Vous êtes sur la page 1sur 3

Directeur de la publication : Edwy Plenel

www.mediapart.fr
1

la torture fonctionne, les gars, d’accord ? Croyez-moi,


ça marche », il avait promis de « la remplir à nouveau
Fermer enfin Guantanamo: un test
avec quelques affreux », ce qu’il n’a pas fait.
important pour Biden
PAR FRANÇOIS BONNET
ARTICLE PUBLIÉ LE MARDI 12 JANVIER 2021

Manifestation à Washington, le 11 janvier 2016, pour


demander la fermeture de Guantanamo. © Mandel Ngan/AFP

Mais Joe Biden ne signera pas de décret présidentiel.


Manifestation à Washington, le 11 janvier 2016, pour
demander la fermeture de Guantanamo. © Mandel Ngan/AFP Il n’a pas promis de fermer au plus vite Guantanamo.
La prison de Guantanamo entre dans sa vingtième Interrogé à ce sujet lors de sa campagne, l’ancien vice-
année d’existence. 40 personnes y sont toujours président d’Obama ne s’est pas étendu sur le sujet.
détenues, dont 15 depuis 2002. Le fiasco des tribunaux Cette prison « mine la sécurité nationale américaine
militaires et l’horreur judiciaire construite empêchent en alimentant le recrutement de terroristes et elle est
toute libération et violent tous les droits. Outre de en contradiction avec nos valeurs », a-t-il dit. Oui, bien
nombreux élus démocrates, Joe Biden devra affronter sûr, il est favorable à la fermeture de Guantanamo.
l’armée et la CIA pour obtenir la fin de ce scandale. Mais Biden s’est gardé de dire quand et comment.
Deux jours seulement après son entrée en fonction « Cela ne peut se faire sans le Congrès », a seulement
comme président des États-Unis, Barack Obama constaté celui qui est aujourd’hui président et dispose
signait le 22 janvier 2009 le décret no 13492 – d’une majorité dans les deux Chambres du Congrès.
« executive order », à lire ici : – ordonnant la fermeture Son entourage a fait savoir au New York Times
du « centre de détention » de Guantanamo Bay. Cela qu’il était hors de question de réitérer la promesse
doit être fait « le plus vite possible et pas plus tard que d’Obama, une promesse non tenue, et qu’il faudrait
dans l’année qui vient », précisait-il alors. agir autrement, sans doute plus discrètement.
Ouverte le 11 janvier 2002, cette prison entre Effectivement, le Congrès, avec l’appui d’une majorité
aujourd’hui dans sa vingtième année d’existence. 40 d’élus démocrates, a bloqué avec constance et
personnes y sont toujours détenues, dont 15 depuis durant huit ans toutes les initiatives d’Obama pour
l’année d’ouverture. 780 personnes y sont passées obtenir cette fermeture. Si sa détermination a été
depuis 2002. Symbole du non-droit, de l’arbitraire et réelle jusqu’aux derniers jours de sa présidence,
de la torture, Guantanamo est la honte des États-Unis des parlementaires démocrates sont pour leur part
(lire notre précédent article). Donald Trump n’a cessé toujours venus en renfort des élus républicains pour
de défendre Guantanamo. Après avoir expliqué que « que Guantanamo perdure.
Joe Biden pourra-t-il changer cette équation politique ?
C’est un test important, tant Guantanamo est une
ignominie qui ne fait que grandir. Dès sa création,
cette prison constitua un scandale humanitaire et
juridique puisqu’elle s’affranchissait des lois de la
guerre (les Conventions de Genève), de toutes les
normes et traités internationaux, et s’organisait comme
un prolongement du réseau de prisons secrètes de la
CIA, où fut massivement pratiquée la torture.

1/3
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
2

Mais depuis, la prison de Guantanamo s’est également En plus de convaincre les démocrates, Joe Biden
transformée en scandale financier et administratif. Elle devra affronter deux puissances qui ne veulent rien
mobilise 1 500 personnes (militaires, administratifs, entendre : l’armée et la CIA. Fermer Guantanamo,
personnels de justice, médecins, etc.) pour garder 40 c’est décider du sort de ses 40 prisonniers par
détenus. Elle coûte plus de 500 millions de dollars par des procédures judiciaires ordinaires, bien loin des
an (13 millions de dollars par détenu). Et, au bout de « commissions militaires », ces tribunaux d’exception
vingt ans, elle nécessiterait des centaines de millions créés à Guantanamo.
de travaux pour rénover des installations dégradées. Or tout démontre depuis des années qu’une procédure
Tout cela incitera-t-il l’administration Biden et les élus « normale » est impossible, tant elle révélerait les
démocrates à « en finir une bonne fois pour toutes » ? sévices et tortures subis par les détenus et ouvrirait
C’est ce que demande Amnesty International, qui a la voie à des poursuites contre leurs auteurs. Il n’y a
publié ce 11 janvier un épais rapport qui dresse un état pas que George Bush, son vice-président Dick Cheney,
des lieux complet de Guantanamo aujourd’hui – il est son ministre de la défense Donald Rumsfeld et un
à lire en anglais ici , un résumé en français est ici. bataillon de juristes ayant organisé la torture. Il y a
aussi ces centaines d’agents et de militaires qui ont
pratiqué les « nouvelles méthodes d’interrogatoire
renforcé ».

Amnesty rappelle le discours tenu par Joe Biden le


7 février 2009, lors de la conférence annuelle sur
Gina Haspel, actuelle directrice de la CIA, a très probablement dirigé une prison
la sécurité qui se tient à Munich : « L’Amérique secrète de la CIA à l’intérieur même de Guantanamo en 2002 et 2003. © (dr)
ne torturera pas. Nous fermerons le centre de Interrogée il y a quelques mois par Mediapart, la juriste
détention de Guantanamo Bay. Nous disons à nos Sharon Weill, auteure d’une remarquable étude sur
amis que les alliances, les traités et les organisations la justice à Guantanamo – elle peut être lue ici (pdf,
internationales que nous construisons doivent être 569.3 kB) –, insistait sur ce point. « C’est bien la
crédibles et efficaces. » question de la torture et de la protection de ceux
Vite des actes, demande l’organisation de défense des qui l’ont pratiquée qui empêche le fonctionnement
droits humains. Il y a deux ans, pourtant, fin 2018, de ces commissions militaires. Tout bute là-dessus et
le Pentagone ordonnait aux dirigeants du camp de tout a été mis en place pour éviter la publication des
planifier la poursuite de son fonctionnement pour les informations relatives aux tortures pratiquées par la
vingt-cinq ans à venir. Soit jusqu’en 2043 ! À cette CIA », dit-elle.
date, le prisonnier le plus âgé aura 96 ans, à condition
d’être toujours vivant, le plus jeune 62 ans.

2/3
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
3

Amnesty International fait dans son rapport ce constat. présumé des attentats du 11-Septembre, et de quatre de
Les 40 prisonniers de Guantanamo sont détenus sur ses complices vient d’être une fois de plus repoussé.
cette base depuis au moins douze années. Plus de la Après sept années de procédure, il devait se tenir le
moitié sont auparavant passés par les prisons secrètes mois prochain. Il aura lieu au mieux après septembre
de la CIA. Six d’entre eux ont aujourd’hui le statut de 2021, a fait savoir le juge militaire chargé de l’affaire.
« transférables », c’est-à-dire de personnes libérables À part protéger les organisateurs et les auteurs des
pouvant être envoyées dans un autre pays. Aucun ne tortures, Guantanamo n’a ainsi rempli aucun de ses
l’a été (l’un d’eux est transférable depuis 2010 !). objectifs, à commencer par le premier d’entre eux,
À ce jour, un seul détenu a été condamné par les « juger et punir les terroristes », disait George Bush.
commissions militaires et purge sur la base une peine Les citoyens américains ont été privés du grand procès
de prison à vie. Huit autres sont inculpés mais leur public du « 9/11 », expliquait l’organisation Human
procès est toujours dans la phase des « audiences Rights First, quand, dans le même temps, « les
préliminaires ». Enfin, vingt-cinq prisonniers ne sont tribunaux fédéraux ordinaires ont condamné près de
ni accusés ni jugés. Mais ils demeurent détenus parce 500 terroristes depuis le 11-Septembre ».
que toujours « hautement dangereux » (« high value Guantanamo, ce sont «des détentions inexorablement
detainees »), estiment les agences de renseignement et liées à de multiples strates de conduite illégale du
le ministère de la défense. gouvernement au fil des ans – transferts secrets,
Dans le cas Moath al-Alwi porté jusqu’à la Cour interrogatoires au secret, alimentation forcée de
suprême, les juristes du département de la justice et du grévistes de la faim, torture, disparitions forcées
département de la défense étaient allés jusqu’à soutenir et absence totale de respect de la légalité»,
qu’une détention à perpétuité, sans inculpation et sans estime Daphne Eviatar, l’une des responsables
jugement, était parfaitement justifiée puisqu’une d’Amnesty International États-Unis. Voilà une liste
situation de guerre contre le terrorisme existait non exhaustive qui impose à l’administration Biden de
toujours en Afghanistan et en Irak. faire de cette fermeture une priorité.
La pandémie de Covid-19 a cette année mis à l’arrêt la
plupart des travaux des commissions militaires. Ainsi
le procès de Khalid Cheikh Mohammed, organisateur

Directeur de la publication : Edwy Plenel Rédaction et administration : 8 passage Brulon 75012 Paris
Direction éditoriale : Carine Fouteau et Stéphane Alliès Courriel : contact@mediapart.fr
Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS). Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08
Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007. Télécopie : + 33 (0) 1 44 68 01 90
Capital social : 24 864,88€. Propriétaire, éditeur, imprimeur : la Société Editrice de Mediapart, Société par actions
Immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. Numéro de Commission paritaire des simplifiée au capital de 24 864,88€, immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS,
publications et agences de presse : 1214Y90071 et 1219Y90071. dont le siège social est situé au 8 passage Brulon, 75012 Paris.
Conseil d'administration : François Bonnet, Michel Broué, Laurent Mauduit, Edwy Plenel Abonnement : pour toute information, question ou conseil, le service abonné de Mediapart
(Président), Sébastien Sassolas, Marie-Hélène Smiéjan, François Vitrani. Actionnaires directs peut être contacté par courriel à l’adresse : serviceabonnement@mediapart.fr. ou par courrier
et indirects : Godefroy Beauvallet, François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel, Marie- à l'adresse : Service abonnés Mediapart, 4, rue Saint Hilaire 86000 Poitiers. Vous pouvez
Hélène Smiéjan ; Laurent Chemla, F. Vitrani ; Société Ecofinance, Société Doxa, Société des également adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart, 8 passage Brulon, 75012
Amis de Mediapart, Société des salariés de Mediapart. Paris.

3/3