Vous êtes sur la page 1sur 167

Université d'Alger 1

Faculté des sciences, Département d’architecture


2ème année architecture LMD
Module: Théorie du projet
Semestre: 1

L’HABITAT COLLECTIF(SUITE)
Enseignante : Dr. I Haraoubia
QUELQUES ÉLÉMENTS À PRENDRE EN
CONSIDÉRATION
LES CHEMINEMENTS EXTÉRIEURS
(TERRAIN EN PENTE)

 Il doit être conçu de manière à éviter la stagnation d'eau


 un dispositif de protection (plantation, clôture légère, barrière…)
doit être implanté afin d'éviter les chutes lorsque le
cheminement est bordé à une distance inférieure à 0,90 m par
une rupture de niveau d'une hauteur de plus de 0,40 m
LA MORPHOLOGIE DE L’IMMEUBLE :

 La densité des bâtiments et leur gabarit doit être


conforme aux dispositions prévues par les
instruments d’urbanisme
STATIONNEMENT AUTOMOBILE ET L’ACCÈS
AUX BÂTIMENTS

 Prévoir des surfaces de stationnement en nombre


suffisant(le nombre dépendra du programme fixé),
 L’accès aux bâtiments doit être facilement repérable
par des éléments architecturaux ou des matériaux
différents ou visuellement contrastés.
STATIONNEMENT AUTOMOBILE ET L’ACCÈS AUX
BÂTIMENTS (PERSONNES HANDICAPÉES )

 les places de stationnement adaptées ont une


largeur minimale de 3,30 m, c’est-à-dire 0,80 m
de plus que les places ordinaires
LES CIRCULATIONS INTÉRIEURES HORIZONTALES DES
PARTIES COMMUNES.

 Le hall d’entrée de l’immeuble doit être conçu comme


un espace d’accueil convenablement dimensionné en
hauteur et en largeur (adapté)
 La porte d’accès à l’immeuble doit être un élément
d’appel
ESCALIER

Source:www.accessibilite-batiment.fr
ASCENSEUR

 Pour les immeubles moyens (R+6 à R+9) prévoir


un ascenseur
 Pour les immeubles hauts ( R+10 ou plus) prévoir
deux ascenseurs
ORGANISATION ET REPARTITION DES
ESPACES DANS LES LOGEMENTS COLLECTIFS EN
ALGÉRIE : LSL, LOCATION-VENTE, LPP
ORGANISATION
Un logement se compose généralement de :
 séjour

 chambres

 cuisine

 Une salle de bain

 Wc

 Un espace de dégagement

 Des volumes de rangement

 Un séchoir ( ou loggia)
DÉFINITION

 Séchoir : dispositif constitué d'un ou plusieurs fils tendus


servant à faire sécher le linge. Tout en permettant un
ensoleillement suffisant ; le linge étendu doit être le
moins visible possible de l’extérieur. Cet espace peut être
éventuellement exploité en temps qu’espace fonctionnel
annexe de la cuisine.

 Loggia : désigne une galerie, un balcon à la fois ouvert et


abrité, le plus souvent encastré dans une façade d'étage
DÉFINITION

 Surface habitable :
Elle est mesurée de l’intérieur des chambres, de
cuisine, dégagement, rangement, ainsi que des salles
de séjour, de salles de bains et des toilettes, à
l’exclusion des surfaces du ou des balcons, séchoir.
SURFACE LOGEMENT TYPE F3 SELON LA
FORMULE
SURFACE SELON LA FORMULE

Location-
Social LPP
vente

F3 67m² 70 m² 80m²

F4 85 m² 100m²
Logement
Logement social Logement LPP
location-vente

Un séjour
19m² à 21m² 19 et 21 m² Minimum 22 m²
cuisine Minimum12 m²
10 m² 11 m²

Chambre 11 à 13 m² Minimum12 m²
12 et 13 m²

Salle de bain 3.5 m²


Minimum 3 m² Minimum 4 m²

Toilette Minimum 1 m² Minimum 1.5 m² Minimum1,5 m²


Rangement 1 à 2 m² 1 à 2 m² Minimum2m²
Séchoir largeur minimale de largeur minimale
largeur minimale
1.40m 1,40m
de 1.40m
DE L’ORGANISATION FONCTIONNELLE DU
LOGEMENT COLLECTIF EN ALGÉRIE : LSL,
LOCATION-VENTE, LPP
 SEJOUR
Il doit être disposé à l’entrée, de façon qu’un visiteur éventuel puisse y
accéder directement, sans passer par des espaces réservés à la vie intime du
ménage.
 Chambre
Le rapport de ces dimensions et la disposition des ouvertures doivent
permettre un taux d’occupation maximum.
 Cuisine
En plus de ses fonctions habituelles, elle doit permettre la prise des repas
 Salle de bain
Elle est équipée obligatoirement d’une baignoire de dimension standard.
Un emplacement doit être réservé pour une machine à laver le linge. Cet
emplacement peut être prévu en cas de besoin dans le séchoir.
 Toilettes
 Sa surface minimale est de 1 m², conçue de manière à ne constituer
aucune gêne quant à son fonctionnement, notamment à l’ouverture de la
porte et à l’accès.
 Un séchoir
doit être prévu en prolongement de la cuisine
CUISINE

 Rangement :
aliments , ustensiles
et vaisselle
 Conservation
d’aliment
 Lavage
CUISINE

La disposition des appareil détermine le triangle d’activité


CUISINE

Plan en parallèle
CUISINE

Plan en U
CUISINE

Plan en L
les dimensions des ouvertures et notamment celles
des fenêtres sont à adapter aux conditions
climatiques propres à chaque région du pays
DIMENSIONNEMENT ET ESPACES DE
DÉGAGEMENTS : PERSONNES EN CHAISE ROULANTE
AIRE DE MANŒUVRE SUFFISANTE

A. Aire de rotation :
- Ø de minimum 150 cm
- libre de tout obstacle
- hors débattement de porte
B. Surface de débattement
de porte = rayon d’ouverture
de la porte.
C. Distance latérale de 50 cm
pour atteindre la poignée de
porte et l’interrupteur.
CUISINE
CHAMBRE

Un espace libre d'au moins 1,50 m


de diamètre
SANITAIRE
SÉJOUR
LOGEMENT ACCESSIBLE/ LOGEMENT
ADAPTÉ / LOGEMENT ADAPTABLE
DÉFINITIONS

 Un logement accessible est un logement ou l’accès est aisé


pour tous, y compris les personne à mobilité réduite.
L’accessibilité concerne: les abords, les parkings et les parties
communes du bâtiment.
 Un logement adapté est un logement accessible qui répond
aux besoins spécifiques d’une PMR, en lui permettant, d’y
circuler et d’en utiliser toutes les fonctions, de manière
autonome.
 Un logement adaptable est un logement accessible qui tient
compte dès le départ du fait que l’on est tous susceptible de
devenir un jour une PMR. Il peut être aisément transformé en
un logement adapté si nécessaire.
Cette adaptation aura pour avantage de se faire :
par des travaux légers ;

 sans toucher à la structure porteuse ;

 sans modifier les espaces communs et réseaux


techniques du bâtiment ;

 sans diminuer le nombre de pièces principales.


PMR

« Une personne est à mobilité réduite lorsqu’elle est


gênée dans ses mouvements en raison de sa taille, de
son état, de son âge, de son handicap permanent ou
temporaire ainsi qu’en raison des appareils ou
instruments auxquels elle doit recourir pour se
déplacer » (l'OMS).
 les personnes aveugles ou malvoyantes ;
 les personnes sourdes ou malentendantes ;

 les personnes se déplaçant en chaise roulante ;

 les personnes présentant une déficience intellectuelle ;

 les personnes se déplaçant avec une canne, des béquilles


ou un déambulateur ;
 les personnes avec un handicap aux membres supérieurs
AUX PERSONNES EN CHAISE ROULANTE

Besoin d’espace :
 pour circuler et manœuvrer

 devant les équipements

 sous les équipements

 pour le placement
d’équipements spécifiques
AUX PERSONNES DÉFICIENTES VISUELLES

 Pour les personnes malvoyantes, une attention


particulière doit être portée à l’éclairage, Les
contrastes de couleur des objets par rapport à leur
environnement facilitent le repérage

Les personnes malvoyantes, ainsi que les personnes aveugles, ont besoin
de repères autres que visuel: repères tactiles, repères sonores
AUX PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES

 L’acoustique du bâtiment sera également améliorée :


en évitant les bruits de fond, en limitant les bruits à
leur source, en évitant la réverbération des sons dans
les espaces de communication.

 Une attention particulière sera également portée à la


qualité de l’éclairage. Les personnes sourdes et
malentendantes doivent pouvoir se voir pour
communiquer
Université d'Alger 1
Faculté des sciences, Département d’architecture
2ème année architecture LMD
Module: Théorie du projet
Semestre: 2

L’HABITAT : FORME
Enseignante : Dr. I Haraoubia
LA FORME ARCHITECTURALE

Ensemble des contours d’un volume architectural,


résultant de la structure de ses parties, qui le
rendent identifiable.
Son apparence extérieure lui donnant son originalité,
sa spécificité.
La forme est définie par la géométrie et les
proportions.
Sa description fait appel aux éléments à deux ou à
trois dimensions de la géométrie.
La forme se détermine par :
 Les contraintes physique et naturelle du site

 Des considérations socio-culturelles

Elle répond à des


 Considérations technicistes

 Des valeurs universalistes


LIRE UNE FORME
QUELQUES ÉLÉMENTS DE LA LECTURE DE
LA FORME ARCHITECTURALE (RAPPEL)
CONFIGURATION

 Relation à la figure de base

La Géode, paris
CONFIGURATION

 Relation à la figure de base


LA TAILLE
DIMENSIONS

Petit Grands
ECHELLE
ECHELLE MONUMENTALE
ECHELLE HUMAINE
ECHELLE GÉNÉRIQUE

Cathédrale St. Patrick, New York


COULEUR

 Couleur / Contexte

Urbain

Naturel
COULEUR

 Couleur / poids

lan rivp résidence


TEXTURE

réflective tactile
TEXTURE

Source: www.themaisonette.net
ORIENTATION

Approcher un volume: manières


principales d’approche se
distinguent :
• Frontale : ligne d’approche
perpendiculaire à une face du
volume
• Oblique: ligne d’approche fait
un angle avec la face visée
• Spirale: ligne d’approche
décrit une spirale dont
l’aboutissement est un point
particulier sur l’une des faces
du volume.
Une habitation:

1. un volume / une enveloppe


2. Une organisation spéciale (un plan) / une
fonction (un usage)
3. Une structure et des matériaux
LE VOLUME
LE VOLUME

 Géométriquement c’est la figure à trois dimensions,


limitée par des surfaces.

Cubique Prismatique
Pyramidale

Cylindrique Conique Sphérique


LE VOLUME ARCHITECTURAL

Le volume architectural est l’aspect extérieur de


l’enveloppe d’un édifice dont il est la traduction
géométrique. Il s’aperçoit de l’extérieur comme un
solide ayant une délimitation précise dans l’espace à
trois dimensions.
TRANSFORMER UN VOLUME (RAPPEL)

 Transformation additive
 Transformation soustractive

 Transformation dimensionnelle
TRANSFORMER UN VOLUME

 Transformation additive

L’addition s’applique principalement aux volumes définis de l’extérieur


TRANSFORMER UN VOLUME

 Transformation soustractive
TRANSFORMER UN VOLUME

 Transformation dimensionnelle
SCULPTER UN VOLUME
ASSEMBLER DES VOLUMES (RAPPEL)

 Consiste à manipuler les volume en vue de les réunir


pour composer un ensemble
PRINCIPAUX PROCÉDÉS D’ASSEMBLAGE

 Le collage
 La superposition

 L’emboitement

 L’articulation

 la liaison par un élément

 La modulation sur des trames ou des réseaux


à trois démentions
TRAITER UN VOLUME : EFFET ET CONCEPT
Effet : impression produite à des fins
esthétiques recherchées par l’emploi de
certains traitements de volumes
architecturaux
VERTICALITÉ
LÉGÈRETÉ
MASSIVITÉ
OPACITÉ
Concept : une représentation mentale générale
et abstraite d’une idée ou d’un objet. Une idée
génératrice d’un processus de réflexion et
porteuse d’une ligne de conduite .
LE CONCEPT

En architecture, le concept est la manière spécifique avec


laquelle on assemble ou on combine :

 les besoins de programmation du projet


 le contexte physique, social, économique et politique du
projet.
 les aspirations et la créativité de l’architecte

Afin de former un tout cohérent qui est le projet


Stade olympique de Pékin surnommé le Nid d'oiseau
« The Piano House »

Source: www.maison-monde.com
Cactus Urbain

Source: www.lyoncapitale.fr
ENVELOPPE D’UN VOLUME ARCHITECTURALE

La peau par analogie à la peau d’un corps qui enrobe le


squelette et la chaire comme l’enveloppe enrobe
l’ossature et toute la construction d’un édifice
COMPOSITION DE L’OBJET

 Puisque le bâtiment est une structure composite, la


manière de souligner ou d’effacer les raccords entre
éléments donne lieu à des caractères esthétiques
fort différents. Dans les grandes lignes nous
distinguons deux modes de composition de l’objet:
l’articulation ou la continuité ente ses parties.
ARCTICULATION

L’articulation entre les éléments accentue l’autonomie


des parties. Elle met en valeur l’existence et le rôle
particulier des différents éléments constructifs du
bâtiment.
CONTINUITÉ

 La continuité ou la fusion entres les éléments diminue


l’autonomie des partie. Elle renvoie à l’élément plus grand
ou à l’objet tout entier. La continuité remplace l’autonomie
relative des éléments par une transformation progressive
des volume. Chaque ondulation de la ligne continue
suggère sa suite.
Einsteinturm, Potsdam, Allemagne
Sifnos, Cyclades, Grèce
LES FAÇADES
La façade d’un volume architectural est une de ses
faces qui s’offre à la vue. Elle peut se caractériser
par:
• Son importance : façade principale, façade
secondaire
• Sa localisation: façade antérieure, façade
postérieure, façade latérale
• Son orientation: façade Nord, façade Est, Façade
Sud ..ect
• Sa situation : Façade urbaine, façade sur la rue,
façade sur cour, façade sur jardin
Façade

Limites Épaisseur Eléments


LES LIMITES DE LA FAÇADE

 Limites verticales  Limites horizontales


LIMITE VERTICALE/ HORIZONTALE
ABSENCE DE LIMITE
LA FUSION
LA CONTINUITÉ
EPAISSEUR DE LA FAÇADE

L’épaisseur de la façade est exprimée par les


décrochements et ceux induits par les espaces
intermédiaires qui lui donnent une troisième
dimension
FAÇADE ÉPAISSE

immeuble Lavirotte
FAÇADE PLANE OU MINCE
FAÇADE LIBRE

villa savoye
ELÉMENTS
LES OUVERTURES

Il existe différents types de fenêtres. La forme de


trou dans le mur est basée sur trois variations:

 la fenêtre verticale
 la fenêtre horizontale

 la fenêtre centralisée
LES OUVERTURES

 La fenêtre verticale semble toujours plus légère. Elle


accentuera le mouvement qui vient de l’intérieur et
ainsi, renforce le contact avec l'extérieur.
LES OUVERTURES

 La fenêtre horizontale encourage le mouvement latéral.


la forme horizontale de la fenêtre suggère un
mouvement qui coupe le rapport entre l'intérieur et
l'extérieur.
LES OUVERTURES

 La fenêtre centralisée donne l’expression d'un trou


traversé par un mouvement direct de l'intérieur.
L’ORNEMENT DANS L’ARCHITECTURE DE
LA FAÇADE :
LA SYMBOLISATION CULTURELLE

« Que l’architecture puisse symboliser des objets


culturels est un fait empirique puisque l’histoire de
l’architecture montre que cet aspect a généralement
constitué une part importante de la tache de la
construction » (Norberg-Schulz, 1995)
LES STYLES

 Les styles sont les caractères qui font distinguer


entre elles les écoles, les époques. Les différences de
styles permettent de classer par époques et par écoles
les œuvres architecturales.
COMPOSITION DE LA FAÇADE

La composition de la façade consiste dans le fait de


donner à chacun de ses composants la place, la forme
et l’importance qui lui convient et de le disposer avec
art, en s’appuyant sur les lois de composition
COMPOSITION DE LA FAÇADE

La composition de la façade porte autant sur ses deux


dimensions ( surface/ limites) que sur sa troisième
dimension éventuelle ( épaisseur).
RELATIONS ENTRE LES ÉLÉMENTS DE LA
FAÇADE
ALIGNEMENT ET SÉRIE
LA RÉPÉTIONS
 La répétition consiste à reproduire, avec une
régularité méthodique, un ou plusieurs éléments à
l'intérieur d'une composition.
L'ALTERNANCE

 L'alternance est une répétition qui est doublée d'un ou


de plusieurs aspects de variété, ce sont l'alternance de
dimension, l'alternance de pleins et de vides, et
l'alternance de position.

L'alternance de dimension et L'alternance de position


l'Alternance de pleins et de
vides
CONTRASTE
 Le contraste est une relation d’opposition entre deux choses
dont l’une fait ressortir l’autre. Il sert à donner une identité
immédiate et sans ambiguïté à deux systèmes formels.
CONTRASTE

En architecture le contraste réside dans l’opposition de:


 La forme

 La couleur

 La matière

 La dimension

 L’éclairement

 La direction

 L’effet

 L’aspect
CONTRASTE

 Les termes de l’opposition peuvent être nombreux


mais, afin de faire jouir le dialogue, une certaine
proximité voire une superposition doit être respectée :
 Positif et négatif : vide/plein, convexe/concave,
courbe/droite
 Clair et sombre : lumière/ombre, réfléchissant/
absorbant….
 Grand et petit : large/étroit, haut/bas ….

 Horizontal et vertical

 Naturel et artificiel : rugueux/lisse, végétal/ minéral..


LA GRADATION
 Une structure à répétition, les intervalles ou les
éléments peuvent changer graduellement de forme, de
dimension ou d’orientation.

COUVENT de la TOURETTE
LA HIÉRARCHIE

 Un ordre plus complexe par la combinaison d’éléments en


rapport avec une échelle d’importance. Pour créer une
hiérarchie nous pouvons procéder non seulement par le
biais de la variation des dimensions relatives, mais aussi
par celui de la disposition et de la singularité de la forme
par rapport à un contexte.
LA COMPLEXITÉ
Présence de plusieurs structures formelles coordonnées et
superposées. Les éléments sont groupés de façon à offrir à
l’observateur plusieurs interprétations.
LA CONTRADICTION

c’est le cas où il y a une réunion d’éléments


incompatibles sans qu’ils soient nécessairement de
nature contraire
 La contradiction adaptée: qui est flexible dans la
mesure où elle réalise un compromis ou un
ajustement entre des éléments contradictoires.

 La contradiction juxtaposée: qui est choquante


vu la superposition et la sur contiguïté d’éléments
contradictoires dans le même ouvrage
LA CONTRADICTION ADAPTÉE
CONTRADICTION JUXTAPOSÉE
LA SYMÉTRIE

 Correspondance exacte en forme, taille et position des


éléments de part et d’autre d’un point ou d’un axe
 La symétrie symbolise l’équilibre et la stabilité
LA SYMÉTRIE
ASYMÉTRIE

 L'asymétrie est le caractère d'une composition dont les


éléments semblables ou différents sont disposés de
façon irrégulière.

Source :www.hqarchi.com
Université d'Alger 1
Faculté des sciences, Département d’architecture
2ème année architecture LMD
Module: Théorie du projet
Semestre: 2

L’HABITATION : ORGANISATION
SPATIALE

Enseignante : Dr. I Haraoubia


Le plan
Représentation à une certaine échelle en
projection orthogonale.
COMPOSITION D’UN PLAN

 Tout plan d’édifice est une combinaison de


composant, variable en qualité et en nombre selon
le type d’édifice.
COMPOSITION D’UN PLAN
COMPOSITION D’UN PLAN

La composition du plan consiste à:

 Dimensionner chacun des composant


 Hiérarchiser les composants selon leur importance et
le rôle qu’ils doivent jouer dans l’ensemble ( locaux
principaux, locaux secondaire, escalier…)
 Exprimer en distinguant les circulations secondaires,
les espaces couverts et les espaces découverts.
 Proportionner les différentes parties de l’édifice.
ORGANISATION SPATIALE
ORGANISATION SPATIALE

 l’organisation des espaces d’un ensemble


architectural, est l’action de les disposer et de les
doter d’un ordre, d’une structure les rendant aptes
à un bon fonctionnement.
CENTRALISÉ OU CENTRALE

 Groupement d’espace formé d’un espace central


entouré par une série d’espaces. Elle se caractérise
par la compacité, la hiérarchie et la relative
régularité géométrique.
65 LOGEMENTS SOCIAUX
Source:www.atela.fr
LINÉAIRE

 Groupement d’espaces formé d’une série liés


directement l’un à l’autre ou reliés par un
espace linéaire. Elle peut droite, segmenté ou
curviligne.
Source : www.atelier-tiresias.com
LIBRE

 Groupement d’espaces valorisant les


interpénétrations et les continuités des espaces
plutôt que leurs juxtapositions cloisonnées
40 logements sociaux
à Aulnay

Source: www.urbanisme-puca.gouv.fr
RADIALE

Combinaison de centralité et de linéarité, l’espace central commande et


distribue les bras linéaires qui l’entourent.
TRAMÉE

 La trame établit un réseau de points et de lignes qui


sert de support géométrique pour la modulation des
espaces et le repérage du système constructif.
39 logements
trame de 7m
GROUPÉE

 C’est une organisation qui se constitue d’un ensemble


d’espaces rassemblés par proximité ou partageant des
relations visuelles. C’est un regroupement de formes
ou d’espaces dans lequel il n’y a aucun modèle
perceptible.
GROUPÉE
DISTRIBUTION ET
CIRCULATION

Centrale linaire
CENTRALISÉE/CIRCULATION
CENTRALE
RADIALE/CIRCULATION
RADIALE/CIRCULATION
GROUPÉE/CIRCULATION
GROUPÉE/CIRCULATION

Convent for Dominican sisters, Louis I.Kahn, 1965-1958


GROUPÉE/CIRCULATION
GROUPÉE/CIRCULATION
LA TRANSFORMATION DU PLAN
COULEUR
MATIÈRE ET TEXTURE
NIVEAU
SURÉLÉVATION
DÉPRESSION
ESPACE ARCHITECTURAL
QUELQUES CARACTÉRISTIQUES
ESPACE EXTRAVERTI
Espace orienté et ouvert vers l’extérieur

ESPACE INTROVERTI
Espace fermé de l’extérieur et orienté vers l’intérieur
ESPACE FLEXIBLE

 Un espace offrant une grande souplesse dans sa


transformation au grès du besoin des usagers
agrandissement, division, ouverture, fermeture au
moyen de cloisons mobile et meubles.

ESPACE COMMANDÉ
 Un espace est commandé par un
autre espace quand ce dernier en
conditionne l’accès.
ESPACES HIÉRARCHISÉS

Espaces organisés selon un ordre décroissant ou


croissant par rapport à leurs:
• Dimensions

• Formes

• Position

• Statut
RÉFÉRENCES

 Belakehal, A. (2011). Cours Théorie du projet. Université Mohamed


KHIDER, Biskra.
 Boulazreg, I. façade de logement collectif; entre appropriation et
mutation « mémoire de Magister ».
 Norberg-Schulz, C. (1995). SYSTEME LOGIQUE DE
L'ARCHITECTURE. Editions Mardaga, Belgique.
 Korichi, A., & Krada, S. (2013). CONCEPTS EN ARCHITECTURE.
Courrier du Savoir, 65-72.
 Kouici, L. (1999). LE VOCABULAIRE ARCHITECTURAL Elémentaire . Algérie: OPU.
 Rabin, D. (2009). La maison sur mesure. Editions LE MONITEUR,
France
 http://www.lkeria.com/doc/arrete-lpp-24-janvier-2015.pdf
 http://www.construiradaptable.be/media/doc/pdf_adaptabilite_papier.
pdf
 Benziouche, W. (2014). Conformation architecturale et orientation
spatiale dans les grands équipements « mémoire de Magister ».