : Paramètres de temps et d’unités

IV-2-1-3/ Implantation des éléments nécessaires dans le modèle :


L’ensemble des éléments du projet seront dessinés sur le fond topographique. Ces éléments se
composent des cours d’eau, les sites de demande en eau, les ressources en eau, et des
connexions d’alimentation et de rejet. Et on saisit les données nécessaires pour chaque
utilisateur en cliquant droit sur les emplacements numérisés.

Figure (IV-4) : Implantation des éléments du projet sur le fond topographique

IV-2-2/ Saisie des données :

IV-2-2-1/Création des hypothèses clés :

Cinq ((5) hypothèses principales sont créées Figure (IV-5)


 dotation domestique ;
 variation domestique ;

55
Chapitre IV : Application du modèle weap a la gestion quantitative de la ressource en eau de la ville de Tlemcen

 dotation d’équipement ;
 variation agricole ;
 variation industrielle ;

Les hypothèses clés

Figure (IV-5): Fenêtre montrant les hypothèses clés

IV-2-2-2/ Saisie des éléments d’affichage cartographique : Les sites de demandes (les
utilisateurs d’eau) :

Avec un clic droit sur l’un des éléments des sites de demandes implantées dans la carte
de la zone, une fenêtre de dialogue apparaît avec tous les détails des informations nécessaires.
En cliquant sur l’un de ces informations nécessaires, on peut passer directement dans
l’affichage de la base des données puis faire la saisie des données
Les informations concernant les sites de demandes sont :

 Le niveau d’activité annuelle qui détermine la demande tel que la surface agricole, le
nombre d’usagers de l’eau pour des motifs domestiques ou industriels ;
 La consommation annuelle ou le niveau de consommation d’eau par unité d’activités ;
 La variation mensuelle ou la part mensuelle de la demande annuelle ;
 Le taux de consommation ou le pourcentage du débit d’entrée consommé.

Les informations au niveau des sites de demandes sont représentées comme suit :
a- Groupement urbain de Tlemcen :
Les données relatives à la population et nécessaires à la simulation de la demande en eau
sont regroupés dans le tableau (V-1), ci-après.

56
Chapitre IV : Application du modèle weap a la gestion quantitative de la ressource en eau de la ville de Tlemcen

Tableau (IV-1) : Demande en eau (2011) du groupe urbain de Tlemcen.

Consommation D’eau annuelle

d’activité annuelle

Perte d’eau dans


d’accroissement
Agglomération

De population)

le système(%)
Niveau (Hm3 /an)
Année

Taux

(%)
(Nombre Vari ation monsuelle Equi pement
(20 %
Domesti que Industrie
x Besoin
domesti que)

Tlemcen 143121 0.7 Jan-fev-mar-oct-nov-dec 7% 9.403 1.534 3.103167


Avr-sept 8%
2011 Chetouane 46973 3.1 May 9% 3.086 0.469 3.790434 40
Juin11%
Mansourah 48134 3.38 Juil 12% 3.201 0.477 0.000036
Aout 10%

Figure (IV-6) : Données relatives à la population d’un site de demande

b- Périmètres irriguées :
Dans notre cas les surfaces irriguées sont représentées par le périmètre d’Henaya. Les
données relatives aux périmètres agricoles et nécessaires à la simulation de la demande en eau
sont regroupées dans le tableau (IV-2), ci-après.

Tableau (IV-2) : Données relatives au périmètre Hennaya

Périmètres irriguées Consommation D’eau annuelle


Superficie (ha)
(Hm3 /an)

Hennaya 912 10.95

57
Chapitre IV : Application du modèle weap a la gestion quantitative de la ressource en eau de la ville de Tlemcen

Figure (IV-7) : niveau d’activité du périmètre de Hennaya

c-Ressources d’approvisionnement en eau :

Les différentes ressources en eau superficielles et souterraines ainsi que leurs


adductions, ayant trait à l’alimentation du groupement urbain de Tlemcen et à l’irrigation,
sont représentées dans ce qui suit:

- Les eaux superficielles :


Les données des barrages relatives à la simulation par le modèle WEAP concernent la
capacité de stockage, l’évaporation nette et les courbes caractéristiques hauteurs-volumes
stockés et hauteurs-surfaces inondées. Le modèle WEAP permet la représentation individuelle
de ces données sous forme tabulaire ou graphique, comme le montrent les tableaux et les figures
ci-dessous. Notons que les différentes données des réservoirs étaient collectées à partir de
l’agence nationale des barrages et des transferts (ANBT).

Tableau (IV-3) : Capacités de stockage des trois barrages

Béni Bahdel Mefrouche Sikkak

Capacité de Stockage Stockage Stockage


stockage(Hm3 ) Capacité de Capacité de
initial(Hm3 ) initial(Hm3 ) initial(Hm3 )
stockage(Hm3 ) stockage(Hm3 )
(2011) (2011) (2011) (2011)

54 26,47 15 5 27 22,46

58
Chapitre IV : Application du modèle weap a la gestion quantitative de la ressource en eau de la ville de Tlemcen

Tableau (IV-4) : les débits mensuels entrants et l’évaporation nette des trois barrages.
(ANBT)

Béni Bahdel Mefrouche Sikkak


mois ETP nette ETP nette Q ETP nette
Q (m3 /s) 3
Q (m3 /s)
(mm) (mm) (m /s) (mm)
Janvier -16,325 0,3700 -39,8 0,4927 -13,8 0,8178
Février -12,0975 0,5618 -44,1 0,7585 -18,4 1,2000
Mars -6,82 1,2263 -33,1 0,7150 15,2 1,7883
Avril 14,695 0,4361 23,0 0,3000 58,2 1,1108
Mai 67,9575 0,3663 67,1 0,2292 90,4 0,6974
Juin 118,25 0,1665 150,0 0,0966 151,3 0,2517
Juillet 168,7375 0,0208 196,4 0,0942 192,5 0,1574
Aout 141,3625 0,0018 183,6 0,0606 179,7 0,0944
Septembre 111,15 0,2180 131,1 0,0901 129,6 0,2798
Octobre 53,2075 0,0480 42,5 0,0738 57,1 0,3453
Novembre 6,98 0,1124 -20,8 0,1449 0,8 0,5110
Décembre -30,5675 0,2191 -39,1 0,1915 -18,3 0,7730

Figure (IV-8) : Débit mensuel entrant dans la cuvette des trois barrages

59
Chapitre IV : Application du modèle weap a la gestion quantitative de la ressource en eau de la ville de Tlemcen

Figure (IV-9) : Evaporation nette au niveau des trois barrages.

Tableau (IV-5) : les caractéristiques de la cuvette des trois barrages (ANBT).

Béni Bahdel Mefrouche Sikkak


Altitude V S (ha) Altitude V S (ha) Altitude V S (ha)
(m) (m3 ) (m) (m3 ) (m) (m3 )
621,94 0,00 0,00 1104,00 0,00 0,00 186,78 0,00 0,00
622,00 0,03 0,00 1104,59 145000 3,78 187,00 100000 6
623,00 422,69 0,55 1106,80 480000 14,62 188,00 250000 8
624,00 183363,12 34,83 1112,13 3390000 56,14 190,00 500000 15
625,00 589568,01 45,32 1114,10 4270000 76,99 192,00 950000 17
627,00 1685197,75 63,89 1115,00 5070000 87,50 195,00 1600000 33
630,00 4009364,44 92,18 1116,21 6080000 102,61 197,00 2400000 42
632,00 6047705,69 110,73 1117,22 8340000 116,08 200,00 3700000 58
635,00 9808143,95 141,17 1118,72 9350000 137,53 202,00 5250000 68
637,00 12845250,63 162,58 1120,47 12200000 164,73 205,00 7500000 87
640,00 18216934,99 195,26 1121,72 14100000 183,85 207,00 9300000 104
642,00 22329660,06 216,15 1122,00 15000000 189,00 210,00 13000000 132
645,00 29305503,60 249,26 1124,50 17000000 235,00 212,00 16000000 149,50
647,00 34534458,15 273,81 1125,00 17300000 244,20 215,00 23000000 180
650,00 43301107,64 310,42 218,00 27000000 206,70
652,00 49772976,81 336,92 220,40 34000000 235
653,00 53213827,59 351,30 222,80 37500000 255
654,00 56804319,60 366,83 225,30 41150000 275,83

60
Chapitre IV : Application du modèle weap a la gestion quantitative de la ressource en eau de la ville de Tlemcen

Figure (IV-10) : Courbe « volume – altitude » du réservoir de sikkak.


-Les eaux souterraines :
Les eaux souterraines servant à l’alimentation du groupement urbain de Tlemcen et à
l’irrigation sont représenté par la nappe des monts de Tlemcen. Les données nécessaires à la
simulation, par le modèle WEAP, sont :
 La capacité de stockage de l’aquifère ;
 Le volume initial au début du calcul ;
 Le prélèvement maximal à partir de la nappe ;
 La recharge naturelle de la nappe.

Tableau (IV-6) : Caractéristiques de la ressource souterraine (ABHOCC).

Capacité Prélèvement
de maximal Recharge naturelle
Ressource stockage (Débit mobilisé)
(Hm3 ) l/s Hm3 /mois Hm3 /mois Hm3 /an

Mont de Tlemcen 30 346,58 1,182575 2,25 27

- Station d’épuration :
Les valeurs de débits et de charges polluantes en fin de réseau de collecte retenues et
déterminant la capacité de traitement de la station d’épuration du groupement urbain de
Tlemcen selon L’ONA sont :

61
Chapitre IV : Application du modèle weap a la gestion quantitative de la ressource en eau de la ville de Tlemcen

Tableau (IV-7) : Pollution générée par GUT à la station d’épuration d’Ain El-Hout (ONA).

Effluent entrée Effl uent sortie


mois DBO5 DCO MES O2 DBO5 DCO MES O2
(mg/l) (mg/l) (mg/l) (mg/l) (mg/l) (mg/l) (mg/l) (mg/l)
janvier 815 802 691 0,438 22 22 8 6
février 778 797 655 0,65 20,38 21 9 6
mars 594 580 673 0,438 6 6 10 5
Avril 504 369,23 627 0,594 12,5 9 9 6
Mai 563 569,23 727 0,422 18 17 5 5
Juin 593 592 800 0,388 22 22 9 5
Juillet 615 600 832 0,422 28 28 10 4,4
Aout 370,37 362 682 0,6 22 21 10 5,2
Septembre 437 580 623 0,411 16 16 6,76 5
Octobre 519 515 573 0,9 13 12,5 6 5,4
Novembre 600 600 641 0,6 10 10 6,76 5,4
décembre 585 598 686 0,633 9 9 6 5,833

Le tableau ci-dessous présente les caractéristiques de la station d’épuration d’Ain El


Hout :
Tableau (IV-8) : les caractéristiques de station d’épuration d’Ain El Hout (ONA).
Année Mise Capacité d’épuration Débit moyen Débit moyen
Station d’épuration
en service (Eq/Hab) reçu (m3 /j) épuré (m3 /j)

Ain El Hout 2005 150000 31018 9454

IV-3-Analyse des scénarios de gestion par le modèle WEAP :


L’évaluation de l’impact des principaux facteurs, en vue d’une approche intégrée du
développement de l’approvisionnement en eau dans le contexte de la demande en eau, de sa
qualité et la préservation des écosystèmes, est entrevue à travers la création de scénarios ou
variantes dans le modèle WEAP. Ces scénarios sont élaborés par l’introduction d’expressions
mathématiques sous formes d’hypothèses clés traduisant les différents cas de figures à examiner.
(Mehdi, 2010).

Rappelons que l’année « Compte actuel ou initial » sert d’année de base pour le
programme. La variante de « Référence » représente une évolution simulée sans aucune
influence à partir de l’année « Comptes actuels » (Mehdi, 2010).

62
Chapitre IV : Application du modèle weap a la gestion quantitative de la ressource en eau de la ville de Tlemcen

Notons que de nombreuses variantes peuvent être créées et simulées par l’introduction
des modifications sur la variante de « Référence » pour évaluer les effets dus aux changements
des règles et technologies de gestion.

C’est dans ce but que dans notre travail nous avons établi les scénarios suivants:

1. Variante de référence ;
2. Scénario d'accroissement élevé de la population ;
3. scénario méthode de l’année hydrologique ;
4. Scénario croissance élevé de la population et climat variable;
5. Scénario augmentation des ressources : dessalement ;
6. scénarios changement des priorités de la demande ;
7. scénarios la diminution des pertes.

VI-3-1/Création de scénario de référence :

Le scénario de référence est un scénario hérité du compte courant. Il faut changer


sa description pour refléter son rôle réel. Pour cela, quelques valeurs déjà activées dans le
compte courant devraient être changées (Figure (IV- 11)).
Il décrit la situation et l’évolution tendancielle des ressources et de la demande en eau à
partir de l’année des comptes (année 2011) jusqu’en 2030, et ceci sans aucune influence.

Figure (IV-11): Scénario de référence

Rappelons que l’évolution de la demande en eau dépend de la taille des éléments


consommateurs d’eau (population, industrie, irrigation, etc.), de leur taux de croissance ou de
développement et de leur dotation journalière. La figure (IV-12), ci-après, montre l’évolution

de la demande en eau des déférents secteurs (domestique, industriel et irrigation). Quand à la


figure (IV-13), elle montre la répartition mensuelle de cette demande en l’an 2030.

63
Chapitre IV : Application du modèle weap a la gestion quantitative de la ressource en eau de la ville de Tlemcen

Notons que l’approvisionnement des demandes dans ce scénario suit l’ordre de priorité
suivant : les besoins domestique en 1ère priorité, l’industrie Priorité 2 et l’irrigation en 3 ème
position.

C’est ainsi que la demande en eau, en l’an 2030 par exemple, s’élève à 53.89 Hm3
répartie en 31.96 Hm3 pour le groupement urbain de Tlemcen, 10.98 Hm3 pour l’industrie et
10.95Hm3 pour l’irrigation.

La répartition mensuelle de la demande en eau montre qu’elle est maximale au mois


de juillet 6.56 Hm3 . Elle atteint 3.22 Hm3 pour le groupement urbain de Tlemcen, 0.81 Hm3
pour l’industrie et 2.52 Hm3 pour l’irrigation, en l’an 2030.
Demande en eau (sans pertes, recycl., GSD)
Scénario: Ref erence, Tout month (12)
55 Perim etre Hennaya
Indus trie
50 GUT

45

40

35
Million Mètre cube

30

25

20

15

10

0
2011 2012 2013 2014 2015 2017 2018 2019 2020 2021 2022 2023 2024 2025 2027 2028 2029 2030

Figure (IV-12) : Demande en eau annuelle des sites de demande en 2030 dans le Scénario de
référence (2011-2030).

Demande en eau (sans pertes, recycl., GSD)


Scénario: Ref erence, Monthly Average
Perim etre Hennaya
6,500
Indus trie
GUT
6,000

5,500

5,000

4,500

4,000
Mille Mètre cube

3,500

3,000

2,500

2,000

1,500

1,000

500

0
Janv ier Fév rier Mars Av ril Mai Juin Juillet Août Septembre Nov embre

Figure (IV-13) : Demande en eau mensuelle des sites de demande en 2030 dans le Scénario
de référence (2011-2030).

64
Chapitre IV : Application du modèle weap a la gestion quantitative de la ressource en eau de la ville de Tlemcen

La figure (IV-14) présente le taux de recouvrement de la demande en eau au mois de


juillet des défférents secteurs. Quand à la figure (IV-15), elle présente la demande non satisfaite.
C’est ainsi que, le taux de recouvrement dimunie de 100% , en 2011, jusqu’à 26.16% en 2030
pour le groupement urbain de Tlemcen et à 0 % pour l’industrie et 9.56 % pour l’agriculture Le
déficit, représenté par la demande non satisfaite, atteint les 12.73 Hm3 pour l’ensemble du
groupement , 8.53 Hm3 pour l’industrie et 8.80 Hm3 pour l’irrigation en l’an 2030.

Recouvrement du site de demande (% satisfaction)


Scénario: Reference, month: Juillet
GUT
Industrie
Perimetre Hennaya
100
95
90
85
80
75
70
65
60
Pourcent

55
50
45
40
35
30
25
20
15
10
5
0
Juil Juil Juil Juil Juil Juil Juil Juil Juil Juil Juil Juil Juil Juil Juil Juil Juil Juil Juil Juil
2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022 2023 2024 2025 2026 2027 2028 2029 2030

Figure (IV-14) : Taux de recouvrement de la demande en eau des differents secteurs au mois
de juillet dans le scénario de référence (2011-2030).
Demande non satisfaite
Scénario: Reference, Tout month (12)

30
Perimetre Hennaya
Industrie
28 GUT

26

24

22

20
Million Mètre cube

18

16

14

12

10

0
2011 2012 2013 2014 2015 2017 2018 2019 2020 2021 2022 2023 2024 2025 2027 2028 2029 2030

Figure (IV-15) : Demande non satisfaite des différents secteurs.

65
Chapitre IV : Application du modèle weap a la gestion quantitative de la ressource en eau de la ville de Tlemcen

La figure (IV-16) présente la répartition mensuelle des débits à travers les liaisons de
transmission durant 2030. C’est ainsi qu’au mois de juin par exemple, le groupement urbain
reçoit 5.86 Hm3 . Cette quantité est répartié comme suit la quantité d’eau est répartié comme
suit : 0.60 Hm3 venant du nappe du monts de tlemcen, 1.18 Hm3 venant de barrage Mefrouche et
4.08 Hm3 venant de barrage Beni Behdel, ceci montre que le barrage Beni Behdel couvre la
grande partie des besoins du groupement urbain de Tlemcen.

Débits dans la liaison de transmission


Scénario: Reference, Monthly Average, SélectionnéLiaison de transmission (4/12)
6.0 Débit vers GUT
Débit entrant venant de Nappe des monts de Tlemcen
5.0 Débit entrant venant de Barrage Sekkak
Débit entrant venant de Barrage Mefrouche
4.0 Débit entrant venant de Barrage Beni Behdel
3.0

2.0
Million Mètre cube

1.0

0.0

-1.0

-2.0

-3.0

-4.0

-5.0

-6.0
Janv ier Fév rier Mars Av ril Mai Juin Juillet Août Septembre Nov embre

Figure (IV-16) : Débits entrants mensuels au groupement urbain de Tlemcen en 2030


Dans le scénario de référence (2011-2030)

La figure (V-17) présente les débits mensuels entrant dans les trois barrages. Il est très
important au mois de Mars. Le débit entrant dans le barrage de Sikkak est de l’ordre de
4,79Hm3 , celui entrant dans le barrage de Béni Bahdel est de 3,28 Hm3 et celui entrant dans le
barrage de Mefrouche est de 1,92 Hm3 .

Figure (IV-17) : Débits entrants aux différentes barrages en 2030 dans


Le scénario de référence (2011-2030)

66
Chapitre IV : Application du modèle weap a la gestion quantitative de la ressource en eau de la ville de Tlemcen

La figure (V-18) présente les débits entrant et sortant au barrage sikkak. Elle montre
que le « overflow » ou débordement (couleur mauve) est faible lorsque la ressource est mieux
exploitée.
Retenue: débits entrant et sortant
Scénario: Reference, Tout month (12), Retenue: Barrage Sekkak
Net Evaporation and Local Reservoir Overflow
25
Increase in Storage for Barrage Sekkak
Débit vers Industrie
20 Débit vers GUT
Débit entrantSystem-Wide
15 Decrease in Storage for Barrage Sekkak

10
Million Mètre cube

-5

-10

-15

-20

2015 2020 2025 2030

Figure (V-18) : Débit entrant et sortant au barrage Sekkak dans le scénario de référence
(2011-2030).

La figure (V-19) présente le bilan des quantités d’eau (entrant et sortant) de la nappe
des Monts de Tlemcen, elle montre que la ressource souterraine est faiblement exploitée : Le
débordement reste important.

Figure (V-19) : Débit entrant et sortant dans l’aquifère dans le scénario de référence
(2011-2030).

A partir de ce scénario de référence on conclue que la demande en eau du groupement


urbain de Tlemcen ne cesse d’augmenter, et les ressources mobilisées actuellement n’arrivent

67
Chapitre IV : Application du modèle weap a la gestion quantitative de la ressource en eau de la ville de Tlemcen

pas à satisfaire la demande à moyen et à long terme. Devant une telle situation, nous serons dans
l’obligation de prévoir la mobilisation d’autres ressources en eau et de chercher des solutions
pour satisfaire les besoins en eau dans le GUT. Comme le scénario de référence ne tient pas
compte des projections planifiées de la ville, nous essayons de présenter et d’analyser dans ce qui
suit six (06) scénario de planification et de gestion des ressources en eau.

VI-3-2/Création d’un nouveau scénario pour modéliser l’impact du taux de


croissance élevé de la population
Un nouveau scénario devrait être créé pour évaluer l’impact d’un taux de croissance
plus élevé pour la période 2011-2030. Pour évaluer et comparer le taux de croissance de la
population si le taux de croissance augmente. On a un scénario « croissance élevée de la
population» (Figure (IV- 20)).

La figure (IV-20) présente la demande en eau dans le scénario à forte accroissement de


population et celui de référence. Quand à la figure (IV-21) montre le déficit dans ces
scénarios. A cet effet nous supposons, dans ce scénario, un taux d’accroissement de la
population de 1 ,5%, au lieu de 0,7% pour la ville de Tlemcen, 4 ,3% au lieu de 3,38 pour
Mansourah et 3 ,7% au lieu de 3,1% pour Chetouane dans celui de référence.

Notons que la demande en eau croit substantiellement. Ceci due à l’augmentation du


taux d’accroissement de la population, elle atteint en l’an 2030: 37.83 Hm3 pour le groupement
urbain de Tlemcen au lieu de 31.96 Hm3 pour le scénarios de référence..

Demande en eau (sans pertes, recycl., GSD)


Tout month (12)
Reference
Taux de croissance élevé de la population
38
36
34
32
30
28
26
Million Mètre cube

24
22
20
18
16
14
12
10
8
6
4
2
0
2011 2013 2015 2017 2019 2021 2023 2025 2027 2030

Figure (IV-20) : Projection de la demande en eau du groupement urbain 2011-2030


de Tlemcen dans les deux scénarios : référence et taux d’accroissement élevé.

68
Chapitre IV : Application du modèle weap a la gestion quantitative de la ressource en eau de la ville de Tlemcen

Figure (IV-21) : Projection de la demande non satisfaite dans le scénario


« Fort accroissement de population » 2011-2030

Le déficit, représenté par la demande non satisfaite, atteint les 40.16 Hm3 pour l’ensemble
du groupement contre 30.06 Hm3 pour le scénarios de référence

IV-3-3/Création du scénario « Méthode de l’année hydrologique » :

Le but est de définir différents régimes climatiques (très sec, sec, humide, très humide,
normale,….) et de comparer avec une année normale en donnant une valeur entre 0.7 à 1.45 à
chaque type de climat. La valeur 1 pour une année normale, une valeur inférieure à 1 pour
année sèche et une valeur supérieure à 1 pour année humide.
a-Définition de chaque type de climat
Le logiciel de simulation ne reconnaît que des valeurs numériques. Chaque type de
climat doit porter une valeur numérique pour que le logiciel puisse faire la modélisation. Le
tableau ci-après (Tableau (IV-9)) présente les coefficients utilisés pour les différents types de
climat. La figure (III-22) présente la fenêtre de saisie de donnée du scénario « méthode de
l’année hydrologique ».

Tableau (IV-9): Définitions des types de climats (RAKOTONDRABE Felaniaina 2007)

Types de l’année Très sec sec Normal humide Très humide

Chiffre correspondant 0.7 0.8 1 1.3 1.45

69
Chapitre IV : Application du modèle weap a la gestion quantitative de la ressource en eau de la ville de Tlemcen

Figure (IV-22) : Fenêtre « Méthode de l’année hydrologique »

b-Créer la séquence de l’Année Hydrologique :

L’étape suivante de l’utilisation de la « Méthode de l’année Hydrologique » est la


création d’une séquence de variations climatiques pour la période d’étude.
Pour chaque année de la période est assigné une des catégories du climat (exp. Humide). Pour
le scénario nous allons considérer la séquence suivante :(Tableau IV-10 ; Figure IV-2 3)

Tableau (IV-10) : Répartition des types d’années

Année Type d’année


hydrologique

2011-201 3 Normal
2014-2015 Très sec
2016-2017 Humide
2018-2019 Normal
2020-2021 Sec
2022-2023 Très humide
2024-2025 Normal
2026-2027 Humide
2028 Normal
2029-2030 Sec

70
Chapitre IV : Application du modèle weap a la gestion quantitative de la ressource en eau de la ville de Tlemcen

Figure (IV-23): Fenêtre « Méthode de l'année hydrologique » avec la séquence


des types d’année.

La figure (IV-24) montre que la « Demande non Satisfaite » varie parallèlement aux
variations climatiques futures. Durant les années humides ou plus humides ou il ya une
augmentation des précipitations, la demande non satisfaite est faible. L’opposé s’installe
durant les années sèches à très sèches, où les précipitations sont faibles et le déficit est plus
important Il atteint en l’an 2030 : 38.85 Hm 3 pour le groupement urbain de Tlemcen
contre30.06Hm 3 pour le scénario de référence. C’est ainsi qu’un faible changement
climatique, influe directement sur l’approvisionnement en eau.
Demande non satisfaite
Tout Site de demande (4), Tout month (12)
Méthode de l'année hydrologique
Reference
40

35

30
Million Mètre cube

25

20

15

10

0
2011 2013 2015 2017 2019 2021 2023 2025 2027 2029

Figure (IV-24) : Projection de la demande non satisfaite dans le scénario


« Méthode de l’année hydrologique » 2011-2030

71
Chapitre IV : Application du modèle weap a la gestion quantitative de la ressource en eau de la ville de Tlemcen

La figure (IV-25) montre que la quantité d’eau distribuée pour approvisionner en l’an
2030 passe de 59 ,75 Hm3 pour le scénario de référence et 50,96 Hm3 pour le scénario
méthode de l’année hydrologique.

Figure (IV-25) : Eau distribuée à partir des différentes sources dans les scénarios
« Méthode de l’année hydrologique » 2011-2030 .

IV-3-4-scénario taux de croissance élevé et variable climatique :

C’est un scénario hérité de la méthode de l’année hydrologique son but est de pouvoir
comparer les résultats et de voir l’évolution de l’offre et la demande. La figure (IV-26) montre
que la quantité d’eau distribuée en l’an 2030 passe de 59.79 Hm3 pour le scénario de référence
à 51.05 Hm3 pour le scénario méthode de l’année hydrologique et 50.62 Hm3 pour le scénario
croissance élevé de population et climat variable
Eau distribuée
Tout Site de demande (3), Tout month (12), Tout Source (15)
Méthode de l'année hydrologique
Reference
80 Taux d'acroissance élevé et climat variable
75
70
65
60
55
Million Mètre cube

50
45
40
35
30
25
20
15
10
5
0
2011 2013 2015 2017 2019 2021 2023 2025 2027 2029

Figure (V-26) : Eau distribuée à partir des différentes sources dans les scénarios
« Fort accroissement de population, climat variable » 2011-2030
72
Chapitre IV : Application du modèle weap a la gestion quantitative de la ressource en eau de la ville de Tlemcen

La figure (IV-27) montre que la demande non satisfaite varie parallèlement aux variations
Climatiques futures.
Lorsque le taux d’accroissance de population est élevé et le climat est variable. Le
déficit devient très important. Il atteint en l’an 2030 : 30.06 Hm3 pour le scénario Référence ;
38.85 Hm3 pour le scénario méthode de l’année hydrologique et 48.97 Hm3 pour le scénario
taux d’accroissance élevé et climat variable.

Demande non satisfaite


Tout Site de demande (3), Tout month (12)
Méthode de l'année hydrologique
Reference
50 Taux d'acroissance élevé et climat variable

45

40

35
Million Mètre cube

30

25

20

15

10

0
2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022 2023 2024 2025 2026 2027 2028 2029 2030

Figure (IV-27) : la demande non satisfaite dans le scénario


« Fort accroissement de population, climat variable» 2011-2030

Demande en eau (sans pertes, recycl., GSD)


Tout month (12)
Méthode de l'année hydrologique
Reference
Taux d'acroissance élevé et climat variable
35

30
Million Mètre cube

25

20

15

10

0
2011 2013 2015 2017 2019 2021 2023 2025 2027 2029

Figure (IV-28) : la demande en eau du groupement urbain 2011-2030


de Tlemcen dans les trois scénarios

73
Chapitre IV : Application du modèle weap a la gestion quantitative de la ressource en eau de la ville de Tlemcen

Cette figure montre que la demande en eau croit substantiellement. Elle atteint en l’an
2030 :37.83 Hm3 pour le scénario taux de croissance élevé de la populationpour le groupement
urbain de Tlemcen. Et 31.96 pour les scenarios méthode de l’année hydrologique et reference

IV-3-5- Scénario augmentation des ressources :

Pour augmenter les capacités de fourniture d’eau du GUT en introduisant la mise en


place d’une station de dessalement Honain , qui permettre l’accroissement de la production
d’eau avec un apport journalier de 60000 m3 /j.
Nous remarquons dans la figure (IV-29) que cet apport de 60000 m3 /j peut satisfaire
les besoins en eau du groupement urbain de Tlemcen jusqu’à 2030. C’est ainsi que le déficit en
2030 est 0 pour le scénario augmentation des ressources contre 12.73 Hm3 pour celui de
référence pour GUT

Demande non satisfaite


Site de demande: GUT, Tout month (12)
Reference
13.0 dessalement ajouté

12.0

11.0

10.0

9.0
Million Mètre cube

8.0

7.0

6.0

5.0

4.0

3.0

2.0

1.0

0.0
2011 2013 2015 2017 2019 2021 2023 2025 2027 2029

Figure (IV-29) : Projection de la demande non satisfaite dans le scénario


« Dessalement » 2011-2030 pour GUT

Quand à la figure (IV-30), elle présente le taux de recouvrement mensuel de la demande,


qui est de 100% jusqu’a l’an 2030 par contre il est de 26.76% au mois d’aout pour le scénario de
référence et de 100% au mois d’aout pour le scénario dessalement.

74
Chapitre IV : Application du modèle weap a la gestion quantitative de la ressource en eau de la ville de Tlemcen

Recouvrement du site de demande (% satisfaction)


Site de demande: GUT, Tout month (12)
Reference
dessalement ajouté
100

90

80

70

60
Pourcent

50

40

30

20

10

0
Jan Fév Mars Av r May Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc
2030 2030 2030 2030 2030 2030 2030 2030 2030 2030 2030 2030

Figure (IV-30) : Couverture mensuelle de la demande du groupement urbain de Tlemcen en


l’an 2030 dans le scénario « dessalement ».

IV-3-6/Scénario, changement des priorités de la demande


Ce scénario est hérité du scénario de « Référence », En, Changeant la priorité de la
demande du périmètre de Hennaya de 3 à 1

. Figure (IV-31) : Projection de la demande non satisfaite dans le scénario


« Changement des priorités de la demande » 2011-2030 pour GUT

Cette figure présente la demande non satisfaite dans le scénario changement des
priorités de la demande, nous remarquons que le déficit de l’agriculture augmente lorsque sa
priorité de demande est élevée de 3 à 1 il atteint la valeur de 16.40HM3 en l’an 2030 contre
12.73 HM3 au scénario de référence pour le GUT. Ceci est du au fait que l’agriculture
présente maintenant une certaine priorité pour satisfaire sa demande en premier lieu.

75
Chapitre IV : Application du modèle weap a la gestion quantitative de la ressource en eau de la ville de Tlemcen

Recouvrement du site de demande (% satisfaction)


Site de demande: GUT, Monthly Average
Reference
changement des priorités de la demande
100

90

80

70

60
Pourcent

50

40

30

20

10

0
Janv ier Mars Av ril Mai Juin Juillet Août Octobre Décembre

Figure (IV-32) : Couverture mensuelle de la demande du GUT en l’an 2030 dans le scénario
«Changement des priorités de la demande ».

Cette figure nous montre la variation mensuelle de la couverture de la demande pour le


GUT en 2030. C’est aussi qu’au mois d’aout la satisfaction de la demande est de 23.37%
dans ce scénario de changement des priorités contre 26.73% dans le scénario de référence.

IV-3-7/ Scénario : diminution des pertes :

L’hypothèse de ce scénario est basée sur la réduction des pertes dans les réseaux de 40
% à 20% et la réduction de la consommation d'eau de 20 % pour l’alimentation en eau
potable et l’irrigation, en changeant les techniques d’irrigation et en remplaçant les cultures
grandes consommatrices d’eau par des cultures peu consommatrices. La figure (IV-33)
montre la variation de la demande non satisfaite pour les deux scénarios de référence et de
diminution des pertes d’eau. On remarque que dans le scénario de diminution des pertes la
demande en eau est satisfaite jusqu’à 2030; alors que le déficit est de 12,73 Hm3 en 2030
pour le scénario de référence pour le GUT.

Figure (IV-33) : la demande non satisfaite dans le scénario« Diminution des pertes » 2011-
2030

76
Chapitre IV : Application du modèle weap a la gestion quantitative de la ressource en eau de la ville de Tlemcen

Le tableau si- après récapitule quelques résultats essentiels des différents scénarios simulé
dans cette étude pour l’année 2030

Tableau (IV-11) résultats essentiels des différents scenarios pour l’année 2030

paramètres scénarios
Scénario Scénario Scénario Scénario Scénario Scénario Scénario
1 2 3 4 5 6 7
Taux de satisfaction(%) de 69.94 59.84 61.15 51.03 100 62.11 100
la demande du GUT
Déficit total (Hm 3 ) 30.06 40.16 38.85 48.97 0 37.89 0

Déficit pour GUT (Hm 3 ) 12.73 18.47 16.31 23.81 0 16.40 0

Déficit pour l’industrie 8.53 10.96 11.12 13.37 0 10.40 0


(Hm 3 )
Déficit pour l’irrigation 8.8 10.74 11.42 11.78 0 11.09 0
(Hm 3 )

- Le scenario 1 correspond à celui de référence.


- Le scenario 2 correspond à celui d’accroissement élevé de la population.
- Le scenario 3 correspond à celui de la méthode de l’année hydrologique.
- Le scenario 4 correspond à celui d’accroissement élevé de la population et climat variable.
- Le scenario 5 correspond à celui de l’augmentation des ressources : dessalement.
- Le scenario 6 correspond à celui de changement de priorité de la demande.
- Le scenario 7 correspond à celui de la diminution des pertes.

D’après ce tableau on conclu que le scénario augmentation des ressources :( dessalement)


et celui de diminution des pertes permettent de satisfaire les besoins en eau du groupement
urbain de Tlemcen a 100% jusqu’à 2030 ainsi que le déficit est de 0% pour l’ensemble de
secteur (domestique, industrie et irrigation) contre un déficit total de 30.06 Hm 3 pour le
scénario de référence.

La diminution des pertes dans les réseaux et la réduction de la consommation d'eau


pour l’alimentation en eau potable et l’irrigation, (en changeant les techniques d’irrigation si
elles sont envisagées), sont les meilleures solutions pour permettent de satisfaire entièrement
la demande jusqu’à 2030

77
Chapitre v : Application du modèle QUA L2K a la gestion qualitative de la ressource en eau de la ville de
Tlemcen

Chapitre V :APPLICATION DU MODELE QUAL2K A LA


GESTION QUALITATIVE DE RESSOURCE EN EAU DE LA
VILLE DE TLEMCEN
V-1 /Introduction :
La qualité des rivières peut se dégradé en raison de pollutions industrielles importantes, de
pollutions diffuses d’origine essentiellement agricole ou d’un taux d’élimination de la
pollution domestiques encore insuffisante.

Les sources et les origines de pollutions sont ainsi diversifiées et éclatées.

L’enjeu premier en matière de qualité des eaux est de préserver la santé humaine ; la
préservation de la ressource en eau potable est à ce titre primordial. D’une façon générale, le
niveau de qualité recherché est apprécié en fonction des usages qui pèsent sur la ressource et
de la richesse des écosystèmes qui y sont liés.
Les modèles mathématiques sont une façon de décrire les relations entre les charges de
déchets et les plans d'eau et pour décrire la concentration de chaque contaminant.A cet égard,
les modèles de qualité de l'eau ont été utilisés comme un outil importantdans la gestion
qualitative des ressources en eau. Ces modèles sont capables de prédire les variations de la
qualité de l'eau dans un cours d’eau a long terme en les reliant à l'hydrologie, l’hydraulique.
Il ya beaucoup de modèles disponibles, mais le plus approprié est ce lui qui répond aux
objectifs de la recherche.

Dans cette étude nous avons utilisé le modèle QUAL2K pour modéliser la qualité de l’eau
d’un tronçon de cours d’eau Sekkak, depuis barrage Meffrouche jusqu’au barrage Sekkak.

V-2 / Les principaux descripteurs de qualité de l’eau :

Les principaux descripteurs de qualité de l’eau qui permettent d'évaluer la qualité de


l'eau et de détecter des altérations sont :

 La température :
C'est le facteur écologique le plus important, car elle conditionne la teneur en
oxygène dissous dans l'eau, ainsi le degré de saturation de l'eau en oxygène dissous est
inversement proportionnel à sa température.

La température influe sur l'activité des microorganis mes qui interviennent lors
des processus de biodégradation de la matière organique pour cela elle doit être

78
Chapitre v : Application du modèle QUA L2K a la gestion qualitative de la ressource en eau de la ville de
Tlemcen

contrôlée quotidiennement, et elle joue un rôle dans la solubilité des sels et surtout
des gaz. Dans les eaux de surface, sa variation dépend essentiellement des phénomènes
climatiques. La mesure de la température est indispensable pour le traitement ou
l'interprétation d'autres paramètres tel que : la saturation des gaz dissous et la mesure
du pH.
 Potentiel d'hydrogène (pH) :
C'est un paramètre chimique caractérisant l'acidité ou la basicité d'un milieu, Il
résulte de la composition ionique de l'eau. En théorie, le pH est défini comme le
cologarithme décimal de l'activité de l'ion H+, il dépend de la teneur en dioxyde de
carbone; c'est à dire une modification de CO2 (Respiration, photosynthèse, échange
air- océan) entraînera donc une modification du pH.
La valeur du pH qui conditionne un grand nombre d'équilibres physico-
chimiques, dépend de l'origine des eaux, de la nature géologique du lit et du bassin
versant.
En plus des processus physiques, chimiques, biologiques, l'accumulation de
matières organiques d'origine continentale et la contamination par des rejets urbains ou
industriels contribuent à la modification du pH naturel. En l'absence d'influences
externes, le pH est le reflet des équilibres entre les espèces chimiques majeures du
milieu [ZNASNI SOUMIA 2013].
Tableau (V-1): Classification des eaux d'après leur pH [GHALI F BOURAHLA 2009]
pH < 5 Acidité forte => présence d'acides minéraux ou organiques dans les eaux
naturelles
pH = 7 pH neutre
7 < pH < 8 Neutralité approchée => majorité des eaux de surface
5,5 < pH < 8 Majorité des eaux souterraines
pH>8 Alcalinité forte, évaporation intense

 Conductivité :
La conductivité mesure la capacité de l'eau à conduire le courant entre deux électrodes
métalliques. La plupart des matières dissoutes dans l'eau se trouvent sous forme d'ions chargés
électriquement. La mesure de la conductivité permet donc d'apprécier la quantité de sels
dissous dans l'eau.
Elle est également fonction de la température de l'eau : elle est plus importante lorsque la
température augmente. Les résultats de mesure doivent donc être présentés en termes de
conductivité équivalente à 20 ou 25°C, son unité de mesure et le (micro- siemens /cm).

 T u r bi dit é :
La mesure de la turbidité permet de préciser les informations visuelles sur l'eau. Elle
traduit la présence de particules en suspension et les matières colloïdales dans l'eau (débris
organiques, argiles, limons, grains de silice, organismes microscopiques...).

79
Chapitre v : Application du modèle QUA L2K a la gestion qualitative de la ressource en eau de la ville de
Tlemcen

La description d'une masse d'eau ne saurait être satisfaisante sans une référence à la
transparence du milieu, c'est à dire à la pénétration de la lumière.

 Matières en suspension (MES) :


En plus des substances dissoutes, l'eau contient des matières en suspension d'origines
minérales ou organiques, de nature biogénique, terrigène, éolienne ou météoriques. Elles
sont de dimensions très variables et comportent tous les composés ayant un diamè tre
supérieur à 0.45µm, elles peuvent être un indice de pollution.
Des teneurs élevées en matières en suspension réduisent la transparence de l'eau, la
pénétration de la lumière de ce fait la production primaire photosynthétique, ce qui va
diminuer l'oxygène dissous et limiter alors le développement de la vie aquatique en créant des
déséquilibres entre diverses espèces.
Aussi, e lles sont considérées comme des transporteurs importants des polluants,
fertilisants, toxiques et biologiques.
 Matières organiques ou oxydables :

Ces matières représentent l'ensemble des substances susceptibles de consommer


l'oxygène de l'eau. La plupart des matières organiques ne deviennent polluantes que
lorsqu'elles se retrouvent en excès dans le milieu. On distingue :

- Les matières organiques biodégradables qui se décomposent dans le milieu naturel,

- Les matières organiques non biodégradables (hydrocarbures).

Ces matières organiques d'origine industrielle ou urbaine affectent la qualité des cours
d'eau, elles traversent les stations d'épuration sans être altérés, résistent àl'autoépuration et se
retrouvent à l'état de traces dans les rivières. Outre la réduction d'oxygène dissous qu'ils
entraînent, certains confèrent aux eaux de consommation des propriétés irritantes parfois
toxiques ainsi qu'une odeur et un goût désagréables, et peuvent avoir une action nuisible sur
la flore bactérienne.

 La Demande Biochimique en Oxygène (DBO) :

Elle correspond à la quantité de dioxygène nécessaire aux micro-organismes aérobies de


l'eau pour oxyder et dégrader par voie biochimique les matières organiques
biodégradables, dissoutes ou en suspension dans l'eau. Cette mesure traduit donc
indirectement la fraction biodégradable dans l'eau et représente assez fidèlement le
processus de dégradation naturel.

La dégradation de ces matières organiques biodégradables entraîne un développement de


micro-organismes aérobies, cette prolifération provoquera une chute de l'oxygène
dissous dans le milieu récepteur et conduira à l'asphyxie des espèces présentes.

80
Chapitre v : Application du modèle QUA L2K a la gestion qualitative de la ressource en eau de la ville de
Tlemcen

La mesure la plus couramment réalisée est celle de la DB05, qui correspond à la


demande biochimiq ue en oxygène après 5 jours d'inc ubatio n de l'échantillo n à une
température de 20°C (température favorable à l'activité des micro-organismes consommateurs
d'oxygène) et à l'obscurité (afin d'éviter toute photosynthèse parasite).
 La Demande Chimique en Oxygène (DCO) :

Elle exprime la quantité d'oxygène nécessaire pour oxyder ou dégrader la matière


organique (biodégradable ou non) d'une eau, elle permet donc d'évaluer la quantité totale
de pollution organique. L'oxydation est réalisée par un oxydant chimique énergique
ayant urpouvoir puissant : le bichromate de potassium.

 L’oxygène dissous :
La concentration en oxygène dissous dans les eaux de surface est un paramètre essentiel
dans les phénomènes de dégradation de la matière organique et de la photosynthèse.
L'oxygè ne est présent dans l'eau sous forme de molécules ga zeuses, au sein de
minuscules bulles d'air. Il se dissout dans l'eau par diffusion, jusqu'à un équilibre appelé
"saturation".
Cette saturation ou solubilité maximale de l'oxygène dans l'eau est, pour l'essentiel,
fonction de la température, de la minéralisation de l'eau et de la pression atmosphérique, en
général la saturation en 02 diminue lorsque la température et l'altitude augmentent. La teneur
en oxygène dissous est exprimée en mg/1 d'oxygène ou en %.
Le déficit en oxygène existe, lorsque la consommation est supérieure à la production, ce
qui est essentiellement provoqué par :
 l'eutrophisation : Quand les conditions sont favorables à la photosynthèse, la masse
végétale produite prolifère, ce qui induit une demande accrue en oxygène lors de sa
dégradation. Ce phénomène est devenu plus fréquent avec l'enrichissement des eaux
en produits azotés et phosphorés.
 l'oxydation de la matière organique : La présence de matière organique réduit la
te ne ur e n o xygè ne d isso us d a ns l' ea u par o xydatio n à tra ve rs un p rocédé
microbiologique[ZNASNI SOUMIA 2013].
 Les substances azotées :
L'Azote moléculaire prélevé de l'atmosphère constitue un élé ment essentie l des
structures vivantes. Selon son degré d'oxydation, il existe sous plusieurs formes : nitrates
(NO3'), nitrites (NO2'), ammonium NH4),(+ azote Kjeldahl (N Kjel).
Ces composés azotés sont les plus fréquents dans l'eau de surface (et même
souterraine, migration par infiltration). Leur origine est essentiellement du à l'épandage des
engrais, d'effluents d'élevages, des rejets d'eaux usées domestiques et industrielles.
Ils constituent l'un des éléments nutritifs majeurs des végétaux, et participent à la leur
croissance dans l'eau, étouffant les autres organismes vivants et provoquant ce que l'on
appelle un phénomène d'eutrophisation. Ils présentent donc un danger pour la faune et la flore

81
Chapitre v : Application du modèle QUA L2K a la gestion qualitative de la ressource en eau de la ville de
Tlemcen

lorsqu'ils sont présents en quantité trop importante[ZNASNI SOUMIA 2013].


 L'ammonium (NH4+ ) :
L'azote ammoniacal provient des excrétions animales et de la décomposition
bactérienne des composés organiques azotés. En effet, il est présent sous deux formes en
solution, l'ammoniaque (NH3) et l'ammonium (NH4 ±) dont des proportions relatives
dépendant du pH, de la température et de la salinité du milieu.
 Les nitrates (NO3-) :
Les nitrates sont une forme oxydée stable de l'azote en solution aqueuse, Ils résultentde
l'oxydation des nitrites par des bactéries lors de la réaction de nitratation,
 Les nitrites (NO2-) :
Les nitrites proviennent des deux réactions suivantes :
-L’oxydation de l’ammonium par la réaction de nitrosation qui est exothermique opérée par des
bactéries (nitrosomonas) :
NH4 + 3/2 O2 NO2- + 2H +2H2 ONitrosation
-La réduction des nitrates dans les milieux anoxiques ou pauvres en oxygène dissous, opérée par les
bactéries anaérobiques, selon la réaction suivante:
NO2-+ 1/2 O2 NO3-Nitratation

 Les produits phosphatés :


Dans l'eau de mer, le phosphore existe sous forme organique et inorganique, dissous
et particulaire. Les orthophosphates présentent la forme la plus abondante PO4 3- (10 %) et
HPO4 (90%) et (1%) de H2PO4.
Issus de quelques produits chimiques, exemple : (engrais, détergents, lessives,
etc.) les orthophosphates sont un nutr iment majeur des végétaux et peuvent entraîner
leur croissance et la prolifération des algues, étouffant les autres organismes vivant dans
Peau, générant des odeurs et contribuant au phénomène d'eutrophisation, aussi, Il s'agit d'un
bon indicateur pour détecter les pollutions phosphorées à l'origine de la croissance
anarchique de la flore aquatique[ZNASNI SOUMIA 2013] .
V-3/ Phénomène d’autoépuration des cours d’eau :
On appelle autoépuration l’ensemble des processus biologique physique et chimique permettant
à un écosystème aquatique équilibré de transformer ou d’éliminer les substances (essentiellement
organique) qui lui sont apportées.
La faculté d’autoépuration d’un cours d’eau est principalement liée à l’activité des micro-
organismes présents dans le milieu (les bactéries, les champignons ou les algues) .En présence
d’oxygènedissous, ces micro-organismes dégradant progressivement la matière organique.
Cette biodégradation conduit d’abord à la formation de composés organique plus simple, puis à
leur transformation en substances minérales qui seront absorbées par les plantes.
V-4/ Seuils des différentes classes de pollution d'eau :

82
Chapitre v : Application du modèle QUA L2K a la gestion qualitative de la ressource en eau de la ville de
Tlemcen

Il existe plusieurs classification de pollution, les tableaux ci- dessous représentants les
seuils des différents classes de pollution d’eau :
Tableau (V- 2): Seuils de la pollution organique[GHERNATI A,Touil2008]

Paramètres 0 2dissous DBO5 (mg/ 0 2) DCO (mg/1 02) NH4


Qualité (mg/l) (mg /l N)

1 Excellent >7 <2 <4 <0,1


2 Bonne 5-7 2-4 10-20 0,1-0,3
3 Passable 3-5 4-6 20-30 0,3-0,5
4 Mauvaise 1-3 6-10 30-50 0,5-1
5 Hors Classe <1 >10 >50 >1

Tableau (V- 3): Seuils de la pollution par les composés inorganiques [GHERNATI A ,Touil
2008].

Paramètres
Qualité
F+ NO3 NO2 NH3
I Excellent <0,15 <6 < 0,07 < 0,005
2 Bonne 0.15-0,25 6-9 0,07-012 0.005-0,025
3 Passable 0,25-1 9-13 0,12-0,22 -
4 Mauvaise >1 >13 >0 ,22 >0,025

Tableau (V- 4): Seuils déterminants la salinité de l’eau [GHERNATI A ,Touil 2008].
Paramètres SO4 (mg/1) Cl (mg/1) Conductivité (ps/cm)
Qualité
1 Excellent <200 < 150 < 400
2 Bonne 200-300 150-300 400-750
3 Passable ' 300-400 300-500 750-1500
4 Mauvaise >400 > 500 > 3000

Tableau (V- 5) : Seuils déterminants le degré d’eutrophisation [GHERNATI A ,Touil 2008] .


Paramètres SO4 (mg/1) 02 dissous (mg/1) PH

Degré
d'eutrophisation
1Faible <0.05 >5 6.6
2Motenne 0.05-0.15 3-5 8
3Elevé 0.15-0.3 2-3 8.1
Hors classe Niveau1 0.3-0.5 1-2 8.3
Hors classe Niveau2 >0.5 <1 8.3
V-5/ Modèles de la qualité de l’eau :

83
Chapitre v : Application du modèle QUA L2K a la gestion qualitative de la ressource en eau de la ville de
Tlemcen

Il existe plusieurs logiciels de modélisation de la qualité de l’eau parmi eux on peut citer :

 HEC RAS :
C’est un logiciel de modélisation unidimensionnel ou la topographie de la rivière est définie
par des profils en travers perpendiculaires aux écoulements.Il est mis au point par les
ingénieurs de l’armée desEtats-Unis.Ce logiciel très utilisé, est gratuit et très simple
d’utilisation. D’un point de vuehydraulique, Hec-Ras est complet, Il permet notamment
d’intégrer des ouvrages hydrauliquesdans les modèles et de simuler des écoulements en
régime permanent ou transitoire. Les calculs de HEC RAS sont basés sur l’équation

1-Equation de contunitde barré saint venant :


𝜕𝑆 𝜕𝑄
+ = q ……………(V-1)
𝜕𝑡 𝜕𝑥

Ou :Q=SU est le débit global traversant la section mouillée S,et U étant la vitesse moyenne.

q : est un terme d’apport(de dimension L2 T-1 )

2-Equation de de quantité de mouve ment :

𝜕𝑄 𝜕 𝑄2 𝜕𝑧
+ +gs = - gSJ………………..(V-2)
𝜕𝑡 𝜕𝑥 𝑆 𝜕𝑥

Ou : J est la perte de frottement qui décrit le frottement de l’eau sur le lit de la riviére .

3-Equation de convection-diffussion :

....(V-3)

Ou :Ci: La concentration variable etQi Le débit de sortie de l’élément i (m3 /s) ; Vi : la


vitesse (m/s) ; Ei le coefficient de dispersion ;

 RIVER2D :
River 2D est un logiciel gratuit de modélisation bidimensionnelleou, la topographie de la
rivière est définie par un réseau de mailles. A partirdes données topographiques initiales et de
calculs statistiques, une altitude est associée àchaque maille.
Ce logiciel est développé par des ingénieurs de l’Université d’Alberta au Canada.
septembre 2002, il a été initialement conçu pour étudier l’évolution des niches à poisson dans
les cours d’eau, mais il peut également être utilisé pour faire des simulations hydrauliques des
écoulements dans lesrivières.

 MIKE 21:

84
Chapitre v : Application du modèle QUA L2K a la gestion qualitative de la ressource en eau de la ville de
Tlemcen

Mike 21 est le logiciel de modélisation 2D développé par DHI. Ce logiciel très complet,
permet de réaliser des simulations hydrauliques en régime permanent ainsi qu’en régime
transitoire. Il permet aussi d’intégrer des ouvrages hydrauliques dans les modèles
Ces deux logiciels (River2D et Mike 21) utilisent l équations de Barré de Saint-Venant
en dimension 2.

V-6/modélisation de la qualité de l’eau par QUAL2K :


V-6-1/ : Développement du modèle QUAL2K :

QUAL2K a été développé par Steve Chapra, Greg Pelletier et Hua Tao dans le cadre

de l'Agence de protection de l'environnement et de l'Université Tufts , C’est un modèle de

qualité de l'eau des cours d'eau. Il est unidimensionnel et statique, pour des canaux bien

mélangés (latéralement et verticalement). Les constituants modélisés incluent : Ammoniac,

nitrates, phosphore organique et inorganique, algues, sédiments, pH et les pathogènes.

Le modèle suppose une section trapézoïdale du canal en cours de modélisation. Il est


généralement utilisé pour évaluer l'impact environnemental des décharges multiples de
pollution le long des rivières. Les polluants peuvent provenir de sources ponctuelles telles que
les eaux usées industrielles, les égouts municipaux et les eaux pluviales. Les polluants
peuvent également provenir de sources non ponctuelles telles que le ruissellement issu des
milieux agricoleseturbains, et l'activité commerciale, comme la foresterie, l'exploitation
minière et la construction,
Ce modèle est écrit en MS Windows Visual Basic et Microsoft Excel est utilisé comme
interface utilisateur graphique. Toutes les entrées et sorties sont organisées en une série
d'onglets de feuille de calcul. Onglets de couleurs différentes sont en corrélation avec les
différentes entrées et sorties. Tous les calculs numériques sont mis en Fortran 90 afin de
diminuer le temps de calcul.(QUAL2K Documentation and UsersManual).

V-6-2/ segmentation dans QUAL2K:

Le modèlereprésenteune rivièrecomme une série detronçons.Comme le montre lafigure (V-1),

lestronçonssont numérotésdans l'ordre croissantà partir del'amont de la tige principalede la

rivière. Notez que les deuxsources ponctuelleset non ponctue llesde retraits(abstractions)

peuventêtre placées n'importe oùsur la longueurde la chaîne.

85
Chapitre v : Application du modèle QUA L2K a la gestion qualitative de la ressource en eau de la ville de
Tlemcen

Figure (V-1) :schéma de segmentationQUAL2Kpour une rivièresansaffluents.

Pour les systèmesavec des affluents(Figure V-2), lestronçonssont numérotésdans l'ordre


croissantà partir dela portée1 au cours supérieur de latige principale. Quand la jonctionavecun
affluentestatteinte, la numérotationse poursuit àl'amont de cet affluent.

On observeque les sourcesetlesaffluentssont égalementnumérotés consécutivement aprèsun


régimesimilaire àséquencerle cours. Notez également quelesprincipales branchesdu
système(c'est-à-la tige principale et chacune desaffluents) sont considérés comme
dessegments. Cette distinctionaune importance pratiqueparce que le logicielfournitdes
parcelles desortie du modèlesur une base sectorielle. Autrement dit, lelogiciel génèredes
parcelles individuellesde latige principale, ainsi que chacun desaffluents.(QUAL2K
Documentation and UsersManual)

aff 1

aff2 Tige principale

aff3

Figure(V-2):schéma desegmentationQUAL2Kpour une rivièreavecses affluents.

86
Chapitre v : Application du modèle QUA L2K a la gestion qualitative de la ressource en eau de la ville de
Tlemcen

Enfin,un modèleREACHpeutêtre divisé enune série d'élémentséquidistants. Comme

dans la figure3, cela se fait simplement enspécifiantle nombre d'élémentsque l'on souhaite

n=4

Reach Elements

Figure (V-3) : modèleREACH

• reach :Une longueur derivièreavec des caractéristiqueshydrauliquesconstantes.

• Élé ment :Unité de calculfondamentaldu modèlequi consiste àsubdiviserlalongueur en

segments égaux.

• Segment :Une collection detronçonsreprésentant unebranche du système. Il s'agitde la tige

principaleainsi quechaque affluent.

•Headwater : La limite supérieured'un segment du modèle.

V-6-3/Bases de calcul hydraulique dumodèle QUAL2K :

 Selon le modèle QUAL2K l'écoulement est en régime permanent,pour le calcul de débit


en appliquant l’équation suivante :

………………………… (V-4)

Figure (V-4) : débits entrants et sortants dans un canal en régime permanant

Où:

87
Chapitre v : Application du modèle QUA L2K a la gestion qualitative de la ressource en eau de la ville de
Tlemcen

Q i ; Qab.i=les débits de sortie de l'élément i (m 3 j -1)

Q i-1 ; Q in, i = les débits entrant dans l'élément i (m 3 j -1)

 QUAL2K utilise la formule de Manning pour calculer la vitesse et la profondeur de

l'écoulement ,chaquetronçonest idéalisécomme uncanal trapézoïdal, dans des conditions

dedébitconstant, l’équation de Manningpeut être utilisée pourexprimer la relationentre le

débitet la profondeur :

𝟏 𝟐 𝟓 𝟑
𝒔𝟎 𝑨𝒄
Q= …..……… (V-5)
𝒏 𝒑𝟐 𝟑
Où :

Q = débit [m3 / s]

S0 = pente de fond [m / m],

n = coefficient de rugosité Manning, Les valeurs pour les canaux artificiel de 0,012 à 0,03 et

pour les canaux naturels de 0,025 à 0,2


Ac = la surface en coupe transversale [m2], et

P = périmètre mouillé de la section transversale (m).

V-6-4/Bases théoriques de la simulation de la qualité par QUAL2K :

 Le modele QUAL2K a une équation d'équilibre général pour les concentrations


des constituants c’est l’équations de convection-diffussion :

…… (V-6)

Ou:

Ci: La concentration variable de l’élément i ( g/m3) ;

t : le temps en jours ;

Qi : Le débit de sortie de l’élément i (m3 /s) ;

88
Chapitre v : Application du modèle QUA L2K a la gestion qualitative de la ressource en eau de la ville de
Tlemcen

Vi : est la vitesse(m/s) ;

Ei : le coefficient de dispersion ;

Wi : la charge externe du constituant de l’élément i,(g / j) ou (mg / j) ;

Si : sources de la constituante en raison des réactions et des mécanismes de transfert de


masse,(g/m3/j).

 QUAL2Kapplique laformulesuivante pourdéterminerla dispersionlongitudinale


entredeuxtronçons :

. ………………. (V-7)

Où :

Ep , i : la dispersion longitudinale entre tronçons i et i + 1 [ m2 / s ] ,

Ui : la vitesse [m / s],

Bi : la largeur [m],

H i : la profondeur moyenne [m] , et Ui* : vitesse de cisaillement [ m / s] ,

g : l’accélération due à la gravité [m/s2 = 9,81] ;

S : est la pente longitudinale du canal.

 La méthode d’intégration choisie pour le calcul c’est la méthode d’Euler ; C’est une
méthode simple de résolution d'une équation différentielle ordinaire (EDO) de premier degré.
Comme son nom l'indique, elle est due au mathématicien Euler.
𝑑𝑦
la forme mathématiquede l’équation est : = f (x, y)
𝑑𝑥
A partir de la connaissance de la valeur de y = y0 pour une valeur de x = x0 ,on peut calculer
𝑑𝑦 𝑑𝑦
la valeur de en ce point, soit 0 .
𝑑𝑥 𝑑𝑥
La valeur estimée de y pour x = x0 + dx sera prise égale à :

𝑑𝑦
y0 + dy = y0 + 0 dx …………(V-8)
𝑑𝑥

V-7/présentation du tronçon étudié :


89
Chapitre v : Application du modèle QUA L2K a la gestion qualitative de la ressource en eau de la ville de
Tlemcen

La modélisation est faite sur un tronçon de cours d’eauSekkak sur une longueur d’environ
32km depuis barrage Meffrouche jusqu’au barrage Sikkak .Cet oued est situé au Nord Ouest
du territoire Algérien [ carte N° 1] C’est un affluent rive gauche de l'oued Isser (lui même
affluent rive droite de la Tafna s’étend sur la totalité de la région de Ain youcefwilaya de
Tlemcen avec une superficie du sous bassin avoisinant les 326 km², Sa confluence avec Oued
Tafna à lieu dans la plaine de Remchi à 81 m d’altitude et son débit liquide moyen annuel est
de 1,47 m3 /s. Le débit d’étiage non nul (0.239 m3 /s) est alimenté, par différents tronçons, par
des émergences et par des rejets des eaux usées.

Barrage Sekkak

Station 160728

Station
.
d’épuration
.
Station 160727

Barrage Meffrouche

Figure (V-5) : représentation du tronçon étudié.

V-8 /Etapes de modélisation par QUAL2K:


V-8-1 / les données nécessaires:
Avant de passer à la modélisation par QUAL2K il faut tout d’abord introduirequelques
donnes dans WEAP :

 Les caractéristiques géométriques de la rivière :

90
Chapitre v : Application du modèle QUA L2K a la gestion qualitative de la ressource en eau de la ville de
Tlemcen

Les caractéristiques géométriques de la rivière sont nécessaires pour tous les modèles de
la qualité de l’eau :
Les marqueurs de distance : Pour marquer les distances, QUAL2K assigne à la queue de
la rivière une distance 0, et les distances augmentent vers l’amont. WEAP peut mesurer
les distances aussi bien en descendant et en remontant la rivière, opposant la convention
deQUAL2K, dans notre étude la distance 32 Km est marqué a la tête du tronçon étudié
(au niveau du barrage Meffrouche) et 0 Km au niveau du barrage S ikkak .

Figure (V-6) Fenêtre marqueurs de distance.

La latitude : est une coordonnée géographique représentée par une valeur angulaire elle
varie entre la valeur 0° à l'équateur et 90° aux pôles (ou 0 à 100 grades). , expression de la
position d'un point sur Terre, au nord ou au sud de l'équateur qui est le plan de référence.

NB : la latitude du tronçon étudié est de l’ordre de 34 degrés.

La longitude : est une coordonnée géographique représentée par une valeur angulaire,
expression du positionnement est-ouest d'un point sur Terre ,C’est une mesure angulaire
sur 360° par rapport à un méridien de référence, avec une étendue de -180° Ouest à +180°
Est , Le méridien 0° est le méridien de Greenwich .

NB : la longitude du tronçon étudié est de l’ordre de 1 degré.

 introduction des paramètres climatiques(température de point de rosé et de la


couverture de nuage) :
91
Chapitre v : Application du modèle QUA L2K a la gestion qualitative de la ressource en eau de la ville de
Tlemcen

QUAL2K et WEAP utilisent différents paramètres climatiques, ainsi quelquesparamètres


climatiques additionnels doivent être saisis pour le besoin de QUAL2K.

Lorsque QUAL2K est utilisé pour le calcul de la qualité de l’eau, WEAP


changeautomatiquement la liste des paramètres climatiques.Bien que dans QUAL2K chaque
bief peut avoir des conditions climatiques, pour les majorités des applications WEAP, il est
raisonnable de supposer que le climat est lemême pour tous les biefs. Dans ce cas, la saisie
des paramètres climatiques n’estnécessaire que pour le bief le plus haut (amont), puisque pour
les biefs plus bas lesvaleurs amont sont utilisées par défaut. Pour notre étude les paramètres
climatiques qui seront saisis sont : la température de l’air, la vitesse de vent, la Couverture des
nuages (Cloud cover)et la température de point de rosé (Dew point température).(WEAP
tutorial).

Le Point de Rosée :C’est la température à partir de laquelle la vapeur d’eau contenue dans
l’air humide commence à se condenser au contact d’une surface froide. Au cours d’un
refroidissement, l’humidité spécifique et la pression partielle de la vapeur d’eau restent
constantes.

La température de point de rosé (Dew point) est utilisée par QUAL2K, au lieu du
paramètre humidité relative dans WEAP. « Dew point » (Td ) peut être calculé à partir de
La température de l’air (T) et l’humidité relative (Hr), en réalisant les calculs suivants :
En premier, au lieu d’utiliser la température de l’air directement, utiliser x=T/273,7.
Ensuite, calculer le « Dew point » en utilisant la relation suivante :

Td = 273,7 [17,3 x + (1+x) ln(Hr)]/[17,3 – (1 + x) l(Hr)]…………...(V-9)

Les résultats sont représentés dans le tableau (V-7)si dessous :

Tableau (V-6) les valeurs de la température de point de rosé.

jan fév mar avr mai jui juil aou sep oct nov dec

L’humi di té(% ) 80.9 79.6 78.3 71.8 74.6 65 57.3 58 71.3 71.5 77.4 76.6

Température 2.24 2.24 12.95 17.17 14.47 15.43 1605 22.89 17.1 13.2 10.34 6.62
de point de
rosé(c°)

La vitesse de vent : le vent est un paramètre nécessaire pour l’évaluation d’écoulement de


surface .l’unité utilisé est le (m/s)

92
Chapitre v : Application du modèle QUA L2K a la gestion qualitative de la ressource en eau de la ville de
Tlemcen

La couverture nuageuse :l’opacité est une fraction de ciel couverte de nuage varie de 0 à
0.9 ce paramètre est exigé pour déterminer le rayonnement solaire.

Tableau (V-7) valeurs de l’opacité en fonction du degré de couverture de ciel(us army corps
of engineers).
Degré de couverture du ciel Valeurs de l’opacité
Ciel couvert de nuage 0.9
Ciel cassé ou brisé par les nuages 0.5-0.9
Nuages dispersés 0.1-0.5
Ciel clair 0.1

Les données climatique introduire dans le logiciel sont représe ntés dans le tableau ci-après :

Tableau (V-8) : les paramètres climatiques mensuels au niveau de station (160727)

PARAMETRE mois
jan fév mar avr mai jui juil aou sep oct nov dec
Température de 10.8 10.6 13.3 17.5 19.9 23.3 26.3 27.2 23.3 19.3 14.8 10.5
l’air(c°)
Vitesse de vent 1.65 2.3 1.85 1.62 2.24 1.76 2.07 2.01 1.76 1.71 2.32 1.51
(m /s)
Couverture 60
nuageuse (% )

Figure (V-7):paramètres climatiques(la couverture de nuage)

93
Chapitre v : Application du modèle QUA L2K a la gestion qualitative de la ressource en eau de la ville de
Tlemcen

Figure (V-8) : paramètres climatiques (Température de point de rosé)

 Création d’un ensemble de polluants :


Pour faire une modélisation de la qualité de l’eau, il faut créer l’ensemble de polluants
àmodéliser. Il est préférable de choisir des indicateurs de pollution.Nous avons choisir (8)
paramètres : pH, température (T) (élément indicateur de la qualité physico-chimique)
conductivité, nitrates (NO 3 ), azote (NH4 ) (éléments indicatifs de pollution), oxygène
dessous, DBO, phosphoreorganique, phosphoreinorganique.

Figure (V-9): fenêtre de la création d’un ensemble de polluants

 La saisie des données de la qualité de l’eau de tronçon étudié

On fait introduire les données de qualité de l’eaumesurée au niveau de la station (160727)


dans WEAP, Cesdonnées sont représentées dans le tableau suivant :

94
Chapitre v : Application du modèle QUA L2K a la gestion qualitative de la ressource en eau de la ville de
Tlemcen

Tableau (V-9) : valeurs mesurés des paramètres de qualité au niveau de la station(160727),


(ANRH ORAN)

PARAMETRE MOIS
JAN FéV MAR AVR MAI JUI JUIL AOU SEP OCT NOV DEC
T (°c) 14.5 13 13 19 16 24 21 15 10
PH 7.8 7.4 8.1 7.5 7.5 7.9 7.4 7.7 7.1
CON (µmhos) 1235 1230 1230 1335 1045 1289 1244 1245 618
OD (mg/ l) 8.1 7 7 3.9 5.5 3 6 7.3 6.5
DBO (mg/l) 15.4 26.2 5.7 5.8 14.1 5.3 8.5 25.9 18.2
NO3 (mg/ l) 7 53 2 39 28 31 31 37 10
NH4 (mg/ l) 4.25 0.5 2.35 4.9 3.05 0.54 1.45 3.55 3.7
PO3 (mg/l) 4.5 6.86 6.96 6.14 1.3 4.21 2.09 1.32 1.13
P inorg(mg/ l) 0.94 8.85 2.5 2.12 0.54 0.37 1 0.32 0.21

 Découpage du tronçon étudié:


Dans le modèle QUAL2K la rivière est divisé en plusieurs tronçons et chaque tronçon sera
divisé en segments égaux. Ces segments sont plus courtes pièces de modèles de simulation.
La longueur ducours d’eau étudiéest environ 32 km qui a été divisé en5 tronçons
La figureci-après présente le découpage du cours d’eau en plusieurs tronçons.

Barrage Sekkak

4
3
2

1
Barrage Meffrouche
Oued sekkak

Figure (V-10) : découpage dutronçon.

Le tableau suivant présente la localisation de chaque élément du tronçon étudié

Tableau (V-10) : découpage du tronçon étudié.

Nu méros du tronçon Longueur Localisation


(Km) (Km)
1 8 32
2 9 24
3 6 15
4 6 9
5 3 3

95
Chapitre v : Application du modèle QUA L2K a la gestion qualitative de la ressource en eau de la ville de
Tlemcen

 Introduction des données observées de la qualité de l’eaudans le modèle


QUAL2K :

Cette modélisation nécessite des prélèvements des paramètres d’analyse en plusieurs points
descriptifs du tronçon étudié .pour notre étude on a choisi trois station de mesure : La
première station c’est au niveau de barrage Meffrouche (station n° 160727) ;la deuxième a la
sortie de la station d’épuration de Ain El Hout.Et le troisième au niveau de barrage
Sekkak(station n° 160728).

Le tableau ci-dessous représente les différents paramètres de qualité au niveau des trois
stations de mesure introduisant dans le modèle QUAL2K pour le mois de janvier 2011.

Tableau(V-11) :paramètres de qualité de l’eau au niveau des trois points de mesurestations


(160727 ; 160728), (ANRH ORAN, ONA) janvier 2011

Paramètres Temp PH Cond O2 DBO NO3 NH4 Po4 Pinorg


de qualité (c°) (µmhos) (mg/l) (mg/l) (mg/l) (mg/l) (mg/l) (mg/l)
(janvier 2011)
1erestation 14.5 7.8 1234 8.1 15.4 7 4.25 4.5 0.94
2 émestation 13 7.6 1080 8.1 22 7.92 9.72 2 1.5
5
3émestation 12 8.5 1120 10.5 5.80 6 0.11 0.46 0.54

V-9/Représentation et interprétation des résultats :

Les résultats simuléspar QUAL2Ksont représentés dans le temps et dans l’espace :

 La simulation spatiale :Les graphesgénérés par QUAL2K montrent l'évolution de


chaque paramètre le long du tronçon étudié à une période de temps spécifiée.
 La simulation temporelle : les graphes générés présentent l'évolution de différentes
concentrationsdans le temps (24 h).

Les résultats de modélisation de la qualité de l’eau dans l’espace et dans le temps sont
représentés enannexes.

 pour déterminer la fiabilité du modèle, on doit calculer l’écart moyenentre les valeurs
simulées et les valeurs observées par la relation suivante :

𝑌 𝑜𝑏𝑠𝑒𝑟𝑣 é −𝑌 𝑠𝑖𝑚𝑢𝑙 é
𝑌 𝑜𝑏𝑠𝑒𝑟𝑣 é
Ecart moy = × 100……… (V-10)
𝑁

Avec :

N = 3 : nombre de station de mesure.

96
Chapitre v : Application du modèle QUA L2K a la gestion qualitative de la ressource en eau de la ville de
Tlemcen

V-9-1/résultats de la simulationspatiale :

 la température :

Temp(C) Average
18
16
Température(°c)

Mean Temp-data
14
12
Temp(C) Minimum
10
8
Temp(C)
6
Maximum
4
0.00 10.00 20.00 30.00 40.00

Distance(Km)

Figure (V-11) : variation de la température le long du tronçon étudié.

Auniveau du barrage Sekkak(00Km) la températureest de l’ordrede8.6 °C,cette


valeuraugmente successivement jusqu’au barrage Meffrouche(32Km)pour atteindre 14.5 °C.

Les résultats simulés de la température sont inférieurs aux données observées,l’écart


moyen est de l’ordre de 18.34%.

 Le PH :

8.6
pH
8.4
pH data
8.2
pH Min
pH

8.0
pH Max
7.8
7.6
7.4
0 10 20 30 40

Distance(Km)

Figure (V-12) : variation du PH le long du tronçon étudié.

On remarque que le pH du cours d’eau varie entre 7.8 et 8.25.D’aprèsla classification


des eaux selon leurs pH, on peut conclue que le cours d’eau Sekkak a une neutralité
approchée, c’est le cas de la majorité des eaux de surface.Les données observées sont
inférieurs aux résultats simulés, l’écart moyen est estimé à 3.14%

97
Chapitre v : Application du modèle QUA L2K a la gestion qualitative de la ressource en eau de la ville de
Tlemcen

 la conductivité :

1250.0
Conductivité(umhos)

1200.0

1150.0
cond (umhos)
1100.0 Cond (umhos) data
1050.0 cond (umhos) Min

1000.0 cond (umhos) Max

0 10 20 30 40
Distance(Km)

Figure (V-13) : variation spatiale de la conductivité le long du tronçon étudié

La conductivité permet d'apprécier la quantité de sels dissous dans l'eau.


Acoté du barrage Sekkak, la conductivité prend une valeur de 1086 µmhos, et de 1090
µmhos au niveau de la station d’épuration puis elle augmente en allant vers le barrage
Meffrouche pour atteindre une valeur d’environ 1234µmhos. On remarque que les résultats
simulées et ceux observées de la conductivité sont très proches.L’écart moyen est de l’ordre
de 1.33%

 L’oxygène dissous :

13
DO(mgO2/L)
O2(mg/l)

12
11 DO (mgO2/L)
10 data
DO(mgO2/L) Min
9
8 DO(mgO2/L) Max
7
0.0 10.0 20.0 30.0 40.0

Distance(Km)

Figure (V-14) : variation de l’oxygène dissous le long du tronçon étudié.

La concentration en oxygène dissous dans les eaux de surface est un paramètre essentiel dans
les phénomènes de dégradation de la matière organique.

On remarque d’après la figure(V-14) que la concentration en oxygène dissous prend sa valeur


maximale de11.23mg/l àproximité du barrage Sekkak, puis elle subit une réduction pour
arriver a la station d’épurationd’Ain El- Hout (Tlemcen) avec une concentration plus faible de

98
Chapitre v : Application du modèle QUA L2K a la gestion qualitative de la ressource en eau de la ville de
Tlemcen

10.46 mg/l , en fin elle atteindre une valeur de 8.10 mg/l au niveau du barrage Meffrouche,On
observe un apport d’oxygène dissousde l’ordre de 0.112mg O2 /l.Km ce qui signifie un
pouvoir auto-épurateur du cours d’eau satisfaisant pour assimiler la pollution organique due
aux rejets.

Selon les normes de décrets n° 11-219du 12/ 06/2011, la teneur en oxygène dissous minimale
est de 30% ce qui correspond à une concentration d’environ 3.5 mg O 2 /l. On peut conclure
donc que les eaux du cours de Sekkak sont suffisamment oxygénée indicateur de leur bonne
qualité.

Les résultats simulés de l’oxygène dissous dépassent ceuxobservées, l’écart moyen est
de l’ordre de 12%.

 La demande biologique en oxygène DBO:

23.00
21.00
19.00 CBODs (mgO2/L)
17.00
DBO(mg/l)

15.00 CBODs (mgO2/L)


13.00 data
11.00 CBODs (mgO2/L) Min
9.00
7.00
CBODs (mgO2/L)
5.00
Max
0.0 10.0 20.0 30.0 40.0

Distance(Km)

Figure (V-15) : variation de la DBO le long du tronçon étudié.

La concentration da la DBO varie entre 13.31mg/l et de 15.4 mg/l, on remarque que


les résultats simulées de la DBO dépassent les normes ainsi que les valeurs observées ce qui
montre l’existence d’une pollution organique biodégradable. Ce qui signifie un taux de
biodégradation au niveau du cours d’eau de 0.117mg DBO/l .Km.
La présence d’une station d’épuration à Ain El-Hout (Tlemcen) à contribuer à la
protection du cours d’eau contre la pollution organique due au rejets domestiques de la ville
de Tlemcen..

Les résultats simulés de la DBO dépassent ceux observés sauf au niveau de la station
d’épuration on remarque que la valeur observé dépassela valeur simulé, ce qui indique que le
modèle minimise la concentration de la DBO a ce point de prélèvement. L’écart moyenest de
l’ordre de 46%.

99
Chapitre v : Application du modèle QUA L2K a la gestion qualitative de la ressource en eau de la ville de
Tlemcen

 L’azoteNH4 :
L'ammonium dans l'eau traduit habituellement un processus de dégradation incomplet de
la matière organique. C'est donc un excellent indicateur de la pollution de l'eau par des
rejets organiques d'origine agricole, domestique ou industriel.

10000
8000
NH4 (ugN/L) data
6000
NH4(ugN/L)
NH4(ug/l)

4000
NH4(ugN/L) Min
2000
NH4(ugN/L) Max
0
0 10 20 30 40

Distance(Km)

Figure (V-16) : variation de l’ammonium le long du tronçon étudié.

Concernant, les résultats simulées de l’ammonium, on remarque d’âpres la figure (V-16)


qu’au niveau dubarrage Sekkak la concentration de l’ammonium est de 2.96mg /l puis elle
augmente en allant vers le barrage Meffroucheà une valeur de 4.25 mg /l.Le taux de
nitrification du cours d’eau est de l’ordre de 0.082 mg NH4/l.Km.
Au niveau de la station d’épuration Ain El Houtles résultats d’analyses observées dépassent
largementceux simulés et atteignent un maximum de 9.72mg/l, on peut conclue que le modèle
minimise la pollution par NH4 a ce point de prélèvement, l’écartmoyenest de l’ordre de
55.52%.

 les nitrites N03 :


Les nitrates dans les rivières ont deux origines principales : les apports par les nappes
souterraines, sont pour l'essentiel d'origine agricole. La deuxième source de nitrates est les
rejets d'eaux usées urbaines.

8500
8000
7500 NO3 (ugN/L) data
7000
NO3(ug/l)

6500 NO3(ugN/L)
6000
NO3(ugN/L) Min
5500
0 10 20 30 40 NO3(ugN/L) Max

Distance(Km)

Figure (V-17) : variation de nitrate le long du tronçon étudié.

100
Chapitre v : Application du modèle QUA L2K a la gestion qualitative de la ressource en eau de la ville de
Tlemcen

On remarque d’après la figure (V-17) que la concentration simulée en NO 3 -prend une valeur
de 7mg /l au niveau du barrage Meffrouche et de 6.52mg/l au barrage Sekkak. Le taux de
dénitrification du cours d’eau est de l’ordre de 0.023 mg NO 3 -/l.Km.
Les résultats simulés sont proche aux donnés observés, L’écartmoyenest estimé à9.28%.

 Le phosphore organique Porg:

5000
4000 Porg (ugN/L) data
Porg(ug/l)

3000 Po (ugP/L)
2000 Po (ugP/L) Min
1000
Po (ugP/L) Max
0
0 10 20 30 40

Distance(km)

Figure (V-18): variation du phosphore organique le long du tronçon étudié.

À l’amont du Cours d’eau,le phosphore organique atteint une concentration de4.5 mg/l , cette
valeur diminue successivementà3.24mg /l en allant vers l’aval.

Les résultats simulés sont supérieurs aux données observées surtout au niveau du barrage
Meffrouchedonc le modèle QUAL2K majore la pollution phosphaté, l’écartmoyenest estimé à
58%.

 Le phosphoreinorganique Pinorg :

1480
1280
1080 Inorg P (ugP/L) data
880
Pinorg(ug/l)

Inorg P (ugP/L)
680
480 Inorg P (ugP/L) Min
280
80 Inorg P (ugP/L) Max
0 10 20 30 40

Distance(Km)

Figure (V-19) : variation du phosphore inorganique le long du tronçon étudié.

La concentration de l’orthophosphate simulée prend une valeur est 0.94 mg/l acoté du
barrage Meffroucheet 0.0.89 mg/l au niveau du barrage Sekkak.

101
Chapitre v : Application du modèle QUA L2K a la gestion qualitative de la ressource en eau de la ville de
Tlemcen

Les résultats simulés sont inferieur aux données observées surtout a la sortie de la station
d’épurationAin El Hout ou la concentration de l’orthophosphate est de 0.17 mg/l donc le
modèle QUAL2K minimise la concentration de l’orthophosphate, l’écartmoyen est estimé à
57.3 %.

V-9-2/résultats de la simulationtemporelle :

 la température :

14.0
12.0
Température(°c)

10.0
8.0
6.0
4.0 Tempw(C)
2.0
0.0
0 5 10 15 20 25 30

Le temps(h)

Figure (V-20) : variation temporelle de la température dans le tronçon 5.

Cette figure présente la variation de la température du cours d’eau dans le tronçon 5


par exemple dans les 24h. En remarque que la température de l’eau à ce niveau varieentre
6.25 et 12.61°C.

 Le PH :

8.32
8.30
8.28
pH

8.26
8.24 pH
8.22
0 5 10 15 20 25 30

Le temps(h)

Figure (V-21) : variation temporelle du PH dans le tronçon 5.

On remarque que le PH du cours d’eau a augmente successivement pour atteindre une


valeur maximale de 8.31, cette valeur diminue pour atteindre un minimumde 8.23 dans les
dernier heurs de la journée.

102
Chapitre v : Application du modèle QUA L2K a la gestion qualitative de la ressource en eau de la ville de
Tlemcen

 La conductivité électrique:
Cond(umhos) 1200
1100
1000
900 cond (umhos)
800
0 5 10 15 20 25 30
Le temps(heurs)

Figure (V-22) : variation temporelle de la conductivité dans le tronçon 5.

On remarque que la conductivité du cours d’eau à ce niveau reste constante pendant


toute la journée avec une valeur de1086umhos.

 L’oxygène dissous:

13
12
O2(mg/l)

11
10
9 DO(mg/L)
8
0 5 10 15 20 25 30

temps(h)

Figure (V-23): variation temporelle d'oxygène dissous dans le tronçon 5

On remarque d’après le graphe ci-dessusque la concentration du cours d’eau enoxygène


dissous(indicateur de pollution organique) an niveau du tronçon 5 atteint un maximum de
11.85mg/l dans les premiers heurs de la journée et un minimum de 10.25mg/l.

 L’ammonium NH4:

3100
3000
NH4(ug/l)

2900
2800
NH4(ugN/L)
2700
0 5 10 15 20 25 30

Le temps(h)

Figure (V-24) : variation temporelle de l’ammonium dans le tronçon 5.

103
Chapitre v : Application du modèle QUA L2K a la gestion qualitative de la ressource en eau de la ville de
Tlemcen

La figure(V-24) présente l’évolution de l’ammonium au niveau du tronçon 5. Les variations


sont très faibles,entre 3.02mg/l et2.90mg/l.

 Le nitrate NO3:

6600
6550
NO3(ug/l)

6500
6450 NO3(ugN/L)
6400
0 5 10 15 20 25 30

Le temps(h)

Figure (V-25) : variation temporelle de nitratedans le tronçon 5.

On remarque d’après la figure (V-25) que Les variations des concentrations de nitrate
sont très faibles, entre 6.48 mg/l et 6.57 mg/l pour les nitrates.

 Le phosphore organique et le phosphore inorganique:

3300
3250
Porg(ug/l)

3200
3150
3100
3050 Po (ugP/L)
3000
0 5 10 15 20 25 30

Le temps(h)

Figure (V-26) : variation temporelle du phosphore organique dans le tronçon 5.

110.0
100.0
90.0
Pinorg(mg/l)

80.0
70.0 Inorg P (ugP/L)
60.0
0 5 10 15 20 25 30

Le temps(h)

Figure (V-27) : variation temporelle du phosphore inorganique dans le tronçon 5.

104
Chapitre v : Application du modèle QUA L2K a la gestion qualitative de la ressource en eau de la ville de
Tlemcen

Les deux Figures(V-26) ;(V-27) présentent l’évolution du phosphore organique et


inorganiqueau niveau dutronçon 5.

Les concentrationsde phosphore organique est presque constanteset atteint une valeur de3.25
mg/l.par contre les concentrations de l’ortophosphate varie pendant la journée elle atteigne un
maximum de 0.096mg/l.

105
CONCLUSION GENERALE

CONCLUSION GENERALE

L’eau qui est devenue une denrée rare et précieuse, constitue un élément indispensable
pour la vie et l’équilibre de l’individu. Elle représente un facteur déterminant pour le
développement économique et social d’un pays. Du fait de sa précarité et de sa fragilité, voire
de son irrégularité, cette ressource nécessite notamment une attention très particulière quant à
sa mobilisation et sa gestion.

Ce travail avait pour objectif l’étude de la gestion quantitative et qualitative de l’eau de


la ville de Tlemcen.
Dans l’étude de la gestion quantitative de la ville de TLEMCEN nous avons utilisée le
modèle WEAP. Ce modèle est un outil de prévision qui simule les ressources en eau, l’offre, la
demande de l’eau. Nous avons proposé sept scénarios pour évaluer les effets et l’impact des
différents modes de gestion de la ressource et donc pouvoir faire les choix appropriés par
l’application du modèle WEAP.
Les sept scénarios proposés sont :scénario de référence ;Scénario d'accroissement élevé
de la population ; méthode de l’année hydrologique ; croissance élevé de la population et
climat variable; augmentation des ressources : dessalement ; changement des priorités de la
demande ; et scénarios diminution des pertes.
Les résultats obtenus pour les différents scénarios sont les suivants.

Pour le scénario de référence, le taux de satisfaction à l’horizon 2030 pour le GUT est
de 69.94%, le déficit total est 30.06 Hm3 avec 12.73 Hm3 pour le GUT, 8.53 Hm3 pour
l’industrie et 8.8 Hm3 pour le périmètre d’hennaya.
Pour le scénario d'accroissement élevé de la population, le taux de satisfaction à
l’horizon 2030 pour le GUT est de 59.89%, le déficit total est 40.16 Hm3 avec 18.47
Hm3 pour le GUT, 10.96 Hm3 pour l’industrie et 10.74 H m3 pour le périmètre d’hennaya.
Pour le scénario méthode de l’année, le taux de satisfaction à l’horizon 2030 pour le GUT
est de 61.15%, le déficit total est 38.85 Hm3 avec 16.31 H m3 pour le GUT, 11.12 Hm3 pour
l’industrie et 11.42 Hm3 pour le périmètre d’hennaya.
Pour le scénario croissance élevé de la population et climat variable, le taux de
satisfaction à l’horizon 2030 pour le GUT est de 51.03%, le déficit total est 48.97 Hm3
avec 23.81 Hm3 pour le GUT, 13.37 Hm3 pour l’industrie et 11.78 Hm3 pour le périmètre
d’hennaya.
Pour le scénario augmentation des ressources : dessalement, le taux de satisfaction à
l’horizon 2030 pour le GUT est de 100%.

106
CONCLUSION GENERALE

Pour le scénario changement de priorité de la demande, le taux de satisfaction à


l’horizon 2030 pour le GUT est de 62.11%, le déficit total est 37.89 Hm3 avec 16.40 H
m3 pour le GUT, 10.40 Hm3 pour l’industrie et 11.09 Hm3 pour le périmètre d’hennaya.
Pour le dernier scénario : diminution des pertes, le taux de satisfaction à l’horizon 2030
pour le GUT est de 100%.
L’application du modèle WEAP dans notre étude nous a ramené de proposer des
solutions pour satisfaire les besoins en eau dans le groupement urbain de Tlemcen parmi ces
solution nous retenons :
- l’augmentation des ressources :( dessalement) qui permis de satisfaite les besoins en
eau jusqu'à 2030.
- la réduction des pertes dans les réseaux de 40 % à 20% et la réduction de la
consommation d'eau de 20 % pour l’alimentation en eau potable et l’irrigation, en changeant
les techniques d’irrigation si elles sont envisagées, permettent de satisfaire entièrement la
demande jusqu’à 2030 alors que le déficit est de 12,73 Hm3 en 2030 pour le scénario de
référence pour le GUT.
Enfin, WEAP est un outil approprié et facile d’analyse et de clairvoyance, donc de
décision dans la gestion de l’approvisionnement en eau et dans le contexte de gestion intégrée
de la ressource eau.
Dans l’étude de la gestion qualitative de la ville de TLEMCEN nous avons appliqué le
modèle QUAL2K. La modélisation de la qualité de l’eau par ce modèle a été fait sur une
partie de cours d’eau Sekkak d’une longueur d’environ 32 km depuis le barrage Meffrouche
jusqu’à barrage Sekkak .cette étude nous a permit de suivre l’évolution des concentrations des
différent polluants dans l’espace ainsi que leur propagation dans le temps.
Les résultats de simulation spatiale montrent que l’apport d’oxygène dissous du
tronçon étudié est de l’ordre de 0.112 mg O 2 /l.Km ce qui signifie un pouvoir auto-épurateur
du cours d’eau satisfaisant pour assimiler la pollution organique due aux rejets. Les résultats
simulés de l’oxygène dissous dépassent ceux observées, avec un écart moyen de l’ordre de
12%.

Les concentrations de la DBO dépassent les normes ce qui montre l’existence d’une
pollution organique biodégradable avec un taux de biodégradation de l’ordre de 0.117 mg
DBO/l .Km, ces concentrations diminuent successivement de l’amont vers l’aval ce qui
signifié que la station d’épuration de Ain El-Hout joue un rôle très important pour dans la
protection du barrage Sekkak contre la pollution due aux rejets domestiques de la ville de
Tlemcen. L’écart moyen entre les valeurs observées et les valeurs simulées est estimé à 46%.
Pour la modélisation de L’ammonium NH4 ; les résultats de simulation montrant que le
taux de nitrification de l’ammonium est de l’ordre de 0.082 mg NH4/l.Km. C’est un faible
taux ce qui indique l’absence des rejets domestiques ou industriels.

Au niveau de la station d’épuration d’Ain el Hout les résultats d’analyses observées


dépassent largement ceux simulés avec un écart moyen de 55.52 % donc le modèle minimise
la concentration de l’ammonium.

107
CONCLUSION GENERALE

Ce qui concerne la simulation des nitrates le taux de dénitrification et de l’ordre de


0.023 du cours d’eau est de l’ordre de 0.023 mg NO 3 -/l.Km. Les résultats simulés sont proche
aux donnés observés, avec un faible écart estimé à 9.28%.
Les résultats de simulation du phosphore organique sont supérieurs aux données observées
surtout au niveau du barrage Meffrouche, l’écart moyen est estimé à 58%. Pour
l’orthophosphate, les résultats simulés sont inferieurs aux données observées surtout à la
sortie de la station d’épuration Ain El Hout avec un écart moyen de l’ordre 57.3 %.
En raison du manque de données d’analyse de la qualité de l’eau à l’échelle horaire, les résultats
obtenues restant non fiable et inexploitable dans la prévision de l’évolution temporelle de la qualité du
cours d’eau de Sekkak.
La simulation spatiale des principaux descripteur de la qualité de l’eau du cours d’eau du
Sekkak , nous a permis d’illustrer et d’estimer plusieurs phénomènes biologique d’autoépuration tels
que l’oxydation biologique de la pollution organique estimée à 0.0117mg DBO /l.Km , et la
nitrification de l’azote ammoniacal estimée à 0.082 mg NH4 /l.Km .
En perspective, nous souhaitons développé ce travail très utile pour les gestionnaires de la qualité
de l’eau, leurs permettant ainsi une prise de décision afin d’évité les dégradations de la qualité de l’eau
irréversibles comme l’eutrophisation des eaux de barrage.

Par ce travail nous espérons avoir atteint les différents objectifs tracés dans cette recherche.

108
BIBLIOGRAPHIE :

ALLAN T, MOTADULLAH K ET HALL A, 1999, The role of river basin management in


the vision Process and Framework for action up to now; IHP-V Technical document in
hydrology.

AZZAZ H, 2008, caractérisation du fonctionnement des systèmes karstiques des Monts de


Tlemcen par les méthodes hydrochimiques et isotopiques application à la vulnérabilité, thèse
de Doctorat d’état, USTO.

BURTON J, 2001 « La gestion intégré des ressources en eau par bassin : manuel de
formation », Institut de l’énergie et de l’environnement de la francophonie, 2001.

COLLIGNON B, 1986, hydrogéologie appliqué des aquifères karstique des monts de


Tlemcen (Algérie).thèse de Doctorat 3 eme cycle, université. Avignon

GHALI F BOURAHLA 2009 « simulation de transport et de diffusion de la pollution dans


le cours d’eau mouillah » mémoire d’ingénieur en hydraulique université MOHAMED
BOUDIAF USTO.

GHERNATI A ,Touil 2008 « contribution à l’étude de l’ampleur de phénomène


d’eutrophisation du barrage boughrara » mémoire d’ingénieur en hydraulique université
MOHAMED BOUDIAF USTO.

HAMLET A, 2005, Contribution à la gestion des ressources hydriques des bassins versants

(bassin de la Tafna ) par l’application du modèle SWAT , mémoire de magister, USTO.

HAYANE S.M, 1983, contribution à l’étude géologique et hydrogéologique du bassin versant


de l’oued Sikkak- Thèse 3eme cycle, université Oran.

KHATIM KERRAZ, 2002 « Gestion des Ressources en eau en Algérie », Office


International de l’Eau.

LECOMTE P. (1995) : Les sites contaminés, traitement des sols et des eaux souterraines.
Technique et documentation. Lavoisier, 1995.

MEHDI 2012 « Planification et gestion des ressourcesen eau dans la ville de tlemcen »
mémoire de magister en hydraulique université MOHAMED BOUDIAF USTO.
ONA : office national d’assainissement.

109
QUAL2K Docume ntation and Users Manual; Steve Chapra and Greg Pelletier
November 25, 2003
RAKOTONDRABE Felaniaina ,2007 « Etude de la vulnérabilité des ressources en eau aux
changements climatiques, modélisation par le logiciel WEAP 21 : cas du bassin versant de
Morondava(Sud-ouest de Madagascar) » .
TAC (comité technique consultatif),2000. La gestion intégrée des ressources en eau.

Us army corps of engineer’s hydrologic engineering cente r, « HEC-RAS river analysis


system» user’s manuel version 4.1 january 2010 .chapter 19
WEAP Tutorial «Une collection de modules autonomes pour aider à apprendre le logiciel
WEAP » Stockholm Environnement Institute, 2008.
ZENASNI SOUMIA 2013 « modélisations de la qualité des eaux d’oued mouillah jusqu'à
barrage boughrara –application de HEC RAS- » mémoire de magister en hydraulique
université MOHAMED BOUDIAF USTO.

(ANBT) : Agence national des barrage et de transport .

(ABHOCC) : l’agence du basin hydrographique Oranie Chott-Chergui

Encyclopédie Encarta 2004).

DRE (direction des ressources en eau), 2011, la production mensuelle des eaux souterraine.

Les sites internet :

(www.cc.gc.ca/water/fr/info/pubs/FS/f_FSA9.htm).

http://www.epa.gov/athens/wwqtsc/html/qual2k.html

(www.eau-de-pluie.com).

http://www.weap21.org.

Google Earth.

Google translate.

110
Les valeurs moyennes du ( 16 /1/2011)

x(km) DO(mgO2/L) CBODs(mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) Inorg P(ugP/L)


32.00 8.10 15.40 4250.00 7000.00 4500.00 940.00
30.00 8.90 15.35 4101.85 7087.69 4388.90 698.36
26.00 9.52 15.31 3966.79 7164.17 4282.52 521.73
21.75 10.34 15.27 3835.81 7190.94 4121.96 318.59
17.25 10.88 13.52 3303.30 6398.01 3534.97 182.42
13.50 11.06 13.40 3221.12 6378.69 3461.99 158.18
10.50 11.34 13.38 3167.43 6408.99 3418.02 138.99
7.50 11.67 13.36 3116.33 6430.67 3367.24 117.03
4.50 11.88 13.35 3067.06 6451.11 3317.38 99.28
2.25 11.95 13.34 3033.27 6468.16 3286.66 90.95
0.75 12.03 13.33 3000.31 6484.62 3256.28 83.62
0.00 12.03 13.33 3000.31 6484.62 3256.28 83.62

Les valeurs minim ales du ( 16 /1/2011)

Distance DO(mgO2/L) CBODs (mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) Inorg P(ugP/L)


x(km) Min Min Min Min Min Min
32.00 8.10 15.40 4250.00 7000.00 4500.00 940.00
30.00 8.65 15.35 4084.20 7082.65 4385.34 697.31
26.00 8.94 15.29 3924.75 7151.27 4273.88 519.23
21.75 9.23 15.25 3766.80 7172.44 4108.46 315.18
17.25 9.50 13.49 3224.81 6377.22 3519.93 178.88
13.50 9.63 13.36 3131.89 6352.16 3444.42 153.64
10.50 9.85 13.34 3068.43 6376.76 3398.14 133.59
7.50 10.12 13.32 3010.36 6394.29 3345.83 111.30
4.50 10.30 13.31 2956.32 6410.88 3294.90 93.32
2.25 10.37 13.30 2919.56 6424.78 3263.43 84.67
0.75 10.45 13.28 2884.36 6438.28 3232.47 77.09
0.00 10.45 13.28 2884.36 6438.28 3232.47 77.09
Les valeurs maximales du ( 16 /1/2011)

Distance DO(mgO2/L) CBODs (mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) Inorg P(ugP/L)


x(km) Max Max Max Max Max Max
32.00 8.10 15.40 4250.00 7000.00 4500.00 940.00
30.00 9.02 15.35 4110.43 7100.93 4390.28 701.38
26.00 9.78 15.31 3987.43 7195.58 4286.14 528.56
21.75 10.86 15.28 3872.12 7232.69 4128.08 327.53
17.25 11.57 13.54 3347.39 6441.19 3542.33 191.30
13.50 11.82 13.41 3272.48 6431.22 3470.95 169.10
10.50 12.17 13.40 3226.09 6470.09 3428.61 151.40
7.50 12.58 13.39 3181.49 6496.59 3379.19 129.62
4.50 12.87 13.38 3138.29 6520.23 3330.62 111.73
2.25 12.98 13.37 3108.75 6539.79 3300.86 103.55
0.75 13.09 13.36 3079.77 6558.14 3271.40 96.20
0.00 13.09 13.36 3079.77 6558.14 3271.40 96.20
Les valeurs moyennes du ( 15/2/2011) :

x(km) DO(mgO2/L) CBODs (mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) Inorg P (ugP/L)


32.00 7.00 26.20 500.00 53000.00 6860.00 8850.00
30.00 8.94 26.12 462.24 52888.55 6692.77 6421.73
26.00 9.76 26.05 425.37 52781.35 6531.37 4664.78
21.75 10.43 25.99 368.89 52572.20 6285.67 2773.38
17.25 10.85 22.86 279.89 46191.19 5356.95 1530.18
13.50 11.06 22.63 261.33 45739.76 5241.75 1274.78
10.50 11.32 22.60 245.92 45694.25 5174.67 1073.09
7.50 11.57 22.57 228.31 45635.80 5097.38 867.22
4.50 11.73 22.54 211.38 45576.72 5021.43 702.48
2.25 11.80 22.52 201.29 45541.43 4974.43 618.15
0.75 11.85 22.50 191.52 45505.87 4927.95 544.76
0.00 11.85 22.50 191.52 45505.87 4927.95 544.76

Les valeurs minim ales du ( 15/2/2011) :

Distance DO(mgO2/L) CBODs(mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) Inorg P(ugP/L)


x(km) Min Min Min Min Min Min
32.00 7.00 26.20 500.00 53000.00 6860.00 8850.00
30.00 8.62 26.11 459.99 52881.77 6686.19 6419.51
26.00 9.03 26.02 421.32 52760.81 6514.87 4659.29
21.75 9.06 25.93 361.72 52495.04 6258.84 2765.64
17.25 9.19 22.79 271.23 46078.92 5326.56 1522.09
13.50 9.36 22.55 251.93 45617.73 5205.82 1264.48
10.50 9.56 22.51 236.13 45561.89 5133.51 1060.89
7.50 9.72 22.47 218.04 45489.12 5052.59 854.24
4.50 9.84 22.44 200.72 45417.06 4973.93 688.91
2.25 9.92 22.41 190.49 45374.55 4925.06 603.83
0.75 10.00 22.39 180.62 45332.27 4877.09 529.84
0.00 10.00 22.39 180.62 45332.27 4877.09 529.84

Les valeurs maximales du ( 15/2/2011) :

Distance DO(mgO2/L) CBODs(mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) Inorg P(ugP/L)


x(km) Max Max Max Max Max Max
32.00 7.00 26.20 500.00 53000.00 6860.00 8850.00
30.00 9.10 26.13 464.46 52891.76 6695.53 6427.53
26.00 10.12 26.06 429.38 52791.45 6538.75 4678.22
21.75 11.16 26.02 376.32 52611.27 6298.45 2791.83
17.25 11.78 22.90 291.41 46251.31 5372.40 1548.91
13.50 12.07 22.67 273.03 45807.19 5260.65 1297.92
10.50 12.42 22.65 257.87 45769.84 5197.09 1099.62
7.50 12.78 22.63 241.26 45722.58 5122.78 894.50
4.50 13.03 22.60 225.17 45675.01 5049.67 729.83
2.25 13.14 22.59 215.29 45646.55 5004.81 646.11
0.75 13.23 22.57 205.65 45617.81 4960.37 572.93
0.00 13.23 22.57 205.65 45617.81 4960.37 572.93
Les valeurs moyennes du ( 16/3/2011) :

CBODs
x(km) DO(mgO2/L) (mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) Inorg P(ugP/L)
32.00 7.00 5.70 2350.00 2000.00 6960.00 2500.00
30.00 8.81 5.68 2268.28 2060.10 6789.45 1835.07
26.00 9.55 5.67 2187.41 2116.63 6623.85 1353.16
21.75 10.14 5.66 2090.46 2156.44 6372.17 817.89
17.25 10.43 5.45 1926.72 2114.05 5922.33 489.05
13.50 10.50 5.35 1848.96 2107.24 5736.90 411.13
10.50 10.71 5.35 1805.85 2135.70 5654.80 353.77
7.50 10.94 5.34 1762.64 2159.00 5560.97 291.54
4.50 11.06 5.34 1720.70 2181.26 5468.83 242.34
2.25 11.09 5.34 1692.78 2198.25 5411.56 219.09
0.75 11.12 5.34 1665.53 2214.73 5354.95 198.94
0.00 11.12 5.34 1665.53 2214.73 5354.95 198.94

Les valeurs minim ales du ( 16/3/2011) :

Distance DO(mgO2/L) CBODs (mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) InorgP(ugP/L)


x(km) Min Min Min Min Min Min
32.00 7.00 5.70 2350.00 2000.00 6960.00 2500.00
30.00 8.41 5.68 2255.41 2053.94 6781.04 1832.02
26.00 8.65 5.66 2155.51 2100.11 6602.15 1345.52
21.75 8.55 5.65 2039.08 2128.01 6335.87 807.00
17.25 8.47 5.44 1861.60 2074.53 5874.10 475.87
13.50 8.50 5.34 1773.02 2058.40 5678.64 394.02
10.50 8.66 5.34 1719.22 2077.23 5586.80 333.26
7.50 8.82 5.33 1668.46 2092.58 5486.11 269.75
4.50 8.92 5.33 1621.11 2107.41 5388.80 219.63
2.25 8.97 5.33 1589.78 2118.90 5327.96 195.14
0.75 9.02 5.33 1560.00 2130.26 5268.55 174.04
0.00 9.02 5.33 1560.00 2130.26 5268.55 174.04

Les valeurs maximales du ( 16/3/2011) :

Distance DO(mgO2/L) CBODs (mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) Inorg P(ugP/L)


x(km) Max Max Max Max Max Max
32.00 7.00 5.70 2350.00 2000.00 6960.00 2500.00
30.00 9.03 5.69 2276.09 2073.67 6793.33 1842.25
26.00 10.03 5.67 2206.26 2151.21 6634.33 1370.36
21.75 11.07 5.66 2122.22 2213.66 6390.51 842.17
17.25 11.69 5.46 1968.67 2189.54 5947.99 518.02
13.50 11.83 5.36 1898.20 2197.69 5768.69 447.90
10.50 12.15 5.36 1862.83 2240.32 5693.02 396.62
7.50 12.49 5.35 1826.14 2273.24 5604.57 335.76
4.50 12.72 5.35 1790.35 2302.40 5517.50 286.76
2.25 12.79 5.35 1766.75 2324.03 5464.03 264.65
0.75 12.86 5.34 1743.58 2343.97 5411.03 244.96
0.00 12.86 5.34 1743.58 2343.97 5411.03 244.96
Les valeurs moyennes du (16/4/2011):

x(km) DO(mgO2/L) CBODs(mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) Inorg P(ugP/L)


32.00 3.90 5.80 4900.00 39000.00 6140.00 2120.00
30.00 7.26 5.78 4648.24 38863.89 5974.00 1569.29
26.00 8.28 5.76 4409.30 38727.43 5814.28 1168.64
21.75 9.05 5.75 4156.78 38337.08 5583.56 713.08
17.25 9.38 5.68 3875.74 37515.16 5302.39 438.44
13.50 9.39 5.54 3667.06 36603.34 5100.12 371.09
10.50 9.61 5.54 3551.44 36540.27 5019.63 323.55
7.50 9.86 5.54 3440.21 36431.21 4929.68 269.68
4.50 10.00 5.54 3333.42 36321.84 4841.62 227.01
2.25 10.02 5.54 3261.30 36266.32 4786.33 207.57
0.75 10.05 5.55 3191.31 36210.14 4731.80 190.64
0.00 10.05 5.55 3191.31 36210.14 4731.80 190.64

Les valeurs minim ales du (16/4/2011):

Distance DO(mgO2/L) CBODs (mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) Inorg P(ugP/L)


x(km) Min Min Min Min Min Min
32.00 3.90 5.80 4900.00 39000.00 6140.00 2120.00
30.00 6.92 5.77 4601.65 38853.56 5961.97 1564.53
26.00 7.48 5.75 4294.72 38697.32 5783.62 1156.98
21.75 7.61 5.74 3967.46 38146.21 5533.45 696.95
17.25 7.57 5.67 3623.77 37153.28 5234.54 418.76
13.50 7.53 5.54 3377.51 36238.72 5019.06 346.02
10.50 7.67 5.53 3224.89 36161.24 4925.39 293.86
7.50 7.87 5.53 3087.75 36017.45 4826.27 238.46
4.50 7.98 5.53 2963.33 35878.43 4731.31 194.81
2.25 8.00 5.53 2880.50 35810.24 4671.23 173.83
0.75 8.04 5.53 2803.09 35743.12 4612.96 155.78
0.00 8.04 5.53 2803.09 35743.12 4612.96 155.78

Les valeurs maximales du (16/4/2011):

Distance DO(mgO2/L) CBODs(mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) Inorg P(ugP/L)


x(km) Max Max Max Max Max Max
32.00 3.90 5.80 4900.00 39000.00 6140.00 2120.00
30.00 7.47 5.78 4675.14 38869.92 5980.05 1579.56
26.00 8.78 5.76 4475.68 38748.39 5830.25 1192.95
21.75 9.99 5.75 4271.10 38447.15 5610.63 746.73
17.25 10.68 5.68 4034.55 37728.26 5340.63 479.29
13.50 10.77 5.55 3852.15 36823.91 5146.81 422.15
10.50 11.10 5.55 3764.23 36774.69 5075.28 382.68
7.50 11.47 5.56 3676.01 36695.15 4992.65 330.37
4.50 11.70 5.57 3589.78 36615.70 4911.38 287.75
2.25 11.77 5.57 3531.94 36574.69 4861.16 269.75
0.75 11.84 5.58 3474.93 36532.94 4811.38 253.36
0.00 11.84 5.58 3474.93 36532.94 4811.38 253.36
Les valeurs moyennes du (16/5/2011):

x(km) DO(mgO2/L) CBODs (mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) Inorg (ugP/L)


32.00 5.50 14.10 3050.00 28000.00 1300.00 540.00
30.00 7.98 14.05 2899.73 27899.13 1269.02 394.83
26.00 8.79 14.00 2751.10 27799.09 1238.88 289.69
21.75 9.33 13.96 2570.58 27526.95 1194.85 172.62
17.25 9.53 13.92 2394.85 27254.32 1152.05 103.57
13.50 9.53 13.47 2238.54 26363.18 1100.06 85.38
10.50 9.74 13.45 2158.99 26310.63 1083.73 73.12
7.50 9.94 13.43 2079.17 26225.98 1065.45 59.70
4.50 10.04 13.41 2002.14 26140.57 1047.37 49.24
2.25 10.05 13.40 1951.34 26095.44 1035.90 44.48
0.75 10.07 13.39 1901.96 26049.73 1024.53 40.40
0.00 10.07 13.39 1901.96 26049.73 1024.53 40.40

Les valeurs minim ales du (16/5/2011):

Distance DO(mgO2/L) CBODs (mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) Inorg(ugP/L)


x(km) Min Min Min Min Min Min
32.00 5.50 14.10 3050.00 28000.00 1300.00 540.00
30.00 7.57 14.04 2874.79 27887.48 1267.40 393.72
26.00 7.88 13.97 2688.44 27765.52 1234.67 287.03
21.75 7.75 13.91 2469.32 27372.77 1189.43 168.67
17.25 7.58 13.86 2259.64 26961.38 1145.12 98.50
13.50 7.57 13.40 2082.73 26066.82 1090.53 79.04
10.50 7.72 13.37 1981.57 26000.88 1071.46 65.67
7.50 7.86 13.35 1887.12 25886.85 1051.31 51.91
4.50 7.93 13.33 1799.77 25775.74 1031.64 41.27
2.25 7.96 13.31 1742.37 25718.91 1018.89 36.18
0.75 7.99 13.30 1688.24 25663.27 1006.39 31.88
0.00 7.99 13.30 1688.24 25663.27 1006.39 31.88

Les valeurs maximales du (16/5/2011):

Distance DO(mgO2/L) CBODs (mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) Inorg(ugP/L)


x(km) Max Max Max Max Max Max
32.00 5.50 14.10 3050.00 28000.00 1300.00 540.00
30.00 8.24 14.05 2915.76 27905.71 1269.89 397.02
26.00 9.38 14.02 2790.74 27819.58 1241.22 295.06
21.75 10.45 13.99 2637.94 27620.84 1197.99 180.84
17.25 11.05 13.96 2488.76 27437.11 1156.24 114.18
13.50 11.10 13.52 2347.54 26553.32 1105.85 98.25
10.50 11.43 13.50 2284.64 26514.78 1091.27 87.84
7.50 11.75 13.49 2218.08 26455.98 1074.30 74.72
4.50 11.94 13.47 2152.61 26396.27 1057.52 64.16
2.25 11.99 13.46 2109.89 26363.87 1047.12 59.68
0.75 12.03 13.45 2067.73 26330.60 1036.78 55.65
0.00 12.03 13.45 2067.73 26330.60 1036.78 55.65
Les valeurs moyennes du ( 15/6/2011):

x(km) DO(mgO2/L) CBODs (mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) Inorg(ugP/L)


32.00 3.00 5.30 540.00 31000.00 4210.00 370.00
30.00 6.78 5.27 465.63 30921.91 4084.51 301.51
26.00 7.83 5.26 396.08 30842.81 3965.22 249.07
21.75 8.45 5.25 294.94 30647.83 3801.51 166.35
17.25 8.77 5.26 204.07 30420.49 3646.10 115.66
13.50 8.82 4.79 160.91 27634.41 3266.35 102.13
10.50 9.22 4.80 138.12 27577.21 3214.75 99.14
7.50 9.48 4.80 112.94 27501.27 3157.88 90.71
4.50 9.61 4.81 90.93 27421.55 3102.17 83.70
2.25 9.67 4.82 79.14 27372.70 3066.82 81.96
0.75 9.71 4.82 68.82 27322.34 3031.96 80.27
0.00 9.71 4.82 68.82 27322.34 3031.96 80.27

Les valeurs minim ales du ( 15/6/2011):

Distance DO(mgO2/L) CBODs (mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) Inorg P(ugP/L)


x(km) Min Min Min Min Min Min
32.00 3.00 5.30 540.00 31000.00 4210.00 370.00
30.00 6.54 5.27 458.88 30916.98 4073.17 296.52
26.00 7.19 5.25 383.88 30824.44 3936.75 237.23
21.75 7.21 5.25 270.27 30550.09 3756.15 150.58
17.25 7.18 5.25 167.42 30208.51 3584.47 96.81
13.50 7.31 4.78 125.98 27421.26 3200.39 80.97
10.50 7.62 4.77 102.10 27345.25 3139.76 74.74
7.50 7.75 4.77 75.44 27243.30 3076.44 65.38
4.50 7.81 4.77 52.96 27140.51 3015.64 57.75
2.25 7.89 4.78 41.46 27079.52 2976.64 54.86
0.75 7.93 4.78 31.97 27018.54 2938.79 52.29
0.00 7.93 4.78 31.97 27018.54 2938.79 52.29

Les valeurs maximales du ( 15/6/2011):

Inorg P
Distance DO(mgO2/L) CBODs (mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) (ugP/L)
x(km) Max Max Max Max Max Max
32.00 3.00 5.30 540.00 31000.00 4210.00 370.00
30.00 6.97 5.28 472.01 30925.96 4090.82 311.24
26.00 8.28 5.26 406.55 30855.30 3981.47 271.73
21.75 9.35 5.25 321.84 30707.36 3828.13 196.74
17.25 10.03 5.28 257.17 30552.02 3683.52 152.11
13.50 10.06 4.83 212.73 27770.11 3307.24 142.20
10.50 10.59 4.85 193.16 27728.79 3262.27 144.49
7.50 11.00 4.87 172.67 27674.22 3210.81 136.97
4.50 11.24 4.88 153.66 27615.49 3160.15 130.05
2.25 11.35 4.90 142.56 27578.56 3128.62 129.56
0.75 11.43 4.91 131.94 27539.52 3097.35 128.54
0.00 11.43 4.91 131.94 27539.52 3097.35 128.54
Les valeurs moyennes du ( 16/7/2011):

x(km) DO(mgO2/L) CBODs (mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) Inorg P(ugP/L)


32.00 3.75 5.60 767.50 31000.00 3680.00 527.50
30.00 6.98 5.57 681.06 30901.61 3572.82 409.18
26.00 7.93 5.55 600.17 30809.99 3470.73 321.29
21.75 8.54 5.55 486.90 30594.48 3329.71 205.26
17.25 8.86 5.55 381.78 30356.31 3195.59 135.27
13.50 8.89 5.03 314.52 27430.55 2848.54 113.71
10.50 9.31 5.03 285.12 27376.72 2804.57 106.19
7.50 9.57 5.04 252.12 27305.36 2755.95 94.18
4.50 9.71 5.04 221.06 27232.06 2708.27 84.41
2.25 9.76 5.05 202.89 27188.22 2678.03 80.95
0.75 9.80 5.05 185.64 27143.62 2648.19 77.81
0.00 9.80 5.05 185.64 27143.62 2648.19 77.81

Les valeurs minim ales du ( 16/7/2011):

Inorg P
Distance DO(mgO2/L) CBODs (mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) (ugP/L)
x(km) Min Min Min Min Min Min
32.00 3.75 5.60 767.50 31000.00 3680.00 527.50
30.00 6.72 5.57 673.82 30894.76 3563.55 405.06
26.00 7.27 5.54 586.63 30787.50 3447.43 311.50
21.75 7.28 5.54 463.43 30482.45 3292.97 192.05
17.25 7.24 5.54 347.80 30121.04 3145.85 119.31
13.50 7.36 5.02 282.93 27197.83 2795.44 95.94
10.50 7.67 5.01 252.67 27125.55 2744.04 85.70
7.50 7.81 5.01 217.64 27027.10 2690.15 72.89
4.50 7.88 5.01 184.62 26929.00 2638.28 62.59
2.25 7.95 5.01 165.54 26871.68 2604.99 58.16
0.75 7.99 5.01 147.43 26814.71 2572.65 54.29
0.00 7.99 5.01 147.43 26814.71 2572.65 54.29

Les valeurs maximales du ( 16/7/2011):

Distance DO(mgO2/L) CBODs (mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) Inorg (ugP/L)


x(km) Max Max Max Max Max Max
32.00 3.75 5.60 767.50 31000.00 3680.00 527.50
30.00 7.18 5.58 688.65 30906.66 3577.90 417.36
26.00 8.39 5.56 613.77 30824.51 3483.85 340.42
21.75 9.45 5.55 506.50 30660.80 3351.03 231.23
17.25 10.13 5.57 421.37 30498.95 3225.51 166.66
13.50 10.12 5.05 352.01 27575.27 2881.16 147.89
10.50 10.67 5.07 324.60 27537.02 2842.58 144.76
7.50 11.09 5.09 296.61 27487.35 2798.36 133.51
4.50 11.34 5.10 270.32 27435.98 2754.81 123.79
2.25 11.44 5.11 254.21 27404.80 2727.72 121.35
0.75 11.52 5.13 238.71 27372.67 2700.85 118.74
0.00 11.52 5.13 238.71 27372.67 2700.85 118.74
Les valeurs moyennes du ( 16/8/2011):

x(km) DO(mgO2/L) CBODs (mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) Inorg P(ugP/L)


32.00 4.50 5.90 995.00 31000.00 3150.00 685.00
30.00 7.20 5.87 900.09 30877.22 3060.57 517.26
26.00 8.07 5.85 812.01 30770.06 2975.51 393.93
21.75 8.70 5.84 694.47 30535.62 2857.16 244.41
17.25 9.05 5.84 584.83 30290.35 2744.60 154.84
13.50 9.07 5.33 498.57 27598.80 2467.66 126.59
10.50 9.48 5.33 465.05 27546.20 2430.40 114.15
7.50 9.76 5.33 428.24 27476.17 2389.02 98.15
4.50 9.91 5.34 393.19 27405.23 2348.43 85.28
2.25 9.96 5.34 372.01 27363.65 2322.78 79.90
0.75 10.01 5.34 351.66 27321.66 2297.47 75.14
0.00 10.01 5.34 351.66 27321.66 2297.47 75.14

Les valeurs minim ales du ( 16/8/2011):

Distance DO(mgO2/L) CBODs (mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) Inorg P(ugP/L)


x(km) Min Min Min Min Min Min
32.00 4.50 5.90 995.00 31000.00 3150.00 685.00
30.00 6.93 5.87 891.15 30866.18 3053.39 514.17
26.00 7.40 5.84 794.09 30740.09 2957.59 386.65
21.75 7.42 5.83 670.04 30409.64 2829.48 234.51
17.25 7.40 5.83 553.83 30041.44 2707.62 142.79
13.50 7.50 5.32 470.58 27353.59 2427.60 112.97
10.50 7.81 5.32 437.47 27284.47 2384.59 98.41
7.50 7.97 5.32 399.55 27189.65 2339.22 81.78
4.50 8.05 5.32 363.52 27096.49 2295.53 68.51
2.25 8.12 5.32 342.26 27042.99 2267.63 62.40
0.75 8.17 5.32 321.85 26990.10 2240.48 57.10
0.00 8.17 5.32 321.85 26990.10 2240.48 57.10

Les valeurs maximales du ( 16/8/2011):

Distance DO(mgO2/L) CBODs (mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) Inorg P(ugP/L)


x(km) Max Max Max Max Max Max
32.00 4.50 5.90 995.00 31000.00 3150.00 685.00
30.00 7.39 5.88 908.65 30883.87 3064.28 523.76
26.00 8.51 5.86 828.50 30787.67 2985.10 409.10
21.75 9.57 5.85 715.57 30606.69 2872.54 265.11
17.25 10.26 5.84 611.17 30435.59 2766.02 179.88
13.50 10.27 5.34 522.20 27745.82 2491.42 154.13
10.50 10.80 5.35 488.40 27707.51 2458.26 145.17
7.50 11.23 5.36 453.50 27657.64 2420.18 129.68
4.50 11.49 5.37 420.95 27607.01 2382.70 116.70
2.25 11.59 5.38 400.53 27577.01 2359.43 111.99
0.75 11.68 5.39 381.00 27546.42 2336.37 107.50
0.00 11.68 5.39 381.00 27546.42 2336.37 107.50
Les valeurs moyennes du (15/9/2011):

x(km) DO(mgO2/L) CBODs (mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) Inorg P (ugP/L)


32.00 5.25 6.20 1222.50 31000.00 2620.00 842.50
30.00 7.44 6.17 1122.15 30856.25 2547.64 625.82
26.00 8.25 6.15 1030.50 30733.94 2479.08 467.30
21.75 8.93 6.14 915.09 30486.31 2382.89 284.32
17.25 9.33 6.13 808.22 30241.78 2291.48 175.10
13.50 9.43 5.93 741.38 29218.11 2184.21 146.68
10.50 9.71 5.93 702.62 29157.70 2150.55 127.70
7.50 9.97 5.93 661.51 29077.40 2112.99 106.03
4.50 10.14 5.93 622.49 28997.54 2076.22 88.85
2.25 10.21 5.92 598.41 28951.64 2053.16 81.05
0.75 10.27 5.92 575.24 28905.73 2030.41 74.25
0.00 10.27 5.92 575.24 28905.73 2030.41 74.25

Les valeurs minim ales du (15/9/2011):

Distance DO(mgO2/L) CBODs (mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) Inorg P (ugP/L)


x(km) Min Min Min Min Min Min
32.00 5.25 6.20 1222.50 31000.00 2620.00 842.50
30.00 7.17 6.17 1111.49 30841.10 2542.60 623.75
26.00 7.61 6.14 1007.98 30696.45 2466.70 462.53
21.75 7.68 6.12 886.02 30354.50 2364.36 277.85
17.25 7.70 6.12 775.09 29999.51 2267.32 167.21
13.50 7.80 5.92 708.82 28964.87 2155.64 136.87
10.50 8.02 5.92 669.77 28887.67 2117.39 116.22
7.50 8.19 5.91 628.41 28782.53 2076.85 94.08
4.50 8.30 5.91 589.56 28681.64 2037.92 76.67
2.25 8.39 5.91 565.96 28625.00 2013.31 68.37
0.75 8.46 5.91 543.41 28569.82 1989.38 61.24
0.00 8.46 5.91 543.41 28569.82 1989.38 61.24

Les valeurs maximales du (15/9/2011):

Distance DO(mgO2/L) CBODs (mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) Inorg P (ugP/L)


x(km) Max Max Max Max Max Max
32.00 5.25 6.20 1222.50 31000.00 2620.00 842.50
30.00 7.62 6.17 1131.00 30863.96 2550.04 630.51
26.00 8.64 6.15 1048.31 30753.77 2485.26 478.12
21.75 9.70 6.14 939.88 30556.32 2392.61 299.00
17.25 10.42 6.14 836.71 30376.62 2304.84 192.73
13.50 10.57 5.94 771.03 29363.61 2200.42 167.87
10.50 10.96 5.93 733.89 29318.03 2169.90 151.74
7.50 11.34 5.93 693.53 29258.57 2134.80 130.29
4.50 11.61 5.94 654.73 29199.27 2100.31 112.72
2.25 11.72 5.94 630.61 29164.83 2078.99 105.20
0.75 11.82 5.94 607.21 29130.06 2057.88 98.34
0.00 11.82 5.94 607.21 29130.06 2057.88 98.34
Les valeurs moyennes du (16/10/2011):

x(km) DO(mgO2/L) CBODs (mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) Inorg P (ugP/L)


32.00 6.00 6.50 1450.00 31000.00 2090.00 1000.00
30.00 7.69 6.47 1347.29 30846.38 2033.89 734.97
26.00 8.46 6.45 1255.40 30714.68 1980.99 541.73
21.75 9.22 6.43 1147.48 30463.25 1906.01 325.45
17.25 9.73 6.20 1014.81 29180.46 1772.48 192.29
13.50 9.88 6.08 958.56 28625.66 1716.79 160.18
10.50 10.16 6.08 921.91 28574.97 1692.14 136.35
7.50 10.46 6.07 883.94 28507.09 1664.30 110.89
4.50 10.65 6.07 847.82 28440.43 1637.03 90.75
2.25 10.74 6.07 825.04 28402.89 1620.03 81.03
0.75 10.81 6.06 803.04 28365.57 1603.25 72.61
0.00 10.81 6.06 803.04 28365.57 1603.25 72.61

Les valeurs minim ales du (16/10/2011):

Distance DO(mgO2/L) CBODs (mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) Inorg P (ugP/L)


x(km) Min Min Min Min Min Min
32.00 6.00 6.50 1450.00 31000.00 2090.00 1000.00
30.00 7.47 6.47 1336.16 30830.97 2030.84 733.77
26.00 7.89 6.44 1231.33 30676.96 1973.64 539.06
21.75 8.09 6.42 1114.23 30344.53 1895.46 321.89
17.25 8.24 6.18 978.12 28992.38 1759.88 188.23
13.50 8.37 6.07 919.62 28429.72 1701.77 155.06
10.50 8.59 6.06 880.53 28369.40 1674.80 130.33
7.50 8.79 6.06 841.21 28286.37 1645.52 104.61
4.50 8.94 6.05 804.55 28207.56 1617.23 84.31
2.25 9.04 6.05 781.59 28164.11 1599.50 74.32
0.75 9.12 6.05 759.67 28121.80 1582.17 65.72
0.00 9.12 6.05 759.67 28121.80 1582.17 65.72

Les valeurs maximales du (16/10/2011):

Distance DO(mgO2/L) CBODs (mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) Inorg P (ugP/L)


x(km) Max Max Max Max Max Max
32.00 6.00 6.50 1450.00 31000.00 2090.00 1000.00
30.00 7.84 6.47 1355.42 30853.28 2035.22 737.89
26.00 8.77 6.45 1272.17 30732.72 1984.37 548.36
21.75 9.84 6.44 1172.60 30522.08 1911.19 334.30
17.25 10.61 6.20 1044.20 29279.51 1779.11 202.19
13.50 10.82 6.09 990.51 28732.70 1724.97 172.14
10.50 11.19 6.09 956.49 28691.61 1701.91 149.80
7.50 11.59 6.08 920.33 28637.44 1675.31 124.41
4.50 11.88 6.08 885.48 28584.21 1649.20 103.96
2.25 12.01 6.07 863.48 28554.03 1633.09 94.32
0.75 12.12 6.07 842.08 28523.84 1617.16 85.79
0.00 12.12 6.07 842.08 28523.84 1617.16 85.79
Les valeurs moyennes du (16/11/2011):

x(km) DO(mgO2/L) CBODs (mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) Inorg P (ugP/L)


32.00 7.30 25.90 3550.00 37000.00 1320.00 320.00
30.00 8.66 25.82 3432.85 36858.76 1288.31 236.07
26.00 9.39 25.74 3325.64 36724.53 1257.91 174.85
21.75 10.22 25.67 3223.81 36423.25 1212.18 105.24
17.25 10.75 22.68 2776.02 32039.12 1038.47 59.11
13.50 10.94 22.46 2708.11 31731.57 1016.99 50.76
10.50 11.21 22.43 2664.85 31688.92 1004.26 44.17
7.50 11.53 22.41 2624.13 31624.55 989.57 36.78
4.50 11.73 22.38 2584.78 31560.65 975.11 30.85
2.25 11.80 22.36 2557.68 31527.31 966.16 28.06
0.75 11.87 22.34 2531.26 31494.15 957.31 25.61
0.00 11.87 22.34 2531.26 31494.15 957.31 25.61

Les valeurs minim ales du (16/11/2011):

Distance DO(mgO2/L) CBODs (mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) Inorg P (ugP/L)


x(km) Min Min Min Min Min Min
32.00 7.30 25.90 3550.00 37000.00 1320.00 320.00
30.00 8.40 25.80 3417.27 36847.78 1287.33 235.67
26.00 8.80 25.71 3288.51 36695.01 1255.53 173.98
21.75 9.07 25.62 3163.19 36315.29 1208.76 104.07
17.25 9.33 22.63 2707.70 31890.30 1034.76 57.93
13.50 9.46 22.40 2630.66 31580.43 1012.51 49.27
10.50 9.67 22.36 2578.90 31534.30 999.04 42.40
7.50 9.92 22.33 2531.92 31460.26 983.86 34.90
4.50 10.09 22.29 2488.30 31389.52 969.03 28.90
2.25 10.16 22.27 2458.53 31353.59 959.82 26.01
0.75 10.24 22.25 2430.09 31318.40 950.74 23.49
0.00 10.24 22.25 2430.09 31318.40 950.74 23.49

Les valeurs maximales du (16/11/2011):

Distance DO(mgO2/L) CBODs (mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) Inorg P (ugP/L)


x(km) Max Max Max Max Max Max
32.00 7.30 25.90 3550.00 37000.00 1320.00 320.00
30.00 8.79 25.82 3440.90 36863.35 1288.70 237.09
26.00 9.67 25.75 3344.77 36737.89 1258.93 177.18
21.75 10.77 25.70 3257.48 36475.57 1213.76 108.38
17.25 11.48 22.71 2815.03 32115.23 1040.32 62.21
13.50 11.74 22.50 2752.70 31810.44 1019.32 54.52
10.50 12.09 22.47 2715.21 31772.47 1007.08 48.41
7.50 12.50 22.45 2679.83 31717.71 992.79 41.05
4.50 12.78 22.43 2645.91 31658.77 978.72 35.04
2.25 12.89 22.42 2622.72 31629.63 970.07 32.28
0.75 13.00 22.40 2600.10 31601.59 961.51 29.81
0.00 13.00 22.40 2600.10 31601.59 961.51 29.81
Les valeurs moyennes du (16/12/2011):

x(km) DO(mgO2/L) CBODs (mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) Inorg P (ugP/L)


32.00 6.50 18.20 3700.00 10000.00 1130.00 210.00
30.00 9.22 18.16 3590.69 10035.80 1104.44 154.59
26.00 10.30 18.12 3487.36 10067.97 1079.66 114.29
21.75 11.19 18.08 3377.49 10055.45 1040.99 68.67
17.25 11.62 16.01 2909.66 8912.41 893.79 38.64
13.50 11.81 15.87 2840.35 8858.17 875.87 33.26
10.50 12.08 15.85 2795.73 8874.42 865.23 29.02
7.50 12.40 15.83 2752.11 8883.05 852.82 24.23
4.50 12.60 15.82 2709.81 8891.08 840.59 20.40
2.25 12.67 15.80 2681.12 8899.66 833.07 18.62
0.75 12.73 15.79 2653.01 8907.92 825.62 17.06
0.00 12.73 15.79 2653.01 8907.92 825.62 17.06

Les valeurs minim ales du (16/12/2011):

Distance DO(mgO2/L) CBODs (mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) Inorg P (ugP/L)


x(km) Min Min Min Min Min Min
32.00 6.50 18.20 3700.00 10000.00 1130.00 210.00
30.00 8.95 18.15 3579.49 10033.63 1103.91 154.38
26.00 9.67 18.10 3459.41 10062.62 1078.36 113.83
21.75 10.00 18.06 3330.36 10050.36 1039.06 68.05
17.25 10.18 15.98 2855.42 8907.96 891.62 38.00
13.50 10.32 15.83 2778.44 8850.64 873.21 32.43
10.50 10.54 15.81 2726.74 8863.87 862.12 28.03
7.50 10.80 15.79 2677.87 8870.81 849.39 23.17
4.50 10.98 15.78 2631.78 8877.30 836.93 19.29
2.25 11.05 15.76 2600.70 8884.30 829.24 17.45
0.75 11.14 15.75 2570.73 8891.08 821.65 15.84
0.00 11.14 15.75 2570.73 8891.08 821.65 15.84

Les valeurs maximales du (16/12/2011):

Distance DO(mgO2/L) CBODs (mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) Inorg P (ugP/L)


x(km) Max Max Max Max Max Max
32.00 6.50 18.20 3700.00 10000.00 1130.00 210.00
30.00 9.33 18.16 3596.09 10041.69 1104.64 155.15
26.00 10.56 18.12 3500.82 10081.07 1080.20 115.56
21.75 11.74 18.09 3401.72 10067.02 1041.84 70.40
17.25 12.32 16.02 2939.76 8921.62 894.84 40.39
13.50 12.57 15.88 2875.68 8873.05 877.21 35.41
10.50 12.91 15.87 2836.36 8895.03 866.88 31.46
7.50 13.31 15.85 2797.57 8906.19 854.72 26.70
4.50 13.59 15.84 2759.85 8915.98 842.73 22.82
2.25 13.69 15.83 2734.34 8926.39 835.39 21.06
0.75 13.79 15.82 2709.25 8936.12 828.13 19.49
0.00 13.79 15.82 2709.25 8936.12 828.13 19.49
Annexe 1 : Résultats de simulation spatiale :

Les valeurs moyennes du (01/01/2011)

cond CBODs
x(km) (umhos) DO(mgO2/L) (mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) Inorg P (ugP/L) pH
32.00 1234.00 8.10 15.40 4250.00 7000.00 4500.00 940.00 7.80
30.00 1234.00 8.83 15.35 4100.74 7090.48 4387.91 699.14 8.06
26.00 1234.00 9.35 15.30 3962.09 7171.44 4280.02 523.50 8.17
21.75 1234.00 10.00 15.27 3826.77 7201.76 4117.46 321.07 8.28
17.25 1094.52 10.40 13.51 3291.10 6410.81 3529.33 185.08 8.14
13.50 1085.77 10.54 13.38 3204.40 6395.62 3455.15 161.55 8.16
10.50 1085.77 10.76 13.36 3145.70 6430.24 3409.89 143.01 8.20
7.50 1085.77 11.01 13.35 3089.81 6455.43 3357.91 121.38 8.24
4.50 1085.77 11.16 13.33 3035.41 6479.45 3306.82 103.94 8.26
2.25 1085.77 11.19 13.32 2997.63 6499.51 3275.14 95.95 8.26
0.75 1085.77 11.23 13.31 2960.54 6518.97 3243.81 88.93 8.25
0.00 1085.77 11.23 13.31 2960.54 6518.97 3243.81 88.93 8.25

Les valeurs minim ales du (01/01/2011)


cond CBODs Inorg P
Distance (umhos) DO(mgO2/L) (mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) (ugP/L) pH
x(km) Min Min Min Min Min Min Min Min
32.00 1234.00 8.10 15.40 4250.00 7000.00 4500.00 940.00 7.80
30.00 1234.00 8.67 15.35 4087.62 7086.89 4385.31 698.40 8.05
26.00 1234.00 8.97 15.29 3930.71 7162.14 4273.66 521.73 8.16
21.75 1234.00 9.26 15.25 3774.17 7188.19 4107.36 318.65 8.26
17.25 1094.52 9.50 13.49 3230.14 6395.37 3517.96 182.54 8.12
13.50 1085.77 9.61 13.36 3135.36 6375.79 3441.81 158.22 8.14
10.50 1085.77 9.79 13.34 3069.44 6406.04 3394.74 138.99 8.18
7.50 1085.77 10.02 13.32 3008.02 6427.99 3341.53 117.08 8.22
4.50 1085.77 10.15 13.30 2949.68 6448.96 3289.55 99.41 8.24
2.25 1085.77 10.19 13.28 2909.11 6466.53 3257.26 91.14 8.23
0.75 1085.77 10.24 13.27 2869.99 6483.65 3225.43 83.89 8.23
0.00 1085.77 10.24 13.27 2869.99 6483.65 3225.43 83.89 8.23

Les valeurs maximales du (01/01/2011)

cond CBODs
Distance (umhos) DO(mgO2/L) (mgO2/L) NH4(ugN/L) NO3(ugN/L) Po (ugP/L) Inorg P (ugP/L) pH
x(km) Max Max Max Max Max Max Max Max
32.00 1234.00 8.10 15.40 4250.00 7000.00 4500.00 940.00 7.80
30.00 1234.00 8.91 15.35 4107.33 7100.08 4388.90 701.31 8.09
26.00 1234.00 9.53 15.31 3977.89 7194.36 4282.65 528.41 8.22
21.75 1234.00 10.33 15.27 3855.22 7232.61 4122.02 327.55 8.33
17.25 1094.52 10.84 13.52 3326.07 6443.08 3534.90 191.58 8.18
13.50 1085.77 11.01 13.40 3245.02 6435.12 3461.97 169.63 8.20
10.50 1085.77 11.27 13.38 3192.05 6476.47 3417.98 152.26 8.24
7.50 1085.77 11.57 13.36 3141.38 6505.47 3367.09 130.84 8.29
4.50 1085.77 11.76 13.35 3091.95 6532.05 3317.04 113.35 8.31
2.25 1085.77 11.81 13.34 3057.58 6554.11 3286.16 105.54 8.31
0.75 1085.77 11.87 13.33 3023.72 6575.11 3255.58 98.56 8.31
0.00 1085.77 11.87 13.33 3023.72 6575.11 3255.58 98.56 8.31
Annexe2 : Résultats simulation temporelle

Cond DO NH4 NO3 Po Inorg P


t (hr) Tempw(C) (umhos) (mg/L) (ugN/L) (ugN/L) (ugP/L) (ugP/L) pH
. 7.60 1085.77 11.43 2939.00 6524.04 3241.11 87.28 8.23
1 7.32 1085.77 11.51 2956.37 6514.03 3244.58 86.35 8.23
2 7.11 1085.77 11.57 2970.45 6506.30 3247.28 85.72 8.23
3 6.93 1085.77 11.63 2982.10 6500.24 3249.42 85.27 8.23
4 6.76 1085.77 11.68 2992.02 6495.36 3251.16 84.90 8.23
5 6.63 1085.77 11.72 2999.72 6491.83 3252.42 84.63 8.23
6 6.50 1085.77 11.75 3006.12 6489.15 3253.40 84.41 8.23
7 6.39 1085.77 11.79 3011.76 6487.01 3254.21 84.21 8.23
8 6.30 1085.77 11.81 3016.40 6485.41 3254.81 84.05 8.23
9 6.25 1085.77 11.85 3020.45 6484.15 3255.31 83.92 8.24
10 6.65 1085.77 11.85 3023.39 6483.69 3255.58 83.95 8.26
11 7.56 1085.77 11.67 3022.96 6485.30 3255.23 84.47 8.27
12 8.84 1085.77 11.36 3017.04 6489.99 3253.89 85.73 8.28
13 10.28 1085.77 10.98 3003.60 6499.65 3251.04 87.96 8.29
14 11.51 1085.77 10.64 2982.84 6513.58 3246.80 90.83 8.30
15 12.34 1085.77 10.38 2955.57 6530.90 3241.33 93.97 8.31
16 12.61 1085.77 10.25 2924.21 6549.74 3235.14 96.81 8.31
17 12.21 1085.77 10.26 2897.25 6564.63 3229.94 98.36 8.29
18 11.33 1085.77 10.37 2878.57 6573.33 3226.54 98.36 8.26
19 10.39 1085.77 10.60 2870.65 6574.72 3225.44 96.93 8.24
20 9.61 1085.77 10.83 2873.24 6569.42 3226.57 94.80 8.23
21 8.94 1085.77 11.03 2884.81 6559.98 3229.37 92.48 8.23
22 8.36 1085.77 11.20 2902.57 6547.59 3233.34 90.25 8.23
23 7.93 1085.77 11.33 2921.54 6535.37 3237.41 88.56 8.23
24 7.60 1085.77 11.43 2940.03 6524.14 3241.24 87.30 8.23
Annexe 3 : Résultats graphiques de modélisation de la qualité de l’eau dans l’espace
La simulation spatiale des paramètres : (O2 ,DBO,NH4,NO3 ,Porg ,Pinorg) pour janvier 2011 :

14 25.00 12000
12 20.00 10000
10

DBO(mg/l)

NH4(ug/l)
8000
15.00
O2(mg/l)

8 6000
6 10.00
4000
4 5.00 2000
2
0.00 0
0
0.0 10.0 20.0 30.0 40.0 0 10 20 30 40
0.0 10.0 20.0 30.0 40.0 Distance (km)
Distance (km) Distance (km)
DO(mgO2/L) DO (mgO2/L) data CBODs (mgO2/L) CBODs (mgO2/L) data NH4 (ugN/L) data NH4(ugN/L)
DO(mgO2/L) Min DO(mgO2/L) Max NH4(ugN/L) Min NH4(ugN/L) Max
CBODs (mgO2/L) Min CBODs (mgO2/L) Max

10000 1600
5000 1400
NO3(ug/l)

8000

P inorg(mg/l)
4000 1200
Porg(ug/l)

6000 1000
3000 800
4000 600
2000 400
2000 1000 200
0
0 0
0 10 20 30 40
0 10 20 30 40 0 10 20 30 40
Distance (km) Distance (km)
Distance(km)
NO3 (ugN/L) data NO3(ugN/L) Porg (ugN/L) data Po (ugP/L) Inorg P (ugP/L) data Inorg P (ugP/L)
Po (ugP/L) Min Po (ugP/L) Max Inorg P (ugP/L) Min Inorg P (ugP/L) Max
NO3(ugN/L) Min NO3(ugN/L) Max
La simulation spatiale des paramètres : (O2 ,DBO,NH4,NO3 ,Porg ,Pinorg) pour février 2011 :

30.00 12000
14 25.00 10000

NH4(ug/l)
12

DBO(mg/l)
20.00 8000
O2(mg/l)

10
8 15.00 6000
6 10.00 4000
4 5.00 2000
2 0.00 0
0
0.0 20.0 40.0 0 20 40
0.0 10.0 20.0 30.0 40.0 Distance (km)
Distance (km) Distance (km)
CBODs (mgO2/L) CBODs (mgO2/L) data NH4 (ugN/L) data NH4(ugN/L)
DO(mgO2/L) DO (mgO2/L) data
CBODs (mgO2/L) Min CBODs (mgO2/L) Max NH4(ugN/L) Min NH4(ugN/L) Max
DO(mgO2/L) Min DO(mgO2/L) Max

60000 8000 10000


50000 7000
NO3(ug/l)

8000

P inorg(mg/l)
Porg(ug/l)

40000 6000
5000 6000
30000 4000 4000
20000 3000
2000 2000
10000 1000 0
0 0
0 20 40
0 Distance
20 (km) 40 0 10 20 30 40 Distance (km)
Distance(km)
Inorg P (ugP/L) data Inorg P (ugP/L)
NO3 (ugN/L) data NO3(ugN/L) Porg (ugN/L) data Po (ugP/L)
NO3(ugN/L) Min NO3(ugN/L) Max Po (ugP/L) Min Po (ugP/L) Max Inorg P (ugP/L) Min Inorg P (ugP/L) Max
La simulation spatiale des paramètres : (O2 ,DBO,NH4,NO3 ,Porg ,Pinorg) pour mars 2011 :

15 25.00 12000

DBO(mg/l)
20.00 10000
O2(mg/l)

10 8000

NH4(ug/l)
15.00 6000
5 10.00 4000
5.00 2000
0.00 0
0
0.0 20.0 40.0 0 20 40
0.0 10.0 20.0 30.0 40.0
Distance (km) Distance (km) Distance (km)
DO(mgO2/L) DO (mgO2/L) data CBODs (mgO2/L) CBODs (mgO2/L) data NH4 (ugN/L) data NH4(ugN/L)
DO(mgO2/L) Min DO(mgO2/L) Max CBODs (mgO2/L) Min CBODs (mgO2/L) Max NH4(ugN/L) Min NH4(ugN/L) Max

10000 7000 2500


8000
Porg(ug/l) 6000 2000

P inorg(mg/l)
5000
NO3(ug/l)

6000 4000 1500


4000 3000 1000
2000
2000 1000 500
0 0 0
0 20 40 0 20 40 0 20 40
Distance(km) Distance (km)
Distance (km)
NO3 (ugN/L) data NO3(ugN/L) Porg (ugN/L) data Po (ugP/L) Inorg P (ugP/L) data Inorg P (ugP/L)
NO3(ugN/L) Min NO3(ugN/L) Max Po (ugP/L) Min Po (ugP/L) Max Inorg P (ugP/L) Min Inorg P (ugP/L) Max
La simulation spatiale des paramètres : (O2 ,DBO,NH4,NO3 ,Porg ,Pinorg) pour avril 2011 :

14
12 25.00 12000

DBO(mg/l)
O2(mg/l)

NH4(ug/l)
10 20.00 10000
8 15.00 8000
6 10.00 6000
4 4000
2 5.00
0 0.00 2000
0
40.0 30.0 20.0 10.0 0.0 0.0 20.0 40.0
0 20 40
Distance (km) Distance (km)
Distance (km)
DO(mgO2/L) DO (mgO2/L) data CBODs (mgO2/L) CBODs (mgO2/L) data NH4 (ugN/L) data NH4(ugN/L)
DO(mgO2/L) Min DO(mgO2/L) Max NH4(ugN/L) Min NH4(ugN/L) Max
CBODs (mgO2/L) Min CBODs (mgO2/L) Max

50000 7000 2500

P inorg(mg/l)
40000 6000 2000
Porg(ug/l)
NO3(ug/l)

5000
30000 4000 1500
20000 3000 1000
10000 2000 500
1000
0 0 0
0 20 40 0 10 20 30 40 0 20 40
Distance (km) Distance(km) Distance (km)
NO3 (ugN/L) data NO3(ugN/L) Porg (ugN/L) data Po (ugP/L) Inorg P (ugP/L) data Inorg P (ugP/L)
NO3(ugN/L) Min NO3(ugN/L) Max
Po (ugP/L) Min Po (ugP/L) Max Inorg P (ugP/L) Min Inorg P (ugP/L) Max
La simulation spatiale des paramètres : (O2 ,DBO,NH4,NO3 ,Porg ,Pinorg) pour Mai 2011 :

15 15000

NH4(ug/l)
25.00

DBO(mg/l)
10000
O2(mg/l)

10 20.00
15.00
5 10.00 5000
5.00
0 0.00 0
0.0 20.0 40.0 0.0 10.0 20.0 30.0 40.0 0 20 40
Distance (km) Distance (km) Distance (km)
DO(mgO2/L) DO (mgO2/L) data CBODs (mgO2/L) CBODs (mgO2/L) data NH4 (ugN/L) data NH4(ugN/L)
DO(mgO2/L) Min DO(mgO2/L) Max CBODs (mgO2/L) Min CBODs (mgO2/L) Max NH4(ugN/L) Min NH4(ugN/L) Max

30000 2500 2000

P inorg(mg/l)
25000 Porg(ug/l) 2000 1500
NO3(ug/l)

20000 1500 1000


15000 1000
10000 500 500
5000 0 0
0 0 20 40 0 20 40
0 10 20 30 40 Distance(km) Distance (km)
Distance (km) Inorg P (ugP/L) data Inorg P (ugP/L)
NO3 (ugN/L) data NO3(ugN/L) Porg (ugN/L) data Po (ugP/L)
NO3(ugN/L) Min NO3(ugN/L) Max Po (ugP/L) Min Po (ugP/L) Max Inorg P (ugP/L) Min Inorg P (ugP/L) Max
La simulation spatiale des paramètres : (O2 ,DBO,NH4,NO3 ,Porg ,Pinorg) pour Juin 2011 :

14 25.00 2000

DBO(mg/l)
12 20.00 1500
O2(mg/l)

10

NH4(ug/l)
15.00
8 1000
6 10.00
4 5.00 500
2 0.00
0 0
0.0 20.0 40.0
0.0 10.0 20.0 30.0 40.0 0 20 40
Distance (km) Distance (km)
Distance (km)
DO(mgO2/L) DO (mgO2/L) data
CBODs (mgO2/L) CBODs (mgO2/L) data NH4 (ugN/L) data NH4(ugN/L)
CBODs (mgO2/L) Min CBODs (mgO2/L) Max NH4(ugN/L) Min NH4(ugN/L) Max
DO(mgO2/L) Min DO(mgO2/L) Max

35000 5000 400


30000 350
4000
Porg(ug/l)

300

P inorg(mg/l)
25000
NO3(ug/l)

20000 3000 250


200
15000 2000 150
10000 100
5000 1000 50
0 0 0
0 20 40 0 10 20 30 40 0 10 20 30 40
Distance (km) Distance(km) Distance (km)
NO3 (ugN/L) data NO3(ugN/L) Porg (ugN/L) data Po (ugP/L)
Inorg P (ugP/L) data Inorg P (ugP/L)
Po (ugP/L) Min Po (ugP/L) Max
NO3(ugN/L) Min NO3(ugN/L) Max Inorg P (ugP/L) Min Inorg P (ugP/L) Max
La simulation spatiale des paramètres : (O2 ,DBO,NH4,NO3 ,Porg ,Pinorg) pour Juillet 2011 :

14 25.00 10000
12 20.00 8000

DBO(mg/l)

NH4(ug/l)
10
O2(mg/l)

8 15.00 6000
6 10.00 4000
4
2 5.00 2000
0 0
0.00
0.0 10.0 20.0 30.0 40.0 0 20 40
0.0 10.0 20.0 30.0 40.0
Distance (km) Distance (km) Distance (km)
CBODs (mgO2/L) CBODs (mgO2/L) data NH4 (ugN/L) data NH4(ugN/L)
DO(mgO2/L) DO (mgO2/L) data
CBODs (mgO2/L) Min CBODs (mgO2/L) Max NH4(ugN/L) Min NH4(ugN/L) Max
DO(mgO2/L) Min DO(mgO2/L) Max

35000 4000 2000


Porg(ug/l)

30000

P inorg(mg/l)
3000 1500
NO3(ug/l)

25000
20000 2000 1000
15000 1000
10000 500
5000 0
0 0
0 20 40
0 10 20 30 40 0 20 40
Distance (km) Distance(km) Distance (km)
Porg (ugN/L) data Po (ugP/L) Inorg P (ugP/L) data Inorg P (ugP/L)
NO3 (ugN/L) data NO3(ugN/L)
NO3(ugN/L) Min NO3(ugN/L) Max Po (ugP/L) Min Po (ugP/L) Max Inorg P (ugP/L) Min Inorg P (ugP/L) Max
La simulation spatiale des paramètres : (O2 ,DBO,NH4,NO3 ,Porg ,Pinorg) pour Aout 2011 :

14 25.00 12000
12 10000
20.00
O2(mg/l)

10 8000

DBO(mg/l)
8

NH4(ug/l)
6 15.00 6000
4 10.00 4000
2 2000
0 5.00
0
0.0 10.0 20.0 30.0 40.0 0.00
0 10 20 30 40
Distance (km) 0.0 20.0 40.0 Distance (km)
Distance (km)
DO(mgO2/L) DO (mgO2/L) data CBODs (mgO2/L) CBODs (mgO2/L) data NH4 (ugN/L) data NH4(ugN/L)
DO(mgO2/L) Min DO(mgO2/L) Max CBODs (mgO2/L) Min CBODs (mgO2/L) Max NH4(ugN/L) Min NH4(ugN/L) Max

2000
35000 3500
3000

P inorg(mg/l)
30000
NO3(ug/l)

Porg(ug/l)

25000 2500 1500


20000 2000
15000 1500 1000
10000 1000
5000 500 500
0 0
0
0 20 40 0 20 40
Distance(km) 0 10 20 30 40
Distance (km)
Distance (km)
NO3 (ugN/L) data NO3(ugN/L) Porg (ugN/L) data Po (ugP/L) Inorg P (ugP/L) data Inorg P (ugP/L)
NO3(ugN/L) Min NO3(ugN/L) Max Po (ugP/L) Min Po (ugP/L) Max Inorg P (ugP/L) Min Inorg P (ugP/L) Max
simulation spatiale des paramètres : (O2 ,DBO,NH4,NO3 ,Porg ,Pinorg) pour Septembre 2011 :

14 20.00 3000
12 2500

NH4(ug/l)
O2(mg/l)

10 15.00

DBO(mg/l)
8 2000
6 10.00 1500
4 1000
2 5.00 500
0
0.00 0
0.0 10.0 20.0 30.0 40.0
Distance (km) 0.0 10.0 20.0 30.0 40.0 0 20 40
Distance (km)
Distance (km)
DO(mgO2/L) DO (mgO2/L) data NH4 (ugN/L) data NH4(ugN/L)
CBODs (mgO2/L) CBODs (mgO2/L) data
DO(mgO2/L) Min DO(mgO2/L) Max CBODs (mgO2/L) Min CBODs (mgO2/L) Max NH4(ugN/L) Min NH4(ugN/L) Max

35000 2500 1200

P inorg(mg/l)
30000
NO3(ug/l)

Porg(ug/l)
2000 1000
25000 800
20000 1500
15000 1000 600
10000 400
500 200
5000 0
0 0
0 20 40 0 20 40 0 20 40
Distance (km) Distance(km) Distance (km)

NO3 (ugN/L) data NO3(ugN/L) Porg (ugN/L) data Po (ugP/L) Inorg P (ugP/L) data Inorg P (ugP/L)
NO3(ugN/L) Min NO3(ugN/L) Max Po (ugP/L) Min Po (ugP/L) Max Inorg P (ugP/L) Min Inorg P (ugP/L) Max
La simulation spatiale des paramètres : (O2 ,DBO,NH4,NO3 ,Porg ,Pinorg) pour Octobre 2011 :

14 3000
12 20.00
2500
O2(mg/l)

10

DBO(mg/l)
15.00

NH4(ug/l)
8 2000
6 10.00 1500
4 1000
5.00 500
2
0 0.00 0
0.0 20.0 40.0 0.0 20.0 40.0 0 20 40
Distance (km) Distance (km)
Distance (km)
CBODs (mgO2/L) CBODs (mgO2/L) data NH4 (ugN/L) data NH4(ugN/L)
DO(mgO2/L) DO (mgO2/L) data
DO(mgO2/L) Min DO(mgO2/L) Max CBODs (mgO2/L) Min CBODs (mgO2/L) Max NH4(ugN/L) Min NH4(ugN/L) Max

35000 2500 1200


30000 1000
Porg(ug/l)

2000
NO3(ug/l)

25000

P inorg(mg/l)
800
20000 1500
15000 600
10000 1000 400
5000 500 200
0 0
0
0 20 40 0 20 40
0 10 20 30 40
Distance (km) Distance (km)
Distance(km)
NO3 (ugN/L) data NO3(ugN/L)
Porg (ugN/L) data Po (ugP/L) Inorg P (ugP/L) data Inorg P (ugP/L)
NO3(ugN/L) Min NO3(ugN/L) Max Po (ugP/L) Min Po (ugP/L) Max Inorg P (ugP/L) Min Inorg P (ugP/L) Max
La simulation spatiale des paramètres : (O2 ,DBO,NH4,NO3 ,Porg ,Pinorg) pour Novembre 2011 :

15 30.00 12000

DBO(mg/l)

NH4(ug/l)
25.00 10000
10 20.00 8000
O2(mg/l)

15.00 6000
5 10.00 4000
5.00 2000
0 0.00 0
0.0 10.0 20.0 30.0 40.0 0.0 20.0 40.0 0 10 20 30 40
Distance (km) Distance (km) Distance (km)
CBODs (mgO2/L) CBODs (mgO2/L) data
DO(mgO2/L) DO (mgO2/L) data NH4 (ugN/L) data NH4(ugN/L)
DO(mgO2/L) Min DO(mgO2/L) Max CBODs (mgO2/L) Min CBODs (mgO2/L) Max NH4(ugN/L) Min NH4(ugN/L) Max

40000 2500 2000


NO3(ug/l)

2000

P inorg(mg/l)
30000 1500
Porg(ug/l)

1500 1000
20000 1000
10000 500 500
0 0
0
0 20 40 0 20 40
0 20 40
Distance (km) Distance(km)
Distance (km)
NO3 (ugN/L) data NO3(ugN/L) Porg (ugN/L) data Po (ugP/L) Inorg P (ugP/L) data Inorg P (ugP/L)
NO3(ugN/L) Min NO3(ugN/L) Max Po (ugP/L) Min Po (ugP/L) Max Inorg P (ugP/L) Min Inorg P (ugP/L) Max
La simulation spatiale des paramètres : (O2 ,DBO,NH4,NO3 ,Porg ,Pinorg) pour Décembre 2011 :

10000
15 20.00
8000

DBO(mg/l)
O2(mg/l)

15.00

NH4(ug/l)
10 6000
10.00 4000
5
5.00 2000
0 0.00 0
0.0 20.0 40.0 0.0 20.0 40.0 0 20 40
Distance (km) Distance (km) Distance (km)
DO(mgO2/L) DO (mgO2/L) data CBODs (mgO2/L) CBODs (mgO2/L) data NH4 (ugN/L) data NH4(ugN/L)
DO(mgO2/L) Min DO(mgO2/L) Max CBODs (mgO2/L) Min CBODs (mgO2/L) Max NH4(ugN/L) Min NH4(ugN/L) Max

12000 250
1200

P inorg(mg/l)
10000
NO3(ug/l)

1000 200
Porg(ug/l)

8000 800 150


6000 600 100
4000 400 50
2000 200
0 0
0
0 20 40 0 20 40
0 20 40 Distance (km)
Distance (km) Distance(km)
Inorg P (ugP/L) data Inorg P (ugP/L)
Porg (ugN/L) data Po (ugP/L)
NO3 (ugN/L) data NO3(ugN/L) Inorg P (ugP/L) Min Inorg P (ugP/L) Max
Po (ugP/L) Min Po (ugP/L) Max

Vous aimerez peut-être aussi