Vous êtes sur la page 1sur 50

‫بسم هللا الرحمان الرحيم‬

Université de Tébessa Faculté de sciences exactes et


sciences de nature et de la vie

Année Universitaire: 2015-2016

1
Plan de cours:
Introduction
1.1. Nature chimique du matériel génétique.
1.2. Structure des acides nucléiques.
1.3. Organisation en chromosomes.
1.4. Réplication de l’ADN : chez les Procaryotes et
les eucaryotes.

2
‫بسم اهلل الرمحان الرحيم‬
‫قال تعاىل ‪ «:‬يا ايها الناس اتقوا ربكم الذي خلقكم من نفس‬
‫واحدة وخلق منها زوجها و بث منهما رجاال كثريا و نساءا و اتقوا‬
‫اهلل الذي تساءلون بو و االرحام ان اهلل كان عليكم رقيبا»‬

‫و يقول أيضا ‪ «:‬ان خلقنا االنسان من نطفة امشاج نبتليو‬


‫فجعلناه مسيعا بصريا »‬

‫‪3‬‬
Chaque être vivant est doué du pouvoir de
donner naissance à des descendants qui lui sont à
peu près identiques (morphologique, physiologique
et moléculaire).

la molécule permettant la transmission des


ces caractéristiques d’un individu a un autre,
nommée: m a t é r i e l g é n é t i q u e .

4
Les molécules constituants le matériel génétique
doivent posséder plusieurs propriétés fondamentales:

1. Permettre le stockage d’une information,


2. Assurer la réalisation du programme qu’elles renferment,
3. Etre capables de se reproduire à l’identique (Réplication),
et
4. Permettre et tolérer une certaine variabilité, condition
indispensable à une évolution: (Mutation).

5
Reconnaissance de l’ADN comme support génétique:
1. G.MENDEL: l’existence d’entités formelles contrôlant
des caractères morphologiques, ultérieurement nommés
gènes.
2. F.GRIFFITH réalise sa célèbre expérience sur la
transformation bactérienne in vivo de Pneumocoques (Fig.
1) = Un principe transformant.
3. Avery, MacLeod, McCarty: Approche enzymatique; Un
principe transformant= Acide Desoxyribonucléotide ADN
(Fig. 2) .

6
Figure 1: Principe de l’expérience de transformation
bactérienne réalisée par GRIFFITH

7
Figure 2: Expérience d’Avery, Mac Leod et Mac Carthy
(approche enzymatique)
8
1.1. Nature chimique du matériel génétique:
Contrairement aux polysaccharides et aux lipides, les acides
nucléiques (ADN; ARN) et les protéines portent l’information
génétique.

1.1.1. L’acide phosphorique:


Liaison ester: (acide phosphorique+groupement hydroxyle libre)
Liaison anhydride acide: (condensation d’un phosphate et autre acide)

9
Figure 3: Liaison ester

Figure 4: Liaison phospho-anhydride

10
1.1.2. L’ose:
ADN: Désoxyribose (le groupement hydroxyle en position
2’ est remplacé par un hydrogène)

ARN: Ribose

11
1.1.3. Les bases azotées:
Les bases azotées des acides nucléiques appartiennent à
deux classes de molécules selon le noyau aromatique qui en
constitue le squelette.
Pyrines: (Adénine et Guanine) contiennent deux hétérocycle

ADN
ADN
ARN ARN
Figure 5: Les bases puriques
12
Pyrimidine: (Thymine, Cytosine et Uracile). Contiennent un seul
hétérocycle six atomes (4 carbones et 2 azotes)

ADN ADN ARN


seulement seulement
ARN
Figure 6: Les bases pyrimidiques
13
La base azotée est reliée au pentose par une liaison
glycosidique: C1’ sucre-N9 base purique et C1’ pentose-N1
base pyrimidique.

Figure 7: Liaison glycosidique (N-osidique)


14
1.2. Structure des acides nucléiques:
Les acides nucléiques (ADN ou ARN) sont des
macromolécules (polymères) composées de monomères appelés
nucléotides.
1.2.1- Les nucléotides
Un nucléotide résulte de l’assemblage de trois composants:

Figure 8: Nucléoside et Nucléotide


15
Figure 9: Structure détaillée d’un désoxynucléoside
triphosphate précurseur de l’ADN

16
1.2.1.1.Nomenclature
Les noms des nucléosides ont comme suffixe :
« osine » pour les nucléosides puriques
« idine » pour les nucléosides pyrimidiques
Tableau 1: Nucléotides précurseurs de l’ADN.
Bases Nucléoside Nucléotide Abréviation

Adénine (A) Désoxyadénosine 2’-Désoxyadénosine dATP


Purines

5’ triphosphate
Guanine (G) Désoxyguanosine 2’-Désoxyguanosine dGTP
5’ triphosphate
Cytosine (C) Désoxycytidine 2’-Désoxycytidine 5’ dCTP
Pyrimidines

triphosphate
Thymine (T) Désoxthymidine 2’-Désoxthymidine 5’ dTTP
triphosphate
Uracile Uridine Uridine UTP

17
1.2.2.Structure primaire des acides nucléiques

Les nucléotides triphosphates (dATP, dGTP, dCTP, dTTP)


sont les éléments précurseurs à la synthèse de l’ADN.

Un polynucléotide est une succession de nucléotides dans


laquelle le phosphate est relié par une liaison covalente, d’une part au
carbone 3’ d’un sucre , et d’autre part au carbone 5’ du sucre adjacent
(polymérisation des acides nucléiques). Cette liaison porte le nom de
liaison phosphodiester.

18
Liaison phosphodiester

Figure 10: Des liaisons phosphodiester relient les nucléotides 19


Figure 11: Formation d’un brin d’ADN par polymérisation
des nucléotides (Représentation simplifiée)
20
Tout brin d’acide nucléique linéaire se trouve ainsi orienté
avec une extrémité 5’ phosphate libre, et une autre extrémité 3’
hydroxyle libre .

D’après une convention , on écrit les séquences avec


extrémité 5’ à gauche.

Exemple:
ADN: 5’-ATAAGCTCA-3’ ou ATAAGCTC
ARN: 5’-AUAGCUUGA-3’ ou AUAGCUUGA

Comme la chaine est orientée: ATAAG n’est pas identique à


GAATA.

21
1.2.2.Structure secondaire des acides nucléiques (ADN):

L’ADN est un acide nucléique bicaténaire (deux brins),


associés par des liaisons hydrogène (H).

Deux polynucléotides enroulées l’une au tours de l’autre =


Double hélice. (formule de Watson et Crick)

Ce modèle a les caractéristiques suivantes:

22
1.2.2.1. Bicaténaire et Antiparallèles:
Bicaténaire: ADN = 2 brins Purique/Pyridine=1
Antiparallèle: Les 2 brins sont parallèles mais orientés dans 2 sens
différents (L’un 5’ 3’ et l’autre 3’ 5’).

Figure 12: Structure détaillée de deux brins antiparallèles d’ADN

23
1.2.2.2. Complémentarité: appariement spécifique par des
liaisons hydrogène

Figure 13: Association des baes complémentaires de deux brins par


les liaisons hydrogène.
24
1.2.2. 3. Règle de Chargaff:

Lorsque:
ADN bicatenaire [A]=[T]
 Complémentarité: [G]=[C]
(Appariement spécifique)

Règle de Chargaff
(A+G)/(T+C)=1

Cependant le rapport (A+T)/(G+C) [Rapport d’asymétrie]varie


considérablement selon l’origine des molécules d’ADN.

25
1.2.2.4. Un aspect irrégulière: présence d’une alternance d’un
sillon mineur et un sillon majeur
(grande importance au niveau de: interaction au protéines, la
réplication et l’expression de l’information génétique).

3,4

Figure 17: Représentation schématique de la double hélice d’DN

26
1.2.2.5. Autres caractères:
 La distance moyenne entre deux bases successives
= 3,4 Å
 10 paires de bases successives= un tour
 Pas d’hélice = 34 Angström
 Le diamètre d’hélice d’ADN = 20Å (2,0 nm)
La double hélice est dextre = a pas droite

27
1.2.3. Différentes conformation de l’ADN:
La forme idéale de la plupart d’ADN in vivo est la
conformation B (Formule de Watson et Crick), mais également
les acides nucléiques sont retrouvés sous forme de divers types
d’hélices: Conformation A et Conformation Z

28
Tableau 2: Comparaison entre les différentes conformation d’ADN

Conformation B Conformation A Conformation Z


Sens de l’hélice droit droit gauche
Diamètre 2.0 nm 2.6 nm 1.8 nm
Résidu par tour 10 11 12
Ecarte entre 2
0.34 nm 0.26 nm 0.37 nm
pb
3.4 nm
Pas de l’hélice 2.8 nm 4.5 nm

*Hybridation Alternance des


Ou se trouvent ? 95% d’ADN ADN-ARN bases purique et
* Hygrométrie pyrimidique

29
1.2.4. Structure de l’ADN: Superhélice :
La molécule d’ADN: l’état relâché

La taille de la molécule de La machinerie moléculaire de


l’ADN>La taille de la cellule l’ADN: (Réplication et
Transcription)

Comment est-il possible qu’autant


d’ADN plus long soit contenu
dans une espace aussi petit ?

Une structure d’ordre supérieur: Super hélice

30
Structure de superhélice

Un superenroulement négatif:
Enroulement vers la gauche Un superenroulement positif:
(direction opposée): La forme Enroulement vers la gauche
la plus dominante (direction opposée)

Topoisomérase II (gyrase)
Topoisomérase I

Ces modifications topologiques de la molécule d’ADN s’effectuent


sous l’effet des enzymes spécifiques : Les topoisomérases

31
Figure 18: Les topoisomères d’une molécule d’ADN

32
Topo II (gyrase) - ATP
ADN superenroulé
ADN relâché négativement

Figure 19:Mode d’action de topoisomérase II


33
Topo I
ADN superenroulé
ADN relâché
positivement

Figure 20:Mode d’action de topoisomérase I


34
Le superenroulement de l’ADN a des conséquences importantes:
Il permet de le rendre plus compact et diminuer ainsi le volume
occupé dans la cellule.
Ces modifications du degré d’enroulement de la double hélice
d’ADN influencent les interactions de l’ADN avec d’autres
molécules (protéines qui régulent l’expression génétique).

35
1.2.5. Propriétés physico-chimiques:
1.2.5.1. La taille et la masse des acides nucléiques:
L’ADN peut s’exprimer en trois formules
1.2.5.1.1. Le nombre de paire de base:

1.2.5.1.2. La longueur:

1.2.5.1.3. Le poids moléculaire:

36
Exercice 01: Le pourcentage de nucléotide A observé dans l’ADN
isolé du foie humaine est de 30.7% . Quel est le pourcentage
attendu de T, de G et de C?

Exercice 02: Soit un ADN double brin de masse moléculaire


4.5*106 daltons. Calculer le nombre de paires de bases, la longueur,
le nombre de tours d’hélice de cette molécule. On donne: pas
d’hélice d’ADN=3.4 nm; nombre de pb par tours d’hélice =10 ;
masse moléculaire moyenne d’un nucléotide =308 Da.

37
1.2.5.2. Dénaturation:
Définition: Sous l’effet de la chaleur et de certains produits chimique
l’ADN double brin peut dissocier en deux simples brins.
La dénaturation (fusion) s’effectue par la rupture des liaisons
hydrogènes, et par conséquence les deux chaines se déroulent et les
deux brins se séparent.

On parle alors de température de fusion ou de Tm; c’est le


point de transition où la moitié (50%) des brins sont dissociés

La Tm est fonction de la proportion GC de l’ADN.

Intérêt: L’analyse des profils de fusion permet de caractériser chaque


molécule d’ADN et d’estimer sa composition en bases.

38
Mesure:
La dénaturation d’ADN peut être suivie au moyen de
l’hyperchromicité (mesure de l’absorption de la lumière UV à 260 nm):
ADN natif: Effet hypochrome (viscosité élevée).
ADN dénaturé: Effet hyperchrome (viscosité diminuée).

Figure 21: Courbe de dénaturation de l’ADN en fonction de


température.
39
1.2.5.3. Renaturation:

Définition: Si on abaisse graduellement la T° d’une solution d’ADN qui


a été dénaturée par chauffage, les 2 brins d’ADN dénaturé se réassocient
par complémentarité de bases. Ce phénomène s’appelle: Hybridation

40
1.3. Conditionnement cellulaire des acides nucléiques:
L’organisation des génomes des cellules procaryotes et
eucaryotes est différentes:
1.3.1. Organisation de l’ADN des bactéries:
L’ADN chromosomique bactérien (circulaire organisé en super
hélice) est associé à des protéines sous la forme d’un nucléoïde.

N.B: éventuellement présence additionnelle de plasmide (conférant à la


cellule procaryote des propriétés spécifiques: métaboliques)

41
1.3.2. Organisation d’ADN nucléaire des eucaryotes:
1.3.2.1. Structure de chromatine:
l’ADN dans une cellule eucaryote est constitué d’un certain
nombre d’unités appelées: Chromosomes.

L’ADN de chaque chromosome serait composé d’une seule


molécule linéaire. Tout cet ADN doit être empaqueté dans le noyau ;
en effet , dans leur forme extrêmement condensées (concentration
d’ADN élevée).
Exemple: Longueur totale de l’ADN chromosomique : ≈1,8 m , taille
du noyau ≈10 μm
L’empaquetage est accomplit par la formation d’un complexe:
ADN + protéines (Histones) = Chromatine

42
1.3.2.1.1. Les histones:

 H2A, H2B, H3, et H4 (histones cœurs) et H1.


Histones

Riches en acides aminés Une forte association avec


basiques (charge +) (Lysine et l’ADN (charge négative):
Argénine) dans l’extrémité NH2 Formation de chromatine
Des segments d’ADN (environ 160 pb) effectuent un double enroulement
négatif autour d’un octamére d’histones (2H2A, 2H2B, 2H3, et 2H4), formant les
nucléosomes (aspect de collier de perles)= nucléofilaments.

L’histone Hl se lie à l’ADN enroulé autour des autres histones. Elle


s’associe également à l’ADN internucléosomique ce qui favorise les interactions
entre nucléosomes pour donner des fibres épaisses de 30 nm de section.

Nucléosome + H1 = Chromatosome

43
ADN lieur (linker) Chromatosome

Histone H1

Octamère

Collier de perle

Figure 22: Structure simplifiée de la chromatine.

44
1.3.2.2. Condensation de l’ADN nucléaire en
chromosomes:
Chez les eucaryotes l’ADN nucléaire est replié d’une manière
ordonnée qui assure le stockage d’une grande quantité d’ADN dans le noyau.
Cependant ; Au cours de cycle cellulaire, les chromosomes passent d’une
structure très condensée (Métaphase) à une forme beaucoup plus diffuse
(Interphase).
Plusieurs étapes de condensation:
1. Premier niveau: le nucléosome : 2 nm d’ADN enroulée en
nucléosomes de 11 nm de diamètre. (facteur de condensation=6).

45
2. Deuxième niveau: Empaquetage ou compaction
(enroulement des perles) (facteur de condensation=40).
Fibre de chromatine (11 nm Ø) Solénoïdes (30 nm Ø)

solénoïde = nombreux nucléosomes enroulés ensemble

3. Troisième niveau:
Domaines en boucles
Fibre de chromatine
Solénoïdes (30 nm Ø)
(300 nm Ø)
Repliement à
Fibre de chromatine
Chromatide (700 nm Ø)
(300 nm Ø) l’intérieur de bras

(constituant de chromosomes métaphasiques). (facteur de condensation=1000


«chromosomes interphasiques» et FC=10000 «chromosomes mitotiques»).

46
N.B: facteur de condensation= le rapport entre la longueur d’ADN et celle de la
structure qui le contient.

Figure 24: Nucléosome, fibre de chromatine


et chromosome.

47
Figure 25:Organisation et empaquetage de la
chromatine. 48
Chez les eucaryotes la chromatine présente sous plusieurs forme.
on distingue:
La chromatine condensée (hétérochromatine = soléoïde en
superboules):
hétérochromatine constituve (centromères, télomères)
facultative (chromosome X chez les femelles)
La chromatine diffuse (euchromatine = fibre de solénoïde non
reployée).

Seule la chromatine décondensée est accessible à la machinerie


moléculaire. Ceci signifie que lors des divisions cellulaires, toute activité
moléculaire est exclue, les chromosomes étant alors uniquement
constitués d’hétérochromatine.

49
Structure d’ARN
1. Propriétés:
À quelques exceptions près, les ARN sont des molécules simple
brin. Cependant, de courtes régions d’une molécule d’ARN peuvent
s’apparier par complémentarité des bases. Ces structures portent le
nom de structures secondaires.

2. Types d’ARN:
Les trois principaux types d’ARN connus sont:
1) les ARN ribosomiques (ARNr) [80% ARN totaux]
2) les ARN de transfert (ARNt) [15% ARN totaux]
3) les ARN messagers (ARNm) [5% ARN totaux]

50

Vous aimerez peut-être aussi