Vous êtes sur la page 1sur 2

Hédi Chennoufi 2°5

Dissertation :

(J’ai fait la dissertation avant qu’on fasse la conférence et qu’on


élabore le plan ensemble)

L’Histoire du Chevalier des Grieux et de Manon Lescaut, plus communément


appelé Manon Lescaut, est un roman de l’abbé Prévost. Le livre étant jugé
scandaleux à deux reprises (1733 et 1735), saisi et condamné à être brûlé,
l’auteur publie en 1753 une nouvelle édition de Manon Lescaut revue. Les
qualités humaines du roman séduisirent rapidement le public et feront sa
célébrité. Selon Gustave Flaubert : « Ce qu’il y a de fort dans Manon Lescaut,
c’est le souffle sentimental, la naïveté de la passion qui rend les deux héros si
vrais, si sympathiques, si honorables, quoiqu’ils soient fripons. C’est un grand
cri de cœur, ce livre la composition en est fort habile, quel ton d’excellente
compagnie ! » Pourquoi Flaubert trouve Manon Lescaut si réussi et quel
paradoxe met-il en scène ? Dans la citation si dessus, Flaubert déclare qu’il a
été sensible, captivé par les deux personnages principaux (des Grieux et
Manon) qui pourtant, comme il le rappelle, sont des fripons : « deux héros si
vrais, si sympathiques, si honorables, quoiqu’ils soient fripons »
Nous verrons dans un premier temps, l’immoralité des personnages de Des
Grieux et de Manon, puis dans un second temps, nous nous pencherons sur les
raisons de l'attachement du lecteur à ce type de personnage.

En se laissant dominer par sa passion pour Manon, Des Grieux s’est


condamné à une vie d’immoralité et de malheur. La force de ses sentiments
pour cette fille voile sa moralité. Il est victime de la fatalité de son amour pour
Manon. « Par quelle fatalité, disais-je, suis-je devenu si criminel ? L’amour est
une passion innocente ; comment s’est-il changé, pour moi, en une source de
misères et de désordres ? » Comme il le dit il est devenu criminel, un voleur, un
tricheur, capable des crimes les plus graves qu’on peut commettre tel que tuer.
Néanmoins, le déchirement qu’il ressent permet au lecteur d’apercevoir les
dangers de sa passion qui le ronge. Plusieurs fois dans le roman, Des Grieux
s’enfuit pour vivre avec Manon. De plus à cause de sa passion choisit d’ignorer
sa famille et de négliger son amitié avec Tiberge, qui pourtant est censé être
Hédi Chennoufi 2°5

son meilleur ami.


Manon elle, entraîne Des Grieux dans un tas de mésaventures. Les deux
amants vivent ensemble, s’aiment passionnément, mais Des grieux ayant
rompu avec sa famille, le couple manque d’argent : Manon jeune fille, aime le
luxe et les plaisirs. Pour subvenir aux besoins du couple, elle décide de prendre
un amant, un riche fermier général, qu’elle voit en secret. On assiste à la
première tromperie de Manon. D’autres suivront bien sûr car Manon aime le
luxe, la vie facile. Elle ira même jusqu’à se prostituer, à vendre son corps à
d’autres personnes.

On s’attache à ses personnages, car nous sommes tout au long du récit proche
de Des Grieux et de Manon (point de vue interne). Mais le plus impressionnant
dans ce récit, c’est le thème de l’amour qui est mis au premier plan. Comme
l’explique Flaubert : « Ce qu’il y a de fort dans Manon Lescaut, c’est le souffle
sentimental, la naïveté de la passion qui rend les deux héros si vrais si
sympathiques, si honorables, quoiqu’ils soient fripons. » La sincérité des
sentiments des personnages l’un pour l’autre importe plus que leurs actes.
Face à un homme qui ment, triche, va jusqu’à tuer, et une femme qui vend son
corps, le lecteur éprouve cependant pour eux de la sympathie. Ils sont jeunes
et inconscients, ils s’aiment et cela devient aux yeux du lecteur le plus
important. On peut pardonner leur actes. Et ils changent aussi au cours du
roman : des Grieux abandonne tout, catégorie sociale, richesse, famille, amis,
réputation. Malgré ses actes, Manon reste un personnage attachant grâce à la
sincérité de l’amour qu’elle éprouve pour Des Grieux, sa lettre et les dernières
tendresses qu’elle a pour lui, témoignent de cet amour.
Ce qui fait la différence avec d’autres personnages immoraux d’autres romans
qui nous agacent, c’est que Des Grieux et Manon sont immoraux par passion et
non pour leur intérêt, réussite personnelle.

Pour conclure, Flaubert trouve ce roman réussi grâce au paradoxe (L’opposition


entre l’amour et la friponnerie) qu’il y a : Malgré la sincérité de leur amour l’un
pour l’autre, et leur inconscience qui les rend si attachants aux yeux du lecteur,
ils ont commis des faits malhonnêtes entre eux et graves.