Vous êtes sur la page 1sur 70

avril – mai – juin 2019

BOIS+
BOIS+ N° 50
6,00 E
DOM : 6,50 e
BEL/LUX : 6,90 e
CH : 9,50 FS
MAR : 68 Dh
N CAL/S : 890 xpf
POL/S : 990 xpf
PORT. CONT : 6,80 e
TUN : 20 tnd

50
TOUT FAIRE AVEC VOTRE ÉLECTROPORTATIF

4 RÉALISATIONS DÉTAILLÉES !
Défonceuse : les renforts de coupe d’onglet

•D  es étagères en zigzag
• Une jardinière pour enfants
• U n bracelet « cuff » en placage
• Un tabouret réglable en hauteur

TECHNIQUE DÉFONCEUSE MATÉRIEL

Les renforts de coupe d’onglet Perceuse-visseuse sans fil :


faire le bon choix !
13 année avril – mai – juin 2019
e

50 L 17660 - 50 - F: 6,00 € - RD
BOIS+ est sur
tablette et smartphone !
Travail du bois Usinage du métal Équipement d’atelier
+ de 140 000 produits sur Consultez
metiers-et-passions.com vos numéros
sur l’application
Profitez de 10% de réduction* mobile BLB-bois
avec le code BP0050
promo
Accès simple et rapide aux numéros

POLIGNY STRASBOURG Extraits gratuits


7 000 produits Show room / Magasin / 10
Show room / Magasin / 000 produits

Articles complémentaires gratuits


Horaires d'ouverture : du
lundi
de BOIS+ accessibles en un seul clic
lundi au vendredi 9h00 à 12h00 - 14h0 au vendredi
Horaires d'ouverture : du 0 à 17h00 0 à 18h00
et le samedi 9h00 à 12h0
8h30 à 12h00 - 13h3 0

Zone Industrielle Zone Industrielle de Brumath


Rue François Arago - 39800 Poligny
Tél. 03 84 52 28 13
6, rue de Londres - 67670 Mommenheim
Tél. 03 88 78 50 49
Téléchargez gratuitement
01 34 30 39 00
Pour commander : l’application BLB-bois
Pour des renseignements techniques : 02 32 60 27 74
(prix d'un appel local depuis un poste fixe) Consultation libre dans le cadre de l’abonnement à BOIS+ formule B application.
ventes@metiers-et-passions.com Possibilité d’achat au numéro hors abonnement formule B application (4,49 €).
* Conditions sur le site. Valable une fois par client durant 2019. Pour toutes questions : contact@blb-bois.com

Simple et rapide
TW 8CPHJ
GABARIT DE PERÇAGE
OBLIQUE 8 PCS
Le guide de perçage oblique TW8CPHJ est une solution
rapide et facile pour créer des joints robustes dans le bois
aussi bien à l’atelier maison qu’au chantier.
Equipé d’un serre-joint, le guide peut être rapidement
ajusté à l’épaisseur du matériau utilisé, et vous permet
ainsi de percer de façon précise.

3ANS
GARANTIE DE

Trouvez votre revendeur le plus proche sur TRITONTOOLS.FR


Sommaire N° 50
Sommaire N° 502
Édito- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
P. 4
P. 4

Entraide -- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 3
Infos/conseils
Perceuse-visseuse
Sommaire-- - - - - - - - - - - - - -sans fil : faire le bon choix !- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 4
------------------------------------------------------------------- 1

P. 10 Éditorenforts
Les ----------------------------------------------------------------------------------------- 2
de coupe d’onglet- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 12
P. 12
Entraide-- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 3
Une table de travail multifonction- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 4
DOSSIERS
Les inclusions RÉALISATIONS -------------------------------------------------------------------------- 10

DOSSIERS RÉALISATIONS
P. 18
Ce que
Des l’on conçoit
étagères bien
murales ense fabrique
zigzag - - - - - - - -facilement ! 18
- - - - - - - - - - - - - - - - -- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 20

Jardinière pour enfants- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 27

Un bracelet « cuff » en placage-- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 34

P. 27 Un tabouret réglable en hauteur- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 42


VOTRE
PLAN
CENTRAL

Le renfort de coupe d’onglet en sifflet- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 53

Infos/conseils
+ Facile- - - - - - - - - - - - - - -(suite)
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 60
P. 53

Les pâtes et mastics à bois. Réparez


 en toute discrétion !- - - - - - - - - - - 50
Carnet d’adresses
Mémodico - - - - - - - - - - - -- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 64
59
P. 50
+ Facile- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 60
Formations
Carnet d’adresses - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 64
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 64
P. 60
Formations- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 64
N° 50 – BOIS + 1
Édito MERCI !

50 numéros, 12 hors-série : tout cela grâce à vous, grâce à votre fidélité,


votre enthousiasme… à votre indulgence aussi parfois… Qui l’eut cru ?
Un grand MERCI donc à vous qui lisez ces lignes !
En mai 2006, quand le projet BOIS+ est né lors d’une réunion de rédaction du
Bouvet, le pari n’était pas gagné d’avance. La presse commençait à souffrir,
l’Internet 2.0 s’installait dans les foyers… et pourtant il fut décidé de lancer une
revue destinée à celles et ceux qui avaient envie de se mettre au travail du bois, à
tous ceux qui n’avaient pas forcément beaucoup de place, ni forcément beaucoup
d’outillage, mais qui voulaient tout de même se faire plaisir en fabriquant eux-
mêmes des petits meubles, des objets de décoration, des jeux…
L’automne 2006 fut donc très chargé pour la rédaction du Bouvet de l’époque
(Hugues et Jean Noël) et pour votre serviteur, fraîchement recruté au sortir d’un
peu moins de 15 années d’ébénisterie artisanale et industrielle ! Il s’agissait
de créer un media à partir de rien : les thèmes, les rubriques, la maquette…
Objectif : le n°1 en kiosque le 2 janvier 2007. Vous avez déjà fait ça, vous ?
Moi, c’était la première fois ! Eh bien, je vous le conseille : c’est extrêmement
motivant et vivifiant pour les neurones !
Mais au fait, elle va s’appeler comment cette revue ? Brico bois, Electrobois,
Bricopassion, Woodpassion, Copeaux loisir, Bois créatif… euh... et pourquoi pas
BOIS+ ? C’est pas forcément très clair, mais c’est percutant ! Allez : il nous reste
64 pages à remplir… et on l’a fait. Nous voici donc 12 années plus tard avec
le numéro 50 !
Merci donc à tous ceux qui, de près ou de loin, lecteurs, auteurs, partenaires,
annonceurs… ont permis à BOIS+ d’exister et de durer ! Rendez-vous au n°100 !

Christophe Lahaye,
Rédacteur en chef de BOIS+

Retrouvez BLB-bois sur les réseaux sociaux

Dans ce numéro vous trouverez des codes QR qu’il vous suffit de « scanner » avec
un smartphone ou une tablette pour accéder à du contenu illustrant l’article concerné.
Votre téléphone ou votre tablette doit évidemment être équipé d’une application spécifiquement
dédiée à l’interprétation de ces codes, et disposer d’une connexion Internet valide.

BOIS+ • Trimestriel paraissant aux mois 01/04/07/10, édité par Martin Media, S.A.S. au capital de 153 000 €, 55800 Revigny-
sur-Ornain • Directeur de la publication : Arnaud Habrant • Directeur des rédactions : Charles Hervis • Rédacteur en
chef : Christophe Lahaye • Secrétaire de Rédaction : Hugues Hovasse • Correctrice : Nathalie Bernier • P.A.O. : Hélène
Mangel • Crédits photo : Laurent Bonnefille, Geneviève Dier, Sébastien Foucher, Olivier de Goër, Bruno Meyer, Mariette Sardin,
Vincent Simonnet • Directeur Marketing / Partenariat : Stéphane Sorin, marketing@martinmedia.fr • Publicité : Anat Régie
(Marie Ughetto), tél. 01 43 12 38 15 • Rédaction, administration : 10, avenue Victor-Hugo – 55800 Revigny-sur-Ornain –
Tél. : 03 29 70 56 33 – Fax : 03 29 70 57 44 – E-mail : boisplus@martinmedia.fr • Imprimé en France par Corlet Roto, 53300
Ambrières-les-Vallées. Origine du papier : Belgique. Taux de fibres recyclées : 0 %. Papier issu de forêts gérées durablement,
certifié PEFC. Eutrophisation : 56 gr / T. • ISSN 1955-6071. Commission paritaire n° 0222 K 88740 • Diffusion : MLP • Vente
au numéro et réassort : Mylène Muller, tél. 03 29 70 56 33 • Dépôt légal : avril 2019 • © 04-2019. Tous droits de reproduction
(même partielle) et de traduction réservés. Abonnement : 29 e. • Les textes parus dans BOIS+ n’engagent que leurs auteurs.
Manuscrits non rendus •

2 N° 50 – BOIS +
Entraide
Vous êtes bloqué par un problème technique, vous aimeriez un conseil pour aborder un usinage un peu compliqué ?
@
boisplus@martinmedia.fr

Cette rubrique est la vôtre ! Vous avez triomphé d’une difficulté technique grâce à une astuce, vous avez imaginé des dispositifs
ingénieux pour tirer le meilleur de votre outillage électroportatif ou pour transformer ponctuellement votre garage en un atelier
tout à fait fonctionnel ? Cette rubrique est aussi la vôtre !

Réf. 50-A – Le sens des serrures


« Bonjour
Je vous sollicite car j’ai besoin de remplacer une serrure de porte intérieure et j’ai un peu de mal avec la notion de droite et
gauche. Je m’explique : quand je cherche sur le web, je trouve des serrures droite et des serrures gauche. Mais comment
on fait pour savoir si une porte est droite ou gauche… Ça dépend de quel côté on se trouve, non ? C’est quoi la règle ?
Merci. »
M. Pelatart. (56)
Bonjour Monsieur Pelatart. Très bonne question ! Comme vous le soupçonnez, il y a bien une règle, ou plutôt des règles,
qui correspondent à une certaine logique et qui permettent de déterminer de manière certaine si on a besoin d'une serrure,
ou d'une paumelle, droite ou gauche. n

Une question de bons sens ! EXTÉRIEUR EXTÉRIEUR

Comme les paumelles et les portes, les serrures


ont un sens : à gauche ou à droite. Avant
de le définir, il nous faut d’abord distinguer
d’un côté les menuiseries (portes d’entrée ou PAUMELLES PAUMELLES
À DROITE À GAUCHE
de communication entre deux pièces) et de l’autre
les portes de meubles. OUVERTURE VERS PORTE
L’INTÉRIEUR, SERRURE OUVERTURE VERS
• En menuiserie, on considère qu’une porte peut PORTE « MAIN GAUCHE TIRANTE » L’INTÉRIEUR, SERRURE
« MAIN DROITE »
s’ouvrir vers l’intérieur ou l’extérieur en tirant ou « MAIN GAUCHE » « MAIN DROITE TIRANTE »
poussant la porte. Cela ne simplifie pas les cas ! PORTE PORTE
Dans le cas d’une serrure dite « encloisonnée », « MAIN DROITE » « MAIN GAUCHE »
qui vient en applique sur la porte, si la serrure
se trouve en applique sur la même face que
les paumelles, on parle de « sens tirant ». PAUMELLES PAUMELLES
Si à l’inverse elle se trouve sur la face opposée À GAUCHE À DROITE

aux paumelles (les paumelles ne sont plus


visibles), on parle alors de « sens poussant ».
On doit aussi définir si la serrure est à
INTÉRIEUR INTÉRIEUR
« main gauche » ou à « main droite ». Elle sera
OUVERTURE OUVERTURE
à « main droite tirant » si elle se trouve à droite VERS L’EXTÉRIEUR SERRURE VERS L’EXTÉRIEUR SERRURE
des paumelles. Elle sera à « main gauche tirant » « MAIN GAUCHE POUSSANTE » « MAIN DROITE POUSSANTE »

si elle se trouve à gauche des paumelles.


Dans le cas d’une porte poussée, on dira : « main gauche poussant » ou « main droite poussant ». Ouf ! Cela dit, si l’on considère
par exemple les serrures à larder, il faut savoir que le pêne demi-tour est presque toujours réversible, ce qui signifie
qu’une même serrure peut être « main gauche » ou « main droite ».
• En ameublement, c’est plus simple, on parle
OUVERTURE À GAUCHE OUVERTURE À DROITE
uniquement de sens tirant. Les portes s’ouvrant
toujours en tirant vers l’extérieur du meuble. INTÉRIEUR INTÉRIEUR

Si l’on tire vers la droite, on parle de « serrure


main droite ». Sens tirant vers la gauche :
« serrure main gauche ». Notez au passage que SERRURE SERRURE
« MAIN GAUCHE » « MAIN DROITE »
l’ouverture en tirant est ici à l’inverse des portes TIRANT EXTÉRIEUR TIRANT EXTÉRIEUR
de menuiserie. n

N° 50 – BOIS + 3
Par Olivier de Goër

+ Matériels

Perceuse-visseuse sans fil :


faire le bon choix !
Non, ce ne sera pas un banc d’essais cette fois-ci ! J’avais bien
initialement prévu de tester des perceuses sans fil, mais devant
l’ampleur de l’offre (souvent plus d’une dizaine de modèles
par fabricant, soit des centaines au total), cela n’aurait eu
aucun sens d’en choisir arbitrairement une dizaine.
J’ai donc opté pour un passage en revue des critères de choix.

4 N° 50 – BOIS +
Perceuse-visseuse sans fil : faire le bon choix !

Je m’intéresse ici aux perceuses-visseuses, mais les outils à QUEL BUDGET ?


fonction principale de tournevis – qu’il s’agisse des petits outils Pour ce type de machine très commun, les écarts de prix vont
légers, des visseuses angulaires, ou des grosses visseuses à en proportion de un à cinquante, si ce n’est plus. Il faut donc
choc - ont de nombreux points communs. Ces quelques lignes définir votre budget. Un gros investissement est-il ou non justifié
peuvent donc les concerner aussi. par les besoins réels ? Et, à l’inverse, est-il judicieux, notamment
compte tenu de l’état de notre planète, d’acheter un matériel de
bas de gamme rapidement voué à la poubelle, ou vaut-il mieux
attendre un peu le temps d’économiser ? À chacun de se poser
la question.
Avec un budget un peu conséquent, certains gros utilisateurs
préfèrent s’équiper de deux machines, une plus légère en 12 V
pour le petit agencement/montage de meubles, et une plus
grosse en 18 V voire 36 V pour les travaux lourds. Une autre so-
lution intéressante peut être d’acquérir un kit perceuse-visseuse
+ visseuse à chocs, tel qu’en proposent plusieurs fabricants. Ce
n’est pas forcément hors de prix et ça présente bien des avan-
tages, le moindre n’étant pas la possibilité de passer alternative-
ment et instantanément du perçage au vissage.

ERGONOMIE
Si vous choisissez de vous rendre au magasin de bricolage le
plus proche plutôt que de consulter Internet, votre premier ré-
flexe sera probablement de saisir les perceuses pour apprécier
leur prise en main. Certains paramètres sont assez subjectifs :
vous sentez-vous plus à l’aise avec une poignée fine ou grosse ?
La gâchette tombe-t-elle bien sous la main ? D’autres le sont
moins : les diverses commandes vous semblent-elles fermes et
précises ou non (c’est souvent un indice de qualité) ? La batte-
rie s’emboîte/déboîte-t-elle aisément ? Un problème habituel en
grande surface de bricolage, est que les batteries ne sont pas
installées, pour éviter la fauche : on peut – hélas – le comprendre,
mais cela interdit de jauger le poids et l’équilibre des machines.
Est-il besoin de préciser que ces deux machines ne feront pas du tout le même Pour un usage ponctuel, un léger inconfort n’est probablement
travail ? L’une sera bien moins fatigante à bout de bras mais montrera vite ses pas très grave, mais pour des travaux plus longs (bardages,
limites, l’autre n’est pas prête de vous lâcher, mais est sensiblement plus lourde.
terrasse…), cela change tout, et il vaut mieux y penser avant

Deux machines de caractéristiques similaires sur le papier. Poids (testés) : AEG sans batterie 1 430 g, Dewalt sans batterie 1 230 g, batterie AEG 485 g, batterie
Dewalt 350 g. La différence est sensible à bout de bras.

N° 50 – BOIS + 5
+ MATÉRIELS

la tendinite plutôt qu’une fois qu’elle est installée ! Et pour ne


pas arranger les choses, la comparaison est compliquée par les
fabricants, qui indiquent généralement le poids sans batterie, ce
qui peut fausser la donne si l’on compare des valeurs chiffrées.
Bref, pour vraiment prendre en main les machines avec leur bat-
terie, il faudra probablement faire appel à un vendeur… avec tous
les inconvénients qui en découlent, mais aussi les avantages si
l’on a affaire à un vendeur compétent qui se préoccupe d’abord
des besoins du client (si, si, cela arrive !).
Avec les machines
puissantes, il est
utile de disposer
d’une poignée ad-
ditionnelle. Celle-ci
permet de compen-
ser le couple important en
vissage, facilite le guidage en
perçage, et est parfois complé-
tée par une butée de profon-
deur. Mais contrairement à celle
des perceuses filaires, elle ne se fixe Pas facile de se donner une idée des performances d’une machine avec
­jamais par une collerette standard de ce genre d’indications, mais il faut faire avec.
43 mm : l’installation des perceuses
sans fil sur une colonne de perçage
Côté vitesse de rotation, même lorsque celle-ci n’est pas mise
n’est pas prévue à ce jour !
en avant, cela reste assez simple : les notices précisent tou-
jours ce qu’il en est. Cette vitesse à vide reste trop souvent en
Pour d’assez petites machines, certains fabricants dessous de 2 000 tours : c’est insuffisant, notamment pour de
insèrent la batterie dans la poignée. La maniabilité petits forets à métaux (on trouve même des machines en des-
y gagne, mais la prise en main est plus grosse.
sous de 1 000 tours… sans commentaire !). Mais d’autres fabri-
cants atteignent, voire dépassent les 4 000 tours, ce qui est très
utile avec certains accessoires tels que des brosses rotatives.
Toutes les machines que j’ai pu voir possèdent un système d’ac-
célération géré par la gâchette, comme cela s’est aussi généralisé
avec les perceuses filaires. Mais contrairement à ces dernières,
on ne trouve jamais, intégrée à la gâchette, de molette de réglage
de vitesse maximale. Je n’en connais pas la raison technique (ou
commerciale ?), mais c’est regrettable car, pour maintenir une
vitesse intermédiaire, il faut subtilement maintenir une pression
constante, ce qui n’est ni facile ni confortable. Hormis avec les
plus petites perceuses, il y a toujours deux gammes de vitesse,
ce qui permet de mieux exploiter la puissance de la machine pour
des perçages de gros diamètre ou des vissages difficiles.
Côté puissance, justement, on ne trouve pas d’indication chiffrée
en watts. Difficile alors de comparer avec les machines filaires.
De manière générale, plus la tension – en volts – est élevée, plus
la machine est puissante, mais cela ne donne pas une indication
précise. Les tensions actuellement disponibles sont de 10,8 V,
12 V, 14,4 V, 18 V et, pour les machines les plus puissantes, 36 V.
À titre indicatif, j’ai trouvé sur un site Internet une équivalence
volts/watts entre machines sans fil et filaires. Je ne sais pas ce
La poignée additionnelle est bien plus qu’un gadget, notamment lors
que cela vaut, mais je vous la livre telle quelle : 12 V < 600 W ;
de l’usage de la percussion. 14 V / 600 W ; 18 V / 850 W ; 36 V / 1 000 W .
L’autre indication utile est celle du couple, qu’il faut mettre en
relation avec la vitesse pour avoir une idée de la puissance. Pas
LES CARACTÉRISTIQUES CHIFFRÉES évident ! Les plus petites machines ont un couple très faible, de
Vous voulez de la vitesse de rotation et de la puissance ? Dom- l’ordre de 10 à 15 N/m (newton/mètre) : il ne faudra pas en at-
mage, les fabricants vous vendent surtout des volts, des newtons/ tendre grand-chose. À 30 N/m, c’est mieux, mais ça reste limité.
mètre et des ampères/heure… Pas facile de s’y retrouver ! Toute- Les bonnes machines tournent aux alentours de 50 à 60 N/m,
fois, certains donnent des indications de capacité en termes de et même le double pour les plus performantes. Une valeur de
profondeur de vissage dans tel ou tel matériau pour tel ou tel dia- couple élevée est surtout utile pour le vissage car – faut-il le rap-
mètre de vis… Un peu empirique, mais ça donne une idée. peler ? – on ne force pas en perçage : si un foret est entretenu

6 N° 50 – BOIS +
Perceuse-visseuse sans fil : faire le bon choix !

en bon état de coupe, il sollicite moins la machine car il suffit de


le laisser faire son travail.
Quant aux ampères/heure, ils indiquent la quantité d’énergie que
la batterie peut fournir. Plus la valeur est élevée, plus la perceuse
tiendra longtemps sans recharge, mais en sachant à contrario
que plus la perceuse est puissante, plus elle est gourmande.
J’y reviendrai plus loin à propos des batteries.

À CHARBONS OU « BRUSHLESS » ?
Concrètement, pour l’utilisation de la machine cela ne
change rien. Un moteur sans charbons ni balais est
théoriquement moins fragile, puisque
un contact mécanique est supprimé.
En pratique, ce n’est qu’en partie
vrai… En effet, pour les utilisations
occasionnelles ou du moins peu
intensives, l’argument me semble
avant tout purement commercial :
comme ces soucis n’apparaissent
qu’au bout d’un temps relativement
long, on les rencontre peu dans le cadre
d’une utilisation modérée. Hormis peut-
être dans le cas de machines très peu
chères, donc fragiles.
Disposer de deux batteries, c’est la garantie de ne pas être interrompu dans
Pas besoin d’aller consulter la notice pour son travail par un bête problème de charge. La double batterie est d’ailleurs
savoir si la machine est « brushless » ou pas : quasi systématique pour les offres haut de gamme en GSB. 
vous pouvez faire confiance aux fabricants
pour vous le faire clairement savoir !
la capacité de batterie. Il s’agit toutefois d’offres en milieu pro-
fessionnel, pas en magasin de bricolage. Quoi qu’il en soit, je le
répète : il me semble préférable de disposer de deux batteries
LES BATTERIES plus petites que d’une seule grosse.
Il existe trois types de batteries. Les batteries Ni-Cd sont techno- Ce sont bien souvent elles qui lâchent en premier. D’où l’impor-
logiquement totalement dépassées : lourdes et encombrantes, tance d’opter pour une marque réputée : outre un SAV plus sérieux
elles sont aussi plus longues à recharger. Et surtout elles sont que celui d’une marque improbable, et qui fournira les pièces de-
victimes de l’effet mémoire, qui implique de les vider complè-
tement avant recharge, faute de quoi elles perdent progressi-
vement leur capacité. Les batteries Ni-Mh sont « moins pires », FAUT-IL STANDARDISER
mais je ne les cite que pour information, vu qu’elles semblent SES BATTERIES ?
peu utilisées dans le domaine qui nous concerne. La technologie
actuelle, c’est la batterie Li-Ion, Certains optent pour l’achat de tout leur matériel dans

« L es batteries plus légère et compacte, plus


rapide à charger et sans effet
la gamme d’un seul fabricant, afin de limiter le nombre
et le type de batteries. On trouve d’ailleurs chez certains

sont le point mémoire… mais plus onéreuse.
Les batteries récentes sont
fabricants des offres en « combo » regroupant un
ensemble de machines avec un set limité de batteries
faible de ce type souvent équipées d’un indica- et un seul chargeur. Mais il est possible d’en faire
teur de niveau de charge : c’est autant avec les autres fabricants : si ceux-là n’en font

de machines  » particulièrement utile si vous pas l’offre formelle, ils ne s’amusent pas pour autant à
multiplier les modèles de batteries pour leurs différentes
n’en avez qu’une. Personnelle-
ment, je trouve bien plus pratique de disposer de deux batteries machines. Ceci étant, je rapporte seulement l’argument
pour éviter les interruptions pendant la recharge. pour ce qu’il est : si vous me lisez régulièrement, vous
On serait évidemment tenté de prendre la plus forte capacité savez qu’à l’exception de la perceuse-visseuse, et
possible (si les batteries communément fournies vont de 1 à sauf utilisation particulière, je ne suis pas favorable à
2,5 A, il en existe aujourd’hui de plus de 5 A/h). Mais il y a une la multiplication des machines sur batterie. En effet,
contrepartie : outre leur coût, ces batteries sont plus grosses et c’est une technologie coûteuse humainement et
lourdes, d’où des outils plus fatigants à porter sur une longue écologiquement, et qui réduit souvent la durée de vie
durée, longue durée qui est précisément le motif du choix d’une des machines à celle des batteries, au mieux à une ou
plus grosse batterie… le serpent se mord la queue ! deux générations de batteries de remplacement. À titre
Tout est donc affaire de compromis et d’équilibre. Certains fabri- de comparaison, j’utilise toujours ma première perceuse
cants offrent d’ailleurs la possibilité d’acquérir la machine sans filaire, qui s’achemine doucement vers ses 40 ans !
batterie (et, dans ce cas, sans chargeur) pour laisser le choix de

N° 50 – BOIS + 7
+ MATÉRIELS

des alliances entre fabricants commencent à apparaître pour


partager un même standard. On est encore très loin de la géné-
ralisation, mais c’est un pas dans la bonne direction.

LE CHARGEUR
Un chargeur de qualité et de marque réputée coûte aussi cher,
voire plus, qu’une machine de bas de gamme complète lorsqu’il
est acheté séparément. Mais le service rendu n’est pas le même.
La batterie de
cette machine est
Disposer d’un appareil maintenant en permanence la charge de
complètement intégrée la seconde batterie pendant que la première est en service sur
(le chargeur se branche la perceuse est précieux. De plus, ces chargeurs-là sont géné-
directement dessus). ralement plus rapides. À contrario, d’autres chargeurs ne dif-
Lorsque la batterie fèrent pas de ceux des petits matériels électroniques vendus à
sera morte, la machine
sera bonne à jeter
quelques euros. Autant dire qu’avec ceux-là on peut s’attendre
car la réparation, à des temps de charge assez longs, et ce alors même qu’ils sont
si elle est possible, fournis avec les petites machines économiques qui ne servent
ne sera pas rentable. pas souvent… et ont donc de bonnes chances de se trouver en
Est-ce une bonne panne de courant au moment précis où l’on en a besoin, sauf à
idée ?
avoir su anticiper.

rechange plus longtemps, il sera plus facile de trouver des bat-


teries de seconde source si celles d’origine s’avèrent trop chères
face à la valeur résiduelle de la perceuse. Il est certes souvent
possible de remplacer soi-même les éléments d’une batterie,
mais cela nécessite un minimum de savoir-faire. Ceci dit, peut-
être la question ne se posera-t-elle plus d’ici quelques temps :

Qu’y a-t-il de commun entre ces deux chargeurs ? L’un assure le strict
minimum, et la machine est immobilisée pendant la charge ; l’autre est un vrai
équipement qui sait gérer le maintien de charge de la batterie laissée dessus,
sans la dégrader.

LE MANDRIN
Cela fait environ 15 ans que cette perceuse m’accompagne. Lorsque ses
batteries ont été fatiguées, je n’ai eu aucun mal à en trouver des neuves Sur les perceuses à batterie, les mandrins à clef ont totalement
de seconde source : je ne voulais pas investir dans des pièces d’origine disparu au profit des mandrins auto-serrants. N’hésitez pas à les
sans savoir si la machine tiendrait encore longtemps… Or elle est encore là manipuler, à vérifier qu’il n’y a ni jeu ni points durs (mauvais signe
plusieurs années après, d’où l’intérêt du choix d’une marque réputée quant à la qualité de fabrication !). Plus c’est doux et régulier,

8 N° 50 – BOIS +
Perceuse-visseuse sans fil : faire le bon choix !

LA LAMPE LED
Elle est bien pratique, la petite lampe à LED qui permet d’aller travailler dans les recoins sombres, qu’il s’agisse du fond
d’un meuble posé sur l’établi à l’atelier ou de celui d’un placard en cours d’agencement à la cuisine. Mais peut-elle être
un critère d’achat si l’on considère qu’une lampe frontale simple ne coûte que quelques euros et servira avec toutes les
machines… ou à autre chose ? Ceci étant, il devient rare de trouver un modèle qui n’en soit pas équipé.

meilleur c’est ! Une bague de serrage en métal et non en plas-


tique est a priori gage de qualité. Anecdote vécue – et pourtant
avec une bonne marque – un mandrin auto-serrant qui ne se ver-
rouille pas fermement se desserre au bout de quelques arrêts si
ces derniers sont un peu brusques.

Prenez en compte la capacité d’ouverture : 6,35 mm (en fait


jusqu’à 7 mm) pour les plus petites visseuses, 13 mm comme
une vraie perceuse filaire pour les machines puissantes, en pas-
sant par 10 mm pour les intermédiaires. Car sur-solliciter les
machines en palliant une capacité de mandrin trop faible par des
forets à queue décolletée est déconseillé : les perceuses les plus
robustes accepteront, mais d’autres pourraient bien y laisser
leurs bobinages !
Quelques fabricants proposent un mandrin amovible à fixation à
billes, similaire à ceux que l’on trouve sur certains perforateurs.
L’extrémité de l’arbre ainsi dégagée est usinée en six pans creux
pour recevoir directement un embout de vissage, ou éventuel-
lement une mèche à empreinte hexadécimale. Une telle option
permet de gagner quelques centimètres de longueur bien utiles
dans certains recoins. Mieux : lorsque l’on y ajoute un système
générateur d’impulsions (vu notamment chez Metabo), on se
rapproche quasiment de l’efficacité d’une visseuse à chocs, très
intéressante pour le travail du bois, en charpente en particulier.
Est-il utile de préciser qu’il ne s’agit pas de perceuses de bas de
gamme ?
Des capacités bien différentes pour les mandrins de ces trois machines :
respectivement 7, 10 et 13 mm. En cohérence avec leur puissance :
d’où l’importance de bien définir ses besoins.

N° 50 – BOIS + 9
+ MATÉRIELS

La mise hors-service du limiteur de couple, nécessaire pour le


perçage, est en général une position supplémentaire sur la cou-
ronne de réglage, une autre position étant l’éventuelle percussion.
Certaines machines font toutefois exception, avec une commande
indépendante. Cela relève à priori du détail ergonomique et ne
devait pas changer grand-chose à l’utilisation de la perceuse.

Le mandrin de cette perceuse se démonte, laissant accès à l’arbre usiné


pour recevoir directement une tête de vissage à six pans. Astucieux !

LE RÉGLAGE DE COUPLE
Qui n’a pas eu la mauvaise surprise de voir une vis s’enfoncer de
plusieurs millimètres en dessous de la surface d’une planche de
bois tendre ? En vissage, il est presque indispensable de disposer
d’un limiteur de couple pour débrayer l’entraînement au delà d’un
effort donné. Mais quelques petites perceuses n’en disposent pas.
Certaines machines ne comportent pas plus d’une demi-douzaine
de position, ce qui semble un peu limité. À l’opposé, la surenchère
de certains fabricants en termes de positions de réglage n’est peut
être pas nécessaire : au-delà de vingt, cela semble excessif. Une
douzaine à une quinzaine de crans semble raisonnable.

La commande de la percussion en fin de course de la bague du limiteur


de couple est le cas de figure le plus courant, mais on peut trouver
des exceptions.

LA PERCUSSION
Le dispositif de percussion ne concerne certes pas le travail du
bois, mais il faut parfois accrocher nos meubles… Ceci étant,
même nos puissantes perceuses filaires sont souvent délaissées
au profit du perforateur lorsqu’il faut « taper dans le dur », alors
que dire des perceuses sur batterie ? Au mieux, ça dépanne une
fois de temps en temps. Au pire, ça ne fait qu’alourdir les ma-
chines, et je me demande pourquoi les magasins de bricolage
privilégient systématiquement les machines offrant cette fonc-
tion, si ce n’est pour des questions de marketing : difficile d’y
trouver des machines sans percussion en haut de gamme, bien
qu’elles existent chez les fabricants. En aucun cas je n’en ferais
un critère d’achat.

POUR CONCLURE…
… n’oubliez pas quelques classiques, qui n’ont rien de propre
aux perceuses sans fil : notoriété de la marque (ce qui reste as-
sez subjectif), durée de la garantie (ça l’est beaucoup moins),
éventuellement présence d’un SAV de la marque dans votre sec-
teur si vous n’achetez pas en magasin de bricolage. Jetez acces-
soirement un coup d’œil à la qualité de la mallette de rangement :
21 positions de réglage du limiteur de couple de la perceuse du bas. C’est les magasins de bricolage ne la mettent pas toujours en avant,
beaucoup pour une machine qui offre un couple maximal de 30 N/m. Celle or la perceuse sans fil est par excellence l’outil électroportatif qui
du haut, au couple deux fois supérieur, se contente de 14 positions, et ce
sort facilement de l’atelier. Bon perçage ! n
n’est pourtant pas une machine d’amateur !

10 N° 50 – BOIS +
Le guide pour concevoir
vos meubles avec

28 cm • 29 €
152 pages • 22 x

Comme des milliers de boiseux, utilisez le logiciel gratuit SketchUp !


Alternant théorie et exercices pratiques,
ce mode d’emploi vous fera progresser dans la qualité de vos conceptions,
✂ et la fabrication à l’atelier se trouvera grandement facilitée. ✂
BON DE COMMANDE
à renvoyer à : BLB-bois • 10 av. Victor-Hugo • CS60051 • 55800 REVIGNY
Tél : 03 29 70 56 33 – Fax : 03 29 70 57 44 – www.BLB-bois.martin-media.fr
(à découper ou photocopier) Code CBOU0032 OUI, je désire recevoir :
Nom ...............................................................................................................................................
.................. exemplaire(s) du livre SketchUp pour le bois au prix unitaire de 29 
+ 2,70 €* de participation aux frais de port
Prénom ........................................................................................................................................
Montant de ma commande : ___________ 
Adresse .......................................................................................................................................
Règlement :
..........................................................................................................................................................
❏ par chèque joint à l’ordre de BLB-bois
Code Postal
❏p
 ar carte bancaire
Ville ................................................................................................................................................
Expire le Signature
E-mail ........................................................................................................................................... (pour CB uniquement)
CVC
(trois chiffres au verso de votre carte)
J’accepte de recevoir par e-mail :
• les informations et offres BLB-bois     ❏ Oui ❏ Non
• les offres des partenaires BLB-bois ❏ Oui     ❏ Non * Tarifs France métropolitaine – Autres destinations, consultez BLB-bois.martin-media.fr
+

Les renforts
de coupe d’onglet
Par Bruno Meyer

Les coupes d’onglet sont fragiles : renforçons-les !


Avec une telle logique, vous pouvez réaliser
des cadres rapidement et simplement.
Et pas seulement des cadres photo ou miroir.
En choisissant bien vos renforts, vous pouvez
envisager de réaliser, à coupe d’onglet,
toutes sortes de projets et découvrir ainsi
une nouvelle menuiserie.

Dans BOIS+ n° 49, vous avez appris à fabriquer Les fausses-languettes


un montage à coupe d’onglet et à vous en servir. Une rainure de chaque côté, un bout de languette
Cet assemblage est élégant par sa simplicité, (éventuellement en contreplaqué) : difficile de faire
mais, pour être durable, il nécessite d’être plus simple, et plus rapide !
renforcé. Comment ? Nous allons le voir, il existe
n Propriétés
de nombreuses solutions. Chacune présente des
Cet assemblage n’est pas le plus résistant. Mais il
avantages et des inconvénients en terme de facilité
peut s’exécuter sur toutes largeurs de cadre,
et de rapidité d’exécution, de matériel nécessaire,
y compris les plus étroites. Il laisse une trace
de résistance mécanique obtenue. Cet article a
discrète à chaque angle extérieur. À l’intérieur
pour but de vous décrire toutes ces techniques et
aussi, mais elle est en général cachée par
leurs propriétés, de façon à vous permettre de faire
le contenu du cadre. C’est le renfort idéal pour
un choix pertinent le moment venu.
un cadre étroit et peu sollicité : cadre de tableau
LES INVISIBLES (OU PRESQUE) ou de miroir.
Ces techniques ne laissent aucune trace en n Exécution
parement, ce qui est appréciable sur le plan Se fait avant assemblage du cadre. Une bonne
esthétique. Elles sont parfois visibles sur les chants épaisseur de languette se situe entre un tiers et
mais restent assez discrètes. un quart de celle des pièces le composant.

12 N° 50 – BOIS +
Les renforts de coupe d’onglet

Rainures : tous les outils de rainurage son utilisables : n Propriétés


toupie ou défonceuse sous table avec fraise droite ou Sa résistance tient à sa surface, et au fait que le fil
disque à rainer. Une façon particulièrement simple : le de la lamelle est perpendiculaire au joint. Plus les
disque à rainer à roulement, passé défonceuse tenue entailles sont profondes, plus le renfort est solide.
en main. Posez une pièce d’essai de même épaisseur Comptez des entailles de 30 à 60 mm.
à proximité pour stabiliser la base. Pour éviter des n Exécution
éclats en début ou fin de passe, fixez le long de la Se fait une fois le cadre collé. Il est important qu’il
pièce une autre pièce d’essai, grossièrement sciée soit parfaitement plan.
d’onglet. Entailles : se font à la scie circulaire, cadre posé
Fausse-languette : la baguette peut être usinée sur un angle et appliqué contre le guide parallèle.
dans du bois massif, ou dans du contreplaqué
(moins discret mais plus solide). Les pigeons peuvent
alors être découpés à l’avance ou non. Faites-les ENTAILLE
Principe du sciage
un peu trop longs pour pouvoir les affleurer après de l’entaille (montage
collage, au rabot de paume, à l’abrasif ou à la fraise non représenté).
à affleurer.

Sciage de pigeons.
Pensez à leur donner
une petite surlongueur.

Choisissez une lame ayant beaucoup de dents, et


produisant un fond de trait plat. Vous aurez besoin
d’un montage pour passer le cadre à la scie, contre
le guide parallèle.

Les renforts à « lamelle »


Ce renfort consiste en une lamelle triangulaire,
qui se glisse dans une fente pratiquée dans chaque
angle, parallèle au parement. Il peut être discret,
mais vous pouvez au contraire choisir un bois de
couleur contrastée.

Un montage à entailler, vu côté guide (cadre


représenté transparent). Les deux pièces
aux extrémités sont des chutes du cadre.

Rôles de ce montage : tenir le cadre en position,


permettre de le plaquer contre le guide et le
pousser dans la scie sans danger. Le montage ne
doit évidemment comporter aucune vis, mais les
pièces peuvent être vissées le temps du collage.
Démontez cape et couteau diviseur (remettez-les
juste après !). Réglez le guide pour une coupe
à mi-épaisseur, et la lame à hauteur désirée.
Lors du sciage, ne poussez pas trop fort contre
le guide parallèle, qui pourrait fléchir et donner une
épaisseur d’entaille irrégulière. Ou stabilisez le guide
Renfort à lamelle. (schéma page suivante).

N° 50 – BOIS + 13
+ Techniques
PRESSE
n Propriétés
L’assemblage à lamellos a, à peu près, les mêmes
propriétés que celui à « lamelle » présenté
auparavant. Un matériel dédié, fraiseuse ou disque
à rainer, usine une entaille d’épaisseur précise :
4 mm. Les lamellos sont comprimés à 0,2 mm de

BUTÉE
moins, mais l’eau de la colle les fait regonfler, ce qui
serre le renfort. Le fil du bois est disposé en biais
par rapport à l’axe des lamellos, ce qui augmente
la résistance mécanique.
Les faux-tenons
GUIDE C’est un vrai assemblage de menuisier ! Se réalise
avant collage, avec les techniques tenon-mortaise
classiques, main, machine ou défonceuse.

SCIE

Renfort à faux-
Une méthode parmi d’autres pour stabiliser tenon chevillé :
un guide de sciage manquant de rigidité. un assemblage
démontable.

Lamelles : après un sciage succinct, passez-la en


raboteuse, sur une pièce de bois corroyée si besoin
(parfois les raboteuses n’acceptent les pièces fines
qu’à cette condition). Finissez par des passes très
fines : la lamelle doit rentrer dans l’entaille, juste,
mais à la main.
Collage : encollez l’intérieur de l’entaille sans excès
(lamelle fine, cure-dents…). Même en travaillant
soigneusement, il peut exister des espaces n Propriétés
vides entre entaille et lamelle. Aussi une colle Mécaniquement, il se situe dans la moyenne.
qui durcit en masse, sans perdre de volume, est Mais si vous le chevillez au lieu de le coller, il sera
préférable aux vinyliques blanches. Essayez la colle démontable. Et hormis des assemblages d’ébénisterie
aliphatique jaune (Titebond). Pressez la lamelle complexes et fragiles, c’est le seul qui le puisse.
vers le fond, pour faire sortir l’excès de colle. n Exécution
Affleurez après séchage. Le plus difficile est le tracé. Le manque d’espace
Les lamelles d’assemblages oblige à « négocier » au plus juste : plus le tenon est
de type Lamello long, meilleure est la résistance au au déséquerrage
On ne présente plus les « lamellos », ces petits (voir encadré « Performances mécaniques » p. 19) ;
biscuits en hêtre comprimé, utilisés un peu partout mais plus le tenon est étroit et fragile, et les chevilles
en assemblage. Vite posés, économiques, ils sont n’aident pas. Par ailleurs, un tenon étroit n’a aucune
aussi parfaitement invisibles. efficacité côté extérieur de l’angle : risque de désaffleur
dans la durée. Tracez les mortaises au plus près de
l’intérieur, mais comptez avec la rainure ou la feuillure !
Le renfort à lamello,
au singulier ou au pluriel.
FEUILLURES

MANQUE DE RÉSISTANCE FAUX-TENON FRAGILE,


AU DÉSÉQUERRAGE, ZONE NON-RENFORCÉE IMPORTANTE
PAS DE PLACE POUR CHEVILLES

14 N° 50 – BOIS +
MANQUE DE RÉSISTANCE FAUX-TENON FRAGILE,
AU DÉSÉQUERRAGE, ZONE NON-RENFORCÉE IMPORTANTE Les renforts de coupe d’onglet
PAS DE PLACE POUR CHEVILLES

n Propriétés
Les clés peuvent être débouchantes sur les chants
ou non. Leur résistance est fonction de leur
longueur. Généralement, la profondeur de l’entaille
fait un tiers de l’épaisseur du cadre.
n Exécution
Voici un autre renfort simple et rapide !
Entailles : tracez-les, en principe perpendiculaires
au joint. Rapprochez-les du coin intérieur,
de façon à les faire les plus longues possible.
Mais attention : tracez auparavant les feuillures
COMPROMIS 1 : COMPROMIS 2 : et moulures : Lorsque vous les exécuterez,
RAPPORT LONGUEUR-LARGEUR 1,5 FAUX-TENON À BARBETTE ce serait bête qu'ils entaillent votre renfort !
Exécution de l’entaille : à la défonceuse, c’est
Renfort à faux-tenons : les dimensions idéales ultra-simple ! Montez une règle parallèle à l’entaille,
d’un faux-tenon : question de compromis. à la bonne distance. Fraisez le long, en choisissant
le bon sens.
Mortaises : tous les modèles de mortaiseuse sont Si cette règle est en bois, pourquoi ne pas monter
utilisables. Mais n’oubliez pas qu’à la défonceuse, des butées de positionnement ? Vous éviterez
on fait de très bonnes mortaises ! ainsi d’avoir à tracer toutes les entailles : une seule
Faux-tenons : le contreplaqué a l’avantage de ne suffit. Les butées peuvent être vissées, ou
pas fendre. Vérifiez l’épaisseur (les CP sont parfois collées au pistolet thermofusible. Si vos entailles
poncés un peu en dessous de leur épaisseur débouchent sur les chants, faites-les assez longues
nominale). Découpez au format du tracé, en créant pour qu’elles soient fraisées : elles protégeront
un léger jeu pour rendre le montage possible. votre cadre contre les éclats d’entrée et de sortie.
Montage : les quatre faux tenons doivent être Assembler les butées l’une à l’autre renforce
rentrés simultanément dans les huit mortaises. le gabarit (voir aussi article suivant « Le renfort
C’est un jeu de patience ! Une fois le cadre monté, à coupe d’onglet en sifflet »).
serrez-le dans un serre-cadre à feuillard, et posez
les chevilles.
Une alternative : les dominos sont des faux tenons PRESSE
prêts à poser, dans des mortaises usinées avec
la fraiseuse Domino de Festool. Avantage : rapide, Le gabarit d’entaillage
précis et très solide. Ils sont faits pour être collés et pour clés droites. Les butées
non chevillés. de positionnement servent
aussi de pare-éclat.
LES APPARENTS
Ils se voient ! Soit vous les placez pudiquement
en contre-parement, soit au contraire, vous les

G

assumez et les considérez comme des éléments


LE

décoratifs : après tout, vous aurez quelques raisons PRESSE


d’en être fier ! Tous les renforts apparents se font
après collage.
Les clés droites
Une entaille droite, et une pièce rentrant juste
dedans.
Renfort à double clé droite.
BUTÉE

BUTÉE
RE
LU
UIL

LIAISON
FE

Clés : mise à la largeur et épaisseur précise,


à la raboteuse. Rien que de la routine !
Montage : dans le cas d’une entaille débouchante,
après encollage et mise en place, pensez à
bien presser chaque clé au fond de son entaille.
Les sections apparaissant sur les chants seront
plus nettes. Utilisez une cale bien paraffinée, et
des presses courantes.

N° 50 – BOIS + 15
+ Techniques
Les clés en queue d’aronde scié) pour sortir la clé de la scie. Sciez une première
clé, que vous jetterez. Retournez le bois à clé, et
resciez-le. Recommencez jusqu’à avoir assez de
clés, y compris quelques essais.

GUIDE
Le sciage des clés
en queue d’aronde. SCIE

Renfort à clé
en queue d’aronde.
BOIS À CLÉS CLÉ

C’est un peu moins simple que les clés droites,


mais mécaniquement bien plus solide.
n Propriétés
Les clés à queue d’aronde résistent mieux Ces clés, vous devrez les scier en sifflet.
au cisaillement perpendiculaire (voir encadré Le sciage n’affecte pas la résistance de la clé,
« Performance mécanique »). Une difficulté : et sera pratiquement invisible. Une clé à queue
en supposant que vous arriviez à scier des clés de d’aronde sciée
la section exacte de l’entaille, vous auriez le plus Ce sciage peut se faire de plusieurs façons : scie en sifflet.
grand mal à la glisser tout le long de l’entaille à main (suivie éventuellement par un léger coup
encollée. Heureusement, la solution existe ! de rabot sur les faces sciées), scie à ruban, ou
n Exécution circulaire à denture fine. Dans ce dernier cas,
Vous aurez besoin d’une fraise à queue d’aronde vous devrez utiliser un montage, et auparavant
courante, et d’une scie circulaire inclinable. le concevoir et le fabriquer. Vous pouvez vous
Entailles : montez la fraise à queue d’aronde inspirer du montage ci-dessous, qui se guide dans
dans la défonceuse. Tracez l’entaille à sa largeur la rainure de la table de scie (languette montée
maximum, même si ce que vous en verrez sera dessous). Une butée positionne la clé au bon angle,
moins large. Puis procédez exactement comme une bride la maintient le temps du sciage et une
avec les clés droites. butée montée dessous limite l’avance du montage
Clés à queue d’aronde : préparez du bois à dans la scie : inutile de le scier en deux ! Établissez
l’épaisseur des clés (vous pouvez les faire un poil les demi-clés pour ne pas les mélanger.
plus épaisses que la profondeur de l’entaille pour Montage de la clé : encollez l’entaille, puis les deux
pouvoir affleurer après) et assez long pour être demi-clés. Une fois ces dernières en place, poussez-
scié en sécurité. Inclinez la scie à l’angle de la les l’une vers l’autre, pressez-les vers le fond de
fraise à queue d’aronde (cherchez sur la queue, l’entaille, puis frappez-les au marteau pour les rentrer
sur un catalogue ou mesurez). à fond. Frappez-les d’abord vers le fond de l’entaille
Montez le guide pour obtenir une clé de largeur par l’intermédiaire d’une cale, puis serrez-les en
légèrement supérieure à largeur maxi entaille frappant l’une en bout, le bout de l’autre en contact
+ voie scie. Préparez un poussoir-martyr (il sera avec l’établi (photo page suivante).

Principe du montage pour scier les clés


en sifflet. La clé est serrée par une bride. LANGUETTE GUIDE
BRIDE

BUTÉE

BUTÉE

16 N° 50 – BOIS +
Les renforts de coupe d’onglet
Mise en place
des demi-clés,
à coups de marteau. Les papillons

Renfort à papillon.
Si, si !

C’est un très ancien assemblage d’ébénisterie.


Il est donc réalisable à la main. Mais aussi,
là encore, par une technique de fraisage
complémentaire, permettant l’inclusion de
sympathiques formes courbes.
n Propriétés
L’assemblage à papillons résiste au cisaillement
plan, au déséquerrage et fournit une excellente
résistance à l’arrachement. Il a aussi un intérêt
esthétique évident.
n Exécution
Vous aurez besoin d’une fraise de petit diamètre
Les clés à queue d’aronde en sifflet et de deux guides à copier différents (voir BOIS+
n° 38). Je recommande les guides Ø 27 et 17 mm
et la fraise Ø 5 mm, faciles à trouver.
La procédure a été décrite dans le n° 38, je vous
y renvoie. Dans le cas qui nous préoccupe,
la difficulté à lever est comment disposer
les entailles de façon identique sur les quatre
angles. Outre les techniques de tracés courantes,
quelques suggestions :
Renfort à clé à • Si votre profil de papillon est symétrique, tracez
queue d’aronde
en sifflet. l’axe de symétrie sur le gabarit d’inclusion.
Vous pourrez l’aligner sur le joint.
• Produisez les papillons d’abord. Utilisez l’un
d’eux pour trouver la place idéale, et tracer son
périmètre sur le cadre. Puis avec un compas,
tracez la marge de copiage, ce qui reproduit
le profil du gabarit. Posez ce dernier sur
la courbe-enveloppe obtenue.
Un conseil : une fois les papillons produits,
Une élégante alternative à la précédente : la clé remplacez sans attendre le petit guide à copier par
est plus large à un bout qu’à l’autre. Elle fait appel le grand : vous éviterez ainsi une catastrophe !
à une technique de fraisage complémentaire. • Une fois le gabarit positionné et serré sur le cadre,
tracez l’emplacement du cadre sous le gabarit.
n Propriétés
Après usinage de la première entaille, vous
Mêmes propriétés mécaniques que la précédente.
pourrez visser ou coller à chaud des baguettes de
Mais cette fois-ci, la clé est en un seul morceau !
positionnement, qui vous permettront de poser
n Exécution le gabarit dans la bonne position au moment
C’est le sujet de l’article suivant, p.53 de ce numéro. d’usiner les trois autres angles.

N° 50 – BOIS + 17
+ Techniques
• Fixer l’ensemble cadre-gabarit à l’établi avec la D’où l’idée de combiner à chaque angle deux ou
zone à travailler en porte-à-faux n’est pas du tout trois renforts différents, pour cumuler les propriétés
un problème. C’est même la disposition la plus mécaniques. Quelques exemples :
commode. • Un renfort à faux tenon sur pièces larges laissera
libre les coins extérieurs, qui pourront un jour
présenter un désaffleur dû aux mouvements du
Usinage de l’entaille :
le travail en
bois. Sur un cadre assez large, le problème peut
porte-à-faux se régler avec un lamello, qui peut ne pas être
est plutôt conseillé. collé : l’assemblage restera démontable.
• Si vous désirez un assemblage solide mais
discret, la combinaison lamello-clé droite vous
satisfera.
• Si au contraire vous voulez un renfort très
résistant et qui « en jette », essayez l’association
papillon – clé à queue d’aronde en sifflet.
Leur résistance mécanique surpasse le tenon-
mortaise. Inconvénient : les assemblages réalisés
sont indémontables, un casse-tête pour
les restaurateurs du futur.
Une combinaison de renforts :
papillon en parement, clé à queue
d’aronde en sifflet derrière.
Faut-il en plus ajouter un lamello ?

COMBINAISONS
D’un point de vue mécanique comme esthétique,
les différents renforts exposés ici ont des propriétés
fort différentes. Tant mieux : vous pouvez choisir
celui qui correspond à vos exigences. Pour un
cadre photo ou pour un miroir, un seul de ces
renforts suffira. Il en va tout autrement pour un objet
soumis à de fortes contraintes mécaniques, comme
une porte. Voyez (ci-dessous) celle qui se trouve
au-dessus de l’évier de mon atelier (publiée dans
BOIS+ n°49). Le panneau a été scié avec un jeu
insuffisant. L’humidité saisonnière l’a fait gonfler, ce
qui a fait déjointer des coupes d’onglet. Néanmoins,
la porte est toujours fonctionnelle, ce qui prouve la
résistance du renfort à papillons. Mais tirons-en une
CONCLUSION
leçon : si un autre renfort – ou le même – avait été Il y a quelques années, j’ai préparé pour Noël,
réalisé en contre-parement, le collage aurait bien en série, une dizaine de vitrines pour petits objets.
mieux tenu. Leur porte, assez fine et devant occulter l’intérieur
le moins possible, a été faite à coupe d’onglet
renforcée par une lamelle triangle et une clé à queue
Ce papillon a bien résisté,
mais l’absence d’un renfort
d’aronde. Je n’aurais pas pu atteindre ce résultat
en contre-parement avec des assemblages classiques tenon-mortaise.
s’est fait sentir. Cette réalisation a pu se faire grâce à un montage à
coupe d’onglet d’une part, et deux des techniques
exposées ici d’autre part. La porte d’atelier citée
plus haut montre un exemple d’un autre type : un
assemblage devant résister aux lourdes vicissitudes
de la vie, en milieu humide (au dessus d’un évier).
En théorie, il n’y a pas d’obstacle à ce que des
carcasses de meuble, des piétements de table
ou même des éléments de charpente, soient
assemblés à coupe d’onglet, en choisissant bien
les renforts. C’est donc une nouvelle menuiserie qui
s’ouvre à vous, basée sur la coupe d’onglet en lieu
et place du classique tenon-mortaise.

18 N° 50 – BOIS +
Les renforts de coupe d’onglet

La variété de
ces techniques pose
un problème : chacune
implique des méthodes et
procédures fort différentes,
et les connaître toutes est un défi. Mais un défi
payant : en travail du bois, toute technique acquise
est une liberté qui s’offre à vous. n

PERFORMANCES MÉCANIQUES
Un assemblage à coupe d’onglet peut être
sollicité mécaniquement de multiples façons,
par leur propre poids (porte) ou celui de l’objet
encadré (vitre), le choc (porte claquée, chute
à plat, sur un chant ou sur un angle), les CISAILLEMENT CISAILLEMENT
mouvements du bois pouvant cisailler le joint de PERPENDICULAIRE PLAN
colle ou l’arracher par déséquerrage. Les figures
ci-contre illustrent les quatre principaux efforts
mécaniques tendant à désassembler une coupe
d’onglet.
Les renforts ont pour objectif de résister à
ces sollicitations. Chaque assemblage résiste
plus ou moins bien à l’un ou à l’autre : il est DÉSÉQUERRAGE
intéressant de savoir lequel tient bien à tel effort ARRACHEMENT (PORTE)
et moins bien à tel autre. Le tableau
ci-dessous résume ces propriétés.
Attention : il est qualitatif et non quantitatif : les résistances dépendent beaucoup des sections des
cadres, de la géométrie des renforts, de la qualité des bois de cadre et de renfort et de la colle utilisée. n

Temps Cisaillement Cisaillement


Difficulté Arrachement Déséquerrage Bilan
d’exécution perp. plan
Joint seul • • • •
Pigeons • • ••• • • • •
Renforts triangle •• •• ••• •• • • ••
Lamellos • • ••• • • • •
Faux-tenons •• ••• ••• ••• •• •• •••••
Clés droites • •• • ••• •• •• •••
Clés à queue
•• •• •• ••• •• •• ••••
d’aronde
Clés en sifflet ••• •• •• ••• •• ••• •••••
Papillons ••• •• • ••• ••• ••• •••••

Tenon-mortaise ••• ••• ••• ••• • •• ••••

N° 50 – BOIS + 19
+ Réalisations Par Mariette Sardin,
de la chaîne « Copeaux & Co »

Des étagères murales


en zigzag Un complément vidéo
sur
Copeaux & Co !

J’ai récemment réalisé une grande étagère murale zigzag d’une


quinzaine de mètres de long, parcourant trois murs, se faufilant
sous une verrière et derrière un poêle à bois. Une longue réflexion
aura été nécessaire sur ce projet et ses contraintes, afin de
mener à bien la préparation des divers éléments et leur pose.
Je me propose donc ici de vous faire le retour d’expérience de
ce projet atypique pour vous éviter de galérer le jour ou vous
serez confronté à votre tour à des contraintes du même genre.
20 N° 50 – BOIS +
Des étagères murales en zigzag

CONTEXTE Elles sont de belle longueur et, une fois avivées,


Avant d’aborder la phase de conception à tout juste suffisantes pour obtenir les 20 cm de
proprement parler, il me semble nécessaire profondeur nécessaires afin de soutenir les livres
de mettre ce projet en contexte afin de mieux sur les étagères : ouf ! La première étape a donc
appréhender les difficultés que j’ai rencontrées. consisté à établir la liste des pièces nécessaires
En effet, quelques mois auparavant, ma belle- à la réalisation de l’étagère. J’ai ensuite réparti
famille m’a proposé de réaliser une étagère pour les découpes sur les planches disponibles en
habiller les murs fraîchement repeints de leur salon conservant une marge de quelques centimètres
qui venait au passage d’accueillir une magnifique aux extrémités. J’ai commencé par découper mes
verrière. La pose se fera à 4 h de route de mon longueurs à la scie radiale.
Il a parfois été nécessaire
atelier et donc avec un minimum d’outillage. Du fait de scier sur l'endroit puis
de l’éloignement il ne m’a pas été possible de sur l'envers pour arriver à
découper les grandes largeurs.
relever personnellement cotes et angles sur place…
je me suis contentée d’un croquis de leur part.
L’idée d’une étagère parcourant, telle une guirlande,
les trois murs en U m’est venue rapidement.
Restait à l’adapter à leurs besoins et leurs envies.
En effet, les objectifs annoncés sont simples mais
potentiellement discordants : pouvoir y stocker des
livres de diverses tailles et poids mais également
éviter d’installer des équerres qui casseraient la
linéarité recherchée. Cela ressemble bien à un défi !

DÉBIT
Pour l’occasion, sortent du grenier familial de belles
planches de pommier et de cerisier, sèches depuis
au moins 20 ans. Puis j’ai utilisé une scie plongeante sur rail pour
le délignage d’un des côtés.
Les formes et tailles
des planches venant
du stock familial Le délignage à la scie
étaient de belles plongeante révèle un beau
longueurs mais de bois, peu abîmé par le
largeurs très variables. temps et les insectes.

N° 50 – BOIS + 21
+ Réalisations
L’autre côté est réalisé à l’aide de ma scie sur table Si je devais renouveler le corroyage de telles
et de son guide. pièces, je sauterais l’étape de dégauchissage.
La seconde découpe, Je fabriquerais un support bien plan (par
à l'aide du guide exemple un panneau de MDF) dont la longueur
parallèle, finit serait supérieure à celle de la pièce à travailler.
de retirer l'aubier. Je briderais la pièce sur ce support par vissage
(en faisant très attention à la longueur de mes vis !).
Je la raboterais directement ainsi. Une fois la face
supérieure traitée, il me suffirait ensuite de retirer
la pièce du support et de la retourner pour raboter
l’autre face de façon ordinaire.
Les planches ont été
stockées verticalement entre
les différentes sessions de
dégauchissage et rabotage.

DÉGAUCHISSAGE ET RABOTAGE
J’ai ensuite abordé la phase de dégauchissage,
non sans difficultés. En effet, ma petite dégau-
rabo d’établi Scheppach HMS1070 est pourvue
de tables courtes qui ont rapidement trouvé leurs
limites avec ces planches lourdes et au porte-à-
faux important.

Lors d’un précédent projet, j’avais raboté de


grosses épaisseurs bien trop rapidement : elles
ont vrillé dès le lendemain alors qu’elles étaient
pourtant parfaitement planes la veille. Forte de
cette (mauvaise) expérience, j’ai cette fois-ci pris
soin d’étaler le dégauchissage et le rabotage sur
plusieurs sessions, afin que les tensions contenues
par les fibres du bois se libèrent progressivement
au gré du passage des fers.
Après délignage CHANTS ET RAINURES
les chutes sont
nombreuses mais À l’issue du rabotage, j’ai, pièce par pièce,
les planches aussi ! sélectionné le plus beau chant, que j’ai dégauchi.
Puis j’ai retiré l’autre à la scie sous table en prenant
appui sur le guide parallèle pour mettre tous les
Par ailleurs, les planches étaient éléments à leur largeur définitive.
fortement vrillées et/ou tuilées, et il m’a
donc été difficile de réussir à avoir une
surface plane tant la quantité de bois à
retirer était importante. Pour certaines,
je n’ai d’ailleurs pas réussi : j’ai préféré
me contenter de quelques planches
encore légèrement tuilées (qui ont
finalement pris la forme souhaitée lors
du montage) et attaquer le rabotage
en l’état plutôt que de risquer de les
Les petites pièces sont amincir davantage.
coupées pour faciliter Dressage d'un premier chant
le rabotage, en laissant sur la dégauchisseuse, le second
22 une surcote. sera fait à la scie sous table. N° 50 – BOIS +
Des étagères murales en zigzag

À l’exception de l’étagère située derrière le poêle


dont la profondeur est moindre (15 cm), toutes
les autres ont été coupées à 20 cm. Concernant
justement la partie plus étroite, j’ai découpé
à la défonceuse un arc de cercle rappelant la forme
du tuyau d’évacuation des fumées.

Les pièces ont été solidement


fixées pour ne pas bouger
au passage de la fraise.

Une fausse languette dans


la rainure non débouchante
alignera les planches et
renforcera l'assemblage.

DÉPLACEMENT DU CHANTIER
COMPAS Les grosses opérations ayant été réalisées
dans mon atelier, j’ai ensuite chargé mes pièces
fraîchement poncées aux grains 60, 120 puis 240
et une bonne partie de mon outillage pour procéder
à la pose, 250 km plus loin.
Le support de rotation fourni avec la machine
étant trop court, j’ai utilisé un compas « maison » Le ponçage a retiré
muni d’un trou où se fiche la bague de copiage. les dernières imperfections.
J’ai ensuite effectué la découpe avec une fraise
droite dans le sens des aiguilles d’une montre,
en faisant plusieurs passages, en descendant
progressivement ma fraise.

Une chute, fixée sur un martyr,


a permis d'enfoncer le pivot
du compas et de le mettre
à hauteur pour le défonçage.

J’avais pris soin de me renseigner sur l’outillage


qui serait disponible sur place pour éviter de
transporter des choses inutiles, mais avec du
recul, j’aurai dû me passer de cette précaution.
En effet, une scie radiale censée être utilisable ne
l’était finalement pas et sur place j’ai bien regretté
la mienne ! Heureusement, une scie circulaire était
quant à elle fonctionnelle, mais les découpes à 90°
qui auraient dû être une formalité se sont révélées
J’ai ensuite réalisé, toujours à la défonceuse, bien plus chronophages à mettre en œuvre, avec
des rainures non débouchantes aux extrémités une règle improvisée et des serre-joints à installer
des trois éléments formant la grande longueur de façon systématique, sur un bout de table de
derrière le poêle afin de pouvoir les connecter jardin converti en établi pour l’occasion !
avec une fausse languette le moment venu.

N° 50 – BOIS + 23
+ Réalisations
PRÉCAUTIONS AVANT LA POSE pris soin de centrer la partie arrondie de l’étagère
Préalablement à l’installation, j’ai placé mes derrière le tuyau du poêle. Partie sur ma lancée,
planches sur le lieu de pose pendant 24 h afin j’ai ensuite enchaîné sur l’étagère de droite,
qu’elles s’adaptent à l’hygrométrie ambiante. toujours afin d’observer la solidité relative
Celles-ci n’ayant jamais connu d’endroit chauffé, de l’ouvrage. Celle-ci étant concluante,
un temps supérieur m’aurait paru nécessaire mais j’ai définitivement écarté la possibilité
la durée de mon séjour était comptée ! Précaution d’installer des équerres pour maintenir
impérative avant tout perçage, j’ai ensuite pris soin la structure. Les cornières retenues sont
de me renseigner sur la nature des murs et surtout en alu, elles sont dites « inégales » car elles font
sur l’emplacement des gaines pouvant y être 35 mm sur un côté (celui vissé à l’étagère) et 20 mm
cachées, d’autant que des prises et interrupteurs y sur le côté fixé au mur.
étaient visibles. Aidée d’un niveau laser, j’ai ensuite
entrepris de percer les trous des chevilles
au perforateur dans le mur de briques.

Le niveau laser s'est révélé


précieux pour l'alignement
des cornières.

Pour les murs d’autre nature (plaques de plâtre,


Les cornières existent
pierre...), vous devrez adapter le moyen de perçage dans des dimensions et
ainsi que les chevilles. matières très variées.
J’ai utilisé des chevilles plastiques ordinaires et des
vis de Ø 4 x 40 mm pour fixer la cornière de soutien
de la grande longueur derrière le poêle, d’où partent
ensuite les zigzags latéraux. L’étagère étant légèrement plus épaisse, la cornière
n’en dépasse pas et reste donc masquée, prise
en sandwich entre le mur et le bois. J’ai toutefois
pris soin de relever l’emplacement des têtes de vis
fixant les cornières aux murs afin de les noyer dans
le chant de mes étagères à l’aide d’un foret de gros
diamètre.
Repérage de l'emplacement
des têtes de vis pour les « noyer »
dans la tranche de l'étagère.

Les cornières ont été


pré-percées pour faciliter
le vissage des étagères.

Fort heureusement, malgré l’emploi d’un


perforateur, la verrière est restée intacte ! Si vous
êtes dans une situation identique et que vous
préférez minimiser les risques, retirez le mode
percussion lors du perçage.

INSTALLATION DES CORNIÈRES


J’ai ensuite fixé les planches aux cornières par
le dessous, à l’aide de vis de Ø 3 x 16 mm, sans
oublier d’installer les fausses languettes, en ayant

24 N° 50 – BOIS +
Des étagères murales en zigzag

Note : les cornières sont pré-percées. puis vissées Le défonçage de l’arrière des planches pour y
sous les étagères, à l’exception de celles placées incruster les cornières aurait été plus esthétique,
au dessus de la grande ligne longeant la verrière, mais ne sachant pas, lorsque j’étais en mesure
qui sont vissées sur le dessus des planches. Ainsi, de le faire, si celles-ci seraient suffisantes ou
elles restent toutes discrètes à l’œil, que l’on soit s’il faudrait des équerres, je me suis abstenue.
debout ou confortablement installé dans le canapé Les cornières étant inutiles pour les parties
y faisant face ! verticales, leur tranche est directement posée
contre le mur, pour des raisons esthétiques.
Lorsqu’elles croisent des étagères horizontales (qui,
elles, accusent une surépaisseur de 2 mm liée aux
cornières qui les soutiennent), un désaffleur
apparaît donc sur la face avant,
rapidement corrigé au rabot, au fur et
à mesure de la pose. Les étagères
situées à la jonction de deux murs
ont été consolidées à l’aide de
tourillons afin d’éviter un potentiel
fléchissement lié au poids des livres.

L'arrondi coupe harmonieusement


la ligne de l'étagère.

Des tourillons renforcent


les virages à 90° du zigzag.
CONNEXION ENTRE LES ÉLÉMENTS
Seules les parties horizontales sont vissées à des
cornières. Les parties verticales sont uniquement FINITIONS
vissées aux parties horizontales après pré-perçage.
Pour contrer certains cintrages récalcitrants, J’ai masqué les vis d’assemblage à l’aide
j’ai contraint les éléments dans leur position de morceaux de tourillons collés puis arasés
définitive, m’aidant de serre-joints pour faire après séchage.
La scie japonaise arase facilement
point d’appui au serrage. les tourillons après séchage de la colle.

Le serre-joint de droite,
uniquement fixé à l'étagère, sert
d'ancrage pour celui de gauche.

Certains assemblages
n’étant pas parfaitement
jointifs, j’ai eu l’idée
(malheureuse) d’utiliser
un mélange de colle
à bois Titebond III
et de poussière
de ponçage pour
les combler.

N° 50 – BOIS + 25
+ Réalisations
L’ensemble, non content
TRACE DE COLLE d’être très dur à poncer
QUI A NOIRCI
EN SÉCHANT
s’est en plus révélé être
foncé après séchage,
accentuant visuellement
le défaut censé
être camouflé !

Une dernière correction


des désaffleurs au rabot à
main puis un ultime ponçage
aux grains 120 puis 240 ont ensuite
donné lieu à l’application de cire d’abeille
liquide. Plusieurs produits de finitions avaient été
préalablement appliqués sur des chutes poncées
pour apprécier le rendu final. La cire d’abeille, en
plus de dégager une agréable odeur, était celle qui
permettait de restituer le plus fidèlement l’aspect Le zigzag est finalement vite rempli, à tous
naturel de ce bois, sans en changer la couleur ou les étages et même dans ses virages !
la brillance. Deux généreuses couches ont été
passées, rapidement absorbées par le bois.
BILAN
Je suis très clairement sortie de ma zone de confort
pour ce projet, mais 500 litres de copeaux plus tard,
je suis satisfaite du rendu de cette étagère originale qui
offre une belle surface de rangement et affiche tout de
même 15 m linéaires !
Je suis d’ailleurs très étonnée de la solidité de
l’ensemble : je ne pensais clairement pas que les
cornières suffiraient au maintien. Je retiens également
qu’il est très difficile d’apprécier l’encombrement et le
rendu définitif d’un projet tant qu’il n’est pas en place.
Ainsi, quand bien même un croquis longuement réfléchi
m’avait été envoyé, il a été nécessaire de le modifier
lors de la pose, notamment en retirant des éléments et
en modifiant des espacements, pour rendre l’ensemble
plus fonctionnel et agréable à l’œil. Il est donc
préférable, lorsque la pose est délocalisée, d’avoir prévu
La hauteur des étagères dans ses découpes des marges permettant de s’adapter
avait été décidée à la réalité du lieu de pose et surtout d’avoir sur place
en fonction des livres
devant y être installés. un outillage adapté pour réaliser des coupes précises et
ainsi soigner les assemblages. n
L'étagère a trouvé sa place,
malgré une verrière et un poêle
VARIANTES POSSIBLES occupant déjà bien la place !
Au delà du choix du matériau (massif, MDF
teinté, contreplaqué…) et de la finition retenue,
il est tout à fait envisageable d’adapter ce type
de projet à d’autres configurations de pièces
en adaptant à souhait le parcours et la hauteur
des étagères. Il faudra toutefois veiller à vérifier
qu’elles seront compatibles avec la hauteur des
objets que vous envisagez d’y déposer. Il est
aussi possible d’illuminer le fond de l’étagère
à l’aide un ruban LED et de délaisser les vis au
profit d’assemblages plus sophistiqués (à feuillure,
ou même à queues d’aronde débouchantes ou
coulissantes). Enfin, l’arrière plan ne devra pas
être oublié. Ici, une peinture bleu canard habille
tout autant le mur que l’étagère elle-même et fait
magnifiquement ressortir son veinage.

26 N° 50 – BOIS +
Par Laurent Bonnefille Réalisations
+
Jardinière pour enfants
Voici un projet
sans grande difficulté
qui ravira vos très jeunes
enfants ou petits-enfants.
Il s’agit d’une jardinière
de taille modeste,
surélevée sur quatre
pieds. Sa hauteur est
de 50 cm, sa longueur
de 60 cm et sa largeur
de 45 cm. Elle trouvera
facilement sa place
sur votre terrasse,
votre balcon ou
dans votre jardin.

as
© Odile Angér

N° 50 – BOIS + 27
+ Réalisations
Mon défi, en abordant ce type de réalisation,
était de n’utiliser aucune quincaillerie ni outil
pour l’assembler. Il fallait également que le
montage soit ludique et s’apparente à un jeu de
construction. Le pari est réussi puisqu’aucun outil
n’est requis et que le montage est vraiment un
jeu d’enfant grâce à des assemblages à mi-bois
cachés dans les pieds.
La jardinière est constituée de 4 poteaux (de
section 45 x 65 mm), de 14 lattes pour les côtés
(de 15 mm d’épaisseur) et de 6 lattes pour le fond
(de 15 mm d’épaisseur également). Sa partie utile
(dimensions intérieures du bac) est de 50 cm (L)
x 37 cm (l) x 19 cm (H). L’assemblage des côtés
entre eux se fait à l’intérieur des pieds grâce à
deux mortaises débouchantes de 220 mm de haut
dans la partie supérieure des pieds. La touche
finale consiste à découper à la scie à chantourner
le prénom du ou de la destinataire et à le fixer sur
La conception sans quincaillerie
d'assemblage permet un des côtés de la jardinière.
un montage sans outils : L’outillage utilisé pour cette réalisation dépendra
les enfants pourront participer ! de ce dont vous disposez. Il n’y a pas qu’une
seule façon pour mener à bien ce projet, c’est
un de ses avantages. Même les puristes du travail
Cette jardinière est en douglas, un bois que manuel peuvent y arriver avec leur ciseau et autre
j’affectionne particulièrement pour sa résistance à scie japonaise ou à dos. Pour ma part, j’ai utilisé
l’eau et aux insectes, son prix bas et sa disponibilité une scie radiale, une défonceuse et une perceuse.
dans les scieries près de chez moi (celui-ci provient Seules quelques vis sont utilisées à l’intérieur de
en l’occurrence de la forêt de Mercoire en Lozère, la jardinière pour fixer les tasseaux qui soutiendront
forêt où la Bête du Gévaudan sévit plusieurs fois le fond. Ces tasseaux sont vissés au préalable sur
au XVIIIe siècle). Ce projet est plus précisément né les quatre lattes du bas, ainsi l’enfant n’aura pas
suite au montage de cloisons intérieures en douglas à le faire lors du montage de sa jardinière. De même,
et aux chutes que ceci généra. J’ai utilisé des le prénom est également vissé sur une latte.
bouts de chevrons pour faire les pieds et les lattes FABRICATION DES CÔTÉS
(en coupant dans l’épaisseur).
 1   En vous reportant à la fiche de débit,
corroyez les 14 lattes constituant les 4 côtés de
la jardinière. Ces lattes font 15 mm d’épaisseur
et diverses largeurs (25, 45, 50, 65 et 85 mm).
Essayez d’optimiser votre débit en fonction de
vos planches et des différentes largeurs requises.
 2   À la scie, mettez les lattes à la bonne longueur.
Celles du grand côté font 600 mm de long,
celles du petit côté font 450 mm de long.

Les lattes sont mises


à longueur à la scie
circulaire radiale.

28 N° 50 – BOIS +
Jardinière pour enfants

 3   En suivant les plans et à l’aide d’une équerre,


marquez au crayon l’emplacement des entailles Utilisez la scie
sur chaque latte. Seules les deux lattes du circulaire en
grand côtés qui font 25 mm de large n’ont plusieurs passes
pas d’entailles. Les 12 autres lattes ont 2 ou pour la découpe
des entailles.
4 entailles. La largeur des entailles doit être
légèrement supérieure à 15 mm pour que
l’emboîtement à mi-bois avec une autre latte
se fasse sans forcer. Je conseillerais même plutôt
un jeu important car, la jardinière étant à l’extérieur
et soumise aux intempéries, le bois subira BUTÉE

de fortes variations hygrométriques.

Tracez les entailles


permettant l’assemblage
à mi-bois. On fait la même entaille de l’autre côté.

Les entailles sont symétriques.


Vous gagnerez du temps en travaillant
avec une butée de positionnement.

BUTÉE

BUTÉE

Attention : l’entaille se situant


juste au-dessus n’est pas
identique (voir plan).
Comme je l’ai précisé,
plusieurs techniques sont
envisageables :
 4   En ce qui concerne la découpe des entailles - à la scie circulaire à format :
précédemment tracées, plusieurs techniques le principe est presque
sont envisageables. J’ai utilisé une scie radiale. le même, sauf que la lame
Si vous choisissez cette option, réglez la hauteur de scie est en bas et ce n’est
de la lame en fonction des entailles à réaliser pas elle qui bouge, c’est le bois.
et de la largeur des lattes. Fixez des butées - à la défonceuse à la volée : avec
de chaque côté de la latte de façon à être bien une fraise droite, un guide sous
positionné pour que la lame coupe chaque côté la semelle et en regroupant plusieurs
de l’entaille. lattes côte-à-côte pour assurer la stabilité
Attention : dans un cas, la lame devra passer de la machine.
à gauche de votre trait de crayon et dans l’autre - à la défonceuse sous table : avec une fraise
cas, la lame devra passer à droite. droite et un poussoir pour maintenir la latte à 90°
Réalisez deux traits de scie de chaque côté du guide.
de l’entaille, puis faites plusieurs passages de - à la main : avec une scie japonaise pour faire
scie entre ces deux coupes pour retirer la matière deux traits de coupe au niveau des tracés puis
à l’intérieur de l’entaille. La lame de scie laissant en finissant au ciseau à bois.
des marques au fond de l’entaille, finissez au ciseau
à bois pour un rendu propre. FABRICATION DES PIEDS
Remarque : sur chaque latte, il y a une symétrie  5   Débitez vos quatre pieds avec une section de
des entailles (on a la même entaille à l’opposé, 45 x 65 mm et une longueur de 500 mm. Chaque
dans le sens de la longueur). De plus, on a toujours pied comporte deux mortaises débouchantes
deux lattes identiques (sur les deux grands côtés de 220 mm de long par 15 mm de large. J’ai testé
et sur les deux petits côtés). Vous pouvez donc faire deux techniques pour les réaliser : à la mortaiseuse
quatre entailles (sur deux lattes) avec les mêmes à bédane et à la défonceuse. Je vais vous présenter
réglages. les deux.

N° 50 – BOIS + 29
+ Réalisations
 6   Tracez au crayon sur chaque pied  8   Une fois la première mortaise terminée, glissez
l’emplacement des mortaises. Reportez-vous un martyr d’environ 220 x 15 x 25 mm au milieu
au plan pour leur position exacte sur le pied. de la mortaise. Lors de l’usinage de la deuxième
1ère méthode : mortaiseuse mortaise, le martyr évitera l’arrachement des fibres
du bois à l’intérieur, à la jonction des deux usinage,
à bédane carré
lorsque le bédane descendra.
 7   Pour la première mortaise, prenez un bédane Le martyr placé dans la 1re mortaise
de 8 ou 10 mm. Vous serez, dans les deux permettra l’usinage de la seconde
cas, obligé de faire deux passes pour atteindre sans arrachement.
les 15 mm de large. Vous pouvez commencer par
la mortaise de votre choix (soit le côté de 45 mm,
soit celui de 65 mm).
Remarque : ici aussi, les 15 mm sont théoriques,
car il faut laisser un jeu non négligeable pour
pouvoir glisser librement les lattes de 15 mm
d’épaisseur à travers les mortaises et anticiper
un éventuel gonflement du bois.
Pour réaliser cette mortaise, positionnez votre bédane
à 15 mm du bord (si vous avez choisi le côté de
45 mm d’épaisseur) ou à 25 mm du bord (si vous
 9   Réalisez la deuxième mortaise de la même
avez choisi le côté de 65 mm d’épaisseur). Placez un
façon que précédemment. À la fin, retirez le martyr.
martyr sous le pied si votre bédane vous permet de le
traverser complètement (65 mm de profondeur pour la
mortaise la plus grande) ; cela vous évitera d’abîmer
la table de la machine. Usinez alors le premier trou à
une extrémité, puis le deuxième à l’extrémité opposée
de la mortaise. Avancez ensuite progressivement
vers le premier trou en prenant soin que les copeaux
s’évacuent bien du côté du vide qu’on vient de créer.
On opère ainsi pour que le premier trou soit bien
vertical du fait qu’il est réalisé en plein dans le bois (si
on terminait sans avoir fait ce premier trou, le bédane
aurait tendance à vouloir dévier vers le côté vide et
perdrait un peu de verticalité).
Si la longueur de votre bédane ne vous permet pas
de déboucher, vous devez retourner votre pièce en
la pivotant de 180° et finir la mortaise de l’autre côté.

Réalisez la deuxième mortaise


tout comme la première.

2e méthode : défonceuse
Vous pouvez réaliser vos mortaises à la défonceuse
en utilisant une fraise droite (Ø 8 ou 10 mm par
exemple) et le guide parallèle. Fixez solidement
le pied de la jardinière sur votre établi à l’aide
d’un serre-joint.
 7bis   Réglez le guide pour faire un côté de
la mortaise. Sans défaire le pied, usinez à nouveau
en mettant la défonceuse de l’autre côté. Ainsi
vous aurez usiné les 15 mm de large de la mortaise
en deux passes. Etant donné que la longueur de
votre fraise droite ne vous permettra certainement
pas d’usiner sur toute l’épaisseur, vous devrez
faire le même usinage en deux passes sur
l’autre face. Vous obtiendrez alors une mortaise

30 N° 50 – BOIS +
Jardinière pour enfants

débouchante. Prenez une latte de 15 mm et vérifiez  9bis   Les coins de vos mortaises étant arrondis,
qu’elle pénètre facilement dans votre mortaise. finissez les angles au ciseau à bois.
Prévoyez un jeu relativement important. Suite du travail sur les pieds
 10  Afin que l’eau ne stagne pas en haut des pieds
Avec une fraise de Ø 8 ou
et ne les détériore, une petite coupe en pointe
10 mm, l’usinage de la mortaise
se fait en deux passes pour permettra à l’eau de glisser. Réglez votre scie avec
qu’elle fasse 15 mm de large. un angle de 25°. En haut de chaque pied, réalisez
quatre coupes.
Coupez le haut des pieds avec
de légères pentes permet
à l’eau de ne pas stagner.

La fraise n’étant pas assez longue,


retournez le pied pour terminer
l’usinage de la mortaise.

 11  Six planchettes de 15 mm d’épaisseur


constituent le fond de la jardinière. Débitez-les
pour obtenir une largeur de 81 mm et une longueur
 8bis   Réalisez la deuxième mortaise de la même de 370 mm. La largeur théorique du fond est de
façon. Comme à l’étape 8 précédente, vous pouvez 500 mm, or la somme des planchettes fait 6 x 81 =
glisser un martyr avant d’usiner. 486 mm. Ceci est fait exprès pour qu’il y ait un léger
espace entre chaque planchette (3 mm) et que l’eau
puisse s’écouler par le fond.
Le pied étant moins large sur
l’autre face, réglez le guide  12  À la scie sauteuse, pour la première et la dernière
d’usinage de la défonceuse planchette, enlevez les rectangles de 25 x 15 mm
avant d’usiner la 2e mortaise. correspondant à l’emplacement des quatre pieds.

Réalisez les entailles à la scie


sauteuse dans les 4 coins
du fond pour pouvoir laisser
passer les pieds.

N° 50 – BOIS + 31
+ Réalisations
 13  Des tasseaux de section 15 x 15 mm DÉCOUPE DU PRÉNOM
soutiennent le fond de la jardinière. Coupez-en deux
de longueur 440 mm (pour le grand côté) et deux  17  Pour le prénom, choisissez une essence
autres de longueur 330 mm (pour le petit côté). qui contraste avec celle de la jardinière (douglas
dans mon cas) et qui résiste à l’eau. Pour ma part,
 14  Percez deux ou trois trous dans chacun j’ai récupéré une chute de bois exotique.
des tasseaux. Commencez par dessiner le prénom du jardinier
(ou de la jardinière) en herbe sur une feuille de
Percez les tasseaux papier. Collez cette feuille avec une bombe de
qui soutiendront colle repositionnable sur une planche de 10 mm
le fond de la jardinière. d’épaisseur. Il faut que les lettres soit bien collées
les unes aux autres pour que l’ensemble soit
solide. Le travail de découpe sera évidemment plus
fastidieux pour « Marie-Charlotte » que pour « Noé »
(si vous voulez gagner du temps, vous pouvez
toujours choisir à qui vous ferez le cadeau
de cette jardinière en fonction de la longueur
de son prénom, ou lui trouver un diminutif !).
Remarque : pour trouver toutes sortes de polices
de caractères amusantes, je vous conseille
vivement de chercher sur Internet (des sites
comme  www.dafont.com sont des mines d’or).

 15  Vissez ces tasseaux en bas des lattes


inférieures (sur le côté intérieur évidemment !).

Dessinez le prénom sur une feuille


avant de la coller à la colle
repositionnable sur votre panneau.

 18  Percez des trous


aux endroits où la lame de scie
devra aêtre glissée.

Fixez chaque
tasseau sur
le côté intérieur
des lattes du bas.

 16  Avec une cale à poncer ou une râpe, adoucissez


les arêtes de chaque élément de la jardinière.

Pour réaliser les découpes des


zones fermées, il faut commencer
par percer des passages de lame.

 19  À la scie à chantourner,


découpez le prénom.
J’ai utilisé une scie électrique
mais une scie manuelle
(bocfil) peut faire l’affaire.

Le cassage des arêtes


se fait à la cale à poncer
32 ou à la râpe douce. N° 50 – BOIS +
Jardinière pour enfants

Le travail à la scie à
chantourner est idéal pour  21  Positionnez le prénom sur le grand côté,
la découpe de prénoms. marquez l’emplacement pour deux trous.
Percez et vissez le prénom depuis le côté intérieur.
 22  Découpez du feutre géotextile pour couvrir
le fond et les côtés de la jardinière.

Une fois la découpe


terminée, retirez le papier.

Pour empêcher la terre de s’échapper


par les interstices entre les planches,
posez du feutre géotextile.
 23  Sous les pieds, vissez
des patins en caoutchouc
pour isoler la jardinière du sol.
 24  Oubliez les finitions : le douglas n’en a pas
besoin. n

 20  Enlever le papier et cassez les arêtes.

Cassage des arêtes.

N° 50 – BOIS + 33
+ Réalisations

Un bracelet « cuff »
en placage

Par Geneviève Dier

Après les bagues en bois (cf. BOIS+ n°46), je vous


propose de découvrir comment fabriquer facilement de
jolis bracelets de type « cuff ». Ces bracelets sont ouverts,
c’est-à-dire qu’ils ne constituent pas un anneaux complet.
Ils doivent donc être suffisamment solides pour résister
aux contraintes diverses et variées que peut subir ce genre
de bijoux, mais doivent également être suffisamment
souples pour permettre la mise en place sur le poignet
sans risquer de se briser. Nous verrons également
comment personnaliser ces bracelets avec de délicats
motifs à base d’incrustations de laiton.
34 N° 50 – BOIS +
Un bracelet « cuff » en placage

RÉALISATION DU GABARIT À l’aide d’un fil en laiton, je forme


Ce bracelet est réalisé avec deux essences de mon bracelet par-dessus mes tracés.
MANDRIN placages différentes (pour ce modèle, j’ai utilisé du
À BRACELETS RONDS chêne fumé et du chêne naturel) et un insert en laiton.
Pour définir la taille et la forme du bracelet, je me
sers d’un mandrin métallique en forme d’ellipse.

Mise en forme
du fil de laiton qui
va servir de gabarit.

Je coupe mon fil et je l’assemble avec une goutte


de « Super Glue » (colle cyanoacrylate)
pour lui donner sa forme définitive.

Le mandrin n’est pas gradué.


Afin de mener à bien mon travail, j’utilise
un ruban de masquage, collé à l’avant et à l’arrière
du mandrin dans le sens de la hauteur.
Au moyen d’un ruban de couturière, j’enroule
l’ellipse et fais coulisser ce dernier jusqu’au Le fil de laiton est fermé
d'une goutte de colle.
moment où le mètre est correctement positionné
sur le mandrin. Je crée un repère à l’avant sur
le ruban de masquage et je répète le même
procédé à l’arrière pour être bien sûre
de l’alignement du bracelet.

Je transfère la forme du bracelet sur une chute en


contreplaqué. L’épaisseur du contreplaqué donne
l’épaisseur du futur bracelet.

N° 50 – BOIS + 35
+ Réalisations
Si je n’ai pas de contreplaqué à l’épaisseur Une fois que j’ai transféré les formes sur mon
souhaitée, je me sers de deux planchettes bois, je découpe mon gabarit avec ma scie à
(voire plus, en fonction des épaisseurs disponibles), chantourner.
que je colle à l’aide de colle à bois.

N’étant pas une pro du chantournage, je peaufine


mon gabarit sur la ponceuse lapidaire et je termine
les derniers détails manuellement avec un grain
de 150.

Fabrication
d'un panneau
suffisamment
épais pour réaliser
le gabarit de mise
en forme.

Avec le mètre ruban je vérifie


la taille du gabarit.

36 N° 50 – BOIS +
Un bracelet « cuff » en placage

CINTRAGE mon placage se brise. Je dois positionner mon


Le gabarit terminé, je commence à bois très doucement autour de ma forme.
couper mon placage. Ce dernier fait Arrivée à l’autre extrémité, je fixe le tout au ruban
2 cm de plus que la taille de l’ellipse. de masquage et je passe à la bande suivante. Je
Pour le bracelet illustré, je coupe répète cette opération jusqu’à ce que j’ai cintré mes
trois bandes de chêne fumé et cinq bandes de placage l’une par-dessus l’autre.
deux bandes de chêne naturel.

BANDE COUPÉE
DE LONGUEUR

BANDE À COUPER
DE LONGUEUR

Le tout doit sécher au moins 24 heures. L’humidité


peut laisser des traces blanches irrécupérables
avec la colle. Quand le bois est bien sec,
je retire délicatement mon placage du gabarit.
Pour éviter une surépaisseur, je ponce les deux
extrémités de la bande.

Alternance de placage clair


et foncé : pour l'esthétique !

Voilà le moment du cintrage.


Je préchauffe mon étuve
« faite maison » (voir « Bonus » sur
notre site Internet www.blb-bois.com)
et j’y dépose mon placage pendant Je le positionne dans l’ordre d’encollage.
une heure. Chaque essence a besoin ENCOLLAGE
d’un temps différent en fonction de sa
Pour éviter que mon
densité. Pour des placages en 6/10e de
placage colle à mon
fruitiers (noyer, sapelli, érable, merisier,
gabarit, je protège celui-ci
pommier…), comptez 30 à 45 min. Pour des
avec du papier sulfurisé.
bois exotiques (ébène, wengé, padouk…),
Il est plus facile de poncer
il vaut mieux appliquer la technique
du papier collé au bracelet
du trempage dans l’eau bouillante
que de décoller le bracelet
(minimum 2 heures). Je sors mes
collé avec la super glue
bandes une à une car elles doivent
au gabarit.
être cintrées en étant chaudes autour
du gabarit. Cette étape est très
délicate car je ne souhaite pas que

N° 50 – BOIS + 37
+ Réalisations
Je positionne ma première bande autour
de mon gabarit. Pour ne pas avoir une surépaisseur
je coupe mon placage de façon à obtenir
un chevauchement d’à peu près 5 mm.

Une fois coupée, je dois m’assurer que chacune


des extrémités soit poncée assez fine.

Les extrémités qui


se superposent sont
Cette étape, je la répète jusqu’à ce que j’ai encollé
poncées finement pour toutes mes bandes de placage. Je laisse sécher
éviter les sur-épaisseurs. et je marque au crayon les repères de l’ouverture.
Je marque l’ouverture principale et je marque
deux lignes en retrait pour me laisser une marge,
afin de pouvoir, plus tard dans le processus, créer
une ouverture en arrondi.

J’applique la cyanoacrylate
à une des extrémités sans excès
et j’applique une pression.
Voilà ma première bande collée.

Je peux maintenant enlever le bracelet de


son gabarit. En le retirant, j’ai remarqué quelques
restes de papier sulfurisé. Ceux-ci s’enlèvent
facilement au moyen d’un léger ponçage ou
en grattant avec une lame de cutter.

Pour ma seconde bande, je fais attention


de la positionner et de l’aligner avec la première.
J’applique ma cyanoacrylate étape par étape
tout autour de la première bande en exerçant
une pression. Je fais bien attention à ne pas
avoir de jour.

38 N° 50 – BOIS +
Un bracelet « cuff » en placage

PONÇAGE L’ouverture principale est faite en dernier lieu.


Avant de poncer, je vérifie que la position du plateau
est d’équerre.

INSERT
J’ai décidé de donner un peu de vie à ce bracelet
en y ajoutant un insert.
J’égalise chaque côté avec la ponceuse lapidaire. Après un moment de réflexion j’ai décidé
d’utiliser un signe du zodiaque. Je commence par
des esquisses et le choix est tombé sur un motif
pointillé. Je le dessine de façon à ce qu’il occupe
la largeur du bracelet. Avec du ruban adhésif, je fixe
le dessin sur le bracelet.

Cela me permet d’avoir les repères pour percer. Pour


cette étape très précise, j’utilise une mini-perceuse
montée sur un support de perçage à colonne.

En travaillant le plus
précisément possible
à cette étape, j’aurai
moins de ponçage
à la main à effectuer
par la suite.

DÉCOUPE
Avec la scie à chantourner, je crée
l’ouverture avec mes traits de retrait.

N° 50 – BOIS + 39
+ Réalisations
Le bracelet est tenu par Il reçoit une goutte de
un étau lui-même monté cyanoacrylate avant d’être
sur table « XY » (support positionné. J’attends que
réglable selon deux axes). la colle soit sèche avant
J’utilise des forets du de couper le surplus
même diamètre que les avec une pince.
fils de laiton dont je me Je supprime les parties
servirai pour les inserts. dépassantes avec
MICRO-MÈCHE Dans mon cas, un foret de une lime diamantée.
0,4 mm et un de 1,0 mm. Je procède ainsi jusqu’à
Un ruban adhésif me sert la fin du motif.
BUTÉE DE
de butée de profondeur de
PROFONDEUR. perçage, car je ne souhaite
pas traverser le bracelet.
Je ne perce pas plus
profond que 1,2 mm.

Le perçage terminé, j’enlève mon gabarit (dessin).

Le bracelet ne quitte pas l’étau pendant


le travail d’incrustation du laiton. Le laiton
est coupé en petits tronçons qui sont insérés
à l’aide d’une brucelle.
OUVERTURE
Pour créer l’ouverture finale du bracelet, je dessine
la forme désirée au crayon , puis je façonne
l’ouverture. Ce travail est entièrement fait
aux abrasifs et à l’huile de coude !

40 N° 50 – BOIS +
Un bracelet « cuff » en placage

Pour protéger le bracelet, j’applique ma cire


d’abeille « maison », que j’applique à l’aide d’un
tampon de coton (une « souris »). Une fois la cire
séchée, je lustre le bracelet à l’aide d’un chiffon
en coton propre. n

CIRE D’ABEILLE

SOURIS
DE COTON

FINITION
Je ponce l’intégralité du bracelet en commençant
par le grain 120 jusqu’au grain 400.

Le bracelet est poncé manuellement


avec des abrasifs de plus en plus fin.

Avec de l’essence de térébenthine, je dépoussière


l’intégralité du bracelet et je le laisse sécher avant
d’appliquer sa protection.

BONUS EN LIGNE
Retrouvez un complément à cet
article dans la rubrique « bonus »
de notre site Internet BLB-bois

N° 50 – BOIS + 41
+ Réalisations Par Vincent Simonnet

Un tabouret réglable
en hauteur
Idéal pour les violoncellistes en herbe !

Lors d’un précédent article (BOIS+  n° 43), nous nous sommes


intéressés à un tabouret pour petit violoncelliste, tabouret
qui grandit avec l’élève. Il est temps maintenant de s’intéresser
plus en détails à la fabrication de ce tabouret qui présente
quelques petits défis techniques, mais tout à fait abordables
et motivants.

42 N° 50 – BOIS +
Un tabouret réglable en hauteur Idéal pour les violoncellistes en herbe !

Il y a trois exemplaires à fabriquer, mais il paraît l’objet, principalement celles que l’on cherche à
téméraire de se lancer directement dans valider, tout en analysant les phases de fabrication
la production en série. Même avec une conception pour noter où se trouvent d’éventuelles difficultés
soignée, on découvre souvent lors de la réalisation pouvant être contournées avec une conception un
que certains aspects mériteraient d’être modifiés. peu différente.
Ceci se révèle notamment vrai pour des objets Après pas mal de réflexion et d’étude de
particuliers, faisant appel à des techniques que l’on diverses variantes dans
ne maîtrise pas toujours parfaitement. l’environnement SketchUp, je suis
Lorsqu’il y a plusieurs exemplaires à fabriquer, parvenu au modèle qui servira de
il s’avère souvent pertinent de faire un prototype. prototype.
L’analyse de la fabrication de ce prototype et de
son fonctionnement génère maints enseignements
qui alimentent la réflexion et permettent de
revenir sur la conception initiale, en ayant identifié
différentes pistes d’amélioration.
Passons donc à l’atelier pour voir comment le
prototype de ce tabouret pour violoncelliste a été
réalisé et quels ont été les enseignements tirés pour
la réalisation des trois versions finales.

RAPPEL DU CONTEXTE :
L’ÉTAPE « PROTOTYPE » L’objectif consiste à fabriquer
Il y a quelques temps, j’ai eu l’opportunité de me ce prototype pour disposer d’un objet
lancer dans la réalisation de trois tabourets pour fonctionnel sur lequel on va pouvoir procéder à
des enfants apprenant le violoncelle. La particularité des tests. Nul besoin donc d’être soigneux dans
du projet tenait à ce que le tabouret « grandisse » tous les usinages, le tabouret n’ayant pas vocation
avec l’élève, autrement dit qu’il soit réglable en par la suite à être utilisé.
hauteur. Comme la méthode d’enseignement trouve
ses sources au Japon, j’ai retenu l’idée de faire un
ON RÉALISE LE PROTOTYPE
objet un peu « japonisant ». À L’ATELIER
Je sélectionne des chutes de hêtre que je panache
avec du sipo récupéré dans le garage d’un voisin,
juste avant que ce bois ne parte à la décharge.
Je n’utilise pas la toupie stationnaire avec
un bouffe-tout et un roulement pour deux raisons :
j’ai eu récemment de gros éclats et des frayeurs
en calibrant des pièces de 15 mm d’épaisseur
pour fabriquer des cintres pour enfants. Ensuite,
pour la toupie stationnaire, il faut un montage
d’usinage bien sécurisé avec des sauterelles pour
maintenir la pièce et des poignées vissées sur le
gabarit, le plus loin possible de l’outil. Cela prend
du temps. Je me réfugie donc derrière le conseil
de mon formateur de menuiserie : « Si on ne le sent
Je n’ai aucune pas, il ne faut pas le faire ». Ne disposant pas de
expérience dans la défonceuse sous table dans mon atelier ni dans
FRAISE À
fabrication de chaises l’atelier associatif qui m’accueille, je pars donc pour AFFLEURER
ou de tabourets, encore réaliser le calibrage « à la volée » (défonceuse tenue
moins pour des assises à hauteur réglable. À partir en mains).
d’une première conception, plutôt que de se Je fabrique deux gabarits pour les lames :
lancer directement dans la production simultanée un pour la courbe extérieure et l’autre pour
de trois unités, la bonne idée consiste à réaliser la courbe intérieure. On dispose ainsi d’une
un prototype. Il s’agit d’un objet « fonctionnel », surface d’appui bien plus importante.
pas nécessairement abouti sur le plan esthétique, L’atelier possède une fraise droite à
permettant de tester « grandeur nature » les qualités affleurer, avec roulement en bas
de l’objet et ses aptitudes à répondre aux besoins. et hauteur de coupe de 25 mm.
Ici, le prototype du tabouret demandé doit pouvoir Il vaudrait mieux avoir une fraise
se régler facilement et naturellement se révéler à copier avec un roulement en haut,
confortable. Nul besoin donc pour cette étape de manière à disposer d’un appui plus
de soigner chaque pièce du prototype : l’intérêt important sur le gabarit. Ce sera un achat
consiste à se concentrer sur les fonctionnalités de à faire pour la production en série. FRAISE
À COPIER

N° 50 – BOIS + 43
+ Réalisations
Chaque lame est découpée à la scie à ruban,
en laissant un surplus d’environ deux millimètres,
qui partira au calibrage.

Découpe des lames


à la scie à ruban.

Le calibrage des lames :


il vaudrait mieux prévoir
des appuis supplémentaires
pour la défonceuse.

Hélas, comme les membres de l’atelier associatif


où je réalise ce prototype ne sont pas tous
soigneux, j’endommage mes gabarits à la suite
de deux incidents : d’abord le roulement se dévisse
(ayant sans doute été insuffisamment bloqué),
puis quelques minutes plus tard, il se brise. C’est là
que l’on s’aperçoit des conseils judicieux prodigués
par Bruno Meyer, de « donner à boire » un peu
d’huile au roulement après chaque quart d’heure
d’utilisation !

La lame à calibrer La lame est ensuite Le roulement se casse :


est vissée au gabarit. vissée au gabarit, le gabarit est usiné !
à l’endroit où
passeront les barres
rondes : les marques
des vis disparaîtront
au moment
du perçage.

Travailler gabarit
en dessous, avec
un roulement en bas
de fraise, nécessite
de bien maintenir la
verticalité de la fraise, la
défonceuse ne reposant que
sur la faible surface de la lame. Comme il s’agit
d’un prototype, les incidents d’usinage sont sans Le gabarit a été endommagé sur une bonne
conséquence. Pour avoir un bon résultat, il faudrait vingtaine de centimètres. Je résous le problème
faire un montage d’usinage, avec un appui en le retournant et en travaillant par demi-côté,
supplémentaire offrant une bonne assise en prenant soin cette fois de huiler régulièrement
à la défonceuse. L’autre solution que l’on utilisera le nouveau roulement.
par la suite, avec une fraise à copier, permet Toutes les pièces usinées sont placées côte
de poser la défonceuse sur le gabarit, offrant ainsi à côte et serrées sur l’établi pour un ponçage qui
une assise plus large donc bien plus stable. enlève les petits défauts du calibrage et les légers
désaffleurs entre lames.

44 N° 50 – BOIS +
Un tabouret réglable en hauteur Idéal pour les violoncellistes en herbe !

Ponçage des pièces pour Mise à longueur


enlever quelques défauts. de toutes les lames.

Sans scie sur table, la coupe peut facilement se faire


à la scie à main, une pièce correctement tracée et
coupée servant de « guide de coupe » pour toutes
les autres.
Les quatre lames qui supportent le piétement,
identiques aux autres lames (la standardisation a du
bon !) sont découpées pour permettre le passage voulu
à la fermeture des montants des pieds. Les pièces
Pour la partie extérieure, on peut utiliser une sont collées deux à deux en prenant bien garde à leur
ponceuse à bande. Pour la partie intérieure, positionnement : ces pièces ne sont pas identiques,
c’est plus difficile : il faut avoir recours au racloir et mais symétriques suivant l’axe « largeur » du tabouret.
à un ponçage à la main.
Découpe et collage des lames support du piétement.
Un point important retiré de ce prototype : il est
fondamental de marquer chaque pièce en son
milieu, avec un trait continu sur les quatre côtés.
Cette marque est à placer dès l’ébauche et à
« rafraîchir » si nécessaire après chaque opération
(calibrage puis ponçage).

Bien repérer le milieu de


chaque lame par un trait
sur les quatre faces.

Ainsi, on assurera
le bon positionnement de
chaque lame par rapport à ce repère commun. Selon la même méthode que pour les lames d’assise,
Il faut également marquer la face de la pièce : on tronçonne à longueur les lames de piétement,
même si le gabarit a été tracé et usiné avec en utilisant là encore le chariot de la scie circulaire.
soin, il ne sera jamais parfaitement symétrique.
Mise à longueur des lames du piétement.
On pourra noter de très légers désaffleurs en
positionnant deux pièces côte à côte, mais
orientées en opposition.
Reste à mettre les pièces à longueur. De nouveau
mises côte à côte et fixées sur le chariot de la
scie circulaire, en s’étant assuré d’une bonne
« horizontalité », on tronçonne l’ensemble des lames
à longueur. On verra par la suite que cette opération
se trouverait mieux placée une fois l’assemblage
avec les barres rondes réalisé.

N° 50 – BOIS + 45
+ Réalisations
Pour les trous des lames, j’ai cherché la bonne
solution. D’abord, en ayant bien évidemment
le même diamètre de mèche et de tourillon.
Pas possible de trouver en grande surface de
bricolage des mèches à façonner type Forstner
autres qu’en diamètre 25 ou 35 mm. Il faut
se rabattre sur une mèche plate de 16 mm ou
une mèche à bois de même diamètre, avec
des baguettes rondes en hêtre.
Pour les perçages, l’utilisation d’une machine
à colonne s’avère indispensable. Il faut
également impérativement brider les pièces,
après un positionnement très précis. La mèche
à bois (ou celle plate) donne un bon résultat sur
une pièce d’essai. Les perçages s’opèrent pour
des empilements de trois ou quatre lames : seule
la première est soigneusement tracée et pointée. Usinage des extrémités
Ensuite, cette lame servira de « centreur » pour des montants du piétement.
le perçage des autres lames.

Disposant de toutes les pièces principales,


on peut opérer une premier montage à blanc.
Avec satisfaction, je note que tout s’assemble
correctement et qu’il n’y a aucun jeu.

Perçage des lames


avec une mèche plate.

Les essais ont montré que l’assemblage tourillon et


lame se révèle un peu « mou ». Cela m’ennuie, mais Premier montage
à blanc : tout va bien !
ne voulant pas percer à un diamètre de 15 mm, puis
poncer les baguettes rondes, j’envisage donc par
la suite d’utiliser de la colle PU, pour ses qualités
expansives.
Mais lorsque je monte l’assise, avec le soin mis
dans les perçages, les écarts se révèlent minimes,
ce qui assure pour ce montage « à blanc »
un excellent maintien des lames sur les baguettes.
Plus besoin donc de recourir à de la colle PU.
Par contre, pour le collage, il faudra sans doute
adopter un processus particulier : pas question
d’encoller les barres sur toute leur longueur car
cela rendrait fastidieux le nettoyage des ronds entre
chaque lame. Je reporte à plus tard la recherche
de la solution à ce problème. Les quatre pieds sont
percés puis leurs extrémités sont grossièrement
arrondies à la scie à ruban, avant de finir la forme
semi-cylindrique à la ponceuse lapidaire.

46 N° 50 – BOIS +
Un tabouret réglable en hauteur Idéal pour les violoncellistes en herbe !

Des traverses de 40 mm de large assurent


le maintien des pieds deux à deux, l’importance
de cette largeur étant de mieux maintenir les pieds
entre eux et d’éviter que l’ensemble se déforme
lorsque l’utilisateur bouge. L’assemblage se réalise
par tenon et mortaise. On pourrait très bien le faire
avec des dominos, voire avec un double tourillon.

Rainure sur
une pièce d’essai.

On retourne la pièce, face de référence à présent


au dessus, pour agrandir les traces de scie,
plus faibles en haut à cause de la forme circulaire
de la lame. La rainure finale s’obtient donc
en quatre opérations. Cela va assez vite.
Deux perçages avec la perceuse à colonne
terminent proprement les rainures.
Usinage des extrémités
des rainures
Mortaisage et
tenonnage des pieds.

Le prototype permet de se rendre compte que


pour verrouiller le pied, une simple ficelle entre
les traverses basses ne suffit pas (voir l’article
BOIS+ n°43). Il me faut tester le système de
blocage des pieds, usinés sur leurs montants avec
des rainures traversantes : le verrouillage se fait
par vis et écrous.
Pour faire cet usinage, on va s’inspirer des
méthodes pour fabriquer ce que les Anglo-
Américains appellent le « zero clearance inserts »
(la pièce de sécurité pour les « vieilles » scies Il suffit de quelques reprises au ciseau pour avoir
circulaires qui n’ont pas un chariot « ras de lame »). une découpe parfaite. Cette solution assure
Au préalable, on marque les pièces à rainurer une rainure bien rectiligne, sans défaut d’usinage.
d’un trait continu sur les quatre faces, trait qui
correspond au milieu de la rainure. On repère
également par un trait sur la table de la scie le
point haut de la lame. Chaque pièce va être placée
en mettant en concordance ces deux repères.
On pose la pièce sur la table, face de référence
sur la table, scie en position basse et couteau
diviseur enlevé. La pièce fermement bloquée,
on monte la lame doucement pour faire l’entaille.
Sur une pièce d’essai, on a pris soin de compter
le nombre de tours de manivelles pour obtenir
la bonne longueur de rainure.
En retournant la pièce, même face de référence
sur la table, repère à la même place, on agrandit On termine
la largeur de la rainure, la première n’étant au ciseau à bois.
volontairement pas centrée.

N° 50 – BOIS + 47
+ Réalisations
On pourrait aussi faire cet usinage à la défonceuse Avec une perceuse à colonne et un peu de soin,
avec une fraise droite, en fraisant en plein bois, on perce tous les trous, en réalisant aussi un léger
machine guidée par le guide longitudinal. Ou, pour fraisage sur les perçages centraux pour positionner
ceux qui possèdent l’outil, utiliser une mortaiseuse l’insert au nu du parement de l’écrou. Les inserts
à mèche. Le mieux consisterait à utiliser une se vissent avec une clef six pans, avant la découpe
défonceuse sous table, en étant très vigilant pour finale du bouton, pour garder un peu de solidité et
amorcer la rainure, la pièce appuyée sur le guide pour éviter d’avoir à tout recommencer si le bois
et progressivement enfoncée sur la fraise. venait à se fendre lors du vissage de l’insert.

LE BOUTON DE VERROUILLAGE Perçages et mise


Pour bloquer les pièces du piétement, on en place des inserts
utilise des vis tête ronde à collet carré, ce
carré ayant comme dimension de côté la largeur
de la rainure : ceci maintient la vis en position
lors du serrage, en lui évitant de tourner. Il faut
naturellement prévoir un léger jeu entre le côté
du carré et la largeur de la rainure pour que la vis
puisse se déplacer.

R 5 MM

R 5 MM
28 MM

Dessin de l’écrou
de serrage.

28 MM
La découpe se fait ensuite à la scie à ruban.
On pourrait utiliser un écrou papillon pour assurer Pour avoir des ailes les plus égales possibles,
un blocage aisé. J’ai préféré faire cette molette sans tour, j’utilise la perceuse à colonne et du
en bois, pour une meilleure préhension. Le dessin papier abrasif pour rendre la pièce bien équilibrée,
de cette molette est simple, avec quatre ailes. puis une ponceuse à bande pour arrondir les angles
Au centre, un trou permet d’y visser un insert saillants.
taraudé qui recevra la vis. Pour réaliser ces
molettes, on part d’une planchette ayant comme
épaisseur la hauteur de l’insert et comme largeur Ponçage des molettes…
le diamètre extérieur de l’écrou. Après avoir testé
sur deux pièces d’essai pour bien mettre au point
le processus, je trace toutes les pièces à réaliser,
en marquant les centres des perçages à réaliser.

Traçage des écrous et


pointage des perçages.

MOLETTE

… à la ponceuse … à la ponceuse
à colonne. à bande.

48 N° 50 – BOIS +
Un tabouret réglable en hauteur Idéal pour les violoncellistes en herbe !

Même en étant soigneux, le résultat n’est pas LA RÉALISATION


fameux. Pour les versions finales, il va falloir DES OBJETS « EN SÉRIE »
modifier un peu le processus.
Les molettes Pour le calibrage des lames, j’ai acheté
réalisées.  des fraises à copier. Mais plutôt que d’utiliser
la défonceuse « à la volée », j’ai décidé de la monter
sous table. Pour cela, j’ai utilisé mon établi pliant.
On ouvre l’établi pour faire passer la semelle de
défonceuse. Deux morceaux de bois, bien plats,
sont fixés à l’aide de serres-joints sur les tables
de l’établi. On place la défonceuse sous ces pièces
et on la fixe avec des serres-joints.

À présent, le prototype est terminé.


Même si la fabrication n’est pas exempte
de défauts, ce prototype va néanmoins permettre
de faire tous les essais voulus.

Positionnement
de la défonceuse
dans un établi pliant.

De cette manière, la semelle de la défonceuse


se trouve dans le plan des tables de l’établi. Il reste
à serrer l’étau et la défonceuse sous table est
disponible. Inconvénient de ce système : il n’y
a pas les protections impératives, il faudra être
particulièrement vigilant dans les phases d’usinage,
notamment en attaque et en fin de passe,
Le prototype en gardant les mains le plus éloignées possible
est terminé. de l’outil. Pour minimiser les risques d’accident,
on limitera aussi la quantité de bois à enlever à 1 à
2 millimètres. C’est facile à faire en dégrossissant
Les assemblages se révèlent suffisamment
à la scie à ruban, la pièce étant fixée sur le gabarit.
robustes pour éviter tout collage. On peut alors
procéder à tous les tests voulus, dont celui de
s’asseoir sur le tabouret, de le plier, de le régler
à différentes hauteurs et bien sûr de le transporter
et de soumettre l’objet à l’avis de personnes de
son entourage : les remarques faites s’avèrent
très souvent pertinentes, surtout qu’on se
trouve soi-même souvent focalisé sur les points
qui nous intéressent, pas toujours perçus
comme déterminants par l’utilisateur. Les axes
d’améliorations étant identifiés, on va pouvoir
modifier la conception et passer à la réalisation
des objets « série » ! Comme la fabrication du
prototype a également suscité des enseignements,
on va modifier certains procédés de fabrication. On limite la prise
Seront ainsi revus la largeur et l’espacement de bois à 2 à 3 mm,
des lames, la largeur de l’assise pouvant en coupant la pièce
être réduite, une seule traverse pour les pieds sur gabarit à la scie
à ruban.
et plusieurs opérations de fabrication.

N° 50 – BOIS + 49
+ Réalisations
Le calibrage des pièces, avec cette « pseudo » Comme pour la phase prototype, les lames
défonceuse sous table, se révèle bien plus rapide étant toutes positionnées par rapport à leur trait
et plus précis que la méthode utilisée pour le de référence, on les place dans une presse pour
prototype. Une fraise à copier d’un diamètre un peu éliminer les quelques désaffleurs qui pourraient
plus important que celle à affleurer (5/8’’ au lieu de exister. Le calibrage avec ce dispositif se révèle
1/2’’) facilite aussi grandement l’opération. de bien meilleure qualité et a pris moitié moins
de temps.

Ponçage simultané
de toutes les lames.

Il faut prendre soin, après chaque ponçage


de faces, de retracer le trait de repérage au milieu
Calibrage de la courbe de chaque lame. Grâce à lui, on s’assure du bon
intérieure d’une lame.
positionnement des pièces lors les différentes
opérations.
Sans protection cependant, il faut se montrer très
concentré, notamment dans les phases d’attaque
et de fin d’usinage : c’est presque toujours à ces
moments-là que se produisent les accidents.

On rafraîchit le trait de repère


à chaque opération.

Pour faire ressortir le dessin de la lame, il vaut


Calibrage de la courbe mieux faire un petit chanfrein plutôt qu’un quart-de-
extérieure d’une lame
rond sur les arêtes de lames : le dessin de la lame
restera plus affirmé. Notre montage de défonceuse
sous table va encore servir pour cette opération,
avec une fraise munie d’un roulement.

Usinage d’un chanfrein


sur les lames.

Il a fallu bloquer le dispositif de mise en route de


la défonceuse. Il s’avère prudent de brancher la
défonceuse sur un dispositif avec un interrupteur de
manière à pouvoir facilement arrêter la machine si
un incident venait à survenir.

50 N° 50 – BOIS +
Un tabouret réglable en hauteur Idéal pour les violoncellistes en herbe !

Les différents perçages sont ensuite faits à la Les opérations de mortaisage et de tenonnage
perceuse à colonne, trois lames à la fois. Il y a lieu sont les mêmes que pour le prototype.
d’être précis dans ces perçages et de bien brider Pour avoir une rainure bien régulière, l’usinage
le montage, en s’assurant que l’empilage des lames des montants des piétements se fait toujours
est bien vertical. avec la scie sur table, suivant la méthode
zero clearance.
Perçage des lames à Une fois toutes les pièces usinées, on peut faire
la perceuse à colonne. les montages à blanc pour s’assurer que tout
s’assemble correctement. Avant de coller chaque
tabouret, il faut passer par une opération assez
chronophage : le ponçage toutes des pièces.
Pour le collage, cela demande un peu de
réflexion et de préparation. En effet, pas question
d’encoller le trou des lames : en enfilant celles-
ci, on étalerait la colle sur les tourillons, avec
bien du mal par la suite pour enlever ces traces
de colle. J’ai donc procédé de la façon suivante
: dans une planchette de 15 mm, qui est la
taille de l’espacement entre lames, j’ai tiré tout
un ensemble d’espaceurs, percés au diamètre
du tourillon. On assemble les tourillons sur
les lames d’extrémité, dont les trous peuvent
être encollés. Puis on place les espaceurs et
Les lames percées sont assemblées côte à côte on encolle les tourillons juste sur la hauteur
avec les tourillons. On peut ainsi les mettre correspondant à l’épaisseur de la lame à mettre en
à longueur, en étant certain de la rectitude place. La lame est mise en place et on renouvelle
de l’alignement des côtés. l’opération en insérant les
ESPACEURS
En utilisant les mêmes montages, on perce espaceurs puis les lames.
également les lames support des piétements.

Perçage des lames


support des piétements.

ZONES À ENCOLLER

Le reste du montage
ne pose pas de problème.
Je dispose à présent des mes trois tabourets
et de mon prototype.

N° 50 – BOIS + 51
+ Réalisations
Pour la finition, j’ai passé deux couches de vernis De la sorte, l’insert ne se voit plus en façade.
en phase aqueuse, avec un égrenage léger De mon point de vue, le résultat est plus
entre les deux couches. esthétique et la surface de prise se trouvant
sensiblement accrue, la préhension de la molette
LES RETOURS DES « CLIENTS » est bien meilleure.
Après plusieurs semaines d’utilisation, les retours
clients sont arrivés : les tabourets présentaient
le défaut de progressivement se replier, indiquant
que le verrouillage fonctionnait mal. En essayant
de comprendre ce qui se passait, d’autant que
le problème ne se produisait pas sur le prototype
que j’avais gardé, j’ai identifié deux gros défauts :
• la tête de vis n’avait pas assez de portance et,
avec un fort serrage, pénétrait dans le montant
du piétement et endommageait celui-ci en
glissant. Pas de possibilité de mettre une rondelle,
car le carré dans ce cas ne jouerait plus son rôle
pour bloquer le boulon.
• les montants du piétement, soigneusement vernis,
étaient devenus glissants, ce qui ne favorisait pas
du tout la tenue du serrage.

J’ai procédé à deux modifications :


• d’abord, j’ai enlevé les couches de vernis sur
les parties intérieures des montants, pour rendre Il y a une molette de chaque côté, avec une tige
celles-ci moins glissantes. filetée et deux rondelles, soit quatre molettes
par tabourets. Le serrage est bien plus
efficace. Cette modification a finalement donné
R 12,5 MM satisfaction.

CONCLUSION
Même si on peut retirer beaucoup de satisfaction
du résultat obtenu, il faut néanmoins rester
réaliste et se rendre à l’évidence. Un tabouret
10 MM
40 MM
ou une chaise ne sont pas des meubles simples.
Ils se trouvent soumis à de nombreuses
contraintes que l’on a quelques fois tendance
à ignorer ou à minimiser. Qui plus est avec un
tabouret dont l’assise est réglable. Pour se
révéler pleinement satisfaisant et se comporter
de manière robuste, un tel projet nécessiterait
non pas simplement une seule étape « prototype »,
mais plusieurs phases successives, avec
d’une part les constatations faites par des
• J’ai remplacé le boulon à collet carré par une tige utilisateurs (pas un ou deux mais bien davantage)
filetée, munie de deux molettes de chaque côté, et d’autre part les enseignements tirés des étapes
molettes dont j’ai revu le dessin. successives de fabrication. On quitte le monde
La molette présente une épaisseur supérieure amateur et on découvre les impératifs du monde
à la profondeur de l’insert. industriel et commercial, où la qualité d’un objet
n’est pas simplement liée à sa valeur esthétique,
mais à sa facilité d’utilisation, à sa robustesse et
à l’appréciation de nombreux utilisateurs aux avis
différents. Restons prudents si nos réalisations
ne sont pas simplement statiques,
mais comportent des usages fonctionnels :
il y a bien des surprises. n

52 N° 50 – BOIS +
Techniques
+

Le renfort
de coupe
d’onglet
en sifflet
Par Bruno Meyer

Voici un renfort de coupe d’onglet qui a tout pour plaire :


résistant, spectaculaire et plus facile qu’il n’y paraît.
C’est aussi une nouvelle technique de fraisage
complémentaire à inscrire à votre tableau de chasse.

Les queues d’aronde ont ceci de bien qu’on Le bois à clés


comprend leur fonctionnement au premier coup d’œil, Vous devez fabriquer un panneau assez particulier :
même si l’on est une personne non-initiée. Par contre, • Épaisseur : le tiers de celle du cadre à renforcer.
leur procédé de fabrication est un mystère même Soit 7 à 8 mm pour un cadre débité dans
pour un bricoleur averti : « Tu fais ça comment ? ». du plateau de 27, et tiré à meilleure cote.
Autant dire que réaliser un tel assemblage vous • Longueur : un peu plus que la longueur finale
vaudra quelque considération ! Par ailleurs, cet des clés. Quelle est-elle ? Tracez un trait
assemblage efficace est assez simple… quand on perpendiculaire au joint, à hauteur de la feuillure, et
sait ! C’est précisément l’objectif de cet article. mesurez sa longueur. Comptez 40 mm de surcote.
• Largeur : assez pour scier quatre clés. Prévoyez
PRÉPARATION que chacune fera en moyenne 2,5 fois le diamètre
Vous aurez besoin d’une défonceuse, d’une fraise à de la fraise à queue d’aronde (c’est compter
queue d’aronde et d’une scie circulaire sur table (ou large, et c’est ce qu’il faut). Mais pourquoi
d’une scie à coupe d’onglet avec mouvement radial) ne pas en profiter pour en faire plus, pour essais
inclinable. Côté bouts de bois, vous devrez avoir de e pour les prochaines fois ?
quoi faire les clés et quelques pièces pour fabriquer Du coup, vous pouvez vous retrouver avec
un gabarit : c’est plutôt l’occasion de débarrasser une « longueur » (comptée dans le sens du fil) plus
votre atelier ! courte que la « largeur » ! Vous ne trouverez pas de

Le bois à clés :
un panneau plus
large que long.

N° 50 – BOIS + 53
+ Techniques

Collage du bois à clés :


les étriers sont toujours
aussi commodes.

bois comme ça en un seul morceau : il vous faut à peu près droit sur une hauteur maximum,
« panneauter ». dégagez les parties non-fraisées puis mesurez
avec un rapporteur d’angle.
Concrètement :
• Réunissez assez de pièces de bois pour obtenir GUIDE PARALLÈLE RAINURE DE TABLE
la largeur nécessaire.
• Tirez-les à l’épaisseur finale + 1 mm. GUIDE D’ONGLET
• Dressez soigneusement les chants de ces pièces,
bien d’équerre.
ANGLE 2°
• Tronçonnez ces pièces à la longueur finale
du panneau + quelques millimètres. LAME INCLINÉE
TASSEAU VISSÉ
• Panneautez les pièces, pour obtenir une longue
bande de bois, fil en travers.
• Dressez un des bouts : scie circulaire ou dégau. ANGLE 4°
Sciez l’autre à la circulaire avec le guide,
pour obtenir deux bouts droits et parallèles.
BOIS À CLÉS
• En raboteuse, descendez l’épaisseur à la cote finale.
Procédez par petites passes : les copeaux rabotés
en travers du fil sont longs et bourrent facilement.
Sciage des clés
• Vous devez connaître l’angle de la fraise à queue
d’aronde. Cherchez sur un catalogue, ou sur PETITE LARGEUR
= Ø FRAISE
la queue. Ou mesurez-la : fraisez un bout d’essai

ESSENCE
Côté mécanique, les bois durs renforcent
mieux que les bois tendres, quelle que soit
la dureté du bois utilisé pour le cadre.
Côté esthétique, vous voulez peut-être que
votre renfort « crache un max » ! Dans ce cas
un bois de contraste est bienvenu.
Si votre cadre est en bois clair,
vous pouvez utiliser un bois tropical rouge
ou du noyer. Un châtaignier ancien sera
du plus bel effet. Idem pour le chêne
qui est plus dur.
Si vous voulez un contraste maximum, et que vous avez du temps, prenez un bois tannique :
justement chêne ou châtaignier, et virez le tanin au gaz ammoniac. Pour cela, après sciage
des clés, enfermez-les avec une coupelle d’ammoniaque liquide, dans une enceinte fermée.
J’utilise un réfrigérateur domestique hors d’usage. Autre solution : enfermer soigneusement le tout
dans un carton puis dans un sac poubelle. Pour un traitement à cœur sur l’épaisseur d’une clé,
comptez deux semaines. Aérez les clés quelques heures à l’air libre avant de les utiliser.

54 N° 50 – BOIS +
Le renfort de coupe d’onglet en sifflet

• Inclinez la lame de votre scie circulaire à cet angle.


• Vous devrez scier le panneau légèrement hors Quelques clés
d’équerre : comptez 2°. Vous pouvez utiliser le fraîchement sciées.
guide d’onglet (celui qui rentre dans la rainure
de la table), réglé à 88°. Vissez dessus un
tasseau, assez long pour être scié. Une astuce :
Remarques :
après sciage, collez sur le tasseau une bande
• Il est aussi possible
étroite d’abrasif : il évitera au panneau de glisser
de scier les clés avec
en cours de sciage. Laissez 10 mm sans abrasif
une scie pendulaire.
près de la lame.
Tournez le bras de 2°, et
• Sciez une petite chute à l’extrémité du panneau
inclinez la lame à l’angle de la
guidé par le guide d’onglet. Jetez-la. Retournez
fraise. Pour la largeur des clés,
le panneau, en laissant la coupe récente côté
montez une butée contre le guide
scie.
de la machine.
• Montez le guide parallèle de sciage, qui va servir
• Certaines clés portent un joint
de butée. Réglez-le pour que la petite largeur de la
de colle. Elles peuvent être éliminées, mais
clé soit à peu près égale au diamètre de la fraise.
pratiquement le joint se voit peu et une telle clé
Attention : je parle ici de la largeur de la base de
est aussi fonctionnelle que sans joint. À vous de
la clé : celle de la surface la plus large. Pour cela,
voir… Par contre, éliminer celles portant un défaut
marquez cette petite largeur sur le bord du panneau
est légitime (nœud, joint mal collé). Il est prudent
de bois à clé, engagez-le devant la lame, et faites
de scier une clé de plus.
correspondre la marque et une dent de scie.
• Si possible, réglez aussi le guide en le reculant Cale de fraise
jusqu’au niveau de l’entrée de la scie, pour que C’est juste une cale en bois bien
les clés ne soient pas coincées entre guide et sec, d’épaisseur égale au
lame après sciage. grand diamètre de la fraise
• Scie en marche, appuyez le bout du panneau queue d’aronde. Longueur :
contre le guide d’onglet, et une extrémité de au moins 300 mm (plus
la coupe précédente en contact contre le guide ne nuit pas). Nous verrons
parallèle. Avancez dans la scie, vous produisez son rôle plus loin.
ainsi une clé. Éloignez-la de la scie (avec poussoir Deux conseils :
ou chute longue). • Faites-la de section
• Retournez le panneau pour une seconde coupe. carrée, ou dans un
Sciez ainsi autant de clés qu’il vous en faut. rapport largeur-épaisseur
tel qu’une confusion
entre les deux ne soit pas
Le sciage des clés. possible.
La scie est inclinée • Écrivez dessus et de façon La cale de fraise.
à l’angle de la fraise. très lisible son épaisseur et son
rôle.

TRACÉ DU CADRE
C’est un moment fort ! Vous allez décider de la
position de la clé dans le cadre, et jeter les bases
de la construction du gabarit. Inutile de tracer les
quatre angles, un seul suffira. Vous aurez besoin
d’une équerre d’onglet. Les équerres à combinaison
en font une excellente.
Tracé de l’entaille
• Si le cadre comporte une feuillure, rainure
ou moulure non encore exécutée, tracez-la
maintenant, en parement.
• Posez une clé dans un angle, sur sa base,
perpendiculairement au joint. Choisissez son
emplacement dans l’angle, en étant conscient que
plus elle sera longue – et donc près de l’intérieur –
et plus le renfort sera solide. Néanmoins faites en
sorte que la future clé ne soit pas fraisée par un
feuillurage ou autre.
• Orientez le bord intérieur de la clé à 45° avec
le bord du cadre, avec l’équerre d’onglet.

N° 50 – BOIS + 55
+ Techniques
Tracez alors les deux côtés de la clé (traits 1 et 2 Montage du gabarit
du schéma ci-dessous). Vous pouvez hachurer • Choisissez comme règle une pièce de bois bien
l’intérieur, mais après fraisage, ne soyez pas dressée, de section minimum 50 x 20 (plus c’est
surpris de voir des hachures subsister : ce tracé mieux) et dépassant d’environ 100 mm du cadre
représente le fond de l’entaille et non la partie de chaque côté.
fraisée en surface. • Serrez cette pièce sur le cadre, à sa place.
• Choisissez comme butées deux pièces assez
longues pour pouvoir être montées sous la
règle, et se rejoindre entre elles. Et pas trop
larges : moins de problèmes avec les serre-joints
de fixation de la règle.
TRAIT 1 • Fixez chaque butée sous la règle, le long du
cadre. Vissez-les à la règle.
• Pour renforcer le gabarit et pour que les butées
restent dans le même plan, solidarisez ces
dernières. Par exemple par un petit contreplaqué
vissé dessous, à cheval sur les deux.

CADRE À USINER
CLÉ

TRAIT 2

Le tracé du cadre :
juste quatre traits.

TRAIT 4 (RÈGLE)
A

GABARIT
Le gabarit en cours
CALE DE de montage.
FRAISE

TRAIT 3
Gabarit fini. Inutile de le démonter du cadre :
nous sommes prêts à fraiser !

FRAISAGE DE L’ENTAILLE
Elle se fait en deux passes. La défonceuse
est guidée par la règle du gabarit, mais pas
Tracé de la règle directement : dans les deux cas, quelque chose
La règle est la partie du gabarit qui guidera sera placé entre base et règle. Retenez bien
(indirectement) la défonceuse lors du fraisage. ce point : si la base est en contact avec la règle,
• Tracer sa limite jouera un rôle important dans c’est une erreur grave.
la construction du gabarit, et vous donnera une
idée de la longueur de la règle.
Montage provisoire de la clé
• Tracez sur le cadre la limite de la base de La clé devra être fixée le long de la règle le
défonceuse (trait 3). C’est-à-dire un trait parallèle temps du premier fraisage, sans pouvoir glisser.
à la distance A entre bord de la base et fraise Cette fixation provisoire peut se faire à la colle
(schéma ci-dessus) - trait qui sera donc à 45° thermofusible. Pensez donc à mettre en chauffe
des bords du cadre : l’utilisation de l’équerre le pistolet un peu à l’avance.
d’onglet est possible. La distance A peut être • Réglez la butée de la défonceuse pour une entaille
mesurée sur la défonceuse, ou juste tracée en de profondeur identique à l’épaisseur de la clé.
posant cette dernière sur le cadre, fraise à la Vous connaissez la musique : faites le zéro, puis
limite intérieure. coincez la clé entre butée et point de butée.
• Tracez au-delà du trait 3 l’épaisseur de la cale Remontez pour libérer la clé, mais je vous suggère
de fraise (trait 4). C’est à ce dernier trait que doit de redescendre en butée immédiatement et de
être placée la règle du gabarit. garder la défonceuse bloquée à cette profondeur
jusqu’à la fin de l’usinage de toutes les entailles.

56 N° 50 – BOIS +
Le renfort de coupe d’onglet en sifflet

Vous éliminez ainsi le risque de ne pas descendre


complètement en butée, une erreur lourde de
conséquences.
Un rappel toutefois : utiliser la défonceuse ainsi
exige des précautions au démarrage et arrêt de
la machine (voir BOIS+ n° 16 p. 18). À toutes fins
utiles, nous rappellerons plus bas la procédure
« fraise descendue ».
• Tracez le milieu de la clé. Posez-la contre la règle,
ce repère central à peu près orienté dans l’axe du
joint. C’est la position dans laquelle elle devra être
La première passe.
fixée le temps du fraisage. Tracez les extrémités
Léger défaut
sur le cadre. aux extrémités,
• Paraffinez les bouts de la clé, et les parties sans importance.
correspondantes sur le cadre.
• Posez une grosse goutte de colle sur la clé, à
chaque bout. N’étalez pas la colle, qui refroidirait Deuxième fraisage
trop vite. Mais avant de poser la clé en place, • Décollez la clé, et rangez-la à part. Éliminez toute
attendez quelques secondes, pour que la colle trace de colle. À la place de la clé, posez la cale
ne soit pas trop chaude, de façon à faciliter le de fraise. Inutile de la coller.
La clé décollage.
provisoirement • Re-fraisez comme précédemment. La première
collée contre entaille se trouve élargie vers l’intérieur du cadre.
la règle. N’oubliez pas la procédure !

La deuxième passe.
La clé a été remplacée
par la cale de fraise.

Premier fraisage Entaille terminée, moment de vérité ! Rentrez


• Démarrez la défonceuse, tenue en l’air comme il la clé, frappez un peu sur le gros bout : la clé rentre
se doit (procédure « fraise descendue »). Posez parfaitement, pas un jour nulle part. C’est magique !
la base sur la butée gauche, fraise loin du bord, La suite : une fois toutes les entailles fraisées,
semelle en contact avec la règle. rentrez les clés avec de la colle, frappez-les pour les
•A vancez. La fraise va peut-être commencer rentrer à fond. Après séchage, un coup de racloir
à fraiser la butée gauche avant que la base n’entre sur la face entaillée, pour évacuer les reste de colle
en contact avec le bout de la clé, que vous devrez et les « poils » générés par le fraisage. Dégrossissez
contourner. Ce qui peut donner un fraisage les sur-longueurs, affleurez (fraise à affleurer).
bizarre dans la butée. Aucune importance ! Montage des clés.
Après mise en place,
Continuez à fraiser, base bien au contact avec frappez-les pour les
la clé. Rentrez dans le cadre, fraisez tout le long rentrer à fond.
jusqu’à ce que la base quitte la clé, puis que
la fraise sorte de la butée droite.
• Ne soyez pas pressé de voir le résultat !
Sortez franchement la fraise du bois, tenez-
la en l’air. Arrêtez alors la machine, attendez
l’arrêt complet de la fraise avant de la poser
(procédure « fraise descendue »). Oui, c’est long…
Mais la fraise est dangereuse tant qu’elle tourne.

N° 50 – BOIS + 57
+ Techniques
Quelques remarques les entailles dans les butées se trouveront
• Les clés se ressemblent beaucoup, mais peuvent élargies, et de petits éclats risquent d’apparaître
présenter de petites différences entre elles. Aussi en entrée et sortie. Vous pouvez rentrer et
est-il sage de les établir. Après le premier fraisage, sortir très doucement du cadre pour limiter
ne remettez pas la clé décollée avec les autres. le phénomène. Ou faire deux gabarits, un pour
Marquez-la (signe, lettre…), marquez de même chaque sens.
le fond de l’entaille. Faites-le avant de passer à Conclusion
l’angle suivant.
Bien ! Vous avez appris un assemblage efficace
• Les butées ont aussi joué le rôle de pare-éclat.
et un renfort élégant. Acquis un nouvel usage du
Elles le feront pour les entailles suivantes, à une
travail à la règle, et une utilité de plus de la fraise
condition : que la clé guide la défonceuse sur
à queue d’aronde. Et révisé des procédures de
le même trajectoire – à un poil près. Donc que
fraisage ayant trait à la sécurité. Mais vous avez
les clés aient même taille, même angle, qu’elles
aussi appris une nouvelle technique de fraisage
soient montées à peu près au même niveau
complémentaire. Ces techniques ont en commun
(milieu dans l’axe du joint) et surtout dans le
la propriété de réaliser des miracles sans se
même sens. À ces conditions, vous pouvez fraiser
fatiguer. Il en existe d’autres, alors ce n’est pas
tranquille.
la dernière fois que nous abordons ce sujet.
• Or il peut être tentant de désirer une disposition
D’ici-là, amusez-vous bien ! n
symétrique des clés, ce qui veut dire changer
la clé de sens à chaque angle. Dans ce cas,

Propulsion catastrophique
Nous avons commencé par un fraisage guidé par la clé, puis utilisé la cale de fraise, qui est plus étroite.
Que se passerait-il si nous avions travaillé dans l’ordre inverse ?
•P remier fraisage avec la cale de fraise : pas de problème, nous fraisons en plein bois. Si nous prenons
soin de fraiser dans le bon sens, c’est-à-dire de façon que la règle soit à la gauche de la défonceuse,
cette dernière se plaque toute seule contre la règle (ce qui ne vous dispense pas de la presser
légèrement dessus).
• Deuxième fraisage avec la clé : ça se complique. Si nous fraisons dans le même sens que la première
passe, la fraise va travailler en avalant. On peut le faire sans danger à la condition que la fraise puisse
s’écarter du bois travaillé. Or là, la règle et la clé le lui interdisent. Conséquence : une fuite en avant
potentiellement très brutale, avec risque de rupture de la fraise, déformation de l’arbre, rencontre entre
des parties tranchantes et l’opérateur – ne pensons même pas à l’état du cadre !
On voit donc que l’ordre dans le travail est ici plus qu’une question d’efficacité : il conditionne
votre intégrité physique ! Un principe général quand on travaille à la règle en plusieurs passes :
toujours commencer par
la passe la plus éloignée
RÈGLE
de la règle. Respecter
cette règle simple permet
de travailler en sécurité. CLÉ
Et si malgré tout vous
constatez avant la deuxième
passe que vous vous êtes
trompé ? Alors changez de
sens de fraisage : de droite à
gauche. Plus de propulsion
catastrophique, mais l’effort
de coupe aura tendance à
décoller la base de la règle.
À vous de presser la base
FRAISAGE 1 TRAVAIL
EN AVALANT
contre la clé assez fort pour
que ça ne se produise pas. FRAISAGE 2
Un peu perdu ? Relisez BOIS+
n° 31, « Question de bon
sens ». n

58 N° 50 – BOIS +
Les avantages abonnés
En tant qu’abonné(e) à BOIS+,
profitez de remises chez nos partenaires !

QUINCAILLERIE BOIS
FOUSSIER est l’une des plus grandes Vente en ligne, au détail, de PLACAGES
quincailleries, d’ordinaire réservée aux professionnels. et BOIS MASSIFS de qualité
Rendez-vous sur www.foussier.fr où vous trouverez 25 % de réduction sur l’ensemble
plus de 35 000 références pour vous équiper. 
des produits proposés en ligne
Pour vous, tous les avantages
d’un fournisseur habituellement
réservé aux profesionnels !
• vos tarifs BLB-bois via un compte unique
• commande directe par Internet, paiement par CB
Ces offres sont valables dans la durée de parution du numéro en cours.

• des produits parfois introuvables ailleurs


• S AV de qualité, nombreux points de vente
• la possibilité de se faire livrer en 24 h
• livraison gratuite à partir de 95 € d’achat H.T.
Contactez Catherine Brière par courriel (c.briere@foussier.fr) ou par téléphone Il vous suffit de vous inscrire sur le site www.top-wood.com et d’y laisser
au 03.87.93.80.21, en précisant votre numéro d’abonné* : vous obtiendrez un petit mot en indiquant votre numéro d’abonné*. Vous recevrez par e-mail
vos codes d’accès au compte BLB-bois. votre code de réduction, à indiquer lors de vos commandes en ligne.

FORMATION FORMATION

FORMEZ-VOUS Les ateliers du Colombier


EN LORRAINE
En Corrèze, apprenez
3 à 6 jours de formation : le travail du bois Remise
Défonceuse • Menuiserie Remise ou perfectionnez-vous.
de 15 %
Ébénisterie • Tournage
Sculpture • Marqueterie
de 15 % 3 à 8 jours de formation :
Restauration • Finitions • Chantournage Travail manuel • Travail sur
Lutherie • Tapisserie d’ameublement combinée bois (3 niveaux) • Frisage

Plus d’informations sur les programmes Toutes les informations, programmes détaillés
et les tarifs sur www.lacroiseedecouverte.com et tarifs sur : www.lesateliersducolombier.fr
Pour profiter de votre remise, indiquez votre numéro d’abonné* Pour profiter de votre remise, indiquez votre numéro d’abonné*
lors de la réservation de votre stage. lors de la réservation de votre stage.

La Croisée Découverte 50 km de Nancy –


9 Grande Rue 100 km de Strasbourg Les ateliers du Colombier
54450 REILLON Possibilité d’hébergement Le Bourg
Tél. 03 83 42 39 39 et de restauration sur place 19800 MEYRIGNAC L’ÉGLISE
contact@lacroiseedecouverte.com en option. tél. 06.30.64.41.79 – 05.55.21.04.03
E-mail : lesateliersducolombier@orange.fr
Remise valable pour les stages de 3 jours minimum.

* Votre numéro d’abonné (6 à 8 chiffres) figure sur le film plastique qui protège votre revue.
Pour le connaître, vous pouvez aussi nous contacter par courriel (contact@blb-bois.com) ou au 03.29.70.56.33.
FACILE… sur le WEB
Dans cette rubrique, retrouvez des articles réalisés en collaboration
avec des sites ou blogs de passionnés du bois sur Internet.

DES BENCH HOOKS POUR L’ÉTABLI


Par Sébastien Foucher,
de la chaîne YouTube « Seb Création Bois »

Derrière le terme anglais bench hook


(comprendre workbench hook, littéralement
un « crochet d’établi »), se cache
un petit accessoire aussi simple
qu’indispensable, capable de s’adapter
à tous les plans de travail.
Un bench hook a pour fonction de fournir une butée
pour venir y maintenir la pièce à travailler. C’est extrê-
mement rapide à utiliser et idéal pour les petites pièces
(mais ça fonctionne avec les pièces de toutes tailles).
Pour certaines tâches, les bench hooks sont beaucoup
plus sécurisants qu’autre chose. Il est par exemple plus
facile de couper un tourillon avec les bench hooks plu-
tôt que de le prendre dans la presse de l’établi (sans
compter les marques que celui-ci pourrait laisser).
De plus, il permet d’avoir un guide pour couper parfaite-
ment à 90°. Notez que sa structure, symétrique, le rend
réversible : il peut être utilisé sur ses deux faces.

Les butées sont simplement collées. Mais pour plus


de rigidité et de résistance, j’ai choisi de les loger dans
une feuillure (visible en rouge sur l’image 3D).

Les bench hooks doivent être constitués de bois dur


pour une rigidité maximale (et c’est quand même plus
joli que d’utiliser du contreplaqué ou du pin !). On pour-
rait malgré tout les fabriquer en bois tendre mais je le
déconseille. J’ai donc choisi d’utiliser du frêne blanc et
du sapelli pour trancher avec sa couleur foncée.

60 N° 50 – BOIS +
Les feuillures sont usinées à la défonceuse et soigneusement Je colle enfin les butées dans leur feuillure.
équarries au ciseau à bois. Ça permet d’avoir une surface de Si vous voulez renforcer l’assemblage,
collage bien plus grande (un tiers de surface en plus). vous pouvez toujours visser ou clouer
au travers du support. n

Mais avant de passer au


collage, je réalise une
rainure orientée per-
pendiculairement aux
butées et qui vient les
affleurer en bout. Cette
rainure n’est pas obliga-
toire, mais elle présente
l’avantage de masquer
les traces de sciage pour
garder des bench hooks
toujours impeccables.

« SEB CRÉATIONS BOIS » Retrouvez-moi sur


« Seb Créations Bois »
Je suis encadrant technique socioprofessionnel
d’insertion. J’encadre des personnes en insertion
dans deux domaines : le maraîchage bio et le
travail du bois. J’aime et j’ai toujours aimé le
partage avec les autres. Aujourd’hui, je ne peux
plus échanger au travers de mon métier à cause
d’un souci de santé. Mais je développe le partage
avec ma chaîne YouTube « Seb Créations Bois ».
J’ai appris le travail du bois en autodidacte d’abord
grâce aux magazines (BOIS+ et Le Bouvet), puis
aux vidéos de différents YouTubeurs. C’est une
suite logique pour moi de partager à mon tour ce
que j’ai appris par le biais de vidéos mais aussi de
photos travaillées sur Instagram. n

N° 50 – BOIS + 61
Commandez dès maintenant
lesanciensnumérosdevotrerevue

20 Les scies à ruban d’établi • défonceuse  : les fraises à roulement


• affleureuse et affleurage • un chiffonnier • un jeu de hockey…
21 Les pyrograveurs • défonceuse : le montage sous table • les coupes
d’onglet • une mini serre • un échiquier…
22 Les perceuses à colonnes • défonceuse : entretien des fraises • les
vernis • une table à jeux • un arbre à chat…
23 Une table de scie circulaire • défonceuse : fraisage complémentaire
• la marqueterie • une table basse…
24 Les ponceuses oscillantes • défonceuse : des fraises spéciales • le
cintrage à la vapeur • un fauteuil à bascule pour enfant…
25 La fraiseuse Domino • défonceuse : queues d’aronde • tenon et
mortaise • les équerres • un chiffonnier • un banc …
26 Les outils multifonction • défonceuse : les semelles • les pierres
d’affûtage • un jeu de foot • un légumier • un petit bureau…
Les disques à sculpter • défonceuse : le guide parallèle • le
27 lamellé-collé • un bain de soleil • un poulailler…
Les scies circulaires plongeantes • défonceuses : le creusage • la
28 gravure • le fil du bois • une ruche • une bibliothèque…
Les mini scies circulaires • défonceuse : acheter une défonceuse •
29 les panneaux en bambou • une boîte à bijoux • un jeu de lancer
Les tourillonneuses • défonceuse : le ferrage • marqueterie • les
30 racloirs • un chevalet à bûches • un bibus • un plateau PC…
La tabl’atou • défonceuse : le sens d’usinage • les escaliers • les
31 métaux tendres • une table à rallonge • des flight cases…
Les compresseurs • bouveter à la défonceuse • le contact
32 alimentaire • une desserte-billot • une colonne de chevet...
Les mortaiseuses à bédane carré • la défonceuse et ses problèmes
33 les protections respiratoires • une commode à bijoux…
Les pistolets à colle chaude • défonceuse : le travail au T
34 • les  colles à bois • une coiffeuse • une étagère à couteaux…
Les ponceuses excentriques • une table de défonceuse
35 • le  décapage • un mur végétal • un planeur…
Les cloueurs • défonceuse : les problèmes de fixation • le panneau
36 acrylique minéral • un établi en CP • un placard…
Les scies sabre • défonceuse : les barres du guide • un bureau
37 informatique • un trophée • un absorbeur-diffuseur accoustique…
Une table de travail multifonction • défonceuse : les inclusions •
38 les pâtes et mastics à bois • deux valets • un mobile à colorier…

Retrouvez tous les numéros sur notre boutique BLB-bois.martin-media.fr Rubrique Revues/BOIS+
Et pour ne plus manquer aucun numéro de BOIS+
ABONNEZ-VOUS MAINTENANT !
FORMULE A : FORMULE B :

1 an = 4 numéros + 1h
  ors-série 1 an = 4 numéros + 1h
  ors-série
+ versions numériques sur tablette

Avec l’application BLB-bois, accédez aux


numéros compris dans votre abonnement.
(Application pour tablette et smartphone iOS et Android,
précisez bien votre e-mail pour recevoir vos accès)

En tant qu’abonné(e), vous bénéficiez de remises


chez nos partenaires (voir page 59).
✂ ✂
BULLETIN D’ABONNEMENT BOIS+ – 10, avenue Victor-Hugo CS 60051 – 55800 Revigny
Tél. : 03 29 70 56 33 – Fax 03 29 70 57 44
(ou sa photocopie) à renvoyer : Code ABSP0016
BLB-bois.martin-media.fr
Nom .........................................................................

Prénom .................................................................... OUI, je commande les anciens numéros au prix unitaire de 6 € :


❏ n°20 ❏ n°21 ❏ n°22 ❏ n°23 ❏ n°24 ❏ n°25 ❏ n°26 ❏ n°27 ❏ n°28
Adresse ....................................................................
❏ n°29 ❏ n°30 ❏ n°31 ❏ n°32 ❏ n°33 ❏ n°34 ❏ n°35 ❏ n°36 ❏ n°37
.................................................................................
❏ n°38
Code postal   + 2,70 €* de participation aux frais d’envoi, soit …………………………… €

Ville .......................................................................... OUI, je m’abonne à BOIS +


E-mail . . .....................................................................
Merci d’écrire votre e-mail de façon très lisible pour recevoir vos accès
❏ Formule A : 1 an (4 n° + 1 hors-série)...................................... 29,90 e*
aux versions numériques sur application mobile. ❏ Formule B : 1 an (4 n° + 1 hors-série + versions numériques) ........... 37 e*
J’accepte de recevoir par e-mail :
❏ Formule A : 2 ans (8 n° + 2 hors-séries) ....................................... 55 e*
les informations et nouvelles offres de BLB-bois : ❏ oui ❏ non
les offres des partenaires de BLB-bois : ❏ oui ❏ non ❏ Formule B : 2 ans (8 n° + 2 hors-séries + versions numériques) ....... 69 e*

Règlement
OUI, je souhaite m’abonner à BOIS + et
❏ par chèque joint à l’ordre de BOIS+ et je profite de 20% d’économie
 ar carte bancaire
❏p Expire le
❏ Formule A : 1 an (10 n° + 2 hors-séries)................................... 59,90 e*

❏ Formule B : 1 an (10 n° + 2 hors-séries + versions numériques) ... 69,90 e*
Code CVC Signature
(uniquement pour CB)
Code vérification client
(trois chiffres au verso de votre carte)
* Tarif France métropolitaine – Autres destinations, consultez BLB-bois.martin-media.fr
CARNET D’ADRESSES
FORMATION
Machines et outillage :
• ABM Outillage (tél. : 03.87.04.43.09 – Internet : www.abm-outillages.com) ;
• Alabeurthe (tél. 03.86.26.82.50 – Internet : www.alabeurthe-bois.fr) ;
S
• Bordet (tél. : 01.41.53.40.40 – Internet : www.bordet.fr) ;
• Dacau Industries : équipement de protection individuelle et outillage Pour apparaître dans
(tél. : 04.72.47.66.86 - Internet : www.dacau-industries.com) ; cette rubrique, contactez
• Douteau (tél. : 02.51.94.02.89 – Internet : www.outil-a-bois.com) ; ANAT RÉGIE au 01 43 12 38 15. 
• Électro-Dendre (Belgique) (tél. : [00.32].065.22 90 02 – Internet : www.electro-
dendre.be) ;
• Espace Bricolage (tél. : 09.70.40.80.72 – Internet : www.espace-bricolage.fr) ;
• Espace Outillage (tél. : 04.78.90.41.29 – Internet : www.espaceoutillage.com) ;
• Gaignard-Millon (tél. : 01.43.71.28.96 – Internet : www.gaignard-millon.com) ;
• Keloutils (tél. : 02.40.18.83.00 – Internet : www.keloutils.com) ;
• Kity Rouen / Atelier des Boiseux (tél. : 09.70.40.31.70 – Internet : www.kity-rouen.
com) ;
• Luxoutils (tél. : 00.352.263.117.45 – Internet : www.luxoutils.com) ;
• Métiers & Passions (tél. : 01.34.30.39.00 – Internet : www.metiers-et-passions.
com) ; 16, Ter rue de Paris – 60120 BRETEUIL
• Outillage2000 (tél. : 03.88.63.27.08 – Internet : www.outillage2000.com) ; Tél : 03 44 07 28 14 – Fax : 03 44 07 29 46
• Probois-Machinoutils (tél. : 05.57.46.17.64 – Internet : www.probois-machinoutils.com) ;
• RBE (tél. : 03.23.73.85.17 – Internet : www.rbe-france.com).
Bois :
Vous pouvez vous procurer du bois massif sous forme de plateaux bruts ou
d’avivés prêts à l’emploi auprès de plusieurs sociétés capables d’assurer la
vente par correspondance :
• Parquet Chêne Massif (Centre Bois Massif) (tél. : 02.48.60.66.07 –
Internet : www.parquet-chene-massif.com) ;
• Deboisec (tél. : 04.75.67.48.26 – Internet : www.deboisec.fr) ;
• Euro Teck (tél. : 02.51.58.06.70 – Internet : www.ikebois.fr - www.euroteck.net) ;
• Kelbois (tél. : 04.73.29.10.59 – Internet : www.kelbois.com) ;
• La Fabrique à bois (tél. : 01.79.75.58.00 – Internet : www.lafabriqueabois.com) ;
• La Boutique du Bois (tél. : 08.10.00.51.72 – Internet : www.laboutiquedubois.com) ;
• Prestobois (tél. : 09.80.92.07.52 – Internet : www.presto-bois.com) ;
• S.M.Bois (tél. : 01.60.26.03.44 – Internet : www.smbois.com) ;
• Scierie G. Taviot (tél. : 03.86.75.27.31 – Internet : www.taviot.fr);
• Top-wood : planches rabotées et bois de tournage dans de nombreuses
essences (tél. : 03.29.79.31.17 – Internet : www.top-wood.com);
En région parisienne, la société Trait de coupe propose la découpe de dérivés
bois à la demande (tél. : 01.46.04.67.37 - 20 rue Esnault-Pelterie 92100
Boulogne-Billancourt – Internet : www.traitdecoupe-bois.fr).
Placages :
Pour acquérir toutes sortes de placages et de matériel de marqueterie :
• Les fils de J. Georges : bois de placage toutes essences…
(tél. : 01.43.60.42.71 – Internet : www.george-veneers.com) ;
• Les sens du bois : bois de placage et filets toutes essences, matériel de
marqueterie… (tél. : 09.52.59.49.28 – Internet : www.marqueterie.com) ;
• Maréchaux  : placages de toutes sortes, panneaux plaqués, lutherie,
modélisme… (tél. : 01.55.09.14.00 – Internet : www.marechaux.fr) ;
• Marqueterie.com  : bois de placage et filets toutes essences, matériel de
marqueterie… (tél. : 02.35.08.36.26 – Internet : www.marqueterie.com) ;
• Placages et filets Gauthey : placages, filets, coffrets prêts à plaquer,
marqueteries prêtes à l’emploi, fournitures… (tél. : 03.85.20.27.02 – Internet :
www.gauthey.fr).
• Top-wood  : placage fin, placage épais et filets toutes essences
(tél. : 03.29.79.31.17 – Internet : www.top-wood.com) Quincaillerie générale :
Quincaillerie d’ameublement : Pour toutes vos réalisations, vous pouvez vous approvisionner en quincaillerie
Vous trouverez toutes sortes de bronzes traditionnels et autres ferrures à auprès de :
l’ancienne auprès de : • Bricotoo (tél. : 02.43.30.26.15 – Internet : www.bricotoo.com) ;
• Bronzes de Styles Redoutey (9 bis rue Poincaré, 70300 St-Sauveur • Bricozor (tél. : 02.31.44.95.11 – Internet : www.bricozor.com) ;
tél. : 03.84.40.16.20 ou 06.70.21.28.79 • Foussier (tél. : 0821.821.821 – Internet : www.foussierquincaillerie.fr) ;
Internet : www.bronzesdestylesredoutey.com) ; • Vrekker (tél. : 02.35.77.87.19 – Internet : www.vrekker.fr).
• Ferrures & Patines (tél. : 03.90.20.46.70 – Internet : www.ferrures.com) ; Matières plastiques : la société Plastique-sur-Mesure assure la découpe
• Houzet-Lohez (tél. : 03.27.91.59.94 – Internet : www.lohseb.com) ; sur mesure de pièces plastiques (Plexiglas, PVC, Nylon, Teflon…) en plaque,
• La Laitonnerie (Internet : www.la-laitonnerie.com). tube, sphère… (Internet : www.plastiquesurmesure.com).

64 N° 50 – BOIS +
Le guide pour bien débuter
la marqueterie
NOUVEAUTÉ
Matériaux, techniques
et modèles pour
explorer un domaine
passionnant !

x 29,7 cm • 10

96 pages • 21
✂ ✂
BON DE COMMANDE
(à découper ou photocopier) Code ABSP0027
à renvoyer à : BOIS+ – 10 avenue Victor-Hugo – CS 60051 – 55800 REVIGNY
Tél : 03 29 70 56 33 – Fax : 03 29 70 57 44 – BLB-bois.martin-media.fr
OUI, je désire recevoir :
Nom : .................................................................................................................................... ———— exemplaire(s) du hors-série de BOIS+ Découvrez la marqueterie !
Prénom : ............................................................................................................................. au prix unitaire de 10  + 2,70 * de participation aux frais d’envoi.
Montant de ma commande : ___________ 
Adresse : ............................................................................................................................
................................................................................................................................................... Règlement :
❏ par chèque joint à l’ordre de BOIS+
Code Postal :
❏p
 ar carte bancaire
Ville : ......................................................................................................................................
Expire le Signature
E-mail : ................................................................................................................................. Code CVC
(pour CB uniquement)

J’accepte de recevoir par e-mail : Code vérification client


• les informations et offres BLB-bois ❏ oui ❏ non (trois chiffres au verso de votre carte)
• les offres des partenaires BLB-bois ❏ oui ❏ non * Tarif France métropolitaine – Autres destinations, consultez BLB-bois.martin-media.fr
8
590

FORMEZ-VOUS 1 4
5

AU TRAVAIL DU BOIS
6
6
15
15
Vue de face 3

SESSION A
pour le bois, en présence de notre expert
18
17
1
SESSION A 7 SESSION B 12
7
18
DÉCOUVREZ SKETCHUP CONCEVEZ VOS17MEUBLES
POUR LA MENUISERIE AVEC SKETCHUP
SESSION B
• Jeudi 23 mai 2019 à Paris 2 • Vendredi 24 mai 2019 à Paris
• Jeudi 13 juin 2019 en Corrèze • Vendredi 14 juin 2019 en Corrèze
SESSION A

SESSION B 5

6 PA RI S En juin, BLB-bois
NOUVEAU
9
SESSION A
14
• Durée SESSION
d’uneB session : 7 heures de 9 h 30 à 17 h 30. se déplace en Corrèze !
• Tarif d’une session : 250 € TTC (déjeuner compris). 16 Rendez-vous au centre de formation 1
• Avantage Abonné BOIS+ : réduction M EY RI GN AC - Les Ateliers 16
du Colombier pour
11 de 30 14€. L’É GL IS E
les boiseux du Sud et tous ceux
• Clé USB remise avec des plugins 2
et des exemples de réalisations. qui souhaitent profiter de la région.
Possibilités d’hébergement à tarifs
• Nombre de places limité à 10 personnes par session.
avantageux. 6

11
13

FORMATIONS EN LIGNE 10

Composées de tutoriels vidéo, mémos, articles et quiz, ces formations se suivent sur Internet,
chez vous, à votre rythme.
U
NOUVEA
Initiez-vous et apprenez
à concevoir vos meubles
avec le logiciel et
les plugins BLB-bois.

Menuiserie Défonceuse
Fabriquez vos meubles en Lancez-vous et maîtrisez
bois massif : un programme cette machine incontournable
de 90 vidéos pour travailler qui vous accompagnera
le bois à l’électroportatif. dans tous vos projets bois.

Renseignements et inscriptions sur


www.BLB-bois.com/formation ou au 03 29 70 56 33
BOIS+
N° 50 – avril-mai-juin 2019
Une jardinière pour enfants
(L. 600 x P. 450 x H. 500 mm)
8 Fond

Lattes grand côté 1 Pied


45 65
600
Lattes petit côté 15

35
5 15

25
15 450 25
Vue de côté Vue de face

220
7

25
15 35 15
50

25
Vue de côté Vue de face
4 Latte de fond Latte de fond

65
avec entailles sans entailles

15
450 Vue de côté Vue de face 15 81 81
15

15
15 35 15
25

6
85

25
3

85
20

Vue de côté Vue de face

20
Vue de côté Vue de face Vue de côté Vue de face

370
15 450
20

15 35 15

6 65
85

45 2

20
25

45
Vue de côté Vue de face
Vue de côté Vue de face

Vue de dessus Vue de côté Vue de face Vue de face

NOTICE DE MONTAGE

3 4 5
2
1

7 8 9
10
6
BOIS+
Une jardinière pour enfants
(L. 600 x P. 450 x H. 500 mm)

450 600
N° 50 – avril-mai-juin 2019
Une jardinière pour enfants
5 5

7 7

4
500

245
6
Vue de côté Vue de face
3

3 6

6
2

8 9
10
FICHE DE DÉBIT de la jardinière pour enfants (en mm)
Repère Désignation Qté Longueur Largeur Épaisseur Matière

Pied
1 Pied 4 500 65 45 Douglas 1
Grand côté 9 10
2 Latte A 2 600 45 15 Douglas
1
3 Latte B 2 600 85 15 Douglas
4 Latte C 2 600 65 15 Douglas
5 Latte D 2 600 25 15 Douglas
Petit côté
6 Latte E 4 450 85 15 Douglas
7 Latte F 2 450 50 15 Douglas
Fond
8 Fond 6 370 81 15 Douglas
9 Tasseau 1 2 440 15 15 Douglas 1
10 Tasseau 2 2 330 15 15 Douglas

Vous aimerez peut-être aussi