Vous êtes sur la page 1sur 11

I- Généralité et techniques de kinésithérapie

Respiratoire
Introduction :
La kinésithérapie respiratoire s’adresse aux troubles. De la fonction
respiratoire et plus particulièrement à ceux de la ventilation pulmonaire.
Pratiqué depuis longtemps sous le nom de gymnastique respiratoire.
Elle a fait depuis une cinquantaine d’années l’objet d’un certain nombre
d’études qui ont précisé ses indications et sa technique sur des bases anatomo-
physiologiques et l’a relevé au rang de méthode thérapeutique.
En 1945- Le docteur CARA nous a appris les éléments de la mécanique
ventilatoire et de physiologie du diaphragme.
Les applications se sont étendues
Considérablement et les pionniers étaient,
- L’allemand BRONKHORSR , WOLF
- Le russe : ANDREYEV , RIGAIEF
- Français : DUMARET- CARA- ROSENTHAL.
- Anglais : DAVIS- DELANO.
- Italiens : FORLAMINE, VALDONI, MACCAGNO.

p. 1
BILAN DE KINESTHERAPIE
RESPIRATOIRE
DATE

I-

ANAMNESE
- NOM : Diagnostic :
- PRENOM :
- Age :
- Taille :
- Poids :
- IMC :

Antécédents respiratoires et traitement suivi.

p. 2
II- Examen clinique de la ventilation
 Examen morpho-statique
De face
…………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………
De des
…………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………
De profil
…………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………
 Examen Morpho-dynamique
 Type de ventilation
- Costale supérieure
- Costale inferieure
- Abdominale
- Thoraco-Abdominale
- Tirage
 Fréquence respiratoire (cycle /MN : De repos)
 Ampliation thoracique : périmètre thoracique (pt) : mesuré en
CM chaque mesure doit être faite 3 fois, la meilleure sera retenue

PT Mammelonnaire xiphoïdien Ombilical


Au repos

A l’inspiration forcée

A l’expiration forcée

Différence

 Auscultation pulmonaire : fait en temps inspiratoire et en temps expiratoire.

p. 3
MV MV SIBILANTS CREPITANT RONCHUS
NORMAL DIMINUIE
Poumon Lob.sup
droit
Lob.moy

Lob.INF

Poumon Lob.SUP
gauche
Lob.INF

- Évaluation de la toux

Productive SECHE GRASSE

- Évaluation de sécrétions
Date Quantité Nature Couleur

Muqueuses Muco-purulentes
Purulentes sanglantes Abondantes
Claires

3- Évaluation de la dyspnée

p. 4
Echelle DE SADOUL
1 Patient avec dyspnée lors d’un exercice INTENSE
2 DYSPNEE dors d’une marche rapide sur terrain plat ou en montée (coté, escalier) 2 étage
3 Pour une MARCHE à plat avec une personne du même âge
4 Doit s’arrêter après marche de 90 m
5 Au moindre effort (AVQ)
- Évaluation de la force musculaire :
Cet examen permet de tester le diaphragme il doit être réalisé au patient en
décubitus dorsal, genoux fléchit et établit visuellement chiffré entre 0 et 4.
0 et 1 : à l’inspiration ou observe un mouvement paradoxal.
-2- : à l’inspiration, l’abdomen reste immobile, le mouvement paradoxal
n’existe pas.
-3- : il existe un gonflement épigastrique à l’inspiration
(HEMIDIAPHRAGME DROIT/GAUCHE).
-4- : le gonflement épigastrique est possible à l’inspiration manuelle ou
une résistance.
Bilan spirométrique (voir tableau)
1- Bilan spirométrique
C-V-L
CVF
VEMS
VEMS/CVL
VEMS/CVF
DEP
DEM 50
DEM 25
DEM 25
I- Evaluation fonctionnel : teste de marche de 6 Min

FC/BAH MIN SPO2 TA (mm/hg) Dyspnée


Départ
6 min
Résultat u test de marche :
J J J J J

p. 5
Distance
Mètres
Vitesse
M/min
ICP
(BAT/Mètre)
Dyspnée (
J : Bilan des examens complémentaires
- Biologiques
- E.C.B/ des sécrétions (des crachats)
- GAZ du sang : taux de saturation.
- Radio biologiques
- TELETHORAX.
- SCANNER.
- IRM.
- SCINTIGRAPHIE.
- BIOPSIES.
K : Psychologique : rapport maladie et l’état psychologique
Conclusion.

Les Techniques de ventilation


a) La ventilation étagée :
c’est le fait de dissocier et d’enchainé, d’un étage à un autre de manière
physiologique.
EX : inspiration abdominale, puis costale inferieure puis costale supérieure.
Le retour expiration costale supérieur puis costale inferieur, puis abdominale.
b) La ventilation localisée :

p. 6
Cette technique permet d’augmenter la ventilation à un endroit donne, lors
d’un trouble ventilatoire.
c) La ventilation fractionnée :
C’est des exercices d’inspiration et d’expiration fractionnés qui sont succédés
par des phrases ventilatoires actives avec apnée.
d) La ventilation rythmée :
Elle permet d’adapter et adapter un nouveau rythme au patient
Ex : marche 3 expiration puis une inspiration
m- montée des escaliers- …….
e) Ventilation dirigée :

f) L’expiration filée : c’est une expiration active lente et un retour


inspiratoire passif.
Mobilisations Thoracique
a) Mobilisation du sommet :
Elle peut être soit unilatérale on bilatérale position du malade :
 Le patient en D.D, membre supérieurs le long du corps.
 Position du KINESTHERAPEUTE.
 Le kiné se place derrière la tête du patient, mains posées sur la
partie antero-superieure du thorax.
 Demande au malade de souffler, normalement, mais lors de
l’inspiration, les mains du kiné vont accompagner l’expiration.
Cette mobilisation permet au départ une ventilation supérieure.
b) Mobilisation de secteur axillaire :
 Position du malade :
Le patient en D.L du coté sain tête base.
 Position du kinésithérapie :

p. 7
La main du kiné est placée sur la région sollicitée, l’autre
pouvant exercer un contrôle de l’immobilité des autres secteurs
le travail est le même.
c) Mobilisation du THORAX moyen et inferieur
 Position du malade :
Le patient en D.D, tête repose sur un coussin, membres
infirmiers allongés.
 Position du kinésithérapeute :
Il place ses mains sur les faces latérales du thorax, leurs
pressions frontales accompagnent l’expiration.

Thérapeutique par Aérosol


La fluidification des sécrétions est nécessaire et entreprise avant chaque
séance de rééducation.
Définition :
L’Aéorosol est défini comme un ensemble de particules solides ou
liquides dispensés dans une phase.

p. 8
Traitement Kinésithérapique
1-Technique de Kinésithérapie
A- Les postures de drainage :
C’est une technique qui permet de drainer les différents segments de
s’écouler sous l’effet de la pesanteur vers les grosses bronches et la trachée.
Elles doivent être utilisées à chaque fois qu’il est nécessaire d’évacuer
les sécrétions bronchiques abondantes, purulentes (30ml/J).
Les positions doivent varier avec la région à drainer.
Certains patients ne peuvent pas bénéficier de ces techniques telle que
(opérés, récents, hypertendus, insuffisant cardiaques.
La fréquence des postures de drainage peuvent être quotidienne ou bi-
quotidienne.
La durée de la séance est de 30 mn.
L’heure la plus favorable pour la séance du matin à jeun et parfois le
soir loin des repas (02 heures avant ou 02 heures après les repas).
D’autres techniques de ventilation sont associées telle que l’expiration
bouches ouverte ou filée, ainsi les vibrations manuelles ou mécaniques.
Les drainages doivent être pratiques au lit, ou une table à multipostions.
B- a/- Drainage des lobes supérieurs droit et gauche
Position : malade assis ou demi-assis.
Segment apicale gauche, légère inclinaison droite.
Segment antérieur gauche : le coussin est sous l’épaule droite.
Segment postérieur droit : malade assis, incliné en avant s’appuyant sur
un oreiller.
Segment postérieur gauche : le petit coussin et sous l’épaule gauche.
b/- drainage du lobe moyen et de le lingula
-position du malade, patient en déclive de 30 cm.

p. 9
-Lobe moyen droit : Décubitus (pro cubitus), l’épaule droite s’appuyer
sur un oreiller.
-Lingula gauche : décubitus latérale, l’épaule gauche repose sur un
oreiller.
c/- lobes inférieures droit et gauche :
-segment de Nelson droit : Décubitus latéral gauche, la face antérieure de
l’Hémithorax repose sur un oreiller.
-segment de Nelson gauche : décubitus latéral droit, la face antérieure de
l’hémithorax gauche, repose dur un oreiller.
-Segment latéral basal droit : décubitus latéral gauche, l’hémithorax droit
repose sur un oreiller.
-segment latéro-basal gauche : décubitus latéral droit, l’hémithorax
gauche repose sur un oreiller.
NB :
Cette position est valable pour les lobes inférieurs (pyramide basale
quelques soit gauche ou droite).
-le lit ou la table doit être surlevé à 40 cm.
Ci- joint tableau :

Protocole d’une séance de drainage bronchique

- Auscultation au
Localiser
- Imagerie RX (TT +….)
l’encombrement
- Écouter les bruits respiratoires.

p. 10
- Par voie générale.
Fluidifier les secrétions
- Aérosolthérapie.
(décoller)
- Vibrations et pression (adulte).

Mobiliser les sécrétions - Ventilation dirigée (expir fil, …) fréquence lente.


(rassembler) - Posture du drainage + percussions vibrations.

- A.F.E du flux respiratoire.


Évacuer - Toux – contrôlée.
- Toux provoqué.
- Aspiration par sonde.

p. 11