Vous êtes sur la page 1sur 4

COMMISSION BANCAIRE

DE
L’AFRIQUE CENTRALE
REGLEMENT COBAC EMF R-2016/XXX FIXANT LES REGLES DE
SUPERVISION APPLICABLES AUX ETABLISSEMENTS DE
MICROFINANCE DE DEUXIEME CATEGORIE ET AUX ORGANES
FAITIERS DONT LE MONTANT DES DEPOTS EST SUPERIEUR
A 50 MILLIARDS DE FRANCS
______________________

La Commission Bancaire de l’Afrique Centrale,

Vu la Convention du 16 octobre 1990 portant création d’une Commission


Bancaire de l’Afrique Centrale ;

Vu la Convention du 17 janvier 1992 portant harmonisation de la


réglementation bancaire dans les Etats de l’Afrique Centrale ;

Vu le règlement n° XX/XX/CEMAC/UMAC/COBAC du xxx relatif aux


conditions d’exercice et de contrôle de l’activité de microfinance dans la
CEMAC ;

Vu l’Acte uniforme OHADA relatif au droit des sociétés commerciales et du


groupement d’intérêt économique ;

Vu l’Acte uniforme OHADA relatif au droit des sociétés coopératives ;

Réunie en session ordinaire le 23 septembre 2016 ;

DECIDE :

Article 1  :
Le présent règlement fixe les règles de supervision applicables aux
établissements de microfinance de deuxième catégorie et aux organes faîtiers
des réseaux dont le total des dépôts est supérieur à 50 milliards de francs
CFA sur une période de deux années consécutives.

Article 2  :
Les établissements de microfinance de deuxième catégorie et les organes
faîtiers des réseaux dont le total des dépôts est supérieur à 50 milliards de
francs CFA sur une période de deux années consécutives, sont soumis à un
dispositif prudentiel spécifique.

Article 3  :
Pour les établissements de microfinance visés par le présent règlement :

- la norme minimale de couverture des risques, déterminée


conformément au règlement COBAC EMF 2002/07, relatif à la
couverture des risques, est fixée à 12% du montant des fonds propres
ou fonds patrimoniaux nets, tels que définis par les règlements COBAC
EMF 2002/3 et EMF 2002/4 ;

- l’encours global des engagements nets portés directement ou


indirectement par un établissement assujetti sur ses actionnaires,
administrateurs, dirigeants et personnel, tel que défini à l’article 1er du
règlement COBAC EMF 2002/10, relatif aux engagements des EMF en
faveur de leurs actionnaires, administrateurs, dirigeants et personnel, ne
pourra excéder 15% du montant des fonds patrimoniaux ou fonds
propres nets, tels que définis par les règlements COBAC EMF 2002/3 et
EMF 2002/4 ;

Article 4  :
Pour les établissements de microfinance ayant franchi le seuil fixé à l’article 1er
ci-dessus, la périodicité de transmission du reporting des états déclaratifs
SESAME à la COBAC est mensuelle.

Article 5  :
Une fois les seuils fixés à l’article 1 er du présent règlement franchis,
l’établissement de microfinance concerné doit immédiatement en informer le
Secrétariat Général de la COBAC.

Article 6  :
Lorsque le total des dépôts d’un établissement de microfinance ne correspond
plus au seuil fixé à l’article 1 er ci-dessus pendant une période de deux années
consécutives, cet établissement est à nouveau soumis au dispositif prudentiel
commun aux établissements de microfinance de la catégorie à laquelle il
appartient.

Article 7  :
Une période transitoire de six (06) mois est accordée à chaque établissement
ayant franchi le seuil fixé à l’article 1 er ci-dessus, pour se conformer aux
dispositions prévues par le présent règlement.

Article 8 :

En cas de non-respect des dispositions du présent règlement, les mesures


prévues aux Titres II et III du règlement n°02/14/CEMAC/UMAC/COBAC/CM
relatif au traitement des établissements de crédit en difficulté peuvent être
engagées.

Article 9  :

Le présent règlement abroge toutes les dispositions antérieures qui lui sont
contraires. 

Article 10  :
Le présent règlement entre en vigueur à compter du 1er janvier 2017.

Il est publié au bulletin de la COBAC.

Article 11  :
Le Secrétaire Général de la COBAC est chargé de l’application du présent
règlement et de sa notification aux Autorité monétaires nationales, aux
Directions Nationales de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale, aux
Associations professionnelles des établissements de microfinance de la
Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale.

Ainsi décidé et fait à Libreville, en présence de :

Monsieur Lucas ABAGA NCHAMA, Président ; Messieurs XXX, membres.

Pour la Commission Bancaire,

Le Président,

Lucas ABAGA NCHAMA