Vous êtes sur la page 1sur 5

Polarimétrie

I) Introduction :

La polarimétrie est une technique sensible et non destructive permettant de


mesurer l'activité optique montrée par les composés inorganiques et
organiques.
Un composé est considéré comme optiquement en activité si la lumière
polarisée linéairement subie une rotation en passant au travers de celui-ci.
Chaque substance optiquement active a sa propre rotation spécifique comme
défini dans la loi de Biot.

II) Rappel:

Une onde électromagnétique est une perturbation du couple de champ (E,


B) qui se propage dans le vide ou dans un milieu matériel.
E et B sont des variables à la fois dans le temps et dans l’espace, de plus
leurs comportements respectifs sont couplés.
A une onde monochromatique on associe une longueur d’onde  (période
spatiale du phénomène) et une période temporelle T. la lumière visible, les
rayons X, les infrarouges sont des ondes électromagnétiques.

Lumière naturelle –lumière polarisée :


Pour la lumière naturelle même monochromatique,
Les différentes ondes monochromatiques ne sont pas
émises en même temps.
Elles oscillent de façon désordonnée indépendamment
les unes des autres.
Les plans de vibrations des ondes sont distribués
autour de l’axe de propagation avec une égale
probabilité.

Quand cette lumière traverse un polariseur le champ


électrique ne peut plus vibrer que dans une seule
direction perpendiculaire à la direction de propagation.
La lumière est polarisée rectilignement.

Substance active :
La chiralité fut mise en évidence par les travaux de Pasteur (1847) sur
l’acide tartrique et les cristaux de tartrate.
L’activité optique d’une substance est la manifestation à l’échelle
macroscopique de la chiralité (c’est-à-dire de la dissymétrie) des molécules :
La molécule n’est pas superposable à son image dans miroir.
Une molécule est active si elle possède ni centre ni plan de symétrie : il
existe dans la molécule un carbone asymétrique dont les 4 substituant sont
différents.

Il peut alors exister deux formes géométrique distinctes, symétrique l’une


de l’autre par rapport a un plan, qui sont 2 énantiomères.
Les énantiomères ont des propriétés physiques identiques, à l’exception
‘une seule : ils exercent une action sur la lumière polarisée rectilignement, ils
font tourner son plan de vibration dans de sens opposé : ils sont optiquement
actifs.
Donc : une substance optiquement active fait tourner le plan de vibration
d’une lumière polarisée rectilignement.
Il existe deux types de substance optiquement active :

Les substances dextrogyres : ce sont les substances qui font tourner le


plan de vibration d’une lumière rectilignement polarisée dans le sens inverse
des aiguille d’une montre vis-à-vis d’un observateur qui voyage avec le
faisceau lumineux .
Les substances lévogyres : sont les substances qui font tourner le plan
de vibration d’une lumière rectilignement polarisée dans le sens des aiguilles
d’une montre vis-à-vis d’un observateur qui voyage avec le faisceau lumineux.

Loi de Biot :
Pour une substance optiquement active en solution liquide dans un solvant
inactif (c'est-à-dire qu’il n’y a pas de dissociation moléculaire), le pouvoir
rotatoire produit par une longueur l de solution pour une radiation donnée est
proportionnel a la concentration de la solution, proportionnel a la longueur l

traversée et proportionnel au pouvoir rotatoire spécifique []  de la substance
active dissoute.
 = []  (lC).

[] Dépend peu de la température (5/10000 de sa valeur par °C) mais est
fonction de la longueur d’onde de la lumière utilisée. La rotation croit du
rouge au violet : c’est le phénomène de dispersion rotatoire.
C’est pour cela que le pouvoir rotatoire spécifique est donné pour la raie D
émise par une lampe à vapeur de sodium. (= 589,3 nm)

Unités :
 : Pouvoir rotatoire (positif ou négatif) de la substance exprimé en degré.
l : Est la longueur du tube contenant la substance (trajet optique) en dm.
C : est la concentration de la substance en g/cm 3 .
[] : Est le pouvoir rotatoire spécifique du composé chiral exprimé en
(°.dm1.g1.cm3).

III°) L’appareillage :
L’appareil utilisé est le polarimètre qui est caractérisé par :

une source lumineuse, la plus fréquemment employée est une lampe à


vapeur de sodium.
La lumière est d' abord polarisée grâce à un prisme de Nicol (prisme
polariseur), formé de deux prismes de cristal de calcite.
Elle trouve ensuite une cellule (tube polarimétrique) contenant
l’échantillon.
La rotation du plan est détectée par un autre prisme de Nicol ; le
prisme analyseur qui peut être tourné manuellement est relié à une échelle
munie d’un vernier.
La différence mesurée en degrés est la rotation optique observée de
l'échantillon.

1. Lampe au sodium
2. Prisme de Nicol
3. Lumière polarisée plane
4. Cellule contenant l'échantillon
5. Rotation du plan
6. Analyseur

7. Oculaire
1. Lampe au sodium
2. Filtre
3. Prisme de Nicol polariseur
4. Cellule avec échantillon
5. Prisme de Nicol analyseur
6. Oculaire

Le polarimètre est un appareil qui permet la mesure de l’angle de rotation


du plan de vibration d’un faisceau lumineux traversant une substance
optiquement active. Il est ainsi possible de déterminer le pouvoir rotatoire
spécifique d’une substance ou la concentration d’une solution.
La réalisation la plus simple d’un polarimètre consiste à placer la substance
à analyser entre deux polariseurs, le polariseur proprement dit et l’analyseur.
Les polariseurs sont en général des prismes de Nicol.
Le faisceau de lumière provenant d’une source externe est tout d’abord
rendu parallèle par une lentille convergente, puis il est polarisé par le
polariseur dont l’orientation est fixe. La lumière traverse ensuite la substance
et atteint l’analyseur qui est mobil autour de l’axe de l’appareil, axe confondu
avec la direction du faisceau lumineux. Une échelle permet le repérage de la
position
angulaire de l’analyseur.
La lumière est observée par une lunette mise au point par déplacement de
l’oculaire.

Vous aimerez peut-être aussi