Vous êtes sur la page 1sur 90

ROYAUME DU MAROC

OFPPT
Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail
DIRECTION RECHERCHE ET INGENIERIE DE FORMATION

RESUME THEORIQUE
&
GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

ANALYSE DE CIRCUITS A
MODULE N°: 7 COURANT ALTERNATIF

SECTEUR : ELECTROTECHNIQUE
SPECIALITE : ELECTROMECÂNIQUE

NIVEAU : QUALIFICATION

ANNEE 2010

0
Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

Document élaboré par :

Nom et prénom EFP DR

Pantazica Lucretia CDC Génie DRIF


Electrique

Révision linguistique
-
-
-

Validation
-
-
-

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 1


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

SOMMAIRE
RESUME THEORIQUE ...................................................................................................... 7
1. LE COURANT ALTERNATIF………………………………………………………………….....8
1.1. Notions générales ......................................................................................................... 8
1.2. Termes associés au courant alternatif........................................................................... 9
1.3 Puissance en c.a………………………………………………………………………………12
2. COMPORTEMANT DES DIPOLES ELEMANTAIRES DANS LES CIRCUITS DE
COURANT ALTERNATIF……………………………………………………..…………..…...15
2.1. Resistors..................................................................................................................... 17
2.2. Bobines....................................................................................................................... 19
2.3. Condensateurs............................................................................................................ 23
3. TRANSFORMATEURS MONOPHASES ………………………………………..………...26
3.1. Utilisation du transformateur ....................................................................................... 26
3.2. Structure élémentaire du transformateur ..................................................................... 27
3.3. Polarité du transformateur........................................................................................... 30
3.4. Autotransformateur ..................................................................................................... 31
4. CIRCUITS EN COURANT ALTERNATIF …………………………………………..…….……….32
4.1. Circuit R, L, C série..................................................................................................... 32
5. CIRCUITS TRIPHASES……………………………………………………………………………..36
5.1. Système triphasé ........................................................................................................ 36
5.2. Récepteurs triphasés équilibrés .................................................................................. 37
5.3. Couplage triangle d’un récepteur truphasé.................................................................. 39
6. MESURE EN COURANT ALTERNATIF…………………………………………………..……….40
6.1. Vérification des composants ....................................................................................... 40
6.2. Mesures dans un circuit de c.a.................................................................................... 41
7. Les différents montages d’éclairage…………………………………………………...…………..43
7.1. Montage simple allumage .................................................... Erreur ! Signet non défini.
7.2. Montage double allumage.................................................. Erreur ! Signet non défini.5
7.3. Montage « va et vient »............................................................................................... 46
7.4. Montage minuterie ...................................................................................................... 47
7.5. Montage télérupteur .................................................................................................... 51
7.6. Interrupteurs ............................................................................................................... 53
7.7. Prises de courant ........................................................................................................ 54
7.7. Conducteurs et câbles 56
7.8. Désignations normalisées des conduits 61
GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES…………………………………………………………………..63
TP1 – Définition des termes associés au courant alternatif ........................................................ 64
TP 2 – Description des effets des inductances dans un circuit à courant alternatif ................. 6565
TP3 – Description des effets des condensateurs dans un circuit à courant alternatif ................ 666
TP4 – Calcul des valeurs d’une onde sinusoïdale .................................................................... 677
TP5 – Mesure de l’impédance d'un dipôle……………………………………………………….…….68
TP6 - Schéma d'un circuit………………………………………………………………………………..70
TP7 - Mesure des valeurs aux différents points d'un circuit………………………………………….71
TP8 - Mesure de la puissance active et du facteur de puissance dans des circuits monos et
triphasés…………………………………………………………………………………………………...73
TP9 – Description des caractéristiques des transformateurs…………………………………..……78
TP10 – Commande d’un circuit électrique d’un seul endroit ................................................... 7879
TP11 – Montage double
allumage78…………………………………………………………..………….80
TP12 – Montage va et vient.................................................................................................... 7881
TP13 – Commande par minuterie........................................................................................... 7882
TP14 – Commande par télérupteur ........................................................................................ 7883

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 2


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

EVALUATION DE FIN DE MODULE ........................................................................................ 855

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 3


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

MODULE 7 : ANALYSE DE CIRCUITS À C.A.

Code : EM 07 Durée : 90 h

OBJECTIF OPERATIONNEL

COMPORTEMENT ATTENDU

Pour démontrer sa compétence, le stagiaire doit


analyser un circuit à courant alternatif
selon les conditions, les critères et les précisions qui suivent.

PRESENTATION

Ce module de compétence transversale est enseigné au premier semestre du programme de


formation. Son enseignement ne devra débuter que lorsque le module 4 «Analyse de
circuits à c. c. » sera complété. Il s’appuiera sur les notions fondamentales de l’électricité
vues au module 4, pour réaliser à partir des schémas simples des circuits électriques en
courant alternatif (R, L, C) et des schémas d’éclairage. Aussi il sera capable de mesurer
des grandeurs électriques aux différents points du circuit.

CONTEXTE DE REALISATION

• A l’aide :
- d’outils,
- d’instruments de mesure et d’équipements appropriés.
• A partir :
- de directives ;
- d’un circuit comprenant des composants (résistance, inductance et
condensateur) raccordés en série ou en parallèle ;
- des schémas des différents circuits d’éclairage.

REFERENCES

- Notes de cours
- Lois, théorèmes et conventions électriques

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 4


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

PRECISION ET PREALABLES ELEMENTS DE CONTENU

A. Avant de distinguer sur le schéma


du circuit :
- les symboles des composants
- les groupements de composants
le stagiaire doit :
1. Définir les termes associés au courant - Source de tension alternative
alternatif - Expression d’une tension alternative
- Représentation graphique d’une tension
alternative, alternances
- Fréquence, période, amplitude, déphasage
2. Décrire le comportement des - Résistances en c.a.
composants passifs en c.a. - Condensateurs en c.a.
• Modélisation d’un condensateur (RC
série)
• Réactance capacitive
• Déphasage entre I et U
• Puissance réactive, réactive et
apparente
- Bobines en c.a.
• Modélisation d’une bobine (RL série)
• Réactance inductive
• Déphasage entre I et U
• Puissance réactive, réactive et
apparente
3. Décrire les caractéristiques des - Structure élémentaire
transformateurs - Rapports de transformation :
• courant
• tension
• puissance
- Autotransformateur
- Polarité et isolation
B. Avant de calculer les valeurs des
grandeurs électriques aux différents
points du circuit, le stagiaire doit :
4. Décrire les caractéristiques des - Courant, tension, résistance et puissance :
circuits à courant alternatif • raccord en série
• raccord en parallèle
5. Différencier les termes résistances, - Relations de calcul pour :
réactance et impédance • Résistance
• Réactance inductive et réactance
capacitive
• Impédance

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 5


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

6. Différencier et déterminer à partir de - Valeur :


l’expression d’une tension ou courant • efficace
alternatif les principales valeurs • crête
d’une onde sinusoïdale • crête à crête
• instantanée
- Fréquence et période

7. Différencier les termes puissance - Définition et relation de calcul pour :


réelle, réactive, apparente et facteur • Puissance active
de puissance • Puissance réactive
• Puissance apparente
• Facteur de puissance

C. Avant de réaliser à partir des


schémas simples des circuits
électriques en courant alternatif (R,
L, C) et des schémas d’éclairage, le
stagiaire doit :
8. Identifier les composants concernés - Schémas doivent contenir des composants
passifs en précisant leurs valeurs ou
références
- Schémas d’éclairage :
• Simple allumage
• Double allumage
• Va et vient

9. Expliquer les mesures de sécurité à - Montage :


prendre avant le branchement des • utilisation sécuritaire des outils
instruments • dénudage de fils
• coupage de fils nus

D. Avant de mesurer des grandeurs


électriques aux différents points du
circuit, le stagiaire doit :
10. Choisir et utiliser les instruments de - Branchement des instruments :
mesure à courant alternatif • isolation du secteur
• utilisation de dispositifs de protection
de surcharge (fusible)
- Prise de mesures :
• bonne posture de travail
• respect des échelles et gammes de
fonction
• manipulation sécuritaire des sondes de
mesure
• mise à la terre en un seul point

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 6


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

Présentation du Module

Ce module de compétence transversale est enseigné au premier semestre du programme


de formation. Son enseignement ne devra débuter que lorsque le module 4 «Analyse de
circuits à c. c. » sera complété. Il s’appuiera sur les notions fondamentales de l’électricité
vues au module 4, pour réaliser à partir des schémas simples des circuits électriques en
courant alternatif (R, L, C) et des schémas d’éclairage. Aussi il sera capable de mesurer
des grandeurs électriques aux différents points du circuit.

L’objectif de module est de faire acquérir les connaissances nécessaires à l’interprétation


de schémas, au calcul de différents paramètres (tension, fréquence, etc.) et à l’utilisation
de composants tels que des inductances et des condensateurs afin d’analyser un circuit à
courant alternatif.

La compréhension des concepts à l’étude exige l’adoption d’une approche privilégiant


l’alternance entre la théorie et les activités réalisées en atelier. L’utilisation à outrance de
matériel audiovisuel peut générer les situations d’apprentissage statiques. La réalisation
progressive de différents montages de base s’avère une stratégie pédagogique utile à
l’atteinte de la compétence visée.

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 7


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

Module 7 : ANALYSE DE CIRCUITS A


COURANT ALTERNATIF
RESUME THEORIQUE

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 8


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

1. LE COURANT ALTERNATIF

1.1 Notions générales


Tous les grands systèmes électriques, et en particulier le réseau de transport d’électricité,
utilisent le courant alternatif : il permet de limiter les pertes d’énergie sur de longues
distances, et facilite le passage d’un niveau de tension à un autre.
En effet, pour arriver jusque chez vous, le courant qui circule sur les lignes très haute
tension à 400 000 volts, est peu à peu transformé en courant à 220 volts.
Le courant alternatif industriel est produit par des alternateurs placés dans des centrales
électriques.
Dans un schéma de circuit, une source alternative est représentée par le symbole suivant :

Un courant électrique dont l'intensité « i » et la tension « u » varient périodiquement


en fonction du temps de façon sinusoïdale est appelé : courant alternatif.

Son expression la plus générale est : I = Imax sin (ωt + φ)


Respectivement u = Umax sin (ωt + φ) pour la tension alternative
Un courant alternatif est caractérisé:
2 ⋅π
, ω = 2π f, → T =
1
• Par sa période T = (voir la figure 1)
ω f
La période représente la durée après laquelle le courant alternative reprend les
mêmes valeurs. La période est exprimée en seconde et on la symbolise par « T ».
La fréquence représente le nombre de périodes par seconde. On désigne la
fréquence par « f » et on l’exprime en hertz (Hz).
1
f=
T
• Par son amplitude : valeurs maximales : Imax et Umax (voir la figure 1).

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 9


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

1.2 Termes associés au courant alternatif

1.2.1 Valeurs Instantanées


Les valeurs Instantanées sont:
o i(t) = i = Imax sin ω t
o u(t) = u = Umax sin ωt

1.2.2 Valeurs efficaces


Les valeurs efficaces données généralement par les instruments de mesure sont:
I
o Ieff = I = max = 0,707 I max
2
U
o Ueff. = U = max = 0,707U max
2

1.2.3 Valeurs moyennes


Les valeurs moyennes sont:
2 ⋅ I max
Imoy. = = 0,636 I max
π

2 ⋅ U max
Umoy. = = 0,636U max
π
La relation entre tension et courant est fonction de la loi d'Ohm

o Umax = Imax . R

o Ueff = Ieff .R.

1.2.4 Déphasage
Si le courant, qui traverse un composant de circuit, et la tension, à ses bornes, passent en
même temps par zéro ou par la valeur maximale (voir la figure 2) on dit qu’ils sont en
phase :

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 10


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

Leurs expressions sont : i = Imax sin ωt


u = Umax sin ωt
Si le courant et la tension passent en des moments de temps différents par zéro (voir la
figure 3) on dit qu’ils sont déphasés :

Leurs expressions sont : u = Umax sin ωt

i = Imax sin (ωt - φ)

« φ » est la différence de phase entre le courant et le courant, c'est le déphasage; il peut


être positif (I est déphasé en arrière sur U) ou négatif (I est déphasé en avant sur U).

Déphasages particuliers :
Deux courants I1 et I2 peuvent être :
a. En phase:
φ = 0 dans ce cas → Is = I1+I2 et la représentation graphique est :

b. En quadrature de phase:

φ = π / 2 radians ou φ = 90°, dans ce cas Is = I1 + I 2


2 2

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 11


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

c. En opposition de phase:

φ = π radians ou φ = 180°, dans ce cas → Is= I1 - I2

1.2.5 Cosinus φ (phi)

a) Lorsqu'un courant alternatif parcourt un composant de circuit et la tension et l'intensité


varient simultanément (voir la figure 4); leurs effets sont conjugués.

Fig. 4

La puissance dans le composant est donc:

P = UI (P en watt [w] U en volt [V] I en ampère [A] )

b) Si ce courant alternatif parcourt un autre composant, et l'intensité est en retard, sur la


tension (voir la figure 5); elles ne sont plus en phase, on dit qu'il y a déphasage. Les effets
de la tension et de l'intensité ne se conjugant plus, la puissance demandée au réseau est
supérieure â celle nécessaire au travail. Il y a perte d'énergie.

Fig. 5

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 12


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

On appelle facteur de puissance (noté cos φ) le cosinus de l'angle de déphasage


formé par les vecteurs différence de potentiel et intensité.

La puissance active dans le composant est donc: P = UI cos φ


1.2.6 Impédance

Un composants passif alimenté par une tension sinusoïdale u, est parcouru par un courant
sinusoïdal i.
On appelle impédance Z du composant, le rapport U / I de la tension efficace aux bornes
de ce dipôle à l’intensité efficace du courant qui le traverse.

Soit : Z = U / I

Pour U en volt et I en ampère → Z en ohm

En courant alternatif sinusoïdal, la loi d’Ohm s’écrit :

Umax = Z . Imax respectivement Veff = Z . Ieff.

Remarque : L’impédance Z dépend pou certains dipôles de la fréquence de la tension u .

Exemple :
Un composant soumis à une tension alternative de 220 V est parcouru par un courant
d’intensité 0,5 A. Calculer son impédance.

1.3 Puissance en c.a.

A. Dans un circuit sans déphasage (φ = 0)

U max ⋅ ⋅ I max
P = Ueff Ieff ou P =
2
Si l'on considère les formules de base:

a) P = UI où

b) U = RI (1ère loi d'ohm)


On peut donc déduire de ces deux formules:
P = UI et U = RI
P = RI² et P = U²
R
B. Dans un circuit affecté d'un déphasage

P = Ueff. Ieff . cos .φ

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 13


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

Cos φ = facteur de puissance, c'est le cosinus de l'angle de déphasage.

Puissance apparente Pa ou S = U.I → en VA (volt-ampère).


Puissance active P = U.I cos φ → en W (watt).
Puissance réactive Pr ou Q = U.I sin φ → en var.

Exercice résolu

Pour la tension alternative sinusoïdale ayant l’expression :

u = 60 sin (200π t + π 3 ) (V )
Déterminer:

a) L’amplitude

b) La pulsation

c) La période

d) La fréquence

e) La phase

f) La valeur efficace

Correction :
a) La valeur de crête est Um = 60 V
b) La pulsation est ω = 200 π rad
c) La période est calculée d’après la formule :

T = 2π , donc T = 2π = 1 s
ω 200 100
1
d) La fréquence est : f = = 100 Hz
T

e) La phase initiale : ϕ = π 3
60
f) La valeur efficace : = 0,707 ⋅ 60 = 42,42V
2

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 14


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

Remarque : La valeur efficace d’une grandeur sinusoïdale a une importance


particulière pour l’étude des circuits de courant alternatif. Souvent on la met en évidence
dans l’expression de la grandeur de la manière suivante :

a = A 2 sin (ω t + ϕ )
A - est la valeur efficace de la grandeur alternative,

A 2 - c’est l’amplitude Am de celle-ci.

Exercices

Exercice 1
Un générateur délivre une tension alternative sinusoïdale de fréquence 50 Hz.
Calculer sa période et sa pulsation.

Exercice 2
Un générateur délivre une tension alternative sinusoïdale de période 4 ms.
Calculer sa fréquence et sa pulsation.

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 15


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

2. COMPORTEMANT DES DIPOLES ELEMANTAIRES DANS LES


CIRCUITS DE COURANT ALTERNATIF

Les dipôles élémentaires étudiés ici sont :

Résistance

Dipôle le plus élémentaire, la résistance est caractérisée par sa résistance, exprimée en


Ohm.
Les deux lois fondamentales associées sont :
• La loi d'Ohm : u = + R i valable dans tous les cas.

• La loi de Joule p = R i² = u² / R qui stipule que toute l'énergie électrique dissipée


dans une résistance est transformée en chaleur.

Condensateur

Souvent associé à l'électronique, le condensateur est caractérisé par sa capacité exprimée


en Farad. Cette grandeur ne dépend que de la fabrication du condensateur ;

Si la capacité du condensateur est grande, quel que soit la valeur du courant, la différence
de potentiel ne varie pratiquement pas ;

Le condensateur est un réservoir d'énergie qu'il stocke en fonction de la différence de


potentiel entre ses bornes :

W = 1/2 Cu².

On peut débrancher un condensateur ; il conserve cette énergie pour une utilisation


ultérieure (application dans les mémoires, ou comme réservoir d'énergie (super
condensateur, par exemple)).

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 16


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

Bobine

Composant fondamental de l'électrotechnique, la bobine est caractérisée par son


inductance L exprimée en Henry.

Si l'inductance de la bobine est grande, quelle que soit la valeur de la différence de


potentiel à ses bornes, le courant ne varie pas ;
L'inductance est un réservoir d'énergie qu'elle stocke en fonction du courant qui la parcourt
:
W = 1/2 L i².
A la différence du condensateur, l'énergie est liée à la circulation du courant ; il est
impossible de débrancher une bobine...

En conséquence, pour interrompre sans problème le courant qui traverse une bobine, il
faudra penser à évacuer cette énergie au risque de détruire les composants alentour !!!

Lorsqu’un dipôle est traversé par un courant sinusoïdal de valeur instantanée


i( t ) = I√ 2 sin( ωt ) , il apparaît entre ses bornes une tension sinusoïdale de même
fréquence u( t ) = U√ 2 sin( ωt + ϕ ) , où ϕ est le déphasage entre i et u .

Convention d'écriture
On représente par une lettre minuscule toute grandeur variant avec le temps
• t, le temps courant
• u = u(t), une fonction du temps

Par une lettre Majuscule


1- Toute grandeur constante, par exemple :
• la période T
• E, la fém d'une pile, d'un accumulateur ou d'une machine tournante
2- Toute grandeur nécessitant une durée pour obtenir sa valeur :
• La valeur moyenne :UMoy = UDC
• La valeur maximale : UMax
• La valeur efficace (ou valeur efficace vraie) U = Ueff.

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 17


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

2.1 Résistor

Pour le circuit donné sur la figure 6 on mesure le courant IR et la tension UR pour


les deux générateurs G1 - courant continu (5 V) et G2 - courant alternatif (24 V). R =
1 kΩ

Fig. 6
Valeurs mesurées:

Tension continue: Tension alternative:

G1 = 5 V G2 = 24 V
UR = 5 V UR = 24 V
IR = 5 mA = 5.10-3 A IR = 24 mA = 24.10-3 A
R = U / I = 5 / 5.10-3 = 1000 Ω = 1 kΩ R = U / I = 24 / 24.10-3 = 1000 Ω = 1 kΩ

Observation:
• La valeur calculée de la résistance reste la même si on la mesure en c.c. ou en c.a.
• La tension uR est en phase avec le courant iR (voir la figure 7).
• Le déphasage est nul.
• L’impédance du circuit: Z = UR / IR = R.

Fig. 7

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 18


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

Consommation d'un résistor

La puissance active :
P a = UR IR cos φ = UR IR [w] φ = 0 → cos 0 = 1

La puissance réactive :
Q = UL IL sin φ = 0 [var] φ = 0 → sin 0 = 0
La puissance apparente :

S= Pa2 + Q 2 = Pa = UL IL [VA]

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 19


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

2.2 Bobine

2.2.1 Bobine parfaite

C’est une bobine dont le fil qui la constitue n’a aucune résistance. En réalité ça
n’existe pas.

Pour le circuit donné sur la figure 8 on mesure le courant IL et la tension UL pour les
deux générateurs G1 - courant continu (7,5 V) et G2 - courant alternatif (230 V). L =
9 mH,

Fig. 8
Valeurs mesurées:

Tension continue: Tension alternative:

G1 = 7,5 V G2 = 230 V
UL = 7,5 V UL = 230 V
IL = 3 A IL = 0,2 A
RL = UL / IL = 7,5 / 3 = 2,5 Ω XL = UL / IL = 230 / 0,2 = 1150 Ω

Observation:
La bobine oppose au courant alternatif une résistance beaucoup plus importante qu'au
courant continu

Remarques:

1. La résistance ohmique RL d'une bobine idéale, en c.a, est 0 Ω


2. La résistance XL de la bobine en c.a. est appelée réactance inductive.

XL est la réactance inductive de la bobine en Ohm [Ω]


ω est pulsation de la tension alternative en radians par seconde [rad/ s]
L est l'inductance de la bobine en Henry [H]

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 20


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

Une bobine augmente sa résistance contre un courant alternatif si on augmente son


inductance L ou la fréquence f du courant. Si on double la fréquence f ou
l'inductance L, la bobine va doubler la réactance inductive XL.

3. La tension uL est en avance de π/2 rad sur le courant iL.

Fig. 7
Consommation d'une bobine presque idéale
On ajoute le wattmètre sur le montage

Fig. 8
Le wattmètre (voir la figure 8) indique une puissance réelle P, consommée par la
bobine, beaucoup plus petit que le produit UL · IL.

Conclusions:

La puissance active consommée par d'une bobine idéale est égale à zéro Watt, donc une
bobine idéale ne se chauffe pas.
P L = UL IL cos φ = 0 W, φ = π/ 2 et cos (π/2) = 0

Le courant iL à travers une bobine idéale est déphasé de 90° en r etard par rapport à la
tension uL sur la bobine.
La puissance réactive pour une bobine parfaite est :
Q = UL IL sin φ = UL IL cos (π/2) = UL IL

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 21


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

2.2.2 Etude de la bobine réelle ( circuit R - L )

La bobine réelle

La résistance du fil de cuivre dont est composée la bobine n’est en réalité pas
négligeable. D’où la modélisation d’une bobine réelle (Z) par une résistance (r) en
série avec une inductance parfaite (L):

Z est l’impédance de la bobine (en Ohms ; Ω).

Z = UZ / I

Il faut connaître l’expression de Z en fonction de r et L.

ω est la pulsation en rad.s-1

Consommation d'une bobine réelle

La puissance active :
P a = UL IL cos φ [w]

Le courant i à travers une bobine réelle est déphasé de φ (0 < φ < π/2) en retard par
rapport à la tension uZ sur la bobine réelle.

La puissance réactive :
Q = UL IL sin φ [var]
La puissance apparente :

S= Pa2 + Q 2 = UL IL [VA]

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 22


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

Exercice résolu :
Pour une bobine d’inductance L = 5 mH branchée sur le secteur 230V/50 Hz déterminer :
a) La réactance inductive
b) Tension efficace du secteur
c) Quelle est la valeur efficace du courant qui traverse L ?

a) XL = ωL = 2πf L = 2π × 50 × 5 × 10-3 = 1.57 Ω


b) Tension efficace du secteur: Veff = 230 V
c) Veff = IeffXL → Ieff = Veff / XL = 230/1.57 = 146 A

Exercices :

3. Calculer l’impédance d’une bobine parfaite d’inductance L = 0,5 H à 100 Hz.

4. Une bobine est branchée sur une tension alternative. Comment est-ce que le courant va
changer si on réduit la fréquence? Argumentez votre réponse.

5. Une bobine d’inductance L = 0,1 H à pour résistance 20 Ω .Elle est alimentée par une
tension sinusoïdale de valeur efficace 220 V, de fréquence 50 Hz.
Calculer son impédance Z, le facteur de puissance et le déphasage ϕ.

4. Au bornes d’une bobine d’inductance L = 0,12 H et de résistance R = 12 Ω, on applique


une tension de valeur instantanée u( t ) = 170 sin( 314t ).

a) Déterminer pour cette tension :


- sa fréquence
- sa période
- sa valeur efficace à l’unité près.
b) Déterminer (arrondir au centième) :
- l’impédance de la bobine
- la valeur efficace de l’intensité du courant traversant la bobine

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 23


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

2.3 Condensateur

2.3.1 Le condensateur parfait

Pour le circuit donné sur la figure 9 on mesure le courant IC et la tension UC pour


les deux générateurs G1 - courant continu (7,5 V) et G2 - courant alternatif (230 V).
L = 9 mH,

Fig. 9
Valeurs mesurées:

Tension continue: Tension alternative:

G1 = 30 V G2 = 30 V
UC = 30 V UC = 230 V
IC = 0 A IC = 0,1 A
RC = UC / IC = 30 / 0 = ∞ XC = UC / IC = 30 / 0,1 = 300 Ω

Observations :

Le condensateur oppose au courant alternatif une résistance beaucoup plus petite


qu'au courant continu.

Remarques:

1. La résistance XC du condensateur mesurée en c.a. est appelée réactance capacitive.

XC est exprimée en → Ohm [Ω]


ω est la pulsation de la tension alternative exprimée en → rad/ s
C est la capacité du condensateur exprimée en → Farad [F]

2. La résistance ohmique RC d'un condensateur idéal est infiniment grand → RC=∞

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 24


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

3. La tension u est en retard de π/2 rad sur le courant i.

Fig. 8

Consommation réelle d'un condensateur idéal

Montage:

Fig. 10

La puissance active Pa consommée par un condensateur idéal est égale à zéro Watt,
donc un condensateur idéal ne se chauffe pas.

Pa = UC IC cosφ = 0 W, φ = π/2, cos(π/2) = 0

Ceci s'explique par le déphasage entre la tension et le courant sur un condensateur.


Le courant iC à travers un condensateur idéal est déphasé de 90° en avant par rapport
à la tension uC sur un condensateur.

La puissance réactive capacitive QC = UC IC sinφ = UC IC φ = π/2, sin(π/2) = 1

2.3.2 Etude du condensateur réel ( circuit R - C )

Le condensateur réel

La modélisation d’un condensateur réel est faite par une résistance (r) en série avec
une capacité parfaite (C):

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 25


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

Z est l’impédance du condensateur (en Ohms ; Ω).

Z = UZ / I

Il faut connaître l’expression de Z en fonction de r et C.

 1 
r 2 + X C2 = r 2 +  
2

ω ⋅C 
Z=

Consommation d'un condensateur réel

La puissance active :
P a = UC IC cos φ [w]

Le courant i à travers un condensateur réel est déphasé de φ (0 < φ < π/2) en


avance par rapport à la tension uZ sur le condensateur réel.

La puissance réactive :
Q = UC IC sin φ [var]
La puissance apparente :

S= Pa2 + Q 2 = UC IC [VA]

Exercices :

1. Calculer la réactance d’un condensateur de capacité 10 µF a 50 Hz .

u =5 √2 sin 2π. 50 t [V]


2. Un condensateur, considéré parfaite, C=10µF est branché sur une tension alternative

a. Déterminer la fréquence de la tension alternative et Ueff.,


b. Calculer XC.
c. Quelle est la puissance réactive capacitive consommée par le condensateur?

3. Décrire comment on peut déterminer la capacité d'un condensateur qui ne porte aucune
inscription.

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 26


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

1. TRANSFORMATEURS MONOPHASES

Un transformateur est un appareil statique qui permet de convertir l'énergie électrique


alternative en une énergie de même nature. Ce transfert d'énergie peut se faire avec des
niveaux de tensions ou de courants différents.
Usuellement, nous parlons d'appareil avec séparation galvanique, ce qui signifie : sans
aucune liaison électrique entre les 2 circuits (primaire et secondaire).

3.1 Utilisations du transformateur

Dans les réseaux de distribution électrique, le but est de transférer de l'énergie électrique
avec le moins de pertes possibles entre la centrale et le consommateur.
Les pertes sont dues essentiellement à l'effet JOULE. Elles sont proportionnelles au carré
de l'intensité du courant électrique I.

Au moyen d’un transformateur, il est possible de modifier les grandeurs électriques et de


diminuer ces pertes.

Exemple:
Une petite centrale au fil de l'eau alimente une maison individuelle par un circuit
monophasé. La tension de l'alternateur est de 4 [kV]. La puissance apparente S demandée
est de 2 [kVA]. La résistance de la ligne R est de 10 [W]. Allez-vous imposer une tension
d'alimentation de 110 [V] ou de 230 [V] ?

Nous devons installer un transformateur pour abaisser la tension électrique de 4 [kV] à 230
[V], ou à 110 [V].
Calculons les pertes Joule pendant une heure.

Données:
S = 2 kVA, Ualternateur = 4 kV, Urécepteur 1 = 110 V, Urécepteur 2 = 230 V

Inconnues:
Pertes Joule pendant une heure les plus petites possibles = ?

Relation: Wj = R. I2. t et S = U. I

Application numérique :

Conclusion :
Si U = 110 V ; WJ = 3305.79 Wh et si U = 230 V ; W J = 756.14 Wh

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 27


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

Exemples d’utilisations

Les transformateurs sont utilisés dans les domaines suivants:


• Distribution industrielle modification de la tension
• Sécurité : transformateur de séparation galvanique
• Réglage de la tension pour poste à souder
• Mesure - transformateur de courant TI ou de tension TP
• Petit appareil-luminaire.

3.2 Structure élémentaire du transformateur

Les éléments constitutifs principaux d’un transformateur sont :


- le circuit magnétique qui est constitué de plusieurs tôles d'acier au silicium
laminées. Ces tôles sont recouvertes d’un vernis isolant;
- 2 bobinages (en monophasé) dont le nombre de spires sont respectivement N1 et
N2

.
Fig. 1
La notation des grandeurs de la bobine primaire se notent par l'indice 1. En ce qui
concerne les grandeurs de la bobine secondaire, elles se notent par l'indice 2.
La bobine qui est alimentée s’appelle « bobine primaire », l’autre bobine s’appelle « bobine
secondaire ».

Rapport de transformation
Le rapport de transformation m exprime la relation entre la tension U1 et la tension U2 d'un
transformateur. Ce rapport ne possède pas d'unité.

U1 : la tension inductrice au primaire en [V] N1 : le nombre de spires du primaire


U2 : la f.é.m. au secondaire N2 : le nombre de spires du secondaire

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 28


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

Le rapport de transformation dépend des nombres de spires et il est indépendant de la


charge.
Lorsqu’une charge est raccordée au secondaire d’un transformateur, un courant I2 s’établit
tout de suite. (fig. 2).

Fig. 2
Dans le cas d’un transformateur idéal il n’y a aucune perte de puissance, donc les
puissances apparentes dans le primaire et le secondaire sont égales :
S1 = S2 → U1. I1 = U2. I2 →
U 1 I 2 N1
= =
U 2 I1 N 2
Les expressions des puissances apparentes sont :
S 1 = U1 × I1 S 2 = U 2 × I 2
Remarque : L’épaisseur du fils de l’enroulement dépend de l’intensité du courant.

Exemple 1:

Un transformateur idéal est construit pour une tension primaire de 18 [kV]. Le nombre de
spires au secondaire est 4000. Le rapport de transformation est de 45. Calculez le nombre
de spires du primaire et la tension au secondaire.

Données: Transformateur idéal : U1 = 18 kV, N2 = 4000 sp. m = 45

Inconnues : U2 = ?, N1 = ?
Relation : Application numériques :

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 29


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

Exercice:

Un transformateur idéal possède 40 spires au secondaire. Nous demandons au


constructeur d'augmenter ce nombre de spires de 20. Que pouvez-vous dire de la tension
au secondaire du transformateur modifié par rapport à l'ancien ?

Exemple 2:

Un transformateur idéal possède une tension primaire de 18 [kV]. La tension secondaire est
de 400 [V]. Sachant que sa puissance apparente est de 450 [kVA], calculez les courants
primaire et secondaire de ce transformateur.

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 30


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

3.3 Polarité de transformateur


Dans un transformateur monophasé alimenté par une tension alternative U1 les bornes de
l’enroulement primaire sont repérées par les nombres 1 et 2 et les bornes du secondaire
sont repérées par 3 et 4 (fig. 4).

Fig. 4
Supposons qu’au moment où les tensions atteignent leur maximum, la borne 1 soit positive
par rapport à la borne 2, et que la borne 3 soit positive par rapport à la borne 4. On dit alors
que les bornes 1 et 3 possèdent la même polarité. On l’indique en plaçant un point noir vis-
à-vis la borne 1 et un autre près de la borne 3. Ces point sont appelés marques de polarité.

On peut réaliser un test de polarité d’un transformateur de la manière suivante :

Fig. 5
On raccorde une pile de 1,5 [V] aux bornes basse tension du transformateur à travers un
poussoir S.
Lors de la fermeture (une seule impulsion) du poussoir, une tension est induite dans le
secondaire. Si à cet instant l’aiguille du voltmètre dévie dans le bon sens, la borne du
transformateur reliée à la borne positive du voltmètre est marquée H1 et l’autre est
marquée H2. Quant aux bornes à basse tension, celle qui est reliée au pôle positif de la pile
se nomme X1 et l’autre X2.

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 31


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

3.4 Autotransformateur

Autotransformateur est un élément dont une partie de l'enroulement unique appartient


simultanément au primaire et au secondaire.

Fig. 6
Le principe de fonctionnement est le même que le transformateur étudié précédemment.
L'enroulement commun possède N spires au total et est alimenté par la tension U1. Le
curseur prend qu'une partie N' des spires.

Considérations pratiques de l’autotransformateur

L'avantage d'un autotransformateur est de présenter à poids égal une puissance plus
grande qu'un transformateur classique, ceci par la mise en commun du primaire et du
secondaire. (pertes cuivre plus petites)
L'inconvénient d'un autotransformateur est de ne présenter aucune séparation galvanique,
donc moins de sécurité même sans défaut.
L'utilisation d'un autotransformateur peut se faire dans le sens d'abaisser la tension, mais
aussi dans le sens d’élever la tension.

Exemple:

Un autotransformateur possède 6000 spires. La tension d'alimentation est de 400 [V].


Calculer la tension alimentant la charge, si nous plaçons la prise à la moitié du
déplacement total.

Donnés : N = 6000 sp. U1 = 400 V, N1 = 0,5 N


Inconnues : U2 = ?
Relation : Analyse :

Application numérique :

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 32


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

4. CIRCUITS EN COURANT ALTERNATIF

4.1 Circuit RLC série


Considérons un circuit formé de 3 éléments R, L, C placés en série et déterminons
l'impédance du circuit. Il suffit d'appliquer les principes relatifs au circuit série.
• L'intensité est commune.
• Sa phase sera donc prise comme référence

Les tensions s'ajoutent vectoriellement:


.U = U R + U L + U C

Ce qui traduit le diagramme vectoriel suivant

Ou : U=ZI , UR=RI , UL = I XL = I.Lω , UC = I. XC = I / ωC

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 33


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

On peut donc obtenir le triangle d'impédance en divisant les vecteurs par le module :

D'ou l'impédance du circuit ( voir théorème de Pythagore

R 2 + (X L − X C )
2
Z=

Le déphasage étant égal à :

Selon la valeur du déphasage, les 3 cas suivants sont possibles :


• Si Lω >
1
la tension U est déphasée en avance sur I, on dit que le circuit est

inductif ;
1
• Si Lω < Cω la tension U est déphasée en arrière sur I, on dit que le circuit est
capacitif.

• Si Lω = 1 / (Cω) , φ = 0 la tension et l'intensité sont en phase, on dit qu'il y a


résonance. On a alors Z = R, valeur minimale de l'impédance. Pour une tension
U donnée, I = U / Z donc I = U / R, le courant appelé est maximum à la
résonance. On tire la condition de résonance d'un circuit série: LC ω2 = 1

La puissance active :
Pa = U I cos φ [w]
cos φ = R =
U I ⋅R
, donc :
U U
I ⋅R
Pa = U I = I2R
U
La puissance réactive :
Q = U I sin φ [var]
sin φ = (UL – UC) / U = I (XL – XC) / U, donc:
Q = U I I (XL – XC) / U = I2 (XL – XC)

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 34


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

La puissance apparente :

S= Pa2 + Q 2 = U I [VA]

S= ( I 2 R) 2 + ( I 2 ( X L − X C )) 2 = I 2 R 2 + ( X L − X C ) 2

A la résonance:
XL = XC → Z = R
φ=0
Donc :
Pa = U I cos φ → Pa0 = U I cos 0 = U I = I2R, cos 0 = 1
Q = U I sin φ → Q0 = U I sin 0 = 0, sin 0 = 0

S= Pa2 + Q 2 = Pa0 = U I

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 35


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

Exemple :
Pour un circuit R, L, C série

Le courant dans le circuit est :

.
La tension UL vaut :

Aux bornes de C, on a également 1256 volts parce que XL = XC, mais la tension aux
bornes de C s'oppose à celle qui existe aux bornes de L et U ≈ UR. Il ne reste que 20
volts aux bornes de R. Ainsi, avec un générateur ayant une tension efficace de 20
volts, on trouve une tension de 1256 volts aux bornes, soit de la bobine soit du
condensateur.
U L ⋅ω ⋅ I L ⋅ω
Le rapport des tensions L est égal à en simplifiant par I on trouve
UR R⋅I R
Supposons que R soit une résistance de la bobine, d'inductance L, on appelle
L ⋅ω
coefficient de qualité (Q) de la bobine, le rapport .
R
L ⋅ω
Le rapport s'appelle le Q du circuit et on le mesure avec un appareil appelé le
R
Qmètre.
Résonance série: Si R = 0, Z = 0, le circuit R, L, C se comporte comme un court-
circuit à la fréquence de résonance. La fréquence de résonance est indépendante de
la résistance de la bobine.

Résonance parallèle: Si R = 0, Z = ∞, le circuit R, L, C se comporte comme un


isolant à la fréquence de résonance.
Cette fréquence dépend de la valeur de R, R ≠ 0.

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 36


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

5. CIRCUITS TRIPHASES

5.1 Système triphasé

Définitions

On appelle tensions [courants] triphasées, trois tensions [courants] sinusoïdales


alternatives, de même fréquence, de même valeur efficace et régulièrement déphasées
de 120°.

Les tensions vi sont appelées tensions entre phase et neutre (ou tensions simples).

Représentation temporelle

V désigne la valeur efficace des tensions simples.


Tensions entre phases

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 37


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

Les tensions uij sont appelées tensions entre phases (ou tensions composées).

On note U la valeur efficace des tensions entre phases.

Relation entre U et V
Loi des branches :

u12 = v1 - v2
u23 = v2 - v3
u31 = v3 - v1

5.2 Récepteurs triphasés équilibrés

En monophasé, le récepteur est un dipôle.

Une des bornes est reliée au neutre et l'autre à la phase :

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 38


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

En triphasé, le récepteur possède trois bornes (une par phase) et éventuellement une
quatrième pour le neutre :

Les courants i1, i2 et i3 sont appelés courants de ligne.

Couplage étoile (Y) d'un récepteur triphasé

Puissances
Le récepteur triphasé est constitué de trois dipôles consommant les mêmes puissances :

P1= P2 = P3 = VI cosφ
Q1 = Q2 = Q3= VI sinφ

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 39


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

P = P1 + P2 + P3 = 3VI cosφ
Q = Q1+ Q2 + Q3 = 3VI sinφ
S = 3VI

5.3 Couplage triangle (∆) d'un récepteur triphasé

Pour ce couplage : pas de neutre.


Les courants j1, j2 et j3 sont appelés courants de phase.
Si le récepteur est linéaire et équilibré, les courants de phase forment un système de
courants triphasés, de valeurs efficaces J.

Relation entre I et J
i1 = j1 - j3
i2 = j2 - j1
i3 = j3 - j2

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 40


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

6. MESURE EN COURANT ALTERNATIF

6.1 Vérification des composants


6.1.1 Vérification des résistances
La vérification des résistances peut s’effectuer avec un multimètre fonctionnant en mode
ohmmètre. Une résistance en état de défaut ne permet plus le passage du courant
électrique. Elle présente une interruption dans sa continuité et sa résistance est infinie ou
au moins très grande.

La résistance infinie, mise en évidence avec le multimètre, équivaut à l’interruption de la


résistance dans sa structure et relève un composant défectueux.

Remarque :
Avant de faire une vérification avec l’appareil de mesure de résistance, on peut faire une
vérification visuelle. Une résistance défectueuse peut montrer des déformations de sa
forme, des traces noires du fumée, ce qui témoigne un possible état défectueux.

6.1.2 Vérification des bobines

La vérification des bobines peut s’effectuer avec un multimètre fonctionnant en mode


ohmmètre. Les bobines ont une résistance très faible (exemple : les bobines d’un moteur
triphasé de 4,5 CV ont une résistance qui ne dépasse pas un ohm). Cette résistance peut
être assimilée avec une valeur zéro, même pour un multimètre de sensibilité élevé.

Une bobine défectueuse présente une interruption qui augmente beaucoup sa résistance.

On peut supposer la vérification de l’état d’une bobine comme une vérification de sa


continuité prouvée par l’indication «0 » d’un multimètre en mode ohmmètre.

Remarque :
Avant de faire la vérification avec l’ohmmètre il est recommandé de faire une vérification
visuelle. Une bobine défectueuse peut présenter des déformations, des traces de brûlures
ou de fumée, etc.

6.1.3 Vérification des condensateurs


Le condensateur bloque le passage du courant continue. La vérification avec un
ohmmètre est basée sur ce principe. Lorsqu’on branche les pointes de touche du
multimètre en mode ohmmètre aux bornes d’un condensateur déchargé, on
enregistre un mouvement de l’aiguille d’une valeur presque « 0 », vers l’infini qui
traduit sa charge progressive. Une fois le condensateur chargé, l’ohmmètre indique
« absence de continuité » ou résistance infinie.

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 41


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

Un condensateur défectueux ne se charge pas. Il présente toujours la résistance infinie et


l’aiguille ne bouge pas au cours de la vérification.

Remarque :
Il ne faut pas oublier à décharger le condensateur en court-circuitant ses armatures avant
d’effectuer la vérification.

Avant la vérification avec l’ohmmètre il est recommandé d’effectuer une vérification visuelle
afin d’identifier l’état physique du composant ainsi que des traces de brûlure ou de fumée.

5.1.1 Vérification des transformateurs

La vérification des bobines des transformateurs à été présentée au paragraphe précédent.

Pour la vérification de la résistance d’isolement on utilise un contrôleur de tension


d’isolement ou encore en mégohmmètre. La valeur de cette résistance d’isolement
dépasse en générale l’ordre des mégohms (106 Ω).

6.2 Mesures dans un circuit a courant alternatif

6.2.2 Instruments de mesure en courant alternatif


En courant alternatif on utilise les ampèremètres et les voltmètres de courant alternatif pour
mesurer les courants et les tensions.

Les appareils analogiques de courant alternatif les plus utilisés sont :

appareils appareils ferromagnétiques; appareils


magnétoélectriques; électrodynamiques

6.2.3 Branchement des appareils de mesure

Au cours du branchement des instruments de mesure doivent être suivies les règles de
prévention citées ci-dessous. Leur respect assure en même temps la sécurité des
personnes et la protection de l’équipement.

Les règles du câblage de la source d’énergie vers le récepteur en essai exigent l’isolation
du secteur :

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 42


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

- Câbler d’abord le circuit de puissance en série (le circuit d’intensité), puis les
circuits de dérivation (de tension).
- Prévoir les sections de conducteurs conformes aux normes industrielles et tenir
compte de leur isolement.
- Vérifier le serrage des connexions (cosses, fiches, connecteurs) et leur état
d’isolement pour la sécurité de l’opération et la protection des contacts aux
borniers.
- S’assurer de l’existence des dispositifs de protection de surcharge (fusible)
correctement calibrés.
- Remplacer les fusibles défectueux avec des fusibles calibrés de valeurs
appropriés et ne pas essayer de les « refaire ».

6.2.4 Mesure des valeurs aux différents points d’un circuit

Effectuer avec le respect des certaines consignes la prise de mesure assure l’utilisation
correcte de l’appareil de mesure et conduit à des déterminations exactes et sécuritaires des
grandeurs électriques.
- Une bonne posture de travail permet une manipulation correcte des appareils de
mesure et une lecture exacte de leurs indications.
- S’assurer du fonctionnement correct de l’appareil utilisé pour la prise de mesure et
de sa propriété à la grandeur visée. Le choix convenable de la gamme de mesure
est un impératif qu’il faut envisager toujours pour ne pas mettre en danger le
fonctionnement des appareils de mesure.
- S’assurer que le calibre choisi pour l’appareil au cours d’une mesure est
suffisamment grand par rapport à la grandeur à mesurer.
- Lorsqu’on n’a pas une idée de la valeur de la grandeur à mesurer, choisir toujours
le plus grand calibre de l’appareil utilisé.
- Choisir pour la lecture des indications des appareils l’échelle appropriée.

Exemple : Pour un appareil de mesure permettant des mesures en courant alternatif et en


courant continu les échelles peuvent être différentes. Utiliser dont l’échelle correspondante
au type du courant.

- Manipuler de façon sécuritaire les sondes utilisées, lorsqu’il y a le cas, et les


pointes de touche.
- Vérifier la mise à la terre en un seul point.

6.2.5 Mesure des courants alternatifs

Lorsqu’on veut mesurer des courants alternatifs dans un circuit il faut utiliser un
ampèremètre convenable. Sur son cadran doit être marqué le symbole «alternatif », « ~ »,
qui exprime sa capacité d’être utilisé pour les mesures en courant alternatif. L’ampèremètre
doit être branché en série dans le circuit où on veut déterminer le courant alternatif. Il faut
que le courant à mesurer passe à travers l’appareil.

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 43


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

Avant de commencer la mesure vérifier si le commutateur qui réalise la sélection du


type du courant est en position correcte (fonctionnement en courant alternatif).
Le choix du calibre est aussi très important. Il faut s’assurer que le calibre est suffisamment
grand pour permettre la mesure, c’est-à-dire il est supérieur à la valeur du courant. Il est
recommandé de commencer la mesure en choisissant un calibre élevé et de l’adapter
convenablement en suite et à petit pas au courant de la mesure. De cette manière on évite
le déplacement brutal de l’équipage mobile suite auquel l’aiguille peut se déformer ou
même se briser en frappant l’arrêt de fin d’échelle.

6.2.6 Mesure des tensions alternatives

Lorsqu’on veut mesurer une tension alternative (une différence de potentiels) aux bornes
d’un composant ou entre deux points d’un circuit électrique il faut utiliser un voltmètre
convenable. Le marquage du type du courant (alternatif, dans ce cas) doit figurer sur son
cadran, ce qui prouve la possibilité d’utilisation de l’appareil en courant alternatif.

Le voltmètre doit être branché en parallèle avec le composant aux bornes duquel on veut
déterminer la tension ou directement aux points entre lesquelles on veut mesurer la
différence de potentiels.

Avant de commencer le processus de mesure il faut s’assurer de la correcte sélection du


type du courant.
Au cas de manque d’informations sur la grandeur approximative de la tension à mesurer il
est recommandé de commencer le processus de mesure en utilisant un grand calibre qu’on
adaptera en suite à la valeur de la tension. Cette approche permet de protéger l’aiguille de
détérioration suite au coup brusque sur l’arrêt de fin d’échelle et de profiter de la précision
de l’appareil.

7. Les différents montages d’éclairage

7.1. Montage simple allumage

Schéma développé du montage :


L1 N

F1 F1
E1

Q1

E2

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 44


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

Légende :
F1 : coupe circuit bipolaire du circuit éclairage ;
Q1 : interrupteur unipolaire ;
E1 : lampe d’éclairage ;
E2 : lampe d’éclairage ;

Schéma architectural

Schéma multifilaire
(schéma de câblage)

Schéma unifilaire

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 45


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

7.2. Montage double allumage


Schéma développé du montage :

L1 N

F1 F1
E1

Q1

E2

E
3

Légende :
F1 : coupe circuit bipolaire du circuit éclairage ;
Q1 : interrupteur unipolaire ;
E1 : lampe d’éclairage ;
E2 : lampe d’éclairage ;
E3 : lampe d’éclairage ;

Schéma architectural

Schéma multifilaire
(schéma de câblage)

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 46


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

Schéma unifilaire

7.3. Montage « va-et-vient »

Schéma développé du montage


L1
N

F1 F1

E1

Q1 Q2
E2

Légende :
F1 : coupe circuit bipolaire du circuit éclairage ;
Q1 : interrupteur unipolaire ;
Q2 : interrupteur unipolaire ;
E1 : lampe d’éclairage ;
E2 : lampe d’éclairage ;

Schéma architectural

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 47


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

Schéma multifilaire
(schéma de câblage)

Schéma unifilaire

7.4. Montage minuterie

La minuterie permet de commander d’un ou plusieurs endroits la mise sous tension d’un
circuit d’éclairage durant un temps limité réglable.
- Montage avec effet

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 48


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 49


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

- Montage sans effet

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 50


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 51


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

7.5. Montage télérupteur

Le télérupteur permet de commander l’allumage et l’extinction d’un ou plusieurs foyers


lumineux de plus de deux endroits différents (hall,couloir,…)

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 52


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 53


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

7.6. Interrupteurs

Un interrupteur est un appareil de connexion capable d’établir ou d’interrompre un circuit


électrique. Les interrupteurs sont utilisés pour les circuits d’éclairage des locaux
d’habitation ou à usage de bureaux.
Ces interrupteurs se réalisent sous forme d’interrupteur unipolaire ou bipolaire et comme
inverseur (commutateur va et vient). Ils existent en différents modèles pour la pose en
saillie, en castré, en huisserie. L’interrupteur ou commutateur doit être raccordé au
conducteur de phase. Ils existent en deux intensités 6 A et 10 A.
L’interrupteur 6 A est uniquement destiné à la commande des appareils d’éclairage fixes et
peut être raccordé à des conducteurs de 1,5 mm2.
L’interrupteur 10 A permet la commande de prise confort 10/16 A, il doit être raccordé à des
conducteurs de 2,5 mm2.

Les différents types d’interrupteurs

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 54


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

1) Fixation et rattrapage ;
2) Contact argent ;
3) Point commun ;
4) Touche de commande ;
5) Clips de fixation ;
6) Plaque avant ;
7) Couvercle mécanisme ;
8) Entretoise ;
9) Bornes automatiques (sans vis) ;
10) Socle ;
11) Support.

Les prises de courant sont des appareils assurant la liaison entre une canalisation fixe
(socle) et une canalisation mobile (fiche). Les prises de courants peuvent être encastrées
on apparents.

 Les différents prises de courant


Ils existe des prises de courant : bipolaire lorsqu’il comporte deux organes de contact isolés
les uns des autres.
 Tripolaire lorsqu’il comporte trois organes de contact isolés les uns des autres.
 Tétra polaire lorsqu’il comporte quatre organes de contact isolés les uns des autres.
Il existe également les prises de courant :
 Ordinaires ;
 Protégés contre les projections d’eau ;
 Protégés contre les chutes d’eau verticales.

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 55


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

Raccord à la vis de masse


Prise de courant simple

Certaines prises dites de sécurité sont parfois utilisées pour protéger les non-initiés et les
enfants.

Prise de sécurité

Les prises extérieures de courant doivent être étanches et résistantes aux intempéries.
Elles sont généralement recouvertes d’un couvercle à ressort, le joint entre le mur et cette
plaque-couvercle doit aussi être étancher et bien calfeutré.

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 56


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

Les fils qui alimentent les prises extérieures doivent être protégés par un détecteur de
mise à la terre défectueuse. Les connexions des fils et des mises à la terre sont identiques
à celles pour l’intérieur.
Il faut utiliser seulement des câbles et des accessoires approuvés pour usage extérieur.

Prise extérieure simple Prise extérieure double

7.7. Conducteurs et câbles

Une canalisation électrique est caractérisée par l’ensemble de 3 éléments qui sont :

Définition
Conditions fonctionnelles des conduits

Enveloppe isolante
• Le conducteur isolé Ame conductrice
Il est toujours unipolaire et regroupe l’âme
conductrice et son enveloppe isolante.
Enveloppe isolante
• Le câble unipolaire Ame conductrice
C’est un conducteur isolé avec en plus un
ou plusieurs revêtements de protection
(gaine, tresse, …).
Gaine de protection
• Le câble
Il est composé d’un ensemble de
conducteurs électriquement distincts et
mécaniquement solidaires, généralement
sous un ou plusieurs revêtements de
protection.

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 57


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

Parties constitutives
Ame
- Caractéristiques générales
Elle doit satisfaire aux conditions suivantes :
• bonne conductibilité pour réduire les pertes lors du transport de l’énergie d’où le
choix :
- du cuivre : résistivité ρ = 18,51 mΩ . mm²/m à 20°C ;
- ou de l’aluminium : résistivité ρ = 29,41 mΩ . mm²/m à 20°C.
• résistance mécanique suffisante pour éviter la rupture du conducteur sous les
efforts au moment de la pose, des fixations, du serrage des connexions ;
• bonne souplesse pour : faciliter le passage des conducteurs dans les conduits,
respecter le tracé des canalisations, alimenter les appareils mobiles ;
• bonne tenue à la corrosion due aux agents atmosphériques et aux environnements
chimiques ;
• bonne fiabilité des raccordements par une bonne résistance aux effets physico-
chimiques des contacts.

- Classe de souplesse

La norme définit une gamme de sections nominales pour les âmes conductrices et les
répartit en quatre classes, en ordre de souplesse croissante :
• Classe 1 : rigide, massive ;
• Classe 2 : rigide, câblée ;
• Classe 5 : souple ;
• Classe 6 : souple.

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 58


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

Tableau - Constitutions des âmes conductrices

- Matière
Les âmes peuvent être :
• en cuivre recuit, nu ou revêtu d’une couche métallique ;
• ou en aluminium ou en alliage d’aluminium, nu ou revêtu d’un couche métallique ;
• ou en aluminium plaqué de métal revêtu ou non d’un couche métallique.

La couche métallique de revêtement peut être :


• dans le cas du cuivre : de l’étain, ou alliage d’étain ou de plomb ;
• dans le cas d’aluminium : du cuivre, du nickel ou de l’étain.

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 59


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

Enveloppe isolante
- Caractéristiques générales
Cette enveloppe isolante doit assurer une bonne isolation de l’âme conductrice et
présenter les caractéristiques :

• générales de tout bon isolant :


- résistivité élevée ;
- très bonne rigidité électrique ;
- faibles pertes diélectriques.
• particulières à l’emploi des conducteurs et des câbles :
- bonne tenue au vieillissement ;
- bonne résistance au froid, à la chaleur et au feu ;
- insensibilité aux vibrations et aux chocs ;
- bon comportement à l’attaque des agents chimiques.

- Principaux matériaux synthétiques utilisés pour l’enveloppe isolante

La température provoque, de manière réversible, une variation de la plasticité, c’est le


cas :
- du polychlorure de vinyle (PVC), très employé pour ses bonnes caractéristiques :
électriques, mécaniques, de tenue au froid et au vieillissement thermique, de
résistance à l’eau et aux produits chimiques courants ainsi qu’à la propagation de la
flamme
Toutefois sa combustion s’accompagne de dégagements nocifs et corrosifs.
- du polyéthylène (PE), ses remarquables caractéristiques en font un isolant de
choix pour les câbles HT et THT.

Gaine de protection

Les matériaux utilisés sont :


• des isolants tels que ceux utilisés pour l’enveloppe isolante ;
• ou du plomb, ou un alliage de plomb.

Dénomination symbolique des conducteurs et câbles


Les conducteurs et câbles définis par une norme UTE (Union Technique de l’Electricité)
sont désignés à l’aide d’un système harmonisé ou bien à l’aide du système UTE traditionnel
selon qu’il s’agit de modèles concernés ou non par l’harmonisation en vigueur dans le
cadre du CENELEC (Comité Européen de Normalisation de l’ELECtrotechnique).

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 60


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

Exemple : désignation d’un conducteur isolé dans le système harmonisé CENELC :


H07 V-U

Exemple : désignation d’un câble dans le système UTE : H07 RN-F

Exemple 1 : U-1000 R2V 4G2,5

Exemple 2 : H07 V-U

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 61


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

7.8. Désignations normalisées des conduits


Deux désignations sont utilisées, une conforme au code international (Norme CEI) et l’autre
conforme aux normes européennes (Norme UTE). La norme UTE prédomine de plus en
plus.

Exemple : NF-USE XX ICTL 3422

Tableau – 1er et 2ème chiffre : contrainte mécanique ; 3ème et 4ème chiffre : tenue aux
températures

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 62


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

Caractéristiques et emplois des conduits les plus usuels

Désignation Caractéristiques
IRL 3321: Tubes en matière plastique étanche et non-
Isolant/Rigide/Lisse propagateurs de la flamme sauf ICTA de couleur
orange.
• Résistent à la corrosion
ICA 3321
• Faciles à mettre en œuvre
Isolant/Cintrable/Annelé
• Faible résistance mécanique
• Température d'emploi : 10°C à +60°+C.
ICTA 3422
Isolant/Cintrable
transversalement/Annelé

Tubes en matière plastique orange, propagateurs


ICTL 3421
de la flamme.
Isolant/Transversalement
élastique/Lisse

ICTL 3421 Tubes en matière plastique grise, non propagateurs


de la flamme.

CSA 4421 Tuyaux d'acier, non propagateurs de la flamme


Composite/Souple/Annelé

CSL 4421 Identiques aux CSA avec en plus une gaine


extérieure isolante.

MRL 5557 Tubes d'acier, grande résistance aux chocs.


Métallique/Rigide/Lisse

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 63


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

Module 7 : ANALYSE DE CIRCUITS A


COURANT ALTERNATIF
GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 64


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

TP1 – Définition des termes associés au courant alternatif

1.1. Objectif visé


Sensibiliser les stagiaires à définir les termes associés au courant alternatif.
1.2. Durée du TP
Le travail pratique proposé est d'une durée de 2 heures.
1.3. Equipements et matière d'œuvre par équipe
- Dessins des graphiques de courants sinusoïdaux de même fréquence
1.4. Description du TP
Sur la fig. TP1-1 ci-dessous sont représentés les graphiques de deux courants
alternatifs sinusoïdaux de même fréquence.

Fig. TP1-1

1.5. Déroulement du TP
- Identifier pour chaque courant les alternances positives et négatives.
- Identifier l’amplitude de chaque courant.
- Identifier la période des deux courants.
- Calculer la fréquence des deux courants.
- Calculer la valeur efficace de chaque courant.
- Indiquer le déphasage entre les deux courants.

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 65


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

TP 2 – Description des effets des inductances dans un circuit à courant


alternatif

2.1. Objectif visé


Apprendre aux stagiaires à calculer les caractéristiques d’un circuit à courant
alternatif comportant une bobine réelle à partir des oscillogrammes des graphiques
du courant et de la tension.

2.2. Durée du TP
Le travail pratique proposé est d'une durée de 2 heures.
2.3. Equipements et matière d'œuvre par équipe
- Plusieurs oscillogrammes du courant et de la tension aux bornes d’une bobine
alimentée en courant alternatif

2.4. Description du TP
Calculer individuellement à partir des graphiques les différentes caractéristiques d’un
circuit comportant une bobine alimentée en courant alternatif.

2.5. Déroulement du TP
A. A partir des graphiques présentées sur la fig. TP2-1 de la tension et du
courant d’une bobine alimentée en courant alternatif :
- Identifier le graphique qui correspond à la tension et celui qui correspond au
courant, en expliquant votre choix.
- Déterminer l’amplitude de la tension et sa valeur efficace.
- Déterminer l’amplitude du courant et sa valeur efficace.
- Déterminer la fréquence de la tension.
- Calculer la réactance inductive de la bobine.
- Calculer l’inductance de la bobine.
U i

30 V 1,5 A

20 V 1A

10 V 0,5 A

0,01 0,02 0,03


temps (s)

Fig. TP2-1

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 66


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

TP3 – Description des effets des condensateurs dans un circuit à courant


alternatif

3.1. Objet du TP :
Apprendre aux stagiaires à calculer les caractéristiques d’un circuit à courant
alternatif comportant un condensateur à partir des oscillogrammes des graphiques
du courant et de la tension.

3.2. Durée :
Le travail pratique proposé est d'une durée de 2 heures.

3.3. Equipement :
- Plusieurs oscillogrammes du courant et de la tension aux bornes d’un
condensateur alimenté en courant alternatif

3.4. Description du TP :
Calculer individuellement à partir des graphiques les différentes caractéristiques d’un
circuit comportant un condensateur alimenté en courant alternatif.

3.5. Déroulement du TP :
A partir des graphiques présentées sur la fig. TP3-1 de la tension et du courant
d’un condensateur alimenté en courant alternatif :
- Identifier le graphe qui correspond à la tension et celui qui correspond au
courant et expliquer votre choix.
- Déterminer l’amplitude de la tension et sa valeur efficace.
- Déterminer l’amplitude du courant et sa valeur efficace.
- Déterminer la fréquence et la période de la tension.
- Calculer la réactance capacitive des condensateurs.
- Calculer la capacité du condensateur.
U (V) i (A)
8
15 V
6

10 V
4

5V 2

0,02 0,04 0,06 0,08


temps (s)

Fig. TP3-1

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 67


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

TP4 – Calcul des valeurs d’une onde sinusoïdale


4.1. Objectif visé
Apprendre aux stagiaires à calculer à partir d’un oscillogramme les caractéristiques
d’une onde sinusoïdale : l’amplitude, la période, les valeurs instantanées pour des
moments de temps choisis, la valeur efficace, la fréquence et la pulsation.

4.2. Durée du TP
Le travail pratique proposé est d'une durée de 2 heures.
4.3. Equipements et matière d'œuvre par équipe
- Oscillogramme des ondes sinusoïdales
4.4. Description du TP
Calculer individuellement à partir des graphiques les différentes caractéristiques
d’une onde sinusoïdale.

4.5. Déroulement du TP
A. Calcul des valeurs caractéristiques d’une onde sinusoïdale
Un courant et une tension alternative de même fréquence ont les expressions
suivantes : i = 6 2 sin 100 π t ( A) et u = 70,5 sin ( 100 π t + π 2 ) (V )
- Préciser la pulsation et la phase initiale de chaque grandeur.
- Calculer la période et la fréquence des deux grandeurs.
- Spécifier la valeur efficace et la valeur de crête (l’amplitude) de chaque
grandeur.

B. Pour l’oscillogramme de la fig. suivante représentant l’onde d’une


tension sinusoïdale :
- Calculer la valeur de crête et
l’amplitude de la tension
visualisée.
- Relever la période de la
tension visualisée.
- Calculer la fréquence et la
pulsation.
- Déterminer la valeur
instantanée de la tension
alternative pour t1 = 5 ms ;
t2 = 10 ms ; t3 = 15 ms et t4 =
20 ms.
- Écrire l’expression de l’onde
sinusoïdale correspondante
à cette tension.

Les échelles de l’oscillogramme sont : 100 V/carreau et 4 ms/carreau.

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 68


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

TP 5 : Mesure de l’impédance d’un dipôle

5.1 Objectifs :

Mesurer l’impédance d’un dipôle par la méthode voltampèremétrique

5.2 Matériel :
- générateur de fonctions ( GBF
- Résistor de résistance 1 KΩ
- Condensateur de capacité C = 10 µ
- Bobine réelle d’inductance L = 1,2 H
- Deux multimètres
- Connectique

5.3 Travail à faire :

2) Impédance d’un condensateur


o Réaliser le montage suivant :

o Régler la fréquence du GBF sur 500 Hz


o Mesurer l’intensité efficace I et la tension efficace U aux bornes du condensateur.
o Calculer l’impédance du condensateur Zc avec la formule : Zc = U / I
Zc = ……………..

o Calculer l’impédance Zc avec la formule : Zc = 1 ; Zc = ……………


C×ω

o Comparer les deux résultats.


…………………………………………………………………….
o Changer la fréquence du GBF, soit 800 Hz .
o Refaire les mesures et calculer l’impédance Zc du condensateur avec la formule : Zc
= U/I
Zc = …………..

o L’impédance dépend elle de la fréquence ?


……………………………………………….

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 69


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

3) Impédance d’une bobine

o Dans le circuit précédent, changer le condensateur par une bobine et faites les
mesures de I et de U avec les deux fréquences de 500 Hz, puis de 800 Hz.
o Calculer les impédances avec les deux fréquences, en utilisant la formule :ZL = U /
I
f = 500 Hz ; f = 800 Hz
ZL = ............. ZL = ..............

o L’impédance de la bobine dépend elle de la fréquence ? …………………………..


o Calculer l’impédance ZL de la bobine en utilisant la formule : ZL = L×ω
pour la fréquence 500 Hz . ZL = ……………….

o Comparer cette valeur à celle calculer avec la première formule.


……………………………………………………..

4) Impédance d’un résistor

o Recommencer l’expérience en remplaçant la bobine par un résistor et calculer


l’impédance ZR du résistor avec la formule : ZR = U / I pour les fréquences 500 Hz
et 800 Hz .

f = 500 Hz ; f = 800 Hz
ZR = ........... ; ZR = ...............

o L’impédance du résistor dépend elle de la fréquence ? ………………………….

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 70


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

TP 6 – Schéma d’un circuit

6.1. Objectif visé


Apprendre aux stagiaires à calculer à identifier les symboles des composants et leurs
groupements dans un schéma d’un circuit à courant alternatif.

6.2. Durée du TP
Le travail pratique proposé est d'une durée de 2 heures.

6.3. Equipements et matière d'œuvre par équipe


- Schémas des circuits à courant alternatif

6.4. Description du TP
Identifier individuellement à partir des schémas les différentes symboles des composants
et leurs groupements.

6.5. Déroulement du TP
Chaque composant du circuit (fig. TP5 – 1) symbolisé dans le circuit est repéré avec
une lettre : R, L ou C, suivie d’un indice. A côté se trouve sa valeur nominale.
- Identifier chaque composant du schéma et indiquer la valeur codée. (Exemple : R1 =
une résistance de 7,5 kΩ, soit 7500 Ω).
- Identifier tous les groupements série en indiquant leurs composants.
- Identifier tous les groupements parallèles en indiquant leurs composants.
- Identifier chaque groupement série de composants de la même nature et calculer sa
valeur équivalente.
- Identifier chaque groupement parallèle de composants de la même nature et calculer
sa valeur équivalente.
- Identifier les groupes de condensateurs parcourus par le même courant.
R1 7k5 L3 7,2mH L7 5,4mH

C2 8p66 L5 1,8mH

R2 10k5 L4 3,6mH L6 3,6mH

C10 2m5

L1 0,5H R3 75M4 C3 4µ8

C5 3µ6 C7 1µ2

C1 6m3 L2 0,2H C4 1µ2


u

R7 8M55 C8 5n55 R8 12M4

R6 3R6 R5 6R6 R4 9R8

L8 1,4H L9 0,6H C11 4m5

C9 55n5 R9 15M3

Fig. TP5-1

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 71


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

TP7 – Mesure des valeurs aux différents points d’un circuit

7.1. Objectif visé


Apprendre au stagiaire à brancher les appareils de mesure de courant alternatif (un
ampèremètre et un voltmètre) dans un circuit comprenant un groupement mixte afin
de mesurer le courant et la tension pour chaque élément du circuit.

7.2. Durée du TP
Le travail pratique proposé est d'une durée de 5 heures.

7.3. Equipements et matière d'œuvre par équipe


- Ampèremètre de courant alternatif magnétoélectrique à plusieurs
calibres ;
- Voltmètre de courant alternatif magnétoélectrique à plusieurs calibres ;
- Deux résistances de valeurs de l’ordre des K Ω ;
- Une bobine d’inductance 0,5H ;
- Un condensateur de capacité de l’ordre de 6 µF ;
- Conducteurs de raccordements.

7.4. Description du TP

Le travail s’effectue en groupe de 2 stagiaires. Chaque stagiaire doit brancher les


appareils de mesure dans le circuit.

Chaque stagiaire doit rédiger un tableau d’enregistrement qu’il complétera au cours


du TP. Le traitement des donnés doit être effectué séparément par chaque stagiaire.

Pour personnaliser les tableaux d’enregistrement il est nécessaire soit de modifier la


tension d’alimentation pour chaque groupe de stagiaires, soit de modifier les valeurs
des composants (par exemple, on peut utiliser à la place de la résistance et du
condensateur une boite à résistance et une boite à condensateurs).

7.5. Déroulement du TP

Le stagiaire doit mesurer la tension et le courant pour tous les éléments d’un circuit
simple alimenté en courant alternatif comportant un ensemble parallèle et un
ensemble série.

Le schéma du circuit à étudier est présenté sur la fig. TP7 - 1 :

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 72


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

R2
P2

R1 L
P1

source de P3
courant
alternatif

Fig. TP7 - 1
Le circuit doit être réalisé par le groupe de stagiaire. Le tableau
d’enregistrement dans lequel seront inscrites les lectures des appareils de
mesure est présenté ci-dessous :

Le travail pratique se déroule en trois étapes :


- Mesurer la tension aux bornes de chaque élément et compléter le
tableau d’enregistrement.
- Mesurer le courant dans chaque élément et compléter le tableau
d’enregistrement.
- Interprétation des résultats.

N° Intensité [A] Tension [V]


R1 1
2
3
L 1
2
3
R2 1
2
3
C 1
2
3
Valeur globale du 1

circuit 2
3
Remarque : Il est nécessaire d’effectuer au moins trois mesures pour la même
grandeur.

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 73


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

TP 8 – Mesure de la puissance active et du facteur de puissance dans des


circuits mono et triphasé

8.1. Objectif visé


Apprendre aux stagiaires à mesurer la puissance active et de calculer le facteur de
puissance des circuits mono et triphasé.

8.2. Durée du TP
Le travail pratique proposé est d'une durée de 3 heures.

8.3. Equipements et matière d'œuvre par équipe


- Wattmètre électrodynamique
- Ampèremètre magnétoélectrique à courant alternatif
- Voltmètre magnétoélectrique à courant alternatif
- Résistances
- Inductances
- Condensateur
- Transformateur monophasé 220 V / 24 V
- Transformateur triphasé 3 x 380 V / 220 V

8.4. Description du TP
Le travail s’effectue en groupe de 2 stagiaires. Chaque stagiaire doit brancher les
appareils de mesure dans le circuit.

8.5. Déroulement du TP
A. Mesure des puissances d’un système monophasé
On retrouve les deux montages de base : amont (fig. TP8 - 1a) et aval (fig. TP8 - 1b).

*
*
I W I W
*
*
U
U
a)
b)

Fig. TP8 - 1
Dans le cas général, la tension d’alimentation du récepteur varie peu. Par contre, la
variation d’intensité du courant peut être très importante. Ainsi, en fonction de la valeur du

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 74


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

facteur de puissance (cos ϕ), l’intensité peut prendre une valeur dangereuse pour le
calibre choisi sur le wattmètre (fig. TP8 - 2).

I actif U

I1

I2

Fig. TP8 - 2

Les corrections de consommations des appareils peuvent être faites comme en courant
continu. Dans le cas général, les puissances mises en cause étant importantes, plusieurs
centaines de watts, la correction de consommation est négligeable devant l’incertitudes
d’étalonnage et de lecture. La correction n’intervenant pas, on choisira le montage (amont
ou aval) en tenant compte de la disposition des bornes de wattmètre (fig. TP8 - 3).

*
I W
A
*
U
V

Fig. TP8 - 3

Remarque : Pour les faibles puissances, il faut effectuer les corrections ou utiliser un wattmètre
ferro-dynamique compensé.

B. Mesure des puissances d’un système triphasé

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 75


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

Pour placer un récepteur dans une situation optimale de fonctionnement, il faut


déterminer son facteur de puissance cos ϕ = P / S, donc effectuer des mesures de
puissances active et apparente.

D’autre part, tout système de distribution équilibré ou non, doit fonctionner avec un
rendement optimal, qu’il faut évaluer par des mesures de puissance.

Mesure de la puissance active dans un système à 4 fils

Un tel montage correspond à un système des récepteurs couplés en « Etoile » avec le


point commun O raccordé au neutre du réseau. On dit aussi que ce montage correspond
à un neutre sorti, appellation vraie uniquement dans le cas d’une alimentation à quatre
fils.

Dans le cas de système équilibré les trois récepteurs sont identiques, mêmes
impédances et mêmes déphasages, et il suffit de mesurer la puissance consommée dans
une seule phase P1 = U1N . I1 . cos ϕ1 (fig. TP8 - 4).

Fig. TP8 - 4

La puissance totale du récepteur triphasé vaut P = 3 . (U1N . I1 . cos ϕ1), puisque U1N =
U2N = U3N = V et I1 = I2 = I3 = I. Il n’y a pas de courant dans le fil neutre.

Dans un système non équilibré chaque récepteur est alimenté sous la même tension
grâce au fils neutre, mais pour les courants on a :
I1+ I2+ I3= In≠0
La puissance absorbée par l’ensemble vaut :
P = P1 + P2 + P3

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 76


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

Il faut donc monter trois wattmètres monophasés pour mesurer la puissance totale
(fig. TP8 - 5).

Comme dans toute utilisation du wattmètre, on place systématiquement un ampèremètre,


précédant le wattmètre. En mesurant l’intensité on peut déterminer le facteur de
puissance propre à chaque récepteur (cos ϕ1 = P1 / V1.I1, cos ϕ2 = … etc.).

Fig. TP 8 - 5

Remarque : Une puissance active totale est toujours positive. Si dans les montages une déviation
devient négative, il faut permuter les deux fils du circuits de tension. Il faut prendre en
considération le repérage des bornes d’entrée.

Mesure de la puissance active dans un système à 3 fils

Les récepteurs peuvent être couplés en « Etoile » ou en « Triangle ». Dans le dernier cas
le point commun (O) du montage est inaccessible et toutes les mesures doivent être
effectuées au niveau de la ligne.

Dans un système équilibré (trois récepteurs identiques) on peut utiliser deux méthodes
de mesure :

- Méthode du neutre artificiel

On utilise trois wattmètres identiques (fig. TP8 - 6) qui possèdent pour le même calibre en
tension des résistances internes identiques.

En conséquence, la liaison côté sorties des circuits de tension des wattmètres forment un
point neutre, appelé neutre artificiel. Ce point neutre N’ jouit de mêmes propriétés qu’un
point neutre réel (celui du réseau ou du couplage « Etoile ») ou qu’un point neutre fictif
(celui du couplage « Triangle »).
P1 = U1N . I1 . cos ϕ ; P2 = U2N . I2 . cos ϕ ; P3 = U3N . I3 . cos ϕ

La puissance active totale est égale:

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 77


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

P = P1 + P2 + P3

Fig. TP8 - 6

- Méthode des deux wattmètres

Dans ce montage on utilise le même principe que dans le précédent : on raccorde le point
neutre artificiel N’au potentiel du fil de ligne 3. En conséquence, le wattmètre W 3 n’indique
plus rien et il peut être supprimé (fig. TP8 - 7).

Le wattmètre W 1 a son circuit d’intensité parcouru par le courant de ligne I1 et son circuit
de tension soumis à la tension composée U13, d’où :
P1 = U13 . I1 ; cos ( U13,I1)

Le wattmètre W 2 indique:
P2 = U23 . I2 . cos ( U23,I2 )

Fig. TP8 - 7

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 78


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

TP 9 – Description des caractéristiques des transformateurs

9.1. Objet du TP :
Apprendre aux stagiaires à identifier la structure élémentaire et les caractéristiques d’un
transformateur monophasé.

9.2. Durée :
Le travail pratique proposé est d'une durée de 2 heures.

9.3. Equipement :
- Transformateur monophasé de faible puissance ;
- Transformateur triphasé de faible puissance
- Autotransformateur
- Conducteurs
- Alimentation 220 V / 380 V

9.4. Description du TP :
Le travail pratique doit être effectué par groupe de deux stagiaires. Chaque stagiaire doit
avoir à sa disposition un transformateur monophasé, sur lequel il identifiera les
composants. A la fin chaque stagiaire doit effectuer les calculs exigés par le TP.

9.5. Déroulement du TP
Transformateur monophasé
Identifier la structure élémentaire du transformateur
- Le circuit magnétique :
• La forme du circuit magnétique.
• Le matériel du circuit magnétique.

- Les enroulements :
• Enroulement de basse tension ;
• Enroulement de haute tension ;
• Différencier les deux enroulements d’après le diamètre du fil utiliser pour leur
réalisation ;
• Différencier les deux enroulements d’après le nombre de spires de chaque
enroulement ;

- Les bornes:
• Repérer les bornes de l’enroulement basse tension et leur marquage s’il y en a.
• Repérage des bornes de l’enroulement haute tension et leur marquage s’il y en a.
• Repérage des marques de polarité pour chaque enroulement.

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 79


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

TP 10 – Commande d’un circuit électrique d’un seul endroit

10.1. Objet du TP :
Apprendre aux stagiaires à réaliser la commande d’un circuit électrique d’un seul endroit.

10.2. Durée :
Le travail pratique proposé est d'une durée de 2 heures.

10.3. Equipement :
- Interrupteur simple allumage ;
- Lampe
- Prises 2P+T
- Conducteurs
- Alimentation 220 V / 380 V

10.4. Déroulement du TP

A partir du schéma développé et unifilaire ci-dessous réaliser la commande d’un seul


endroit de la lampe.

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 80


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

TP 11 – Montage double allumage

11.1. Objet du TP :
Apprendre aux stagiaires à réaliser la commande d’un circuit électrique qui établit ou
interrompe en ensemble ou séparément deux circuits d’éclairage d’un seul endroit avec le
même appareil de commande.

11.2. Durée :
Le travail pratique proposé est d'une durée de 2 heures.

11.3. Equipement :
- Interrupteur double allumage ;
- Lampes
- Prises 2P+T
- Conducteurs
- Alimentation 220 V / 380 V

11.4. Déroulement du TP

A partir du schéma développé et unifilaire ci-dessous réaliser la commande


ensemble ou séparément de deux circuit d’éclairage d’un seul endroit des deux
lampes.

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 81


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

TP 12 – Montage va et vient

12.1. Objet du TP :
Apprendre aux stagiaires à réaliser la commande d’un seul circuit d’éclairage de deux
endroits différents.

12.2. Durée :
Le travail pratique proposé est d'une durée de 2 heures.

12.3. Equipement :
- Interrupteurs va et vient ;
- Lampes
- Prises 2P+T
- Conducteurs
- Alimentation 220 V / 380 V

12.4. Déroulement du TP

A partir du schéma développé et unifilaire ci-dessous établissez ou interromprez un


seul circuit d’éclairage de deux endroits avec deux appareils de commande.

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 82


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

TP 13 – Commande par minuterie

13.1. Objet du TP :
Il permet aux stagiaires de plusieurs endroits : - d’établir un circuit d’éclairage par
commande manuelle d’un bouton poussoir d’interrompre automatiquement « sans
intervention manuelle » après un certain temps préréglé à l’avance.

13.2. Durée :
Le travail pratique proposé est d'une durée de 2 heures.

13.3. Equipement :
- Minuterie ;
- Trois boutons poussoirs ;
- Trois lampes
- Conducteurs
- Alimentation 220 V / 380 V

13.4. Déroulement du TP

A partir des schémas développés ci-dessous allumez les trois lampes de la manière
suivante :

- En absence de toute action sur le BP, la bobine de la minuterie est désexcitée : les
lampes sont donc éteintes.
- En présence d’une action sur le BP, la bobine de la minuterie s’excite, le contact
temporisé se ferme : es lampes s’allument.
- Lorsque l’action sur le BP cesse, la bobine de la minuterie n’est plus excitée, le
contact temporisé reste fermé : es lampes se maintient en état d’allumage.
- Sans action et après un certain retard, le contact temporisé retardé à l’ouverture
s’ouvre : es lampes s’éteint.

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 83


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

TP 14 – Commande par télérupteur

14.1. Objet du TP :
Il permet l’établissement ou l’interruption d’un circuit électrique contenant plusieurs
récepteurs de plusieurs endroits par l’intermédiaire des boutons poussoirs.

14.2. Durée :
Le travail pratique proposé est d'une durée de 2 heures.

14.3. Equipement :
- Télérupteur ;
- Trois boutons poussoirs ;
- Trois lampes
- Conducteurs
- Transformateur 220 V/12 V

14.4. Déroulement du TP

A partir de schéma développé ci-dessous allumez les trois lampes éclairant le


couloir d’une école, commandées de quatre endroits différents.

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 84


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 85


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

Module 7 : ANALYSE DE CIRCUITS A


COURANT ALTERNATIF
EVALUATION DE FIN DE MODULE

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 86


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

O.F.P.P.T.
EFP

MODULE 7 : ANALYSE DE CIRCUITS A COURANT ALTERNATIF

FICHE DE TRAVAIL

Stagiaire : _____________________________________ Code :


Formateur : ______________________________________________________

Durée : 2 heures

(Exemple)
Epreuve théorique :
1. Un générateur délivre une tension alternative sinusoïdale de fréquence 50 Hz.
Calculer sa période et sa pulsation.
…/6
2. Une bobine d’inductance L = 0,1 H à pour résistance 20 Ω .Elle est alimentée par une
tension sinusoïdale de valeur efficace 220 V, de fréquence 50 Hz.
Calculer son impédance Z, le facteur de puissance et le déphasage ϕ.
…/7
3. Un transformateur idéal possède 40 spires au secondaire. Nous demandons au
constructeur d'augmenter ce nombre de spires de 20. Que pouvez-vous dire de la
tension au secondaire du transformateur modifié par rapport à l'ancien ?
…/7

Epreuve pratique :

4. Réaliser un circuit R, L, C série sur la plaquette d’essai en utilisant pour alimentation


une source de tension alternative de 12 V. Mesurer le courant et les tensions aux
bornes de chaque composant et déterminer les puissance active, réactive et
apparente du circuit.
…/20

5. Lire le plan ci-dessous et dessiner le schéma développé de l’installation électrique


d’éclairage dans la CHAMBRE 3 et la TERRASSE. L’éclairage dans la chambre
fonctionne : 2 lampes + 1 lampe allumées séparément ou les 3 lampes ensembles.
Effectuer le montage avec des conducteurs selon les normes et sous conduits NF
USE-ICO5-ORANGE sur une platine perforée (ou en bois) de dimensions 100 cm x
100 cm.
…./20

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 87


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 88


Résumé de Théorie et
Guide de travaux Module 7 : Analyse de circuits à courant alternatif
pratiques

Liste des références bibliographiques

Ouvrage Auteur Edition


Mesures et essais Dupart B. Dunod, 1997
d’électricité Le Gall A.
Prêt R.
Floc’h J.
Lois générales de F. Lucas Delagrave, 1987
l’Electricité P. Charruault
Les Installations Fraysse R. Edition Casteilla, 1985
électriques Deprez A.M.
MEMOTECH – René Bourgeois Edition Casteilla, 2002
Equipements et Denis Cogniel
installations électriques Bernard Lehalle
Technologie d’Electricité Henri NEY Nathan, 1996
Technologie d’Electricité R. Pustelnik, B. Dunod, 1989
Deriquehem

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique 89