Vous êtes sur la page 1sur 8

Mesure et Instrumentation TP n°19 Métrologie[1]

Partie Cours :

Qualité métrologique des appareils de mesure :


La qualité métrologique d'un instrument de mesure ou d'une centrale de mesure comprenant un capteur
est l'ensemble des données qui caractérisent la qualité de la mesure effectuée par le dispositif considéré.

Les principales caractéristiques des instruments de mesure (ou propriétés métrologiques des dispositifs de
mesure) sont définies dans le cadre du Vocabulaire International de Métrologie (VIM) et comprennent,
entre autres cas termes que vous devez connaitre :

 l'étendue de mesure ;
 la résolution ;
 la sensibilité ;
 l'exactitude ;
 la justesse ; (remarque : le terme précision ne fait pas partie du VIM)
 la fidélité.
Mesure et Instrumentation TP n°19 Métrologie[2]

Vocabulaire :
L'étendue de mesure est définie par la différence des valeurs extrêmes de la plage du mesurande dans
lequel le fonctionnement du capteur associé à son électronique (conditionneur, transmetteur, CAN...)
satisfait à des spécifications données. Le plus souvent l'étendue de mesure correspond au domaine
nominal d'emploi.
Le mesurande  : c'est l'objet de la mesure ou plus simplement la grandeur à mesurer.

Sensibilité, résolution d’un capteur :

La sensibilité S détermine l'évolution de la grandeur de sortie du capteur en fonction de la grandeur


d'entrée.
d (sortie)
s=
d ( mesurande)
dV s 38,5
Exemple : pour une PT100 traversée par un courant de 1 mA : s= = =0,385 mV /° C
dθ 100

La résolution est la plus petite variation du mesurande que l’ensemble capteur + électronique associée
est capable de déceler. Par exemple le quantum du CAN de notre chaîne de mesure divisé par la
sensibilité. Pour une PT100 branchée sur un Arduino avec un CAN de 10 bits et une référence de 1,1 V :
Res (en V) = q = PE/2 n=1.1/210=1,07 mV => Res (en °C) = q/s = 1.07(mV)/0.385(mV/°C) = 2,8 °C

Fidélité : La fidélité d'un capteur est sa propriété à redonner des valeurs très proches lorsque, après avoir
varié, la grandeur reprend sa valeur initiale. Ce qui se traduit par des résultats groupés autour de leur
valeur moyenne. L'écart type dont l'importance reflète la dispersion des résultats est souvent considéré
comme l'erreur de fidélité. Un capteur fidèle a peu d’erreurs aléatoires.

Répétabilité : Fidélité sous des conditions de répétabilité. Conditions où les résultats de mesures
indépendantes sont obtenus par la même méthode, par le même opérateur utilisant le même équipement
et pendant un court intervalle de temps (par exemple TP), à la différence de la reproductibilité où, au
moins, un des paramètres change.

Justesse (et non plus précision) : Étroitesse de l’accord entre la valeur MOYENNE obtenue à partir
d’une large série de résultats de mesures et une valeur de référence acceptée : La valeur vraie.

Exactitude de mesure : Étroitesse de l’accord entre UNE valeur mesurée et une valeur vraie du
mesurande. Il est important de ne pas confondre les concepts d’exactitude et de justesse.

Erreur de mesure : L’erreur de mesure est la différence entre la valeur mesurée d'une grandeur m et
une valeur de référence (valeur vraie). C’est la somme de l’erreur systématique (erreur de justesse) et de
l’erreur aléatoire (défaut de fidélité).
Lors de mesures répétées nous obtenons généralement une dispersion des résultats ; si les erreurs de
mesure sont aléatoires un traitement statistique permet de connaître la valeur la plus probable de la
grandeur mesurée et de fixer les limites de l'incertitude.
Mesure et Instrumentation TP n°19 Métrologie[3]
L'erreur systématique se superpose aux erreurs aléatoires. Elle est provoquée par un mauvais réglage ou
un mauvais étalonnage. Elle devient importante dans le cas où les instruments sont mal utilisés. La
justesse d’un instrument de mesure est son aptitude à donner des indications exemptes d’erreur
systématique.

Comment évaluer l’exactitude d’un appareil de mesure ?


Pour évaluer l’incertitude d’un résultat de mesure, l’expérimentateur, le statisticien ou le métrologue
disposent de la méthode décrite dans la norme, communément nommée « GUM » (Guide pour
l’expression de l’incertitude de mesure). Cette norme est aujourd’hui très répandue et utilisée comme
méthode de référence dans les laboratoires de métrologie, d’essais ainsi que dans de nombreux domaines
industriels.
La méthode GUM simplifiée : les incertitudes sont classées en deux catégories nommées A et B.

Incertitudes de type A: on a réalisé plusieurs mesures de la même grandeur qui permettent un


traitement statistique (calcul de moyenne et d’écart-type).
Incertitudes de type B : on dispose d’une seule mesure et l’on évalue un écart-type à partir des
données du constructeur de l’appareil de mesure et d’hypothèses sur la qualité de la lecture réalisée sur
l’appareil.
Calculs : on calculera pour la mesure (ou pour les mesures)
- l’incertitude-type notée u ; c’est un écart-type, associé à un niveau de confiance de 68 %.
- l’incertitude élargie U = k u ; souvent k = 2 est associé au niveau de confiance 95%.
Le coefficient k est déterminé par la méthode de Student.
- on conserve au maximum 2 chiffres significatifs pour U.

Remarques : en l’absence d’indication on considère que le niveau de confiance est 95%


« u » provient de « uncertainty » en anglais. 
A partir de l’incertitude élargie U ou a, fournie par le constructeur il est possible d’estimer u selon la loi
suivie. Sans information sur la loi de distribution suivie, on se place dans le cas le plus défavorable : la loi
uniforme.

Présentation du résultat : le résultat x^ de la mesure x d’une grandeur X sera généralement écrit


Mesure et Instrumentation TP n°19 Métrologie[4]
x = ^x  U (niveau de confiance 95%) , ou bien x = ^x x où x représente U.

Notions générales :

De nombreuses situations expérimentales montrent que pour un très grand nombre de mesures
l’histogramme se rapproche d’une courbe de Gauss, ou plus précisément à une distribution de Student ».
- Quelques propriétés de l’écart-type pour la courbe de Gauss :
valeurs dans l’intervalle probabilité traduction
[ x - ; x +] 68,3 % x = x  avec un niveau de confiance de 68,3 %
[ x -2 ; x +2] 95,4 %
[ x -3 ; x +3] 99,7 %

Incertitudes de type A.

On dispose d’un nombre limité n de mesures d’une même grandeur X : x1, x2, …..,xn, réparties
approximativement selon un distribution gaussienne.

- Meilleur estimateur de la valeur vraie : moyenne x .

Si on refait d’autres séries de n mesures les moyennes et les écarts-types auront des valeurs dispersées ;
on démontre dans les cours de statistiques que les meilleurs estimateurs pour les grandeurs suivantes
sont :
- Écart-type expérimental (sur la série de mesures, caractérise la fidélité d’une chaîne de mesure…) :
n
( xi − x̄ )2
s = n-1= √ ∑ n−1
i=1
- Incertitude-type (= écart-type sur la moyenne, caractérise la justesse d’une chaîne de mesure…) :
σ n−1
un= √n
d’où :
- Incertitude élargie avec un niveau de confiance 95% : U = k95. un

- on peut démontrer que k95 est ici le coefficient de Student, noté aussi t95, et donné par des tables.

n 2 3 4 5 6 7 8 9 10
t95 12,7 4,3 3,18 2,78 2,57 2,45 2,37 2,31 2,26
t99 63,7 9,93 5,84 4,6 4,03 3,71 3,5 3,36 3,25
 
n 12 14 16 18 20 30 50 100 
t95 2,2 2,16 2,13 2,11 2,09 2,04 2,01 1,98 1,96
t99 3,11 3,01 2,95 2,9 2,86 2,76 2,68 2,63 2,57
Mesure et Instrumentation TP n°19 Métrologie[5]

L'étalonnage
L'étalonnage (calibration in English) d'un instrument de mesure ou d'un capteur, consiste à modéliser le
signal de sortie du capteur (appelé Xvariable) en fonction de la variable mesurée (appelée Yvariable).
Pendant l'étalonnage, les Yvariables, considérées comme étalons, sont évaluées, ainsi que les Xvariables
associées.

Ex: capteur d’un capteur à Ultrason.


On déplace un obstacle le long d’une règle qui sert d’étalon. L’étendue de mesure de l’étalonnage sera de
1 m. Pour chaque position de l’obstacle (Y1, Y2, … Yn) en cm on relève le temps de l’impulsion du
capteur à ultrason (X1, X2, … Xn) en µs.
On peut alors évaluer la fonction f qui est généralement une droite de régression, on fait alors l'hypothèse
de linéarité.
En prédiction (utilisation normale du capteur), la droite de régression permet de calculer la distance à
partir de la durée de l’impulsion du capteur. La sensibilité s du capteur ici s’exprime en µs/cm, ici s = 1/a.
Cet étalonnage permet de déterminer l’erreur systématique due à la position réelle de l’émetteur et du
récepteur à Ultrason.
Une étude statistique supplémentaire permet de déterminer l’erreur aléatoire et la fidélité de notre chaîne
de mesure.

Estimation de l’erreur de linéarité ou erreur de modélisation


Rappel de la fiche de Calcul : Erreur de modélisation déjà donnée au TP 5.
Syntaxe : DROITEREG(y_connus;x_connus;constante;statistiques)
Si on utilise la fonction =DROITEREG(A5:A24;L5:L24;VRAI;VRAI) dans Excel nous récupérons une
matrice(2 colonnes, 5 lignes) dans laquelle Sey nous renseigne sur l’écart type de prédiction.
 avant de taper =DROITEREG..., d'avoir sélectionné une plage de cellule au moins aussi grande
que cette matrice, soit si l'argument statistique est VRAI, une plage de 2 colonnes par 5 lignes.
 Lorsque la formule est saisie, de la valider à l'aide de la combinaison de touches
"Maj"+"Ctrl"+"Entrée" (au lieu de "Entrée"), ouf!
M ou a en cm/µs dans cet exemple 0,0175 0,4246 B en cm dans cet exemple
écart type sur a 5E-05 0,1591 écart type sur b
Sey écart type de prédiction sur
coeff de détermination R² 0,9999 0,3446 y
  140019 18 Nb de degré de liberté  : n-2
La somme de régression des carrés. 16623 2,1369 Somme des carrés des résidus
Sey : l'erreur type pour la valeur y estimée, correspond à l'écart-type des résidus Sn-2, ou encore, lors de la
prédiction, de l'erreur liée à la mesure. C’est cet estimateur que nous allons utiliser pour estimer l’erreur
due à l’utilisation de notre modèle.
Pour déterminer l’incertitude élargie pour un intervalle de confiance de 95% on utilise la méthode de
Student (si la distribution des mesures suit une loi normale).
On recherche le coefficient de Student à l’aide d’une table ou de la fonction Excel :
=LOI.STUDENT.INVERSE.BILATERALE(0,05;18)
5% pour 20 pts d’étalonnage – 2 = 18 degrés de liberté. → t95% = 2.101
Puis on calcule l’incertitude élargie : Ulin = t95%*ulin= =t95%*Sey = 2,101*0.344 = 0,724 cm
Mesure et Instrumentation TP n°19 Métrologie[6]
Cette courbe d’étalonnage introduit donc une incertitude élargie de prédiction de 0,73 cm.

Partie Expérimentale :

Etude des qualités métrologiques d’un capteur à ultrason associé à un Arduino


L’objectif de ce TP est de tester sur un grand nombre de mesure les qualités métrologique d’un capteur à
ultra son. A la fin du TP vous devez être capable de fournir un certificat d’étalonnage dans lequel est
précisé la fidélité, la justesse, l’exactitude, la résolution, la sensibilité, l’offset et l’erreur de prédiction de
ce capteur associé à un Arduino.

1. Caractéristiques métrologiques
L’erreur peut se décomposer en une erreur systématique et une erreur aléatoire.
1.1. Citer un exemple d’erreur systématique. L’erreur systématique peut-elle être corrigée ? Si oui par
quelle méthode ?
1.2. L’erreur aléatoire peut-elle être corrigée ? Si oui par quelle méthode ?
1.3. Comment peut-on minimiser l’erreur aléatoire et obtenir un résultat juste ?
1.4. Définissez les termes fidélité, justesse et exactitude d’une centrale de mesure à l’aide de l’erreur
aléatoire, de l’erreur systématique.
1.5. Quelle est la sensibilité théorique de notre capteur à ultrason, si l’on considère que la vitesse du
son est de c = 340 m/s ?
1.6. Si on considère que la résolution de notre chaîne de mesure est de 1 µs, exprimer la résolution du
capteur ultrason en cm.

2. Fidélité sous des conditions de répétabilité:


2.1. Protocole expérimental :
 Téléverser sur votre Arduino Uno le programme du TP 07 (Mise
en œuvre d’un capteur à ultrason) aussi disponible sur le site
tpil.projet.perso.sfr.fr/TP_Labview/Labview_Metrologie.html
 Câbler votre capteur à ultrason Echo sur la patte 2 de l’Arduino et
Trig sur la patte 3. Placer un obstacle à environ 25 cm.
 Réaliser un programme Labview qui communique avec l’Arduino
(vous pouvez vous aider du TP15 Labview Communication, et de
son programme associé disponible sur le réseau).
Lorsque vous envoyez 0 à l’Arduino celui-ci vous renvoie dt la
durée en Microsecondes de l’impulsion qui est proportionnelle à la
distance. Si le nombre renvoyé est 0 : il s’agit d’une mesure
défectueuse ou hors limite (mesure à éliminer). Il est conseillé
d’attendre 200 ms avant de redemander une nouvelle mesure en
mode 0.
Mesure et Instrumentation TP n°19 Métrologie[7]
 Lorsque vous envoyez 1 à l’Arduino celui-ci vous renvoie dt la durée moyenne en Microsecondes
d’une série de quatre mesures espacée de 200 ms. Il faut donc attendre 1 s avant de redemander
une mesure en mode 1.
 Ecrire un VI qui permet de récupérer sur Excel 200
mesures en mode 0 puis en mode 1. Vous pouvez vous
inspirer de la face avant ci-jointe.
Labview vous permet de tracer directement
l’histogramme (Mathématiques/Probabilités et
statistiques/Histogramme ou tout simplement
Rechercher : Histogramme).
Par défaut il crée automatiquement 10 intervalles.
 Enregistrer la série de mesure dans un fichier de mesures (VI Express/Sortie/Ecrire dans un
fichier de mesures) pour pouvoir l’exploiter avec Excel.
 Calculer pour chaque série la valeur moyenne, l’écart-type et tracer l’histogramme des fréquences
de la distribution des mesures. (cf fiche aide Excel)
2.2. Analyse de l’histogramme des fréquences : la distribution des mesures suit-elle plutôt une loi
normale, uniforme ou en U ? Par conséquent quel coefficient d’élargissement k95 va-t-on utiliser ?
2.3. Analyse : comparer la fidélité de chaque série de mesure. Ce résultat est-il conforme à la théorie ?
2.4. Quelle est la justesse de votre série de mesure pour un intervalle de confiance de 95 % ? (on
suppose que l’étalonnage qui suit permettra d’éliminer l’erreur d’offset)
2.5. Exprimer l’exactitude de la mesure n° 100 par exemple, sous forme d’un intervalle pour un
niveau de confiance de 95 %. Cet intervalle est-il compatible avec l’intervalle correspondant à la
justesse de notre série de mesure ? Préciser la différence entre la justesse et l’exactitude d’une
chaîne de mesure.

2.6. Remplir le tableau récapitulatif :


Série de 200 mesures Mode 0 Mode 1
TMoy en µs

TMax en µs

TMin en µs

Ecart-type en µs

Justesse de la série de mesure  


T=

Exactitude de la mes. n° 100 T  


=
Mesure et Instrumentation TP n°19 Métrologie[8]

3. Etalonnage du capteur
3.1. Protocole expérimental :
 Placer une règle ou un réglet de 1 m ou 500 mm selon disponibilité perpendiculaire au capteur à
Ultrason. Prenez des repères afin de toujours placer le réglet de la même façon par rapport au
capteur à ultrason.
 Déplacer une boîte en carton le long du réglet afin de réaliser une série de 10 à 20 mesures
différentes (tous les 5 cm par exemple).
 Ecrire un programme vous permettant de récupérer pour
chaque point de mesure une série de 20 mesures identiques
(pour la méthode 1afin de réduire l’erreur aléatoire),
calculer alors la valeur moyenne, l’écart type et la justesse
de votre série de mesure. Vous pouvez vous inspirer de la
face avant ci-jointe.
 Une fois les 10 à 20 séries de mesures terminées et
regroupées et exportée dans un fichier de mesure,
déterminer, à l’aide d’Excel, la droite de régression linéaire
d(t) avec d distance en cm mesurée par le réglet et t durée
en microsecondes de l’impulsion du capteur mesurée par
l’Arduino.
 En vous aidant de la fiche de Calcul Excel Erreur de
modélisation disponible aussi sur le réseau, déterminer
l’erreur de prédiction (ou de modélisation).
3.2. Déterminer la sensibilité du capteur dans cette chaîne de
mesure (détailler vos calculs et comparer ce résultat à la
sensibilité théorique calculée précédemment). Déterminer et justifier la distance d’offset.
3.3. Faîtes l’inventaire des incertitudes et exprimer en cm les incertitudes élargies suivantes :
-> Uétalon en cm (estimer l’exactitude de votre mesure sur le réglet)
-> Umesure en cm (exactitude d’une mesure en mode 0)
-> Umodélisation en cm
(erreur de prédiction calculée à l’aide de la fonction droitereg d’excel)
Composition des erreurs : en déduire l’exactitude en cm de notre étalonnage.
2 2 2
U m= √U mesure + U mod élisation + U étalon

Vous aimerez peut-être aussi