Vous êtes sur la page 1sur 46

la revue des professionnels de l’audit, du contrôle et des risques

Dans l’actualité
 « Notre ambition : être
l’interlocuteur permanent du
conseil d’administration »
 Enron - Olympus : 10 ans pour
rien ?

Idées et débats
Une fraude à plusieurs milliards de
dollars

Les audits métiers


Outils d’audit de performance dans
le secteur public
AUDIT ET CONTRÔLE
La profession en
mouvement ... INTERNES AU SERVICE
Fiche technique DE L’EFFICACITÉ
> Du suivi déclaratif aux
contrôles sur place, la DE L’ÉTAT
surveillance des actions de
progrès est un impératif
Une nouvelle dynamique

N°207
Décembre 2011
Diplôme Professionnel
de l’Audit Interne
Le diplôme professionnel
qui atteste de vos aptitudes à conduire une mission
d’audit interne en autonomie selon les normes et
les bonnes pratiques de la profession.

INFORMATIONS PRATIQUES PROGRAMME


Les épreuves durent 6 heures
A qui s’adresse-t-il ?
L’examen consiste en une alternance de mini cas et de
A tous les auditeurs internes questionnaires.
souhaitant valoriser leur Matin
expérience en audit interne.  La planification d’une mission d’audit interne (1h30).
 La réalisation d’une mission d’audit interne (1h30).
Durée Après-midi
L’examen du DPAI se déroule sur  Le contrôle interne et la fraude (30 min.).
une journée.  Les normes (30 min.).
 La comptabilité (30 min.).
Tarif  Les systèmes d’information (30 min.).
 La communication orale (30 min.).
60 € HT (droits d’inscription)
 La communication écrite (30 min.).
Conditions d’inscription
NOS FORMATIONS
 Etre titulaire d’un diplôme de
2nd degré (niveau licence). Notre offre de formations vous permet de :
 Etre adhérent de l’IFACI ou d’un  développer vos compétences en suivant les formations sur les
autre Institut Francophone. « Fondamentaux de l’audit interne ».
 Avoir pratiqué l’audit interne  se mettre dans les conditions de l’examen en suivant la
pendant au moins 6 mois. formation de préparation au DPAI.

Conditions d’obtention
POUR EN SAVOIR PLUS ...
Obtenir une note au moins égale
Site Internet
à 12/20 sur l’ensemble des
thèmes du programme de Rendez-vous sur le site Internet de l’IFACI (www.ifaci.com) à la
l’examen, sans avoir une note rubrique « Carrière + Diplômes » pour :
inférieure à la moyenne sur  consulter le programme détaillé de l’examen ;
chaque épreuve.  télécharger le modèle d’examen et les annales.

Pour toute information complémentaire sur le DPAI, contactez


Perrine Bénard au 01 40 08 48 11 (pbenard@ifaci.com)
La revue des professionnels de l’audit,
du contrôle et des risques
n°207 - décembre 2011 Audit et contrôle
EDITEUR
Institut Français de l’Audit et
du Contrôle Internes (IFACI)
internes au service
Association Loi 1901
98 bis, boulevard Haussmann
75008 Paris (France)
de l’efficacité de l’Etat
Tél. : 01 40 08 48 00
Mel : institut@ifaci.com
Internet : www.ifaci.com

P
endant longtemps l’IFACI a été perçu comme
DIRECTEUR DE PUBLICATION un institut dédié au secteur privé même si son
Claude Viet influence était assez marquée dans certains
RESPONSABLE DE LA RÉDACTION établissements publics à caractère industriel et
Philippe Mocquard
commercial. Tout a changé à la suite de la promulga-
RÉDACTEUR EN CHEF
Louis Vaurs tion, le 1er août 2001, de la Loi Organique relative aux
RÉDACTION - RÉVISION Lois de Finances, plus connue sous son acronyme
Jean-Loup Rouff - Béatrice Ki-Zerbo LOLF.
SECRÉTARIAT GÉNÉRAL
Eric Blanc - Tél. : 01 40 08 48 02
Mel : eblanc@ifaci.com Dès 2002, l’IFACI organisait un premier colloque intitulé « Audit et Contrôle : un
atout pour les réformes en cours » et proposait la création d’un Groupe profession-
RÉALISATION / PUBLICITÉ
EBZONE Communication nel secteur public, ce qui fut réalisé l’année suivante.
32, avenue de Beauregard
94500 Champigny-sur-Marne
Tél. : 01 48 80 00 56 Quatre autres colloques ont été, par la suite, organisés et, au fil des ans, le groupe
Mel : ebzone@ebzone.fr secteur public devenu Groupe professionnel « Administrations de l’Etat » a vu son

IMPRESSION influence grandir, avec une accélération notoire au cours de ces deux dernières
Imprimerie de Champagne années, suite au rapport de l’Inspection générale des finances demandé par Eric
Rue de l’Etoile de Langres - ZI Les Franchises
52200 Langres Woerth alors ministre du budget, des comptes publics et de la fonction publique
« relatif à la structuration de la politique de contrôle et d’audit internes de l’Etat ».
ABONNEMENT
Elsa Sarda - Tél. : 01 40 08 48 04 Il était temps car, par comparaison à la situation des pays anglo-saxons, la France
Mel : esarda@ifaci.com était dans ce domaine très en retard.
Revue bimestrielle (5 numéros par an)
ISSN : 2117-1661 A la suite du décret du 28 juin 2011 relatif à l’audit interne dans l’administration et
CPPAP : 0513 G 83150
Dépôt légal : décembre 2011 de sa circulaire du 30 juin, l’IFACI a organisé, en novembre dernier, son 5ème colloque
Crédit photos : © illustrez-vous - Fotolia.com
secteur public « Audit et contrôle internes au service de l’efficacité de l’Etat : une
nouvelle dynamique ». Vous trouverez dans le présent numéro plusieurs extraits des
principales interventions, les actes du colloque devant être disponibles un peu plus
Prix de vente au numéro : 22 € TTC tard sur le site de l’IFACI.

Ce document est imprimé avec des encres végétales


sur du papier issu de forêts gérées dans le cadre
d’une démarche de développement durable. Le décret et la circulaire reprennent les recommandations de l’IGF :
• création dans chaque ministère d’un dispositif de contrôle et d’audit internes, et il en
est donné une courte définition compatible avec les définitions en vigueur dans
le secteur privé ;
• création auprès du ministre chargé de la réforme de l’Etat d’un comité d’harmonisation
de l’audit interne (le CHAI) chargé entre autres d’élaborer le cadre de référence de l’audit
interne dans l’administration de l’Etat et de s’assurer de son application. Compte tenu
Les articles sont présentés sous
la responsabilité de leurs auteurs. des travaux du Groupe professionnel Administrations de l’Etat qui a transposé

Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite


sans le consentement de l’auteur, ou de ses ayants droits, ou ayants
cause, est illicite (loi du 11 mars 1957, alinéa 1er de l’article 40).
Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce décembre 2011 - Audit & Contrôle internes n°207 3
soit, constituerait une contrefaçon sanctionnée par les articles 425
et suivants du Code Pénal.
EDITORIAL

La circulaire donne quelques précisions sur la


composition de ce comité d’audit qui doit compren-
dre « un nombre restreint de membres majoritairement
choisis parmi des personnalités extérieures au ministère
ou n’y exerçant pas de responsabilités opérationnelles ».
On voit bien là l’idée de se rapprocher du comité
d’audit des sociétés qui impose à ses membres qui,
par définition, ne peuvent être que des administra-
teurs, de ne pas exercer de fonctions au sein de la
direction.

Selon la circulaire, chaque ministère devra se doter


« d’une mission ministérielle d’audit interne » qui, en
pratique, ressemblera plus souvent à un service d’au-
dit d’une société holding qu’à un service classique
d’audit interne. « Elle définira le programme d’audit
ministériel sur la base d’une analyse fondée sur les risques
et le soumettra à l’approbation du comité ministériel d’au-
les normes internationales de l’audit interne en dit interne ; elle veillera à la diffusion de bonnes pratiques
fonction des particularités des administrations de au sein des opérateurs relevant du périmètre du minis-
l’Etat, on peut penser que le CHAI aura à cœur de tère » mais en règle générale, elle ne fera pas des
s’appuyer sur ces travaux pour l’élaboration du audits, elle les « fera réaliser » car la mission ne sera
cadre de référence dont il a la charge ; composée que de très peu de personnes.
• création dans chaque ministère d’un comité ministériel Réaliser par qui ? Vraisemblablement par le corps des
d’audit interne, garant de l’indépendance, du profes- inspecteurs ou des contrôleurs du ministère, voire par
sionnalisme et de l’objectivité des auditeurs internes. des cabinets d’audit.
Directement rattaché au ministre, il a pour mission
« de définir la politique d’audit du ministère, de s’as- Cette nouvelle approche du contrôle et de l’audit
surer de la qualité du dispositif de contrôle interne et internes dans les administrations centrales est riche
de maîtrise des risques, d’approuver le programme des de promesses, les structures sont en place il ne reste
audits ministériels et d’assurer le suivi des actions déci- plus qu’à les faire fonctionner. Mais pour que cela
dées à l’issue de ces audits. » marche, il faudra trois ingrédients indispensables : le
Son rôle se distingue de celui du comité d’audit des soutien sans faille des plus hautes autorités ; l’appro-
sociétés lequel assure, outre le suivi de « l’efficacité priation de ces nouvelles structures par l’ensemble
des systèmes de contrôle interne, d’audit interne et de des agents du ministère comme des éléments clés du
gestion des risques », le suivi « du processus d’élabo- bon fonctionnement collectif de l’administration ; la
ration de l’information financière, du contrôle légal des compétence enfin des hommes qui en ont la respon-
comptes et de l’indépendance des commissaires aux sabilité. 
comptes ». Mais quoi de plus normal pour une
société !
Louis Vaurs - Rédacteur en chef

4 Audit & Contrôle internes n°207 - décembre 2011


SOMMAIRE

DANS L’ACTUALITé
DOSSIER
6 « Notre ambition : être l’interlocuteur
permanent du conseil d’administration »
Richard F. Chambers
Audit et contrôle internes
8 Enron - Olympus : 10 ans pour rien ?
au service de l’efficacité
Antoine de Boissieu de l’Etat
Une nouvelle dynamique p. 13 à 30
IDéES ET DéBATS

10 Une fraude à plusieurs milliards de


dollars 14 L’audit interne de la DGFiP, une fonction à haute
Noël Pons valeur ajoutée
Entretien avec Philippe Parini
LES AUDITS MéTIERS Echos du colloque

32 Outils d’audit de performance dans le La LOLF a dix ans


secteur public 17
Frank Mordacq
Isabel de Francqueville
19 La nouvelle structuration de la politique de contrôle
et d’audit internes de l’Etat
LA PROFESSION EN MOUVEMENT
Henri Guillaume
34 Evénements
22 Les travaux d’adaptation des normes
36 Lu pour vous professionnelles internationales à la spécificité de
l’Administration
Yannick Girault

23 Mise en œuvre des dispositifs de maîtrise des risques


Table ronde modérée par Claude de Martel avec Jean
Marimbert, Général Bernard Mottier, Thierry Lemerle

26 L’audit interne de l’Etat


Table ronde animée par Dominique Pageaud, avec
Pierre Boissier, Danièle Lajoumard, Christian Piotre, Michel
Sappin

29 L’audit : une institution privilégiée pour développer


la performance
Philippe Parini

FICHE TECHNIQUE N°37

>> Du suivi déclaratif aux contrôles sur place, la


surveillance des actions de progrès est un impératif
Thibaut de Vanssay

décembre 2011 - Audit & Contrôle internes n°207 5


DANS L’ACTUALITÉ

« Notre ambition :
être l’interlocuteur permanent
du conseil d’administration »

Richard F. Chambers , CEO, IIA Global

erreur ! Nous devons devenir cet interlocuteur pour les bonnes


raisons, non pas parce que nous espérons que faire partie de
l’équipe dirigeante va suffire à nous faire reconnaître comme
des dirigeants. Être l’interlocuteur du conseil est un moyen, pas
une fin en soi, et si vous ne vous y préparez pas, cela peut nuire
à votre carrière au lieu de la favoriser.

C’est également une erreur de croire que participer au conseil


permet d’identifier des sujets d’audits. Si vous sortez de votre
première réunion de direction en ayant pour projet de faire
immédiatement l’audit de l’unité opérationnelle dont il a été

D
ans chacun de mes déplacements, je rencontre des question, il est probable que vous ne serez pas invité(e) à la sui-
auditeurs internes qui partagent une même vision. vante. Vous devez créer de la valeur ajoutée, pas empêcher les
Leurs mots varient, mais le message est clair : « Com- autres de s’exprimer librement.
ment pouvons-nous, auditeurs internes, devenir puis rester les inter-
locuteurs permanents du conseil d’administration ? Que fait l’IIA J’insiste, il faut vraiment apporter de la valeur ajoutée. La direc-
Global pour aider les auditeurs internes à se faire reconnaître et tion ne tirera profit de notre présence que si nous sommes prêts
accepter comme membres de la direction générale ? ». à échanger, pas seulement à écouter. Lorsque nous sommes
invités à dîner, nous souhaitons que nos hôtes nous réinvitent
Nous devons tous travailler davantage sur ce sujet, mais la plus et il est toujours préférable, dans ce cas, d’apporter quelque
grande partie de ce travail doit être réalisée par les auditeurs chose de nouveau, d’intéressant et d’important à la discussion.
internes, ceux-là même qui ne sont pas encore considérés à part Concentrez-vous sur la manière d’améliorer les opérations à
entière comme membres de la direction générale de leur entre- l’avenir, pas sur les erreurs commises dans le passé, et n’appor-
prise. Ceux-ci doivent donc maîtriser l’ensemble des étapes par tez pas seulement du recul, mais surtout un éclairage particu-
lesquelles ils doivent passer pour concrétiser leur vision. lier.

Être l’interlocuteur permanent du conseil d’administration est Le conseil d’administration n’est pas un terrain d’entraînement.
un objectif louable, mais en premier lieu, il convient de s’inter- Nous devons être capables de discuter des stratégies et des
roger sur ses motivations. Trop souvent en effet, les auditeurs risques commerciaux auxquels nos entreprises sont confron-
internes y voient le seul signe de leur réussite. C’est une grave tées. Il est capital de maîtriser le cœur du métier de notre entre-

6 Audit & Contrôle internes n°207 - décembre 2011


© pressmaster - Fotolia.com
prise et d’être conscients des risques internes et des facteurs contrôle interne de telle ou telle nouvelle initiative stratégique,
externes qui affectent son activité. Si nous n’apportons pas mais il ne s’agit jamais que d’un seul des aspects du projet envi-
notre propre vision et si nous ne sommes pas capables de la sagé par la direction. Pour agir en tant que membres de la direc-
défendre, nous n’apporterons aucune valeur ajoutée. tion générale, nous devons également ajouter de la valeur aux
autres composantes du projet.
La plupart des auditeurs internes partagent leurs avis et leurs
perspectives avec les dirigeants bien avant d’être invités au Le soutien des auditeurs dans leur projet de rapprochement de
conseil, car cette invitation est le fruit des relations qu’ils ont su la direction générale et du conseil d’administration est un des
développer. Elle n’est pas due à ce que nous écrivons dans nos points importants du programme stratégique de l’IIA Global.
rapports, mais à nos actions et à la façon dont nous collaborons Nous soutenons fortement notre profession et nous assurons
avec la direction au quotidien. Les dirigeants souhaitent notre la promotion de la valeur ajoutée de l’audit interne, mais les
présence à leurs côtés dès lors qu’ils nous respectent et nous décisions concernant l’étendue du rôle des auditeurs sont, in
considèrent comme des conseillers bien informés et dignes de fine, prises par les entreprises. Par conséquent, il revient à
confiance. Développer d’étroites relations de travail implique chaque auditeur interne de démontrer sa capacité à rejoindre
d’être conscient des problèmes qui les hantent. Quand les audi- la direction générale. Savoir ce que nous voulons accomplir et
teurs internes participent au conseil, les réunions de direction nous y préparer avec assiduité augmente fortement nos chances
ne sont plus sources de sujets d’audits, parce qu’ils sont déjà d’y parvenir. 
parfaitement au fait des thèmes susceptibles d’y être abordés.
Richard Chambers tient un blog sur www.theiia.org/blogs/chambers
Apporter de la valeur ajoutée au conseil d’administration et vous pouvez également le suivre sur twitter@IIACEO.
implique d’avoir une perspective plus large que celle du conseil-
ler en contrôle interne. Les auditeurs internes évaluent le Cet article a été publié à l’origine dans le numéro de novembre 2011
du magazine Audit & Risk, édité par IIA-Royaume-Uni & Irlande.

décembre 2011 - Audit & Contrôle internes n°207 7


DANS L’ACTUALITÉ

Enron - Olympus : 10 ans pour rien ?


Antoine de Boissieu - Associé-gérant, OSC Solutions

10
ans après l'af- cas d'ENRON, de garanties cotées (dont peut-être initiale et sa dissimulation
faire Enron, données par Olympus, per- Gyrus). Les actionnaires en comptabilité ne sont pas
l'affaire Olym- mettant aux sociétés écran ultimes seraient apparem- formellement prouvées pour
pus donne un air de déjà vu. de se refinancer. Ces sociétés ment les sociétés écran l'instant, et son montant
Revenons brièvement sur les écran auraient ensuite fait qui portaient les pertes n'est pas exactement établi.
faits, tout au moins la ver- progressivement remonter la d'Olympus. Olympus a La destination exacte des
sion qui en est donnée par la perte dans les comptes ensuite progressivement fonds et leurs bénéficiaires
direction, puisque les d'Olympus, sous couvert de déprécié les écarts d'ac- finaux ne sont pas encore
enquêtes officielles indépen- transactions censées avoir quisition, faisant passer les connus avec précision non
dantes ne rendront pas leurs une apparence normale. pertes initiales liées aux plus.
conclusions avant plusieurs Deux types de montages placements financiers
mois. sont pour l'instant suppo- hasardeux pour une perte Comme beaucoup de mon-
sés : de valeur des sociétés tages de fraudes comptables,
Olympus aurait réalisé des acquises. Dans ses rap- les mécanismes mis en
placements risqués dans les 1. Le montage qui a déclen- ports annuels, Olympus a œuvre permettent aussi de
années 80 et 90. Ces place- ché toute l'affaire est le notamment expliqué ces détourner des fonds. Dans le
ments se seraient soldés par versement de 680 MUSD pertes de valeur par la cas présent, il est très proba-
une perte aujourd'hui esti- d'honoraires à une société crise financière de 2008. ble qu'au moins une partie
mée à 1,7 milliard de USD. écran, soi-disant en tant des fonds n'a pas servi qu'à
Pour une société industrielle, que success fees pour l'ac- Ces montages soulèvent la fraude comptable, ne
dont la trésorerie ne devait quisition d'un petit plusieurs questions : serait-ce que pour payer les
normalement pas servir à concurrent, Gyrus. Ces commissions qu'ont dû per-
spéculer, cette perte était honoraires étaient près de 1- Fraude comptable, cevoir les intermédiaires qui
gênante. La direction de 100 fois supérieurs à ce ou détournement de ont monté les sociétés écran.
l'époque aurait donc décidé qui se fait pour ce type fonds ? Pour les auditeurs et contrô-
de la dissimuler. d'acquisition, ce qui a leur internes, il y a là deux
attiré l'attention de M. Le seul élément certain pour enseignements à en tirer :
La perte aurait été supportée Woodford, le directeur l'instant est que 1,7 milliard
pendant des années par une général nommé quelques de USD ont été frauduleuse- 1. Les fraudes comptables
ou plusieurs sociétés écran. mois auparavant. ment sortis d'Olympus, en peuvent très vite évoluer
Le mécanisme qui a permis surpayant de petites socié- vers des fraudes tout
aux sociétés écran de porter 2. L'autre type de montage, tés. La direction d'Olympus court : un montage qui
les pertes sur une aussi et pour des montants bien affirme que ces fonds ont permet de maquiller les
longue période n'a pas supérieurs, a consisté à servi à éponger une perte comptes permet égale-
encore été éclairci. Peut-être surpayer des acquisitions ancienne sur des placements ment souvent de consti-
s'agissait-il, comme dans le de petites sociétés non financiers, mais cette perte tuer une caisse noire, de

8 Audit & Contrôle internes n°207 - décembre 2011


payer des commissions, raires de conseil. Le comité audités ; le problème est empile contrôles et res-
ou de verser des complé- d'audit n'a pas recensé de qu'ils n'étaient pas mis en ponsabilités doivent donc
ments de rémunération risques particuliers non plus. œuvre de façon à maîtriser paradoxalement être ana-
occultes à une direction. Les actionnaires n'ont pas les risques pour lesquels lysées de près pour s'assu-
posé de questions (les acqui- ils avaient été conçus. rer que les gros dysfonc-
2. La présence de tiers dans sitions et les dépréciations Cette affaire vient donc tionnements seraient en
le montage permet d'aug- figuraient pourtant bien rappeler une règle que les effet empêchés ou détec-
menter significativement dans les rapports annuels), auditeurs doivent toujours tés.
les montants en jeu. Les les autorités boursières n'ont avoir en tête : la mission
transactions avec des tiers rien vu d'anormal, les de l'audit consiste à éva- * *
inconnus doivent donc banques non plus. luer les risques et leur *
être regardées de près par Or, les comptes d'Olympus maîtrise, pas à valider
les auditeurs et contrô- auraient dû être regardés de l'existence ou la confor- Cette affaire vient en tout
leurs internes, pour s'as- très près, car la société avait mité d'un dispositif de cas rappeler trois principes
surer qu'elles sont bien une situation nette très fai- contrôle donné. inscrits dans les normes pro-
justifiées et exemptes de ble eu égard à sa taille de fessionnelles :
conflits d'intérêt. Les opé- bilan, la plus mauvaise 2. Le fait d'empiler les • la nécessité de l'indépen-
rations de croissance parmi les 50 premières capi- contrôles et les contrô- dance de l'audit interne,
externes ou de cessions talisations à la bourse de leurs ne permet pas de avec un double rattache-
d'actifs sont à inclure dans Tokyo. C'était aussi celle diminuer les risques. Cela ment à la direction géné-
cette catégorie d'opéra- dont le ratio (écarts d'acqui- peut au contraire affaiblir rale et au comité d'audit ;
tions. sition / situation nette) était toute la chaîne de contrôle • le nécessaire dialogue
le plus élevé, ce qui veut dire en déresponsabilisant avec les commissaires aux
2- Les lois Sarbanes- que la solidité du bilan tous les intervenants. Il est comptes ;
Oxley sont-elles d'Olympus dépendait en probable que cela s'est • la nécessité de bâtir un
inutiles ? partie de la bonne valorisa- produit dans l'affaire programme d'audit en
tion de ces écarts d'acquisi- Olympus, les actionnaires fonction d'une approche
La loi Sarbanes-Oxley a été tion. Ceux-ci auraient donc faisant confiance aux par les risques, tenant
retranscrite au Japon, où la dû être analysés en détail, et CAC, aux banques et aux compte des différents élé-
loi locale est communément leur dépréciation brutale analystes financiers, les ments d'appréciation dis-
appelée « JSOX ». En théo- aurait dû amener à s'interro- CAC faisant (trop) ponibles.
rie, ces lois servent précisé- ger sur le bien-fondé du prix confiance au comité d'au-
ment à éviter des affaires d'achat. Cela n'a visiblement dit et au conseil d'admi- Dans le cas d'Olympus, ces
comme celle-ci. Cependant, pas été le cas. nistration, les analystes trois éléments auraient peut
comme dans l'affaire faisant confiance aux être permis de détecter plus
ENRON, on reste dubitatif Pour les auditeurs et contrô- CAC, etc. In fine, per- tôt la fraude, en sensibilisant
sur la passivité des diffé- leurs internes, deux ensei- sonne ne s'est senti res- au risque à la fois des direc-
rentes parties prenantes : les gnements sont à en tirer : ponsable de demander teurs, des administrateurs et
commissaires aux comptes 1. Ce n'est pas parce qu'un des explications précises à les commissaires aux
ont certifié les comptes et le dispositif de contrôle la direction quant aux comptes. 
dispositif de contrôle interne existe, formalisé et acquisitions et aux dépré-
interne, estimant manifeste- évalué régulièrement, qu'il ciations qui en résultaient,
ment qu'il était satisfaisant est efficace. Les dispositifs avant que M. Woodford,
sur les engagements hors obligatoires dans la loi récemment nommé direc-
bilan, sur la valorisation des SOX existaient bien dans teur général, ne le fasse.
écarts d'acquisition et sur la le cas d'Olympus, ils Pour l'auditeur interne,
comptabilisation des hono- avaient été formalisés et ces situations où l'on

décembre 2011 - Audit & Contrôle internes n°207 9


IDÉES ET DÉBATS

Une fraude à plusieurs


milliards de dollars
affecté les comptes d'une structure ban- tion avec toutes les règles de prévention
caire. Encore une fois des opérations tendant à limiter les risques par des
consistant à acheter ou à vendre des positions contraires fictives. Les auteurs
positions elles-mêmes couvertes par des sont poursuivis pour abus de position et
opérations en sens contraire sont en fraudes comptables.
cause. Le paradoxe, car tout est para- En l'espèce, le trader mis en cause était
doxal dans cette affaire, veut que le en charge des fonds indiciels (Exchange
« desk » dans lequel s'est épanouie la Traded Funds), instruments très sophis-
manipulation porte un nom déjà célè- tiqués mais dont l'importance du risque
bre : « Delta one », comme celui dans qu’ils présentent est souvent minorée.
lequel œuvrait Jérôme Kerviel. Ce
département regroupe l'ensemble du L'intérêt de tels produits est multiple :
courtage des « paniers» de produits. On • ils s'achètent et se vendent pour des
Noël Pons n’y échange pas de simples actions ou valeurs relativement limitées ;
CIA, Essayiste et consultant obligations, mais des indices, des • la gamme est très large et recouvre les
« swaps », des produits dérivés. Bref, tout matières premières, les actions et les
ce qui permet de jouer sur un ensemble obligations ;
de valeurs avec un seul produit compo- • la novation est la cotation en bourse
L’imagination des fraudeurs est sans
site. de ces produits, les investisseurs pou-
limite. Les nouveaux produits et les
Pourquoi ce nom, Delta One ? « Delta » vant alors acheter et vendre très faci-
risques qu’ils génèrent, deviennent
représente l’écart entre le « produit lement une exposition à l’indice, sans
incontrôlables. Pour preuve la « fraude
panier » et les valeurs sous-jacentes qu’il avoir à acquérir les actifs qui le com-
phénoménale » qui vient de frapper un
est censé suivre. La relation est parfaite posent les frais étant inférieurs aux
établissement bancaire. Et les mêmes
lorsque le delta est de un. fonds de placement classiques.
questions qui reviennent : existe-t-il un
Ce type d’opération, en général consi-
modèle de supervision suffisamment
déré comme une opération peu risquée, Ces produits présentent cependant des
solide pour éviter ce type de pro-
aurait mérité la mise en place d'un risques inhérents importants, en parti-
blème ? S’il existe, fonctionne-t-il ? Est-
contrôle renforcé, à la suite du précédent culier lorsque des variétés « synthé-
ce qu’il existe un contrôle adapté à ce
notoire, ce n'a pas été le cas. Il est aussi tiques » sont utilisées. Un ETF classique
type de prestation ?
vrai, comme l'écrivait Oscar Wilde, que se compose1 d'un certain nombre de
« L'expérience est une lanterne que l'on produits dont la valeur est cotée en
porte dans le dos et qui n'éclaire jamais que bourse. Un ETF synthétique reproduit

E
ncore une fois, alors que nous le chemin parcouru », mais tout de de manière indirecte les flux financiers
pensions tous que les bases d'un même ! d'un ETF « normal » en utilisant un
contrôle solide avaient été ins- La fraude dans ce type de prestation « swap » contracté avec une tierce partie.
tallées, une fraude phénoménale dans consiste en général à dissimuler des Cela devient un peu complexe n'est-ce
son ampleur comme dans sa nature, a positions exagérées prises en contradic- pas ?

10 Audit & Contrôle internes n°207 - décembre 2011


Les produits dérivés utilisés sont censés fraude le premier principe est de « suivre puis dans un autre domaine lors de
suivre l’indice en question. Rentrent les flux » le second de les analyser. l'annonce des dérives Madoff, la
alors en jeu des contrats de « swap », réponse tarde) ?
avec tout ce que cela comprend d’obs- S'agit-il d'une faille du marché, de l'outil
curité, mais aussi de risque de contre- lui même ou du système de contrôle ? L'idée selon laquelle le produit lui
partie en cas de défaut. L’enquête le dira sans doute. Etait-il même présente un risque tellement fort
possible que le trader ait utilisé plus que qu'il est en passe de constituer une bulle
Or, les risques de ces produits sont de raison les opportunités de négocia- et de créer un risque systémique, com-
importants ; ils sont dus à la possibilité tions entre entités sans demander de mence à poindre. Instruits par la crise
toujours présente de générer des écarts confirmations pour les opérations ? Pra- des subprimes, ne faudrait-il pas alors
pouvant devenir incontrôlables et à celle tique aisément usitée mais, dans ce cas, élargir, toutes affaires cessantes, la régle-
du défaut de tierce partie. De plus, ces une simple remontée des opérations de mentation Dodd-Franck à l'ensemble
outils sont portés par les effets induits cette nature aurait encore dû éveiller de la planète financière, même si cette
de la loi Dodd-Franck interdisant la spé- l'attention de la hiérarchie si elle s'y réglementation a du mal à se mettre en
culation pour compte propre aux Etats- était, un tant soit peu, intéressée. place aux Etats-Unis ? 
Unis, ce qui explique en partie leur
développement phénoménal en Europe. Cette fraude n'est pas la seule possible.
Le trader peut s’engager avec une tierce
Le montant des sommes investies dans partie dans le but de faire perdre des
ces produits devait atteindre les 2 000 fonds à la société qui l'emploie, l'opéra- 1. Voir l'article de Paul Jorion dans « Le monde
Expertises économie » du 27 septembre 2011 :
milliards de dollars à fin 2011. tion étant à somme nulle. Le courtier ou « UBS récidiviste bancaire ».
la structure en cause dispose alors des
Cette fraude pose, à l'évidence, la ques- fonds perdus.
tion de la robustesse du système de ges-
tion du risque. Outre le fait que cette Plusieurs questions
activité est en général considérée générales sont alors
comme peu risquée (et qu'en serait-il si posées :
elle présentait des risques forts ?), elle a • Existe-t-il un
pu ne pas faire l'objet d'une évaluation modèle de super-
approfondie. vision suffisam-
ment solide pour
Qu’en est-il de la limitation de l'exposi- éviter ce type de
tion ? Les pertes ou les gains exception- problème ?
nels ne peuvent pas ne pas attirer l'at- • S’il existe, fonc-
tention sauf à laisser faire, tant que les tionne-t-il ?
gains restent positifs. • Est-ce qu'il existe
un contrôle
Dans le cas où l'exposition aurait été très adapté à ce type
largement dépassée et où des camou- de prestation ?
flages auraient eu lieu (camouflages Faut-il former
pouvant être réalisés avec d’autres sec- spécifiquement
tions de la même structure ou avec des les auditeurs et
entités écrans), la simple analyse des contrôleurs dans
flux aurait (plus de dix milliards de dol- ce domaine (on
lars auraient été engagés en positions s'était posé la
ouvertes), me semble-t-il, dû attirer l'at- question lors de
tention. Rappelons qu'en matière de l'épisode Kerviel,

décembre 2011 - Audit & Contrôle internes n°207 11


Publications IFACI Bon de
commande

Le « Manuel d’Audit Interne - Améliorer l’efficacité de la gouvernance, du


contrôle interne et du management des risques » est l’ouvrage international
de référence sur le métier d’auditeur interne. Élaboré sous l’égide de la fondation
pour la recherche de l’IIA, il est le fruit de la collaboration de trois professeurs
et de quatre praticiens. Son adaptation aux contextes européen et français a
été réalisée par des universitaires et praticiens français réunis par l’IFACI, ce
qui en fait l’outil idéal pour les auditeurs internes, les étudiants en audit interne
et leurs enseignants.
Ce manuel est organisé en deux sections : « concepts fondamentaux de l’audit
interne » et « conduire une mission d’audit interne ». Il reflète les dernières
évolutions de la profession, en particulier dans les domaines suivants :
 normes internationales de l’audit interne ;
 gouvernance, contrôle interne et management des risques ;
 éléments clés liés aux systèmes d’information et références aux guides
GTAG et GAIT diffusés par l’IIA et par l’IFACI ;
 risques de fraude ;
 missions de conseil.
La première édition de ce manuel, traduite en espagnol et en japonais a été
adoptée par de nombreux pays de par le monde. Nous sommes convaincus
que cette adaptation française de la seconde version ajoutera encore à ce
succès et contribuera efficacement à la formation des étudiants et à la profes-
sionnalisation des auditeurs internes.

AUTEUR : The Research Foundation (The IIA) / IFACI - Prix HT : 61,61 € (65 € TTC)
Septembre 2011 - Format : 17 x 24 cm - ISBN : 978-2-915042-33-7

BON DE COM M A N D E
Société : ...................................................................................................................................................................................................................................................................................

Nom : ............................................................................................................................................. Prénom : ......................................................................................................................

Adresse : ..................................................................................................................................................................................................................................................................................

Code postal : ......................................... Ville : ........................................................................................................................... Pays : .........................................................................

Tél. : ........................................................... Fax : ......................................................... Mél : ...............................................................................................................................................

TITRE PRIX HT QUANTITÉ TOTAL

Manuel d’audit interne 61,61 €

Total HT
TVA 5,5 %
Net à payer TTC*

Bon de commande à retourner à :


Marie-Thérèse Tran - IFACI
98 bis, bd Haussmann - 75008 Paris PAIEMENT PAR : Chèque bancaire ou postal (à l’ordre de l’IFACI)
Tél. : 01 40 08 48 00 - Fax : 01 40 08 48 20 Virement à la banque HSBC agence centrale
Mel : mtran@ifaci.com - Internet : www.ifaci.com Compte IFACI n°30056-00148-01485415521-72
Carte de crédit :
Règlements :
N° ....................................................................................................................................................
Une facture pro forma vous sera adressée par courriel
dès réception de votre commande. Date d’expiration : ....................................................................................................................
Chèque : libellé en euros tiré sur une banque française.
Virement : les virements émis à partir d’une banque hors
de France doivent être nets de tous frais bancaires pour DATE : ............................................... SIGNATURE :
l’IFACI.

(*) Hors frais de port et d’emballage.


Audit et contrôle internes au service de l’efficacité de l’Etat

Audit et contrôle internes


au service de l’efficacité
de l’Etat
Une nouvelle dynamique

14 L’audit interne de la DGFiP, une fonction à haute


valeur ajoutée
Entretien avec Philippe Parini

Echos du colloque

17 La LOLF a dix ans


Frank Mordacq

19 La nouvelle structuration de la politique de contrôle


et d’audit internes de l’Etat
Henri Guillaume

22 Les travaux d’adaptation des normes


professionnelles internationales à la spécificité de
l’Administration
Yannick Girault

23 Mise en œuvre des dispositifs de maîtrise des risques


Table ronde modérée par Claude de Martel avec Jean
Marimbert, Général Bernard Mottier, Thierry Lemerle

26 L’audit interne de l’Etat


Table ronde animée par Dominique Pageaud, avec
Pierre Boissier, Danièle Lajoumard, Christian Piotre, Michel
Sappin

29 L’audit : une institution privilégiée pour développer


la performance
Philippe Parini

décembre 2011 - Audit & Contrôle internes n°207 13


DOSSIER

L’audit interne à la DGFiP,


une fonction à haute valeur
ajoutée
Entretien avec
Philippe Parini, Directeur général des Finances publiques

Louis Vaurs : Trois ans après la création situations sont des qualités capitales Charte d'audit, au sein de toutes nos
de la DGFiP, que représente aujourd'hui pour l'épanouissement d'une carrière structures centrales ou territoriales.
pour vous, Monsieur Parini, la fonction de d'un futur responsable.
l'audit interne ? • Enfin, la nature des missions de la Je profite d'ailleurs de votre question
DGFiP, en tant que grande adminis- pour vous préciser que le référentiel de
Philippe Parini : Quand on réalise une tration financière, et le contexte de la l'audit de la DGFiP, adopté en février
réforme d'ampleur comme celle de la modernisation des politiques 2010 et auquel tous les auditeurs ont été
fusion de l'ancienne direction générale publiques rendent incontournables la formés, est directement établi sur la base
des impôts avec la direction générale de valeur ajoutée spécifique apportée par des normes professionnelles de l'audit.
la comptabilité publique, qui constitue les auditeurs internes à travers leurs Et comme vous le savez, notre adhésion
l'une des réformes les plus importantes travaux aussi diversifiés que ceux à l'IFACI est sans doute, pour le secteur
de l'État depuis ces dernières années, qu'ils engagent en termes d'audit de public, l'une des plus anciennes…
l'audit interne est un des éléments sur régularité, d'audit conseil ou bien
lesquels il faut s'appuyer. encore à travers les enquêtes qui peu- L. V. : Mais l'audit comptable et financier
vent leur être confiées. Les analyses et demeure tout de même votre champ privi-
Je vous en citerai spontanément trois les recommandations des auditeurs légié d'audit ?
exemples : participent pleinement aux progrès
• Pendant que vous mettez en place réalisés. Ph. P. : Évidemment, puisque la DGFiP
une organisation radicalement nou- est notamment le teneur des comptes de
velle, tant en administration centrale L. V. : La DGFiP met donc en œuvre l'audit l'Etat. Les travaux de certification des
que dans le réseau territorial, il est interne dans tous les secteurs ? comptes de l'Etat par la Cour des
essentiel de pouvoir disposer d'un comptes nous conduisent à faire preuve
regard objectif sur l'exercice des mis- Ph. P. : Il est évident que la fusion a d'une rigueur comptable absolue, non
sions pour consolider, voire renforcer constitué une occasion unique pour seulement dans nos propres processus,
la performance de cette nouvelle réaffirmer l'étendue du champ d'inter- mais également dans nos échanges avec
direction. vention des auditeurs. Les deux l'ensemble des ministères et les opéra-
• Autre exemple : répondre aux défis de anciennes directions n'avaient d'ailleurs teurs de l'Etat. De surcroît, des change-
l'audit interne permet aussi d'associer pas tout à fait la même culture de l'au- ments aussi importants que ceux appor-
étroitement l’encadrement aux évolu- dit ; nous pouvons aujourd'hui profiter tés dans le domaine de la dépense ou de
tions en cours et à la vie d'une direc- de ces différences d'approche et affirmer la tenue des comptes avec le programme
tion. La rigueur de la démarche alliée que l'audit interne est présent dans tous CHORUS conduisent à des travaux
à l'intelligence des techniques et des les domaines, conformément à notre d'audit interne très rigoureux. Et d'au-

14 Audit & Contrôle internes n°207 - décembre 2011


Audit et contrôle internes au service de l’efficacité de l’Etat

tres exemples illustreraient également internes et la MNA assume en la vraie chance dans un parcours de car-
cette attente au regard de l'audit interne, matière un pilotage très étroit avec l'en- rière, car c'est un moment unique qui
liés en particulier aux travaux actuels sur semble de l'appareil de formation de la participe étroitement à la diversification
la dématérialisation et la réingénierie de DGFiP, notamment l'École nationale des des métiers que nous pouvons proposer
nos process. Finances publiques. à nos cadres supérieurs. Tous nos futurs
cadres devront d'ailleurs obligatoire-
D'ailleurs, la DGFiP travaille avec un Au sein de chacune des neuf déléga- ment réaliser un passage à l'audit
grand nombre de ministères et de corps tions interrégionales qui animent le interne au cours de leur parcours de
d'inspection ou de contrôle dans le réseau local de la DGFiP, un cadre supé- cadre supérieur.
cadre d'audits partenariaux et elle a rieur exerce en relation directe avec la
formé depuis ces trois dernières années MNA la fonction de « Responsable Et donc, cela suppose que l'audit interne
plus d'une centaine de cadres supérieurs interrégional de l'audit » (R.I.A.) et à ce dispose de normes, d’outils, de procé-
à la technique de l'audit comptable et titre peut transmettre les messages dures qui doivent être appréhendés par
financier. nationaux, impulser des thématiques tous nos auditeurs internes.
d'audit, mutualiser des initiatives, réali-
L. V. : Pouvez-vous me dire, en quelques ser la supervision de certains audits à Mais je pense qu'il est souhaitable éga-
mots, comment la filière de l'audit interne enjeux. lement de ne pas conduire cette mission
est organisée à la DGFiP ? sur une période continue trop longue,
Enfin, chaque directeur régional ou une alternance avec d'autres métiers est
Ph. P. : Ce que vous appelez, à juste titre, départemental des Finances publiques toujours enrichissante.
la filière de l'audit interne est directe- est responsable d'une mission d'audit
ment calée sur notre organisation qui lui est directement rattachée. L. V. : Les organisations publiques ou pri-
globale et elle repose sur un Cette équipe locale com- vées disposent d'une vision de plus en plus
triple niveau. prend, selon les enjeux intégrée entre l'activité d'audit interne et le
contrôle interne. Comment cela se passe t-il
« L’impulsion donnée des directions, de
La Mission natio- quelques cadres à la DGFiP ?
nale d'audit à la modernisation des auditeurs à plus
(M.N.A.) que politiques publiques passe d'une vingtaine. Ph. P. : J'ai souhaité que la DGFiP soit
conduit M. en pointe dans ce domaine.
Yannick Girault,
inévitablement par une Au total, l'audit
composée d'une structuration de l’audit est conduit dans La création de la Mission nationale Maî-
quarantaine de interne » l'ensemble des trise des risques, concomitamment à
cadres supérieurs, directions régionales celle de la Mission nationale d'audit, a
m'est directement ratta- et départementales des ainsi permis d'impulser dès 2008 une
chée et elle développe à la fois Finances publiques par un vraie culture du contrôle interne, non
des travaux d'audit à enjeux nationaux corps de plus de 500 cadres, inspecteurs seulement au regard des risques comp-
ou interministériels, et une fonction principaux ou inspecteurs des Finances tables ou financiers auxquels nous
nationale d'expertises et de conseils, publiques, ce qui désigne sûrement la sommes évidemment déjà très sensibles
d'animation et de pilotage de l'ensem- DGFiP comme la première direction avec la Mission Doctrine comptable et
ble du corps des auditeurs de la DGFiP. nationale de l'audit interne dans le sec- contrôle interne (MDCCIC), mais aussi
teur public français ! de l'ensemble des entités et des proces-
Des manuels d'audit, des outils spéci- sus confiés à la DGFiP.
fiques d'analyse-risque, des scripts d'ex- L. V. : Dans ce contexte, comment cherchez-
ploitation de données sous le logiciel vous à professionnaliser l'activité de l'au- C'est un travail très délicat qui mobilise
IDEA sont mis à disposition du réseau dit ? encore aujourd'hui de nombreuses
ainsi que des formations adaptées. La équipes, mais nous devons disposer
formation professionnelle est d'ailleurs Ph. P. : La professionnalisation de l'au- d'une connaissance précise de tous nos
capitale pour l'activité de nos auditeurs dit interne doit être vécue comme une processus, de nos organigrammes fonc-

décembre 2011 - Audit & Contrôle internes n°207 15


DOSSIER

tionnels et d'une documentation à la interne qui a vocation à être conduite gence dans la conduite de nos travaux
hauteur de ces enjeux en termes de dans tous les ministères. d'audit interne.
contrôle interne, ce qui rendra encore A titre d'exemple, je vous citerais le fait
plus pertinents les travaux de l'audit Sans doute beaucoup de progrès ont été que notre structure nationale d'audit et
interne. accomplis dans ce domaine au cours de certaines missions départementales
ces dernières années, mais je suis per- d'audit avaient obtenu une certification
L. V. : Récemment, le Premier Ministre a suadé que la publication du décret ISO, il y a déjà quelques années. La
décidé de structurer l'activité de l'audit n°2011-775 du 28 juin 2011 relatif à l'au- DGFiP a décidé de poursuivre ces efforts
interne dans les administrations de l'État et dit interne dans l'administration et de la en engageant une nouvelle démarche,
de créer un Comité d'harmonisation de circulaire du Premier Ministre du 30 juin avec IFACI Certification, pour obtenir la
l'audit interne, qu'en pensez-vous ? 2011 vont permettre de donner une certification professionnelle de l'audit à
place encore plus visible à l'audit interne la Mission nationale d'audit.
Ph. P. : Comme j'ai pu le dire à l'occa- dans l'ensemble de nos organisations.
sion de mon intervention en clôture du Alors que l'activité de l'audit interne est
récent séminaire organisé par l'IFACI le Le ministère du Budget, des Comptes appelée à prendre un essor majeur dans
17 novembre 2011 sur le thème de publics et de la Réforme de l'État et sans tous les secteurs, il est important de
« L'audit et le contrôle internes comme doute singulièrement la DGFiP ont dans pouvoir répondre à ce besoin essentiel
levier de l'efficacité de l'État », l'impul- ces domaines une expérience impor- de professionnalisme.
sion donnée à la modernisation des tante. Mais nous avons aussi anticipé
politiques publiques passe inévitable- cette évolution récente en renforçant, de L. V. : Je vous remercie Monsieur Parini de
ment par une structuration de l'audit manière continue, notre niveau d'exi- m’avoir accordé cet entretien. 

Diplôme Professionnel
de l’Audit Interne

Le diplôme professionnel qui atteste de vos aptitudes à conduire une


mission d’audit interne en autonomie selon les Normes et les bonnes
pratiques de la profession.

FORMATION
INFORMATIONS PRATIQUES
Notre offre de formations vous permet de :
A qui s’adresse-t-il ?  développer vos compétences en suivant les formations sur les
A tous les auditeurs internes souhaitant « Fondamentaux de l’audit interne ».
valoriser leur expérience en audit  se mettre dans les conditions de l’examen en suivant la
interne. formation de préparation au DPAI.
Durée
L’examen du DPAI se déroule sur une POUR EN SAVOIR PLUS ...
journée. Site Internet (www.ifaci.com)
Tarif
 consulter le programme détaillé de l’examen ;
60 € HT (droits d’inscription)
 télécharger le modèle d’examen et les annales.

Pour toute information complémentaire sur le DPAI, contactez Perrine Bénard


au 01 40 08 48 11 (pbenard@ifaci.com)

16 Audit & Contrôle internes n°207 - décembre 2011


Audit et contrôle internes au service de l’efficacité de l’Etat

La LOLF a dix ans


Frank Mordacq dans sa totalité, à l’intérieur duquel place d’un contrôle et d’un audit
émerge la notion de responsabilité, une interne. C’était moins évident pour le
Contrôleur Budgétaire et Comptable
Ministériel, Coordonnateur du Master nomenclature qui vise à donner davan- budget, mais cela a été fait en raison du
Dauphine / ENA en Gestion Publique tage de manœuvres au responsable. La référentiel de la comptabilité budgétaire.
notion de performance vise à responsa-
biliser les acteurs. La mise en œuvre Face à ces référentiels, le rôle des acteurs
La LOLF est un cadre budgétaire et d’une comptabilité d'exercice vise à per- a évolué par le recentrage des contrôles
comptable, une réforme de la gestion mettre une reddition des comptes en du ministère des Finances et le dévelop-
publique, un levier de réforme de l’Etat, coûts complets. L’accroissement du droit pement des contrôles internes du minis-
un révélateur des problèmes d’organi- du Parlement vise à faire en sorte que les tère gestionnaire. Certains ministères
sation ou de processus de l’administra- responsables rendent compte de leur auraient souhaité voir disparaître les
tion française, un bloc à l’intérieur action. contrôles exercés par le ministère des
duquel émerge la notion de responsa- Finances. Il y a eu une évolution très
bilité. Le contrôle interne est issu de La notion de responsabilité est au cœur forte de ces contrôles recentrés sur leur
cette notion de responsabilité. Le de la LOLF. Le contrôle interne est issu cœur de métier, la soutenabilité budgé-
contrôle interne vise à expliquer com- de cette notion de responsabilité que les taire.
ment le manager peut maîtriser ses Britanniques appellent « accountability »,
risques. ou « redevabilité », inscrite désormais Le décret de 2005 a mis fin à 80 ans de
dans la gestion publique française. contrôles tatillons, avec l’abandon de
Quels sont les acteurs de la LOLF ? Il y tout contrôle juridique confié aux minis-
a l’ordonnateur ou le gestionnaire. Ils tères gestionnaires et du visa systéma-
sont dotés de fonctions opérationnelles tique sur l’engagement juridique. Ce

N
ous fêtons cette année les dix et financières, aux côtés du directeur visa lié à l’autorisation budgétaire fixée
ans de la LOLF, ou plutôt les financier ou du secrétaire général. par le Parlement n’existe pas dans le
cinq ans de sa mise en œuvre. Quant à lui, le ministère des Finances ou monde des entreprises. Le contrôle à
L’enfant est en dessous de l’âge de rai- du Budget a un double visage. Le pre- l’engagement est désormais centré sur
son. Il faut qu’il grandisse encore. mier est budgétaire : la soutenabilité vise 10 % des actes qui représentent 90 %
Aucune administration ne parlait d’au- à respecter les objectifs de finances des enjeux. La mise en place d’un
dit interne il y a dix ans. La situation a publiques dans la durée. Le second est contrôle de soutenabilité permet de
bien changé. Regardons le chemin par- comptable, les comptables publics étant garantir la bonne exécution des pro-
couru. Une révolution de la gestion garants de la qualité comptable. grammes. Le comptable, quant à lui, ne
publique est en marche. vérifie pas systématiquement toutes les
Les acteurs de la LOLF ont vu leurs dépenses. Il effectue un contrôle hiérar-
La LOLF est un cadre budgétaire et fonctions évoluer. Les deux grandes chisé de la dépense en fonction des
comptable, une réforme de la gestion directions de Bercy ont fixé des règles et risques. Le gestionnaire est responsabi-
publique, un levier de réforme de l’Etat, des normes en matière de contrôle lisé pour accélérer le contrôle.
un révélateur des problèmes d’organisa- interne et comptable. La situation était
tion ou de processus de l’administration plutôt aisée pour les comptables en rai- Le contrôle interne et l’audit interne se
française. C’est une addition de plu- son de l’obligation de certification des sont développés dans les ministères. Le
sieurs réformes, un bloc qu’il faut juger comptes, ce qui supposait la mise en contrôle de gestion est une affaire des

décembre 2011 - Audit & Contrôle internes n°207 17


DOSSIER

ministères gestionnaires. Ce n’est pas à nistration anglo-saxonne. Elle a besoin à aider les managers à être plus effi-
Bercy de s’en occuper, même si ce des textes, mais ne les a pas attendus. caces. L’IFACI définit le contrôle interne
ministère est très intéressé par ce sujet. L’audit interne ne commence pas avec des termes similaires.
Ce sujet relève de la responsabilité du aujourd'hui. Le contrôle interne a des
ministère gestionnaire. antécédents. Nous avions travaillé à par- Le système français présente une origi-
tir du COSO et de ses règles pour met- nalité par rapport au système anglo-
Le contrôle interne comptable s’est tre en place le contrôle interne au sein saxon. Ce dernier est caractérisé au sein
développé avec la LOLF sous diverses de l’administration française dans le de l’Union Européenne par le PIFC :
domaine comptable. Les ministères des contrôle interne, audit interne, inspec-
Finances et de la Défense ont été pré- tion contre la fraude. La Commission
curseurs en mettant en place des comi- européenne a renoncé aux concepts du
tés d’audit dans le domaine financier. contrôle à la française. L’Europe vend le
modèle anglo-saxon à tous les pays can-
La vertu de ce décret consiste à rendre didats à l’Union Européenne, qui ne
obligatoire la mise en place du contrôle comprend plus de contrôle a priori.
interne et de l'audit interne au sein de
l’administration française. Un texte Pour quelle raison le modèle français
prévu en 2012 sur la gestion budgétaire mélange-t-il le modèle anglo-saxon et
et comptable publique cristallisera un la spécificité du maintien d’une forme
grand nombre de droits dérivés de la de contrôle du ministère des Finances ?
LOLF au sein de l’administration fran- L’explication réside partiellement dans
çaise. notre tradition centralisatrice. A la diffé-
rence de tous les pays anglo-saxons, les
Le contrôle interne est constitué de l’en- comptes en France sont présentés au
semble des dispositifs permanents mis niveau de l’Etat, alors qu’ils le sont par
en place par un responsable à tous les ministère dans les autres pays. Nous
niveaux pour permettre la maîtrise des avons un ministre unique du Budget et
risques. Cette notion de maîtrise des des comptes. Nous n’effectuons pas de
risques est plus précise en français qu’en consolidation des comptes des différents
anglais. Le contrôle interne vise à expli- ministères. Dès lors que le système d'in-
quer comment le manager peut maîtri- formation unique Chorus sera intégra-
ser ses risques. L’audit interne est « une lement déployé, nous aurons les
activité exercée de manière indépendante et comptes consolidés. Nous ne connaî-
formes : cartographie des risques, plans objective pour donner une assurance, et non trons pas les problèmes des anglo-
d’action ministériels présentés au com- une garantie absolue, sur le degré de maî- saxons qui ont des difficultés à consoli-
missaire aux comptes (la Cour des trise des opérations, et apporter des der les comptes issus de systèmes diffé-
Comptes), etc. Le contrôle interne bud- conseils ». rents. Notre système permet de rendre
gétaire s’est développé ultérieurement, compte des résultats budgétaires et de
fondé sur la qualité de la programma- La notion de conseil est rarement per- comptabilité générale, avec des repré-
tion, les autorisations d’engagement et çue dans les administrations françaises sentants qui continuent d’informer le
la bonne imputation. lorsqu’elles voient arriver un auditeur, Parlement des questions de soutenabi-
considéré parfois comme un inspecteur. lité. 
Une seconde étape est franchie avec le Les spécialistes savent que la mission et
décret du 28 juin 2011 porté par Henri la méthode d'auditeur diffèrent de celle
Guillaume. L’administration française de l’inspecteur. L’auditeur interne est
aime les textes, contrairement à l’admi- une forme de consultant qui a vocation

18 Audit & Contrôle internes n°207 - décembre 2011


Audit et contrôle internes au service de l’efficacité de l’Etat

La nouvelle structuration
de la politique de contrôle
et d’audit internes de l’Etat

P
ourquoi la maîtrise des risques La seconde phase en octobre 2009 a
est-elle un enjeu essentiel de la consisté, à la suite de cette mission, à
comptabilité publique ? Quels dresser un audit de la situation de l’audit
travaux ont-ils été menés en matière de interne. Les textes ont été publiés en
réforme de l’audit interne ? Quelle nou- juin 2011.
velle structuration est-elle prévue dans
les textes qui viennent d’être publiés ? L’étude a commencé en décembre 2008
en analysant la situation de l’audit des
La LOLF porte en elle le développement Etats-Unis, du Canada, du Royaume-
de l’audit interne. Seule la certification Uni, des Pays-Bas, de la Suède et de la
des comptes figure dans le texte de la Commission européenne. Selon les
loi. Ce point est un élément essentiel du méthodes traditionnelles de l’inspec-
développement de l’audit interne étant tion, nous avons rencontré les services
donné qu’il a entraîné la mise en place d’audit des pays concernés. Nous avons
d’un contrôle interne comptable et du étudié leur rattachement institutionnel,
développement de l’audit comptable. leur relation avec les ministères et
Henri Guillaume
Dans tous les pays, l’audit interne s’est l’équivalent de notre Cour des comptes.
Inspecteur Général des Finances
développé à partir du comptable.
Honoraire
La première tendance observée au cours
On peut dire aussi que la LOLF, avec la de ces études est que tous ces pays dis-
responsabilité managériale du respon- posaient depuis de très nombreuses
sable de programme, suppose que le années d’un dispositif structurel d’audit
manager s’assure du contrôle des opé- interne et externe. Ils bénéficiaient de
rations qu’il mène, ce qui ouvre la place fortes garanties d’indépendance et d’un
à l’audit. Le budget étant orienté vers la professionnalisme soutenu. En revan-
La maîtrise des risques est un enjeu performance, la LOLF est le point de che, la nature des audits était très varia-
essentiel de la comptabilité publique. départ des audits de performance. ble. C’est le problème de la répartition
Le développement de l’audit interne, La démarche s’est déroulée en deux de l’effort effectué sur le comptable par
que la LOLF porte en elle, a entraîné la phases : la première a consisté en une rapport à l’audit opérationnel. Dans tous
mise en place d’un contrôle interne auto-saisine de l’Inspection Générale ces pays se sont développés des audits
comptable et le développement de des Finances sur le thème de l’audit de performance dont la nature et l’éten-
l’audit comptable. Dans tous les pays, interne. Il a semblé opportun d’effectuer due étaient variables d’un pays à l’autre.
l’audit interne s’est développé à partir un benchmark international des pra-
du comptable. tiques d’un certain nombre de nos par- Le pouvoir exécutif a bâti un système
tenaires. d’audit interne souvent ministériel, basé

décembre 2011 - Audit & Contrôle internes n°207 19


DOSSIER

sur un fondement législatif. Je n’aborde- vons des analogies aux Pays-Bas, où il En effet, il est nécessaire de généraliser
rai pas les fonctions de contrôle budgé- existe une inspection générale des le contrôle et l’audit interne en dépas-
taire a priori. Ces services d’audit éta- finances dépourvue d’indépendance. sant le champ comptable et financier.
blissent un programme de travail déter- Nous avons eu un débat très tôt au sein Nous partons d’un système où le
miné en indépendance, à partir d’une de l’inspection consistant à dire que le contrôle interne n’existe presque pas. Il
analyse préalable des risques. Ils sont développement de l’audit étant inéluc- nous apparaissait que la volonté de
rattachés aux Etats-Unis aux ministres, table, il convenait de positionner l’ins- développer une fonction d’audit ambi-
dans les autres pays au secrétaire géné- pection générale par rapport à ce déve- tieuse pourrait être un catalyseur pour
ral, numéro 1 administratif des minis- loppement de l’audit. Ce débat existe l’audit interne.
tères. Les services d’audit interne tra- dans tous les services d’inspection des
vaillent avec les auditeurs externes ou ministères : l’inspection doit-elle deve- Les normes professionnelles d’audit
peuvent être sollicités pour le compte du nir un simple service d’audit ? interne doivent être adaptées aux spéci-
Parlement. ficités de l’Etat et des ministères. Nos
En mars 2009, notre mission visait à for- recommandations portent sur la créa-
Au niveau interministériel, existent par- muler des recommandations pour struc- tion, à l’échelon interministériel, d’un
tout des entités qui assurent l’encadre- turer la politique de contrôle interne au comité d’harmonisation et d’audit
ment méthodologique, l’animation de la sein de l’Etat, et mettre en place un dis- interne, qui garantisse la cohérence de
collectivité des auditeurs et parfois la positif cohérent à moyen terme au sein la politique d’audit interne de l’Etat et
coordination des services d’audit de l’administration. de sa mise en œuvre. Nous aurions pu
interne. L’idée d’une entité centrale permettre à chaque ministère de créer
d’audit interne travaillant pour toute Nous avons noté que la démarche de son dispositif, mais il nous est apparu
l’administration n’existe quasiment pas, contrôle interne était peu répandue en nécessaire qu’il y ait une certaine cohé-
à l’exception du bureau général du matière opérationnelle. L’audit interne rence du dispositif de l’Etat.
Canada ou du service d’audit interne de était peu structuré hormis dans les
la Commission européenne. ministères financiers et de la Défense. Nous recommandons la création dans
Le contrôle interne s’appliquait princi- chaque ministère d’un service indépen-
Ces entités édictent des normes et palement au champ comptable. Il était dant d’audit interne. Nous avons eu des
apportent un appui méthodologique globalement peu développé dans le débats avec des services de Bercy sur le
aux services. Dans presque tous les pays, périmètre de l’administration, à deux fait de confier cette tâche aux ministères.
elles sont rattachées au ministère chargé exceptions près, les métiers d’ingénieur L’inspection générale des Finances a été
du Budget ou des comptes publics. Les (familiers de la notion de contrôle de très ferme pour qu’il n’y ait pas de struc-
auditeurs externes, homologues de qualité) ainsi que de maintien de l’ordre ture centrale imposant l’audit aux minis-
notre Cour des comptes, sont générale- et de la sécurité nationale. tères. Enfin, nous suggérons l’élabora-
ment proches des parlements. tion d’un cadre de référence de l’audit
Selon les normes internationales, l’audit L’audit interne tel qu’il existait s’était interne propre à l’administration de
externe concernait exclusivement la principalement développé au sein des l’Etat.
fonction comptable et financière. services d’inspection et de contrôle dont Cette affaire d’audit interne peut paraî-
Cependant, nous avons constaté le les missions traditionnelles étaient plus tre technique, mais elle soulève de nom-
développement des audits de perfor- proches de l’audit interne. Un nombre breuses questions sur l’organisation des
mance des politiques publiques. limité de directions avait mis en place un ministères et la relation entre les secré-
comité d’audit interne indépendant. En taires généraux des ministères et les
Les services de l’inspection n’ont pas la octobre 2009, ces services existaient uni- directions opérationnelles. Nous étions
même signification à l’étranger. Ils sont quement à Bercy et La Défense. confrontés à une double opposition
généralement consacrés à la lutte contre dont il a fallu tenir compte.
la fraude, notamment aux Etats-Unis. Les conclusions de notre mission por-
Les inspecteurs généraux américains taient sur l’inéluctabilité d’une approche Le quatrième conseil de modernisation
sont des auditeurs internes. Nous trou- globale des risques de l’administration. des politiques publiques a repris les

20 Audit & Contrôle internes n°207 - décembre 2011


Audit et contrôle internes au service de l’efficacité de l’Etat

principales orientations, en introduisant point. Au bout d’un an, a été publié le nistration. Il harmonise la méthodologie
le renforcement du dispositif de contrôle décret du 28 juin 2011 qui reprenait les de travail des ministères en matière
interne dans chaque ministère sous la grandes dispositions dont je viens de d’audit et diffuse les bonnes pratiques.
coordination des secrétaires généraux, parler. Il posait l’obligation de mettre en Le Comité examine chaque année la
en organisant l’audit interne avec un œuvre un dispositif de maîtrise des politique d’audit interne des départe-
comité d’audit et une mission ministé- risques fondé sur le contrôle interne ments ministériels. Enfin, il reprend les
rielle d’audit, et en créant une instance dans chaque ministère, une définition attributions du CIAP sur les audits de
ministérielle d’harmonisation de l’audit de l’audit interne et du contrôle interne, performance. De ce fait, nous pourrons
interne. la création du CHAI composé de res- nous appuyer sur l’expérience du CIAP
ponsables d’audit interne, d’un repré- qui a développé une méthodologie qui
Le calendrier de mise en œuvre s’éten- sentant du directeur général des fonctionne parfaitement sur ce sujet.
dait sur trois ans, prévoyant une exten- Finances publiques, du Budget et de
sion progressive du projet à l’ensemble personnalités qualifiées. Il est présidé La circulaire du premier ministre décrit
des missions et métiers. par le ministère chargé de la réforme de la mise en œuvre de l’audit interne dans
l’Etat, et non du budget. chaque ministère : création d’un comité
Nous avions prévu un décret couvrant ministériel d’audit interne, mise en place
l’ensemble du dispositif. Il a été soumis Ce comité reprend les attributions que d’une mission ministérielle d’audit
au secrétaire général du gouvernement nous lui avons fixées. Tout d'abord, il interne rattachée au ministre, nomina-
et au Conseil d’Etat, qui ont imposé de élabore un cadre de référence pour l’au- tion d’un responsable ministériel de
distinguer décret et circulaire sur ce dit interne pour l’ensemble de l’admi- l’audit interne membre du CHAI. 

décembre 2011 - Audit & Contrôle internes n°207 21


DOSSIER

Les travaux d’adaptation des normes


professionnelles internationales à la
spécificité de l’Administration
Depuis 2002, qu’avons-nous essayé de construire au sein et des commentaires sur la manière dont les travaux pou-
de l’IFACI ? vaient concrètement se développer au sein des administra-
tions publiques. Nous avons centré notre analyse sur sept
D'abord, avec le groupe professionnel « Secteur public » qui séries de normes :
s’apparentait davantage à un club qu’à un groupe de • indépendance et objectivité ;
recherche, nous avons échangé et débattu sur les pratiques • compétences et normes professionnelles ;
d’audit au sein des quelques administrations qui, à • programmes d’assurance et qualité des travaux ;
l’époque, pratiquaient l’audit, et avons participé à l’organi- • gestion de l’audit interne et nature du travail d’audit ;
sation de plusieurs colloques. • planification et avancement de la mission ;
• communication des résultats ;
Après ces rencontres qui démontraient l’intérêt d’un dia- • surveillance des actions de progrès.
logue organisé entre différentes conceptions, il a semblé
intéressant d’aller au-delà et de disposer d'une approche Ce travail constitue un précieux support pour continuer à
plus normative. Le groupe professionnel « Administrations inscrire la démarche de l'audit interne au cœur de l'action
de l'Etat » s'est alors constitué et a commencé à se densifier. publique et de la modernisation de nos organisations, et il
A compter de 2007, d'importants travaux de réflexion se est acquis que les récentes évolutions souhaitées par les
sont engagés notamment sur une question centrale : les décideurs publics dans le domaine de l'audit et du contrôle
normes de l’IIA, c'est-à-dire les principes fondamentaux internes pourront s'appuyer sur la qualité et la pertinence
des normes professionnelles de l’audit, sont-elles ou non des analyses présentées. 
applicables aux administrations publiques ?

Ces échanges ont abouti à la publication, début 2010, d'un


premier ouvrage « La transposition des normes d’audit au
sein des administrations publiques », socle à partir duquel
nous avons pu continuer nos analyses et apporter un cer-
tain nombre de précisions, seuls quelques rares situations
présentant une difficulté d'application des normes profes-
sionnelles au secteur État.

Ce travail collectif, réunissant près d'une dizaine de Corps,


Services ou Missions impliqués dans l'audit interne, a servi
de base à l’organisation du présent colloque, avec la publi-
cation à l'été 2011 d'un nouvel ouvrage porté par l'IFACI, «
Transposition des normes professionnelles de l'audit
interne et bonnes pratiques ».

A côté du rappel d’un certain nombre de définitions de Yannick Girault


base, nous avons recueilli, sur une série de normes et leurs Directeur d’audit de la DGFiP, Ministère du Budget,
modalités pratiques d’application (MPA), des appréciations des Comptes publics et de la Réforme de l’Etat

22 Audit & Contrôle internes n°207 - décembre 2011


Audit et contrôle internes au service de l’efficacité de l’Etat

Mise en œuvre des dispositifs


de maîtrise des risques
Table ronde animée par
Claude de Martel, précédemment, Chef de la Mission Qualité et Performance, Conseil Général de
l’Environnement et du Développement Durable

Quel que soit le type d’activité, le sec- gétaire et comptable. Nous avons été même si le décret et la circulaire distin-
teur (privé ou public), la culture d’entre- aiguillonnés dans cette démarche par les guent l’audit du contrôle interne, qui
prise, la mise en œuvre de dispositifs de observations de corps de contrôle exté- sont deux facettes d’une même
maîtrise des risques s’impose à tous de rieurs, notamment par la Cour des démarche de maîtrise des risques.
façon de plus en plus pressante. comptes, qui a épinglé les deux minis- Ces propositions ont été validées rapi-
Inspection et audit, contrôle interne, tères en notant la quasi-absence de dis- dement par les directeurs de cabinet des
cartographie des risques, comité de positifs structurés de contrôle interne. deux ministres. Nous nous sommes
contrôle, comité d’audit… recouvrent attelés au passage à la première phase
souvent, sur le terrain, des réalités qui a consisté à mettre en place un
diverses mais dont la finalité est la comité de contrôle interne présidé par le
même : maîtriser les risques en s’ap- secrétaire général, composé des direc-
puyant sur un contrôle interne struc- tions de programme et autres directions
turé. d’administration centrale principale-
ment concernées et de deux représen-
tants des académies.

Notre approche se veut pragmatique et


progressive. Nous cherchons d’abord à
Jean Marimbert : structurer l’organisation par la désigna-
Au chapitre des risques non budgé- tion de référents dans les services, avec
taires, les processus opérationnels des le concours d’une équipe projet consti-
deux ministères sont volumineux, com- tuée auprès du secrétaire général, et à
plexes et sensibles, à très forte sensibilité Jean Marimbert définir des modalités d’animation et de
sociétale ou politique, comme par exem- Secrétaire Général du Ministère de formation. Nous identifions en vue du
ple la bonne organisation des rentrées l’Education Nationale, de la Jeunesse et programme pour 2012 un petit nombre
de la Vie Associative et du Ministère de
scolaires, les processus de préparation et d’objectifs correspondant à un nombre
l’Enseignement Supérieur et de la
gestion des examens aux concours, ou la Recherche limité de processus clés considérés
gestion mensuelle des rémunérations de comme pertinents et critiques en termes
plus d’un million d’agents. Je me suis appuyé à partir de l’été d’enjeux de risques. Ce travail résulte
2011sur les textes, notamment le décret d’une interaction entre le secrétariat
Le ministère a amorcé en 2010 sa du 28 juin, pour engager une démarche général et chaque grande direction de
démarche de structuration du contrôle de contrôle interne au-delà du contrôle programme central, un aller-retour avec
interne en commençant par l’aspect le budgétaire et comptable, et effectuer des les académies, un éclairage en prove-
plus prioritaire, à savoir le contrôle bud- recommandations en matière d’audit, nance des inspections générales à partir

décembre 2011 - Audit & Contrôle internes n°207 23


DOSSIER

de la vision des risques qu’elles peuvent la déontologie par les gendarmes. De ce place au niveau ministériel, avec la créa-
tirer de leur activité, ainsi qu’une point de vue, je suis en relation avec le tion d’un comité ministériel d’audit
concertation avec les organismes de défenseur des droits, mais je tiens per- interne et une mission ministérielle
regroupement des universités, et dans la sonnellement à répondre aux doléances d’audit interne. Le troisième défi
mesure du possible les organismes de de particuliers qui s’adressent directe- concerne la mise en place d’une archi-
recherche. Ce processus durant les ment à moi pour dénoncer tel ou tel tecture distinguant clairement ce qui
trois/quatre mois à venir permettra comportement de gendarmes. relève du contrôle interne et de l’audit
d’identifier les processus clés sur les- interne. Enfin, le quatrième défi spéci-
quels nous tâcherons de tester le dispo- Le troisième volet concerne l’audit fique à la gendarmerie concerne la capil-
sitif en 2012. mené seul à la demande du directeur larité de ses unités réparties sur l’en-
général ou en partenariat avec le chef de semble du territoire. La contrainte asso-
Le contexte suppose de doser l’investis- l’IGPN, ou en apportant notre concours ciée à cette situation est la nécessité de
sement dans le nouveau chantier du à l’inspection générale de l’administra- cibler les audits que nous allons mettre
contrôle interne afin qu’il soit réaliste et tion. Enfin, le dernier volet porte sur le en place.
soutenable. Par ailleurs, nous ne souhai- contrôle et l’audit interne. Le nouveau dispositif en cours de mise
tons pas obscurcir la notion de contrôle en place est ancré sur trois piliers. Le
interne budgétaire et comptable. Il va La gendarmerie s’est engagée dès 2009 premier est un contrôle interne qui
s’inscrire dans la démarche globale, avec à se mettre en ordre de bataille pour relève de la hiérarchie. La différence
ses enjeux propres, et en s’élargissant répondre aux normes de l’Union Euro- fondamentale est que le contrôle interne
lui-même au-delà de la maîtrise des péenne, de l’IFACI et du décret du 28 a été documenté après avoir mené au
risques comptables. juin 2011. niveau de l’inspection générale une ana-
lyse approfondie des processus des
En ce qui concerne l’audit, je reste rela- domaines sur lesquels nous appliquons
tivement flou à ce stade étant donné que notre audit, c'est-à-dire l’administra-
je suis en interaction avec des responsa- tion, les affaires immobilières, l’arme-
bles des inspections générales, qui joue- ment, la pyrotechnie, etc.
ront un rôle important. Nous discutons
de l’inscription du dispositif d’audit Le second pilier concerne l’établisse-
dans les deux ministères : comment et ment d’une cartographie des risques sur
où localiser l’audit ? Comment consti- la base des résultats obtenus, et par
tuer un comité d’audit qui respecte les recoupement de ces résultats avec nos
fondamentaux de la démarche fixée, bases centrales. Cette cartographie des
suffisamment indépendant et plura- risques, présentée par domaine, est sui-
liste ? Mais cette réflexion commune vie dans le temps. Nous terminons la
devrait déboucher très prochainement deuxième campagne de cette évaluation
sur des propositions et des initiatives des risques au niveau régional. Nous
tangibles. Général Bernard Mottier voyons apparaître une évolution en
Chef de l'Inspection Générale de la fonction des régions.
Général Bernard Mottier : Gendarmerie Nationale
Nous intervenons dans quatre Le troisième pilier de ce dispositif de
domaines d’activité. Le premier est l’ac- Nous avons identifié quatre défis à rele- contrôle interne consiste en s’appuyant
tivité judiciaire. Il consiste à enquêter à ver. Le premier concerne l’appropriation sur la cartographie des risques, à déclen-
la demande du Parquet ou de l’instruc- d’une nouvelle sémantique par l’enca- cher des audits ciblés dans des régions
tion sur d’éventuelles infractions com- drement de la gendarmerie. Le second ou domaines particuliers où nous avons
mises par des militaires de la gendarme- défi porte sur la mise en place harmo- identifié une zone de faiblesse, dans un
rie. Nous menons 200 enquêtes par an. nieuse d’un dispositif interne à la gen- domaine ou sous-domaine particulier
Le second volet porte sur le respect de darmerie avec l’architecture mise en qui pourrait être atteint.

24 Audit & Contrôle internes n°207 - décembre 2011


Audit et contrôle internes au service de l’efficacité de l’Etat

Ce dispositif est conduit selon un proto- Les composantes de notre système de Les éléments de sécurité majeurs du
cole précis et cadencé. Il amène à un maîtrise des risques et de Contrôle système d'information sont la gestion
suivi des recommandations que nous Interne reposent sur un certain nombre des habilitations du système d'informa-
formulons. Ce dispositif élaboré depuis d’incontournables. Relevant de la comp- tion. Un opérateur public comme le
2009 est en cours de mise en place nôtre qui emploie 50 000 collaborateurs
depuis 2010. Il sera totalement opéra- réalise près de 6 500 changements d’ha-
tionnel en 2012. bilitations informatiques par mois. Deux
fois par an, sous la surveillance du com-
Thierry Lemerle : missaire aux comptes, nous procédons à
Pôle Emploi est un établissement public une revue de ces habilitations, par le
dont la comptabilité relève du droit biais de contrôles aléatoires. Par ailleurs,
privé. Les comptes sont certifiés par des nous reprenons au titre des contrôles de
commissaires aux comptes et par les 2 e niveau chaque année 500 000 dos-
organes de contrôle de l’Etat. Cette siers, ce qui génère un seuil maximal de
caractéristique nous impose d’avoir un dis-qualité de 80 millions d'euros sur les
système de maîtrise des risques et un 35 milliards d'euros décaissés. Notre
dispositif de contrôle interne efficients. ambition est que le dispositif de contrôle
interne soit un levier pour diminuer le
L’enjeu d’efficacité de ce dispositif de montant de cette dis-qualité.
maîtrise des risques et contrôle interne Thierry Lemerle
est important car ce dispositif doit être Directeur général Adjoint, Qualité et Le pilotage de ce système de contrôle et
déployé auprès des 50 000 collabora- maîtrise des risques, Pôle Emploi des risques est basé sur un système d'in-
teurs répartis en 1 000 agences, 26 direc- formation qui livre en temps réel le taux
tions régionales, un centre de traitement tabilité privée, tout en ayant des finan- de qualité des dossiers, l’incidence
national pour les opérations de traite- cements publics, notre gouvernance est financière au niveau d’une agence, d’un
ment de masse relatives aux intermit- proche de celle du privé, avec un conseil département, d’une région et au niveau
tents du spectacle, un puissant centre d'administration, un comité d’audit, un national. De cette manière, le directeur
informatique à Montpellier, avec un contrôle général économique et finan- général peut connaître en temps réel les
back-up à Orléans et un troisième plan cier, des commissaires aux comptes et défaillances du système. La direction de
de sauvegarde repris par un partenaire une direction de l’audit interne ratta- l’audit supervise ce système en évaluant
informatique. chée au directeur général. Cette direc- les points d’amélioration à apporter.
tion est chargée de contrôler l’efficience
Par ailleurs, il existe une direction de du contrôle interne. Entre l’audit interne et l’inspection, il y
l’audit à Pôle emploi conforme aux a une réelle complémentarité. L’audit
normes professionnelles. La philosophie Nous effectuons avec les directions interne déroule ses missions selon les
de notre système de contrôle interne est métiers un travail de mise à jour des normes professionnelles internationales
relativement simple. Nous avons décrit activités et processus. Nous nous inter- préconisées par l’IFACI. L’inspection
l’ensemble de l’activité de Pôle emploi à rogeons systématiquement sur les générale quant à elle procède à des états
travers des processus ISO. Processus, qui contrôles a priori ou a posteriori décrits des lieux à l’occasion des changements
évoluent au regard des attentes des usa- dans nos processus. Nous avons un de dirigeants, même des investigations
gers. A ce titre, nous effectuons des regard particulier sur la prévention des ou évaluations de processus ou d’activi-
baromètres clients tous les six mois qui fraudes et les contrôles automatiques. tés et enfin traite des affaires
nous permettent d’évaluer les insatisfac- Ainsi, nous effectuons en liaison avec la sensibles. 
tions et de recenser les attentes des direction des systèmes d’information le
entreprises et des demandeurs d’em- recensement exhaustif des contrôles
ploi. informatiques afin d’optimiser l’effi-
cience des contrôles.

décembre 2011 - Audit & Contrôle internes n°207 25


DOSSIER

L’audit interne de l’Etat


Table ronde animée par
Dominique Pageaud, Associé Ernst & Young, en charge des activités maîtrise des risques,
gouvernance, audit et contrôle internes

créé un comité d’harmonisation de l’au- des directeurs. Ce comité devrait être


Si l’on dresse un « état des lieux » de dit interne en 2009, composé de repré- transformé en comité de maîtrise des
l’audit et du contrôle internes sentants de l’inspection générale des risques tandis que sera créé un comité
aujourd’hui dans les ministères, et finances, du CGEFI, de la mission natio- d’audit plus restreint, de sept personnes,
qu’on le compare à la situation il y a nale d’audit de la direction générale des avec le Secrétaire général et des person-
une dizaine d’années, on constate une finances publiques, de l’inspection des nalités extérieures comme la circulaire
évolution positive très sensible, en services des douanes, etc. Ce comité du 30 juin 2011 le préconise pour cette
dépit de réticences çà et là et de la diffi- préfigure la mission d’audit ministérielle instance.
culté des choix organisationnels. Les qui sera créée. Ce comité méthodolo- Le fait de passer d’une structure de pré-
comités d’audit se multiplient, les res- figuration (le comité d’harmonisation de
ponsabilités sont clairement définies, l’audit interne) à une véritable mission
les dispositifs de contrôle interne révi- d’audit permettra de mieux positionner
sés, les cartographies de risques mises certaines fonctions qui doivent incom-
en place ; tout cela étant accompli en ber au futur chef de la mission d’audit
préservant la souplesse des organisa- comme la programmation des missions
tions et dans le respect des règles déon- ou leur suivi. Nous travaillerons à
tologiques. moyens constants, sans créer une nou-
velle structure d’audit. Nous continue-
rons de nous appuyer sur les différents
Dominique Pageaud : corps d’inspection qui affectent durant
Quel est votre regard sur la situation deux ou trois mois d’une à trois per-
actuelle en matière d’audit et de contrôle sonnes pour ces missions d’audit
internes ? Quelles sont les finalités liées au interne.
déploiement du décret ? Le référentiel de Danièle Lajoumard Pour le moment, le champ de l’audit
contrôle interne est-il suffisamment stabi- interne est purement comptable et
Inspecteur général des Finances
lisé tant sur l’aspect financier, budgétaire financier. L’un des premiers travaux que
qu’opérationnel ? Avons-nous suffisam- nous ferons une fois que le décret sera
ment intégré la maîtrise des risques dans gique a pour objet de définir le pro- publié consistera à rédiger une nouvelle
nos processus opérationnels ? Les missions gramme annuel d’audit ministériel et de charte d’audit avec un nouveau périmè-
d’audit doivent-elles être orientées sur la mobiliser les moyens des différentes ins- tre dépassant largement le cadre comp-
maîtrise des risques ou intégrer des audits pections, corps de contrôle et d’audit du table et financier.
de performance ? ministère pour réaliser avec les mem-
bres de ces différents corps, les fonctions Dominique Pageaud :
Danièle Lajoumard : d’audit ou de contrôle. Christian Piotre, la culture du contrôle
Au ministère de l’Economie et au minis- Le comité d’audit réunit sous la prési- interne vous permet-elle d’appréhender dif-
tère du Budget, le secrétaire général a dence du Secrétaire général l’ensemble féremment le déploiement de ce décret, et

26 Audit & Contrôle internes n°207 - décembre 2011


Audit et contrôle internes au service de l’efficacité de l’Etat

notamment la mise en place d’un audit de responsabilisation. La mise en place De nombreux contrôles sont mis en
ministériel ? de fonctions de contrôle ou d’audit place au sein du ministère. La notion
interne doit être responsabilisante. Le d’audit n’est pas inconnue. De nom-
Christian Piotre : ministère de la Défense affirme ce prin- breux pionniers ont travaillé dans ce
La culture dans le domaine du contrôle cipe de la manière la plus visible possi- domaine au sein de l’IFACI. Notre choix
interne, aussi bien sur le plan opération- ble. Les trois « grands subordonnés » du consiste à confier l’audit aux inspec-
nel de l’emploi des forces, que sur le ministre, le chef d’état-major des tions. La mission ministérielle d’audit
plan industriel (contrôle de la qualité) armées, le secrétaire général pour l’ad- emploie trois inspecteurs de l’IGA et un
ou administratif, constitue bien évidem- ministration et le délégué général pour auditeur des autres services d’inspec-
ment un atout. Pour autant, l’enjeu l’armement placés sous son autorité tions du ministère. La responsable de la
demeure de transformation et respon- sont responsables de leur chaîne d’audit mission ministérielle d’audit est dési-
sabilisation. interne au sein des organisations. gnée
Mais ce faisant le ministre refusera que
Dominique Pageaud : l’audit et ses normes deviennent un
Il est important de rappeler la nécessaire dogme absolu frappant toute l’activité
responsabilisation de la chaîne managé- du ministère. Nous ne voulons pas que
riale. Toute entreprise privée ou administra- l’audit paralyse l’action du ministère.
tion publique se pose nécessairement la
question de cette responsabilité dans les Dominique Pageaud :
grands processus de décision : budget d’in- Quels choix avez-vous fait pour allouer au
vestissement, revue de l’avancement des mieux vos priorités en termes de déploie-
affaires, etc. Quels défis les administrations ment du décret ?
devront-elles gérer en matière de change-
ment culturel, d’outils et de ressources, pour Pierre Boissier :
couvrir au mieux les objectifs associés à Le champ des ministères sociaux pré-
cette réforme ? sente la particularité de la grande seg-
Christian Piotre mentation des intervenants : agences
Chef du Contrôle Général des Armées, Michel Sappin : régionales de santé, agences sanitaires,
Ministère de la Défense Le ministère de l’Intérieur met en place etc. De multiples intervenants sont
le dispositif conformément au décret ; essentiels pour la mise en œuvre de la
L’enjeu de transformation joue à deux Nous sommes de « bons soldats ». Dans politique gouvernementale, comme
titres. Tout d'abord, ces procédures cet esprit, nous ne partons pas de rien. Pôle Emploi et les caisses de solidarité
anciennes de vérification des comptes sociale, qui ont toutes des structures
doivent être requalifiées dans les réfé- d’audit interne. La qualité du contrôle
rences métiers dans le cadre général de interne est extrêmement variable selon
l’audit et du contrôle interne. Le second les entités. L’un des sujets essentiels
aspect de cet enjeu est lié au fait que le pour nous est la cartographie des
ministère de la Défense vit depuis 2008 risques. Nous sommes particulièrement
une gigantesque réorganisation. L’en- préoccupés par les risques métiers et les
semble des schémas de répartition des sujets de sécurité sanitaire.
responsabilités ainsi que les chaînes
entières exerçant des opérations de Dominique Pageaud :
contrôle interne ont vocation à disparaî- Je note l’importance du dispositif d’identi-
tre ou être fusionnées. Il faut réinventer fication et de hiérarchisation des risques
ces responsabilités dans les nouvelles pour avoir un audit interne performant.
organisations. Ce mouvement constitue Comment coordonner le déploiement de ces
un enjeu supplémentaire. Michel Sappin missions d’audit ministériel avec ces corps
Nous avons fait référence à une logique Chef de l’I.G.A., Ministère de l’Intérieur d’inspection ? Des choix organisationnels

décembre 2011 - Audit & Contrôle internes n°207 27


DOSSIER

sont en cours de réalisation. La frontière convaincre l’ensemble des parties des Danièle Lajoumard :
reste à définir. Pourriez-vous donner votre aspects positifs de ce dispositif. Le décret ne comporte que deux articles.
opinion sur le sujet ? Quels sont les Il ne parle que des sujets transverses à
domaines réservés ? Quels sont les Pierre Boissier : l’ensemble des ministères ou intermi-
domaines partagés ? La situation est relativement simple nistériels.
dans nos ministères. La mission d’audit L’article 1 porte sur la partie transverse,
Christian Piotre : interne est placée sous l’autorité du c'est-à-dire que tous les ministères sont
Nous poursuivons un enjeu de coordi- ministre et rattachée à l’IGAS, ce qui invités à mettre en place un dispositif de
nation de l’intervention de toutes les garantit son indépendance. contrôle interne et d’audit interne. Le
instances d’audit pour protéger les audi- Ce qui est plus complexe est la clarifica- décret stipule que le contrôle interne est
tés. Ils sont mobilisés pour répondre à tion des concepts, en vue d’arriver placé sous l’autorité du secrétaire géné-
un certain nombre de sollicitations. La notamment à faire comprendre la diffé- ral avec les particularités de l’organisa-
question de la coordination des audits rence entre l’audit et l’inspection. Ce tion du ministère de la Défense. Le
doit donc être traitée. Le ministère de la décret évoque l’audit interne qui est
Défense débat peu sur le fait que les développé dans la circulaire du 30 juin
tâches d’audit de niveau ministériel ont 2011.
vocation à être assurées par le contrôle Le décret laisse à chacun des ministres,
général des Armées. parce qu’ils ont la responsabilité de l’or-
L’audit interne ne dissout pas les ganisation de leur ministère, la plus
champs et modes d’intervention d’un grande marge de manœuvre possible.
corps d’inspection générale, qui doit De ce point de vue, la circulaire est assez
conserver la capacité d’intervenir n’im- peu contraignante et se limite à donner
porte où, directement. Au-delà de tous les orientations essentielles.
les textes, conventions et protocoles qui Le deuxième article porte sur le volet
garantissent l’indépendance des audi- interministériel, c’est-à-dire sur le
teurs, je crois beaucoup à la garantie sta- comité d’harmonisation de l’audit
tutaire apportée par l’appartenance à un interne ou CHAI. Il doit réunir l’ensem-
corps de contrôle ou d’inspection. Pierre Boissier ble des chefs de mission ministériel
Chef de l’inspection générale des d’audit interne, des personnalités quali-
Michel Sappin : Affaires Sociales fiées ainsi qu’un représentant de la
Il faut laisser le plus de souplesse possi- direction générale des finances
ble aux organisations. Le décret vient de n’est pas simple car les deux types de publiques au titre de son rôle éminent
paraître, le concept est inédit sur le ter- travaux recourent largement aux mêmes en matière de production des comptes
rain. J’étais préfet de région à Marseille méthodologies, mais sont distincts tant de l’Etat et d’animation de la filière de
il y a un an et du point de vue des par la posture que par les pouvoirs. contrôle interne, d’audit interne, etc. et
acteurs de terrain, il faut comprendre Il faut par ailleurs élaborer des règles un représentant de la direction du bud-
que le dispositif d’audit interne peut déontologiques internes fermes en get. Cette dernière présence est un élé-
sembler un peu fumeux. Il faut laisser la matière de définition des intervenants. ment moins consensuel, mais elle a un
mission se mettre en place, la cartogra- Les contrôleurs ne peuvent être audi- rôle éminent en matière d’animation du
phie des risques se bâtir, et dialoguer teurs, et vice-versa. contrôle interne et de l’audit interne
avec les grands chefs de service du budgétaire. Ce CHAI dispose selon les
ministère. Dominique Pageaud : termes du décret d’une vocation métho-
La mise en place de la fonction d’audit Danièle Lajoumard, pourriez-vous apporter dologique. En fait, ce CHAI deviendra ce
se heurte au scepticisme des directeurs des précisions sur le niveau interministériel que nous en ferons collectivement. Il
généraux qui considèrent que le contrôle de coordination lié à ces missions d’audit et sera important de partager entre nous
interne et les inspections techniques de contrôle ? Quelle est votre vision sur le au démarrage des préoccupations orga-
sont déjà très développés. Il faut avancer rôle de ce comité ? Comment peut-on envi- nisationnelles, des préoccupations en
doucement et prudemment pour sager son déploiement ? matière de formation, etc. 

28 Audit & Contrôle internes n°207 - décembre 2011


Audit et contrôle internes au service de l’efficacité de l’Etat

L’audit : une institution


privilégiée pour développer
la performance
Conclusion du colloque

J
e note avec satisfaction que l’audit faire progresser la performance admi-
des administrations publiques est nistrative que si les administrations sont
mieux reconnu qu’il y a quelques capables de s’auto-analyser pour voir
années et les textes du Premier Ministre comment elles fonctionnent et de ce
récemment publiés en constituent une meilleur fonctionnement naîtra une
reconnaissance officielle qui éloignera le meilleure efficacité administrative.
risque d'isolement de l'auditeur.
Je considère qu'un directeur public ne
Cet isolement est en effet potentielle- peut pleinement accomplir la mission
ment double. qui lui est confiée que s’il dispose, à côté
de lui, d’un corps interne d'auditeurs
Certes, il existe par rapport à l'applica- formés aux investigations, constamment
tion de normes d'audit qui peuvent être à la recherche d’intelligence des situa-
mal comprises dans les services audités, tions pour lui apporter un éclairage
mais aussi parfois par les auditeurs eux- objectif et professionnel sur les enjeux et
Philippe Parini mêmes. Par exemple, la fusion des les processus stratégiques ou sur les
équipes d’audit de l'ex-DGI et de l’ex- risques développés dans sa direction.
Directeur général des Finances
publiques, DGFiP, Ministère du Budget, DGCP aura nécessité de nombreux mois
des Comptes publics et de la Réforme pour installer l'audit à la place qui doit Qu’attend-on de l’audit ? L’audit doit
de l’État être la sienne. être le moyen de s’assurer du fonction-
nement normal de ses services et, pour
Mais la fonction audit, engagée dans la DGFiP qui dispose de plus de 5 000
L’audit et l’efficacité de l’administration
une direction ou un ministère, peut services déployés sur l'ensemble du ter-
ont partie liée.
aussi n'être pas positionnée à un niveau ritoire, du parfait respect des règles et
Les auditeurs sont le bras, l’œil et politique suffisant et ne donne donc pas des procédures.
l’oreille de la direction. Le responsable des résultats concrets, notamment dans
de l’audit a le devoir spécifique de s'ex- le plan d'actions qui doit être ultérieu- Il faut naturellement bien répartir les
primer directement et de tout dire à rement décidé et mis en œuvre. fonctions d’inspection et d’audit dans
son directeur, de manière neutre, ces services.
objective et indépendante. L’audit et l’efficacité de l’administration
L’audit est maintenant installé dans sont bien évidemment liés, c'est même L’audit est l’institution des cadres supé-
l’administration, il reste à le faire vivre une tautologie, puisque l’audit permet rieurs chargée d’analyser les procédures
au quotidien. bien entendu de développer notre per- de nos chaînes de traitement.
formance administrative. Et on ne peut

décembre 2011 - Audit & Contrôle internes n°207 29


DOSSIER

L’audit doit nous permettre de savoir si, La légitimité de l’audit est d’être adossée tionnent et s’assurent ou proposent des
à l’intérieur d’un champ précis de mis- à une technologie extrêmement profes- mesures qui permettent d’en optimiser
sions, celles-ci doivent toutes être exer- sionnelle et il est essentiel que les audi- l'impact.
cées de la même manière, si tel contrôle teurs aient une préparation et une for-
est encore pertinent, s’il doit être orga- mation, initiale et permanente, spéci- Il est toujours risqué de se laisser endor-
nisé de la même façon, ou s’il doit être fique à leur fonction car l’audit est un mir ou aveugler par la structure et, à l'in-
hiérarchisé. véritable métier qui ne s’improvise pas. verse, il est sain d’effectuer un bench-
mark de contrôles venant de l’extérieur,
Cette question est d’autant plus impor- Évidemment, il faudra veiller à harmo- analysant un thème, un processus avec
tante que la gestion des effectifs se niser et éviter d’avoir trop d’audit après un regard neuf.
posera de manière durable dans toute en avoir eu trop peu dans certains
administration moderne. Départements. L’empilement des Enfin, un mot sur le plan des ressources
contrôles devra être proscrit, sinon on humaines : doit-on faire toute sa carrière
L’audit et le contrôle internes risque d'arriver à des situations à l'audit ? Est-ce un point de passage ?
doivent définir les
« L’audit et telles que les auditeurs
risques attachés aux n’auront même plus J’ai décidé à la DGFiP que les inspec-
différents proces- le contrôle internes rien à contrôler si teurs principaux devront obligatoire-
sus. C’est d’ail- doivent définir le service local n’a ment exercer des fonctions d’audit. C’est
leurs un formi-
dable moyen
les risques attachés aux plus le temps
d’exercer son
la garantie qu’ils auront vu, avant d’être
plus tard des chefs de service, les diffé-
d’introspection. différents processus. activité. rents métiers, du point de vue de l’audi-
Certaines tâches C’est d’ailleurs un teur c’est-à-dire en regardant comment
génèrent davan- Par ailleurs, l’audit le « moteur » fonctionne et a été agencé.
tage de risques que
formidable moyen ne se réduit pas à la Par ailleurs, le professionnalisme et la
d’autres et elles doivent d’introspection » comptabilité, qui est en mémoire de l’audit doivent passer par
donc être logiquement orga- soi un bon point d’entrée et un minimum de durée dans l’exercice de
nisées de manière plus rigoureuse. la DGFiP est bien placée pour le savoir, cette fonction particulière.
mais l'audit a aussi une dimension orga-
Je souhaiterais développer quelques nisationnelle beaucoup plus vaste. * *
autres points importants. *
S'agissant du débat entre l’audit et
Tout d'abord, dans une direction, l’audit contrôle interne, je crois qu'il faut être Nous ne sommes plus à la croisée des
doit être identifié, reconnu et placé clair : le contrôle interne concerne les chemins. Nous sommes de l’autre côté
auprès des responsables. Lorsque j’ai règles fixées à nos collaborateurs pour de la rivière, mais nous sommes encore
créé la DGFiP, j’ai placé mes auditeurs exercer, chacun à leur niveau, leur métier sur la berge. L’audit est installé, les
auprès de moi au niveau national et, en minimisant les risques et, selon les méthodes existent et l’IFACI en est le
localement, auprès des directeurs dépar- difficultés et les risques, le contrôle principal promoteur.
tementaux et régionaux des Finances interne sera plus ou moins fort. A l'in-
publiques. verse, l’audit est une forme de contrôle Grâce aux institutions qu’il met en
externe et les auditeurs placés auprès du place, le Premier Ministre en permettra
Les auditeurs sont le bras, l’œil et responsable se déplacent dans les ser- l’homogénéisation et il faut à présent
l’oreille de la direction. En interne, ils vices pour intervenir sur l’organisation réussir à faire vivre l'audit et le contrôle
doivent être aux côtés de ceux qui exer- du contrôle et la chaîne du processus, à interne de manière quotidienne dans les
cent les métiers. Le responsable de l’au- l’intérieur d’une même direction. administrations publiques. 
dit a le devoir spécifique de s'exprimer
directement et de tout dire au n°1, de Les règles de contrôle interne relèvent
manière neutre, objective et indépen- de la bonne organisation et les auditeurs
dante. extérieurs vérifient que ces règles fonc-

30 Audit & Contrôle internes n°207 - décembre 2011


Transposition des Normes Professionnelles
de l’Audit Interne
Édition spéciale Administrations de l’État

Auteur : Groupe professionnel IFACI « Administrations de l’Etat »


Juillet 2011 - Format : 17 x 23,8 cm - 236 pages - Prix HT : 50 €
ISBN : 978-2-915042-32-0

L’audit au sein des Administrations de l’État connaît des évolutions très rapides, dans un
contexte de profonde modernisation de la gestion publique. La Loi Organique relative
aux Lois de Finances (LOLF) du 1er août 2001 a accéléré la diffusion de la notion de maî-
trise d’activités et d’audit interne. Plus récemment, le décret relatif à l’audit interne dans
l’administration (paru le 30 juin 2011) a institué :
 un dispositif de contrôle et d'audit internes dans chaque ministère ;
Depuis 2008, le Groupe Professionnel « Admi-  une mise en œuvre du contrôle interne par les responsables de tous niveaux, sous la
nistrations de l’État » s’est donné comme coordination du secrétaire général du département ministériel ;
objectif de mettre en exergue, à travers des  une définition de l’audit interne conforme aux Normes de l’IIA ;
commentaires des Normes professionnelles de  la création d’un comité d'harmonisation de l'audit interne (regroupant les responsa-
l’audit interne, les particularités des administra- bles audit interne ministériels, les représentants du directeur général des finances
tions de l’Etat dans la démarche de l’audit. publiques et du directeur du budget ainsi que des personnalités qualifiées) chargé
de :
Cette transposition des Normes, rédigée par - l’élaboration d’un cadre de référence de l'audit interne et du suivi de son appli-
cation ;
des praticiens de l’audit dans le cadre de l’Etat,
- l’harmonisation des méthodes de travail et de la diffusion des bonnes pratiques ;
vise la professionnalisation de l’audit interne - l’examen annuel des politiques ministérielles d'audit ;
public en mettant en avant des bonnes pra- - la reprise des travaux du CIAP (Comité interministériel d'audit des programmes).
tiques qui ont déjà fait leurs preuves.

BON DE COM M A N D E
Société : ...........................................................................................................................................................................................................................................................
Nom : .................................................................................................................. Prénom : .........................................................................................................................
Adresse : ..........................................................................................................................................................................................................................................................
Code postal : ........................................ Ville : .................................................................................................. Pays : ...........................................................................
Tél. : ......................................................... Fax : ....................................................... Mél : ..........................................................................................................................

TITRE PRIX HT QUANTITÉ TOTAL

Transposition des NPAI - Edition spéciale Administrations de l’Etat 50 €


Total HT
TVA 5,5 %
Port et emballage*
(*) 6 € par ouvrage (Union Européenne) et 12 € par ouvrage (hors Union Européenne) Net à payer TTC

PAIEMENT PAR : Chèque bancaire ou postal (à l’ordre de l’IFACI)


Virement au HSBC Paris Champs-Elysées - Compte IFACI n°30056-00148-01485415521-72
Carte de crédit (Montant minimum 16 € TTC) - N°.............................................. Date d’expiration :

DATE : ............................................... SIGNATURE :

Bon de commande a retourner à Marie-Thérèse Tran


IFACI - 98 bis, bd Haussmann - 75008 Paris - Tél. : 01 40 08 48 16 - Fax : 01 40 08 48 20 - Mel : mtran@ifaci.com - Internet : www.ifaci.com

Règlements : Joindre obligatoirement le règlement à votre commande.


Chèque : libellé en euros tiré sur une banque française. Virement : les virements émis à partir d’une banque hors de France doivent être nets de tous frais bancaires pour l’IFACI.
Une facture justificative ainsi que votre commande vous seront adressés dès réception de votre règlement.
LES AUDITS MÉTIERS

Outils d’audit de performance


dans le secteur public

Quand le secteur public s’approprie les outils et les normes développés dans le cadre
de référence international des pratiques professionnelles, il vise un double objectif :
évaluer la performance du système de contrôle interne mis en place par l’adminis-
tration ; apprécier les résultats obtenus par l’administration. La fonction de contrôle
interne n’est plus là pour sanctionner la régularité des actions administratives mais
pour évaluer leur efficacité et recommander des améliorations.

L’audit interne, une dimension résultats et de recommander des amé-


incontournable de la liorations dans un système de boucle
« Nouvelle gestion publique » vertueuse. Le contrôle, qui se trans-
forme en audit interne, n’est plus
négatif, il devient une valeur ajoutée
La pratique de l’audit et du contrôle du dispositif et fait partie intégrante
internes est devenue la norme au sein du système de gestion.
du secteur public avec l’avènement de la
Nouvelle gestion publique, incarnée en La consécration du rôle de l’audit
Isabel de Francqueville
France, depuis le 1er janvier 2006, par la interne dans l’administration
Auditrice de première classe détachée à mise en œuvre de la Loi organique rela- Ce nouveau rôle, assigné à l’audit
la Cour des comptes tive aux lois de finances. interne dans le secteur public, trouve sa
consécration dans le décret n° 2011-775
Un mouvement initié par l’Union du 28 juin 2011 relatif à l’audit interne
européenne dans l’administration qui prévoit un dis-
Ce mouvement, initié par l’Union euro- positif de contrôle et d’audit internes
péenne et consacré par le texte de dans chaque ministère.
Talinn1, constitue une véritable révolu-
tion culturelle dans le domaine de l’ad- Les références à la disposition
ministration publique puisqu’il ne s’agit de l’auditeur public
plus pour elle d’exécuter une loi détail-
lée, mais d’obtenir une « saine gestion
financière », bâtie à partir d’une organi- Le CRIPP
sation qui prévoit la mise en œuvre de Pour réaliser sa mission d’audit, l’audi-
dispositifs de contrôle interne (Financial teur interne public s’appuie sur les outils
Diplômée de l’Institut d’Etudes Poli- Management and Control Systems) et et la méthodologie développés dans le
tiques de Bordeaux et de Paris Dau- d’audit interne, chargés d’évaluer et Cadre de référence international des
phine (master audit comptable et d’améliorer ces systèmes. pratiques professionnelles, véritable
financier), Isabel de Francqueville outil de référence comportant à la fois
a assuré les fonctions de commis- L’évolution de la fonction de contrôle des dispositions obligatoires (définition
au sein du secteur public de l’audit interne, code de déontologie
saire dans l’Armée de l’air, de 1998
Dans ce contexte, la fonction de contrôle et Normes) et des pratiques recomman-
à 2011, avant de devenir auditrice évolue radicalement : il ne s’agit plus de dées.
de première classe détachée à la sanctionner la seule régularité des
Cour des comptes. actions administratives, mais d’évaluer Les autres références
l’efficacité des actions, de mesurer les Par ailleurs, l’auditeur dispose d’autres

32 Audit & Contrôle internes n°207 - décembre 2011


références normatives spécifiques au Exécution et communication L’efficacité est un ratio qui compare les
secteur public, développés notamment La phase d’exécution de la mission résultats effectivement obtenus (out-
par le Government Accountability Office débute ensuite avec ses batteries de tests come) aux ressources (inputs). Ainsi, le
(GAO) aux Etats-Unis ou encore l’Inter- en vue de collecter les éléments pro- résultat de l’efficacité est ici la mesure de
national Organization of Supreme Audit bants. Au vu des résultats partagés avec la diminution de la consommation
Institution (INTOSAI) qui rassemble les l’audité, les recommandations opéra- d’énergie fossile au regard du coût de
institutions supérieures de contrôle. toires découlant de l’analyse des causes l’incitation fiscale.
En France, les groupes professionnels de ayant abouti aux écarts et s’attachant à
l’IFACI « Administration de l’Etat » et évaluer l’impact du dysfonctionnement L’efficience est le ratio qui compare les
« Collectivités territoriales » ont trans- sont élaborées et la communication peut résultats (outcome) avec les objectifs
posé les Normes professionnelles au être réalisée. (outreach). Pourquoi a-t-on créé une
contexte spécifique des administrations. niche fiscale ? Pour promouvoir les
L’appréciation des résultats obtenus énergies renouvelables et le développe-
Méthodologie de l’audit Pour cet autre type d’audit de perfor- ment durable. Dans notre exemple, il se
interne de performance dans mance, récurrent dans le secteur public, peut que la consommation d’énergie ait
le secteur public l’auditeur peut être confronté à deux légèrement diminué (efficacité relative)
situations : existence ou absence d’indi- mais qu’en revanche, les panneaux
L’audit de performance dans le secteur cateurs. soient importés de Chine et que le trai-
public peut poursuivre deux objectifs : tement de démantèlement coûte cher et
• évaluer la performance du système de Evaluation des résultats à partir des indi- ait des effets non connus sur l’environ-
contrôle interne mis en place par l’ad- cateurs existants nement. En ce cas, ce dispositif ne sera
ministration pour un processus S’il existe des indicateurs, l’auditeur va pas considéré comme efficient.
donné ; évaluer leur pertinence au regard des
• apprécier les résultats obtenus par informations véhiculées : ces indicateurs Enfin, un quatrième « E » peut être
l’administration. permettent-ils de mesurer les réalisa- ajouté, il s’agit de l’Evaluation qui va
tions (ouput), les résultats (outcome), s’attacher à comparer les impacts à long
Evaluation de la performance des l’impact (outreach) ? Par ailleurs, ces terme de la politique développée aux
dispositifs de contrôle interne de indicateurs sont-ils adaptés aux objectifs objectifs stratégiques, voire aux besoins.
l’administration assignés ? L’étape suivante consistera à Dans ce cas, en appréciant le choix de la
Dans ce cas, la méthodologie issue des évaluer le processus de production de stratégie effectué pour les satisfaire,
Normes professionnelles et le respect l’indicateur pour s’assurer de sa fiabilité. l’évaluation sort de la sphère de l’audit
des trois phases de planification, d’exé- interne pour rentrer dans le champ de
cution et de communication sont stric- Evaluation des résultats en l’absence l’audit externe.
tement appliqués. d’indicateurs
L’auditeur peut s’appuyer sur une * *
Planification méthode d’évaluation, à partir des 3 *
S’agissant du secteur public, la phase de «E»:
planification s’avère particulièrement • Economie (economy), En conclusion, l’auditeur en charge d’un
essentielle. • Efficacité (effectiveness), audit de performance du secteur public
Outre la détermination précise des • Efficience (efficiency). dispose d’un cadre de référence déve-
objectifs de la mission et de son périmè- Cette méthode peut être illustrée à partir loppé par la profession qui constitue
tre (avec les limites éventuelles), la com- d’un exemple : l’évaluation des résultats pour lui un filet de sécurité. Néanmoins,
plexité des processus administratifs de la mesure d’incitation fiscale au profit l’auditeur en charge d’une telle mission
nécessite une phase de compréhension des foyers installant des panneaux pho- doit faire preuve de pragmatisme et de
importante, rendue d’autant plus déli- tovoltaïques. souplesse dans un milieu complexe qui
cate que les objectifs des audités, qui ne peut totalement s’assimiler au fonc-
servent à définir les objectifs de la mis- L’économie est un ratio ressources tionnement d’une entreprise, même s’il
sion, sont encore souvent implicites et (inputs) / réalisations (outputs). Elle en a adopté certaines modalités, notam-
rarement formalisés. Ensuite, il s’agit mesure l’optimisation de l’emploi des ment la mise en œuvre d’un nouveau
d’identifier les risques inhérents au pro- ressources. Cela nécessite pour l’audi- modèle de gestion au sein duquel l’audit
cessus audité et les contrôles clés mis en teur d’avoir une connaissance fine des interne est partie prenante, et la culture
œuvre pour les maîtriser (séparation des coûts et du « juste prix », rendue difficile du résultat. 
tâches, documentation, validation, dans le contexte spécifique des marchés
supervision …) afin d’évaluer l’adéqua- publics.
tion de la conception des contrôles aux
risques de l’entité. Il en ressort une éva- Dans notre cas, l’économie est mesurée 1 Ce texte a été élaboré par le groupe en charge
luation des risques résiduels de l’entité par le rapport entre le nombre de pan- des contrôles financiers européens lors du 4ème
à partir desquels l’auditeur pourra cibler neaux photovoltaïques installés et le meeting à Talinn en Estonie le 9 octobre 2001 et
s’intitule « The concept of Public Internal Financial
ses objectifs d’audit et élaborer son pro- coût de la mesure d’incitation fiscale.
Control (PIFC) versus Financial Inspections in
gramme de travail. Public Administration ».

décembre 2011 - Audit & Contrôle internes n°207 33


LA PROFESSION EN MOUVEMENT

Evénements
dre pourquoi cette décision ment, de préciser la métho- les leviers ; structuré autour
a été prise, dans quel cadre, dologie. Troisièmement, de de la gouvernance et du
avec quelle organisation. définir les axes d’analyse management. Il comporte
Quels sont les enjeux asso- qui s’appuient sur le réfé- sept catégories de leviers :
ciés aux réglementations ? rentiel du marché. processus ; information ;
Comment le processus principes et politiques ; cul-
L’audit des sujets fonctionne-t-il ? L’audit La restitution (rapport, ture, éthique et comporte-
sensibles interne doit avoir une constats, recommanda- ment ; structures organisa-
bonne compréhension de tions) d’un audit portant tionnelles ; compétences ;
Réunion mensuelle l’environnement de sur un sujet sensible est capacité de services. La
du 25 octobre 2011 contrôle et son approche particulièrement délicate. création de valeur vise trois
par les risques est très La formulation ne doit pas objectifs : les bénéfices, les
Qu’est-ce qu’un sujet sen- attendue. être imprécise, floue, et sur- risques, les ressources.
sible ? C’est un sujet qui tout pas agressive. L’audi-
peut avoir un impact Ce type de mission est très teur a, plus que jamais, un Quelles sont les nouvelles
externe ou règlementaire sensible parce qu’il se situe rôle pédagogique à jouer. caractéristiques de CobiT 5.
(fraude, corruption, etc.). Ce au cœur de la gouvernance. Dans tous les cas sa légiti- Une augmentation de la
peut être une information Il nécessite un engagement mité est en jeu. couverture horizontale de
manipulée, concernant par très fort du responsable de l’information et de la tech-
exemple la paie des diri- l’audit interne. nologie associée en tant
geants ou des cadres supé- Comment qu’actif de l’entreprise :
rieurs, des secrets indus- L’audit des dispositifs de s’approprier CobiT 5 ? couvre non seulement les
triels, des contrats reconnaissance et de processus mais aussi les
majeurs… Il peut s’agir de récompense de la perfor- Réunion mensuelle autres leviers nécessaires à
problèmes de communica- mance des cadres supé- du 22 novembre 2011 une gouvernance et un
tion avec des interlocuteurs rieurs du groupe La Poste management efficace et
impliqués dans l’audit. Ce est un sujet très sensible. CobiT 5 est la dernière ver- efficient des SI. Une aug-
peut être un sujet qui a un L’auditeur doit adapter sa sion du référentiel/outil. Le mentation de la couverture
lien avec la stratégie et la méthode en fonction de la projet a été lancé il y a plus verticale avec le business :
gouvernance, ou qui pré- sensibilité du sujet. de trois ans ; le nouveau création de valeur pour les
sente des risques psycho- CobiT 5 devrait sortir au parties prenantes ; cascade
sociaux, etc. Dans tous les D’abord clarifier le type début de 2012. des objectifs à partir des
cas c’est un sujet à risque d’audit : il ne s’agit pas de objectifs business ;
pour l’audit interne qui met contrôler les rémunérations Le principe de départ de métriques de résultats et
en jeu sa crédibilité. ni de porter un jugement CobiT est que les ressources métriques de performance
de valeur sur la politique de SI ont besoin d’être des leviers ; modèle d’éva-
L’audit du processus de rémunération, mais de « managées » par un luation de la capacité des
prise de décision straté- mesurer la sensibilité liée ensemble de pratiques leviers ; modèles géné-
gique. D’après une aux préoccupations spéci- regroupées naturellement riques de gouvernance et
enquête internationale fiques des commanditaires pour fournir l’information de management pouvant
récente (PwC 2011), plus de dans ce domaine, tout en dont ont besoin les organi- couvrir toutes les fonctions
80% des directeurs d’audit explicitant et garantissant la sations pour atteindre leurs de l’entreprise ; modèle
interne interrogés prévoient confidentialité. objectifs. relatif à l’information qui
de renforcer leur implica- est la plus forte connexion
tion sur les programmes et Les objectifs sont, premiè- Quelles sont les princi- entre le business et la tech-
initiatives stratégiques, d’où rement, de centrer le sujet pales caractéristiques de nologie. Une possibilité
une importance accrue des d’audit avec les experts ; CobiT 5 ? Il fonctionne d’intégration ou de
enjeux pour l’audit interne. l’expertise est au service de selon cinq principes : c’est connexion aux autres réfé-
la qualité et de la perti- un référentiel intégrateur ; rentiels. Une possibilité de
L’objectif, pour l’audit, n’est nence des observations, elle focalisé sur la création de personnalisation en fonc-
pas de remettre en cause la ne peut conduire à prendre valeur pour les parties pre- tion du contexte spécifique.
décision de la direction parti sur la politique de nantes ; orienté business et Enfin, et c’est sans doute
générale, mais de compren- rémunération. Deuxième- personnalisation ; basé sur une des caractéristiques qui

34 Audit & Contrôle internes n°207 - décembre 2011


va compter beaucoup pour synthèse et réciproque- d’audit existe et est de dement qui a fait quoi,
les utilisateurs, CobiT 5 est ment ; troisièmement, d’ex- bonne qualité, la reconsti- quand et comment.
facile à comprendre, à pliquer l’évolution des tution est rapide et elle
utiliser et à maintenir : soldes d’un arrêté à l’autre apporte un haut niveau La phase planning de la
c’est une structure flexible par la conservation des d’assurance sur la fiabilité mission consiste à analyser
et exhaustive ; les modèles mouvements ayant affecté des données et du proces- les raisons du choix de cette
génériques peuvent couvrir les postes comptables. sus. A l’inverse, faute d’une mission. Quels sont les
n’importe laquelle des conception préalable ou risques ? A-t-on un spon-
fonctions de l’entreprise ; le L’organisation du système d’une bonne documenta- sor ? Quelles sont les res-
langage est cohérent ; les de traitement permet de tion, la traçabilité peut sources les plus appro-
concepts (gouvernance, reconstituer à partir des devenir un casse-tête. priées, concernant les
management, qualité, sécu- pièces justificatives hommes, les outils ? Les
rité…) sont clarifiés ; il appuyant les données Pour que la piste d’audit objectifs et le périmètre de
existe une base de connais- entrées, les éléments des soit un vecteur fiable et per- la mission sont le résultat
sances commune ; il est comptes, états et renseigne- tinent, les systèmes doivent de l’évaluation globale des
possible de fournir des vues ments, soumis à la vérifica- – idéalement – gérer un risques. La phase terrain de
spécifiques pour des popu- tion, ou, à partir de ces identifiant unique de bout la mission consiste à s’assu-
lations problématiques, et comptes, états et renseigne- en bout, ce qui est un peu rer que le programme de
des leviers particuliers ; une ments, de retrouver ces utopique compte tenu, travail est bien complété ;
aide est prévue avec des données et les pièces justi- d’une part de la multiplicité que les conclusions sont
outils en ligne, etc. ficatives. des systèmes utilisés qui étayées par des évidences et
n’identifient pas les opéra- une solide documentation ;
Quels bénéfices attend-on A l’origine, la piste d’audit tions de la même manière, que les auditeurs ont effec-
de la mise en œuvre de était la préoccupation du d’autre part des volumes tué une analyse et une
CobiT 5 ? Une augmenta- contrôleur. Puis, à la suite d’opérations qui obligent à revue suffisantes ; que la
tion de la confiance dans la de scandales alimentaires, des regroupements et donc mission a été correctement
création de valeur, au tra- elle est devenue la préoccu- à une rupture dans la traça- supervisée. La phase com-
vers d’une gouvernance et pation des opérationnels, et bilité. munication et reporting de
d’un management efficace un argument de vente : la la mission doit garantir que
de l’information et des traçabilité de la viande Faute d’une piste d’audit le rapport répond aux
technologies associées ; une bovine est un gage de qua- disponible, l’audit peut pro- objectifs initiaux, que l’opi-
augmentation de la satis- lité. Elle permet de retracer, céder à une reconstitution nion globale d’audit reflète
faction des utilisateurs à travers toutes les étapes des éléments ou à des le résultat des investiga-
business à l’égard des ser- de la production, de la contrôles de vraisemblance. tions, et que les recomman-
vices informatiques ; une transformation et de la dis- dations couvrent les fai-
amélioration de la confor- tribution, le cheminement La traçabilité s’applique blesses identifiées. La phase
mité aux lois, politiques et d’une denrée alimentaire, naturellement à l’audit suivi de la mission garantit
réglementations ; une amé- ou d’une substance desti- interne. Pour assurer la que la mise en place des
lioration de la transparence née à être incorporée dans piste d’audit de la mission recommandations est bien
dans la prise de décision. une denrée alimentaire. d’audit, il est fait recours à documentée.
des outils ad hoc.
Piste d’audit et Comment et quand les (Source Banque de France) Le recours à un outil est
traçabilité en auditeurs utilisent-ils la nécessaire pour maîtriser la
pratique piste d’audit ? Lors de La piste d’audit dans un piste d’audit. Cet outil per-
contrôles comptables, pour dossier d’audit interne est met de garder trace de
Réunion mensuelle vérifier la réalité et la justifi- un élément essentiel trop toutes les actions des audi-
du 13 décembre 2011 cation d’un solde ; pour souvent négligé. Il faut teurs : qui fait quoi et
analyser la réalité de la avant tout savoir ce que l’on quand ; il fixe les accès res-
La piste d’audit est un mise en œuvre d’une pro- veut faire et ne pas s’enga- treints et autorisés ; il gère
ensemble de procédures cédure en vérifiant par ger trop loin, autrement dit un processus de validation ;
permettant premièrement, exemple si le traitement a éviter l’usine à gaz, contre- il gère l’archivage.
de reconstituer dans un été effectué à bonne date, si productive. Trois prérequis : (Source Sodexo) 
ordre chronologique les la séparation des fonctions déterminer des documents
opérations ; deuxièmement, est respectée, si toutes les types tels que le pro-
de justifier toute opération étapes du processus ont été gramme de travail ; fixer
par une pièce d’origine à respectées, etc. des étapes bien définies à
partir de laquelle il doit être partir d’une évaluation des
possible de remonter par Quels sont les avantages et risques ; procéder à un
un cheminement ininter- les inconvénients de la piste archivage des données, per-
rompu au document de d’audit ? Quand la piste mettant de retrouver rapi-

décembre 2011 - Audit & Contrôle internes n°207 35


LA PROFESSION EN MOUVEMENT

Lu pour vous
Manuel d’audit interne
Auteurs : Kurt F. Reding, Paul J. Sobel, Urton L. Anderson, Michael J. Head,
Sridhar Ramamoorti, Mark Salamasick, Cris Riddle
Editeur : The Institute of Internal Auditors - Research Foundation

Voici, rédigé par un groupe d’experts réuni par la fondation pour la recherche de
l’IIA, traduit et publié par l’IFACI, le tout dernier manuel d’audit interne, dont l’am-
bition première est d’améliorer l’efficacité de la gouvernance, du contrôle interne
et du management des risques. Plus qu’un manuel, une somme dans laquelle pour-
ront se plonger aussi bien les étudiants que les professionnels, qui trouveront là, à
coup sûr, réponse à leurs questions.

Pas moins de quinze chapitres traitent des principales problématiques. Une pre-
mière partie (chapitres 1 à 11) analyse les concepts fondamentaux de l’audit
interne ; une seconde partie (chapitres 12 à 15) dit comment conduire une mission
d’audit interne.

Chaque chapitre comporte plusieurs sous-chapitres dont certains reviennent sys-


tématiquement et d’autres sont spécifiques au domaine traité. Reviennent systé-
matiquement : les objectifs pédagogiques ; un résumé du sujet traité ; des ques-
tions de révision ; des questions à choix multiple ; des thèmes de discussion ; des études de cas ; des références d’ouvrages. S’ajou-
tent des annexes, des encadrés, des définitions qui donnent une vision concrète des problèmes.

Prenons dans le chapitre 3, le gouvernement d’entreprise, un exemple par sous-chapitre :


 Objectifs pédagogiques : décrire le rôle de la fonction d’audit interne dans le processus de gouvernance.
 Concepts liés au gouvernement d’entreprise : rôles et responsabilités au sein du gouvernement d’entreprise.
 L’évolution de la gouvernance : les principes de gouvernance identifiés.
 Résumé : le rôle de l’audit interne dans le gouvernement d’entreprise.
 Questions de révision : quels types de résultats le Conseil doit-il prendre en compte pour comprendre les attentes des parties
prenantes ?
 Questions à choix multiple : qui a la responsabilité de définir les objectifs stratégiques d’une organisation ? Le Conseil – la
direction générale – un consensus entre les niveaux hiérarchiques – le Conseil et la direction générale conjointement.
 Thèmes de discussion : expliquez pourquoi il est important, du point de vue de la gouvernance, que des administrateurs exté-
rieurs indépendants siègent au Conseil ?
 Etude de cas : étudiez les règles régissant le gouvernement d’entreprise en France, en Afrique du Sud et au Royaume-Uni. Diffé-
rences et ressemblances entre ces textes.
 Références.

Cinq annexes viennent enrichir le chapitre 3 : une synthèse de l’évolution de la réglementation et communautaire française ; les
principaux scandales financiers récents en Europe ; une synthèse des principaux textes en vigueur aux Etats-Unis ; une synthèse
des codes de gouvernement d’entreprise et de management des risques adoptés au plan international ; les principales sources
de références sur le gouvernement d’entreprise.

Un glossaire vient clore cette œuvre collective d’un intérêt évident.

36 Audit & Contrôle internes n°207 - décembre 2011


Lu pour vous
Le nouveau contrôle interne
Auteur : Abderraouf Yaich
Editeur : Les éditions Raouf Yaich

L’ouvrage s’ouvre sur une longue introduction, dont nous reprenons ici l’essentiel,
dans laquelle l’auteur note que la confiance est un élément primordial dans la qualité
du travail, et que le contrôle interne est un vecteur de construction de la confiance,
sur la base de contrôles effectifs, systématiques, efficaces et solides. Le contrôle
interne connaît un développement spectaculaire parce qu’il est plus efficace et plus
rentable de prévenir que de guérir.

Le contrôle interne est une partie intégrante de la gestion du risque de l’entre-


prise

La prospérité et la sécurité financière des entreprises passent par le management des


risques et la qualité des contrôles internes. Le dispositif de contrôle interne et le sys-
tème de gestion des risques permettent de maîtriser les risques et d’optimiser l’effi-
cacité des activités. Au premier rang des défis que les entreprises doivent relever,
figure la capacité d’opérer le changement culturel permettant d’instaurer un environ-
nement de contrôle interne et de gestion des risques solide.

L’importance du contrôle interne pour la bonne gestion de l’entreprise se confirme au fur et à mesure que l’économie de marché
se développe. La conduite des affaires impose désormais une véritable culture de maîtrise du risque et de contrôle, d’efficacité et
de performance, partagée par l’ensemble des acteurs de l’entreprise.

Pendant longtemps, le contrôle interne focalisait essentiellement sur les procédures. Or les procédures qui relèvent du mode de
contrôle des actions ne forment qu’un mode de contrôle parmi d’autres. De même, les contrôles ne sont pas une fin en soi ; un
contrôle doit être approprié au risque qu’il traite.

Les concepts du contrôle interne

Cette première partie traite de l’organisation, de la coordination et du contrôle. L’organisation est à la base du système de contrôle
interne : on ne peut maîtriser que ce qui est organisé. Elle traite aussi des concepts de contrôle ; des concepts liés au risque ; des
concepts de performance du pilotage et des contrôles ; des concepts de maturité du contrôle interne.

Objectifs, composantes et responsabilité du contrôle interne

Dans cette deuxième partie, il est question des objectifs, des dynamiques et limites du contrôle interne ; des éléments du contrôle
interne (environnement de pilotage et de contrôle ; identification et évaluation des risques ; activités de contrôle ; information et
communication ; pilotage de l’efficacité du système de contrôle interne) ; des acteurs du contrôle interne, leur rôle et leurs res-
ponsabilités.

Les méthodes et techniques de contrôle interne

La troisième partie, peut-être la plus intéressante en ce qu’elle ouvre des horizons et donne des pistes. Ainsi un chapitre indique
des techniques d'analyse des procédures de contrôle interne. Un autre propose une démarche pour la réalisation d’un projet
d’amélioration du contrôle interne. Un autre encore indique les outils avec lesquels on peut améliorer continûment les contrôles
internes, ce qui est un gage d’efficacité.

décembre 2011 - Audit & Contrôle internes n°207 37


n° 196 n° 197 n° 198 n° 199 n° 200

n° 201 n° 202 n° 203 n° 204 n° 205

liste des
Retrouvez la
dans la
articles parus
terne sur le
revue Audit In
l’IFACI
site Internet de
OUI, je désire recevoir le(s) numéro(s) : www.ifaci.com
196
197
198
OUI, je souhaite m’abonner à la revue
199
« Audit & Contrôle internes » pour l’année
200 2012 (du n° 208 au n° 212)(*) au prix de :
au prix unitaire de
201
22 € TTC adhérents IFACI : 65 € TTC
202
203 non adhérents IFACI : 105 € TTC
204
* Si vous souscrivez un abonnement en cours d’année, le
( )
205 tarif d’abonnement sera recalculé en fonction du nombre
206 de numéros restant à paraitre jusqu’en fin d’année. Seuls
n° 206 ces numéros vous seront envoyés.

Nom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prénom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . N° adhérent IFACI . . . . . . . . . . . . . .


Organisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Adresse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. ............................................................................................................
Code Postal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ville . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Pays . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Date Signature

Paiement par : chèque bancaire ou postal (à l’ordre de l’IFACI)


virement au HSBC Paris Champs-Elysées - Compte IFACI n° 30056-00148-01485415521-72
carte de crédit - n° . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Date d’expiration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Signature autorisée

Commande à retourner à :
I F A C I - 98 bis, boulevard Haussmann - 75008 Paris - Tél. : 01 40 08 48 00 - Fax : 01 40 08 48 20 - Mel : institut@ifaci.com
Vous pouvez également commander ou vous abonner à la revue « Audit & Contrôle internes » sur le site Internet www.ifaci.com
Calendrier 2012
Tarifs Tarifs non
S ES SIO N S Durée
adhérents adhérents
janvier février mars avril mai juin juillet sept. octobre nov. déc.

SE FORMER AU CONTRÔLE INTERNE


S’initier au contrôle interne 2j 950 € 1 125 € 5-6 2-3 8-9 2-3 2-3 11-12 2-3 5-6 8-9
Cartographie et management des risques 3j 1 675 € 1 875 € 11-13 6-8 12-14 4-6 9-11 13-15 10-12 8-10 3-5
Mettre en œuvre le dispositif de contrôle interne 2j 1 200 € 1 350 € 16-17 9-10 15-16 14-15 19-20 4-5 13-14 15-16
Piloter et faire vivre le dispositif de contrôle interne 2j 1 200 € 1 350 € 19-20 15-16 19-20 23-24 21-22 18-19 22-23
Le contrôle interne des systèmes d’information 2j 1 200 € 1 350 € 24-25 22-23 27-28 3-4
SE FORMER À L’AUDIT INTERNE
Les fondamentaux de l’audit interne
8-9
S’initier à l’audit interne 2j 950 € 1 125 € 5-6 1-2 29-30 15-16 7-8 2-3 6-7 4-5 8-9 6-7

Conduire une mission d’audit interne : la méthodologie 4j 1 950 € 2 150 € 10-13 6-9 12-15 3-6 21-24 11-14 2-5 10-13 9-12 12-15 10-13
Maîtriser les outils et les techniques de l’audit 3j 1 625 € 1 775 € 16-18 13-15 19-21 10-12 29-31 18-20 9-11 17-19 15-17 19-21 17-19
D PA I

Maîtriser les situations de communication orale de 2j 1 050 € 1 150 € 19-20 13-14 22-23 10-11 21-22 21-22 12-13 20-21 18-19 22-23 20-21
l’auditeur
Réussir les écrits de la mission d’audit 2j 1 050 € 1 150 € 23-24 16-17 26-27 12-13 23-24 25-26 12-13 24-25 22-23 26-27 20-21
Exploiter les états financiers pour préparer une mission 3j 1 525 € 1 675 € 25-27 26-28 29-31 26-28 3-5
d’audit
Désacraliser les systèmes d’information 3j 1 525 € 1 675 € 28-30 4-6 26-28 12-14
Détecter et prévenir les fraudes 2j 1 050 € 1 150 € 29-30 28-29 24-25 24-25 6-7
Le management
Piloter un service d’audit interne 2j 1 300 € 1 450 € 30,31 10-11 11-12
Manager une équipe d’auditeurs au cours d’une mission 1j 685 € 770 € 21 4 14
L’audit interne dans les petites structures 1j 685 € 770 € 7 29 19
Balanced Scorecard du service d’audit interne 1j 685 € 770 € 10 25 28
Le suivi des recommandations 1j 685 € 770 € 6 11 26 7 21
Préparer l’évaluation externe du service d’audit interne 2j 1 300 € 1 450 € 13-14 15-16 29-30
L’audit interne, acteur de la gouvernance 1j 685 € 770 € 12 26
Audit interne, contrôle interne et qualité : les synergies 1j 685 € 770 € 15 25 5
Les audits spécifiques
Audit du Plan de Continuité d’Activité - PCA 2j 1 300 € 1 450 € 8-9 27-28 26-27
Audit de la fonction Comptable 2j 1 300 € 1 450 € 5-6 8-9
Audit de performance de la gestion des Ressources 3j 1 525 € 1 675 € 11-13 21-23
Humaines
Audit de la fonction Achats 2j 1 300 € 1 450 € 16-17 27-28
Audit des Contrats 1j 685 € 770 € 16 1
Audit de la fonction Contrôle de Gestion 2j 1 300 € 1 450 € 5-6 29-30
Audit de la Sécurité des Systèmes d’Information 2j 1 300 € 1 450 € 22-23 12-13
Audit des Processus Informatisés 2j 1 300 € 1 450 € 27-28 19-20
Audit de la Législation Sociale 2j 1 300 € 1 450 € 13-14 17-18
Audit du développement durable 2j 1 300 € 1 450 € 7-8 15-16
SE FORMER DANS LE SECTEUR PUBLIC
Le contrôle interne dans le secteur public 2j 1 300 € 1 450 € 2-3 21-22 6-7 12-13
Pratiquer l’audit interne dans le secteur public 4j 1 950 € 2 150 € 26-29 4-7 22-25 17-20
SE FORMER DANS LE SECTEUR BANCAIRE ET FINANCIER
Le contrôle interne dans le secteur bancaire et financier 3j 1 525 € 1 675 € 6-8 19-21 5-7
Pratiquer l’audit interne dans le secteur bancaire et 4j 1 950 € 2 150 € 11-14 24-27 10-13
financier
SE FORMER DANS LE SECTEUR DES ASSURANCES
Le contrôle interne dans le secteur des assurances 2j 1 300 € 1 450 € 8-9 2-3 4-5 8-9
Pratiquer l’audit interne dans le secteur des assurances 4j 1 950 € 2 150 € 13-16 26-29 8-11 17-20
SE FORMER DANS LES SECTEURS INDUSTRIE ET COMMERCE
Audit des processus clés des activités industrielles et 4j 1 950 € 2 150 € 23-26 2-5 18-21 15-18 4-7
commerciales
ACQUÉRIR UNE CERTIFICATION
Le DPAI
Préparation au DPAI 2j 950 € 1 125 € 29-30 11-12 15-16 13-14
Le CIA
Préparation au CIA - partie I 1,5 j 850 € 1 050 € 16pm-17 12pm-13 12pm-13 10pm-11 3pm-4
Préparation au CIA - partie II 1,5 j 850 € 1 050 € 19pm-20 15pm-16 14pm-15 13pm-14 6pm-7
Préparation au CIA - partie III 1,5 j 850 € 1 050 € 23pm-24 19pm-20 18pm-19 17pm-18 10pm-11
Préparation au CIA - partie IV 1,5 j 850 € 1 050 € 26pm-27 22pm-23 21pm-22 20pm-21 13pm-14

IFACI Formation - Tél. : 01 40 08 48 08 - Mel : formation@ifaci.com - Retrouvez également le programme complet sur le site internet www.ifaci.com
La Certification par l’IFACI :
la bonne pratique d’évaluation externe de l’Audit Interne
La Certification IFACI, régulièrement mentionnée dans les rapports du Président sur le Contrôle Interne,
atteste que les activités d’Audit Interne sont conduites conformément aux Normes Professionnelles
Internationales et contribuent à créer de la valeur ajoutée.
La Certification IFACI permet à l’Audit Interne :
• de légitimer l’évaluation interne, indépendante et objective, qu’il délivre sur l’efficacité des systèmes
de gestion des risques et de contrôle interne ;
• de souligner sa capacité à délivrer des prestations de qualité et donc à apporter de la valeur à son
organisation ;

«
• de renforcer la confiance que les parties prenantes placent en lui.

« L’Audit Interne est une profession très organisée, qui a mis en place des dispositifs de certi-
fication et de formation. Il convient de tirer vers le haut d’abord les administrateurs, mais
aussi d’encourager les partenaires du Comité d’audit à enrichir et à améliorer constamment
leurs pratiques. Tout ce qui permet de renforcer le professionnalisme des uns et des
autres va certainement dans la bonne direction. »
Daniel Lebègue, Président de l’Institut Français des Administrateurs

« Je pense que l’Audit Interne doit présenter constamment un niveau élevé de professionna-
lisme : cela passe normalement par le respect de ses propres règles et standards de pratique,
puis par une certification qui rend compte de manière objective de ce respect. »
Guylaine Saucier, Présidente du Comité d’Audit, Danone (DAI certifiée en 2009),
Areva (DAI certifiée en 2006)

« L’évaluation externe objective et méthodique de l’Audit Interne, par des personnes qui dis-
posent d’une vue d’ensemble professionnelle, est une démarche extrêmement précieuse. Dans
ce monde tellement changeant, bénéficier des avis et conseils du certificateur est un facteur
d’augmentation de la capacité et de la qualité de travail de l’Audit Interne. »
Alexandre Lamfalussy, Président du Comité d’Audit, CNP Assurances (DAI certifiée en 2008)

« J’ai demandé que les auditeurs certificateurs nous présentent leurs conclusions sur notre
Audit Interne pour deux raisons. Tout d’abord, nous avons souhaité entendre ce qu’ils avaient
identifié sans biais et sans filtre. Nous avons aussi voulu apprendre ce qu’ils pensaient de
la qualité et de la profondeur des audits : ce sont des choses que je ne peux voir que
très indirectement. »

»
Hervé Saint-Sauveur, Président de LCH Clearnet SA (DAI certifiée en 2008)

« Le Comité des Comptes a toujours examiné avec attention l’activité de l’Audit Interne. Mais
comment s’assurer que les méthodes utilisées et l’organisation retenue sont parfaitement adap-
tées ? La Certification par l’IFACI a été choisie, d’un commun accord pour répondre à cette
question. Cette procédure a engendré pas mal de travail, mais nous a également beaucoup ap-
porté. Enfin, si tant est que j’en avais besoin, la Certification m’a tranquillisé. »
Bruno Flichy, Président du Comité des Comptes, EIFFAGE (DAI certifiée en 2007)

IFACI Certification - 98 bis, boulevard Haussmann - 75008 Paris


Contact : Jean-Baptiste Gamas - Tél. : 01 40 08 48 10 - Mel : jbgamas@ifaci.com

IFACI Certification est une filiale de


FICHE TECHNIQUE

Du suivi déclaratif aux contrôles


sur place, la surveillance
des actions de progrès est
un impératif
Norme 2500 : Surveillance des actions de progrès
Le responsable de l’audit interne doit mettre en place et tenir à jour un système permettant de surveiller la
suite donnée aux résultats communiqués au management.

Entretien avec ...


Thibaut de Vanssay - Contrôleur des armées, ministère de la Défense et des anciens
combattants

Béatrice Ki-Zerbo : La norme 2500 et les Moda- nales d’audit. Nous nous attachons quotidien-
lités Pratiques d’Application (MPA) associées préco- nement à respecter ces normes.
nisent un suivi efficace des actions de progrès à la
suite d’une mission d’audit interne. Quelles sont, à Dans ce cadre, le suivi des actions de progrès
ce sujet, les procédures et les outils mis en œuvre dans nous est apparu comme la condition essentielle
votre service ? pour que notre travail d’auditeur trouve finale-
ment des concrétisations directes dans les
Thibaut de Vanssay : Le service d’audit auquel services au-delà de l’assurance que nous devons
je vais faire référence est spécialisé dans l’audit donner sur la fiabilité et la sincérité des données
comptable et financier. Celui-ci a été formelle- comptables du ministère.
ment mis en place en 2007 au ministère de la A partir de 2009, donc deux ans après la mise en
Défense, et s’appuie sur les normes internatio- place du service, le comité ministériel d’audit a

décembre 2011 - FICHE TECHNIQUE N°37 - Audit & Contrôle internes 1


FICHE TECHNIQUE

La deuxième modalité de suivi consiste à effec-


tuer des missions de suivi sur place. Avec le suivi
déclaratif, nous alimentons notre cartographie
des risques d’auditeur et, sur les sujets qui sont
porteurs de risque, nous proposons au comité de
diligenter des missions de suivi où nous allons
voir effectivement, sur place et sur pièces,
comment les actions de progrès ont été mises en
œuvre.

B. K.-Z. : Un suivi déclaratif systématique est réalisé


six mois après la mission. Comment arrivez-vous à
articuler cette échéance fixe avec les différents délais
de mise en œuvre des recommandations retenus à
l’issue de la mission ?

Th. de V. : Nous laissons pleinement les audités


définir à la fois les actions qu’ils souhaitent
entreprendre et les délais qu’ils y associent.
Leurs échéances peuvent donc être variables
mais nous avons fixé ce rythme semestriel parce
Diplômé de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr et de l'Insti- que l’expérience prouve que, finalement, c’est
tut d'études politiques de Paris, Thibaut de Vanssay est très rapidement après la fin de la mission que les
membre de l'inspection générale du ministère de la Défense bonnes décisions sont prises.
et des anciens combattants (contrôle général des armées). Il
participe au sein du secrétariat du comité ministériel d'audit Il nous apparaît donc important de peser sur le
comptable et financier à la mise en œuvre de la politique service, très rapidement après la mission, pour
d'audit financier de ce ministère. être sûr que l’élan est réellement donné par les
responsables opérationnels.

fixé comme priorité la formalisation et la mise en Et, par ailleurs, nous avons à rendre compte au
place des conditions de surveillance des actions comité d’audit, de façon annuelle, du niveau de
de progrès. mise en œuvre des recommandations.

La méthodologie que nous avons élaborée B. K.-Z. : Justement, pouvez-vous préciser ce proces-
consiste d’abord en un suivi déclaratif : six mois sus de reporting au comité d’audit, et peut-être à
après la réalisation de l’audit, nous demandons d’autres instances dirigeantes ?
systématiquement à chaque service audité de
nous indiquer par écrit, recommandation par Th. de V. : Pour le suivi des recommandations,
recommandation, les mesures prises ou leur état nous avons mis en place un outil très simple
d’avancement par rapport au plan d’action qu’ils développé en interne avec des états qui ne font
ont défini. pas dans la demi-mesure : soit l’action est réali-
sée, soit elle est en cours de mise en œuvre et est

2 Audit & Contrôle internes - FICHE TECHNIQUE N°37 - décembre 2011


donc identifiée comme non réalisée, soit elle est dans lequel sont exposés les risques résiduels et
périmée. Ce statut « périmé » a été introduit l’appréciation des auditeurs sur le plan d’action
parce que, comme vous le savez, l’Etat connaît tel qu’il a été présenté par l’audité.
aujourd’hui des transformations extrêmement
importantes tant du point de vue organisation- Le comité d’audit se réunit trois fois par an. Et, à
nel que juridique. Le déploiement du nouveau chacune de ces réunions, un point de l’ordre du
système d’information financier de l’Etat jour est consacré au compte rendu des missions
– Chorus – est au nombre de ces évolutions. Dès d’audit qui ont fait l’objet d’une phase contra-
lors, il est courant qu’un constat et une recom- dictoire.
mandation en début d’année soient périmés 10
à 12 mois plus tard. Bien entendu, les recom- Parallèlement, si, à l’occasion d’une mission de
mandations qui ont été refusées par les instances suivi, ou d’un suivi déclaratif, les auditeurs esti-
dirigeantes ne sont pas suivies. ment qu’un risque important n’a pas fait l’objet
de mesures correctrices adéquates, ou alors si le
Ce tableau de bord nous permet de calculer des service audité a refusé de mettre en œuvre des
indicateurs statistiques de mise en œuvre des recommandations liées à un risque résiduel
recommandations et de rendre compte au important, les auditeurs, en rendent compte au
comité d’audit. comité d’audit qui a tout loisir de demander des
informations complémentaires au service
Nous allons continuer à améliorer cette restitu- concerné.
tion, parce que nous estimons que le niveau de
mise en œuvre des recommandations, ne dit Ce dispositif suppose une grande confiance du
finalement pas grand-chose sur la volonté du comité d’audit dans son service d’audit.
service ou de l’organisation à effectivement
mettre en place le plan d’action. Des actions B. K.-Z. : La systématisation du suivi des actions de
peuvent prendre un voire deux ans, sur certains progrès date de 2009. Avez-vous des statistiques à
domaines transverses ou techniques tels que les partager ?
projets liés aux systèmes d’information.
De surcroît, nous nous apercevons que les Th. de V. : Oui. Nous suivons environ cinq cents
services mettent d’abord en œuvre les recom- recommandations émises au cours des trois
mandations les plus simples. On peut donc avoir dernières années, au-delà nous abandonnons le
des taux de mise en œuvre assez élevés, mais suivi et sur les zones de risques principales un
finalement une mobilisation assez faible du nouvel audit complet est réalisé. Le taux de mise
service sur les sujets à enjeux. Il faut donc être en œuvre varie peu dans le temps, et il s’établit
prudent sur l’exploitation de ces données chif- à environ 50 % de mise en œuvre des recom-
frées. mandations qui ont été acceptées par l’audité, et
atteint 60 % 18 mois après la fin de l’audit.
B. K.-Z. : Quel autre type d’informations commu-
niquez-vous au comité d’audit et aux instances diri- Ce taux peut paraître assez faible, mais nous
geantes ? n’en tirons pas plus de conséquences qu’il ne
faudrait en tirer. Ce taux s’explique en partie par
Th. de V. : Les missions d’audit font l’objet d’un le fait que les évolutions internes au ministère
compte rendu systématique au comité d’audit, sont telles, depuis maintenant 2-3 ans, que la

décembre 2011 - FICHE TECHNIQUE N°37 - Audit & Contrôle internes 3


mise en œuvre de certaines recommandations des recommandations. Pour apprécier l’effecti-
prend beaucoup plus de temps qu’on n’avait pu vité de l’action et la pertinence de la réponse qui
l’imaginer quand elles ont été formulées lors de est apportée, l’analyse des pièces justificatives est
l’audit. faite avec le chef de la mission de l’audit
concerné. En outre, une mission de suivi sur
Et d’ailleurs, le comité d’audit, à qui on fournit place comprend systématiquement un auditeur
ces explications, reconnaît assez aisément que ayant participé à l’audit initial.
60 %, compte tenu du contexte et de la matière
que l’on traite (la comptabilité générale), c’est B. K.-Z. : Nous avons commencé notre discussion
finalement loin d’être insatisfaisant. par l’aval du processus de suivi des recommanda-
tions. Mais comment l’audit interne intervient-il
B. K.-Z. : Pensez-vous que le taux de mise en œuvre dans l’élaboration des plans d’action ? Même si vous
des recommandations puisse être un indicateur de laissez finalement à l’audité le choix de fixer les
performance de l’audit interne ? échéances, vous arrive-t-il d’accompagner les audités
dans la formulation du plan d’action ? Et pourquoi ?
Th. de V. : La principale caractéristique de l’au-
diteur, à laquelle on est extrêmement attentif, Th. de V. : Nous avons choisi délibérément de
c’est l’indépendance. Et lier taux de mise en laisser la plus grande liberté aux services de défi-
œuvre des recommandations et performance de nir leur plan d’action. D’abord parce que c’est
l’audit interne, est, à notre sens, de nature relativement conforme aux normes,
– si ce n’est pas fait et analysé avec ensuite, car il nous apparaît abso-
beaucoup d’attention – à mettre
« Le suivi des lument nécessaire que ce soit
en cause l’indépendance des actions de progrès l’audité qui détermine la
auditeurs. Très concrète- nous est apparu comme portée des actions qu’il
ment, il est assez tentant de entend entreprendre et le
négocier avec l’audité un
la condition essentielle rythme auquel il veut les
certain nombre de recom- pour que notre travail mettre en œuvre. En effet,
mandations pour être sûr, d’auditeur trouve des il est seul à avoir la connais-
d’abord qu’il les accepte puis sance des moyens qu’il peut
qu’il en assurera une mise en
concrétisations directes consacrer à la mise en œuvre
œuvre des recommandations rapi- dans les services » de ces recommandations.
dement. Ce risque n’est pas théorique.
Par conséquent, nous nous refusons à en faire un Nous sommes donc vraiment tout à fait en
indicateur de la fonction d’audit interne. retrait par rapport à la définition de ce plan d’ac-
tion.
B. K.-Z. : Pour en revenir aux activités de suivi, le
suivi déclaratif et sur place nécessitent une analyse Cela dit, lors des réunions de clôture d’un audit,
assez approfondie pour juger du fait qu’une recom- ou même après la réponse au contradictoire, il
mandation soit mise en œuvre ou pas. Qui réalise nous arrive assez fréquemment de revenir vers
cette analyse ? l’audité pour s’assurer qu’il a parfaitement
compris ce que l’on voulait dire et que sa
Th. de V. : Nous avons très rapidement fait le réponse répond bien à l’écart ou au risque que
choix de spécialiser une personne dans le suivi l’on a identifié.

décembre 2011 - FICHE TECHNIQUE N°37 - Audit & Contrôle internes 4


FICHE TECHNIQUE

Cela nous amène donc à provoquer – c’est cipé, a fait très peu de commentaires sur la norme
actuellement le cas sur un audit – une nouvelle concernant le suivi des recommandations et les
réunion pour être sûr que l’auditeur et l’audité modalités pratiques d’application associées. Pour-
sont bien d’accord sur les termes des recomman- quoi ?
dations et sur les mesures à prendre. Mais on ne
va pas plus loin. Th. de V. : C’est parce que ces dispositions sont
très claires. Elles constituent d’ailleurs le princi-
B. K.-Z. : Pourrait-on envisager, dans certains cas, pal apport de la transposition des normes.
que l’audité vous demande une mission de conseil
pour l’aider à mettre en œuvre certaines recomman- En cela, je pense que l’application des normes
dations, qui sont notamment directement liées au internationales d’audit, en particulier de la
domaine d’expertise des auditeurs ? Est-ce que c’est norme 2500, va faire considérablement progres-
le cas ? Et comment répondez-vous à ce type de ser le binôme Inspection / Audit et Administra-
requête ? tion.

Th. de V. : Nous répondons de façon tout à fait B. K.-Z. : Quelles pistes d’amélioration identifiez-
pragmatique, c’est-à-dire que nous ne déclen- vous dans votre service ?
cherons pas une mission de conseil proprement
dite. En revanche, tout au long d’un audit et Th. de V. : Nous avons mis en place assez récem-
après l’audit, nous passons beaucoup de temps ment un système de priorisation des recomman-
à faire de la pédagogie et à assurer, en quelque dations. Aujourd’hui, toute recommandation est
sorte, le service après-vente. caractérisée par son niveau de priorité défini en
fonction du risque résiduel estimé par les audi-
Compte tenu de notre connaissance sur l’en- teurs.
semble du ministère dans le domaine qui nous
occupe, nous sommes capables d’apporter, des Ce que nous envisageons en 2012 c’est d’avoir
conseils de bon sens à tel ou tel service sur le une appréciation qualitative sur la mise en
sujet qu’il souhaite aborder. Mais nous ne forma- œuvre des recommandations en fonction de la
lisons pas de missions de conseil. priorité et du risque résiduel. 

B. K.-Z. : Le groupe de travail sur la transposition


des normes internationales, auquel vous avez parti-

5 Audit & Contrôle internes - FICHE TECHNIQUE N°37 - décembre 2011


décembre 2011 - FICHE TECHNIQUE N°37 - Audit & Contrôle internes 6

Vous aimerez peut-être aussi