Vous êtes sur la page 1sur 20

rapport LE MARCHé du

bâtiment en 2017 & 2018


face à l’efficacité
Avril
2017 énergétique
sommaire

avant-propos 3

1 - marché du bâtiment 4

1.1 - Un marché, trois secteurs distincts 4


1.2 - 2017, vers une reprise du secteur du bâtiment 5
1.3 - Les principales tendances du marché 6
1.4 - Les axes de développement de la filière 7

2 - EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE & DÉVELOPPEMENT DURABLE 8

2.1 - Qu’est-ce que l’efficacité énergétique ? 8


2.2 - Quelle relation avec le développement durable ? 8

3 - efficacité énergétique, l’enjeu de demain 9

3.1 - Le bâtiment, premier consommateur d’énergie 9


3.2 - L’efficacité énergétique, enjeu environnemental/réglementaire 9
3.3 - L’efficacité énergétique, un enjeu comportemental 12
3.4 - L’efficacité énergétique, un enjeu économique 13

4 - solutions d’FFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE pour les bâtiments 14

4.1 - Améliorer l’efficacité énergétique passive 15


4.2 - Améliorer l’efficacité énergétique active 17

5 - sources 19

Idelec Plus | Le marché du bâtiment en 2017 et 2018 face à l’efficacité énergétique | 02


avant-propos

A
l’heure de définir la thématique de notre premier livre, l’équipe d’Idelec Plus
a naturellement choisi le thème de l’efficacité énergétique des bâtiments.
Pourquoi ce sujet me direz-vous ? Tout simplement parce que nous faisons
aujourd’hui face à trois défis principaux : le réchauffement climatique, la crise
énergétique et le développement durable. Et ces trois challenges ont une problématique
commune : l’énergie.

Pourquoi faire un focus sur la filière du bâtiment ? Car le bâtiment, notamment le


secteur résidentiel-tertiaire, est l’un des plus gros consommateurs d’énergie en Europe
et est le premier poste de consommation énergétique en France, devant les transports
et l’industrie. L’efficacité énergétique des bâtiments représente donc un enjeu majeur
pour les entreprises (et les particuliers) et une formidable source de création de valeur.
Et pourtant, beaucoup reste à faire au niveau des mentalités...

C’est pourquoi, nous vous proposons, à vous, professionnels du bâtiment, de la


construction spécialisée, ou clients, ce rapport qui a pour objectif de dresser un état
des lieux du secteur du bâtiment, de vous donner un aperçu général des enjeux qui se
cachent derrière la performance énergétique et les solutions (notamment électriques)
qui s’offrent à vous pour répondre à ces défis et « faire mieux avec moins ». Nous
verrons ensuite dans un deuxième livre les solutions de manière plus détaillée.

Si pour vous les enjeux de l’efficacité énergétique des bâtiments sont clairs, nous vous
conseillons alors de lire directement notre deuxième livre présentant les solutions.

C’est avec grand plaisir que nous vous proposons ce livre, qui nous l’espérons,
répondra à vos attentes et vous permettra non seulement de mieux appréhender cette
thématique mais surtout de savoir sur quels leviers vous pouvez jouer afin de répondre
dans vos projets d’aujourd’hui aux défis de demain.

Nous vous souhaitons une bonne lecture !

Emmanuel & Laurent GALLAY


Co-gérants ldelec Plus

Idelec Plus | Le marché du bâtiment en 2017 et 2018 face à l’efficacité énergétique | 03


marché du bâtiment
01
CA croissance 2016 croissance 2017

170 Md€ +0,4% +1,3%

1.1 - Un marché, trois secteurs distincts


Le marché du bâtiment fait l’objet de plusieurs classifications. Pour vous donner une
vue d’ensemble du secteur, nous avons choisi une répartition en fonction des codes
NAF. Ainsi, il peut être scindé en trois secteurs distincts.
Le marché de la construction et de la promotion immobilière ;
Le marché du génie civil et des travaux publics (TP) ;
Le marché de la construction spécialisée composé de trois familles : les travaux
d’installation électrique et de plomberie, les travaux de finition, les autres travaux de
construction spécialisée (couverture, zinguerie, maçonnerie...).

Construction Construction Génie Civil &


spécialisée & Promotion Travaux Publics

62,9% du CA 23,8% du CA 13,3% du CA

Electricien, plombier, Promoteur immobilier, Conducteur de


menuisier, plaquiste, contractant général, travaux, chef de chantier,
peintre... etc. constructeur...

Activités Activités Activités

Promotion immobilière
Génie Civil

Construction de
Gros Oeuvre Terrassement
bâtiments résidentiels

Second Oeuvre Forage & Sondage


Construction de
bâtiments non
Eclairage Public
résidentiels

Idelec Plus | Le marché du bâtiment en 2017 et 2018 face à l’efficacité énergétique | 04


01
marché du bâtiment

Construction Construction Génie Civil &


spécialisée & Promotion Travaux Publics

clients clients clients

41,3%
54%
Collectivités locales
Entreprise du BTP ou
(région, département...)
promotion immobilière

32,5%
19%
Particuliers & Secteur privé
Particulier ou syndicat
investisseurs
de copropriété
15,7%
Secteur privé Gestionnaire de réseaux
14%
(EDF, Engie...)
Commande privée
Collectivités
locales 7,9%
9%
Partenariat (autoroute,
Commande publique
aéroport...)

4%
2,6%
HLM
Etat

type d’ouvrage type d’ouvrage type d’ouvrage

34%
Travaux routiers
31%
Maisons individuelles & 19%
lotissements Terrassement
Maisons individuelles &
16,8%
22% lotissements
Eaux, assainissements
Logements collectifs
et autres canalisations
(hors hôtels et foyers) Logements
collectifs (hors hôtels 13,5%
24% et foyers) Travaux électriques
Bureaux, commerces,
usines, exploitations Autres bâtiments 9,1%
agricoles (écoles, hôpitaux, salles Ouvrages d’art
de sport, loisirs...)
18% 2,8%
Autres bâtiments Bureaux, Forage & sondage
(écoles, hôpitaux, salles commerces, usines,
3%
de sport, loisirs...) exploitations
Voies ferrées
agricoles
18% 1%
Ouvrages de travaux Travaux maritime/fluvial
publics
0,8%
Travaux sous-terrain

Source : FNTP 2014 (dernières données disponibles)

Idelec Plus | Le marché du bâtiment en 2017 et 2018 face à l’efficacité énergétique | 05


01
marché du bâtiment

1.2 - 2017, vers une reprise du secteur du bâtiment


Après sept années consécutives de repli entre 2008 et 2015, le secteur du bâtiment a
renoué avec la croissance en 2016 (+1,9% en volume) selon les derniers chiffres
communiqués par la Fédération Française du Bâtiment.

Cette organisation prévoit une croissance de +3,4% en volume pour 2017, portée
principalement par les mises en chantier de logements neufs amorcé dès la fin 2014
(+7,0%). Plus de 410 000 logements seront démarrés en 2017.

Quant au segment de l’entretien-rénovation, il affichera une faible hausse de son


activité (+0,9%). Concernant le non-résidentiel neuf, l’activité renouera enfin avec la
croissance (+4,0%), portée en grande partie par le rebond des bâtiments industriels et
des commerces qui afficheront une forte hausse (+10%) mais aussi la stabilisation de
l’activité des bureaux et des bâtiments administratifs.

Toutefois, la faible commande publique limitera la croissance du non-résidentiel. En


2017, la filière du bâtiment devrait créer plus de 10 000 emplois dont 60% salariés.
Le reste étant de l’intérim. Il faudra tout de même rester vigilant sur les résultats de
l’élection présidentielle qui pourraient avoir un impact important sur la filière.

1.3 - Les principales tendances du marché

croissance Augmentation de faible commande


en 2017 la construction publique
de logements
Mises en chantier En terme de logements
de logements Investissement locatif, non résidentiels
collectifs neufs PTZ, CITE, TVA réduite,
programme « Habiter
Mieux » impact
Hausse de la environnemental
commande privée
développement
Grâce aux logements Réduction de la
des nouvelles consommation des
non résidentiels
(bureaux, entrepôts...) technologies bâtiments

Réseaux électriques Reprise des panneaux


intelligents solaires
hausse du marché (ou smart grids),
de l’entretien domotique, Eco-construction
Gestion Technique du
rénovation
Bâtiment (GTB), Label Qualité
Sur le secteur maquette
résidentiel numérique (BIM)

Idelec Plus | Le marché du bâtiment en 2017 et 2018 face à l’efficacité énergétique | 06


01
marché du bâtiment

1.4 - Les axes de développement de la filière

élargir les développer des etendre le


compétences offres spécifiques maillage du
territoire
Différenciation
Obtenir des marchés
plus importants Montée en gamme Ouverture de
nouveaux sites
Diversifier les Apport de plus de valeur
services proposés aux clients Croissance
externe
Exemples Exemples
Digital Eco-construction Partenariats
BIM Construction modulaire stratégiques
Produits nouveaux

Idelec Plus | Le marché du bâtiment en 2017 et 2018 face à l’efficacité énergétique | 07


02
efficacité énergétique &
développement durable

2.1 - Qu’est-ce que l’efficacité énergétique ?


Au sens stricte du terme, l’efficacité énergétique est le rapport entre l’énergie utilisée
(énergie utile) et l’énergie totale consommée pour le faire fonctionner.

L’efficacité énergétique d’un bâtiment correspond donc au rapport entre l’énergie


utile produite par le bâtiment et celle qu’il absorbe. L’objectif est tout simplement de
diminuer la consommation d’énergie tout en maintenant des conditions d’utilisation et
de confort satisfaisantes.

2.2 - Quelle relation avec le développement durable ?


Le développement durable est
définit par 3 piliers :
- L’environnement environnement
- Le social
- L’économie

vivable viable
L’objectif est de produire des
richesses tout en veillant à durable
réduire les inégalités mais
sans pour autant dégrader social économie
l’environnement. équitable

C’est exactement dans cet


esprit que l’amélioration
de l’efficacité énergétique


s’inscrit.
Le développement durable est un
développement qui répond aux besoins
L’objectif est de transformer
un consommateur d’énergie

du présent sans compromettre la
capacité des générations futures à
en producteur d’énergie et de répondre aux leurs.
répondre ainsi à la production
de richesse. Mme Gro Harlem Brundtland
Premier Ministre norvégien (1987)

Idelec Plus | Le marché du bâtiment en 2017 et 2018 face à l’efficacité énergétique | 08


03
efficacité énergétique,
l’enjeu de demain

3.1 - Le bâtiment, premier consommateur d’énergie


Au sein de l’Union Européenne, le secteur du bâtiment est le premier consommateur
d’énergie avec 40% de la production absorbée (soit plus de 25% des émissions de GES
de la France) devant les transports (25%) et l’industrie (23%). C’est donc naturellement
que les autorités et les gouvernements ont fait de la réduction de la consommation des
bâtiments un de leur axe stratégique.

Pour connaître la performance énergétique d’une construction existante, le


Diagnostic de Performance Energétique (ou DPE) consiste à estimer la consommation
d’un bâtiment. Les dispositifs des Certificats d’Economie d’Energie (ou CEE) ont aussi
été mis en place afin d’encourager la performance énergétique des bâtiments
résidentiels, tertiaires et industriels. Enfin d’autres dispositifs d’incitation ont été mis en
place par l’Etat tels que le crédit d’impots (CITE), la TVA à taux réduit, l’EcoPTZ. Locale-
ment des aides régionales ou intercommunales peuvent être distribuées.

40% 23% 20%


Part de la PART DE LA L’ENGAGEMENT
consommation CONSOMMATION DE L’EUROPE
d’énergie de D’ÉNERGIE DE DE DIMINUTION
l’habitat en L’INDUSTRIE EN DE GES
france FRANCE POUR 2020
source ademe source ademe source ademe

3.2 - Un enjeu environnemental et réglementaire


Face à l’épuisement des ressources fossiles et à la menace du changement climatique,
la maîtrise de la demande en énergie est aujourd’hui l’un des principaux enjeux de notre
société. Nous le savons, le secteur du bâtiment, notamment le résidentiel-tertiaire, est
l’un des plus gros consommateurs d’énergie en Europe. En France, il génère à lui seul
plus de 25% des émissions de gaz à effet de serre (GES). Selon l’Agence Internationale
de l’Energie, les rejets de CO2 devraient augmenter de 43% d’ici 2030. D’après le Groupe
d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC), les émissions de GES
au niveau mondial ont augmenté de 80% entre 1970 et 2010.

Idelec Plus | Le marché du bâtiment en 2017 et 2018 face à l’efficacité énergétique | 09


03
efficacité énergétique, l’enjeu de demain

Les séquelles du réchauffement climatique pourraient être très importantes :


disparition d’espèces animales et végétales, hausse des niveaux marins, désertification,
maladies...C’est pourquoi, l’Union Européenne s’est engagée à réduire ses émissions
de GES de 20% d’ici à 2020 et d’au minimum 49% à l’horizon 2030. Une amélioration de
la performance énergétique peut donc grandement contribuer à atteindre cet objectif.
Bien sûr, tout le monde a un rôle à jouer : gouvernement, entreprises du bâtiment,
institutions publiques/privées, collectivités territoriales, particuliers... Il est devenu
urgent de changer notre façon de produire et de consommer l’énergie ce qui équivaut à
changer nos habitudes de consommation, notre façon de fonctionner.

1997 : Accord de Kyoto visant à limiter


les changements climatiques et lutter
contre les émissions de CO2.

2002 : Directive sur la performance


énergétique des bâtiments (ou DPEB)
2005 : Loi de Programmation fixant
qui vise à répondre aux engagements de
les Objectifs de la Performance
l’UE dans le cadre du protocole de Kyoto.
Energétique (Pope) qui vise à contribuer
Elle a introduit la notion de Diagnostic de
à l’indépendance énergétique, garantir la
Performance Energétique (ou DPE).
sécurité d’approvisionnement, à
garantir un prix compétitif de
l’énergie et à préserver l’environnement
2006 : Directive européenne sur et un accès à l’énergie pour tous. Elle
l’efficacité énergétique dans les a par exemple créé les dispositifs de
utilisations finales et aux services Certificats d’Econimie d’Energie (ou CEE).
énergétiques qui contient des
mesures obligatoires pour les Etats pour
accélérer l’atteinte de l’objectif européen 2008 : Paquet européen Energie Climat
de 20% de l’efficacité énergétique d’ici à 3*20 de l’UE (ou Climat-Energie) qui a
2020. A partir de septembre, la RT 2005 pour objectif de réduire les émissions
s’applique aux permis de construire pour de GES et de diminuer la dépendance
les nouvelles constructions. à l’égard du gaz et du pétrole. Il fixe 3
objectifs d’ici à 2020 : réduire de 20% les
émissions de GES par rapport à 2005,
2009 : Loi Grenelle I améliorer la performance énergétique
2010 : Loi Grenelle II (révision) de 20%, faire passer la proportion des
énergies renouvelables dans la
consommation énergétique totale de
l’UE à 20%. Les bâtiments publics de
plus de 1000m² doivent afficher le DPE.
2012 : conférence environnementale
sur le développement durable sur la
transition énergétique qui vise à assurer
la transition énergétique et à contribuer
2015 : Loi de Transition Energétique pour
à la préservation et la restauration de la
une Croissance Verte dont les principaux
biodiversité.
objectifs sont : réduire les émissions
de GES de 40% entre 1900 et 2030 et
diviser par 4 les émissions de GES entre
2013 : Plan de Rénovation Energétique 1990 et 2050 + réduire la consommation
de l’Habiat (ou PREH) : diviser par 4 les énergétique finale de 50% d’ici à 2050
émissions de GES d’ici à 2050. par rapport à 2012 + porter la part des
énergies renouvelables à 23%
de la consommation finale brute
d’énergie en 2020 et et à 32% en 2030 +
2014 : Paquet européen Energie diminuer la consommation énergétique
Climat 2030 qui fixe 3 objectifs majeurs : primaire d’énergies fossiles de 30% par
réduire les émissions de GES d’au rapport à 2012 + atteindre un niveau de
moins 40% par rapport à 1990, performance énergétique conforme
améliorer la performance énergétique aux normes BBC pour tous les
d’au moins 27% et porter la part des logements d’ici à 2050 + réduire de 50% la
énergies renouvelables à au moins 27%. production de déchets.

Idelec Plus | Le marché du bâtiment en 2017 et 2018 face à l’efficacité énergétique | 10


03
efficacité énergétique, l’enjeu de demain

Le plan de rénovation énergétique dans le neuf


Depuis 1973 et la première crise pétrolière, les réglementations thermiques (RT) ont
grandement réduit les consommations des bâtiments neufs. Elles ont conduit, depuis
la première réglementation thermique en 1974 à la RT 2005, à une réduction de 50% des
consommations de chauffage en l’espace de 30 ans.

De la RT 2012 à la RT 20XX ?
Applicable depuis le 1er janvier 2013 avec le but de répondre aux objectifs
établis par le Grenelle de l’Environnement et à la directive 2010/31/EU, la nouvelle
réglementation RT2012 impose à tous les bâtiments neufs (tertiaires, publics,
résidentiels) une consommation d’énergie maximum de 50 kWhEP/m²/an en moyenne.
Les bâtiments basse consommation (BBC) deviennent la norme de construction.
Pour préparer la prochaine réglementation, l’expérimentation et son label E+C- ont
été lancés en novembre 2016 dans l’objectif d’intégrer le bilan carbone en plus des
consommations énergétiques. Ainsi, la future réglementation devrait s’appeler
« Réglementation Environnementale » et non plus simplement « Thermique ». On
devrait donc logiquement entendre parler des construction de bâtiments à énergie
positive (BEPOS), c’est-à-dire des bâtiments qui produisent plus d’énergie qu’ils n’en
consomment.

Le plan de rénovation énergétique de l’habitat (PREH)


Lancé en 2013, le plan de rénovation énergétique de l’habitat a été mis en place pour
fixer les objectifs annuels attendus en matière de rénovation massive des bâtiments
existants. Le plan vise avant tout à lutter contre la précarité énergétique, à informer
et orienter les particuliers sur les possibilités de rénovation de leurs logements et à
structurer la filière économique de la rénovation. A compter de 2014, l’objectif était
de rénover 180 000 logements privés, dont 38 000 occupés par des habitants en
situation de précarité, auxquels s’ajoutent 90 000 logements sociaux. A partir de cette
année 2017, l’objectif est de rénover 380 000 logements privés, dont 50 000 logements
occupés par des habitants en situation de précarité, auxquels s’ajoutent 120 000
logements sociaux.

Autres réglementations en vigueur


- La RT existant par élément
- La RT existant globale
- Label HPE Rénovation
- La directive 2010/31/EU sur l’efficacité énergétique des bâtiments : améliorer de
20% la performance énergétique des bâtiments à l’horizon 2020 (BEPOS)
- La directive 2012/27/UE sur la performance énergétique : performances liées aux
consommations des systèmes avec un étiquettage énergétique (ex : pompes...)

Idelec Plus | Le marché du bâtiment en 2017 et 2018 face à l’efficacité énergétique | 11


03
efficacité énergétique, l’enjeu de demain

3.3 - L’efficacité énergétique, un enjeu comportemental


Améliorer la coopération entre professionnels
La technicité de construction, la garantie de performance, la maîtrise des coûts vont
imposer aux acteurs du bâtiment des niveaux d’expertise poussée. Il est important que
ces acteurs se tournent de plus en plus vers des partenariats d’experts pour évaluer en
amont les projets d’un point de vue énergétique.


La recherche d’efficacité énergétique dans le bâtiment suppose une
mutation profonde de la filière, pas seulement les entreprises du
bâtiment mais en amont ceux qui conçoivent les bâtiments.
L’architecte va devoir apprendre à travailler de manière plus intime
avec le bureau d’études thermiques dès le premier coup de crayon
car le positionnement, sur le terrain, du bâtiment va déterminer son “
score énergétique et, en aval, ceux qui gèrent les bâtiments collectifs,
les syndics, les administrateurs d’immeubles, comme les occupants
eux-mêmes vont devoir apprendre à vivre dans un logement économe
M. Philippe PELLETIER
Président du Comité Stratégique du Plan Bâtiment Durable

Il ne sera donc pas rare à l’avenir de voir intervenir dans la phase de conception
l’architecte, le bureau d’études thermiques et l’électricien. Une complémentarité
accrue entre le savoir-faire des opérateurs (qui connaissent parfaitement le bâtiment,
les usagers...) et les nouvelles technologies (système de gestion de l’énergie, Big
Data...) apparaît essentielle afin de piloter correctement l’efficacité énergétique.

Former plus & former mieux !


La formation doit opérer un changement pour atteindre deux objectifs : former plus
et former mieux ! Former plus car « chaque année, le nombre de jeunes formés aux
métiers du bâtiment est de 50 000 là où les besoins sont estimés à 100 000
nouveaux entrants », conclue le rapport d’activité du Plan Bâtiment Grenelle 2011. Il est
donc nécessaire d’améliorer l’attractivité de la filière.

Former mieux car tous les corps de métier sont impactés par cette notion d’efficacité
énergétique. Il est essentiel que dès la formation initiale, les élèves soient sensibilisés à
cette notion. De plus, de nouveaux métiers risquent de voir le jour, il faudra donc former
nos futurs acteurs à ces métiers.

Enfin, les réglementations et les technologies étant régulièrement en mutation, il est


nécessaire d’ancrer les professionnels du bâtiment dans une démarche de formation
continue pour qu’ils soient toujours à jour et puissent ainsi répondre aux nouvelles
exigences et demandes.

Idelec Plus | Le marché du bâtiment en 2017 et 2018 face à l’efficacité énergétique | 12


03
efficacité énergétique, l’enjeu de demain

3.4 - L’efficacité énergétique, un enjeu économique


Un parc vétuste, onéreux et surtout énergivore !
Avant 1975, la France a construit massivement (environ 19 millions de logements
construits). Ils représentent 58% des logements en France et consomment en moyenne
2 à 3 fois plus d’énergie que les logements récents. Le vieillissement de ce parc
associé à un faible taux de renouvellement (<1%) est un grand frein à l’amélioration de
l’efficacité énergétique.

De nouvelles perspectives d’emploi


L’amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments ouvre des perspectives
industrielles importantes. Notamment à des acteurs développant des technologies
innovantes coûteuses comme Bouygues, Schneider Electric, etc. Toutes ces nouvelles
technologies nécessitent l’acquisition de nouvelles compétences par les acteurs de la
construction du bâtiment.

Etude des installations électriques existantes


Proposition d’une solution sur-mesure
Calcul de rentabilité et plan de financement

PRENDRE RENDEZ-VOUS

Idelec Plus | Le marché du bâtiment en 2017 et 2018 face à l’efficacité énergétique | 13


04
solutions d’efficacité énergétique
pour les bâtiments

Nous l’avons vu, les bâtiments représentent à eux seuls plus de 40% de la
consommation d’énergie en France (selon l’Ademe). Plus de trois-quarts des
gisements d’économies d’énergie et de diminution des émissions de gaz à effet
de serre se trouvent dans les bâtiments existants.

Pour contribuer à la performance énergétique des bâtiments, tout le monde s’accorde


à dire qu’il existe principalement deux leviers qui peuvent être activés : les solutions
passives et les solutions actives. En revanche, personne ne s’accorde encore sur la
catégorisation de ces deux solutions.

Efficacité Efficacité Efficacité


Energétique
Passive (EEP)
+ Energétique
Active (EEA)
= Energétique
Totale

solutions passives et actives : une première vision


Pour certains, l’efficacité énergétique passive concerne le bâti, c’est-à-dire
l’enveloppe du bâtiment uniquement. Cela consiste à éviter les déperditions
d’énergie en renforçant la performance technique du bâtiment (isolation des murs,
isolation des combles, étanchéité à l’air, triple vitrage...). Et les solutions actives
combinent une amélioration du rendement énergétique des équipements techniques
(chaudière, éclairage...) et une gestion de l’énergie basée sur la mesure, le pilotage et la
régulation des énergies du bâtiment selon les usages.

solutions passives et actives : une deuxième vision


Pour d’autres, et c’est celle que nous retiendrons dans ce rapport, les solutions
passives englobent toutes les actions d’amélioration du bâti mais aussi des
systèmes énergétiques (équipements de chauffage, d’éclairage...). Et les solutions
actives agissent sur l’exploitation, les usages et l’optimisation des flux énergétiques
par l’intermédiaire de systèmes efficaces/intelligents de mesure, de contrôle et de
régulation (variateurs de vitesse, détecteurs de présence, variateurs d’éclairage...).

Idelec Plus | Le marché du bâtiment en 2017 et 2018 face à l’efficacité énergétique | 14


04
les solutions d’efficacité énergétique pour les bâtiments

4.1 - Améliorer l’efficacité énergétique passive


A quoi se rapportent-elles ?
Elles se rapportent donc à l’enveloppe du bâtiment : l’architecture du bâti (isolation,
ouvrants, toiture, plancher, perméabilité à l’air...), le chauffage (pompe à chaleur,
chaudière à condensation, équipements d’eau chaude sanitaire...) et l’éclairage.
Ainsi, par l’installation de systèmes plus efficaces qui rendent le même service en
consommant moins et l’utilisation de matériaux plus performants, il est désormais
possible de réaliser des économies d’énergie importantes.

Efficacité énergétique passive Efficacité énergétique active


Automatisation, Régulation & Mesure
Bâti / Architecture & Equipements
(gestion du bâtiment, variation de vitesse, contrôle de
(isolation intérieure ou extérieure, menuiserie,
l’éclairage et des systèmes climatiques, analyse des
appareils à faible consommation...)
données, compteurs, maintenance et surveillance...)

Idelec Plus | Le marché du bâtiment en 2017 et 2018 face à l’efficacité énergétique | 15


04
les solutions d’efficacité énergétique pour les bâtiments

Architecture (construction ou rénovation)


Le premier levier sur lequel les acteurs (architectes,
constructeurs, contractants...) peuvent jouer est
la construction du bâtiment en lui-même. Quelle
exposition dois-je choisir ? Comment implanter le
bâtiment en prenant en compte l’environnement

+13% extérieur ? Quels matériaux choisir pour construire le


bâtiment ? Voici des questions majeures auxquelles
d’économies
d’énergie les acteurs de la construction doivent répondre.
en 2010
grâce à une Leviers d’action
meilleure
- Isolation thermique
isolation du
bâti - ER (panneaux photovoltaïques, géothermie...)
- Qualité des systèmes génie climatique
source ademe
- Nature des matériaux utilisés
- Gestion des déchets

Systèmes de chauffage
Le poste chauffage absorbe environ 2/3 de l’énergie
totale consommée dans le résidentiel en France pour
des bâtiments anciens.

+40% C’est donc un axe d’économie important dans


l’amélioration de l’efficacité énergétique qui peut se
D’ÉCONOMIES
D’ÉNERGIE EN 2010 faire au travers d’équipements plus efficaces :
GRÂCE À UN - Chaudières à condensation
MEILLEUR SYSTÈME
- Chaudière basse température
DE CHAUFFAGE
- Chauffage à base d’énergies renouvelables (pompe
source ademe
à chaleur, photovoltaïque...) ou encore le bois.

Systèmes d’éclairage
L’éclairage et l’électroménager absorbent 15% de
l’énergie consommée dans le résidentiel. Un choix
judicieux des matériels et le respect des normes
d’éclairage permet ainsi d’améliorer la qualité et la
performance énergétique.
15% - Luminaire avec alimentation électronique (25%)
part de - Luminaire avec alimentation électronique avec
l’éclairage et de gradateur manuel ou avec horloge etprogrammation
l’électroménager horaire (35%)
dans la - Luminaire avec alimentation électronique gradable
consommation de et cellule de gestion de lumière OU détection de
l’énergie dans présence (50%)
le résidentiel - Luminaire avec alimentation électronique gradable
source ademe et cellule de gestion de lumière ET détection de
présence (70%)

Idelec Plus | Le marché du bâtiment en 2017 et 2018 face à l’efficacité énergétique | 16


04
les solutions d’efficacité énergétique pour les bâtiments

4.2 - Améliorer l’efficacité énergétique active


Les solutions d’efficacité énergétique actives, qu’est-ce que c’est ?
Les solutions d’efficacité énergétique « actives » ont pour objectif de superviser, gérer
et optimiser le fonctionnement des systèmes et des équipements afin de diminuer la
consommation d’énergie et améliorer la qualité de l’énergie en consommant l’énergie
« juste nécessaire » permettant ainsi de réduire la facture énergétique.

A quoi se rapportent-elles ?
Elles se rapportent donc à la gestion de l’énergie, la domotique ou encore la Gestion
Technique du Bâtiment (GTB). Cela comprend aussi des systèmes intelligents de
mesure, de contrôle et de régulation des consommations (électricité, chauffage,
climatisation, ventilation...) : thermostats intelligents, compteur intelligent, gestion de
l’éclairage, des prises de courant, système de comptage, etc. Contrairement aux idées
reçues, le retour sur investissement (ROI) de ce type de solution peut être rapide.

l’efficacité énergétique active dans un bâtiment résidentiel

- Mesure des consommations


- Gestion de l’éclairage
- Variation de vitesse (ventilation, ascenceur...)
- Régulation chauffage, ventilation, climatisation
- Pilotage des ouvrants
- Gestion Technique du Bâtiment (GTB)
- Optimisation de la qualité de l’énergie
- Services et téléservices
- Energies Renouvelables (ENR)

l’efficacité énergétique active dans un bâtiment INDUSTRIEL

- Mesure des consommations


- Compensation d’énergie réactive
- Système d’automatisme
- Gestion de l’énergie
- Moteur à haut rendement et variateurs de vitesse

Idelec Plus | Le marché du bâtiment en 2017 et 2018 face à l’efficacité énergétique | 17


04
les solutions d’efficacité énergétique pour les bâtiments

Ces deux types de leviers (comprenez solutions passives et solutions actives)


permettent de réaliser des économies d’énergie dans les bâtiments et de contribuer à la
préservation de l’environnement.

Les solutions dites « passives » impliquent des investissements plus importants (ceux
qui concernent le gros oeuvre) et s’inscrivent donc dans des stratégies à moyen/long
terme. Elles doivent donc être pensées dès le départ.

L’efficacité énergétique passive est donc essentielle mais ne fait pas tout. C’est bien
souvent le premier levier qui est activé, que ce soit dans les bâtiments neufs comme
dans les bâtiments anciens. Mais, force est de constater qu’elle ne fait pas tout.

En effet, afin d’être efficace énergétiquement parlant, les bâtiments doivent être
surveillés, contrôlés et pilotés de manière intelligente pour avoir des performances
élevées. D’autant plus qu’elles peuvent être mises en place rapidement et qu’elles
sont particulièrement rapides en terme de retour sur investissement (ROI) dans
l’existant comme dans le neuf.

Etude des installations électriques existantes


Proposition d’une solution sur-mesure
Calcul de rentabilité et plan de financement

PRENDRE RENDEZ-VOUS

Idelec Plus | Le marché du bâtiment en 2017 et 2018 face à l’efficacité énergétique | 18


05
sources

FFB
Fédération Française du Bâtiment
33 avenue Kléber - 75784 Paris Cedex 16
www.ffbatiment.fr

CAPEB
Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment
2 rue béranger - 75003 Paris
www.capeb.fr

ADEME
20 avenue du Grésillé BP 90406 - 49004 Angers Cedex 01
L’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie
www.ademe.fr

FNTP
Fédération Nationale des Travaux Publics
3 rue Berri - 75008 Paris
www.fntp.fr

Schneider Electric
www.schneider-electric.fr

Engie
1 place Samuel de Champlain, Faubourg de l’Arche - 92930 Paris La Défense
www.engie.com

Autres sites / études


L’efficacité énergétique de l’établissement (Educ.gouv, 2013)
www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr
www.rt-batiment.fr

Idelec Plus | Le marché du bâtiment en 2017 et 2018 face à l’efficacité énergétique | 19


pour un choix éclairé
Nous contacter

22 avenue Eugène Hénaff


69120 VAULX-EN-VELIN
Tel 04 72 97 07 92
Fax 04 72 97 07 98
contact@idelecplus.com
Réalisée par IDEAGENCY

w w w. i d e l e c p l u s . c o m

demander une consultation


énergétique

Vous aimerez peut-être aussi