Vous êtes sur la page 1sur 38

Béton : tout savoir sur le béton (composition, séchage, dosage, ...

)
De nos jours, le béton est un des matériaux de construction, voire le matériau de construction, le
plus utilisé aux quatre coins de notre terre.

Il faut dire que le béton a plus d'une corde à son arc ! Il est économique, résistant, durable,
recyclable, polyvalent et de plus, facile à manipuler. Ce qui en fait un produit très performant.

Il est donc à juste titre utilisé aussi bien pour nos habitations que pour des bâtiments
professionnels, publics, ou même pour nos loisirs artistiques ! 

Selon votre souhait et vos exigences, sa composition peut varier afin d'obtenir un béton plus
résistant, plus léger, coloré...

L’histoire du béton
A l'époque Romaine, les romains utilisaient déjà ce que l'on appelle aujourd'hui  « le béton ». Et de
nombreux bâtiments sont encore sur pied à ce jour pour en témoigner.

En France, c'est au  XIXe siècle que se développent les premières cimenteries qui assureront plus tard la
réussite du béton.

C'est un jardinier (Joseph Monier) ne manquant pas d'imagination qui va inventer le ciment armé (avec du
métal) destiné à la conception de jardinières, tuyaux ou encore réservoirs à eau.

Un exemple historique : la barque de Lambot en 1848

Le ciment armé va ensuite laisser sa place au béton armé à l'initiative de François Coignet qui va
construire le tout premier immeuble en béton coulé avec fers profilés enrobés dans la région parisienne
(en 1853).

François Hennebique à lui aussi été important dans l'histoire du béton. Il est à l'origine du premier
immeuble en béton aggloméré à Paris en 1867, de la première dalle en béton de ciment armé de fers
ronds en 1880, des poutres creuses en béton armé moulées en 1892 puis du pilote en béton armé à
ligatures rapprochées en 1896.

P a g e 1 | 38
Et c'est à Eugène FREYSSINET que revient le titre d'inventeur du béton précontraint en 1929. Une petite
révolution dans le monde de la construction.

Au XXe siècle, le béton se développe de plus en plus et on voit apparaître plusieurs innovations telles
que le  béton prêt à l’emploi, le béton à poudres réactives, le béton allégé, celui contenant  des câbles
d'acier en tension… On remarque aussi que les adjuvants sont de plus en plus utilisés dans la
compositions du béton.

A la fin des années 80, arrivent  successivement sur le marché les « Bétons Hautes Performances
(BHP) », les « Bétons Autoplaçants (BAP) » et les « Bétons Fibrés à Ultra Hautes Performances
(BFUHP) ».

De nos jours, la famille des bétons ne cesse de s'agrandir avec de plus en plus d'innovations comme par
exemple le béton à base d'argile :

//www.forumconstruire.com/actualites/308082_argile_le_beton_de_demain_.php

Pour info : le 1er règlement officiel de calcul du béton armé paraît en France en 1906.

Le béton, c'est quoi ?


Le béton est un matériau composite. Matériau composite de construction bien sûr !

On le fabrique à partir de granulats liés par du ciment. D'où son nom le « béton de ciment ».

Nous verrons plus bas que d'autres composants viennent ou peuvent venir s'ajouter dans la fabrication
du béton comme par exemple de l'eau, des adjuvants… Sa composition a une profonde influence sur
ses  futures caractéristiques. Alors, selon l'utilisation que vous souhaitez faire de votre béton, attention à
bien étudier la formule des composants.

Le béton se présente sous 2 états :

 Frais : il est alors « plastique » et peut être travaillé sous différentes formes

 Durci : il est alors compact et sa forme ne peut plus être modifiée. Mais il continue à travailler.

C'est un matériau facile à travailler et à mouler. Il peut prendre toutes les formes désirées.

Il est apprécié pour ses qualités de résistance aussi bien au temps qu'à la compression. Il bénéficie d'une
bonne isolation thermique et phonique, résiste au feu, est économique et nécessite peu d'entretien, ce qui
ne gâche rien 

La fabrication du béton :
Elle sera différente selon la nature de votre chantier ou le type de béton désiré.
P a g e 2 | 38
La fabrication pourra donc se faire directement sur votre chantier ou alors des produits en béton
préfabriqués en usine prêts à poser seront acheminés sur ce dernier.

Dans le cas où votre béton est coulé directement sur votre chantier, vous aurez le choix entre :

 Le béton prêt à l'emploi, préparé en centrale à béton fixe et livré sur votre chantier par camion
toupie
 Le béton de chantier, fabriqué sur le chantier dans une betonnière

Une bétonnière

Les usages du béton :


Le béton peut servir à toutes sortes de travaux mais il est principalement utilisé pour la conception de
bâtiments et dans les travaux publics.

Il sait s'adapter à toutes les exigences que ce soit au niveau esthétique, de la résistance, de l'inertie
thermique...

Le béton dans le Bâtiment

Le béton est largement utilisé pour la construction de tous types de bâtiment que ce soit dans la
construction de logements privatifs, collectifs, de bureaux, de bâtiments industriels, hôpitaux...

Dans l'essentiel de la construction d'un bâtiment on retrouve : la structure, les planchers, l'enveloppe et la
couverture avec les murs, les poteaux,  les poutres, les dalles, les chapes, les fondations...

Le béton dans le Travaux publics

Le béton est également omniprésent dans le domaine des travaux publics.


Dans l'essentiel, on retrouve les ponts, les routes, les tunnels, les barrages...

P a g e 3 | 38
La composition du béton
Le béton classique est composé de granulats, de sable, de ciment et d'eau. D'autres composants peuvent
s'ajouter comme des adjuvants, des fibres, des colorants...

Techniquement, le béton contient des cailloux dont les interstices sont remplies avec le sable*. Le
ciment* sert alors de liant en collant le tout.

Les granulats
Les granulats peuvent être d'origine naturelle ou artificielle. Ce sont des grains minéraux. Ils peuvent
aussi être issus de béton de démolition et dits « recyclés ». Ils peuvent être de différentes dimensions. On
dit qu'ils sont de différentes « granulométries ».

Les formes, les dimensions et les caractéristiques des granulats changent selon les gisements et les
différentes techniques de production. Selon leur classe granulaire, les granulats peuvent avoir plusieurs
usages. D'où la nécessité de bien choisir vos granulats selon la durabilité et la résistance que vous
souhaitez pour votre béton.

Le petit plus : Généralement, les plus gros granulats sont utilisés pour les fondations ainsi que le gros
œuvre.

Selon leur dimensions (d/D*), il est répertorié 5 familles différentes de granulats :

 les fillers,
 les sables (eau douce),
 les gravillons
 les ballasts

* : d = diamètre le plus petit du granulat.


     D = diamètre le plus grand du granulat

Les différents sables et gravillons sont les plus couramment utilisés. Attention, afin de pouvoir les utiliser,
ces derniers doivent être propres.

Les gravillons (sables...) peuvent être  roulés ou concassés. C'est à dire en provenance de rivières ou
alors de carrières. Il se dit que le béton est plus maniable avec des roulés et qu'il est plus performant
avec des concassés.

Conseil technique : La résistance de votre béton sera optimisée si vous mélangez des gravillons de
différentes granulométries.

Il existe de nos jours des granulats spéciaux utilisés pour des usages précis :

 des granulats légers pour une structure allégée et pour une isolation thermique ;

P a g e 4 | 38
 des granulats durs pour la fabrication de bétons qui doivent servir pour des routes à forte
circulation, des sols industriels (usure importante),
 des granulats de différentes couleurs pour des bétons colorés,
 des granulats réfractaires c'est à dire de faible coefficient de dilatation thermique.

Et pour les normes ?

La norme XP P 18-545 concerne les règles générales de contrôle des gravillons. La norme NF EN 12620
réglemente les caractéristiques des gravillons.

L'eau de gâchage
L'eau de gâchage est indispensable à la composition du béton. Elle permet l'hydratation du ciment et
donne donc la possibilité à ce dernier de faire sa prise en agissant en tant que liant. Elle facilite
l’application du béton par son effet lubrifiant.

Tout comme les granulats, l'eau utilisée doit être propre, sans impuretés. L'eau potable est donc le
meilleur allié du béton. Et bien sûr, pas d'eau de mer !

Elle joue donc un rôle important  dans la qualité du béton. Sa quantité doit être précise.

Utilisée en trop grande quantité, l'eau nuit à la qualité du béton : réduction de la résistance, de la
durabilité, une augmentation de la porosité, risques de ségrégation, de  ressuage, altération de ses
performances mécaniques, augmentation du phénomène de retrait...

Donc, il est plus que déconseillé d'ajouter de l'eau au béton aussi bien sur chantier que dans une centrale
à béton !

La quantité d'eau se calcule avec  la formule  E/C (masse d'eau / masse de ciment).  Généralement, il est
considéré qu'il faut la moitié du poids du ciment.

Pour info : n'oubliez pas, dans votre calcul, de tenir compte de l’eau apportée par vos granulats.

Le ciment
Le ciment, élément essentiel à la composition du béton, est une poudre qui, lorsque l'on ajoute de l'eau,
s'hydrate puis se cristallise.

On dit donc que c'est un liant hydraulique car au contact de l'eau il agit comme une colle et permet
d'agréger les différents éléments du béton (sable, granulats...). Le ciment apporte la résistance au béton.
Il se présente sous la forme d'une poudre grise ou (plus rarement) blanche (sans oxyde de fer).

Que retrouve-t-on dans la composition du ciment ? Du calcaire, de l'argile, de la chaux, de la silice, de


l'alumine... Le tout broyé et chauffé  pour ne pas dire « cuit » dans un four rotatif à plus de 1450°C.

P a g e 5 | 38
Puis, le tout est associé à différents constituants comme des cendres volantes, des laitiers de haut
fourneau, des fillers calcaires ...

Selon, le béton que vous désirez, il existe différentes sortes de ciments :

 les ciments courants : CEM I, CEM II, CEM III, CEM III/C, CEM V…
 les ciments aux propriétés spécifiques :

1. prise en mer
2. eaux à haute teneur en sulfates
3. le ciment alumineux fondu (résistant aux milieux acides)
4. ciment prompt naturel (prise rapide)
5. blanc (de décoration, dit « architectonique »)

Pour info : Pour les bétons armés, il est conseillé de retenir au minimum la classe de résistance 32,5.

On dit qu'il existe cinq grandes catégories de ciments :

 le ciment portland pour les bétons armés,


 le ciment portland pour les travaux de dallage, les routes…
 le ciment de haut fourneau pour les travaux ne subissant pas une grande augmentation de
chaleur,
 le ciment de haut fourneau pour les travaux hydrauliques souterrains, travaux en eaux
agressives…
 le ciment aux laitiers et aux cendres qui réduit  les émissions de CO2 (entre autres). A éviter par
temps froid car l'une des caractéristiques du ciment aux cendres est de ralentir la prise.

Les  adjuvants
Les adjuvants sont des produits chimiques. Ils sont ajoutés au moment de la fabrication du béton. Ils ont
pour but de modifier et surtout d'améliorer certaines propriétés de ce dernier comme par exemple son
étanchéité ou même son temps de prise. Que ce soit à l'état frais ou à l'état durci.
N'étant pas essentiels à la fabrication du béton, les adjuvants représentent une faible part de la
préparation (- de 10 kg/m³ ou - de 5% de la masse du béton).

Très utilisés de nos jours, ils sont capables de  faciliter la mise en place du béton, d'accélérer ou de
retarder la prise...en entrainant de l'air, enlevant de l'eau, modifiant la viscosité...incroyable !  

Il existe différents types d'adjuvants classés dans 3 grandes familles (norme NF EN 934-2) :

Pour l'ouvrabilité du béton

Ce sont les plastifiants-réducteurs d'eau et les superplastifiants. 

Les plastifiants-réducteurs d'eau réduisent la quantité d'eau, améliorent l'ouvrabilité du béton afin
d’augmenter sa résistance.

P a g e 6 | 38
Les superplastifiants ont les mêmes propriétés mais permettent d'obtenir des bétons beaucoup plus
fluides (bétons autoplaçants, autonivelants, chape liquide…).

Pour modifier la prise et le durcissement

On les appelle les accélérateurs de prise, de durcissement et les retardateurs de prise.

Comme le mentionne leurs noms, les accélérateurs de prise, accélèrent la prise (surtout par temps
froid)...et les retardateurs de prise retardent la prise du béton (surtout par temps chaud).

Pour modifier des propriétés particulières

C'est à dire les hydrofuges de masse qui ont pour fonction d'augmenter l'imperméabilité du


béton. Comment ça ? En obturant les pores.

Les entraîneurs d'air qui ont pour but d'augmenter la résistance du béton par rapport au gel. Comment
ça ? En permettant la formation de bulles minuscules réparties  uniformément dans le béton.

Pour info : Il existe des produits de cure qui ont pour but de protéger les bétons pendant leur
durcissement. Il suffit de les appliquer sur la surface du béton frais.

Les autres constituants des bétons


On appelle autres constituants du béton, des produits visant à donner des propriétés particulières au
béton. Cela peut être des pigments, des fibres, des minéraux…

Les pigments (colorants en poudre), eux, modifient la couleur du béton. Au niveau du dosage, il est
conseillé de mettre 0.5 à 2 % du poids du ciment si vous souhaitez des teintes claires et de 2 à 5 % du
poids du ciment si vous souhaitez des teintes  plus vives.

Lorsqu'on parle de minéraux, on parle des laitiers de hauts fourneaux, cendres volantes, fumées de
silice...

Les fibres, elles, peuvent être de différentes natures. On peut par exemple renforcer notre béton avec
des fibres minérales (verre, carbone.)...ou alors avec des fibres métalliques (fonte, acier, inox…). Mais
aussi avec du  polypropylène, de l'acrylique, du polyamide, du kevlar...

Ces fibres ont pour but de rendre notre maison (ou autre) plus résistante. A quoi ? Au feu, à l'usure, à la
traction, aux fissures...

P a g e 7 | 38
Le dosage du béton
Le dosage du béton est différent selon l'usage qui lui est destiné et donc selon les caractéristiques que
l'on veut lui attribuer. De nos jours toutes sortes de bétons existent afin de réaliser toutes nos envies
concernant nos maisons ou autres projets.

Un bon dosage n'en est pas moins primordial afin d'obtenir une bonne préparation (béton). Car  attention,
un béton mal dosé peut voir sa résistance sérieusement diminuer.

Le dosage du béton :
 Le béton peut être poreux si le dosage en sable est trop bas. A l'inverse, si il y en a trop, cela va
ressembler à du mortier.
 Ne pas rajouter d'eau à la préparation : un béton ne doit pas être trop liquide mais mou.
 Les cailloux font la force du béton mais attention à ne pas trop en mettre sinon les interstices
remplis par le liant seront trop étroits. Les grains auront donc tendance à ne pas bien adhérer les uns
aux autres et le béton à casser.
 Vous retrouverez les dosages minimaux à effectuer pour la préparation des différents bétons dans
la norme NF EN 206-1.

Même si plusieurs formules existent concernant la préparation du (des) béton(s) (en fonction de la
résistance voulue), on retrouve une formule de base pour la composition de 1m3 de béton ordinaire
(350kg/m3). Cette formule a été fixée en 1906 par un règlement :

 Ciment : 350 kg
 Sable : 750 kg
 Gravier : 1150 kg
 Eau de gâchage : 175 l

Si vous souhaitez faire vous-même votre béton à la main, vous trouverez souvent des formules où le
dosage se fait à la brouette, au seau ou au sac de ciment.

Dosage pour un sac de 35kg de ciment:

 1 sac de 35kg de ciment


 75 kg de sable
 115 kg de cailloux
 17,5 litres d'eau

Dosage au seau* : 

 1 sac de 35 kg de ciment
 5 seaux de sable
 7 seaux de graviers

P a g e 8 | 38
 17 litres d'eau    

* pour un volume de 10 litre pour le seau

Dosage à la pelle* :

 Pour un sac de 35 kg de ciment 


 10 pelles de sable
 14 pelles de cailloux
 17 litres d'eau 

* pour un volume de 5 litre par pelle

La règle du 1-2-3 :
Souvenez-vous de cette règle si vous êtes perdu, les proportions sont quasiment les bonnes :

 1 dose de ciment
 2 doses de sable
 3 doses de cailloux

Simple non ?

Encore plus simple :


Pas envie de vous prendre la tête ? Quelques pistes :

1. Vous pouvez acheter des sacs de béton tout prêt. Il suffit de rajouter de l'eau. Parfait pour les
petits travaux, il ne convient pas aux gros projets, car plus cher !
2. Les grandes surfaces de bricolage proposent souvent des mélanges tout prêts de sable/graviers. Il
ne vous reste plus qu'à ajouter le ciment et l'eau !

Comme mentionné plus haut, selon le béton désiré, le dosage des composants sera différent. Par
exemple, pour le ciment, si vous souhaitez du béton pour  couler des fondations, on utilisera  entre 200
kg et 300 kg de ciment ;  pour couler une dalle, on utilisera environ 300 kg de ciment ; pour préparer des
piliers ou du béton armé, on utilisera environ 400kg…

Astuce : Pour calculer rapidement la quantité d'eau dont vous avez besoin, rien de plus simple  : il suffit
de diviser en 2 la valeur du poids du ciment. Exemple : 25 kg de ciment = 12,5 L d'eau.

Quel dosage pour quelle application ?


Nous venons de voir ci-dessus les règles de dosage pour un béton à 350kg (de ciment) par m3 (1m x 1m
x 1m, soit 1000 litres). Mais ce dosage peut varier en fonction des besoins :
P a g e 9 | 38
Béton de propreté (150kg/m3) :

 150 kg de ciment
 850 kg de sable
 1250 kg de cailloux
 75 litres d'eau

Béton classique (250kg/m3) :

 250kg de ciment
 800 kg de sable
 1200 kg de cailloux
 125 litres d'eau

Béton de fondations (300kg/m3) :

 300 kg de ciment
 780 kg de sable
 1180 kg de cailloux
 150 litres d'eau

Béton de dalle (350kg/m3) :

 350 kg de ciment
 750 kg de sable
 1150 kg de cailloux
 175 litres d'eau

Béton à 400kg/m3 :

 400 kg de ciment
 750 kg de sable
 1120 kg de cailloux
 200 litres d'eau

ATTENTION : ces dosages sont donnés à titre indicatif et n'engage pas la responsabilité du site !

Et comment calculer le volume de béton


nécessaire ? 
 Pour un espace à remplir de forme carré ou rectangulaire : en multipliant la longueur par la
largeur,  par la hauteur (Lxlxh)  
 Pour un espace à remplir de forme triangulaire (à angle droit) : toujours Lxlxh mais /2

P a g e 10 | 38
 Pour un espace à remplir de forme de quart de cylindre : 3,14xLxlxh/4
 Pour un espace à remplir de forme de demi cylindre : 3,14xLxlxh/2

En savoir plus : Réaliser du béton et du mortier (chez Leroy Merlin)

Le temps de séchage du béton (dalle,


poteaux, chape, murs, fondations...)
Dans les faits, le béton ne sèche pas, mais "prend". Ainsi, le terme "séchage" est erroné. On parle donc
plutôt de "prise du béton". Nous emploierons ainsi parfois le terme "séchage" afin que tout le monde
comprenne.

La prise est une étape primordiale pour la résistance et la durabilité de votre béton. Une mauvaise prise
de votre béton peut donc faire perdre de la résistance à ce dernier et même, malheureusement, laisser
apparaître de belles fissures dans le futur.

En combien de temps sèche le béton ?


2 éléments sont à prendre en compte et à ne surtout pas confondre : la prise et la résistance.

 La prise du béton s'effectue (selon divers paramètres) en quelques heures.


 La résistance, elle, croît petit à petit jusqu'à pratiquement atteindre, à partir de 28 jours, sa
résistance finale. Car on dit que le béton durcit tout au long de sa vie !

En effet, même si au bout de 2/3 jours, votre béton est déjà très résistant, le processus d'hydratation de la
poudre de ciment puis de durcissement de ce dernier va prendre un peu plus de un mois.

Plusieurs facteurs peuvent jouer sur la phase séchage de votre béton. En effet, selon les conditions
climatiques du moment, la qualité du béton (dosage de l'eau, des granulats...) l'utilisation d'adjuvants, le
séchage de votre béton peut être ralenti ou alors accéléré.

Il existe une formule qui précise la montée en résistance du béton en fonction du nombre de jour. Cette
formule est définie dans les règles de calcul BAEL 91.

Pour les curieux, en voici le détail :

 à 2 jours : 30%
 à 7 jours : 70%
 à 14 jours : 85%
 à 21 jours : 90%
 à 28 jours : 95%

P a g e 11 | 38
A savoir : Vous retrouverez également tout sur le temps de séchage du béton dans la norme NF EN 206-
1.

Certains diront que pour une prise dans les règles de l'art d'une dalle par exemple, il faut attendre 28
jours avant de continuer vos travaux. En pratique, nous voyons bien que les travaux peuvent rapidement
continuer, la prise étant très rapide.

Afin de vérifier la qualité des bétons, des tests sont effectués sur les ouvrages. Un à 7 jours, et un à 28
jours de séchage. Ces tests sont appelés "tests de compressions".

Pour rappel, certains adjuvants peuvent être ajoutés à votre béton frais (accélérateurs de prise,
retardateurs de prise, entraineurs d'air.…). Ces derniers ayants pour but de modifier la vitesse de prise du
béton.

L'info technique : Vous avez maximum 2 heures (par temps ordinaire) pour placer votre béton
définitivement et le mouiller.

Pour plus de visibilité sur l'évolution de la résistance de votre béton :

En savoir plus : couler une dalle en béton (vidéo) (chez Leroy Merlin)

Le béton en période de gel ou par temps


chaud
Les conditions climatiques tiennent un rôle important dans le séchage du béton. On ne peut pas préparer
et couler un béton sans avoir pris en compte les températures extérieures du moment où ce dernier devra
être installé.

En effet, soleil, chaleur, vent, froid, gel...sont à redouter lors de la pose de votre béton.

P a g e 12 | 38
Pose du béton par temps chaud
Par temps chaud, la prise du béton se fait plus rapidement. Pourquoi ? Car l'eau va s'évaporer plus vite.
Et si l'eau s'évapore trop rapidement, cela peut réduire la résistance de votre béton. En effet, celui-ci
pourra être plus poreux .

Il est donc recommandé, lorsque le soleil chauffe, d'humidifier et d'arroser votre béton régulièrement
pendant la prise (ce qui correspond à son hydratation complète) afin qu'il garde son humidité. Quand  :
dès que l'eau superficielle a disparu de la surface de votre béton.

En bref, protégez votre béton du soleil !

Info : Vous pouvez même poser un film plastique sur le sol, prévoir des banches refroidies ou pulvériser
un produit de cure afin de créer une couche de protection qui va empêcher l'eau de s'évaporer. Seule
bémol: cette couche doit être poncée avant de faire le revêtement de sol.

Pose du béton par temps froid


Par temps froid, la prise est plus lente. Et le gel est l'ennemi n°1 du béton !

Il est même interdit de couler du béton lorsque le gel apparaît. Pourquoi ? Car le gel stoppe la prise de
votre béton.

Il est donc très fortement déconseillé de couler du béton en dessous de 5°. Pour information, un béton
coulé à une température de 5° peut mettre jusqu'à 5 fois plus de temps pour effectuer sa prise.

Il est donc conseillé, par temps froid, de couler son béton plusieurs heures avant que la nuit (et donc le
gel) arrive. Comme cela, le béton aura tranquillement le temps de faire sa prise. Et une fois la prise faite,
plus aucuns soucis...le gel peut pointer le bout de son nez !

DTU 20.1 § 5.1.3 : « ...Les parties d'ouvrages accidentellement gelées doivent être démolies jusqu'à la
partie saine, la surface de reprise devant être traitée ... ».

Autre ennemi : le vent froid.

Le vent froid est plus sec et va donc dessécher plus vite votre béton. Solution ? Humidifiez votre béton,
protégez le avec une bâche, faites une cure, ajouter un accélérateur de prise...

Pour info : Lors de la prise de votre béton, celui-ci va dégager de la chaleur. Ce processus d'hydratation
du ciment va l'aider à se protéger du froid.

Astuce : si vous utilisez de l'accélérateur de prise, rajoutez un peu plus de ciment à votre béton (10/20
kgs / m3).

En bref, l'idéal pour couler du béton est un temps doux et humide. Mais couler du béton est faisable tout
au long de l'année...fort heureusement.

P a g e 13 | 38
Les bétons courants
Il existe différents types de béton. Selon l'utilisation que vous souhaitez faire de ce dernier, vous aurez le
choix entre un béton courant, un béton léger, un béton lourd, un béton à haute performances, un béton
autoplacant, un béton Fibré à ultra hautes performances…

En effet, la consistance d'un béton va dépendre de la nature de ses composants et notamment de ses
granulats et adjuvants.

Ces 25 dernières années ont été propices au développement  des différentes propriétés du béton. « Les
nouveaux bétons », ou « les bétons aux nouvelles performances » ont nettement améliorés leurs
performances mécaniques, leur durabilité ou même leur ouvrabilité. Et ils ne sont pas en reste côté
esthétisme bien-sûr.

Les bétons courants


Dans les bétons courants, on retrouve, par exemple, les bétons prêts à l'emploi (BPE).

C'est à dire les bétons qui sont fabriqués en centrales dans des usines. Ils sont par la suite transportés
dans des bétonnières jusqu'au chantier.

Les bétons dits courants sont évidemment la base de tous les bétons dits "spéciaux".

Info technique : résistance en compression de 30 MPa.

En savoir plus : Couleur une dalle de béton (chez Leroy Merlin)

P a g e 14 | 38
Les bétons lourds
Ce sont des bétons réalisés à partir de granulats de haute densité. Par exemple de la barytine, de
l'hématite, de la magnétite, du plomb, des déchets ferreux… Généralement, l'eau est faiblement dosée
dans la composition de ces bétons.

Ils sont utilisés pour la protection contre les radiations (centrales nucléaires, salle de radiologie…) et
même contre les explosions. Ils doivent être capables de résister à des vagues hautes températures.
Enfin, ils sont également utilisés pour la réalisation de culées et de contrepoids.

Pour info : la masse volumique d'un béton lourd est supérieure à 3t/m³ quand celui d'un béton courant
est de 2,3t/m³.

Les bétons légers


Le béton léger est, comme son nom l'indique, plus léger.

Le béton léger est, comme son nom l'indique, plus léger. Pourquoi ? Car les gravillons sont remplacés
par des billes de schiste expansé, de polystyrène, d'argile.… Bien souvent, un adjuvant appelé
« entraîneur d'air » est rajouté dans la composition du béton légers.

Un des avantages de ces bétons, outre sa légèreté, est d'être un bon isolant thermique et acoustique. La
résistance, quant à elle, est inférieure à celle d'un béton courant. En autre, c'est un bon béton de
remplissage.

Domaines d'applications : remplissages, cloisons, hourdis...

Le béton à haute performances (BHP) et à


très hautes performances (BTHP)
Le béton haute performance est un béton plus compact. Sa réputation est d'être très résistant à la
compression et d'avoir une excellente durabilité. A l'état frais, sa viscosité en fait un béton qui se
manœuvre très facilement. Il est donc facile à mettre en place grâce à sa fluidité.

Pour obtenir ces performances, on va réduire sa porosité. Comment ? En ajoutant des superplastifiants
(teneur en eau réduite) et des particules ultrafines comme par exemple de la fumée de silice.

Ces bétons sont perméables, résistants aux agressions chimiques et au cycle gel/dégel. Ces bétons sont
perméables, résistants aux agressions chimiques et au cycle gel/dégel. Ils peuvent supporter de fortes
charges ou être utilisé des formes plus étonnantes.

P a g e 15 | 38
Info technique : résistance en compression de 50 MPa (BHP) et 80 MPa (BTHP)

Le béton autoplacant (BAP)


Le béton autoplacant est un béton très fluide et homogène. Il a la particularité de se mettre en place tout
seul. C'est à dire sans être obligé de vibrer le béton.

Il est très apprécié pour le gain de temps en productivité qu'il permet d'obtenir et pour le rendu esthétique
de ses parements. Il est utilisé à coup sûr pour des constructions ou productions aux formes complexe ou
très hautes.

Dans sa composition, on retrouve un liant ou pâte en quantité plus élévé (ciment,eau...), des
superplastifiants et des granulats en quantité plus faible.

Domaines d'applications : fondations, sols industriels, radiers...

Le Béton Fibré à Ultra Hautes


Performances (BFUP)
Le Béton Fibré à Ultra Hautes Performances est très résistant à la compression et à la traction par
flexion. Sa particularité est d'être renforcé par des fibres.

Parmi les avantages du BFUP, on remarque une importante résistance aux agressions, une facilité de
mise en place grâce à une grande ouvrabilité et un rendu de parements très esthétique.

Au niveau de la composition, on retrouve du ciment et des  adjuvants en quantité élevés, des granulats
de petites dimensions, de l'eau en petite quantité et ...des fibres (métalliques ou minérales).

Info technique : résistance en compression de 130 à 250 MPa

Domaines d'applications : Dalles, poutres...

Le béton armé
Le béton armé est composé de béton et d'armatures métalliques. Cette association permet de
d'augmenter la résistance du béton aussi bien en matière de compression qu'en matière de traction.

Le béton a pour rôle d'être résistant à la compression et l'armature métallique d'être résistant à la traction.

P a g e 16 | 38
Beton coulé sur une structure métallique

L'armature métallique est en acier : acier carbone ou acier inox. L'armature est donc soit glissée dans un
bloc de béton (barres) soit disposée dans un coffrage (treillis).
Les barres d’acier font de 6 à 12m de long et ont un diamètre de 4 à 50 mm.

2 étapes sont très importantes dans la confection du béton armé :

 Le positionnement de l'armature qui (et notamment les barres) doit être placée dans la partie de
l'ouvrage ou la traction sera la plus présente. Généralement dans la partie inférieure.
 L’enrobage des armatures

L’enrobage, c'est à dire l'écart entre la surface de votre béton et l'armature, est en général de 3 cm. Il ne
faut pas le négliger car il préserve vos armatures de la corrosion.

Le béton armé est utilisé pour la confection de dalles, de fondations, de voiles, de poutres, de poteaux,
de murs de soutènements...

Son avantage est de limiter les fissures de votre béton.

Info technique : Pour le béton armé, on appelle les armatures des « armatures passives ».

Le béton précontraint
Le béton précontraint est composé d'armatures comme le béton armé. A la différence, le béton
précontraint subit une tension au niveau de ces armatures. Ce procédé (la précontrainte) permet
d’augmenter sa qualité de compression. Compression qui va s'opposer aux contraintes de tractions des
différentes charges.

Concrètement, avant de bétonner on installe des gaines dans la zone concernée (traction). On coule puis
laisse le béton faire sa prise et on passe des câbles aciers à l'intérieur de ces gaines. Câbles aciers qui
seront bloqués (cônes d’ancrage ou plaques métalliques)  puis bloqués grâce à des vérins.

P a g e 17 | 38
2 méthodes pour la mise en œuvre :

 la mise en tension des câbles avant de bétonner l'ouvrage : la pré-tension


 la mise en tension des câbles après la prise du béton : la post–tension

Le béton précontraint est utilisé pour des ouvrages très sollicités, de grandes longueurs et généralement
pas très épais tels que les ponts.

Il faut faire attention à bien disposer ces câbles et à bien calculer leur nombre.

Le point technique : La compression due à la mise en tension de ces câbles favorise une cambrure de
l'ouvrage. En hauteur, bien évidemment:).  Les charges peuvent donc exercer leur pression sans 
qu'aucune fissure n'apparaisse sur l'ouvrage. Tout aussi simplement, l'ouvrage reprend sa forme initiale
une fois les charges éliminées.

On dit même que le béton précontraint se comporte comme un élastique ! Impressionnant !

La différence entre béton, ciment et


mortier
Vous avez des travaux à effectuer chez vous : dalle, poutre, enduits de murs, chape, carrelage...oui mais
alors quoi utiliser pour les effectuer ? Ciment, mortier, béton ? Comment faire la différence lorsque l’on
n’est pas bricoleur ?

Car chaque produit a des caractéristiques et des fonctions bien différentes.

Le ciment :
Le ciment est un liant qui, mélangé à de l'eau, durcit et assemble entre eux des composants tels que du
sable, du gravier...

Il est composé de d'argile et de calcaire (le clinker).

Pour le fabriquer, il faut donc extraire du calcaire et de l'argile des carrières, mélanger les composants,
les sécher, les faire cuire à 1400°, les refroidir et enfin les broyer.

La poudre de ciment est enfin prête. Vous y ajoutez de l'eau et du sable et vous obtenez du mortier. Vous
y ajoutez de l'eau, du sable et des graviers et vous obtenez du béton.

P a g e 18 | 38
Le Mortier :
Comme mentionné plus haut, le mortier est un mélange de ciment, d'eau et de sable. Mais pas de
graviers comme pour le béton !

Il existe principalement 3 sortes de mortier :

 Le mortier de ciment : assez résistant et prise assez rapide


 Le mortier de chaux : prise plus longue et moins résistant et étanche qu'avec le ciment
 Le mortier bâtard : compromis entre le mortier de ciment et le mortier de chaux

Il est également possible d'ajouter dans le mortier des adjuvants comme pour le béton (plastifiants,
accélérateurs de prise, entraîneurs d'air…).

Il est le plus souvent utilisé pour enduire les murs, effectuer des réparations ou comme matériaux de
liaison (pour coller le carrelage ou les parpaings…).

Le Béton :
Le béton, lui, a la même composition que le mortier (ciment, eau, sable) avec... des granulats (cailloux,
en gros) en plus. De ce fait, le béton est beaucoup plus résistant à la pression.

Le béton est couramment utilisé pour le gros œuvre et la réalisation d'une structure comme par exemple
les fondations, les dalles, les linteaux, les poutres...

Le prix du béton
Le prix du béton peut varier considérablement selon plusieurs critères. La première chose à savoir est
« est-ce que vous souhaitez réaliser vous-même votre béton » ou alors « est-ce que vous souhaitez vous
faire livrer votre béton ». Puis ensuite, quel type de béton (pour quelle fonction) et quelle quantité de
béton souhaitez-vous faire ou vous faire livrer ?

Vous souhaitez faire vous même votre béton :


Si vous souhaitez faire vous-même votre béton, le coût total sera moins élevé mais attention, fabriquer
son béton n'est pas une mince affaire ! Le gâchage du béton manuel demande beaucoup de travail.
Préférez utiliser une bétonnière.

Coût de fabrication pour 1m3 de béton traditionnel  : environ entre 90 et 160€


Attention, à rajouter, si vous n'en avez pas une, le coût d'une bétonnière.

P a g e 19 | 38
Vous souhaitez vous faire livrer votre béton :
Il faudra alors prendre en compte la distance entre la centrale béton et votre domicile ou chantier, le
volume du béton, le type de béton, les frais de transports, la facilité d'accès de votre chantier…Vous
pourriez également avoir besoin d'un tapis ou d'une pompe à béton. Autant de frais à rajouter.

Coût de fabrication pour 1m3 de béton traditionnel  : entre 150 et 250 €.

Le lexique du béton
 La vibration : C'est le fait de vibrer le béton avec une aiguille ou une règle vibrante lors du
coulage du béton. Celà expulse les bulles d’air du béton. Le but étant de d'obtenir un béton plus
homogène, d'obtenir un meilleur remplissage des coffrages...
 La laitance : La laitance est un mélange de ciment et d'eau. Elle se présente sous forme d'une
pellicule à la surface de votre béton. Pellicule peu résistante. Elle survient généralement lorsque l'on
rajoute trop d'eau lors du coulage du béton.
 Gâcher le béton : Fait de malaxer, mélanger  tous les constituants nécessaires à la fabrication du
béton.
 Le ciment Contempra : nouveau ciment qui réduit les émissions de CO2 jusqu'à 10%. Le clinker
est coobroyé du calcaire ce qui diminue la quantité de gaz à effet de serre

P a g e 20 | 38
Les différents types de béton et leurs
spécificités
Découvrez les avantages et les spécificités de chaque type de béton pour tous vos projets de maçonnerie (de petite
comme de grande envergure).

Le béton est un matériau indispensable pour tous projets de maçonnerie, que ce soit de petite ou de
grande envergure. Il est donc indispensable d’en connaître les spécificités et d’utiliser le béton le plus
adapté en fonction des besoins sur le chantier.

L’utilisation d’un coffrage béton est par la suite préconisée pour la réalisation d’ouvrages en béton. Malgré un
panel très large de types de bétons, le béton armé et le béton autoplaçant restent les deux principaux bétons pour
l'utilisation d'une banche de coffrage sur un chantier.

P a g e 21 | 38
Définition du béton

Le béton est composé d'un mélange de matières : parmi eux, nous retrouvons le ciment, les granulats, le sable et
l'eau. L'utilisation plus ou moins importante de chaque matériau permet de créer un béton spécifique et
répondant à un besoin précis sur les chantiers.

À titre indicatif, il faut approximativement 350 kg de ciment, 1 000 kg de granulat, 800 kg de sable et 175 litres
d’eau pour réaliser 1m3 de béton traditionnel.

Quels sont les différents types de béton utilisés sur les chantiers ?

Il existe une grande variété de bétons permettant de réaliser un projet de maçonnerie. Voici un premier tableau
synthétique ainsi qu'une liste non exhaustive de différents bétons utilisables sur chantier.

Type de béton Avantages

 Malléable et léger
Béton léger  Résistant aux chocs

 Répond à des normes de sécurité très strictes


Béton lourd  Dispose de granulats très lourds

 Fondations renforcées par l'acier


 Risque de fissuration du béton limité
Béton armé
 Béton très adapté en utilisation avec un coffrage

 Extrêmement fluide
 Mise en œuvre sans vibration pour un gain de temps conséquent
Béton autoplaçant
 Béton très adapté en utilisation avec un coffrage

 Renforcement général de la fondation


Béton fibré  Risque de fissuration du béton limité

 Gain de temps conséquent


Béton prêt à l'emploi  Transféré et livré sur chantier

 État de compression optimal


Béton précontraint  Meilleure qualité de finition des fondations réalisées

 Plus résistant à la compression


Béton haute-performance  Plus fluide et moins poreux

 Réduit l'affaissement de la fondation


Béton projeté  Empêche le coulage ultérieur du béton

 Temps de bétonnage réduit


Béton de ciment alumineux  Meilleure résistance sur le long terme

P a g e 22 | 38
Le béton léger

Le béton léger est un béton très malléable et très léger. Il est efficace pour tous les travaux de rénovation. Il
résiste aux chocs et remplit très bien sa mission d’isolant thermique. Le béton léger s'emploie particulièrement
pour les murs porteurs et les dalles.

Le béton lourd

Le béton lourd dispose de granulats très lourds, ce qui permet de répondre à des besoins très précis tels que les
ouvrages des centrales nucléaires. L'emploi de ce béton permet de ne laisser passer aucune trace de radiation et
de répondre à des normes très strictes de sécurité.

Le béton armé

Le béton armé reprend les codes du béton pour fondation traditionnelle, mais auquel il est rajouté un nouveau
matériau : l’acier. En posant des armatures de cette matière, la solidité d’une fondation en béton est renforcée.
En effet, l’acier est un matériau très résistant aussi bien lorsqu'il est tracté ou compressé.

Le principal objectif de ce béton est de compenser les principales faiblesses d’un béton plus conventionnel, à
savoir sa résistance globale, et les risques de fissuration sur le plus long terme.

Le béton autoplaçant

Le béton autoplaçant est un béton extrêmement fluide, facilitant grandement son utilisation. Avec ce béton, le
but est de gagner un temps considérable lors du coulage sur chantier, car la mise en œuvre se fait sans vibration,
contrairement aux bétons plus conventionnels.

Pour autant, une fois le béton solidifié, sa qualité reste la même que sur un béton traditionnel.

Le béton fibré

Le béton fibré a le même objectif que le béton armé : renforcer la solidité générale de la fondation réalisée. La
fibre a le même principe actif que l’armature utilisée sur le béton armée : elle limite les risques de fissuration du
béton et améliore sa résistance sur le long terme.

L’avantage de la fibre, c’est également sa grande facilité de mise en œuvre sur chantier, assurant un gain de
temps certain lors du coulage.

Le béton prêt à l’emploi

Les bétons prêts à l’emploi sont des bétons directement conçus par les industriels dans leurs centrales à béton. Il
est ensuite transporté à l’aide d’un camion toupie et directement transféré sur les chantiers clients. Une fois sur
place, le béton prêt à l’emploi est appliqué par le camion toupie, soit par la pompe à béton, soit par la goulotte.

P a g e 23 | 38
Le béton précontraint

Le béton précontraint est un béton ayant la particularité de rester dans un état de compression optimal. Cet état
de compression permet au béton d’être utilisé dans les meilleures conditions, ce qui favorise une meilleure
finition.

Cet état de pression est construit à partir de câbles de précontrainte en acier, intégrés directement dans le béton
comme cela est le cas avec les armatures en acier dans le béton armé. Sur un chantier, il est possible d’appliquer
la précontrainte au béton avant le coulage du béton (pré-tension), ou bien après le coulage lorsque le béton
durcit (post-tension).

Il est important de préciser que la précontrainte par post-tension est généralement plus efficace mais aussi plus
difficile à mettre en œuvre que la précontrainte par pré-tension.

Le béton de ciment alumineux

Le béton de ciment alumineux, se compose comme son nom l’indique de ciment alumineux. Ce type de ciment,
à base d’aluminate de calcium, apporte différents avantages au béton : la prise est plus rapide, et la résistance
est plus importante sur le long terme et également vis-à-vis des fortes chaleurs.

Le béton haute performance

Les bétons de haute-performance possèdent des caractéristiques beaucoup plus intéressantes que les bétons
conventionnels. Ils sont à la fois plus résistants à la compression, et beaucoup plus fluides. Il s’agit également
d’un béton moins poreux, protégeant ainsi plus efficacement les armatures préalablement déposées.

Le béton projeté

Il s’agit d’un béton qui porte bien son nom, car il est volontairement projeté sur une surface solide par le biais
d’un projecteur d’air comprimé. Le but est de limiter l’affaissement et le coulage ultérieur du béton. En termes
de composition, le béton projeté dispose de caractéristiques similaires au béton pour les fondations plus
traditionnelles.

Avec les nouveaux moyens technologiques, la famille des bétons est en constante évolution.
Le béton est un matériau dont la composition peut évoluer. On peut adapter son dosage et
ses constituants en fonction des performances recherchées. En répondant aux normes de
sécurité et s’adaptant aux envies des hommes, le béton, sous ses différentes formes, répond à
nos besoins.

P a g e 24 | 38
Tableau des différents types de béton
Exemples de
Types de
Caractéristiques dosages pour Applications
béton
1m³ de béton

Ciment : 400 kg ;
Composé de granulats de Hourdis, cloisons,
Billes PSE : 350 L ;
Le béton faible densité, utilisation réhabilitation de
Sable : 950 kg ; Eau
léger éventuelle d'adjuvants bâtiment anciens,
: 170 L ; Adjuvant :
entraîneurs d'air. remplissages
1 à 4%

Ciment : 250 kg ;
Hématite 0/1 mm :
Protection contre
Composé de granulats de 1000 kg ; Hématite
Le béton les radiations,
densité élevée (plomb, 0/5 mm : 900 kg ;
lourd réalisation de
magnétite, hématite) Hématite 8/25 mm :
contrepoids
1700 kg ; Eau : 120
L

Ajout d’adjuvants tels que


des superplastifiants et des Ciment : 350 kg ;
agents de viscosité dans la Sable : 800 kg ;
Le béton Radier, fondations,
composition. Béton très Gravillons : 900
auto-plaçant sols industriels
fluide se mettant en place kg ; Fines 200 kg ;
sans avoir recours à un Eau : 180 L
système de vibration.

Ajout de fibres de nature,


dimension et forme
différentes. Réparties de
manière homogène dans le Dalles, sols
Le béton
mélange, ces fibres industriels, poutres,
fibré améliorent certaines tuyaux
caractéristiques du béton
(résistance à la traction,
tenue au feu).

Béton lavé : Ciment


Leur composition évolue
: 300 kg ; Granulat : Murs, terrasses,
Les bétons en fonction des
800 kg ; Sable dalles, allée,
décoratifs caractéristiques
semi-fin : 400 L ; trottoirs
recherchées.
Eau : 160 L

Les bétons Ponts, centrales


Bétons aux résistances
haute nucléaires,
accrues, très peu poreux. Dépend du BHP
performance ouvrages de grande
Plus durables.
s ampleur

P a g e 25 | 38
Détails des différents types de béton
Le béton fibré :
Le béton fibré est un matériau dans lequel sont intégrées des fibres synthétiques ou
métalliques de dimensions diverses et réparties de manière homogène dans la masse du
béton. Il existe différents types de fibres, ayant des impacts variables sur le béton. Elles ont
par exemple pour fonction d’améliorer certaines caractéristiques du béton telles que la
résistance en flexion ou la limitation de la fissuration.
Dosées de 0,5 à 2% par m³ de béton, ces fibres possèdent des caractéristiques intrinsèques :
composition, dimension, forme.
Il existe différentes catégories de fibres

 Les fibres métalliques


 Les fibres organiques
 Les fibres minérales

Familles
Matériaux Caractéristiques
de fibres

Bonne résistance à la flexion,


Fibres
à la traction et à la rupture.
métallique Acier, Fonte, Inox
Réduction de la dimension
s
des fissures.

Fibres souples, ce qui


Acrylique, Aramide, Carbone,
améliore leur ouvrabilité. Peu
Fibres Kevlar, Polyamide
résistantes aux températures
organiques Polypropylène/Polyéthylène,
élevées (140-170°C
Polypropylène
maximum).

Excellente tenue au feu


(800°C maximum). Bonne
Fibres
Basalte, Mica, Verre, Wollastonite isolation thermique. Permet la
minérales
fabrication de parois très
minces.

Le béton autoplaçant
Le béton auto-plaçant (BAP), caractérisé par son hyper fluidité, se différencie des bétons
traditionnels par ses propriétés à l’état frais. En effet, le BAP, grâce aux différents
constituants qui le composent, a la capacité de se mettre en place par lui-même là où il est
appliqué, sans avoir recours à un système de vibration pour l’homogénéiser.

P a g e 26 | 38
Application de béton autoplaçant sur des armatures - © peuceta, Fotolia

Avantages du BAP :
Mise en oeuvre :

 Suppression du système de vibration pour sa mise en place


 Diminution du temps de bétonnage
 Absence de nuisance sonore, ce qui produit de meilleures conditions de travail

Classes de résistance à la compression


Lorsque vous vous apprêtez à commander du béton, vous allez devoir indiquer au
fabricant la classe de résistance dont vous aurez besoin pour réaliser vos travaux. La classe
de résistance à la compression s’exprime de la manière suivante : C X / Y. Le C correspond
au mot concrete (béton), il indique le type de matériau utilisé. Le X correspond à
la résistance à la compression en MPa à 28 jours, mesurée sur éprouvette cylindrique et le
Y pour une mesure effectuée sur une éprouvette cubique.
Les classes de résistance à la compression correspondent donc à une caractéristique du
béton lorsqu’il est sec. Cette valeur est utile car elle permet de dimensionner un ouvrage. La
norme NF EN 206-1 regroupe les différents bétons utilisés dans le génie civil ou dans le
bâtiment en classes de résistance. Ces classes de résistance vont varier en fonction de la
résistance des bétons à la compression à 28 jours.

Classe de résistance des bétons ordinaires


Pour les bétons ordinaires de masse volumique allant de 2000 kg/m3 à 2600 kg/m3, la
norme NF EN 206-1 distingue 16 classes différentes.

P a g e 27 | 38
Classe de
résistance
Type de béton Exemples
à la
compression

Béton ordinaire Usage décoratif


C8/10
seulement

Usage décoratif
C12/15
seulement

C16/20 Béton de propreté

Fondations légères
(semelle filante ou
C20/25
isolée)
Dallage sur vide sanitaire

C25/30 Dalle/plancher interne à


une maison
Dalle extérieure
classique et dallage sur
terre-plein, sans

P a g e 28 | 38
Classe de
résistance
Type de béton Exemples
à la
compression

contraintes particulières
Voile intérieur ou
extérieur, sans
contraintes particulières

Dallage sans contraintes


particulières, avec
C30/37
emploi de fibres
structurelles

Béton pour hangar


C35/45 agricole (élevage,
fumier…)

C40/50

Elément soumis à des


efforts importants
C45/55 (poutres de très grande
portée ou plancher très
chargé)

Béton haute résistance


C50/60 (inutile pour des
Béton à hautes particuliers et très cher)
performances

Béton haute résistance


C55/67 (inutile pour des
particuliers et très cher)

Béton haute résistance


C60/75 (inutile pour des
particuliers et très cher)

Béton à très hautes C70/85 Béton haute résistance


performances (inutile pour des
particuliers et très cher)

P a g e 29 | 38
Classe de
résistance
Type de béton Exemples
à la
compression

Béton haute résistance


C80/95 (inutile pour des
particuliers et très cher)

Béton haute résistance


C90/105 (inutile pour des
particuliers et très cher)

Béton haute résistance


C100/115 (inutile pour des
particuliers et très cher)

La norme NF EN 206-1 définit des valeurs limites spécifiées relatives à la composition et


aux propriétés du béton en fonction de chaque classe d’exposition.

Classe d'exposition Classe de résistance minimale

X0 -

XC1 - XC2 C20/25

XC3 - XC4 - XD1 - XF1 - XF2 C25/30

XD2 - XS1 - XS2 - XF3 - XF4 - XA1 C30/37

XD3 - XS3 - XA2 C35/45

XA3 C40/50

P a g e 30 | 38
Classe de résistance des bétons légers

La norme NF EN 206-1 distingue 14 classes de résistance chez les bétons légers.

Béton
Exemples
léger

Béton de remplissage, permet de remplir d’anciens


LC 8/9 planchers et leur redonner de la résistance sans trop les
alourdir

Béton de remplissage, permet de remplir d’anciens


LC 12/13 planchers et leur redonner de la résistance sans trop les
alourdir

Béton de remplissage, permet de remplir d’anciens


LC 16/18 planchers et leur redonner de la résistance sans trop les
alourdir

Béton pour chape de ragréage légère où il y aura peu de


LC 20/22
passage

Béton pour chape de ragréage légère où il y aura peu de


LC 25/28
passage

Béton pour chape de ragréage légère où il y aura peu de


LC 30/33
passage

Béton pour chape de ragréage légère où il y aura peu de


LC 35/38
passage

P a g e 31 | 38
Béton
Exemples
léger

Béton pour chape de ragréage légère où il y aura peu de


LC 40/44
passage

LC 45/50 Ouvrages particuliers peu courants

LC 50/55 Ouvrages particuliers peu courants

LC 55/60 Ouvrages particuliers peu courants

LC 60/66 Ouvrages particuliers peu courants

LC 70/77 Ouvrages particuliers peu courants

LC 80/88 Ouvrages particuliers peu courants

Classes de consistance du béton


Les classes de consistance sont mesurées selon le test au cône d’Abrams. Elles
correspondent à une caractéristique du béton lorsqu’il est encore frais. Ces différentes
classes vont vous permettre de mesurer la fluidité de votre béton et d’ajuster votre dosage
en fonction des performances recherchées. L’ouvrabilité est une caractéristique à ne pas
négliger, surtout lorsqu’il s’agit de la mise en place du béton sur un chantier. Par
conséquent, la classe de consistance de votre béton variera en fonction du dosage de votre
béton. Si vous recherchez un béton fluide, le dosage en ciment et en eau sera important, ce
qui aura également tendance à augmenter le prix du béton.

Tableau des classes de consistance


Il existe 5 différentes classes de consistance des bétons référencés par la norme NF EN 206-
1. Ces classes sont définies par les essais d’affaissement du béton au cône d’Abrams.

Class Affaissement
Définition Exemple
e en mm

S1 de 10 à 40 mm Béton ferme, construction sur une Escalier, accès en

P a g e 32 | 38
Class Affaissement
Définition Exemple
e en mm

pente, béton de
pente forte
voirie

Béton plastique, construction sur Dalle pleine, ouvrage


S2 de 50 à 90 mm
une pente faible d’art

de 100 à 150 Béton très plastique, construction


S3 Dalle, fondation
mm sur une surface plane

de 160 à 210 Dalle, fondation,


S4 Construction sur une surface plane
mm voile

Béton fluide, construction sur une


S5 ≥ 220 mm surface plane, absence de système Dalle, fondation
de vibration

Le saviez-vous ?
Les classes de consistance du béton sont déterminées par le test
d’affaissement au cône d’Abrams
Ce test, également nommé slump test ou essai au cône d’Abrams, s’effectue en disposant du
béton frais dans un cône tronconique qu’on déversera ensuite sur un support afin de
constater son affaissement. Un béton sera considéré comme ferme si son affaissement est
inférieur à 3 cm. Le béton sera considéré comme très fluide si son affaissement est supérieur
à 16 cm.

Le béton, un matériau corrosif


P a g e 33 | 38
Le béton est un matériau dangereux pour vous et la planète. Le béton, s’il s’écoule dans
l’environnement, est toxique pour vous et l’écosystème pollué.
Travailler avec du béton ne peut être fait sans avoir connaissance de ces phénomènes qui à
terme, pourraient accélérer le réchauffement climatique ainsi que la destruction d’espèces
locales.
Mais en plus de cela, si vous travaillez avec du béton, il faut que vous sachiez qu’il
est agressif pour votre corps et que des précautions seront à prendre avant toute
manipulation pour éviter d’éventuels risques vous empêchant de travailler.

Risques sur la santé


Le béton à l’état frais est à manipuler avec précaution ! Il est indispensable d’utiliser
des équipements de protection. En effet, c’est un produit qui va être irritant à cause d’un
des constituants présents dans le ciment. Les principales conséquences sur la santé vont aller
du dessèchement de la peau à de grave brûlures sur le corps, au cas où vous auriez
souhaité travailler torse nu par beau temps.
L’irritation peut aussi causer de graves lésions aux yeux. Prenez garde car si vous avez reçu
des particules directement dans les yeux pendant une durée prolongée votre vision peut être
grandement altérée.
Travailler avec du béton n’est pas comme jouer avec de la terre. Il faut s’équiper et ne
jamais oublier les dangers possibles sur votre santé. Alors n’oubliez jamais de bien rester
vêtus, de porter vos lunettes de protection ainsi que des gants et il va sans dire, toujours
porter son casque !
Attention aussi lorsque vous travaillerez avec le ciment, pour effectuer vos mélanges, il
faudra penser à mettre un masque, car la poussière de ciment peut contenir des agents
dangereux affectant les voies respiratoires et pouvant, à long terme, causer de l’asthme ou
d’autres maladies respiratoires.

Risques sur l’environnement


Le béton est un matériau relativement polluant, la production de ciment comprend une
phase de cuisson de roche, entrainant une émission de CO2 phénoménale. Pour avoir une
idée des ordres de grandeur, la production d’une tonne de ciment représente environ 900kg
de CO2 soit environ 12 000 km parcourus avec une Twingo ! Sachez qu’au mois de mai
2015, 1 400 000 T de ciment ont été consommées en France.
Les constructions en béton armé sont donc extrêmement polluantes pour notre
environnement, de manière indirecte, c’est pourquoi l’industrie cimentière effectue de plus
en plus de recherches actuellement pour se révolutionner et avancer vers des ciments
à basse consommation énergétique, espérant ainsi épargner au maximum la planète.

P a g e 34 | 38
Le saviez-vous ?
Bien que le béton soit relativement polluant notamment à cause de sa fabrication, il n’est pas
rare qu’il soit jeté en raison d’une quantité trop importante commandée, d’un béton qui
aurait pris trop rapidement ou encore d’un béton livré ne répondant pas à la demande du
client. Tout ceci entraine un surplus de pollution non négligeable.
Il faut donc bien calculer ses volumes avant de passer commande, pensez à la planète !

Précédent

Equipements de protection
individuelle pour la mise en œuvre du
béton
L’équipement de protection individuelle regroupe un certain nombre
de protections essentielles pour se prémunir contre les risques pouvant menacer la santé ou
la sécurité lors de l’application du béton. De ce fait, lorsque vous êtes sur le point de
commencer des travaux, il est important de bien s’équiper au préalable, le béton étant un
matériau très corrosif.

Les différents équipements pour manipuler du


béton
Matériel obligatoire sur le chantier :
Le casque : protège votre tête des chocs éventuels pouvant survenir sur le chantier

Premier prix : 4€

Les vêtements haute visibilité : améliorent votre visibilité sur le chantier

P a g e 35 | 38
Premier prix d’un gilet de signalisation : 2,5€

Les chaussures ou bottes de sécurité : préservent vos pieds des chocs et des agressions
chimiques

Premier prix : 20€

Matériel recommandé pour certaines tâches :


Les lunettes de protection : mettent à l’abri vos yeux de toutes sortes de projections

Premier prix : 1€

Les gants : préservent vos mains des blessures causées par les agressions chimiques ou la
manutention

P a g e 36 | 38
Premier prix : 1€

Les protections auditives : préservent votre audition en réduisant les éventuelles nuisances
sonores

Premier prix : 6€

Masque respiratoire : permet d’éviter de respirer des poussières ou particules nocives pour
les voies respiratoires.

Premier prix : 2€

Risques encourus et gestes à proscrire

Lorsque le béton est à l’état frais, il est fortement alcalin. Autrement dit, c’est un matériau
pouvant être dangereux pour la santé s’il n’est pas correctement manipulé.
Le béton est classé parmi les matériaux irritants. Voici une liste des
différents risques encours lors de sa manipulation :

 irritation de la peau en cas de contact prolongé


 irritation des yeux en cas de projection
 irritation des voies respiratoires en cas d’inhalation de poussières de béton

P a g e 37 | 38
Gestes à ne pas faire :

 Ne pas manipuler le béton avec des mains sans protections


 Ne pas s’agenouiller dans le béton frais
 Ne pas lisser le béton à la main

 Ne pas saisir un outil couvert de béton sans protections

La petite histoire
Il saute dans sa dalle de béton encore fraiche…
Monsieur Bertrand désire aménager une piscine dans son jardin. Pour cela, il prépare le
terrain et fait appel à un camion toupie pour poser la dalle. Une fois le béton entièrement
déversé, un de ses amis présent sur le chantier lui lance un pari pour rigoler : faire un saut
dans la dalle de béton encore fraîche…
N’étant pas au courant des risques encourus, il s’exécute et plonge ses deux jambes dans la
dalle de béton. Ne s’étant pas changé après, sa peau est donc restée en contact de manière
prolongée avec le tissu de son pantalon, imbibé de béton. Résultat : brûlures chimiques au
deuxième degré le long des jambes, opérations et greffes de peaux.
Morale de l’histoire : Le béton est un matériau très irritant et corrosif. Lorsque vous vous
apprêtez à manipuler du béton, prenez soin de porter les protections adéquates et de le
manipuler avec précaution. Prenez garde, le béton frais peut se glisser dans les chaussures
ou entre les vêtements.

P a g e 38 | 38