Vous êtes sur la page 1sur 12

Université Larbi Ben M'Hidi/ Oum El Bouaghi 2020 2021 Dr F.

Bouabdallah
Module : PATHOLOGIE DES CONSTRUCTIONS/ P.D.C Ch-4 : P.D.S dues aux séismes

Chapitre 04

Chapitre 04: Pathologie des structures dues aux séismes


1. Introduction
Pourquoi avec la même quantité de matériaux on aura un
bâtiment qui résiste ou non au séisme ?
Le séisme agit en appliquant aux fondations des structures
« une bouffé d’énergie » sous forme d’accélérations
horizontales et cycliques principalement, pour quelques
dizaines de secondes.
En effet, c’est en raison de la masse et de la rigidité de Fig 01 : Deux immeubles
semblables, mais très inégaux face
l’ouvrage, des forces d’inerties que la structure fait ses aux secousses.
oscillations, engendrent des déformations plastiques et
cycliques qui peuvent conduire à la ruine partielle ou totale.
Pour ces raisons là ; il est commode de réaliser des constructions parasismiques résistantes,
économiques en faisant appelle aux : techniques de constructions, modélisation par des
logiciels fiables et évolutionnaires, l’utilisation des matériaux modernes et produits
innovants.
En cas des sollicitations sismiques la prévention des experts pour la réparation ou le
renforcement des structures, s’avère une mission de très grande complexité, car par ailleurs la
caractérisation des dégâts, les constatations les analyses faites en rigueur identifie d’une part
la responsabilité des fautifs et d’autre part implique l’avenir de la remise en service ou non
des constructions touchées par les séismes.
2. Types et causes des désordres due aux séismes- Diagnostic

1- Dommages subis par les portiques


1.a Rotules plastique aux nœuds poteau-poutre

Fig 03 : Les moments aux nœuds Fig 04 : Rupture en zone nodale


Fig. 02 : Limite d’une zone [Mauvais béton, acier insuffisant ou
nodale poutre-poteau faible section de poteau]

L’article 7.6.2 du RPA exige la vérification de la somme des


moments résistant ultimes aux zones nodales poteau poutre. Pour
que la rotule plastique se forme aux poutres plutôt que dans les
poteaux, dans cet article il faut que :
M(poteau)> 1,25% M(poutre), c'est-à-dire :
|Mn| + |Ms|≥ 1,25 [|Mw| + |Me|]
|M’n| + |M’s|≥ 1,25 [|M’w| + |M’e|].
Fig 05 : Dislocation de la section
[Flambement des aciers longitudinales
et rupture de la section en X ]
1
Université Larbi Ben M'Hidi/ Oum El Bouaghi 2020 2021 Dr F. Bouabdallah
Module : PATHOLOGIE DES CONSTRUCTIONS/ P.D.C Ch-4 : P.D.S dues aux séismes

C’est l’effet de poutre forte / poteau faible, une faiblesse vis-vis les efforts tranchants et les
moments, on peut trouver alors:
- Un béton peu confiné, sans ferraillage transversal (sans cadres).
- Non continuité du ferraillage transversal.
- Flambement des armatures longitudinales, d’où la fissure en X de la section de béton.

1.b Rupture par écrasement (rupture fragile)


Ce sont des problèmes de rupture fragile sous sollicitation
d’ensemble du aux séismes, d’où l’effort normale de
compression dû au séisme dépasse celui de la résistance
ultime à la compression de la section des poteaux
supportant les cages d’escaliers généralement.

Cette fragilité de section est à cause de:


- La négligence lors de la conception, Fig. 06: Ecrasement de béton et
flambement d’acier au poteau
- La mauvaise intention et erreur de calcul ou de dessin. supportant la cage d’escalier

1.c Cisaillement des poteaux


Ce cisaillement aura lieu en cas de :
- Poteaux courts, avec des anomalies d’exécution pour le ferraillage de ces poteaux
(1,5m) : acier transversale qui n’est pas continu, ou un mauvais recouvrement au sens
longitudinal. L’effort de cisaillent est plus important lorsque le l’élancement (λg) est plus
faible.
- Cisaillement par entrechoc avec un plancher d’une structure adjacente (différence de
niveau), avec insuffisance de joint sismique. Les structures n’ont pas les mêmes modes de
vibration, le déphasage cisaille parfaitement les poteaux.

Fig. 07 : Cisaillement d’un poteau court 1,5m avec Fig. 08: Entrechoc avec
mauvais ferraillage plancher de niveau différent.

Remarque selon RPA 2003 : Il y a lieu de noter que cette partie de poteau de hauteur (h)
considérée comme poteau court : l'élancement
l l
géométrique du poteau λg est g  ( f ou f ) avec :
a b
(a) et (b), dimensions de la section droite du poteau dans la direction de
déformation considérée, et (lf) longueur de flambement du poteau.
Si : λg<5 les poteaux courts doit être confiner par des
armatures transversales.

1.d Flambement des poteaux Fig 09: Flambement des poteaux


et décollement du béton d’enrobé.

2
Université Larbi Ben M'Hidi/ Oum El Bouaghi 2020 2021 Dr F. Bouabdallah
Module : PATHOLOGIE DES CONSTRUCTIONS/ P.D.C Ch-4 : P.D.S dues aux séismes

C’est un phénomène d'instabilité d'une structure, et se déformer dans une direction


perpendiculaire à l'axe de compression (passage d'un état de compression à un état de
flexion).
Il dépend de :
- Faible section de poteau en béton.
- Mauvaise qualité de béton.
- Grandes sollicitations (Compression, flexion, flexion composé).
1.e Décollement du béton d’enrobage
L’enlèvement de la couche d’enrobage en cours de l’action sismique met à nu les armatures,
c’est grâce à :
- La présence de réseau de micro fissure entre la couche d’enrobage et le béton confiné (par
les cadres) né par décoffrage précoce, en plus des chocs et vibration du béton. Tout
simplement un gonflement. Le poteau constitue une faiblesse au système de
contreventement non pas à sa résistance caractéristique.

2- Dommages subis par les voiles


Les constructions dont les systèmes de contreventement en voiles se sont très bien comportées
en cas de séisme, sauf pour :
- Le mode de fixation des voiles au système de contreventement.
- Les bases et centre des voiles est la plus sollicité, d’où la fissuration sera parallèle en
base et sous forme de X au centre des voiles.

3- Dommages de divers cas

3.a La poutre palière


Les ruptures sont dues à la faiblesse des nœuds de jonction
poteau- poutre vue:
- Mauvais encrage d’armatures de la poutre palière au
poteau de cage d’escalier (mauvais façonnage).
- Insuffisance de la section du poteau.
3.b Rupture par flexion dans les poutres : ce type de ruine est
en cas de :
- Mauvais dimensionnement des poutres vis-à-vis la flexion,
- Très fort séisme (moment de flexion très important). Fig 10 : Rupture par flexion
3.c Etage souple et étage transparent : Ce genre de problème des poutres.
est en constructions à étages non identiques :
La grande hauteur du RDC par rapport aux autres niveaux lui donne une souplesse pour
déplacement en cas de séisme. - Pour des besoins d’espace, on peut enlever les cloisons de
séparation, ce qui légèrement la rigidité d’étage mais essentiellement sur la répartition des
masse en élévation.
- Cette situation où on a une faible rigidité latérale de l’étage ainsi de différentes masses
d’étages, peut nuire la stabilité de l’ensemble de la structure par induction d’effets secondaire
telle que les grandes déformations et les flèches des éléments porteurs. Et cas de présence des
ouvertures aux cloisons extérieurs la situation est encore aggravé en formant ces murs en un
ensemble de poteaux courts ou la ligne de cisaillement est privilège.
3.d Joint sismique : En cas de joint (vide de séparation) insuffisant, le long des ponts de
contacte des structures il y aura :
- Entrechoc entre blocs.

3
Université Larbi Ben M'Hidi/ Oum El Bouaghi 2020 2021 Dr F. Bouabdallah
Module : PATHOLOGIE DES CONSTRUCTIONS/ P.D.C Ch-4 : P.D.S dues aux séismes

- Martellement des blocs (battement).

3.e Entre chocs- Effet balle ping-pong : Il est dû aussi à l’insuffisance du joint sismique, se
produit entre une structure résistante de légère et qui prend place entre deux 02 autres
ouvrages massifs, rigide ou souple. Si le joint entre toutes les constructions est peu
dimensionné, on aura donc :
- Entrechoc entre blocs avec la prise de la structure intermédiaire au séisme comme
une balle de ping-pong entre les 02 autres, avec de sérieux dégâts aux 03 blocs.
- Martellement des blocs (battement).

Figure 11: Rupture au joint sismique

3.f Les escaliers


Les problèmes à ce genre d’élément de la structure et du à la mauvaise qualité de béton, de
confection, mauvais encrage, mauvaise disposition des aciers … etc. d’où la fracture est à la
jonction palier-volet généralement.
3.g La maçonnerie extérieure
Se sont des éléments qui n’ont pas une fonction porteuse ou de contreventement (ne supporte
pas les forces sismiques ainsi leurs déformations). Les dommages des éléments non
structuraux ne sont pas dangereux sur les vies humaines par rapport au l’ossature. La
destruction totale ou partielle de la construction entraine l’effondrement de la maçonnerie.
3.h La perte de portance des fondations (Liquéfaction)
Selon le RPA la liquéfaction sous fondation aura lieu si ces conditions sont présentes :
1. Dans certains sols sableux saturés, l’augmentation de la pression interstitielle sous l’effet de
plusieurs cycles de déformations sismique alternées peut conduire à une perte de résistance au
cisaillement momentanée.
2. Les sols susceptibles de se liquéfier (dissoudre) sont en général des sables propres ou
limoneux situés dans (20m) premiers de profondeur, saturés d’eau et présentant une
granulométrie relativement uniforme correspondant à un coefficient d'uniformité Cu :
(Cu = D60 /D10 < 15) et
Avec D60, D10 et D50 représentent les diamètres des tamis correspondant aux passants de 60%,
10% et 50%
le diamètre à 50% est : 0.05mm<(D50)<1.5mm.
3. Les sols liquéfiables lorsque
[Résistance à la liquéfaction/ cisaillement engendrée par le séisme]< 1,25
La contrainte effective verticale dans le sol σv‘est celle après la réalisation du projet.

4
Université Larbi Ben M'Hidi/ Oum El Bouaghi 2020 2021 Dr F. Bouabdallah
Module : PATHOLOGIE DES CONSTRUCTIONS/ P.D.C Ch-4 : P.D.S dues aux séismes

3. Prévention et remède selon les règlements Algériens RPA et


Recommandation technique
3.1 Dommages subis par les portiques - Selon
le RPA- 2003
1.a Rotules plastique aux nœuds poteau-poutre

Le RPA 2003 a prévu pour le phénomène de poteau Fig.12 : Deux Cadres en U


faible / poutre forte : disposés différemment (RPA 2003)
- La continuité des armatures transversales aux
nœuds par des cadres en double U.
- Contrôle de qualité de matériaux (essais sur des échantillons prélevé sur site), et de
qualité d’exécution de réalisation (une mission de suivi).
- Respecter les dispositions constructives aux portiques et aux zones nodales,
conformément à la figure suivante (encrage, espacement et recouvrement):

Fig. 13 : Disposition constructive des portiques (RPA 2003)


1.b Rupture
par écrasement (rupture fragile)

L’article 7.4.3.1 exige que l’effort normale de compression de calcule doit être limiter de
30% de l’effort de résistance ultime à la compression de la section comprimée.
Nd : effort normal de calcul exercé sur la section de béton, Bc : section brute, fc28 : résistance caractéristique du béton à 28
jours.
Nd
  0,30
Bc * f c 28

1.c Cisaillement des poteaux


Selon RPA 2003 il est commode :
- En cas de poteau court, il est recommandé une réserve
dans la maçonnerie, c’est le cas des vides sanitaires et
aux établissements scolaire, comme le montre la Fig. 14: Constitution de poteau
figure 14 court par insuffisance de hauteur
de la maçonnerie de remplissage

5
Université Larbi Ben M'Hidi/ Oum El Bouaghi 2020 2021 Dr F. Bouabdallah
Module : PATHOLOGIE DES CONSTRUCTIONS/ P.D.C Ch-4 : P.D.S dues aux séismes

- L’utilisation des voiles périphériques aux vides sanitaires pour protéger la totalité de la
structure.
- Eviter l’utilisation des poteaux courts si c’est possible.

1.d Flambement des poteaux


Calcul des poteaux au flambement
1-1.e Décollement du béton d’enrobage
- Eviter le décoffrage précoce des poteaux du système de contreventement.

3.2 Dommages subis par les voiles

- Il faut assurer une bonne fixation des voiles avec le contreventement de la structure.
- Ferraillage des zones critique (pourtour et centre des voiles).

3.2 Dommages de divers cas

3.a La poutre palière


Même chose que pour les précautions des dommages pour portiques et les nœuds.
3.b Rupture par flexion dans les poutres
Problème de calcul (dimensionnement), il faut respecter les règlements.
3.c Etage souple et étage transparent
La présence de ce genre d’étages n’est pas interdite par le RPA, mais il limite leurs effets :

- L’utilisation des voile même de petite largeur (aileron) permet la protection des
poteaux (contreventement mixte voile – portique « poteau-poutre »).
- Il ne faut pas rigidifier un étage par rapport aux autres (rigidité homogène).
- déplacement relative dans un étage.
- prise en compte de l’effet de Poids-Déplacement (P-∆) :

 θ ≤ 0,10 : les effets P-∆ peuvent être négligés dans le cas des bâtiments
 0,10 <θk ≤ 0,20 : les effets P-∆ peuvent être pris en compte de manière approximative
en amplifiant les effets de l’action sismique calculés au moyen d’une analyse élastique
du 1er ordre par le facteur 1/(1-θk)
 θk > 0,20 : la structure est potentiellement instable et doit être redimensionnée
*hk : hauteur de l’étage « k »
P  *Vk : Effort tranchant d’étage au niveau "k"
 k k avec : i n
Vk hk Vk  Ft   Fi formule RPA (4-12)
i k
*Pk : poids total de la structure et des charges d’exploitation associées au dessus du niveau« k », ou bien
n
W   Wi avec Wi  WG  WQi
i 1
WGi : poids dû aux charges permanentes et à celles des équipements fixes éventuels, solidaires de la structure.
WQi : charges d’exploitation
β: coefficient de pondération, fonction de la nature et de la durée de la charge d’exploitation et donné par le tableau 4.5 selon
RPA.

*∆k : déplacement relatif du niveau « k » par rapport au niveau « k-1 », ∆k = δk- δk-1 et δk=R δek

δek: déplacement dû aux forces sismiques Fi (y compris l’effet de torsion)


R : coefficient de comportement

6
Université Larbi Ben M'Hidi/ Oum El Bouaghi 2020 2021 Dr F. Bouabdallah
Module : PATHOLOGIE DES CONSTRUCTIONS/ P.D.C Ch-4 : P.D.S dues aux séismes

3.d Joint sismique


La largeur des joints sismiques
Deux blocs voisins doivent être séparés par des
joints sismiques dont la largeur minimale dmin
satisfait la condition suivante :
dmin = 15mm +( δ1 + δ2 ) mm ≥40 mm …
formule (4-19)
δ1 et δ2 : déplacements maximaux des deux
blocs, calculés selon le paragraphe 4.43/RPA99 Figure 15 : largeur minimum du joint
au niveau du sommet du bloc le moins élevé sismique
incluant les composantes dues à la torsion et la
rotation des fondations.
Le calcul de la dynamique des structures ne tient pas compte de la flexibilité des fondations,
or en RPA prend en compte par la formule de (dmin) la torsion de la structure et la rotation des
fondations.
3.f Les escaliers
Le RPA exige toujours :
- Le contrôle de qualité de matériaux (essais sur des échantillons prélevé sur site), et de
qualité d’exécution de réalisation (une mission de suivi).
- Respecter les dispositions constructives (dimension encrage, de recouvrement … etc.).
- Le ferraillage adéquat aux deux sens transversaux et longitudinaux
3.g La maçonnerie extérieure
Le RPA 2003 recommande :
- Limiter les dommages
N° Type d’ouvrage dommage d’élément Rôles
non structural
1 groupe 1A aucun ou très peu assurer la sauvegarde : d’équipements
coûteux ou sécurité, les vies humaines,…
2 1B et du groupe 2 Peu Assurer la sauvegarde des vies humaines
sans risque : chute brutale de cloisons, …
3 Autres groupes Peu Assurer la sécurité des vies humaines sans
risque : façades facile à remplacer, hangars..
- Vérification de la Force horizontale Fp agissant sur les éléments non structuraux et les
équipements ancrés à la structure donnée par la formule (6-3) :
Fp = 4 A C p W P
A : Coefficient d’accélération de zone obtenu dans le tableau (4.1) pour la zone et le
groupe d’usage appropriés
Cp : Facteur de force horizontale variant entre 0.3 et 0.8 (tableau 6.1) ; Wp Poids de l’élément considéré.

- Eléments extérieurs : les habillages extérieurs


(montage) en maçonnerie des éléments structuraux
sont interdits en zones II et III sauf dispositions
particulières :

 Les panneaux de murs préfabriqués non


porteurs (éléments similaires), à faible résistance au
cisaillement, attachés, ou qui ferment la structure,
devront être calculés. Pour résister à Fp = 4 A Cp WP

7
Université Larbi Ben M'Hidi/ Oum El Bouaghi 2020 2021 Dr F. Bouabdallah
Module : PATHOLOGIE DES CONSTRUCTIONS/ P.D.C Ch-4 : P.D.S dues aux séismes

et les mouvements de la structure provoqués par des forces latérales ou des


changements de température.

 Les panneaux en béton et autres assemblés par liaisons mécaniques doivent


respecter : autoriser le plus grand des mouvements engendrés par
(Déplacement relatif des étages ≥ (R x déplacement dû à la force sismique
calculée), (Déplacement relatif des étages ≥ 2cm),
Ces assemblages doivent être coulissants, correctement conçus, utilisant des trous
oblongs ou surdimensionnés. (Permettent le mouvement des pièces métalliques par
flexion).
3.h La perte de portance des fondations (Liquéfaction)
1. Lorsque ces conditions minimales sont réunies on introduit pour l’évaluation de la
résistance à la liquéfaction des essais SPT et/ou des essais au pénétromètre statique, dont
résultats et leur interprétation sont très sensibles.
La résistance à la liquéfaction peut être aussi déterminée en laboratoire à partir d’un essai
triaxial dynamique (cyclique) ce qui n’est pas facile à obtenir dans les sols sableux.
2. L’évaluation de liquéfaction devra être :
Type de structure Zone sismique
Groupe 1A II et III
Groupe 1B III
Avec les données sismiques complémentaires suivantes :
- Accélérations maximales au sol coefficient de zone A (%g) (tableau 4.1)
- Magnitude d’ondes de surface Ms= 6.5 et 7.0, respectivement (zones II et III).
3. Pour éliminer ou réduire les risques de liquéfaction, on peut envisager :
- Rabattement permanent du niveau de la nappe phréatique
- Densification des couches liquéfiables (pré-chargement, compactage dynamique,...).
- Amélioration de la perméabilité des couches liquéfiables par le drainage en matériaux
grossiers.
- Substitution aux couches liquéfiables de matériaux appropriés convenablement compactés.

4. Réparation des ouvrages attaqués par le séisme selon les Recommandations


techniques

1. Influence des effets sismique sur la réparation et le renforcements des ouvrages :

Type Description
A Ossature à portiques en béton armé avec des remplissages en maçonnerie.
Structure en béton armé avec ossature à portique et voiles des poteaux en
console, etc. Tous ces systèmes sont sans remplissages en maçonnerie (par
B
exemple : passerelles, auvents, halles, industrielles, murs de soutènement,
château d’eau ...

8
Université Larbi Ben M'Hidi/ Oum El Bouaghi 2020 2021 Dr F. Bouabdallah
Module : PATHOLOGIE DES CONSTRUCTIONS/ P.D.C Ch-4 : P.D.S dues aux séismes

Ossature constituées par des voles en béton armé remplissage en


C
maçonnerie.
Ossatures à portiques et voiles en béton armé avec remplissage en
D
maçonnerie.
E Constructions avec des murs porteurs en pierres ou en briques.
F Constructions rurales anciennes en matériaux de qualité médiocre.

1- L’analyse du groupe (A) prend en considération l’ossature en Béton armé (Bt-A),


maçonnerie (Mç), ainsi l’interaction Béton-Maçonnerie.
2- Lors du calcul de la structure détermine la résistance (Rance), la déformation (ε), en tenant
compte du schéma de rupture des poteaux, poutres et nœuds selon la déformation non-linéaire
(εNon-linéaire).
3- L’analyse des structures se fait comme suit :
A- Analyse des éléments structuraux des ouvrages existants (Nœuds, section en (Bt) qui
travail en sécurité selon les règlements.
B- Elément réparé ou introduit au système existant de l’ouvrage. On construit, analyse et
calcul selon les règlements.
C- La réparation, le renforcement selon la réglementation la plus récente.
D- La (Rance) et la rigidité (raideur) (K) des constructions avec portique existant neuf en
(Bt) se détermine par la méthode « exacte ou simplifier » :
 La Rance se détermine par étage : [Rance en valeur absolus, et Rance(latérale) /Poids dela
structure au dessus de l’étage considéré].
 La Rance totale d’étage ne tien pas en compte les éléments détruit par cisaillement
(Rupture fragile).
4- L’ouvrage endommagé par le séisme :
A- La rigidité est calculé par la méthode simplifier.
B- La résistance : Rance (latérale après séisme) = Rance (latérale avant séisme) x ϕ

Avec : ϕ=[0.5, 0.66] est facteur de réduction pour section fissuré.

5- La participation de la maçonnerie au comportement de l’ouvrage est :

Rance(Totale)= Rance(latérale maçonnerie) + Rance(latérale du béton).

Pouvrage=ϕ1 Pportique + ϕ2 Pmaçonnerie

 Avec : P est la capacité de résistance latérale,


 ϕ1= 0.25 Coefficient de réduction pour tenir compte de la flexibilité des portiques.
 Φ2= [0.5, 0.8] Coefficient de réduction pour la maçonnerie, qui tient compte de
l’irrégularité de la capacité portante de la qualité des matériaux utilisés, des imperfections
géométrique … ect.

La raideur relative d’étage : Ki=Kp+Km

9
Université Larbi Ben M'Hidi/ Oum El Bouaghi 2020 2021 Dr F. Bouabdallah
Module : PATHOLOGIE DES CONSTRUCTIONS/ P.D.C Ch-4 : P.D.S dues aux séismes

 Avec : Ki est la raideur (rigidité) relative d’étage, Kp : raideur relatif de l’ossature de


l’ossature en Bt armé et Km : raideur relative de la maçonnerie.
6- L’interaction Ossature (Bt.A- Mç) basé sur :
A- Analyser les éléments endommagé localement et dans quel sens.
B- Analyser les dommages potentiels des éléments dans quel sens.
C- Rance (latérale de l’ouvrage)= Rance (maçonnerie)+ Rance(Ossature en Bt.A).
D- La rigidité d’étage(Ki) avant l’apparition des fissures : Ki=Kp+Km
7- Le Vide sanitaire pour le groupe (A) :
A- Le vide sanitaire est considéré come étage particulier.
B- On détermine les caractéristiques des éléments influençant sur le vide sanitaire :
Poteaux courts, poutres supérieur, poutres de fondation (longrines), voiles, murs en
maçonnerie ….
C- Déterminant le schéma d’endommagement pour chaque poteau (effet de poteaux
courts) avec Rance latérale pour chaque un).
D- La détermination de la résistance de l’ensemble du vide sanitaire.
E- Prise en compte les interactions existants au vide sanitaire.
8- Pour le groupe (A), l’Effort sismique, l’effort tranchant et le moment de flexion se
détermine en tenant compte de :
A- Le domaine non-linéaire (ε plastique) sans endommagement (ossature,
maçonnerie…) :
 Méthode exacte (pour déterminer la réponse dynamique linéaire)
 Méthode simplifiée (Analyse spectral ou méthode statique équivalente).
B- Le domaine non- Linéaire (ε plastique)
 Méthode exacte (pour déterminer la réponse dynamique linéaire)
 Méthode simplifiée.
9- Réparation et renforcement des ouvrages groupe (A) est à appliquer pour le groupe (B) en
tenant compte de la maçonnerie.
A- Le domaine élastique de la maçonnerie : La maçonnerie est la première ligne de la
défense d’un ouvrage, ce domaine se termine par l’appariation des fissures inclinée au
remplissage e maçonnerie.
B- Le domaine élastique de la maçonnerie, signifie que c’est le domaine élastique des
portiques qui participent à la résistance latérale d’un ouvrage.
10- Les prescriptions de la conception, calcul des structures et assemblage du groupe A sont
valable pour le groupe (C).
A- Si la résistance et la raideur d’une infrastructure sont insuffisantes pour transmettre
l’effort sismique au sol, on utilise les prescriptions d’interaction (Sol-Structure).
B- La rotation des semelles peut causer des dommages a cloisons, voiles …etc.
C- On réduit la rigidité des linteaux de 30 à 40% et on prend le comportement le plus
défavorable de ces linteaux à l’effort tranchant (T), mas la déformation non- linéaire à
prendre sous l’effet de flexion (Mf).
11- Les prescriptions des groupes A, B, C s’applique D :
A- Lee degré d’endommagement des ouvrages dépend de l’effet d’interaction des
éléments qui lui appartient : inter-portique, voiles, remplissage …etc.
B- Ouvrage endommagé risque d’une insuffisance de résistance et de rigidité au système
ou ossature.

2. Méthodes de réparation et de renforcement des ouvrages en béton armé :

10
Université Larbi Ben M'Hidi/ Oum El Bouaghi 2020 2021 Dr F. Bouabdallah
Module : PATHOLOGIE DES CONSTRUCTIONS/ P.D.C Ch-4 : P.D.S dues aux séismes

Un ouvrage endommagé effectue la réparation ou le renforcement.

A- Classification des réparations et renforcement

1- Renforcement local ou élémentaire avec amélioration des caractéristiques (Rance, K


…) des éléments de la construction.
2- Renforcement ou réparation globale d’un étage avec l’amélioration des caractéristiques
des éléments composant un étage.
3- renforcement ou réparation global d’un ouvrage par l’amélioration des 5Rrance, K …)
pour toute la structure (tout les étages).

Les étapes de la réparation sont:


 Réétudier les éléments endommagés après séisme.
 Amélioré les caractéristiques (Rance, K..).
 Eviter les dommages des éléments pour le futur.
 Protéger les éléments non endommagés.
 Choisir une méthode de réparation ou renforcement adéquat par :
1- Collage : Injection des résines époxy (colle) aux fissures, ou assurer une bonne liaison
entre ancien-nouveau béton avec des émulsions d’époxy.
2- Colmatage : Reconstruire les zones détruites par un nouveau béton.
3- Remplacement des éléments endommagés : détruire complètement l’élément et le
reconstruire à nouveau.

B- Les méthodes de réparation :

Type de réparation Démarches


Elément Longitudinal - Remplacer l’élément par un autre avec plus de (Bt, acier).
Poteau, poutre … - Augmenter la section transversale de Bt remplacé
- Réparer des fissures (horizontales ou oblique …).
- Réparation des briques écrasé aux angles après le séisme.
- Remplacement des murs (de remplissage, en béton ou murs
mixte) sur ou loin des portiques, avec ou sans connecteurs, sans
Elément surfacique cadre ou avec cadre dont la Rance est plus élevé.
Mur de remplissage, - Injection du mortier au joint de (Mur-Ossature).
mur porteur, - Renforcement avec des éléments verticaux (raidisseur, potelets,
planchers … …) en Bt contre le renversement des mur ou voiles, flambement.
- Renforcement par armatures et béton projeté, ou bien treillis à
faible diamètre et mortier (à un ou deux faces des murs).
- Remplacement des dalles par d’autre monolithique, coulé en
place et bien liée au portique avec Rance élevé
- La Rance des fondations est basé sur le renversement (flexion)
des sollicitations pour :
Elément Volumique 1- La superstructure.
Fondation, … 2- Le vide sanitaire et sa Rance correspondante.
- Réparation par émulsion d’époxy (colle) avec reconstruction
partielle ou totale des parties détruite.

11
Université Larbi Ben M'Hidi/ Oum El Bouaghi 2020 2021 Dr F. Bouabdallah
Module : PATHOLOGIE DES CONSTRUCTIONS/ P.D.C Ch-4 : P.D.S dues aux séismes

- Augmentation des dimensions des semelles, avec section de bt


plus élevé sur les fondations ou la liaison entre l’ancien et
nouveau béton est bonne.
- Application de chemisage en Bt, ou jaquette en Bt.A.

- Assurer (Rance, K, ..) suffisante pour l’ensemble d’élément


Renforcement constructif d’un étage.
global d’un étage - Les déplacements d’un étage sont dû aux: Mf, T, rotation des
fondations, flexion du plancher …
- Tenir en compte les interactions locales, matériaux différent,
matériaux d’âge différent ….
- Influence de l’étage renforcé par-rapport aux autres niveaux.
Renforcement de
- Elimination des effets de la torsion de la totalité d la structure.
conception
- Renforcement des fondations ou vide sanitaire en collaborant
avec autres niveaux.
- Effet de choc des ouvrages.

Remarque : Pour plus de détaille, consulter les DTR Algérien pour les constructions
parasismiques.

12

Vous aimerez peut-être aussi